Cours gratuits » Cours management » cours-management-a012.doc

cours-management-a012.doc

Problème à signaler:

Télécharger



★★★★★★★★★★3.5 étoiles sur 5 basé sur 1 votes.
Votez ce document:

Cours complet de management enjeux et pratique

...

Le management est l'art de diriger une organisation, et de prendre les décisions nécessaires à la réalisation de ses objectifs.

On distingue 2 types de management :

- management stratégique, il concerne la prise de décision sur les orientations de l'entreprise à long terme en fonction des changements de l'organisation et de l'environnement. Il est définit au niveau de la direction générale, qui définit la stratégie, et donc les objectifs et moyens nécessaires pour l'atteindre. L

e management stratégique doit être réalisé en essayant de satisfaire les différentes parties en présence dans l'entreprise : les stakeholders (salariés, clients, fournisseurs) et les shareholders (actionnaires).

- management opérationnel, il s'agit de décisions prises au niveau du personnel d'encadrement, et qui consiste en la mise en application des décisions du management stratégique.

Le management opérationnel s'occupe aussi de l'organisation et de l'animation de l'équipe commerciale.

Il convient de distinguer désormais : le manager, qui s'occupe du management stratégique ; le leader, qui s'occupe du management opérationnel

  1. B) enjeux et perspectives

On dit que le management est un art car il doit permettre de :

- définir les objectifs de l'entreprise et des individus au niveau qualitatif et quantitatif (>méthode SMAC : Spécifique, Mesurable, Accessible, Cohérent)

- distinguer les objectifs stratégiques sur le long terme, et opérationnels sur le court terme.

- tenir compte de toutes les parties prenantes pour les satisfaire au mieux.

-tenir compte des logiques environnementales

Le management va évoluer de plus en plus vers :

- knowledge management

- gestion de la relation client

  1. Les différentes méthodes de management
  2. A) les deux méthodes extrêmes : management directif et management participatif.

1- le management directif

Dans ce type de management, le dirigeant est le centre de responsabilité; il répartit le travail, définit les tâches, les règles et les procédures. Il détient seul l'autorité légitime, et la communication doit obligatoirement suivre la ligne hiérarchique.

2- le management participatif

Les différents acteurs participent à la réflexion et à la décision quel que soit leur niveau dans la hiérarchie et quel que soit le niveau de décision.

Cette méthode permet d'avoir un personnel plus impliqué, et donc plus motivé, me si la décision finale revient au dirigeant.

Une application du management participatif = la délégation

  1. B) les types de leadership et styles de management

* approche de LEWIN

3 types de leadership : autoritaire, démocratique, laxiste

* théorie "X" "Y" de Mac Gregor

- théorie "X" : management autoritaire

- théorie "Y" : management participatif

* LIKERT

Pour lui, il existe 4 types de management :

- exploiteur : c'est la manipulation par la peur et le contrôle. La communication et les décisions partent de la hiérarchie vers la base.

- paternaliste : il s'agit d'un management par la carotte plus que la bâton. La communication est descendante, et seules quelques décisions mineures sont déléguées.

- style consultatif : les salariés sont consultés par la hiérarchie. La communication se fait dans les deux sens.

- style participatif : les salariés participent aux décisions à travers différents groupes. La communication se fait verticalement et horizontalement

* la grille managériale de BLAKE et MOUTON

On distingue plusieurs types de management :

- management appauvri : il n'y a pas d'objectifs. Le manager laisse faire les salariés, et ne réalise que des contrôles minimum.

- management autoritaire : ici, le manager ne s'intéresse qu'aux résultats. Il impose son autorité, et contrôle tout.

- management country-club : c'est un manager social qui se soucie plus de l'ambiance de travail que des résultats, et qui cherche surtout à plaire au groupe.

- management d'équipe : il s'agit d'un manager intégrateur qui cherche à créer une bonne ambiance de travail, et à impliquer les salariés pour atteindre les objectifs.

- management institutionnel : le manager cherche un équilibre entre les performances et le climat social.

* le modèle du management situationnel de HERSEY et BLANCHARD

Ici, le manager va choisir son style de management en fonction de la situation. Il doit faire preuve d'adaptabilité :

- aux circonstances

- aux hommes

- à sa personnalité

Hersey et Blanchard ont proposé une grille d'analyse des styles de management en fonction de la situation et du degré de maturité des collaborateurs.

