Problème à signaler:


Télécharger Cours introduction au redressement mono alternance en PDF



★★★★★★★★★★3.5 étoiles sur 5 basé sur 1 votes.
Votez ce document:

Télécharger aussi :

Cours introduction au redressement mono alternance en PDF




REDRESSEMENT MONOPHASE

1 - LA DIODE A JONCTION

1.1 Caractéristique courant-tension

 

                                                                                                  u AK                    

En polarisation inverse (uAK < 0) une diode ne laisse pas passer le courant - elle est bloquée. Par contre en polarisation directe (uAK > 0) le courant d'abord nul croit très rapidement à partir d'une tension de seuil US de l'ordre de quelques dixièmes de volts suivant la nature de la diode.

Pratiquement on peut vérifier l'état d'une diode en utilisant un contrôleur sur la fonction "test diode" (ohmmètre). En polarisation inverse la "résistance mesurée" est infinie, en polarisation directe la valeur affichée est en général voisine de la tension de seuil.

exemples : diode au silicium U? 0,7 V, au germanium US ? 0,2 V, DEL U? 1,5 à 2 V.

Le courant direct et la tension inverse sont limités sous peine de claquage de la diode.

exemple: diode au silicium 1N4001 : Imax = 1 A et Uinvmax = 100V

1.2 Diode idéale

 

Une diode idéale ne possède que deux états caractérisés par les relations suivantes :

•   (I)        diode passante           i ? 0    uAK = 0                        interrupteur fermé

•   (II)       diode bloquée            i = 0     uAK ? 0                        interrupteur ouvert

La tension de seuil est nulle et la puissance consommée également (p = uAK i = 0)

1.3 Diode réelle linéarisée

Le modèle précédent n'est pas toujours satisfaisant ; on ne peut pas négliger la tension de seuil et la caractéristique directe est inclinée sur la verticale. On peut néanmoins utiliser un modèle proche de la réalité en assimilant la caractéristique à deux segments de droite.

?uAK représente la résistance dynamique directe de la diode

                            R D =    ?i

Lorsqu'elle est passante, la puissance consommée par la diode n'est pas nulle, elle s'échauffe.

Le tracé de l'hyperbole de dissipation Pmax= uAK.i permet de connaître les limites d'utilisation. Au-delà des valeurs limites Pmax, Imax et Uinvmax il y a risque de destruction du composant.

Pour la suite du cours, nous admettrons que les diodes sont idéales

•   le seuil peut être négligé si la tension d'alimentation du circuit est suffisamment grande (ex. 220V)

•   la résistance dynamique (quelques 1/10ème ?) également en fonction de la résistance du circuit

diode passante (I) : 

i ? 0

uAK = 0

diode bloquée (II) : 

i = 0

uAK ? 0

2 - REDRESSEMENT MONOALTERNANCE

2.1 Charge résistive

Le montage alimenté par une source de tension alternative sinusoïdale de valeur instantanée e = E 2 sin ?t débite un courant d'intensité i dans une charge résistive de résistance R.



                                                            i               D

u R = R i

loi de maille : e = Ri + uD

2 états

I - diode passante

II - diode bloquée

i ? 0

uD = 0

i = 0

uD ? 0

e = Ri + uD = Ri

e = Ri + uD = uD  

e = Ri ? 0

e = Ri +uD = uD ? 0

changement  d'état : e = 0

 

Valeurs remarquables :

•   valeurs maximales      Imax = E 2 et |Uinvmax| = E 2

R

•   valeur moyenne          <i> = I

•    valeur efficace

I = Imax 2

2.2 Débit sur un électromoteur

Le montage alimenté par une source de tension alternative sinusoïdale de valeur instantanée e = E 2 sin ?t débite un courant d'intensité i dans une charge constituée d'une source de

tension continue de fem E' en série avec une résistance R.

                                                            i               D

 

loi de maille : e = Ri + E' + uD

2 états

I - diode passante

II - diode bloquée

i ? 0

uD = 0

i = 0

uD ? 0

e = Ri + E' + uD = Ri + E'

e = Ri + E' + uD = E' + uD  

Ri = e - E' ? 0

uD = e - E' ? 0

e ? E'

e ? E'

changement  d'état : e = E'

 

•   Valeurs maximales :  Imax = E 2 ? E' et |Uinvmax| = E 2 + E'

R

Application numérique : e = 220 2 sin100 ? t ; E' = 100 V et R = 100 ?.

