Cours d'initiation à Visual Basic .Net

Problème à signaler:


Télécharger Cours d'initiation à Visual Basic .Net



★★★★★★★★★★3.5 étoiles sur 5 basé sur 2 votes.
4 stars
1 votes
3 stars
1 votes

Votez ce document:

Cours d’initiation

à

Visual

Par

Philippe Lasserre

Version 1.0 PDF  du 6/12/2004 réalisée grâce à Alexandre Freire

Une version on-line est disponible à l’adresse :

 

Cours d’initiation à Visual par Philippe Lasserre

 Préface

Il s'agit d'un cours de Visual © de Microsoft, pour débutants ou ancien voulant passer à la version .net. C’est la somme des connaissances que j’aurais aimé trouver à mes débuts et la manière dont j’aurais aimé qu’on m’explique les choses (Au départ c'était mes notes  puis petit à petit...).

Visual apporte une puissance inégalée et nécessite une rigueur importante mais il devient vite complexe et technique. La documentation et les livres sont totalement hermétiques pour les novices et rebutent totalement les débutants. Les articles sur le Web sont très technique et traitent d'emblée de problèmes complexes, ils sont nécessaire mais pas pour le débutant. J’explique donc dans ce cours, à ma manière, très simplement, comment créer un programme  afin de permettre un bon démarrage même à celui qui n'a jamais fait d'informatique. (Je traite des programmes Windows et pas ASP Web).

J’encourage par ce cours sans prétention, l’amateur à développer ses propres programmes.

Soyez un utilisateur actif :

Retournez les bugs et erreurs.

Envoyer moi vos critiques et remarques.

Adressez moi vos idées, du code original.

Ou simplement indiquez moi que vous avez lu mon cours, cela fait toujours plaisir et m'incite à poursuivre.

Conseils de lecture : Lire ce cours dans l’ordre même si vous avez déjà un minimum d’expérience en Visual Basic .NET.Ne pas hésiter à relire plusieurs fois les chapitres.

Cours d’initiation à Visual par Philippe Lasserre Sommaire

Introduction

0.0 Qu'allons nous étudier ?

0.1 Les Objets

Principe et structure des programmes

1.1 Les évènements

1.2 Les procédures

1.2.2 Les modules

1.D L’environnement de développement Visual

1.D Bis L’environnement de développement SharpDevelop

Langage Visual Basic

1.3 Introduction

1.4 Les Algorithmes

1.5 L'Affectation

1.6 Les Variables

1.6.1 String et Char

1.6.2 Numériques

1.6.3 Conversion

1.6.4 Tableaux

1.6.5 Collections

1.6.6 Structures

1.6.7 Les variables par valeur ou référence

1.7 Soyons strict et explicite

1.8 Les constantes

1.9 La surcharge

1.10 Les opérateurs

1.11 Les structures de contrôle

1.12 Revenons sur les procédures et leurs paramètres

1.13 Portée des variables

1.14 Nombres aléatoires

1.15 Récursivité

1.19 Faut-il oublier le GOTO

1.20 Les Classes, les objets

Exemple de petites routines

E 1.1 Petites routines d'exemples très simple

E 1.2 Petits programmes mathématiques

E 1.3 Tri et recherche dichotomique

E 1.4 Calculs financiers simples

L'interface utilisateur

3.1 Introduction

3.2 Les feuilles

3.3 Les boutons

3.4 Les TextBox

3.5 Les labels

3.6 Les cases à cocher

3.7 Les listes

3.8 Boites toutes faites

3.9 Regroupement de contrôles

3.10 Dimensions, position des contrôles

3.11 Main Menu, ContextMenu

Cours d’initiation à Visual par Philippe Lasserre

3.12 Avoir le Focus

3.13 Barre de bouton, barre de status

3.14 Les images

3.30 Exemple détaillé: Calcul de l'IMC

Révision++, structuration des programmes+++

3.31 Ordre des Instructions

Exemple de petits programmes E 3.1 Conversion F/€ (Une fenêtre)

E 3.2 Calcul mensualités d'un prêt (les fonctions financières de VB)

Pour faire un vrai programme il faut savoir:

4.1 Démarrer ou arrêter un programme Procédure Main()

4.2 Ouvrir une autre fenêtre

4.3 Traiter les erreurs

4.4 Créer une fenêtre multi document

4.5 Travailler sur les dates, les heures, sur le temps

4.6 Lire et écrire dans les fichiers (séquentiel ou Random)

4.7 Travailler sur les répertoires

4.8 Afficher correctement

4.9 Modifier le curseur

4.10 Lancer une autre application, afficher une page Web

4.11 Imprimer

4.12 Dessiner

4.13 Faire une aide pour l'utilisateur

4.14 Piloter une autre application: Word

4.20 Déboguage

Pour diffuser le programme, il faut

D.1 Comprendre le FrameWork

D.2 Distribuer l'application

Autres exemples

E 4.1 Horloge numérique

Création de Classes, composant, Programmation objet

5.1 Programmation orientée objet

5.2 Créer une Classe

5.3 Créer un composant (Bibliothèque de Classe et de Contrôles)

Un gros morceau: les bases de données

6.1 Notion sur les bases de données

6.2 Généralités sur

6.3 Syntaxe SQL

6.4 Lire rapidement en lecture seule: le DataReader 

6.5 Travailler sur un groupe de données: le DataSet

Migration VB6=> Optimisation.

7.1 Différences entre VB6 et ; Migration

7.2 Règles de bonne programmation

7.3 est-il rapide? Optimiser le code en vitesse


0.0Qu’allons nous faire ?

Qu'allons nous étudier ?

Quel plan de cours suivrons nous ?

Quels logiciels utiliser ?

Quelle configuration est nécessaire ?

Qu'allons nous étudier ?

Ce cours est un cours de

Nous étudierons principalement : LES APPLICATIONS WINDOWS.

Les applications Windows utilisent les WindowsForms.

Les applications Windows sont des programmes directement exécutables qui utilisent des fenêtres Windows : des programmes de traitement de texte, d'image, de musique, des jeux, de petits utilitaires, des logiciels métiers (médicaux)...

Nous laisserons de coté les applications 'Web' (en ASP qui utilisent les WebForms) et qui permettent de créer des sites Internet, les applications 'console'...

 

        •     Quel plan de cours suivrons nous ?

Nous étudierons  donc comment créer une  application Windows :

-   On étudiera la notion d'objet, d'évènement. (Section 0.)

-   On étudiera le langage Visual Basic. (Section 1.)

-   On utilisera les objets 'formulaire' et les 'divers contrôles' pour créer l'interface utilisateur (Section 3.).

-   On découvrira la manière de créer une application. (Section 4.)

-   On apprendra à créer une classe (Section 5.)

-   On verra comment utiliser les bases de données. (Section 6.)

        -      

Voir le  Sommaire du cours. On peut s'aider de l'Index pour rechercher un mot clé.

Conseil de lecture : Lire la succession de pages en cliquant sur le bouton Suivant en bas de page. Ne pas hésiter à relire plusieurs fois les chapitres.

Quels logiciels utiliser ?

Il y a plusieurs manières de faire du :

•    Acheter Visual 2003 de Microsoft, il contient une interface de développement (IDE) (programme permettant d'écrire un logiciel et de créer un programme exécutable). Il comporte : mais aussi . Il existe des versions d'initiation', 'professionnelle', 'entreprise', 'architect'.

Ce cours utilise Visual 2003 

Nous allons apprendre à utiliser Visual Basic .NET version 7.1 2002 avec le Framework 1.1 de 2002.

Vous pouvez essayer Visual 2003 avant d’acheter, une version d’essai limitée à 60 jours est disponible gratuitement sur le site de Microsoft. ()

•    Tester Visual Studio Express 2005 de Microsoft,  Béta gratuite basée sur la béta du Framework 2.0

Dans Visual Studio il y a Visual Basic 2005 qui est la future version VB. La version Express est une version allégée pour débutant. Gratuite ? La Bêta est gratuite elle.

Nouveau Framework, avec nouvelle Classe. Elle ne contient que le VB. (Il existe VisualWeb Express par ailleurs). Dans Visual Studio il y a aussi Visual C#...

(?ID=5636)

•    L'alternative gratuite: SharpEditor

Installer un logiciel de développement gratuit :

SharpEditor

Par exemple,SharpDevelop le configurer pour qu'il marche en VB (il supporte VB et C#).

()

Voir la partie "IDE #develop" dans cet ouvrage pour plus d’informations.

•    Utiliser C#Builder de Borland.

C# Builder est l'IDE .NET de Borland.L'édition personnelle de C# builder est entièrement gratuite mais limitée à des développements non commerciaux en VB ou C#.

Il existe des versions payantes plus puissantes. ()

Un produit à part :

WebMatrix de Microsoft, il est gratuit :

Cet outil permet de développer des applications WEB (des pages Internet)

en , en C# et . Vous trouverez des informations supplémentaires sur ce lien ?tabindex=4&tabid=46.

Si j'ai bien compris : dans une page HTML, l'ASP gère les contrôles, le code des procédures peut être en VB.

Il ne permet pas d'utiliser des WebForms et d'écrire des applications Windows.

Web Matrix necessite le Microsoft .NET Framework, 1.1 et tourne sur Windows Server 2003, Windows 2000, et Windows XP.

Web Matrix est disponible à l’adresse :

?tabindex=4

 Help : Avez-vous utiliser WebMatrix C#Builder ? Envoyer un message a l’auteur pour partager votre expérience.

Quel logiciel choisir?

Lire le comparatif C#Builder versus VisualStudio à l’adresse :

Quelle configuration est nécessaire ?

Pour développer avec Visual Studio 2003 il faut Windows XP ou 2000 avec au minimum 256 Mo de mémoire vive. Un grand écran (vu le nombre de fenêtre) est conseillé.

Les exécutables fonctionnent sous Windows 98, XP, 2000.

0.1Qu’allons nous faire ?

VB utilise la notion d''OBJET'.

Pour bien comprendre ce qu’est un objet, nous allons prendre des exemples dans la vie courante puis nous passerons à des exemples dans Visual Basic.

Ma voiture est un objet, cet objet existe, on peut l'utiliser.

Ma voiture fait partie des ‘voitures’, du type, du genre 'voiture'.

Les 'voitures' c’est une classe d’objet (Class) qui a ses caractéristiques : c’est en métal, ça roule en transportant des passagers… mais je ne peux pas utiliser 'les voitures'.

De manière générale, une classe est une représentation abstraite de quelque chose, tandis qu'un objet est un exemple utilisable de ce que représente la classe.

Pour fabriquer ma voiture, je prends les caractéristiques de la class ‘voitures’ (c’est comme un moule) et je fabrique (j’instance) une voiture, je la nomme ‘MaVoiture’.

 

Classe --> Objet

Propriétés (Attributs) :

Prenons MaVoiture.

Elle a des propriétés : une marque, une couleur, une puissance…

Pour indiquer la couleur de ma voiture on utilise la notation : MaVoiture.couleur

Pour modifier la couleur et avoir une voiture verte on écrit :

MaVoiture.couleur="Vert"

Et la voiture devient verte !!

MaVoiture.Phares.Avant indique les phares avant de le voiture.

MaVoiture.Phares.Avant.Allumé indique l’état des phases (Allumé ou non)

Si je fais :

MaVoiture.Phares.Avant.Allumé=True (Vrai) cela allume les phares.

Méthodes :

MaVoiture fait des choses : elle roule par exemple.

Pour faire rouler la voiture j’appelle la méthode ‘Roule’ MaVoiture.Roule

Si c’est possible pour cette méthode je peux indiquer à quelle vitesse la voiture doit rouler : MaVoiture.Roule(100)         ‘j’ai ajouter un paramètre.

Le paramètre est un renseignement envoyer avec la méthode.

Il est possible  parfois d’indiquer en plus si la voiture doit rouler en marche avant ou en marche arrière.

MaVoiture.Roule(10, Arriere)

Il y a donc 2 manières d’appeler la méthode Roule : avec 1 ou 2 paramètres, on dit que la méthode est surchargée; chaque manière d'appeler la méthode s'appelle 'signature'.

Evènement :

Des évènements peuvent survenir sur un objet.

MaVoiture_démarre est un évènement, quand la voiture se met en route (si par exemple j'ai fait MaVoiture.Roule(10, Arriere)), cet évènement démarre survient automatiquement.  

Tous cela ce sont des images, mais voila, vous avez compris ce qu’est un objet !

Dans Visual :

Une application Windows se compose de fenêtres (nommée aussi formulaires) dans lesquelles se trouvent des contrôles (bouton, liste, texte…)

Exemple de fenêtre avec 2 boutons, une zone de texte (un label) et une icône :

Dans une application Windows, il y a aussi des lignes de code utilisant des variables pour faire des calculs.

En Visual tout est objet : 

-   les fenêtres (on dit les formulaires), 

-   les variables, 

-   les contrôles (les boutons, listes, images, cases à cocher...)

Il faut un moule pour faire un objet. Le moule c’est une classe. Le moule va servir à créer un objet, on dit une instance.

On peut créer, instancer une multitude d’objets avec le même moule.

Pour créer, démouler un objet, on utilise les mots clé Dim et As New.

Dim objet As New Classe

New est un constructeur.

Exemple, créer une fenêtre (un formulaire) :

Je dessine une fenêtre FormDémarrage (c'est la Classe, le moule) puis :

Dim F As New FormDémarrage 

Crée une fenêtre qui se nomme 'F' à partir du moule, du modèle (FormDémarrage) que j’ai dessiné.

Autre exemple :

Dim F as New

‘Créer une fenêtre en général avec les attributs habituels des fenêtres (Class )

Troisième exemple :

Comment créer une variable nommé Mavariable pouvant contenir un entier (Integer)

Dim MaVariable As New Integer

Dim MaVariable As Integer 'est correct aussi

Ici, pour une variable, on remarque que New peut être omis

Tout objet a des propriétés.

On utilise la syntaxe : Objet.Propriété (Il y a un point entre les 2 mots)

F.BackColor indique la couleur de fond de la fenêtre.

S’il y a un bouton, la couleur de fond du bouton sera :

Bouton.BackColor

Ou

F.Bouton.BackColor

Noter la syntaxe : La couleur du bouton qui est dans la fenêtre F

Comment modifier cette propriété?

                Bouton.BackColor=Red       'modifie la couleur de fond du bouton

Autre exemple :

La propriété Visible: si elle a la valeur True (Vrai) l'objet est visible si elle est à False l'objet n'est pas visible.

Bouton.Visible=False  'fait disparaître le bouton <==Ici il y a un bouton invisible!! Oui, oui!!

Les objets ont des méthodes parfois.

Prenons un exemple simplifié.

Les Listes (liste déroulante) ont une méthode Clear qui permet de les vider.

Si je veux vider toutes les lignes d'une liste nommé Liste1, je fais:

Liste1.Clear 'Le concept est exact mais l'exemple est un peu simplifié !

Les propriétés et méthodes se nomment les membres d'un objet.

Certains objets ont des évènements.

Reprenons notre bouton. Quand l'utilisateur click dessus, l'évènement Bouton_Click survient. Ce sont les objets contrôles (bouton, case à cocher…) et les formulaires qui ont des évènements.

Interface et implémentation.

Ce que je vois de l'objet, c'est son interface (le nom des propriétés, méthodes..) exemple: la méthode Clear fait partie de l'interface d'une ListBox. Par contre le code qui effectue la méthode (celui qui efface physiquement toutes les lignes de la listeBox), ce code se nomme implémentation, lui n'est ni visible ni accessible.

Visibilité.

Quand un objet est créé, il est visible et utilisable, uniquement dans la partie du programme où il a été défini.

Par exemple habituellement, je peux voir et modifier la couleur d'un bouton uniquement dans le code de la fenêtre ou il est situé.

Pour les variables on parle de portée: la variable peut être locale (Private) ou de portée générale ('Public') visible partout.

En résumé :

En Visual tout est objet.

Les Classes sont des types d'objet.

Pour créer un objet à partir d'une Classe, il faut utiliser les mots clé Dim New:

Dim Objet As New Class

Un objet possède :

-   Des propriétés.

-   Des méthodes.

-   Des évènements.

Principe et structure des programmes

1.1Les évènements

Nous allons comprendre la programmation évènementielle : Comment fonctionne Visual Basic :

-   Ce que voit l'utilisateur

-   Ce qu'a fait le développeur pour arriver à ce résultat.

Principes de la programmation VB :

Le programmeur va dessiner l’interface utilisateur (fenêtre, bouton, liste..), il va ensuite uniquement écrire les actions à effectuer quand certains événements se produisent sur cette interface.

C’est Visual Basic qui va entièrement s’occuper de la gestion des événements.

Exemple, le premier programme :

Il affiche 'Bonjour' quand on clique sur un bouton.

C'est pas original: le premier programme, dans tous les cours d'informatique, permet d'afficher 'Bonjour' (ou 'Hello Word').

•    Que voit l'utilisateur du programme ?

L’utilisateur final, celui qui utilise le logiciel, voit une fenêtre avec un bouton, Si il appuie sur ce bouton il voit s’afficher «Bonjour».

•    Que se passe t-il dans le programme ?

Quand l'utilisateur clique sur le bouton cela déclenche automatiquement un événement. (Button1_Click), cet évènement contient du code qui affiche «Bonjour».

•    Que doit faire le programmeur pour arriver à ce résultat ?

Pour atteindre ce résultat, le programmeur va dessiner la fenêtre, le bouton, la zone d'affichage du texte (un label) puis il va simplement indiquer dans l'évènement Button_Click d’afficher «Bonjour».

Le fait de déterminer la procédure à appeler ou de réaliser l’appel est entièrement pris en charge par VB.

En pratique, que fait le programmeur :

Le programmeur est en mode 'conception' (ou mode Design): Il écrit le programme :

A-Il dessine l’interface utilisateur

(Ce que verra l’utilisateur final, c'est l'interface utilisateur : une fenêtre avec des boutons, des listes, du texte...) :

Il crée une fenêtre :

Menu Projet, Ajouter un formulaire Windows, cliquer sur Windows Form, une fenêtre ‘Form1’ apparaît.

Il ajoute un bouton, pour cela il utilise la Boite à outils:

Il clique sur ‘Boite à Outils’ à gauche, bouton Windows Forms, puis bouton ‘Button’, il clique dans Form2, déplace le curseur sans lâcher le bouton, puis lâche le bouton de la souris : le dessin d'un bouton apparaît.

Pour l’exemple, il ajoute un label.

Un label est un contrôle qui permet d’afficher un texte.

Comme pour le bouton il clique sur ‘Boite à Outils’ à gauche, bouton Windows Forms, bouton ‘Label’ et met un contrôle label sur la fenêtre. 

B-Il va écrire le code  correspondant aux événements :

Il double-clique sur le bouton qu'il a dessiné :

Une fenêtre de conception de code s’ouvre et il apparaît :

Private Sub Button1_Click(ByVal sender As System.Object, ByVal e As System.EventArgs) Handles Button1.Click

End Sub

Cela correspond à la procédure (entre Sub et End Sub) évènement qui, quand le programme fonctionne, est automatiquement déclenchée quand l’utilisateur du logiciel clique sur le bouton1.

Une procédure est un ensemble de ligne de code qui commence par Sub et se termine par End Sub (ou Function).

Comment indiquer dans cette procédure d'afficher "Bonjour" ?

Le label possède une propriété nommé '.text' qui contient le texte à afficher.

Il faut taper le code  qui modifie cette propriété '.text' , qui y met la chaîne de caractère "Bonjour":

                Private    Sub    Button1_Click(ByVal    sender    As    System.Object,    ByVal    e    As

System.EventArgs) Handles Button1.Click = "Bonjour"

End Sub

Cela donne :

Voila votre premier programme est écrit.

Comment exécuter ce programme?

Il est possible de tester immédiatement le programme en mode déboguage, sans quitter l'environnement de développement:

Utiliser le menu ‘Déboguer’ puis ‘Démarrer’ qui lance l’exécution du programme.

On peut aussi taper sur F5 pour lancer le programme. Ou plus simplement cliquer sur la flèche:

C'est plus rapide, lancer l'exécution avec le premier bouton, le second servant à arrêter temporairement l'exécution, le troisième à terminer l'exécution.

Quand le programme est totalement écrit, terminé, testé, il est possible de le compiler et ainsi de créer un fichier exécutable (possédant une extension '.exe') qui fonctionne de manière autonome en dehors de l'environnement de développement.

C'est ce fichier exécutable qui est fourni à l'utilisateur.

Par opposition le code écrit par le programmeur, composé d'instruction Visual Basic, se nomme le code source.

En mode exécution :

L’utilisateur voit bien une fenêtre avec un bouton, s’il clique dessus, « Bonjour » s’affiche.

En résumé :

Le programmeur utilise des outils de dessin pour construire une interface utilisateur : des fenêtres avec des  contrôles dessus: menus, boutons, case à cocher…

VB, pour chaque feuilles ou pour chaque contrôle, génère une liste d’événements, (Evènement lié au chargement d'une fenêtre, évènement lié au fait de cliquer sur un bouton, évènement survenant quand on modifie un texte...)

Il suffit, dans la procédure événement qui nous intéresse, d’écrire le code qui doit être effectué lorsque cet événement survient.

Comme nous l’avons vu le code sert a agir sur l’interface (Afficher un texte, ouvrir une fenêtre, remplir une liste, un tableau), mais il peut aussi effectuer des calculs, évaluer des conditions et prendre des décisions, travailler en boucle de manière répétitive et ainsi effectuer les taches nécessaires.

 

1.2Les instructions, les procédures

Qu'est ce qu'une instruction, une procédure?

Quelles différences entre les procédures :

-   liées aux évènement ?

-   non liées aux évènements ?

-   les 'Sub', les 'Functions'.

Les instructions :

Une instruction est le texte permettant d'effectuer une opération, une déclaration, une définition.

                Dim A As Integer      est une instruction (de déclaration)

                A=1                        est aussi une instruction qui effectue une opération. 

C'est habituellement une 'ligne de code' 'exécutable'.

Une instruction est exécutée lorsque le programme marche.

Plusieurs instructions peuvent se suivre sur une même ligne, séparées par ':'

Dim B As String : B="Bonjour"

Quand un programme tourne, les instructions sont effectuées ligne par ligne.

Pour mettre des commentaires dans un programme, on le fait précédé de ': 'Ceci est un commentaire, ce n'est pas une instruction.

Le commentaire ne sera pas exécuté.

Les procédures :

Une procédure est un ensemble d'instructions, de lignes de code, un groupement d'instructions bien définie effectuant une tache précise.

Les procédures sont bien délimitées, il en existe 2 sortes :

-   Les procédures Sub :

Elles débutent par le mot Sub et se terminent par End Sub. 

-   Les procédures Function :

Elles débutent par  Function et se terminent par End Function.

Exemple :

Sub Maprocédure A=1

End Sub

Exemple concret d'une procédure :

La procédure Button_Click du premier programme.(Celui qui affiche 'Bonjour'; elle ne contient qu'une ligne de code.

Le mot Sub est précédé de Private, on verra plus loin ce que cela signifie.

Vous avez vu que l’on peut dessiner l'interface, une fenêtre Form1 par exemple. En mode conception, après avoir dessiné l’interface, on doit avoir accès aux procédures.

Si on double-clique sur la fenêtre, on a accès aux procédures évènement liées à cette fenêtre, si on double-clique sur un objet (bouton, case à cocher… on voit apparaître les procédures évènement de ce contrôle. 

Quand on voit ces procédures, on peut y inclure du code.

Nous allons voir qu'il y a 2 types de procédures: les procédures liées aux évènements et celles qui ne sont pas liées.

Procédures liées aux évènements :

Si on double clique sur le fond d’une fenêtre,(Celle du programme 'Bonjour') on voit apparaître les procédures liées à cette fenêtre et aux contrôles contenus dans cette fenêtre :

Public Class Form1

Inherits

Dim a As String

#Region " Code généré par le Concepteur Windows Form "

Private Sub Form1_Load(ByVal sender As System.Object, ByVal e As

System.EventArgs) Handles = ««   

End Sub

Private Sub Button1_Click(ByVal sender As System.Object, ByVal e As

System.EventArgs) Handles Button1.Click = "Bonjour"

End Sub

End Class

Détaillons, on voit 3 parties :

•    Public Class Form1

Ce n’est pas une procédure mais la définition de la fenêtre.

La fenêtre fait partie des ..

Ces lignes sont générées automatiquement par VB.

