enfant exceller ecole primaire

Comprenez les leçons et les exercices de votre enfant. De ce côté, vous devrez avoir un diplôme d'études secondaires et il n'y aura aucune difficulté à suivre un enfant du primaire au collège. Les éléments d'enseignement n'ont pas changé. Il faut d'abord que vous puissiez vous-même aider votre enfant à faire ces devoirs.

Accorder tout le temps dont votre enfant aura besoin

C'est un véritable engagement que vous devez prendre. Celui qui lui donnera tout le temps ce dont votre enfant a besoin.

- Attendez environ une heure chaque soir et de trois à quatre heures le week-end.

- Ne cherche pas d'excuses. Si vous voulez, vous pouvez trouver ce moment …

Il a droit à une récompense qui n'est pas nécessairement matérielle (sortir, jouer sur DS, regarder la télévision une heure de plus le week-end), ou plutôt le faire avec lui.

Rendre votre enfant autonome

Elle peut apprendre?! Ainsi, au début de l'étude, nous accompagnons et laissons l'enfant, à son rythme, tout en le soutenant.

Nous apprenons la discipline en préparant des cartables et des vêtements la nuit, avec un horaire régulier?!

Nous essayons d'avoir des horaires précis pour nous lever et nous coucher.

Les écoliers ont les compétences, l'autonomie et les besoins associés. En répondant à ces trois besoins, les élèves éprouvent des émotions positives (ou agréables) qui jouent un rôle déterminant dans les jugements et les performances.

Valoriser les efforts de votre enfant

Votre enfant rentre de l'école avec un beau dessin ... En fait, vous ne pouvez pas voir ce qu'il représente. Pour lui, c'est un dinosaure et pour vous, c'est un désordre post-cubiste abstrait.

Même si le résultat n'est pas parfait, vous pouvez toujours trouver quelque chose qui valorise et enregistre toutes les "bonnes actions" de votre enfant : "J'aime les couleurs que vous avez choisies de dessiner". Mais aussi : "tu as de l'ordre dans ta chambre", "tu me laisses terminer la conversation téléphonique sans me déranger", "tu m'aides beaucoup, en organisant des boutiques avec moi", "bravo, tu as réussi à faire l'exercice sans découragement" ....



Les motivations de l'élève du primaire

Une vision claire de l'objectif

La motivation des élèves, augmente si la pertinence et l'utilité de l'apprentissage sont clairement expliquées. Nous pouvons distinguer l'apprentissage de deux sens : l'objectif de performance et l'objectif du championnat. Le but du championnat est le plus motivant, car les efforts sont dirigés vers le dépassement de soi, un progrès continu, source de motivation interne. Les écoliers orientés vers la performance, sont motivés par la classe (source externe de motivation). La recherche d'efficacité provoque du stress, la tricherie pour masquer les erreurs, alors que le test de contrôle favorise la demande d'aide, la satisfaction après l'effort.

L'expression de leurs émotions

L'émotion ressentie et exprimée libère des ressources cognitives pour l'apprentissage. Les émotions refoulées sont source de stress et de frustration. D'un autre côté, une colère immuable peut avoir des conséquences négatives pour un groupe de classes. Il est donc nécessaire de mettre en œuvre des stratégies de contrôle des émotions pour utiliser leur énergie ou de les modifier si nécessaire.

Les actions de l'enseignant

Prêter attention aux émotions des élèves. Leur fournir le vocabulaire pour les identifier et les exprimer. Enseigner la communication sans violence. Effectuer des exercices de pleine conscience en classe. Effectuer des exercices d'auto-relaxation en classe. Laissez les élèves bouger dans la classe.

Bien gérer leurs ressources et surmonter les obstacles

À cette fin, l'objectif d'apprentissage doit être clair, spécifique et aussi détaillé que possible pour que l'élève puisse l'adapter. Comprendre la tâche est également nécessaire pour que l'étudiant puisse gérer ses ressources conformément aux objectifs et aux résultats attendus.

Il convient également de noter que, face aux obstacles, observer les modèles de réussite, est un moyen efficace d'adopter de bonnes habitudes de travail. Enfin, rappeler le temps et l'espace permet également d'établir de bonnes habitudes. "Après avoir terminé le travail en groupe, je vais retourner à ma table et commencer mon rapport personnel immédiatement."

Un environnement propice à l'apprentissage

L'environnement social et éducatif est fortement influencé par les croyances et les perceptions des élèves. Le climat doit être calme, sans aucun défi ni compétition. Les activités doivent faciliter les échanges entre pairs, leur diversité doit favoriser l'adhésion de chacun. Il est préférable de discuter des forces des élèves et non de leurs faiblesses pour justifier l'apprentissage.



Diversité et intégration à d'autres activités

La diversité doit d'abord être incluse dans le nombre de tâches à exécuter dans le cadre d'une même action. Lorsque l'activité ne nécessite qu'une seule tâche (par exemple, l'utilisation répétée de la procédure d'analyse de texte), elle n'est généralement pas trop motivante pour les écoliers.

