Logistique : ces 7 métiers parmi les plus demandés

Avec la révolution insufflée par le commerce en ligne, le secteur de la logistique est aujourd’hui en plein essor. Il a donné ainsi naissance à de nouveaux métiers, car stocker et transporter des marchandises est vital pour les entreprises. Nombreux sont maintenant ces débouchés qui s’offrent à ces personnes qui souhaitent devenir des professionnels de la logistique. Ils peuvent obtenir des diplômes et certificats à faire valoir. Voici 7 de ces métiers les plus demandés en logistique.

1. Préparateur de commandes

Avant de passer au suivi de colis, il faut évidemment au préalable rassembler et conditionner les marchandises à livrer. C’est au préparateur de commandes que revient cette mission dans l’entrepôt. Il dispose pour cela d’un engin de manutention qui peut être :

  • Un transpalette électrique ou manuel ;
  • Un chariot élévateur.

Le préparateur de commandes doit être très vigilant, et posséder un grand sens de l’organisation. Suivre colis sera impossible s’il se trompe au niveau de la référence, ou des quantités de produits souhaitées par les clients. Selon la nature des marchandises, il faudra être très attentionné :

  • Chaine du froid à respecter pour les denrées alimentaires ;
  • Sécurité et règlementation pour les produits dangereux ;
  • Emballage particulier pour les produits fragiles ;
  • Etc. 

Le métier de préparateur de commande a été énormément poussé par le boom de l’e-commerce. Il n’est donc pas rare de se voir proposer des CDI. En fonction du type de marchandises que vous devrez préparer, il faudra posséder un permis CACES. Quant à la formation, le CAP opérateur logistique permet d’accéder à ce poste. Il en est de même pour le bac pro logistique. Se faire former dans ce domaine ne prend que quelques mois, et de nombreuses offres d’embauche sont à la clé.

2. L’assistant logistique

assistant logistiqueSon intervention peut être requise à toute étape du processus logistique et suivi colis. Ce professionnel travaille généralement sous la supervision d’un responsable logistique. L’assistant logistique :

  • Contrôle l’état des stocks (entrées et sorties) ;
  • Participe au chargement et déchargement des camions ;
  • Discute fréquemment avec les transporteurs ;
  • Fait respecter les règles de sécurité dans l’entrepôt.

Cependant, les activités logistiques ne sont pas identiques d’une entreprise à une autre. L’assistant logistique reste malgré tout un agent de terrain, qui peut parfois effectuer des tâches plus sédentaires. Elles sont composées du S.A.V, du track colis, etc. Lda formation pour exercer est complète après un BAC+2 au moins. Il s’agit donc d’un BTS Transport et prestations logistiques ou d’un DUT Gestion logistique et transport.

3. Yield manager

La mission du yield manager est de veiller à l’ajustement des prix d’un produit ou service. Pour cela, il doit nécessairement se référer à la loi de l’offre et de la demande. Le yield manager peut par exemple être chargé de vendre les billets d’avion au meilleur prix. Ainsi, il peut limiter le prix du billet si la destination est peu attractive et que la réservation est obligatoire. Au contraire, il procédera à une hausse du prix des billets si les réservations sont conséquentes.

L’autre condition est que la demande peut être supérieure à l’offre. Les secteurs dans lesquels peut travailler le yield manager sont nombreux comme ici. Entre autres, ce sont :

  • L’hôtellerie ;
  • Le transport aérien ;
  • La location de voitures.

Le yield manager peut développer la grille tarifaire d’une prestation, service ou autre en temps réel. C’est un parfait analyste qui aime les statistiques et les chiffres, en plus d’être un bon communicant. Il peut ainsi faire de belles recommandations à ses supérieurs, et prendre des décisions. Quant à la formation, il faudra privilégier celle dans le secteur d’activité visé pour devenir yield manager. Un BAC+2 est le minimum, mais un BAC+3 offre de meilleures chances d’employabilité.

Avec un master, le yield manager pourra renforcer ses connaissances en gestion et en marketing.

4. Assistant import-export

Son rôle est de faire respecter les lois internationales par les tâches administratives et logistiques qu’il effectue. L’assistant import-export doit s’assurer que l’importation et l’exportation des marchandises se passent le mieux possible. Vu la particularité du métier, la parfaite maitrise d’une langue étrangère est indispensable. Il sera donc impossible de se passer de l’anglais professionnel pour faire carrière dans l’import-export, et le suivi international.

Il en est de même pour :

  • Le chinois ;
  • L’arabe ;
  • L’allemand.

Ces langues peuvent être de précieux avantages linguistiques en fonction des entreprises, et des régions couvertes par les activités logistiques. L’assistant import-export doit aussi posséder d’autres aptitudes en stock s’il a envie d’être épanoui dans son métier. Voici quelques-unes des autres qualités indispensables qui sont nécessaires :

  • Le sens relationnel ;
  • La parfaite maitrise des outils informatiques ;
  • Des connaissances juridiques ;
  • Une fibre commerciale.