Si vous déroulez cette partie, en cliquant sur le petit +, vous pouvez lire le code permettant de créer la fenêtre, les contrôles…

C'est généré automatiquement par VB. (Le chapitre 8-2 explique en détails le code généré par

VB, mais c'est un complexe pour les débutants pour le moment!!) 

•    Private Sub Form1_Load

Chaque fenêtre a une procédure Form_Load qui est exécutée lorsque la fenêtre est chargée, on y met généralement le code initialisant la feuille. Il y a bien d’autres procédures liées à la fenêtre.

Déroulez la liste box en haut à gauche de la fenêtre de code, cliquer sur (Form1 events), si vous dérouler maintenant la liste à droite vous aurez tous les événements qui génèrent une procédure :

Load

Lors du chargement de la fenêtre

Unload

Lors du déchargement de la fenêtre

Activated

Lorsque la fenêtre devient active

GotFocus

Lorsque la fenêtre prend le focus

Resize

Lorsque la fenêtre est redimensionnée

•    Private Sub Button1_Click

C’est la procédure liée au bouton et qui contient le code à effectuer quand l’utilisateur clique sur le bouton.

C’est là que l’on écrit le code qui doit s’effectuer lorsque l’utilisateur clique sur le bouton. De la même manière que pour la fenêtre, vous pouvez voir dans la liste en haut, tous les événements liés aux boutons qui génèrent une procédure :

                Click             Lorsque l'utilisateur clique sur le bouton.  

DoubleClick Lorsque l'utilisateur double-clique sur le bouton.  

MouseDown se déclenche si appuie du bouton de la souris

MouseUp       se déclenche si relâchement du bouton de la souris …

On voit donc que le formulaire (la fenêtre) et tous les contrôles d'une application ont chacun des procédures pour chaque évènement qui peut survenir.

Procédures non liées aux évènements :

Parfois on a besoin de code qui fait une tâche particulière, qui est utilisé à plusieurs endroits et qui n’est pas liée à un événement.

On crée dans ce cas une procédure indépendante des évènements.

Le système des procédures permet aussi de découper un problème complexe en quelques fonctions moins complexes et indépendantes les unes des autres.

Ces procédures sont en fait des sous-programmes : si une ligne appelle une procédure, le programme ‘saute’ au début de la procédure, il effectue le code de la procédure puis revient juste après la ligne qui avait appelé la procédure et continue les lignes suivantes. 

Exemple : plusieurs fois dans le programme j’ai besoin de calculer la surface d’un cercle à partir de son rayon et de l’afficher sur un label.

Plutôt que de retaper dans chaque procédure le code, je peux créer une procédure 'Sub' nommée AfficheSurfaceCercle.

Il suffit ensuite si nécessaire d’appeler la procédure qui effectue le calcul et affiche le résultat puis revient effectuer le code situé après l’appel.

Comment appeler une procédure ?

Par Call NomdeProcedure() ou par NomdeProcedure()

Call est facultatif.

Noter les guillemets après le nom de la procédure.

Procédures Sub :

Comment créer cette procédure Sub ?

Dans la fenêtre de code, tapez :

Sub AfficheSurfaceCercle puis validez. Vous obtenez :

Sub AfficheSurfaceCercle()

End sub

Le code de la procédure est compris entre le Sub et le End Sub.

Pour que le calcul se fasse, il faut fournir, (transmettre de la procédure qui appelle à la procédure Sub) la valeur du rayon.

Pour indiquer que la Sub doit recevoir un paramètre (un argument en VB) ajouter entre les parenthèses :

Sub AfficheSurfaceCercle( Rayon as Single)

Cela signifie qu’il existe une procédure qui reçoit comme paramètre une variable de type Single (Réel simple précision) contenant le Rayon.

Ajoutez le code :

=(3.14*Rayon*Rayon).ToString

Que fait cette ligne ?

Elle fait le calcul (3.14*Rayon*Rayon), on transforme le résultat en chaîne de caractères (grâce à '.ToString') que l’on met dans la propriété .text du label.

Cela affiche le résultat. (On verra toute cette syntaxe en détail ultérieurement)

On obtient:

Sub AfficheSurfaceCercle( Rayon as Single)

=(3.14*Rayon*Rayon).ToString End sub

Comment appeler cette Sub?

N’importe quelle procédure pourra appeler la Sub  AfficheSurfaceCercle  en envoyant la valeur du rayon afin d'afficher la surface du cercle dans un label. 

Exemple d’appel pour un rayon de 12 : AfficheSurfaceCercle(12)

Affiche dans le label : 452.16

Procédures Function :

Parfois on a besoin que la procédure retourne un résultat, qu'elle donne en retour un résultat à la procédure appelante. . Dans ce cas on utilise une Fonction.

Exemple: je veux créer une fonction à qui je fournis un rayon et avoir en retour la surface d'un cercle.

Comment créer cette Function?

Tapez Function SurfaceCercle puis validez, ajouter (Rayon As Single)

Tapez Return 3.14*Rayon*Rayon

Ce que la fonction doit retourner est après Return (ce que la procédure doit renvoyer à la procédure appelante.)

On obtient la fonction complète :

Function SurfaceCercle( Rayon as Single) Return 3.14*Rayon*Rayon

End sub

Comment appeler cette Function?

Dans la procédure qui appelle, il faut une variable pour récupérer la valeur retourner par la Fonction:

S= NomdelaFonction()

N’importe quelle procédure pourra appeler la fonction et obtenir le résultat dans la variable S par exemple pour un rayon de 12 :

Dim S As Single

S=SurfaceCercle(12)

On appelle la fonction SurfaceCercle en envoyant le paramètre '12', ce qui fait que à l'entrée de la fonction, Rayon=12, le calcul est effectué et le résultat du calcul (452.16) est retourné grâce à Return. S récupère ce résultat.

Après l'appel de cette fonction, S est égal à 452.16

Il est possible de spécifier le type retourné par la fonction : Function SurfaceCercle( Rayon as Single) As Single

As Single en fin de ligne après () indique que la fonction retourne un Single.

Il faut donc que la variable qui reçoit la valeur retournée (S dans notre exemple) soit aussi un Single.

Il existe une autre manière de retourner le résultat d'une fonction, reprenons l'exemple précédent, on peut écrire:

Function SurfaceCercle( Rayon as Single) SurfaceCercle= 3.14*Rayon*Rayon

Exit Function

End sub

Ici on utilise le nom de la fonction pour retourner le résultat, avec un signe '='.

Utilisez plutôt la méthode Return.

Exit Function permet aussi de sortir de la fonction, cela a le même effet que Return sauf que Return peut être suivi d'un argument de retour (et pas Exit Function).

Module standrad :

La sub AfficheSurfaceCercle affiche le résultat dans le formulaire ou elle est située.

Par contre la fonction SurfaceCercle est d’intérêt général, n’importe quelle procédure doit pouvoir l’appeler, de plus elle n’intervient pas sur les contrôles des formulaires et n’est donc pas lié aux formulaires.

On la placera donc dans un module standard qui est un module du programme qui ne contient que du code. (Pas d’interface utilisateur)

Pour créer un module standard Menu Projet>Ajouter un module. Y mettre les procédures.

Privat Public :

Avant le mot Sub ou Function on peut ajouter :

Private indiquant que la procédure est accessible uniquement dans le module.

C’est donc une procédure privée.

Les procédures liées aux évènements d’une feuille sont privées par défaut.

Public indiquant que la procédure est accessible à partir de toute l’application. 

S’il n’y a rien devant sub la procédure est public

Remarques :

-   Pour sortir d’une procédure Sub avant la fin utiliser Exit Sub (Exit Function pour une fonction).

-   Quand vous appelez une procédure, il faut toujours mettre des parenthèses même s'il n'y a pas de paramètres.

FrmSplash.ShowDialog ()

Eventuellement on peut faire précéder l'appel du mot clé Call, mais ce n'est pas obligatoire.

Call FrmSplash.ShowDialog ()

1.2.2Les modules

Qu'est ce qu'un module?

On a vu qu'un programme est décomposé en modules, chaque module contenant des procédures.

Chaque module correspond physiquement à un fichier '.vb'.

Il existe :

-   les modules des formulaires.

-   les modules ‘standard’.

-   les modules de 'Classe'.

Un programme Visual Basic comporte donc :

        •     Les 'Modules de Formulaires' :

Ils contiennent :

-   Le dessin des fenêtres de l’interface utilisateur (ou formulaire) contenant les contrôles (boutons, listes, zones de texte, cases à cocher…) - Le code, qui lui même comprend :

-   Les procédures liées aux événements de la feuille (Button_Click...)

-   Les procédures indépendantes des événements mais qui interviennent sur l’interface. Ce sont des Sub() ou des Function().

•     Les modules standard.

Ils servent de stockage de procédures. Procédures "d’intérêt général".

Ces procédures sont des Sub() ou des Function() qui peuvent être appelées à partir de n’importe quel endroit (pourvu qu'elles soient 'Public').

Ils peuvent aussi servir à déclarer les objets ou déclarer les variables 'Public' qui seront utilisées donc accessibles par la totalité du programme.

•     les modules de Classe

Ils ont vocation à fabriquer des objets, on verra cela plus loin.

Comment créer un module standard?

Faire Menu Projet>Ajouter un module. Donner un nom au module. C'est par défaut.

On remarque que le module est bien enregistré dans un fichier .vb Un module standard ne contient que du code.

Comment ajouter une Sub dans un module Standard?

Taper Sub Calcul puis valider, cela donne:

Sub Calcul

End Sub

Exemple d’utilisation de procédures et de modules :

Créons un petit programme exemple :

L'utilisateur saisit un nombre puis il clique sur un bouton, cela affiche le carré de ce nombre.

Il faut créer l'interface utilisateur:

Créer une fenêtre (Form1), y mettre un bouton (nommé Button1), une zone de texte (Text1) permettant de saisir un nombre, un label (label1) permettant l'affichage du résultat.

Créer un module standard (Module1) pour y mettre les procédures communes.

On observera uniquement l'agencement des procédures et non leur contenu.

Pour un programme d'une telle complexité, la structure aurait pu être plus simple, mais l'intérêt de ce qui suit est didactique.

On décompose le programme en taches plus simples :

En particulier une procédure sert au calcul, une sert à l'affichage.

La procédure CalculCarré calcule le carré.

La procédure AfficheCarre affiche le résultat dans le label.

La procédure Button1_Click (qui est déclenchée par le Click de l'utilisateur) :

-   Lit le chiffre tapé par l'utilisateur dans la zone texte.

-   Appelle la procédure CalculCarré pour calculer le carré.

-   Appelle la procédure AfficheCarré pour afficher le résultat.

Ou sont placées les procédures?

La procédure Button1_Click est automatiquement dans le module du formulaire, Form1 (elle est liée au contrôle Bouton1) elle est créée automatiquement quand on crée le bouton.

La procédure AfficheCarré est créée dans le module du formulaire (Form1) car elle agit sur le contrôle Label1 de ce formulaire.

La procédure CalculCarré est créée dans le module Standard (Module1) car elle doit être appelable de n'importe où; elle est d'ailleurs 'Public' pour cette raison.

Elle n'agit sur aucune fenêtre, aucun contrôle, elle est 'd'intérêt général', c'est pour cela qu'on la met dans un module standard.

Voyons le cheminement du programme :

Quand l'utilisateur clique sur le bouton la Sub Button1_Click démarre. 

Elle appelle CalculCarre.

CalculCarre calcul le carré et renvoie la valeur de ce carré.

La Sub Button1_Click appelle ensuite AfficheCarre qui affiche le résultat.

On remarque que l’on appelle la Function CalculCarre par Carre= CalculCarre(Valeur)

On envoie un paramètre Single, la fonction retourne dans la variable Carre, la valeur du carré.

Par contre la Sub AfficheCarre reçoit un paramètre et ne retourne rien puisque c'est une Sub.

 

1.DL’environnement de développement de Visual

C'est l'IDE : Environnement de développement intégré de Visual Studio de Microsoft.

Fenêtre Projet

Quand on lance , le logiciel présente une fenêtre Projets qui permet :

-   d'ouvrir un projet existant  ou

-   de créer un nouveau projet

Pour un projet Visual Basic normal, il faudra choisir dans les projets Visual Basic 'Application Windows'.

Puis il faut donner un nom au projet, modifier si nécessaire le chemin de l'emplacement du projet qui est par défaut 'C:\Documents and Settings\Nom Utilisateur\Mes documents\Visual Studio Projects' enfin valider sur 'Ok'.

Dans un nouveau projet, créer une fenêtre

Pour ajouter un fenêtre (un formulaire) Menu Projet, Ajouter un formulaire Windows, cliquez sur Windows Form, une fenêtre ‘Form1’ apparaît ('Form2' pour la seconde feuille).

La zone de travail se trouve au centre de l'écran : C'est l'onglet [Design] cidessous qui donne donc accès au dessin de la feuille (du formulaire), on peut ajouter des contrôles, modifier la taille de ces contrôles…

Voir les procédures

L'onglet donne accès aux procédures liées à Form1.

La liste déroulante de gauche donne la liste des objets, celle de droite, les évènements correspondants.

Il est possible en double-cliquant dans le formulaire ou un contrôle de se retrouver directement dans le code de la procédure correspondant à cet objet.

Ajouter des contrôles à la feuille

Ajouter un bouton par exemple :

Cliquez sur ‘Boite à Outils’ à gauche, bouton Windows Forms, puis sur ‘Button’, cliquez dans la Form, déplacez le curseur sans lâchez le bouton, puis lâchez le bouton :

Un bouton apparaît.

Modifier les propriétés d’un contrôle ou d’un formulaire

Quand un formulaire ou un contrôle est sélectionné dans la fenêtre Design, ses propriétés sont accessibles dans la fenêtre de propriétés à droite en bas :

Ici ce sont les propriétés du contrôle 'Button1'

(BackColor, Image, Texte…)

(on peut les modifier directement.)

Voir tout les composants d’un projet  

Pour cela il faut utiliser L'explorateur de solution en haut à droite, il permet de voir et d'avoir accès au contenu du projet :

qui est un formulaire (une fenêtre).

qui est un module standard.

Références qui contient les espaces de nom. AssemblyInfo: info nécessaire pour créer un installateur.

Il suffit de cliquer sur la ligne dans l'explorateur de solution pour voir apparaître le module et son code dans la fenêtre principale.

Si on clique sur un espace de noms dans la liste Références, cela ouvre la fenêtre Explorateur d'objet qui montre l'arborescence des Classes et une description sommaire en bas de la fenêtre.

Tester son logiciel

On peut tester le projet grâce à  : lancer l'exécution avec le premier bouton (mode 'Run', le second servant à arrêter temporairement l'exécution (mode 'Debug'), le troisième à terminer l'exécution (Retour au mode 'Design' ou 'Conception').

Quand on est en arrêt temporaire en mode 'Debug', la ligne courante, celle qui va être effectuée, est en jaune :

For i=0 To 100

=i.ToString

Next i

Si on tape la touche F10 (exécution pas à pas), la ligne '=i.ToString' est traitée et la position courante passe à la ligne en dessous.

For i=0 To 100

=i.ToString

Next i

La sauvegarde du projet se fait comme dans tous les logiciels en cliquant sur l'icône du paquet de disquettes.

Projet et solutions

Dans la terminologie VB, un projet est une application en cours de développement. Une solution regroupe un ou plusieurs projets (C'est un groupe de projets).

Fichiers, Chemins des sources

Si vous regardez les fichiers correspondants à un projet VB, les extensions sont : - .vbproj est le fichier de projet.

-   .sln est le fichier solution.

-   .vb sont tous les fichiers Visual Basic (Feuille module...)

Les sources sont par défaut dans ' C:\Documents and Settings\NomUtilisateur\Mes documents\Visual Studio Projects\nom projet'

Si on compile le projet l'exécutable est dans un sous répertoire \Bin

VB propose des aides

Quand on tape du code, VB affiche, quand il le peut, des aides :

•    -VB permet de choisir dans une liste une des propriétés d'un objet.

Exemple

Si je crée une variable chaîne de caractères (Dim Chaine As String , on verra cela plus loin), et que je tape le nom de la variable suivi d'un point: 'Chaîne.' la liste des méthodes possibles s'affiche.

Chaine.

Quand je pointe dans la liste un des membres (propriété ou méthode) un carré jaune affiche la définition de la fonction avec ses paramètres et une explication.

•    -VB aide à retrouver les paramètres d'une fonction :

Si on tape le nom d'une fonction et (  , VB affiche les paramètres possibles dans un cadre.

En plus il affiche les différentes manières d'utiliser les paramètres (les différentes signatures), on peut les faire défiler avec les petites flèches du cadre jaune.

•    -VB aide à compléter des mots.

Si je tape App puis sur le bouton  'A->', Vb affiche la liste des mots commençant pas App Anchor

AnchorStyle

AppActivate

AppDomain

Il existe une abondante documentation

•    -VB donne accès à l'aide sur un mot Clé. Si le curseur passe sur un mot clé, un carré affiche la définition de la fonction. Si je clique sur un mot et que je tape F1 l'aide s'ouvre et un long texte donne toutes les explications.

•    -VB donne accès à l'aide sur les contrôles. Si le curseur est sur un contrôle et que je tape F1 l'aide s'ouvre pour donner accès à la description des différents membres de cet objet.

•    -L'aide dynamique est constamment mise à jour. Pour la voir, il faut cliquer sur l'onglet 'Aide Dynamique' en bas à droite (même fenêtre que la fenêtre propriété). Elle donne une liste de liens en rapport avec le contexte en cours.

•    Enfin il est toujours possible de rechercher des informations en passant par les 3 onglets de la fenêtre en haut à droite.

1.    Sommaire (plan, arbre de l'aide)

2.    Index (liste des mots)

3.    Recherche (rechercher un mot)

(Ici on vient de décrire l'aide interne; on peut paramétrer le logiciel pour avoir l'aide externe c'est à dire que l'aide s'affiche dans une fenêtre externe à l'ide, cela allége les fenêtres et onglets de l'ide.)

Erreurs

S'il existe une erreur dans le code au cours de la conception, celle-ci est soulignée en bleu ondulé. Un carré donne la cause de l'erreur si le curseur passe sur la zone ou se trouve l'erreur.

Ici la propriété 'Text' a été mal orthographiée.

Si je lance le programme en mode 'Run' et qu'il y a des erreurs, Vb me le signale et répertorie les erreurs dans la liste des taches en bas.

Mode déboguage (mode BREAK)

Une fois lancer l'exécution (F5), puis stopper (Ctrl +Alt +Pause), on peut:

Voir la valeur d'une propriété d'un objet en la sélectionnant avec la souris :

Il s'affiche un petit cadre donnant la valeur de la propriété d'un objet.

Voir la valeur d'une variable, simplement en positionnant le curseur sur cette variable. Par défaut on ne peut pas modifier le code en mode Break.

On peut l'autoriser en passant par les menus Outils/Options/Déboguage/Modifier&continuer, activer 'M'autoriser à modifier des fichiers vb durant le déboguage' mais la modification n'est pas prise en compte sauf si on relance le programme !!!

F11 permet l'exécution pas à pas (y compris des procédures appelées) F10 permet le pas à pas (sans détailler les procédures appelées) Maj+F11 exécute jusqu'à la fin de la procédure en cours.

En cliquant sur le bouton droit de la souris, on peut afficher ou définir l'instruction suivante, exécuter jusqu'au curseur, voir la définition de ce qui est sous le curseur (La définition, c'est l'instruction ou une variable à été déclarée par exemple).

On peut grâce au menu déboguage puis Fenêtre ouvrir les fenêtres :

-   Automatique, qui affiche les valeurs des variables de l'instruction en cours et des instructions voisines.

-   Immédiat où il est possible de taper des instructions ou expressions pour les exécuter ou voir des valeurs.

-   Espions permettant d'afficher le contenu de variables ou d'expressions.

-   Espions Express permet d'afficher la valeur de l'expression sélectionnée.

-   Points d'arrêts permet de modifier les propriétés des points d'arrêts. on peut mettre un point d'arrêt en cliquant dans la marge grise à gauche : l'instruction correspondante s'affiche en marron et l'exécution s'arrêtera sur cette ligne.

-   Me affiche les données du module en cours.

-   Variables locales affiche les variables locales.

-   Modules affiche les dll ou .exe utilisés.

-   Mémoire, Pile d'appels, Thread, Registres, Code Machine permettent d'étudier le fonctionnement du programme à un niveau plus spécialisé et technique.

Il est possible de mettre des points d'arrêt, des espions pour arrêter l'exécution et suivre la valeur de certaines expressions. (Voir traiter les erreurs)

Voir la leçon 4.20 concernant le déboguage pour plus d'informations.

1.D BisL’environnement de développement SharpDevelop

C'est l'IDE: Environnement de développement intégré GRATUIT, alternative à la version payante VisualStudio.

Oui, vous pouvez faire du Visual (ou du C#) gratuitement et légalement.

C'est un logiciel libre en Open Source (GPL), fonctionne officiellement sous Windows XP et 2000 (Pas officiellement sous ME et 98).

Il parait que SharpDevelop fonctionne sous Windows 98 (non testé, si vous avez essayé, m'en faire part), Millenium (testé), NT 4, Windows 2000 (testé) , XP (testé). Alors que Visual Studio ne fonctionne pas sur un PC non NT (exit Windows 98 et Millenium).

Où le trouver et comment l’installer ?

Respectez l'ordre d'installation.

1/ Télécharger et installer le FrameWork. (Impérativement en premier) Installer Microsoft .NET version 1.1 Redistibutable package.

C'est le Framework (la couche logiciel entre l'application et le système), il est téléchargeable sur le Net.

()

2/ Télécharger et installez le SDK

C'est le Kit de Développement Microsoft .NET Framework: SDK version 1.1 en français.

Le SDK est disponible sur la même page que le Framework. Attention, changez la langue et téléchargez la version française.

3/ Télécharger et installez SharpDevelop 1.0

Téléchargez SharpDevelop à partir de L'installer en exécutant le fichier ''.

4/Configurer SharpDevelop

Au premier démarrage, créez une nouvelle base de complétion de code (option par défaut)

Allez dans le menu 'Outils' - 'Options'

Choisissez :

Style visuel : Choisir VBNET dans la liste.

Type de Fichier : cocher 'Fichier source '(.vb) en plus.

Le Framework, le SDK et SharpDevelop suffisent pour faire des programmes.

On peut aussi installer:

Framework .NET v2.0 Beta (gratuit)

SDK .NET v2.0 Beta  (gratuit)

MSDE, SQL SERVER version light (gratuit)

SDK Direct X, pour faire du graphisme ou du multimédia (gratuit)

Quelques liens :

Petit didacticiel (en anglais)

WikiSharpDevelop (en anglais)

WikiDeboguage (en anglais)

Fenêtre Projet

Lancer SharpDevelop :

Au lancement de l’application, on peut :

-           ouvrir une solution existant: Bouton 'Ouvrir une solution' -             créer un nouveau projet (une nouvelle solution) : Bouton 'Nouvelle solution' ou

Menu 'fichier'-'Nouveau'-'Solution'

Sélectionner la catégorie 'VBNET' et choisir le type d'application à créer. (Dans le cas d'une création d'un projet Visual Basic, il faudra choisir dans les 'Modèles': Application Windows.)

On remarque que #Develop permet aussi d'écrire du C#, du C++.

Puis il faut donner un nom au projet (il n'y a pas de nom par défaut), modifier si nécessaire le chemin de l'emplacement du projet qui est par défaut 'C:\Documents and Settings\NomUtilisateur\Mes documents\SharpDevelop Projects' (cocher si nécessaire 'Créer le répertoire source') enfin valider sur le bouton 'Créer'. Une fenêtre 'MainForm' apparait.

Importer / exporter un projet de Visual studio en passant par le menu 'Fichier'.

Si l'on veut rajouter des fichiers à notre projet il faut faire : 'Fichier'-'Nouveau'-'Fichier' et catégorie VB.

Quand on ouvre une solution (un projet), le logiciel se présente ainsi :

Noter que le logiciel est francisé (Si cela n'a pas été fait, le faire par le menu Tools, Options).

Dans un nouveau projet, créer une fenêtre

Pour ajouter un fenêtre (un formulaire) Cliquer sur le premier bouton à gauche Nouveau

Fichier (le toolTip dit 'Ouvrir un nouveau Buffer', ou utiliser le menu 'Fichier', 'Nouveau',

'Fichier'.

Dans la fenêtre qui s'ouvre, à gauche, choisir '', à droite 'formulaire' puis 'Ok', une fenêtre ‘Form1’ apparaît. La première fenêtre qui s'ouvre quand on crée un projet se nomme 'MainForm', si on en ajoute une, elle se nomme 'Form1'.