Cette maturité a 2 niveaux :

- professionnel : niveau de compétence

- psychologique : motivation

De façon générale, le rôle du manager est d'assurer le développement des personnes sous sa responsabilité. Ainsi, il n'existe pas un mode de management meilleur que les autres car dans le court terme, le manager doit prendre en considération les différentes situations rencontrées, et dans le long terme, des objectifs plus larges liés au développement collectif de l'entreprise.

III. Prise de décision et exercice du pouvoir

  1. A) la prise de décision

On présente la prise de décision en 4 étapes :

- perception du problème

- repérage et étude des solutions possibles

- choix d'une solution

- mise en oeuvre et contrôle

Les choix se font à partir de critères différents qui dépendent du niveau de la décision et qui peuvent être quantitatifs, et/ou qualitatifs.

Il existe différentes approches dans la détermination des choix :

- les choix sont relationnels, c'est à dire que la décision est prise par un individu (ou un acteur) qui dispose de la totalité des informations, et qui va choisir la solution optimale.

- les choix sont les plus rationnels possible : l'individu dispose d'informations limitées et choisit donc la solution la plus satisfaisante compte tenu du contexte.

- les choix sont les fruits d'un marchandage : les différents parties prenantes vont influencer les décisions afin d'en tirer le plus grand bénéfice.

  1. B) le pouvoir

Le manager détient un pouvoir, c'est à dire la capacité d'obtenir un comportement d'une personne qui n'émane pas de sa propre initiative.

Le pouvoir a différentes sources :

- détention du capital

- le charisme

- les statuts, contrats

- la possession d'informations

Ce pouvoir permet au manager de prendre des décisions, et surtout de les faire appliquer.

Souvent, le pouvoir se manifeste par l'autorité du manager qui lui est conférée par ses compétences (savoirs, savoir-faire, savoir-être) et sa personnalité.

Théories et stratégies du management

Management et organisation sont liés, parfois confondus. L’organisation est aujourd’hui définie comme un ensemble humain et technique structuré autour de stratégies et méthodes lui permettant d’assurer à la fois sa pérennité, sa compétence sur le marché et la capacité à atteindre ses objectifs. L’organisation peut être regardée comme un rassemblement de ressources humaines, matérielles, de travail et de capital, influencées par une diversité de contraintes et d’opportunités, internes et externes.

  1. Mintzberg la situe comme : « un ensemble de personnes entreprenant une action collective à la poursuite d’une action commune ». M. Crozier propose quant à lui un « ensemble constitué en vue d’atteindre un but clairement défini, et ayant à sa disposition toute une série de procédés et de contrôles contraignants, permettant d’assurer la subordination de tous ces moyens, y compris des ressources humaines, à l’accomplissement de ce but et impliquant la nécessité d’unir les efforts d’un individu à celui des autres » .

Orienter efficacement les ressources de l'organisation nécessite l'utilisation d'outils qui se révèlent faire appel particulièrement à l'économie, mais aussi à la sociologie et la psychologie. Ainsi dans un souci d'optimisation et de réalisation d’un succès organisationnel et rentabilité, que le management est apparu. À ce titre, le management a sans doute été d’abord une réponse à des contraintes de production, pour s’intéresser ensuite à l’impact du marché et à l’essor des facteurs concurrentiels.

  1.  Les caractéristiques fondamentales du management :

Il s’agit là d’une notion qui s’est peu à peu développée dans les entreprises industrielles et bureaucratiques, puis dans les entreprises de services, au cours du 20eme siècle (voir annexe 02). Le concept apparaît nettement à la fin des années 50 en Amérique, et se généralise aujourd’hui à tous les univers de production, y compris dans l’économie sociale.

Le terme management vient de l’anglais to manage (diriger). Il est selon l’économiste THIETARD  «l’action, art, manière de conduire une organisation, de la diriger, de planifier son développement et de la contrôler ». En effet pour nombreux auteurs « on dirige (manager) des personnes mais on gère des choses ». De ce fait il est d'usage de distinguer :

  • Le management stratégique : qui concerne la gestion du marché par la stratégie et consiste à organise dans la durée, la nécessaire adéquation entre des exigences de l'environnement et capacité de l'entreprise (c'est aussi une vision externe de la gestion).
  • Le management opérationnel : qui concerne la gestion des processus propres à l'entreprise (c'est une vision plus interne centrée sur l'organisation).
  • Le contrôle de gestion : tend à faire le lien entre ces deux types de management du fait de son positionnement au sein de l'entité.

