Cours visual basic

cours de Visual Basic.Net


Télécharger cours de Visual Basic.Net

★★★★★★★★★★3.8 étoiles sur 5 basé sur 4 votes.
Votez ce document:

Télécharger aussi :


Microsoft Visual

Sommaire

1. PRESENTATION . 7

1.1 HISTORIQUE .. 7 1.2 NOUVEAUTES .. 7

1.3 INSTALLATION . 7

2. ENVIRONNEMENT VISUAL STUDIO 8

2.1 L’INTERFACE 8 2.2 FENETRES D’EXPLORATION .. 9

2.2.1 Explorateur de serveur . 9

2.2.2 Explorateur de Solutions .. 10

2.2.3 L’affichage de classes 10

2.2.4 Fenêtre de propriétés . 11

2.2.5 L’aide dynamique . 11

2.2.6 La liste des tâches 11

3. GESTION DE PROJETS .. 12

3.1 LES SOLUTIONS . 12 3.2 CREATION D’UN PROJET 12

3.3 CONFIGURATION D’UN PROJET . 13

4. BASES DU LANGAGE .. 14

4.1 STRUCTURE DU CODE 14

4.1.1 Formulaire .. 14

4.1.2 Module 14

4.1.3 Les commentaires . 15

4.1.4 Les régions .. 15

4.2 LES VARIABLES 16

4.2.1 Types de variables 16

4.2.1.1 Types numériques .. 16

4.2.1.2 Types chaîne de caractère .. 17

4.2.1.3 Autres types 17

4.2.2 Déclaration de variables .. 17

4.2.3 Portée et visibilité des variables .. 18

4.2.3.1 Portée des variables 18

4.2.3.1 Visibilité des variables . 18

4.2.4 Les tableaux . 18

4.2.5 Les constantes 19

4.2.6 Les énumérations .. 19

4.3 LES OPERATEURS . 20

4.3.1 Opérateur d’affectation . 204.3.2 Opérateurs Arithmétiques 204.3.3 Opérateurs de comparaison 21

4.3.4 Opérateurs de concaténation . 21

4.3.5 Opérateurs logiques 22

4.4 LES STRUCTURES DE CONTROLE .. 22

4.4.1 Les conditions . 22

4.4.2 Structures conditionnelles 22

4.4.2.1 Structure If .. 22

4.4.2.2 Structure Select Case . 23

4.4.2.3 Instruction conditionnelles . 24

4.4.3 Structures répétitives .. 24

4.4.3.1 Structure While 25

4.4.3.2 Structure Do loop 25

4.4.3.3 Structure For .. 25

4.4.3.4 Structure For each .. 26 4.5 PROCEDURES ET FONCTIONS .. 26

4.5.1 Création de procédure .. 27

4.5.1.1 Déclaration . 27

4.5.1.2 Appel . 27

4.5.2 Création de fonction 27

4.5.2.1 Déclaration . 27

4.5.2.1 Appel . 28

4.5.3 Passage de paramètres .. 28

4.5.3.1 Déclaration . 28

4.5.3.2 Appel . 28

4.5.3.3 Passage par valeur et par référence 29

4.5.3.4 Passer un nombre quelconque de paramètre . 30

4.6 FONCTIONS INTEGREES . 30

4.6.1 Fonctions sur les chaînes de caractères .. 30

4.6.2 Fonctions sur les nombres 31

4.6.3 Fonctions sur les dates .. 32

4.6.4 Fonctions sur les tableaux 32

4.6.5 Fonctions de conversion 33

4.6.6 Fonction de formatage (Format) .. 33

4.6.6.1 Caractères de formatage pour les numériques .. 34

4.6.6.2 Caractères de formatage pour les dates 34

4.6.7 Les boîtes de dialogue 35

4.6.7.1 Boite de message . 35

4.6.7.2 Boîte de saisie 37 4.7 LES COLLECTIONS 38

4.7.1 Classe CollectionBase 38

4.7.1.1 Créer la collection .. 38

4.7.1.2 Utilisation 39

4.7.2 Classe Stack . 39

4.7.3 Classe Queue .. 40

4.8 GESTION DES ERREURS . 40

4.8.1 Types d’erreurs . 40

4.8.2 Gestion en ligne . 41

4.8.2.1 L’instruction On Error .. 41

4.8.2.2 L’instruction Resume 42

4.8.2.3 L’objet Err .. 42

4.8.3 Les Exceptions 43

4.8.3.1 Try, Catch & Finally . 43

5 PROGRAMMATION OBJET . 44

5.1 INTRODUCTION A LA POO .. 44

5.2 CLASSES & OBJETS 45

5.2.1 Création d’une classe . 45

5.2.2 Visibilité de la classe .. 46

5.2.3 Options d’héritage 46

5.2.5 Implements & Inherits 46

5.2.6 Création et utilisation d’objets .. 46

5.3 LES PROPRIETES 48

5.3.1 Variables .. 48

5.3.2 Procédures de propriétés . 49

5.4 LES METHODES 52

5.4.1 Généralités .. 52

5.4.2 Constructeur et Destructeur 53

5.4.2.1 Constructeur .. 53

5.4.2.2 Destructeur . 54

5.4.3 La surcharge .. 54

5.4.4 L’objet Me 55

5.5 L’HERITAGE .. 55

5.5.1 Introduction . 56

5.5.2 Mise en place .. 57

5.5.3 Objet MyBase . 58

5.5.4 Le remplacement .. 58 5.6 METHODES ET VARIABLES PARTAGEES . 59

5.7 LES INTERFACES .. 60

5.7.1 Création . 60

5.7.2 Utilisation . 61

5.7.3 Exploiter les interfaces .Net 62

5.7.3.1 Implémenter l’interface 62

5.7.3.2 Utiliser l’interface .. 63 5.8 LA DELEGATION .. 63

5.8.1 Signature de la méthode 63

5.8.2 Appel du Delegate 64

5.9 LES EVENEMENTS 64

5.9.1 Création . 64

5.9.2 Utilisation . 65

5.9.2.1 Utilisation de With Events . 65

5.9.2.2 Utilisation du gestionnaire d’événement . 66 5.10 CLASSES D’EXEMPLE .. 67

5.10.1 Classe personne .. 67

5.10.2 Classe Cadre 69

6 APPLICATIONS WINDOWS . 70

6.1 LES FORMULAIRES .. 70

6.1.1 Différents types .. 70

6.1.1.1 Windows Forms .. 70

6.1.1.2 Web forms .. 71

6.1.1.3 Modes de présentation .. 71

6.1.2 Membres de la classe Form 71

6.1.2.1 Propriétés . 73

6.1.2.2 Méthodes . 80

6.1.2.2 Evénements 81

6.1.3 Boîtes de dialogue 82

6.1.3.1 Ouverture . 82

6.1.3.2 Enregistrement . 83

6.1.3.3 Choix d’une couleur .. 84

6.1.3.4 Choix d’une police . 85 6.2 LES CONTROLES 85

6.2.1 Membres communs .. 86

6.2.1.1 propriétés . 86

6.2.1.2 Méthodes . 88

6.2.1.3 Evénements 89

6.2.2 Principaux Contrôles . 89

6.2.2.1 TextBox 89

6.2.2.2 Label .. 90

6.2.2.3 CheckBox 91

6.2.2.4 RadioButton .. 92

6.2.2.5 GroupBox et Panel . 93

6.2.2.6 Button 94

6.2.2.7 ListBox . 94

6.2.2.8 ComboBox . 95

6.2.2.9 Splitter .. 95

6.2.2.10 ImageList .. 96

6.2.2.11 Treeview 97

6.2.2.12 ListView 99

6.2.2.13 TabControl 101

6.2.2.14 Menus .. 102

6.2.2.15 DateTimePicker .. 103

6.2.2.16 Timer 103

6.2.3 Le Drag and Drop . 103

6.2.3.1 Démarrer le drag and drop .. 104

6.2.3.3 Contrôler la réception . 104

6.2.3.3 Récupérer l’élément 105

7 ACTIVEX DATA OBJECT .NET .. 106

7.1 MODE CONNECTE ET DECONNECTE .. 106

7.1.1 Mode connecté . 106

7.1.2 Mode déconnecté 107

7.2 LES FOURNISSEURS D’ACCES .. 107

7.3 L’OBJET CONNECTION 108

7.3.1 Propriétés .. 108

7.3.2 Méthodes .. 109

7.3.3 Evénements . 109

7.4 OBJET COMMAND . 110 7.5 OBJET DATAREADER .. 111

7.6 OBJET DATASET 112

7.6.1 Objet DataTable . 113

7.6.2 Objet DataColumn 113

7.6.3 Objet DataRelation .. 114

7.6.4 Travailler avec les données .. 116

7.6.4.1 Parcourir les données . 116

7.6.4.2 Insertion de données 118

7.6.4.3 Modification de données .. 119

7.6.4.4 Suppression de données 119

7.6.5 Objet DataView .. 119

7.6.6 Les évènements 120

7.7 OBJET DATAADAPTER 120

7.7.1 Création .. 121

7.7.2 Importer des données .. 121

7.7.2.1 Remplir un DataSet . 121

7.7.2.2 Mappage des données . 123

7.7.2.3 Importer la structure 125

7.7.3 Exporter des données .. 125

7.7.3.1 Mise à jour de la source de données 126

7.7.3.1 Définition des requêtes d’actualisation . 126

7.7.3.2 Déclencher la mise à jour des données .. 128

7.7.3.3 Gestion des conflits . 129 7.8 LIAISON DE DONNEES AUX CONTROLES . 132

7.8.1 Objets utilisés .. 132

7.8.1.1 DataBinding 132

7.8.1.2 ControlBindingCollection 133

7.8.1.3 BindingManagerBase . 133

7.8.1.4 BindingContext . 133

7.8.2 Liaison de données par Interface Graphique .. 133

7.8.2.1 Définir la connexion 133

7.8.2.2 Création des objets connexion et DataAdapter . 134

7.8.2.3 Générer le groupe de données 134

7.8.2.4 Lier les contrôles .. 135

7.8.2.5 Finalisation par le code . 136

7.8.3 Exemple d’application . 136

7.8.4 Formulaires de données Maitre  / Détail .. 138

7.9 ADO & XML . ERREUR !SIGNET NON DEFINI.

7.3.1 Schéma SXD .. Erreur ! Signet non défini.

7.3.2 Lire et écrire des documents XML . Erreur ! Signet non défini.

7.3.3 Synchronisation avec la source de données .. Erreur ! Signet non défini.

1. Présentation

Depuis son  apparition, le langage Visual Basic ainsi que ses divers environnements de développement ont su s’imposer comme les standards en matière d’outils de réalisation d’applications Windows.

1.1 Historique

Version

Nouveautés

1.0

Sortie en 91, Visual Basic innove en particulier grâce à son environnement de développement permettant de masquer les tâches fastidieuse

3.0

Evolution du langage, apparition de nouvelles fonction et de structures de contrôle

(select case)

4.0

Sorti en 96, la version 4.0 marque une étape importante dans l’évolution du langage :

-    Création d’application 32 bits

-    Création et utilisation de DLL 

-    Apparition des fonctionnalités Objet (Classes)

5.0

Disparition des applications 16 bits et stabilité accrue du langage

6.0

Peu d’évolution sur le langage mais apparition de la technologie ADO

(remplaçante de DAO et RDO) et des outils de connexion aux sources de données (DataEnvironment)

1.2 Nouveautés

La version .Net (ou version 7.0) de Visual Basic et plus généralement de l’IDE Visual Studio marquent une étape importante dans l’évolution du langage. L’élément principal de l’infrastructure .NET est le CLR (Common Language Runtime), langage offrant un ensemble de classe permettant à l’utilisateur d’interagir avec le système. Ces classes peuvent être utilisée avec n’importe quel langage .Net (Vb, C++, C#) car elle font partie d’une norme commune : le CLS (Common Language Specification).

Une autre des révolutions du .Net réside dans le MSIL (Microsoft Intermediate

Language) : les applications réalisées avec Vb .Net sont d’abord compilés en pseudo code, le

MSIL, et c’est lors de l’exécution que le compilateur (JIT pour Just In Time) compile le code MSIL afin de le rendre exécutable par le processeur utilisé. L’avantage de ce système est double :

-    Gain de ressource lors de l’exécution car seules celle devant être utilisées seront chargées et de ce fait, leur installation préalable n’est pas obligatoire

-    Portabilité des applications sur différentes plateformes à la manière de la machine virtuelle Java.

1.3 Installation

A l’instar de la version 6.0, développer en VB .Net requiert une configuration machine beaucoup plus importante.

Ci dessous figurent les spécifications Microsoft :

Config. Minimum

Config Optimale

Processeur

P2 450 Mhz

P3 733 Mhz

Mémoire Vive (Ram)

128 Mo

256 Mo

Espace Disque

3 Gb

3Gb

Carte Vidéo

800x600, 256 Couleurs

1024x768, 65536 Couleurs

Lecteur CD Rom

Obligatoire

Obligatoire

Système d’exploitation

Windows 2000

Windows NT 4.0

Windows Me

Windows 98

Ces spécifications concernent l’utilisation du FrameWork .Net ainsi que de l’IDE, pas l’exécution des programmes MSIL.

2. Environnement Visual Studio

2.1 L’interface

Les habitués de Visual Studio 6.0 ne seront pas déroutés : l’interface de Visual Basic .net reprend la plupart des palettes standards avec quelques outils en plus :

-    la barre d’outils regroupe les différents contrôles par catégories

-    La zone centrale permet tour à tour d’écrire le code et de définir les interfaces graphiques utilisateurs

-    A droite, l’explorateur de solutions et la fenêtre de propriétés

2.2 Fenêtres d’exploration

2.2.1 Explorateur de serveur

 L’explorateur de serveur permet de recenser sous forme hiérarchique l’ensemble des objets d’un serveur (Serveurs SQL, journaux, Services …). Cette fenêtre est principalement utilisées afin d’accéder au schéma d’une base de données utilisée dans une application.

2.2.2 Explorateur de Solutions

 L’explorateur de solutions (Ex explorateur de projet sous

VB 6.0) référence l’ensemble des éléments du projets (Fichier de configuration pour l’assemblage, super classes hérités, Feuilles….)

Une solution contient les fichiers suivants : .sln : fichier de configuration de la solution

.vbproj : fichier projet, (ancien .vbp)

.vb : fichiers contenant du code (anciens .bas, .frm, .cls)

.resx : associé à une feuille, contient les ressources

2.2.3 L’affichage de classes

 L’affichage de classes liste de manière hierarchique les différentes classes du projet ainsi que leurs méthodes, propriétés, évènements et autre relations d’héritage.

2.2.4 Fenêtre de propriétés

 Déjà présente dans la version 6.0, cette fenêtre recense toutes les propriétés relatives à l’objet selectionné.

2.2.5 L’aide dynamique

L’aide dynamique propose à tous les moments de la conception des rubriques d’aide utiles en fonction de ce que vous faîtes. Par exemple, la rubrique « créer une collection de contrôles » sera affichée lorsque vous ajouterez un bouton radio à votre application.

2.2.6 La liste des tâches

La fenêtre liste des tâche permet de recenser l’ensemble des tâche à réaliser sur votre projet.

Cette liste peut être remplie de plusieurs façons :

-    Une tâche que vous aurez vous même définie (ex : appeler le client à 11h)

-    Une tâche issue des commentaires de votre code : tous commentaires de votre code commencant par « todo: » sera automatiquement ajouté

-    Lorsqu’une erreur de syntaxe est détectée par Visual Studio, elle est automatiquement ajoutée dans la liste

        -     

3. Gestion de projets

3.1 Les solutions

Une solution le plus haut conteneur logique d’éléments (projets, fichiers, feuilles, classes). Une solution peut contenir plusieurs projets.

3.2 Création d’un projet

Il est possible de créer un projet soit directement dans une solution ouverte soit dans une nouvelle solution.

• Menu Fichier > Nouveau > Projet

Principaux projets Visual Basic

Type

Description

Application Windows

Bibliothèque de classe

Bibliothèque de contrôle Windows

Application Smart Device

Application Web

Service Web

Application console

Service Windows

3.3 Configuration d’un projet

Pour chaque projet de votre solution, un ensemble de propriétés sont configurables. Pour accéder aux propriétés d’un projet, clic droit sur le projet dans l’explorateur de solution et Propriétés.

Propriétés communes

Propriété

Description

Nom de l’assembly

Nom du fichier généré après compilation (MSIL)

Type de sortie

Type d’application a générer

Objet de démarrage

Feuille ou procédure servant de point de départ au programme

Espace de nom racine

Permet de définir un préfixe pour accéder à l’ensemble des classes disponibles dans le projet

Icône de l’application

Fichier .ico servant d’icône au fichier de sortie

Option explicit

Interdit l’utilisation d’une variable non déclarée

Option Strict

Oblige l’écriture de explicite de la conversion de données

Option compare

Distinction de la casse en mode binaire (pas en mode texte)

Espaces de noms

Permet de définir les espaces de noms qui devront être automatiquement importés dans le projet (ex : permet d’écrire « form » à la place de « »

Chemin d’accès de référence

Définit les dossiers dans lesquels se trouvent les références utilisées dans le projet

Présentation page

Mode de positionnement des contrôles : en mode Grid, le placement est libre, en mode Flow, le placement se fait dans l’ordre de création.

Schéma cible

Navigateur pour lequel le code HTML doit être compatible

Langage de script Client

Type de langage à utiliser

Propriétés de configuration

Propriété

Description

Action de démarrage

Action à réaliser par l’environnement lors de la demande

d’exécution

Argument de la  ligne de commande

Permet de passer des paramètres lors de l’exécution du programme

Répertoire de travail

Répertoire actif pour l’application

Débogueurs

Débogueurs à activer lors de l’exécution

Optimisation

Définit un ensemble de contrôles que le compilateur ne fera pas lors de la compilation du programme

Chemin de sortie

Répertoire où sera généré l’exécutable ou la bibliothèque

Activer les avertissements de génération

Si coché, le compilateur ajoutera ses remarques à la liste des tâches

Considérer les avertissements du compilateur comme des

erreurs

Lors de la compilation, les avertissements (Warning) fait par le compilateur stopperont la compilation (aucun fichier généré)

Constantes de compilation conditionnelles

Cette option permet de définir des constantes qui influeront sur les lignes compilées

4. Bases du langage

4.1 Structure du code

Un exemple valant mieux qu’un long discours, nous allons commencer par décortiquer un programme de base avant de parcourir le langage en lui même.

4.1.1 Formulaire

Lors de la création d’un formulaire, le code suivant est automatiquement généré :

-    Le code est en fait constitué de la définition d’une nouvelle classe portant le nom du formulaire. 

-    L’instruction « inherits » indique que la classe que nous créons doit hériter (récupérer) de tous les éléments inscrits dans la classe « form »

-    Enfin, la région « Code généré par le concepteur Windows Form » contient l’appel aux méthodes de base de classe form ainsi que l’initialisation des contrôles.

Tout ajout d’éléments au formulaire (Variables, procédures, contrôles) seront ensuite perçus (selon leur visibilité) comme membres de la classe «  form1 ».

4.1.2 Module

Lors de la création d’un nouveau module, le code suivant est automatiquement généré :

Tout le code contenu dans le module sera inséré entre « module » et « end module »

4.1.3 Les commentaires

Les commentaires permettent d’ajouter des annotations sur le code qui, une fois la compilation lancée, ne seront pas traitées par le compilateur et ainsi exclue du programme final.

Pour ajouter un commentaire, utiliser le caractère apostrophe « ‘ ». lorsqu’un commentaire est ajouté, tout le reste de la ligne sera un commentaire.

‘ceci est un commentaire

Dim mavar as string ‘ceci est un autre commentaire

Il n’est pas possible de créer des commentaires multilignes. Dans ce cas, vous êtes obligé de répéter le caractère apostrophe au début de chaque ligne

A noter que lorsqu’un commentaire commence par le mot clé todo:, il sera automatiquement ajouté dans la liste des tâches

‘todo: commentaire automatiquement ajouté dans la liste des tâches

4.1.4 Les régions

Les régions sont une nouvelle fonctionnalité de Visual Basic permettant de masquer une partie du code pour gagner en lisibilité.

La fonctionnalité appliquée aux région se retrouve sur chaque procédure Visual Basic : le signe + situé à gauche du nom des procédures permet de ne garder que leur déclaration.

Il est possible de créer vos propres régions avec la syntaxe suivante :

#Region ‘’libellé de la région‘’

            …

#End Region

#Region ‘’Déclaration des variables’’

            dim i, j as integer =0              dim nom as string #End Region

4.2 Les variables

Les variables permettent de stocker des informations lors de l’exécution du programme.

Une variable est caractérisée par les informations suivantes

-    Un nom : le nom d’une variable commence obligatoirement par une lettre, peut contenir des lettres, chiffres et le signe « _ » (underscore) avec un maximum de 255 caractères. Visual Basic ne tient pas compte de la casse (Majuscules / Minuscules)

-    Un type : le type d’un variable précise le type de la valeur stockées par la mémoire (numérique, chaîne de caractère, date …)

-    Une portée : la portée d’une variable correspond à sa durée de vie

4.2.1 Types de variables

4.2.1.1 Types numériques

Nom

Min

Max

Taille

Byte

0

255

8 bits

Short

-32768

32767

16 bits

Integer

-2 147 483 648

2 147 483 647

32 bits

Long

-9223372036854775808

9223372036854775807

64 bits

Single

-3.402823 E 38

3.402823 E 38

32 bits

Double

-1.79769313486231 E 308

-1.79769313486232 E 308

64 bits

Decimal

-79228162514264337593543950335

79228162514264337593543950335

16 Octets

4.2.1.2 Types chaîne de caractère

Depuis la version .Net, les chaînes de caractère sont enregistrées au format Unicode, c’est à dire que chaque caractère utilise 2 octets.

Nom

Description

Exemple

Char

Utilisé pour stocker un seul caractère

‘’a’’

String

Chaîne de caractère à longueur variable d’une taille de 0 à environ 1 milliard de caractères

‘’Sandrine Desayes’’

4.2.1.3 Autres types

Nom

Description

Exemple

Boolean

Variable dont le contenu peut être False (0) ou True (1)

True

Date

Stocke les informations de date et heure. Si la date est omise, le 1er janvier de l’année en cours sera utilisé. Si l’heure est omise, minuit sera l’heure par défaut.

#12/07/02 15:33:17#

#12/07/02#

#15:33:17#

Object

Le type object est un type universel

(anciennement nommé Variant). Ce type ne stocke en fait pas la donnée elle même mais il contient un pointeur vers l’adresse mémoire contenant la donnée. De ce fait, une variable de type object peut pointer vers (contenir) n’importe quel type de données

!Erreur !

L’affectation des adresses mémoire se fait de manière implicite

4.2.2 Déclaration de variables

La déclaration des variables permet, lors de l’exécution d’un programme de réserver l’espace mémoire nécessaire au stockage des informations. Par défaut, la déclaration des variables est obligatoire mais il est possible de la désactiver (voir les options communes de projet). Il est cependant déconseiller de la désactiver car une simple erreur de syntaxe au niveau du nom d’une variable ne sera pas interprété comme une erreur par le compilateur et de ce fait, le programme travaillera sur deux emplacements mémoire bien distincts.

La déclaration des variables se fait de la façon suivante

Dim nomvariable1, nomvariable2, nomvariable3 as type_variables = valeur_par_defaut

L’affectation d’une valeur par défaut est facultative.

Dim i as integer = 0

Dim moncar as char = ‘’i’’

Dim aujourdui as date = #12/07/02#

Dim nom as string

4.2.3 Portée et visibilité des variables

4.2.3.1 Portée des variables

La portée d’une variable est équivalent à sa durée de vie, c’est à dire tant qu’elle est accessible. La portée est définie en fonction de l’endroit où est placée sa déclaration. Quatre niveaux de portée existent :

-    Niveau Bloc : si la variable est déclarée dans un bloc (boucle while, condition …), la variable ne sera valable que à l’intérieur du bloc

-    Niveau Procédure : si la variable est déclarée à l’intérieur d’une procédure ou d’une fonction, elle ne sera accessible qu’à l’intérieur de cette procédure / fonction

-    Niveau Module : la variable déclarée dans un module sera accessible uniquement à partir des éléments du modules (procédures, fonctions)

-    Niveau projet : la variable est accessible à partir de tous les éléments du projet. Dans ce cas, il faut utiliser le mot clé « friend » à la place du mot « dim ».

4.2.3.1 Visibilité des variables

En dehors de l’emplacement où est définie la variable, plusieurs mot clés sont disponibles pour agir sur la visibilité :

-    Public : tous les blocs de code peuvent accéder à la variable

-    Private : seul les éléments membres de la classe ou du module peuvent y accéder

Dim i as integer Public y as string

Private z as integer

4.2.4 Les tableaux

Un tableau est un regroupement de variables accessibles par le même nom et différentiables par leurs indices.