La zone de travail se trouve au centre de l'écran: On voit les onglets MainForm, pour chaque formulaire (fenêtre)

En bas les onglets 'Source' et 'Design' permettent de passer de l'affichage du code('Source') à la conception de l'interface utilisateur ('Design'), affichage de la fenêtre et de ses contrôles permettant de dessiner l'interface.

Voir les procédures

L'onglet 'Source' en bas donne accès aux procédures (au code) liées à Form1.

La liste déroulante de droite donne la liste des objets. Si on en choisit un, le pointeur va sur les procédures liées à cet objet.

Il est possible en double-cliquant dans le formulaire ou sur un contrôle de se retrouver directement dans le code de la procédure correspondant à cet objet. Si la procédure n'existe pas (ButtomClick par exemple), le fait de double-cliquer sur le bouton l’a créé.

Pour créer les autres procédures évènements, utilisez le bouton  qui est sur la fenêtre des propriétés à droite, il fait apparaître la liste des évènements et permet de créer les procédures.

Ajouter des contrôles à la feuille

Ajoutons un bouton par exemple :

Cliquer sur l'onglet ‘Outils’ à gauche en bas , bouton 'Windows Forms', puis sur ‘Button’,cliquer dans la MainForm, déplacer le curseur sans lâcher le bouton, puis lâcher le bouton :

Un bouton apparaît.

Modifier les propriétés d’un contrôle ou du formulaire

Quand une feuille ou un contrôle est sélectionné dans la fenêtre Design, ses propriétés sont accessibles dans la fenêtre de propriétés à droite en bas :

Ici ce sont les propriétés du contrôle 'Button1'

(BackColor, Image, Texte…)

Un petit texte d'aide concernant la propriété en cours apparaît en bas.

(on peut modifier les propriétés directement.)

Voir tout les composants d’un projet

Pour cela il faut utiliser la fenêtre Projet et la fenêtre Class à gauche, elles permettent de voir et d'avoir accès au contenu du projet, aux:

-   Références qui contient les espaces de nom.

-   Assembly: info nécessaire pour créer un installateur…

Remarque relative aux fenêtres de l’IDE

Pour faire apparaître une fenêtre qui a disparu (fenêtre projet par exemple), utilisez le menu 'Affichage' puis 'projet'.

Quand la fenêtre est ancrée (accrochée aux bords), le fait de la déplacer  avec sa barre de titre la 'dé ancre' et elle devient autonome.

Pour la 'ré ancrer', il faut double-cliquer dans sa barre de titre.

Tester son logiciel

On peut compiler le projet avec le premier bouton ci-dessous. Lancer l'exécution avec le bouton flèche verte, le rond à droite (qui devient rouge pendant l'exécution) sert à terminer l'exécution.

La sauvegarde du projet se fait comme dans tous les logiciels en cliquant sur l'icône du paquet de disquettes.

Projet et solutions

Dans la terminologie VB, un projet est une application en cours de développement. Une solution regroupe un ou plusieurs projets (C'est un groupe de projets).

#Sharp permet de créer, d’ouvrir :

-   des fichiers

-   des projets/solutions.

Fichiers, Chemins des sources

Si vous regardez les fichiers correspondants à un projet VB, les extensions sont : .prjx est le fichier de projet.

.cmbw est le fichier solution.

.vb sont tous les fichiers Visual Basic (Feuille module...) .ressources  pour les ressources.

Les sources sont par défaut dans 'C:\Documents and Settings\NomUtilisateur\Mes documents\SharpDevelop Projects'

Si on compile le projet l'exécutable est dans un sous répertoire \Bin\Debug ou \Bin\Release

Si vous avez plusieurs version du Framework sur votre machine (version 1.0, version 1.1 voire version 2.0 Beta), il vous est possible de choisir le compilateur dans les options du projet. Visual Studio 2003 à version 1.1 du framework.

Visual Studio 2005 à version 2.0 du framework

Il est possible d'importer ou d'exporter au format VisualBasic de Microsoft.

SharpDevelop propose des aides

La fenêtre d'aide à droite donne accès aux aides :

-   de #develop en anglais, non à jour!!

-   du Framework

-   de zipLib

Si vous avez installé le SDK (SDK Framework .Net et/ou SDK Direct X) , vous avez accès à l’aide (partie en haut à droite de l’écran) , et donc également à l’intellisense, qui affiche les propriétés, les méthodes des objets, les paramètres des fonctions, des types, … , des différents objets.

Ici par exemple on a tapé MessageBox., la liste des membres (Equals, Show...) est affichée.

Déboguage avec le débogueur du SDK de Microsoft

Ce qui est nommé point d'arrêt dans SharpDevelop est en fait un signet dans le texte. Pour déboguer il faut installer le déboguer fournit gratuitement avec le SDK que vous avez installé.

Le débogueur est un programme autonome, indépendant de ShapDevelop.

Si vous avez installé le Framework, le SDK et SharpDevelop, il se trouve donc dans le répertoire :

C:\Program Files\\SDK\v1.1\GuiDebug

Si vous avez installé Visual , Il est dans le répertoire :

C:\Program Files\Microsoft Visual Studio .NET 2003\SDK\v1.1\GuiDebug

et le débogueur en lui même se nomme :

Pour l'ouvrir rapidement à partir de SharpDevelop, il faut ajouter une ligne 'Debug' dans le menu 'Outils' :

Menu 'Outils', sous menu 'Option', et cliquer la ligne outils (outils externes) de la liste à droite.

Cliquer sur le bouton 'Ajouter'

Titre:debug

Commande :

C:\Program Files\\SDK\v1.1\GuiDebug\ ou

C:\Program Files\Microsoft Visual Studio .NET 2003\SDK\v1.1\GuiDebug\

Puis cliquer sur "OK"

Maintenant vous avez une ligne 'Debug' dans le menu 'Outils' :

Cliquer dessus, cela ouvre le Débogueur 'Microsoft'

Pour charger le programme à déboguer :

Il faut 'charger' le fichier exécutable .EXE

Menu "Débuguer", sous menu "Programmes à débuguer", sélectionner le programme ".Exe" (répertoire 'bin') Il faut 'charger' les sources :

Menu "Fichier", charger tous les fichiers .VB du projet 

Enregistrer le fichier debugger solution (.dln) en passant par le menu 'fichiers' puis 'Fermer la solution'.

Cela permet, la fois suivante, d'ouvrir le fichier solution (.dln)

(et non plus la totalité des fichiers sources et exe , ce qui est plus long).

Pour lancer le déboguage :

touche F5 ou la flèche droite.

Une fois l'exécution lancée :

On peut la stopper (Ctrl +Alt +Pause).

Ajouter des points d'arrêt.

Grâce à des points d'arrêt (pour définir un point d'arrêt en mode de conception, cliquez en face d'une ligne dans la marge grise, cela fait apparaître un rond marron.

Quand le code est exécuté, il s'arrête sur cette ligne).

  For i= 1 To 6

? Tableau(i)=i*i

  Next i

Voir la valeur d'une propriété d'un objet en la sélectionnant avec la souris :

Il s'affiche un petit cadre donnant la valeur de la propriété d'un objet.

Voir la valeur d'une variable, simplement en positionnant le curseur sur cette variable.

F11 permet l'exécution pas à pas (y compris des procédures appelées) F10 permet le pas à pas (sans détailler les procédures appelées) Maj+F11 exécute jusqu'à la fin de la procédure en cours.

En cliquant sur le bouton droit de la souris, on peut

-     Exécuter jusqu'au curseur -       Insérer un point d'arrêt.

On peut grâce au menu 'Déboguage' puis 'Fenêtre' ouvrir les fenêtres :

Automatique, qui affiche les valeurs des variables de l'instruction en cours  et des instructions voisines.

Immédiat où il est possible de taper des instructions ou expressions pour les exécuter ou voir des valeurs. 

Taper "?I" (c'est l'équivalent de "Print I" qui veut dire: écrire la valeur de la variable I) puis valider, cela affiche la valeur de la variable I.

Autre exemple, pour voir le contenu d'un tableau A(), tapez sur une seule ligne:

For i=0 to 10: ?i: Next i

Enfin, il est possible de modifier la valeur d'une variable: Tapez" I=10" puis validez, cela modifie la valeur de la variable.

En bas à gauche on a aussi les fenêtres :

Espions permettant d'afficher le contenu de variables ou d'expressions.

Espions Express permet d'afficher la valeur de l'expression sélectionnée. Variables locales affiche les variables locales.

Attention : comme dans Visual Studio, il n'est pas possible de modifier les fichiers sources à partir du moment où vous avez démarré le déboguage.

Conclusion

Programme permettant de faire du gratuitement (rapport qualité/prix infiniment élevé).

CONCLUSION D'UN UTILISATEUR:

SharpDevelop est un IDE agréable à utiliser, pour le développement des programmes .NET, en mode WYSIWYG.

Il est possible d’atteindre un niveau de qualité équivalent à Visual Studio ou à Borland C# Builder en faisant une installation complète. Très ouvert, on peut lui rajouter des plugins. Certains programmes externes peuvent être utilisés également avec Visual Studio ou Borland C# Builder.

SharpDevelop est en perpétuelle évolution. 

Un forum permet de déposer le descriptif des erreurs rencontrées mais également de vos demandes de modifications, si vous pensez à une évolution qu'il serait bien que SharpDevelop possède.

En plus vous pouvez récupérer le code source et pouvez donc modifier à loisir l’IDE.

Ancien utilisateur de Visual basic 5.0 Pro, Visual Studio 6.0 entreprise (Visual Basic, Visual InterDev et Visual C++) et de Visual Studio 2003 .Net architecte, je ne me sens pas à l’étroit avec SharpDevelop.

Bien sur, pour les débutants, il manque les assistants de Visual Studio (Crystal report, ADO .NET, …). Le problème avec les assistants est qu’une fois qu’on pratique un peu, ils deviennent vite une gêne, et souvent il faut repasser derrière eux, pour enlever le superflu de code qu’ils ont écrits (souvent ils n’optimisent pas le code).

Il manque également la partie UML de Visual Studio Architecte, mais là on attaque le haut du panier des développeurs.

Par contre SharpDevelop apporte en plus :

-   Aide à la génération automatique des MessageBox -         Aide à la conversion C# vers et de vers C# -       Aide à la génération d’expression régulière.

-   Importer / exporter un projet de Visual studio. -   Support du multi langage.

Il fournit les logiciels:

-   NDoc : permet de faire des fichiers d’aide compilée au format MSDN, à partir de lignes commentées dans le code.

-   NUnits : permet de faire des tests unitaires (!).

-   SharpQuery : Permet de se connecter aux bases de données.

Installateur

Comment créer un installateur avec SharpDevelop ? Merci de votre expérience.

Merci à Fabrice SAGE pour son aide.

Merci à Hubert WENNEKES, CNRS Institut de Biologie de Lille pour son aide.

Langage Visual Basic

1.3Introduction au langage

Nous allons étudier :

Le langage Visual qui est utilisé dans les procédures.

Comme nous l’avons vu, le langage Visual Basic sert à :

-   agir sur l’interface (Afficher un texte, ouvrir une fenêtre, remplir une liste, un tableau, poser une question).

="Bonjour"

-   effectuer des calculs, des affectations en utilisant des variables.

B=A+1

-   faire des tests avec des structures de décision: évaluer des conditions des comparaisons et prendre des décisions.

If A=1 If

-   travailler en boucle pour effectuer une tache répétitive.

For I=0 To 100... Next I

Tout le travail du programmeur est là.

Dans nous avons à notre disposition :

•    Les Classes venant du FrameWork

On travaille sur des objets en utilisant leurs propriétés, leurs méthodes.

Il existe des centaines de 'Classes' : les plus utilisées sont les classes String (permettant de travailler sur des chaînes de caractères), Maths (permettant d'utiliser des fonctions mathématiques), Forms (permettant l'usage de formulaire, de fenêtre), Controls (donnant accès aux contrôles: bouton, case à cocher, liste...)

Elles sont communes à tous les langages utilisant le FrameWork.

Exemple d'utilisation de la Class TextBox (contrôle contenant du texte) : ="Hello"      ‘Affiche "Hello" dans le textbox.

•    Les instructions du Common Langage Runtime (Un autre composant de VS)

Il s'agit d'instruction, de mot clé.

Exemple :

        A = Mid(MaString, 1, 3)          'Mid retourne une partie de la chaîne de caractères.

        •     Les Classes de compatibilité VB6.

Elles ne dépayseront pas ceux qui viennent des versions antérieures de VB car elles reprennent la syntaxe utilisée dans VB6. Ajoute à des fonctions VB6.

L’outil d'import automatique de VB6 vers en met beaucoup dans le code. Il faut à mon avis éviter de les utiliser. Ce cours 'pur' n'en contient pas ou peu.

Pour le moment cela peut paraître un peu compliqué, mais ne vous inquiétez pas, cela va devenir clair.

1.4Les Algorithmes

Pour écrire un programme, aller du problème à résoudre à un programme exécutable, il faut passer par les phases suivantes :

•    Analyse du cahier des charges

Il doit être clair, exhaustif, structuré.

•    Analyse générale du problème

Il existe des méthodes pour professionnelles (MERISE, JACKSON..), nous utiliserons plutôt l'analyse fonctionnelle: Le problème global est découpé en sous problèmes nommés fonctions. Chaque fonction ne contient plus qu'une partie du problème. Si une fonction est encore trop complexe, on itère le processus par de nouvelle fonction à un niveau plus bas.

•    Analyse détaillée

Chaque fonction est mise en forme, la logique de la fonction est écrite dans un pseudo langage (ou pseudo code) détaillant le fonctionnement de la fonction.

Ce pseudo code est universel, il comporte des mots du langage courant ainsi que des mots relatifs aux structures de contrôle retrouvées dans tous les langages de programmation.

•    Codage

Traduction du pseudo code dans le langage que vous utilisez.

•    Test

Car il faut que le programme soit valide.

Exemple simpliste :

•    Analyse du cahier des charges

Création d'un programme affichant les tables de multiplication, d'addition, de soustraction.

•    Analyse générale du problème

Découpons le programme en diverses fonctions :

Il faudra créer une fonction 'Choix de l'opération', une fonction 'Choix de la table', une fonction 'TabledeMultiplication', une fonction 'TabledAddition', une fonction Affiche'... 

•    Analyse détaillée

Détaillons la fonction 'TabledeMultiplication'

Elle devra traiter successivement (pour la table des 7 par exemple) :

1X7

2X7

3X7...

Voici l'algorithme en pseudo code.

Début

Pour i allant de 1 à 10 Ecrire (i*7)

Fin Pour

Fin

•    Codage.

Traduction du pseudo code en Visual Basic.

Sub MultiplicationPar7

Dim i As Integer For i=1 to 10

Call Affiche(i*7)

next i

End Sub

•    Test

Ici il suffit de lancer le programme pour voir si il marche bien..

L'algorithme détaille, en pseudo code, le fonctionnement d'une fonction et en décrit la logique.

Il faut avouer que dans la pratique, la phase d'analyse détaillée avec écriture du pseudo code se passe dans la tête et que bien souvent le code VB est écrit directement, mais ce qui suit est DIDACTIQUE et comme on l'a dit, commun à tous les langages.

On verra plus loin dans le cours, qu’à coté de la méthode ‘fonctionnelle’ existe une autre méthode utilisant des classes d’objet.

Etudions cette logique valable pour tous les langages de programmation :

Structure séquentielle d’un programme :

Au sein d'une procédure, la structure d’un programme est généralement séquentielle.

Le code d’une procédure est fait d’une succession de lignes (ou instructions) qui seront lues et traitées les unes après les autres.

Instruction 1

Instruction 2

Instruction 3

En VB on peut mettre plusieurs instructions sur la même ligne séparées par ":"

Instruction1 : Instruction2

Les variables :

Elle contiennent les informations nécessaire au déroulement du programme (C'est le même sens qu'en mathématique)

Chaque variable a un nom (identifiant) et un type. Ce dernier indique la nature de l'information que l'on souhaite mettre dans la variable: Entier, réel, booléen, caractère, chaîne de caractères, objet.

Exemple: la variable 'Total' contiendra un réel dans un programme de comptabilité.

Affectation (ou Assignation) :

C'est une instruction consistant à donner une valeur à une variable.

En langage algorithmique on l'indique par '<-'

X <- 2          veut dire: donner à la valeur X la valeur 2

Z <- X+1       veut dire: donner à la variable Z la valeur de la variable X à laquelle on ajoute 1

(Z prend la valeur 2+1 =3

Cela revient à évaluer l'expression de droite et à en mettre la valeur dans la variable de gauche.

En VB le signe d'affectation est '=' on écrit donc :

Z=X+1

Attention ce n'est pas une égalité mais une affectation.

Les choix :

Le programme doit pouvoir choisir parmi deux ou plusieurs possibilités en fonction d’une condition :

Si Condition Alors Action 1

Sinon

Action 2

Fin Si

Si Condition est vraie Action 1 est effectué, sinon Action 2 est effectué.

Parfois il n’y a pas de seconde branche :

Si Condition Alors Action 1

Fin Si

Ou sur une seule ligne :

Si Condition Alors Action 1

Il peut y avoir plusieurs conditions imbriquées :

Si Condition 1 Alors

Si Condition 2 Alors Action 1

Sinon

Action 2

Fin Si

Sinon

Action 3

Fin Si

Noter bien le retrait des lignes de la seconde condition afin de bien visualiser la logique du programme :

Action 2 est effectué si la Condition 1 est remplie et la Condition 2 n’est pas remplie.

En VB cela correspond à l’instruction IF THEN :

If Condition 1 Then Action 1

Else

Action 2

End If

Décider entre :

Il est parfois nécessaire d’effectuer un choix parmi plusieurs solutions :

Décider Entre

Quand Condition 1 Alors

Action 1

FinQuand

Quand Condition 2 Alors Action 2

FinQuand

 ..

 ..

Autrement Action 4

FinAutrement

FinDécider

Si la condition 1 est remplie Action 1 est effectuée puis le programme saute après FinDécider.

Si la condition 1 n’est pas remplie, on teste la condition 2…

Si aucune condition n’est remplie on saute à Autrement, on effectue Action 4.

On pourrait aussi parler de sélection :

Sélectionner.

Le cas : condition 1 Action 1

Le cas : condition 2 Action 2

 ..

Les autres cas

FinSélectionner

En VB cela correspond à :

Select Case Valeur Case condition 1 Action 1

Case condition 2 Action 2

 ..

Case Else Action 4

End Select

Si Valeur=Condition 1 Action 1 est effectuée, si Valeur=Condition 2 Action 2 est effectuée...

Pour :

Permet de répéter une séquence un nombre de fois déterminé :

Le cas le plus classique est :

Pour I variant de 0 à N Répéter Action

FinRépéter

I prend la valeur 0, 'Action' est effectué, Puis I prend la valeur 1, Action est effectué, Puis I prend la valeur 2..

Cela jusqu'à N

La boucle tourne N+1 fois (car ici on commence à 0)

Cela se nomme une itération, quel en est l’intérêt ?

Au lieu de faire

Afficher (1*7)

Afficher (2*7)

Afficher (3*7)

Afficher (4*7)

... 

On remarque qu'un élément prend successivement la valeur 1, 2, 3 … Une boucle peut faire l'itération : Pour i allant de 1 à 10 Répéter Affiche (i*7)

Fin répéter

La variable dite 'de boucle' prend bien les valeurs 1 puis 2 puis 3..., elle est utilisée dans le corps de la boucle.

En VB:

For i=0 To N

...

Next i

On peut aussi boucler en parcourant tous les éléments d’une collection.

(Une collection est une liste d'objet, liste de taille variable en fonction de ce qu'on ajoute ou enlève.)

Pour chaque élément de la liste Action

Fin Pour

En VB :

For each… In

Next

Tant que :

Permet de faire une boucle sans connaître le nombre d’itération à l’avance.

Tant Que Condition Action

Fin Tant Que

L’action qui est dans la boucle doit modifier la condition afin qu’a un moment ‘Tant que’ ne soit pas vérifié et que l’on sorte de la boucle. Sinon la boucle tourne sans fin.

Pour plus cadrer avec la réalité : 

Faire tant que condition Action

Boucler En VB :

Do while Condition Action

Loop

Il existe une boucle équivalente :

Répéter Action

Jusqu’à Condition

En VB :

Do

Action

Loop Until Condition

Sous programme ou procédure :

On a déjà vu cette notion.

Quand on appelle une procédure, le logiciel ‘saute’ à la procédure, il effectue celle-ci puis revient effectuer ce qui suit l’appel.

Et VB les sous-programmes (ou procédures) sont des Sub ou des Function.

Pour appeler une procédure on utilise Call NomProcedure() ou NomProcedure()

Instruction 1

Instruction 2 Sub MaProcédure

Call Instruction 10

MaProcédure()3 Instruction 11

Instruction 4 End Sub Instruction 5 

Le programme effectuera les instructions 1, 2, 3, 10, 11, 4, 5.

Une opération complexe peut être découpée en plusieurs procédures ou sous-programme plus petits et plus simples qui seront appelés.

On peut fournir aux procédures des paramètres, ce sont des variables qui seront transmissent à la procédure.

Exemple, création d'une Procédure 'MaProcédure' recevant 2 paramètres :

Sub MaProcédure(paramètre1, paramètre2)

..

End Sub

Exemple d'appel de la procédure 'Maprocédure' en envoyant 2 paramètres :

Call MaProcédure(premierparamètre, secondparamètre)

Exemple, si j'écris Call MaProcédure(2,3) dans la procédure MaProcédure paramètre1=2 et paramètre2=3.

Il est nécessaire de définir le type des paramètres :

Sub MaProcédure(paramètre1 As Integer, paramètre2 As Integer)indique que la procédure attend 2 entiers.

Il y a 2 manières d’envoyer des paramètres :

-   Par valeur : (By Val) c’est la valeur, le contenu de la variable qui est envoyé.

-   Par référence :(By Ref) c’est l’adresse (le lieu physique ou se trouve la variable) qui est envoyé. Si la Sub modifie la variable, cette modification sera visible dans la procédure appelante après le retour.

Parfois on a besoin que la procédure appelée retourne une valeur dans ce cas il faut créer une fonction :

Function MaFonction  As Integer

..

End Function

Pour appeler la fonction :

ValeurRetournée=MaFonction()

Les tableaux :

Un tableau de variables permet de stocker plusieurs variables de même type sous un même nom de variable, chaque élément étant repéré par un index ou indice. C'est une suite finie d'éléments.

Soit un tableau A de 4 éléments :

3

12

4

0

Pour accéder à un élément il faut utiliser l'indice de cet élément.

L'élément d'index 0 se nomme A[0]  et contient la valeur 3.

L'élément d'index 1 se nomme A[1]  et contient la valeur 12.

Quand on crée un tableau, il a un nombre d'élément bien défini : 4 dans notre exemple d'index 0 à 3.

Pour donner une valeur a un des éléments, on affecte la valeur à l'élément.

A[2] <- 4

Pour lire une valeur dans un tableau et l'affecter à une variable x: x <- A[2]

Traduction en VB :

A(2)=4

x = A(2)

Pour parcourir tous le éléments d'un tableau on utilise une boucle :

Exemple, afficher tous les éléments du tableau tab qui contient n éléments.

Début

Pour i de 0 à n-1 Répéter écrire(tab[i]) Fin Répéter

Fin

Il existe des tableaux multidimensionnels :

1,1

1,2

1,3

2,1

2,2

2,3

3,1

3,2

3,3

B[2,1] désigne l'élément rouge (ligne 2, colonne 1).

Notion de Collections :

Une collection permet de stocker plusieurs variables ou objets, chaque élément étant repéré par un index ou indice.

Soit la collection Col, au départ elle est vide.

J'ajoute des élément (ou items) à cette collection.

Col.Ajouter ("Toto")

Voici la collection :

Toto

La collection a maintenant 1 élément.

Col.Ajouter("Lulu")

Col.Ajouter("Titi")

Toto

Lulu

Titi

La collection a 3 éléments maintenant.

Col.Retirer(2) enlève l'élément numéro 2

Toto

Titi

La collection n'a plus que 2 éléments maintenant.

On voit que le nombre d'élément n'est pas connu à l'avance, il varie en fonction des éléments ajoutés (ou retirés). Un élément est repéré par un indice.

En VB :

        Ajoute un élément

Col.Remove Enlève une élément

Utilisation de Flag :

Un Flag (ou drapeau) est une variable utilisée pour enregistrer un état, la valeur de cet état servant à déclencher ou non des actions. C'est une manière de retenir qu'un évènement s'est produit.

