Cours Merise

Manuel complet avec exercices pour apprendre Merise


Télécharger Manuel complet avec exercices pour apprendre Merise

★★★★★★★★★★3.3 étoiles sur 5 basé sur 3 votes.
Votez ce document:

Télécharger aussi :


MERISE :

60 AFFAIRES CLASSÉES

Michel DIVINÉ

Les Éditions du phénomène

Du même auteur :

PARLEZ-VOUS MERISE ? Éditions Eyrolles 1994

PARLEZ-VOUS PROGICIEL ? Éditions du Phénomène. 2008

PARLEZ-VOUS SAP ? Éditions du Phénomène 2008

A Alain SARTON

"J'm'en vais m'asseoir

Au bord de l'eau,

Si j'ai l'cafard

J'y pique une tête "

Chester Himes, Il pleut des coups durs

Merci à tous ceux qui m'ont aidé dans la rédaction de ce livre, lecteurs, enquêteurs ou fournisseurs de matériel : Annie, Marine, François et Marc Diviné, Jean-Pierre Hippon, Francis Jallain, Alain et Véronique Blanchet, Denis et Evelyne Longueville, Michel Mingasson, Anne Guignard, Eric Patrux, Yves Tabourier et Nicolas Mendras.

Entrez, cria Burton

Boileau Narcejac, Le dernier mot


PREFACE

IS FECIT CUI PRODEST

Adage judiciaire

« Soixante affaires classées » : voilà un titre propre à éveiller en nous l'âme d'un juge d'instruction, et à nous faire comprendre le proverbe dans ce contexte : celui à qui [le crime] profite, c'est lui qui l'a fait. Mais c'est en vérité un proverbe générique, voire un méta-proverbe (celui à qui [cela] profite, c'est lui qui l'a fait) .

Michel Diviné, qui cherche à instruire non pas des affaires, mais nous-mêmes, nous en propose une autre interprétation : celui à qui [l'exercice] profite, c'est lui qui l'a fait.

 « L'exercice profite à celui qui l'a fait », telle est en effet la devise de ce livre, une devise de pédagogue. Déjà, dans « Parlez-vous Merise ? », la pédagogie de l'exemple était tellement poussée que j'avais introduit mon avant-propos par le dicton semblable « je fais et j'apprends », sans prévoir qu'il serait encore mieux adapté à un ouvrage ultérieur.

C'est donc au travail que vous invite ce recueil d'exercices gradués et variés dont l'usage, plus que la simple lecture d'un manuel, laissera sûrement en vous des sédiments durables et bienfaisants, à la mesure de vos efforts : ce que vous aviez simplement compris, vous allez vous l'approprier.

Cela nous mène à une dernière instanciation du proverbe : le bienfait profite à celui qui l'a fait ! Michel Diviné le méritera bien, lui qui pousse la générosité, l'enthousiasme et peut-être l'optimisme au point de penser que les modèles de communications, la non-séparabilité des aspects statiques et dynamiques, ou encore la « courbe de la pluie », font évidemment déjà partie du patrimoine Merisien communément admis et partagé. Mais sans doute prend-il juste un peu d'avance, bien utile à un ouvrage auquel je souhaite longue vie ou, qui sait, dans la perspective d'un prochain troisième ?

Yves Tabourier

Directeur de la recherche, Mega International

Corrigé de l'interrogation écrite

Un méta-proverbe remplace des termes d'un certain niveau (par exemple des noms : [le crime]) par des vocables d'un niveau plus élevé (par exemple des pronoms : [cela]), voire les supprime « pure » comme en latin. Un proverbe surtype emploie des termes de même niveau que le proverbe initial, mais plus généraux : [l'acte]. D'où la traduction demandée : celui à qui [l'acte] profite, c'est lui qui l'a fait.

Avant-propos : dans la chaleur de Merise ou comment utiliser ce livre

Avant-propos : dans la chaleur de Merise ou

comment utiliser ce livre

Vous avez été nombreux à dévorer le premier ouvrage Parlez-vous Merise ? et êtes impatients de mettre en pratique vos connaissances. Selon votre expertise, vous utiliserez différemment cet ouvrage et les types d'affaires recensées.

Si vous possédez le savoir faire : vous pouvez vous rendre au chapitre 12 et résoudre les 14 exercices complets pour confirmer votre maîtrise. Si vous avez des solutions meilleures, envoyez-les moi. Elles seront introduites dans les prochaines éditions avec votre accord !

Si vous possédez uniquement le savoir : allez au chapitre 3, faites le questionnaire pour rafraîchir vos connaissances, les 46 exercices des étapes et les 14 exercices complets. N'hésitez pas à refaire un exercice après avoir lu la solution. C'est le moyen le plus efficace de mémoriser la méthode.

Si vous avez très peu de savoir : lisez l'introduction, faites les 46 premiers exercices deux fois chacun au minimum. Si vous voulez des compléments théoriques, relisez l'ouvrage "Parlez-vous Merise ?" Ensuite, vous pouvez aborder les exercices complets.


Table des matières

AVANT-PROPOS : DANS LA CHALEUR DE MERISE OU COMMENT

UTILISER CE LIVRE 9

TABLE DES MATIÈRES .. 11

CHAPITRE 1 : INTRODUCTION .. 19

1 RAPPEL SUR MERISE . 19

2 ETAPES D'UNE ÉTUDE INFORMATIQUE. . 22 3 PLAN DE L'OUVRAGE . 24

CHAPITRE 2 : RAPPEL DES MODÈLES . 27

1 LES MODÈLES DU NIVEAU CONCEPTUEL .. 27

2 LES MODÈLES DU NIVEAU ORGANISATIONNEL .. 31 3 LES MODÈLES DU NIVEAU LOGIQUE 34

CHAPITRE 3 : QUESTIONNAIRE À CHOIX MULTIPLES .. 39

1  QUESTIONS GÉNÉRALES (EXERCICE 0) .. 39

2  CONCEPTUEL (EXERCICE 1) 40

3  ORGANISATIONNEL (EXERCICE 2) .. 43

4  INFORMATIQUE (EXERCICE 3) 44

CHAPITRE 4 : TROUVER LES FONCTIONS OU LES LIMITES DU

PROJET 47

1 LES FONCTIONS D'UN ÉTABLISSEMENT SCOLAIRE (EXERCICE 4) .. 47 2 LES FONCTIONS DES SERVICES GÉNÉRAUX (EXERCICE 5) . 49 3. LES FONCTIONS D'UNE BIBLIOTHÈQUE POUR TOUS (EXERCICE 6) 50

CHAPITRE 5 : MODÉLISER LES DONNÉES À INFORMATISER : LE

MCD . 51

1 COMPRENDRE LES CARDINALITÉS (EXERCICE 7) .. 51

2. METTRE LES CARDINALITÉS (EXERCICE 8) 53

3  UN SEUL VOCABULAIRE (EXERCICE 9) .. 53

4  EXPLIQUER UN MCD (EXERCICE 10) . 54

5  ETUDES (EXERCICE 11) . 54 6 TOURNÉES (EXERCICE 12) .. 55 7 ORDONNANCE (EXERCICE 13) .. 55

8 SANCTIONS (EXERCICE 14), RÉFÉRENCE 1 .. 56

9 VOTE ITALIEN POUR LES PRÉSIDENTIELLES (EXERCICE 15), RÉFÉRENCE 1 .. 56

10  LOCATION DE LOGEMENT (EXERCICE 16) . 56

11  PLAN MILITAIRE (EXERCICE 17), RÉFÉRENCE 4 .. 57

12 IN MEMORIAM CHISHÛ RYÛ (EXERCICE 18), RÉFÉRENCE 1 .. 57 13 CHINE : CONSTRUCTION DE DEUX CENTRALES AU CHARBON (EXERCICE 19),

RÉFÉRENCE 1 58

14  CAROLINGIENS (EXERCICE 20) .. 58

15  NOMENCLATURES OU PYRAMIDES (EXERCICE 21) 58

16  ENSEIGNEMENT (EXERCICES 22 À 24) . 59

17  SOUS-TYPER (EXERCICE 25) 60 18 MÉTA-MODÉLISER (EXERCICE 26) 61

CHAPITRE 6 : CONSTRUIRE UN JEU D'ESSAI 63

1 INTRODUCTION . 63

2 STOCK AU JOUR J ET RÈGLES DE RÉAPPROVISIONNEMENT. . 64 3 DEMANDES DE FOURNITURES DES SECRÉTARIATS DES 21 ET 22 OCTOBRE .. 65

4 DON IMMÉDIAT 65

5 CALCUL DES BESOINS NETS AU 24 OCTOBRE (EXERCICE 27) .. 65 6 CALCUL DE LA QUANTITÉ À RÉAPPROVISIONNER (EXERCICE 28) . 66

7 TARIFS ET CONDITIONNEMENTS FOURNISSEUR . 66

8 PASSAGE DES COMMANDES FOURNISSEUR (EXERCICE 29) LE 24 OCTOBRE . 66

9. RÉCEPTION - ENTRÉE EN STOCK . 67

10  ETAT DU STOCK APRÈS DISTRIBUTION (EXERCICE 30) 67

11  DON PAR SERVICE 68

12  HISTORIQUE DES DONS PAR SERVICE (EXERCICE 31) .. 68

13 CALCUL DU PUMP PAR PRODUIT ET VALORISATION DU STOCK (EXERCICE 32)

68

14 CONSTRUIRE LE MCD DU JEU D'ESSAI (EXERCICE 33) 69

CHAPITRE 7 : VALIDER DONNÉES, TRAITEMENTS ET

COMMUNICATIONS . 71

1 VALIDER DONNÉES ET COMMUNICATIONS .. 71

2 VALIDER TRAITEMENTS ET DONNÉES : CALCUL DE PLAN DE PRODUCTION

(EXERCICE 36) . 73

CHAPITRE 8 : DÉFINIR L'ORGANISATION .. 77

1  YAKUSA (EXERCICE 37), RÉFÉRENCE 2 . 77

2  PROCÉDURE PUNITION MCT ? (EXERCICE 38), RÉFÉRENCE 2 78

3  MAASTRICHT (EXERCICE 39) . 79 4 CAS ECCLÉSIASTIQUE (EXERCICE 40) 80

CHAPITRE 9 : OUTILS DONNÉES OU TRAITEMENTS ? . 83

1  MCC . 83

2  MCT . 84

3  MCD . 85

4  MOT . 86

5  MOD 87 6 LISTE DES OUTILS (EXERCICES 41 ET 42) . 88

CHAPITRE 10 : PLANIFIER LES OUTILS . 91

1 HYPOTHÈSES DE PLANIFICATION . 91 12 EXERCICE 43 .. 93

CHAPITRE 11 : CONSTRUIRE LE MPD . 95

1  MPD1 (EXERCICE 44) .. 95

2  MPD2 (EXERCICE 45) .. 95

3  MPD3 (EXERCICE 46) .. 96

CHAPITRE 12 : EXERCICES COMPLETS . 99

1  MISÉRABLES (HÔTEL) (EXERCICE 47) .. 99

2  TAXE D'APPRENTISSAGE (EXERCICE 48) 103

3  STAGES (EXERCICE 49) .. 104

4  FORMER (EXERCICE 50) . 105

5  SÉLECTIONNER (EXERCICE 51) .. 106

6  SERVICES GÉNÉRAUX (EXERCICE 52) . 107

7  SERVICES GÉNÉRAUX (EXERCICE 53) . 108

8  MAISON D'ÉDUCATION (EXERCICE 54) 108

9  CABINET ANIMAL (EXERCICE 55) . 110

10  PRESSE (EXERCICE 56) 111

11  LOCATION D'APPARTEMENT (EXERCICE 57) .. 114

12  GESTION FAMILIALE D'UN MÉNAGE (EXERCICE 58) .. 115

13  CABINET MÉDICAL (EXERCICE 59) . 115 14 CABINET PHOTOGRAPHE (EXERCICE 60) . 116

CHAPITRE 13 : CORRIGÉ QCM 121 1 CORRIGÉ EXERCICE 0 : QCM GÉNÉRAL . 121

2 CORRIGÉ EXERCICE 1 : QCM CONCEPTUEL . 122 3 CORRIGÉ EXERCICE 2 : ORGANISATION .. 125

4 CORRIGÉ EXERCICE 3 QCM INFORMATIQUE 126

CHAPITRE 14 : RÉPONSES POSSIBLES SUR LES FONCTIONS DU

PROJET .. 129

1 CORRIGÉ EXERCICE 4 : FONCTIONS DE L'ÉCOLE . 129

2 CORRIGÉ EXERCICE 5 : FONCTIONS SERVICES GÉNÉRAUX . 132 3 CORRIGÉ EXERCICE 6 : FONCTIONS DE LA BIBLIOTHÈQUE . 134

CHAPITRE 15 : CORRIGÉ DE LA MODÉLISATION DES DONNÉES À

INFORMATISER . 137

1 CORRIGÉ DE L'EXERCICE 7 : COMPRENDRE LES CARDINALITÉS .. 137 2 CORRIGÉ DE L'EXERCICE 8 : LES CARDINALITÉS DE LIVRAISON .. 139

3  CORRIGÉ DE L'EXERCICE 9 : UN SEUL VOCABULAIRE .. 139

4  CORRIGÉ DE L'EXERCICE 10 : EXPLICITER UN MCD . 140

5  CORRIGÉ DE L'EXERCICE 11 : "ÉTUDES" . 140

6  CORRIGÉ DE L'EXERCICE 12 : TOURNÉES 140

7  CORRIGÉ DE L'EXERCICE 13 : ORDONNANCE 141

8  CORRIGÉ DE L'EXERCICE 14 : SANCTION 142

9  CORRIGÉ DE L'EXERCICE 15 : VOTE .. 142

10  CORRIGÉ DE L'EXERCICE 16 : LOCATION . 143

11  CORRIGÉ DE L'EXERCICE 17 : PLAN MILITAIRE . 144

12 CORRIGÉ DE L'EXERCICE 18 : IN MEMORIAM CHISHU RYÛ 144 13 CORRIGÉ DE L'EXERCICE 19 : CENTRALES AU CHARBON . 145

14       CORRIGÉ DE L'EXERCICE 20 : LES CAROLINGIENS .. 146

15       CORRIGÉ DE L'EXERCICE 21 : LA PYRAMIDE .. 146

16       CORRIGÉ DES EXERCICES 22 À 24 : CAS D'ÉCOLE 148

17       CORRIGÉ DE L'EXERCICE 25 : LE SOUS-TYPE . 151 18 CORRIGÉ DE L'EXERCICE 26 : LE META-MODÈLE . 152 CHAPITRE 16 : CORRIGÉ DU JEU D'ESSAI 155

1 CORRIGÉ DE L'EXERCICE 27 : LE CALCUL DES BESOINS NETS .. 155 2 CORRIGÉ DE L'EXERCICE 28 : CALCUL DE LA QUANTITÉ À RÉAPPROVISIONNER

. 156

3 CORRIGÉ DE L'EXERCICE 29 : PASSAGE DES COMMANDES FOURNISSEUR .. 156

4 RÉCEPTION, ENTRÉE EN STOCK .. 156

5 CORRIGÉ DE L'EXERCICE 30 : ÉTAT DU STOCK APRÈS DISTRIBUTION 157

6 DON PAR SERVICE 157

7 CORRIGÉ DE L'EXERCICE 31 : HISTORIQUE DES DONS PAR SERVICE .. 157 8 CORRIGÉ DE L'EXERCICE 32 : CALCUL DU PUMP PAR PRODUIT ET

VALORISATION DU STOCK 158

9 CORRIGÉ DE L'EXERCICE 33 : MODÈLES DE DONNÉES DU JEU D'ESSAI . 158 CHAPITRE 17 : CORRIGÉ DES VALIDATIONS 161

1 CORRIGÉ DE L'EXERCICE 34 : INFORMATIONS DES MESSAGES . 161

2 CORRIGÉ EXERCICE 35 : VALIDATION MCC/MCD .. 161 3 CORRIGÉ EXERCICE 36 : VALIDATION TRAITEMENTS ET DONNÉES 163 CHAPITRE 18 : CORRIGÉ ORGANISATION .. 165

1  CORRIGÉ EXERCICE 37 : LES POSTES DE TRAVAIL . 165

2  CORRIGÉ EXERCICE 38 : MCT INFRACTION . 165

3  CORRIGÉ EXERCICE 39 : PROCÉDURE MAASTRICHT . 165

4  CORRIGÉ EXERCICE 40 : CAS ECCLÉSIASTIQUE .. 167

CHAPITRE 19 : CORRIGÉ EXERCICES 41 ET 42, LISTER LES OUTILS

.. 175

1 CORRIGÉ EXERCICE 41 : OUTILS À PARTIR DES DONNÉES .. 175

2 CORRIGÉ EXERCICE 42 : OUTILS À PARTIR DES TRAITEMENTS . 176 3 CONCLUSION DES EXERCICES . 177

CHAPITRE 20 : CORRIGÉ EXERCICE 43, PLANIFIER LES OUTILS179

1 COMPLEXITÉ DES OUTILS . 179

2 CHARGES DE SPÉCIFICATION ET DE RÉALISATION DES OUTILS 179

CHAPITRE 21 : CORRIGÉS DES MODÈLES PHYSIQUES DE

DONNÉES . 181

1  CORRIGÉ EXERCICE 44 : MPD1 . 181

2  CORRIGÉ EXERCICE 45 : MPD2 . 182

3  CORRIGÉ EXERCICE 46 : MPD3 . 183

CHAPITRE 22 : CORRIGÉS DES CAS COMPLETS . 185

1. CORRIGÉ DE L'EXERCICE 47 : LES MISÉRABLES 185

2. CORRIGÉ DE L'EXERCICE 48 : LA TAXE D'APPRENTISSAGE 187

3.  CORRIGÉ DE L'EXERCICE 49 : STAGES 194

4.  CORRIGÉ DE L'EXERCICE 50 : FORMER LES ÉLÈVES . 199

5 CORRIGÉ DE L'EXERCICE 51 : SÉLECTIONNER . 204

6 CORRIGÉ DE L'EXERCICE 52 : SERVICES GÉNÉRAUX, DOMAINE "DISTRIBUER"

. 209

7 CORRIGÉ DE L'EXERCICE 53 : SERVICES GÉNÉRAUX, DOMAINE "ACHETER".. 216

8. CORRIGÉ DE L'EXERCICE 54 : MAISON D'ÉDUCATION. 224 9 CORRIGÉ DE L'EXERCICE 55 : CABINET ANIMAL . 232

10 CORRIGÉ DE L'EXERCICE 56 : PRESSE 238

11. CORRIGÉ DE L'EXERCICE 57 : LOCATION D'APPARTEMENT 249 12. CORRIGÉ DE L'EXERCICE 58 : GESTION FAMILIALE (DÉPENSES ET SOLDES)

D'UN MÉNAGE 256

13 CORRIGÉ DE L'EXERCICE 59 : CABINET MÉDICAL 262 14. CORRIGÉ DE L'EXERCICE 60 : PHOTOGRAPHE .. 269

ANNEXE 1 : COÛTS .. 279

1. COÛT DE MICRO-ORDINATEURS 279

2. COÛT D'UN RÉSEAU DE MICRO-ORDINATEURS (LOCAL AREA NETWORK) 279

3.  COÛT DES LOGICIELS DE MICRO-ORDINATEURS 279

4.  COÛT D'UNE ARCHITECTURE MINI-SYSTÈME DU TYPE UNIX . 280 5. COÛT D'UNE ARCHITECTURE GROS SYSTÈME . 280

ANNEXE 2 : GLOSSAIRE . 281

ANNEXE 3 : LÉGENDE DES SYMBOLES 285

1  MODÈLE DE COMMUNICATION 285

2  MODÈLE DE TRAITEMENT . 285

3  MODÈLE DE DONNÉES 285

4  PROCÉDURE (MOT) 286

5  ARCHITECTURE INFORMATIQUE 286

6 DESCRIPTION D'UNE TRANSACTION (MODÈLE LOGIQUE DE TRAITEMENT) 287

7 MODÈLE LOGIQUE DE DONNÉES . 287

ANNEXE 4 : RÉFÉRENCES . 289

PREMIÈRE PARTIE

RAPPELS ET OBJECTIFS


Chapitre 1 : introduction

L'expérience, se dit le concierge, on en parle toujours comme si elle servait à quelque chose.

Jean Sareil, Le pipelet n'a pas pipé

Cet ouvrage a pour objectif la compréhension de Merise, méthode d'informatisation universelle. Toute méthode informatique doit répondre à quatre objectifs principaux :

?  définir ce que l'utilisateur final veut informatiser (quitte à lui faire comprendre ce qu'il veut), et sa faisabilité ;

?  vérifier la cohérence de sa demande ;

?  structurer les données à informatiser. Cela est primordial en informatique de gestion ;

?  rester simple. Ce point est largement battu en brèche quand une méthode est appliquée "pour la méthode". Elle doit rester un outil d'aide à la conception ou à la réalisation.

Merise sert de langage de référence entre les différents acteurs, informaticiens et utilisateurs. Elle représente, sous forme de représentations graphiques appelées modèles, les différents concepts manipulés. Merise possède des modèles spécifiques. Les exemples sont choisis dans cet ouvrage afin de mettre en évidence l'apport spécifique de chaque modèle. Les méthodes de conduite de projet, découpe du projet en tâches ou en sous-projets, estimation des charges, affectation des ressources aux tâches, ne sont pas abordées ici. 

1 Rappel sur Merise

Merise répond aux critères précédents à sa manière :

1.1 Définir ce que l'utilisateur final désire

Des étapes de validation jalonnent le travail effectué. L'utilisateur est contraint de valider un "niveau" avant de passer au suivant. Par exemple, les enchaînements d'écrans de saisie de ristournes ou de promotion consommateur ne seront pas dessinés si des définitions ne sont pas données ou ne sont pas claires pour le concepteur et l'utilisateur. Des étapes sur lesquelles il est possible de revenir ont été créées.

Les étapes retenues dans Merise correspondent aux trois niveaux suivants :

?  un niveau indépendant de l'organisation, fonctionnel, et appelé conceptuel ;

?  un niveau indépendant de l'informatique, l'organisationnel, et ;

?  l'informatique. Ce niveau est découpé en deux "sous-niveaux" logique et physique. Le "sous-niveau" logique, indépendant du matériel, peut encore être découpé en spécification externe, visible par l'utilisateur, et spécification interne, ou invisible à l'utilisateur. Il est inutile de faire valider ou approuver la spécification interne à l'utilisateur final.

Niveaux

CONCEPTION

ORGANISATION

INFORMATIQUE

Logique

Physique

D'autres étapes auraient pu être choisies. Certains niveaux, en particulier le niveau organisationnel, n'existent pas dans des méthodes anglo-saxonnes telles que Ssadm ou Sadt.

1.2 Vérifier la cohérence de sa demande

Le domaine à informatiser est abordé par trois côtés ou approches : communication, traitement et données. La validation permet de vérifier la cohérence de ces modèles entre eux.

Communication, traitement et données.

Dans tout projet impliquant un dialogue ou un découpage nécessaire des projets

(construction d'usine avec un découpage génie civil, électricité, instrumentation, informatique, tuyauterie ), les quiproquos viennent d'une définition insuffisante des fonctions couvertes par chaque métier. C'est pourquoi, avant de démarrer un projet, il est fondamental de fixer les limites de ce projet et de définir ses liens avec les autres projets. A chaque projet est rattaché un domaine de l'entreprise. Les liens entre projets sont représentés par les échanges entre domaines

fonctionnels. La découpe de l'entreprise et les échanges entre systèmes internes ou externes à l'entreprise sont représentés dans les modèles de communication.

La deuxième approche qui vient naturellement à l'esprit quand il s'agit d'informatique est la description des traitements : "Que provoquent ou comment sont générés ces messages ou ces échanges d'information ?"

Enfin, vient la structuration des données, sur laquelle nous reviendrons au point trois.

Vérification de la cohérence entre les modèles de communication, données et traitements.

Une première validation, décrite dans tous les manuels concernant Merise, doit être effectuée entre données et traitements. Toute donnée ou information est utilisée dans un traitement et tout traitement peut accéder aux données nécessaires.

Toute méthode accordant une importance privilégiée et justifiée aux données, telle que Niam ou Merise, doit garder son objectif de vérifier la faisabilité de la demande utilisateur en croisant ses besoins, exprimés sous forme de données, et ses besoins de traitement. Les données sont au service des traitements.

Une deuxième validation, intervenant avant la validation entre les données et les traitements, est la validation entre données et communication. Cette validation est plus facile et suppose que les modèles de communication ont été effectués : ne pas modéliser des données de lieu de livraison quand les messages contiennent des données de publicité consommateur ou de marketing.

Communication

Données

Traitement

Vérification cohérence

Approche

1.3 Les modèles de Merise

La combinaison des 4 niveaux et des 3 approches donne lieu à la "création" de 12 modèles de référence. Par exemple, le croisement du niveau conception et de l'approche données crée le MCD, ou modèle conceptuel de données.

Communication

Données

Traitement

Conception

MCC

MCD

MCT

Organisation

MOC

MOD

MOT

Informatique

Logique

Physique

MLC

MPC

MLD

MPD

MLT

MPT

Certains modèles ne seront pas abordés dans cet ouvrage.

?  Le modèle logique de données ou MLD, indépendant du système de gestion de base de données ou SGBD, n'est pas traité. La transformation entre les modèles entité relation (MCD ou MOD) et les modèles physiques relationnel et réseau est directe. Ceux-ci sont considérés comme logiques par les administrateurs de base de données. Certains appellent modèles logiques de données les modèles dépendant du SGBD, traités ici comme physiques.

?  Le modèle organisationnel de communication ou MOC, traite les messages échangés entre sites différents : demande de présentation, demande de lancement de programme, mise à jour ou interrogation de données à distance. Ce domaine en pleine évolution n'est pas stable actuellement (architecture client serveur). Aucun exercice ne traite cet aspect.

?  Les modèles physiques de communication et de traitement ne sont pas décrits car l'ouvrage ne traite pas de programmation.

1.4 Structurer les données

La construction des représentations graphiques des structures de données, appelés modèles de données, est couverte par la plupart des méthodes actuelles : Merise, Niam, modèles de Chen, Normalisation de tables relationnelles. Cela entraîne un sens de l'abstraction (inné ou acquis ?) non négligeable. Une bonne définition des modèles de données est indispensable. Certaines méthodes, comme les méthodes anglo-saxonnes, sont plus orientées vers la gestion de projet. Une représentation des données plus compréhensible par l'utilisateur et non couverte par les méthodes de conception est la construction d'un jeu d'essai.

Merise formalise des ensembles de données, "client", "produit", "animal", dont les occurrences sont "sympathique", "orgueilleux", "nouveauté", "commode", "avide", "sécurité" ou "pomme", "tomate" ou "hérisson", "taureau" ou "chat", par exemple. L'application finale créera "M. Sécurité", "une pomme" et "un chat", les occurrences des concepts manipulés par Merise, "client", "produit" et "animal". Il est difficile de modéliser les ensembles d'occurrences et les occurrences elles-mêmes. Merise manipule les ensembles d'occurrences, le jeu d'essai manipule les ensembles et les occurrences.

Construire un jeu d'essai est primordial. Il permet à l'utilisateur de préciser sa demande et au concepteur de construire le modèle de données si l'utilisateur ne sait pas interpréter les modèles et les dessins de ses enfants. C'est pourquoi ce livre comprend un exercice de construction de jeu d'essai. Celui-ci se situe après la modélisation des données. Un jeu d'essai permet aussi la fourniture d'un jeu de test pour la réception des programmes ou la sélection d'un progiciel.

1.5 Rester simple.

Modifier une application existante revient 100 fois plus cher que de la concevoir correctement dès son origine. Malheureusement, il est difficile de rester simple quand tout s'agite autour de vous, et l'application "naturelle" de Merise peut laisser croire à une méthode complexe. Vous verrez par la pratique qu'en gardant à l'esprit ce souci de simplicité, vous aurez le plaisir d'avancer sans remettre en question les étapes précédentes. Cette simplicité va de pair avec la maîtrise du sujet de l'utilisateur final.

2 Etapes d'une étude informatique.

Les étapes principales d'une étude préalable sont, pour le niveau conceptuel :

?  construction du modèle conceptuel de communication, domaines, partenaires et

messages ;

?  construction du modèle conceptuel de données ;

?  validation des modèles de communication et de données ;

?  construction du modèle conceptuel de traitement ;

?  validation des modèles conceptuels de données et de traitement.

Après le MCC, le MCD ou le MCT peuvent être construits.

Les étapes de validation sont transparentes dans la correction des exercices ne traitant pas de cette validation.

Les étapes du niveau organisationnel et de définition des outils sont :

?  construction de l'organigramme et de la liste des MOT ou procédures ;

?  construction du ou des modèles organisationnels de données ;

?  construction des modèles organisationnels de traitement ou procédures ;

?  construction de la liste des outils validée par les modèles de données et de traitements.

Ce plan sera repris dans le corrigé des exercices complets :

?  construction du modèle conceptuel de communication : domaines, partenaires et messages ;

?  construction du modèle conceptuel de données ;

?  construction du modèle conceptuel de traitement ;

?  construction des modèles organisationnels de traitement ou procédures ;

?  construction du ou des modèles organisationnels de données ;

?  construction de la liste des outils validée par les modèles de données et de traitement.

A la fin de l'étude préalable, les étapes sont les suivantes :

?  spécification externe : construction des enchaînements d'écrans et description des champs des écrans ou MLT, et validation par l'utilisateur final ;

?  construction des modèles de données dépendant du SGBD choisi ;

?  description des actions des écrans sur la base de donnés : spécification

interne ;

?  construction du jeu de test ;

?  programmation : modèles physiques des traitements ; ?          tests de réception appelés recettes en informatique.

Quatre exercices sont consacrés à la construction du modèle physique de données relationnel et réseau. Un exemple de MLT est donné lors du corrigé du premier exercice complet. La construction du jeu de test est identique à la construction du jeu d'essai.

3 Plan de l'ouvrage.

Le plan de l'ouvrage reprend les fonctions essentielles à couvrir par Merise. Il est divisé en trois parties et trois annexes.

Première partie : rappels et objectifs

Chapitre 1 Introduction

Chapitre 2 Rappel sur les modèles

Deuxième partie : énoncés des exercices 

Chapitre 3 Questionnaire à choix multiples permettant de vérifier ses connaissances.

Chapitre 4 Définir le sujet de l'étude (MCC, domaine). Trois cas sont pris : le cas d'une école, de services généraux et d'une bibliothèque.

Chapitre 5 Formaliser les données : exercices de plus en plus riches.

Chapitre 6 Construire un jeu d'essai qui se rapporte au cas des services généraux.

Chapitre 7 Valider les données et les traitements qui se rapportent au cas bibliothèque.

Chapitre 8 Définir l'organisation influe sur la solution informatique (utilisation de la table des coûts en annexe).

Chapitre 9 Comprendre les différentes manières de construire les outils informatiques (données ou traitements) qui se rapportent au cas bibliothèque.

Chapitre 10 Planifier les spécifications et la réalisation informatique à l'aide de la liste des outils se rapportant au cas bibliothèque.

Chapitre 11 Appliquer les règles de passages du modèle entité/relation aux modèles relationnel et navigationnel.

Chapitre 12 Appliquer le tout à quelques exemples complets, dont les trois cas du chapitre 4.

Troisième partie : corrigés des exercices

Les chapitres 13 à 22 comprennent les corrigés. Il n'existe pas de corrigé universel. Votre solution peut être bonne. Dans ce cas, envoyez-la-moi !

Annexes : Trois annexes décrivent les coûts de différentes architectures microordinateurs à gros systèmes, un glossaire, la légende des symboles utilisés et les références des ouvrages cités.


Chapitre 2 : rappel des modèles

La première fois que j'entendis Personville appelée

Poisonville, c'était par un rouquin prétentiard nommé Hickey Dewey dans la salle du Big Ship, à Butte.

Dashiell Hammet, La moisson rouge

Chaque modèle est décrit et suivi de trois paragraphes : ce qu'il faut savoir, les erreurs à éviter et les questions à se poser.

1 Les modèles du niveau conceptuel

1.1 Le modèle de communication1. Définition des domaines. Les domaines sont définis en regroupant des fonctions élémentaires. L'objectif est de vérifier qu'une fonction n'est exercée que par un domaine et que toute fonction est exercée par un domaine. Ainsi, une meilleure définition du champ de l'étude est obtenue. Dans la version initiale de

Merise, ce terme désigne un « domaine de gestion », dont le sens n'est pas très bien défini : les activités qu'il regroupe sont-elles de même « nature », ou coopèrent-elles à un même « but » ? Avec le temps, les problématiques se sont encore diversifiées, ce qui nous pousse à accepter comme « domaine (d'étude) » tout sous-système de l'entreprise digne d'avoir un sous-système d'information, c'est-à-dire interprétable comme un « couple opérant-pilote », ce qui peut inclure, par exemple, la notion de projet.

2.  Définition des partenaires. Les partenaires sont les systèmes ou les acteurs externes fonctionnels de l'entreprise.

3.  Description des messages. La description des messages entre domaines ou entre domaine et partenaire précise les demandes ou les réponses échangées nécessaires au fonctionnement du système. Les messages conceptuels sont indépendants de leur support. Ils sont écrits, oraux ou même sous-entendus. La phase suivante est la description des informations véhiculées par les messages.

4.  Epuration du vocabulaire. Les informations du MCC sont explicitées. La suppression des synonymes, des polysèmes (mots ayant plusieurs significations) et la description des règles de calcul, des informations composées ou équivalentes permettent de définir un premier "dictionnaire de données" permettant une clarification et une définition des données. Le vocabulaire utilisé par l'informatique et l'utilisateur ne doit pas contenir d'ambiguïté.

Ö  Ce qu'il faut savoir

Le modèle "conceptuel de communication" formalise les échanges d'informations, les messages entre systèmes fonctionnels. Ceux-ci peuvent être internes et regroupés en domaines, ou externes, les partenaires. L'extérieur, avec qui l'entreprise effectue ses échanges, est perçu comme fonctionnel : client, fournisseur, consommateur, banque Les domaines définissent les projets "idéaux" et peuvent remettre en question les découpages effectués.

Les informations contenues dans les messages peuvent exister N fois, comme le numéro de produit dans le message facture, ou être facultatives comme le mode de paiement dans la facture.

Ö  Erreurs à éviter

Ne pas séparer fonctionnel et organisationnel. Les partenaires doivent être pris comme fonctionnels : lecteur, mélomane, consommateur d'électricité et non abonné par exemple. Les domaines sont formalisés sous forme de verbes répondant à la question "pourquoi ?" Les verbes tels que "gérer les XXX", "administrer les XXX", "suivre les XXX", ne sont pas représentatifs de fonctions de traitement. "Gérer les stocks" peut servir à comptabiliser annuellement les variations de stocks, et fait alors partie du domaine "comptabiliser" ou à inventorier le stock pour assurer le dépannage des machines de production et fait alors partie du domaine "produire".

Ö  Questions à se poser

Le champ de l'étude est-il défini ? Un vocabulaire commun avec l'utilisateur estil défini ? Sommes-nous au bon niveau de regroupement des fonctions en domaines ?

1.2 Le modèle conceptuel de traitement

Le MCT décrit les traitements effectués par domaine (opération conceptuelle). Il permet de valider les messages du MCC et de décrire les conditions d'émission des messages résultats.

Lors de la construction du MCT, une matrice de décision peut être construite pour une opération conceptuelle afin de déterminer les conditions d'émission des messages résultats. Une matrice de décision détermine les messages à émettre en fonction de critères de décision. Le nombre de cas possibles (2 N) est fonction du nombre N de critères de décision. Trois groupes de lignes sont différenciés :

?  la première ligne indique les cas possibles ;

?  le deuxième groupe de lignes indique les hypothèses de sélection (SI). Si deux critères sont pris en compte, le nombre de cas possibles est de 2 2= 4. Les cas sont tous pris en compte en répondant O/N/O/N sur la première ligne du deuxième groupe (SI), OO/NN sur la deuxième et ainsi de suite s'il existait plus de 2 critères ;

?  le troisième groupe indique les résultats (ALORS). Par exemple, dans le cas numéro 3, le critère 1 est rempli (O) et le 2 ne l'est pas (N). Alors, la croix indique que le message résultat 3 est émis.

CAS

1

2

3

4

SI

critère 1

O

N

O

N

critère 2

O

O

N

N

ALORS

message résultat 1

X

message résultat 2

X

X

message résultat 3

X

Ö Erreurs à éviter

Décrire des opérations organisées. Les opérations conceptuelles sont indépendantes de l'organisation, valables quelle que soit l'organisation. Inventorier annuellement pour valoriser les stocks est une opération organisée. Une autre organisation, un inventaire permanent par exemple, peut être imaginée, dans laquelle il n'est pas nécessaire d'inventorier annuellement. Valoriser les stocks est une opération conceptuelle. L'opération devient souvent conceptuelle en posant la question "pourquoi". Pourquoi inventorier ?

Si on détruit les livres d'une bibliothèque par manque de place, "détruire les livres" est une opération organisée.

Abonner des clients est une opération organisée. Une autre organisation peut être prévue, dans laquelle les clients ne sont pas abonnés.

Décomposer l'opération. Décomposer l'opération en sous-opérations ou en tâches ne permet pas une meilleure approche de la définition des outils informatiques. Cette décomposition est inutile. Le seul critère définissant une opération est sa position vis-à-vis des messages événements ou résultats : une opération est enclenchée par un message, ou elle émet des messages.

Employer des synchronisations : synchroniser les messages événements par un

"et" (exécuter l'opération si les formulaires A215 et B316 sont présents, ce qui vous donnera un jeton) ne permet pas de savoir comment réagir quand un des messages est absent (comment ! vous n'avez pas le formulaire A215, il est indispensaaable !). La synchronisation de ces messages viendra comme définition du message organisé : le formulaire C345 est la composition des formulaires A215 et B316. Cela s'appelle la simplification des procédures administratives.

Ö Questions à se poser

Le MCT est-il validé avec le MCC ? Tous les messages du MCC sont-ils pris en compte dans les MCT ? Des messages du MCT peuvent ne pas être représentés dans le MCC pour ne pas le surcharger.

1.3 Le modèle conceptuel de données

Ö  Ce qu'il faut savoir

Il précise les concepts (individus) manipulés par l'utilisateur et les liens entre ces concepts (relations). Les informations sont portées par les individus et les relations. 

Ö  Erreurs à éviter

La principale porte sur la construction des relations.

Une occurrence de relation n'existe qu'une fois entre les mêmes occurrences d'individus. L'occurrence de relation (Stéphanie, Chat) est vraie ou fausse. Stéphanie aime ou n'aime pas les chats. Elle ne peut les aimer plusieurs fois.

Ö  Questions à se poser

Les occurrences d'individus peuvent-elles être citées facilement ? Quelles sont les occurrences de personne et d'animal ?

1.4 Validation entre les communications et les données

Les informations des messages se retrouvent dans le modèle de données, soit directement (sur un individu ou une relation), soit par une règle de calcul, une équivalence ou une information composée.

Ö  Ce qu'il faut savoir : ne pas oublier de valider.

Ö  Erreur à éviter : ne pas valider.

Ö  Question à se poser : la validation a-t-elle été effectuée ?

1.5 Validation données/traitements

Toute opération possède un modèle de données en lecture (consultation de données mémorisées) et souvent un autre en écriture (mémorisation d'informations). Elle doit pouvoir avoir accès à toutes les informations nécessaires à son traitement. Si une information manque, il faut la rajouter dans le modèle de données. Cela est la validation des données par les traitements.

Tous les individus, les relations et les informations du modèle de données doivent être créés et consultés par une opération. Sinon, l'information est inutile ou une opération est manquante. Il faut supprimer l'information ou créer l'opération. Cela est la validation des traitements par les données.

Ö  Ce qu'il faut savoir : ne pas oublier de valider.

Ö  Erreur à éviter : ne pas valider.

Ö  Question à se poser : la validation a-t-elle été effectuée ?

2 Les modèles du niveau organisationnel

2.1 Le modèle organisationnel de communication

Il décrit les échanges d'informations entre sites ou lieux des postes de travail. Préalablement, la structure ou l'organigramme de l'entreprise est dessiné(e?). Il peut être utile de dessiner les échanges organisés avant le MCC si l'utilisateur a des difficultés à comprendre la vue fonctionnelle. Il peut décrire les messages entre sites informatiques : demande à partir d'un poste (client) d'écrans, de programmes à lancer, de requêtes de données ou de données à mettre à jour sur un autre site (serveur).

2.2 Le modèle organisationnel de traitement

Le MOT décrit qui fait quoi. L'organigramme, la définition des postes de travail et de leurs "relations" doit précéder les procédures. Une procédure nécessite une description exhaustive de toutes les opérations à effectuer, et surtout les situations exceptionnelles. C'est pourquoi elle est souvent omise. Ceci est une erreur. L'informatique est au service de l'organisation et non le contraire. Chaque opération a des outils informatiques à sa disposition.

Ö  Ce qu'il faut savoir : une procédure est longue à définir.

Ö  Erreur à éviter : décomposer l'opération en sous-opérations.

