Apprendre la programmation Android avec base de données


Télécharger Apprendre la programmation Android avec base de données

★★★★★★★★★★3.5 étoiles sur 5 basé sur 1 votes.
Votez ce document:

Télécharger aussi :


Développement Android : Activité n°3 (Base de données)

Thierry Vaira <>

25/08/2016 (rev. 1)

Table des matières

 

L’objectif est d’écrire une application Android qui manipule une base de données SQLite :

1

 

Vous devez avoir réalisé :

1. l’activité n°2 ou l’activité n°1 Puis :

–    Copier et renommer le dossier de la première application en MyApplication3

–    Renommer l’attribut package dans $ – Renommer la valeur d’applicationId dans /home/tv/AndroidStudioProjects/MyApplication3/app/build.gradle – Démarrer Android Studio et ouvrir le projet MyApplication3

–    Faire ‘Synchronize’

–    Refactoriser le nom du package puis renommer la valeur d’app_name dans

De nombreuses applications manipulent des données et il est souvent nécessaire des les stocker dans des base de données. Ces base de données peuvent être exploités par des requêtes SQL. L’application à développer devra utilisée la technique dite embedded SQL : les instructions en langage SQL seront incorporées dans le code source d’un programme écrit dans un autre langage (ici le Java sous Android).

Une base de données (database) est un « conteneur » permettant de stocker et de retrouver l’intégralité de données brutes ou d’informations. Dans la très grande majorité des cas, ces informations sont très structurées, et la base est localisée dans un même lieu et sur un même support.

Le dispositif comporte un système de gestion de base de données (SGBD) : un logiciel moteur qui manipule la base de données et dirige l’accès à son contenu. De tels dispositifs comportent également des logiciels applicatifs, et un ensemble de règles relatives à l’accès et l’utilisation des informations.

Une base de données relationnelle est une base de données où l’information est organisée dans des tableaux à deux dimensions appelés des relations ou tables. Les lignes de ces relations sont appelées des nuplets (tuples) ou enregistrements.

Les noms des colonnes (ou champs) sont appelées des attributs.

Les logiciels qui permettent de créer, utiliser et maintenir des bases de données relationnelles sont des système de gestion de base de données relationnels (SGBDR).

Pratiquement tous les systèmes relationnels utilisent le langage SQL (Structured Query Language) pour interroger les bases de données. Ce langage permet permet de rechercher, d’ajouter, de modifier ou de supprimer des données dans les bases de données relationnelles.

Modèle de données Le schéma ou modèle de données est la description de l’organisation des données. Il renseigne sur les caractéristiques de chaque type de donnée et les relations entre les différentes données qui se trouvent dans la base de données. Il existe plusieurs types de modèles de données (relationnel, entité-association, objet, hiérarchique et réseau).

Entité Une entité est un objet, un sujet, une notion en rapport avec le domaine d’activité pour lequel la base de données est utilisée, et concernant celui pour lequel des données sont enregistrées (exemple : des personnes, des produits, des commandes, des réservations, ).

Attribut Un attribut est une caractéristique d’une entité susceptible d’être enregistrée dans la base de données. Par exemple une personne (entité), son nom et son adresse (des attributs). Les attributs sont également appelés des champs ou des colonnes.

Enregistrement Un enregistrement est une donnée qui comporte plusieurs champs dans chacun desquels est enregistrée une donnée.

Association Les associations désignent les liens qui existent entre différentes entités, par exemple entre un vendeur, un client et un magasin.

Cardinalité La cardinalité d’une association (d’un lien entre deux entités A et B par exemple) est le nombre de A pour lesquelles il existe un B et inversement. Celle-ci peut être un-a-un, un-a-plusieurs ou plusieurs-à-plusieurs. Par exemple un compte bancaire appartient à un seul client, et un client peut avoir plusieurs comptes bancaires (cardinalité un-a-plusieurs).

Modèle de données relationnel C’est le type de modèle de données le plus couramment utilisé pour la réalisation d’une base de données. Selon ce type de modèle, la base de données est composée d’un ensemble de tables (les relations) dans lesquelles sont placées les données ainsi que les liens. Chaque ligne d’une table est un enregistrement.

Base de données relationnelle C’est une base de données organisée selon un modèle de données de type relationnel, à l’aide d’un SGBD permettant ce type de modèle.