Les activités sélectionnées doivent également être variées. Répéter la même activité jour après jour (lire et discuter du texte, par exemple) peut être une source de démobilisation pour l'élève en raison de sa nature routinière. Cette condition a un impact particulier sur la perception par l'élève du contrôle qu'il a sur son apprentissage. Si vous demandez à un élève de faire différentes choses et que vous avez la possibilité de choisir celles qui lui conviennent le mieux, il sentira qu'il a un certain contrôle sur ce qui se passe dans la classe.

Enfin, l'action doit être intégrée à d'autres actions, c'est-à-dire qu'elle doit faire partie d'une séquence logique. Pour que l'élève voie la valeur de l'action, il doit pouvoir facilement voir que l'action est directement liée à celle qu'il vient de terminer et à celle qui va se développer. Il sera plus facile d'offrir des activités intégrées aux écoliers s'ils participent à un projet ou à une approche pédagogique.

Un défi pour l'élève

L'activité physique est un défi pour l'élève, car elle n'est ni trop facile ni trop difficile. Par exemple, un écolier perd rapidement son intérêt pour une réussite qui ne lui a pas coûté l'effort ou l'échec en raison de son incapacité à réussir. Les jeux vidéo que les jeunes aiment tant sont de bons exemples d'actions difficiles. Les jeunes qui y trouvent un emploi ont l'impression de triompher s'ils font preuve de persévérance.

Cela devrait être dans les cours de français. Cette condition affecte la perception de ses compétences par l'élève, car s'il parvient à relever le défi, il aura tendance à attribuer son succès, à une complexité non pas faible, mais à ses propres capacités.

Un exercice original

L'activité éducative doit, dans la mesure du possible, mener à la réalisation, c'est-à-dire à un exercice qui ressemble à ce que l'on trouve dans la vie quotidienne. En fait, il est important d'éviter autant que possible un élève qui doit faire un travail intéressant uniquement pour son enseignant et à des fins d'évaluation. La mise en œuvre de l'exercice améliore la perception par l'étudiant de la valeur qu'il apporte à ce qu'il fait.



Laissez l'élève interagir et collaborer avec les autres

Une activité éducative doit se dérouler dans une atmosphère de coopération et impliquer les élèves dans un objectif commun. L'apprentissage collaboratif est basé sur le principe de coopération et nécessite généralement la majorité des écoliers, car il favorise leur perception de leurs compétences et leur capacité à contrôler l'apprentissage. Des actions compétitives et non conjointes ne peuvent motiver que les plus forts, c'est-à-dire ceux qui vont probablement gagner.

D'autres disciplines aident l'élève

Afin de faire comprendre à l'écolier qu'il est nécessaire d'apprendre le français, il est souhaitable que les cours dispensés dans les cours de français soient liés à d'autres domaines scientifiques, tels que l'histoire et les mathématiques. Inversement, les activités éducatives ayant lieu dans d'autres cours devraient inclure le français.

L'intégration du français dans d'autres disciplines aide les élèves à comprendre que de bonnes compétences linguistiques sont utiles non seulement aux écoliers littéraires, mais également à ceux qui ont besoin de communiquer avec le public.

Des consignes claires à l'élève

L'élève doit savoir ce que l'enseignant attend de lui. Par conséquent, il ne perdra pas de temps à essayer de comprendre ce qu'il doit faire. Des instructions claires aident à réduire l'anxiété et les doutes que certains élèves pensent pouvoir faire ce qu'on leur demande de faire.

En ce sens, il serait prudent de toujours vérifier leur compréhension des instructions, car elles peuvent être moins claires pour les écoliers que pour la personne qui a déclaré connaître généralement très bien le sujet.

Accorder à l'élève le temps nécessaire

La durée prévue des cours en classe devrait correspondre au temps réel qui nécessite une tâche équivalente dans la vie quotidienne. L'enseignant doit éviter à tout prix que l'élève ait l'impression qu'il « tire sa copie des mains » à la fin de l'activité. En donnant aux étudiants le temps dont ils ont besoin, il les aide à évaluer de manière positive leur capacité à faire.

L'enseignant peut souhaiter que toutes les activités pédagogiques proposées par lui répondent à ces dix conditions. Il serait toutefois plus réaliste de définir cet objectif pour des projets complets impliquant la succession de plusieurs activités.

La nécessité de l'orthographe et de la lecture

Votre enfant apprendra à lire et à écrire, puis nous lui demanderons de développer son langage.



Encouragez-le à lire?! Peu importe le type de lecture?! Allez à la librairie et laissez le choix du livre à l'enfant. Allez au salon du livre, inscrivez-vous à la bibliothèque ....

Poussez-le pour écrire?! Journal de voyage, livre de recettes, petits poèmes à offrir, etc.

Créez des dictées que vous corrigez ensemble en créant des règles inintelligibles.

Blog