-    Un tableau peut avoir jusqu’à 32 dimensions.

-    Les indices de tableaux commencent toujours à 0.

-    Lors de la déclaration d’un tableau, l’indice maximum est précisé : le tableau comportera donc (indice_max + 1) valeurs.

Dim montableau(10) as integer

Dim tableau2(5) as string

Pour accéder à un élément du tableau, il faut préciser le nom du tableau avec entre parenthèses l’indice de l’élément désiré.

Montableau(2) = 123

Tableau2(5) = ‘’toto’’

En Vb, les tableaux sont dynamiques, c’est à dire qu’il est possible de modifier leur taille. Pour cela, il faut utiliser l’instruction « Redim » suivi du nom du tableau et de sa nouvelle taille.

Redim montableau(15)

Cependant, l’instruction « Redim » ne conserve pas les données déjà présentes dans le tableau. Pour conserver son contenu, utiliser le mot clé « preserve »

Redim preserve montableau(15)

4.2.5 Les constantes

Les constantes permettent de stocker une valeur en s’assurant qu’elle ne sera jamais modifiée. Elles sont généralement utilisées pour améliorer la modularité du code en ne définissant qu’une seule fois une valeur utilisée plusieurs fois.

Il n’est pas obligatoire de préciser le type de la constante sauf lorsque l’option « Strict » du compilateur est activée.

Dim tx_tva = 19.6

Dim voyelles as string = ‘’aeiouy’’

4.2.6 Les énumérations

Les énumérations permettent de définir un type de variable dont les valeurs appartiennent à un domaine précis. Chacune des valeurs d’une énumération correspond à un entier : le premier élément de l’énumération est initialisé à 0, le second à 1 etc…

Enum civilite

            Monsieur

            Madame

             Mademoiselle

End enum

Il est cependant possible de personnaliser les indices utilisés :

Enum jour

            Jeudi = 4

            Lundi = 1

            Dimanche = 7

            … End enum

Une fois l’énumération déclarée, il est possible de déclarer une variable du type de l’énumération.

Dim macivilite as civilite

De cette façon, la variable macivilite pourra uniquement prendre les valeurs définies dans l’énumération :

Macivilite = monsieur Macivilite = 1            

‘correspond à madame

Macivilite = 4                

‘invalide, l’indice max est 2

De manière générale, les énumérations sont utilisées pour le passage de paramètres, de façon à utiliser des constantes « parlantes » plutôt que des valeurs numériques pas toujours compréhensibles.

4.3 Les opérateurs

il existe 5 types d’opérateurs

4.3.1 Opérateur d’affectation

Un seul opérateur d’affectation existe et ce quelque soit le type de données concerné : le signe égal « = ». Il permet d’affecter une valeur à une variable. 

Mavar = 123

Attention, le signe égal est aussi utilisé pour la comparaison.

Il est également possible d’utiliser les opérateurs arithmétique lors d’une affectation.

Dim i as integer = 5

I += 3               ‘équivalent à i = i + 3

4.3.2 Opérateurs Arithmétiques

les opérateurs arithmétique permettent d’effectuer des calculs sur des variables, constantes …

Opérateur

Description

Exemple

Résultat

+

Addition

3 + 2

5

-

Soustraction

8 – 6

2

*

Multiplication

3 * 4

12

/

Division

8 / 2

4

\

Division entière

9 \ 2

4

Mod

Modulo (Reste de la division entière)

9 mod 2

1

^

Puissance

3 ^ 2

9

Dim nombre as double

Nombre = 50 + 7

Nombre = 8 mod 2

4.3.3 Opérateurs de comparaison

Il permettent de comparer deux membres et, en fonction du résultat, retournent True ou False

Opérateur

Description

Exemple

Résultat

=

Egalité

2 = 5

False

< >

Inégalité

3 < > 6

True

<

Inférieur

-2 < 12

True

>

Supérieur

8 > 9

False

< =

Inférieur ou égal

9 <= 9

True

> =

Supérieur ou égal

13 >= 7

True

Like

Egalité de chaîne de caractères

‘’maison’’ like ‘’m*’’

True

4.3.4 Opérateurs de concaténation

La concaténation est l’union de deux chaînes. Deux opérateurs existent :

-    Le plus « + » : dans ce cas, il faut que les deux membres de la concaténation soient de type chaîne de caractères.

-    L’éperluette « & » : dans ce cas, l’opérateur effectue une conversion implicite lorsque les deux membres ne sont pas des chaînes de caractères.

Dim chaine as string

Dim nombre as integer

Chaine = ‘’nous sommes le ‘’

Nombre = 23

Msgbox (chaine & nombre) 

‘affiche nous sommes le 23

Msgbox (chaine + nombre) 

‘plantage !

4.3.5 Opérateurs logiques

Les opérateurs logiques permettent de combiner des expressions logique (renvoyant True ou False) à l’intérieur de conditions.

Par rapport à la version 6 du langag, deux opérateurs font leur apparition : AndAlso et OrElse. Ces opérateurs permettent une optimisation des conditions dans le sens où il n’effectueront le second test que si le premier ne répond pas à la condition.

Opérateur

Description

Exemple

Résultat

And

Et logique

True and False

False

Or

Ou logique

True or False

True

Xor

Ou exclusif

True Xor True

False

Not

Négation

Not true

False

AndAlso

Et logique optimisé

Test1 AndAlso test2

Test2 sera évalué que si Test1 est True

OrElse

Ou logique optimisé

Test1 OrElse Test2

Test2 sera évalué que si Test1 est faux

4.4 Les structures de contrôle

Les structures de contrôle permettent de modifier le nombre d’exécution d’une instruction.

4.4.1 Les conditions

Une condition est une comparaison entre deux membres dont le résultat retourne True (Vrai) ou False (Faux). Une condition est composée d’au moins 2 membres (variables, constantes, appel de fonction) et éventuellement d’opérateurs logiques permettant de lier les sous conditions. Les conditions sont utilisées dans les structures de contrôle afin d’en définir leur fonctionnement.

4.4.2 Structures conditionnelles

Egalement nommées structures de décision, les structures conditionnelles aiguillent l’exécution de tel ou tel bloc de code en fonction d’une condition.

4.4.2.1 Structure If

Plusieurs syntaxes sont possibles :

• Forme simple

A utiliser dans le cas où vous ne souhaitez réaliser qu’une seule instruction lorsque la condition est vérifiée. Dans ce cas, la condition et l’instruction à réaliser doivent se trouver sur le même ligne.

If qte_stock < 10 then nouvelle_commande()

•   Forme normale

La forme normale permet d’exécuter plusieurs instructions lorsque la condition est vérifiée.

If qte_stock < 10 then

            nouvelle_commande()

             prevenir_service_reception()

End if

•   Forme évoluée

La forme évoluée permet d’exécuter plusieurs instructions lorsque la condition est vérifiée et d’exécuter d’autres instructions.

If note  < 10 then

            Msgbox(‘’Examen échoué’’)

Else

            Msgbox(‘’Examen réussi’’)

End if

4.4.2.2 Structure Select Case

La structure de contrôle Select Case permet d’effectuer un ensemble de test sur une seule valeur. Cette valeur peut-être le contenu d’une variable, le résultat d’un calcul ou d’une fonction. Le principal intérêt de cette structure est de clarifier le code : en effet, toute utilisation de cette structure peut être remplacée par un ensemble de structures If.

Les différentes possibilités de test sont les suivantes :

-    Case constante : test valide si valeur  = constante

-    Case min to max : pour les valeurs numérique, permet de définir un interval

-    Case is > constante : pour les valeurs numériques, définition d’un interval non fermé

-    Case Else : cette condition sera validée si tous les tests définis dans le select case sont faux

Dim note as integer

Note = inputbox(‘’Veuillez saisir une note’’)

Select case Note

            Case is <= 10

                        Msgbox(‘’Examen échoué’’)

            Case 11 to 19

                        Msgbox(‘’Examen réussi’’)

            Case 20

                        Msgbox(‘’Excellent, tout est juste’’)

            Case else

                        Msgbox(‘’Note invalide’’)

End Select

4.4.2.3 Instruction conditionnelles

3 autres instructions existent pour effectuer des tests :

•   Iif

L’instruction IIF permet d’évaluer une condition et de retourner des valeurs différentes en fonction du résultat de la condition.

IIF (condition, valeur_retournée_si_vrai, valeur_retournée_si_faux)

Appreciation = iif(note < 10, ‘’Echoué’’, ‘’Reçu’’)

•   Switch

L’instruction Switch regroupe plusieurs conditions et retourne le résultat correspondant pour la première condition vraie.

Switch (condition1, valeur1, condition2, valeur2 ….)

Lib_famille = Switch (code_famille=1, ‘’Info’’, code_famille=2, ‘’Consommable’’)

•   Choose

L’instruction Choose permet de choisir une valeur dans une liste en fonction d’un Index. Attention, les Index commencent à 1 !

Choose(index, valeur1, valeur2 ….)

Lib_famille = Choose(code_famille, ‘’Info’’, ‘’Consommable’’)

4.4.3 Structures répétitives

Les structures répétitives ou structures de boule permettent d’exécuter un bloc d’instructions un certain nombre de fois.

4.4.3.1 Structure While

La structure while répète les instructions contenues entre While et End while tant que la condition est vérifiée.

While condition

            …

end while

dim i as integer = 0 while i < 10

            msgbox (i)       i++

end while

4.4.3.2 Structure Do loop

La structure do loop possède 4 variantes. Elle peut être paramétrée avec les mots clés while (tant que la condition est vérifiée) et Until (Jusqu’à ce que la condition soit vérifiée).

Do while condition

            …

loop

Do until condition

            …

loop

Dans ces deux cas, la condition est évaluée une première fois avant l’entrée dans la boucle, c’est à dire qu’il est tout à fait possible que les instructions de la boucle ne soient exécutées aucune fois.

Une seconde variant de cette structure permet d’exécuter au moins une  fois les instructions de la boucle et d’évaluer la condition ensuite :

Do

            …

loop while condition

Do

            …

loop until condition

4.4.3.3 Structure For

Microsoft Visual Basic . Net - Août 2003

25/139

La structure For est utilisée pour exécutée un bloc d’instruction un nombre de fois déterminé tout en gérant un compteur qui sera automatiquement incrémenté. Le nombre d’exécution est fonction de l’intervalle définit pour le compteur :

For compteur = valeur_depart to valeur_fin step valeur_increment

            …

next

L’exemple suivant affiche les nombres 1,3,5,7,9

dim i as integer for i = 1 to 10 step 2

            msgbox (i)

next

4.4.3.4 Structure For each

La structure For Each permet de parcourir un tableau ou une collection (tableau d’objets) sans se préoccuper de leurs indices. L’utilisation d’une telle structure est généralement plus rapide lors de l’exécution qu’un parcourt par indices.

For each element in collection_ou_tableau

            …

next

4.5 Procédures et fonctions

Dans une application Visual Basic, les instructions doivent obligatoirement figurer dans une procédure ou une fonction. Ce sont des unités logique de code qui seront ensuite appelées. Le découpage d’un programme en procédures et fonctions présente plusieurs intérêts :

•   Lisibilité du code : lors de débogage, il est plus facile d’analyser le comportement de plusieurs blocs de code de 10 lignes qu’un pavé de 200 lignes

•   Modularité : l’écriture de procédures et fonctions permet ensuite d’effectuer des appels à partir de plusieurs endroits dans le code au lieu de réécrire les même instructions

•   Evolutivité : lorsqu’une procédure est utilisée dans plusieurs partie du programme, modifier la procédure permettra de répercuter les modifications pour tous les appels de la procédure

Enfin, il existe plusieurs cas dans lequel l’utilisation de procédures est imposé par Vb.

Il existe en Vb 4 catégories de procédures :

•   Les procédures sub qui exécutent du code à la demande

•   Les procédures évènementielle déclenchées automatiquement lorsqu’un événement se produit (clic sur un bouton par exemple)

•   Les fonctions qui exécutent un bloc de code et retournent une valeur

•   Les procédures de propriétés obligatoires lors de la manipulation d’objets (leur utilisation est spécifié dans le chapitre consacré aux objets)

4.5.1 Création de procédure

L’utilisation d’une procédure comporte deux étapes : la déclaration définissant le comportement de celle ci et l’appel demandant l’exécution.

Attention, la déclaration d’une procédure ne l’exécute en aucun cas !!!

4.5.1.1 Déclaration

public sub nom_procedure(paramètres)

            …

end sub

-    Toutes les instructions situées entre sub et end sub feront partie de la procédure

-    Le nom d’une procédure suit les même règles que pour les variables

-    Il possible de préciser la visibilité de la procédure en remplaçant public par private ou friend

4.5.1.2 Appel

Pour appeler une procédure, il suffit de placer son nom avec le mot clé call (facultatif)

Call nom_procedure(valeurs_parametres) nom_procedure(valeurs_parametres)

4.5.2 Création de fonction

Les fonction sont des procédures retournant un résultat. 

4.5.2.1 Déclaration

Lors de la déclaration d’une fonction, il faut reprendre les même éléments que pour les procédures avec en plus le type de retour de la fonction (String, integer…).

La fonction doit également comporter l’instruction Return qui permet de définir la valeur retournée par la fonction.

Public function nom_fonction(paramètres) as type_retour

            …

            return valeur_retour end function

4.5.2.1 Appel

Nous l’avons dit plus haut, un fonction est une procédure retournant une valeur. Cette valeur peut être issue d’un calcul ou être un code erreur. De ce fait, lors de l’appel d’un fonction, il faut récupérer le résultat afin de le traiter. Le résultat peut donc être stocké directement dans une variable ou encore être passé en paramètre à une autre procédure ou fonction.

Variable = nom_fonction(valeurs_parametres)

Msgbox (nom_fonction(valeurs_parametres))

4.5.3 Passage de paramètres

Le passage de paramètres permet de personnaliser le fonctionnement d’une procédure ou d’une fonction en lui précisant lors de l’appel les valeurs sur lesquelles elle devra travailler.

4.5.3.1 Déclaration

C’est lors de la déclaration de la procédure ou de la fonction que vous devez préciser les paramètres attendus. Ces paramètres seront ensuite utilisables comme des variables locales à la procédure.

Public sub nom_procedure (parametre1 as type_parametre1, parametre2 as type_parametre2 …)

Public sub feliciter (nom as string)

            Msgbox (‘’bravo ‘’ & nom)

End sub

Dans certains cas, un paramètre peut être facultatif. Dans ce cas, il faut placer le mot clé optionnal devant le paramètre et, éventuellement, spécifier la valeur par défaut avec l’opérateur d’affectation :

Public sub feliciter (nom as string, optional prenom as string = ‘’inconnnu’’)

            Msgbox (‘’bravo ‘’ & nom & ‘’ ‘’ & prenom)

End sub

4.5.3.2 Appel

Lors de l’appel d’une procédure ou d’une fonction, il faut donner les valeurs des différents paramètres utilisés par la fonction.

Feliciter(‘’Dupont’’)

Feliciter(‘’Dupont’’, ‘’gerard’’)

4.5.3.3 Passage par valeur et par référence

Lors du passage de paramètres à une procédure ou à une fonction, deux méthodes sont disponibles :

• Passage par valeur

C’est le mode de passage de paramètre par défaut : lors du passage par référence, seule la valeur du paramètre est passé à la procédure. Cette dernière travaille donc sur une variable locale.

Pour définir un passage de paramètre par valeur, il suffit d’ajouter le mot clé « byval » devant le nom du paramètre dans la déclaration de la procédure.

Dans l’exemple suivant, les 2 variables nom et enom font référence à des emplacements mémoires distincts.

Sub main()

            Dim nom as string = ‘’toto’’

            Afficher(nom)

End sub

Sub afficher(byval enom as string)

            Msgbox(enom)

End sub

• Passage par référence

Dans le cas d’un passage par référence, ce n’est pas la valeur du paramètre qui est passé mais l’adresse de la variable contenant la valeur : dans ce cas, la procédure appelée et la procédure appelante travaille sur la même variable, même si le nom utilisé pour le paramètre est différent du nom de la variable initiale. De ce fait, il est possible de modifier le contenu de la variable passée en paramètre à partir de la procédure appelée.

Pour définir un passage de paramètre par valeur, il suffit d’ajouter le mot clé « byref » devant le nom du paramètre dans la déclaration de la procédure.

Sub main()

      Dim nom as string = ‘’toto’’

      Modifier(nom)

      Msgbox(nom)            ‘affiche titi

End sub

Sub modifier(byref enom as string)

      Enom = ‘’titi’’

End sub

4.5.3.4 Passer un nombre quelconque de paramètre

Visual basic .Net permet le passage d’un nombre quelconque de paramètre grâce au mot clé « ParamArray ». Il suffit de définir un paramètre de type tableau correspondant au type des paramètres qui devront être passé. Chaque élément du tableau correspond ensuite à un paramètre.

Sub nom_procedure(ParamArray tableau() as type_parametre)

Sub somme (ParamArray nombres() as integer)

            Dim nombre as integer

            Dim total as integer

For each nombre in nombres

                        Total += nombre

            Next

            Msgbox (total)

End sub

Pour la procédure somme, il sera donc possible d’effectuer les appels suivants :

Somme (12,2)

Somme(15,7,6,9,2,4)

4.6 Fonctions intégrées

Visual Basic comporte un ensemble de fonctions déjà intégrées permettant de réaliser les opérations de base sur les nombres, chaînes et dates. Ces fonctions peuvent apparaître sous deux formes :

-    Fonction standards Vb

-    Méthodes des classes de type (System.String, System.DateTime …)

De manière générale, il est préférable d’utiliser les méthodes liées aux type de variables dans le sens où elles sont accessibles par simple ajout du point après le nom de la variable (Liaison précoce).

Attention, l’appel des méthodes ne change pas la valeur de la variable mais retourne la valeur modifiée.

4.6.1 Fonctions sur les chaînes de caractères

Pour les exemples du tableau ci-dessous, nous utiliserons la variable suivante :

Dim ch as string = ‘’tartanpion’’

Méthode

Description

Exemple

Résultat

.Chars(Index)

Retourne le caractère à l’indice Index

Ch.Chars(2)

‘’r’’

Microsoft Visual Basic . Net - Août 2003

30/139

.IndexOf(Caractère, debut)

Retourne l’indice de la première occurrence de caractère à partir de la position début

Ch.IndexOf(‘’p’’)

6

.Insert(Indice, chaine)

Insère chaine à la position indice

Ch.Insert(2,’’ta’’)

Tatartanpion

.Length

Retourne le nombre de caractère de la chaîne

Ch.length

10

.PadLeft(nb, remplissage)

Formate la chaîne sur nb caractères en remplissant les espaces vides à gauche avec remplissage

Ch.PadLeft(15,’’s’’)

Ssssstartanpion

.PadRight(nb, remplissage)

Identique mais à droite

Ch.PadLeft(15,’’s’’)

Tartanpionsssss

.Remove(debut, nombre)

Supprime les caractères de la chaîne à partir de l’indice début sur une longueur de nombre

Ch.remove(2,3)

Tanpion

.Replace(recherche, remplace)

Remplace les occurrences de recherche par remplace

Ch.replace(‘’an’’,

‘’i’’)

Tartipion

.Split(Séparateur)

Découpe une chaîne selon séparateur et retourne un tableau

Ch.Split(‘’a’’)

T

Rt

Npion

.StartWith(debut)

Retourne un booléen spécifiant si la chaîne commence par debut

Ch.StartWith(‘’tar’’)

True

.SubString(Debut, n)

Retourne la sous chaîne à partir de la position Debut sur 1 longueur de n caractères

Ch.SubString(4,2)

Anp

.ToLower()

Met la chaîne en minuscule

Ch.tolower

Tartanpion

.ToUpper()

Met la chaîne en majuscule

Ch.toUpper

TARTANPION

.Trim(caractère)

Supprime les occurrences de caractère en début et en fin de

chaine

(‘’t’’)

Artanpion

D’autres fonctions sont disponibles dans l’espace de nom

« microsoft.VisualBasic.Strings »

4.6.2 Fonctions sur les nombres

L’ensemble des fonctions disponibles pour la gestion des nombres est disponible dans la classe Math.

Fonction

Description

Exemple

Résultat

.Floor(n)

Tronque la valeur

.Floor(3.25)

3

.Ceiling(n)

Retourne le nombre entier juste

.Ceiling(3.25)

4

supérieur

.Pow(n, p)

Retourne n à la puissance p

.pow(2,3)

8

.abs(n)

Retourne la valeur absolue de n

.abs(-8)

8

4.6.3 Fonctions sur les dates

Pour les exemples ci dessous, nous utiliserons la variable suivante comme base : 

Dim d as datetime = #12/07/2003 16:00#

Méthodes

Description

Exemple

Résultat

.addmonths(n)

Ajoute n mois à la date

d.addmonths(2)

#12/09/2003 16 :00#

.addDay(n)

Ajoute n jours à la date

d.addDay(1)

#13/07/2003 16:00#

.addHours(n)

Ajoute n heures à la date

e="font-size: 10pt;">d.addHours(1)

#12/07/2003 17:00#

.addMinutes(n)

Ajoute n minutes à la date

d.addMinutes(1)

#12/07/2003 16:01#

.addSeconds(n)

Ajoute n secondes à la date

d.addSeconds(1)

.addYears(n)

Ajoute n années à la date

d.addyears(1)

#12/07/2004 16:00#

.Day

Jour du mois

d.day

12

.DayOfWeek

Jour de la semaine

d.DayOfWeek

6

.DayOfYear

Jour de l’année

d.DayOfYear

341

.DaysInMonth(y, m)

Nombre de jour pour le mois m de l’année y

d.DaysInMonth(1,2003)

31

.Minute

Retourne la valeur de minute

d.minute

00

.Hour

Retourne la valeur de heure

d.hour

16

.Day

Retourne la valeur de jour

d.day

12

.Month

Retourne la valeur de mois

d.month

07

.Year

Retourne la valeur de année

d.year

2003

.Now

Retourne l’heure et la date courante

d.now

4.6.4 Fonctions sur les tableaux

pour les exemples ci dessous, nous utiliserons la variable suivante :

dim t() as integer = {1,9,4,3}

Méthodes

Description

Exemple

Résultat

.Length

Retourne la taille du tableau

t.length

4

Microsoft Visual Basic . Net - Août 2003

32/139

.Reverse(tab)

Inverse les éléments de tab

t.reverse(t)

3,4,9,1

.Sort(tab)

Trie les éléments de tab

t.Sort(t)

1,3,4,9

.GetUpperBound(d)

Retourne l’indice de l’élément le plus grand dans la dimension spécifiée

t.GetUpperBound(0)

3

4.6.5 Fonctions de conversion

Les fonctions de conversion permettent de travailler sur plusieurs variables possédant des types de données différents. Dans tous les cas, le type de données retourné est modifié et la valeur, lorsque cela est possible, adaptée au nouveau type. Une erreur sera générée dans les autres cas.

Fonction

Type de données retourné

Cbool

Booléen

Cdate

Date

CDbl

Double

Cint

Entier

Cstr

String

Il existe principalement deux cas d’utilisation de ces fonctions :

•   Convertir une donnée lors d’un passage de paramètres

•   S’assurer du bon fonctionnement des opérateurs de comparaison

Il existe une autre fonction de formatage dont le fonctionnement est un peu différent : la fonction « ctype » permet de convertir une variable de type « Object » vers un type d’objet précis. Le principal intérêt de cette méthode est de profiter de la liaison précoce lors de l’écriture de programmes.

Ctype(objet, classe)

Dim f as object

Dim g as Personne

F    = new personne(‘’toto’’)

G  = Ctype(f, personne)

4.6.6 Fonction de formatage (Format)

Les fonctions de formatage permettent une représentation différentes des données numériques ou dates mais ne sont pas utilisée pour des conversion de types. Une seule fonction est utilisée en Vb : la fonction format.

Format(expression_a_formater, style) as string

L’expression à formater peut être une valeur numérique ou de type date / heure.

Le style est un format spécifiant les éléments de représentation de l’expression (par exemple, le nombre de décimal après la virgule …). Deux possibilités sont offertes à l’utilisateur pour le formatage : 

-    Des formats prédéfinis sous vb (par exemple, la date au format américain)

-    Des caractères de formatage permettant à l’utilisateur de définir ses propres formats

4.6.6.1 Caractères de formatage pour les numériques

•   Formats prédéfinis

Caractère

Description

Exemple

C

Séparateur de milliers et 2 décimales

12 846.49

Percent

Multiplie le nombre par 100 et ajoute le signe %

1284648.61%

Scientific

Notation scientifique

1.28E+04

•   Formats définis par l’utilisateur

Caractère

Description

0

Affiche le chiffre ou 0

#

Affiche le chiffre ou rien

.

