Kinésithérapeute en belgique: Cursus et formation

Kinésithérapeute en belgique: Cursus et formation

Contenu :

Introduction

Hautes écoles Vs Universités

Comment accéder à la formation en kinésithérapie ?

Les modalités d’inscription

Où peut-on suivre la formation en kinésithérapie ?

Spécialités du métier

Évolution de carrière d’un masseur-kinésithérapeute

Avantages et difficultés

Conclusion

Introduction


La kinésithérapie est une profession paramédicale qui se charge de traiter la condition physique, la santé et le bien être des patients en ayant recours à des mouvements passifs ou actifs. Elle réeduque les troubles fonctionnels des muscles à tous les âges de la vie. Constituant une partie considérable du corps médical, le kinésithérapeute est issu d’une formation après le bac assez robuste, qui va être détaillée dans ce qui suit.

id 3763 1

Hautes écoles Vs Universités


En Belgique, la formation en kinésithérapie peut être dispensée soit en haute école ou à l’université.  À l’université, les étudiants bénéficient d’une formation théorique au départ, basée sur les sciences fondamentales, tandis que les hautes écoles dispensent une formation dont l’aspect est plutôt professionnel et qui est soutenue par des stages. En fin de cursus, les deux formations permettent d’exercer le métier sans aucune distinction hiérarchique. D’ailleurs, la possibilité de passer d’une formation à l’autre est possible grâce aux passerelles offertes.

La formation de kinésithérapie en haute école passe par deux étapes :

    • Bachelier de transition en kinésithérapie qui dure trois années ;
    • Master professionnel en kinésithérapie qui dure une année.


L’approche adoptée en haute école permet de mieux assimiler le fonctionnement du corps humain et connaître les pathologies pour ensuite apprendre à les traiter. C’est d’ailleurs une formation variée qui alterne entre des cours théoriques et beaucoup de travaux pratiques. En dernière année du bachelier de transition, les étudiants commencent à réaliser des stages afin de mieux se placer dans des situations professionnelles et se familiariser davantage avec l’ambiance de travail d’un kinésithérapeute.

Quant à la formation enseignée à l’université, elle compte les étapes suivantes :

    • Un bachelier de transition en trois années en Sciences de la motricité, parcours Kinésithérapie et Rédaptation ;
    • Un master qui porte le même nom, et qui dure une année, sinon deux années pour ceux qui comptent entamer le cycle doctoral en kinésithérapie.


Les cours enseignés durant cette formation portent généralement sur la physique, la chimie, l’anatomie… Les langues et les sciences humaines ne sont pas non plus écartées de la formation. Durant l’année du master, l’étudiant devra réaliser un stage au minimum et rédiger son mémoire pour compléter sa formation.

Comment accéder à la formation en kinésithérapie ?


Il faut rappeler que la « solution belge » a ouvert de grandes portes aux étudiants français, qui, quoique motivés et brillants, ne sont pas à l’abri de l’échec face aux formations médicales en France vu la sélection drastique qui les distinguent. Beaucoup de candidats qui ont un bac français se voient tenter leurs chances dans le pays de la Wallonie. Si vous faites partie de ces candidats, assurez-vous d’établir un dossier de demande d’équivalence entre votre bac et le diplôme de l’enseignement secondaire belge. Les cas pouvant se présenter sont les suivants :

    • 1er cas : un bachelier ou un étudiant du même niveau qui demande une équivalence au diplôme de l’enseignement secondaire belge. Dans ce cas, il suffit de fournir un dossier complet qui comprend une photocopie de la carte d’identité ainsi que le bac, accompagné d’une lettre de motivation minutieusement rédigée. Un tirage au sort est ensuite effectué parmi les étudiants étrangers.
    • 2ème cas : étudiant sortant de terminale, ou n’ayant étudié qu’une seule année après la terminale mais qui n’a pas été admis en 1ère année à cause du tirage au sort. Il peut en être dispensé s’il travaille 15 mois en Belgique.


En France comme en Belgique, les études de kinésithérapie durent quatre années.