•   Calculer les instants t1 et t2 des changements d'état de la diode sur une période.



•   En déduire l'angle d'ouverture ? = ? (t2 - t1) du redresseur.

Réponses : t1 = 1,04 ms ; t2 = 8,96 ms et ? = 2,48 rad.

3 - REDRESSEMENT BIALTERNANCE

3.1 Pont de Graetz

 

lois de maille :

e - uD1 -Ri - uD4 = 0

e + uD3 +Ri + uD2 = 0 e = uD1 - uD2= uD4 - uD3

D1 et D4 passantes D2 et D3 bloquées

D1 et D4 bloquées D2 et D3 passantes

i = i1 = i4 ? 0

uD1 = uD4 = 0

i = i2 = i3 ? 0

uD2 = uD3 = 0

e = Ri ? 0

e = -Ri ? 0

changement d'état : e = 0

 

Valeurs remarquables :

•   valeurs maximales      Imax =    et |Uinvmax| = E

R

•   valeur moyenne          <i> = 2Imax ?

•   valeur efficace            I = Imax

2

2

E 2

3.2 Transformateur à point milieu

 

N.B. dans ce montage, chaque diode supporte en inverse une tension égale à 2×E 2

3.3 Ondulation : rôle d'un condensateur

Un condensateur de capacité suffisamment élevée (chimique) placé en parallèle avec une charge résistive permet de limiter l'ondulation de la tension redressée et d'augmenter sa valeur moyenne.

Ri

t

interprétation sommaire :

La tension redressée est la somme d'une composante continue (DC) et d'une composante alternative (AC). Il suffit donc de court-circuiter celle-ci (AC) par le condensateur. L'impédance du condensateur doit donc être négligeable devant celle de la résistance :

1 << R soit RC >> 1 = T

                                                                     C?                             ?    2?

On observera, en travaux pratiques, l'influence de la constante de temps ? = RC sur l'ondulation résiduelle du courant dans la résistance.

N.B. On peut également lisser le courant avec une bobine d'inductance suffisante en série avec une charge résistive.

4 - REDRESSEMENT COMMANDE

4.1 Thyristor

Un thyristor ou "diode commandée" possède une électrode supplémentaire appelée gâchette dont le rôle est de rendre passante la diode au moment où on le souhaite.

•   En polarisation directe (uAK > 0), le thyristor reste bloqué tant que la gâchette ne reçoit pas une impulsion de quelques volts (uGK > 0).

•   En polarisation inverse (uAK < 0), il reste toujours bloqué.



Les propriétés du thyristor sont identiques à celles de la diode à jonction

thyristor passant

i ? 0

uAK = 0

thyristor bloqué

i = 0

uAK ? 0

N.B. Seule la première impulsion reçue sur la gâchette (lorsque uAK > 0) est active

4.2 Redressement commandé monophasé

                                                            i               D

u R = R i

N.B. Un générateur d'impulsions synchronisé par la tension d'alimentation permet de rendre passant le thyristor avec un retard to identique à chaque période.

Valeur moyenne  de la tension redressée:

Posons ?=? t et calculons la valeur moyenne sur une période en intégrant entre ?o=? to  et ? (la tension redressée est nulle en dehors de cet intervalle).

< uR > = 21? ???o E 2 sin ? d?

                         < uR > = 21? E 2    ? cos???o

< uR > = E2?2 (1+ cos?o )

 

5 - REGULATION DE TENSION PAR DIODE ZENER

5.1 Diode Zener

 

                                                                                                  u Z                       

La diode Zéner est utilisée en polarisation inverse. Elle reste bloquée jusqu'à la valeur UZo appelée tension Zéner . La tension reste alors pratiquement constante.

diode idéale

 

N.B. En inverse la diode subit un claquage réversible par champ (effet Zéner) ou par avalanche.