Elles permettront de mener à bien les différentes missions, et d’aller vers des postes avec plus de responsabilités. Il peut s’agir de celui de commercial import-export ou responsable logistique. Le BTS Commerce International et le DUT Gestion logistique et transport permettent de devenir assistant import-export. Des formations professionnelles sont également disponibles en peu de temps, pour les personnes qui souhaitent se lancer dans cette branche.

Quoi qu’il en soit, il est recommandé de miser sur une formation commerciale à hauteur internationale. Cela vous donnera de meilleures chances d’employabilité.

inventoriste

5. Inventoriste

Son rôle n’est pas vraiment le colis suivi, mais plutôt la réalisation des inventaires en magasins de grande distribution comme :

  • Les magasins de sport ou de bricolage ;
  • Les prêts-à-porter ;
  • Etc. 

L’inventoriste compte donc et répertorie les différents produits d’un rayon en utilisant un scan. Il doit aussi retirer ceux qui sont détériorés ou périmés, une fois que la date de péremption est vérifiée. Ce professionnel travaille le plus souvent en équipe, vu la grande quantité d’articles à comptabiliser dans certaines surfaces de vente. Les inventaires ont souvent lieu en dehors des heures d’ouverture, pour ne pas déranger les clients pendant leurs courses.

Il n’est absolument pas nécessaire d’être incollable en mathématiques pour réaliser des inventaires. Par contre, il faudra faire preuve de réactivité, de rigueur et de minutie. Dans le cas contraire, les résultats peuvent facilement être faussés. En ce qui concerne la formation, elle n’est pas vraiment particulière et ne requiert pas d’expérience professionnelle. Des étudiants, demandeurs d’emploi et intérimaires peuvent occuper le poste.

Le choix se fait généralement en tenant compte de la motivation, et du sérieux des différents candidats. Certaines entreprises font même passer des épreuves basées sur les calculs mentaux dans un délai imparti.

6. Magasinier-Cariste

C’est un maillon important de la chaine d’approvisionnement de marchandise et d’envoi de colis. Le magasinier-cariste procède à la réception des produits acheminés par camion. Il procède aussi :

  • À leur déchargement ;
  • À la vérification de conformité des produits avec le bon de commande ;
  • Au stockage et la préparation avant l’expédition.

Le magasinier-cariste évolue dans les coulisses d’un entrepôt ou magasin. Il se sert d’un chariot élévateur ou transpalette pour acheminer les marchandises d’un point à un autre. C’est un métier qui requiert une grande polyvalence, une bonne organisation et de la rigueur. Par ailleurs, il faudra respecter les normes sécuritaires et aimer le travail d’équipe. Un magasinier-cariste doit également être dynamique, surtout pendant les périodes de forte activité.

Il faut généralement posséder un permis CACES pour exercer ce métier. La plupart du temps, vous conduirez un engin de manutention. Quant à la formation, le savoir-être prime sur les diplômes. Toutefois, un CAP opérateur logistique ou BAC pro logistique sera un atout pour se faire recruter.

logistique

7. Chef de rayon

Il a en charge la gestion de tout ou une partie des rayons d’un magasin. La mission dévolue au chef de rayon est l’optimisation du rayon et de sa surface de vente. Le but est d’augmenter le chiffre d’affaires. À cette fin, il faudra mettre en place diverses stratégies pour attirer la clientèle et la pousser à l’achat. Divers moyens peuvent être utilisés, et ils se basent sur les diverses techniques de marketing.

Le chef de rayon doit veiller à ce que son rayon soit parfaitement ordonné et organisé. Chacun des produits doit être à une place précise, et selon un ordre et une logique. L’esthétique doit également être de mise puisqu’il s’agit aussi d’attirer la clientèle. Cela peut avoir une incidence sur la décision d’achat. Ce spécialiste de la logistique peut également former ou gérer une équipe composée de vendeurs.

Il pourra ainsi leur apprendre des techniques de vente destinées à faire d’un simple curieux, un potentiel client. Le chef de rayon pourra également suggérer des campagnes promotionnelles, et des essais de produits particuliers de son rayon. Il peut s’agir :

  • De dégustations de produits alimentaires ;
  • De l’essai d’un nouveau jeu vidéo ;
  • Etc. 

Il garde un œil attentif aux ventes, grâce à ses aptitudes relationnelles et commerciales. Un chef de rayon doit également être disponible, et capable de gérer le stress. Un BAC+2 en commerce est le minimum demandé pour occuper un poste de responsable de rayon. Les autres diplômes à envisager sont le BTS NDRC, le DUT Technico-commercial et autres. Une licence dans la grande distribution pourra également compléter ces différentes formations, et donner de meilleures chances de décrocher un poste à responsabilités.