Décimal

,

Séparateur de milliers

\

Caractère d’échappement

Dim nb as double = 12.263

Msgbox (format(nb, ‘’000,000.00’’))              

‘affiche 000 012.26

Msgbox (format(nb, ‘’ ###.##’’))                     

‘affiche 12,26

Msgbox (format(nb, ‘’résultat\ : ###,###.##’’))

‘affiche résultat : 12.26

4.6.6.2 Caractères de formatage pour les dates

•   Formats prédéfinis

Caractère

Description

Exemple

G

Affiche la date selon les paramètres du système

4/3/2003

D

Format date longue spécifié au niveau du système

04/03/2003



•   Formats définis par l’utilisateur

Caractère

Description

:

Séparateur d’heures

/

Séparateur de date

d

Jour sans zéro non significatif

dd

Jour sur 2 chiffres

ddd

Jour sous la forme d’abbréviation (ex : Lun)

dddd

Jour sous la forme du nom complet (ex : Lundi)

M

Mois sans zéro non significatif

MM

Mois sur 2 chiffres

MMM

Mois sous la forme abrégée (ex : Juil)

MMMM

Mois sous la forme de nom complet

gg

Affiche l’ère (A.D)

h

Heure sans zéro significatif

hh

Heure sur 2 chiffres

m

Minute sans zéro significatif

mm

Minute sur 2 chiffres

s

Seconde sans zéro significatif

ss

Seconde sur 2 chiffres

tt

Format 12 heures

yy

Année sur 2 chiffres

yyyy

Année sur 4 chiffres

z

Affiche le décalage horaire

Dim madate as datetime = #12/07/2002 15 :30# Msgbox(format(madate, ‘’M/d/yy‘’))           

‘affiche 12/7/02

Msgbox(format(madate, ‘’d-MMMM-yyyy‘’))

‘affiche 12-Juillet-2002

Msgbox(format(madate, ‘’ddd d MMM yy‘’))

‘Lun 12 Juil 02

4.6.7 Les boîtes de dialogue

Les boîte de dialogue intégrées sont des feuilles modales (c’est à dire qu’elle suspendent l’exécution du programme jusqu’à leur fermeture) destinées à afficher une information ou demander une saisie.

4.6.7.1 Boite de message

La boîte de message (MsgBox) permet l’affichage d’une information et donne la possibilité de configurer les boutons, le titre et l’icône associée.

(prompt, titre, type_boutons, icône, bouton_par_defaut)

Titre

Prompt

Icône

Type boutons

•   Types de bouton

Types de bouton (membres de la classe MessageBoxButtons)

Constante

Description

Ok

Bouton Ok Seulement

OkCancel

Boutons Ok et bouton annulé

AbortRetryIgnore

Boutons Abandonner, Réessayer, Ignorer

YesNoCancel

Boutons Oui, Non et Annuler

YesNo

Boutons Oui et Non

RetryCancel

Boutons Réessayer et Annuler

•   Constantes de Retour

La définition du type de boutons modifie l’affichage mais permet à la méthode .Show de retourner une valeur correspondant au bouton sélectionner par l’utilisateur.

Constantes de retour (membres de la classe DialogResult)

Constante

Description

Ok

Bouton Ok

Cancel

Bouton Annuler

Abort

Bouton Abandonner

Retry

Bouton Réessayer

Ignore

Bouton Ignorer

Yes

Bouton Oui

No

Bouton Non

•   Type d’icône

Types d’icône (membres de la classe MessageBoxIcon)

Constante

Aperçu

Error

Exclamation

Information

Question

•   Bouton par défaut

L’option bouton par défaut permet de définir le bouton qui sera sélectionné par défaut.

Bouton par défaut (membres de la classe MessageBoxDefaultButton)

Constante

Description

DefaultButton1

Premier bouton

DefaultButton2

Second bouton

DefaultButton3

Troisième bouton

("Le total de la commande s'élève à 1000 Eur", "Résultat",

, MessageBoxIcon.Information, MessageBoxDefaultButton.Button1) 

If ("Continuer ?", "Confirmation", MessageBoxButtons.YesNo) =

then

            ("Vous avez choisi Oui ")

Else

            ("Vous avez choisi Non ")

End if

4.6.7.2 Boîte de saisie

La boîte de saisie (InputBox) permet la saisie d’une chaîne de caractère par l’utilisateur. Il est possible de paramétrer le titre, le texte affiché ainsi que le texte saisi par défaut.

Titre

Message

Valeur par défaut

InputBox est une fonction, elle retourne la valeur saisie par l’utilisateur où chaîne vide si le bouton Annuler est utilisé. La valeur retournée est toujours de type String. Les éventuels contrôle de saisie devront être fait par le programme une fois la valeur retournée.

Dim note as string

note = InputBox(‘’Veuillez saisir la note’’, ‘’Saisie’’, ‘’0’’)

4.7 Les collections

Une collection est une classe contenant un ensemble d’objets de même type ainsi que plusieurs propriétés et méthodes afin de gérer cette liste. Suivants vos besoins, il existe plusieurs types de collection tous issu de l’espace de nom « System.Collections ». Pour imager, une collection est un tableau d’objets.

4.7.1 Classe CollectionBase

La classe CollectionBase permet de créer une classe collection contenant tous les éléments de base nécessaires à la création. Il ne reste qu’à définir quelques méthodes supplémentaires pour avoir une collection opérationnelle.

4.7.1.1 Créer la collection

Dans les exemples suivants, nous nous inspirons de la classe « Personne » décrite dans le chapitre consacrée à la POO.

La création d’une collection se fait à partir d’une classe dans laquelle il faut hériter de « system.collections.collectionbase ».  

Public class PersonneCollection

            Inherits system.collections.CollectionBase

End class

La classe PersonneCollection hérite des éléments suivants :

Ceci n’est pas suffisant : en effet, nous n’avons pas accès au contenu de notre collection. Pour cela, nous devons implémenter la propriété « item » et la méthode « add » :

Public Class PersonneCollection

    Inherits System.collections.CollectionBase

    Public Property Item(ByVal index As Integer) As personne

        Get

            Return CType(Me.InnerList(index), personne)         End Get

        Set(ByVal Value As personne)

            Me.InnerList(index) = Value

        End Set

    End Property

    Public Sub add(ByVal value As personne)

        (value)

    End Sub

End Class

4.7.1.2 Utilisation

        Dim macol As PersonneCollection

        macol = New PersonneCollection

        (New personne("toto"))

        (New personne("titi"))

        macol.RemoveAt(0)

        MsgBox((0).nom)

4.7.2 Classe Stack

La classe Stack est une collection particulière de type LIFO (Dernier rentré premier sorti) permettant de gérer une pile. Cette dernière se présente comme un tableau mais contient des fonctionnalités différentes. Pour imager, vous empiler des éléments les uns sur les autres et vous ne pouvez retirer que l’élément du haut. Ce genre de liste est utilisé pour gérer les files d’appels.

Pour déclarer une pile, on utilise la classe Stack en précisant le nombre maximum d’éléments :

Dim nom_pile as new Stack(nb)

Dim mapile as new Stack(10)

Propriétés et méthodes disponibles

Pop

Supprime la valeur au sommet de la pile et la retourne

Peek

Retourne la valeur au sommet de la pile

Contains(valeur)

Return true si valeur est présent dans la pile

Count

Nombre d’élément de la pile

Push

Insére une nouvelle valeur

Clear

Vide la pile

Dim mapile as New Stack(10)

(5)

(8)

(10)

Msgbox ()             

‘affiche 5

Msgbox ()               

‘affiche 5 et supprime l’élément

Msgbox (Mapile.contains(10))

‘affiche true

Msgbox (Mapile.count)            

‘affiche 2

4.7.3 Classe Queue

La classe Queue est également issue de l’espace de nom « System.collections ». Elle permet de gérer des files FIFO (Premier rentré, premier sorti). 

Pour déclarer une telle files d’attente, utiliser la classe Queue en précisant deux paramètres : la taille initiale de la liste (par défaut 32) et le facteur d’extension (par défaut 2).

Dim maliste as new Queue(taille_initiale, facteur)

Dim malisteas new Queue(100,1.5)

Propriétés et méthodes disponibles

Enqueue(valeur)

Ajoute un élément à la liste

Dequeue

Retourne la valeur et supprime l’élément

Peek

Lit la valeur

Count

Nombre d’élément

Clear

Vide la liste

Contains(valeur)

Retourne true si la valeur est présente dans la liste

4.8 Gestion des erreurs

La gestion des erreurs est fondamentale en programmation : une bonne gestion d’erreur permet d’éviter tout plantage brusque avec risque de perte de données, renseigner le développeur sur l’origine du problème et enfin proposer ou choisir des alternatives.

4.8.1 Types d’erreurs

Erreur

Description

De syntaxe

De type d’erreur correspond aux fautes d’orthographe. Elles sont directement captées par l’environnement de développement qui les signale en les soulignant. Noter qu’une erreur de syntaxe empêche la compilation du programme et de fait ne peut survenir lors de l’exécution.

D’exécution

Une erreur d’exécution survient lorsque l’environnement

d’exécution ne correspond pas à l’opération demandée (Accès à un fichier inexistant, dépassement de capacité…). Ces dernière affiche un message d’erreur incompréhensible pour l’utilisateur final avant de stopper le programme.

De logique

C’est sûrement le type d’erreur le plus compliqué à corriger : aucun plantage n’est effectué par la machine et pourtant le résultat obtenu est erroné. Sur ce genre d’erreur, il faut généralement « débugger » le programme avec des outils comme les espions.

4.8.2 Gestion en ligne

La gestion en ligne existait déjà sur la version 6. Elle permet de définir les traitements à effectuer dans une procédure lorsqu’une erreur survient.

4.8.2.1 L’instruction On Error

L’instruction « On error » est la base de la gestion d’erreur : c’est elle qui va spécifier les opérations à réaliser lorsqu’une erreur survient.

Il existe 3 gestion différentes :

•   On error resume next

Cette instruction ignore  la ligne ayant provoqué l’erreur et continue l’exécution. Cette méthode est peu fiable dans le sens où vous n’êtes pas prévenu d’une erreur et le reste du programme peut en être affecté.

•   On error goto étiquette

Cette instruction dirige l’exécution du code vers une étiquette en fin de procédure. C’est dans cette étiquette que vous pourrez ensuite définir les traitements correspondants.

On error goto fin

exit sub

fin :      

… instructions de gestion

Il est important de placer l’instructions « Exit sub » ou « Exit function » juste avant la déclaration de l’étiquette car dans le cas où l’exécution se déroule correctement, il ne faut pas que la gestion d’erreur soit activée.

Public sub main()

            On error goto fin              Dim i as integer

            i = 3 / 0           ‘plantage, division par 0

            exit sub

fin :

            msgbox(‘’Une erreur est survenue’’) end sub

•   On error goto 0

Cette instruction  désactive simplement les gestionnaires d’erreur.

4.8.2.2 L’instruction Resume

Une fois que vous avez redirigé le code lors d’une erreur, vous devez définir les actions à entreprendre : Il existe pour cela 2 mots clés permettant de continuer l’exécution du programme :

Instruction

Description

Resume

Cette instruction reprend le programme où il s’était interrompu et essaye de réexécuter l’instruction à l’origine du plantage.

Resume Next

Reprend l’exécution du programme à partir de l’instruction suivant l’instruction à l’origine du plantage.

L’exemple suivant illustre l’utilisation de Resume :

        On Error GoTo fin         Dim i, j As Integer

        j = 0

        i = (3 / j)

        MsgBox("Fin")         Exit Sub fin:

        Select Case ("Une erreur est survenue, souhaitez vous réessayer ?",

"", MessageBoxButtons.YesNoCancel, MessageBoxIcon.Warning,

MessageBoxDefaultButton.Button1, MessageBoxOptions.RightAlign)             Case DialogResult.Cancel

                Exit Sub

            Case

                Resume

            Case

                Resume Next

        End Select

4.8.2.3 L’objet Err

Avec la méthode précédente, vous récupérez toutes les erreur de la procédure et ce quelque soit l’erreur. Pour une gestion d’erreur plus pointue, vous avez la possibilité de récupérer des informations sur la dernière erreur générée : c’est l’objet « Err ». Cet objet est toujours accessible.

Propriété

Description

Description

Description textuelle de l’erreur

Erl

Numéro de la dernière ligne exécutée

Number

Numéro de l’erreur

Source

Objet ou application à l’origine de l’erreur

Méthode

Description

Clear

Efface les paramètres de l’objet

Raise

Déclenche une erreur

Le code suivant affiche les informations sur l’erreur :

        On Error GoTo fin         Dim i, j As Integer

        j = 0

        i = (3 / j)

        MsgBox("Fin")         Exit Sub fin:

        With Err()

            MsgBox("Erreur no " & .Number & vbCr & "Description : " & .Description & vbCr & "Apparu dans : " & .Source)

        End With

4.8.3 Les Exceptions

4.8.3.1 Try, Catch & Finally

La gestion des exceptions est une méthode plus récente pour la gestion des erreurs. Cette méthode est standardisée pour tous les langages du FrameWork .Net . De plus, elle permet de définir une gestion d’erreur pour un bloc particulier et non pas pour une procédure ou une fonction.

La gestion des exceptions pour un bloc de code est structuré de la manière suivante : le code dangeureux doit être compris dans le bloc « try ». Ensuite pour chaque exception suceptible d’être déclenchées, le mot clé « catch » (analogue au select case) permet de définir les traitements à exécuter. Enfin, le bloc « finally » contient du code qui sera exécuté dans tous les cas.

Try

{ Instructions dangeureuses}

catch objet1 as type_exception1

            {Instructions à réaliser si exception1} catch objet2 as type_exception2

            {Instructions à réaliser si exception2} finally

            {Code à exécuter dans tous les cas} end Try

L’exemple suivant montre l’utilisation des exceptions lors de l’accès à un fichier contenu sur une disquette :

Try

            Microsoft.visualbasic.fileopen(1, ‘’A:\’’, openmode.input)

            Catch exception1 as .ioexception

                        Msgbox(‘’Erreur lors de l’ouverture du fichier : ’’ & exception1.source)

            Finally

                        Msgbox(‘’Fin de la procédure’’)

End try

A chaque exception est associé un objet contenant les informations sur l’exception levée :

Propriété

Description

Message

Description textuelle de l’exception

Source

Nom de l’application ayant générée l’erreur

StackTrace

Liste de toutes les méthodes par lesquelles l’application est passée avant le déclenchement de l’erreur

TargetSite

Méthode ayant déclenchée l’exception

5 Programmation Objet

Contrairement aux versions précédentes, Visual Basic .net impose un minimum de notions Objets afin de l’utiliser de façon optimale. De plus, de nombreux concepts objets sont venus renforcer la POO sous Visual Basic comme les notions d’héritage, d’interface et de polymorphisme.

5.1 Introduction à la POO

Lorsque nous parlons de programmation séquentielle, nous avons un ensemble de variables, de tableaux, de bloc de code, de procédure et de fonction relatifs au même domaine mais sans lien logique entre eux : par exemple, pour gérer un groupe de personne avec un nom et un prénom, nous utiliserons deux tableaux en faisant correspondre les indices pour la même personne. De même, les fonctions comme envoyer un mail ou augmenter le salaire travailleront sur les tableaux sans qu’il y ait de réel lien.

L’idée de la Programmation Orientée Objet est de faire correspondre à chaque élément du monde réel une entité informatique. C’est la notion d’objets. Chaque objet représente un élément du réel et contient ses informations (Couleur, taille ….). De plus, les fonctionnalités attendues pour les objets seront implémentées sous la forme de méthode : c’est à dire une fonction ou une procédure liée à un type d’objet (les classes) et dépendante. Par exemple, la fonction calculer age perd tout son sens si vous ne l’appelez pas à partir d’une personne existante (objet). De ce fait, nous obtenons un programme structuré logiquement et grandement clarifié.

Le principe des classes, objets, méthodes et l’encapsulation sont les principes de base de la programmation orientée objet. Plusieurs aux concepts viennent enrichir la POO comme l’héritage qui permet de récupérer le comportement d’une classe déjà existante pour en créer une nouvelle, la surcharge qui permet de définir plusieurs fois le comportement d’une même procédure en fonction des paramètres passés et la visibilité (partie de l’encapsulation) permettant de cacher un certain nombre de paramètres inutiles pour l’utilisateur final.

Les objectifs de la POO sont les suivants :

-    Regroupement logique des éléments de programmation pour une meilleur compréhension du programme 

-    Réutilisation des composants (une classe ou une partie d’une classe utilisée dans un programme peut être importée dans une autre, d’où les gains en productivité)

-    Maintenance simplifiée car tous les objets ont un modèle (classe) qui une fois modifiée répercutera ses modifications sur tous les objets

5.2 Classes & Objets

Nous l’avons dit précédemment, une classe représente un  objet du réel : elle sera composée d’attributs (variable contenant les caractéristiques de l’objet), de méthodes (procédures ou fonctions matérialisant leur comportement) et d’événement (bloc de code exécuter lorsque l’objet passe à un état définit).

La définition d’une classe permet de définir un modèle pour les objets qui seront créés.

5.2.1 Création d’une classe

Pour créer une nouvelle classe, il est conseillé de créer un nouveau fichier (.vb) dans le projet. La déclaration d’une classe se fait avec les mots clés « class » et « end class ».

Public class personne

            … End class

En visual Basic .Net, il est possible de définir une classe à l’intérieur d’une autre classe :

Public class personne

            …

            Private class emploi

                        …

            End class

End class

5.2.2 Visibilité de la classe

La visibilité d’une classe permet de définir la portée de celle ci, c’est à dire les blocs de code qui auront accès à la classe. Cinq niveaux de visibilité existent :

Visibilité

Description

Public

Classe utilisable dans tout les projet 

Friend

Classe utilisable uniquement dans le projet

Private

Classe utilisable uniquement dans le module / classe où elle est définie

Protected

Classe utilisable dans les sous classes de celle où elle est définie

Protected friend

Union des portées de Protected et Friend

Protected class personne

            … End class

5.2.3 Options d’héritage

Ces options permettront de préciser le comportement de la classe vis à vis de l’héritage.

Option

Description

MustInherit

Indique que la classe sert de base dans une relation d’héritage (Super classe).

NotInheritable

Indique que la classe ne peut être héritée. Elle devra être au dernier niveau de la hiérarchie d’héritage.

Public MustInherit class personne

            … End class

5.2.5 Implements & Inherits

Le mot clé « Inherits » permet d’hériter des membres d’une super classe(Cf section sur l’héritage).

5.2.6 Création et utilisation d’objets

Microsoft Visual Basic . Net - Août 2003

46/139

Une fois la classe définie, son utilisation devra se faire par la création ou instanciation d’objets. Chaque objet contiendra ses propres caractéristiques (valeurs des propriétés) mais aura les même possibilités (méthodes) que les autres objets.

La création d’un objet se fait en deux étapes :

•   D’abord, il faut créer une variable capable de référencer l’objet créé en mémoire :

c’est à dire que cette variable ne contiendra que l’adresse de l’objet. Le type de cette variable est le nom de la classe qui instanciera l’objet.

Dim MonObjet as MaClasse

Dim moi as personne

Dim toi as personne

•   Ensuite, créer l’objet avec l’opérateur new et stocker l’adresse retournée dans la variable

MonObjet = New MaClasse()

Moi = new personne()

Toi = new personne()

Le mot clé New effectue plusieurs opérations :

•   Réservation de l’espace mémoire nécessaire au stockage de l’objet

•   Retourne l’adresse mémoire de l’objet créé

•   Le constructeur de la classe est appelé (Cf plus bas), généralement pour initialiser les propriétés de l’objet.

A partir de ce moment, l’objet est utilisable, c’est à dire qu’il possible de modifier ses propriétés et d’appeler ses méthodes. L’environnement .net effectue ce qu’on appel une liaison précoce, c’est à dire qu’à partir de la définition de la classe, il est capable d’afficher l’ensemble des membres disponibles :

Les liaisons précoces sont utilisables en faisant suivre le nom de l’objet par le caractère point « . ». Il est ensuite possible d’utiliser les propriétés de l’objet comme des variables et d’appeler ses méthodes.

Lorsqu’un objet n’est plus utilisé, il est important de le supprimer afin de libérer de la mémoire et, éventuellement, effectuer des opérations d’enregistrement dans une base de données par exemple via le destructeur.

Pour supprimer un objet, il suffit de placer le mot clé « nothing » à l’intérieur de la variable référençant l’objet.

MonObjet = Nothing

Moi = nothing

Toi = nothing

5.3 Les propriétés

Une propriété permet de définir une caractéristique d’un objet. Une propriété peut être une variable ou un objet dont la valeur sera définie pour chaque objet.

Il existe deux façon d’implémenter une propriété :

5.3.1 Variables

La première solution consiste à déclarer des variables directement à l’intérieur de la classe. En fonction de leur visibilités, celles ci seront accessibles uniquement à l’intérieur de la classe ou alors dans tout le programme

Public Class personne

    Public nom As String

    Public prenom As String

    Private mdp As String

    Public Sub afficher()

        MsgBox( & " " & Me.prenom)

    End Sub

End Class

•   Visibilité à partir de la classe :

•   Visibilité à partir d’un autre module :

les propriétés ainsi créées sont accessibles en lecture / écriture :

dim p as personne p = new personne() p.nom = ‘’toto’’

p.prenom = ‘’titi’’

5.3.2 Procédures de propriétés

Microsoft Visual Basic . Net - Août 2003

49/139

L’utilisation de variables directement déclarées dans la classe n’est pas très souple. En effet il n’est pas possible de :

•   Créer des propriétés en lecture seule

•   Créer des propriétés en écriture seule

•   Effectuer des calculs avant de retourner la valeur d’une propriété (pour le formatage par exemple)

•   Effectuer des calculs lors de la modification d’une propriété (Effectuer des vérifications de date de naissance par exemple)

Pour palier à ces problèmes, il existe les procédures de propriétés. L’idée est de lier chaque propriété à deux procédures : GET et SET. La procédure « get » sera appelée lorsque la propriété set utilisée en lecture et « set » lorsque la propriété est utilisée en écriture. Dans tous les cas, les procédures de propriété agiront sur une variable de stockage qui contiendra la valeur de la propriété. 

Pour créer les procédures de propriété, utiliser la syntaxe suivante :

Private variable_stockage as type_propriété

Property nom_propriété() as type_propriété

            Get

                        …

            End Get

            Set (byval value as type_propriété)

                        …

            End set

End property

La section Get est en fait une fonction devant contenir le mot clé « return » pour définir la valeur de retour de la propriété.

La section Set est une procédure prenant en paramètre « value », la valeur à assigner à la propriété.

L’exemple suivant implémente la propriété « nom ». Elle vérifie que le nom ne soit pas vide et retourne le nom en majuscule. Dans cet exemple, c’est la variable « v_nom » qui contient la valeur de la propriété.

Il est également possible via les procédures de propriétés de créer des propriétés en lecture seule ou en écriture seule. 

•   Pour créer une propriété en lecture seule, il suffit d’omettre la section « set » et d’ajouter le mot clé « Readonly » devant la définition de la propriété

•   Pour créer une propriété en écriture seule, il suffit d’omettre la section « get » et d’ajouter le mot clé « WriteOnly » devant la définition de la propriété

L’exemple suivant crée la propriété « mdp » en écriture seule et la propriété « daten » en lecture seule :

Enfin il est possible d’utiliser les mots clés « private » et « public » pour la définition des propriétés.

5.4 Les Méthodes

5.4.1 Généralités

Les méthodes sont des procédures ou des fonctions déclarées à l’intérieur d’une classe et appelable uniquement à partir d’un objet.

l’appel de la méthode se fait ensuite par l’intermédiaire d’un objet issu de la classe.

dim p as personne p = new personne() p.afficher()

5.4.2 Constructeur et Destructeur

Les constructeur et destructeur sont 2 méthodes spécifiques dont l’appel est effectué automatiquement respectivement lors de la création et lors de la destruction d’un objet. Le constructeur est généralement utilisé pour initialiser les propriétés d’une classe tandis que le destructeur permet généralement la sauvegarde des données dans une base par exemple.

5.4.2.1 Constructeur

Le constructeur se doit d’être  « Public » afin qu’il puisse être appelé lors de l’instanciation des objets.

Public Sub New()

             End Sub

Le constructeur suivant permet d’initialiser les propriétés de personne

Public Sub New()         v_nom = "toto"         v_prenom = "titi"         v_daten = #12/7/2002#

End Sub

Il est également possible de passer des paramètres à un constructeur. Le constructeur suivant prend en paramètre le nom de la personne a créer.