Si le drapeau est abaissé, les voitures roulent…

Exemple, utiliser un Flag pour sortir d'une boucle :

On utilise FlagSortir. FlagSortir=Faux  

Tant que FlagSortir=Faux

Si on doit sortir de la boucle, on met la valeur de FlagSortir à Vrai

Boucler

En VB :

FlagSortir=Faux

Do while FlagSortir=Vrai

Si on doit sortir de la boucle, on met la valeur de FlagSortir à Vrai

Loop

Tant que FlagSortir =Faux la boucle tourne.

1.5L’Affectation

C'est l'instruction la plus utilisée en programmation.

On peut aussi utiliser le terme 'Assignation' à la place de l'affectation. NomdeVariable=Expression est une affectation.

Elle transfère le résultat de l'expression située à droite du signe 'égal' dans la variable (ou la propriété) à gauche du signe égal.

Exemple :

A=B est une affectation (ou assignation.)

A=B affecte la valeur de la variable B à la variable A, la valeur de B est mise dans A.

Si 

A=0

B=12

A=B entraîne que A=12

Si nécessaire l'expression, (l'élément) à droite du signe = est évaluée, calculée avant d'être affectée à la première variable.

Si 

A=0

B=12

A=B+2 entraîne  A=14

L’affectation permet donc de faire des calculs :

Si NombrdHeure=100 et TauxHoraire=8

Paye= NombredHeure*Tauxhoraire

Paye prend la valeur 800 

Attention dans le cas de l'affectation "=" ne veut donc pas dire égal.

A=A+1 est possible

Si A=1

A=A+1 entraîne  A=2

On verra qu'il existe des variables numériques ('Integer' 'Single') et alphanumériques (chaîne de caractères ou 'String'), l'affectation peut être utilisée sur tous les types de variables.

Le second membre de l'affectation peut contenir des constantes, des variables, des calculs dans le cas de variables numériques.

A=B+2+C+D

On ne peut pas affecter une variable d'un type à une variable d'un autre type :

Si A est numérique et B est alphanumérique (chaîne de caractères) A=B n'est pas accepté.

Ecriture compacte :

A=A+1 peut s’écrire de manière plus compacte : A += 1

A=A*2 peut s’écrire de manière plus compacte : A *= 2

A=A&"Lulu" pour une variable chaîne de caractère peut s’écrire de manière plus compacte : A

&= "Lulu"

L'affection marche pour les objets, leurs propriétés..

Bouton1.BackColor= Bouton2.BackColor

Signifie que l'on donne au Bouton1 la même couleur de fond que celle du bouton2, on affecte la valeur BackColor du Bouton2 au Bouton1.

Attention le signe '=' signifie par contre 'égal' quand il s'agit d'évaluer une condition, par exemple dans une instruction If Then (Si Alors) : If A=B then   'signifie: Si A égal B alors...

Permutation de variables :

C'est un petit exercice :

J'ai 2 variables A et B contenant chacune une valeur.

Je voudrais mettre dans A ce qui est dans B et dans B ce qui est dans A.

Si je fais 

A=B

B=A

Les 2 variables prennent la valeur de B!!!

Comment faire pour permuter ?

Et bien il faut utiliser une variable intermédiaire C qui servira temporairement à conserver le contenu de la variable A :

C=A A=B

B=C

Voila, on a bien permuté.

1.6Les Variables

C’est le même sens qu’en mathématique.

Sauf qu’en VB la variable est un objet.

Une variable est un objet qui sert à stocker (qui contient) un nombre, du texte (chaîne de caractères), une date, un objet…

Une variable a un nom et un type qui indique ce que l’on peut y mettre.

Si STR est une variable de type chaîne de caractère : je peux y mettre une chaîne de caractère

(« TOTO » par exemple)

STR="TOTO"

Si Age est une variable de type numérique, je peux y stocker un nombre (45,2 par exemple).

Age=45,2

Nom des variables :

On peut utiliser dans les noms de variable des majuscules ou des minuscules mais pour VB il n’y a pas de différence.

Exemple :

On ne peut pas déclarer une variable VB et une variable vb.

Si on déclare une variable nommée 'VB'  et si ultérieurement on tape 'Vb', le logiciel le transforme automatiquement en 'VB'.

•    On peut mettre des chiffres et des lettres dans les noms de variable mais pas de chiffres en premier caractère. 2A n’est pas un nom valide Nom2 l’est.

•    Certains caractères de ponctuation (‘»..) ne peuvent pas être utilisés, d'autres "_" et "–" sont permis :

Nom_Utilisateur est valide.

L'espace n'est pas permis.

•    Bien sur, les mots clé de VB ne peuvent pas être utilisés, on ne peut pas nommer une variable Form ou BackColor

Il est conseillé de donner des noms explicites qui rappellent ce que contient la variable : Nom_Utilisateur est explicite, pas NU.

Parfois on indique en début de nom, par une lettre, le type de variable ou sa portée (la zone de code où la variable existe).

s_Nom 'Le s indique qu'il s'agit d'une variable String (Chaîne de caractères) iIndex    'Le i indique qu'il s'agit d'une variable Integer (Entier) gNomUtilisateur       'g indique que la variable est globale

Il est possible de 'forcer' le type de la variable en ajoutant un caractère spécial à la fin du nom de la variable.

                Dim c$ = "aa"         ' $ force c a être une variable String.

De même % force les Integer, & les long…

Cette notation est moins utilisée.

Voir en annexe, en bas de page des recommandations supplémentaires.

Déclaration :

Avant d'utiliser une variable, il faut la déclarer, la créer, pour cela on utilise l'instruction Dim :

                Dim A As Integer     'Déclare une variable nommer 'A' de type Entier

Avant la ligne, A n'existait pas, après le DIM, A existe et contient 0.

Il faut aussi parfois l'initialiser, c'est à dire lui donner une valeur de départ :

A=3

On peut déclarer et initialiser en même temps : Dim A As Integer =3

En pratique :

Les variables après avoir été déclarées, vont servir à stocker des valeurs, à effectuer des calculs, on peut afficher ensuite leur valeur.

Exemple simpliste d'utilisation de variables :

Dim A As Integer      'Création d'une variable A Dim B As Integer         'Création d'une variable B

Dim Total As Integer          'Création d'une variable total

A=3 'Mettre '3' dans A B=2 'Mettre '2' dans B

Total=A+B    'Mettre dans la variable 'Total' la valeur de A et de B

= Total.ToString 'Afficher le total dans un label (un label est une zone permettant d'afficher du texte), pour cela transformer 'Total' qui est un entier en chaîne de caractères puis le mettre dans un label.

Noter bien la différence entre :

Dim Total As Integer

Total=123     'Total est une variable numérique (Integer ou Entier) contenant le nombre 123

Et

Dim Total2 As String

Total2="123" 'Total2 est une variable string contenant la chaîne de caractère "123" c'est à dire les caractères "1" , "2" et "3"

On peut afficher les chaînes de caractères, pas les variables numériques. On fait des calculs avec les variables numériques.

Il faudra donc parfois convertir le contenu d'une variable dans un autre type, (convertir une variable numérique en String pour l'afficher par exemple) on apprendra cela plus loin.

L'exemple simpliste juste au dessus en montre un exemple, il faut convertir Total qui est un entier en string pour l'afficher.

Concernant les variables numériques :

En mathématique, les entiers ou les réels peuvent être infiniment grands, en informatique les entiers ou les réels sont stockés sur un certains nombre d'octets.

Ce qui fait qu'il existe une limite supérieure dans les nombres que l'on peut stocker.

Exemple un Entier 'Integer' est stocké sur 32 bits soit 4 octets, on conçoit donc qu'il y a une valeur maximum (c'est 2147483647)

Si on dépasse cette valeur VB le signale en déclenche une erreur.

Les variables numériques peuvent être signées (accepter les valeurs négatives ou positives) ou non signées (Comme le Type 'Byte' qui ne contient que des valeurs positives)

Il existe différents types de variables :

Nom : 

Contient :

Boolean

Contient une valeur Booléenne : True ou False.

Byte

Contient les nombres entiers de 0 à 255 (sans signe)

Short

Entier sur 16 bits (-32768 à 32768)

Integer

Entier sur 32 bits  (-2147483648  à 2147483647)

Long

Entier sur 64 bits  (-9223372036854775808 à 9223372036854775807) 

Single

Nombre réel en virgule flottante (-1,401298 *10^-45 à 1,401298 10^45)

Double

Nombre réel en virgule flottante double précision. (..Puissance 324)

Decimal

Nombre réel en virgule fixe grande précision 

Char

1 caractère alphanumérique

String

Chaîne de caractère de longueur variable(jusqu'a 2 milliards de caractères)

DateTime

Date plus heure

Objet

Peut contenir tous les types de variables mais aussi des contrôles, des fenêtres...

Structure

Ensemble de différentes variables définies par l’utilisateur.

Détaillons :

Variable entière :

Byte, Short, Integer, Long

Byte Contient les nombres entiers de 0 à 255 (sans signe) Short       Entier sur 16 bits (-32768 à 32768)

Integer        Entier sur 32 bits  (-2147483648  à 2147483647)

Long               Entier sur 64 bits  (-9223372036854775808 à 9223372036854775807)

Pour une variable entière il n'y a pas de possibilité de virgule!!! Attention, une division de 2 entiers donne un entier.

Attention : les variables numériques ne peuvent pas contenir de nombre infiniment grand, il y a une limite maximum.

Un Integer est par exemple codé sur 32 bits ce qui fait qu'il peut varier de -2147483648  à 2147483647.

Si on utilise une valeur trop grande, une erreur se produit. Les entiers peuvent être positifs ou négatifs (Sauf les Bytes).

Plus on augmente le type (Long au lieu de Integer) plus on peut y mettre des grands nombres. Mais cela prend aussi plus de place et le traitement des opérations est plus long.

Les processeurs travaillant sur ’32 bits’, travailler plutôt sur les Integer (qui sont codés sur 32 bits aussi), c’est plus rapide, que sur les short.

On utilise largement les 'Integer' comme variable de boucle, Flag, là ou il y a besoin d'entier... (Les calculs sur les réels en virgule flottante sont beaucoup plus lents.)

Exemple:

Dim I As Integer

I=12

Le type de données Byte est utilisé pour contenir des données binaires (octet codant de 0 à 255) non signé.

Variable réel avec virgule :

Un réel peut avoir une partie fractionnaire: 1,454 est un réel.

Single, Double, Decimal.

Single            Nombre réel en virgule flottante (-1,401298 *10^-45 à 1,401298 10^45)

Double         Nombre réel en virgule flottante double précision. (..Puissance 324)

Decimal         Nombre réel en virgule fixe grande précision 

Les variables en virgule flottante ou notation scientifique :

(Single, Double)

La variable peut être positive ou négative.

Le 'Double' est, bien sur, plus précis et peut atteindre des nombres plus grands que le 'Single'.

Le 'Single' comporte 7 chiffres significatifs maximum.

Le nombre est codé en interne sous forme scientifique, exemple:1,234568E+008.

Mais en pratique, on travaille et on les affiche de manière habituelle, en notation normale avec un point comme séparateur décimal :

Dim Poids As Single

Poids=45.45  

Format Scientifique, Mantisse et exposant:

Voici 3 nombres :

14500000

0,145

0,0000145

Ils comportent tous les 3, deux informations :

-   le nombre entier 145

-   la localisation du premier chiffre par rapport à la virgule

8

-1

-5 dans nos exemples.

Donc un réel peut être stocké sous la forme d'un couple : -       Partie entière

-   Localisation de la virgule

Il est codé en interne avec une mantisse (la partie entière) et un exposant (position de la virgule), sous la forme mmmEeee, dans laquelle mmm correspond à la mantisse (chiffres significatifs: partie entières) et eee à l'exposant (puissance de 10).

En fait, en notation scientifique (en codage interne) un chiffre précède toujours la virgule : 1,234568E+008. 

Attention : les variables numériques réelles ne peuvent pas contenir de nombre infiniment grand, il y a une limite maximum comme pour les entiers.

La valeur positive la plus élevée d'un type de données Single est 3,4028235E+38 et celle d'un type de données Double est 1,79769313486231570E+308.

Quand on travaille avec des nombres ayant beaucoup de chiffres significatifs, il peut y avoir des erreurs d'arrondi.

Le type 'Single' comporte par exemple une mantisse de 7 chiffres significatifs seulement.

Si on utilise des nombres (même petit: avec un exposant négatif par exemple) avec 8 chiffres significatifs il peut y avoir des erreurs arrondi.

Le type de données en Virgule fixe (Decimal) prend en charge jusqu'à 29 chiffres significatifs et peut représenter des valeurs jusqu'à 7,9228 x 10^28.

Ce type de données est particulièrement adapté aux calculs (par exemple, financiers) qui exigent un grand nombre de chiffres, mais qui ne peuvent pas tolérer les erreurs d'arrondi.

Pour les calculs financiers ont utilisera les 'Decimal' ou les 'Double'

Pour les petits calculs du genre résultats d'examen biologique ont utilisera les 'Single' ou les 'Double' qui sont les plus rapides.

String, Char :

Le type 'String' peut contenir une 'chaîne de caractères' (alphanumérique) comme du texte. La longueur de la chaîne n'est pas définie et peut aller jusqu'à environ 2 milliards de caractères.

Les chaînes de longueur fixe n’existent pas (plus).

Le Type 'Char' contient un seul caractère. On utilise souvent des tableaux de 'Char'.

Pour information Char et String contiennent des caractères au format Unicode (dans la variable, chaque caractère est codé sur 2 octets) et pas de l'ASCII ou de l'ANSI... (Ancien codage ou chaque caractère était codé sur un octet).

Les premiers caractères ont le même code Unicode et Ascii.

Exemple :

Caractère      Code

"a"               65

"b"  66

" "  32

Il y a aussi des caractères non affichables :

RC                13      retour chariot

LF                10      Line Feed

                                09      Tabulation

Pour passer à la ligne, on utilise les codes 13 puis 10. Il y a une constante VB pour cela :

    Chr$(13)+Chr$(10)

Annexe 1, Place occupée en mémoire :

Exemple de place occupée par une variable (et le nom de sa Classe dans le Common Langage Runtime).

Boolean         2 octets de System.Boolean

Byte 

1 octet de

Short 

2 octets de System.Int16

Integer

4 octets de System.Int32

Long 

8 octets de System.Int64

Single

4 octets de System.Single

Double

8 octets de System.Double

Decimal

16 octets de System.Decimal

Date 

8 octets de System.DateTime

Char 

2 octets de

Objet 

4 octets de System.Objet

Annexe 2, Type primitif :

Mise à part Objet, Structure, Class tous les autres types sont dit 'Primitif'(Byte, Boolean,

Shot, Integer, Long, Single, Double, Decimal, Date, Char, String)

•    Tous les types primitifs permettent la création de valeurs par l'écriture de littéraux. Par exemple, i=123 ou i=123I (le I force 123 a être  entier) est un littéral de type Integer

•    Il est possible de déclarer des constantes des types primitifs.

•    Lorsque qu'une expression est constituée de constantes de type primitif, le compilateur évalue l'expression au moment de la compilation. C'est plus rapide.

Annexe 3, Choix des noms de variables

•    La plupart des noms sont une concaténation de plusieurs mots, utilisez des minuscules et des majuscules pour en faciliter la lecture.

Pour distinguer les variables et les routines (procédures), utilisez la casse Pascal (CalculTotal) pour les noms de routine (la première lettre de chaque mot est une majuscule).

Pour les variables,la première lettre des mots est une majuscule, sauf pour le premier mot (documentFormatType).

•    Les noms de variables booléennes doivent contenir Is qui implique les valeurs Yes/No ou True/False, Exemple fileIsFound.

•    Même pour une variable à courte durée de vie qui peut apparaître uniquement dans quelques lignes de code, utilisez un nom significatif. Utilisez des noms courts d'une seule lettre, par exemple i ou j, pour les index de petite boucle uniquement.

•    N'utilisez pas des nombres ou des chaînes littérales telles que For i = 1 To 7. Utilisez plutôt des constantes nommées, par exemple For i = 1 To Nombre_jour_dans _semaine, pour simplifier la maintenance et la compréhension.

•    Utilisez des paires complémentaires dans les noms de variables telles que min/max, begin/end et open/close ou des expressions min max si nécessaire en fin de nom.

1.6.1String et Char

Une variable String peut contenir une chaîne de caractères, des données alphanumériques.

Une variable Char peut contenir un caractère.

Pour travailler avec les 'String', on peut :

-   Utiliser les méthodes de la Classe String.

-   Utiliser les méthodes du Basic (les anciens reconnaîtrons)

String

Il faut déclarer une variable avant de l’utiliser, pour cela on utilise l’instruction DIM

DIM Str As String ‘Déclare une variable nommée Str et qui peut contenir une chaîne de caractère.

Cette variable peut être utilisée pour conserver une chaîne de caractère.

                Str="TOTO"                        

On met la chaîne de caractères "TOTO" dans la variable Str

On peut afficher le contenu de la chaîne dans un label (zone présente dans une fenêtre et où l’on peut afficher du texte) par exemple :

= Str

Cela affiche 'TOTO'

Remarquons que pour définir une chaîne de caractères il faut utiliser des " " : Ce qui est entre " et " est la chaîne de caractères.

« TOTO » est une chaîne littérale : (une représentation textuelle d'une valeur particulière)

Après avoir été créée une String contient NOTHING ( pas une chaîne vide : ""), il faudra l'initialiser pour qu'elle contienne quelque chose.

                DIM Str As String     'Str contient Nothing (pas le texte "Nothing" mais 'Rien')

                Str=""                  'Str contient "" : chaîne vide

                Str="TOTO"           'Str contient "TOTO"

Notez bien l'importance des guillemets :

A est la variable A

"A" est une chaîne de caractères contenant le caractère "A"

Exemple :

Dim A As string="Visual "

Dim B As string="Basic"

                ="A+B"             ‘affiche bêtement la chaîne « A+B »

                =A+B                ‘affiche « Visual Basic »‘on affiche les variables A et B.

Notez enfin que " ", l‘espace est un caractère à part entière.

Si je veux inclure un caractère " dans la chaîne il faut le doubler pour qu'il ne soit pas considérer comme caractère de fin de chaîne :

                A = " Bonjour ""Monsieur"" "                  'Afficher cela donne : Bonjour "Monsieur"

On peut initialiser la variable en même temps qu’on la déclare. Dim Chaîne as string = "Toto"

On peut déclarer plusieurs variables d'un même type sur une même ligne.

                Dim x, y, z As String          'Déclare 3 variables string

Les variables ‘chaîne de caractères’ sont des objets ‘STRING’

Le type String (Chaîne de caractères) est une Classe qui a des méthodes.

Pas besoin de connaître toutes les méthodes, il suffit (Après déclaration de la String par DIM Str AS String) de taper Str.Et vous voyez apparaître toutes les propriétés et méthodes :

-   .Split -             .StarsWith -    ..

-   .ToUpper

-   .Trim

Par exemple la méthode .ToUpper

Mettre en majuscules une chaîne de caractère Str=Str.ToUpper()

Si Str contenait "abc", il contiendra "ABC"

.ToLower

Transforme par contre la chaîne en minuscule.

Exemple :

Je dois comparer 2 String pour savoir si elle sont égales, la première a été saisie par l’utilisateur et je ne sais pas si l’utilisateur a tapé en majuscule ou en minuscules.

Si je compare A = "Vb" et B= "vb" elles sont différentes.

Si je compare A.ToLower et B.ToLower elles sont égales.

.Trim

Permet de supprimer des caractères en début et fin de chaîne.

Dim A As String = "#@Informatique@#"

Dim B As Char() = {"#", "@"}

(B)  Donne A= "Informatique" 

Attention : Bien utiliser Char() qui est un tableau de caractères pour définir les caractères à supprimer.

Dim B As string = "#@" est déconseillé car produisant des résultats curieux. On peut à la rigueur utiliser les String pour un seul caractère.

Pour enlever les espaces avant et après la chaîne (Cas le plus fréquent) :

A = A.Trim(" ")

Il existe aussi StartTrim et EndTrim pour agir seulement sur le début ou la fin de la chaîne.

Length : Taille d’une chaîne en nombre de caractère.

Afficher la taille de la chaîne « VB »

Dim S as String = "VB"

MsgBox(S.Length.ToString) ‘Affiche 2  Concat :

Concaténation de plusieurs chaînes mise bout à bout :

S=String.Concat(A,B)

Il est plus rapide de faire : S=A&B

(S=A+B marche mais est déconseillé)

Insert :

Insère une chaîne dans une autre.  Dim S as string = "VisualBasic"

S = A.Insert(6,"  " ) ‘Donne S = "Visual  Basic"

Replace :

Remplace partout dans une chaîne de départ, une chaîne par une autre.

Resultat=ChaineDépart.Replace(ChaîneARemplacer,ChaîneQuiRemplace)

Dim S as string= "Visual_Basic"

S= S.Replace("_"," " ) ‘Donne S = "Visual Basic"

Autre exemple:

L'utilisateur a tapé une date, mais avec comme séparateur des ".", comme on le verra plus loin, il est nécessaire d'utiliser plutôt les "/", pour cela on utilise Replace

Dim LaDate as string= "12.02.1990"

LaDate= LaDate.Replace(".","/" ) ‘Donne S= "12/02/1990"

Split :

Découpe en plusieurs sous Chaînes une chaîne de départ, cela par rapport à un séparateur.

Exemple :

Je récupère dans un fichier une chaîne de mots ayant pour séparateur « ; », je veux mettre chaque mot dans un tableau.

Chaîne contenant les mots séparés par « ; »  Dim S as string= "Philippe;Jean ;Toto"  

Dim Separateur as Char = ";"

Dim Nom() as String

Nom=S.Split(Separateur)

Donne :

Nom(0) = "Philippe"

Nom(1) = "Jean"

Nom(2) = "Toto"

Remarque : Quand on déclare le tableau Nom(), on ne donne pas le nombre d'élément, c'est Split qui crée autant d'élément qu'il faut.

.IndexOf .LastIndexOf

Indique le numéro du caractère, la position (la première occurrence) ou une chaîne à chercher est trouvée dans une autre.

Dim A as String= ""

Dim R as Char()={"."}

A.IndexOf(R)  retourne 3 

Se souvenir : le premier caractère est en position 0.

.LastIndexOf

Retourne la dernière occurrence.

.Compare

Compare 2 chaînes : String.Compare(a,b)

Retourne un entier

Négatif si a<b

0 si a=b

Positif si a>b

.Substring

Extrait une partie d’une chaîne

Dim A as string = "Informatique"

(A.Substring(2,3)) ‘Affiche for

.Char

Une chaîne peut être perçue comme un tableau de caractères (instances Char) ; vous pouvez extraire un caractère particulier en faisant référence à l'index de ce caractère par l'intermédiaire de la propriété Chars.

Par exemple :

Dim maString As String = "ABCDE"

Dim monChar As Char

monChar = maString.Chars(3) ' monChar = "D"

On peut créer des chaînes avec la Classe String :

                MyString = New String(" ", 15)     'Créer une chaîne de 15 espaces

.PadRight

Aligne les caractères de cette chaîne à gauche et remplit à droite en ajoutant un caractère Unicode spécifié pour une longueur totale spécifiée.

Dim str As String Dim pad As Char str = "Nom"

pad = Convert.ToChar(".")

                Console.WriteLine(str.PadRight(15, pad))        ' Affiche Nom............

PadLeft fait l'inverse.

On peut aussi utiliser les méthodes Visual Basic :

Elles sont bien connues des 'anciens' et font partie intégrante du langage vb (Common Langage RunTime) et sont parfois plus simples.

Elles font partie de l'espace de nom Microsoft.VisualBasic mais il est 'chargé' par défaut et il n'y a pas lieu de l'importer. Par contre quand certaines propriétés sont communes à plusieurs classes, il peut y a avoir ambiguïté et il faut utiliser dans ce cas la syntaxe complète.

Cela semble le cas pour left qui est un mot clé Vb mais aussi une propriété des contrôles. Pour lever l'ambiguïté il faut écrire (C,i) par exemple.

Ces méthodes font souvent double emploi avec les méthodes de la classe String :

Mid

MaString = "Mid Demonstration

A = Mid(MaString, 1, 3) ' Retourne "Mid".

Retourne 3 caractères à partir dupremier

Left, Right

Retourne x caractères de gauche ou de droite :

                A = Right(MaString,2)                 'A="on"

                A = (MaString,2)         'A="Mi"

Len.