Ö  Question à se poser : les fonctions des postes de travail couvrent-elles le champ de l'étude défini au MCC ?

2.3 Le modèle organisationnel de données

Il correspond au modèle conceptuel de données par site de "système d'information".

L'organisation définit les postes de travail, les messages organisés, les supports définis, le formulaire C345, le chèque, la lettre de change relevé, le connaissement par exemple. S'ajoutent donc des concepts d'organisation, tels que postes de travail, autorisation d'accès, document  

Voici un exemple de concept d'organisation. Une autorisation de (XXX) est donnée à un utilisateur ou à un groupe d'utilisateurs.

A ce stade sont calculés les volumes : combien d'occurrences d'individu, quelles sont les cardinalités moyennes et maximales, les longueurs des informations, le volume total de caractères de la base ? Les relations 0N 0N contenant des informations sont prises en compte.

Les longueurs des informations prises en compte dans les corrigés sont de 20 caractères pour les libellés, 20 pour les adresses et 6 pour les dates. Les longueurs des identifiants dépendent du nombre d'occurrences. Si 4 000 occurrences existent, la longueur de l'identifiant sera de 4 (nombre de chiffres du nombre d'occurrences).

Les volumes sont calculés à partir du MOD. Ce calcul est approché. Il ne tient pas compte de l'optimisation de la base, des relations ne contenant aucune information se transformant en enregistrement lors du passage du MOD en MPD et des fichiers d'index. Lors de l'étude préalable, seul le MOD est construit. Le MPD doit ensuite être optimisé par l'administrateur de la base de données. C'est pourquoi tous les volumes sont calculés à partir du MOD. Un coefficient multiplicateur devra ensuite être appliqué sur le résultat. Ce coefficient est de l'ordre de 1,5. Si le calcul sur le MOD donne 1 337 600 octets, le total sera proche de 1,33 * 1,5 = 2 Mega octet environ.

Ce calcul est important pour connaître le type de machine ou le nombre de disques nécessaires : de 1 à 100 Mega-octets, un micro-ordinateur est largement suffisant. De 100 à 500 Mega, le micro est suffisant. Au delà de 500 Mega, pensez à un mini-ordinateur. Au-delà de plusieurs dizaines de Giga (1 000 Mega), un ordinateur plus puissant est recommandé ou, autres hypothèses, votre base est mal conçue ou vos utilisateurs demandent trop d'historiques des ventes !

Ö  Erreur à éviter : créer des individus pour le plaisir.

Ö  Question à se poser : les volumes sont-ils calculés ?

3 Les modèles du niveau logique

3.1 L'architecture du système d'information

Ce modèle, non compris dans Merise, et appelé aussi modèle d'application, décrit l'architecture informatique du projet. Il décrit les applications informatiques mises en oeuvre, les messages échangés (dont les débits sont calculés), et les bases de données communes.

Ö Ce qu'il faut savoir : l'architecture permet de déceler les outils d'interface et de reprise de l'existant.

Ö Erreur à éviter : ne pas le construire pour décrire l'existant.

3.2 Le modèle logique de traitement à valider par l'utilisateur

L'utilisateur doit valider l'enchaînement des écrans d'un outil informatique avant de valider la description des informations affichées ou à saisir de chaque état.

MLT : enchaînement d'état et 

description des champs des états.

Ö  Ce qu'il faut savoir : valider la construction en deux temps, l'enchaînement des états et le dessin des états.

Ö  Erreur fatale à éviter : ne pas contacter l'utilisateur.

Ö  Question à se poser : la validation a-t-elle été effectuée ?

3.3 Le modèle physique de données

Le modèle physique de données est construit à partir du MOD à partir de règles et ensuite optimisé par le responsable de la base de données, appelé DataBase Administrator ou DBA en anglais, en fonction des volumes et des fréquences d'accès en lecture et en écriture des données. Aucun MCD ou MOD ne fait l'objet d'optimisation.

Trois types de systèmes de gestion de base de données existent, relationnel, navigationnel et hiérarchique. Ils appartiennent à un niveau physique par rapport à Merise, et logique par rapport aux méthodes de construction des bases de données. C'est pourquoi, dans les exercices, il sera demandé de passer directement au modèle relationnel ou navigationnel.

ENREGISTREMENT

Exemple d'enregistrement de MPD

Ö  Ce qu'il faut savoir : les règles de passage MOD ou MCD aux modèles relationnels et réseaux.

Ö  Erreur à éviter : vouloir optimiser sans connaître les fréquences des traitements.

Ö  Question à se poser : le SGBD est-il choisi ?

3.4 Le modèle logique de traitement à construire par l'informatique

Une fois le MLD et la spécification externe des outils validés, l'informatique décrit les actions de mise à jour de la base de données, l'obtention des informations conditions de passage d'un état à l'autre, affichées sur l'état suivant ou appartenant à une contrainte portant sur un état. L'objectif de ce modèle est de construire un cahier des charges de programmation.

Il existe deux types de spécification informatique :

?  externe, à valider par l'utilisateur ;

?  interne, nécessaire pour établir un cahier des charges de programmation.

Pour bien optimiser la base de données, il est nécessaire de décrire toutes les actions de lecture et d'écriture des enregistrements de la base, leur fréquence et leurs conséquences sur les temps de traitement en fonction des différents cas d'optimisation (redondance d'informations, regroupement ou éclatement d'enregistrements) donc de structures de données. L'énoncé prendrait beaucoup plus de temps et de place à construire que la solution. Alors, restez frustré !

Ö  Ce qu'il faut savoir : ce modèle prend beaucoup de temps.

Ö  Erreur à éviter : ne pas l'effectuer.

DEUXIÈME PARTIE  

ÉNONCÉ DES EXERCICES


Chapitre 3 : questionnaire à choix multiples

La pièce était plongée dans l'obscurité.

Mary Higgins Clark, Recherche jeune fille

aimant danser.

1 Questions générales (exercice 0)

Cet exercice présente une vue générale des modèles et des fonctions couvertes par les modèles de Merise. Les fonctions à couvrir sont en ligne et les modèles sont en colonnes, cochez les cases où le croisement est pertinent, sinon cochez la dernière colonne.

MCC

MCD

MCT

MOT

MOD

MLT

MLD

Non

Signif

Définir le vocabulaire

Définir les fonctions du projet

Définir les outils informatiques

Planifier la réalisation

Planifier l'étude préalable

Définir les priorités

Définir le groupe de projet

Définir les étapes du projet

Nommer le responsable de projet

Valider les modèles

Estimer les volumes de données

Optimiser la base de données

Concevoir la base de données

Programmer

Définir les règles de calcul

Définir les travaux d'enchaînement

Définir le jeu d'essai

Tester l'application

Définir les enchaînements d'écrans

Définir les écrans

Définir les concepts

Enchanter l'utilisateur

2 Conceptuel (exercice 1)

2.1 MCC

Dans quel ordre doivent s'effectuer les étapes suivantes : noter de 1 à 4.

définir 

les fonctions élémentaires

les domaines

les partenaires

les flux réels et d'informations

Pourquoi étudier ?

Les verbes suivants sont-ils des fonctions ? Répondre par oui ou non.

Gérer les écarts

Veiller au grain

Gérer la pénurie

Archiver

Répartir la pénurie

Activer le processus

Favoriser les meilleurs

Faire faire

Subsidiariser

Obéir

Définir les écarts

Commander

Veiller technologiquement

Motiver le personnel

Les concepts suivants sont-ils des partenaires ? Répondre par oui ou non.

Client

SNCF

Fournisseur

IBM

Crédit Lyonnais

Prêteur

Banque

Shylock

Agence

Lecteur

Service

Abonné

EDF

Concurrent

France Télécom

Transporteur

Les messages suivants sont-ils conceptuels ? Répondre par oui ou non.

Les messages conceptuels sont indépendants de l'organisation et ont une signification (demande de cotation, demande de prêt ). Les messages du type fiche rose, fiche verte, carton rouge sont des messages organisés et demandent des explications.

Tableau de bord

Dossier

Cahier des charges

Réponse

Critères valorisés

Demande d'amour

Descripteurs de paramètres

Offre d'amour

Informations technologiques

Fiche d'abonné

2.2 Modèle conceptuel de données

Les individus doivent : (répondre par oui ou non)

Exister proprement

Etre cités facilement

Etre liés à une relation

Etre reliés à une patte

Posséder des informations

Comprendre une date

Les relations doivent : (vrai ou faux)

Etre reliées à des individus

Etre reliées à des individus différents

Peuvent être reliées 2 fois au même individu

Il n'existe pas 2 relations entre 2 individus

Il n'existe pas 2 occurrences de relation entre les mêmes occurrences d'individus

Il n'existe pas 2 occurrences de relation entre les mêmes individus

Il n'existe pas 2 relations entre les mêmes occurrences d'individus

Une relation contenant une date permet de mémoriser les historiques de cette relation

Les informations d'un modèle de données doivent : (répondre par oui ou non)

Appartenir à un individu et une relation

Toujours appartenir à un individu

Souvent appartenir à une relation

La validation MCC/MCD conduit à : (répondre par oui ou non)

Créer des règles de calcul

Créer des équivalences

Créer des informations composées

Créer des individus manquants

Toutes les informations des messages appartiennent-elles au modèle de données ? Oui ou non ?

A quelle catégorie appartiennent les "mots" suivants ?

Une personne est un concept, un individu. Le nom ou le prénom de la personne, John Doe, est une occurrence du libellé de la personne, ou de la personne elle-même en fonction de la désignation. Nous touchons la différence entre le signifiant (mot support du sens) et le signifié (sens ou contenu du signifiant) !

Individu

Information

Occurrence

Date décès

Animal

Nom d'animal

Nom d'oiseau

Type d'animal

Oiseau

Libellé oiseau

Inventaire

Adresse

Date

Titre

Diplôme

Quantité à livrer

Adresse de livraison

Lieu noir

Colin

Lieu

Prix de vente

2.3 Modèle conceptuel de traitement

Une opération conceptuelle a : (répondre par oui ou non)

Un message événement au minimum

Un message événement au maximum

Un message résultat au minimum

Un message résultat au maximum

Un message événement ou résultat au minimum

Une opération conceptuelle a : (répondre par oui ou non)

1 MCD en mise à jour

1 MCD en lecture

2 MCD en lecture et en écriture

1 en lecture ou 1 en écriture

1 au minimum

2.4 VALIDATION MCT/MCD

Valider données et traitements consiste à : (répondre par oui ou non)

Vérifier qu'une opération conceptuelle a toutes les informations pour s'effectuer :

- en lecture

- en écriture

Une relation est créee par au moins 2 opérations

Une relation est reliée à au moins 2 individus

Toute info du MCD est reliée à un message

3 Organisationnel (exercice 2)

Quelle est la différence entre un MCD et un MOD ?

Les individus sont différents

Les relations sont différentes

Les concepts sont différents

De nouveaux individus apparaissent : lesquels ?

Les volumes de données sont calculés

L'organigramme définit :

Les postes de travail

Les relations entre postes de travail

Qui est le chef ?

Le prénom du chef

Le type de hiérarchie du service

Le nombre de personnes occupant le poste

Les relations informelles entre personnes

Un poste de travail est défini par :

Le nom de l'individu occupant le poste

Les ressources du poste de travail

Les fonctions couvertes par le poste

Le prénom du chef

Le nom de la secrétaire du service

Le type de hiérarchie du service

Le nombre de personnes occupant le poste

Une procédure indique :

Uniquement les opérations habituelles à effectuer

Qui fait quoi ?

Qui contrôle quoi ?

Les opérations effectuées par un poste de travail

Les opérations exceptionnelles en cas de "pépin"

Qui est responsable de quoi

Qui est coupable en cas de mauvais travail

Les volumes de données

4 Informatique (exercice 3)

Un outil informatique est :

L'outil de développement retenu

Une transaction informatique

Un exemple de menu

Une clé anglaise numérique

Une décomposition de l'opération

La partie automatisée de l'opération, "la tâche machine"

Les outils informatiques peuvent être définis à partir :

Des opérations

Des individus

Des relations

Des informations

Des solutions définies par l'utilisateur final

Des messages événement des opérations

Des domaines

Outils informatiques :

Combien d'outils types peuvent être définis par individu ?

Lesquels ?

Combien d'outils types peuvent être définis par relation binaire ?

Les différents types de SGBD sont :

Communicationnel

A jeton

Hiérarchique

Navigationnel

Top down

Familial

Réseau

Amical

Maillé

Relationnel

Les différences entre les types de SGBD sont :

Les pointeurs

Les enregistrements

Les liens entre enregistrements

Les informations

Les noms des enregistrements

La manière de modifier les structures d'enregistrement

Les langages d'interrogation des données

La longueur des enregistrements

Les définitions de clés d'enregistrement

En quoi se transforment les objets suivants, dans le cas de système de gestion de base de données (SGBD) relationnel ?

Création enregistrement

Création d'information

Relation 01,01

Relation 11,01

Relation 1N,01

Relation 1N,11

Relation 1N,0N

Relation 1N,0N

Relation ternaire

Relation quaternaire

Optimiser consiste à prendre les actions suivantes :

Redonder des informations

Diminuer les temps de traitements 

Diminuer les volumes de stockage

Eclater des structures d'enregistrements

Regrouper des structures d'enregistrements

Augmenter la puissance de la machine

Diminuer le nombre d'utilisateurs

Donner aux utilisateurs des horaires à respecter

Avoir des utilisateurs heureux

Garder le cap dans un bateau-école


Chapitre 4 : trouver les fonctions ou les limites du projet

Chapitre 4 : trouver les fonctions ou les limites du

projet

Jamais rien ne va. Jamais rien ne se fait comme on le voudrait. Chester Himes, Mamie Mason

1 Les fonctions d'un établissement scolaire (exercice 4)

Dans ce premier exercice, les personnes expriment correctement et fonctionnellement leurs besoins. Cela arrive rarement en réalité. Un travail de décodage (transformer l'organisationnel en fonctionnel en posant la question "pourquoi ?") est nécessaire. De même, pour     "l'expression         des          besoins d'informatisation", matériel ou logiciel, un      filtre       doit         être appliqué                 (les demandes      urgentes                 de            micro-

ordinateurs portables par exemple), et une définition des priorités doit être demandée, si possible à la direction générale.

A partir des entretiens suivants, il est demandé de :

1.   Définir les fonctions de l'établissement en utilisant les verbes des déclarations, regrouper ces fonctions en domaines.

Le tableau suivant peut être construit :

Fonctions élémentaires

Domaine

2.   Définir les partenaires.

3.   Prendre un domaine et construire le modèle de communication (lister les messages). Vous aurez les autres à dessiner à la fin du livre dans le cadre des cas complets.

De nombreux entretiens ont été conduits par des consultants dans l'établissement scolaire Sainte- Hildegarde dans le cadre d'une refonte complète du système d'information décidée par la nouvelle direction. Dans un premier temps, vous n'avez droit qu'aux maigres brouillons laissés après une étude sérieuse, dispendieuse et difficile au cours de laquelle une étude de l'existant a été longuement menée.

Les différentes personnes rencontrées sont :

?  le responsable de l'établissement, M. Troisplumes ;

?  le responsable des études, M. Deuxplumes ;

?  le responsable des stages, M. Plume ;

?  un des 10 enseignants, M. Duvet ; ?            une élève dans un couloir, Mlle Plomb.

a) Compte rendu de l'entretien avec M. Troisplumes.

M. Troisplumes est responsable des examens à Sainte-Hildegarde, de la bonne tenue des cours, des stages en entreprises et des contacts avec les anciens élèves. Ses besoins sont de tenir un annuaire des anciens élèves et de comparer le niveau des élèves par rapport à une moyenne nationale.

b) Compte rendu de l'entretien avec M. Deuxplumes.

M. Deuxplumes est responsable de la sélection des candidats à l'entrée de l'école, de la définition de l'enseignement de l'école et des réunions de professeurs. Ses besoins sont de suivre les cours de l'école, les enseignements, les notes données, les appréciations des élèves sur les enseignants, de définir les formations communes, les options, le nombre d'heures par option.

c) Compte rendu de l'entretien avec M. Plume.

M. Plume est responsable des stages à proposer aux élèves. Il démarche les entreprises et contacte les anciens élèves de l'école. Il propose les stages aux élèves. Ceux-ci sont suivis par des responsables de stage de l'entreprise et des enseignants qui assistent les élèves. Une déclaration de stage est envoyée à l'URSSAF.

d) Compte rendu de l'entretien avec M. Duvet, enseignant

Il prend contact avec le responsable des études pour définir ses horaires de cours. Il rédige ses examens et corrige les copies. Il envoie les notes au responsable des études. Ah oui, il donne des cours aussi.

Chapitre 4 : trouver les fonctions ou les limites du projet

Ses besoins sont de pouvoir comparer ses notes aux autres matières, connaître le poids de sa matière dans l'enseignement et avoir un trombinoscope des élèves de son cours.

e) Compte rendu de l'entretien avec Mlle Plomb, élève

Elle désire connaître son admission et ses notes au plus tôt, ses possibilités de stages au plus tôt et obtenir des notes les plus élevées possibles. Elle suit un cours de métallurgie. Elle n'a pu le sauter.

L'organigramme est :

2 Les fonctions des services généraux

(exercice 5)

Dans ce deuxième exercice, la séparation entre l'organisation et le conceptuel n'est pas effectuée. Cela fait partie de l'exercice.

Les étapes suivantes sont recommandées :

1.Définir les fonctions de l'établissement, regrouper ces fonctions en domaines.

2.Définir les partenaires.

3.Lister les messages et leurs informations et dessiner le modèle conceptuel de communication.

M. Gommetcrayon est responsable des services généraux. Son service possède un stock de fournitures de bureau (papier, crayon ). Il approvisionne les différents services de la société, et, avec l'aide de ses deux assistants, Rondouillard et Rondecuir, il centralise et traite les demandes de fournitures des secrétaires de service.

Les articles demandés donnent lieu à des livraisons immédiates ou bihebdomadaires qui ont lieu, en général, le 15e et le 31e jour du mois. Si les fournitures demandées sont considérées comme spéciales, s'il ne s'agit pas de fournitures d'utilisation courante (par exemple : téléphone, répondeur, lampe ), elles sont données aux services dès que possible, sans attendre les jours habituels de livraison. La demande donne lieu à un don de fournitures aux secrétariats des services demandeurs si les fournitures sont en stock. Sinon, les fournitures sont commandées aux fournisseurs. MM. Rondouillard et Rondecuir préviennent alors les secrétariats de la date prévue de distribution. En cas de réclamation d'un service sur la qualité d'une fourniture, un des assistants doit retrouver le lot fournisseur afin de vérifier sa conformité.

M. Gommetcrayon est particulièrement attentif aux quantités demandées par les services. Il se réserve le droit d'avoir un regard sur les demandes des services et de les refuser pour limiter la consommation. Les miroirs, les limes à ongles et les fournitures de la rentrée scolaire sont particulièrement surveillés. Chaque commande donne lieu à une vérification du budget alloué au service. Si le budget autorisé est dépassé, ou s'il le devient dans une prochaine commande, le responsable présente une requête de budget supplémentaire, afin d'obtenir une autorisation de dépassement de budget.

Une commande de fournitures permet d'honorer les demandes des services et de réapprovisionner le stock jusqu'à son maximum. Pour chaque commande, M. Gommetcrayon choisit ses fournisseurs en fonction des conditions d'achat ou des tarifs proposés pour acheter aux meilleures conditions (prix unitaire de la fourniture et remises).

En fin d'année, le stock des services généraux est inventorié par MM Rondouillard et Rondecuir pour fournir un état annuel du stock au service comptabilité.

3. Les fonctions d'une bibliothèque pour tous (exercice 6)

A partir de la description suivante, il est demandé de :

1.   Définir les fonctions conceptuelles de la bibliothèque en utilisant les verbes, et répondre à la question "pourquoi ?" si la fonction est de type organisé ; regrouper ces fonctions en domaines.

2.   Définir les partenaires.

3.   Prendre un domaine et construire le modèle de communication (partenaires et messages).

Dans cet exercice, plusieurs regroupements des fonctions sont possibles. Le corrigé montre les conséquences de ces regroupements.

Cet exercice concerne l'étude d'une bibliothèque, dont l'activité principale consiste à prêter des livres à des abonnés. Elle gère d'autres activités, comme l'achat de livres à des éditeurs ou la reliure chez des relieurs. La bibliothèque est subventionnée et les abonnés ne payent pas de cotisation. Heureux abonnés !

Les règles de fonctionnement sont les suivantes :

Tous les abonnés sont acceptés et tous les livres empruntables. Les employés de la bibliothèque déterminent les numéros des livres que les abonnés souhaitent emprunter. Les livres disponibles sont remis aux abonnés dans la limite d'un nombre maximal de livres empruntables fixé à 5. La durée maximale du prêt dépend du titre emprunté. Lorsque cette durée est dépassée, une relance est effectuée auprès de l'abonné.

Les livres neufs, issus des propositions des abonnés, éventuellement enrichis d'autres titres, sont commandés aux éditeurs. Les livres les plus usagés sont détruits, les réparables envoyés chez un relieur. Les commandes aux éditeurs et aux relieurs sont suivies, et une relance est effectuée dès que la date de livraison prévue est dépassée d'une semaine.


Chapitre 5 : modéliser les données à informatiser : le

MCD

Pensant avoir mal compris, tout le monde s'était tu. Albert Simonin, Touchez pas au grisbi.

1 Comprendre les cardinalités (exercice 7)

Les cardinalités entre individus et relations expriment les possibilités de liens entre les occurrences d'individu. En répondant aux questions suivantes, les cardinalités peuvent être définies. Les chiffres (0,1 ou N) se placent du côté du premier individu cité. Par exemple, l'expression "Une personne aime un animal au minimum" indique l'existence de deux individus (les noms "personne" et "animal") et une relation (le verbe "aimer"). La cardinalité minimum sera entre l'individu "personne" et la relation "aimer".

Avant de définir les cardinalités, il importe de bien comprendre la signification des individus. C'est pourquoi il est d'abord demandé de citer les occurrences des individus.

1.1 Comprendre le sens des individus

Citer des occurrences       d'animal,

                                             d'espèce ou de classe d'animaux,

          de personne,         et d'aliment.

1.2 Inscrire les cardinalités

Un animal appartient à une espèce au minimum :

Oui 

Non

Cardinalité minimum = 1

Cardinalité minimum = 0

Un animal appartient à une espèce au maximum

:

Oui

Non

Cardinalité maximum = 1

Cardinalité maximum = N

Une espèce comprend un animal au minimum :

Oui 

Non

Cardinalité minimum = 1

Cardinalité minimum = 0

Une espèce comprend un animal au maximum :

Oui

Non

Cardinalité maximum = 1

Cardinalité maximum = N

Une personne aime un animal au minimum :

Oui 

Non

Cardinalité minimum = 1

Cardinalité minimum = 0

Une personne aime un animal au maximum :

Oui

Non

Cardinalité maximum = 1

Cardinalité maximum = N

Un animal est aimé par une personne au minimum :

Oui 

Non

Cardinalité minimum = 1

Cardinalité minimum = 0

Un animal est aimé par une personne au maximum :

Oui

Non

Cardinalité maximum = 1

Cardinalité maximum = N

Un animal mange un aliment au minimum :

Oui 

Non

Cardinalité minimum = 1

Cardinalité minimum = 0

Un animal mange un aliment au maximum :

Oui

Non

Cardinalité maximum = 1

Cardinalité maximum = N

Un aliment est mangé par un animal au minimum

:

Oui 

Non

Cardinalité minimum = 1

Cardinalité minimum = 0

Un aliment est mangé par un animal au maximum :

Oui

Non

Cardinalité maximum = 1

Cardinalité maximum = N

Inscrire les cardinalités sur le modèle ci-après :

2. Mettre les cardinalités (exercice 8)

Écrire les cardinalités minimum et maximum suivant votre imagination. Ensuite, vérifier les normes de la profession dans le corrigé. Beaucoup de cas sont possibles !

3 Un seul vocabulaire (exercice 9)

 Les informations du modèle conceptuel de communication sont explicitées. La suppression des synonymes (plusieurs noms ayant la même signification), des polysèmes (nom possédant plusieurs significations) et la description des règles de calcul, des informations composées ou équivalentes permettent de définir un premier "dictionnaire de données" les clarifiant, et les définissant.

 A partir du texte suivant, déterminer un dictionnaire des concepts avec des exemples. Supprimer synonymes et polysèmes.

Les professeurs donnent leurs cours à peu près toutes les semaines. Le cours de méthode donné par M. Descartes a lieu aux mois de mai et de juin avant les vacances. Par exemple, l'enseignement Merise a lieu le 10, le 15 et le 20 mai de 9h à 12h15 dans la salle B2 et en juin dans la salle B1. L'enseignant fait pointer les élèves présents. Agnan a assisté à tous les cours, Nicolas n'a assisté qu'au cours de mécanique horlogère. Avant les congés scolaires, le taux de participation des étudiants chute considérablement. Leur présence aux cours est aussi due aux examens ou aux rapports qu'ils doivent écrire, comme celui qui portait sur la prolifération des maringouins dans l'île d'Orléans. Un responsable des élèves donne un rapport sur la qualité de l'enseignement reçu dans l'année par professeur. Agnan, cette année, a donné l'appréciation des élèves sur le cours d'Unix de M. Coucou.

4 Expliquer un MCD (exercice 10)

Maintenant, vous savez lire un modèle de données correctement. L'objectif de l'exercice suivant est de vérifier la cohérence entre le dessin et le texte. A partir du MCD suivant, réputé exact, déterminer les erreurs d'explications dans le texte.

Texte à vérifier :

Le médecin fixe le prix de sa consultation tous les ans. Son carnet de consultations indique ses rendez-vous. A chaque consultation, il reçoit un ou plusieurs malades s'ils sont de la même famille. L'examen clinique lui permet de détecter les symptômes (température, mal de tête, fréquence cardiaque élevée, souffle au coeur, logorrhée ) et de diagnostiquer une ou plusieurs maladies ou pathologies (rhume, crise de foie, spasmophilie, acouphènes, hypoglycémie ). A chaque maladie peuvent être associés un ou plusieurs symptômes. Cette même maladie peut être diagnostiquée plusieurs fois, à chaque consultation.

5 Etudes (exercice 11)

Les noms se transforment en individus et les verbes en relation. Une occurrence de relation n'existe qu'une seule fois entre les mêmes occurrences d'individu. Dans cet exercice sont abordées ces deux règles. Transformer les deux phrases suivantes en modèle de données :

l'élève étudie dans une école ;

l'élève poursuit ses études dans une école.

Placer les informations "date d'entrée" et "date de sortie de l'école" dans le modèle de données dans les deux cas. Le premier modèle permet-il de mémoriser ces informations ?

6 Tournées (exercice 12)

Tout dépend de l'expression de l'utilisateur. Voici la même activité exprimée par deux personnes de manière différente. Les modèles de données seront différents. Deux routiers expriment leur travail. Transformer les textes suivants en modèle de données :

L'expression du premier routier :

Ce qui est important, c'est de bien planifier les arrêts de ma tournée, d'arriver au bon endroit à la bonne heure. Je pars avec mon 35 tonnes le matin à 3 h et je commence ma tournée. Au premier arrêt, je passe d'abord chez Moulinard entre 3 h 30 et 4 heures. Si je vais vite, je fonce vers Casi qui ouvre le matin entre 4 h et 4 h 10. Sinon, je passe chez Multiprix vers 6 h, lequel est ouvert entre 5 h et 7 h .

L'expression du deuxième routier :

L'important, c'est de bien planifier les trajets de ma tournée. Entre mon point de chargement et mon premier client, Moulinard, je mets une demi-heure. Moulinard ouvre entre 3 h et 3 h et demie. Entre Moulinard et Casi, je mets une demi-heure et entre Moulinard et Multiprix une heure. Mais comme les horaires de Moulinard sont fantaisistes, je fais le trajet Moulinard-Multiprix. 

7 Ordonnance (exercice 13)

Les documents existants servent souvent à modéliser les données. L'exercice suivant est l'application de cette pratique. Transformer l'ordonnance suivante en modèle de données :

Docteur SCHWEITZER minuit        1/04/1993 n° 46

Docteur ès vaudou

Poudre de perlimpinpin     3 gouttes                               Le soir

Poudre de patte de lapin 3 pincées                                 Le matin

Ave Maria                            3                                             Aux vêpres

8 Sanctions (exercice 14), référence 1

Les exercices suivants sont plus difficiles et ont plus d'une solution ! Résumer en une phrase le texte suivant et transformer la phrase en modèle de données.

Depuis l'annonce de la livraison imminente par la Russie à l'Inde de moteurs de fusées qui devraient permettre la mise en orbite de satellites indiens, le ton est monté entre Moscou et Washington. Soulignant les risques d'utilisation de ces moteurs à des fins militaires, les Américains se plaignent d'une rupture du principe de nonprolifération de la technologie spatiale défendu à l'époque où l'URSS existait encore. Pour marquer le coup, les Etats-Unis viennent d'adopter des sanctions qui interdisent pendant deux ans toute vente de technologie "sensible" au Glavkosmos, l'agence spatiale russe à l'origine du contrat, et gèlent leurs propres importations. Selon les Izvezstia, ces sanctions - qui interviennent à moins d'un mois de la visite officielle de Boris Eltsine aux Etats-Unis - s'expliquent peut-être par la peur des Américains de voir le Pakistan, menacé par l'Inde, se tourner vers la Chine. A moins qu'il ne s'agisse pour l'administration américaine de démontrer au Congrès quand il le faut, faire preuve de fermeté à l'encontre des Russes

9 Vote italien pour les présidentielles

(exercice 15), référence 1

Même exercice que le précédent. Résumer en une phrase le texte suivant et transformer la phrase en modèle de données.

Le parlement italien se réunira le 13 mai 1992 pour élire le chef d'Etat. Le successeur de Francisco Cossiga sera choisi par 1 014 grands électeurs - les parlementaires, 11 sénateurs à vie et 58 délégués régionaux. Parmi les présidentiables, trois démocrates chrétiens : l'ancien président du conseil, Giulio Andreotti : le nouveau président de la chambre des députés, Oscar Luigi Scalfaro, et De Mita, de l'aile gauche du parti. Le républicain Giovanni Spadolini, qui assure actuellement l'intérim, pourrait quitter son fauteuil au Sénat pour le Quirinal. L'ancienne présidente de la Chambre, Nilde Lotti (PDS, ex-PCI) est également sur les rangs. Le leader socialiste Bettino Craxi, dont le nom est de plus en plus fréquemment cité pour la présidence du Conseil, ne dédaignerait pas, lui non plus, I'accession au "Colle". A moins qu'un outsider vienne opportunément renouveler le paysage politique italien Les élections s'annoncent laborieuses : le Parlement, avec ses 15 partis, n'a jamais été aussi fragmenté, et aucun candidat, pour l'heure, ne rassemble de majorité.

10 Location de logement (exercice 16)

Cet exercice sert à un exercice complet.

Modéliser sous forme d'un MCD les annonces suivantes :

132    18e Métro Blanche. Meublé 2 pièces, propre, 40 m2, quartier animé, code entrée, concierge 4 900 F/mois, charges comprises 39 16 96 18, soir.

133    19e Métro Ourcq, proche parc de la Villette, au 4e, 2 pièces, entrée, cuisine, wc, salle de bain, gaz, électricité, chauffage individuel. Clair, calme, digicode, 3 200 F/mois (provision charges et taxes 300 F) Tél. 54 87 63. Libre 1er septembre.

134    20e Métro Gambetta, rue Sorbier, 4 pièces, 70 m2, cheminée, cuisine équipée, bâtiment rénové, 9 500 F/mois, 12 56 35 87 (répondeur).

135    Sarcelles (95), proche toutes facilités, F3 de caractère, immeuble rénové dans quartier calme, 2 800 F/mois charges comprises, 34 75 87 12, libre de suite.

11 Plan militaire (exercice 17), référence 4

Dans cet exercice, le texte n'a pas à être résumé en une seule phrase. Aussi est-il plus difficile !

Transformer le texte entre guillemets "Il faut connaître mur de briques." en modèle de données.

Une des tâches les plus ardues pour tout chef qui a engagé ses troupes selon un plan bien établi est de modifier ce plan à la lumière des changements de circonstances.

Sun Tzu reconnaissait les difficultés inhérentes à cette tâche, tant sur le plan intellectuel que physique, et mettait sans cesse l'accent sur le fait que la guerre est, de par sa nature même, changement constant. C'est pourquoi les opérations demandent à être révisées et réajustées continuellement. Mao écrit :

"Il faut connaître la situation non seulement avant, mais aussi après l'établissement d'un plan militaire. La façon dont se déroule l'exécution du plan, depuis le premier instant jusqu'au dernier d'une opération, contribue, elle aussi, à la connaissance de la situation, et elle permet de la mettre à profit. Pour ce faire, il faut examiner à nouveau si le plan tracé initialement tient compte des réalités. Si ce plan n'est pas adapté, ou ne l'est que partiellement, il faut alors, en gardant présentes à l'esprit les informations nouvelles, formuler de nouveaux jugements et prendre de nouvelles décisions pour modifier le plan original, afin de répondre aux circonstances nouvelles. Presque toutes les opérations requièrent des modifications partielles et parfois même un changement total. Un exalté qui ne sait pas modifier son plan ou qui, ne voulant pas le changer, agit aveuglément, ira donner fatalement de la tête contre un mur de briques."

12 In memoriam Chishû Ryû (exercice 18), référence 1

Même exercice que le précédent. Transformer tout le texte en modèle de données.

Mort la semaine dernière, à 88 ans, des suites d'un cancer de la vessie, l'acteur fétiche d'Ozu était né, raconte l'Asahi Shimbun, dans une famille de moines bouddhistes gérant un temple dans la préfecture de Kumamoto, au sud du Japon. Refusant de succéder à son père dans la fonction de bonze, il entra en 1925 dans la maison de production Shochiku comme acteur stagiaire. Son premier rôle au cinéma remonte à 1936, et c'est Yasujiro Ozu qui le lui confia. Après la guerre, Chishû Ryû illumina de sa discrète et bouleversante présence presque tous les chefs-d'oeuvre du maître : Printemps tardif (1949), Eté précoce (1951), Voyage à Tokyo (1953), Le Goût du saké (1962). Par la suite, il joua notamment dans la série cinématographique Otoko wa tsuraiyo (C'est dur d'être un homme), de Yoji Yamada. Sa dernière apparition eut lieu dans Rêves, d'Akira Kurosawa.

13 Chine : construction de deux centrales au charbon (exercice 19), référence 1

Même exercice que le précédent. Transformer tout le texte en modèle de données.

L'entreprise américaine de développement énergétique WingMerrill a passé un accord avec la province du Henan pour la construction de deux centrales thermiques au charbon, d'une puissance de 1400 Mégawatts. Il s'agit de l'un des plus gros investissements étrangers en Chine, estimé à près de 500 millions de dollars (2,8 milliards de F), indique l'hebdomadaire Far Eastern Economic Review. Par ailleurs, une autre société américaine, Enron, vient d'annuler son accord avec l'entreprise Chemphil pour la construction d'une centrale de 105 Mégawatts aux Philippines.

14 Carolingiens (exercice 20)

Même exercice que le précédent. Faire le modèle de données d'une partie des Carolingiens !

Charles Martel était le fils naturel de Pépin d'Hestal et le père de Pépin le Bref. Pépin le Bref a eu deux fils : Carloman, qui n'a jamais régné, et Charlemagne. Louis le Pieux ou le Débonnaire, fils de Charlemagne, a vécu de 778 à 840 et a régné de 814, date de la mort de Charlemagne, à 833, puis de 835 à 840.

15 Nomenclatures ou pyramides (exercice 21)

La représentation des pyramides est souvent nécessaire dans un projet. Cet exercice traite ce concept et les différentes manières de le représenter. Soit le dessin suivant : il représente deux pyramides à deux dates différentes (avec un peu d'imagination).

Représenter le concept de pyramide sous forme d'un ou plusieurs modèles de données en considérant les concepts de pyramide, de noeud ou point, de trait, ou d'autres concepts !

16 Enseignement (exercices 22 à 24)

16.1 Le domaine "former"(exercice 22)

Le modèle conceptuel de données est indépendant de l'organisation. Le modèle organisationnel de données prendra en compte l'organisation.

Discours du responsable des études :

Chaque professeur enseigne sa matière en fonction des recommandations du chef de l'établissement.

a)   Quelle est la partie conceptuelle (indépendante de l'organisation) ? Dessiner le modèle de données de cette phrase. Quelle question doit-on se poser ? Le modèle de données est-il correct ?

Les cours de chaque professeur concernent une année et une matière. Ils sont planifiés à l'aide de chaque enseignant.

b)   Quelle est la partie conceptuelle (indépendante de l'organisation) ? Dessiner le

modèle de données de cette phrase.

Je téléphone à tous les professeurs ou je les rencontre au début de l'année. Je leur propose un planning pour leurs cours. Ils peuvent le modifier 15 jours à l'avance. Je leur indique la salle de cours, l'option choisie par élève, le nombre des élèves. Après chaque cours, ils me remettent la fiche de présence des élèves et l'intitulé de leur cours. Je remets cette liste au responsable d'établissement.

Ils me remettent leur sujet d'examen 3 semaines avant la date prévue, corrigent les copies et m'envoient les notes. Ils peuvent renvoyer les copies plus tard. Il n'est pas prévu de rencontre entre les élèves et leur professeur après l'examen.

c)   Enlever la partie traitement des données. Dessiner le modèle de données.

16.2 Le MCD du domaine "sélectionner" (exercice 23)

Dessiner le modèle de données à partir du discours suivant :

Les candidatures des élèves sont reçues au début de l'année pour le mois de septembre. Un premier tri est effectué en fonction des cursus universitaires : baccalauréat ou admission sur titre.

Les examens sont en juin et portent sur 5 matières : mathématiques, physique, X, Y et Z. Sont admis les élèves ayant 12 en moyenne, avec aucune note inférieure à 7. Chaque matière a un coefficient. Le nombre de places varie en fonction de l'écart type. Aucun élève n'est pris à plus de 2 écarts types par rapport à la moyenne.

Certaines matières sont prises en compte pour faire une moyenne. Celle-ci est prise en compte pour la "filière" ou l'option demandée. Un élève ayant de mauvais résultats en mathématiques ne sera pas pris en recherche opérationnelle. Un élève ne parlant qu'une langue ne sera pas pris en recherche internationale. Chaque option a des coefficients pour le calcul de la note.

Les copies sont corrigées par deux professeurs. Les notes sont affichées et envoyées aux élèves. Ils ont 3 semaines pour donner une réponse. Environ 10% des élèves refusent l'admission. C'est pourquoi plus d'élèves sont admis que n'en peut contenir l'école.

16.3 Le MCD du domaine "placer les élèves" (exercice 24)

Même exercice que le précédent : dessiner le modèle de données à partir du texte suivant.

Un premier mailing est envoyé aux contacts de l'école. Ces contacts, qui travaillent dans des sociétés répertoriées, sont des anciens élèves de l'école ou des personnes ayant donné des stages auparavant.

Les personnes répondent en proposant des sujets de stages pouvant convenir pour différentes matières. Une relance peut être effectuée s'ils n'ont pas répondu un mois après. Les sujets de stages sont proposés aux élèves qui émettent leurs demandes. Si un stage est choisi par plusieurs élèves, la correspondance option de l'élève et matière du stage est vérifiée en tenant compte du coefficient le plus élevé de l'option. Une convention de stage est envoyée à l'entreprise, qui la retourne à l'école.

L'élève est suivi par un professeur de l'école. La soutenance a lieu en présence du maître de stage, du professeur et du responsable de l'option. La note donnée est une moyenne des trois.

17 Sous-typer (exercice 25)

Les sous-types sont des types de. Client, Fournisseur sont des types de Société.

Client et Fournisseur sont des sous-types de société. Société anonyme ou société anonyme à responsabilité limitée sont des types de société possédant les mêmes informations. Mais, il n'y aura pas de sous-type. Ce sont des sous-ensembles qui ne donnent pas lieu à la création de concepts. L'objectif de cet exercice est de reconnaître les vrais "type de" et les occurrences d'individu.

La différence essentielle vient des informations. Si les deux individus possèdent les mêmes informations, il ne s'agit pas de sous-types. Si les informations sont différentes, il s'agit de sous-types qui peuvent aussi se matérialiser par une relation dont les cardinalités sont 11 et 01.

A partir du texte suivant, dessiner un premier MCD. Retrouver les types de lieu et de mouvement de produit et dessiner un deuxième modèle de données avec le concept de mouvement.

L'entreprise Delabastille possède un siège social, des usines, des dépôts et des régions de vente. Après fabrication dans les usines, les produits sortent des usines vers les dépôts. La passation d'une commande par un client dans une région de vente entraîne une livraison. Après préparation des produits dans le dépôt, la livraison est effectuée directement au lieu de livraison du client, ou les produits doivent effectuer un "transport primaire", c'est-à-dire de dépôt à dépôt avant la livraison finale.

