Dropshipping : zoom sur les options des statuts juridiques

Dropshipping : zoom sur les options des statuts juridiques

Quels sont les statuts juridiques en Dropshipping ?

Grâce à la crise sanitaire mondiale liée au Coronavirus, le dropshipping a connu un énorme succès. Même s'il existait auparavant, ce concept nous facilite notre quotidien et nous évite les énormes files d’attente en magasin. Toutefois, si le dropshipping vous intéresse et que vous souhaitez vous y mettre, vous aussi, mais qu'en revanche, le statut juridique vous fait peur, car vous ignorez tout à son propos, pas de panique, vous êtes dans la bonne revue ! Nous allons tout vous dévoiler afin que vous puissiez choisir le statut juridique le mieux adapté à votre cas.

id 3827 1

Ce qu’il faut savoir sur le statut juridique du dropshipping

Pour souscrire au dropshipping, vous devez impérativement disposer d’un statut juridique. Cela dit, il existe trois catégories d’exercices de ce genre de business, nous citons :

  • Pour les autoentreprises ;
  • Pour les entreprises individuelles ;
  • Pour les sociétés.

Nous allons vous expliquer en quoi consiste chacune, afin que vous puissiez savoir où vous positionner. La première forme juridique est appelée aussi microentreprise, elle octroie la possibilité de bâtir une entreprise dans laquelle vous pouvez aller jusqu’à bâtir votre site de dropshipping sans aucun associé.

Cette première forme a été mise en place pour encourager les projets, c’est-à-dire, vous pouvez bénéficier de ce statut tant que vous n’avez pas atteint un certain seuil fixé à 170 000 euros de chiffre d’affaires annuel. Autrement, vous devez migrer vers la deuxième forme de statut juridique.

Pour les entreprises individuelles, en migrant vers ce format, ou simplement en le choisissant, vous devenez systématiquement le représentant de votre entreprise. Ainsi, vous serez l’unique responsable des dettes, vous ne pourrez pas revendre avant d’avoir réglé toutes vos dettes.

Pour vous éviter un tel désastre, car nul n’est à l’abri des mauvaises tournures de la vie, il y a le statut d’entreprise individuelle à responsabilité limitée « EIRL », vous n'allez être responsable que de vous-même, pas de ce qui peut arriver à l’entreprise. Et enfin, le format société qui existe sous trois modèles différents, dont nous allons vous parler dans la prochaine section.

id 3827 3

Les statuts juridiques de société dans le dropshipping

Comme il a été cité précédemment, ce type de format possède 3 sous-catégories qui sont :

  • Une Société à Responsabilité limitée « SARL » ;
  • Une Société par Actions simplifiée « SAS » ;
  • Une entreprise Unipersonnelle à Responsabilité limitée « EURL ».

Pour pratiquer du dropshipping en étant une société à responsabilité limitée, vous devez prouver que votre business génère des revenus, ainsi, vous devez démontrer que vous disposez d’un chiffre de ventes, ce qui est, par conséquent, recommandable seulement si votre boutique en ligne marche bien. Par contre, ce n'est pas recommandable pour le service de dropshipping, car ce régime convient beaucoup plus pour les projets plus préparés.

En ce qui concerne le format SAS, il accorde les mêmes privilèges que ceux des salariés, autrement dit, peu importe si vous travaillez seul ou avec des partenaires, vous serez libre de votre organisation interne.

Enfin, pour ce qui concerne le régime EURL, c’est le même principe que celui de la SARL, à la seule différence que vous devez vous aventurer seul, sans partenaire. Nous ne vous recommandons pas non plus ce format de statut juridique pour faire du dropshipping.

Pourquoi choisir le statut d’autoentreprise pour faire du dropshipping ?

id 3827 2C’est le format qu’on vous recommande lorsque vous souhaitez vous mettre au dropshipping, et cela, pour ses nombreux avantages tels que le fait qu'il peut vous créer des revenus sans que vous ayez à vous donner à fond, vous allez par conséquent faciliter vos démarches administratives.

L’un de ses plus gros avantages, c'est qu’en trois clics seulement, vous pouvez créer votre business, sans avoir à fournir un capital de départ, ni de déclaration de CA tous les trois mois. En outre, vous n’avez pas d’obligations telles qu’un compte pro, idem pour la TVA, vous ne serez pas obligé de la déclarer tant que votre business n'a pas rapporté au moins 91 000 euros par an.

L’unique désavantage avec une telle démarche, c'est que vous ne percevrez pas de retraite ni de salaire en cas de chômage, car vous serez licencié des cotisations.

Pour conclure, on vous recommande le statut juridique de microentreprise afin de lancer votre business de dropshipping, afin que vous puissiez l’étendre par la suite en migrant vers d’autres offres, pour générer davantage de bénéfices et avoir une retraite et des allocations-chômage. D'ailleurs, c'est rentable à long terme !