Retourne la longueur de la chaîne : MyLen = Len(MaString) ' Retourne 17

LTrim, RTrim

Enlève les espaces à gauche ou à droite d'une chaîne.

A=LTrim(" RRRR") ' A="RRR"

InStr

Retourne un entier spécifiant la position de début de la première chaîne à l'intérieur d'une autre.

N=InStr(1,"aaaaRaa","R") 'retourne 5

Recherchez à partir du premier caractère, à quelle position se trouve 'R' dans la chaîne "aaaaRaa"

Si la chaîne n'est pas trouvée, retourne 0

InStrRev

Recherche aussi une chaîne mais de droite à gauche. La position de départ est le 3ème argument.

InStrRev (Ch1, Ch2, PosDépart)

StrComp

Compare 2 chaînes.

Space

Retourne une chaîne d'espace: Space(10) retourne "          "

StrDup

Retourne une chaîne de caractères par duplication d'un caractère dont on a spécifié le nombre.

maString = StrDup(5, "P") ' Retourne "PPPPP"

Asc

Retourne le code de caractère du caractère entré.

Il peut être compris entre 0 et 255 pour les valeurs du jeu de caractères codé sur un octet (SBCS) et entre -32 768 et 32 767 pour les valeurs du jeu de caractères codé sur deux octets

(DBCS). La valeur retournée dépend de la page de codes

AscW

Retourne le code Unicode du caractère entré. Il peut être compris entre 0 et 65 535.

                x=Asc("A")    'retourne 65

x=Asc("ABCD")        'retourne 65 également. Seul le premier caractère est pris en compte

Chr et ChrW

Retourne le caractère associé au code de caractère.

                Chr(65)         ’retourne "A" cela dépend de la page de code.

                ChrW            ’retourne le caractère correspondant à l'Unicode

GetChar

Retourne le caractère d'une chaîne à une position donnée.

Dim maString As String = "AIDE"

Dim monChar As Char

                monChar        =        GetChar(maString,        3)        '        monChar        =        "D"

LCase Ucase

Retourne la chaîne en minuscule ou majuscule:

Lowercase = LCase(UpperCase)

Lset Rset

Retourne une chaîne alignée à gauche avec un nombre de caractère.

Dim maString As String = "gauche"

Dim R As String

R = LSet(maString, 2) ' Retourne "ga"

Si la chaîne de départ est plus courte que la longueur spécifiée, des espaces sont ajoutés.

R = LSet(maString, 8) ' Retourne "gauche  "

StrRevers

Retourne une chaîne ou les caractères ont été inversés:

Dim maString As String = ”STRESSED"

Dim revString As String

revString = StrReverse(myString)    ' Retourne "DESSERTS"

Marrant l'exemple!!

Combinaison de chaînes de caractères, de variables

Souvent, on a besoin d'afficher une combinaison de chaînes littérales, le contenu de variables, des résultats de calcul, c'est possible :

Exemple :

Pour afficher dans un label le carré de X est X2, avec x ayant une valeur :

= "Le carré de "& X & " est "& X * X

Ce qui est entre guillemets est affiché tel quel. C'est le cas de "Le carré de "

Ce qui n’est pas entre guillemets est évalué, le résultat est affiché. C'est le cas e X et X2

Pour ne faire qu'une chaîne on ajoute les bouts de chaînes avec l'opérateur '&'.

Notez l’usage d’espace en fin de chaîne pour ne pas que les mots et les chiffres se touchent.

Pour X=2 on affichera : «  Le carré de 2 est 4 »

Like :

Instruction hyper puissante: Like, elle compare une chaîne String avec un modèle (Pattern), elle permet de voir si la chaîne contient ou ne contient pas un ou des caractères, ou une plage de caractères.

result = String Like Pattern

Si string correspond à pattern, la valeur de result est True, s'il n'y a aucune correspondance, la valeur de result est False. Si string et pattern sont une chaîne vide, le résultat est True Sinon, si string ou pattern est une chaîne vide, le résultat estFalse.

L'intérêt de Like est que l'on peut y mettre des caractères génériques :

-      ? veut dire tout caractère unique - * veut dire * ou plusieurs caractères.

-      # veut dire tout chiffre.

-      [caractères] veut dire tout caractères présent dans la liste.

-      [!caractères] veut dire tout caractères NON  présent dans la liste. -    - trait d'union permet de spécifier un début et une fin de plage.

Exemple :

                Dim                                 R                                 As                                 Boolean

                R = "D" Like "D"      'Est ce que "D" est égal à "D"? => True.

                R = "F" Like "f"        'Est ce que "F" est égal à "f"? => False.

                R = "F" Like "FFF"    'Est ce que "F" est égal à "FFF"? => False.

R = "cBBBc" Like "c*c" 'Est ce que "cBBBc" répond au pattern (avoir un "c" au début, un "c" à la fin, et des caractères au milieu? Retourne True.

R = "J" Like "[A-Z]" ' Est ce que "J" est contenu dans les caractères allant de A à Z ? Retourne True.

R = "I" Like "[!A-Z]" ' Est ce que "I" n'est PAS dans les caractères allant de A à Z ? Retourne  False.

R = "a4a" Like "a#a" ' Est ce que "a4a" commence et finie par un "a" et à un nombre entre les 2 ?? Retourne True

                R = "bM6f" Like "b[L-P]#[!c-e]"    ' Est ce que "bM6f" :

-      commence par "b"

-      a des caractères entre L et P

-      un nombre

-      se termine par un caractère non compris entre c et e

-      retourne True

Option Compare

L'ordre des caractères est défini par Option Compare et les paramètres régionaux du système sur lequel s'exécute le code.

En utilisant Option Compare Binary, la plage [A–E] correspond à A, B, C, D et E.

Avec Option Compare Text, [A–E] correspond à A, a, À, à, B, b, C, c, D, d, E et e. La plage ne correspond pas à Ê ou ê parce que les caractères accentués viennent après les caractères non accentués dans l'ordre de tri.

Unicode :

Les variables string sont stockées sous la forme de séquences de 16 bits (2 octets) non signés dont les valeurs sont comprises entre 0 et 65 535.

Chaque nombre représente un caractère Unicode. Une chaîne peut contenir jusqu'à 2 milliards de caractères.

Les premiers 128 codes (0–127) Unicode correspondent aux lettres et aux symboles du clavier américain standard. Ce sont les mêmes que ceux définis par le jeu de caractères ASCII.

Les 128 codes suivants (128–255) représentent les caractères spéciaux, tels que les lettres de l'alphabet latin, les accents, les symboles monétaires et les fractions. Les codes restants sont utilisés pour des symboles, y compris les caractères textuels mondiaux, les signes diacritiques, ainsi que les symboles mathématiques et techniques.

Char :

Les variables Char sont stockées sous la forme de nombres 16 bits (2 octets) non signés dont les valeurs sont comprises entre 0 et 65 535.

Chaque nombre représente un seul caractère Unicode. Les conversions entre le type Char et les types numériques sont impossibles, mais il y a les fonctions AscW et ChrW peuvent être utilisées...

L'ajout du caractère de type littéral C à un littéral de chaîne force ce dernier a être un type Char. A utiliser surtout si Option Strict (qui force à être strict..) est activé.

Exemple :

Option Strict On

' ...

Dim C As Char

C = "A"C

ToCharArray

Permet de passer une string dans un tableau de Char :

Dim maString As String = "abcdefghijklmnop"

Dim maArray As Char() = maString.ToCharArray

La variable maArray contient à présent un tableau composé d'instances Char, chacune représentant un caractère issu de maString.

Allons plus loin avec les chaines de longueur fixe :

On a vu que les chaînes de longueur fixe n'existent pas en (compatibilité avec les autres langages oblige), mais il y a moyen de contourner le problème :

On peut utiliser la Classe de compatibilité VB6 :

(Il faut charger dans les références du projet Microsoft.VisualBasic.Compatibility et Compatibility Data)

Dim MaChaineFixe As New VB6.FixedLengthString(100)

Pour afficher la chaîne fixe utilisez MaChaineFixe.Tostring

Mais pour mettre une chaîne dans cette chaîne de longueur fixe!! Galère!!!

MaChaineFixe="ghg" n'est pas accepté: on ne peut pas mettre une String dans une chaîne fixe

                MaChaineFixe                                         =                                         CType("hg",

Microsoft.VisualBasic.Compatibility.VB6.FixedLengthString) 'pas accepté non plus!!

Enfin ce type de chaîne fixe ne peut pas être utilisée dans les structures, mais il y a un autre moyen pour les structures. On verra cela plus loin.

Donc à priori, les chaînes fixes sont à éviter.

1.6.2Les Variables Numériques

Une variable numérique peut contenir des données numériques.

On a vu qu'une variable numérique peut être entière :

-   Integer  (entier)

-   Short (entier court)

-   Long (Entier long)

-   Byte (entier de 0 à 255)

Mais aussi

-   Single (virgule flottante simple précision)

-   Double (virgule flottante double précision)

-   Decimal (virgule fixe haute précision)

On déclare une variable numérique avec DIM, on peut l’initialiser en même temps :

Dim i As Integer= 3

Si la variable est numérique, il faut la transformer en String avant de l’afficher :

Dim I As Integer=12

= I.ToString

.ToString fait partie des méthodes.

 Il y en a d'autres :

.GetType

Retourne le type de la variable

Dim i As Integer

= i.GetType.ToString 'Affiche: System.Int32

.MaxValue .MinValue

Donne le plus grand et le plus petit nombre possible dans le type de la variable.

On verra qu’on peut utiliser des opérateurs  + - * /.

Dim I As Integer=2

Dim J As Integer

J=I+3 ‘ J est égal à 5 car on affecte à J la valeur I+3

On rappelle que le séparateur est le point :

J=1.2 veut dire J=1,2 en bon français !!

Il existe des fonctions mathématiques, pour qu'elles soient disponibles il faut d’abord importer l’espace de nom Math  Import , on verra plus loin ce que cela signifie. Dim N As Single

Dim R As Single

                R=Abs(N)      ‘retourne la valeur absolu

‘Si N=-1.2  R=1.2

                R=Sign(N)    ‘retourne le signe

‘Si N=-1.2 R=-1 (négatif), retourne 1 si nombre positif

R=Round(N) ‘retourne le nombre entier le plus proche

                                ‘ N=1.7         R=2

                                ‘ N=1.2         R=1

                                ‘ N=1.5         R=2

On peut donner en second paramètre le nombre de digit :

Math.Round(Valeur, 2)donne 2 décimales après la virgule.

                R=Floor(N)    ‘retourne le plus grand entier égal ou inférieur.

                                ‘ N=1.7         R=1

R=Ceiling(N) ‘retourne le plus petit entier égal ou supérieur

                                ‘ N=1.2         R=2

R=Max(2,3) ‘retourne le plus grand des 2 nombres. ‘ retourne 3

R=Min(2,3) ‘retourne le plus petit des 2 nombres.

‘ retourne 2

R=Pow(2,3) ‘retourne 2 puissance 3.

‘ retourne 8

                R=Sqrt(9)     ‘retourne la racine carré.

‘ retourne 3

Il existe aussi les instructions du langage VB comme :

Int et Fix qui suppriment toutes deux la partie fractionnelle et retournent l’entier. Si le nombre est négatif, Int retourne le premier entier négatif inférieur ou égal au nombre, alors que Fix retourne le premier entier négatif supérieur ou égal au nombre.

Par exemple, Int convertit -8,4 en -9 et Fix convertit-8,4 en -8.R=Int(8.4) R=8

Bien sur il y a aussi Sin Cos Tan, Sinh Cosh Tanh (pour hyperbolique) Asin Acos Atan Atan2.

Prenons un exemple :

Imports

Dim MonAngle, MaSecant As Double

MonAngle = 1.3 '  angle en  radians.

MaSecant = 1 / Cos(MonAngle) ' Calcul la sécante.

On remarque que les angles sont en radians.

Rappel : 2?=360, Angle en radians= (2?/360)*Angle en degrés 

1.6.3Conversion

On a vu qu'on peut afficher les chaînes de caractères, par ailleurs, on fait des calculs avec les variables numériques.

Est-il possible de convertir une variable d'un type à un autre ?

Conversion numérique => String :

Quel intérêt de convertir ?

On veut afficher un résultat numérique.

On ne peut afficher que des String (chaîne de caractères) dans un label ou un TextBox par exemple.

Aussi, il faut transformer cette valeur numérique en chaîne avant de l’afficher, on le fait avec la méthode.ToString :

                Dim I As Integer = 12                  'On déclare une variable I qu'on initialise à 12

= I.ToString

La valeur de I est transformée en String puis affectée à la propriété text du label, ce qui affiche '12'

Conversion String => numérique :

A l’inverse une chaîne de caractère peut être transformée en numérique :

Par exemple, l'utilisateur saisie un nombre dans une boite de saisie (InputBox), mais il tape des caractères au clavier et c'est cette chaîne de caractères qui est retournée, il faut la transformer en numérique :

Dim S as String

Dim i as Integer

S= InputBox ("Test", "Taper un nombre") 'Saisie dans une InputBox d'un nombre par l'utilisateur. 

S contient maintenant une chaîne de caractères, "45" par exemple : I=Integer.Parse(S) 'on transforme la chaîne S en Integer

Bizarre cette syntaxe !!  En fait c’est le type Integer qui a une méthode (Parse) qui transforme une chaîne en entier.

On peut aussi utiliser, et c’est plus simple,CType pour convertir n’importe quel type en n’importe quel type, il suffit de donner à cette fonction la variable à modifier et le type à obtenir.

I=Ctype(S,Integer)  

CType pour toutes les conversions :

Ctype peut aussi servir à convertir de la même manière un single en double, un Short en Integer....

Il est donc possible de convertir un type de variable en un autre.

Il suffit de donner à cette fonction la variable à modifier et le type à obtenir.

I=Ctype(S,Integer) 'conversion en entier

CType fait toutes les conversions, mais on peut aussi utiliser des fonctions qui sont spécifiques au type de la variable de retour.

Le nom de ces fonctions contient le nom du type de la variable de retour.

CBool()

CByte()

CChar()

CDate()

CDbl()

CDec() CInt()

CLng()

CObj()

CShort()

CSng()

CStr()

Exemple CDbl retourne un 'Double'.

Dim I As Integer=123

Dim D As Double

                D=CDbl(I)     'donnera D=123 D est un Double (réel double précision)

Ces fonctions sont plus rapides car elles sont spécifiques.

Remarque:

Les fonctions CInt et CLng arrondissent les parties décimales égales à 0,5 au nombre pair le plus proche. Par exemple, 0,5 s'arrondit à 0 et 1,5 s'arrondit à 2. Bizarre !!

Val et Str existe aussi :

Ouf pour les anciens!!

Ces fonctions permettent aussi la conversion String=>Numérique et Numérique=>String

Val donne la valeur numérique d'une expression String. Dim i As Integer

                i=Val("5")     ' i=5

Val s'arrête au premier caractère non numérique. Val("12er") retourne 12

Val reconnaît le point (et pas la virgule) Dim i As Double

                i=Val("5.45")          ' donnera i=5,45

                i=Val("5,45")          ' donnera i=5

Str transforme une valeur numérique en String : Dim s As String

s=Str(1999)    ' s=" 1999"

Noter bien : Str ajoute un espace à gauche ou le signe'-' si le nombre est négatif.

Str ne reconnaît que le point comme séparateur décimal. (Pour utiliser les autres séparateurs internationaux, il faut utiliser la fonction CStr() ).

Autre :

La Classe System.Convert permet la conversion d'un type de base vers un autre:

.ToString en fait partie.

Exemple

Pour convertir un Single en Byte (entier 8 bits non signé) .ToByte

Pour convertir un Byte en Single :

.ToSingle singleVal = System.Convert.ToSingle(byteVal)

Pour convertir un Byte en Decimal :

.ToDecimal

On a des méthodes pour pratiquement convertir tous les types en tous les types, a vous de les trouver.

On verra plus loin, la fonction Format utilisée pour convertir les valeurs numériques que vous voulez mettre aux formats dates, heures ou monnaie ou dans d'autres formats définis par l'utilisateur.

IsNumeric :

On utilise la fonction IsNumeric pour déterminer si le contenu d'une variable peut être évalué comme un nombre.

Exemples:

Dim MyVar As Object

Dim R As Boolean

MyVar = "45" 

R = IsNumeric(MyVar) ' R= True.

' ...

MyVar = "678.92" 

R = IsNumeric(MyVar) ' R= True.

' ...

MyVar = "45 Kg"

R = IsNumeric(MyVar) ' R= False.

Attention le dernier exemple indique que "45 Kg" n'est pas purement numérique, mais Val("45 Kg") retourne 45 sans déclencher d'erreur car Val transforme les caractères numérique à partir de la gauche, en s'arrêtant dès qu'il y a un caractère non numérique.

1.6.4Les tableaux

Ils permettent de regrouper des données de même type.

Les tableaux vous permettent de faire référence à un ensemble de variables par le même nom et d'utiliser un numéro, appelé index ou indice, pour les distinguer.

Comment déclarer un tableau :

Dim Tableau(3) As Integer 'déclare un tableau de 4 entiers

On remarque que, dés la déclaration du tableau, le nombre d'éléments est bien défini et restera toujours le même.

Dim Tableau(3) As Integer entraîne la création des variables 'Integer' suivante : Tableau (0)

Tableau (1)

Tableau (2)

Tableau (3)

0

0

0

0

Soit 4 éléments

Noter que comme c'est un tableau d'entier, juste après la création du tableau les éléments sont initialisés à 0.

Le tableau commence toujours par l’indice 0

Le nombre d'éléments dans le tableau est toujours égale à l'indice de dimension + 1

(ou l'indice du dernier élément+1)

Dim a(150) comporte 151 éléments (éléments d'index 0 à 150).

Tableau(1)= 12 permet d’affecter le nombre 12 au 2eme élément du tableau.

0

12

0

0

S=Tableau(1) permet d’affecter à la variable S le 2eme élément du tableau.

Un tableau peut avoir plusieurs dimensions : Dim T(2,2)      3 X 3 éléments

Pour un tableau à 2 dimensions le premier argument représente les lignes, le second les colonnes.

1,1

1,2

1,3

2,1

2,2

2,3

3,1

3,2

3,3

Il est possible de créer des tableaux à 3, 4 ...dimensions :

                Dim T(2,2,2)           3X3X3 éléments.

On peut créer des tableaux de tableaux :

Dim T(2),(2) Il a autant d'élément que le tableau T (2,2)

Il est possible de créer des tableaux avec tous les types de variable (y compris les structures)

                Dim Mois(12) As String       'tableau de String

Notez que dans ce cas les éléments contiennent Nothing car le tableau contient des String et quand on déclare une String, elle contient Nothing au départ.

On peut initialiser un tableau (Donner une valeur aux éléments) :

Dim Mois(12) As String  

Mois(0)="Janvier"

Mois(1)="Février"

Mois(2)="Mars"

Ou lors de sa déclaration :

Dim Mois() As String ={Janvier,Février,Mars……}

On verra dans un des exemples que l'on peut créer un tableau avec la méthode CreateInstance.  

Redim permet de redimensionner un tableau (modifier le nombre d'éléments d'un tableau existant), si on ajoute Preserve les anciennes valeurs seront conservées.

Attention, on ne peut pas modifier le nombre de dimension, ni le type des données. Un tableau à 2 dimensions de 20 fois 20 string pourra être redimensionné en tableau de String 30 fois 30, mais pas en tableau d'entiers ou à 3 dimensions. Dim T(20,20) As String -           ...

Redim Preserve T(30,30)

Il est possible d'écrire Dim T( , ) As String

Dim T( , ) As String  'Sans donner les dimensions du tableau: il est déclaré mais n'existe pas car T(1,1)="toto" déclenche une erreur. Il faut avant de l'utiliser écrire Redim T(30,30), (sans remettre As String).

Certaines instructions comme Split redimensionne elle-même le tableau au nombre d'élément nécessaire. 

Dim Nom() as String

Nom=S.Split(Separateur)

Erase efface le tableau et récupère l’espace.

Comment parcourir un tableau?

Pour parcourir un à un tous les éléments d'un tableau, on utilise une boucle:

Exemple :

Créer un tableau de 11 éléments et mettre 0 dans le premier élément, 1 dans le second, 2 dans le troisième...

Dim T(10) As Integer

Dim i As Integer

For i = 0 To 10

         T(i)=i

Next i

La variable de boucle i est utilisée pour parcourir le tableau: on utilise l'élément T( i ) donc successivement T(1) puis T(2) on affecte i donc 1 puis 2 puis 3…

Un tableau est un objet

Créons 2 tableaux et examinons les principales méthodes.

Dim a(3) As String Dim b(3) As String

b=a              ‘Copie le tableau a dans b ‘Est équivalent

Attention: il copie les références (l’adresse, l’endroit ou se trouve la variable) et non pas la valeur de cette variable, ce qui fait que si vous modifiez b(3), a(3) sera aussi modifié.

Car lorsque vous assignez une variable tableau à une autre, seul le pointeur (l’adresse en mémoire) est copié.

Pour obtenir une copie ‘indépendante’ faire :

b=a.clone

Dans ce cas si vous modifié a(2), b(2) ne sera pas modifié.

Par contre a(1)=b(1) n'affecte que l'élément a(1)

La Classe Array

Tous les tableaux viennent de la classe Array; vous pouvez accéder aux méthodes et propriétés de System.Array de chaque tableau.

Par exemple, la propriété Rank retourne le nombre de dimension du tableau et la méthode Sort trie ses éléments.

Exemple :

Soit un tableau Mois()

Clear

Array.Clear(Mois,0,2) ‘Efface 2 éléments du tableau Mois à partir de l’élément 0

Reverse

Array.Reverse(Mois, 1, 3) ‘inverse les 3 éléments à partir de l’élément 1

Copy

(Mois,1,Mois2,1,20) ‘copie 20 éléments de Mois vers Mois2 à partir du 2eme élément.

Sort

(Mois) ’Trie le tableau Mois

Malheureusement cette méthode marche sur des tableaux unidimensionnels uniquement.

Au lieu d'utiliser un tableau à 2 dimensions (sur lequel la méthode sort ne marche pas, on peut ruser et créer 2 tableaux et surchargé la méthode sort pour trier les 2 tableaux (un servant de clé, le second d'items) :

(myKeys, myValues) (Voir un exemple plus bas)

Equals

Compare 2 tableaux.

Binarysearch

Recherche un élément dans un tableau trié unidimensionnel.(algorithme de comparaison binaire performant sur tableau trié)

Exemple :

I=Array.BinarySearch(Mois, "Février") ‘retourne I=1  se souvenir le premier élément est Mois(0)

IndexOf

Recherche un objet spécifié dans un tableau unidimensionnel (trié ou non), retourne l'index de la première occurrence.

Dim myIndex As Integer = Array.IndexOf(myArray, myString)

Retourne -1 si l'élément n'est pas trouvé.

LastIndexOf fait une recherche à partir de la fin.

Ubound

Retourne le plus grand indice disponible pour la dimension indiquée d'un tableau

Dim Indice, MonTableau(10, 15, 20)

Indice = UBound(MonTableau, 1) ' Retourne 10. (1 indique la première dimension du tableau)

GetUpperBound Même fonction

Indice = MonTableau.GetUpperBound(0) '(0 pour première dimension!!) Retourne 10.

Lbound

Existe (plus petit indice) mais est inutile car toujours égal à 0.

Length

Retourne un entier qui représente le nombre d'éléments dans le tableau.

GetValue, SetValue

Permettent de connaître ou de modifier la valeur d'un élément du tableau :

Mois.GetValue(0) est équivalent à Mois(0)

Dans un tableau à 2 dimensions comment modifier l'élément (0,3) :

myArray.SetValue("fox", 0, 3)

Exemples :

Exemple d’utilisation de boucles :

Créer un tableau de 6 éléments, mettre dans chaque élément du tableau le carré de son indice, afficher le contenu du tableau.

Cela montre l’intérêt d’utiliser une boucle pour balayer tous les éléments d’un tableau. 

Première boucle pour remplir le tableau, seconde boucle pour afficher. (Une boucle est ici utilisée, on verra cela plus loin.)

Dim arr(5) As Integer

Dim i As Integer

For i = 0 To arr.GetUpperBound(0)’ GetUpperBound(0) retourne 5 arr(i) = i * i

ext i

For i = 0 To arr.GetUpperBound(0)

Console.WriteLine("arr(" & i & ") = " & arr(i)) Next i

Faire une boucle allant de 0 au dernier élément du tableau (For i=0 to ..)