18 Méta-modéliser (exercice 26)

Si vous avez compris le méta-modèle de la méthode, vous êtes un as ! Dessiner le méta-modèle entre les concepts de la méthode : individu, relation, information et patte. Pourquoi le concept de patte existe-t-il ?

Prendre le MCD de l'exercice précédent et citer des occurrences du méta-modèle.


Chapitre 6 : construire un jeu d'essai

Le vol 111 Pan American en provenance de Rome commença son approche vers Kennedy Airport.

Mary Higgins Clark, Ne pleure pas ma belle

1 Introduction

Un jeu d'essai permet de concrétiser, par des exemples choisis, les traitements et les données. Il est indispensable dans le cadre de progiciel et dans le cas où l'utilisateur final a des difficultés à formaliser, structurer les données et avoir un discours cohérent.

L'objectif de cet exercice est de montrer ce qu'est un jeu d'essai. Il faut comprendre sa logique et compléter les tableaux par ce qui peut être déduit par des règles de calcul. La construction de modèle de données est demandée à la fin.

Le jeu d'essai est construit à partir du cas Gommetcrayon.

Lors de la construction d'un jeu d'essai, des exemples sont pris couvrant les différents cas de fonctionnement. Pour ce jeu d'essai, nous prenons le cas de deux services utilisateurs Alu et Bois, de trois fournitures, des gommes, des crayons et des téléphones, et de deux fournisseurs Dété et Dhiver.

Les principes de fonctionnement sont les suivants. Les demandes des services sont consolidées et constituent les besoins bruts. Après déduction du stock existant, les besoins bruts deviennent des besoins nets. Ensuite sont calculées les quantités à approvisionner par article en fonction du stock d'alerte et du stock maximum. La quantité à commander tient compte de la taille du lot d'approvisionnement du fournisseur retenu. La valeur du stock est calculée mensuellement par article. Pour corser le tout, un fournisseur ne livre que partiellement sa commande.

Les phases de ce jeu d'essai sont :

?  la description du stock à un jour J, le 20 octobre, et des règles de réapprovisionnement ;

?  les demandes de fournitures des différents services, les 21 et 22 octobre ;

?  la réponse dans le cas de présence de la fourniture demandée; les 22 et 23 octobre ;

?  le calcul des besoins nets (règle 1) du 24 octobre ;

?  le calcul des quantités à approvisionner (règle 2) ;

?  le calcul des quantités à commander ;

?  la réception des commandes fournisseurs ;

?  le calcul de la valeur du stock en prix unitaire moyen pondéré (règle 3) ;

?  un état de restitution demandé (les jeux d'essai permettent, dans le cas de choix de progiciel ou de jeu de test, de vérifier le calcul correct du boulier moderne appelé ordinateur).

La construction du modèle de données est demandée en trois phases, par deux exemples partiels et le modèle complet.

2     Stock au jour J et règles de réapprovisionnement.

La quantité de fournitures du stock est donnée sans tenir compte du conditionnement de la fourniture (exemple : les gommes sont livrées par boîtes de 20, il y a 10 gommes en stock). Le stock d'alerte est le seuil de réapprovisionnement, le stock maximum est le stock physiquement stockable. Le stock varie entre le maximum et le stock d'alerte, moins la quantité consommée pendant le délai de réapprovisionnement.

Stock d'alerte

Stock maximal

Stock au 20/10

Gomme

5

50

17

Crayon

10

100

20

Téléphone

0

10

5

Le stock d'alerte nul des téléphones signifie que les approvisionnements en téléphones se font à la demande.

3     Demandes de fournitures des secrétariats des 21 et 22 octobre.

Les demandes de fournitures sont effectuées au service fourniture par service utilisateur.

Demandes

Service Alu

Service Bois

Date demande

21/10

22/10

Gomme

5

10

Crayon

24

30

Téléphone

2

1

4 Don immédiat

Les demandes de fournitures donnent lieu à un don immédiat si les fournitures sont considérées comme spéciales (exemple : le téléphone), et si la quantité en stock est suffisante.

Don

Service Alu

Service Bois

Date

22/10

23/10

Téléphone

n°21 et n°22

n°23

5 Calcul des besoins nets au 24 octobre (exercice 27)

Les demandes en cours regroupent les demandes de fournitures, en stock ou non.

5.1 Définition des besoins bruts

Les besoins bruts sont les sommes des quantités demandées par les différents services.

Gomme

Crayon

Téléphone

      Besoins bruts Alu

 +  Besoins bruts Bois

Total

5.2 Définition des besoins nets

Les besoins nets représentent la différence entre les besoins bruts et la quantité en stock.

Gomme

Crayon

Téléphone

      Besoins bruts

 -   Stock actuel

=  Besoins nets

Si le dernier chiffre est négatif, cela signifie qu'il restera des articles en stock après distribution. La commande aura lieu si le stock d'alerte est atteint. S'il est positif, le stock actuel est insuffisant et la commande aura toujours lieu.

6 Calcul de la quantité à réapprovisionner

(exercice 28)

La quantité de fournitures à approvisionner doit permettre de satisfaire les besoins (des services) nets, et de compléter la quantité stockée au stock maximal, si le stock d'alerte est atteintaprès le don.

Fournitures

Gomme

Crayon

Téléphone

Stock final = - Besoins nets

Stock minimal

Stock d'alerte atteint ?

Si le stock d'alerte est atteint après le don, la quantité à commander doit permettre d'atteindre le stock maximal avant redistribution.

Fournitures

Gomme

Crayon

Téléphone

   Stock maximal

-  Stock actuel

= Qté à commander

7 Tarifs et conditionnements fournisseur

Une fourniture peut être obtenue par les deux fournisseurs Dhiver et Dété dont les tarifs et les conditionnements sont :

Dhiver

Condit.

Dété

Condit

Gomme

2,50 F

10

2,20 F

10

Crayon

0,95 F

12

1 F

12

Téléphone

690 F

1

690 F

1

8 Passage des commandes fournisseur (exercice 29) le 24 octobre

Après choix du fournisseur en fonction du prix, les commandes sont passées. La quantité commandée est comptée en conditionnement du fournisseur.

La quantité commandée peut être inférieure à la quantité à approvisionner, car le nombre de boîtes commandées doit donner un nombre de fournitures en stock inférieur au stock maximal. Par exemple, la commande peut indiquer 40 gommes alors que la quantité à commander était de 48 gommes. Une boîte de gommes en plus aurait fait dépasser la quantité stockable maximale.

8.1 Commande fournisseur Dété

24/10/92

Qté commandée

Conditionnement

Prix unitaire

Prix total

Gomme

10

2,20 F

 F

 Commande fournisseur Dhiver

24/10/92

Qté commandée

Conditionnement

Prix unitaire

Prix total

Crayon

12

0,95 F

 F

8.2

9. Réception - Entrée en stock

Si un fournisseur livre partiellement la commande, le stock tiendra compte des quantités reçues.

9.1 Livraison partielle du fournisseur Dété

Date :

26/10/92

Qté commandée

Qté livrée

Conditionnement

Reste à livrer

Gomme

2

10

9.2 Livraison du fournisseur Dhiver

Date : 26/10/92

Qté commandée

Qté

livrée

Conditionnement

Reste à livrer

Crayon

6

12

Stockage des fournitures le 26 octobre

Le stock est augmenté des quantités reçues. Le stock est :

26/10/92

Qté en stock

Livraison ETE

Livraison Hiver

Nouvelle Qté en stock

Gomme

17

20

Crayon

20

72

Téléphone

2

10 Etat du stock après distribution (exercice

30)

Le stock final prévu est la quantité de fournitures prévue en stock lorsque les dons auront été effectués et lorsque les fournisseurs auront livré les commandes. Il se calcule en additionnant la quantité en stock et la quantité à recevoir, moins la quantité à donner.

Stock au

29/10/92

Qté en stock (+)

Qté à recevoir (+)

Qté à donner

(-)

Stock prévu

(=)

Stock minimal

Stock maximal

Gomme

17

5

50

Crayon

20

10

100

Téléphone

2

0

10

11 Don par service

La quantité demandée est servie en une seule fois.

Dons : 31/10/92

Service Alu

Service Bois

Total à donner

Gomme

Crayon

Téléphone

12 Historique des dons par service (exercice 31)

Les dons de fournitures sont mémorisés afin de connaître la consommation de chaque service.

Historique général du service Alu

Date don

22/10

31/10

Gomme

Crayon

Téléphone

Historique général du service Bois

Date don

23/10

31/10

Gomme

Crayon

Téléphone

13 Calcul du PUMP par produit et valorisation du stock (exercice 32)

L'inventaire du stock permet de connaître les quantités stockées et de les valoriser suivant la méthode du prix unitaire moyen pondéré : 

PUMP = (Prix unitaire d'achat de la fourniture * Quantité achetée à ce tarif) / nombre total de fournitures. Il est calculé mensuellement la plupart du temps. Exemple : 3 gommes achetées à 5 francs et 7 gommes achetées à 10 francs le même mois entraînent un PUMP égal à : (3*5+7*10)/10 soit 8,5 francs. Il faut tenir compte du stock initial au PUMP précédent.

Supposons que le stock et le PUMP des matières le 1/10 étaient de :

Date : 1/10

Qté en stock

PUMP

Total 

Gomme

17

2,10 F

Crayon

20

0,8 F

Téléphone

5

700 F

Total stock

Les achats du mois d'octobre sont :

Qté achetée

Prix unitaire

Total 

Gomme

Crayon

Téléphone

Quel est le PUMP des gommes au mois d'octobre, compte tenu des achats ?

Quel est le PUMP des crayons au mois d'octobre, compte tenu des achats ?

Quel est le PUMP des téléphones au mois d'octobre, compte tenu des achats ?

Quelle est la valeur du stock fin octobre ?

Date : 31/10

Qté en stock

PUMP

Total 

Gomme

Crayon

Téléphone

Valeur du stock

Nous supposons que les fournitures données sont consommées et ne rentrent pas dans le calcul de valorisation du stock. Ce n'est pas exact car les téléphones existent toujours.

14 Construire le MCD du jeu d'essai (exercice 33)

14.1 En partant des règles de réapprovisionnement et du stock :

Stock d'alerte

Stock maximal

Stock au 20/10

Gomme

5

50

17

Crayon

10

100

20

Téléphone

0

10

5

14.2 En partant des demandes de fournitures :

Demandes

Service Alu

Service Bois

date demande

21/10

22/10

Gomme

5

10

Crayon

24

30

Téléphone

2

1

14.3 Formalisant tout :


Chapitre 7 : valider données, traitements et

communications

Je me suis écarté dans le présent récit de mon procédé habituel, qui consiste à ne relater que les événements et les scènes dont j'ai été personnellement témoin. Agatha Christie, ABC contre Poirot

1 Valider données et communications 

Valider les informations des modèles de données et de communication est plus facile que la validation entre données et traitement. C'est pourquoi elle est explicitée en premier.

1.1 Soit le modèle de communication suivant (exercice 34) :

Le professeur donne les copies d'examen aux élèves (la demande de réponse aux questions). Les élèves font partie du domaine "étudier". Les élèves répondent aux questions et rendent la copie à corriger (demande de notation). Le professeur note les copies et renvoie les copies notées et la correction du problème.

Décrire les informations des messages :

Une information peut exister plusieurs fois sur un message ou être facultative.

Message

Demande de réponse aux questions

Correction du problème

Copie à corriger

(demande de notation)

Copie de l'élève notée

Information

Citer des occurrences des informations suivantes (pour vérifier la compréhension des informations).

Date d'examen

Note accordée

Nom d'élève

Cours

1.2 Soit le modèle de données suivant (exercice 35) :

Un examen comporte plusieurs questions. Les élèves qui passent l'examen donnent leurs réponses par question posée.

Valider les informations du MCC et le modèle de données : placer les informations des messages avec les hypothèses suivantes dans le modèle de données.

MESSAGE

demande de réponse aux questions

correction du problème

copie à corriger (demande de notation)

copie notée

INFORMATION

n° question

date examen

nom élève

nom élève

libellé question

n° question

n° question

n° question

note maxi question

libellé corrigé

libellé question

note réponse

date examen

nom professeur

libellé réponse

libellé note

note totale élève

Si vous ne pouvez pas toutes les placer, un – éminent - individu nouveau doit-il être créé ? Existe-t-il une règle de calcul ? Définir les règles et les informations en entrée et en sortie de règle.

Le petit moteur de la tondeuse à gazon communiquait ses trépidations au bras de Higgins et par son bras, à son corps entier, de sorte qu'il n'avait plus l'impression de vivre au rythme de son propre coeur, mais à celui de la machine.

Simenon, La boule noire

2 Valider traitements et données : calcul de plan de production (exercice 36)

La deuxième validation est la validation entre les traitements et les données. Le travail à effectuer est de valider les règles de traitement avec les données : quelles sont les informations nécessaires absentes et les informations inutiles du modèle de données ? Quels changements doit-on apporter au modèle de données ?

Les validations entre données et traitements consistent à passer en revue tous les traitements pour une information. Celle-ci est-elle créée et lu par un traitement (modèle en écriture et en lecture de chaque opération) ? Cette deuxième validation n'est pas vue dans le cadre de cet exercice.

2.1 Description du modèle de données

Soit le modèle de données suivant concernant une unité de fabrication de crayons.

Des ressources (taille-crayon, tailleur de bois, enfileur de mine) permettent de fabriquer des produits (crayon HB, B, 2B) d'un même groupe (crayons gras, durs, moyens). Ces ressources sont disponibles suivant un calendrier (taille-crayon indisponible le 1er mai) et à capacités finies (1 000 unités à une équipe, 1 500 pour 2 équipes, 4 000 pour 3 équipes, soit trois capacités pour une ressource). Une gamme est une succession d'opérations (suremballage, fabrication, conditionnement) concernant un groupe de produits (fabrication et conditionnement des crayons gras). Les sites sont des sites de production (usine de Paris, de Hong Kong) disposant des ressources. Les productions sont prévues par produit et par site.

Les informations des individus sont :

Calendrier : date calendrier.

Capacité : nombre d'équipes, quantité produite.

Gamme : code gamme, libellé gamme, durée gamme.

Groupe de produits : code groupe produit, libellé groupe produit.

Opération : code opération, libellé opération, durée opération.

Production prévue : date prévision, date début production, date fin production, quantité produit prévue.

Produit : code produit, libellé produit.

Ressource : code ressource, libellé ressource.

Site : code site, libellé du site.

Les informations des relations sont :

"Être disponible" entre les individus "calendrier" et "ressource" : disponibilité (oui ou non).

2.2 Description des traitements

La règle de calcul des besoins nets est :

Produit

Groupe de produits

Capacité optimale stockage

Stock alerte stockage

Stock actuel

A

GA

15 000 T

7 500 T

5 000 T

B

GA

40 000 T

20 000 T

20 000 T

C

GB

25 000 T

12 500 T

10 000 T

Besoins de production pour le 3 :

PRODUIT

SITE

Quantité

Date du besoin

A

SA

10 000

1er avril

B

SA

20 000

3 avril

C

SA

15 000

2 avril

Capacité de production. Le 2 est férié et aucune ligne n'est disponible.

Ligne de production

(ressource)

Groupe de produits

Capacité de la ligne à 3 équipes

RA

GA

20 000

RB

GB

15 000

Construction du plan de production :

Date de production

Produit

Groupe de produits

Ligne de production

Quantité produite

1

A

GA

RA

10 000

3

B

GA

RA

20 000

3

C

GB

RB

15 000

2.3 Quels concepts concernant les traitements n'existent pas dans le MCD ?

2.4 Quels concepts du MCD ne sont pas utilisés dans ces traitements ?

2.5 Quelles relations sont à modifier dans le MCD ?


Chapitre 8 : définir l'organisation

Il était assis, immobile devant la télévision dans la chambre 932 de l'hôtel Biltmore.

Mary Higgins Clark, La nuit du renard

1 Yakusa (exercice 37), référence 2

La première phase de l'organisationnel est de définir les postes de travail. Quels sont les deux postes de travail de la procédure suivante :

Comme la Mafia italienne, les yakusas sont organisés en famille : au sommet, un parrain, en dessous, les frères aînés‚ les frères cadets et les enfants, qui regroupent tous les membres adoptés par le clan. A cette structure, les yakusas ont ajouté la relation spécifiquement japonaise d'oyabun-kobun ou littéralement de "parentenfant". L'oyabun assure conseils, protection et secours contre la loyauté indéfectible et les services de son kobun.

Dans la société féodale du XVIIIe siècle japonais, le système d'oyabun-kobun formait la base des relations entre maître et apprenti, suzerain et vassal, et, dans le Milieu naissant, entre chef et partisan. C'était un miroir de la famille japonaise traditionnelle, au sein de laquelle le père détenait une autorité sans appel, jusqu'à choisir le conjoint et l'avenir de chacun de ses enfants.

La relation oyabun-kobun, qui entraînait parfois une dévotion fanatique au patron, donna force et cohésion aux premiers gangs yakuzas. Aujourd'hui, la modernisation ne l'empêche pas de favoriser parmi les yakusas un esprit de loyauté, d'obéissance et de confiance, inconnu dans les groupes de criminels américains, si ce n'est entre les plus proches des parents par le sang. Le sociologue Hiroaki Iwai, qui fait autorité en matière de délinquance japonaise, définit ainsi la dévotion exigée de l'oyabun : "Le nouveau kobun devra se comporter comme une 'balle' (teppodama) dans les combats contre les autres gangs ; il devra se tenir en première ligne, devant les fusils et les épées des adversaires au péril de sa vie. Le cas échéant, il assumera la responsabilité d'un crime commis par son oyabun et ira en prison à sa place."

 Voilà, dit Gévigne. Je voudrais que tu surveilles ma femme. Boileau Narcejac, D'entre les morts

2 Procédure punition MCT ? (exercice 38), référence 2

Déterminer les messages résultats de l'opération organisée "punir infraction" qui fait intervenir les deux postes de travail précédents à partir du texte suivant :

Les infractions aux règles de la bande étaient sévèrement punies. La lâcheté‚ la désobéissance, la trahison des secrets de la bande n'étaient pas seulement traitées comme des forfaitures, mais aussi comme des affronts à la réputation et à l'honneur de l'organisation elle-même. Certains délits étaient particulièrement graves, notamment le viol et les petits vols. Hors la mort, la peine la plus lourde était l'expulsion. Une fois l'offenseur chassé‚ l'oyabun informait les autres bandes de sa disgrâce. Dès lors, l'exclu ne trouvait plus à s'employer nulle part. La tradition persiste encore.

Dans le cas d'expulsion, la bande envoie par le courrier régulier une série de cartes postales - en clair - à tous ses correspondants de la pègre. Ces cartes comportent un avis formel d'expulsion et demandent aux autres gangs de s'abstenir de toute relation avec l'exclu.

En cas de faute sérieuse, qui n'entraînait cependant ni la mort ni l'expulsion, les bakuto avaient recours à la coutume du yubitsume qui consistait à amputer cérémonieusement la phalange supérieure du petit doigt du coupable. Cette pratique d'ablation était assez répandue. Dans les derniers rangs de la société Tokugawa, d'autres que les bakuto y avaient recours, comme les prostituées du célèbre quartier de Yoshiwara à Tokyo, qui en faisaient une marque de dévotion à leurs maquereaux. Initialement, la mutilation du doigt avait pour but d'affaiblir la main, ce qui empêchait le joueur d'empoigner son sabre avec toute sa force. Imposées ou volontaires, de telles pratiques inféodaient le kobun errant plus étroitement encore à son patron.

Lorsque la mutilation est faite dans une intention de pénitence, la phalange amputée est enveloppée dans un tissu de prix et solennellement remise à l'oyabun. En général, l'oyabun l'accepte car ce geste jouit d'un grand prestige. Dans les cas de récidive, on peut encore pratiquer une seconde amputation de la deuxième phalange du même doigt ou de la première d'un doigt différent. Le yubitsume précède souvent l'expulsion, punition permanente infligée par le gang.

Cette pratique s'étendit des bakuto aux tekiya et à d'autres organisations criminelles et, selon les autorités japonaises, s'est banalisée depuis les temps féodaux. D'après les enquêteurs officiels, en 1971, 42 % des bakuto présentaient cette mutilation et 10 % d'entre eux l'avaient accomplie au moins deux fois.

 Annoncer et introduire des gens était une fonction convenant comme un gant à Baptiste Cormier.

Léo Malet, 120, rue de la gare

3 Maastricht (exercice 39)

Décrire la procédure de la codécision à partir du texte suivant : trouver les postes de travail, les opérations et les messages organisés. Quelles remarques pouvez-vous effectuer sur cette procédure ?

Maastricht a l'occasion de franchir un nouveau pas en direction de la reconnaissance d'un pouvoir législatif effectif au Parlement européen‚ en instaurant, pour une série de domaines importants, la procédure de codécision, procédure qui donne au Parlement le pouvoir d'arrêter conjointement avec le Conseil règlements, directives, décisions ou recommandations, sur un pied d'égalité.

Les modalités de la codécision

La procédure suivante a été retenue :

1) Le Conseil, sur proposition de la Commission, statuant à la majorité qualifiée, transmet au Parlement une proposition commune. 2) Dans les trois mois, le Parlement peut alors :

-  l'approuver : l'acte est alors définitivement adopté ;

-  ne pas se prononcer : le Conseil décide alors seul conformément à sa position commune ;

-  la rejeter : le texte est alors réputé non adopté, si une tentative de conciliation préalable entre les deux institutions n'a pas abouti ; - l'amender : le Conseil a alors deux possibilités :

•      soit adopter les amendements parlementaires (à la majorité qualifiée si ces amendements sont retenus par la Commission, à l'unanimité‚ si la Commission a émis un avis négatif), le texte ainsi amendé est alors approuvé ;

•      soit, en cas de désaccord sur tout ou partie des amendements, engager une procédure de conciliation au sein d'un Comité de conciliation qui réunit, à parité, des représentants du Conseil et du Parlement, en présence de la Commission, qui doit s'attacher à rapprocher les points de vue.

Le Comité de conciliation se met d'accord dans les six semaines sur un projet commun - soumis ensuite à l'approbation des deux institutions. Si le Conseil, à la majorité qualifiée, ou le Parlement, à la majorité absolue, se prononce favorablement, ce texte commun est approuvé ; dans le cas contraire, la proposition est abandonnée et celle-ci est alors réputée non adoptée.

On notera que dans cette procédure, contrairement à la procédure de droit commun, la Commission n'est pas appelée à se prononcer sur les amendements proposés. Il en résulte qu'une modification de ses propositions initiales n'implique pas l'unanimité du Conseil.

La foi, c'est un roc ! La foi, c'est comme un rêve en or massif ! Chester Himes, Tout pour plaire

4 Cas ecclésiastique (exercice 40)

Cet exercice montre l'importance de la définition de l'organisation sur l'informatisation. Les modèles conceptuels restent les mêmes et différentes organisations sont prises en compte. L'exercice consiste à dessiner les modèles conceptuels, les différents modèles correspondant aux cinq organisations (ou inorganisations) et, enfin, d'imaginer deux architectures informatiques pour deux organisations, la plus centralisée et la plus "naturelle".

Une nouvelle église veut s'implanter en Animie. Sa fonction principale est de "moraliser la vie des pécheurs". Son organisation comprend 3 niveaux : national, régional et local. Les gentils prêcheurs doivent déterminer les règles à respecter et les sanctions à observer dans le cas de non-respect des règles. Les pécheurs déclarent leurs péchés en fonction des règles émises, et les prêcheurs indiquent en retour la pénitence à effectuer.

4.1 Dessiner le MCC (partenaires, domaines et messages)

D'autres messages peuvent exister.

4.2 Indiquer les informations des messages échangés

4.3 Dessiner le MCT

Le modèle conceptuel de traitement définit les opérations conceptuelles enclenchées à la réception d'un message ou les opérations génératrices de messages conceptuels.

4.4 1er cas : Gourou I dit "Grand Khan"

La première organisation est à la naissance de l'Organisation. Le fondateur est un gourou tout-puissant appelé "Grand Khan". Il fixe les règles et les sanctions. Cellesci sont répercutées auprès de ses lieutenants régionaux, qui les répercutent sur les prêcheurs locaux.

Dessiner l'organigramme, la définition des postes de travail et la procédure de définition des règles et de pénitence.

4.5 2e cas : Gourou II est en difficulté

La deuxième organisation fait suite à la mort du gourou. Point de successeur, une lutte acharnée se joue entre son fils spirituel et son gendre. Aucune directive n'est donnée par les éléphants, qui se battent entre eux. Les prêcheurs fonctionnent sans eux.

Dessiner l'organigramme, la définition des postes de travail et la procédure de définition des règles et de pénitence dans ce deuxième cas.

4.6 3e cas : Gourou II est vainqueur

La lutte acharnée entre le fils spirituel et le gendre donne un vainqueur ou un des deux se sépare et fonde une autre Eglise. Le vainqueur, Gourou II, nomme ses partisans à l'échelon régional et leur laisse une large autonomie. Ils ont droit de définir les règles et les sanctions que chaque personne doit appliquer au niveau local.

Dessiner l'organigramme, la définition des postes de travail et la procédure de définition des règles et de pénitence dans ce troisième cas.

4.7 4e cas : Gourou III

Au bout d'un certain temps, les disciples sont désorientés. Telle région est très laxiste, une mort d'homme se traduit par un an de pénitence, tandis que l'autre implique le rejet de l'Église. Il est donc décidé d'harmoniser certaines règles. Une hiérarchie des fautes et des sanctions est faite - capitale, grave et légère ou mignonne- et déterminée par Gourou III (Gourou II est parti avec la caisse). Le niveau local peut décider des fautes légères. S'il veut donner des sanctions graves ou capitales, il doit en référer au niveau régional. Celui-ci peut donner des sanctions légères et graves et doit en référer à Gourou III pour les fautes capitales.

Dessiner l'organigramme, la définition des postes de travail et la procédure de définition des règles et de pénitence dans ce quatrième cas.

4.8 5e cas : Gourou IV

Après de nombreuses années, l'église a prospéré et comprend beaucoup de membres. Gourou IV a compris les bienfaits de l'informatique et veut, tous les jours, sur son bureau, une synthèse des sanctions données. Il veut harmoniser les règles et suivre l'activité de ses régions.

Nous supposons que la procédure est la même, sauf les nombreux rapports que demande Gourou IV (objectifs, écarts, révisions ).

4.9 Architecture et outils informatiques

Dessiner le schéma d'architecture informatique dans le deuxième cas (Gourou II en difficulté) et dans le dernier cas (Gourou IV).  Nous supposons qu'il existe 1 Gourou, 9 lieutenants régionaux et 290 prêcheurs locaux. Définissez les coûts d'investissements et de fonctionnements de matériels et logiciels dans les deux cas. Aidez-vous de l'annexe. Ne tenez pas compte de la réalisation des logiciels, les modèles de données et la liste des outils n'ayant pas été effectués.


Chapitre 9 : outils données

ou traitements ?

Jim Tarr ramassa le cigare que j'avais fait rouler sur son bureau, inspecta la bague, arracha le bout d'un coup de dents et se pencha pour prendre une allumette. D Hammett, La femme dans l'ombre.

Ce cas reprend l'étude de la bibliothèque décrite au chapitre 4. Les différents modèles de référence sont explicités ci-après jusqu'aux procédures. L'exercice consiste à imaginer les outils informatiques à partir des données et des traitements (opérations des procédures). Le corrigé montrera les conséquences de ces différentes approches. Un sous-ensemble d'un domaine est repris afin de rendre l'exercice plus facile !

1 MCC

Le modèle de communication comprend le domaine "prêter les livres".

Les partenaires ou intervenants externes à la bibliothèque sont : "lecteur" (de livre), "éditeur" (de livre) et "relieur" (de livre) qui pourraient être des types (appelés sous-types) de fournisseur. D'autres partenaires tels que "mécène" ou "banque" ne sont pas représentés.

Les domaines sont : "prêter les livres aux lecteurs" (assurer la rotation des livres prêtés, récupérer les livres prêtés), "enrichir la bibliothèque" (conseiller le choix de lecture, commander les nouveautés) et "maintenir les livres en état" (faire relier les livres, les mettre au pilon). On ne considérera par la suite que le domaine (restreint) "prêter les livres".

Les messages entre domaines ne sont pas représentés. Ils pourraient être la demande d'état de livre entre "prêter" et "maintenir", la demande de livre non connu

Les messages sont :

Demande d'abonnement : nom personne, prénom personne, adresse personne.

Demande de prêt : titre de l'ouvrage, auteur, thème.

Retour de prêt : n° de livre, date de retour réelle du livre.

Prêt accordé : n° de livre, date de retour maximum du livre, date du prêt, n° de prêt.

Abonnement accordé : n° d'abonné.

Demande de restitution : date de la relance, nom abonné, adresse abonné, n° de livre, date de retour maximum du livre, date du prêt, n° de prêt.

Les règles de calcul sont :

Calcul de la date de retour théorique à partir de la date du prêt et de la durée maximale du prêt (qui dépend du titre emprunté).

Calcul du nombre de livres empruntables calculé à partir du n° abonné en recherchant tous les exemplaires non rendus.

2 MCT

Les opérations conceptuelles sont :

Prise en compte de la demande de prêt : si la personne n'est pas abonnée, elle l'est sans condition. Elle peut avoir des livres à restituer ou son quota est dépassé. Une demande de restitution de livre est faite. Dans le cas contraire, et si un exemplaire est disponible, le prêt est accordé.

Abonner lecteur : systématique après une demande d'abonnement. Cette opération pourrait ne pas exister. Le message de demande d'abonnement n'est pas très conceptuel.

Récupérer livre : cette opération est décidée et ne comporte pas de message événement. Elle consiste à examiner le cas des livres non rendus dont le prêt est échu. Le message résultat est la demande de restitution.

Prise en compte du retour du prêt : opération enclenchée à réception du message retour du prêt (et du livre physique). Elle consiste à récupérer le livre et à demander à "entretenir" son avis sur l'état du livre rendu. Ce nouveau message entre domaines devrait figurer sur le MCC.

3 MCD

Le modèle de données est le suivant : un auteur écrit un ou plusieurs ouvrages. Un ouvrage est un ouvrage édité possédant plusieurs exemplaires physiques. Le prêt est accordé pour un exemplaire physique à un lecteur. Une collection est éditée chez un éditeur. Un ouvrage peut posséder plusieurs thèmes ou vedettes : roman, documentaire, bande dessinée, histoire

Un ouvrage est le contenu du "livre". Un exemplaire est l'exemplaire physique du livre. L'auteur écrit un ouvrage. Le lecteur lit un exemplaire physique. Un exemplaire peut être prêté plusieurs fois au même lecteur, donc le concept de prêt doit exister.

Les individus et les informations sont :

Auteur : nom auteur, prénom auteur.

Collection : code collection, libellé collection.

Éditeur : code éditeur, nom éditeur, prénom éditeur.

Exemplaire : code exemplaire, date d'achat, date de destruction.

Lecteur : n° abonné, nom lecteur, prénom lecteur, adresse lecteur.

Ouvrage : code ouvrage, titre ouvrage, durée autorisée.

Prêt : code prêt, date prêt, date de retour réelle du livre. Thème : code thème, libellé thème.

Aucune information n'est rattachée à une relation.

4 MOT

Les postes de travail sont :

?  le bibliothécaire : aide au choix de l'ouvrage, remplit les commandes, réceptionne les livres des éditeurs ;

?  l'accueil : administratif, responsable des abonnements, de la relance aux abonnés ;

?  le magasinier : responsable du stock, déballe et range les livres, met à disposition les livres demandés, réceptionne les livres reliés.

Vous pouvez imaginer la procédure avant de lire la suite. Les opérations organisées sont :

Conseiller lecteur : opération rajoutée pour montrer qu'une procédure peut être multi-domaines.

Prise en compte de la demande d'abonnement : ici la procédure est détaillée dans le cas où le lecteur n'a pas son adresse ou une justification de son identité et de son adresse (utile pour la relance des livres non restitués).

Abonner lecteur : identique au conceptuel.

Prise en compte de la demande de prêt : la différence est que le magasinier va chercher le livre en magasin.

Chercher livre : opération typiquement organisée. Le magasinier peut ne pas trouver le livre s'il est tombé de l'armoire ou s'il est mal rangé. Pour éviter que cela ne se reproduise, il devra mémoriser sa présence et effectuer un inventaire tous les mois.

Prise en charge du prêt : c'est à ce moment que le prêt sera enregistré.

Annoncer indisponibilité : opération désagréable. C'est la faute de l'informatique

!

Inventorier : opération nouvelle "temporisée" mensuellement. La procédure de prêt de livre est :

5 MOD

Les individus sont les mêmes que le MCD. Au lieu de créer un individu supplémentaire tel que "inventaire", une information supplémentaire est dans l'individu "livre" : présence du livre. Elle permet de savoir qu'un exemplaire théoriquement en stock n'est pas à sa place. Elle est mise à jour quand le magasinier ne trouve pas l'exemplaire ou quand il le retrouve suite à un inventaire.

6 Liste des outils (exercices 41 et 42)

6.1 A partir des données (exercice 41)

L'exercice consiste à indiquer les outils informatiques à partir des individus et des relations du modèle de données.

Les outils liés à l'individu "auteur" sont donnés à titre d'exemple. Les outils de suppression ne sont pas explicités.

Individu "auteur".

Créer auteur

Modifier auteur

Rechercher auteur à partir de son nom ou lister auteurs



Individu "collection".

Individu "éditeur".

Individu "exemplaire".

Individu "lecteur".

Individu "ouvrage".

Individu "prêt".

6.2 A partir des traitements (exercice 42)

L'exercice consiste à indiquer les outils informatiques à partir des opérations du modèle organisationnel de traitement. Par exemple, un outil lié à l'opération "Prise en compte de la demande de prêt" peut être la "Consultation de l'abonné et de ses livres empruntés". Cet outil "intégré" permet de consulter les exemplaires empruntés et leur date de retour théorique à partir de la saisie du numéro d'abonné.

Opération "conseiller lecteur".

Opération "prise en compte de la demande d'abonnement".

Opération "prise en compte de la demande de prêt".

Consultation de l'abonné et de ses livres empruntés

Opération "abonner lecteur".

Opération "chercher livre".

Opération "prise en charge du prêt".

Opération "annoncer indisponibilité".

Opération "inventorier".


Chapitre 10 : planifier les outils

Chapitre 10 : planifier les outils

Ma bagnole étant à la révision, je pris le métro.

Léo Malet, Brouillard au pont de Tolbiac

La planification des "outils utilisateurs" doit faire partie de la conclusion de l'étude préalable, contrat de réalisation entre l'utilisateur final qui croit arriver au bout de ses peines et l'informatique qui va enfin pouvoir travailler. Pour quand et combien ? L'exercice suivant répond à la première question. Le "combien" consiste à valoriser les jours par des taux journaliers. Les temps comprennent la spécification externe qui permet de faire valider les écrans avec l'utilisateur, la spécification interne qui décrit ce qu'il faut programmer, et la réalisation qui comprend la programmation, les tests et la réception par l'utilisateur. Si vous faites appel à une société extérieure, préférez le forfait à la régie. Les temps indiqués sont estimés dans le cadre de développement de transactions "standards" et non dans le cadre de développement du type client-serveur ou multi-fenêtres.

1 Hypothèses de planification

Nous reprenons le cas de la bibliothèque. Pour chaque outil, le nombre d'individus ou de relations à mettre à jour ou en lecture, les règles de calcul, le nombre d'écrans définissent un niveau de complexité, simple, moyen et compliqué. Nous proposons la grille suivante : en fonction du type de transaction et de sa complexité, un nombre de jours de spécification et de réalisation est estimé.

Type d'outil

Batch simple

Batch moyen

Batch comp.

Trans. simple

Trans. moyenne

Trans.

Comp.

Nombre d'individus

1

2

3

1

2

3

Nombre de relations

2

3

3

2

3

3

Nombre d'états

1

2

3

2

3

4

Nombre de règles

1

2

3

0

1

2

Temps de spécification

2

5

10

2

5

10

Temps de réalisation

2

5

15

2

5

10

SI

Alors

Des outils très compliqués existent, dont l'estimation de la charge est laissée à l'appréciation du programmeur.

Si, par exemple, les outils de 1 à 4 correspondent aux critères suivants,

Outil

Nombre

d'individus

Nombre de relations

Nombre d'états

Nombre de règles

Batch 1

1

1

0

1

Batch 2

2

2

1

2

Batch 3

3

2

2

2

Temps réel 4

1

2

2

1

ils auront les types suivants et pourront être planifiés comme suit :

Outil

Type

Complexité

Temps de

spécification

Temps de

réalisation 

Temps

total

1

Batch 

simple

2

2

4

2

Batch 

moyen

5

5

10

3

Batch 

compliqué

10

15

25

4

Transaction 

simple

2

2

4

TOTAL

19

24

43

Les temps de spécification et de réalisation sont des moyennes et peuvent varier considérablement en fonction des personnes, en particulier les temps de test et de mise en route.

Ce tableau peut être construit directement de manière empirique en deux temps. D'abord lister les outils et leur type, ensuite récapituler leur nombre et additionner les temps de spécification et de réalisation.

Liste des outils :

Outil

Type

Complexité

1

Batch 

simple (1)

2

Batch 

moyen (2)

3

Batch 

compliqué (3)

4

Transaction 

simple (1)

Temps de spécification et de réalisation :

Type

Complexité

Nombre

Temps de

spécification

Temps de

réalisation 

Temps

total

TR

Simple (1)

1

2

2

4

Moyen (2)

0

5

5

Compliqué (3)

0

10

15

Batch

Simple (1)

1

2

2

4

Moyen (2)

1

5

5

10

Compliqué (3)

1

10

10

10

TOTAL

4

28

Chapitre 10 : planifier les outils

12 Exercice 43

Valoriser les outils suivants en remplissant les colonnes du type d'outil et de sa complexité, et effectuer les totaux :

Outil

Type

Comp.

Consultation abonné et de ses livres empruntés

Consultation des ouvrages et de leur disponibilité

Créer abonné

Créer ouvrage

Enregistrement prêt

Modification abonné

Modification présence livre

Recherche des ouvrages en fonction des auteurs, des collections, des éditeurs

Edition inventaire

TOTAL

Temps de spécification et de réalisation :

Type

Complexité

Nombre

Temps de

spécification

Temps de

réalisation 

Temps

total

TR

Simple

2

2

Moyen

5

5

Compliqué

10

15

Batch

Simple

2

2

Moyen

5

5

Compliqué

10

10

TOTAL

9


Chapitre 11 : construire le MPD

Chapitre 11 : construire le MPD

Le fantôme de l'opéra a existé.

Gaston Leroux, Le fantôme de l'opéra

1 MPD1 (exercice 44)

Transformer en modèle relationnel le modèle de données suivant. Indiquer les clés des tables relationnelles. Les règles sont décrites dans l'ouvrage référence 5.

2 MPD2 (exercice 45)

Transformer en navigationnel, puis en relationnel le modèle suivant. Attention à la relation de nomenclature "modifier plan".

3 MPD3 (exercice 46)

Transformer en modèle relationnel le modèle de données suivant. Indiquer les clés des tables relationnelles.

Le modèle suivant décrit la prise en compte de réclamations consommateurs concernant des produits alimentaires.

Chapitre 11 : construire le MPD

La réclamation est envoyée par un "réclameur" et concerne un produit. Elles sont classées en type de réclamation (date limite de consommation dépassée, goût du produit ). Un produit pouvant être fabriqué dans plusieurs usines, la réclamation est liée à une usine de production. Les critères sont plus précis que le type : la date limite de consommation ou DLC est dépassée de 3 jours, le goût est acide. Les produits sont regroupés (yaourts nature, aux fruits, mousse au café, etc.) en groupes de produits eux-mêmes regroupés (café, desserts, natures ).

Une réponse est apportée à une ou plusieurs réclamations.

Attention à la relation de nomenclature "regrouper groupe" ! Quelles sont les informations créées ?


Chapitre 12 : exercices complets

1 Misérables (Hôtel) (exercice 47)

Lire le texte suivant extrait des Misérables de Victor Hugo (référence 3) et répondez aux questions suivantes. Toute la méthode n'est pas passée en revue, mais grâce au texte, il est possible de définir certaines étapes : fonctions couvertes, partenaires, organigramme et modèle de données.

1.  Quel est le nom de l'entreprise concernée ?

2.  Quelles sont les activités de cette entreprise ? Regrouper ces activités en domaines.

3.  Quels sont les partenaires de l'entreprise ?

4.  Quel est l'organigramme (la structure des postes de travail de l'entreprise) et les opérations organisées de chaque poste de travail ?

Nous croyons qu'il avait simplement étudié‚ en Hollande pour être aubergiste. Ce gredin de l'ordre composite était, selon les probabilités, quelque Flamand de Lille en Flandre, Français à Paris, Belge à Bruxelles, commodément à cheval sur deux frontières. Sa prouesse à Waterloo, on la connaît. Comme on voit il l'exagérait un peu. Le flux et le reflux, le méandre, l'aventure, était l'élément de son existence ; conscience déchirée entraîne vie décousue ; et vraisemblablement, à l'orageuse époque du 18 juin 1815. Thénardier appartenait à cette variété de cantiniers maraudeurs dont nous avons parlé, battant l'estrade, vendant à ceux-ci, volant ceuxlà, et roulant en famille homme, femme et enfants, dans quelque carriole boiteuse, à la suite des troupes en marche, avec l'instinct de se rattacher toujours à l'armée victorieuse. Cette campagne faite, ayant, comme il disait, "du quibus", il était venu ouvrir gargote à Montfermeil.