Les modalités d’inscription


Avant le 15 Juillet, le candidat (s’il a un BAC français) doit avoir déposé la demande d’équivalence de son BAC. Ensuite, pendant une période de trois jours en août, l’étudiant est appelé à déposer sa demande d’inscription dans l’établissement choisi, soit à l’université ou en haute école. Les étudiants ne sont pas autorisés à déposer leur candidature dans plusieurs établissements en masso-kinésithérapie simultanément car leur dossier risque d’être mis à l’écart. Cette demande doit comporter la preuve écrite de la demande d’équivalence, un reçu du paiement des frais couvrant l’examen de la demande d’équivalence ainsi qu’une copie certifiée du BAC. Après l’admission suite au tirage au sort pour les étudiants étrangers, les étudiants peuvent s’inscrire auprès de l’établissement d’accueil.

Où peut-on suivre la formation en kinésithérapie ?


Les hautes écoles qui dispensent la formation de kinésithérapie en Belgique sont les suivantes :

    • Haute école Libre Ilya Prigogine – Bruxelles – Campus Erasme ;
    • Haute école Bruxelles Brabant (HE2B) – ISEK (Anderlecht);
    • Haute école Léonard de Vinci – Bruxelles (Woluwé) – Institut d’enseignement supérieur Parnasse ;
    • Haute école Louvain en Hainaut – HELHA – Charleroi (Montignies sur Sambre) ;
    • Haute école provinciale de Hainaut – HEPH Condorcet -Tournai & Charleroi (Montignies sur Sambre) ;
    • Haute école de la Province de Liège  HEPL – Campus Barbou ;
    • Haute école de la Communauté française du Luxembourg Robert Schuman – HERS- Libramont.

Quant aux universités concernées par la formation, on peut citer :

    • Université Libre de Bruxelles ULB – Faculté des Sciences de la motricité – Campus Erasme ;
    • Université catholique de Louvain (UCL) – Louvain la Neuve ;
    • Université de Liège ULg – Faculté de médecine (campus Sart-Tilman).

Spécialités du métier


id 3763 2En Belgique, le métier de kinésithérapeute s’exerce souvent sous statut d’indépendant, mais des postes de salariés sont tout de même proposés dans des hôpitaux, des maisons de repos, des clubs sportifs ou autre. Ces kinésithérapeutes exercent selon différentes spécialités en Belgique, à savoir :

    • Kinésithérapie en thérapie manuelle ;
    • Kinésithérapie neurologique ;
    • Kinésithérapie respiratoire ;
    • Kinésithérapie pédiatrique ;
    • Kinésithérapie cardiovasculaire ;
    • Kinésithérapie en rééducation abdomino-pelvienne et périnatale.

Évolution de carrière d’un masseur-kinésithérapeute


Dans le secteur public, une forte polyvalence est de rigueur. La durée des études en kinésithérapie est de quatre ans, et donc exercer le métier en tant que salarié implique d’avoir prochainement envisagé une formation de cadre de santé en vue d’évoluer dans son environnement professionnel. Cette formation, qui ne peut être suivie qu’après quatre ans d’expérience professionnelle permet de devenir formateur en kinésithérapie, ou occuper un poste d’encadrement  dans un service.   Quant à la rémunération, dans le secteur public hospitalier, elle varie entre 1600 euros/mois pour un débutant et 3000 euros/mois pour un kinésithérapeute en fin de carrière.

id 3763 3

Avantages et difficultés


Le mileu hospitalier offre un avantage considérable, celui de la sécurité de l’emploi. Les kinésithérapeutes qui exercent dans le milieu privé peuvent souvent ésperer des rémunérations en fonction de leurs spécialités et leurs expériences professionnelles. L’exercice se fait  en suivant un planning défini, avec la possibilité d’altérner entre différentes spécialités.  À l’issu de quelques années d’expérience dans le secteur public, il est envisageable de se lancer en tant que libéral. Des difficultés sont naturellement recontrées au démarrage, étant donné qu’il faut avoir des fonds d’investissement pour bien équiper son cabinet, et se créer une clientèle. Ici, la polyvalence est moins souhaitable, car pour pouvoir attirer une  clientèle qui puisse vous faire confiance, il faut se démarquer par une spécialité.

Conclusion


Professionnel de la santé, le kinésithérapeute est issu d’une formation de quatre années qui lui permet d’exercer dans différents secteurs. Cette formation dispensée soit en haute école ou à l’université englobe différents aspects du métier, elle est également renforcée par des stages qui accompagnent les cours théoriques. Si vous voulez faire partie du corps médical et être en mesure d’aider des patients à mieux se porter, sans pour autant devoir suivre une formation très longue, vous savez où vous inscrire !