Clé primaire Dans les modèles de données relationnels, la clé primaire est un attribut dont le contenu est différent pour chaque enregistrement de la table, ce qui permet de retrouver un et un seul enregistrement (unicité). Dans les modèles de données relationnels, une clé étrangère est un attribut qui contient une référence à une donnée connexe (la valeur de la clé primaire de la donnée connexe).

SQL (Structured Query Language) C’est un langage de requête structurée et normalisé servant à exploiter des bases de données relationnelles. La partie langage de manipulation des données de SQL permet de rechercher, d’ajouter, de modifier ou de supprimer des données dans les bases de données relationnelles.

 

Recherche des lignes (aussi appelés tuples) dans une table existante :                                                                                                              

SELECT nom, service

FROM employe

WHERE statut = 'stagiaire'


 

SQLite est une bibliothèque écrite en C qui propose un moteur de base de données relationnelle accessible par le langage SQL. Contrairement aux serveurs de bases de données traditionnels, comme MySQL ou PostgreSQL, sa particularité est de ne pas reproduire le schéma habituel client-serveur mais d’être directement intégrée aux programmes. L’intégralité de la base de données (déclarations, tables, index et données) est stockée dans un fichier indépendant de la plateforme. SQLite est le moteur de base de données le plus distribué au monde, grâce à son utilisation dans de nombreux logiciels grand public comme Firefox, Skype, Google Gears, dans certains produits d’Apple, d’Adobe et de McAfee et dans les bibliothèques standards de nombreux langages comme PHP ou Python. De par son extrême légèreté (moins de 300 Kio), il est également très populaire sur les systèmes embarqués, notamment sur la plupart des smartphones modernes : l’iPhone ainsi que les systèmes d’exploitation mobiles Symbian et Android l’utilisent comme base de données embarquée.

 

SQLite est intégrée dans chaque appareil Android.

Remarque : L’accès à une base de données SQLite implique l’accès au système de fichiers. Cela peut être lent. Par conséquent, il est recommandé d’effectuer les opérations de base de données de manière asynchrone.

Si l’application crée une base de données, celle-ci est par défaut enregistrée dans le répertoire : /data/APP_NAME/databases/ DATABASE_NAME.

Le package android.database contient toutes les classes nécessaires pour travailler avec des bases de données. Le package android.database.sqlite contient les classes spécifiques à SQLite.

L’objectif est de pouvoir gérer une liste de serveurs (nom, adresse IP et numéro de port) à partir d’une base de données et l’intégrer à l’application existante.

2. On va commencer par créer une nouvelle classe Serveur pour les données à gérer. Cette classe est très simple puisque elle est définie par les attributs id, nom, adresseIP et port. On ajoute le constructeur ainsi que les accesseurs (getter

 et setter) :                                                                                                                                                                                                                       

this.port = port;

}

public String toString()

{

return "id : " + id + "\nnom : " + nom + "\nadresse IP : " + adresseIP + "\nport : " + port;

}

}                                                                                                                                                                                                                                          

Pour créer et mettre à jour une base de données dans une application Android, on doit créer une classe qui hérite de SQLiteOpenHelper. Dans le constructeur de cette sous-classe, on appelera la méthode super() de SQLiteOpenHelper, en précisant le nom de la base de données et sa version actuelle.

Dans cette classe, on doit redéfinir les méthodes suivantes pour créer et mettre à jour votre base de données :

–    onCreate() : pour accéder à une base de données qui n’est pas encore créée.

–    onUpgrade() : si la version de la base de données évolue, cette méthode permettra de mettre à jour le schéma de base de données existant ou de supprimer la base de données existante et la recréer par la méthode onCreate().

Les deux méthodes reçoivent en paramètre un objet SQLiteDatabase qui est la représentation Java de la base de données. La classe SQLiteOpenHelper fournit les méthodes getReadableDatabase() et getWriteableDatabase() pour accéder à un objet SQLiteDatabase en lecture/écriture.



Les tables de base de données doivent utiliser l’identifiant __id_ comme clé primaire de la table. Plusieurs fonctions Android s’appuient sur cette norme.

Remarque : C’est une bonne pratique de créer une classe par table. Cette classe définit des méthodes statiques onCreate() et onUpgrade() qui sont appelées dans les méthodes correspondantes de la superclasse SQLiteOpenHelper.