 ( ) Tout nouveau venu qui entrait dans la gargote disait en voyant la Thénardier : Voilà le maître de la maison. Erreur. Elle n'était même pas la maîtresse. Le maître et la maîtresse, c'était le mari. Elle faisait, il créait. Il dirigeait tout par une sorte d'action magnétique‚ invisible et continuelle. Un mot lui suffisait, quelquefois un signe ; le mastodonte obéissait. Le Thénardier était pour la Thénardier, sans qu'elle s'en rendit trop compte, une espèce d'être particulier et souverain. Elle avait les vertus de sa façon d'être; jamais eût-elle été en dissentiment sur un détail avec monsieur Thénardier, hypothèse du reste inadmissible, elle n'eût donné‚ publiquement tort à son mari, sur quoi que ce soit. Jamais elle n'eût commis "devant des étrangers", cette faute que font si souvent les femmes, et qu'on appelle, en

langage parlementaire : découvrir la couronne. Quoique leur accord n'eût pour résultat que le mal, il y avait de la contemplation dans la soumission de la Thénardier à son mari. Cette montagne de bruit et de chair se mouvait sous le petit doigt de ce despote frêle. C'était, vu par son côté‚ nain et grotesque, cette grande chose universelle : l'adoration de la matière pour l'esprit ; car de certaines laideurs ont leur raison d'être dans les profondeurs mêmes de la beauté éternelle. Il y avait de l'inconnu dans Thénardier; de là l'empire absolu de cet homme sur cette femme. A de certains moments elle le voyait comme une chandelle allumée ; dans d'autres, elle le sentait comme une griffe.

Cette femme était une créature formidable qui n'aimait que ses enfants et ne craignait que son mari. Elle était mère parce qu'elle était mammifère. Du reste sa maternité s'arrêtait à ses filles, et, comme on le verra, ne s'étendait pas jusqu'aux garçons. Lui, l'homme, n'avait qu'une pensée‚ s'enrichir.

Il n'y réussissait point. Un digne théâtre‚ manquait à ce grand talent. Thénardier‚ à Montfermeil se ruinait, si la ruine est possible à zéro ; en Suisse ou dans les Pyrénées‚ ce sans-le-sou serait devenu millionnaire. Mais où le sort attache l'aubergiste, il faut qu'il broute.

On comprend que le mot aubergiste est employé‚ ici dans un sens restreint, et qui ne s'étend pas à une classe entière.

En cette même année 1823, Thénardier était endetté d'environ quinze cents francs de dettes criardes, ce qui le rendait soucieux.

 ( )Ses théories d'aubergiste jaillissaient quelquefois de lui par éclairs. Il avait des aphorismes professionnels qu'il insérait dans l'esprit de sa femme. "Le devoir de l'aubergiste, lui disait-il un jour violemment et à voix basse, c'est de vendre au premier venu du fricot, du repos de la lumière, du feu, des draps sales, de la bonne, des pouces, du sourire; d'arrêter les passants, de vider les petites bourses et d'alléger honnêtement les grosses, d'abriter avec respect les familles en route, de râper l'homme, de plumer la femme, d'éplucher‚ l'enfant ; de coter la fenêtre ouverte, la fenêtre fermée, le coin de la cheminée, le fauteuil, la chaise, le tabouret, l'escabeau, le lit de plume, le matelas et la botte de paille- de savoir de combien l'ombre use le miroir et de tarifer cela, et, par les cinq cent mille diables, de faire tout payer au voyageur, jusqu'aux mouches que son chien mange !

Cet homme et cette femme, c'était ruse et rage mariées ensemble, attelage hideux et terrible.

Pendant que le mari ruminait et combinait, la Thénardier, elle, ne pensait pas aux créanciers‚ absents, n'avait souci d'hier ni de demain, et vivait avec emportement toute dans la minute.

Tels étaient ces deux êtres. Cosette était entre eux, subissant leur double pression, comme une créature‚ qui serait à la fois broyée par une meule et déchiquetée par une tenaille. L'homme et la femme avalent chacun une manière différente ; Cosette était rouée de coups, cela venait de la femme ; elle allait pieds nus l'hiver, cela venait du mari.

Cosette montait, descendait, lavait, brossait, frottait, balayait, courait, trimait, haletait, remuait des choses lourdes, et, toute chétive, faisait les grosses besognes. Nulle pitié : une maîtresse farouche, un maître venimeux. La gargote Thénardier‚ était comme une toile où Cosette était prise et tremblait. L'idéal de l'oppression était réalisé par cette domesticité sinistre. C'était quelque chose comme la mouche servante des araignées.

La pauvre enfant, passive, se taisait.

Quand elles se trouvent ainsi, dès l'aube, toutes petites, toutes nues, parmi les hommes, que se passe-t-il dans ces âmes qui viennent de quitter Dieu ?

A partir du texte donné ci-après :

5.  Dessiner un MCD des tarifs de l'entreprise (chambre, souper ).

6.  Citer un message organisé.

7.  Informatiseriez-vous cette entreprise ?

IL FAUT DU VIN AUX HOMMES ET DE L'EAU AUX CHEVAUX

Il était arrivé quatre nouveaux voyageurs.

-   Entrez, bonhomme.

Le "bonhomme" entra. La Thénardier lui jeta un second coup d'oeil, examina particulièrement sa redingote qui était absolument râpée et son chapeau qui était un peu défoncé, et consulta d'un hochement de tête, d'un froncement de nez et d'un clignement d'yeux, son mari, lequel buvait toujours avec les rouliers. Le mari répondit par cette imperceptible agitation de l'index qui, appuyée du gonflement des lèvres, signifie en pareil cas : débine complète. Sur ce, la Thénardier s'écria :

-   Ah ! çà, brave homme, je suis bien fâchée, mais c'est que je n'ai plus de place.

-   Mettez-moi où vous voudrez, dit l'homme, au grenier, à l'écurie. Je payerai comme si j'avais une chambre.

-   Quarante sous.

-   Quarante sous. Soit.

-   A la bonne heure.

-   Quarante sous ! dit un roulier bas à la Thénardier, mais ce n'est que vingt sous.

-   C'est quarante sous pour lui, répliqua la Thénardier du même ton. Je ne loge pas des pauvres à moins.

-   C'est vrai, ajouta le mari avec douceur, ça gâte une maison d'y avoir de ce monde-là.

THÉNARDIER A LA MANEUVRE

Le lendemain matin, deux heures au moins avant le jour, le mari Thénardier, attablé près d'une chandelle dans la salle basse du cabaret, une plume à la main, composait la carte du voyageur à la redingote jaune.

La femme debout, à demi courbée sur lui, le suivait des yeux. Ils n'échangeaient pas une parole. C'était, d'un coté, une méditation profonde, de l'autre, cette admiration religieuse avec laquelle on regarde naître et s'épanouir une merveille de l'esprit humain. On entendait un bruit dans la maison; c'était l'Alouette qui balayait l'escalier.

Après un bon quart d'heure et quelques ratures, le Thénardier produisit ce chefd'oeuvre.

NOTE DU MONSIEUR DU N°1.

Souper   fr             3 Chambre                            10 Bougie                              5

Feu                                                                                                  4

Service                                                                                           1             

       TOTAL                                                                 fr              23

-     Vingt-trois francs ! s'écria la femme avec un enthousiasme mêlé de quelque hésitation.

Comme tous les grands artistes, le Thénardier n'était pas content.

-     Peuh ! fit-il.

C'était l'accent de Castlereagh rédigeant au congrès de Vienne la carte à payer de la France.

-     Monsieur Thénardier, tu as raison, il doit bien cela, murmura la femme qui songeait à la poupée donnée à Cosette en présence de ses filles, c'est juste, mais c'est trop. Il ne voudra pas payer.

Le Thénardier fit son rire froid, et dit :

-     Il payera.

Ce rire était la signification suprême de la certitude et de l'autorité. Ce qui était dit ainsi devait être. La femme n'insista point. Elle se mit à ranger les tables : le mari marchait de long en large dans la salle. Un moment après il ajouta:

-     Je dois bien quinze cents francs, moi !

Il alla s'asseoir au coin de la cheminée, méditant, les pieds sur les cendres chaudes.

-     Ah çà ! reprit la femme, tu n'oublies pas que je flanque Cosette à la porte aujourd'hui. Ce monstre ! elle me mange le coeur avec sa poupée ! J'aimerais mieux épouser Louis XVIII que de la garder un jour de plus à la maison !

Le Thénardier alluma sa pipe et répondit entre deux bouffées :

- Tu remettras la carte à l'homme.

Puis il sortit.

Je ne crois pas qu'il existe ce qu'on appelle un

"criminel né", mais je n'avais pas abandonné depuis bien longtemps mes culottes courtes lorsque j'ai décidé de faire carrière dans le crime.

Alvin Karpis et Bill Trent, Ennemi public No 1

2 Taxe d'apprentissage (exercice 48)

Dans cet exercice et dans tous les cas suivants, nous effectuerons un parcours complet de la méthode et construirons dans l'ordre :

1.  le MCC ; 

1.1  fonctions et domaines ;

1.2  partenaires ;

1.3  messages et informations ;

2.  le MCT et ses opérations conceptuelles ;

3.  le MCD, individus, relations, informations et pattes ;

4.  le MOT, postes de travail et procédures ;

5.  le MOD individus, relations, informations et volumes de données;

6.  la liste des outils ;

6.1  par opération organisée ;

6.2  récapitulatif.

Vous pouvez regarder la solution de chaque étape avant de passer à la suivante.

La taxe professionnelle doit être payée par les entreprises qui ne sont pas des établissements d'enseignement. Elle est proportionnelle aux salaires versés dans l'entreprise. Elle est versée à un fonds national ou à un centre de formation interne ou externe à l'entreprise ou à des écoles d'enseignement technologique et professionnel. Dans ces derniers cas, les entreprises doivent remplir une "demande d'exonération" à "rédiger sur un imprimé d'un modèle agréé".

Dans cet exercice, nous nous plaçons du côté de l'école d'enseignement Porteur.

Cette école perçoit l'argent de l'État et prospecte les entreprises pour obtenir directement le montant de la taxe d'apprentissage. Les fonctions couvertes sont de rechercher et d'encaisser la taxe d'apprentissage.

Les entreprises peuvent verser leur don sous forme d'argent ou en nature.

Le prospecteur de l'école Porteur s'adresse à différentes sociétés pour percevoir la taxe d'apprentissage. Après accord, si le paiement n'intervient pas, le trésorier relance les personnes ayant accepté le paiement et envoie des réponses appropriées aux sociétés et aux montants versés. Une forte somme entraîne une récompense de dix pages et une petite somme un remerciement sur le dos de l'enveloppe. Le délai de relance dépend de l'entreprise ayant accepté le stage. Le trésorier encaisse les dons.

L'école vous demande, comme exercice, d'imaginer une solution informatique à ce besoin. Comme cela, elle pourra profiter de votre travail.

Nous considérons qu'il y a :

5 000 entreprises prospectées, 1 personne en moyenne connue par entreprise. Une sur dix répond positivement. La moitié des entreprises ayant accepté de payer la taxe sont relancées et toutes les réponses positives entraînent un versement.

Dix niveaux d'échelle de taxe sont définis. Une réponse de 5 types différents est éditée à chaque versement. Les versements sont mémorisés sur 5 ans.

H. Poirot regarda avec intérêt, et bientôt avec sympathie, la jeune femme qui entrait dans sonbureau.

Agatha Christie, Cinq petits cochons

3 Stages (exercice 49)

La démarche est identique à celle de l'exercice précédent.

Il s'agit de traiter complètement le besoin de M. Plume de l'établissement SainteHildegarde du Chapitre 4. Un domaine a été identifié comme étant de trouver des stages en entreprise pour placer les élèves.

M. Plume contacte les personnes susceptibles de lui fournir un stage. Après réception d'une proposition, il détermine quelles matières peuvent convenir à ce stage. Les élèves seront ensuite choisis en fonction de leur option et du poids de la matière dans leur option. Un stage à Kourou sur la fusée Ariane sera proposé à un élève de l'option mathématiques, aéronautique ou informatique mais pas à un élève de l'option polyglotte. Une option comporte plusieurs matières (mécanique quantique, statistiques, anglais, langages d'exploitation) et le stage est classé en fonction des matières possibles et d'autres critères (rémunération, lieu, durée ).

Après affectation du stage, une déclaration de stage est envoyée à la Sécurité Sociale pour que l'entreprise puisse ne pas payer de charges, et une convention de stage à l'entreprise, qui précise à l'entreprise quel professeur suit l'élève.

M. Plume est aidé par sa collaboratrice et des "tuteurs" qui jugent le travail de l'élève en fin de stage et appartenant à l'entreprise.

Nous considérons qu'il y a :

Le même nombre d'entreprises que précédemment, soit 5 000, 600 propositions annuelles pour 500 élèves susceptibles d'effectuer un stage (le rêve), 200 matières, 50 options, une option comportant 10 matières en moyenne et 5 critères de stage. Les données seront mémorisées sur 5 ans.

Lorsque Sir Henry Mellivale se mit en tête de prendre des leçons de chant, tout le monde s'accorda pour considérer que cette nouvelle occupation risquait de causer des dommages incalculables sur de pauvres innocents. John Dickson Carr, Le fantôme du cavalier.

4 Former (exercice 50)

Il s'agit de traiter complètement le besoin du responsable des études M.

Deuxplumes de l'établissement Sainte-Hildegarde du Chapitre 4.

Un domaine a été identifié comme étant de former les élèves. Le MCD a été fait

au chapitre 5.

Construire le MCT, le MOT, le MOD (mémorisation des données sur 5 ans) et faire la liste des outils.

Nous considérons qu'il y a :

4 promotions annuelles de 500 élèves, 200 matières et 50 options, toutes promotions confondues, et 2 enseignements par matière. Une option compte 10 matières en moyenne.

Nous considérons 50 salles de cours et 20 professeurs. Un enseignement porte sur 1 matière, comprend 10 cours, 2 examens et 20 élèves en moyenne.

Au début, on crut que la fille était une noire.

Mc Bain, Les heures creuses

5 Sélectionner (exercice 51)

Il s'agit de traiter complètement le besoin du responsable des études, M. Deuxplumes de l'établissement Sainte-Hildegarde, du Chapitre 4.

Un domaine a été identifié comme étant de sélectionner les élèves. Le MCD a été fait au chapitre 5.

Construire le MCT, le MOT, le MOD (mémorisation des données sur 5 ans) et faire la liste des outils.

Nous considérons qu'il y a :

500 élèves par an, un taux de réussite de 20% à l'entrée. Nous ne considérons que la sélection de 1ère année. 10 % des élèves présentent leur candidature deux fois.

Chaque candidat a 1,5 diplôme en moyenne.

Un élève se présente dans une option parmi 10 et passe 10 examens (un examen par matière) notés par 3 professeurs différents parmi 20. Au total, il existe 10 options à l'entrée et 20 matières.

Lavergne ouvrit la porte du poste central.

Boileau Narcejac, Le retour

6 Services généraux (exercice 52)

C'est le cas décrit au chapitre 4 : un domaine a été identifié comme étant de

distribuer les fournitures.

Construire le MCT, le MCD, le MOT, le MOD et lister les outils.

Lors de la construction du MCT, une matrice de décision peut être construite pour l'opération "Traiter demande de fournitures" afin de déterminer les conditions d'émission des messages résultats.

Les volumes peuvent être calculés avec les chiffres suivants :

•     les services généraux traitent 400 types de fournitures, 10 lieux correspondant aux 10 services, 250 personnes, 10 fournisseurs ;

•     par an, 5 000 demandes de fournitures sont émises, deux réceptions de 2 fournisseurs et de 50 types de fournitures ont lieu tous les 15 jours. 95% des demandes sont servies et 2 % sont reprises pour réclamation ; 100 fournitures sont suivies par an.

Motel en fer à cheval, abandonné, au pied des collines de San Berdoo, Buzz Meeks était passé à la réception avec quatre vingt quatorze mille dollars, dix-huit livres d'héroine presque pure, un fusil à pompe calibre 10, un 38 spécial, un 45 automatique, et un cran d'arrêt ( ). James Ellroy, LA confidential

7 Services généraux (exercice 53)

C'est le cas décrit au chapitre 4 : un domaine a été identifié comme étant

d'acheter.

Construire le MCT, le MCD, le MOT, le MOD et lister les outils.

Les volumes sont les mêmes que dans l'exercice précédent. De plus, un fournisseur propose 300 types de fournitures à son catalogue et facture à chaque livraison. Deux périodes budgétaires sont prévues annuellement.

Le stockage des informations est prévu sur cinq ans.

Celle qui faisait les cent pas non loin de la bouche de métro conservait des traces d'une bonne éducation.

Léo Malet, Le soleil naît derrière le Louvre

8 Maison d'éducation (exercice 54)

François est directeur d'une maison d'éducation. Des enfants sont à sa charge quand un juge décide de les protéger de leur entourage ou de les placer. Ils sont alors soit en internat soit en famille d'accueil à l'extérieur de l'internat. Ils restent de 1 à 5 ans et 2 ans en moyenne.

Son équipe se compose de 8 éducateurs, d'une psychologue, d'une assistance sociale, d'une éducatrice scolaire et de 5 personnes des services généraux. Il est en contact avec des centres médicaux psychopédagogiques, des orthophonistes, des instituteurs et des professeurs des écoles.

Il reçoit les demandes de placement du juge

(ordonnance de placement provisoire) valable de 6 mois à 2 ans, rend ensuite un rapport sur le "vécu" de l'enfant au juge. Son rôle est de recruter et d'aider les éducateurs et les autres personnes.

Les éducateurs choisissent les familles d'accueil, les visitent, suivent le comportement des enfants à leur charge vis-à-vis de

l'instituteur ou d'autres personnes. Les éducateurs perçoivent les comportements ou les caractéristiques des enfants (câlin, rebelle, ouvert, réservé, timide, insoumis , une vingtaine en tout), et relient leur comportement à leur passé, des événements (accident de voiture, décès d'un proche ) ou de situations (internat, placement familial, une dizaine en tout). Ils essayent de juger les personnes de leur entourage (mère folle, père macho ) et leurs relations avec elles (père qui le rejette, mère possessive ) en fonction de leur passé. Ils leur conseillent alors d'adopter une relation plus adaptée. Ils peuvent aussi conseiller leur entourage (famille d'accueil trop laxiste, visites à effectuer ). Le psychologue aide les éducateurs, les familles d'accueil. Il intervient rarement avec l'enfant, il sert surtout de conseil. L'assistante sociale recrute les familles d'accueil, appelées aussi assistantes maternelles, renouvelle les agréments donnés par la DDASS aux familles d'accueil, fait un bilan avec elles dans le cas où l'enfant doit partir, recherche les établissements scolaires.

Les enfants partent quand le juge le décide où à 21 ans. Jusqu'à 18 ans, ils sont obligés de se plier à la décision du juge. Entre 18 et 21 ans, ils peuvent s'accorder avec la DDASS pour rester en placement ou en famille d'accueil. A partir de 21 ans, ils peuvent rester dans la famille d'accueil mais celle-ci ne sera plus rémunérée.

On considère 70 enfants (15 en internat et 55 en famille d'accueil), 50 personnes exerçant une dizaine de fonctions au total, 35 familles d'accueil, 30 établissements, une dizaine de types d'événements et de types de situations différents, 20 caractéristiques. Chaque enfant possède une dizaine de situations et d'événements et une quinzaine de relations.

Considérez un temps de stockage de 10 ans et construisez MCC, MCT, MCD, MOT, MOD et la liste des outils.

Marie Anne s'habituait à la cadence lente de la bête aux harnais luisants. Jean Amila, Jusqu'à plus soif.

9 Cabinet animal (exercice 55)

Les deux brillantes diététiciennes pour animaux, Corinne et Marine, ont décidé de s'installer à leur compte. Pour cela, elles définissent des régimes à suivre à toute catégorie ou type d'animaux, tortues de mer, de terre, lapin nain, chat  

Elles se sont aperçues que le plus difficile est de planifier les visites des animaux et leur périodicité. Les poissons ont vite tendance à grossir comme des diodons, alors que les gris du Gabon peuvent se laisser dépérir si personne ne leur porte attention.

Quand un nouvel animal fait appel à leurs services, leur secrétaire donne un rendez-vous en fonction du type d'animal (poisson, éléphant, dahut ). Ensuite, la périodicité est définie en fonction du régime donné, s'il nécessite un suivi serré ou non.

Après la prise de mesures (taille, poids, vue, tension) imposées par la MAT, la médecine animalière du travail, et d'autres au choix, elles déterminent le régime à suivre.

Un régime est défini par la quantité d'aliments à ingérer : 100 g de carottes par jour maximum, un minimum de 3 oeufs pour arriver à 1 000 kCal maximum, avec 300 de protéines, 400 de lipides et 300 de glucides. Elles ne prennent pas en compte       les corrélations entre aliments.

Les hypothèses de volumes sont : un animal vient tous les 15 jours pendant les 6 premiers mois, ensuite une fois tous les 6 mois pendant 2 ans et 1 fois par an pendant 3 ans. Vingt cinq visites sont effectuées par jour et 10 mesures sont effectuées au maximum. Les régimes sont "lourds" au départ et changent une fois les 6 premiers mois, et ensuite deviennent "légers" et restent les mêmes. Ils concernent 15 aliments au total.

Considérez un temps de stockage de 5 ans et construisez MCC, MCT, MCD, MOT, MOD et la liste des outils.

Lorsque le chasseur apporta l'édition de midi, la nouvelle était passée d'une brève de dernière minute à plusieurs colonnes à la une, avec un titre en manchette. Pamela Branch, Un lion dans la cave.

10 Presse (exercice 56)

Jean-Pierre a investi toute sa fortune dans un "pavillon de jardin turc", un kiosque à journaux. Il pourrait vendre de tout, mais se cantonne à la vente de journaux de presse, de livres et de fournitures scolaires. Il n'a qu'un seul fournisseur de presse, la CCCP, la toutepuissante compagnie coopérative des commerçants de presse et doit se plier à ses conditions draconiennes.

Dans le domaine de la presse existe un prix fort, celui auquel vous payez votre journal et un prix net, celui auquel votre libraire achète sa presse, la différence est la commission du vendeur, qui varie de 13 à 20 %.

Toutes les semaines, Jean-Pierre avance un montant net correspondant à

peu près à ses achats hebdomadaires de presse. Le solde de ses dépenses et de ses invendus est effectué hebdomadairement. Il doit alors régler le solde à la CCCP.

Tous les matins, sauf le dimanches et le 1er mai, il reçoit des livraisons de journaux qu'il vérifie et met en place dans ses rayons. Dans la journée, il vend les hebdomadaires, les quotidiens et, bien sûr, les revues X, Y ou Z. Il voit alors défiler les motards, les retraités, les chômeurs, les rentiers, etc. A la fin de la journée recommence la manutention : compter les revues à rendre, les invendus et remplir les nombreux imprimés de la CCCP. Il fait des paquets cadeaux et les dépose dans le sas de son magasin pour l'agent de la CCCP. Celle-ci peut contester ses invendus et réclamer une différence !

Tous les jours, la CCCP lui envoie un bordereau d'invendus journalier des quotidiens et un autre bordereau pour les publications. Si Jean-Pierre part en vacances, il prévient la CCCP qui ne le livrera pas et, à son retour, lui enverra un bordereau d'invendus complémentaire à compléter. Celui-ci comprend tous les journaux et publications arrivés à échéance pendant ses vacances.

Il peut aussi remplir la "demande de retour autorisé exceptionnel" pour les revues qu'il n'a pas rendues à temps. La CCCP lui renvoie alors un accord sur les quantités (bordereau de contrôle) et sur les montants (bordereau de crédit d'invendus).

Parmi les nombreux bordereaux à remplir, en voici quelques-uns :

Relevé hebdomadaire de compte : facture de la CCCP. Les revues sont vendues au prix CCCP ou prix net. Le montant à payer A-B est égal au montant des livraisons moins les retours.

Code comptable, date début semaine, date fin semaine, routage.

Libellé

Date

Fournis et 

débits

Invendus et crédits

écrit

MT Fort

MT net

écrit

MT Fort

MT net

Publications

FAC

1244

1016

INV

777

633

Quotidiens

Journaux du soir

S/total presse

Autres fournisseurs

ENC

Total hebdomadaire

A

B

Solde hebdomadaire

A-B

Écriture : FACture, INVendu.

Bordereau de crédit d'invendus : acceptation des retours d'invendus.

Prix

Titre

Codif

Parution

Déclaré

Accepté

Montant fort

3,5

Bild Z

403

920919

4

14

4

Matin sahara

573

920917

6

24

4

Matin sahara

573

920918

3

12

Total Quotid.

13

50

2

Télé Z

1910

523

19

17

34

Total

Bordereau de contrôle, justificatif des retours d'invendus. Est envoyé avec le bordereau précédent : n° bordereau, date du bordereau journalier, n° kiosque, n° case

Prix

Titre

Codif

Parution

Ecart

Accept.

Rejets 1

Rejets 2c

2

Télé Z

1910

523

- 2

17

0

0

25

Camping-car

1348

51

2

0

2

0

26

Camping-car

1348

52

-2

0

2

0

TOTAL

4

Les rejets 1 sont les prématurés (revue trop périmée), 2, les non acceptés et 3 les non rappelés (revue non périmée).

Bordereau d'invendus complémentaire : hebdomadaires invendus des journées précédentes.

Nombre de bacs, nombre de paquets, libellé titre, prix, numéro, fournisseur, quantité invendue, codification.

Titre

Prix

No

Four

Invendus

Lib

Codif

Rustica

9

1177

2

30

Rustica

2472

Rustica

9

1178

2

31

Rustica

2472

VSD

14

776

9

43

VSD

1713

Bordereau d'invendus journalier des quotidiens : quotidiens invendus de la journée.

Titre, prix, numéro, quantité invendues (nouveau service à suivre) : code, jour de la semaine, quantité.

Titre

Prix

No

Four

Invendus

Codif

Sud Ouest

3,8

01.09

23

318

Courrier de l'ouest

4

29.08

24

209

Courrier de l'ouest

4

31.08

25

209

Bordereau d'invendus journalier des publications : hebdomadaires invendus de la journée.

Titre, prix, numéro, quantité invendue (nouveau service à suivre) : code, jour de la semaine, quantité

Titre

Prix

Four

Invendus

Codif

Rustica

9

1183

28

2472

Canard

8

3748

22

1326

Bordereau de livraison des quotidiens : quotidiens expédiés le matin par la

CCCP.

Libellé titre, codification, numéro de parution, prix, montant, catégorie, service, débits du jour, cumul semaine.

Demande de retour autorisé exceptionnel ou droit aux oubliés : retour supérieur au délai normal.

N° routage, n° marchand, date de la demande, date de retour au CDP, nombre de paquets, nombre de folios - titre, codification, n°, date, hors série / spécial, quantités déclarées, prix.

Demande de rassortiment : demande de livraison supplémentaire de journaux.

N° client (kiosque), nom et localité (du kiosque), date de la demande, titre, codification titre, numéro, date, quantité demandée. Volumes de données :

Les titres ne changent plus de prix depuis 5 ans.

3 000 références de presse peuvent exister. Jean Pierre en commande "seulement" 2 000. Sur ces 2 000, 20 sont des quotidiens dont il reçoit 80 parutions tous les jours. Il en rend environ 20. 50 sont des hebdomadaires dont il reçoit 500 parutions. Le nombre de parutions par titre varie de 1 à 150 pour certains magazines de télévision. Il en rend environ 150. Le reste, qui peut être assimilé à des mensuels, soit 1 930 titres est reçu en 6 000 parutions dont il en rend 2 000 environ.

10 commandes de livres et une commande de fournitures (parmi 500 fournitures possibles) sont passées par semaine à une dizaine de fournisseurs ou d'éditeurs.

Les factures sont hebdomadaires pour la CCCP et considérées comme mensuelles pour les livres et les fournitures.

L'inventaire est hebdomadaire.

Que pouvez-vous faire pour Jean-Pierre ? Dessiner son MCC, son MCT et son MCD. Ensuite, imaginer sa journée de travail, le matin, la journée et le soir, et transformer votre imagination en MOT. Il ne vous restera plus qu'à calculer les volumes pour un temps de stockage de 2 ans et de lister les outils. Il désire un seul logiciel couvrant toutes ses fonctions.

A l'aube, Jenny se mit à la recherche du chalet. Mary Higgins Clark, Un cri dans la nuit.

11 Location d'appartement (exercice 57)

Alain voulait investir dans la restauration ou dans l'immobilier. Il a choisi l'immobilier, alors le cas suivant sera sur l'immobilier.

Les propriétaires, voulant profiter de leur investissement locatif, s'adressent à l'agence Alain. Ils décrivent le montant du loyer qu'ils veulent percevoir en envoyant une description du logement.

L'agence passe alors une annonce dans des journaux locaux gratuits. Quand une personne est intéressée par une location, elle doit fournir un justificatif de salaire et un garant. Le loyer est fixé en fonction des charges, de l'indice du coût de la construction. Après visite et accord, le bail est signé et le locataire doit verser le loyer à l'agence qui reverse une partie au propriétaire.

Toutes les années, le nouveau loyer est calculé en fonction de la variation de l'indice.

Si le locataire veut prendre son congé, il le déclare à l'agence trois mois avant. Celle-ci peut alors refaire paraître une annonce. Un état des lieux est effectué à l'entrée et à la sortie de chaque location. Le propriétaire peut aussi demander à récupérer son logement à l'agence, qui reformulera la demande au locataire.

Construire le MCC, le MCD, le MCT, le MOT, le MOD (les volumes sont mémorisés sur 3 ans) et la liste des outils.

Nous supposons 30 transactions par semaine, un indice tous les 3 mois. En moyenne, un locataire reste pendant plus de 3 ans. 20 villes sont considérées.

Hank comptait l'argent empilé devant lui.

Chester Himes, La reine des pommes

12 Gestion familiale d'un ménage (exercice

58)

La famille Cerise a décidé de suivre ses dépenses pour ne plus être dépassée. Depuis un an, le compte commun est constamment dans le rouge.

Elle possède 3 sources de revenu, les salaires mensuels de leurs employeurs, les dons obtenus des amis ou des parents et les emprunts effectués à la banque.

Les dépenses sont de 3 catégories : l'argent de poche distribué chichement aux enfants, les remboursements d'emprunt et les autres dépenses servant à acheter "on se demande bien quoi". Mais, de nos jours, l'argent brûle les doigts et saute par la fenêtre.

Les dons ne servent pas à rembourser les emprunts et les emprunts ne payent pas l'argent de poche. Ces deux règles peuvent être amenées à être modifiées.

A partir de ces données, construire le MCC, les messages et leurs informations, le MCT et le MCD. Puis, réfléchissez intensément sur le MCD pour le réduire et regrouper des concepts en utilisant les notions de recette et de dépense. Le MCD final ne devrait contenir que 5 individus au maximum.

Le MOT ne présente pas d'intérêt, passez directement à la liste des outils.

Aucun volume ne sera calculé.

 Dans le hall du Tigres Palace Hôtel, à Bagdad, une infirmière terminait une lettre. Agatha Christie, Meurtre en Mésopotamie

13 Cabinet médical (exercice 59)

Le docteur Knock a décidé d'ouvrir un cabinet médical.

Comme d'habitude, il demande toujours les symptômes aux patients "cela vous gratouille ou vous chatouille ?" pour leur prescrire une ordonnance. Lors de sa consultation, il peut effectuer différents actes (consultation simple, point de suture, infiltration, sclérose )

Seulement, maintenant, il faut tout noter. La pharmacie du coin peut téléphoner pour demander la vérification d'une prescription et la Direction départementale de l'aide sanitaire et sociale surveille les maladies à déclarer (méningite dans une école par exemple). Une déclaration doit lui être envoyée obligatoirement, en moyenne une par an.

Le docteur Knock hésite à s'informatiser, aidez-le.

Il reçoit un malade toutes les demi-heures et travaille 10 heures par jour, 200 jours par an. Un malade vient tous les 6 mois, reste 5 ans en moyenne et présente 2 symptômes en moyenne. Une prescription contient 2,5 remèdes en moyenne. Une ordonnance est délivrée une consultation sur deux. Un acte est exécuté par consultation. Une consultation diagnostique 1 maladie en moyenne.

Supposons qu'il existe 1 000 médecins, 1 000 maladies, 500 symptômes, 3 symptômes par consultation, 10 000 remèdes.

Une partie du MCD a déjà été effectuée. Nous ne considérerons que la prescription et non les résultats d'examen, vus en partie lors du cas du cabinet animal.

Construire le MCC, le MCD, le MCT, le MOT, le MOD (historique sur 10 ans) et la liste des outils.

C'était un de ces blocs de central Avenue, panachés blanc et noir, pas encore entièrement occupé par les nègres. R. Chandler, Adieu ma jolie

14 Cabinet photographe (exercice 60)

Francis est, comme chacun sait, un excellent photographe. Il photographie pour lui-même quand il est en voyage et dépose alors ses diapositives dans une agence ou sur commande, quand un client (éditeur, journal ) lui demande un reportage.

Dans le premier cas, l'agence lui envoie, quand une photographie est vendue, le montant et les conditions de la vente (support, magazine ). Dans le deuxième cas, il envoie tout son reportage à son client, qui lui retourne les diapositives en précisant celles qui ont été retenues. Les conditions de la vente précisent le contexte juridique : y a-t-il un délai d'exclusivité, de quelle durée est-il ?

Il a besoin de savoir où sont ses diapositives et leur contenu. Après de longues discussions, il a décidé de retenir trois critères principaux : 

?  le lieu de la photo : Paris, Assouan, Montréal, Québec, Immeuble Le Corbusier ;

?  le thème : personnage, paysage, fête religieuse, compétition sportive ; ?     le sujet : Kermit, Château de la Loire, Noël 1991.

Un sujet fait partie d'un seul thème. Les autres critères demanderaient trop de temps à être saisis.

On considère 1 film de 36 poses par jour. 20 diapositives par film sont conservées et 2 sont vendues. Francis effectue un reportage par mois commandé par 20 clients au total. Il n'a pas de jour de repos car, pour lui, la photo est une passion où il peut exploiter toute sa sensibilité.

Il désire savoir quelle est la marque du film acheté (Clicclac, Yama, Kanico ) afin de mémoriser le ton des couleurs en fonction de la marque.

150 thèmes sont considérés, 10 laboratoires, 10 marques et 200 lieux.

Il n'a pas d'intérêt à mémoriser l'optique et les différents dépôts d'une photo dans une agence, ni le fournisseur du film.

Construire le MCC, le MCD, le MCT, le MOT, le MOD (historique sur 10 ans) et la liste des outils.

TROISIEME PARTIE : CORRIGES


Chapitre 13 : corrigé QCM

1 Corrigé exercice 0 : QCM général

MCC

MCD

MCT

MOT

MOD

MLT

MLD

Non

Signif.

Définir le vocabulaire

X

Définir les fonctions du projet

X

Définir les outils informatiques

X

X

Planifier la réalisation

X

Planifier l'étude préalable

X

Définir les priorités

X

Définir le groupe de projet

X

Définir les étapes du projet

X

Nommer le responsable de projet

X

Valider les modèles

X

X

X

X

X

X

X

Estimer les volumes de données

X

Optimiser la base de données

X

Concevoir la base de données

X

X

X

Programmer

X

Définir les règles de calcul

X

X

Définir les travaux d'enchaînement

X

Définir le jeu d'essai

X

Tester l'application

X

Définir les enchaînements d'écrans

X

Définir les écrans

X

Définir les concepts

X

Enchanter l'utilisateur

X

X

Tout ce qui relève d'une méthode de conduite de projet, planifier la réalisation et l'étude préalable, définir les priorités, le groupe de projet ne fait pas partie des modèles de Merise.

Programmer, définir les travaux d'enchaînement des programmes et tester non plus.

Définir le jeu d'essai n'est pas modélisé mais est abordé au chapitre 6.

2 Corrigé exercice 1 : QCM conceptuel

MCC

Dans quel ordre doivent s'effectuer les étapes suivantes ?

définir 

Les fonctions élémentaires

1

Les domaines

2

Les partenaires

3

Les flux réels et d'informations

4

L'ordre était difficile à trouver. Les fonctions doivent être définies en premier pour définir le champ de l'étude.

Pourquoi étudier ?

Apprendre. Pourquoi apprendre ? Savoir ou connaître.

Les verbes suivants sont-ils des fonctions ? O est oui et N est non

Gérer les écarts

N

Veiller au grain

N

Gérer la pénurie

N

Archiver

N

Répartir la pénurie

N

Activer le processus

N

Favoriser les meilleurs

N

Faire faire

N

Subsidiariser

N

Obéir

N

Définir les écarts

N

Commander

N

Veiller technologiquement

N

Motiver le personnel

O

Les concepts suivants sont-ils des partenaires ? Répondre par oui ou non.

Client

O

SNCF

N

Fournisseur

O

IBM

N

Crédit Lyonnais

N

Prêteur

O

Banque

N

Shylock

N

Agence

N

Lecteur

O

Service

N

Abonné

N

EDF

N/O

Concurrent

N

France Télécom

N

Transporteur

O

EDF peut être considéré comme le seul fournisseur d'électricité. Un transporteur peut être considéré comme un fournisseur de transport.

Les messages suivants sont-ils conceptuels ? Répondre par oui ou non.

Tableau de bord

N

Dossier

N

Cahier des charges

N

Réponse

N

Critères valorisés

N

Demande d'amour

O

Descripteurs de paramètres

N

Offre d'amour

N

Informations technologiques

N

Fiche d'abonné

N

Tous les messages pour lesquels la réponse est non ne précisent pas le sujet de l'étude : gestion de production, financière ou comptabilité ? Quelle différence existet-il entre l'offre et la demande d'amour ?

MCD

Règle sur les individus.

Ils doivent exister proprement

O

Etre cités facilement

O

Etre liés à une relation

N

Etre reliés à une patte

N

Posséder des informations

O

Comprendre une date

N

Règle sur les relations. Elles doivent : V est VRAI et F est FAUX

Etre reliées à des individus

V

Etre reliées à des individus différents

F

Peuvent être reliées 2 fois au même individu

V

Il n'existe pas 2 relations entre 2 individus

F

Il n'existe pas 2 occurrences de relation entre les mêmes occurrences d'individu

V

Il n'existe pas 2 occurrences de relation entre les mêmes individus

F

Il n'existe pas 2 relations entre les mêmes occurrences d'individu

F

Une relation contenant une date permet de mémoriser les historiques de cette relation

F

Certaines questions étaient difficiles à comprendre !

Une date sur une relation ne permet pas de mémoriser les historiques. Il n'existe qu'une occurrence de relation, donc il n'est pas possible d'en mémoriser deux et plus.

Règle sur les informations d'un modèle de données, répondre par oui ou non.

Une information appartient à un individu et à une relation

N

Une information appartient toujours à un individu

N

Une information appartient souvent à une relation

N

Une information appartient à un individu ou à une relation.

A quelle catégorie appartiennent les "mots" suivants ?

Individu

Information

Occurrence

Date décès

X

Animal

X

Nom d'animal

X

Nom d'oiseau

X

Type d'animal

X

X

Oiseau

X

Libellé oiseau

X

Inventaire

X

Adresse

X

Date

X

Titre

X

Diplôme

X

Quantité à livrer

X

Adresse de livraison

X

Lieu noir

X

Colin

X

Lieu

X

Prix de vente

X

Lieu noir est une occurrence d'animal. Colin et lieu noir sont synonymes. Lieu est un polysème. Il peut être une occurrence d'animal ou un lieu géographique, des lieus ou des lieux ? Type d'animal peut être une information ou un individu. Voir dans le premier ouvrage Parlez-vous Merise ?

2.1 QCM validation MCC/MCD

La validation MCC/MCD conduit à : (répondre par oui ou non)

Créer des règles de calcul

O

Créer des équivalences

O

Créer des informations composées

O

Créer des individus manquants

O

Toutes les informations des messages appartiennent-elles au modèle de données ? NON.

La validation MCC/MCD consiste à vérifier les dépendances entre informations : équivalences, règles de calcul, informations composées ou séries ou sans dépendances. Il peut toujours exister des données non modélisées.

2.2 MCT

Une opération conceptuelle a : (répondre par oui ou non).

Un message événement au minimum

N

Un message événement au maximum

O

Un message résultat au minimum

N

Un message résultat au maximum

N

Un message événement ou résultat au minimum

O

Une opération a un message événement au maximum et au moins un message événement ou résultat.

Une opération conceptuelle a : (répondre par oui ou non).

Un MCD en mise à jour

N

Un MCD en lecture

O

Deux MCD en lecture et en écriture

N

Un en lecture ou un en écriture

N

Un au minimum

O

Une opération a un modèle de données en lecture et, dans le cas de mise à jour, un modèle en écriture.

