Architecte d’intérieur en France : Cursus et formation

Architecte d’intérieur en France : Cursus et formation

Contenu :

Introduction

1. Le métier d’un architecte d’intérieur

1.1. Le rôle de l’architecte d’intérieur

1.2. La différence entre architecte, architecte d’intérieur et décorateur

1.3. L’obligation de souscription à une assurance décennale

1.4. Le lieu du travail d’un architecte d’intérieur

2. La formation pour devenir architecte d’intérieur

2.1. Les études nécessaires

2.2. Le profil et les qualités requises

2.3. Le salaire et l’évolution de carrière

Conclusion

Introduction

L’architecte d’intérieur est un métier nécessitant l’accumulation de connaissances diversifiées liées à plusieurs domaines. Vu la nature de son métier, l’architecte d’intérieur entre en relation avec les clients, les entreprises et les professionnels des différents domaines. Son travail consiste notamment à réaliser l’aménagement et la rénovation d’un espace en respectant les délais, le budget et les attentes des clients.

Pour ce faire, il est nécessaire qu’il dispose de la formation adéquate et qu’il remplisse certaines obligations.

id 3779 1

1. Le métier d’un architecte d’intérieur

1.1. Le rôle de l’architecte d’intérieur

L’architecte d’intérieur est un professionnel dont le rôle consiste à faire le réaménagement et le réagencement d’un magasin, d’un lieu d’exposition, d’un bureau, d’un appartement ou autres. Son travail consiste à rénover en prenant en considération l’éclairage, la disposition des couleurs, les cloisons et autres afin de satisfaire les besoins des clients.

L’architecte d’intérieur doit dans un premier temps discuter avec le client et comprendre exactement ses attentes tout en lui donnant des recommandations et des conseils. Ensuite, que la base du budget alloué au projet, l’architecte doit élaborer son plan et son esquisse en déterminant les contraintes techniques et en respectant celles réglementées.

Il est censé sélectionner les différents professionnels (peintre, marbrier, menuisier …) auxquels il va confier une partie du travail tout en assurant la coordination entre eux. C’est la raison pour laquelle l’architecte d’intérieur doit avoir une connaissance polyvalente qui touche au métier d’ébéniste de staffeur de marbrier et autres.

id 3779 2

1.2. La différence entre architecte, architecte d’intérieur et décorateur

Le travail de l’architecte, de l’architecte d’intérieur et du décorateur est complémentaire ; il se peut dans certains cas qu’un architecte effectue le travail d’un architecte d’intérieur ou qu’un architecte d’intérieur effectue celui d’un décorateur, mais il existe quand même certaines différences entre chacune de ses professions.

L’architecte est celui qui donne naissance aux bâtiments et aux édifices et assure leurs suivis depuis la conception jusqu’à la réalisation. En fait, c’est avec lui que tout le processus commence : les bâtiments et les constructions qu’il réalise constituent le lieu d’intervention du décorateur et d’architecte d’intérieur.

Le travail qu’effectue ce dernier n’a rien à voir avec la construction de bâtiments, il intervient notamment pour réaliser des réaménagements et des rénovations de l’espace lorsque les envies des clients ainsi que leurs besoins changent.

En ce qui concerne le décorateur, son travail consiste en quelque sorte à compléter celui réalisé par l’architecte d’intérieur. Il essaye de trouver les mobiliers et les objets de décoration qui sont en harmonie afin de personnaliser un espace tout en jouant aussi sur les couleurs et l’éclairage.

1.3. L’obligation de souscription à une assurance décennale

Puisque l’architecte d’intérieur modifie la structure interne, change les volumes et joue sur les couleurs et la matière, il est considéré selon l’article 1792-1 du Code civil comme étant constructeur, c’est la raison pour laquelle il est tenu de souscrire des assurances comme celle appelée l’assurance décennale.

Il s’agit ici d’une obligation légale du droit privé liée à la responsabilité civile professionnelle et régie par deux lois différentes : l’article 1792 du Code civil qui engage la responsabilité du constructeur en cas de problème de solidité de l’ouvrage et l’article L 241-1 du code des assurances appelé aussi la loi Spinetta qui fixe cette responsabilité des constructeurs dans une durée de 10 ans. Ceci dit, tout comme l’architecte, l’architecte d’intérieur est tenu de souscrire l’assurance décennale qui englobe les différents types d’erreurs ou d’omissions en matière de normes de construction. Tout échappement à cette obligation est passible d’une sanction qui se concrétise dans une amende de 75 000 euros et 6 mois de prison.

Dans certains cas, il est nécessaire, pour qu’un architecte interne se voit octroyer une assurance décennale, d’obtenir d’abord une qualification de la part de l’union nationale des architectes d’intérieur ou par le conseil français des architectes d’intérieur.