Dans chaque élément du tableau mettre le carré de son indice (arr(i)=i*i)

Nouvelle boucle pour afficher les noms des différents éléments et leur contenu.

(Console.WriteLine() affiche sur la console le nom de l'élément et son contenu)

Le programme génère la sortie suivante : arr(0) = 0 arr(1) = 1 arr(2) = 4 arr(3) = 9 arr(4) = 16 arr(5) = 25

Exemple de recherche dans un tableau :

Dans un tableau de String rechercher dans quel élément et à quelle position se trouve la string "MN".

Dim Tableau() As String = {"ABCDEFG", "HIJKLMNOP"}

Dim AChercher As String = "MN"

Dim i As Integer

Dim position As Integer

For i = 0 To Tableau.Length – 1 position = Tableau(i).IndexOf(AChercher)

If position >= 0 Then Exit For Next i

Exemple de tri de 2 tableaux :

On crée un tableau de clé et un tableau des valeurs, à chaque clé est lié une valeur.

On trie à partir du tableau des clé myKeys , le tableau myValues est modifié pour 'suivre' le tri des clé.

La Sub PrintKeysAndValues affiche les résultats.

Public Shared Sub Main()

' ****************Création des tableaux.

Dim myKeys() As String = {"red", "GREEN", "YELLOW", "BLUE", "purple", "black",

"orange"} 'Tableau des clé

Dim myValues() As String = {"strawberries", "PEARS", "LIMES", "BERRIES", "grapes",

"olives", "cantaloupe"} 'tableau des éléments

'Affichage du tableau non trié

Console.WriteLine("Tableau non trié:")

PrintKeysAndValues(myKeys, myValues)

' Tri les éléments 1 à 3 puis affichage.

(myKeys, myValues, 1, 3)

Console.WriteLine("Après tri d'une partie du tableau:")

PrintKeysAndValues(myKeys, myValues)

' Tri la totalité du tableau.

(myKeys, myValues)

Console.WriteLine("Après tri de la totalité du tableau:")

PrintKeysAndValues(myKeys, myValues)

End Sub 'Fin de Main

' Routine affichant dans la console les clés et valeurs

Public Shared Sub PrintKeysAndValues(ByVal myKeys() As [String], ByVal 

myValues() As [String])

Dim i As Integer

For i = 0 To myKeys.Length - 1

Console.WriteLine(" {0,-10}: {1}", myKeys(i), myValues(i))

Next i

Console.WriteLine()

End Sub 'PrintKeysAndValues

Création de tableau avec CreatInstance

Créons un tableau d'entier (Int32) comprenant 5 éléments.

Dim myArray As Array = Array.CreateInstance(GetType(Int32), 5) Dim i As Integer

For i = myArray.GetLowerBound(0) To myArray.GetUpperBound(0) myArray.SetValue(i + 1, i)

Next i 

Merci Microsoft pour les exemples.

On insiste donc sur le fait d'un tableau est de type 'par référence' (et pas ''par Valeur'), on y reviendra.

1.6.5Les Collections

Une alternative aux tableaux est l’usage de Collection.

Fait partie de System.Collections

Une collection fonctionne plutôt comme un groupe d'éléments dans laquelle il est possible d’ajouter ou d’enlever un élément à n’importe quel endroit sans avoir à se préoccuper de sa taille ni ou se trouve l'élément.

Le nombre d'élément n'est pas défini au départ comme dans un tableau. Dans une collection il n'y a que les éléments que l'on a ajoutés.

Les éléments sont repérés grâce à un index ou avec une Clé unique

Les items affichées dans une ListBox donne une idée concrète de ce qu'est une collection.

Exemple simpliste permettant de comprendre la notion de collection :

Soit la collection Col, au départ elle est vide.

J'ajoute des élément (ou items) à cette collection. ("Toto")

Toto

La collection a maintenant 1 élément.

J’ajoute 2 nouveaux éléments :

("Lulu")

("Titi")

Toto

Lulu

Titi

La collection a 3 éléments maintenant.

Je supprime 1 élément :

Col.Remove(2) ’enlève l'élément numéro 2

Toto

Titi

La collection n'a plus que 2 éléments maintenant.

On voit que le nombre d'élément n'est pas connu à l'avance, il varie en fonction des éléments ajoutés (ou retirés).

Un élément est repéré par son indice.

(2) contient "Titi" (le second Item de la collection)

L’objet Collection

'Collection' existait déjà en VB6.

L'objet collection utilise un couple Clé-Valeur, pour chaque élément.

Ici le premier élément à pour clé : 69

Pour valeur:'Rhône'

C'est pratique car cela permet de retrouver une valeur à partir de la clé.

Pour utiliser une collection d'objets, vous devez premièrement créer l'objet MaCollection.

Dim maCollection As New Collection

Dès que cet objet est créé, vous pouvez ajouter (avec Add), enlever ou manipuler des éléments.

On utilise la syntaxe : ( élément, Clé) ("Bonjour", "30") ("Monsieur", "31") ("Et", "32")

("Madame", "33")

Il peut y avoir 2 autres paramètres :

(Element, Clé, Before, After)

Before ou After peuvent être utilisés pour placer l'élément à insérer avant ou après un élément de la collection. Si Before ou After est un nombre c'est l'index des éléments qui est utilisé, si c'est une string c'est la clé.

Pour récupérer un objet de la collection, on peut utiliser 

•    l'index:

= (2) 'Affiche le second élément: Monsieur

Attention le premier élément est ici l'élément 1 (l'index va de 1 à Count); c'est hérité du VB6!!!

•    La clé

= ("33") 'Affiche Madame

Liste d’objet : ArrayList

La ArrayList est une collection particulière, on peut y mettre des objets (chaînes, nombre…) rien n’empêche que le premier élément soit un entier, le second une chaîne…Il n'y a pas de clé.

Attention le premier élément est ici l'élément 0 (l'index va de 0 à count-1), c'est du .NET!!!

                Dim L As New ArrayList()    'On crée une collection ArrayList

Dim L As ArrayList = ArrayList.Repeat("A", 5) 'On crée une ArrayList de 5 éléments contenant chacun "A" (on répète "A")

                L.Add("Bonjour")      'On ajoute un élément à la collections

                MsgBox(L(0))         'On affiche le premier élément

On affiche le premier élément L(0)

On pourra aussi écrire L.Item(0) pour pointer le premier élément.

MsgBox(L.Count.ToString) 'On affiche le nombre d’élément.

Attention c'est le nombre d'éléments. S'il y a 3 éléments dans la ArrayList ce sont les éléments d'index 0, 1, 2.

L.Remove("Bonjour")

'On enlève un élément de la liste

L.RemoveAt(0)         

'On enlève l’élément 0 de la liste

L.Sort()                   

'Trie la collection

L.Clear()                  

'Efface tous les éléments

L.Containts (élément)

'Retourne True si la liste contient élément.

Insert permet d’insérer à un index spécifié.

L.Insert( position, Ainserrer)

InsertRange insère une ArrayList dans une Autre ArrayList.

Pour parcourir une collection, 2 méthodes :

-   Avec l’index de l’item

For i=0 to L.Count-1 (i)

Next i

NB : Comme vu plus haut, on utilise Count pour trouver le nombre d'élément, aussi la boucle doit balayer de 0 à count-1.

-   Avec For Each Dim o As Objet

For Each o in L A=o

Next

Autres collections :

StringCollection

Ne peut contenir que des chaînes (cela devrait aller plus vite)

HashTable

Comporte des couples clé-élément, des paires clé-valeur.

La clé toujours unique permet de retrouver la valeur :

                H.Add(Clé,Valeur)    Ajoute un élément

                H.Item(Clé)           Retourne l’élément correspondant à une clé.

H.ContainsKey(Clé) Retourne True si la Clé est dans la table.

Attention le premier élément est ici l'élément 1 (index allant de 1 à count)

SortedList

C’est une HashTable mais avec ordonnancement des paires par tri à partir de la clé.

Queue

Collection de type FIFO (First In, First Out) Premier arrivé premier servi.

C'est la queue devant un cinéma, le premier arrivé, prend don billet le premier.

DeQueue supprime et retourne l’objet de début de liste

EnQueue ajoute un objet en fin de liste

Peek retourne l’objet de début sans le supprimer

 

Stack

Collection de type pile ( ou stack) LIFO (Last In, First Out) Dernier entré, premier sorti.

Ce type de stack (pile) est très utilisé en interne par les programmes informatiques : on stocke dans une stack les adresses de retour des procédures appelées, au retour on récupère l'adresse du dessus.

Push insère un objet en haut de la pile

Pop  enlève et retourne un objet en haut de la pile

On peut utiliser une pile dans un programme pour gérer le déplacement de l'utilisateur dans un arbre, les éléments en cours sont stockés par Push, pour remonter en chemin inverse, on Pop.

Attention le premier élément est ici l'élément 1 (élément d'index 1 à count)

Exemple:

Dim MaPile As New Stack()

Dim Str As String

'Ajouter des éléments à la pile

("A")

("B")

("C")

'Récupérer un objet de la pile:

Srt ()

Str sera égal à "C"

Si la pile est vide et que l'on 'Pop', une exception non gérée du type

'System.InvalidOperationException' se produit (une erreur se produit et cela plante!!!).

BitArray

Crée une collection de booléens. La valeur de chaque élément est True ou False.

Creation de BitArray.

Dim myBA As New BitArray(5)

Dim myBA As New BitArray(5, False)

Dim myBA() As Byte = {1, 2, 3, 4, 5}

Dim myBA As New BitArray(myBytes)

Généralisation de la notion de collection

Certains objets ont une liste de donnée, Vb les organise en Collections. Une collection peut donc faire partie des propriétés d'un objet.

Exemple :

On verra plus loin d'un contrôle nommé TextBox peut contenir du texte, et bien, ce contrôle à une collection nommé .lines qui contient chaque ligne du texte (s'il y en a plusieurs)

Si le texte contient 3 lignes, elles seront dans la collection .lines Texbox1.lines(0) 'remarquez, ici le premier élément est 0!!!

Textbox1.lines(1)

Textbox1.lines(2)

L'indice des éléments va de 0 à count-1

Autres exemples :

Les contrôles ListBox possède une collection Items dans laquelle est placé tous les éléments contenus dans la liste.

Pour ajouter un élément on utilisera la méthode Add de la collection Items :

( )

Un tas d'objets possède des collections.

Encore plus : chaque formulaire possède une Collections Controls. Il s'agit d'une collection qui contient tous les contrôles de ce formulaire.

Pourquoi le premier élément est 0 ou 1 ?

Le .NET Framework normalise les collections comme étant des collections de base zéro (ArrayList par exemple). La classe Collections de Visual Basic sert principalement à assurer une compatibilité avec des versions précédentes et fourni des collections de base 1.

Exemples sur les collections :

Créer une ArrayList, une queue, ajouter la queue à la ArrayList, chercher un élément, insérer un élément.

Les collections font partie del'espace de nom Systeme.Collections

Imports System.Collections

'Créer une ArrayList. Dim myAL As New ArrayList() myAL.Insert(0, "un")

myAL.Insert(1, "deux")

'Créer une Queue.

Dim myQueue As New Queue() myQueue.Enqueue("trois")

myQueue.Enqueue("quatre")

'Copies la Queue dans ArrayList à l'index 1.

myAL.InsertRange(1, myQueue)

'Chercher "deux" et ajouter "moins de deux" avant. myAL.Insert(myAL.IndexOf("deux"), "moins de deux")

'Ajouter "!!!" à la fin.

myAL.Insert(myAL.Count, "!!!")

1.6.6Les Structures

Permet de regrouper des données de type différent:  

(En Vb6 il y avait les types définis par l'utilisateur, ils sont remplacés par les structures.)

Les structures sont intéressantes quand vous voulez utiliser des variables contenant plusieurs informations de différent type.

Exemple :

Vous voulez définir une variable contenant une adresse composée d'un numéro, de la rue, de la ville.

Il faut d’abord définir la structure (au niveau Module ou Class, pas dans une procédure)

Public Structure Adresse Dim Numero As Integer

                                Dim Rue        As String

                                Dim Ville       As String

End Structure

Puis dans une procédure il faut déclarer la variable : Dim MonAdresse As Adresse

La variable MonAdresse est déclarée comme une adresse, elle contient donc :

-   un numéro 'stocké' dans MonAdresse.Numero

-   un nom de rue 'stocké' dans

-   un nom de ville  'stocké' dans MonAdresse.Ville

On pourra enfin l’utiliser :

MonAdresse.Numero=2

="Grande rue"

MonAdresse.Ville="Lyon"

On peut aussi utiliser le mot clé With pour ne pas avoir à répéter le nom de la variable (et cela va plus vite).

With MonAdresse

.Rue="Grande rue"

.Ville="Lyon" End With

With est utilisable sur tous les objets.

Il est possible de travailler sur un tableau de structures:

                Dim Adresses(99) as Adresse        'Permet de travailler sur un tableau de 100 adresses

Adresses(33).Rue="Place de la mairie"

On peut utiliser une variable déclarée par une structure comme paramètre d'une fonction :

Sub AfficheAdresse( ByVal  Une Adresse As Adresse) Imprimer l'adresse

End sub

Pour imprimer l'adresse 33 on écrira AfficheAdresse ( Adresse(33))

Attention quand dans une structure il y a un tableau, il faut l’initialiser

On veut définir une structure dans laquelle il y a 25 données DriveNumber.

On aurait tendance à écrire :

Public Type DriveInfo

DriveNumber(25) As Integer FAUX

DriveType As String

End Type

En Visual Basic .NET il faut faire :

-    Méthode par initialize Public Structure DriveInfo

Dim DriveNumber() As Short

' Noter que le nombre d’élément a disparu.

Dim DriveType As String

‘maintenant on instance les 25 éléments.

Public Sub Initialize()

ReDim DriveNumber(25)

End Sub

End Structure

On voit qu'une structure peut comporter une méthode. Ici, on a crée une méthode Initialize.

Exemple de routine utilisant la structure.

Function AddDrive(ByRef Number As Short, ByRef DriveLabel As String) As Object

Dim Drives As DriveInfo

Drives.Initialize()

Drives.DriveNumber(0) = 123

Drives.DriveType = "Fixed"

End Function

        -     Autre manière de faire :

Public Structure DriveInfo

Dim DriveNumber() As Short

Dim DriveType As String

End Structure

Function AddDrive(ByRef Number As Short, ByRef DriveLabel As String) As Object

Dim Drives As DriveInfo

Redim Drives.DriveNumber(25)

Drives.DriveNumber(3)=12

Drives.DriveType = "Fixed"

End Function

Si on utilisait 100 variables Drives, il faudrait 'Redim' le tableau pour chaque variable!!!

Allons plus loin

Une structure hérite de System.ValueType Les structures sont des types 'valeur'.

Une variable d'un type structure contient directement les données de la structure, alors qu'une variable d'un type classe contient une référence aux données, ces dernières étant connues sous le nom d'objet.

Cela a de l'importance: si je crée une variable avec une structure, que je copie cette variable dans une seconde, le fait de modifier la première variable ne modifie pas la seconde.

Prenons l'exemple donné par Microsoft :

Structure Point

Public x, y As Integer

Public Sub New(x As Integer, y As Integer)

Me.x = x

Me.y = y

End Sub

End Structure

On définie une structure Point et on définie une méthode New permettant de saisir les valeurs :

Public Sub New est  un constructeur.

Pour saisir les valeurs de x et y ont peut utiliser : Dim a As Point a.x=10

a.y=10

Ou utiliser le constructeur : Dim a As New Point(10,10)

En partant de la déclaration ci-dessus, le fragment de code suivant affiche la valeur 10 : Dim a = new Point(10, 10) Dim b = a a.x = 100

                Console.WriteLine(b.x)         'b est donc bien différent de a

L'assignation de a à b crée une copie de la valeur et b n'est donc pas affecté par l'assignation à a.x. Si, en revanche, Point avait été déclaré comme une classe, la sortie aurait été 100 puisque a et b auraient référencé le même objet. 

Enfin, les structures n'étant pas des types 'référence', il est impossible que les valeurs d'un type structure soient null (elles sont égales à 0 après la création).

Les structures peuvent contenir plein de choses.

On a vu qu'elles peuvent contenir :

-   Des variables de différent type.

-   Des tableaux.

-   Des méthodes : on a vu l'exemple de Initialize et de New.

Mais aussi :

-   Des objets.

-   D’autres Structures.

-   Des procédures.

-   Des propriétés.

Exemple donné dans l'aide (et modifier par moi) :

Débutants : A relire peut-être ultérieurement quand vous saurez utiliser les Classes.

Cet exemple définit une structure Employee contenant une procédure CalculBonus et une propriété Eligible.

Public Structure Employee

Public FirstName As String

Public LastName As String

'Friend members, accessible partout dans le programme.

Friend EmployeeNumber As Integer

Friend WorkPhone As Long

'Private members, accessible seulement dans la structure.

Private HomePhone As Long

Private Level As Integer

Public Salary As Double

Public Bonus As Double

'Procedure .

Friend Sub CalculateBonus(ByVal Rate As Single) Bonus = Salary * CDbl(Rate)

End Sub

'Property pour retourner l'éligibilité d'un employé.

Friend ReadOnly Property Eligible() As Boolean

Get

Return Level >= 25

End Get End Property

End Structure

Utilisons cette structure :

Dim ep As Employee           'Déclaration d'une variable Employee ep.Salary = 100           'On saisit le salaire  ep.CalculateBonus(20)          'On calcul le bonus

                = ep.Bonus.ToString         'On affiche le bonus

Cela ressemble aux Classes !! Non?

Portée :

Vous pouvez spécifier l'accessibilité de la structure à l'aide des mots clé: Public, Protected, Friend ou Private ou garder la valeur par défaut, Public.

Vous pouvez déclarer chaque membre en spécifiant une accessibilité. Si vous utilisez l'instruction Dim sans mot clé, l'accessibilité prend la valeur par défaut, Public.

Private Mastructure Public i As Integer

...

End Structure

En conclusion les structures sont maintenant très puissantes et peuvent contenir autant de chose que les modules de Classes, on verra cela plus loin. Mais les structures sont référencées par valeur alors que les Classes le sont par référence.

1.6.7Les variables par valeur ou par référence

Les  variables  par valeur 

Contient réellement une valeur.

Dim L As Long

L= 1456  

L occupe 8 octets nécessaires pour coder un long, ici L a une valeur de 1456, donc dans ces 8 octets est codé 1456.

Sont des variables par 'Valeur':

Les Integer, les Long les Short

Les Single, Double, Decimal

Les Booleans, Char, Date

Les Structures

Les énumérations

Les  variables  par référence

Elle ne contient pas l'objet mais son adresse en mémoire, sa référence.

Dim O As Object

O contient l'adresse de l'objet codée sur 4 octets.

Sont des variables par référence:

Les Objets

Les Strings

Les tableaux

Les Classes

Affectation :

Posons le problème :

Travaillons sur A et B, 2 variables ayant la même 'nature'.

A existant déjà, faisons : Dim B=A

Puis modifions la valeur de A, cela modifie t-il B ?

Si le type de variable est par valeur (valable pour les entiers, les Long.. les structures..), chaque variable ayant sa valeur, B n'est pas modifié.

L'assignation d'un type valeur à une variable crée une copie de la valeur assignée.

Si le type de variable est par référence (valable pour les tableaux, les objets, les string...), chaque variable est définie par sa référence (son lieu physique); faire A=B entraîne que A et B ont même référence. Si on modifie A, B est modifié car il pointe au même endroit.

Dans le cas des tableaux, pour obtenir une copie ‘indépendante’ faire : b=a.clone cela crée une autre variable tableau qui est une variable  'par référence' mais les références seront différentes de celle de a.

Autre différence :

La valeur d'un type référence peut prendre la valeur nulle, la valeur d'un type valeur ne peut pas être égal à Nothing ( il est égal à 0 quand il vient d'être crée).

Voyons des exemples: Même si on affecte une variable par valeur à une autre, les deux variables restent différentes:

elles conservent leur propre espace de stockage:

Dim L As Long

Dim P As Long

L=0

L=P     'on affecte P à L

P=4     'on modifie P

=> L=0 P=4    Modifier P n'a pas modifié L

Par contre si on affecte une variable par référence à une autre elle pointe toutes les 2 sur le même endroit mémoire: si j'en modifie une, cela modifie l'autre.  

'Créons une Class contenant un entier (Exemple à relire quand vous aurez étudié les Classes)

Class Class1

   Public Value As Integer = 0

End Class

Dim C1 As New Class1()

Dim C2 As Class1 =C1    'on crée C2, on affecte C1 à C2

C2.Value = 123    'on modifie C2

=> C1.Value=123  C2.Value=123    Modifier C2 a modifier C1 car elles pointent sur le même endroit mémoire.  

On se méfiera donc du type.

Exemple sur les tableaux qui sont 'Par référence' :

Dim A(3) As String

A(1) = "a"

Dim B(3) As String

B(1) = "b"

B = A

A(1) = "c"

                () = B(1)          'Affiche 'c'

En effet un tableau est 'par référence' et le fait de faire A=B donne la même adresse mémoire aux 2 tableaux, aussi , modifier l'un modifie l'autre.

B= A.Clone aurait copié le tableau A dans B en conservant 2 tableaux distinct et la dernière instruction aurait affiché 'a'.

Cas particulier : Exemple sur les 'String' qui sont 'Par référence' : Attention, par contre : Dim A As String A = "a"

Dim B As String

B = "b"

B = A

A = "c"

                () = B    'Affiche 'a'

Bien que cela soit par référence, B=A affecte simplement la valeur de A à B, si on modifie ultérieurement A, B n'est pas modifié. (Idem pour clone et copy!!) Pour une string il parait donc impossible de la dupliquer, elle se comporte comme une variable par valeur!!!

Avez-vous des idées pour expliquer cela?

Par contre une String qui a été créée par Dim et non initialisée contient Nothing. 

Valeur après instanciation :

Apres création (avant initialisation) une variable par Valeur contient 0,

Dim L As Long    'L contient 0

Par contre une String  (par référence) qui a été créée par Dim et non initialisée contient Nothing. 

Dim O As Object    'O contient Nothing: il ne pointe sur aucun objet.

On peut le tester par  If IsNothing( O ) then.. ou If O Is Nothing..

Comparaison : 

Une variable par Valeur peut être comparée à une autre par "=",

Dim L As Long=12 Dim P As Long=24

If L=P Then..

Par contre une variable par référence peut être comparée à une autre par "Is". 

Dim O As Object

Dim Q As Object    

If O Is Q then..

Il existe une instruction qui permet de voir si une variable est de type ‘Par référence’

Cet exemple utilise la fonction IsReference pour vérifier si plusieurs variables font référence à des types référence.

Dim R as Boolean

Dim MyArray(3) As Boolean

Dim MyString As String

Dim MyObject As Object

Dim MyNumber As Integer

R = IsReference(MyArray) ' R= True. Tableau

R = IsReference(MyString) ' R= True. String

R = IsReference(MyObject) ' R= True. Objet

R = IsReference(MyNumber) ' R= False. Entier

1.7Soyons Strict et Explicit

Option Strict

VB est naturellement très arrangeant :

Par défaut il transforme, quand c’est possible, et si nécessaire un type de variable en un autre type.

Si je passe un nombre qui est en double précision (Double) dans une variable en simple précision (Single), VB accepte, au risque de perdre de la précision (s’il y a un très grand nombre de chiffre significatif).

Ainsi :

Dim D As Double

Dim S As Single

D=0.123456789

S=D

(s) ' affiche 0,1234568   le 9 est perdu car un single à 7 chiffres significatifs.

Cela peut être ennuyeux si c’est des calculs d’astronomie et le programmeur ne s’en rend pas forcément compte !!!

Pour éviter cela il faut activer l’OPTION STRICT à ON Menu Projet > Propriétés de Nom de projet.

Page de propriétés de Langage VB.

Propriétés communes, génération. En face de Option Strict, mettre On

Maintenant seules les conversions effectuées explicitement seront autorisées.

S=D est souligné dans le code pour signaler une conversion interdite.

(Par contre D=S est accepté car on passe d'une variable à une variable plus précise)

Il faudra maintenant, pour notre exemple, écrire :

S= CType(D,Single)           ‘Cela entraîne une conversion de la valeur Double en Single

S’il y a perte de précision, elle se produit quand même, MAIS le programmeur SAIT qu’il y a conversion, il prendra ou pas le risque EN CONNAISSANCE DE CAUSE.

Avec Option Strict le langage devient bien moins tolérant :

Ecrire un programme avec Option Strict à Off, ça passe, mettre Option Strict à On un tas d'instruction coince!!