VALIDATION MCT/MCD

Valider données et traitements consiste à : (répondre par oui ou non).

Vérifier qu'une opération conceptuelle a toutes ses infos

- en lecture

O

- en écriture

O

Une relation est créée par au moins 2 opérations

N

Une relation est reliée à au moins 2 individus

N

Toute info du MCD est reliée à un message

N

Deux validations existent : valider les traitements par les données et les données par les traitements. Dans ce dernier cas, vérifier qu'un individu ou une relation est créé par une opération au minimum et lu par une opération au minimum.

3 Corrigé exercice 2 : organisation

Quelle est la différence entre un MCD et un MOD ?

Les individus sont différents

N

Les relations sont différentes

N

Les concepts sont différents

N

De nouveaux concepts apparaissent : lesquels ?

- site

- autorisation

- documents

O

Les volumes de données sont calculés

O

Les concepts du conceptuel sont conservés et d'autres sont rajoutés. Les volumes de données sont calculés avec plus de précision au modèle logique ou physique en tenant compte des index d'enregistrement.

Un poste de travail est défini par :

Le nom de l'individu occupant le poste

N

Les ressources du poste de travail

O

Les fonctions couvertes par le poste

O

Le prénom du chef

N

Le nom de la secrétaire du service

N

Le type de hiérarchie du service

N

Le nombre de personnes occupant le poste

O

Un poste de travail est défini par la fonction du poste et éventuellement par ses ressources (gommes et crayons). Avant l'informatisation, obtenir un nom de personne occupant le poste est recommandé pour valider les outils informatiques. L'organigramme définit :

Les postes de travail

O

Les relations entre postes de travail

O

Qui est le chef ?

N

Le prénom du chef

N

Le type de hiérarchie du service

O

Le nombre de personnes occupant le poste

O

Les relations informelles entre personnes

N

Une procédure indique :

Uniquement les opérations habituelles à effectuer

N

Qui fait quoi ?

O

Qui contrôle quoi ?

O

Les opérations effectuées par un poste de travail

O

Les opérations exceptionnelles en cas de "pépin"

O

Qui est responsable de quoi

O

Qui est coupable en cas de mauvais travail

O

Les volumes de données

N

Une procédure indique surtout "qui fait quoi ?" et la conduite à tenir dans une situation inhabituelle. Responsable = coupable.

4 Corrigé exercice 3 QCM informatique

Un outil informatique est :

L'outil de développement retenu

N

Une transaction informatique

O

Un exemple de menu

O/N

Une clé anglaise numérique

N

Une décomposition de l'opération

N

La partie automatisée de l'opération, "la tâche machine"

N

Les menus peuvent en faire partie. Il n'existe pas de tâche homme et de tâche machine mais des outils informatiques à disposition de l'utilisateur. Les outils informatiques peuvent être définis à partir :

Des opérations

O

Des individus

O

Des relations

O

Des informations

N

Des solutions définies par l'utilisateur final

N

Des messages événement des opérations

N

Des domaines

N

Les deux approches, traitement ou utilisateur ou spécifique et données ou informatique ou standardisée existent. Les transactions les plus utilisées doivent être spécifiées suivant la vue traitement.

Outils informatiques :

Combien d'outils types peuvent être définis par individu ?

5

Lesquels ?

Outil de création d'occurrence d'individu

Outil de suppression

Modification

Consultation

Recherche ou sélection

Combien d'outils types peuvent être définis par relation binaire ?

1 pour chaque recherche (recherche des auteurs de titres et titres des auteurs)

2 en général

Certains outils peuvent être regroupés. En particulier, les outils de recherche peuvent être regroupés.

Les différents types de SGBD sont :

Communicationnel

N

A jeton

N

Hiérarchique

O

Navigationnel

O

Top down

N

Familial

N

Réseau

O

Amical

N

Maillé

N

Relationnel

O

Navigationnel = réseau

Les différences entre les types de SGBD sont :

Les pointeurs

O

Les enregistrements

N

Les liens entre enregistrements

O

Les informations

N

Les noms des enregistrements

N

La manière de modifier les structures d'enregistrements

N

Les langages d'interrogation des données

O

La longueur des enregistrements

N

Les définitions de clés d'enregistrement

N

Les différences proviennent des traitements des liens entre enregistrement et information. Certaines réponses peuvent être sujettes à caution. Don't bother to agree with me. I've already changed my mind.

En quoi se transforment les objets suivants ?

Création enregistrement

Création d'information

Relation 01,01

X

Relation 11,01

X

Relation 1N,01

X

Relation 1N,11

X

Relation 1N,0N

X

Relation 1N,0N

X

Relation ternaire

X

Relation quaternaire

X

Les différences entre navigationnel et relationnel se situent dans le traitement des relations X,1 X,1. Voir les exemples au chapitre de construction de MLD. Ces relations sont rares, mais vous pouvez ainsi juger les automates de passage entre entité/relation et enregistrement/lien.

Optimiser consiste à prendre les actions suivantes :

Redonder des informations

O

Diminuer les temps de traitements 

N

Diminuer les volumes de stockage

N

Eclater des structures d'enregistrement

O

Regrouper des structures d'enregistrements

O

Augmenter la puissance de la machine

N

Diminuer le nombre d'utilisateurs

N

Donner aux utilisateurs des horaires à respecter

N

Avoir des utilisateurs heureux

N

Garder le cap dans un bateau école

N

Ne pas confondre action et résultat. Laisser l'optimisation au responsable de la base de données. Ne vous en occupez pas !


Chapitre 14 : réponses possibles sur les fonctions

du projet

1 Corrigé exercice 4 : fonctions de l'école

1.1 Lister et regrouper les fonctions élémentaires

Les domaines sont "former", "placer" et "sélectionner". Les fonctions élémentaires sont :

Fonctions élémentaires

Domaine

Faire passer des examens

F

Trouver des stages en entreprises

P

Contacter les anciens élèves

P

Tenir un annuaire des anciens élèves

P

Estimer le niveau des élèves

F

Sélectionner les candidats à l'école

S

Définir l'enseignement

F

Définir les horaires de cours

F

Rédiger les examens

F

Corriger copies

F

Donner cours

F

Les activités de M. Troisplumes sont les cinq premières. Les deux suivantes sont celles de M. Deuxplumes et celles de M. Duvet sont les trois dernières. Le pourquoi des activités de l'enseignant M. Plume fait partie des activités de M. Troisplumes.

Mlle Plomb ne fait pas partie des domaines précédents mais du domaine "étudier". Le trombinoscope fait partie d'un autre domaine (Communiquer !).

Planifier les réunions des professeurs fait partie d'un autre domaine "planifier ou organiser des réunions".

1.2 Lister les partenaires

Les partenaires sont "l'employeur" qui donne les stages et "la Sécurité Sociale" qui reçoit les déclarations de stages.

1.3 Lister les messages et dessiner le MCC 

L'élève (alors candidat) envoie sa candidature pour être sélectionné. Il passe alors un examen de passage et renvoie sa réponse. Une réponse à sa candidature lui est donnée.

Lors des cours dispensés par "former", une demande d'absence peut être formulée auprès du formateur. Les examens sont rédigés et une demande de réponse aux questions est envoyée. L'élève renvoie sa copie à corriger. L'élève reçoit ensuite son bulletin de notes et la correction du problème. En fin de scolarité, il reçoit son diplôme ou une demande de changement d'enseignement.

Les messages "formation donnée" entre "former" et l'élève et sa réponse "reformulation formation" entre l'élève et le professeur sont fondamentaux mais non représentés car non mémorisés par la suite.

"Placer" demande des stages à des employeurs, offre les stages proposés aux élèves qui effectuent un choix (de stage). Le stage choisi, une convention de stage est envoyée à l'employeur et une déclaration de stage à la Sécurité Sociale, pour que l'employeur ne paie pas de cotisation si le salaire est inférieur à 30 % du Smic.

Le MCC est le suivant :

Les messages principaux sont, avec leurs informations :

Bulletin de notes accordées à l'élève : n° examen, nom élève, note de l'examen. Candidature : nom candidat, prénom candidat, adresse candidat, date de candidature, option demandée, diplômes obtenus, date obtention diplôme.

Choix de stage par un élève : n° élève, n° matière stage, domaine, n° stage, nom de l'entreprise, objet stage.

Convention de stage : nom de l'entreprise, adresse de l'entreprise (lieu de stage), objet stage, date de début, durée, nom tuteur technique, prénom tuteur technique, n° élève, nom élève, prénom élève, nom professeur, prénom professeur, n° convention, date de signature de la convention.

Copie à corriger : nom élève, n° question, libellé question, libellé réponse.

Copie notée : nom élève, n° question, libellé note, note réponse, note totale élève. Correction du problème : n° examen, date examen, n° question, libellé correction, nom professeur.

Déclaration de stage S.S. : nom de l'entreprise, adresse de l'entreprise, nom élève, prénom élève.

Demande d'absence : n° élève, n° enseignement, libellé demande d'absence.

Demande de changement d'enseignement : n° élève, nom élève, libellé demande de changement.

Demande de réponse aux questions : n° question, libellé question, note maximum question, date examen.

Demande de stage à une entreprise : nom de l'entreprise, adresse de l'entreprise, nom personne, objet stage, durée, date de fin de stage souhaitée.

Diplôme obtenu : n° élève, nom élève, libellé diplôme, date diplôme.

Examen de passage : nom candidat, prénom candidat, adresse candidat, date examen, option examen, n° question, libellé question, note maximum question. Offre de stage à un élève : n° module stage, domaine, objet stage, lieu, nom de l'entreprise, durée.

Proposition de stage par une entreprise : nom de l'entreprise, adresse de l'entreprise (lieu de stage), nom personne, objet stage, durée, date de fin de stage souhaitée.

Réponse candidature : nom candidat, prénom candidat, adresse candidat, date examen, n° question, libellé question, corrigé réponse, note totale.

Réponse examen : nom candidat, prénom candidat, adresse candidat, date examen, n° question, libellé réponse.

2 Corrigé exercice 5 : fonctions services généraux

2.1 Lister et regrouper les fonctions élémentaires

Les domaines sont "distribuer fournitures", "acheter", "maîtriser dépenses" ou "définir budget" et "comptabiliser".

Fonctions élémentaires

Domaine

approvisionner les services en fournitures

distribuer

centraliser les besoins de fourniture

opération organisée

vérifier livraisons

acheter ou distribuer

commander les fournitures

acheter ou distribuer

définir les quantités à réapprovisionner

distribuer

réapprovisionner

acheter 

acheter au meilleur prix

acheter 

limiter la consommation de fournitures

distribuer

vérifier les autorisations de dépenses (budget)

maîtriser dépenses

demander budget supplémentaire

opération organisée

inventorier le stock pour comptabiliser

comptabiliser

pour maîtriser les dépenses

Une même fonction peut être exercée par plusieurs postes de travail. Cela entraîne une demande et un contrôle (des dépenses par exemple).

2.2 Lister les partenaires

Les deux partenaires des services généraux sont : "fournisseur" (des services généraux) et "utilisateur" (correspondant aux différents services utilisant des fournitures administratives).

Les services utilisateurs et le service comptabilité sont des postes de travail et font partie de la structure organisée de l'entreprise.

2.3 Lister les messages et dessiner le MCC

Le MCC représente les flux d'informations échangés entre domaines et partenaires. L'inventaire annuel pour valoriser les stocks n'apparaît pas dans le MCC car il est dans le domaine "comptabiliser". Il apparaîtra au niveau organisé.

Budget accordé: libellé type fourniture (exemple : fourniture de bureau), montant budget accordé (montant du budget + montant du dépassement ou de la baisse).

Commande fournisseur (commande de fournitures) au fournisseur : adresse fournisseur, date de la commande, date souhaitée de réception des fournitures, délai de paiement (nombre de jours entre la réception de la facture et le paiement), nom du fournisseur, prix unitaire fourniture, quantité commandée, référence fourniture (numéro de référence spécifique du fournisseur).

Conditions d'achat : libellé fourniture, prix unitaire fourniture (prix unitaire catalogue moins remises client), référence fourniture.

Demande d'achat (lorsque certaines fournitures sont nécessaires et n'existent plus en stock, une demande d'achats répertorie alors toutes les fournitures qui seront passées en commande ultérieurement) : date souhaitée de réception des fournitures, libellé fourniture, quantité demandée, référence fourniture (interne société). Demande de dépassement budget : montant de dépassement du budget, date disponibilité budget.

Demande de fournitures : date de la demande de fournitures, libellé fourniture, nom personne, n° bureau, quantité demandée.

Don fournitures : date don, libellé fourniture, nom personne, quantité donnée.

Don prévu (indique la date à laquelle sera réalisé le don de fournitures) : date prévue du don, libellé fourniture, nom personne, quantité prévue du don.

Facture validée : n° facture, montant facture, n° fournisseur.

Réception fourniture (indique la date à laquelle les fournitures devront être livrées par les fournisseurs à acheter) : date réception, référence fourniture, lieu de stockage, nom fournisseur, quantité commandée, quantité livrée.

Réception effectuée : date réception, libellé fourniture, quantité livrée.

Réception prévue (indique la date prévisionnelle à laquelle les fournitures devront être disponibles) : date prévue réception, libellé fourniture, quantité livrée prévue. Réclamation utilisateur (réclamations pour l'endommagement d'une fourniture) : description réclamation, libellé fourniture, libellé type, date don.

Refus demande (le responsable des services généraux se réserve en plus le droit de refuser d'honorer une demande de fournitures, si un service a une "trop grande consommation", c'est-à-dire si le service effectue une demande alors qu'il vient juste de recevoir une quantité de ces mêmes fournitures) : date du prochain don, libellé fourniture, période consommation, quantité consommée.

3 Corrigé exercice 6 : fonctions de la bibliothèque

3.1 Lister et regrouper les fonctions élémentaires

Deux domaines, "acheter" et "assurer l'équilibre financier" ne posent pas de problème.

Trois sous-ensembles se dégagent : "prêter des livres à des abonnés" ou PLA, "maintenir les livres en état" et "enrichir la bibliothèque".

La fonction de commander les livres aux éditeurs et aux relieurs peut être mise dans le regroupement "prêter les livres aux abonnés" ou "acheter". Dans ce cas, le concept de commande peut être dans le regroupement "prêter les livres aux abonnés" ou "acheter".

Les fonctions élémentaires et un regroupement possible sont les suivants :

Fonctions élémentaires

Pourquoi ?

prêter des livres à des abonnés

PLA

acheter des livres à des éditeurs

Acheter

faire relier les livres

Maintenir les livres en état

faire subventionner la bibliothèque

assurer l'équilibre financier

déterminer les livres à prêter

PLA

remettre les livres aux abonnés

PLA

fixer le nombre maximal de livres à prêter

PLA

fixer la durée maximale du livre à prêter

PLA

enrichir les propositions d'achat des abonnés

enrichir la bibliothèque

commander les livres aux éditeurs

Acheter ou PLA ?

détruire les livres

envoyer les livres à relier chez le relieur

Maintenir les livres en état

relancer les éditeurs et les relieurs

Acheter

Deux questions sont primordiales : 

Les fonctions sont-elles conceptuelles (indépendantes de l'organisation) et s'il subsiste un doute, poser la question pourquoi ?

Exemple : pourquoi détruire les livres ? Les réponses peuvent être :

-     pour gagner de la place. Dans ce cas, c'est une question d'organisation.

-     pour éliminer les livres qui ne sont plus d'actualité. Dans ce deuxième cas, cette fonction fait partie du regroupement "enrichir la bibliothèque".

Peut-on regrouper à un niveau supérieur ?

Les trois regroupements "prêter les livres aux abonnés", "enrichir la bibliothèque" et "maintenir les livres en état" peuvent être regroupés dans un domaine "prêter les livres".

Quatre solutions sont possibles :

Solutions possibles

1

2

3

4

Regroupement des 3 fonctions

O

O

N

N

Domaine de la fonction commander :

A

PL

A

PLA

Dans la première solution, le domaine "prêter les livres" est créé, et commander fait partie de la fonction "acheter".

Dans la deuxième solution, le domaine "prêter les livres" est créé, et commander fait partie de la fonction "prêter les livres".

Dans la troisième solution, 3 domaines "prêter les livres aux abonnés", "enrichir la bibliothèque" et maintenir les livres en état" sont créés, et "commander fait partie de la fonction "acheter".

Dans la quatrième solution, 3 domaines "prêter les livres aux abonnés", "enrichir la bibliothèque" et "maintenir les livres en état" sont créés et "commander" fait partie d'une des trois fonctions. Or, les trois domaines achètent : "prêter les livres aux abonnés" pour augmenter le nombre d'exemplaires d'un livre très demandé, "enrichir la bibliothèque" pour des livres nouveaux et "maintenir les livres en état" pour les livres usagés. Cette solution n'est pas la meilleure.

Comment choisir ? Avoir plusieurs domaines multiplie les modèles de données et les projets. S'ils regroupent un nombre impressionnant de fonctions, il faut les garder distincts, sinon les regrouper. Dans notre cas, il est préférable de les regrouper. Le MCC montre les trois sous-domaines.

"Commander" fait-il partie du domaine "prêter les livres" ou "acheter" ? Les deux réponses sont possibles. Dans la suite, "commander" fait partie du domaine "acheter". Ce choix est arbitraire !

Domaine

Sous-domaine

Fonctions élémentaires

Acheter

Acheter

acheter des livres à des éditeurs

relancer les éditeurs et les relieurs

commander les livres aux éditeurs

Assurer l'équilibre financier

Assurer l'équilibre financier

faire subventionner la bibliothèque

Prêter les livres

Enrichir la bibliothèque

enrichir les propositions d'achat des abonnés

Maintenir les livres en état

faire relier les livres

envoyer les livres à relier chez le relieur

Prêter Livres Abonnés

prêter des livres à des abonnés

déterminer les livres à prêter

remettre les livres aux abonnés

fixer le nombre maximal de livres à prêter

fixer la durée maximale du livre à prêter

3.2 Lister les partenaires

Les partenaires ou intervenants externes à la bibliothèque sont : "lecteur" (de livre), "éditeur" (de livre) et "relieur" (de livre) qui pourraient être des types (appelés sous-types) de fournisseurs. D'autres partenaires tels que "mécène" ou "banque" ne sont pas représentés.

3.3 Lister les messages et dessiner le MCC

Les messages sont :

Demande d'abonnement : nom personne, prénom personne, adresse personne.

Demande de prêt : titre de l'ouvrage, auteur, thème.

Retour de prêt : n° de livre, date de retour réelle du livre.

Prêt accordé : n° de livre, date de retour maximum du livre, date du prêt, numéro de prêt.

Abonnement accordé : n° d'abonné.

Demande de restitution : date de la relance, nom abonné, adresse abonné, n° de livre, date de retour maximum du livre, date du prêt, numéro de prêt.


Chapitre 15 : corrigé de la modélisation des données à

informatiser

1 Corrigé de l'exercice 7 : comprendre les cardinalités

1.1 Corrigé des occurrences animalières

Les espèces n'existent pas dans la classification des animaux. Ceux-ci sont divisés en :

CLASSE

ORDRE

Sous-ordre ou famille

Mammifères

Primates

Hominidés

Homme

Cétacés

Odontocètes

Dauphins

Carnivores

Félidés

Chat

Reptiles

Dinosaures

Diplodocus

Poissons

Agnathes

Squale

Requin

Citer des occurrences :

•    d'animal : chat, homme, diplodocus, dauphin, carpe, cheval ;

•    d'espèce : mammifère, reptile, poisson ;

•    de personne : Paul, Pierre, Sarah, Benjamin ;

•    et d'aliment : bouillie, caviar, champagne, salade, plancton.

1.2 Corrigé cardinalités animalières

Un animal appartient à une espèce au minimum

oui

Cardinalité minimum

= 1

Un animal appartient à une espèce au maximum :

oui

Cardinalité maximum = 1

Tout animal appartient à une et une seule espèce.

Une espèce comprend un animal au minimum :

oui

Cardinalité minimum = 1

Sinon, de quelle espèce s'agit-il ?

Une espèce comprend un animal au maximum :

non

Cardinalité maximum = N

L'espèce des mammifères comprend le chat et

l'homme entre autres.

Une personne aime un animal au minimum :

non

Cardinalité minimum = 0

Pierre n'aime aucun animal.

Une personne aime un animal au maximum

non

Cardinalité maximum = N

Sarah aime les chiens, les dauphins, les chevaux

Un animal est aimé par une personne au minimum :

non

Cardinalité minimum = 0

Les serpents baveurs ne sont aimés par personne.

Un animal est aimé par une personne au maximum :

non

Cardinalité maximum = N

Les chats sont aimés de Benjamin.

Un animal mange un aliment au minimum :

oui

Cardinalité minimum = 1

Tout animal mange au moins un aliment (dans l'état actuel des lacunes de notre ignorance).

Un animal mange un aliment au maximum :

non

Cardinalité maximum = N

Les chats mangent de la salade et du caviar.

Un aliment est mangé par un animal au minimum :

non

Cardinalité minimum = 0

Un aliment mangé par personne n'est pas un aliment.

Un aliment est mangé par un animal au maximum :

non

Cardinalité maximum = N

Beaucoup d'animaux aiment le champagne.

Remarque : les cardinalités minimum entre animal et aliment sont un. Si elles sont laissées à un, tout animal créé devra être lié à un aliment et tout aliment créé à un animal. Une seule transaction informatique devra créer animaux et aliments. Il est plus simple de mettre les cardinalités minimales à zéro. Même chose pour espèce et animal.

L'exercice consiste surtout à comprendre le sens des cardinalités et où elles se placent avec Merise.

2 Corrigé de l'exercice 8 : les cardinalités de livraison

Les entreprises françaises du commerce et de l'industrie ont créé GENCOD, Groupement d'Etudes de Normalisation et de Codification, structure de concertation, au sein de laquelle sont élaborées et diffusées des méthodes unifiées de communication. Suivant les standards GENCOD, un paiement règle une facture associée à une livraison, elle-même reliée à une commande au maximum.

D'autres hypothèses auraient pu être retenues : un client peut avoir plusieurs modes de paiement (chèque, virement, traite) et non une de référence et le paiement pourrait régler plusieurs factures.

3 Corrigé de l'exercice 9 : un seul vocabulaire

Les concepts sont :

•    Professeur et enseignant, qui sont synonymes (Descartes).

•    Cours et enseignement qui sont aussi synonymes (Méthode).

•    Salle (B1 et B2).

•    Elève = étudiant (Agnan).

•    Rapport est un polysème et possède deux significations : rapport de cours (prolifération des maringouins dans l'île d'Orléans) et rapport d'enseignement (appréciation du cours d'Unix par M. Coucou).

•    Présence : Nicolas au cours de mécanique.

4 Corrigé de l'exercice 10 : expliciter un MCD.

Le médecin peut modifier le prix de sa consultation à chaque consultation. Le fait qu'il le fixe tous les ans n'apparaît pas dans le MCD. A chaque consultation, il ne reçoit qu'un seul malade. Il peut ne diagnostiquer aucune maladie. Le malade imaginaire !

5 Corrigé de l'exercice 11 : "études"

L'élève étudie dans une école : les individus sont "élève" et "école", la relation "étudier".

L'élève poursuit ses études dans une école : les individus sont "élève", "étude" et "école", les relations "poursuivre" et "dans une".

Dans les deux cas, les cardinalités à partir de l'individu "école" sont 0 et N. Dans le premier cas, date d'entrée et de sortie de l'école sont dans la relation "étudier". Dans le deuxième cas, elles sont dans l'individu "étude". Le premier cas ne permet pas de mémoriser les dates si l'élève a changé d'école et est revenu (s'il appartient à deux promotions par exemple). Mémoriser les dates dans une relation ne permet pas la gestion d'historique ! Il faut créer l'individu "période de XXX".

6 Corrigé de l'exercice 12 : tournées

Les tournées peuvent être assimilées à une suite de poteaux séparés par des intervalles. Prenons le cas de 6 poteaux séparés par 5 intervalles : 

15.6.1 Dans le premier modèle, une tournée est déterminée par les arrêts (ou les poteaux) :

                                                  1      2       3 4       5      6

15.6.2 Dans le deuxième modèle, une tournée est déterminée par les trajets (ou les intervalles) :

1

2

3

4

5

7 Corrigé de l'exercice 13 : ordonnance

Le modèle de données est le suivant : les individus sont "médecin" (Schweitzer), "ordonnance" et "remède" (poudre de perlin pinpin ). Les informations de "médecin" sont libellées du titre (docteur ès vaudou). "Titre" aurait pu être un individu (si un médecin peut avoir plusieurs ou aucun titre). Les informations d'ordonnance sont la date et l'heure de l'ordonnance (le 1er avril 93 et minuit). Les informations de la relation sont la posologie (3 gouttes, 3 pincées, 3) et le timing (soir, matin, nuit).

8 Corrigé de l'exercice 14 : sanction

Un même pays peut sanctionner plusieurs fois la même agence. Le concept de sanction existe dans le titre. Il est écrit dans le texte "interdisent pendant 2 ans". Une autre interdiction est possible, donc une autre sanction.

9 Corrigé de l'exercice 15 : vote

Les électeurs italiens votent aux élections de la présidence de la République. Peut-

on voter plusieurs fois pour une même élection ? La réponse est oui. Les Italiens ont voté au moins quinze fois pour cette élection.

Les informations des individus sont :

Électeur : n° électeur, nom électeur, prénom électeur.

Vote : n° vote, date du vote, n° tour.

Candidat : n° candidat, nom candidat, prénom candidat, date présentation.

10 Corrigé de l'exercice 16 : location

Dans ce modèle, la séparation est faite entre "logement" et "location". La ville dépend du logement et non de la location (du montant des charges par exemple).

La "location" concerne un "logement" situé dans une "ville" (Paris, Sarcelles) d'un "département" (75, 95).

Le "logement" possède un nombre de pièces (2, 4, 3), une situation vis-à-vis des transports (métro Blanche, métro Gambetta, proche toutes facilités), un type d'immeuble (rénové, bâtiment indépendant), un libellé (propre, calme, clair, de caractère), sa surface, le nom de la rue et le n° de téléphone de l'annonceur. Le "logement" possède des "caractéristiques" (chauffage, électricité, gaz, digicode, concierge). Les informations sont dans la relation (individuel, oui, non, oui, sympathique).

La "location" comprend une date de location (1er septembre), un montant du loyer mensuel (3 200 F, 2 800 F), un type de loyer (charges comprises, non comprises), un montant des charges (300 F).

Les lieux décrivent les différentes pièces (cuisine, salle de bain, WC) et leur "état" (équipée neuve, en marbre écorné, lunette neuve, sur le palier).

Les individus et leurs informations sont :

Caractéristique logement : code caractéristique, libellé caractéristique.

Etat : code état, libellé état.

Lieu : code lieu, libellé lieu.

Location : n° location, montant du loyer, type de loyer, montant des charges. Logement : nombre de pièces, situation vis-à-vis des transports, quartier, type d'immeuble, libellé, surface logement, nom rue logement, n° téléphone annonceur.

Ville : code ville, libellé ville, n° département.

Les relations et leurs informations sont :

Caractériser logement : libellé caractéristique logement.

11 Corrigé de l'exercice 17 : plan militaire

Un plan doit tenir compte de la situation. Il se compose de plusieurs opérations. Il peut être modifié, ainsi que les opérations.

Les informations des individus sont :

Situation : n° situation, libellé situation, date situation.

Plan : n° plan, date du plan.

Opération : n° opération, date opération, durée opération.

12 Corrigé de l'exercice 18 : In memoriam Chishu Ryû

Une personne (Chishu Ryû, Yasujiro Ozu, père de Chishu Ryû, Yoji Yamada) a des activités, (celle qui débute en 1925, celle qui débute en 1936) liées à un métier (acteur stagiaire, acteur, bonze, réalisateur). Un chef-d'œuvre (le Goût du saké, Voyage à Tokyo) est réalisé et joué au cours d'une activité. Cette activité est exercée dans une ville (Kumamoto).

Les informations des individus contiennent pour la plupart un numéro et un libellé, sauf les individus "personne" et "activité".

Personne : n° personne, nom personne, prénom personne.

Activité : n° activité, nom activité, date début activité, date fin activité.

13 Corrigé de l'exercice 19 : centrales au charbon

Un accord est passé entre une entreprise (WingMerril, Enron) et une autre entreprise (Chemphil) ou une province (Henan). L'accord comprend la construction de centrales (centrale thermique de 1400 MW, centrale de 105MW).

Les informations des individus contiennent pour la plupart un numéro et un libellé, sauf l'individu "accord".

Accord : n° accord, nom accord, date début accord, date fin accord, libellé accord.

14 Corrigé de l'exercice 20 : les Carolingiens

Une personne est issue d'une union (légitime ou non !). Elle a exercé de zéro (Carloman) à plusieurs règnes (Louis le Débonnaire). Union n'est pas une relation (Liz Taylor et Richard Burton !) et les dates de début et de fin de règne ne sont pas dans l'individu "personne", mais dans l'individu "règne".

15 Corrigé de l'exercice 21 : la pyramide

Considérons les concepts de pyramides dont les deux occurrences sont dessinées et les concepts de nœud et de trait :

L'approche la plus spontanée est de dire : la pyramide est constitué de nœuds reliés par des traits. Un trait relie un nœud amont à un nœud aval. Le MCD est alors le suivant :

Mais, dans cette représentation, on ne peut faire de différence entre les deux pyramides qui sont constituées des mêmes nœuds mais de traits différents. Cette représentation ne suffit pas.

Les pyramides sont donc constituées de traits reliant des nœuds! Une première représentation est possible.

Dans cette représentation, un trait peut être composant d'une ou de plusieurs pyramides. Les deux cardinalités 1,1 ou 1,N sont possibles.

Ensuite, on peut considérer le concept de descendance. Une descendance a un père et N fils.

Les pyramides sont alors constituées de descendances ou de corrélations reliant des noeuds ! Une deuxième représentation est possible.

Les informations sont des numéros, des dates de début et de fin.

Ces représentations ont été utilisées pour représenter une hiérarchie de comptes généraux en comptabilité ! Même pour un domaine aussi "simple" et courant que la comptabilité, plusieurs modèles sont possibles.

16 Corrigé des exercices 22 à 24 : cas d'école

16.1 Corrigé de l'exercice 22 : le domaine "former"

a) MCD du discours du responsable des études

Les recommandations du chef de l'établissement sont des directives organisationnelles. "Chaque professeur enseigne sa matière" donne, transformé en MCD :

La question à se poser est : un même professeur peut-il enseigner deux fois la même matière ? La réponse est OUI. Donc, il faut créer un individu provenant de la relation "enseigner", l'individu "enseignement".

Ensuite, des considérations plus fines interviennent entraînant les cardinalités autour du nouvel individu. 

Qu'est ce qu'un enseignement ? Peut-il être donné par plusieurs professeurs ? Dans le modèle suivant, un enseignement est donné par un seul professeur. L'enseignement de M. Nimbus sur la théorie du chaos, par exemple. Les informations sont les dates de début et de fin de l'enseignement, la qualité de l'enseignement.

b)  deuxième MCD du discours du responsable des études

C'est le même que le précédent. L'individu "cours" est le même que l'individu "enseignement" et contient l'information "année".

c)  MCD du domaine "former"

La partie enseignement est explicitée plus haut. Un professeur peut enseigner plusieurs matières. Cette relation peut servir de contrôle à la saisie de l'enseignement d'un professeur.

Un enseignement est le cours de chimie 1993. Ce cours est planifié (lundi 28 juin de 9 h à 12 h). La salle est indiquée. Les élèves participant au cours sont mémorisés.

Un examen permet de vérifier l'enseignement. Les élèves sont notés pour un examen. Les élèves choisissent une option qui se compose de plusieurs matières.

16.2 Corrigé de l'exercice 23 : le MCD du domaine "sélectionner"

Les élèves possédant un diplôme (baccalauréat, titre de gloire ) font acte de candidature pour une option (recherche opérationnelle, recherche internationale).

Les examens portent sur des matières (anglais, allemand, mathématiques, physique ). Les deux notations de chaque professeur sont reliées à la candidature et non à l'élève car l'élève peut se présenter plusieurs fois. Les coefficients sont dans la relation entre "option" et "matière".

16.3 Corrigé de l'exercice 24 : le MCD du domaine "placer élève"

Les stages sont proposés par une personne (ancien élève) d'une entreprise et supervisés par un professeur de stage.

Les stages sont classés en fonction de critères (lieu, durée..) pour être choisis par les élèves.

17 Corrigé de l'exercice 25 : le sous-type

Un premier MCD, construit à partir du texte est :

Un deuxième MCD peut prendre en compte les notions de sous-type.

"Dépôt", "usine", "client" et "région de vente" sont des types de lieu. "Usine", "client", "région de vente" sont des concepts à conserver car d'autres individus spécifiques sont liés : "fabrication", "commande client" et, plus tard, "facture". Les informations de "dépôt", "usine", "client" et "région de vente" sont différentes : surface de stockage, réfrigéré pour "dépôt" et encours possible pour "client", par exemple.

"Sortie usine", "transport primaire" et "livraison" sont des types de mouvements de lieu à lieu. Ils ne sont pas des concepts à conserver mais une classification redondante avec le type de lieu de départ ou d'arrivée. Les informationssont les mêmes : date du mouvement, quantité mue par exemple.

Le modèle définitif peut être le suivant :

Les notions de type et sous-type sont strictement identiques aux relations 1,1 et 0,1. En écrivant plutôt ces cardinalités, il sera beaucoup plus facile de passer au modèle logique de données et cela vous évitera des migraines !

Il est extrêmement important de définir au niveau conceptuel les concepts retenus. Dans certains cas, 7 niveaux de sous-types ont été définis ! Dans le cas présent, le concept de mouvement est créé et remplace trois individus. Un seul enregistrement sera créé au niveau logique.

18 Corrigé de l'exercice 26 : le meta-modèle

Dessiner le méta-modèle entre individu, relation, information et patte. Pourquoi le concept de patte existe-t-il ?

Une même occurrence de relation peut être liée plusieurs fois à la même occurrence d'individu dans le cas de relation de nomenclature.

Les individus du modèle précédent, donc les occurrences du méta-individu "individu" sont "lieu", "dépôt", "mouvement". Les occurrences du méta-individu "relation" sont "départ lieu", "arrivée lieu". Les occurrences du méta-individu "information" sont "date du mouvement", "quantité mue".

Il n'existe pas de lien de nomenclature, donc de patte, dans le modèle précédent. Une méta-relation de nomenclature sur le méta-individu "individu" permet de mémoriser les liens de sous-type.

Ces méta-individus, relations, informations sont appelés quelquefois d'un nom différent, segments, liens ou attributs par exemple. Il est important de les différencier avec les concepts du modèle (lieu, dépôt, mouvement ). Vous pouvez aisément évaluer la compétence de l'ingénieur-conseil. Est-il aussi à l'aise que vous dans la manipulation des concepts du méta-modèle ?


Chapitre 16 : corrigé du jeu d'essai

1 Corrigé de l'exercice 27 : le calcul des besoins nets

1.1 Définition des besoins bruts

Les besoins bruts sont les sommes des quantités demandées par les différents services.

Gomme

Crayon

Téléphone

      Besoins bruts Alu

5

24

0

(+) Besoins bruts Bois

10

30

0

TOTAL

15

54

0

1.2 Définition des besoins nets

Les besoins nets représentent la différence entre les besoins bruts et la quantité en stock.

Gomme

Crayon

Téléphone

      Besoins bruts

15

54

0

(-)  Stock actuel

17

20

2

(=) Besoins nets

-2

34

-2

Si le dernier chiffre est négatif, cela signifie qu'il restera des articles en stock après distribution. La commande aura lieu si le stock d'alerte est atteint. S'il est positif, le stock actuel est insuffisant et la commande aura toujours lieu.

2 Corrigé de l'exercice 28 : calcul de la quantité à réapprovisionner

La quantité de fournitures à approvisionner doit permettre de satisfaire les besoins (des services) nets, et de compléter la quantité stockée au stock maximal si le stock d'alerte est atteintaprès le don.

Fournitures

Gomme

Crayon

Téléphone

Stock final = - Besoins nets

2

-34

2

Stock minimal

5

10

0

Stock d'alerte atteint ?

Oui

Oui

Non

Si le stock d'alerte est atteint après le don, la quantité à commander doit permettre d'atteindre le stock maximal avant redistribution.

Fournitures

Gomme

Crayon

Téléphone

(+)      Stock maximal

50

100

10

- Stock actuel

17

20

2

(=) Qté à commander

33

80

0

3 Corrigé de l'exercice 29 : passage des commandes fournisseur

Après choix du fournisseur en fonction du prix, les commandes sont passées. La quantité commandée est comptée en conditionnement du fournisseur.

3.1 Commande fournisseur Dété

24/10/92

Qté commandée

Conditionnement

Prix unitaire

Prix total

Gomme

3

10

2,20 F

66 F

3.2 Commande fournisseur Dhiver

24/10/92

Qté commandée

Conditionnement

Prix unitaire

Prix total

Crayon

6

12

0,95 F

68,4 F

4 Réception, entrée en stock

Si un fournisseur livre partiellement la commande, le stock tiendra compte des quantités reçues.

4.1 Livraison partielle du fournisseur Dété

Date : 26/10/92

Qté commandée

Qté livrée

Conditionnement

Reste à livrer

Gomme

3

2

10

1

4.2 Livraison du fournisseur Dhiver

Date : 26/10/92

Qté commandée

Qté livrée

Conditionnement

Reste à livrer

Crayon

6

6

12

0

5 Corrigé de l'exercice 30 : état du stock après distribution

Le stock final prévu est la quantité de fournitures prévue en stock lorsque les dons auront été effectués et lorsque les fournisseurs auront livré les commandes. Il se calcule en sommant la quantité en stock et la quantité à recevoir moins la quantité à donner.

STOCK AU

29/10/92

Qté en stock (+)

Qté à recevoir (+)

Qté à donner (-)

Stock prévu (=)

Stock minimal

Stock maximal

Gomme

17

20

15

22

5

50

Crayon

20

72

54

38

10

100

Téléphone

2

2

0

10

6 Don par service

La quantité demandée sera servie en une seule fois.

DONS : 31/10/92

Service Alu

Service Bois

Total à donner

Gomme

5

10

15

Crayon

24

30

54

Téléphone

0

0

0

7 Corrigé de l'exercice 31 : historique des dons par service

Les dons de fournitures sont mémorisés afin de connaître la consommation de chaque service.

Historique général du service Alu :

Date don

22/10

31/10

Gomme

5

Crayon

24

Téléphone

2

Historique général du service Bois

Date don

23/10

31/10

Gomme

10

Crayon

30

Téléphone

1

8 Corrigé de l'exercice 32 : calcul du PUMP par produit et valorisation du stock.

Le stock et le PUMP des matières le 1er octobre était de :

Date : 1/10

Qté en stock

PUMP

Total 

Gomme

17

2,10 F

35,7

Crayon

20

0,8 F

16

Téléphone

5

700 F

3 500

Valeur du stock

3551,7

Les achats du mois d'octobre sont :

Qté achetée

Prix unitaire

Total 

Gomme

20

2,2

44

Crayon

72

0,95

68,4

Téléphone

0

0

0

Quel est le PUMP des gommes au mois d'octobre, compte tenu des achats ?

PUMP des gommes = (35,7 + 44)/ (17 + 20) = 2,15 F par gomme.

Quel est le PUMP des crayons au mois d'octobre, compte tenu des achats ?

PUMP des crayons = (16 + 68,4)/ (20 + 72) = 0,92 F par crayon.

Quel est le PUMP des téléphones au mois d'octobre, compte tenu des achats ?

Il n'a pas changé et est de 700 F.

Quelle est la valeur du stock fin octobre ?

Date : 31/10

Qté en stock

PUMP

Total 

Gomme

22

2,15

47,3

Crayon

38

0,92

34,96

Téléphone

2

700

1400

Valeur du stock

1482,26

9 Corrigé de l'exercice 33 : modèles de données du jeu d'essai

9.1 Le modèle de données des règles de réapprovisionnement et du stock est simple :

Stock d'alerte

Stock maximal

Stock au 20/10

Gomme

5

50

17

Crayon

10

100

20

Téléphone

0

10

5

Le stock d'alerte et le stock maximum dépendent uniquement du type de fourniture. La quantité inventoriée dépend de la date (de calcul) ou de la date du dernier inventaire.

9.2 Le modèle de données des demandes de fourniture peut être le suivant :

Demandes

Service Alu

Service Bois

Date demande

21/10

22/10

Gomme

5

10

Crayon

24

30

Téléphone

2

1

A un jour donné, plusieurs types de fournitures sont demandés par service. Le modèle de données peut considérer une demande par service ou une demande par service et par type de fourniture. La deuxième hypothèse est celle retenue. Le tableau précédent comporte 6 demandes.

9.3 Le modèle de données final peut être le suivant

Les individus et leurs informations sont :



Commande : n° commande, date commande.

Demande de produit : n° demande, date demande produit, quantité demandée.

Don - reprise : n° don, date don, quantité demandée.