Dans la pratique on peut tenir compte de la résistance dynamique inverse RZ - en général très faible. Dans ce cas la diode peut être remplacée par son schéma équivalent :

 

diode passante i ? 0

uZ = UZo + RZ i

schéma équivalent

         diode bloquée       i = 0

uZ ? UZo           

interrupteur ouvert

5.2 Régulation de tension

Définition : Un montage régulateur de tension est chargé de maintenir une tension constante aux bornes d'une charge: 

I2

U1charge

Il y a stabilisation lorsque U2 = constante

Les variations de la tension de sortie U2 peuvent provenir des variations de la tension d'entrée U1 ou de la charge :

•   U1 variable et charge fixe                               stabilisation amont



•   U1 fixe et charge variable (I2 varie)    stabilisation aval

En réalité un régulateur de tension n'est pas parfait et est souvent limité par une plage de tension ou d'intensité. Sa caractéristique peut se mettre sous la forme générale :

U2 = Uo + k U1 - Ro I2

5.3 Régulation par diode Zéner

Exercice

 

La diode Zéner  a pour caractéristiques UZo = 6V et RZ = 5 ?.- R1 = 30 ?

•   Déterminer les caractéristiques du modèle équivalent de Thévenin [ET, RT] du dipôle AB lorsque la diode Zéner est passante.

•   En déduire l'expression de la tension U2 en fonction de ET, RT et I2 puis de U1, UZo, R1, RZ et I2.

•   Montrer qu'elle peut se mettre sous la forme : U2 = Uo + k U1 - Ro I2.

Stabilisation aval : U1 = 12 V, la charge R2 est variable

•   Donner l'équation de la caractéristique U2 = f(I2) lorsque la diode est passante.

•   Pour quelle valeur maximale de I2 la diode reste passante ?

•   Donner l'équation de la caractéristique U2 = f(I2) lorsque la diode est bloquée.

•   Calculer la valeur du courant de court-circuit Icc.

•   Tracer la courbe  U2 = f(I2) entre I2 = 0 et Icc

Stabilisation amont : U1 variable, la charge R2 = est fixe.

•   Quelle est l'expression de la caractéristique U2 = f(U1) lorsque la diode est bloquée.

•   Pour quelle valeur minimale de U1 la diode est-elle passante ?

•   Calculer, lorsque la diode est passante, la variation ?U2 de la tension des sortie pour une variation ?U1 = 2 V de la tension d'entrée (en admettant que ?I2 ? 0)

Réponses :

ET = R ZUR11 ++ RR1ZU Zo et R T = RR1 1+RRZ Z

U2 = R1 R+1R Z U Zo + R1R+ZR Z U1 ? RR1 1+RRZ Z I2

Uo = 5,14 V ; k = 0,14 ; Ro = 4,29 ?

stabilisation aval :  diode passante : U2 = 6,86 - 4,19 I2 ; elle se bloque pourU2? UZo soit I2 = 0,2 A diode bloquée : U2 = 12 - 30 I2

 

stabilisation amont :

diode bloquée : U2 = R1R+2R 2 U1 ((diviseur de tension) et U1MINI = R1R+2R 2 U Zo

                                   ?U2 = R1R+ZR Z ?U1 = 0,3 V

Rappels : Théorème de Thévenin

Tout dipôle actif et linéaire est équivalent à un modèle de Thévenin (M.E.T.) :

•   de fem ET égale à la tension à vide aux bornes du dipôle

•   de résistance interne RT égale à la résistance vue des bornes du dipôle lorsque toutes les sources sont éteintes.

5.4 Régulateur intégré de tension (R.I.T.)

En utilisation normale un RIT idéal a pour propriété : VS = U0 = constante.

ES

VEVS

exercice 1 : Le RIT est utilisé dans un montage régulateur série ajustable.



 

•   Montrer que US = Uo (1+ RR12 ) + R 2Io

•   On note, expérimentalement, qu'une variation de tension ?UE provoque une variation de la tension de sortie ?US.

•   Expliquer l'origine de ?US . Que peut-on faire pour limiter cette variation ?

exercice 2  On utilise le montage suivant avec un transistor (? = 250, VBE = 0,6 V).

 

•   Montrer que US = (Uo - VBE )(1+ RR12 ) + R 2 I?o

•   A-t-on amélioré les résultats par rapport au premier montage ? Pourquoi ?

•   Le courant Io variant entre 1 mA et 8 mA selon les conditions de fonctionnement, et quel que soit le montage, calculer la valeur maximale de R2 pour que ?US soit inférieur à 20 mV.



10