3. On va donc créer la classe ServeurSQLite qui hérite donc de SQLiteOpenHelper. Cette classe va permettre de définir la

 table qui sera produite lors de l’instanciation.                                                                                                                                                        

{

// on crée la table

db.execSQL(CREATE_BDD);

}


@Override

public void onUpgrade(SQLiteDatabase db, int oldVersion, int newVersion)

{

// au choix : on supprime la table puis on la recrée db.execSQL("DROP TABLE " + TABLE_SERVEURS + ";"); onCreate(db); }

}                                                                                                                                                                                                                                          

SQLiteDatabase est la classe de base pour travailler avec une base de données SQLite sous Android et fournit des méthodes pour ouvrir, effectuer des requêtes, mettre à jour et fermer la base de données :

– les méthodes insert(), update() et delete()                                                                                                                                                                

ContentValues values = new ContentValues();

(ServeurSQLite.COL_NOM, "bigbrother"); (ServeurSQLite.COL_ADRESSE_IP, "192.168.52.83"); (ServeurSQLite.COL_PORT, "5000");

getWritableDatabase().insert(ServeurSQLite.TABLE_SERVEURS, null, values);  – la méthode execSQL() qui permet d’exécuter une instruction SQL

getWritableDatabase().execSQL("DROP TABLE " + TABLE_SERVEURS + ";");

– la méthode rawQuery() qui exécute une requête SQL SELECT                                                                                                                             

Cursor c = bdd.rawQuery("SELECT * FROM" + ServeurSQLite.TABLE_SERVEURS + " WHERE " + ServeurSQLite.

 COL_ADRESSE_IP + " = ?", new String[] { adresseIP });                                                                                                                                                    

– la méthode query() qui fournit une interface structurée pour une requête SQL                                                                                            

Cursor c = bdd.query(ServeurSQLite.TABLE_SERVEURS, new String[] {ServeurSQLite.COL_ID, ServeurSQLite.COL_NOM, ServeurSQLite.COL_ADRESSE_IP, ServeurSQLite.COL_PORT}, ServeurSQLite.COL_NOM + " LIKE \"" + nom +"\"", null , null, null, null);    

Remarques :

–    L’objet ContentValues permet de définir des clés/valeurs. La clé représente l’identifiant de la colonne de la table et la valeur représente le contenu de l’enregistrement dans cette colonne. ContentValues peut être utilisé pour les insertions et les mises à jour des enregistrements de la base de données.

–    Une requête retourne un objet Cursor. Un curseur représente le résultat d’une requête et pointe généralement vers une ligne de ce résultat. La classe Cursor fournit des méthodes getXXX() par type de données : getLong(columnIndex), getString(columnIndex), pour accéder aux données d’une colonne de la position courante du résultat. Le paramètre columnIndex est l’index numérique de la colonne.

Il faut maintenant créer une classe qui va faire le lien entre les classes Serveur et ServeurSQLite afin de gérer l’insertion, la suppression, la modification et d’exécuter des requêtes dans la base de données.

 4. On va créer la classe ServeurBDD avec quelques méthodes de service :                                                                                                         

package .myapplication3;

import android.content.ContentValues; import android.content.Context; import android.database.Cursor;

import android.database.sqlite.SQLiteDatabase;

import .ArrayList; import ; public class ServeurBDD

{ private SQLiteDatabase bdd = null; private ServeurSQLite serveurSQLite = null;

public ServeurBDD(Context context)

{

// cn crée la BDD et sa table

serveurSQLite = new ServeurSQLite(context);

}

public void open()

{

// on ouvre la BDD en écriture if (bdd == null) bdd = serveurSQLite.getWritableDatabase();

}

public void close()

{ if (bdd != null) if (bdd.isOpen()) bdd.close();

}

public SQLiteDatabase getBDD()

{ return bdd;

}

public long insererServeur(Serveur serveur)

{

ContentValues values = new ContentValues();

(ServeurSQLite.COL_NOM, serveur.getNom());

(ServeurSQLite.COL_ADRESSE_IP, serveur.getAdresseIP()); (ServeurSQLite.COL_PORT, serveur.getPort());

return bdd.insert(ServeurSQLite.TABLE_SERVEURS, null, values);

}

public int modifierServeur(int id, Serveur serveur)

{

ContentValues values = new ContentValues(); (ServeurSQLite.COL_NOM, serveur.getNom());

(ServeurSQLite.COL_ADRESSE_IP, serveur.getAdresseIP()); (ServeurSQLite.COL_PORT, serveur.getPort());

return bdd.update(ServeurSQLite.TABLE_SERVEURS, values, ServeurSQLite.COL_ID + " = " + id, null);

}

public int supprimerServeur(int id)

{ return bdd.delete(ServeurSQLite.TABLE_SERVEURS, ServeurSQLite.COL_ID + " = " + id, null);

}

public Serveur getServeur(String nom) {

Cursor c = bdd.query(ServeurSQLite.TABLE_SERVEURS, new String[] {ServeurSQLite.COL_ID, ServeurSQLite.