Fournisseur : n° fournisseur, nom fournisseur.

Inventaire : n° inventaire, date inventaire.

Lot ou livraison : n° lot, date réception lot, quantité livrée.

Service : n° service, libellé service.

Type de fourniture : n° type de fourniture, stock alerte, stock maximum. Les relations et leurs informations sont :

Inventorier produit : quantité inventoriée.

Ligner commande : quantité commandée.

Proposer produit : prix d'achat, conditionnement.


Chapitre 17 : corrigé des validations

Chapitre 17 : corrigé des validations

1 Corrigé de l'exercice 34 : informations des messages

Informations des messages suivants :

Message

demande de réponse aux questions

correction du problème

copie à corriger (demande de notation)

copie notée

Informations

n° question

date examen

nom élève

nom élève

libellé question

n° question

n° question

n° question

note maxi question

libellé corrigé

libellé question

note réponse

date examen

nom professeur

libellé réponse

libellé note

note totale élève

Exemples d'occurrences des informations suivantes :

Date d'examen

1/07/1992

14/07/92

15/08/92

Note accordée

10

0

40

Nom d'élève

Agnan

Eudes

Nicolas

Cours

Mathématiques

Bras de fer

Oenologie

2 Corrigé exercice 35 : validation MCC/MCD

"Réponse" est une réponse à une question. Dans ce modèle, l'ensemble des réponses aux questions d'un examen (la copie de l'élève) n'est pas représenté. 

Une autre représentation est possible en représentant la copie de l'élève et en transformant l'individu "réponse" en relation.

La règle de calcul de la note totale de la copie est la suivante.

Les informations en entrée de la règle sont le nom de l'élève, la date de l'examen et ses notes. Le résultat est la note totale de l'élève à l'examen. Cette information n'est pas dans le modèle conceptuel de données, car calculée. Elle pourra l'être lors de l'optimisation, après la construction du modèle logique de données.

Chapitre 17 : corrigé des validations

3 Corrigé exercice 36 : validation traitements et données

3.1 Quels concepts concernant les traitements n'existent pas dans le MCD ?

Les stocks minimum (d'alerte) et maximum n'existent pas dans le MCD.

3.2 Quels concepts du MCD ne sont pas utilisés dans ces traitements ?

Les concepts de gamme et d'opérations ne sont pas utilisés dans les traitements.

3.3 Quelles relations sont à modifier dans le MCD ?

La production est par ressource et non par site.

Le MCD doit être modifié ainsi :


Chapitre 18 : corrigé organisation 

1 Corrigé exercice 37 : les postes de travail

Les deux postes de travail sont l'oyabun et le kobun.

2 Corrigé exercice 38 : MCT infraction

Un partenaire est le reste de la "pègre", les autres clans.

L'opération est "punir infraction", décision de l'oyabun. Les messages résultats de l'opération sont :

•    Demande de seppuku si la mise à mort est décidée ;

•    demande de petit doigt si telle est la décision ;

•    demande de non-réapparition au kobun et la demande de non-acceptation aux autres clans de la pègre dans le cas d'expulsion.

3 Corrigé exercice 39 : procédure Maastricht

Procédure de la codécision : trouver les postes de travail, les opérations et les messages organisés.

Il est important de définir les postes de travail avant la procédure.

Les postes de travail ou cellules sont : 

•    la Commission des communautés (se compose de membres désignés d'un commun accord par les gouvernements des états membres, propose des projets) ;

•    le Conseil (composé des représentants des gouvernements des états membres, décide et vote en dernière instance) ; • le Parlement (élus aux élections européennes, pouvoir d'enregistrement, d'amendement et, demain, de veto) ;

•    le Comité de conciliation.

Remarque : cette procédure est très compliquée. 

Le texte ne met pas en lumière le message entre le Parlement et la Commission "demande de prise en compte d'amendement", ni le message implicite entre la Commission et le Conseil sur l'avis de la Commission sur les amendements. Si vous avez tout compris, vous êtes doué pour la diplomatie ou la politique.

4 Corrigé exercice 40 : cas ecclésiastique

4.1 MCC

Le domaine principal est "moraliser" et le partenaire le pécheur. La pénitence est la sanction. Un message supplémentaire est l'absolution.

Il n'existe pas de chronologie des messages dans Merise. Néanmoins, dans ce cas, un certain ordre, autre que moral, existe : règle de morale, péché avoué, pénitence à effectuer, pénitence effectuée, absolution. Il est préférable de prévenir de la pénitence encourue dans la règle plutôt qu'annoncer seulement "C'est très grave !" et de ne créer la pénitence qu'une fois le péché accompli. Les flux des facilités à pardonner (les indulgences) ne sont pas décrits.

4.2 Informations des messages

Les informations des messages sont : Absolution : date de l'absolution.

Péchéavoué : date du péché, nom du péché, règle enfreinte.

Pénitence : nom du péché, règle enfreinte, pénitence à effectuer, nombre de pénitences à effectuer, date de début, date de fin.

Pénitence effectuée : date de la pénitence, nombre de pénitences effectuées.

Règle de morale : code de la règle, libellé de la règle, péché commis, gravité péché.

Il est important de mettre la règle enfreinte dans la pénitence à effectuer, sinon le pécheur péchera sans cesse et sera un éternel pénitent. Par contre, l'absolution est absolue et non restreinte à un péché.

4.3 MCT

Trois opérations conceptuelles sont définies : Fixer les règles et les diffuser ou prêcher.

Prendre en compte le péché ou moraliser et indiquer la pénitence à effectuer. Le même nom est pris pour l'opération et le domaine. C'est possible mais à éviter.

Prendre en compte la pénitence et donner l'absolution ou absoudre.

4.4 1ercas : Grand Khan

Organigramme : le Grand Khan fixe les règle et les pénitences, les lieutenants répercutent et jouent le rôle de petits chefs et les prêcheurs locaux contactent les pécheurs.

Procédure de sanction :

Ne pas oublier que le prêcheur moralise !

4.5 2ecas : GOUROU II en difficulté

Organigramme : tout le monde est au même niveau. Beaucoup de monde, peu de réunions, mais cela ne saurait tarder !

Procédure de sanction : les lieutenants régionaux ne fixent aucune règle ainsi que Gourou II et son gendre.

4.6 3ecas : Gourou II vainqueur

Organigramme : le même que dans les deux premiers cas. Un peu d'ordre !

Procédure de sanction : seuls les lieutenants régionaux fixent des règles. Gourou II se la coule douce, voyage, porte la bonne nouvelle et s'affaire.

4.7 4ecas : Gourou III

Organigramme : le même que précédemment, sauf que le Gourou est différent. Celui-ci travaille d'arrache-pied, fixe les types de sanction et construit les procédures. Il a peut-être suivi des cours de Merise et fait appel à des sociétés de conseil et d'organisation.

Procédure de sanction : Gourou III fixe les types de sanctions pour déterminer qui doit décider de la pénitence. Cette procédure est la meilleure : chacun connaît son rôle et ses limites. Les procédures de contrôle restent à décider afin que chacun reste dans ses limites. Si la faute est grave ou capitale, le prêcheur local en réfère au lieutenant régional. Si la faute est capitale, le lieutenant régional en réfère à Gourou III qui seul peut décider des mises à mort pour non-respect ou atteinte aux lois de l'Eglise.

4.8 Informatique Gourou II et IVPremier cas, décentralisation complète : tous les prêcheurs locaux sont informatisés pour donner des pénitences (in)cohérentes.

Coût de l'informatisation des 300 postes de travail en micro-ordinateurs :

Investissement

Fonctionnement

300 micro-ordinateurs

300 * 7

300 * 0,7

300 imprimantes

300 * 5

300 * 0,5

300 systèmes d'exploitation

300 * 0,5

300 traitements de texte

300 * 4

1 logiciel base de données

210

Total

5 160 KF

360 KF

Deuxième cas, centralisation complète, saisie des données en temps réel pour assouvir la soif de savoir de Gourou IV.

Investissement

Fonctionnement

1 ordinateur

5 000

500

Système d'exploitation

600

2000

Périphériques (contrôleurs, lecteur cassettes)

1 650

165

300 terminaux

300 * 5

300 * 0,5

300 imprimantes locales

300 * 5

300 * 0,5

1 imprimante site central

1 000

100

Total

11 250 KF

3 065 KF

Dans le premier cas, nous supposons que les prêcheurs se débrouillent avec un traitement de texte et un programme écrit avec un logiciel de base de données estimé à 200 KF. Dans le deuxième cas, nous ne prenons pas le cas de développement spécifique ou de progiciel ecclésiastique bien connu, ou de logiciel américain acheté, réécrit partiellement et introduit d'un seul coup de big bang dans toute l'Animie ! Les coûts sont alors peu précis (entre 500 KF et plusieurs millions de francs).

Sans tenir compte de ces facteurs importants, les coûts d'investissements gros système sont le double de la micro-informatique et 10 fois plus chers en coûts de fonctionnement !


Chapitre 19 : corrigé exercices 41 et 42, lister les outils

Chapitre 19 : corrigé exercices 41 et 42, lister les outils

1 Corrigé exercice 41 : outils à partir des données

Individu "auteur".

Créer auteur

Modifier auteur

Rechercher auteur à partir de son nom ou lister auteurs

Individu "collection".

Créer collection

Modifier collection

Individu "éditeur".

Créer éditeur

Modifier éditeur

Individu "exemplaire".

Créer exemplaire

Modifier exemplaire

Individu "lecteur".

Créer lecteur

Modifier lecteur

Individu "ouvrage".

Créer ouvrage

Modifier ouvrage

Rechercher ouvrage d'auteur

Rechercher ouvrage d'une collection

Rechercher ouvrage d'un thème

Individu "prêt".

Créer prêt

Modifier prêt

Consulter prêt (lecteur, exemplaire, date de retour)

Rechercher prêt d'un exemplaire

Rechercher prêt d'un lecteur

Individu "thème".

Créer thème

Modifier thème

2 Corrigé exercice 42 : outils à partir des traitements

L'exercice consiste à indiquer les outils informatiques à partir des opérations du modèle organisationnel de traitement.

Opération "conseiller lecteur".

Recherche des ouvrages en fonction des auteurs, des collections, des éditeurs, des thèmes

Créer ouvrage

Consultation des ouvrages et de leur disponibilité

Créer ou modifier Auteur

Créer ou modifier Thème

Créer ou modifier Collection

Créer ou modifier Editeur

Opération "Prise en compte de la demande d'abonnement".

Créer abonné

Consultation abonné et de ses livres empruntés

Opération "Abonner lecteur".

Créer abonné

Modification abonné

Opération "Prise en compte de la demande de prêt".

Consultation abonné et de ses livres empruntés

plus les mêmes que "conseiller lecteur".

Opération "Chercher livre".

Modification présence livre

Opération "Prise en charge du prêt".

Enregistrement prêt

Opération "Annoncer indisponibilité".

Diplomatie

Chapitre 19 : corrigé exercices 41 et 42, lister les outils

Opération "Inventorier".

Edition inventaire

Modification présence livre

Edition exemplaires manquants

3 Conclusion des exercices

3.1 Des outils de recherche fusionnent

Les outils de recherche des ouvrages à partir des "thèmes", des "auteurs", des "collections" ou des informations de l'individu "ouvrage" peuvent fusionner en un seul outil de recherche.

3.2 Des outils de consultation sur plusieurs individus sont créés

L'outil de simple consultation du lecteur et de ses prêts peut se transformer en outil de consultation des exemplaires empruntés avec la date de retour théorique, la date de retour réelle et le nombre d'exemplaires empruntés.

De même, dans l'autre sens, de l'individu "exemplaire" vers l'individu "lecteur", l'outil de consultation des exemplaires peut indiquer quel est le lecteur ayant emprunté l'exemplaire.

Cela vient du fait que la relation "prêter" entre les individus "exemplaire" et "lecteur" est devenu l'individu "prêt" pour pouvoir mémoriser les différents prêts car un lecteur peut emprunter plusieurs fois le même exemplaire. Il est néanmoins intéressant de connaître les prêts actifs.

3.3 Des outils d'édition ou de traitement batch sont créés

L'outil d'édition d'inventaire est décelé en observant l'opération "inventorier". De même, dans un outil de relance des abonnés, non vu ici, un traitement batch peut mettre à jour les relances à effectuer en utilisant une règle de calcul.

Chapitre 20 : corrigé exercice 43, planifier les outils

Chapitre 20 : corrigé exercice 43, planifier les outils

1 Complexité des outils

Liste des outils : la complexité est définie comme suit : 1 simple, 2 moyen, 3 compliqué.

Outil

Type

Comp.

Consultation abonné et de ses livres empruntés

TR

3

Consultation des ouvrages et de leur disponibilité

TR

2

Créer abonné

TR

1

Créer ouvrage

TR

1

Enregistrement prêt

TR

1

Modification abonné

TR

1

Modification présence livre

TR

1

Recherche des ouvrages en fonction des auteurs, des collection, des éditeurs

TR

3

Edition inventaire

TD

1

TOTAL

2 Charges de spécification et de réalisation des outils

Type

Complexité

Nombre

Temps de

spécification

Temps de

réalisation 

Temps

total

TR

Simple

5

2

2

20

Moyen

1

5

5

10

Compliqué

2

10

15

50

Batch

Simple

1

2

2

4

Moyen

0

5

5

0

Compliqué

0

10

10

0

TOTAL

9

84

En conclusion, donnez les outils les plus compliqués aux meilleurs analystes !


Chapitre 21 : corrigés des modèles physiques de données

Chapitre 21 : corrigés des modèles physiques de données

1 Corrigé exercice 44 : MPD1

1)  Tous les individus se transforment en table. Les 5 individus "médecin",

"malade", "consultation", "symptôme", et "maladie" se transforment en table. Les clés sont soulignées.

2)  Toutes les relations possédant une cardinalité maximale égale à 1 redondent l'information. Les informations n° médecin et n° malade migrent dans la table "consultation".

3)  Les relations dont les deux pattes sont de cardinalité maximale à N créent une table dont la clé est composée des clés des tables des individus. Les relations

"diagnostiquer", "détecter" et "associer" se transforment en tables. Les clés sont des clés composées des individus reliés.

2 Corrigé exercice 45 : MPD2

2.1 Corrigé relationnel

1)  Tous les individus se transforment en table. Les 3 individus "situation",

"opération" et "plan" se transforment en table. Les clés ou index uniques sont soulignées.

2)  Toutes les relations possédant une cardinalité maximale égale à 1 redonde l'information. La relation plan/opération crée un index dans la table "fils", de "plan" vers "opération".

3)  Les relations dont les deux pattes sont de cardinalité maximale à N créent une table dont la clé est composée des clés des tables des individus. La table "tenir compte" possède une clé composée des clés des tables "situation" et "plan".

2.2 Corrigé navigationnel

1)   Les 3 individus "situation", "opération" et "plan" se transforment en record. Les clés sont soulignées.

Chapitre 21 : corrigés des modèles physiques de données

2)   Les relations possédant une cardinalité maximale à 1 créent un lien du père vers le fils, du record "plan" vers le record "opération". Les liens X1, X1 de nomenclature d'un individu sur lui-même transforment la relation en record "modifier opération" et "modifier plan". Cela n'est pas le cas en relationnel.

3)   Les autres relations se transforment en record : "tenir compte" est fils de "situation" et "plan".

3 Corrigé exercice 46 : MPD3

1)  Tous les individus se transforment en table. Les 8 individus "réclameur",

"réclamation", "type réclamation", "réponse", "critère", "produit", "usine production", "groupe de produit" se transforment en table. Les clés sont soulignées.

2)  Toutes les relations possédant une cardinalité maximale égale à 1 redondent l'information. Code usine, code réclameur, code type réclamation, code produit dans la table "réclamation".

3)  Les relations dont les deux pattes sont de cardinalité maximale à N créent une table dont la clé est composée des clés des tables des individus : table

"répondre" entre "réclamation" et "réponse réclamation", table "valeur critère" entre " réclamation" et "critère réclamation", table "grouper produit" entre "produit" et "groupe produit". La relation "regrouper groupe" se transforme en table dont les clés sont des informations équivalentes à code groupe produits.

RECLAMATION

REGROUPER GROUPE

CODE GROUPE AMONT

GROUPE PRODUIT

USINE PRODUCTION

REPONSE RECLAMATION

TYPE RECLAMATION

CRITERE RECLAMATION

LIBELLE PARAMETRE

RECLAMEUR

CODE PERSONNE

ADRESSE PERSONNE

NOM PERSONNE


CHAPITRE 22 : corrigés des cas complets

1. Corrigé de l'exercice 47 : les Misérables

1.1. Quel est le nom de l'entreprise concernée ?

 "La gargote de Montfermeil"

1.2. Quelles sont les activités de cette entreprise ?

et regrouper ces activités en domaines : les domaines sont "héberger", "vendre" et "acheter". Les sous-domaines de "héberger" sont "loger les voyageurs" et "nourrir les voyageurs et les chevaux".

Activité

Sous-domaine

Domaine

Nourrir les voyageurs (vin)

Nourrir les voyageurs et les chevaux

Héberger

Loger les voyageurs

Loger

Héberger

Nourrir les chevaux (eau)

Nourrir les voyageurs et les chevaux

Héberger

Payer les créanciers

Acheter 

Vendre au premier venu

Vendre 

Arrêter les passants

Vendre 

Vider les bourses

Vendre 

Faire tout payer au voyageur

Vendre 

1.4. Quels sont les partenaires de l'entreprise ?

Créancier et voyageur. Le créancier est le fournisseur et le voyageur le client.

Le MCC sans message est :

1.5. Quel est l'organigramme ?

La structure des postes de travail de l'entreprise et les opérations organisées de chaque poste de travail est :

Organigramme

Aubergiste (M. Thénardier)

Mme Thénardier

Cosette

Opérations :

Aubergiste (M. Thénardier)

ruminer, combiner.

Mme Thénardier

Cosette

monter, descendre, , faire les grosses besognes.

1.6. Dessiner un MCD des tarifs de l'entreprise (chambre, souper ).

Un premier MCD peut être construit strictement par rapport à la note : celleci est à la tête du client. Une chambre peut être à 20 ou 40 sous. La note est la demande de paiement ou la facture client.

Quelles sont les occurrences des individus ?

•    Bougie : la bougie n° 7.

•    Chambre : la 2e à droite en haut de l'escalier.

•    Feu : le feu du dimanche soir.

•    Service : la montée de la valise du 25 au soir.

•    Souper : le souper du 25 au soir.

Certains se justifient (chambre, service) et d'autres moins (bougie, feu). Nous considérons que tous se justifient dans un souci de simplification.

Un deuxième modèle peut inclure la notion de prestation dont les différents types sont : souper, chambre, bougie, feu et service :

1.7.   Citer un message organisé.

Note du monsieur.

1.8.   Informatiseriez-vous cette entreprise ?

Non, car l'utilisateur peut changer d'avis et ne saura pas utiliser l'informatique et il y a de fortes chances qu'il ne vous paye pas correctement.

Par contre, un modèle de données peut inclure un tarif à la tête du voyageur.

2. Corrigé de l'exercice 48 : la taxe d'apprentissage

2.1. MCC

2.1.1. Liste des domaines

Les domaines sont "trouver la taxe" ou le mécène et "percevoir la taxe", soit l'équivalent des fonctions de vente et de comptabilité client.

2.1.2. Liste des partenaires

Les partenaires sont le "mécène", qui décide de donner la taxe apprentissage et le "payeur" qui peut être le mécène ou un organisme de versement de la taxe. Dans le cas d'organisme de versement, seule la deuxième fonction est assurée.

2.1.3. Liste des messages et MCC

Les messages et leurs informations sont :

Accord de paiement de la taxe : nom de l'entreprise, adresse de l'entreprise, nom personne, date accord.

Demande d'accord de paiement de la taxe : nom de l'entreprise, adresse de l'entreprise, nom personne.

Demande de don en nature : nom de l'entreprise, adresse de l'entreprise, nom personne, libellé de la nature du don.

Demande de paiement de la taxe : nom de l'entreprise, adresse de l'entreprise, nom personne, date de l'accord, date de la relance.

Don en nature de la taxe : nom de l'entreprise, adresse de l'entreprise, nom personne, libellé de la nature du don.

Paiement de la taxe d'apprentissage : nom de l'entreprise, montant de la taxe.

Réponse au versement : réponse type, montant de la taxe, nom de l'entreprise.

2.2. MCT

Les opérations fonctionnelles sont simples :

Prospecter mécène : opération enclenchée à volonté afin de relancer ou de rechercher les "entreprises prospects en puissance".

Relancer paiement de la taxe d'apprentissage : enclenchée en fonction de l'entreprise. Chaque entreprise possède un délai de relance après acceptation de versement qui permet de calculer une date de relance. Cette date de relance passée, la personne ou la société sera contactée pour rappeler leur acceptation.

Encaisser taxe apprentissage : prendre soin du versement d'une taxe d'apprentissage.

Réceptionner don nature : réception d'un don en nature d'une taxe d'apprentissage.

Ces deux dernières opérations enclenchent l'envoi d'une lettre de remerciement.

2.3. MCD

La "demande de taxe" est lancée auprès d'une "personne" d'une "entreprise". Une "relance" peut être effectuée en fonction du délai propre à l'entreprise. Après "versement" relié à une "échelle" en fonction de son montant, une "réponse" est expédiée. Elle est construite en fonction des "types de réponses" associées à "l'échelle" et à "l'entreprise". La création de l'individu "type de réponse" permet de construire des "réponses" automatiques.

Les individus et leurs informations sont :

Demande de taxe : n° de demande, avis favorable/non favorable, date de contact.

Echelle taxe (classement des taxes) : n° échelle de taxe, valeur plafond.

Entreprise : n° entreprise, nom social, adresse, ville, code postal, n° APE, n° de téléphone, libellé groupe, délai de relance.

Personne : n° personne, nom, prénom, sexe.

Relance taxe : n° relance, date relance.

Réponse : n° réponse, libellé réponse, date réponse.

Type de réponse : code type de réponse, libellé de la réponse.

Versement effectif de la taxe : n° bordereau, montant versement, type don (nature/argent), libellé versement, date versement.

2.4. MOT

Les postes de travail sont le "prospecteur" et le "trésorier" chargé de la relance et des remerciements. Les opérations organisées sont au même nombre que les opérations conceptuelles :

Encaisser taxe apprentissage : si l'entreprise n'est pas inscrite, elle est saisie ainsi que le nom de la personne connue. Une lettre de remerciement est envoyée.

Réceptionner don nature : si l'entreprise existe, le montant de la valeur du don et son libellé sont mémorisés. Une lettre de remerciement est envoyée.

Prospecter mécène : le résultat de ce traitement est un état des entreprises à contacter, et une lettre de demande d'accord de donner une taxe d'apprentissage en espèces ou en nature.

Relancer paiement taxe d'apprentissage : la date de relance est dépassée, relancer la personne ou la société.

2.5. MOD

Les concepts sont les mêmes que le MCD. Les volumes sont :

Sur 5 000 entreprises, un dixième répond, soit 500 par an donc 2 500 sur 5 ans.

La moitié est relancée (1 250) et toutes (2 500) obtiennent une réponse.

Concepts

5 ans

Nombre d'occurrences

Longueur

Total

Entreprise

5 000

130

650 000

Personne

5 000

45

225 000

Demande de taxe

25 000

20

500 000

Relances

1 250

15

18 750

Réponse

2 500

15

37 500

Type réponse

5

20

100

Versement

5 000

50

250 000

1 681 350

2.6. Liste et planification des outils Les opérations sont suivies des transactions à créer TR pour temps réel, TD pour temps différé et éditions pour les éditions. Les transactions en italique sont celles qui servent à l'opération mais qui ont déjà été comptabilisées.

Opération "prospecter mécène".

Type

Complexité

Création personne

TR

1

Création entreprise

TR

1

Création demande de taxe

TR

2

Sélectionner entreprises

TR

2

Modification entreprise

TR

1

Edition demandes d'accord

TD

2

Modifier personne

TR

1

Opération "réceptionner don en nature".

Type

Complexité

Création personne

TR

1

Création entreprise

TR

1

Création versement taxe

TR

2

Création réponse

TD

3

Modification réponse

TR

1

Edition réponse

TD

2

Opération "encaisser taxe".

Les outils sont les mêmes que pour l'opération précédente.

Opération "relancer paiement".

Type

Complexité

Création relance

TR

1

"Utilitaires".

Type

Complexité

Création type de réponse

TR

1

Créer échelle taxe

TR

1

Récapitulatif :

Type

Complexité

Création personne

TR

1

Création entreprise

TR

1

Création demande de taxe

TR

2

Sélectionner entreprises

TR

2

Modification entreprise

TR

1

Edition demandes d'accord

TD

2

Création versement taxe

TR

2

Création réponse

TD

3

Modification réponse

TR

1

Edition réponse

TD

2

Création relance

TR

1

Modifier personne

TR

1

Création type de réponse

TR

1

Créer échelle taxe

TR

1

Type

Complexité

Nombre

Temps de

spécification

Temps de

réalisation 

Temps total

TR

Simple

8

2

2

32

Moyen

3

5

5

30

Compliqué

10

15

Batch

Simple

2

2

Moyen

2

5

5

20

Compliqué

1

10

10

20

TOTAL

14

51

51

102

Soit, au total 51 jours d'analyse et 51 jours de réalisation pour 14 outils.

2.7. MLT

Voici un exemple de transaction de création du versement de la taxe d'apprentissage. Le modèle logique de traitement décrit l'enchaînement des états et les champs saisis ou affichés des états. La première partie, l'enchaînement des états ou MLT, peut être validée par l'utilisateur final.

Elle se compose de trois états : la saisie du n° de taxe, la recherche des entreprises et la validation de la taxe.

Les "standards" sont F1 Aide  F2 : création  F3 recherche  F4 validation  esc : retour.

A partir du premier écran, en se situant sur le champ de l'entreprise ou de la personne et en tapant la touche fonction F2, les transactions ou outils informatiques de création de personne ou d'entreprise sont enclenchées. A partir de l'état de validation, en tapant sur la touche fonction F4, la mise à jour de l'enregistrement "versement taxe" est effectuée.

L'enregistrement "versement taxe" comprend les informations de l'individu "versement" et les index des individus reliés par une relation de patte de cardinalités maximale 1 : n° de demande, d'échelle, de réponse et d'entreprise.

3. Corrigé de l'exercice 49 : stages

3.1. MCC

3.1.1 Fonctions et domaines.

Les fonctions et les domaines ont été vus au chapitre 13.

3.1.2 Partenaires.

Les partenaires sont "l'entreprise", qui propose le stage, "l'élève" qui effectue le stage, et la "Sécurité sociale" qui reçoit la déclaration de stage permettant une exonération des charges.

3.1.3 Messages et informations

Un élève peut émettre des souhaits de stages précis ou uniquement sur quelques critères (lieu, durée, n° d'autobus, etc.). "Placer les élèves", suite aux demandes de stage envoyées aux employeurs et aux propositions reçues, émet des offres de stages aux élèves. Ceux-ci choisissent pour le meilleur ou pour le pire.

Les messages conceptuels sont :

Choix de stage par un élève : code élève, option élève, code stage, nom de l'entreprise, libellé matière, critère stage.

Convention de stage : nom de l'entreprise, adresse de l'entreprise, matière stage, date début stage, durée stage, nom tuteur, prénom tuteur, n° élève, nom élève, prénom élève, nom professeur, prénom professeur, code convention, date de la signature convention.

Déclaration de stage S.S. : nom de l'entreprise, adresse de l'entreprise, nom élève, prénom élève.

Demande de stage à une entreprise : nom de l'entreprise, adresse de l'entreprise, nom personne, matière stage, durée, date de fin de stage souhaitée.

Proposition de stage par une entreprise : nom de l'entreprise, adresse de l'entreprise (lieu de stage), nom personne, matière stage, durée, date de fin de stage souhaitée.

Offre de stage à un élève : code stage, option, matière stage, lieu, nom de l'entreprise, durée.

3.2. MCT

"Placer élèves" prospecte les entreprises, reçoit les stages et les souhaits des élèves. Les stages sont ensuite affectés aux élèves en fonction d'un savant calcul.

Les opérations fonctionnelles sont :

Prise en compte stage possible : opération enclenchée à réception d'une proposition de stage. En fonction de la matière du stage et de ses caractéristiques, sont définies les options associées au stage.

Prospecter stages : recherche des "entreprises prospects en puissance" pouvant offrir des stages.

Prise en compte choix stage : opération enclenchée à la réception d'une demande de choix de stage possédant des critères donnés.

Affecter stage : préaffectation après le choix de stage par les élèves par le calcul des matières du stage en fonction des options des élèves. Le stage est alors proposé à l'élève ayant la "note" la plus élevée.

3.3. MCD

Le MCD est le même que celui du corrigé des MCD. Un professeur est une personne.

Les individus et leurs informations sont :

Entreprise : code entreprise, nom social, adresse, ville, code postal, code Siren entreprise, code APE, n° de téléphone, libellé groupe.

Personne : code personne, nom, prénom, date naissance personne, titre personne. Élève : code élève, nom, prénom, date naissance élève, année scolaire, sexe élève.

Stage : code stage, code de convention, titre stage, date de début, date de fin, offert.

Critèrestage : code critère, libellé critère.

Matière : code matière, libellé matière.

Option : code option, libellé option.

Les relations et leurs informations sont : Matière/Option : coefficient matière.

3.4. MOT 

Les postes de travail sont : le "responsable de stage", le "secrétariat" du stage et le "tuteur" ou professeur du stage. Le responsable prospecte et affecte les stages aux élèves, le secrétariat reçoit les propositions de stages, le tuteur juge le rapport de fin de stage.

Les opérations supplémentaires organisées ou les éditions sont :

Prospecter stages : le résultat de ce traitement pourrait être un état des entreprises à contacter et une lettre de demande de stage.

Prise en compte choix stage : le résultat de cette opération peut être un état papier ou un écran des solutions possibles.

Affecter stage : l'étape finale de cette opération est la rédaction de la convention de stage en n exemplaires et la déclaration de stage auprès de la Sécurité sociale.

Juger stage : donner une note ou une appréciation sur l'élève durant son stage

3.5. MOD

Les concepts sont les mêmes que le MCD.

600 propositions annuelles sur 5 ans = 3 000 stages proposés.

500 élèves par an pendant 5 ans = 2 500 élèves.

Concepts 5 ans

Nombre d'occurrences

Longueur

Total

Entreprise

5 000

130

650 000

Personne

5 000

45

225 000

Stage

3 000

45

135 000

Elève

2 500

180

450 000

Option

50

50

2 500

Matiere

200

24

4 800

Critère

5

24

120

Relation Matière/option

500

7

3 500

TOTAL

1 470 920

3.6. Liste des outils
3.6.1 Outils par opération

Opération "prospecter stages".

Type

Complexité

Créer entreprise

TR

1

Créer personne

TR

1

Opération "prise en compte stages possible".

Type

Complexité

Créer stages

TR

2

Créer critères de stage

TR

1

Opération "prise en compte choix stages".

Type

Complexité

Créer élèves

TR

1

Créer option

TR

1

Créer matières

TR

1

Opération "affecter stages".

Type

Complexité

Modifier stage

TR

1

Rechercher stages

TR

1

Préaffecter stages

TD

3

Editer proposition stage

Ed

2

Opération "prise en compte accord de stages".

Type

Complexité

Edition convention stage

TR

1

Opération "juger stages".

Type

Complexité

Modifier stage

TR

1

3.6.2 Récapitulatif.

Type

Complexité

Créer entreprise

TR

1

Créer personne

TR

1

Créer stages

TR

2

Créer critères de stage

TR

1

Créer élèves

TR

1

Créer option

TR

1

Créer matières

TR

1

Modifier stage

TR

1

Rechercher stages

TR

1

Préaffecter stages

TD

3

Editer proposition stage

TD

2

Edition convention stage

TR

1

Temps de spécification et de programmation.

Type

Complexité

Nombre

Temps de

spécification

Temps de

réalisation 

Temps

total

TR

Simple

9

2

2

36

Moyen

1

5

5

10

Compliqué

10

15

Batch

Simple

2

2

Moyen

1

5

5

10

Compliqué

1

10

10

20

Total

12

76

4. Corrigé de l'exercice 50 : former les élèves

4.1. MCC

Le MCC est une partie du MCC du paragraphe 1 du chapitre 14. La demande de réponse aux questions est faite à l'élève qui renvoie sa copie à corriger.

4.2. Messages et informations.Bulletin de note accordée à l'élève : n° examen, nom élève, note de l'examen, n° question, libellé note, note réponse, note totale élève.

Correction du problème : n° examen, date examen, n° question, libellé correction, nom professeur.

Copie à corriger : nom élève, n° question, libellé question, libellé réponse. Demande de réponses aux questions : n° question, libellé question, note maxi question, date examen.

Diplôme obtenu : n° élève, nom élève, libellé diplôme, date diplôme.

Demande de changement d'enseignement : n° élève, nom élève, libellé demande de changement.

Demande d'absence : n° élève, n° enseignement, libellé demande d'absence.

4.3. MCT

Les examens sont envoyés aux élèves. Les copies des élèves sont notées. Enfin, l'appréciation des élèves donne droit à l'obtention du diplôme ou non.

Les opérations conceptuelles sont :

Prise en compte de la demande d'absence : il peut y avoir accord ou non.

Noter devoir : quand les copies sont à corriger.

Apprécier élève : qualifie les résultats des différents travaux réalisés par les élèves. Elle permet de décerner les lauriers : obtention du diplôme, changement d'option ou décision plus radicale.

Contrôler enseignement : rédiger l'examen et les questions afin de vérifier la bonne assimilation de l'enseignement fourni avec effort et assiduité.

4.4. Rappel du MCD

Le MCD est le même que celui du corrigé des MCD. Dans ce modèle n'est mémorisée que la note totale de l'examen d'un élève. Les informations des individus et des relations sont :

Individus et Informations :

Cours : code cours, date cours, heure début cours, heure fin cours, nombre d'élèves.

Elève : code élève, nom, prénom, date naissance élève, année scolaire, sexe élève, diplômé/non diplômé.

Enseignement : n° enseignement, date début enseignement, date fin enseignement.

Examen : n° examen, libellé examen, date correction.

Matière : code matière, libellé matière.

Option : code option, libellé option.

Professeur : code professeur, nom professeur, prénom professeur, adresse professeur, date naissance professeur.

Salle de cours : n° salle, libellé salle, libellé situation salle, capacité salle. Relations et Informations :

Matière/option : coefficient matière. Noter examen : note élève.

4.5. MOT

La fonction de formation est exercée par le responsable des études et les enseignants ou professeurs. Le responsable des études planifie les cours et décide de l'admission des élèves au niveau supérieur ou de l'obtention du diplôme.

4.6. MOD

Les concepts sont les mêmes que le MCD.

4 promotions de 500 élèves donnent 8 * 500 = 4 000 élèves sur 5 ans, la première année comptant pour 4 promotions.

2 enseignements pour 200 matières donnent 400 enseignements par an donc 2 000 enseignements pour 5 ans, 4 000 examens et 20 000 cours.

La relation "suivi par" entre cours et élève a 4 000 * 20 = 80 000 occurrences.

La relation "noter" entre examen et élève a 4 000 * 20 = 80 000 occurrences.

La relation matière/option a 50 * 10 = 500 occurrences.

Concepts 5 ans

Nombre d'occurrences

Longueur

Total

Cours

20 000

25

500 000

Elève

4 000

180

720 000

Enseignement

2 000

16

32 000

Examen

4 000

31

124 000

Matière

200

24

4 800

Option

50

50

2 500

Professeur

20

180

3 600

Salle de cours

20

30

600

Relation suivi par

80 000

10

800 000

Relation "noter"

80 000

13

1 040 000

Relation "matière option"

500

7

3 500

TOTAL

3 231 000

4.7. Liste des outils
4.7.1 Outils par opération

Opération "Planifier étude".

Type

Complexité

Création option

TR

1

Création matière

TR

1

Modification matière

TR

1

Edition option

TD

2

Créer enseignement

TR

2

Créer/ modifier professeur

TR

1

Créer/ modifier cours

TR

2

Créer/ modifier salle de cours

TR

1

Rechercher salle de cours non occupée

TR

2

Editer planning des cours

TD

2

Créer élève

TR

1

Opération "Prise en compte demande absence".

Type

Complexité

Création absences

TR

1

Sélection élève absents enseignement

TR

2

Opération "Contrôler enseignement".

Type

Complexité

Edition liste élève / option

TD

2

Modifier matière

TR

1

Création examen

TR

2

Opération "Noter copie".

Type

Complexité

Création note

TR

1

Opération "Diffuser notes".

Type

Complexité

Editer notes élèves

TR

1

Opération "Apprécier élève".

Type

Complexité

Modifier élève

TR

1

Editer notes élèves

TR

1

Traitement de texte

4.7.2 Récapitulatif des outils.

Temps de spécification et de réalisation :

Type

Complexité

Nombre

Temps de

spécification

Temps de

réalisation 

Temps total

TR

Simple

12

2

2

48

Moyen

5

5

5

50

Compliqué

10

15

Batch

Simple

2

2

Moyen

3

5

5

30

Compliqué

10

10

Total

20

128

5 Corrigé de l'exercice 51 : sélectionner

5.1. MCC

Le MCC est une partie du MCC du paragraphe 1du chapitre 14.

5.2. Messages et informations.Candidature : nom candidat, prénom candidat, adresse candidat, date de candidature, option demandée, diplômes obtenus, date obtention diplôme.

Examen de passage : nom candidat, prénom candidat, adresse candidat, date examen, option examen, n° question, libellé question, note maximum question. Réponse candidature : nom candidat, prénom candidat, adresse candidat, date examen, n° question, libellé question, corrigé réponse, note totale.

Réponse examen : nom candidat, prénom candidat, adresse candidat, date examen, n° question, libellé réponse.

5.3. MCT

Les opérations conceptuelles sont "désynchronisées". Deux opérations, "examiner candidatures" et "sélectionner élèves" sont dissociées de la prise en compte des candidatures et de la notation des examens.

Les opérations sont :

Prise en compte candidature : enclenchée à chaque réception d'une inscription auprès de l'école.

Examiner les candidatures : prise en compte de toutes les candidatures et envoi des convocations aux examens de sélection. Noter examen : notation de l'examen.

Sélectionner élève : suite aux notations des examens, les élèves sont sélectionnés en fonction de leurs notes et des places disponibles. Une diffusion des corrigés et des notes est alors possible.

5.4. MCD

Dans ce modèle, sont mémorisées les notations données par chacun des professeurs notant la candidature d'un élève. Les questions individuelles ne sont pas mémorisées. Un modèle plus complet comprendrait les libellés de réponses des élèves aux différentes questions pour apprécier les différences de notations, question par question. Mais quelle saisie cela entraînerait !

Un "diplôme" est un diplôme obtenu et non un type de diplôme. Baccalauréat est un type de diplôme. Type de diplôme pourrait être un individu.

Les individus et leurs informations sont :

Candidat : nom candidat, prénom candidat, adresse candidat.

Candidature : date candidature, résultat candidature.

Diplôme : date du diplôme, type de diplôme, mention ou note obtenue.

Examen sélection : code examen, date examen.

Matière : code matière, libellé matière.

Notation : code notation, date de remise notation, libellé notation.

Option : code option, libellé option. Professeur : code professeur, nom professeur, prénom professeur, adresse professeur, date naissance professeur.

Les relations et leurs informations sont :

Noter candidat : note accordée.

Matière/option : cœfficient matière.

5.5 MOT

Les deux postes de travail sont le "responsable de la sélection", M. Deuxplumes et les "professeurs". Les professeurs rédigent les examens de passage et notent ensuite les copies. M. Deuxplumes reçoit les candidatures, les notes des professeurs et sélectionne les élèves suite aux notes accordées.

5.6. MOD

500 candidatures pour 20 % de réussite donnent 500 * 5 = 2 500 candidatures annuelles. Pour 5 ans, 12 500 candidatures, 11 250 candidats (90 %) et 16 875 diplômes.

Un examen par matière donne 20 examens par an, soit 100 examens pour 5 ans et 300 notations. Un examen est passé par 2 500/20 = 125 candidats en moyenne. La relation noter entre notation et candidat possède 300 * 125 = 37 500 occurrences.

Concepts 5 ans

Nombre d'occurrences

Longueur

Total

Candidat

11 250

180

2 025 000

Diplôme

17 000

60

1 020 000

Candidature

12 500

13

162 500

Option

10

50

500

Matière

20

24

480

Notation

300

28

8 400

Professeur

20

180

3 600

Examen

100

11

1 100

Relation "matière/ option"

100

7

700

Relation "noter candidat"

37 500

13

487 500

TOTAL

3 709 780

5.7. Liste des outils
5.7.1 Outils par opérations

Opération "Prise en compte candidature".

Type

Complexité

Création candidat

TR

1

Création candidature

TR

1

Création diplôme

TR

1

Création matière

TR

2

Création option

TR

1

Opération "Examiner".

Type

Complexité

Traitement de texte

TR

1

Création professeur

TR

1

Création examen

TR

1

Opération "Noter examen".

Type

Complexité

Création examen

TR

1

Création notation

TR

1

Opération "Sélectionner élève".