    Public Sub New(ByVal lenom As String)

        v_nom = "toto"         v_prenom = "titi"         v_daten = #12/7/2002#

    End Sub  

C’est lors de la création de l’objet que la valeur du paramètre sera définie :

Dim p As personne p = New personne("toto")

5.4.2.2 Destructeur

Le destructeur est lui appelé automatiquement lors de la destruction de l’objet. Il permet généralement de sauvegarder des données ou de supprimer des objets liés en mémoire.

Protected Overrides sub Finalize()

            …

end sub

Le mot clé « Overrides » définit une réécriture de fonction. Nous détaillerons ce point plus tard.

5.4.3 La surcharge

La surcharge de méthode permet de définir plusieurs fois la même méthode mais avec des paramètres différents. Seuls les paramètres peuvent être modifiés dans une surcharge, pas le type de retour. Pour surcharger une méthode, il faut utiliser le mot clé « OverLoads ».

Overloads sub nom_procedure(paramètres)

End sub

Overloads function convertir (byval valeur as integer) as double

            Return valeur / 100 * 19.6

End function

Overloads function convertir (byval valeur as integer, byval taux as double) as double

            Return valeur / 100 * taux

End function

Ainsi, deux appels sont possibles :

Msgbox convertir(100)

Msgbox convertir(100, 5.5)

Ci dessous figure un exemple de surcharge pour le constructeur de la classe personne. Cet exemple est spécifique dans le sens où pour les constructeur, il ne faut pas utiliser le mot clé overload.

Public Sub New(ByVal lenom As String)

        v_nom = lenom         v_prenom = "titi"

        v_daten = #12/7/2002#

End Sub

Public Sub New(ByVal lenom As String, ByVal leprenom As String)         v_nom = lenom         v_prenom = leprenom

        v_daten = #12/7/2002#

    End Sub

Public Sub New(ByVal lenom As String, ByVal leprenom As String, ByVal ladaten As Date)         v_nom = lenom         v_prenom = leprenom

        v_daten = ladaten

End Sub

Ainsi, il est possible d’appeler tel ou tel constructeur lors de la création de l’objet :

Dim p, q, r As personne p = New personne("toto") q = New personne("titi", "momo")

r = New personne("tutu", "mimi", #12/7/2002#)

5.4.4 L’objet Me

Comme dans la version précédente de Visual Basic, l’objet « Me » est l’objet courant. Lorsque vous écrivez une méthode, vous pouvez faire référence directement aux propriétés de l’objet :

Return nom

Le compilateur sait alors que vous faîtes référence à la propriété de l’objet courant.

Pour clarifier le code, lever des ambiguités entre plusieurs variables portant le même nom ou profiter du menu de saisie automatique, vous pouvez faire référence à l’objet « Me » qui lors de l’exécution fera référence à l’objet ayant appelé la méthode.

5.5 L’Héritage

5.5.1 Introduction

L’héritage est une fonctionnalité fondamentale de la programmation objet. Il permet d’importer des classes déjà existantes à l’intérieur d’autres classes. L’idée est de réutiliser les composants déjà programmés sans avoir à copier/coller le code ni créer d’autres objets à l’intérieur de la classe.

Deux acteurs sont présents lors de l’héritage :

•   Super classe (ou classe mère: c’est la classe qui contient les propriétés et méthodes qui seront ensuite réutilisée dans les sous classes. De manière générale, la super classe contient les membres communs aux sous classes.

•   Sous classe (ou classe fille) : c’est la classe qui hérite des membres de la super classe. Elle ajoutera ses propres membres qui en feront une classe spécialisée.

Reprenons par exemple notre classe personne. Elle contient des propriétés et des méthodes génériques quelque soit la personne. Cependant, les personnes sont subdivisées en 2 catégories : les employés qui ont un taux horaire et une durée de contrat, les cadres qui ont un salaire fixe plus un montant de primes. Dans ce cas, les employés comme les cadres auront un nom, prénom et date de naissance. Ainsi, les propriétés communes sont regroupées dans la super classe (Personne) tandis que les propriétés  spécifiques comme le taux horaire ou le montant des primes seront eux stockés dans la sous classe.

PERSONNE

Nom

Prénom

Date naissance

Calc_salaire()

EMPLOYE

Tx_horaire Duree

CADRE

Salaire Prime

Il sera possible (dans certaines conditions) d’instancier la classe PERSONNE. Cependant, lorsque nous instancierons les classes EMPLOYE ou CADRE, nous obtiendrons réellement les classes suivantes :

EMPLOYE

CADRE

Nom

Prénom

Date naissance

Tx_horaire

Duree

Calc_salaire()

Nom

Prénom

Date naissance

Salaire

Prime

Calc_salaire()

L’intérêt de l’héritage est donc de définir les éléments communs une seule fois et de pouvoir les réutiliser dans plusieurs autres classes.

5.5.2 Mise en place

Pour définir qu’une classe hérite d’une autre classe, vous devez utiliser le mot clé « Inherits » dans la définition de la sous classe. Attention, la classe que vous utilisez en tant que super classe ne doit pas posséder l’option « NotInheritable », auquel cas vous ne pourrez hériter de ses membres.

Public class sous_classe

            Inherits super_classe

            … End class

Dans l’exemple suivant, la classe cadre hérite des membres de la classe personne.

Public Class cadre

    Inherits personne

    Private v_salaire As Double

    Private v_montant_prime As Double

    Public Property montant_prime() As Double

        Get

            Return v_montant_prime

        End Get

        Set(ByVal Value As Double)             v_montant_prime = Value

        End Set

    End Property

    Public Property salaire() As Double

        Get

            Return v_salaire

        End Get

        Set(ByVal Value As Double)

            v_salaire = Value

        End Set

    End Property

    Public sub new()

            = ‘’’’

            Me.prenom = ‘’’’

            Me.daten = #12/07/2002#

Me.salaire = 0

            Me.montant_prime = 0

    End sub

End Class

Ainsi, lors de l’instanciation de la classe cadre, nous retrouvons l’ensemble des propriétés :

5.5.3 Objet MyBase

L’objet MyBase est utilisable uniquement dans les sous classes. Il fait référence aux super classes.

Si nous reprenons notre exemple précédent, le constructeur de la sous classe « cadre » fait directement référence aux propriétés de la super classe « personne ». Dans le cas ou rien n’est précisé, le compilateur appellera le constructeur de la super classe par défaut, c’est à dire celui qui ne possède aucun paramètre.

Si vous souhaitez spécifié le constructeur, vous devez l’appeler de manière explicite dans le corps du constructeur de la sous classe :

Public Sub New()

    ("tyty", "marine")

    Me.salaire = 0

    Me.montant_prime = 0

End Sub

5.5.4 Le remplacement

Le remplacement est une autre fonctionnalité de l’héritage qui permet de réécrire le comportement d’une méthode déclarée dans la super classe. L’intérêt est de pouvoir récupérer les éléments déjà définis d’une classe sans pour autant être bloqué par le comportement d’une fonction qui ne conviendrait pas à notre programme.

Par exemple, nous allons modifier le code de telle façon à ce que, lorsque nous appelons la méthode « afficher » à partir d’un objet de type cadre, celle ci affiche le nom, prénom et salaire fixe. Cependant, le fonctionnement de la méthode ne sera pas modifié pour les objets de type « Personne » ou « Employe ».

Pour remplacer la fonction « afficher », nous devons la réécrire dans la sous classe cadre et utiliser le mot clé « overrides ». Attention, la signature des deux classes doit être identique (paramètres et valeur de retour).

Overrides sub procedure_de_la_super_classe()

Overrides Sub afficher()

    MsgBox(Me.salaire)

End Sub

Quelques contraintes doivent cependant être respectées afin de mener à bien le remplacement :

•   La méthode de remplacement doit avoir la même signature que la méthode remplacée.

•   La méthode remplacée (dans la super classe) doit comporter l’option « Overridable »

Dans le cas d’une méthode de la super classe comportant l’option « Mustoverride », le remplacement est obligatoire.

5.6 Méthodes et variables partagées

Jusqu’ici, nous avons vu que les méthodes et les propriétés n’étaient utilisables que par l’intermédiaire d’objet instanciés. Les méthodes et variables partagées sont elles accessibles à partir de la classe et non d’un objet instancié. Ainsi, dans le cas d’une variable partagée, nous avons à faire à une globale au niveau de la classe.

Pour déclarer une propriété ou une méthode partagée, il suffit de rajouter le mot clé « shared » (partagé ☺) devant le nom du membre :

Public shared nom_variable as type_variable

Public shared function nom_fonction () as type_fonction

Public shared sub nom_procédure ()

Ces variables et procédures seront ensuite accessibles soit via un objet, soit via le nom de la classe.

L’exemple suivant crée une variable partagée contenant le nombre d’objet instanciés à partir de la classe « personne ». Nous créons également la propriété « nb_personne » retournant la valeur de v_nbpersonne.

Public class personne

            Private shared v_nbpersonne as integer = 0

            Sub New()                    v_nbpersonne++

            End Sub

            Public shared ReadOnly nb_personne() as integer

                        Get

                                    Return v_nbpersonne

                        End get

            End sub

End class

A chaque instanciation d’objet, le constructeur « new » incrémente la variable v_nbpersonne.

Ensuite, pour accéder à la propriété nb_personne, il est possible d’utiliser un objet ou directement la classe :

Dim p as personne

P = new personne

Msgbox (p.nb_personne)

Msgbox (personne.nb_personne)

5.7 Les Interfaces

Une interface est une classe contenant des propriétés et dont les méthodes possèdent toutes l’option « MustOverride », c’est à dire qu’elles ne contiennent aucun code.

Les interfaces sont utilisées lorsque plusieurs classes doivent implémenter la même méthode. L’avantage des interfaces est que le codeur s’engage à fournir le comportement de toutes les méthodes liées à l’interface (Le compilateur sera là pour le vérifier). Il n’est pas possible d’instancier directement une classe.

5.7.1 Création

La création d’une interface ressemble à celle d’une classe, elle est définie par les mots clé « interface » et « end interface ».

Public interface nom_interface

            …

End interface

Eléments susceptibles d’intervenir dans une interface

•   Déclaration de variables

•   Héritage d’une autre interface

•   Synopsis des méthodes

Eléments ne devant pas apparaître dans une interface

•   mots clé « end xxx »

•   lignes de code, opérations, appels…

Dans notre cas nous allons définir l’interface « comparer » implémentant la méthode « plus_grand » prenant en paramètre un Objet.

Public Interface comparer

            Function plus_grand(obj as object) as boolean

End Interface

5.7.2 Utilisation

Pour utiliser une interface, il suffit de l’implémenter dans une classe et de définir le comportement des différentes méthodes. Plusieurs éléments doivent apparaître dans la classe implémentant l’interface :

-    Le mot clé « implements nom_interface » afin de préciser que la classe va implémenter l’interface

-    Le mot clé « implements nom_interface.nom_méthode » après les méthodes qui définissent le comportement d’une méthode de l’interface.

Dans l’exemple suivant, la classe employé va implémenter l’interface comparer. Nous nous baserons sur l’age de la personne pour effectuer la comparaison.

Public Class personne

Implements comparer

Public Function plus_grand(ByVal obj As Object) As Boolean Implements _ comparer.plus_grand

                        If Me.daten < obj.daten Then

                                     Return True

                        Else

                                     Return False

            End If End Function

Il est maintenant possible d’utiliser la méthode à partir des objets « personne » :

Public Sub main()     Dim a, b As personne     a = New personne("toto", "titi", #1/1/1901#)     b = New personne("vuvu", "baba", #1/1/1951#)

    MsgBox(a.plus_grand(b))              ‘affiche true

End Sub

5.7.3 Exploiter les interfaces .Net

Jusqu’ici, nous avons créé nos propres interfaces. Le framework .net met à disposition plusieurs interfaces dont le développeur doit savoir tirer avantage pour simplifier la programmation. 

Nous baserons notre exemple sur l’interface Icomparable qui permet ensuite d’utiliser la méthode « Sort » de la classe « Array ». Cette interface ne comporte qu’une seul méthode « CompareTo » qui prend en paramètre un objet et retourne –1, 0 ou 1 selon que l’objet en cours est inférieur, égal ou supérieur à l’objet passé en argument. A partir de cette méthode de Tri, la méthode « Sort » sera capable de trier tous types d’objets, à condition qu’ils implémente l’interface.

Plus simplement, nous devons définir dans la classe « personne » la méthode « CompareTo » qui implémente l’interface « Icomparable » et plus particulièrement la méthode « CompareTo ». Ainsi, lorsque nous appellerons la méthode « Sort » de la classe « Array », le compilateur utilisera notre méthode afin de comparer les différents Objets et classer notre tableau.

L’intérêt des Interfaces est de pouvoir utiliser des méthodes déjà définies et de modifier leur comportement afin qu’elles puissent être utilisées avec des classes utilisateurs.

5.7.3.1 Implémenter l’interface

Pour implémenter l’interface, il suffit de la déclarer et d’écrire le comportement de la méthode « CompareTo » :

Public Class personne

    Implements comparer

    Implements IComparable

Private Function CompareTo(ByVal obj As Object) As Integer Implements _ IComparable.CompareTo

        If obj Is Nothing Then Return 1

        Dim autre As personne         autre = CType(obj, personne)

        If < Then

            Return -1

        ElseIf > Then

            Return 1

        Else

            Return 0

        End If

    End Function

   ….

5.7.3.2 Utiliser l’interface

Une fois l’interface implémentée, nous pouvons utiliser la méthode « Sort » avec un tableau d’objets de type « personne » :

    Sub main()

        Dim t_personne(2) As personne

        Dim p As personne

        t_personne(0) = New personne("toto")         t_personne(1) = New personne("titi")

        t_personne(2) = New personne("tata")

        (t_personne)

        For Each p In t_personne

            MsgBox(p.nom)

        Next

    End Sub

Cet exemple affiche la liste des personne  triées grâce à l’appel de la méthode « Sort ».

5.8 La délégation

La délégation est un mécanisme qui permet de définir une variable pointant sur une fonction. En réalité, cette variable contiendra l’adresse de la fonction ou de la procédure.

L’intérêt de la délégation est de permettre à tous moments de modifier le comportement du programme en le faisant pointer sur une autre méthode.

Dans les exemples suivants, nous utiliserons les deux fonctions suivantes :

Public function ajouter(byval x as integer, byval y as integer) as integer

            Return (x + y)

End function

Public function multiplier (byval x as integer, byval y as integer) as integer

            Return (x * y)

End function

5.8.1 Signature de la méthode

Microsoft Visual Basic . Net - Août 2003

63/139

Afin de pouvoir stocker une ou plusieurs références vers des fonctions, il faut définir un type de donnée correspondant à la signature des fonctions qui seront appelées. Nous déclarerons ensuite une variable de ce type qui contiendra l’adresse de la fonction déléguée.

Public delegate function nom_type (parametre) as type_retour

Nous allons créer le type calcul qui sera un pointeur vers fonction :

Public delegate function calcul (byval x as integer, byval y as integer) as integer

Une fois le type défini, il faut lui assigner une valeur à l’aide de l’opérateur « Address Of »

Calcul = addressof multiplier

A ce moment, le type calcul fait référence à la fonction « multiplier ».

5.8.2 Appel du Delegate

Une fois le type faisant référence à la fonction, il suffit d’appeler la méthode « invoke » afin d’exécuter la fonction.

Nom_type.invoke(paramètres)

Msgbox calcul.invoke(1,3) 

‘affiche 3

5.9 Les évènements

Les évènements sont des méthodes qui seront automatiquement appelées par les objets afin de prévenir d’un état donné. Il est également possible de définir des paramètres à l’événement : ces derniers permettront de préciser les conditions dans lesquelles il se déclenche.

5.9.1 Création

La création d’un événement permet d’en définir ses paramètres ainsi que les conditions dans lesquelles il sera déclenché. C’est l’utilisateur de la classe qui définira ensuite les actions à réaliser lorsque l’événement survient.

Pour créer un événement, il faut tout d’abord le déclarer dans la classe :

Public event nom_evenement(paramètres)

Dans l’exemple suivant, nous créons un événement lorsque le montant des primes d’un cadre dépasse 10 000.

Public event depassement_plafond_prime (byval montant as double)

Une fois l’événement défini, il faut placer à l’intérieur de la classe les instructions qui permettront de le déclencher. Pour cela, on utilise le mot clé « RaiseEvent » en précisant les valeurs des différents paramètres attendus par l’événement.

Raiseevent nom_evenement (valeur_parametre)

Dans notre cas, nous devons placer le code nécessaire lors de la modification de la propriété « montant_salaire ». Pour cela nous allons placer le code dans la procédure de propriété « Set » de « montant_prime ».

    Public Property montant_prime() As Double

        Get

            Return v_montant_prime

        End Get

        Set(ByVal Value As Double)             v_montant_prime = Value

            If v_montant_prime > 10000 Then

                RaiseEvent depassement_plafond_prime(v_montant_prime)

            End If

        End Set

    End Property

5.9.2 Utilisation

Il existe deux méthodes pour traiter les évènements : soit en utilisant le mot clé « withEvents », soit en utilisant un gestionnaire d’évènements.

5.9.2.1 Utilisation de With Events

La première solution consiste à utiliser le mot clé « WithEvents » lors de la déclaration de l’objet :

Dim WithEvents nom_variable as Classe

Dim withEvents violaine as cadre

Une fois la variable créée, vous devez définir le bloc de code à exécuter lors du déclenchement de l’événement : pour cela, placer le code dans la procédure d’événement correspondant. Pour qu’une procédure soit déclenchée lorsqu’un événement survient, vous devez ajouter à la fin le mot clé « handles » suivi du nom de la classe et de l’événement

Public sub nom_procedure(parametre) handles objet.nom_evenement

            …

End sub

Dans notre cas, nous afficherons un simple message :

Public sub violaine_depassement_plafond_prime(byval montant as double) handles violaine. depassement_plafond_prime

            Msgbox(‘’Attention, le montant des primes s’élève à ‘’ & montant) End sub

Par convention, le nom de la procédure est le nom de l’objet suivi de l’événement mais il n’y  à aucune obligation : l’exemple suivant fonctionne très bien.

Public sub toto(byval montant as double) handles violaine.depassement_plafond_prime  Msgbox(‘’Attention, le montant des primes s’élève à ‘’ & montant)

End sub

L’utilisation du mot clé « withevents » comporte cependant quelques limitations car les variables déclarées avec l’option WithEvents ne doivent pas se trouver dans des procédures ou fonctions et il est impossible de modifier dynamiquement le comportement d’un événement en le faisant pointer sur une autre procédure par exemple.

5.9.2.2 Utilisation du gestionnaire d’événement

La seconde méthode utilise un gestionnaire d’événement : il n’est plus nécessaire d’utiliser le mot clé « WithEvents » et il faudra associer dynamiquement une procédure pour gérer l’événement. Pour cela, on utilise le mot clé « AddHandler » prenant en paramètre l’événement et la procédure.

AddHandler objet.evenement, adresseOf procedure

Dans l’exemple suivant, nous avons 2 procédure qui affiche le montant des primes en mode texte et en mode graphique.

Public sub affiche_txt(byval montant as double)

            Console.writeline (montant)

End sub

Public sub affiche_graph(byval montant as double)

            Msgbox (montant)

End sub

Nous créons ensuite deux objets de type cadre (c1 et c2) et nous lions à chaque objet une procédure différente pour la gestion de l’évènement depassement_plafond_prime.

Dim c1, c2 as Cadre

C1 = new Cadre()

C2 = new Cadre()

AddHandler c1.depassement_plafond_prime, addressOf affiche_txt

AddHandler c2.depassement_plafond_prime, addressOf affiche_graph

Ainsi, le traitement des événements sera différent selon l’objet utilisé.

A l’inverse, pour supprimer un gestionnaire d’événement mis en place, il faut utiliser le mot clé « RemoveHandler »

RemoveHandler objet.événement, AddressOf procédure

RemoveHandler c1.depassement_plafond_prime, AddressOf affiche_txt

Si aucune procédure n’est liée à l’événement, ce dernier sera tout simplement ignoré.

5.10 Classes d’exemple

5.10.1 Classe personne

Public Class personne

    Implements comparer

    Implements IComparable

    Private Function CompareTo(ByVal obj As Object) As Integer Implements IComparable.CompareTo

        If obj Is Nothing Then Return 1

        Dim autre As personne         autre = CType(obj, personne)

        If < Then

            Return -1

        ElseIf > Then

            Return 1

        Else

            Return 0

        End If

    End Function

    Public Function plus_grand(ByVal obj As Object) As Boolean Implements comparer.plus_grand

        If Me.daten < obj.daten Then

            Return True

        Else

            Return False

        End If

    End Function

    Public Shared v_nbpersonne As Integer = 0

    Private v_nom As String = ""

    Private v_prenom As String = ""

    Private v_daten As Date = #12/7/2002#

    Public Overridable Sub afficher()

        MsgBox(Me.v_nom & " " & Me.v_prenom)

    End Sub

    Public Sub New()         v_nom = "toto"         v_prenom = "titi"         v_daten = #12/7/2002#

        v_nbpersonne = v_nbpersonne + 1

    End Sub

    Public Sub New(ByVal lenom As String)         v_nom = lenom         v_prenom = "titi"         v_daten = #12/7/2002#

        v_nbpersonne = v_nbpersonne + 1

    End Sub

    Public Sub New(ByVal lenom As String, ByVal leprenom As String)         v_nom = lenom         v_prenom = leprenom         v_daten = #12/7/2002#

        v_nbpersonne = v_nbpersonne + 1

    End Sub

    Public Sub New(ByVal lenom As String, ByVal leprenom As String, ByVal ladaten As

Date)

        v_nom = lenom         v_prenom = leprenom         v_daten = ladaten

        v_nbpersonne = v_nbpersonne + 1

    End Sub

    Protected Overrides Sub finalize()

        MsgBox("Destruction de l'objet personne")     End Sub

    Public Property nom() As String

        Get

            Return v_nom

        End Get         Set(ByVal Value As String)             v_nom = Value         End Set

    End Property

    Public Property prenom() As String

        Get

            Return v_prenom

        End Get         Set(ByVal Value As String)             v_prenom = Value

        End Set

    End Property

    Public Property daten() As String

        Get

            Return v_daten

        End Get         Set(ByVal Value As String)             v_daten = Value         End Set

    End Property

End Class

5.10.2 Classe Cadre

Public Class cadre

    Inherits personne

    Private v_salaire As Double

    Private v_montant_prime As Double

    Public Event depassement_plafond_prime(ByVal montant As Double)

    Public Property montant_prime() As Double

        Get

            Return v_montant_prime

        End Get

        Set(ByVal Value As Double)             v_montant_prime = Value

            If v_montant_prime > 10000 Then

                RaiseEvent depassement_plafond_prime(v_montant_prime)

            End If

        End Set

    End Property

    Public Property salaire() As Double

        Get

            Return v_salaire

        End Get

        Set(ByVal Value As Double)

            v_salaire = Value

        End Set

    End Property

    Public Sub New()

        ("tyty", "marine")

        Me.salaire = 0

        Me.montant_prime = 0

    End Sub

    Overrides Sub afficher()

        MsgBox(Me.salaire)

    End Sub

End Class

6 Applications Windows

Le FrameWork Visual  Basic .Net permet la création de formulaires Windows afin d’établir des interfaces graphiques entre l’utilisateur et le code. Ces formulaires sont des fenêtre qui contiendront des contrôles (Champs texte, boutons, liste déroulantes ….). 

6.1 Les formulaires

les formulaires sont les éléments de base des applications graphiques Windows.

6.1.1 Différents types

Il existe 2 solutions pour la création de formulaires sous le FrameWork .Net :

6.1.1.1 Windows Forms

Ce sont les formulaires dont disposait Visual basic 6. Les applications basées sur ces formulaires sont utilisés pour le développement d’applications pour lesquelles la plupart des traitements se font sur la machine cliente et qui ont besoin d’accéder aux ressources de la machine (fichiers, lecteurs, imprimantes …).

6.1.1.2 Web forms

            Les applications à base de Web Forms sont destinés à être utilisées sur le Web par le biais d’un navigateur. Ce genre d’application présente plusieurs avantages comme un déploiement facile dans le sens où seul les composants du navigateur doivent être installés, une maintenance simplifiée car le programme est stocké sur le serveur et, enfin, les applications développées sont indépendantes de toutes plateformes dans le sens où elles n’utilisent que les ressources du navigateur.