COL_NOM, ServeurSQLite.COL_ADRESSE_IP, ServeurSQLite.COL_PORT}, ServeurSQLite.COL_NOM + " LIKE \"" + nom +" \"", null, null, null, null);

return cursorToServeur(c, true);

}

public Serveur getServeurByAdresseIP(String adresseIP) {

Cursor c = bdd.rawQuery("SELECT * FROM" + ServeurSQLite.TABLE_SERVEURS + " WHERE " + ServeurSQLite. COL_ADRESSE_IP + " = ?", new String[] { adresseIP });

return cursorToServeur(c, true); }

 

On va d’abord créer une activité ParametresActivity pour assurer l’insertion et la suppression de serveurs dans la base de données.

Elle sera lancée à partir du menu ‘Paramètres’.


 

 5. Créer une nouvelle activité vide ParametresActivity qui hérite de ListActivity :                                                                                                

 import .ListActivity;                                                                                                                                                                                      

import .AppCompatActivity; import .Bundle; import ;

public class ParametresActivity extends ListActivity

{ }          

public {

}

boolean onOptionsItemSelected(MenuItem item)

Intent intent; int id = item.getItemId();

switch (id)

{ case R.id.action_settings: intent = new Intent(MainActivity.this, ParametresActivity.class); startActivity(intent); return true;

case R.id.action_test: intent = new Intent(MainActivity.this, MyActivity.class); startActivity(intent); return true;

case R.id.quitter:

//Pour fermer l'application il suffit de faire finish() finish(); return true;

}

return super.onOptionsItemSelected(item);

 6. Modifier MainActivity pour y ajouter le lancement d’un Intent :                                                                                                                       

 

7. Créer un nouveau layout pour cette activité :

L’affichage des données de la base se fera dans un ListView.



Attention, celui-ci nécessite un id particulier (@android:id/list) et obligatoire :                                                                                                  

<ListView android:layout_width="match_parent" android:layout_height="wrap_content"

            android:id="@android:id/list"layout/>                                                                                                                                                                

Ensuite, il faut créer un nouveau                                     pour les éléments de la ListView. Android “veut” un TextView pour cela :

<?xml version="1.0" encoding="utf-8"?>

<TextView xmlns:android="; android:id="@android:id/text1"


android:layout_width="match_parent" android:layout_height="wrap_content"

android:textAppearance="?android:attr/textAppearanceListItemSmall"

android:gravity="center_vertical"

android:paddingStart="?android:attr/listPreferredItemPaddingStart" android:paddingEnd="?android:attr/listPreferredItemPaddingEnd"

android:minHeight="?android:attr/listPreferredItemHeightSmall" />                                                                                                               


 8. Compléter l’activité ParametresActivity pour y ajouter la gestion de la base de données :                                                                          

package .myapplication3;

import .ListActivity;

import .AppCompatActivity; import .Bundle; import ; import android.widget.ArrayAdapter; import android.widget.Button; import android.widget.EditText; import android.widget.ListView; import android.widget.Toast; import ;

public class ParametresActivity extends ListActivity

{ private ServeurBDD serveurBDD; private EditText edtNom; private EditText edtAdresseIP; private EditText edtPort; private Button btnAjouter; private Button btnSupprimer;

@Override

protected void onCreate(Bundle savedInstanceState)

{ super.onCreate(savedInstanceState); setContentView(R.layout.parametres);

edtNom = (EditText)findViewById(R.id.editTextNom); edtNom.setContentDescription("Le nom du serveur"); edtAdresseIP = (EditText)findViewById(R.id.editTextAdresseIP); edtAdresseIP.setContentDescription("L'adresse IP du serveur"); edtPort = (EditText)findViewById(R.id.editTextPort); edtPort.setContentDescription("Le numéro de port du serveur");

btnAjouter = (Button)findViewById(R.id.buttonAjouter); btnAjouter.requestFocus();

btnSupprimer = (Button)findViewById(R.id.buttonSupprimer);

serveurBDD = new ServeurBDD(this); ();

