Un traducteur est un spécialiste des langues, qui transcrit des textes ou des conversations d'une langue étrangère dans une langue maternelle avec un double objectif : exactitude et fluidité. Il peut être salarié ou travailler seul. C'est un travail difficile, mais qui enrichit l'esprit où la perfection est honorée financièrement et de façon professionnelle.

comment devenir traducteur

Avoir des compétences linguistiques parfaites

Un diplôme reconnu et une expérience dans ce domaine sont les éléments de base. Pour acquérir des connaissances et de la renommée, vous pouvez commencer avec un bénévole ou un stage.

Connaître des méthodes

Vous devez au moins disposer des informations de base sur les outils MS Office. La traduction assistée par ordinateur (outils de TAO) est un atout.

Capacité administrative

En tant qu'indépendant, vous devez négocier directement avec vos clients.

Développement du réseau de travail

L'agence de traduction est capable de gérer une clientèle très diverse. De plus, la traduction est un monde où les opérateurs se connaissent, il est donc nécessaire d'établir rapidement des liens.

Améliorez vos connaissances

Votre organisation vous envoie régulièrement des formations pour assurer la qualité de votre travail. Pensez également aux avantages que vous tirez de la réputation de la structure.

Garantie pour votre travail

Dans le contexte de crise économique actuelle, en particulier sur le marché en pleine mutation de la traduction, la sécurité de l'emploi est précieuse.



Certaines cultures autodidactiques travaillent sur des agences de traduction étrangères au détriment de grands efforts d'exploration. Même en Bac +5, il n'est pas facile de commencer dans cette zone. Qu'il s'agisse de recruter un groupe de traducteurs ou de rechercher des traducteurs indépendants, les agences de traduction ont généralement besoin de deux ans d'expérience. Par conséquent, il est dans l'intérêt des candidats de traduire des traductions volontaires pendant leurs études.

Souvent, des traducteurs expérimentés sont également des relectures. Après cela, vous pouvez devenir chef de projet dans une agence de traduction ou devenir un monde de termes.

Les erreurs de base à éviter

Les erreurs linguistiques

Les erreurs linguistiques telles que les fautes grammaticales, la syntaxe et les couplages doivent être évités. Il est important de créer une bonne réputation lorsque vous commencez avec vos fournisseurs et vos clients. De grossières erreurs peuvent nuire à votre réputation. Pour les éviter, restez dans votre domaine de compétence.

La recherche de contrat

N'attendez pas qu'un contrat vienne à vous, allez directement chez eux. Ne réduisez pas vos perspectives et continuez la réponse efficace de votre relation commerciale.

L'importance des relations d'affaires

Rejoignez diverses associations, recevez des conseils et recevez des certificats de qualité.

En outre une connaissance approfondie d'au moins deux langues étrangères, les traducteurs doivent maîtriser parfaitement leur langue maternelle afin de créer une traduction fidèle et fluide de la restitution d'autres textes originaux. Par conséquent, il doit avoir certaines caractéristiques de détermination, de diligence et de curiosité. Il devrait également pouvoir suivre la présentation des documents fournis par le logiciel de traduction. Enfin, les traducteurs indépendants doivent être polyvalents, flexibles et capables de faire leur travail en fonction de la situation.



Les compétences académiques requises pour devenir traducteur

Le diplôme en traduction vous prendra deux années complètes : en général, vous devez vous rendre à l'université tous les jours (l'horaire universitaire n'est pas réputé s'adapter.), faire des devoirs/une ou plusieurs formations/mémoire et réussir l'examen. Vous n'avez pas reçu de commentaires et enregistré (ce qui n'est pas toujours facile quand vous êtes un étudiant adulte), reconnectez-vous avec la méthode de travail que vous avez entrée dans le placard (vérification, prise de notes, examen écrit) et économisez beaucoup de tables (surtout, si vous continuez à travailler et être un parent).

Est-ce juste un test abusif en sueur et en larmes??

Non, bien sûr, deux années scolaires sont passées rapidement (surtout pendant les vacances scolaires), vous gagnez en connaissances et en productivité, développez vos conversations en dialoguant avec des enseignants et des élèves aux expériences variées, dépassant les limites et ayant la satisfaction de relever des défis.

En effet, la plupart des traducteurs sont véritablement diplômés. Selon la dernière étude SFT sur le niveau de formation et de rémunération des professionnels du secteur, 89 % des traducteurs ont achevé au moins quatre années d'études supérieures. Donc, quel que soit votre niveau, vous aurez du mal à vous convaincre si vous êtes autodidacte. Quoi qu'on en pense, les diplômes comptent beaucoup en France, alors même si vous en avez un dans votre poche, autant que cela vous sert d'obtenir des contrats.

Pour devenir interprète, vous devrez poursuivre vos études jusqu'à Bac +5.

Vous devez d'abord obtenir une licence :

• Licence en littérature et civilisation en langues étrangères,

• Licence de Langues Étrangères Appliquées.

Vous pouvez ensuite poursuivre vos études universitaires en préparant un master pro (lettres, LEA ou sciences du langage) - il existe une douzaine de spécialités différentes - ou intégrer une école de traduction.



Les établissements reconnus dans ce domaine sont ESIT (public); ISIT (privé); INALCO (langues orientales) et ITIRI (relations internationales).

Les différentes spécialités du traducteur

Le terme général de l'interprète est généralement utilisé pour désigner différentes traductions. Il apporte une spécialité très différente :

• Un traducteur technique est généralement un professionnel d'un secteur particulier (industrie, médecine, droit). Qui traduit des documents liés à son domaine d'activité. Il a de multiples compétences.

service de traduction

• Travaille comme interprète pour les éditeurs lorsqu'il signe un contrat pour la traduction d'une œuvre particulière. Il est auteur et perçoit des frais pour la vente d'œuvres traduites.

• Les traducteurs audiovisuels et traduction de films, de séries ou de documentaires. De nombreuses restrictions techniques (vitesse de traduction, coordination, etc.) doivent être respectés. Également reçu des redevances.

• Le localisateur dans les ordinateurs et le multimédia. Il traduit le contenu des programmes, des jeux vidéo ou des sites Web correspondant aux restrictions locales qu'ils signifient.

• Le traducteur a été approuvé par les autorités judiciaires.Le traducteur judiciaire est le seul qui a le pouvoir de traduire certains documents (pièces d'identité, documents d'état général, jugements), la traduction juridique a une valeur de validité juridique.

• Les interprètes de conférence assurent la traduction simultanée, simultanée ou consécutive des locuteurs de discours (conférences internationales, réunions de travail, audiences, etc.).

Les traducteurs et interprètes travaillent parfois en tant que personnel (organisations internationales, agences de traduction et grandes entreprises) au sein de l'équipe de traduction. Ils travaillent souvent en tant que traducteurs indépendants. Ensuite, ils consacrent la majeure partie de leur temps à des tâches commerciales : prospection, mise en réseau, négociation, facturation, etc.



Le salaire brut d'un interprète débutant est de 1900 euros.