1.4. Le lieu du travail d’un architecte d’intérieur

id 3779 3L’architecte d’intérieur peut exercer son métier soit en tant que profession libérale, dans le cadre d’une société ou bien comme étant un salarié travaillant pour le compte de l’État ou des collectivités locales.

Dans le cas où il choisirait de travailler en profession libérale, il sera amené à se mettre directement en contact avec les différents clients désirant mettre en place une rénovation ; et il sera également tenu de contacter les différents professionnels afin de leur confier le travail à réaliser. Pour cela, il faut qu’il dispose d’une certaine expérience lui permettant de mener le projet correctement tout en respectant les délais.

2. La formation pour devenir architecte d’intérieur

2.1. Les études nécessaires

Pour exercer le métier d’architecte d’intérieur, il existe plusieurs types de formation qui peut être suivie.

Si le métier envisagé est celui du technicien assistant ou du collaborateur d’architecte d’intérieur, il suffit d’être titulaire d’un bac +2   (BTS en étude et réalisation d’agencement) ou d’un bac +3 (diplôme national d’art option design, bachelor auprès des écoles spécialisées ou DN Made : espace, événement.). Néanmoins, il est préférable pour accéder au métier d’architecte d’intérieur d’avoir un diplôme de niveau bac +4 ou bac +5 comme : le Master d’architecture d’intérieure, Diplôme National Supérieur d’Expression Plastique option design (DNSEP), diplôme de l’Ensad-Arts Déco spécialisé en architecture d’intérieure, Diplôme de l’académie charpentier, de Lyon, de l’école bleue …

Il est fortement recommandé aussi d’obtenir le certificat de capacité octroyé par le conseil français des architectes d’intérieur (CFAI) ; ce certificat est délivré directement aux diplômes obtenus par quelques écoles publiques et privées telles que : l’École Boulle, l’ISDAT, l’académie charpentier, ESAM Design …).

Il faut savoir que ce métier n’est pas réglementé par la loi, il est possible même de l’exercer sans avoir de diplômes, il suffit d’accumuler quelques années d’expérience pour s’y lancer, et de se faire connaître par les clients potentiels par le biais du bouche-à-oreille.

2.2. Le profil et les qualités requises

id 3779 4Le métier d’architecte d’intérieur est toujours en contact avec de nouveaux projets différents de ceux déjà réalisés, il rencontre aussi à chaque fois une clientèle différente avec des exigences et des attentes qui lui sont propres, donc il est nécessaire que l’architecte d’intérieur soit sensible et créatif en faisant preuve d’une capacité d’imagination singulière.

Il doit aussi avoir un bon relationnel vu que pour la réalisation de son travail, il entre en contact avec d’autres professionnels,  les agences d’assurances, les entreprises, les décorateurs et autres acteurs phares du domaine.

En plus, le sens d’écoute est très important, il lui permet de comprendre ce que demande exactement le client et par conséquent bien concrétiser le projet.

Un autre point très important est celui d’être doté d’une connaissance diversifiée qui touche non seulement au domaine de l’architecture d’intérieur, mais aussi à celui de l’architecture en général, à la décoration, au métier de menuisier, de marbrier, de plâtrier...

2.3. Le salaire et l’évolution de carrière

Le métier d’architecte d’intérieur est en relation avec plusieurs domaines, donc il est possible pour l’architecte en question de se spécialiser dans l’un d’eux : il peut se focaliser juste sur l’aménagement de bâtiments publics, ou bien concevoir les magasins et les vitrines des marques et des entreprises privées ou même se tourner vers le milieu artistique et marketing (la scénographie comme exemple).

En ce qui concerne le salaire, il dépend notamment de la région dans laquelle il exerce et aussi de son expérience. Pour un , il peut percevoir un salaire brut mensuel de 1400 euros et  pour un architecte expérimenté son salaire peut arriver jusqu’à 2700 euros brut par mois.

Dans le cas où l’architecte d’intérieur exerce son métier en profession libérale, ses honoraires peuvent être calculés soit en fonction de la dépense engagée par le client, soit en fonction d’unités de vacation ou autres.

Conclusion

L’architecture d’intérieur est un domaine très intéressant notamment pour ceux qui aiment tout ce qui se rapporte à la décoration, aux couleurs et à l’aménagement de l’espace. Il peut être exercé en suivant une formation dans une des filières citées pour une période allant de 2 ans à 5 ans ; comme il est possible de faire une carrière dans ce sens sans disposer d’aucun diplôme, il suffit dans ce cas d’accumuler l’expérience nécessaire.

Il est préférable, notamment pour promouvoir la réputation et l’image auprès des clients, d’obtenir un certificat de la part du conseil français des architectes d’intérieur.