Type

Complexité

Création personne

TR

1

Modifier candidat

TR

1

Edition liste candidat / note / matière

TD

3

Edition bulletin de note

TD

2

Edition liste des admis

TD

2

5.7.2 Récapitulatif des outils.

Type

Complexité

Création candidat

TR

1

Création candidature

TR

1

Création diplôme

TR

1

Création matière

TR

2

Création option

TR

1

Création professeur

TR

1

Création examen

TR

1

Création notation

TR

1

Création personne

TR

1

Modifier candidat

TR

1

Edition liste candidat / note / matière

TD

3

Edition bulletin de note

TD

2

Edition liste des admis

TD

2

Charges de spécification et de programmation :

Type

Complexité

Nombre

Temps de

spécification

Temps de

réalisation 

Temps total

TR

Simple

9

2

2

36

Moyen

1

5

5

10

Compliqué

10

15

Batch

Simple

2

2

Moyen

2

5

5

20

Compliqué

1

10

10

20

Total

13

86

6 Corrigé de l'exercice 52 : services généraux, domaine "distribuer"

6.1. MCC

Le MCC est un sous-ensemble du MCC du paragraphe 2 du chapitre 14.

6.2. MCT distribuer

Les opérations conceptuelles sont :

Distribuer fournitures : à réception des fournitures par "acheter", le don aux utilisateurs peut s'effectuer.

Prévoir arrivée : quand "acheter" indique ses prévisions de réception,

"distribuer" prévient les utilisateurs concernés de la date de distribution prévue (patience, patience ).

Traiter demande de fournitures : suite à une demande de fournitures, celle-ci peut être refusée pour motif de trop (tout est relatif) grande consommation, la fourniture peut être donnée directement si elle est "spéciale" et disponible et si l'utilisateur sait y mettre le prix, la fourniture est spéciale mais non disponible, une demande d'achat est faite à "acheter" ou, dernier cas, la fourniture n'est pas spéciale et la demande recevable, alors la distribution prochaine est indiquée.

Ces différents cas sont représentés par une matrice de décision. Trois critères sont pris en compte : la fourniture est spéciale, disponible et la consommation est normale. Le nombre de cas possibles est de 2 3= 8.

La première ligne indique les 8 cas possibles. Le deuxième groupe indique les hypothèses de sélection. Le troisième groupe indique les résultats. Par exemple, dans le cas 3, la fourniture est spéciale, n'est pas disponible et la consommation est normale. Alors, une demande d'achat est émise à "acheter".

CAS

1

2

3

4

5

6

7

8

SI

Fourniture spéciale

O

N

O

N

O

N

O

N

Fourniture disponible

O

O

N

N

O

O

N

N

Consommation normale

O

O

O

N

N

N

O

O

ALORS

Don prévu

X

Refus fourniture

X

X

X

X

Don fourniture

X

X

Demande d'achat

X

Prévoir achats : "distribuer" calcule ses besoins et émet ses demandes d'achats ou ses besoins en approvisionnement à "acheter".

Traiter réclamations : quand "distribuer" reçoit des utilisateurs une réclamation concernant une fourniture (crayon trop gras, téléphone vert au lieu de rouge, calendrier de l'année dernière), "distribuer" traite la réclamation et intervient auprès des domaines concernés non mentionnés ("distribuer" principalement).

6.3. MCD distribuer

La demande concerne un type de fourniture et sera stockée dans un lieu. Le don est un mouvement qui peut être un don concernant une fourniture ou un type de fourniture d'un lot ou une reprise de fourniture.

Les concepts importants de ce Modèle de données sont "fourniture", "type de fourniture" et "lot".

"Fourniture" et "type de fourniture" : un crayon HB, un crayon 2B, un halogène sont trois "types de fourniture" différents. Les crayons finals tels que distribués sont des "fournitures" : l'halogène du bureau A128 par exemple. Certaines fournitures ne seront jamais suivies à la pièce (gommes et crayons par exemple), d'autres le seront (halogènes, téléphones, bureaux ).

"Lot" : un lot est un lot réceptionné. Une fourniture fait partie d'un lot. Lors des réclamations, toutes les fournitures du lot peuvent être suivies afin de vérifier si le lot n'est pas défectueux.

Individus et informations. 

Demande: n° demande, libellé réponse, date demande de fournitures, quantité demandée.

Don - reprise : n° don, date du don de fournitures, quantité donnée.

Fournisseur : n° fournisseur, nom du fournisseur, adresse fournisseur, délai de paiement.

Fourniture : n° fourniture, libellé fourniture.

Lieu de livraison : n° lieu stockage, libellé lieu, n° bureau.

Lot: date réception, description lot. descriptif de la réclamation, prix unitaire lot, quantité du lot, quantité reçue.

Personne : n° personne, nom personne, prénom personne, n° téléphone.

Type fourniture : code type de fourniture, libellé type de fourniture, stock d'alerte de réapprovisionnement, stock maximal.

6.4. MOT distribuer
6.4.1 Organigramme

L'organigramme énumère les postes de travail occupés par les personnes concernées par la distribution de fournitures, le "responsable administratif", le "responsable des services généraux", son "assistant" le "chef du service" demandeur de fournitures et la "secrétaire" du service qui passe sa commande de fournitures auprès des services généraux.

          responsable administratif                                                                  

6.4.2 Procédure demande de fournitures.

Les opérations sont :

Recevoir demande: correspond à la réception de la demande du service, par les services généraux. Le résultat peut être un refus dû à une grande consommation. Établir la demande : cela correspond au passage d'une commande de fournitures par un service, aux services généraux, et a pour conséquence la présentation de la demande au chef de service pour validation.

Signer demande : il est nécessaire que le chef de service signe la demande de fournitures passées par la secrétaire du service avant de l'envoyer aux services généraux.

Recevoir demande besoin : consiste pour chaque personne du service à passer sa commande de fournitures auprès de la responsable du service chargée de l'adresser ensuite aux services généraux.

Donner fourniture : remise de la fourniture au service demandeur.

Inventorier : définir l'état du stock des fournitures.

6.5. MOD distribuer achats

5 000 demandes par an donnent 25 000 pour 5 ans. 95 % de servies et 2% de reprises entraînent 97% de 5 000, soit 4 850 dons ou reprises annuelles, 25 000 environ pour 5 ans.

Un lot concerne un type de fourniture reçu, soit 2 * 50 * 25 = 2 500 lots par an et 12 500 pour 5 ans.

Concepts

Historique sur 5 ans

Nombre d'occurrences

Longueur

Total

Personne

250

53

13 250

Lieu

10

26

260

Demande

25 000

33

825 000

Don reprise

25 000

13

325 000

Lot

12 500

60

750 000

Fourniture

500

23

11 500

Type fourniture

400

29

11 600

Fournisseur

10

67

670

Total

1 937 280

6.6. Liste des outils

Opération "recevoir demande de besoin".

Type

Complexité

Créer demande

TR

1

Créer personne

TR

1

Créer lieu

TD

1

Modifier demande

TR

1

Opération "Etablir demande".

Type

Complexité

Modifier demande

TR

1

Opération "signer demande fourniture".

Type

Complexité

Valider demande fournitures

TR

2

Opération "recevoir demande de service validée".

Type

Complexité

Consulter demande fournitures

TR

1

Créer lieu

TR

1

Créer type fourniture

TR

1

Opération "donner fournitures".

Type

Complexité

Edition fournitures données

TD

2

Saisir dons fournitures

TR

1

Créer lot

TR

2

Consultation lot

TR

2

Opération "inventorier".

Type

Complexité

Saisie inventaire

TR

1

Edition inventaire

TD

2

Editer valorisation stock

TD

3

Récapitulatif

Type

Complexité

Consultation lot

TR

2

Consulter demande fournitures

TR

2

Créer demande

TR

1

Créer lieu

TD

1

Créer lot

TR

2

Créer personne

TR

1

Créer type fourniture

TR

1

Editer valorisation stock

TD

3

Edition fournitures données

TD

2

Edition inventaire

TD

2

Modifier demande

TR

1

Saisie inventaire

TR

1

Saisir dons fournitures

TR

1

Valider demande fournitures

TR

2

Charges de programmation :

Type

Complexité

Nombre

Temps de

spécification

Temps de

réalisation 

Temps total

TR

Simple

6

2

2

24

Moyen

4

5

5

40

Compliqué

10

15

Batch

Simple

1

2

2

4

Moyen

2

5

5

20

Compliqué

1

10

10

20

Total

14

108

7 Corrigé de l'exercice 53 : services généraux, domaine "acheter"

7.1. Rappel du MCC

7.2. MCT acheter

Prendre en compte la demande d'achats : quand "acheter" reçoit une demande d'achat, si, après valorisation, elle dépasse le budget, une demande de dépense est effectuée auprès de "maîtriser dépense". Sinon, "acheter" peut indiquer la date de disponibilité approximative de réception.

Prendre en compte du budget : quand "acheter" reçoit les budgets accordés de "maîtriser dépenses", il peut alors dépenser et passer une commande au fournisseur.

Prendre en compte des tarifs fournisseurs : rien de spécial, sinon la mémorisation des prix unitaires et des remises.

Passer commande : "acheter" compare les tarifs des fournisseurs et lance la commande.

Réceptionner fourniture : "acheter" vérifie la bonne livraison et indique la disponibilité des fournitures à "distribuer".

Prendre en compte la facture fournisseur : quand "acheter" reçoit la facture, il la vérifie par rapport à la réception et à la commande. Si tout est conforme, il indique à comptabiliser l'accord de paiement (dépense approuvée).

7.3. MCD acheter

Individus et informations :

Commande fournisseur : n° commande, date de commande.

Facture fournisseur : n° facture, date facture, montant hors taxes.

Fournisseur : n° fournisseur, nom fournisseur, adresse fournisseur, délai paiement (nombre de jours entre la réception de la facture et le paiement).

Lot de fournitures : n° de lot, date réception du lot, libellé lot, libellé réclamation, quantité du lot, prix unitaire lot.

Réception prévue : n° réception, date prévue de réception, quantité prévue, prix unitaire commande.

Type fourniture : n° type fourniture, libellé type fourniture, stock maximal, stock d'alerte.

Période budgétaire : code période budgétaire, période budgétaire. Relations et informations :

Proposer (relation entre type fourniture et fournisseur) : référence fourniture, conditionnement (paquet de 100 feuilles), délai de livraison, prix unitaire fourniture. Se rapporter (relation entre type fourniture et période budgétaire) : montant budgétaire, montant révisé.

7.4. MOT acheter

7.4.1 Organigramme

L'organigramme énumère les postes de travail occupés par les personnes concernées par les achats de fournitures. Nous retrouvons les mêmes que précédemment (le responsable administratif, le responsable des services généraux, son assistant, le chef du service demandeur de fournitures et la secrétaire du service qui passe sa commande de fournitures auprès des services généraux), plus le contrôle de gestion.

7.4.2 Procédure commande fournisseur

Les opérations organisées sont :

Traiter demande : l'assistant des services généraux, à partir des fournitures en stock, calcule les besoins d'approvisionnement.

Etablir commande : établissement d'un bon de commande en faisant un choix fournisseur, quand le stock est épuisé.

Signer : le bon de commande est validé par la signature du responsable administratif.

Envoyer la commande : la commande fournisseur a lieu lorsque le stock est épuisé.

Prise en compte du budget : si le budget est accordé, le bon de commande est édité et donné à la signature du responsable administratif.

7.4.2 Procédure réception fournisseur

Les opérations organisées sont : 

Recevoir fournitures : réception des fournitures commandées auprès des fournisseurs. Les messages résultats sont la demande de stockage de fournitures, le don de fournitures aux services ayant fait la demande ou un message d'erreur dans la réception de fournitures.

Réceptionnez fournitures : stocker fournitures.

Vérifier Facture : accord sur le contenu de la facture du fournisseur. La facture validée est envoyée pour paiement à la comptabilité ou, en cas de désaccord, son contenu est revu avec le fournisseur.

7.5. MOD

Un nouveau concept est celui de validation entre la commande fournisseur et la personne validant cette commande. La cardinalité est 0,1, une seule personne validant la commande. Dans certains cas, plusieurs personnes sont nécessaires (chèques, traites par exemple).

Nous pouvons pousser la modélisation plus loin en supposant que de tels documents existent dans l'entreprise. Une autorisation est accordée à des personnes permettant la validation de documents. Le modèle permet de mémoriser les autorisations en fonction des types de document.

Dans l'exercice actuel, une seule personne validant les commandes, le responsable des services généraux, tous ces modèles ne sont qu'hypothèses d'école. Une information supplémentaire dans l'individu commande "validée/non validée" suffit.

Le nombre de fournisseur, de fourniture, de type de fourniture, de lieu, de personne, de lot est le même que dans l'exercice précédent. Le nombre de réception prévue est le même que le nombre de lot. Les deux commandes et factures ont lieu toutes les quinzaines soit 50 par an et 250 pour 5 ans.

Concepts 5 ans

Nombre d'occurrences

Longueur

Total

Facture

250

10

2 500

Fournisseur

10

67

670

Commande

250

8

2 000

Lot

12 500

60

750 000

Type fourniture

500

34

17 000

Réception prévue

12 500

12

150 000

Période budgétaire

10

14

140

Relation "proposer"

3 000

16

48 000

Relation "se rapporter"

2 000

17

34 000

Total

1 004 310

7.6. Liste des outils
7.6.1 Procédure commande fournisseur

Opération "prise en compte tarifs fournisseurs".

Type

Complexité

Créer fournisseur

TR

1

Créer proposition fournisseur

TR

2

Opération "traiter demande achat".

Type

Complexité

Créer commande fournisseur

TR

2

Créer type fourniture

TR

1

Créer fournisseur

TR

1

Opération "établir commande fournisseur".

Type

Complexité

Modifier commande fournisseur

TR

2

Editer commande fournisseur

TD

2

Consulter budget

TR

1

Editer demande dépense

TD

1

Opération "signer commande fournisseur".

Type

Complexité

Stylo Fujiyama

3

Opération "prise en compte budget".

Type

Complexité

Modifier budget

TR

1

Créer période budgétaire

TR

1

7.6.2 Procédure réception fournisseur.

Opération "réceptionner fourniture".

Type

Complexité

Consulter commande

TR

1

Opération "recevoir fourniture".

Type

Complexité

Créer lot fourniture

TR

2

Opération "vérifier facture".

Type

Complexité

Créer facture

TR

2

Modification facture

TR

2

Opération "prise en compte budget".

Type

Complexité

Modifier budget

TR

1

Créer période budgétaire

TR

1

Créer budget

TR

1

7.6.3 Récapitulatif des outils

Type

Complexité

Consulter budget

TR

1

Consulter commande

TR

1

Créer budget

TR

1

Créer commande fournisseur

TR

3

Créer facture

TR

2

Créer fournisseur

TR

1

Créer lot fourniture

TR

2

Créer période budgétaire

TR

1

Créer proposition fournisseur

TR

2

Créer type fourniture

TR

1

Editer commande fournisseur

TD

2

Editer demande dépense

TD

1

Modification facture

TR

2

Modifier budget

TR

1

Modifier commande fournisseur

TR

2

Charges de spécification et de programmation :

Type

Complexité

Nombre

Temps de

spécification

Temps de

réalisation 

Temps total

TR

Simple

7

2

2

28

Moyen

5

5

5

50

Compliqué

1

10

15

25

Batch

Simple

1

2

2

4

Moyen

1

5

5

10

Compliqué

10

10

TOTAL

15

117

Remarque : les concepts de lot, type de fourniture et fournisseur sont communs aux deux applications "distribuer" et "acheter". Il est donc possible d'alimenter le MOD de "distribuer" par le MOD d' "acheter" pour ces individus. Dans ce cas, les outils de création de ces concepts seront des outils batch et non des outils transactionnels.

8. Corrigé de l'exercice 54 : maison d'éducation.

8.1. MCC

8.1.1 Fonctions et domaines

Les domaines principaux sont "éduquer" et "recruter" (les éducateurs et les familles d'accueil). N'est pris en compte que le domaine "éduquer".

8.1.2 Partenaires

Les partenaires sont l'enfant ou le "mal élevé", le juge, la famille naturelle et la famille d'accueil.

8.1.3 Messages et informations

Le juge émet l'ordonnance de placement provisoire qui est une demande de protection (vis-à-vis des parents) ou de placement. Il décidera plus tard de la remise de l'enfant à sa famille en fonction du vécu de l'enfant rapporté par le domaine "éduquer". La famille d'accueil demande une garde d'enfant.

Suite aux réunions avec l'enfant, un conseil de comportement ou une demande de modification de relation peut être exprimé à l'enfant à éduquer ou mal élevé. Dans certains cas, une demande de visite est envoyée à la famille naturelle.

Conseil de comportement : situation, relation, comportement conseillé.

Demande d'éducation : date demande, motif demande, événement éducatif.

Demande de garde d'enfant : demande de la famille d'accueil d'avoir la garde d'un enfant : nom famille, date agrément DDASS, adresse famille d'accueil, nombre de personnes dans la famille.

Demande de modification de la relation : libellé relation actuelle, libellé relation souhaitée, nom enfant.

Demande de placement : date demande, nom enfant, motif de placement, événement enfant.

Demande de protection : date demande, motif de la demande, personne à protéger, nom persécuteur, motif de persécution.

Demande de remise à la famille naturelle : date demande, nom juge, nom enfant, motif demande.

Demande de restitution enfant : nom famille, adresse famille d'accueil, nom enfant, date demande restitution, motif de restitution.

Demande de visite : date demande, nom enfant, date visite souhaitée, lieu de visite.

Événement : date événement, libellé d'événement.

Morale : type d'événement (vol, bonne action, pointage erroné, cirer chaussures éducateur, cirer chaussures directeur), jugement événement (bien, mal, malhonnête, très bien, excellent).

Perception bien-être : date situation, libellé situation, libellé relation, personne reliée.

Vécu enfant : nom enfant, date de mise en famille d'accueil, caractéristique enfant, libellé événement survenu.

8.2. MCT

Suite à une demande de protection du juge, une famille d'accueil est recherchée et acceptée après accord. Dans le cas de demande d'éducation du juge, l'enfant reste en internat. Si un événement survient, l'enfant est sanctionné (carotte ou bâton). Quand un enfant exprime son état de vivre ou sa perception de bien-être, un conseil de comportement lui est donné. De temps en temps, un "audit personnel" est effectué. Une demande de visite peut être effectuée auprès des parents naturels ou une demande de changement de comportement auprès de la famille d'accueil.

8.3. MCD

Le MCD suivant reflète les besoins de mémorisation. Un enfant est issu d'une union de personnes. Cette union peut être légitime ou non. L'enfant ou la personne possède des caractéristiques (alcoolique, orphelin, violent, câlin, réservé, rebelle à l'autorité, extraverti ). 

Il a vécu des événements à un instant précis de sa vie (accident de voiture, décès d'un proche, visite médicale du 1er janvier, vol du 25 décembre, demande d'éducation de la Saint-Glinglin, demande de protection du 1er avril). Ces événements sont typés (vol, bonne action, pointage erroné, cirer chaussures éducateur, cirer chaussures du directeur) et valorisés en fonction d'une certaine morale (mal, bien, malhonnête, très bien, excellent). Un événement particulier justifie la décision de placement.

Il a aussi vécu des situations qui ont duré (internat, placement, pension, école, habitation en famille d'accueil, maladie, laissé pour compte des parents, agression des parents ).

Les relations vécues ou désirées par l'enfant ont lieu avec des personnes de diverses fonctions (juge, orthophoniste, psychologue, professeur) ou avec sa famille d'accueil. Une personne peut-elle appartenir à plusieurs familles d'accueil ? Comment modéliser les relations personnelles ?

Les individus et leurs informations sont :

Caractéristique d'une personne : code caractéristique, libellé caractéristique. Enfant : n° enfant, nom enfant, prénom enfant, date de naissance enfant, sexe enfant, date entrée institution, date départ institution.

Établissement : code établissement, adresse établissement, type d'établissement.

Événement : date de l'événement, libellé événement, cause placement (o/n).

Famille d'accueil : code famille, nom famille, date agrément DDASS, adresse famille d'accueil, nombre de personnes dans la famille, religion pratiquée. Fonction : code fonction, libellé fonction.

Personne : code personne, nom personne, prénom personne, date naissance, sexe personne.

Relation : code relation, libellé relation, date début relation, date fin relation.

Situation : code situation, libellé situation, date début situation, date fin situation.

Type d'événement : code type d'événement, jugement type d'événement.

Type de situation : code type de situation, libellé type de situation.

Union : code union, date début union, type d'union (légale/illégitime).

8.4. MOT

Les postes de travail du domaine "éduquer" sont : ledirecteur d’établissement, l'éducateur, le psychologue. L'assistante sociale et le cuisinier ne font pas partie du domaine "éduquer" dans leur rôle habituel dans l'établissement.

Les procédures sont : entrée, sortie de l'enfant et éducation en famille ou internat.

8.4.1 Entrée

Suite à l'ordonnance de placement provisoire du juge, la famille naturelle est prévenue et une famille d'accueil recherchée, dans le cas de placement. Après accord, le directeur supervise le placement. Dans le cas d'internat, aucune famille d'accueil n'est recherchée.

L'éducateur, suite à une demande spontanée de l'enfant, à un événement particulier ou à son initiative, conseille l'enfant, demande une visite à la famille naturelle ou demande une modification de sa relation avec l'enfant. Le psychologue peut aider l'éducateur à éduquer.

8.4.3 Sortie

Suite aux nombreux rapports émis par le directeur, le juge peut demander à remettre l'enfant à sa famille naturelle.

8.5. MOD

Les 70 enfants restent deux ans en moyenne soit 70 * 5 = 350 enfants sont mémorisés sur 10 ans.

Concepts 10 ans

Nombre d'occurrences

Longueur

Total

Caractéristique

20

22

440

Enfant

350

63

22 050

Etablissement

30

3

90

Evénement

3 500

27

94 500

Famille d'accueil

35

60

2 100

Fonction

10

22

220

Personne

50

50

2 500

Relation

5 250

40

210 000

Situation

3 500

40

140 000

Type d'événement

10

22

220

Type situation

10

22

220

Union

350

15

5 250

Total

477 590

8.6. Liste des outils
8.6.1 Outils par opération

Opération "Prise en compte ordre de placement provisoire".

Type

Complexité

Créer enfant, union, personne, événement, situation, établissement

TR

3

Modifier enfant, caractéristique, événement

TR

3

Créer personne

TR

2

Créer, modifier fonction

TR

1

Créer, modifier établissement

TR

2

Créer, modifier type de situation

TR

1

Créer, modifier type d'événement

TR

1

Créer, modifier caractéristiques

TR

1

Opération "Recherche famille d'accueil".

Type

Complexité

Créer famille d'accueil

TR

2

Opération "Prise en compte placement enfant".

Type

Complexité

Modifier créer, situation

TR

2

Opération "Moraliser".

Type

Complexité

Modifier créer relation

TR

2

Consulter personne

TR

1

Opération "Carotter, bâtonner".

Type

Complexité

Modifier créer relation

TR

2

Consulter personne

TR

1

Opération "conseil éducation".

Type

Complexité

Consulter enfant, union, caractéristique, relation, situation, établissement

TR

2

Consulter personne

TR

1

Consulter famille d'accueil

TR

1

Opération "auditer éducation".

Type

Complexité

Editer rapport éducation

TD

2

Opération "annoncer départ".

Type

Complexité

Modifier situation

TR

1

8.6.2 Récapitulatif des outils

Type

Complexité

Consulter enfant, union, caractéristique, relation, situation, établissement

TR

3

Consulter famille d'accueil

TR

1

Consulter personne, fonction

TR

2

Créer enfant, union, personne, événement, situation

TR

3

Créer établissement

TR

2

Créer famille d'accueil

TR

2

Créer fonction

TR

1

Créer personne

TR

2

Créer personne, fonction

TR

2

Créer, modifier caractéristiques

TR

1

Créer, modifier établissement

TR

2

Créer, modifier fonction

TR

1

Créer, modifier type d'événement

TR

1

Créer, modifier type de situation

TR

1

Editer rapport éducation

TD

2

Modifier créer relation

TR

2

Modifier créer, situation

TR

2

Modifier enfant, caractéristique, événement

TR

3

Charges de spécification et de programmation :

Type

Complexité

Nombre

Temps de

spécification

Temps de

réalisation 

Temps

total

TR

Simple

6

2

2

24

Moyen

8

5

5

80

Compliqué

3

10

15

75

Batch

Simple

2

2

Moyen

1

5

5

10

Compliqué

10

10

TOTAL

18

189

9 Corrigé de l'exercice 55 : cabinet animal

9.1. MCC

9.1.1 Fonctions et domaines

Les deux domaines sont "prescrire régime" et "convoquer animal" ou planifier les convocations.

9.1.2 Partenaires

Le partenaire est l'animal qui décide seul de son état de santé, sans son maître.

9.1.3 Messages et informations

Les messages échangés entre les deux domaines concernent le type d'animal, pour indiquer la périodicité de visite en fonction du type d'animal et la visite effectuée, afin de planifier la prochaine.

Accord de rendez-vous : n° animal, date prévue de rendez-vous.

Demande de venue : date de la demande, lieu de visite, date visite, examen prévu, n° animal, adresse animal.

Mesures animal : date mesure, mesure (poids, taille), valeur de la mesure.

Régime à suivre : n° animal, type d'animal, libellé aliment, quantité à ingurgiter, type de régime, périodicité visite.

Type d'animal : type d'animal, périodicité de la visite type.

Visite effectuée : n° animal, type d'animal, date visite, type de régime.

9.2. MCT

Les quatre opérations de "convoquer animal" sont :

Planifier convocation : grâce aux périodicité de visite des types de régime.

Prise en compte de l'accord : de rendez-vous.

Prise en compte de la visite : pour planifier la prochaine.

Prise en compte de la périodicité : de visite pour les types d'animaux.

Les deux opérations de "prescrire régime" sont :

Définir régime : grâce aux mesures de l'animal, prescription du régime à suivre. Définir périodicité : de rendez-vous en fonction du type d'animal.

9.3. MCD

Un animal est d'un type donné, qui définit le délai d'urgence. Un canari ou un éphémère se soigne plus rapidement qu'une tortue de mer. Suite à une convocation, la visite a lieu. Un régime est alors conseillé en fonction des mesures de l'animal. Le régime indique la quantité d'aliments à ingérer et le type de régimes qui indique la périodicité de la visite.

Individus et informations :

Aliment : code aliment, libellé aliment, valeur calorique, % lipide, % protide, % glucides.

Animal : code animal, libellé animal, date naissance animal, adresse animal.

Convocation : date convocation, heure convocation.

Mesure : code mesure, libellé mesure.

Régime : code régime, libellé régime.

Type d'animal : code animal, libellé animal, délai urgence.

Type de Régime : code type régime, libellé type régime, périodicité visite.

Visite : code visite, date visite, retard patient, retard diététicien. Relation et informations :

Manger : quantité d'aliment, périodicité. Mesurer animal : valeur mesure.

9.4. MOT

Deux postes de travail sont pris en compte, le convocateur, qui planifie les rendez-vous, et le cureur ou diététicien.

9.4.1 Première procédure : prise de rendez-vous

Le convocateur planifie et mémorise l'accord de l'animal pour un rendez-vous. Le cureur définit la périodicité des visites en fonction du type d'animal.

9.4.2 Deuxième procédure : rendez-vous.

En dehors des phénomènes habituels des rendez-vous (horaires respectés ou en avance sur le retard prévu), un régime est défini, et le convocateur est prévenu quand la visite est effectuée.

9.5. MOD

Les individus et les informations supplémentaires concernent les postes de travail (diététicien) et sont :

Convocation : confirmation convocation.

Diététicien : code diététicien, libellé diététicien, date d'entrée clinique, date naissance.

1 animal vient tous les 15 jours pendant 6 mois (12 convocations) et une fois tous les 6 mois pendant 2 ans (4 convocations) et 1 fois par an pendant 3 ans (3 convocations).

25 visites par jour entraînent 25 * 5 * 52 * 5 = 32 500 convocations sur 5 ans et nous considérons le même nombre de visites.

32500/20 = 1 700 animaux environ 2 000.

3 régimes sont prescrits par animal (2 lourds et 1 léger) soit 2 000 * 3 = 6 000 régimes.

La relation quantité entre régime et aliment possède 6 000 * 15 = 90 000 occurrences.

La relation valeur entre visite et mesure possède 32 500 * 10 = 325 000 occurrences.

Concepts 5 ans

Nombre d'occurrences

Longueur

Total

Animal

2 000

55

110 000

Convocation

32 500

17

552 500

Diététicien 

2

23

46

Régime

6 000

30

180 000

Visite

32 500

23

747 500

Aliment

15

22

330

Mesure

10

22

220

Relation "quantité"

90 000

15

1 350 000

Relation "valeur"

325 000

15

4 875 000

Total

7 815 596

9.6. Liste des outils

9.6.1 Procédure de prise de rendez-vous.

Opération "prise en compte demande de visite".

Type

Complexité

Consulter type animal

TR

1

Création animal

TR

1

Editer types d'animaux

TD



1

Opération "prise en compte périodicité".

Type

Complexité

Création type de régime

TR

1

Consultation visite

TR

2

Opération "planifier convocations".

Type

Complexité

Création animal

TR

2

Création convocation

TR

2

Editer convocation

TD

2

Opération "prise en compte accord convocations".

Type

Complexité

Modification convocation

TR

1

Création type d'animal

TR

1

9.6.2 Procédure de rendez-vous.

Opération "définir régime".

Type

Complexité

Consulter visite

TR

2

Consulter régime

TR

2

Création mesures

TR

1

Opération "prise en compte visites".

Type

Complexité

Création visite

TR

2

Création régime

TR

2

Création aliment

TR

1

Création diététicien

TR

1

Création type de régime

TR

1

9.6.3 Récapitulatif des outils

Type

Complexité

Consulter visite

TR

2

Consulter type animal

TR

1

Création aliment

TR

1

Création animal

TR

2

Création convocation

TR

2

Création diététicien

TR

1

Création régime

TR

2

Création type d'animal

TR

1

Création type de régime

TR

1

Création visite

TR

2

Editer convocation

TD

2

Editer types d'animaux

TD

1

Modification convocation

TR

1

Consulter régime

TR

2

Création mesures

TR

1

Charges de programmation :

Type

Complexité

Nombre

Temps de

spécification

Temps de

réalisation 

Temps

total

TR

Simple

7

2

2

28

Moyen

6

5

5

60

Compliqué

10

15

Batch

Simple

1

2

2

4

Moyen

1

5

5

10

Compliqué

10

10

TOTAL

15

102

10 Corrigé de l'exercice 56 : presse

10.1. MCC

10.1.1 Fonctions et domaines

Deux sous-domaines sont dessinés : "vendre presse, livres et fournitures" et "acheter presse, livre et fournitures". Nous considérons qu'il ne s'agit que d'un domaine (ce qui est faux), car nous n'aurons qu'un seul projet, telle est la demande de l'utilisateur et elle peut être satisfaite. Le MCD sera un peu plus compliqué, mais ne comporte pas encore un nombre important d'individus et de relations. Nous nous plaçons dans le cadre de logiciel spécifique ou intégré.

10.1.2 Partenaires

Les partenaires sont la CCCP ou le distributeur, le lecteur et les fournisseurs de fournitures ou de livres.

10.1.3. Liste des messages et de leurs informations

Les messages entre les deux sous-domaines ne sont pas tous explicités. Il manque les réponses d'"acheter" à "vendre".

Ne sont considérés que les messages entre domaines et partenaires.

Commande de livre : n° ISBN, nom éditeur, adresse éditeur, n° fournisseur, adresse fournisseur, date commande.

Commande de fourniture : n° fourniture, libellé fourniture, quantité commandée, n° fournisseur, adresse fournisseur, date commande.

Commande de presse : titre presse, nombre d'exemplaires, parution.

Demande de fourniture : libellé fourniture, quantité demandée.

Demande de journal : titre journal, périodicité, thème. Demande de livre : nom lecteur, n° téléphone, nom éditeur, titre livre.

Facture livre/fourniture : n° commande, quantité livrée, prix unitaire, montant facturé.

Facture presse : date facture, date livraison, titre, quantité facturée, quantité livrée, quantité invendue.

Journal vendu : titre journal, montant vendu, parution.

Livre vendu : titre livre, prix du livre.

Paiement livre / fourniture : n° fournisseur, libellé fourniture,livre, montant paiement.

Presse à exposer : date de livraison, titre, quantité livrée, parution.

Presse invendue : date, quantité invendue, titre, parution.

Réception de livres ou de fournitures : date de reception, quantité livrée, libellé livre/fourniture.

10.2. MCD

Le MCD est dessiné pour les deux sous-domaines.

Une revue est "The Times" par exemple. Le titre est "The Times à 45 pence" et "The Times à 30 pence". La parution est la parution du Times du 9 septembre 1993 (à 30 pence).

Les demandes non satisfaites émanant de lecteurs de parutions ou de livres sont mémorisées ainsi que les commandes de livres, de fournitures ou de parutions. Les mouvements d'entrées ou de sorties sont les mouvements de réception ou de retour des parutions, des livres ou des fournitures.

Le paiement est relié à la facture fournisseur, qui peut concerner plusieurs mouvements (cas de la facture hebdomadaire de la CCCP).

L'inventaire est effectué uniquement pour les parutions. Les individus et les informations sont :

Commande fournisseur : n° commande, date commande, date réception prévue.

Demande de lecteur : n° demande, date demande. Facture fournisseur : n° facture, date facture.

Fournisseur/éditeur : n° fournisseur, libellé fournisseur, adresse fournisseur.

Fourniture : n° fourniture, libellé fourniture, conditionnement fourniture.

Livre : n° ISBN, titre livre.

Mouvement entrée/sortie : date mouvement, type mouvement, quantité mue.

Paiement fournisseur : date paiement, n° chèque, montant paiement.

Parution : n° parution, date limite retour parution.

Revue : n° revue, titre revue, périodicité revue, pourcentage commission.

Titre presse : n° titre, prix vente titre.

Les relations et les informations sont :

Commander fourniture : quantité fourniture commandée, prix unitaire fourniture commandée.

Commander livre : quantité commandée, prix unitaire.

Fournir fourniture : prix unitaire fourniture, référence fournisseur.

10.3. MCT

Nous pouvons construire les MCT par sous-domaine, cela simplifie la représentation. Il manque un message de Acheter vers Vendre indiquant la réception des livres.

MCT de "vendre" :

Les opérations sont :

Prise en compte de la demande de livre : si le livre est en stock, il est vendu. Sinon, une demande d'achat est immédiatement envoyée à "acheter" qui fera la commande. Ce message intermédiaire disparaîtra avec l'organisation. Le message entre domaines "demande d'achat de livre" disparaîtra.

Prise en compte de la demande de journal : si le journal est en stock, il est vendu. Il n'est pas commandé s'il n'est pas disponible.

Prise en compte de la demande de fourniture : même traitement que précédemment. Pas de commande immédiate.

Commander fourniture : décision de demande d'achat de fourniture, qui sera suivie de la commande en fonction du stock actuel.

MCT Acheter

La presse est commandée suite au réassortiment. Les factures de livres et de fournisseurs sont payées immédiatement. Les factures de presse sont payées périodiquement.

Les opérations sont :

Vérification des livraisons de presse : vérification des titres, des parutions, des quantités livrées.

Vérification de la facture de presse : vérification des livraisons et des retours d'invendus.

Vérification de la livraison du fournisseur : cette opération aurait pu être dans

"vendre".

Payer fournisseur de presse et de fourniture : vérification par rapport à la commande et à la livraison et paiement si accord.

Réassortir presse : en fonction du nombre de vendus, demande de réassortiment de la presse ou commande supplémentaire de parutions.

Payer presse : opération douloureuse mais nécessaire.

Commander livre : en fonction des demandes.

Commander fourniture : en fonction du stock et des demandes.

10.4. MOT

10.4.1 Commande livres et fournitures

Une première procédure indique les opérations en rapport avec les fournisseurs de livres et de fournitures : commande, livraison et paiement.

10.4.2 Ventes journalières

Une deuxième procédure indique le travail durant les heures ouvrées : dans la journée, le lecteur demande un journal, un livre ou des fournitures. Seulement, dans le cas de livre, une commande est passée sur-le-champ.

10.4.3 Dur labeur à organiser

Une troisième procédure indique le travail durant les heures de fermeture, le soir ou le matin.

Le matin a lieu la livraison de la presse de la CCCP. Ont lieu le déballage de la presse, la vérification du bordereau de livraison et la mise en rayon.

Le soir ont lieu les opérations d'inventaires : trier, rassortir les parutions, empaqueter le tout et le mettre sur le pas de la porte, vérifier la facture ou le relevé hebdomadaire de compte.

Une correspondance entre messages conceptuels et organisationnels est possible. Néanmoins, il est préférable de ne pas partir des messages organisationnels pour trouver les messages conceptuels. L'exemple est là pour le prouver, la liste des messages organisés pourrait être plus simple.

Message conceptuel

Message organisationnel

Presse à exposer

Bordereau de livraison quotidien

Facture de presse

Relevé hebdomadaire de compte

Presse invendue

Bordereau d'invendus journaliers des quotidiens

Bordereau d'invendus journaliers des publications

Bordereau d'invendus complémentaire

Demande de retour autorisé exceptionnel

Presse invendue

Retour d'invendus

Acceptation des invendus

Bordereau de crédit d'invendus

Bordereau de contrôle

Commande de presse

Demande de rassortiment

Les messages organisés sont :

Bordereau d'invendus complémentaire : nombre de bacs, nombre de paquets, libellé titre, prix, n° fournisseur, quantité invendue, codification.

Bordereau d'invendus journalier des publications : titre, prix, n°, quantité invendue (nouveau service à suivre), code, jour de la semaine, quantité.

Bordereau d'invendus journalier des quotidiens : titre, prix, n°, quantité invendue

(nouveau service à suivre), code, jour de la semaine, quantité.

Bordereau de contrôle : n° bordereau, date du bordereau journalier, n° kiosque, n° case, prix, titre, codification, parution, écart, accepté, rejets.

Bordereau de crédit d'invendus : prix, titre, codification, parution, déclaré, accepté, montant fort.

Bordereau de livraison quotidien : libellé titre, codification, n° de parution, prix, montant, catégorie, service, débits du jour, cumul semaine.

Demande de rassortiment : n° client (kiosque), nom et localité (du kiosque), date de la demande, titre, codification titre, n°, date, quantité demandée.

Demande de retour autorisé exceptionnel : n° routage, n° marchand, date de la demande, date de retour au CDP, nombre de paquets, nombre de folios, titre, codification, n°, date, hors série/spécial, quantités déclarées, prix.

Relevé hebdomadaire de compte : code comptable, date début semaine, date fin semaine, routage, type publication, date, type de mouvement, montant fort, montant net.

Retour d'invendus : date, nombre de colis.

10.5. MOD

Un nouveau concept est l'inventaire des parutions, des livres et des fournitures, opération organisée.

Inventaire : n° inventaire, date inventaire.

Les relations "inventorier livre", "parution" et "fourniture" contiennent les quantités inventoriées.

Volumes de données : mémorisation des données sur 2 ans. Le calcul des mouvements doit être scindé par type de titre.

Calcul annuel

Entrée

Sortie

Total

Quotidien

80 * 350 = 28 000

20 * 350 = 700

Hebdomadaire

500 * 50 = 25 000

150 * 50 = 7 500

Mensuel

6 000 * 12 = 72 000

2 000 * 12 = 24 000

Total

125 000

32 200

157 200

Les parutions sont au même nombre que les entrées, 125 000 annuelles environ soit 250 000 sur 2 ans.

Les prix de journaux ne varient pas actuellement. Un inventaire par semaine.

11 commandes par semaine de fournitures et de livres soit 500 annuelles et 1 000 commandes sur 2 ans.

10 factures mensuelles concernent livres et fournitures et 4 factures par semaine la CCCP, soit 14 factures mensuelles, 150 par an et 300 sur 2 ans.

Les paiements sont mensuels pour les 44 commandes de livres et de fournitures, soit 10 paiements mensuels plus les 4 pour la CCCP, donc 14 mensuels, 150 annuels et 300 pour 2 ans.

Les volumes totaux sont :

Concept

2 ans

Nombre d'occurrences

Longueur

Total

Fournisseur éditeur

10

42

420

Revue

2 000

27

54 000

Titre presse

2 000

9

18 000

Parution

125 000

13

1 625 000

Livre

1 000

30

30 000

Fourniture

500

25

12 500

Commande

1 000

16

16 000

Facture fournisseur

300

9

2 700

Paiement fournisseur

300

26

7 800

Mouvement

300 000

17

5 100 000

Inventaire

104

8

832

Demande lecteur

1 000

9

9 000

Relation "commander fourniture"

5 000

7

35 000

Relation "commander livre"

1 000

7

7 000

TOTAL

6 918 252

10.6. Liste des outils
10.6.1 Commande livres et fournitures

Opération "Commander fourniture".

Type

Complexité

Créer commande

TR

2

Créer fournisseur/éditeur

TR

1

Créer fourniture

TR

1

Opération "Vérification livraison livre et fournitures".