Même certains exemples Microsoft!! Car sans s'en rendre compte on passe d'un type de variable à l'autre sans arrêt!!

‘Option Strict Off' permet n'importe quoi. C'est du Basic au mauvais sens du terme.

‘Option Strict On' oblige à une grande rigueur. C'est du .

Option Explicit

Pour la déclaration des variables nous avions dit que toute variable utilisée devait être déclarée.

Par défaut c’est vrai.

Ouvrir Menu Projet > Propriétés de Nom de projet.

Page de propriétés de Langage VB.

Propriétés communes, génération. En face de Option Explicit, il y a On

On pourrait (c’est fortement déconseillé) mettre cette option à Off.

Cela ne rend plus obligatoire la déclaration des variables.

MaVariable = 10  sans déclaration préalable est acceptée.

Cela présente certains inconvénients : Si on fait une faute de frappe en tapant le nom d’une variable, VB accepte le nouveau nom et crée une nouvelle variable objet discinct.

                Dim MaVariable       ’MaVariable avec un b

                MaVariabble = 10     ‘Faute de frappe (bb) Je crois avoir mis 10 dans Mavariable

En fait j’ai mis 10 dans une nouvelle variable nommée MaVariabble

Mavariable à toujours une valeur=0

Donc, c’est clair et sans appel : Laisser Option Explicit à On. Dans ce cas si vous tapez le nom d'une variable non déclarée, elle est soulignée en bleue.

Option Strict et Explicit dans un module

On peut aussi indiquer dans un module les options; ces instructions doivent être tapées avant toutes les autres.

1.8Les constantes

Comme les variables, elles ont un nom et un type, mais leurs valeurs sont 'constantes'.

On les déclare par le mot Const, on peut les initialiser en même temps avec =

Exemple :

Const NomFichier = "" ‘constante chaîne de caractères.

                Const i As Integer = 1        ‘constante Integer

Intérêt des constantes

Elles améliorent la lisibilité.

Si une constante doit être modifiée ultérieurement, il suffit en mode conception, de modifier sa valeur ce qui modifie sa valeur dans l’ensemble du code de l’application.

Améliore la vitesse.

On rappelle que seuls les types primitifs peuvent avoir des constantes (Byte, Boolean,

Shot, Integer, Long, Single, Double, Decimal, Date, Char, String)

Constantes prédéfinies

Il existe une liste de constantes prédéfinies dans différentes Classes.

    Chr$(13)+Chr$(10) sert à sauter à la ligne dans une chaîne de caractères :

Si on affiche "VISUAL" & & "BASIC"

On obtient à l’écran :

VISUAL

BASIC

               Chr$(9) = caractère de tabulation 

ControlChars.NullChar     Aucun caractère

ControlChars.Nothing       Chaîne vide

Tapez ControlChars. Et comme d’habitude vous obtiendrez la liste des constantes.

Couleurs

On peut aussi utiliser les couleurs définies par VB

                           ‘Pour le bleu

Math

Si Import a été tapé, vous aurez :

                PI       qui contient 3,14…

                E        qui contient la base log naturel

Touche du clavier

Il est parfois nécessaire de savoir si une touche précise à été tapée par l'utilisateur au clavier, pour cela il faut connaître les touches, mais pas besoin de se souvenir du codes des touches, il suffit de taper Keys. et la liste des touches s'affiche.

Cliquer sur le nom de la touche recherchée et vous obtenez la constante correspondant à la touche :

                Keys.Right    'Désigne le code de la touche '->'

True False

On rappelle que True et False sont des valeurs Booléens faisant partie intégrante de VB.

Pour les anciens de VB6 ne plus utiliser -1 et 0 (D'ailleurs maintenant c’est 1 et 0).

Utiliser largement ces constantes fournies par VB, cela améliore la lisibilité et la maintenance.

Enum

Le bloc Enum permet de créer une liste (une énumération) de constantes crées par le programmeur :

Enum TypeFichier

DOC

RTF

TEXTE

End Enum

Les constantes ainsi créées sont , , TypeFichier.TEXTE

Le bloc Enum doit être dans l'en-tête du module.

C'est bien pratique car en écrivant le code, dès que je tape TypeFichier. la liste (DOC RTF TEXTE) apparaît.

Ensuite, on peut utiliser dans le programme les constantes créées. par exemple.

Chaque constante de l'énumération a une valeur par défaut.  

Par défaut :

= 0

= 1 TypeFichier.TEXTE = 2

..

Parfois le nom utilisé dans l'énumération est suffisant en soi et on n'utilise pas de valeur.

Dans un programme gérant des fichiers, un flag prendra la valeur pour indiquer qu'on travaille sur les fichiers importe la valeur de la constante, mais d'autres fois il faut que chaque constante de l'énumération possède une valeur particulière.

Je peux imposer une valeur à chaque constante de l'énumération :

Enum TypeFichier

DOC=15

RTF=30

TEXTE=40

End Enum

Je peux même donner plusieurs valeurs avec And et Or à condition d'utiliser l'attribut Flags.

<Flags()> Enum TypeFichier

DOC=15

RTF=30

TEXTE=40

TOUS= DOC AND RTF AND TEXTE

End Enum

Les énumérations sont des types qui héritent de et qui représentent symboliquement un ensemble de valeurs. Par défaut ses valeurs sont des 'Integer' mais on peut spécifier d'autres types : Byte, Short, Integer ou Long.

L'exemple suivant déclare une énumération dont le type sous-jacent est Long :

Enum Color As Long

Red

Green

Blue

End Enum

Noter que Vb contient un tas de constantes classées avec la manière Enum.

Exemple :

Quand on ferme une MessageBox. (Une fenêtre qui affiche un message), cela retourne une valeur qui contient :

-   ',  -            ' ou

-   MsgBoxResult.Cancel'  

En fonction du bouton qu'a utilisé l'utilisateur pour sortir de la fenêtre MessageBox (appuie sur les boutons Oui, Non Cancel).

1.9La surcharge

Surcharge

Quand on utilise une méthode avec des paramètres, il y a parfois possibilité d'utiliser, avec la même méthode, un nombre différent de paramètres ou des paramètres de natures différentes, on appelle cela surcharger la méthode.

Chaque manière d'écrire les paramètres s'appelle une signature.

Exemple :

Voici une fenêtre MessageBox :

Pour ouvrir une fenêtre MessageBox, il y a 12 signatures, en voici 2 :

-   Dans ce premier cas on donne 4 paramètres :

Reponse= (TexteAAfficher,Titre, TypeBouton etIcone,

BoutonParDéfaut)

-   Ici 1 seul paramètre :

Reponse= (TexteAAfficher)

On voit qu'on peut appeler la méthode avec un nombre différent de paramètres.

Comme on ne peut pas connaître toutes les signatures, VB nous aide :

Si on tape R= (  VB affiche dans un cadre une signature, de petites flèches permettent de faire défiler tous les autres signatures :

1.10 Les Opérateurs

Pour travailler sur les variables on utilise des opérateurs (addition, soustraction...).

Addition : +

Dans le cas de variables numériques.

A=B+C

Si B=2 et C=3 => A=5

On peut écrire :

A=A+1

Dans ce cas, on affecte à la variable A son ancienne valeur +1, si A=2 au départ il aura ensuite pour valeur 3.

A+=1 est équivalent à A=A+1 Cela incrémente la variable A.

Soustraction : -

B=C-D

A-=1 est équivalent à A=A-1

Multiplication : *

B=C*D

Division : /

On remarque que ce n’est pas « : » qui est l'opérateur de division. (Ce signe sert de séparateur quand plusieurs instructions sont sur la même ligne.)

B=C/D

Division entière : \

Si A=10\3 => A=3

Puissance : ^

A=B^3         'A=B*B*B

Modulo

C’est le reste de la division par un nombre :

10 Mod 3 donne 1

Exemple : A est-il multiple de 3 ?

Si A Mod 3 =0, A est un multiple de 3

If A Mod 3 = 0 then

Concaténation : &

C’est une mise bout à bout des chaînes de caractères.

Si 

A="VISUAL"

B=" "

C="BASIC"

                D=A & B & C           ’donne D="VISUAL BASIC"

Le signe + peut aussi être utilisé mais il est plutôt réservé aux additions de variables numériques.

&= permet aussi la concaténation A&=B est équivalent à A= A&B

Priorités :

L'ordre des calculs se fait en fonction de la priorité des opérateurs.

S’il y a plusieurs opérateurs ^ a la priorité la plus forte puis * et / puis + et –

Pour être complet, voyons les priorités par ordre décroissant :

^ élévation à la puissance

- négation unaire  

/ et * multiplier et diviser

\ division entière mod modulo

+ et - addition et soustraction.

Exemple : 2+3^3 donne 29 car VB effectue (3^3)+2 et non pas 125 (2+3)^3

S'il y a plusieurs opérateurs de même priorité, l'ordre des calculs se fait de gauche à droite.

Pour éviter toute faute d’interprétation utiliser des parenthèses :

2+(3^3) lève toute ambiguïté.

Comparaison :

= égal

> supérieur à

< inférieur à

>= supérieur ou égal

<= inférieur ou égal

<> Différent de

Le résultat d’une comparaison est True (Vrai) ou False (Faux)

Exemple :

Dim A As Integer=2 Dim B As Integer=3 If A=B then...

A étant différent de B, A=B prend la valeur False et le programme passe à la ligne en dessous (pas après then).

Ici le signe = n’indique pas une affectation mais une expression à évaluer.

Ici aussi on peut combiner les opérateurs et mettre des parenthèses :

R= (C<>D)AND (D=2)

Comparaison de chaîne de caractères :

Les chaînes de caractères sont comparées en fonction du tri alphabétique.

A<B<C……<Y<Z<a<b<c……y<z<à<é…

Dim A As String="A"

Dim B As String="Z"  

If A<B then…

A est bien inférieur à B, donc A<B prend la valeur True et le programme saute après Then.

La casse (majuscules ou minuscules) est différenciée.

Si on veut comparer sans tenir compte du fait que c’est en majuscule ou minuscule, il faut d’abord transformer les 2 chaînes en minuscule par exemple.

On veut comparer A="aaa" et B="AAA"

Normalement A est différent de B :

A=B retourne False

Par contre A.ToLower=B.ToLower retourne True (Vraie) car ToLower transforme en minuscule.

En utilisant Option Compare Text en début de module, on ne différencie plus la casse: "A" devient égal à "a".

Logique : Not And Or ElseOr Xor

SI A et B sont des expressions Booléennes A And B ’retourne True si A et B sont vrais

                A Or B          ’retourne True si une des 2 est vrai

                A Xor B         ‘retourne True si une et une seule est vrai

                Not A            ‘retourne True si A était faux et vice versa

On entend par expression Booléen le résultat de l'évaluation d'une condition : A=B retourne True si A=B et False si A différent de B.

Exemple :

Si A différent de B... peut s’écrire IF Not(A=B)...

Si A compris entre 2 et 5 peut s’écrire IF A>=2 And A<=5...

Rentrons dans le détail :

Les opérateurs And, Or et Xor sont évalués comme suit en fonction du type d'opérandes :

•    Pour le type Boolean

•    Une opération And logique est effectuée sur les deux opérandes.

•    Une opération Or logique est effectuée sur les deux opérandes.

•    Une opération Or exclusif logique est effectuée sur les deux opérandes.

•    Pour les types Byte, Short, Integer, Long et tous les types énumérés, l'opération spécifiée est réalisée sur chaque bit de la représentation binaire des deux opérandes :

•    And : Le bit de résultat est 1 si les deux bits sont 1. Sinon, le résultat est 0.

•    Or : Le bit de résultat est 1 si l'un des deux bits est 1. Sinon, le résultat est 0.

•    Xor : Le bit de résultat est 1 si l'un des deux bits est 1 mais pas les deux. Sinon, le bit de résultat est 0 (c'est-à-dire 1 Xor 0 = 1, 1 Xor 1 = 0).

Les opérateurs AndAlso et OrElse sont uniquement définis sur le type Booléen, ils sont plus rapides car ils n'évaluent pas la seconde expression si ce n'est pas nécéssaire.

Déplacements de bits : << et >>

Les opérateurs binaires << et >> effectuent des opérations de déplacement de bits. Ces opérateurs sont définis pour les types Byte, Short, Integer et Long.

L'opérateur << décale à gauche les bits du premier opérande du nombre de positions spécifié. Les bits de poids fort situés en dehors de la plage du type de résultat sont éliminés, et les positions libérées par les bits de poids faible sont remplies par des zéros.

L'opérateur >> décale à droite les bits du premier opérande du nombre de positions spécifié. Les bits de poids faible sont éliminés et, si l'opérande de gauche est positif, les positions libérées par les bits de poids fort sont mises à zéro, s'il est négatif, elles sont mises à un. Si l'opérande de gauche est de type Byte, les bits de poids fort disponibles sont remplis par des zéros.

1.11 Les Structures de contrôle

Elles permettent de gérer le déroulement du code.

Nous allons étudier :

-   If Then

-   Select Case

-   For Next

-   Do Loop

-   While End While

-   For Each

-   Switch

-   IIF

If Then

Permet de créer une structure décisionnelle :

If Condition Then

End if

Si Condition vraie alors……

Une instruction ou un bloc d’instructions peut être exécutée si une condition est vraie.

Exemple :

If A=B Then MsgBox("A=B")

Si A = B alors on affiche dans une fenêtre MessageBox « A=B »

'Noter que tout est sur une seule ligne (Pas besoin de End If), On aurait pu écrire  un bloc If:

If A=B then  MsgBox("A=B")

End If

On peut tester une condition fausse et dans ce cas utiliser Not. If Not A=B Then MsgBox("A différent de B")

Si A et B sont différent (Not A=B signifie NON égaux) afficher "A différent de B".

Il peut y avoir des opérateurs logiques dans la condition : If A=B And C=D then...

Autre exemple :

If Not IsNumeric(N) then

MsgBox ("R n’est pas un nombre") Exit Sub

End if

Si N n’est pas numérique alors afficher dans une boite de dialogue: « R n’est pas un nombre » puis quitter la procédure (Exit Sub)

Noter bien que comme il y a plusieurs instructions après Then on crée un bloc d’instruction de plusieurs lignes entre Then et End If.

Au lieu de :

If Condition=True Then

End if

On peut écrire :

If Condition Then

End if

Condition étant de toute manière évaluée pour voir si elle est vraie.

On peut aussi utiliser la structure :

Si..Alors..Sinon

If condition then

.. ‘Effectué si condition vraie

..

Else

..’Effectué si condition fausse

..

End if

Des structures If Then peuvent être imbriquées :

If..

If..

..

Else

If..

..

End if

End if

End If

Pour bien repérer les différents niveaux, utiliser les tabulations et décaler le ‘If then’ et son code au même niveau.

Pour vérifier s’il n’y a pas d’erreur, compter les ‘if’, il doit y en avoir autant que des ‘end If’. VB souligne le ‘if’ si il n’y a pas de ‘end if’. 

Dernière syntaxe : If Condition1 Then

..

ElseIf condition2 Then

..

ElseIf condition3 Then

..

End if

Si condition1...

Sinon si condition2

Sinon si condition3

Fin Si

Select Case

Créer une structure décisionnelle permettant d’exécuter un grand nombre de blocs de code différents en fonction de la valeur d’une expression :

Select Case expression

Case valeur1

‘code effectué si expression=valeur1

……

Case valeur2

‘code effectué si expression=valeur2

……

Case valeur3

‘code effectué si expression=valeur3

……

..

Case Else

‘code effectué dans tous les autres cas

End Select

Attention si expression=valeur1 le code entre Case Valeur1 et Case valeur2 (et uniquement celui là) est effectué, puis l’exécution saute après End Select.

Exemple d’un code affichant le jour de la semaine :

N est un entier contenant le numéro d’ordre du jour (entre 1 et 7)

Select Case N

Case 1

MsgBox "Lundi"

Case 2

MsgBox "Mardi"

Case 3

MsgBox "Mercredi"

..

..

Case Else

MsgBox "Nombre pas entre 1 et 7" End select

Nous venons d’utiliser une expression simple après chaque Case mais on peut utiliser des expressions plus complexes :

Plusieurs clauses d'expression peuvent être séparées par des virgules.

Select Case N

Case 8,9,10

‘Effectuer le code si N=8 ou N=9 ou N=10

Le mot clé To permet de définir les limites d'une plage de valeurs correspondantes pour N.  Select Case N

Case 8 To 20

‘Effectuer le code si N est dans la plage 8 à 20

Le mot clé Is associé à un opérateur de comparaison (=, <>, <, <=, > ou >=) permet de spécifier une restriction sur les valeurs correspondantes de l’expression. Si le mot clé Is n'est pas indiqué, il est automatiquement inséré.

Select Case N

Case Is >= 5

‘Effectuer le code si N supérieur ou égal à 5.

Vous pouvez utiliser plusieurs expressions ou plages dans chaque clause Case (séparées par des virgules). Par exemple, la ligne suivante est valide : Case 1 To 4, 7 To 9, 11, 13, Is > MaxNumber

Vous pouvez aussi indiquer des plages et des expressions multiples pour des chaînes de caractères. Dans l'exemple suivant, Case correspond aux chaînes qui sont absolument identiques à « aaa », aux chaînes comprises entre «ccc» et «ddd» dans l'ordre alphabétique, ainsi qu'à la valeur de Var :

Case "aaa", "ccc" To "ddd", Var

For Next

Permet de faire des boucles.

Les boucles sont très utilisées pour parcourir une plage de valeur qui permet par exemple de parcourir tous les éléments d’un tableau ou pour effectuer de manière itérative un calcul.

Le nombre de boucle va être déterminé par une variable qui sert de compteur.

Le nombre d’exécution est déterminé au départ de la boucle car le compteur a une valeur de départ, une valeur d’arrêt.

Pour variable allant de 'début' à 'fin'

Boucler

Donne en VB :

For variable=début To fin

..

Next variable

Dim i as integer

For i=1 to 10

MsgBox i.toString

Next i

En langage courant : Pour i allant de 1 à 10, afficher la valeur de i dans une MessageBox.

La variable compteur va prendre successivement les valeurs 1 puis 2 puis 3…… jusqu'à 10 et effectuer à chaque fois le code qui est entre For et Next.

Si on décompose :

i=1  Affiche « 1 », arrivé à Next, remonte à For, i =2 , affiche « 2 »…… …… i=10, affiche « 10 » poursuit après Next.

Il peut y avoir un pas (Step), le compteur s'incrémente de la valeur du pas à chaque boucle. Dim i as integer

For i=1 to 10 Step 2 MsgBox i.toString

Next i

Affiche 1 puis 3 puis 5 puis 7 puis 9

Attention si la valeur de sortie de boucle est inférieure à celle d’entrée il faut indiquer un pas négatif

Dim i as integer

For i=10 to 1 Step -2 MsgBox i.toString

Next  

Affiche 10 puis 8 puis 6 puis 4 puis 2

Bien sur on peut utiliser des expressions calculées :

For i=A to B*10 Step X-2 MsgBox i.toString

Next i

La variable boucle peut être déclarée après For, dans ce cas cette variable n'existe que dans la boucle :

For K As Integer = 1 To 10

...

Next K

Do Loop

Permet aussi de faire des boucles mais sans que le nombre de boucle (d’itération) soit déterminé au départ.

C’est la condition d’arrêt qui détermine la sortie de la boucle :

Après Do on doit mettre Until (Jusqu’à ce que) ou While (Tant que)

Do Until condition

Code

Loop

'Boucler jusqu'à ce que : condition est une condition de sortie.

Si condition est fausse, effectuer le code, boucler et recommencer le code jusqu’à ce que condition soit vraie.

A chaque boucle la condition est évaluée.

Exemple pour chercher un mot dans une liste :

Lire Premier Mot

Do Until MotCherché=MotPointé Pointer Mot suivant

Loop

On peut aussi utiliser While (Tant que)

Lire Premier mot

Do While MotCherché<>MotPointé Pointer Mot suivant

Loop

Tant que le mot cherché est différent du mot pointé continuez à boucler.

La condition peut être mise en fin de boucle, cela permet d’effectuer au moins une fois le code. Cela évite aussi d’avoir à démarrer le processus avant la boucle : dans notre exemple cela permet d’éviter de lire le premier mot :

Les mots sont dans un tableau Mot(), premier élément Mot(0)

IndexMot=-1

Do  ndexMot=IndexMot+1

Loop While MotCherché<>Mot(IndexMot)

Il faudrait en plus boucler jusqu'à la fin du tableau et pas plus.

Exemple complet, imposer la saisie d’un nombre négatif à l’utilisateur :

On utilise InPutBox qui ouvre une fenêtre et attend une réponse.

Dim Reponse as Single

Do

Reponse=InPutBox(« Entrer un nombre négatif. ») Loop While Reponse>=0 

Si le nombre n'est pas négatif, la boucle fonctionne et la boite InPutBox s’ouvre de nouveau.

While, End While

Permet une boucle qui tourne tant qu'une condition est vraie.

While Condition

...

End While

Exemple: on incrémente un compteur, on sort quand il est égal à 20.

Dim Counter As Integer = 0

While Counter < 20 ' Test la valeur du compteur.

Counter += 1 ' Incrémente le compteur. End While 

For Each

C’est une variante de la boucle For mais elle permet de parcourir les objets d’une collection.

Prenons un contrôle ListBox il a une collection Items qui contient tous les éléments de la ListBox

(0) contient la première ligne (1) contient la seconde ligne (2)…contient la troisième.

Parcourir tous les éléments de la ListBox et les mettre dans une variable V s’écrirait :

Dim V as string

Dim item as objet

For Each item in ListBox.items V=V+item

Next

La variable de boucle peut être déclarée après For.

Switch

Switch est utilisé avec des couples d'arguments, si le premier est vrai, le second est retourné.

Réponse=Switch( Expression1, Reponse1, Expression2, Reponse2)

Si Expression2 est vrai Reponse2 est retourné.

Monnaie= Microsoft.VisualBasic.Switch(Pays = "USA", "Dollar", _

Pays = "FRANCE", "Euro", Pays = "Angleterre", "Live")

Si Pays="FRANCE", cette expression est vrai, le second objet du couple est retourné.

Retourne Euro

IIf

IIf est utilisé avec 3 arguments.

Si le premier argument est vrai, le second est retourné.

Si le premier argument est faux c'est le troisième qui est retourné. Reponse = IIf( Nombre > 0, "Positif", "Négatif ou 0")

Comme dans Switch on peut utiliser des procédures comme argument.

1.12 Procédures et Paramètres

Revenons sur les procédures et leurs paramètres.

Quand on appelle une procédure (un sous-programme, une routine), le logiciel ‘saute’ au sous-programme, il effectue celui-ci puis revient effectuer ce qui est sous l’appel.

En VB les procédures sont des Sub ou des Function.

On peut fournir aux procédures des paramètres qui sont envoyés à la fonction.

Exemple:

Function Carré ( V as Single) as Single Return V*V

End Function

Cela crée une fonction qui se nomme ‘Carré’, on peut lui envoyer un paramètre (elle accepte un Single)

Cette fonction retourne le carré du paramètre fourni.

Pour l'utiliser :

Dim resultat as Single

                resultat= carré(2)    'resultat est alors égal à 4

On appelle la fonction carré avec le paramètre 2, elle retourne 4.

Les paramètres peuvent être des variables :

Dim resultat as Single Dim valeur as Single=3

resultat= carré(valeur)

Les parenthèses

Rappel, même s'il n'y a pas de paramètre, mettre des () lors de l'appel de procédure.

MaRoutine()

Par Valeur, Par Référence

Il y a 2 manières d’envoyer des paramètres :

-   Par valeur : (By Val) c’est la valeur (le contenu de la variable) qui est envoyée.

-   Par référence :(By Ref) c’est l’adresse (le lieu physique ou se trouve la variable) qui est envoyée. Si la Sub modifie la variable, cette modification sera visible dans la procédure appelante après le retour.

Exemple de procédures :

Sub MaProcedure (ByRef x as Long, ByVal y As Long) End Sub

Si j'appelle cette procédure à partir d’une procédure nommé Main() :

Sub Main()

          MaProcedure (A, B)

End sub

 C'est l'adresse de A qui est envoyée et la valeur contenue dans la variable B qui est envoyé. Elles se retrouvent dans les variables x et y de la procédure MaProcedure. Si dans cette dernière je modifie x , A est modifié dans la Sub Main (puisque x et A pointe sur le même endroit). Si dans Maprocedure je modifie y , B n’est pas modifié.