6.1.1.3 Modes de présentation

En fonction de l’application à réaliser, plusieurs modes de présentation des feuilles peuvent être utilisés :

•   Mono document : Ce genre d’application appelée SDI (Single Document Interface) ne permet l’affichage que d’une fenêtre à la fois. L’outil Paint en est un bon exemple.

•   Multi document : Les applications MDI (Multiple Document Interface) sont constituées d’une fenêtre principale (Fenêtre mère) contenant à son tour plusieurs documents (fenêtre fille). Microsoft Word est une application MDI.

•   Explorateur : C’est le mode de présentation le plus utilisé. Il permet un affichage hiérarchique des menus sur la partie gauche et l’affichage des éléments sous forme de liste sur la partie droite. L’outil « Gestion de l’ordinateur » sous Windows 2000 en est un exemple.

6.1.2 Membres de la classe Form

Nous l’avons vu au chapitre 4, un formulaire à sa création contient déjà plusieurs lignes de code. Maintenant que nous connaissons la programmation orientée objet ainsi que ces concepts, voyons d’un peu plus près son contenu :

•   Héritage de la classe « »

Inherits

•   Définition du constructeur « new » avec notamment l’appel du constructeur de MyBase (donc de windows.forms)

    Public Sub New()

        ()

        InitializeComponent()

    End Sub

•   Surcharge de méthode Dispose afin de « nettoyer » les composants ajoutés par l’utilisateur

    Protected Overloads Overrides Sub Dispose(ByVal disposing As Boolean)

        If disposing Then

            If Not (components Is Nothing) Then

                components.Dispose()

            End If

        End If

        MyBase.Dispose(disposing)

    End Sub

•   Ajout de la propriété « components » donnant au formulaire toutes les caractéristiques pour ensuite contenir des contrôles

Private components As System.ComponentModel.IContainer

•   Définition des Objets placé sur le formulaire. (remarquez le mot clé withevents permettant la gestion des événements). Dans cet exemple, l’élément ajouté est un champs texte.

    Friend WithEvents TextBox1 As System.Windows.Forms.TextBox

•   Ajout de la méthode « InitializeComponent » dont le rôle est d’initialiser les différentes propriétés du formulaire et des contrôles. Dans l’exemple suivant, nous avons rajouté un champs texte.

    <System.Diagnostics.DebuggerStepThrough()> Private Sub InitializeComponent()

        Me.TextBox1 = New System.Windows.Forms.TextBox

        Me.SuspendLayout()

        '

        'TextBox1

        '

        Me.TextBox1.Location = New System.Drawing.Point(112, 72)

        = "TextBox1"

        = New (128, 20)

        Me.TextBox1.TabIndex = 0

        = "toto"

        '

        'Form1

        '

        Me.AutoScaleBaseSize = New (5, 13)

        Me.ClientSize = New (292, 273)

        (Me.TextBox1)

        = "Form1"

        = "Form1"

        Me.ResumeLayout(False)

    End Sub

6.1.2.1 Propriétés

•   AcceptButton

Lorsque l’utilisateur appuie sur la touche entrée, la méthode liée à l’événement « click » du bouton d’acceptation sera automatiquement déclenchée. Généralement, c’est le bouton « ok » ou « sauvegardé » qui est paramétré comme AcceptButton.

•   AllowDrop

Spécifie si le formulaire gère le Drag and Drop (Glisser déposé).

•   AutoScale

Si cette option est activée, la taille des contrôles et du formulaire sont automatiquement redimensionnés lors d’un changement dynamique de la police d’écran.

•   AutoScroll

L’option AutoScroll est une nouveauté de la version .Net : elle permet de placer automatiquement des barres de défilement lorsque la taille du formulaire ne permet pas l’affichage de tous les contrôles qu’il contient.

•   BackColor

La propriété backColor définit la couleur de fond du formulaire.

•   BackgroundImage

Il est possible de définir une image comme fond pour le formulaire. L’image sera automatiquement répétée en mosaique.



•   CancelButton

Le bouton d’annulation réalise l’opération inverse du bouton d’acceptation. Il permet déclencher l’événement « click » d’un bouton du formulaire lorsque l’utilisateur appuie sur touche escape.

•   ControlBox

La propriété ControlBox définit si le menu système apparaît au niveau de la barre de titre du formulaire :

Le menu système peut également être modifié avec les propriétés « MinimizeBox », « MaximizeBox » et « HelpButton ».

•   Cursor

Définit l’apparence par défaut du curseur sur le formulaire. Cette option peut également être paramétrée au niveau des contrôles.

Les différentes valeurs sont disponibles dans la classe

« System.Windows.Forms.Cursors »

•   Enabled

Définit si le formulaire est disponible (True) ou non (False). Dans ce dernier cas, aucun des contrôles et menus du formulaires ne seront accessibles (grisés).

•   Font

Cette propriété définit les paramètres de formatage du texte. Cette propriété sera automatiquement appliquée par défaut au texte des différents contrôles. Cette propriété est elle même décomposée en plusieurs autres propriétés :

Propriété

Description

Exemple

Name

Nom de la police utilisée

Garamond

Size

Taille de la police

12.5

Unit

Unité de mesure pour la police (Sachez que la plupart des logiciels utilisent l’unité « point »)

Point

Bold

Texte en gras

True

GdiXXXX

Paramètres sur le jeu de caractère utilisé

Italic

Texte en italique

True

Strikeout

Texte barré

False

Underline

Texte souligné

True

•   ForeColor

Couleur d’affichage par défaut pour les textes et graphismes du formulaire.

•   FormBorderStyle

Style de bordure du formulaire :

Valeur

Apparence

Dimensionnable

None

Non

FixedSingle

Non

Fixed3d

Non

FixedDialog

Non

Sizable

Oui

FixeToolWindow

Non

SizableToolWindow

Oui

•   HelpButton

Affiche le bouton d’aide à gauche de la barre de titre. Attention, le bouton ne sera pas affiché si les boutons min et max sont activés.

Pour déclencher un bloc d’instruction lorsque l’utilisateur demande l’aide (Soit à partir de la touche F1, soit à partir du bouton d’aide, vous devez créer une méthode implémentant l’événement :

Private sub nom_méthode (ByVal sender As Object, ByVal hlpevent As System.Windows.Forms.HelpEventArgs) Handles objet.HelpRequested

Le code suivant permet d’afficher une boite de dialogue lorsque l’utilisateur demande l’aide sur le champs texte « text1 » qui doit être déclaré avec le mot clé « WithEvents ». La procédure suivante implémente l’événement :

Private Sub textBox_HelpRequested(ByVal sender As Object, ByVal hlpevent As

System.Windows.Forms.HelpEventArgs) Handles TextBox1.HelpRequested

            ‘converti le paramètre passé en control

      Dim requestingControl As Control = CType(sender, Control)

            ‘affiche le nom du controle

      MsgBox(CStr())              ‘valide la gestion de l’événement

      hlpevent.Handled = True

End Sub

L’objet « sender » passé en paramètre référence l’objet à l’origine de la demande d’aide.

•   Icon

Définit l’icône liée au formulaire : cette dernière apparaît dans la barre de titre.

•   IsMDIContainer

Détermine si le formulaire est un conteneur MDI, c’est à dire s’il est capable de contenir d’autre fenêtres.

Dans le cas d’un formulaire MDI, vous devez spécifier le code afin d’afficher d’autres formulaires à l’intérieur. Le code suivant permet l’affichage d’un formulaire fils : dans cet exemple, Form2 est le formulaire MDI, Form1 et Form3 sont les formulaires enfant. Il faut également paramétré l’option « IsMdiContainer » du Form2 à True.

Private Sub Form2_Load(ByVal sender As System.Object, ByVal e As System.EventArgs) Handles

        Dim f1 As New Form1         Dim f2 As New Form3         f1.MdiParent = Me

        ()

        f2.MdiParent = Me         ()

End Sub

•   Location

Cette objet défini la position du formulaire par rapport à son conteneur (c’est à dire l’écran ou le formulaire parent dans le cas d’application MDI). Deux propriétés permettent de définir la position :

 X : distance entre le bord gauche du conteneur et le bord gauche du formulaire  Y : distance entre le haut du conteneur et le haut du formulaire

Y

X

•   Locked

Détermine si le formulaire est verrouillé ou non : cette propriété est identique à « enabled » mais elle ne grise pas l’apparence du formulaire.

•   MinimizeBox, MaximizeBox

Détermine si les boutons « Agrandir » et « Réduire » sont visibles. Leur affichage empêchera l’affichage du bouton d’aide.

•   MinimumSize, MaximumSize

Cet objet définit la taille minimale et maximale que peut avoir le formulaire. Cet objet est généralement utilisé pour éviter que l’utilisateur réduise la fenêtre au point de ne plus avoir accès aux contrôles. Pour chaque objet, deux propriété sont disponibles : width (largeur) et height (hauteur).

•   Opacity

Définit un pourcentage d’opacité pour la fenêtre. Une valeur de 100% rend la fenêtre opaque.

 (Exemple avec 65%)

•   ShowInTaskBar

Détermine si un nouveau bouton est ajouté dans la barre des tâches lorsque la fenêtre est ouverte :

•   Size

Cet objet définit la taille du formulaire à l’aide de deux propriétés : width (largeur) et height (hauteur).

•   Startposition

Définit la position de départ lorsque la fenêtre est ouverte :

Valeur

Description

Manual

Position définie par la propriété location

CenterScreen

Centré par rapport à l’écran

WindowsDefaultlocation

Situé à l’emplacement par défaut de Windows et possède la taille définie dans size

WindowsDefaultBounds

Situé à l’emplacement par défaut de Windows et possède la taille par défaut de Windows

Centerparent

Centré par rapport à la fenêtre ayant déclenché l’ouverture.

•   Text

Détermine le texte affiché dans la barre de titre

•   TopMost

Si cette option est activée (true) le formulaire sera toujours au dessus de tous les autres formulaires, même s’il n’est pas activé. Cette option se prête particulièrement bien pour les boîtes à outils qui doivent toujours rester accessibles.

•   TransparencyKey

Du meilleur effet, cette propriété définit la couleur de transparence du formulaire : si vous spécifiez la couleur jaune en tant que TransparencyKey, toutes les zones du formulaire jaune seront transparentes :

•   WindowState

Détermine l’état du formulaire lors de l’ouverture :

Valeur

Description

Normal

Le formulaire apparaît avec sa taille standard

Minimize

Le formulaire est réduit lors de l’ouverture

Maximize

Le formulaire est en plein écran lors de l’ouverture

6.1.2.2 Méthodes

•   Activate

La méthode activate permet de mettre le formulaire au premier plan et de lui donner le focus.

•   Close

Ferme le formulaire

•   ShowDialog

Affiche le formulaire en tant que feuille modale, c’est à dire qu’au niveau de l’application, la fenêtre restera au premier plan tant qu’elle n’est pas fermée. 

6.1.2.2 Evénements

Les événements correspondent au cycle de vie de l’objet formulaire. Ils sont listés dans l’ordre chronologique.

•   New

L’objet formulaire est en cours de création

•   Load

Le formulaire ainsi que ses composants sont chargés mais il n’est pas visible.

•   Paint

Se produit lorsque le formulaire est redessiné. Cet événement peut apparaître plusieurs fois : par exemple au démarrage et lorsque le formulaire réapparait devant un autre.

•   Activated

Le formulaire récupère le focus.

•   Deactivate

Le formulaire perd le focus

•   Closing

Le formulaire est en cours de fermeture, les différents éléments le composant sont détruits. Le formulaire est cependant encore visible.

•   Closed

Le formulaire est fermé et maintenant invisible.

•   Dispose

L’objet formulaire est détruit.

•   Resize

Cet événement survient lorsque le formulaire est redimensionné. Généralement utilisé pour modifier la taille des contrôles le composant.

•   Click

L’utilisateur clique sur le fond du formulaire

•   DoubleClick

L’utilisateur double clique sur le fond du formulaire

6.1.3 Boîtes de dialogue

Si vous observez les différentes applications tournant sous windows, vous vous apercevrez qu’elles utilisent toutes les même boîtes de dialogue standard (Enregistrer, Ouvrir Imprimer …). Visual Basic permet l’utilisation de ces boîte de dialogue standard.

6.1.3.1 Ouverture

La boîte de dialogue d’ouverture permet la sélection d’un ou plusieurs fichiers physiques. La classe « OpenFileDialog » permet la gestion de cette boîte de dialogue.

Propriété

Description

Valeur

InitialDirectory

Dossier initial

‘’C:\winnt’’

Title

Titre de la boîte

‘’Sélection du fichier’’

Filter

Extension des fichiers acceptés

‘’tous|*.*|Fichier texte|*.txt’’

DefaultExt

Extension par défaut

‘’gif’’

AddExtension

Booléen indiquant si l’extension par défaut doit être automatiquement ajoutée à la fin du fichier lors de l’enregistrement

True

MultiSelect

Permet la sélection de plusieurs fichiers

True

CheckFileExist

Vérifie l’existence du fichier

True

FileName

Chemin du fichier sélectionné

FileNames

Chemin des fichiers selectionnés

Méthode

Description

ShowDialog

Affiche la fenêtre

Le code suivant paramètre la boîte de dialogue en acceptant uniquement les fichiers images (gif ou jpg). La sélection multiple est autorisée et la liste des fichiers est affichée à la fin.

        Dim dlg As OpenFileDialog

        dlg = New OpenFileDialog

        'paramétrage de la boîte

        dlg.Title = "Veuillez sélectionner l'image"         dlg.DefaultExt = "gif"

        dlg.Filter = "Image gif|*.gif|Image Jpeg|*.jpg"         dlg.Multiselect = True

        dlg.CheckFileExists = True

        'affichage de la boite

        dlg.ShowDialog()

        'affichage des fichiers selectionnés

        Dim fichier As String

        For Each fichier In dlg.FileNames

            MsgBox(fichier)

        Next

6.1.3.2 Enregistrement

La boîte de dialogue d’enregistrement est identique à la boîte de dialogue d’ouverture exceptée la propriété « Méthode » qui disparaît. Pour ouvrir une boîte d’enregistrement, utiliser la classe « SaveFileDialog ».

        Dim dlg As SaveFileDialog

        dlg = New SaveFileDialog

        'paramétrage de la boîte

        dlg.Title = "Enregistrer le fichier"         dlg.DefaultExt = "gif"

        dlg.Filter = "Image gif|*.gif|Image Jpeg|*.jpg"

        'affichage de la boite

        dlg.ShowDialog()

        'affichage des fichiers selectionnés

        MsgBox("le fichier sera enregistré dans: " & dlg.FileName)

6.1.3.3 Choix d’une couleur

Cette boîte de dialogue permet à l’utilisateur de choisir une couleur dans un panel. Deux versions de cette boîte de dialogue existent :

•   Version « simple »

•   Version « complète »

Dans les deux cas, vous devez utiliser la classe  « ColorDialog ». 

Propriété

Description

Color

Définit la couleur par défaut affichée et retourne la couleur sélectionnée par l’utilisateur

Fullopen

Booléen définissant si la boîte de dialogue s’affiche en mode complet ou non

SolidColorOnly

Booléen n’affichant que les couleurs gérées par la carte graphique

L’exemple suivant affiche une boîte de dialogue et modifie la couleur de fond du formulaire en fonction du choix de l’utilisateur :

        Dim c As New ColorDialog         c.FullOpen = False

        c.Color = Me.BackColor

        c.ShowDialog()         Me.BackColor = c.Color

6.1.3.4 Choix d’une police

Cette boîte de dialogue permet la sélection de tous les paramètres concernant le formatage de chaîne de caractère (police, taille, gras…).

Propriété

Description

ShowEffects

Booléen spécifiant si l’utilisateur peut définir les effets (gras

…)

ShowColor

Booléen spécifiant si l’utilisateur peut définir la couleur

MinSize

Taille minimale des caractères

MaxSize

Taille maximale des caractères

Font

Police par défaut et police retournée

Color

Couleur par défaut et couleur retournée

Pour afficher la boîte de dialogue, utiliser la méthode « ShowDialog ».

6.2 Les contrôles

Les contrôles permettent de créer l’interface entre l’utilisateur et notre application. C’est via les contrôles que l’utilisateur pourra saisir des données, effectuer des sélection et déclencher des actions par l’intermédiaires des événements.

De manière générale, les contrôles sont des objets graphiques, c’est à dire qu’il seront placés et visibles sur le formulaire. Cependant, certains contrôles offrant des fonctionnalités de programmation n’apparaîtront pas sur le formulaire mais dans une zone située en bas et uniquement en mode « Design ».

6.2.1 Membres communs

Les contrôles Visual Basic .Net sont des classes issues de la classe de base « control ». Cette dernière assure les fonctions élémentaires comme le placement sur une feuille, leur position … A cette classe est ajoutée une classe dérivée permettant la personnalisation des différents contrôles.

6.2.1.1 propriétés

•   Name

Nom du contrôle. Ce nom ne comporter que des lettres et le caractère underscore « _ ».

•   Anchor

Les ancres permettent de modifier automatiquement la taille d’un contrôle lors du redimensionnement d’un formulaire. Chaque contrôle possède sa propre ancre.

Lors du paramétrage, vous devez définir sur quels bords du conteneur est ancré le contrôle. Dans l’exemple suivant, nous créons un contrôle ancré à gauche et à droite :

•   CanFocus

Booléen spécifiant si le contrôle peut recevoir le focus.

•   CanSelect

Booléen spécifiant si le contrôle peut être sélectionné.

•   Dock

Dans le même esprit, la propriété « Dock » permet d’ancrer un contrôle aux à un bord du conteneur. Dans l’exemple suivant, le bouton est ancré en bas :

•   Enabled

Cette propriété est une valeur booléenne spécifiant si le contrôle est accessible ou non. Dans le second cas, le contrôle apparaîtra grisé.

•   Location

La propriété Location est un objet permettant de définir l’emplacement du contrôle par rapport à son conteneur. Il est composé de deux propriétés (X et Y) qui définissent ses coordonnées par rapport au coin supérieur gauche du conteneur.

•   Locked

Contrairement à la version précédente, cette propriété ne bloque pas le contrôle lors de l’exécution mais lors de la conception. Il permet d’éviter de modifier les propriétés d’un contrôle.

•   Modifiers

Cette propriété paramètre la visibilité au niveau programmation de l’objet. Elle peut prendre les valeurs suivantes :

Valeur

Description

Public

Accessible à partir de tous les éléments de la solution

Protected

Accessible à partir des membres de la classe et des sous classes

Protected Friend

Correspond à l’union des visibilités Friend et Protected

Friend

Accessible à partir du programme et des assemblages liés

Private

Accessible à partir des membres de la classe

Par défaut, la visibilité est friend.

•   Size

Cet objet permet de définir la taille du contrôle. Il est composé de deux propriétés, width (largeur) et height (hauteur).

•   TabIndex

Indice définissant l’ordre de tabulation du contrôle par rapport à son conteneur.

•   Text

Cet propriété référence le texte contenu ou affiché dans un contrôle (Par exemple, le texte affiché sur un bouton).

•   Visible

Cet propriété détermine si le contrôle est visible lors de l’exécution. Attention, aucun changement n’est visible lors de la conception.

6.2.1.2 Méthodes

Méthode

Description

Focus

Donne le focus au contrôle

Microsoft Visual Basic . Net - Août 2003

88/139

6.2.1.3 Evénements

Evénements

Description

Click

Activé lors du clic sur le contrôle

DoubleClick

Activé lors du double clic sur le contrôle

Enter

Activé lorsque l’utilisateur entre sur le contrôle

GotFocus

Activé lorsque le contrôle reçoit le focus

KeyDown

Touche enfoncée

KeyPress

Touche enfoncée et relachée

KeyUp

Touche relachée

LostFocus

Activé lorsque le contrôle perd le focus

MouseDown

Bouton souris enfoncé

MouseUp

Bouton souris relaché

MouseMove

Souris déplacée sur le contrôle

MouseWheel

Déplacement de la roulette

Resize

Déclenché lorsque le contrôle est redimensionné

6.2.2 Principaux Contrôles

Nous ne listerons dans cette partie que les principaux contrôles.

6.2.2.1 TextBox

Le contrôle TextBox est certainement le contrôle le plus utilisé : il permet de saisir des chaînes de caractère de 2000 à 32 000 caractères en fonction de la configuration.

Propriété

Description

CanFocus

Détermine si le contrôle peut recevoir le focus

CharacterCasing

Détermine la casse du texte : majuscules (upper) ou minuscules (lower)

Focused

Indique si le contrôle détient le focus

ForeColor

Couleur du texte

HideSelection

Définit si le contrôle masque la sélection lorsqu’il perd le focus

Lines

Tableau correspondant aux lignes du contrôle

MaxLength

Nombre de caractères maximum du contrôle

Modified

Spécifie si le contenu du champs a été modifié depuis sa création

MultiLine

Définit si le contrôle est multi lignes

PasswordChar

Définit le caractère servant à masquer un mot de passe

Readonly

Contenu du champs en lecture seule

Scrollbars

Affiche ou masque les barres de défilement

Selectionlength

Longueur de la sélection 

SelectionStart

Indice de début de la sélection dans le champs

Text

Contenu du champs

TextLength

Longueur du texte dans le contrôle

Méthode

Description

Clear

Efface le contenu du champs texte

Copy / Cut

Copie / coupe la sélection dans le presse papier

Focus

Donne le focus au contrôle

ResetText

Rétabli la valeur initiale du champs

Evénement

Description

TextChanged

Déclenché lorsque le texte change

L’exemple suivant permet de copier dans le presse papier tout le texte contenu dans le champs « textbox1 » et de vider ce dernier lorsqu’il reçoit le focus.

Private Sub TextBox1_GotFocus(ByVal sender As Object, ByVal e As System.EventArgs)

Handles TextBox1.GotFocus

        With Me.TextBox1

            .SelectionStart = 0

            .SelectionLength = .TextLength

            .Copy()

            .Text = ""

        End With

End Sub

6.2.2.2 Label

Le contrôle label est utilisé pour afficher du texte qui ne sera pas éditable par l’utilisateur. Il est généralement utilisé pour afficher le rôle des différents contrôles.

Propriété

Description

BorderStyle

Style de bordure

AutoSize

Le contrôle s’adapte à la taille du texte

Text

Contenu du label

L’exemple suivant affiche successivement « Bonjour » en gras et « Au revoir » en rouge lorsque l’utilisateur double clic sur le contrôle label1 :

Private Sub Label1_DoubleClick(ByVal sender As Object, ByVal e As System.EventArgs)

Handles Label1.DoubleClick

        With Me.Label1

            If .Text = "Bonjour" Then

                .Text = "Au revoir"

                .Font = New Font(.Font, FontStyle.Regular)

                .ForeColor =

            Else

                .Text = "Bonjour"

                .Font = New Font(.Font, )

                .ForeColor = System.Drawing.Color.Black

            End If

        End With

End Sub

6.2.2.3 CheckBox

Le contrôle Checkbox (Case à cocher) est utilisé pour proposer plusieurs options à l’utilisateur parmi lesquelles il pourra effectuer plusieurs choix.

Propriété

Description

Checked

Valeur booléenne indiquant si la case est cochée ou non

CheckState

Retourne ou modifie la valeur de la case à cocher en gérant le 3ème mode (grisé).

ThreeState

En standard, une case à cochée peut être cochée ou non. Il existe cependant un 3ème état « Indéterminé » permettant de grisé la case.

Cette propriété permet d’activer ce 3ème état.

CheckAlign

Alignement de la case à cocher par rapport au contrôle

Text

Texte associé au contrôle

Evénement

Description

CheckedChanged

Se produit lorsque la propriété « Checked » change

CheckStateChanged

Se produit lorsque la propriété « CheckState » change

L’exemple suivant comporte 3 cases à cocher (pour une sélection d’options voiture) :

-    ch1 libellée « Décapotable » -            ch2 libellée « Toit ouvrant »

-    ch3 libellée « Ailerons »

Pour des raisons logiques, il n’est pas possible de choisir ch2 et ch3 si ch1 est sélectionné.

Le code suivant permet de décocher et griser les cases.