Le management peut se concevoir comme une démarche traditionnelle, consiste à gérer les dimensions humaines et organisationnelles de l'activité de l'entreprise. Et qui vise à l'efficacité et l'efficience dans la mise en œuvre des projets et des stratégies a travers :

 la mobilisation de l'ensemble des moyens techniques, humains, et financiers

  la planification et l'organisation de la mise en œuvre de ces moyens.

 le contrôle par rapport aux objectifs et aux moyens engagés ainsi que les actions correctives que cela implique.

  1. Management et stratégie :

Depuis une dizaine d’années, la réflexion stratégique a connu des avancées importantes. Assimilée pendant longtemps à l’économie d’entreprise, au management, voire au marketing.

Plus précisément, on entend par stratégie « l’ensemble des actions décidées par une entreprise en fonction d’une situation particulière  », c’est le choix d'orientation à long terme de l'entreprise et des options qui lui permettent de s'insérer dans son environnement.  

La stratégie s’est imposée comme l’une des disciplines la plus nobles du management. Elle constitue l'art de diriger les activités et structures de l’organisation d'un point de vue long terme et extérieur. 

La stratégie peut être envisagée selon deux niveaux :

  • La formulation stratégique : a pour objet de structurer la démarche de réflexion des dirigeants pour arriver à des choix stratégiques.
  • Le management : concerne les conditions de mise en œuvre de ces choix et l'organisation des actions collectives qui permettront d'obtenir la performance attendue.

2.1 Histoire de la stratégie d'entreprise :

La stratégie est une discipline aux courants multiples, on trouve différents écoles de pensée stratégique, qui s’intéressaient aux processus de prise de décision, les plus marquantes sont  :

  • Les écoles de formalistes : On peut situer, dans le temps et dans l’espace, les origines de l’enseignement de la stratégie à la Business School de Harvard, dans les années 50. L’idée essentielle de cette école est que les objectifs sont fixés par les propriétaires, et mis en œuvre par les dirigeants après examen de la situation interne et externe, au travers du management stratégique. On reproche à cette idée de ne pas intégrer les comportements et les aléas et de ne pas appréhender les problèmes de mise en œuvre.

C’est pourquoi, au début des années 60, une autre école, dite de San Diego, s’intéressera aux problèmes de management stratégique, c’est-à-dire de conception d’outils de gestion planifiée et de modes de développement de l’entreprise. Et au cours des années 70, marquées par de fortes ruptures dans le capitalisme mondial, le problème de la compétitivité se pose de façon cruciale, il faut « inventer » de nouvelles stratégies commerciales et technologiques. D’où le développement des analyses d’activités, en termes de compétitivité. Le problème sera analysé de deux points de vue : d’une part, la compétitivité repose sur des aptitudes particulières de l’entreprise, et d’autre part, sur un avantage relatif par rapport aux concurrents, lié à un bon positionnement de marché.

  • Les écoles contingentes : Au cours des années 80, la recherche a fortement avancé dans ce domaine, même si elle s’est essoufflée à suivre les transformations de l’environnement technique, économique, géopolitique, des entreprises. L’auteur le plus connu étant l’Américain Michael Porter. Dans cette approche, il n’y a pas de solution définitive pour l’entreprise, Le caractère dynamique des variables stratégiques est prédominant, et les choix doivent être révisés en permanence.
  • Les écoles axées sur les processus : Mintzberg et Simon accordent une place essentielle à l’intuition. Mais ils montrent qu’il existe plusieurs façons de prendre une décision, et que le processus est influencé par une multitude de facteurs.

...

Démarche stratégique :

Une démarche stratégique, ce n’est pas seulement un contenu qui définit les actions à mener dans le futur. C’est d’abord, et essentiellement un processus qui engage des acteurs dans l’entreprise et se construit comme un projet commun . On peut établir quatre justifications à une démarche stratégiques :

  1. Permet de renforcer la conscience des buts et la cohérence des comportements des acteurs qui constituent une organisation.
  2. Permet d’orienter les savoir-faire ou les décisions vers un objectif commun à toutes les entreprises : création de valeur.
  3. Il s’agit donc, non seulement de créer la valeur, mais aussi de faire en sorte que cette valeur soit davantage reconnue que celle que ses concurrents produisent.
  4. Enfin, la démarche stratégique permet de choisir les cibles de clientèles pour les quelles l’entreprise entend crée la valeur.

2.2 Le processus stratégique :

Il est difficile de définir le concept de stratégie d’une entreprise sans mobiliser un ensemble de réponses aux questions : le pourquoi, le quoi et le comment de l’activité. Par les réponses à ces trois questions on peut définir un projet d’entreprise.


2396