List<Serveur> values = serveurBDD.getServeurs();

ArrayAdapter<Serveur> adapter = new ArrayAdapter<Serveur>(this, , values); setListAdapter(adapter); adapter.setNotifyOnChange(true);

}

public void onClick(View v)

{

ArrayAdapter<Serveur> adapter = (ArrayAdapter<Serveur>) getListAdapter();

Serveur serveur = null;

if (v.getId() == R.id.buttonAjouter)

{

Toast toast = Toast.makeText(getApplicationContext(), "Ajout ", Toast.LENGTH_SHORT ); ();

serveur = new Serveur(edtNom.getText().toString(), edtAdresseIP.getText().toString(), Integer. parseInt(edtPort.getText().toString()));

long id = serveurBDD.insererServeur(serveur);

 

if(id != -1)

{ serveur.setId((int) id); (serveur);

//adapter.notifyDataSetChanged();

}

}

if (v.getId() == R.id.buttonSupprimer)

{ if (getListAdapter().getCount() > 0)

{ serveur = serveurBDD.getServeur(edtNom.getText().toString()); if (serveur == null) return;

int pos = 0; boolean trouve = false;

for(pos = 0; pos < getListAdapter().getCount(); pos++)

{

Serveur s = (Serveur)getListAdapter().getItem(pos); if(s.getId() == serveur.getId())

{ trouve = true; break;

}

}

if(trouve == true) {

Toast toast = Toast.makeText(getApplicationContext(), "Suppression Id " + Integer.toString(

serveur.getId()), Toast.LENGTH_SHORT );

();

serveur = (Serveur)getListAdapter().getItem(pos); serveurBDD.supprimerServeur(serveur.getId());

adapter.remove(serveur);

//adapter.notifyDataSetChanged();

}

}

}

if (v.getId() == R.id.buttonFermer)

{ serveurBDD.close();

finish();

}

}

protected void onListItemClick(ListView l, View v, int position, long id)

{ super.onListItemClick(l, v, position, id);

Toast toast = Toast.makeText(getApplicationContext(), "Suppression ", Toast.LENGTH_SHORT ); ();

ArrayAdapter<Serveur> adapter = (ArrayAdapter<Serveur>) getListAdapter();

Serveur serveur = null;

serveur = (Serveur)getListAdapter().getItem(position); serveurBDD.supprimerServeur(serveur.getId());

adapter.remove(serveur);

//adapter.notifyDataSetChanged();

}

@Override

protected void onResume()  { (); super.onResume();

}

@Override protected void onPause()

{ serveurBDD.close(); super.onPause();

}                                                                                                                                                                                                                                          

Remarque : lorsque la vue est affichée, le clavier s’affiche automatiquement car un EditText possède le focus. On peut

retirer ce comportement pour cette activité en modifiant l’

<activity android:name=".ParametresActivity" android:windowSoftInputMode="stateHidden"></activity>                                                                

On va maintenant intégrer une utilisation de la liste des serveurs disponibles dans l’activité MyActivity. On affichera les noms des serveurs dans un Spinner (une liste déroulante). Évidemment, un clic mettra à jour les champs Adresse IP et Port à partir de l’enregistrement stocké dans la base de données.

 

9. Créer un nouveau layout puis modifier le layout existant en y ajoutant un include vers le

 nouveau layout :                                                                                                                                                                                                            

<?xml version="1.0" encoding="utf-8"?>

<LinearLayout xmlns:android=";

 

 10. Modifier l’activité MyActivity pour y intégrer l’utilisation de la liste des serveurs disponibles :                                                              

spinnerListeServeurs.setContentDescription("La liste des serveurs"); creerListeServeurs();

   

Sur certaines versions d’Android, la commande run-as retourne une erreur “package unknown” qui est un bug connu

). Pour corriger cela, on va fixer le droit de lecture à tous sur le fichier de base de données.

On ajoute dans la méthode onCreate() de la classe ServeurSQLite le code suivant :                                                                                            

String path = db.getPath(); // path =

File f = new File(path);

DATABASE_VERSION) au moins une fois pour fixer les droits.

–   

–   

–   

–    Utilisation de base de données SQLite sous Android Retour



15