    Private Sub ch1_CheckedChanged(ByVal sender As System.Object, ByVal e As

System.EventArgs) Handles ch1.CheckedChanged

        If Me.ch1.CheckState = CheckState.Checked Then

            Me.ch2.Checked = False

            Me.ch3.Checked = False

            Me.ch2.Enabled = False

            Me.ch3.Enabled = False

        Else

            Me.ch2.Enabled = True

            Me.ch3.Enabled = True

        End If

    End Sub

    Private Sub ch2_CheckedChanged(ByVal sender As System.Object, ByVal e As

System.EventArgs) Handles ch2.CheckedChanged

        If Not Me.ch2.Checked = True Then Me.ch1.CheckState = CheckState.Unchecked

        If Not Me.ch2.Enabled Then Me.ch2.Enabled = True         If Not Me.ch3.Enabled Then Me.ch3.Enabled = True     End Sub

    Private Sub ch3_CheckedChanged(ByVal sender As System.Object, ByVal e As

System.EventArgs) Handles ch3.CheckedChanged

        If Not Me.ch3.Checked = True Then Me.ch1.CheckState = CheckState.Unchecked

        If Not Me.ch2.Enabled Then Me.ch2.Enabled = True         If Not Me.ch3.Enabled Then Me.ch3.Enabled = True     End Sub

6.2.2.4 RadioButton

Contrairement aux cases à cocher, les boutons radio permettent à l’utilisateur d’effectuer un seul choix parmi plusieurs options. Cette dernière contrainte impose donc qu’il n’y ait jamais deux boutons cochés en même temps : Visual basic s’occupe de faire basculer l’état des boutons pour les boutons présents dans le même conteneur. Dans l’exemple suivant, c’est le formulaire qui est conteneur. Nous verrons plus loin les conteneurs « GroupBox » et « Panel ».

Les boutons radios possèdent les même propriétés et événements que les cases à cocher.

L’exemple suivant travaille avec 3 boutons radio (rad_blue, rad_red, rad_black) qui modifie la couleur de fond du formulaire en fonction de celui sélectionné. Notez qu’une seule procédure est utilisée pour implémenter les l’événement « CheckedChanged » de chaque bouton radio.

Private Sub rad_CheckedChanged(ByVal sender As System.Object, ByVal e As System.EventArgs) Handles rad_blue.CheckedChanged, rad_black.CheckedChanged, rad_red.CheckedChanged

        If Me.rad_black.Checked Then

            Me.BackColor = System.Drawing.Color.Black

        ElseIf Me.rad_blue.Checked Then

            Me.BackColor =

        Else

            Me.BackColor =

        End If

End Sub

                                    6.2.2.5 GroupBox et Panel

Au même titre qu’un formulaire, les contrôles GroupBox et Panel sont des conteneurs, c’est à dire qu’il contiennent eux même d’autres contrôles. Ces  contrôles présentent deux intérêts majeurs :

•   Regrouper de manière logique des contrôles afin de les isoler (pour les boutons radio par exemple)

•   Faciliter le placement de plusieurs contrôles car en modifiant la position du conteneur, vous modifiez la position de tous les contrôles contenus

•   Le GroupBox

Ce contrôle possède une seule propriété particulière« text » qui correspond au texte affiché.

•   Le Panel

Le contrôle panel reprend les fonctionnalités du contrôle GroupBox avec en plus la possibilité de gérer les barres de défilement (propriété AutoScroll).

6.2.2.6 Button

Le contrôle « button » est principalement utilisé pour déclencher une action lors du clic. 

6.2.2.7 ListBox

Le contrôle ListBox permet l’affichage d’une liste de choix, généralement des chaînes de caractères, dans laquelle l’utilisateur pour effectuer un ou plusieurs choix.

Propriété

Description

MultiColumn

Permet un défilement horizontal de la liste

Integralheight

Evite l’affichage d’une partie d’un élément de la liste

Items

Collection représentant les éléments contenus dans la liste

Sorted

Eléments classés par dans l’ordre

Itemheight

Hauteur d’un élément de la liste

SelectedIndex

Indice de l’élément sélectionné

SelectedIndices

Indices des éléments sélectionnés

SelectionMode

Mode de sélection des éléments (« MultiExtended » permet une sélection multiple, « One » permet une seule sélection et « None » aucune.

Méthode

Description

FindString

Retourne l’indice de l’élément commençant par le texte recherché

SetSelected

Définit un élément en tant que sélectionné ou non

GetSelected

Retourne un booléen permettant de savoir si un élément est sélectionné ou non

Evénement

Description

SelectedIndexChange

Déclenché lorsque la propriété « SelectedIndex » change

L’exemple suivant remplit un ListBox à l’aide d’une boucle.

        Dim i As Int16

        Me.ListBox1.Items.Clear()

        For i = 1 To 50

            ("Element no " & i)

        Next

Celui ci affiche l’élément sélectionné lors d’un double clic sur le ListBox.

    Private Sub ListBox1_DoubleClick(ByVal sender As Object, ByVal e As

System.EventArgs) Handles ListBox1.DoubleClick

        Dim elt As String         Dim indice As Int16         indice = Me.ListBox1.SelectedIndex         elt = Me.ListBox1.Items(indice)         MsgBox("Elément sélectionné: " & elt)     End Sub

Enfin, le code permettant d’afficher la liste des éléments sélectionnés :

        Dim elt As String

        For Each elt In Me.ListBox1.SelectedItems

            MsgBox("Libellé: " & elt)         Next

6.2.2.8 ComboBox

Le contrôle ComboBox est l’association du contrôle listBox et TextBox : il permet à l’utilisateur de sélectionner une valeur dans une liste ou de saisir une nouvelle valeur. Cependant, ce contrôle n’accepte pas les sélections multiples.

6.2.2.9 Splitter

Le contrôle « Splitter » est une nouveauté de la version .Net. Il permet de créer des barres de séparation redimensionnables pour distribuer l’espace du formulaire entre les différents contrôles. Splitter est particulièrement utilisé dans les interfaces de type « explorateur ».

Plutôt qu’un long discours, ci-dessous figure le mode opératoire afin de réaliser l’interface montrée en exemple.

•   Placer le contrôle « liste » et paramétrer la propriété « Dock » à « left »

•   Placer le contrôle « splitter » à droite de la liste et paramétrer sa propriété « dock » à left

•   Placer le contrôle « image » à droite et paramétrer la propriété « Dock » à « top »

•   Placer le second splitter en dessous de l’image et paramétrer la propriété « Dock » à « top »

e="font-size: 10pt;">•   Enfin, placer le contrôle « bouton » en dessous et paramétrer la propriété « Dock » à

« fill »

Propriété

Description

MinSize

MinExtra

6.2.2.10 ImageList

Le contrôle « ImageList » est un conteneur d’images destinées à être utilisée dans l’application ou alors par d’autre contrôles (Listview, TreeView …). Ce contrôle n’est pas visible sur le formulaire et peut contenir tous types d’images (Gif, Jper, Bmp …).

Propriété

Description

ColorDepth

Nombre de couleurs à utiliser pour les images

ImageSize

Taille en pixels des images

Transparent

Définit la couleur de transparence

Images

Collection contenant les images

Chacune des images possède un Index qui sera ensuite utilisé pour les lier aux autres contrôles. La gestion des images se fait à l’aide d’un assistant :

Le code suivant permet d’ajouter une image dans un Imagelist à partir d’un fichier physique et la supprimer du contrôle :

Dim chemin as string

Chemin = ‘’C:\mes documents\’’

(Image.fromfile(chemin))

Me.Imagelist1.images.RemoveAt(0)

6.2.2.11 Treeview

Le contrôle TreeView permet un affichage hiérarchique des données à la façon de l’explorateur Windows. Chaque élément du treeview est un nœud pouvant à son tour contenir d’autres nœuds.

Pour remplir le Treeview, vous pouvez utiliser les méthodes liées au contrôle ou utiliser l’assistant fourni par le framework. Pour l’ouvrir, utiliser le bouton situé à droite de la propriété « Nodes » :

•   Ajouter une racine : Ajoute un élément à la racine (Employés par exemple)

•   Ajouter un enfant : Ajoute un nœud enfant au nœud sélectionné • Etiquette : Texte affiché au niveau de l’élément sélectionné

•   Image :  Image du contrôle imagelist lié.

•   Image sélectionnée : Image affichée lorsque l’élément est sélectionné

Propriété

Description

CheckBoxes

Afficher les cases à cocher au niveau des éléments

FullrowSelect

La surbrillance s’étend sur toute la largeur du contrôle

ImageIndex

Indice de l’image par défaut du contrôle ImageList

ImageList

Contrôle ImageList contenant les images utilisées par le treeview

Indent

Valeur en pixel de l’indentation

LabelEdit

Permet à l’utilisateur de modifier l’étiquette

Nodes

Collection de nœuds

SelectedImageIndex

Indice de l’image par défaut pour les éléments sélectionnés

ShowPlusMinus

Affiche les signes + et – devant les nœuds parents

Sorted

Indique si les nœuds sont triés

Méthode

Description

Ajoute un élément

Le code suivant remplit un ImageList, insère à l’intérieur du TreeView 2 catégories principales (Renault & Peugeot) et place ensuite à l’intérieur les différents modèle en leur affectant des images :

        (Image.FromFile("C:\"))

        (Image.FromFile("C:\"))

        Me.TreeView1.ImageList = Me.ImageList1

        Me.TreeView1.ImageIndex = 0

        Dim noeud1, noeud2 As TreeNode         noeud1 = New TreeNode         noeud2 = New TreeNode

        With noeud1

            .Text = "Peugeot"

            .ImageIndex = 0

            ("307")

            ("806")

            ("309")

        End With

        With noeud2

            .Text = "Renault"

            .ImageIndex = 1

            ("Mégane")

            ("4L")

            ("Laguna")

        End With

        With Me.TreeView1

            (noeud1)

            (noeud2)

        End With

6.2.2.12 ListView

Le contrôle listview permet l’affichage d’une liste plate selon les 4 modes de présentation de l’explorateur Windows :

Au même titre que le TreeView, le ListView posséde des assistants afin de définir leur contenu. Pour ouvrir l’assistant permettant de gérer la liste, cliquer sur le bouton à droite de la propriété Items :

Pour chaque élément, il est possible de paramétrer :

•   Checked : définit si l’élément apparaît coché par défaut

•   Font : police de l’élément

•   ForeColor : couleur d’affichage du texte

•   ImageIndex : indice de l’image liée à l’élément

•   Text : libellé de l’élément

•   UseItemStyleForSubitems : répercute les propriété de l’élément sur les sous éléments

•   SubItem : dans un affichage par détail, correspond aux colonnes à partir de la seconde. Lors du clic sur le bouton correspondant à cette propriété, un nouvel assistant est lancé pour définir les autres colonnes.

Il existe également un assistant pour les colonnes : pour l’ouvrir, utiliser le bouton à droite de la propriété « Columns ». Celles ci n’apparaîtront que lors d’un affichage au détail.

Propriété

Description

AllowColumnReorder

Autorise ou non la modification de l’ordre des colonnes

AutoArrange

Organise automatiquement la présentation des éléments

Columns

Collection de colonnes

FullrowSelect

La surbrillance s’étend sur toute la largeur du contrôle

HeaderStyle

Style des entête de colonne

Items

Collection d’éléments

LabelEdit

Permet à l’utilisateur de modifier l’étiquette des éléments

LargeImageList

ImageList utilisé pour la présentation « LargeIcon »

MultiSelect

Permet la sélection multiple

SmallImageList

ImageList utilisé pour toutes les présentation (sauf LargeIcon)

Sorting

Mode de tri

View

Mode de représentation de la liste

Le code suivant affiche pour chaque caractère son code ascii, le caractère en minuscule et le caractère en majuscule. Il crée également les colonnes :

        Dim elt As ListViewItem

        Dim i As Byte

        With Me.ListView1

            .View = View.Details

            ("Ascii", 50, HorizontalAlignment.Center)

            ("Min", 50, HorizontalAlignment.Center)

            ("Maj", 50, HorizontalAlignment.Center)

            For i = 0 To 255                 elt = New ListViewItem                 = CType(i, String)                 (LCase(Chr(i)))                 (UCase(Chr(i)))

                (elt)

            Next

        End With

6.2.2.13 TabControl

Le contrôle « TabControl » permet l’affichage d’onglet contenant chacun plusieurs contrôles. Ce dernier est généralement utilisé pour regrouper logiquement des contrôle ou pour placer beaucoup de contrôles dans la même formulaire.

TabControl possède également un assistant permettant de le configurer. Pour ouvrir l’assistant, utiliser le bouton à droite de la propriété « TabPages » :

Pour chaque « page », il est possible de configurer les options d’apparence qui sont analogues à celles d’un formulaire.

Propriété

Description

Alignment

Définit la position des onglets par rapport aux pages

HotTrack

Modifie l’apparence des onglets lorsque la souris passe dessus

Imagelist

ImageList lié pour les icônes d’onglets

Multiline

Permet l’affichage des onglets sur plusieurs lignes

TabPages

Collection de pages.

6.2.2.14 Menus

les menus permettent d’offrir à l’utilisateur un ensemble de fonctionnalités sans pour

autant surcharger la présentation du formulaire. Il existe 2 types de menu :

•   Menu d’application situé en haut du formulaire

•   Menu contextuel activé généralement lors d’un clic droit

Pour créer un ou plusieurs menus, vous devez ajouter à votre formulaire le contrôle « MainMenu ». A ce moment, le contrôle apparaît en dessous du formulaire et un menu est ajouté. Il n’y a pas d’assistants particulier : pour ajouter un élément, cliquer sur les zones « Tapez ici » :

Pour définir  une barre de séparation, créer un élément avec « - » (tiret) en libellé.

Propriété

Description

Checked

Indique si l’élément est coché

DefaultItem

Définit l’élément en tant qu’élément par défaut

MdiList

Affiche la liste des fenêtres enfants dans le cas d’une fenêtre MDI

RadioCheck

Indique si l’élément est activé

ShortCut

Permet de définir un raccourci pour le menu

ShowShorcut

Affiche le raccourci

Text

Libellé du menu

6.2.2.15 DateTimePicker

Le contrôle « DateTimePicker » associe une zone de texte et un calendrier permettant la sélection d’une date.

Propriété

Description

Checked

Si activé, spécifie lorsque l’utilisateur a sélectionné une date

CustomFormat

Chaine de format pour l’affichage de la date sélectionnée

Format

Mode d’affichage de la date

MaxDate

Date maximale sélectionnable

MinDate

Date minimale sélectionnable

Evénement

Description

ValueChanged

Déclenché lorsque la valeur change

Il existe un second contrôle pour la gestion des dates : MonthCalendar. Ce dernier reprend les fonctionnalités du contrôle DateTimePicker avec en plus la possibilité de définir des jours fériés ou des périodes sélectionnées.

6.2.2.16 Timer

Le contrôle Timer permet de déclencher un événements à intervals réguliers. 

Propriété

Description

Interval

Définit l’interval en milliseconde. La valeur doit être comprise entre 1 et 65536

Enabled

Active ou désactive le timer

Evénement

Description

Tick

Déclenché à chaque interval.

6.2.3 Le Drag and Drop

Le drag and Drop (ou Glisser Déposer) est une des fonctionnalités en terme d’ergonomie qui fit le succès de Windows. Il permet de déplacer des informations (Fichiers, Images, Texte, Objet) au sein d’une même application ou entre plusieurs en accrochant un élément au curseur pour ensuite le déposer sur l’objet de destination (Liste, champs texte…).

6.2.3.1 Démarrer le drag and drop

Pour démarrer le drag and drop, vous devez détecter lorsque l’utilisateur quitte un contrôle avec un bouton enfoncé. Pour cela, on utilise l’événement « MouseMove » :

   Private Sub TextBox1_MouseMove(ByVal sender As Object, ByVal e As

System.Windows.Forms.MouseEventArgs) Handles TextBox1.MouseMove

        If e.Button = Then

            …

        End If

    End Sub

 Ensuite, vous activer le drag and drop en spécifiant l’élément à déplacer ainsi que les effets. L’élément à déposer est de type Object (donc ce peut être n’importe quel élément). Pour cela, on utilise la méthode « DoDragDrop » prenant deux arguments : l’objet à déplacer et les effets voulus. Les effets sont membres de la classe « DragDropEffects ».

Effet

Description

All

Les données sont copiées, supprimées et parcourues dans la zone cible

Copy

Les données sont copiées dans la zone de déplacement

Link

Les données sont liées à la cible de déplacement

Move

Les données sont déplacées vers la cible de déplacement

6.2.3.3 Contrôler la réception

En premier lieu, vous devez spécifier que le contrôle cible peut recevoir des éléments :

pour cela, paramétrez la propriété « AllowDrop » à « True ».

Le contrôle de la réception consiste à modifier l’apparence du curseur et du contrôle cible en vérifiant que l’élément déplacé corresponde aux besoins. Pour cela, nous disposons de plusieurs événements (ces 3 événements sont valides tant que l’utilisateur ne lâche pas le bouton de la souris).

Evénement

Description

Utilisation

DragEnter

Se produit lorsque le curseur entre dans la zone du contrôle.

Utilisé pour modifier l’apparence du contrôle cible et du curseur et vérifier la validité de l’élément déplacé

DragOver

Se produit tant que le curseur reste au dessus de la zone du contrôle

DragLeave

Se produit lorsque le curseur quitte la zone du contrôle

Utilisé pour rétablir l’apparence du contrôle cible et du curseur

Sur chacun des événement est passé en paramètre « e » de type DragEventsArg contient toutes les informations sur le déplacement :

Propriété

Description

Data

Correspond à l’élément déplacé

Effect

Défini l’action autorisée par le contrôle de destination et permet de modifier l’apparence de la souris

KeyState

Permet de connaître l’état des touches Shift, Alt, Ctrl

X, Y

Position du curseur sur le contrôle

Pour récupérer l’élément ou l’objet déplacé, vous devez utiliser la méthode suivante :

e.Data.GetData(DataFormats.type_données)

Cette méthode est utilisée pour vérifier le type d’objet déplacé (dans la méthode DragEnter).

6.2.3.3 Récupérer l’élément

La récupération de l’élément se fait lorsque l’événement « DragDrop » est déclenché. 

Ci dessous figure un exemple complet permettant de déplacer du texte d’une textbox à une autre :

    Private Sub TextBox1_MouseMove(ByVal sender As Object, ByVal e As System.Windows.Forms.MouseEventArgs) Handles TextBox1.MouseMove

        If e.Button = Then

            Me.TextBox1.DoDragDrop(, )

        End If

    End Sub

    Private Sub TextBox2_DragEnter(ByVal sender As Object, ByVal e As System.Windows.Forms.DragEventArgs) Handles TextBox2.DragEnter         e.Effect =

        Me.TextBox2.BorderStyle = BorderStyle.FixedSingle     End Sub

    Private Sub TextBox2_DragDrop(ByVal sender As Object, ByVal e As

System.Windows.Forms.DragEventArgs) Handles TextBox2.DragDrop

        = e.Data.GetData()

        Me.TextBox2.BorderStyle = BorderStyle.FixedSingle

        If CBool(e.KeyState And 32) Then

            Me.TextBox1.Clear()

        End If

    End Sub

    Private Sub TextBox2_DragLeave(ByVal sender As Object, ByVal e As

System.EventArgs) Handles TextBox2.DragLeave

        Me.TextBox2.BorderStyle = BorderStyle.Fixed3D     End Sub

7 ActiveX Data Object .Net

L’accès aux données dans le développement d’applications est une étape fondamentale qui influera ensuite sur la rapidité et l’évolutivité de votre application. Dans les versions précédentes de Visual Basic, il existait plusieurs méthodes d’accès aux données en fonction des configurations (Bases de données distantes  ou locales, type de fichiers…)  : DAO, RDO, ADO. Dans la nouvelle mouture seule la technologie ADO .Net est gardé. Elle permet un accès à différentes sources de données par l’intermédiaire de fournisseurs OLE DB. La grande force de cette technologie est qu’elle permet une manipulation identique quelque soit la source de données (en dehors des paramètres de connexion).

Cette nouvelle version voit apparaître de nouvelles fonctionnalités :

•   Gestion des données en mode déconnecté : les DataSet et DataAdapter permettent de fusionner la base de données avec des fichiers de données en intégrant les modifications effectuées de chaque bord et, le cas échéant, mettre en avant les conflits

•   Mise à disposition de classe dépendante de la source de données afin d’optimiser les traitement et ainsi éviter les couches successives

•   Intégration du format XML pour l’échange et le rapatriement de données

Au final, l’ADO est un ensemble de classe mettant à disposition  les objets, méthodes et évènements nécessaire à l’interfaçage avec une base de données. Ces classes sont disponibles dans plusieurs espaces de nom :

Espace de noms

Description

Contient les objets ADO n’appartenant pas à un fournisseur spécifique (DataSet, DataTable …)

.Common

Contient les classes de base pour plusieurs objets des autres espaces de noms

.OleDB

Contient les objets associés au fournisseurs OLEDB .Net

.SqlClient

Contient les objets associés au fournisseurs Sql Server .Net

7.1 Mode connecté et déconnecté

Lors de l’utilisation de données dans une application, deux modes sont opposés :

7.1.1 Mode connecté 

On parle de mode connecté lorsque l’application client à un accès direct à la source de données. Dans ce cas, vous devez dans un premier vous connecter à la source avant d’effectuer n’importe quelle tâche. Ce mode est utilisé pour les applications « résidante » au sein d’une entreprise dans laquelle la base de données est toujours accessible.

Dans ce mode, vous utiliserez les objets suivants :

•   Connection : permet d’établir une connexion avec la source de données

•   Command : cet objet permet d’exécuter des traitements où de modifier / lire des données sur la source

•   DataReader : permet de parcourir un ensemble d’enregistrement récupéré

7.1.2 Mode déconnecté 

Le mode déconnecté est une nouveauté de l’ADO .Net. Ce mode permet de travailler sur des données sans avoir un accès direct et permanent à la base. Il est principalement utilisé pour les applications « nomades » qui ne disposent pas toujours d’un accès à la source de données comme par exemple, les portables des commerciaux dans une société.

Dans cette configuration, le traitement des données se fait en 3 étapes :

•   Récupération des données à partir de la source

•   Modification des données en mode déconnecté

•   Intégration des données modifiées à la source avec, le cas échéant, résolution des conflits (généralement les contraintes d’intégrité)

Si vous utilisez le mode déconnecté, vous disposerez des objets suivants :

•   DataSet : jeu de données 

•   DataAdapter : classe permettant la fusion entre un jeu de données et la source

7.2 Les fournisseurs d’accès

Les fournisseurs d’accès permettent la communication avec une source de données. En fonction des sources de données, le provider sera différent. Il existe 3 types de Providers en :

o   Les fournisseurs ODBC permettant de se connecter aux sources ODBC o Le fournisseur OLE DB (permettant de se connecter à toutes les sources ayant un provider OLE Db). Voir pour plus d’informations

o   Les fournisseurs natifs (Pour Sql Server ou Oracle)

Source de données

Fournisseur

Chaine de connexion

Microsoft Access

OLEDB

.OLEDB.4.0

SQL Server

SQL

SQLOLEDB.1

Oracle

OLEDB

OraOLEDB.Oracle

ODBC

ODBC

MSDASQL

MySQL

OLEDB

MySQLProv

Le choix du fournisseur aura deux impacts majeurs dans le développement de votre application :

•   Influe sur la rapidité des traitements avec la source de données : lorsque que vous le pouvez, utiliser le fournisseur dédié à votre base de données

•   Utilisation des fonctionnalités propres à la source : certaines fonctionnalités ne sont accessibles que pour certains fournisseurs. Choisir un fournisseurs trop générique ne vous permettra pas d’exploiter complètement les fonctionnalités de votre source.

7.3 L’objet Connection

L’objet connection constitue la première étape dans l’accès aux données : elle permet de se connecter à la source et de connaître le niveau de sécurité et les différents droits de l’utilisateur sur la source.

En fonction du type de fournisseur choisi, la création de l’objet Connection différera :

Fournisseur

Classe

ODBC

Odbc.OdbcConnection

OLEDB

OLEDB.oledbConnection

SQL Server

Sqlclient.SQLconnection

L’exemple suivant crèe 3 connexions en fonction du fournisseur :

Dim cn_oledb As New OleDb.OleDbConnection

Dim cn_odbc As New Odbc.OdbcConnection Dim cn_sql As New SqlClient.SqlConnection

7.3.1 Propriétés

Propriété

Description

ConnectionString

Chaîne utilisée pour la connexion

ConnectionTimeOut

Délai en seconde maximum pour l’établissement de la connexion

State

Etat de la connexion (Closed, connecting, Open, Executing, Fetching, Broken)

Provider

Fournisseur utilisé

DataSource

Emplacement de la base de données

La principale propriété est « connectionString ». C’est une chaîne de caractères définissant les principaux attributs nécessaires à la connexion. Parmi ces informations figurent :

•   Le fournisseur d’accès

•   L’emplacement de la base

•   Informations d’authentification

•   La base de données initiale

L’exemple suivant ouvre une connexion avec une base Microsoft Access :

        Dim cn As New OleDb.OleDbConnection

        cn.ConnectionString = ".OLEDB.4.0;Data

Source=E:\Support\vbnet\;"

        ()

        Select Case cn.State.ToString

            Case

                MsgBox("Ouvert")

            Case ConnectionState.Broken

                MsgBox("Interrompue")

            Case ConnectionState.Closed

                MsgBox("Fermée")

            Case ConnectionState.Connecting

                MsgBox("En cours de connexion")

            Case ConnectionState.Executing

                MsgBox("En exécution")

            Case ConnectionState.Fetching

                MsgBox("Extraction de données")

        End Select         cn.Close()

L’exemple ci-dessous ouvre une connexion avec un serveur SQL Server, spécifie un compte SQL pour l’authentification et paramètre le « timeout » :

Dim cn as new SqlClient.SqlConnection

Cn.connectionString = "Provider=SQLOLEDB.1;Data Source=(local) ;User Id=sa ;Initial Catalog =NorthWind ;Connection TimeOut=50"

Msgbox(cn.state)

Cn.close

Enfin, un exemple de connexion SQL Server avec authentification Windows, c’est à dire que l’utilisateur doit être authentifié au niveau du domaine afin d’accéder aux données.