Type

Complexité

Créer mouvement

TR

2

Créer fournisseur/éditeur

TR

1

Créer fourniture

TR

1

Créer livre

TR

1

Opération "Payer livre et fournitures"

Type

Complexité

Créer facture 

TR

2

Créer fournisseur/éditeur

TR

1

Créer paiement

TR

1

10.6.2 Travail quotidien

Opération "Prise en compte de demande de journal".

Type

Complexité

Créer mouvement

TR

2

Créer demande lecteur

TR

2

Consulter demande lecteur

TR

2

Opération "Prise en compte de demande de fourniture".

Type

Complexité

Créer mouvement

TR

2

Opération "Prise en compte de demande de livre".

Type

Complexité

Créer mouvement

TR

2

Créer commande livre

TR

2

Créer demande lecteur

TR

2

Consulter demande lecteur

TR

2

Minitel 3615 code XXXX

10.6.3 Presse-toi lentement.

Opération "Vérification livraison presse".

Type

Complexité

Créer mouvement

TR

2

Créer revue

TR

1

Créer parution

TR

1

Consulter mouvement

TR

2

Consulter titre

TR

1

Opération "Inventorier".

Type

Complexité

Créer mouvement

TR

2

Créer inventaire

TR

2

Consulter inventaire

TR

1

Editer stock théorique

TD

2

Opération "Vérifier facture".

Type

Complexité

Créer facture

TR

2

Créer mouvement

TR

2

Consulter commande

TR

2

Opération "Payer presse".

Type

Complexité

Créer paiement

TR

1

Consulter facture

TR

2

Opération "Vérifier acceptation refus".

Type

Complexité

Consulter mouvement

TR

2

Créer mouvement 

TR

2

10.6.4 Récapitulatif des outils.

Type

Complexité

Consulter commande

TR

2

Consulter demande lecteur

TR

2

Consulter facture

TR

2

Consulter inventaire

TR

1

Consulter mouvement

TR

2

Consulter titre

TR

1

Créer commande

TR

2

Créer commande livre

TR

2

Créer demande lecteur

TR

2

Créer facture

TR

2

Créer fournisseur/éditeur

TR

1

Créer fourniture

TR

1

Créer inventaire

TR

2

Créer livre

TR

1

Créer mouvement

TR

2

Créer paiement

TR

1

Créer parution

TR

1

Créer revue

TR

1

Editer stock théorique

TD

2

Charges de réalisation et programmation :

Type

Complexité

Nombre

Temps de

spécification

Temps de

réalisation 

Temps total

TR

Simple

8

2

2

32

Moyen

10

5

5

100

Compliqué

10

15

Batch

Simple

2

2

Moyen

1

5

5

10

Compliqué

10

10

Total

19

142

11. Corrigé de l'exercice 57 : location d'appartement

11.1. MCC

1.1 Fonctions et domaines

Nous ne considérons qu'un seul domaine "louer logement".

1.2 Partenaires

Les partenaires sont le "locataire", le "propriétaire" et l' "annonceur".

1.3 Messages et informations

Le propriétaire envoie sa demande de location à "louer logement" qui envoie l'annonce de logement à l'annonceur. Le locataire ayant demandé un logement puis donné son accord de location, l'état des lieux en entrée est envoyé au locataire et le message "locataire trouvé" au propriétaire.

De temps en temps, le locataire doit verser son loyer (ah bon !) qui est reversé, en partie, au propriétaire.

Accord de location : date location, type de bail, montant du loyer, montant des charges, type d'indice, valeur de l'indice.

Demande de départ du logement (congé) : nom locataire, adresse locataire, date de départ prévue.

Demande de libération du logement : nom locataire, adresse logement, date de départ demandée.

Demande de location : nom du propriétaire, nombre de pièces, loyer maximum demandé, date de mise à disposition.

Demande de logement : nom demandeur, nombre de pièces, situation, nombre de personnes, revenus locataire, nom garant, revenus garant, profession locataire.

Demande de récupération du logement : nom propriétaire, adresse logement, date de départ demandée.

Etat des lieux entrée : date de l'état des lieux, lieu, état lieu.

Etat des lieux sortie : date de l'état des lieux, lieu, état lieu.

Locataire trouvé : nom locataire, montant location, revenus locataire, profession locataire.

Loyer à percevoir : nom locataire, valeur indice, montant du loyer.

Proposition de location : nombre de pièces (studio, 2 pièces ), situation vis-àvis transports (centre ville, 5 min du centre ville, 5 min commerces, quartier des fleurs ), type d'immeuble (petit rénové, de caractère, bâtiment indépendant), libellé (joli, mignon, de caractère), loyer maximum demandé, date de mise à disposition, montant du loyer, type de loyer (charges comprises ou non comprises), montant des charges.

Versement du loyer : date de versement, montant du versement.

11.2. MCT

Les opérations se déduisent des messages reçus par le domaine. Les opérations conceptuelles sont :

Encaisser loyer : quand le locataire paye son loyer, une partie est reversée au propriétaire.

Libérer logement : quand le propriétaire demande à récupérer son logement, une demande de libération du logement est envoyée au locataire.

Prise en compte demande départ du logement : quand le locataire demande son congé, un état des lieux est dressé pour son départ.

Prise en compte demande location : quand le propriétaire demande une location, une annonce est passée.

Proposer location : quand le locataire demande un logement, une proposition peut lui être faite.

Signer location : prise en compte de l'accord du locataire sur le loyer et l'état des lieux.

11.3. MCD

Un même locataire peut louer deux fois le même logement. Donc le concept de location existe. La location est liée à un locataire lié à une ou plusieurs personnes (dans le cas de couple non marié), au logement et à un indice, à une personne garante de temps en temps, à l'état des lieux à l'entrée et à l'état des lieux à la sortie.

Un propriétaire peut posséder deux fois le même logement, donc le concept de propriété existe. Une propriété est possédée par un propriétaire pouvant être plusieurs personnes (dans le cas de copropriété). Un logement peut être une partie de propriété (uniquement le 1er étage est loué), les propriétaires habitant la cave.

Les individus et leurs informations sont :

Etat : code état, libellé état.

Etat des lieux : n° visite, date de visite, avis locataire.

Indice : code indice, libellé indice, date indice, valeur indice, type indice. Lieu : code lieu, libellé lieu.

Locataire : n° locataire, montant des ressources.

Location : n° location, date location, montant de la location, montant du loyer, type de loyer, montant des charges, pourcentage commission du gérant. Logement : n° logement, nombre de pièces, situation vis-à-vis transports, quartier, libellé, type d'immeuble, surface logement, nom rue logement.

Loyer : n° loyer, date perception, montant perçu, montant versé, date versement.

Personne : n° personne, nom personne, date de naissance, n° téléphone, type téléphone.

Propriétaire : n° propriétaire, type propriétaire (personne, société).

Propriété : n° propriété, date de propriété, description de la propriété. Ville : code ville, libellé ville, code département.

11.4. MOT

Les poste de travail internes sont : le "responsable d'agence" ou gérant  encaisse les loyers et le "négociateur", qui s'occupe des contacts avec le propriétaire, propose les locations et suit les locataires.

11.5. MOD

Nous supposons 30 transactions par semaine = 30*50*3= 4 500 locations et 10 000 états des lieux.

Un locataire restant plus de 3 ans, cela donne 4 500 locataires, propriétaires, personnes Le loyer est recalculé tous les ans, donc 4 500 * 3 = 13 500 pour 3 ans.

Concepts 3 ans

Nombre d'occurrences

Longueur

Total

Etat

10

25

250

Etat des lieux

10 000

10

100 000

Indice

12

40

480

Lieu

10

25

250

Locataire

4 500

10

45 000

Location

4 500

32

144 000

Logement

4 500

77

346 500

Loyer

13 500

30

405 000

Personne

4 500

47

211 500

Propriétaire

4 500

23

103 500

Propriété

4 500

30

103 500

Ville

20

24

480

Total

1 491 960

11.6. Liste des outils
11.6.1 Outils par opération

Opération "Prise en compte demande location".

Type

Complexité

Créer personne

TR

1

Consulter personne

TR

1

Créer propriété

TR

1

Consulter propriété

TR

1

Créer propriétaire

TR

1

Consulter propriétaire

TR

1

Créer logement

TR

2

Consulter logement

TR

2

Créer ville

TR

1

Consulter ville

TR

1

Éditer annonce

TD

2

Opération "Proposer location".

Type

Complexité

Créer personne

TR

1

Consulter personne

TR

1

Créer locataire

TR

1

Consulter locataire

TR

1

Créer état des lieux

TR

2

Créer lieu

TR

1

Créer état

TR

1

Opération "Signer location".

Type

Complexité

Créer loyer

TR

1

Créer indice

TR

1

Consulter indice

TR

1

Opération "Encaisser loyer".

Type

Complexité

Consulter loyer

TR

1

Créer loyer

TR

1

Opération "Prise en compte congé".

Type

Complexité

Consulter loyer

TR

1

Modifier location

TR

2

11.6.2 Récapitulatif des outils.

Type

Complexité

Consulter indice

TR

1

Consulter locataire

TR

1

Consulter logement

TR

2

Consulter loyer

TR

1

Consulter personne

TR

1

Consulter propriétaire

TR

1

Consulter propriété

TR

1

Consulter ville

TR

1

Créer état

TR

1

Créer état des lieux

TR

2

Créer indice

TR

1

Créer lieu

TR

1

Créer locataire

TR

1

Créer logement

TR

2

Créer loyer

TR

1

Créer personne

TR

1

Créer propriétaire

TR

1

Créer propriété

TR

1

Créer ville

TR

1

Editer annonce

TD

2

Modifier location

TR

2

Charges de spécification et de programmation :

Type

Complexité

Nombre

Temps de

spécification

Temps de réalisation

Temps total

TR

Simple

16

2

2

64

Moyen

4

5

5

40

Compliqué

10

15

Batch

Simple

2

2

Moyen

1

5

5

10

Compliqué

10

10

TOTAL

21

114

12. Corrigé de l'exercice 58 : gestion familiale (dépenses et soldes) d'un ménage

12.1. MCC

12.1.1 Fonctions et domaines

Les deux domaines principaux sont "dépenser" (jeter l'argent par la fenêtre) et "gagner de l'argent" (faire bouillir la marmite).

12.1.2 Partenaires

Les partenaires sont "l'employeur", les "parents", les "amis", les "enfants", "l'organisme de crédit"et les "fenêtres".

12.1.3 Messages et informations

Les différents messages reflètent les flux financiers (dépense X) et leurs contreparties (?) avec les différents partenaires.

? (courant d'air) : code ?, description ?.

Argent de poche : date don argent poche, montant de l'argent de poche, nom enfant.

Dépense X : date dépense, montant de la dépense, ? acheté.

Don d'ami : date don, montant du don, nom ami.

Don parent : date don, montant du don, nom parent.

Prêt d'ami : date prêt, montant du prêt, nom ami.

Remboursement : date remboursement, montant du remboursement, nom banque, nom d'ami.

Salaire : date du salaire, montant du salaire.

12.2. MCT

Les opérations reflètent les dépenses et les revenus. Les dons des parents peuvent être dépensés en argent de poche ou par la fenêtre, mais pas en remboursement. L'emprunt sert à être dépensé, mais pas à rembourser. Les prêts d'amis servent à être dépensés. Les autres opérations reflètent les autres contraintes de dépenses. L'opération la plus intéressante est profiter de ? (la vie). Le schéma est sur la page suivante.

12.3. MCD

12.3.1 MCD 1

Le premier modèle de données reflète les dépenses, les revenus et leur provenance possible. Les revenus proviennent de l'employeur, les dons des amis ou des parents, les emprunts des amis ou de la banque. L'argent de poche va aux enfants, les dépenses X aux ? (un vêtement par exemple).

Les individus et leurs informations du MCD sont :

? : code ?, description ?

Ami : code ami, nom ami.

Argent de poche : date don argent poche, montant de l'argent de poche.

Dépense X : date dépense, montant de la dépense.

Don : date don, montant du don.

Employeur : code employeur, nom employeur.

Enfant : code enfant, nom enfant.

Parent : code parent, prénom parent.

Prêt : date prêt, montant du prêt.

Remboursement : date remboursement, montant du remboursement.

Salaire : date du salaire, montant du salaire.

12.3.2 MCD 2

Dans ce modèle de données, les relations entre dépenses et recettes ne sont pas mémorisées. Les types de dépenses et de recettes, les sources de dépense et de recette sont "conceptualisés" et définis comme individus. Les individus et leurs informations sont :

Mouvement financier : code mouvement, montant mouvement, date mouvement.

Type de dépense : code type de dépense, libellé type de dépense.

Type de recette : code type de recette, libellé type de recette.

Source de dépense : code source de dépense, libellé source de dépense, type source de dépense (enfant, ?, remboursement).

Source de recette : code source de recette, libellé source de recette,  type source de dépense (parent, banque, ami).

12.3.3 MCD 3

Dans ce dernier modèle, les "sous-types" ne sont pas conservés. La notion de compte est introduite. Un compte est une combinaison de type de dépense ou de recette et de source de dépense ou de recette. Les dépenses ou les recettes élémentaires sont les mouvements financiers.

Les individus et leurs informations sont :

Compte financier : n° compte, libellé compte, date d'ouverture du compte, date de fermeture du compte.

Les exemples de comptes sont (argent de poche, enfant 1), (dépense X, vêtement), (don, papa), (prêt, girl's best friend).

Mouvement financier : code mouvement, montant mouvement, date mouvement.

Type de dépense/recette : code type de dépense/recette, libellé type de dépense/recette.

Source de dépense/recette : code source de dépense/recette, libellé source de dépense/recette, type source de dépense/recette.

L'information "Type source de dépense/recette" (enfant, ?, remboursement, parent, banque, ami) aurait pu être un individu si on voulait mémoriser un code et un libellé.

12.4. MOD

Dans la plupart des logiciels de comptabilité, des autorisations d'imputation sont données sur les comptes. Nous aboutissons au modèle suivant supplémentaire.

12.5. Liste des outils

Nous le ferons à partir des individus :

Type

complexité

Créer type dépense /recette

TR

1

Consulter type dépense /recette

TR

1

Créer source type dépense /recette

TR

1

Consulter source type dépense /recette

TR

1

Créer mouvement

TR

1

Consulter mouvement

TR

1

Créer autorisation

TR

2

Consulter autorisation

TR

2

Modifier autorisation

TR

2

Créer utilisateur

TR

1

Consulter utilisateur

TR

1

Créer groupe utilisateur

TR

2

Consulter groupe utilisateur

TR

2

Les outils supplémentaires dus aux traitements sont :

Type

complexité

Consulter solde des comptes

TR

3

Consulter dépense/recette d'un compte pendant une période

TR

3/4

Editer dépenses/recettes

TD

2

Charges de spécification et de programmation :

Type

Complexité

Nombre

Temps de

spécification

Temps de

réalisation 

Temps

total

TR

Simple

8

2

2

32

Moyen

5

5

5

50

Compliqué

2

10

15

50

Batch

Simple

2

2

Moyen

1

5

5

10

Compliqué

10

10

TOTAL

16

142

13 Corrigé de l'exercice 59 : cabinet médical

13.1. MCC

13.1.1 Fonctions et domaines

Sont pris en compte dans ce MCC les domaines principaux : "prescrire" et "vendre la prescription". Nous supposons qu'effectuer des actes médicaux tels que planter des aiguilles, poser des ventouses ou détordre le cou font partie du domaine "prescrire".

Ne sont pas pris en compte d'autres domaines aussi importants mais difficilement informatisables : "compatir", "tranquilliser le patient", "éduquer le malade" sur sa maladie ou "procédurier" en cas de procès.

13.1.2 Partenaires

Les partenaires sont la pharmacie, la Direction Départementale de l'aide Sanitaire et sociale et le patient.

13.1.3 Messages et informations

Les messages pris en compte sont échangés avec les partenaires identifiés. Les demandes d'examen avec un laboratoire ou les arrêts de travail ne sont pas pris en compte.

Déclaration maladie : nom médecin, libellé maladie, nom malade, date déclaration.

Demande de contrôle : nom médecin, nom malade, date ordonnance. Demande de remboursement : montant de l'acte, code de l'acte.

Ordonnanceprescrite : date ordonnance, nom médecin, nom malade, médicament prescrit.

Paiement consultation : montant du paiement, date du paiement.

Prescription : date début prescription, date fin prescription, posologie, médicament. Symptôme : nom malade, date début symptôme, libellé symptôme, intensité du symptôme.

13.2. MCT

Les trois opérations conceptuelles sont : 

Diagnostiquer pour prescrire, c'est certain, pour guérir ou retarder l'effet de la maladie, cela l'est moins. La déclaration obligatoire de certaines maladies fait suite au diagnostic.

Contrôler les ordonnances prescrites.

Encaisser les montants de la consultation.

13.3. MCD

Le modèle de données est une synthèse des modèles de l'ordonnance et de l'exercice sur la compréhension du MCD. Les individus peuvent avoir de nombreux synonymes : maladie ou pathologie, ordonnance ou prescription, malade ou patient, remède ou médicament, symptôme ou plainte, médecin ou confrère.

Une prescription ou un traitement est un ensemble de posologies de médicaments à prendre. Si le médecin déclare "Vous prendrez de la poudre de perlin pendant un mois, puis de la graisse de pinpin pendant deux mois", il y aura (dans ce modèle) deux prescriptions.

Quelle est la relation entre consultation et prescription ? Si le même traitement est donné plusieurs fois au même patient, est-ce la même prescription ou deux prescriptions différentes ? Les deux réponses sont possibles. Ici, il est supposé que la prescription est la même, d'où la cardinalité 1N,0N entre prescription et consultation.

La relation "suivre patient" entre malade et médecin existe afin de connaître les confrères et renvoyer l'ascenseur. La relation "retarder échéance" permet de connaître les remèdes des maladies. Actuellement, il existe des Vidal électroniques permettant de connaître les posologies des médicaments et des systèmes experts pour le traitement à appliquer.

Les informations des individus sont :

Acte : code acte, montant acte.

Consultation : date consultation, montant consultation.

Malade : nom malade, prénom malade, adresse malade, n° téléphone, date naissance.

Maladie : code maladie, nom maladie, déclaration obligatoire.

Médecin : nom médecin, prénom médecin, adresse médecin.

Prescription : n° prescription, date début prescription, date fin prescription. Remède : code médicament, nom médicament, conditionnement (gélules, suppositoires ), couleur.

Symptôme : code symptôme, nom symptôme. Les informations des relations sont :

Acteur : quantité acte.

Associer : probabilité d'apparition.

Détecter : date début symptôme, intensité symptôme. Diagnostiquer : déclaration effectuée. Doser : timing prise, posologie.

13.4. MOT

Les postes de travails sont le "médecin" et le "secrétaire médical".

La procédure (le schéma est sur la page suivante) reflète la répartition des opérations organisées entre le médecin et sa secrétaire. Le médecin examine le malade et déclare lui-même les maladies pour des raisons de confidentialité. Sa ou son secrétaire note les coordonnées du malade, saisit la feuille de maladie, fait signer le médecin et traduit son écriture. Il encaisse le montant de la consultation et répond à la pharmacie sur sa demande de vérification de la prescription. 

13.5. MOD

Le modèle de données s'enrichit du concept de "document".

Suite du MOT

Trois types de documents existent : la feuille de maladie, liée à une consultation, l'ordonnance, liée à une consultation et à une ou plusieurs prescriptions, et la déclaration à la DDASS, liée à une consultation et à une maladie. Si le document était envoyé à plusieurs personnes, un individu "destinataire" serait nécessaire.

Les informations de l'individu document sont : n° document, type de document, date document.

Volumes des données

20 malades par jour sont examinés 200 jours par an. Un malade a un rendez-vous en moyenne tous les six mois. Cela donne 4 000 consultations par an pour 2 000 malades. 

Un malade change de médecin tous les cinq ans, soit, sur 10 ans, 4 000 malades à mémoriser.

Les documents sont les ordonnances (20 000), les feuilles de maladie (40 000) et les déclarations à la DDASS (une par an).

Les volumes sont :

Concepts

10 ans

Nombre d'occurrences

Longueur

Total

Acte

100

6

600

Consultation

40 000

11

440 000

Document

60 000

12

720 00

Malade

4 000

86

344 000

Maladie

1 000

24

24 000

Médecin

1 000

70

70 000

Prescription

20 000

24

480 000

Relation "détecter"

120 000

9

1 080 000

Relation "diagnostiquer"

40 000

1

40 000

Relation "doser"

1 000 000

13

13 000 000

Remède

10 000

45

450 000

Total

16 648 600

13.6. Liste des outils

Les outils sont, par opérations organisées :

Opération "Prise en compte des coordonnées".

Type

Complexité

Création malade

TR

1

Consulter malade

TR

1

Consulter médecin

TR

1

Opération "Prise en compte des symptômes".

Type

Complexité

Création symptômes

TR

1

Création consultation

TR

2

Création médecin

TR

1

Création ordonnance

TR

2

Création remède

TR

1

Création maladie

TR

1

Consulter symptômes

TR

1

Consulter consultation

TR

2

Consulter médecin

TR

1

Consulter ordonnance

TR

2

Consulter remède

TR

1

Consulter maladie

TR

1

Opération "Saisie feuille maladie".

Type

Complexité

Modifier consultation

TR

1

Opération "Signer feuille maladie".

Type

Complexité

Stylo Fujiyama

TC

Opération "Encaisser montants".

Type

Complexité

Modifier consultation

TR

1

Editer feuille maladie

TD

2

Opération "Contrôler ordonnance".

Type

Complexité

Consulter ordonnance

TR

2

Rechercher ordonnance

TR

3

Opération "Déclarer maladie".

Type

Complexité

Editer déclaration maladie

TD

1

Modifier maladie

TR

1

Récapitulatif.

Type

Complexité

Consulter consultation

TR

2

Consulter malade

TR

1

Consulter maladie

TR

1

Consulter médecin

TR

1

Consulter ordonnance

TR

2

Consulter ordonnance

TR

2

Consulter remède

TR

1

Consulter symptômes

TR

1

Création consultation

TR

2

Création malade

TR

2

Création maladie

TR

1

Création médecin

TR

1

Création ordonnance

TR

2

Création remède

TR

1

Création symptômes

TR

1

Editer déclaration maladie

TD

1

Editer feuille maladie

TD

2

Modifier consultation

TR

1

Modifier maladie

TR

1

Rechercher ordonnance

TR

3

Total

Charges de spécification et de programmation :

Type

Complexité

Nombre

Temps de

spécification

Temps de réalisation

Temps total

TR

Simple

11

2

2

44

Moyen

6

5

5

60

Compliqué

1

10

15

25

Batch

Simple

1

2

2

4

Moyen

1

5

5

10

Compliqué

10

10

Total

20

133

14. Corrigé de l'exercice 60 : photographe

14.1. MCC

14.1.1 Fonctions et domaines.

Nous ne prenons en compte que la partie spécifique : "photographier" qui couvre, en plus de l'utilisation judicieuse du doigt et de l'oeil, connaître où sont les diapositives, proposer des diapositives en fonction de critères

14.1.2 Partenaires.

Les partenaires sont le client photo qui commande les reportages, l'agence chez qui le photographe dépose ses diapositives, le fournisseur de films de "photographier" et le laboratoire qui développe les diapositives.

14.1.3. Messages et informations.

Le client émet une demande de reportage. Après avoir reçu les photographies du reportage, il rend les photos rendues et sélectionnées. Les diapositives à vendre sont confiées à l'agence qui prévient quand elles sont vendues. Les fournitures sont achetées chez le fournisseur et les films donnés à développer dans un laboratoire (de développement).

Les messages sont :

Demande de reportage : sujet du reportage (région X, usine Y), lieu de reportage, date remise photo, mode paiement (photo, page), montant à payer, délai exclusivité, droit cédé (propriété, exclusivité ).

Diapositive à vendre : légende de la diapositive, lieu de la photo, thème (personnage, paysage ), sujet (Château de Beaugency).

Diapositive vendue : libellé vente, droit cédé (reproduction, duplicata ), montant de la vente, légende de la diapositive, n° référence diapositive.

Film à développer : n° film, date prévue restitution.

Film développé : n° film, date de restitution.

Photo reportage : n° reportage, date du reportage, diapositive, nombre de diapositives effectuées.

Photos rendues : n° photo, date reportage, montant.

Photos sélectionnées : n° diapositive, support de parution.

14.2. MCT

Les différentes opérations sont :

Photographier : opération principale et indispensable. Le développement est ensuite demandé.

Prise en compte vente de diapositives : mémorisation des diapositives vendues.

Prise en compte de la sélection de photographies : mémorisation des photographies vendues.

Prise en compte de demande de reportage : cette demande peut entraîner l'achat de fournitures.

Effectuer reportage : effectuer un voyage ou choisir des thèmes précis de photographies.

Réceptionner développement : quand le film est développé, les diapositives sont données soit au client qui a commandé le reportage, soit confiées à l'agence pour être vendues.

Prise en compte des photographies rendues : rangement des photographies. Réceptionner fournitures : prise en compte des films et de leur marque. Seules ces fournitures sont prises en compte, pas d'objectifs ou de filtre ou de marque d'appareil

14.3. MCD

Les diapositives sont issues de films d'une certaine marque, et développées dans un laboratoire. Elles concernent un sujet déterminé (le célèbre château de Beaugency) faisant partie d'un thème déterminé (les châteaux de la Loire). L'action (Beaugency) est localisée et peut être regroupée (Loiret).

La diapositive peut être effectuée lors d'un reportage commandé par un client dans des conditions juridiques précisées lors de sa conclusion. Sinon, elle est déposée dans une agence où une vente peut avoir lieu. Une vente concerne une diapositive, un client et une condition juridique.

Client : code client, libellé client, adresse client.

Diapositive : code diapositive, date prise diapositive, libellé diapositive.

Film : n° film, date d'achat, date de développement. Laboratoire : code laboratoire, libellé laboratoire.

Lieu : code lieu, libellé lieu.

Marque : code marque, libellé marque.

Reportage : code reportage, libellé reportage, date reportage.

Sujet : code sujet, libellé sujet.

Thème : code thème, libellé thème.

Vente photo : date vente, délai exclusivité, montant de la vente.

14.4. MOD

Un film par jour = 400 par an et 4 000 sur 10 ans. 20 diapositives sont retenues soit 80 000. 8 000 donnent lieu à une vente.

Concepts

10 ans

Nombre d'occurrences

Longueur

Total

Agence

3

42

126

Reportage

120

29

3 480

Client

20

4 242

84 840

Film

4 000

17

68 000

Diapositive

80 000

32

2 560 000

Vente

8 000

22

176 000

Thème/sujet

150

23

3 450

Laboratoire

10

22

220

Lieu

200

24

4 800

Marque

10

22

220

Total

2 901 136

14.5. MOT

Les films sont tirés le jour même.

Comme une seule personne est prise en compte, le MOT est le même que le MCT.

14.6. Liste des outils
14.6.1 Outils par opérations

Opération "photographier".

Type

Complexité

Doigt

TR

4

Oeil

TR

4

Opération "prise en compte des ventes de diapositives".

Type

Complexité

Création vente

TR

2

Création conditions juridiques

TR

1

Opération "prise en compte sélection diapositives".

Type

Complexité

Modification diapositives

TR

2

Opération "prise en compte demande de reportage".

Type

Complexité

Création client

TR

1

Création reportage

TR

1

Création conditions juridiques

TR

1

Editer emplacement diapositives

TD

2

Rechercher diapositive

TR

3

Opération "effectuer reportage".

Type

Complexité

Doigt, oeil

TR

4

Camion, bouteille

TD

4

Opération "réceptionner développement".

Type

Complexité

Créer film

TR

2

Créer marque

TR

1

Création diapositive

TR

2

Création laboratoire

TR

1

Consulter laboratoire

TR

1

Création agence

TR

2

Consulter agence

TR

1

Créer lieu

TR

1

Créer thème

TR

1

Consulter thème

TR

1

Consulter lieu

TR

1

Opération "réceptionner fourniture".

Type

Complexité

Créer film

TR

2

Créer marque

TR

1

Créer laboratoire

TR

1

Opération "réceptionner diapositive rendue".

Type

Complexité

Modifier diapositive

TR

2

14.6.2 Récapitulatif des outils

Type

Complexité

Création vente

TR

2

Consultation vente

TR

2

Création conditions juridiques

TR

1

Consultation conditions juridiques

TR

1

Modification diapositives

TR

2

Création client

TR

1

Consultation client

TR

1

Création reportage

TR

1

Créer film

TR

2

Créer marque

TR

1

Consulter marque

TR

1

Création diapositive

TR

2

Recherche diapositive

TR

3

Création laboratoire

TR

1

Création agence

TR

1

Consultation agence

TR

2

Créer lieu

TR

1

Consulter lieu

TR

1

Créer thème

TR

1

Consulter thème

TR

1

Créer laboratoire

TR

1

Consulter laboratoire

TR

1

Editer emplacement diapositives

TD

2

Charges de spécification et de programmation :

Type

Complexité

Nombre

Temps de

spécification

Temps de

réalisation 

Temps

total

TR

Simple

15

2

2

60

Moyen

6

5

5

60

Compliqué

3

10

15

75

Batch

Simple

2

2

Moyen

1

5

5

10

Compliqué

10

10

TOTAL

25

205


QUATRIEME PARTIE : ANNEXES


Annexe 1 : coûts

Annexe 1 : coûts

Un Penny pour ce pauv'Guy, m'sieur !

Agatha Christie : Le miroir du mort

1. Coût de micro-ordinateurs

Matériel

Coût en milliers de francs

Micro-ordinateur

7

Disque dur 40 M

5

Disque dur 1 G

10

Imprimante laser

10

Imprimante couleur

15

Imprimante matricielle

5

Comptez 10 % de maintenance du matériel (nécessaire pour les imprimantes).

2. Coût d'un réseau de micro-ordinateurs

(Local Area Network)

Matériel

Coût en milliers de francs

SERVEUR

30

Sauvegarde

10

Topologie

15

Logiciel réseau pour 5 postes

15

Carte réseau par micro-ordinateur

5

Carte pour imprimante

5

3. Coût des logiciels de micro-ordinateurs

Logiciel

Coût en milliers de francs

Système d'exploitation

0,5

Gestionnaire de fenêtre

1

Traitement de texte

4

Tableur

4

SGBD

10

Il n'existe pas de coûts de maintenance des logiciels tels que nommés, seulement de nombreux changements de versions pour lesquels une formation sera toujours demandée.

4. Coût d'une architecture mini-système du type UNIX.

Actuellement, la limite haute est de 300 utilisateurs "chevronnés". Cette limite évolue rapidement.

Matériel

8 utilisateurs

15 utilisateurs

150 utilisateurs

Mini-ordinateur

Mémoire

80

32 M

150

64 M

1250

380 M

Terminal

5

5

5

Giga octet

25

25

25

Imprimante

15

15

15

Système d'exploitation

25

40

160

Sauvegarde 

22

22

30

Comptez 15 % de maintenance matériel et logiciel

5. Coût d'une architecture gros système

Matériel 300 utilisateurs

Investissement

Fonctionnement

Ordinateur 12 canaux

5 000

500

Terminal

5

0,5

Contrôleur disque

500

50

Contrôleur télécomm

400

40

40 Giga octets

400

60

Imprimante

1 000

100

Système d'exploitation

600

2 000

Groupe électrogène

700

70

Lecteurs cassettes

750

75

Nous pouvons considérer les coûts de maintenance à 10% du prix d'achat du matériel.

Annexe 2 : glossaire

Annexe 2 : glossaire

On l'appelait Betty

Léo Malet : Solution au cimetière

Abstraction : mode de fonctionnement intellectuel requis pour comprendre la suite.

Action : action de mise à jour ou de modification d'informations du modèle logique de données.

Activité : occupation de l'entreprise. L'activité est analysée en fonction des flux échangés avec les partenaires de l'entreprise.

Base de données : ensemble d'enregistrements ou de tables physiques.

Cardinalité : nombre de fois qu'une occurrence d'individu participe au minimum ou au maximum à une relation. Nombre minimum et maximum d'occurrences de patte.

Chemin : possibilité du niveau logique d'atteindre une ou des informations à partir d'autres informations. Dans le cas de chemin de clé d'enregistrement à clé d'enregistrement, le chemin est dit "d'enregistrement à enregistrement".

Clé : information identifiant une occurrence d'enregistrement.

Concaténation : composition d'une information à partir de plusieurs informations élémentaires.

Conceptuel: premier niveau de la méthode. Niveau fonctionnel indépendant de l'organisation.

Condition : circonstance ou proposition vraie ou fausse. Toujours est toujours vrai. Jamais ne l'est jamais. Peut-être

Contrainte: complément d'explication ou violence exercée sur les individus, les relations et les pattes du modèle de données. Contrainte d'intégrité fonctionnelle : patte de cardinalités minimale et maximale égales à un.

Conversationnel: utilisation d'un ordinateur à l'aide d'un dialogue interactif.

Déclaration : description des modalités d'obtention d'une information dans le déroulement d'un outil ou d'un état.

Domaine : sous-système conceptuel de l'entreprise ayant un système d'information. Le MCD est construit par domaine.

Donnée: information.

Enclencheur : message appelant à une réaction du récepteur.

Enregistrement : ensemble d'informations manipulées d'un bloc.

Equivalence : synonymie particulière d'informations. L'information amont se trouve dans le modèle de données. Les informations aval forment un sous-ensemble (défini par les occurrences d'individu participant à une relation) de l'ensemble des informations amont.

Etat : étape d'un outil informatique caractérisée par des informations affichées ou à saisir dans une grille d'écran (support).

Etude préalable : étude d'opportunité ou étude préalable au lancement des études détaillées (dessins enchaînements des écrans et programmation) d'un projet informatique.

Fichier : ensemble d'enregistrements ou programme.

Flux : translation ou passage d'information, de matière, d'énergie, de valeur entre systèmes.

Individu : idée, objet, entité conçu par l'esprit d'un utilisateur et lui permettant de mémoriser et structurer ses connaissances (concept).

Information : plus petit élément d'un système d'information.

Informatique : science du traitement de l'information, notamment par machine automatique.

Intervenant : système fonctionnel interne ou externe à l'entreprise.

Jeu d'essai : ensemble d'occurrences cohérentes représentant les données finales du projet. Merise ne prend pas en compte les données finales mais leurs "boîtes".

Lien : association d'enregistrements physiques. Un père est propriétaire et N fils sont membres. Un lien est géré au moyen de pointeurs.

Logiciel : ensemble de programmes.

Logique : niveau logique de l'informatique. Représentation de l'informatique indépendante du SGBD ou des systèmes informatiques. 

Lourdeur : objection soulevée à propos de Merise. On peut aussi parler de rouleau compresseur.

Matrice de décision : représentation des actions à effectuer sous forme de tableau des différents cas possibles en fonction de critères de choix.

Merise : ne cherchez plus, les initiales ne signifient rien.

Méta-modèle : modèle conceptuel de données représentant les concepts de la méthode.

Annexe 2 : glossaire

Modèle : représentation graphique de concepts d'un niveau (conceptuel, organisationnel ) et d'un découpage (communications, données ou traitements) dans la méthode MERISE.

MCC : modèle conceptuel de communication.

MCD : modèle conceptuel de données.

MCT : modèle conceptuel de traitement.

MOD : modèle organisationnel de données.

MOT : procédure ou modèle organisationnel de traitement.

Navigationnel : SGBD où un enregistrement peut être lié à plusieurs pères ou propriétaires par des liens.

Nomenclature : relation d'un individu sur lui-même.

Occurrence : mot barbare désignant un élément d'un ensemble.

Opération : travail ou action exécutée par un intervenant (opération conceptuelle), un poste de travail (organisationnel).

Organisationnel : 2e niveau de la méthode. Celui-ci représente la structure de l'entreprise en postes de travail et les sites de traitement (des postes de travail) et de données.

Outil : moyen (informatique) mis à disposition d'un utilisateur pour effectuer une ou plusieurs opérations.

Partenaire : système fonctionnel externe à l'entreprise.

Patte : rôle d'un individu dans une relation.

Pointeur : zone mémoire où sont stockées des adresses d'informations.

Poste de travail : unité d'organisation ou centre d'activité de l'entreprise. Il peut lui être associé une ou plusieurs personnes, une ou plusieurs machines, un ou plusieurs outils informatiques.

Procédure : ensemble d'opérations organisées enclenchées par un message externe ou une opération sans message événement. 

Progiciel : logiciel standard prêt-à-porter par opposition au sur mesure.

Programme : suite d'instructions écrites dans un langage exécutable par un ordinateur.

Propriété : information d'individu ou de relation.

Règle de calcul : règle permettant d'obtenir des informations à partir d'autres.

Relation : association d'individus.

Schéma directeur : Plan de développement informatique à moyen terme (3 à 5 ans).

SGBD : système de gestion de base de données. Logiciel permettant de créer, modifier ou consulter des informations dans une base (de données). 3 types de SGBD sont normalisés, hiérarchique, navigationnel ou réseau et relationnel.

Site : lieu de traitement ou de stockage de données. Il peut exister plusieurs sites de données sur un micro-ordinateur (tableur et gestion de fichiers).

Sous-type : un individu ou une entité est appelé sous-type d'un autre individu quand il représente un sous-ensemble.

Spécification externe : partie du niveau logique à valider par l'utilisateur final. Elle comprend les enchaînements d'états par outil (MLT) et la description des informations affichées et à saisir par état.

Spécification interne : partie du niveau logique pouvant être ignorée par l'utilisateur final. Elle comprend les actions de création d'information ou d'enregistrement à partir des états, et la description de l'obtention des informations affichées ou créées par état.

Support : dessin ou masque d'écran.

Système : découpe de l'entreprise et de son environnement. Un domaine est un système possédant une "mémoire".

Temporisateur : mode d'enclenchement d'une opération organisée (tous les jours, à chaque passage d'étoiles filantes, toutes les vingt, cent, mille factures )

Temps réel : mode de traitement qui permet l'admission des données et l'obtention immédiate des résultats (traitement immédiat ou mode conversationnel).

Traitement par lot : mode de traitement suivant lequel les programmes à exécuter sont groupés par lot (traitement différé). 

Utilisateur : futur usager (victime ?) de l'informatique.

Validation : approbation des études par l'utilisateur final ou vérification de la cohérence des modèles entre eux. Celles-ci s'effectuent aux dates suivantes : fin du conceptuel, fin de l'organisationnel, fin de l'étude préalable, fin du logique et fin du physique.

Annexe 3 : légende des symboles

Annexe 3 : légende des symboles

Pour être heureux, ça, j'étais heureux.

Peter Cheney : La môme vert-de-gris

1 Modèle de communication

                                                              Domaine ou fonction d'un système (entreprise).

Acteur fonctionnel externe à l'entreprise (client,

fournisseur ).

MESSAGE

                                            Flux d'informations entre deux domaines, ou événement en

entrée d'une opération et résultat en sortie.

2 Modèle de traitement

OPERATION

                                           Traitement réalisé par un domaine.

3 Modèle de données

                                                    Objet de gestion contenant les informations nécessaires au

projet.

 Représente une association entre deux individus.

                                            Patte : lien entre relation et individu porteur de cardinalité

indiquant le nombre minimum et maximum de liens possibles entre deux individus.

  Représente une règle de calcul.

4 Procédure (MOT)

 Lieu physique où réside une application ou un poste de travail.

                                                     Postes de travail : fonctions, ressources et personne.

OPERATION

                                    Traitement réalisé par un poste de travail.

 Transaction informatique permettant de réaliser une opération

                                                  Indicateur temporel pour la réalisation d'une opération

5 Architecture informatique

BASE OU

FICHIER

 Base de données ou fichier.

APPLICATION

 Application informatique (facturation, comptabilité client,

paye ).

Annexe 3 : légende des symboles

6 Description d'une transaction (Modèle logique de traitement)

 Etat : étape d'une transaction informatique.

7 Modèle logique de données

ENREGISTREMENT

                                                                 Enregistrement : ensemble d'informations manipulées

d'un bloc.

Les dessins de cet ouvrage ont été réalisés avec l'outil MEGA de la société

MEGA INTERNATIONAL.


Annexe 4 : références

Annexe 4 : références

Ceci est mon testament

Boileau Narcejac : Au bois dormant

1.Courrier international : brèves de l'année 1993 de cette excellente revue.

2.David Kaplan, Alec Dubro : Yakuza, la mafia japonaise. Editions Philippe Picquier 1990.

3.Victor Hugo : Les Misérables Edition Hachette 1962.

4.Sun TSU : l'Art de la guerre VIe s. av J-C Flammarion.

5.M. DIVINE : Parlez-vous MERISE ? Editions Eyrolles 1994.


Annexe 4 : références

J'étais pas parti pour tuer qui que ce soit.

Ray Ring : Arizona kiss



[1] Interrogation écrite : qu'est-ce qui distingue un proverbe générique ordinaire (sur-type) d'un métaproverbe ? Illustrez votre propos en donnant une traduction simplement générique. Vous disposez de dix minutes.

[2] purement et simplement (en latin)



2283