Dim cn as new SqlClient.SqlConnection  cn.ConnectionString = "Integrated Security=SSPI;Persist Security Info=False;Initial

Catalog=planning;Data Source=zeus;Workstation ID=OLIVIER;" ()

cn.close

7.3.2 Méthodes

Méthode

Description

Open

Ouvre la connexion

Close 

Ferme la connexion et libère les ressources

BeginTransaction

Débute une transaction avec un niveau d’isolation

CreateCommand

Crée un objet Command

7.3.3 Evénements

Evénement

Description

Microsoft Visual Basic . Net - Août 2003



109/139

StateChange

Déclenché lors du changement de la propriété State

InfoMessage

Déclenché lorsque la BD envoie un message

L’exemple suivant permet d’afficher un message lorsque la connexion se ferme :

Dim WithEvents cn as new OleDb.OleDbConnection

Private sub cn_State_change(byval sender as Object, ByVal e as

.StateChangeEventArgs) handles cn.StateChange

            If (e.CurrentState = ConnectionState.closed) then

                        MsgBox("Connexion fermée ! ")

            End if

End sub

7.4 Objet Command

Une fois la connexion établie avec la source de données, vous devez communiquer avec cette dernière pour gérer vos traitements. Trois types de traitements peuvent être effectués :

•   Requête de sélection pour extraire des informations

•   Requête d’exécution

•   Procédures stockées (scripts stockés sur le serveur)

Lors de la création d’un objet commande, vous devez définir le type d’opération qu’il devra réaliser ainsi que la connexion à laquelle il est rattaché.

Propriété

Description

Commandtext

Texte SQL de la requête ou nom de la procédure stockée

CommandType

Type de la commande (requête, table, procédure)

Connection

Connexion liée à la commande

Transaction

Objet transaction lié (voir plus bas)

CommandTimeOut

Nombre de seconde pour l’exécution de la commande

Parameters

Collection de paramètres à envoyer avec la commande

Méthode

Description

Cancel

Annule l’exécution de la commande

ExecuteNonQuery

Exécute la requête d’action et retourne le nombre de ligne affectées

ExecuteReader

Exécute la requête de sélection et retourne un objet de type DataReader

ExecuteScalar

Exécute la requête et retourne la valeur scalaire (1ère ligne, 1ère colonne)

CreateParameter 

Crèe un objet paramètre

ExecuteXMLReader

Exécute la requête de sélection et retourne un objet de type XmlReader

L’exemple suivant permet de récupérer le résultat d’une requête :

        Dim com_sql As New SqlClient.SqlCommand

        Dim dr_sql As SqlClient.SqlDataReader

        com_sql.Connection = cn_sql

        com_sql.CommandType =          com_sql.CommandText = "select * from STAGIAIRE"

        dr_sql = com_sql.ExecuteReader

L’exemple suivant permet de modifier les enregistrements d’une table et d’afficher le nombre d’enregistrement modifiés :

        Dim com_sql As New SqlClient.SqlCommand

        com_sql.Connection = cn_sql

        com_sql.CommandType =

        com_sql.CommandText = "update STAGIAIRE set sta_nom = 'toto' where sta_num = 55"

        MsgBox(com_sql.ExecuteNonQuery)

L’exemple suivant permet de récupérer le nombre de stagiaires :

        Dim com_sql As New SqlClient.SqlCommand

        com_sql.Connection = cn_sql

        com_sql.CommandType =

        com_sql.CommandText = "select count(*) from STAGIAIRE"

        MsgBox(com_sql.ExecuteScalar)

 L’exemple suivant permet l’exécution d’une procédure stockée :

        Dim com_sql As New SqlClient.SqlCommand

        Dim dr_sql As SqlClient.SqlDataReader

        com_sql.Connection = cn_sql

        com_sql.CommandType = CommandType.StoredProcedure         com_sql.CommandText = "sp_who"         dr_sql = com_sql.ExecuteReader

7.5 Objet DataReader

De manière générale, il existe deux types de résultat pour un objet command : soit il retourne un seul résultat (c’est le cas lorsque vous utilisez les méthodes ExecuteScalar ou ExecuteNonQuery), soit il retourne un ensemble d’enregistrements (méthode ExecuteReader).

L’objet DataReader permet de lire (seulement en avant) les enregistrements issus d’une requête.

Propriété

Description

FieldCount

Nombre de champs (colonne)

HasRows

Détermine si le DataReader comporte 1 ou plusieurs lignes

RecordsAffected

Nombre de ligne affectée lors d’une opération en Transact SQL

Méthode

Description

Close

Ferme le DataReader et remplit les paramètres de retour

Read

Avance au prochain enregistrement

GetValue(i)

Retourne la valeur du champs à l’indice « i »

GetName(i)

Retourne le nom du champs à l’indice « i »

GetType(i)

Retourne le type du champs à l’indice « i »

L’exemple suivant affiche tous les enregistrement du datareader en séparant chaque champs par un pipe « | ». Si aucun enregistrement n’est retourné, un message est affiché.

        Dim com_sql As New SqlClient.SqlCommand

        Dim dr_sql As SqlClient.SqlDataReader

        com_sql.Connection = cn_sql

        com_sql.CommandType =          com_sql.CommandText = "select * from FORMATEUR"         dr_sql = com_sql.ExecuteReader

        if not dr_sql.HasRows then msgBox(‘’Aucun enregistrement’’)

        Dim contenu As String

        Dim i As Int16 

        Do While

            For i = 0 To dr_sql.FieldCount - 1                 contenu &= dr_sql.GetValue(i)             Next

            contenu &= vbCr

        Loop

        MsgBox(contenu)

7.6 Objet DataSet

Un DataSet regroupe un ensemble de classe, collections et objets permettant de reproduire une source de données relationnelle avec des objets « Tables »  et « Relation ». L’intérêt d’un tel objet est de pouvoir travailler sur des données sans pour autant être connecté à la base ce qui permet une meilleur monter en charge des bases de données qui se verront soulagées d’un grand nombre d’opérations.

La création d’un DataSet se fait par simple déclaration en spécifiant son nom. Attention, deux DataSet ne peuvent avoir le même nom.

Dim monds as DataSet

Monds = new DataSet("monds")

Une fois créé, vous devez lui ajouter des relations  et des tables contenant elle même des champs.

Méthode

Description

AcceptChanges

Valide toutes les modifications effectuées dans le DataSet

RefuseChanges

Refuse toutes les modifications effectuées dans le DataSet

Propriétés

Description

HasChanges

Retourne vrai si le DataSet contient des tables dont les enregistrements ont été modifiés, supprimés, ajoutés

7.6.1 Objet DataTable

L’objet DataTable correspond à une table.

Propriété

Description

Columns

Collection des colonnes de la table</span>

Constraints

Collection des contraintes de la table

Rows

Collection des lignes de la table

MinimumCapacity

Taille initiale pour les enregistrements

CaseSensitive

Mode de comparaison (Respect de la casse ou non)

PrimaryKey

Tableau de colonnes faisant parti de la clé primaire

L’exemple suivant crée un objet DataTable en spécifiant ces paramètres et le lie au DataSet

        Dim donnees As New DataSet("donnees")         Dim personne As New DataTable("personne")

        personne.CaseSensitive = False         personne.MinimumCapacity = 50         (personne)

7.6.2 Objet DataColumn

Les objets DataColumn correspondent aux différentes colonnes d’une table. En créant une colonne, vous devez spécifier plusieurs informations :

•   Le nom de la colonne

•   Le type de la colonne (ci dessous figure la liste des types utilisables

Type

Description

Boolean

Valeur booléene

Byte

Octets (Entier de 0 à 254)

Char

Représente 1 caractère

DateTime

Heure & Date

Decimal

Décimal

Double

Nombre à virgule flottante à double précision

Int16

Entier signé de XX Bits

Int32

Int64

SByte

Entier compris entre –127 et 128

Single

Nombre à virgule flottante

String

Chaîne de caractère

TimeSpan

Représente un intervalle de temps

UInt16

UInt32

UInt64

Entier non signé codé sur 16 bits

•   Les propriétés de la colonne

Propriété

Description

AllowDBNull

Autorise la valeur Null

AutoIncrement

Définit si la colonne est un compteur dont la valeur s’incrémente automatiquement (Attention, le champs doit être de type Integer )

AutoIncrementSeed

Valeur de départ pour l’autoIncrement

AutoIncrementStep

Pas de l’incrément

Defaultvalue

Valeur par défaut de la colonne

MaxLength

Longueur maximale pour le champs texte

Unique

Définit si les valeurs de la colonne doivent être uniques

L’exemple suivant ajoute des champs à la table « personne » en utilisant les différentes propriétés et spécifie la clé primaire :

        Dim donnees As New DataSet("donnees")         Dim personne As New DataTable("personne")

        personne.CaseSensitive = False         personne.MinimumCapacity = 50         (personne)

        Dim col1 As New Data.DataColumn("pers_num", GetType(Integer))         col1.AutoIncrement = True         col1.AutoIncrementSeed = 1         col1.AutoIncrementStep = 1

        donnees.Tables("personne")(col1)

        donnees.Tables("personne").PrimaryKey = New DataColumn() {col1}

        Dim col2 As New Data.DataColumn("pers_nom", GetType(String))         col2.Unique = True         col2.MaxLength = 255         col2.DefaultValue = "inconnu"

        donnees.Tables("personne")(col2)

7.6.3 Objet DataRelation

Un DataSet est une représentation en objets d’une base de données. Un des points fondamental des bases de données est la mise en place de relation permettant ensuite de vérifier la cohérence des données saisies dans plusieurs tables.

La création d’une relation se fait par rapport à un DataSet en créant un objet DataRelation et en spécifiant les champs des tables qui sont liés. Une relation concerne deux champs. Lors de la création de la relation, vous devez spécifier son nom, le champs « clé primaire » et le champs « clé étrangère ». L’exemple suivant crée les tables « personne » et « categorie » et met en place une relation entre les deux :

        Dim donnees As New DataSet("donnees")

        'creation de la table personne et ajout des champs         Dim personne As New DataTable("personne")

        personne.CaseSensitive = False         personne.MinimumCapacity = 50         (personne)

        Dim col1 As New Data.DataColumn("pers_num", GetType(Integer))         col1.AutoIncrement = True         col1.AutoIncrementSeed = 1         col1.AutoIncrementStep = 1

        donnees.Tables("personne")(col1)

        donnees.Tables("personne").PrimaryKey = New DataColumn() {col1}

        Dim col2 As New Data.DataColumn("pers_nom", GetType(String))         col2.Unique = True         col2.MaxLength = 255         col2.DefaultValue = "inconnu"

        donnees.Tables("personne")(col2)

        Dim col3 As New Data.DataColumn("pers_cat_num", GetType(Integer))         donnees.Tables("personne")(col3)

        'creation de la table catégorie et ajout des champs         Dim categorie As New DataTable("categorie")

        categorie.CaseSensitive = False         categorie.MinimumCapacity = 50         (categorie)

        Dim col4 As New Data.DataColumn("cat_num", GetType(Integer))         col4.AutoIncrement = True         col4.AutoIncrementSeed = 1         col4.AutoIncrementStep = 1

        donnees.Tables("categorie")(col4)

        donnees.Tables("categorie").PrimaryKey = New DataColumn() {col4}

        Dim col5 As New Data.DataColumn("cat_lib", GetType(String))         col5.MaxLength = 50

        donnees.Tables("categorie")(col5)

        'creation de la relation

        Dim rel As New DataRelation("personne_categorie", donnees.Tables("categorie").Columns("cat_num"), donnees.Tables("personne").Columns("pers_cat_num"))         (rel)

        'Ajout des contraintes

    Dim fk As ForeignKeyConstraint = rel.ChildKeyConstraint     fk.DeleteRule =      fk.UpdateRule =

Notez que la dernière partie définit le comportement des enregistrements de la relation lors d’opération d’insertion ou de suppression : dans le cas précédent, la suppression d’une catégorie de personne sera refusée si elle contient des personnes.

7.6.4 Travailler avec les données

Une fois que la structure du DataSet est en place, vous devez être en mesure d’ajouter des données aux DataTable. Chaque DataTable contient une collection de DataRow qui correspond aux différents enregistrements de la table.

7.6.4.1 Parcourir les données

Le parcourt des données permet de lire les enregistrements stockés dans le DataTable. Il existe deux modes de parcourt :

•   Le parcourt linéaire qui consiste à accéder aux enregistrements d’une seule table à partir de leurs indices (éléments inexistants dans les bases de données relationnelles)

•   Le parcourt hiérarchique permettant d’utiliser les relations mises en place entre les tables d’un DataSet

L’exemple suivant affiche tous les éléments de la table « personne » :

        Dim i As Int16

        Dim contenu As String

        With donnees.Tables("personne")             For i = 0 To .Rows.Count - 1

                contenu &= .Rows(i).Item("pers_num") & " - " & .Rows(i).Item("pers_nom") & vbCr

            Next

        End With

        MsgBox(contenu)

Le résultat obtenu :

Le second exemple permet d’afficher pour chaque catégorie, toutes les personnes correspondantes. Le code va dans un premier temps parcourir toutes les catégories et, avec la méthode « GetChildRows » récupérer tous les enregistrements correspondant dans la table personne. Cette méthode prend en argument la relation pour laquelle vous souhaitez récupérer les enregistrements enfants.

        Dim contenu2 As String = "--- Liste des personnes par catégorie---" & vbCr         Dim elt As DataRow

        With donnees.Tables("categorie")             For i = 0 To .Rows.Count - 1

                contenu2 &= .Rows(i).Item("cat_lib") & vbCr

                For Each elt In .Rows(i).GetChildRows("personne_categorie")                     contenu2 &= "--> " & ("pers_nom") & vbCr

                Next

            Next

        End With

        MsgBox(contenu2)

Le résultat obtenu :

A l’inverse, il est possible de récupérer l’enregistrement « parent » d’un enregistrement faisant parti d’une relation avec la méthode « GetParentRow ». Cette méthode prend également en paramètre la relation pour laquelle vous souhaitez récupérer l’enregistrement père. L’exemple suivant affiche la liste des personnes en affichant également le libellé de la catégorie à laquelle ils appartiennent :

        Dim contenu3 As String = "--- Liste des personnes avec le libellé catégorie---" & vbCr

        With donnees.Tables("personne")

            For i = 0 To .Rows.Count - 1

                contenu3 &= .Rows(i).Item("pers_num") & " - " & .Rows(i).Item("pers_nom") & " - " & .Rows(i).GetParentRow("personne_categorie").Item("cat_lib") & vbCr

            Next

        End With

        MsgBox(contenu3)

Le résultat obtenu :

 7.6.4.2 Insertion de données

Pour insérer un nouvel enregistrement, vous devez créer un objet DataRow à partir du Datatable, configurer les valeurs des différentes colonnes et enfin ajouter le DataRow au DataTable.

L’exemple suivant ajoute un enregistrement dans la table categorie :

        Dim dr As DataRow = donnees.Tables("categorie").NewRow()         dr("cat_lib") = "Salarié"

        donnees.Tables("categorie")(dr)

L’exemple suivant ajoute une personne en lui attribuant la catégorie no 3 (catégorie inexistante !) :

        Dim dr2 As DataRow = donnees.Tables("personne").NewRow()         dr2("pers_nom") = "Victor"         dr2("pers_cat_num") = "3"

        donnees.Tables("personne")(dr2)

A ce moment, une exception est levée car les enregistrements ne respectent pas la relation « personne_categorie » :

7.6.4.3 Modification de données

La modification de données est possible en modifiant la collection Rows de l’objet DataTable. La modification d’un enregistrement se fait en 3 étapes :

•   Appel de la méthode « BeginEdit » sur l’objet DataRow : cette méthode  permet de commencer une opération de modification

•   Modification des données

•   Appel de la méthode « EndEdit » pour valider les modifications ou « CancelEdit » pour les annuler.

L’exemple suivant modifie le premier enregistrement de la table « Personne » :

        With donnees.Tables("personne").Rows(0)

            .BeginEdit()

            .Item("pers_nom") = "saturnin"

            .EndEdit()

        End With

7.6.4.4 Suppression de données

La suppression de données consiste à supprimer des Objets DataRow de l’objet DataTable. Pour cela, on utilise la méthode « Delete » de l’objet DataRow.

L’exemple suivant  permet de supprimer une personne :

        donnees.Tables("personne").Rows(0).Delete()

7.6.5 Objet DataView

L’objet DataView permet d’extraire, filtrer et trier des données issues d’un DataTable.

De plus, il est possible de modifier, ajouter, supprimer des données directement à partir du DataView et les modifications seront automatiquement retranscrites dans le DataTable lié. Un DataView peut être vu comme une vue au niveau base de données.

Propriété

Description

AllowDelete

Autorise la suppression d’enregistrements

AllowEdit

Autorise la modification d’enregistrements

AllowNew

Autorise l’ajout d’enregistrements

Count

Nombre d’enregistrement

RowFilter

Définit un filtre pour les données : chaîne de texte équivalente à la clause « where » d’une requête SQL

Sort

Définit le tri : Equivalant à la clause « order by » d’une requête

SQL

Méthode

Description

Addnew

Ajoute un enregistrement

Delete

Supprime un enregistrement

Find

Retourne l’indice de l’enregistrement correspondant aux paramètres de recherche par rapport au champs spécifié dans l’attribut « sort »

FindRows

Retourne un ensemble de DataRow correspondant à la recherche.

L’exemple suivant crée un DataView à partir du DataTable personne et ne garde que les personnes dont le numéro de catégorie est 1. les enregistrements sont classés par nom décroissant. Enfin, nous recherchons l’enregistrement dont le nom est « Julien » et nous affichons les informations.

        Dim dv As New DataView         dv.Table = donnees.Tables("personne")         dv.AllowDelete = False         dv.AllowNew = False         dv.AllowEdit = True

        = " pers_nom"

        Dim indice As Integer         indice = ("Julien")

        MsgBox(dv(i).Item("pers_nom"))

7.6.6 Les évènements

La modification des données d’un DataTable entraîne la levée de plusieurs événements qui permettront par exemple de valider les valeurs saisies dans les enregistrements. 

Evénement

Description

ColumnChanged

Valeur de colonne changée

ColumnChanging

Valeur de colonne en cours de modification

RowChanged

Ligne de la table modifiée

RowChanging

Ligne de la table en cours de modification

RowDeleted

Ligne de la table supprimée

RowDeleting

Ligne de la table en suppression

7.7 Objet DataAdapter

Les Objets DataSet et DataTable permettent de définir la structure des données  au sein d’une application comme mode temporaire de stockage. Ceux ci peuvent ensuite être alimentés en données par un fichier texte par exemple. La réalité est cependant différente, la plupart des applications nécessitent l’interrogation et le stockage des informations dans une base de données distante (Oracle, Sql Server) ou local (Access).

L’objet DataAdapter est un connecteur entre la source de données et l’objet DataSet. L’intérêt d’un tel composant est de pouvoir dissocier la zone de stockage des donnéees (Une BDR par exemple) de la zone de travail (Le DataSet).

Son utilisation se fait en plusieurs étapes :

•   Connection à la source de données

•   Récupération des données de la base et insertion dans les DataTable

•   Déconnexion de la source de données

•   Modification des données par l’application

•   Connexion à la source de données

•   Envoi des modifications effectuées vers la source

7.7.1 Création

Lors de la création d’un DataAdapter, il est nécessaire de spécifier la connexion utilisée ainsi que la requête Select. En fonction du Provider utilisé, l’objet DataAdapter sera différent car il doit être en mesure de modifier les données d’une source. 2 objets existent :

•   OleDbDataAdapter

•   SqlDataAdapter

        Dim da As New OleDb.OleDbDataAdapter("select * from Table1", cn)

Ainsi, le DataAdapter sait sur quelles données il devra travailler.

7.7.2 Importer des données

L’importation des données consiste à remplir les DataTable d’une DataSet à  partir d’un DataAdapter défini.

7.7.2.1 Remplir un DataSet

Le remplissage des éléments d’un DataSet se fait à l’aide de la méthode Fill de l’objet DataAdapter. Plusieurs configurations sont possibles pour la récupération des données en raison de la surcharge de la méthode Fill :

Quelque soit la surcharge utilisée, la méthode Fill a la capacité d’ouvrir et de fermer la connexion utilisée pour la création du DataAdapter. Attention, si vous accéder plusieurs à des tables via un DataAdapter, il est préférable d’ouvrir et fermer vous même la connexion.

•   Remplir un DataTable existant

La première possibilité consiste à remplir une DataTable déjà existant : dans ce cas, la structure du DataTable doit correspondre au jeu de résultat retourné. Nous verrons plus tard qu’il est possible de passer outre cette possibilité en utilisant un Mappage des données. La méthode Fill prend en paramètres un DataSet ainsi que le nom de la table à remplir.

        'definition dataset et datatable

        Dim ds As New DataSet("monds")

        Dim t As New DataTable("matable")

        Dim col1 As New Data.DataColumn("num", GetType(Integer))         Dim col2 As New Data.DataColumn("lib", GetType(String))         (col1)

        (col2)

        (t)

        'connexion (définition mais pas ouverture)         Dim cn As New OleDb.OleDbConnection

        cn.ConnectionString = ".OLEDB.4.0;Data Source=E:\;"

        'remplissage datatable à partir du DataAdapter

        Dim da As New OleDb.OleDbDataAdapter("select * from Table1", cn)         (ds, "matable")

•   Créer et remplir un nouveau DataTable

La seconde possibilité permet de laisser au DataAdapter le soin de créer le DataTable ainsi que sa structure. Dans ce cas, il suffit d’appeler la méthode Fill en passant en paramètre le nom d’un DataTable inexistant.

        'definition dataset et datatable

        Dim ds As New DataSet("monds")

        'connexion (définition mais pas ouverture)         Dim cn As New OleDb.OleDbConnection

        cn.ConnectionString = ".OLEDB.4.0;Data Source=E:\;"

        'remplissage datatable à partir du DataAdapter

        Dim da As New OleDb.OleDbDataAdapter("select * from Table1", cn)         (ds, "matable")

•   Récupérer un certain nombre d’enregistrements

Il est possible lors de l’appel de la méthode Fill de spécifier quelles sont les lignes de la requête à récupérer. Pour cela, on utilise deux paramètres qui sont l’indice de départ et le nombre maximal d’enregistrement à récupérer. Cette signature permet en particulier de générer un affichage par page en récupérant tour à tour les 10 premiers enregistrements, les 10 suivants etc…

L’exemple suivant récupère 10 enregistrements à partir du 50 ème.

        Dim da As New OleDb.OleDbDataAdapter("select * from Table1", cn)         (ds, 50, 10, "toto")

•   Remplissage de Datatable multiples

Il est également possible de remplir plusieurs DataTable à partir d’un seul

DataAdapter en passant en paramètres plusieurs requêtes séparées par des points virgules :

Attention, lors de la création des DataTable, la méthode Fill les nomme « Table1 », Table2 … Il est donc vivement conseillé de renommer les tables après exécution.

        'connexion (définition mais pas ouverture)         Dim cn As New OleDb.OleDbConnection

        cn.ConnectionString = ".OLEDB.4.0;Data Source=E:\;"

        'remplissage datatable à partir du DataAdapter

        Dim da As New OleDb.OleDbDataAdapter("select * from Client;Select * from

Produit;Select * from Commande", cn)         (ds, "matable")         ds.Tables(1).TableName = “Client”         ds.Tables(2).TableName = “Produit”         ds.Tables(3).TableName = “Commande”

7.7.2.2 Mappage des données

Jusqu’à présent, pour remplir un DataTable déjà existant, nous devions une structure identique à celle définit dans la source de données, en particulier au niveau des noms et des types de champs. Le mappage des données permet de définir pour chaque table et colonne de la source leur correspondance au niveau du DataTable.

Une telle méthode peut être utile afin de :

•   Modifier le nom d’une table

•   Renommer les champs d’une table pour améliorer la lisibilité du code

•   Récupérer des informations pour des colonnes ne portant pas de nom (les opérations d’aggrégation par exemple)

La définition d’un mappage se fait au niveau du DataAdapter par le biais de la collection « TableMapping » et « «ColumnMapping » qui contiennent les équivalences en terme de tables et de champs.

L’exemple suivant définit un mappage correspondant au schéma ci dessous :

DataTable : customer

no name surname birth

Table : Client

num nom prenom daten

        'definition dataset et datatable

        Dim ds As New DataSet("monds")

        Dim t As New DataTable("customer")

        Dim col1 As New Data.DataColumn("name", GetType(String))

        Dim col2 As New Data.DataColumn("surname", GetType(String))

        Dim col3 As New Data.DataColumn("birth", GetType(Date))         Dim col4 As New Data.DataColumn("no", GetType(Int32))         (col1)

        (col2)

        (col3)

        (col4)

        (t)

        'connexion

        Dim cn As New OleDb.OleDbConnection

        cn.ConnectionString = ".OLEDB.4.0;Data Source=E:\Support\vbnet\;"

        'definition du DataAdapter

        Dim da As New OleDb.OleDbDataAdapter("select num, nom, prenom, daten from Client", cn)

        'définition des mappings de table & champs         ("Client", "customer")         da.TableMappings(0)("num", "no")         da.TableMappings(0)("nom", "name")         da.TableMappings(0)("prenom", "surname")         da.TableMappings(0)("daten", "birth")

        'remplissage

        da.MissingMappingAction = MissingMappingAction.Ignore         (ds.Tables("customer"))

7.7.2.3 Importer la structure 

Dans certains cas, il peut être interressant de ne récupérer que la structure d’une source de données sans pour autant récupérer les enregistrements qui la composent. Par exemple, un programme ne faisant que de l’insertion aura besoin de la structure mais pas des données. Il faut dans ce cas, utiliser la méthode FillSchema et passer les arguments suivants :

Paramètre

Description

DataSet

Le dataSet vers lequel exporter les données

SchemaType

Spécifie si les mappings définit doivent être utilisés :

SchemaType.Mapped      oui

SchemaType.Source      non

SrcTable

Nom du DataTable vers lequel envoyer la structure

L’exemple suivant importe la structure de la table « Client » vers le DataSet « ds » et affiche la structure de la table :

        'connexion

        Dim cn As New OleDb.OleDbConnection

        cn.ConnectionString = ".OLEDB.4.0;Data Source=E:\;"

        'definition du DataAdapter & DataSet

        Dim da As New OleDb.OleDbDataAdapter("select * from Client", cn)

        Dim ds As New DataSet("monds")

        da.FillSchema(ds, SchemaType.Source, "dt_client")

        'affichage de la structure de la table

        Dim chps As DataColumn

        Dim contenu As String

        For Each chps In ds.Tables("dt_client").Columns

            contenu &= chps.ColumnName & " - " & chps.DataType.ToString & vbCr

        Next

        MsgBox(contenu)

Résultat obtenu :

7.7.3 Exporter des données

Dans la plupart des applications exploitant les bases de données, vous devrez tôt ou tard mettre à jour la source de données à partir des données modifiées dans un DataSet ou un DataReader : c’est également le rôle du DataAdapter qui doit pouvoir mettre à jour les enregistrement insérés, modifiés ou supprimés.

Dans un premier temps, vous devrez définir le comportement du DataAdapter pour chaque type de modification sur la table du DataSet (Insert, Update, Delete). Il est également possible d’effectuer un mappage pour les données du DataSet et de la source.

Cette mise à jour peut cependant lever des conflits au niveau des enregistrements :

imaginez un enregistrement que vous modifiez et qui est supprimé par un utilisateur juste avant la demande de mise à jour ! Pour réglez ces conflits, le DataAdapter possède un ensemble d’objets et d’évènements permettant de cibler et résoudre les problèmes.

7.7.3.1 Mise à jour de la source de données

• Propriétés utilisées

Afin de mener à bien les opérations de mise à jour vers la source de données, l’objet DataAdapter doit être en mesure de connaître l’état des enregistrement (DataRow) des différents DataTable. 

Pour cela, chacune des lignes possède la propriété « RowState » pouvant prendre les valeurs suivantes :

Valeur

Description

1

Detached : la ligne n’est encore intégrée à aucun DataTable

2

Unchanged : Aucun changement depuis le dernier appel de AcceptChanges

4

Added : la ligne a été ajoutée

8

Deleted : La ligne a été supprimée

16

Modified : La ligne a été modifiée

7.7.3.1 Définition des requêtes d’actualisation

En fonction de l’état des lignes, l’objet DataAdapter exécutera des requêtes différentes afin de mettre à jour la source de données. Le comportement du DataAdapter est définit par trois objets command :

-    InsertCommand

-    UpdateCommand

-    DeleteCommand

Pour créer ses commandes, vous pouvez soit utiliser la classe CommandBuilder correspondant à votre fournisseur de données qui générera automatiquement les commandes ou alors les paramétrer vous même :

• Classe CommandBuilder

L’exemple suivant crèe les commandes d’actualisation à partir de la classe CommandBuilder :

        'connexion

        Dim cn As New OleDb.OleDbConnection

        cn.ConnectionString = ".OLEDB.4.0;Data

Source=E:\Support\vbnet\;"

        'dataset, dataadapter

        Dim ds As New DataSet

        Dim da As New OleDb.OleDbDataAdapter("select * from Client", cn)         (ds, "Client")

        'creation des commandes

        Dim cmdbuilder As New OleDb.OleDbCommandBuilder(da)         da.InsertCommand = cmdbuilder.GetInsertCommand         da.DeleteCommand = cmdbuilder.GetDeleteCommand         da.UpdateCommand = cmdbuilder.GetUpdateCommand

Les commandes créées sont des requêtes SQL contenant plusieurs paramètres (représentés par des ?). 

Dans le cas d’une commande Delete ou Update, les commandes générés prennent en compte le fait que l’enregistrement cible à mettre à jour doit avoir les même valeurs que lors de la lecture initiale. Si une des valeurs de l’enregistrement à été modifiée sur la source de données, la mise à jour ne sera pas validée et une erreur sera retournée.

Voici les commandes générées par la classe CommandBuilder :

 o Commande Insert

INSERT INTO Client( nom , prenom , daten ) VALUES ( ? , ? , ? )

Notez que dans le cas d’une clé primaire avec numéroauto ou AutoIncrement, le champs n’est pas spécifiée car il est généré par la base de données.

 o Commande Delete

DELETE FROM  Client WHERE ( (num = ?) AND ((? = 1 AND nom IS NULL) OR (nom =

?)) AND ((? = 1 AND prenom IS NULL) OR (prenom = ?)) AND ((? = 1 AND daten IS NULL) OR (daten = ?)) )

 o Commande Update

UPDATE Client SET nom = ? , prenom = ? , daten = ? WHERE ( (num = ?) AND ((? = 1

AND nom IS NULL) OR (nom = ?)) AND ((? = 1 AND prenom IS NULL) OR (prenom = ?)) AND ((? = 1 AND daten IS NULL) OR (daten = ?)) )

• Générer ses propres commandes

De manière générale, la commande d’insertion correspond aux besoins de l’entreprise. Cependant, concernant les commandes Update et Delete, elles imposent que l’enregistrement à mettre à jour n’est pas été modifié entre sa lecture et sa mise à jour par votre application.

Dans l’exemple suivant, la commande de suppression ne filtre les enregistrements que par rapport à leur clé primaire : ainsi, si un autre utilisateur a modifié les enregistrements entre temps, la suppression se fera quand même.

        'creation de la commande personnalisée de suppression

        Dim cmddelete As New OleDb.OleDbCommand("Delete from Client where num = ?", cn)

        'definition du parametre numéro

        With ("@p1", GetType(Integer))

            .SourceColumn = "num"   'colonne liée

            .SourceVersion = DataRowVersion.Original 'valeur à récupérer         End With

        'définition de la requete comme DeleteCommand du DataAdapter         da.DeleteCommand = cmddelete

7.7.3.2 Déclencher la mise à jour des données

Pour déclencher la mise a jour des données, il suffit d’appeler la méthode Update de l’objet DataAdapter en passant en paramètre le DataSet ainsi que le nom de la table du DataSet à valider.

        da.Update(ds, "Client")

Afin de ne pas lancer de mise à jour injustifiée, la propriété « HasChanges » de l’objet DataSet peut être consultée :

        If ds.HasChanges Then             da.Update(ds, "Client")

        Else

            MsgBox("aucun changement")

        End If

Il est également possible de récupérer à partir d’un DataTable uniquement les lignes ayant subies des modifications (ajout ou suppression ou modification). De cette façon, vous êtes en mesure d’actualiser qu’une partie des lignes modifiées.

La méthode GetChanges des objets DataTable et DataSet permet de ne récupérer que les enregistrement modifiés.

L’exemple ci dessous ne met à jour que les enregistrements supprimés de la table « Client » : pour cela, on utilise la méthode « GetChanges » permettant de ne récupérer que les enregistrement ayant subit des modifications (ajout, suppression, modification).

        'maj des enregistrements supprimés :         Dim tbl2 As DataTable =

ds.Tables("Client").GetChanges(DataRowState.Deleted)

        da.Update(tbl2)

Une fois la mise à jour effectuée, la propriété « RowState » des différents DataRow concernés est passée à « UnChanged » spécifiant que la ligne est validé.

7.7.3.3 Gestion des conflits

Lors de la mise à jour de la base de données avec la méthode Update, plusieurs conflits peuvent apparaître. Un conflit est une exception de mise à jour de la source.

Try

            Da.update(ds, ‘’Clients’’)

Catch ex as Exceptio

            Msgbox(‘’Erreur de mise à jour ‘’)

End Try

Dans le cas d’une erreur de mise à jour, la mise à jour des lignes suivantes est ommise. Afin de forcer la mise à jour de toutes les lignes (même celles suivants un conflit), vous devez paramétrer le comportement du DataAdapter :

Da.ContinueUpdateOnErrors = true

• Afficher les lignes conflictuelles

Après une mise à jour, toutes les lignes voit leur propriété « RowState » à « Unchanged » sauf les lignes conflictuelles : la méthode consiste donc à parcourir les RowState et récupérer seulement les lignes dont « RowState » est différent de « UnChanged ».

L’exemple suivant illustre cette méthode :

        da.ContinueUpdateOnError = True

        da.Update(ds, "Client")

        'affichage des lignes conflictuelles         chaine = ""

        If ds.HasChanges Then

            Dim dr As DataRow

            For Each dr In ds.Tables("Client").Rows

                If dr.RowState <> DataRowState.Unchanged Then

                    Select Case dr.RowState                         Case DataRowState.Deleted

                            dr.RejectChanges()  'retablit l'état initial afin de pouvoir accéder à la PK

                            chaine &= "Suppression impossible pour la clé " & (0)

                        Case DataRowState.Modified

                            chaine &= "Modification impossible pour la clé " & (0)

                    End Select

                End If

            Next

            MsgBox(chaine)

        Else

            MsgBox("Toutes les mises à jour ont été effectuées")

        End If

La seconde méthode consiste à récupérer les enregistrements non validés par la méthode Update par l’intermédiaire de la méthode « GetChanges » : vous créez à partir de cette méthode un nouvel objet « DataTable » et vous pouvez ensuite parcourir les enregistrements de cette table afin d’identifier les conflits.

• Evénements et propriétés liés

Pour la gestion des conflits, il est également possible d’utiliser les évènements

« RowUpdating » et «RowUpdated » respectivement déclenchés avant et après la mise à jour d’un enregistrement (c’est à dire l’envoi de la commande correspondante).

L’événement RowUpdating est utilisé pour prévenir les sources de conflits : par exemple, dans une application ou deux utilisateurs peuvent simultanément modifier différents champs d’un même enregistrement, un conflit sera automatiquement déclenché pour le dernier faisant la mise à jour. L’événement RowUpdating peut vous permettre de modifier l’UpdateCommande et n’y inclure que les champs modifiés (ceux dont l’ancienne valeur est différente de la nouvelle).

L’événement RowUpdated quand à lui permet de résoudre les conflits une fois que ceux ci sont déclenchés afin de ne pas avoir d’autres répercutions sur les enregistrements suivants.

Ces deux évènements prennent en paramètre « e » de type .FillErrorEventArgs :

Propriété

Description

StatementType

Type de la commande

Command

Objet commande

Row

Objet DataRow à actualiser

Status

Règle de gestion des lignes suivantes

Errors

Erreurs générées (seulement dans RowUpdated)

L’exemple suivant utilise l’événement « RowUpdated » afin de résoudre les conflits de maj lorsqu’ils interviennent :

    Private Sub da_RowUpdated(ByVal sender As Object, ByVal e As

.OleDb.OleDbRowUpdatedEventArgs) Handles da.RowUpdated

        'gestion des conflits de maj

        If e.Row.RowState <> DataRowState.Unchanged Then

            Select Case e.Row.RowState

                Case DataRowState.Deleted

                    If Not TypeOf e.Errors Is DBConcurrencyException Then

                        'erreur d'integrite referentielle

                        MsgBox("Erreur suppression" & vbCr & "type erreur =

" & e.Errors.Message)

                    Else

                        'conflit d'actualisation, l'enregistrement n'existe plus

                        MsgBox("L'enregistrement à supprimer n'existe plus dans la source de données")                     End If

                Case DataRowState.Modified

                    If Not TypeOf e.Errors Is DBConcurrencyException Then

                        'erreur d'integrite referentielle

                        MsgBox("Erreur de mise à jour" & vbCr & "type erreur = " & e.Errors.Message)

                    Else

                        'conflit d'actualisation, l'enregistrement n'existe plus

                        MsgBox("L'enregistrement à mettre à jour n'existe plus dans la source de données")

                    End If

            End Select

        End If     End Sub

• Revenir en arriere sur plusieurs actualisations

Dans le cas d’un problème d’actualisation bloquant, il peut être interressant d’annuler toutes les actualisations déjà réalisées afin de laisser la base de données dans un état cohérent. Pour annuler toutes les actualisations déjà faîtes, il suffit de lier les commandes à une transaction (regroupement de commande) car l’objet transaction possède les méthodes « commit » et « rollback » qui permettent respectivement de valider et d’annuler toutes les commandes d’une transaction.

L’exemple suivant effectue les mises à jour et annule l’ensemble des commandes si une erreur survient.

        'connexion

        cn.ConnectionString = ".OLEDB.4.0;Data

Source=E:\Support\vbnet\;"

        'dataset, dataadapter         Dim ds As New DataSet

        da = New OleDb.OleDbDataAdapter("select * from Client", cn)         (ds, "Client")

        'creation des commandes et rattachement à la transaction

        Dim cmdbuilder As New OleDb.OleDbCommandBuilder(da)         da.InsertCommand = cmdbuilder.GetInsertCommand         da.DeleteCommand = cmdbuilder.GetDeleteCommand         da.UpdateCommand = cmdbuilder.GetUpdateCommand

        'transaction & initialisation

        Dim transac As OleDb.OleDbTransaction         ()

        transac = cn.BeginTransaction

        da.InsertCommand.Transaction = transac         da.DeleteCommand.Transaction = transac         da.UpdateCommand.Transaction = transac 

        'modification des données

        ds.Tables("Client").Rows(0).Delete()

        ds.Tables("Client").Rows(1).Item(1) = "tutu"

        'effectue la mise à jour         da.ContinueUpdateOnError = True

        da.Update(ds, "Client")

        'si erreur, on annnule tout

        If ds.HasChanges Then

            MsgBox("Erreur(s) lors de la mise à jour. Toutes les opérations sont annulées.")

            transac.Rollback()

        Else

            MsgBox("Mise à jour réussie !")             transac.Commit()

        End If

        'fermeture de la connexion         cn.Close()

7.8 Liaison de données aux contrôles

La liaison de données permet de lier un contrôle de formulaire à 1 ou plusieurs champs d’une source de données.

Deux types de liaison de données existent :

-    Liaison de données simple : une seule propriété du contrôle est liée à une colonne de la source de données (exemple : champs texte)

-    Liaison de données complexe : plusieurs propriétés du contrôle sont liées à une ou plusieurs colonnes de la source de données (exemple : liste déroulante)

De manière générale, le fonctionnement est le suivant

-    Créer un objet connexion

-    Créer un objet DataAdapter

-    Créer l’objet DataSet et le remplir à l’aide du DataAdapter

-    Lier les propriétés des contrôles aux champs du DataSet

-    Manipuler et naviguer entre les enregistrements avec l’objet BindingManagerBase

7.8.1 Objets utilisés

Lors de la mise en place de contrôles liés, les objets suivants sont mis à contribution :

7.8.1.1 DataBinding

Cet objet permet de lier une propriété d’un contrôle à un champs de la source de données. 

Au niveau d’un contrôle, la collection « DataBindings » contient l’ensemble des liens « source de données » vers « propriété » du contrôle. Ainsi, lorsque vous souhaitez lier par le code un contrôle à un champs, utilisez la méthode Add.

Le code suivant lie la propriété « text » du contrôle textbox1 au champs « nom » de la table « Client » du DataSet11 :

     ("text", Me.DataSet11, "")

7.8.1.2 ControlBindingCollection

Cet objet contient l’ensemble des objets Binding pour un contrôle (par exemple dans le cas d’un TextBox dont le contenu serait définit par le champs « nom » et la couleur de fond par le champs « color »).

7.8.1.3 BindingManagerBase

Cet objet contient l’ensemble des objets Binding liés à la même source de données. C’est grâce à lui que vous pourrez par exemple parcourir les données (suivant, précédent), ajouter ou supprimer des enregistrements etc…

Propriété

Description

Count

Nombre de ligne gérées par le BMB

Position

Indice de la ligne en cours

Méthode

Description

AddNew

Ajoute un nouvel enregistrement

CancelCurrentEdit

Annule l’édition ou l’ajout en cours

RemoveAt(indice)

Supprime l’enregistrement à la position Indice

7.8.1.4 BindingContext

Contient l’ensemble des objets BindingManagerBase pour les contrôles d’un formulaire par exemple.

7.8.2 Liaison de données par Interface Graphique

L’environnement de développement Visual Studio offre un ensemble d’outils permettant de générer la liaison entre contrôle et champs de la source de données.

7.8.2.1 Définir la connexion

Pour définir la connexion, ouvrir l’explorateur de serveur, clic droit sur « Connexions de données », Ajouter une connexion :

Les paramètres de votre connexion dépendent de la source de données à laquelle vous souhaitez vous connecter. Pour plus de renseignement, consulter la partie « Connexion » de ce chapitre.

7.8.2.2 Création des objets connexion et DataAdapter

Une fois la connexion définie, vous devez générer les objets Connexion et DataAdapter qui seront utilisés pour lier vos contrôles a la source de données : pour cela, faîtes glisser la table voulue sur le formulaire : les objets connexion et DataAdapter sont alors créés.

7.8.2.3 Générer le groupe de données

Afin de pouvoir faire références aux données de la table sélectionnée dans les différents contrôles, vous devez générer le groupe de données. Cette opération permet de générer un DataSet contenant les informations des différentes tables.

Pour générer le groupe de données, clic droit sur l’objet DataAdapter précédemment créé, « Générer le groupe de données » :

Une fois les informations de la boite de dialogue paramétrée, un nouvel objet DataSet est créé :

7.8.2.4 Lier les contrôles

Une fois toutes ces opération réalisées, vous êtes en mesure de lier les différents contrôle aux données du DataSet. Cette opération est différente suivant les contrôles utilisés :

•   Pour un TextBox

•   Pour un ListBox

7.8.2.5 Finalisation par le code

La dernière étape consiste à placer dans l’événement « Form_load » le code permettant d’une part de remplir le DataSet généré et d’autre part récupérer une référence à l’objet BindingManagerBase afin de naviguer dans la source de données :

Dim WithEvents bmb As BindingManagerBase

    Private Sub Form_Load(ByVal sender As System.Object, ByVal e As

System.EventArgs) Handles

        'remplissage du dataset

        (Me.DataSet11, "Client")

        'recuperation de la référence au BindingManagerBase         bmb = Me.BindingContext(Me.DataSet11, "Client")     End Sub

7.8.3 Exemple d’application

Le code suivant permet d’implémenter l’application suivante :

            Public Class Form3

    Inherits

    'declaration globale des objets

    Public cn As New OleDb.OleDbConnection

    Public WithEvents da As OleDb.OleDbDataAdapter

    Public ds As New DataSet

    Public bmb As BindingManagerBase

#Region " Code généré par le Concepteur Windows Form "

    Private Sub Form3_Load(ByVal sender As System.Object, ByVal e As

System.EventArgs) Handles          'initialisation des objets

        cn.ConnectionString = ".OLEDB.4.0;Data Source=E:\Support\vbnet\;"

        da = New OleDb.OleDbDataAdapter("select * from Client", cn)         (ds, "Client")

        'liaison des propriétés des controles aux champs de la base

        ("text", ds, "")

        ("text", ds, "Client.daten")

        ("text", ds, "")

        ("text", ds, "Client.prenom")

        bmb = Me.BindingContext(, "Client")

    End Sub

    Private Sub btn_premier_Click(ByVal sender As System.Object, ByVal e As

System.EventArgs) Handles btn_premier.Click

        .Position = 0

    End Sub

    Private Sub btn_precedent_Click(ByVal sender As System.Object, ByVal e

As System.EventArgs) Handles btn_precedent.Click

        .Position -= 1

    End Sub

    Private Sub btn_suivant_Click(ByVal sender As System.Object, ByVal e As

System.EventArgs) Handles btn_suivant.Click

        .Position += 1

    End Sub

    Private Sub btn_dernier_Click(ByVal sender As System.Object, ByVal e As

System.EventArgs) Handles btn_dernier.Click

        .Position = .Count - 1

    End Sub

    Private Sub btn_ajouter_Click(ByVal sender As System.Object, ByVal e As

System.EventArgs) Handles btn_ajouter.Click

        .AddNew()

    End Sub

    Private Sub btn_supprimer_Click(ByVal sender As System.Object, ByVal e

As System.EventArgs) Handles btn_supprimer.Click

        If MsgBox("Supprimer ?", MsgBoxStyle.YesNo) = Then             Try

                .RemoveAt(.Position)

                MsgBox("Element supprimé")

            Catch ex As Exception

                MsgBox("Erreur de suppression :" & vbCr & ex.Message)             End Try

        End If

    End Sub

    Private Sub btn_valider_Click(ByVal sender As System.Object, ByVal e As

System.EventArgs) Handles btn_valider.Click

        .EndCurrentEdit()

    End Sub

    Private Sub btn_annuler_Click(ByVal sender As System.Object, ByVal e As

System.EventArgs) Handles btn_annuler.Click

        .CancelCurrentEdit()

    End Sub

End Class

7.8.4 Formulaires de données Maitre  / Détail

Les formulaires de données permettent d’afficher en même temps le contenu de deux tables liées par une relation : par exemple, si vous affichez une fiche client avec en dessous la liste de toutes les commandes passées, la liste des commandes doit être mise à jour lors de la sélection d’un autre client.

Pour cela, il suffit de créer dans le même DataSet deux tables liées par une relation et de modifier la propriété « DataMember » en lui passant en paramètre le nom de la table maître et le nom de la relation.

            L’exemple suivant reprend l’application de gestion de client précédente en ajoutant l’affichage des commandes pour le client affiché :

Les seules modifications à appliquer au code précédent se situe dans le « Form_Load ». Voici la version modifiée :

        'initialisation des objets

        cn.ConnectionString = ".OLEDB.4.0;Data Source=E:\Support\vbnet\;"

        da = New OleDb.OleDbDataAdapter("select * from Client", cn)

        da.FillSchema(ds, SchemaType.Source, "Client")         (ds, "Client")

        da2 = New OleDb.OleDbDataAdapter("select * from Commande", cn)

        da2.FillSchema(ds, SchemaType.Source, "Commande")         (ds, "Commande") 

        'creation de la relation entre les tables commande et client

        Dim r As New DataRelation("client_commande", ds.Tables("Client").Columns("num"), ds.Tables("Commande").Columns("cli_num"))         (r)

        'liaison des propriétés des controles aux champs de la base

        ("text", ds, "")

        ("text", ds, "Client.daten")

        ("text", ds, "")

        ("text", ds, "Client.prenom") 

        'liaison du DataGrid

        Me.DataGrid1.CaptionText = "Liste des commandes"

        Me.DataGrid1.DataSource =

        Me.DataGrid1.DataMember = "Client.client_commande" 

        'recupere le context

        bmb = Me.BindingContext(, "Client")


5749