ATTENTION : Par défaut les paramètres sont transmis PAR VALEUR

Pour la clarté du code et pour éviter toute ambiguïté, spécifier ByRef ou ByVal, c'est plus lisible, plus clair.

TapezSub MaProcedure (ByRef x as Long, ByVal x As Long)

Plutôt que Sub MaProcedure ( x as Long, x As Long)

Optional

Un paramètre ou argument peut être Optional, c'est à dire facultatif. 

Indique que cet argument n'est pas requis lorsque la procédure est appelée. Si ce mot clé est utilisé, tous les arguments suivants doivent aussi être facultatifs et déclarés à l'aide du mot clé Optional.

Chaque déclaration d'argument facultative doit indiquer une valeur par défaut.

Sub MaRoutine (Optional X As Integer=0)

Tableau de paramètres

Il est possible d'envoyer un tableau comme paramètre.

Exemple :

Dim Reponses(10) As Integer

'Appel de la Sub

Affiche( Reponses())

La Sub Affiche débute par :

Sub Affiche ( R() As Integer )

End Sub

ParamArray

Parfois il faut envoyer des paramètres de même type mais dont on ne connaît pas le nombre, dans ce cas on utilise ParamAray (Liste de paramètres) :

Function Somme ( ByVal ParamArray Valeurs() as Integer) As Integer

Dim i as Integer

Dim Total as Integer

For i=0 to Valeurs.Length-1 Total += Valeurs(i)

Next i

Return Total

End Sub

Pour appeler cette fonction : Dim LeTotal As Integer

LeTotal= Somme (2, 5, 6, 8 ,5)

A noter que le paramètre ParamArray doit être le dernier des paramètres, c'est


Cours d’initiation à Visual par Philippe Lasserre

obligatoirement un paramètre ByVal et comme on l'a dit, tous les paramètres sont de même type.

1.13 Portée des variables

Quand on déclare une variable, jusqu’où est-elle visible ?

Dans les procédures

Si on déclare une variable dans une procédure, elle est visible uniquement dans cette procédure, c'est une variable locale :

Sub MaProcedure (ByRef X As Integer)

Dim Y As Integer

...

End sub

Y est déclaré en début de procédure, on pourra travailler avec Y dans la procédure jusqu'à End Sub. Dans une autre procédure Y ne sera pas visible (l'utilisation de Y déclencherait une erreur.)

Après End Sub Y n'existe plus, son contenu est perdu. Il en est de même pour X qui est déclaré sur la ligne Sub.

Une autre procédure pourra déclarer et utiliser une variable Y, mais, même si elle a le même nom cela ne sera pas la même, chaque variable Y est uniquement visible dans sa procédure.

Variable statique :

Si à la place de Dim on utilise Static, la variable est dite 'Statique'. A la sortie de la procédure, la valeur continue d'exister et garde sa valeur, lors des appels suivants de la procédure, on retrouve la valeur de la variable.

Exemple :

Sub compteur

Dim A as integer

Static B as integer

A  +=1

B  +=1

End sub

A  chaque appel de cette procédure A prend la valeur, 0 puis 1 puis disparaît.

B  prend les valeurs 0, puis 1, puis 2... (Incrémentation à chaque appel)

Dans un bloc d’instruction

Si vous déclaré une variable dans un bloc, elle ne sera visible que dans ce bloc :

Do

Dim Compteur A integer

Compteur +=1

...

Loop

La variable Compteur existe uniquement entre Do et Loop

Dans la section déclaration d’un Module

Dans la section déclaration d'un module, on utilise à la place de Dim :

-   Private : dans ce cas la variable est propre au module, elle est visible dans toutes les procédures du module, pas dans les autres modules.

-   Public : dans ce cas la variable est accessible dans la totalité du programme. Public A as String

A est accessible partout.

Dans la section déclaration d’une fenêtre, d’un formulaire

-   Private : indique dans ce cas que la variable est propre au formulaire, elle est visible dans toutes les procédures du formulaire, pas dans les autres modules ou formulaires.

-   Public : indique de même une variable UNIQUEMENT visible dans le formulaire. Elle est visible hors du formulaire a condition de la préfixer avec le nom du formulaire.

Exemple :

Dans l'exemple ci-dessus :

MaVariable est visible dans le formulaire, et hors du formulaire à condition d'utiliser NomFormulaire.MaVariable.

MaVariable2 est visible dans le formulaire.

MaVariable3 n'est visible que dans la procédure Button1_Click.

En pratique

Pour se repérer et se souvenir quelle est la portée d'une variable, on utilise une lettre en début du nom de la variable :

                g_MaVariable          ’sera public (g comme global).

                m_Variable2           ‘sera accessible au niveau du module.

Dans un module standard, on met toutes les variables Public accessibles par tous. Leurs noms débutent par g. Ce sont les variables (et constantes) générales utilisées dans la totalité de l'application : état du programme, utilisateur en cours...

Dans chaque formulaire on met dans la section déclarations, les variables du module: état du formulaire, variables permettant l'affichage...

Dans chaque procédure les variables locales, compteur de boucle...

Pour les variables locales on peut donc utiliser un même nom dans différentes procédures, par exemple, on nomme souvent I les variables de boucle dans toutes les procédures.

Par contre  il faut éviter de donner un même nom à des variables dont la portée se recoupe.

VB l'accepte et utilise la variable la plus proche, celle du bloc ou du c'est dangereux et générateur de bugs.

1.14 Le Hazard, l’aléatoire

Comment obtenir un nombre aléatoire ?

Rnd() fournit un nombre aléatoire entre 0 et 1 (sans jamais attendre 1) :valeur inférieure à 1 mais supérieure ou égale à zéro; ce nombre aléatoire est un Single.

En fait,si on fait des Rnd() successifs, le nombre aléatoire précédemment généré est utilisé pour le calcul du nombre aléatoire suivant, ce qui fait que la suite de nombre aléatoire est toujours la même.

Randomize() initialise le générateur de nombres aléatoires. Si on ne donne pas d'argument, Randomize utilise la valeur de l'horloge interne pour initialiser; cette valeur est dû au hasard, aussi le Rnd qui suit va être dû au hasard.

Si on n'utilisait pas Randomize() avant Rnd(), la fonction Rnd() fournirait toujours les mêmes nombres aléatoire dans le même ordre.

En résumé :

En fait Rnd fournit une suite de nombre pseudo aléatoire (le suivant étant calculé à partir du précédent), la suite est toujours la même, seule le premier change et est initialisé par Randomize qui est basé soit sur l'horloge système (et qui à priori initialise à une valeur toujours différente) s'il n'y a pas d'argument soit sur un argument.

Pour obtenir plusieurs fois les mêmes séries de nombres, utiliser Randomize avec un argument numérique puis appelez Rnd() avec un argument négatif.

Simuler un jeu de lancer de dé

Comment obtenir un nombre entier entre un et six au hasard ?

Dim MyValue As Integer

                Randomize    'Initialise le générateur de nombre aléatoire.

                MyValue = CInt(Int((6 * Rnd()) + 1))      'Génère un nombre aléatoire entre 1 et 6.

Rnd() fournissant un nombre aléatoire entre 0 et 1, je le multiplie par 6 et j'ajoute 1 pour qu'il soit entre 1 et 7 sans atteindre 7 (il peut être entre 1 et 6,999), je prend sa valeur entière: il est maintenant entre 1 et 6, enfin je le transforme en Integer. 

1.15 Récursivité

Une procédure est récursive si elle peut s'appeler elle même.

Exemple, calcul de ‘Factorielle’

On rappelle que N! (factorielle N)= 1*2*3*...*(N-2)*(N-1)*N

Exemple Factorielle 3 =1*2*3

Dim R As Long

R=Factorielle(3)       'retournera 6

Cette fonction n'est pas fournie par VB, créons une fonction Factorielle SANS récursivité : Function Factorielle (ByVal N as Long) As Long

Dim i As Long

Resultat=1

For i= 1 to N

Resultat=i* Resultat

Next i

Return Resultat end Function

Cela crée une fonction recevant le paramètre N et retournant un long. La boucle effectue bien 1*2*3...*N-1*N.

Factorielle avec 'Récursivité' :

Une autre manière de calculer une factorielle est d'utiliser la récursivité: VB gère la récursivité.

Comment faire?

On sait que N!= N * (N-1) * (N-2).... 3 * 2 * 1

On remarque donc que Factorielle N!= N * Factorielle(N-1) N!= N*(N-1)! , en sachant que 1!=1

Créons la fonction :

Si N=1 la fonction retourne 1 sinon elle retourne N* factorielle(N-1)

Function Factorielle (ByVal N as Long) As Long

If N=1 then Return 1

Else

Return N* Factorielle(N-1)

End If end Function

Dans la fonction Factorielle on appelle la fonction Factorielle, c'est bien récursif.

Pour N=4 :

La fonction 'descend' et appelle chaque fois la factorielle du nombre inférieur.

La fonction Factionnelle est appelée 4 fois :

Factorielle (4) appelle Factorielle(3) qui appelle  Factorielle(2) qui appelle Factorielle (1) Puis la fonction remonte en retournant le résultat de chaque factorielle.

Factorielle (1) retourne 1

Factorielle (2) retourne 2    '2* factorielle (1)

Factorielle (3) retourne 6     '3*factorielle (2) Factorielle (4) retourne 24 '4*factorielle (3)

Vb gère cela avec une pile des appels. il met dans une pile les uns aux dessus des autres les appels, quand il remonte, il dépile de haut en bas (Dernier rentré, premier sortie)

Attention : La pile a une taille maximum, si N est trop grand, on déclenche une erreur de type StackOverflow.

 

1.19 Le GOTO

Faut-il utiliser le GOTO ?

GoTo permet un saut non conditionnel « aller à »,il saute vers une étiquette :

...

Goto FIN

...

FIN:

FIN: est une étiquette, un mot en début de ligne qui désigne un endroit du code; pour créer une étiquette, taper en début de ligne un mot suggestif de l'endroit, puis ajouter ":".

Le programme saute de la ligne GoTo FIN à l'étiquette FIN: puis se poursuit après FIN :

Le GoTo est souvent utilisé avec une instruction If :

If A=0 Then Goto FIN

..

FIN:

L'utilisation du GoTo est peu élégante et à éviter; s'il y a plusieurs GoTo le programme devient vite illisible. 

On peut remplacer avantageusement la ligne précédente par :

If A<>0 Then  

..

End if

1.20 Les Classes, les Objets

Résumons un peu la notion de Classe, d'objet, de surcharge, de classe statique.

Classes

Nous avons vu qu’on utilise des objets.

Il existe des 'types d’objet'qui définissent les caractéristiques communes des objets. Ces types se nomment les Classes.

Exemple :

La Classe System.Windows.Forms contient les 'Forms' et les 'Control'

On rappelle que c’est ces classes que l’on utilise comme ‘moule’ pour instancer (créer) un objet.

Dim B As New Form ‘ crée un formulaire à partir de la Classe Form (Fenêtre).

B hérite de toutes les caractéristiques de la Classe Form.

Essayons de comprendre

Pour utiliser un objet en VB, il faut.

Que la DLL correspondante soit chargée dans le projet. (La DLL c'est un fichier exécutable '.dll' qui contient le code nécessaire). En on appelle cela la 'Référence'.

Exemple de DLL:

Que l'espace de nom soit importé: une DDL contient des Classes d'objet. Pour utiliser une Classe il faut l'inclure dans le programme donc il faut l'importer à partir de la DLL. On va par exemple importer l'espace de nom 'System.Windows.Forms' (contenue dans et qui contient les Classes 'Form' et 'control') : Import System.Windows.Forms

On peut maintenant utiliser les Classes contenues dans cet espace de nom et créer un objet. Par exemple on va créer une fenêtre avec la Classe Form contenue dans System.Windows.Forms. Dim Form1 As Form

Form1 est donc un objet formulaire qui hérite de tous les membres (Propriétés, méthodes) de la Classe Form, on peut donc utiliser une méthode de cet objet : ()

Ou une propriété :

Form1.BackColor=RED

Les Classes les plus courantes sont déjà chargées et disponible, ce qui simplifie un peu les choses.

Voyons les détails des choses.

Les différentes Classes :

Il existe 3 types de Classes :

Les Classes spécifiques :

Celles que l’on crée de toute pièce dans les modules de Classe. (On verra cela plus loin)

En VB, on peut créer une classe, ses propriétés, méthodes…

Les Classes prédéfinies du Framework :

Ces classes de bases sont regroupées  en bibliothèques sous la dénomination ‘Espace de noms’ et font partie :

•    Du Framework

•    Du Common Language Runtime.

Il existe ainsi de manière générale des classes :

-   pour les formulaires Windows (WindowsForms),

-   pour le Web (WebForms),

-   pour l’accès aux données,

-   les réseaux,

-   la sécurité....

Quand on crée un nouveau projet, les Classes le plus souvent utilisées sont automatiquement chargées dans le projet.

Voir l'onglet "Explorateur d'objet

Sont à disposition lors de la création d'un nouveau projet :

•    Quelques classes du Framework:  

-   System,

-   ,

-   System.drawing,

-   System.Windows.forms  

Ce dernier contient les Controls

•    Le Common Language Runtime (CLR).

Comme ces Classes sont chargées au départ cela permet d’emblée de créer des feuilles, des contrôles..(qui sont dans les WindowsForms et les Controls).

Les Classes fournies par des tiers :

On peut ajouter des références (DLL) permettant d'ajouter des classes nouvelles, cela permet d'ajouter de nouvelles fonctionnalités à VB: pilote de base de données…

Imports

Certains espaces de noms ne sont pas chargés, l’espace de noms Math n’est pas chargé par exemple. (Bien que la référence, la dll qui se nomme System soit présente dans le projet.)

Si je veux utiliserRoundpour arrondir un nombre il faut d’abord importer l’espace de nom Math :

Pour cela il faut taper en haut de la fenêtre (au dessus de public Class) :

Imports

Ensuite, est accepté :

= (Round(1.2)).ToString ‘qui affiche 1.

Si l’Import n’a pas été fait, .Round(1.2) est accepté aussi.

Noter bien que comme Math fait partie de System, la référence (la DLL correspondante) est déjà chargée.

Autre exemple: si on veut utiliser les fichiers, il faut importer .

Portée de  l’espace de noms

Si un seul espace de noms est spécifié (Import System), tous les membres à nom unique de cet espace de noms sont présents. Si un espace de noms et le nom d'un élément de l'espace de noms sont spécifiés (Import ), seuls les membres de cet élément sont disponibles sans qualification.

Exemple :

Import System

Permet d'utiliser System.ArgumentException mais pas .round

Pour utiliser Round il faut Importer

Propriété ambiguë

Certaines propriétés sont communes à plusieurs classes, il peut y a avoir ambiguïté et il faut utiliser dans ce cas la syntaxe complète.

Cela semble le cas pour left qui est une propriété de Microsoft.VisualBasic.Strings mais aussi une propriété des contrôles.

=250 est accepté

Chaine= left(C,2) pose des problèmes.

Pour lever l'ambiguïté il faut écrire (C,i) par exemple quand on utilise left pour manipuler des chaînes. (C'est ce que j'ai compris!!)

Chaine= (C,2) est accepté.

Alias

Parfois pour simplifier l'écriture ou pour éviter des ambiguïtés on peut utiliser des Alias : Imports STR= Microsoft.VisualBasic.Strings ‘importe l'espace de nom String mais le désigne sous le nom de STR (STR est un Alias).

STR est utilisé ensuite : (C,i)

Références

Pour qu'une classe soit utilisée, il faut que le composant correspondant (la DLL) soit chargée, on a vu que par défaut quelques composants du framework (..) et le CLR

() était chargés.

Dans ‘Explorateur de solutions’ double-cliquer la rubrique références pour voir les DLL (références déjà chargées).

Si vous souhaitez utiliser un autre composant dans votre application et qu'il n'est pas chargé, il faut ajouter la référence de ce composant. Dans la fenêtre de l'explorateur de solutions, cliquez le bouton droit de la souris puis cliquez sur 'Ajouter une référence'.

La boîte de dialogue 'Ajouter une référence de Visual Studio .NET' propose trois options :

•    .NET - Répertorie tous les composants .NET Framework pouvant être référencés. (Certains sont déjà chargé comme System...) et les composants extérieurs.

•    COM - Répertorie tous les composants COM pouvant être référencés.

•    Projets - Répertorie tous les composants réutilisables créés dans des projets locaux.

Exemple :

Pour avoir la compatibilité VB6 par exemple charger Microsoft.VisualBasic. Compatibility et Microsoft.VisualBasic. , vous aurez ensuite accès à cet espace de nom.

En résumé :

Les références (correspondent aux DLL) permettent de charger des composants, des Classes du Framework ou d'autres classes.

L'instruction 'Imports' permet d'importer des espaces de nom venant de ses références.

Cela donne accès dans le programme à des classes appartenant a ces espaces de noms. on pourra instancer des objets grâce à ces Classes ou utiliser des méthodes.

Noter que dans les Classes, il existe une structure arborescente : La premier Classe (en haut) est System.

Dessous il y a entre autres System.WindowsForms

Dessous System.WindowsForms.Controls

Enfin System.WindowsForms.BackColor par exemple.

Remarque sur les objets et leurs méthodes

Héritage:

Les classes héritent des membres (propriétés, méthodes) dont elles sont issues: 

Exemple :

Un contrôle Button hérite des membres de System.Windows.Forms. (les propriétés Name, Left,

Right, Visible, Enabled.. par exemple.)

L’objet lui-même a des membres (propriétés et méthodes) :

•    Elles sont accessibles directement :

Exemple pour .Trim de la chaîne A

A.Trim(" ")

A étant une String, la méthode .trim relative au String est utilisable.

On appelle cela une méthode d'instance car elle travaille sur une instance d'un objet.

•    D’autres sont accessibles uniquement par les méthodes de la classe : La Classe de leur nature, de leur type.

Dans la classe 'String' j’utilise la méthode Compare pour comparer 2 chaînes.

c=String.Compare(a,b)

La Classe de l’opération à effectuer

Dans la Classe Math j’utilise la méthode Abs (Valeur absolue) (-12)

On appelle cela une méthode partagée car on l'utilise directement à partir d'une classe.

Langage Visual Basic

Dans il y a donc possibilité de travailler avec :

•    Les Classes, leurs propriétés, leurs méthodes. Les Forms, Controls, les classes des variables (String, Int32..) sont disponibles par défaut. 

•    Les instructions VB du Common Langage Runtime disponible par défaut.

•    Les instructions de la bibliothèque de compatibilité VB6. il faut dans ce cas importer

Microsoft.VisualBasic. Compatibility et Microsoft.VisualBasic.

En effet, par défaut, par soucis de faciliter les migrations de VB6 vers , contient toutes les fonctions venant de VBA.

Exemple :

Pour la manipulation des nombres :

-   'Int' fait partie du CLR,

-   'Round' fait partie de la classe Math,

-   'Randomize' et 'Rnd' font partie de la bibliothèque de compatibilité.

Parfois certaines fonctions font double emploi et ont des équivalents dans les 2 ou 3 catégories.

Les Classes sont souvent plus riches avec multiples surcharges et, si j'ai bien compris, comme le CLR, sont communes à tous les langages utilisant le Framework .Net. Si vous voulez passer au C#, les classes sont les mêmes.

Par contre, les instructions devant de la compatibilité VB6 sont propres à . Seront-elles conservées dans les futures versions de ?

Classe Statique

Certaines Classe sont dites Statiques car elles existent d'emblé et on peut travailler dessus sans que l'on ait besoin de les instancer.

Exemple :

La Classe Directory (répertoire) :

Directory.GetCurrentDirectory        'est utilisable directement pour obtenir le répertoire courant. 

Par contre avec une Classe non statique il faut instancer l'objet que l'on va utiliser.

Pour la classe DirectoryInfo (information sur le répertoire), on  doit instancer avant usage un DirectoryInfo particulier:

Dim D As DirectoryInfo

D= New DirectoryInfo( MonDossier)

C'est un peu théorique, mais on verra au fur et à mesure des exemples pratiques de cela.

Exemples de petites routines

E 1.1Exemples : Petites routines

On prendra des exemples de routines  très simples ne contenant que du code : -      Avec les strings

                        -     Avec les nombres

Avec les strings

Vous avez une chaîne de caractères, comment afficher, le premier caractère puis les 2 premiers, puis 3… ?

Dans un formulaire (une fenêtre), il y a un TextBox1( zone de texte) (avec sa propriété Multiline=True)

Dim C As String = "DUBONET"

Dim Tx As String

Dim i As Integer

For i = 1 To Len(C)

Tx += (C, i) +

Next i

= Tx

Mettre ce code dans Form_Load puis lancer le programme. Affiche:

D

DU

DUB

DUBO

DUBON

DUBONE

DUBONET

On remarque que Tx est une string permettant de stocker temporairement la string à afficher, a chaque boucle on ajoute la nouvelle string (Tx += est équivalent à Tx=Tx+..) et un caractère de retour à la ligne.

Left fait partie de l'espace de nom Microsoft.VisualBasic.

Avec les nombres

Somme de N entiers.

Calculer par exemple pour Nombre=20 la Somme=1+2+3+4...+18+19+20

                Dim Somme As Integer      'Variable somme

Dim Nombre As Integer=20

                Dim i As Integer      'Variable de boucle

For i=0 To Nombre Somme += Nombre

Next i

On rappelle que Somme += Nombre est équivalent à Somme =Somme+ Nombre

Afficher les tables de multiplication.

On fait 2 boucles :

Celle avec i (qui décide de la table: table des 1, des 2…)

On affiche 'table des' puis valeur de i

Celle avec j (allant de 1 à 10 pour chaque table)

Pour chaque ligne, on affiche la valeur de i puis ' X ' puis la valeur de j puis ' = ' puis la valeur de i fois j.

permet un saut à la ligne

A chaque fois que l'on a quelque chose à afficher, on l'ajoute à la variable String T A la fin on affecte T à la propriété text d'un TextBox pour rendre visible les tables.

Dim i As Integer

Dim j As Integer

Dim T As String

For i = 1 To 10

T +=

T += "Table des " & i &

For j = 1 To 10

T += i.ToString & " X " & j.ToString & "=" & i * j & Next j

Next i

= T

Affiche :

Table des 1

1 X 1 =1

1 X 2 =2

...

E 1.2Exemples : Petits programmes de maths

On prendra des exemples de routines mathématiques simples :

•    Calcul de l'hypoténuse d'un triangle rectangle •     Calcul de factorielle (avec ou sans récursivité)

•    Un nombre est-il premier?

Calcul de l’hypoténuse d’un triangle rectangle

On crée pour cela une fonction, on envoie 2 paramètres de type Single, les 2 cotés du triangle, la fonction retourne l'hypoténuse.

Function Hypotenuse (ByVal Side1 As Single, ByVal Side2 As Single) As Single Return Sqrt((Side1 ^ 2) + (Side2 ^ 2))

End Function

On rappelle que le carré de l'Hypoténuse est égal à la somme des carrées des 2 autres cotés.

Factorielle

On rappelle que N! (factorielle N)= 1*2*3*...*(N-2)*(N-1)*N

Exemple :

Factorielle 3 =1*2*3  Dim R As Long

                R=Factorielle(3)       'retournera 6

Cette fonction n'est pas fournie par VB, créons une fonction Factorielle :

Function Factorielle (ByVal N as Long) As Long

Dim i As Long

Resultat=1

For i= 1 to N

Resultat=i* Resultat

Next i

Return Resultat end Function

Cela crée une fonction recevant le paramètre N et retournant un long. Une boucle effectue bien 1*2*3...*N-1*N.

Factorielle avec Récursivité :

Une autre manière de calculer une factorielle est d'utiliser la récursivité : Une procédure est récursive si elle peut s'appeler elle même.

VB gère la récursivité.

Comment faire pour les factorielles ?

On sait que Factorielle N= N * Factorielle(N-1)

N!= N*(N-1)!          en sachant que 1!=1

Créons la fonction :

Function Factorielle (ByVal N as Long) As Long

If N=1 then Return 1

Else

Return N* Factorielle(N-1)

End If end Function

Dans la fonction Factorielle on appelle la fonction Factorielle, c'est bien récursif.

Pour N=4, la fonction Factionnelle est appelée 4 fois : Factorielle (4) puis Factorielle(3) puis

Factorielle(2) puis Factorielle (1)

Factorielle (1) retourne 1

Factorielle (2)retourne 2     '2*factorielle(1)

Factorielle (3)retourne 6      '3*factorielle(2) Factorielle (4) retourne 24 '4*factorielle(3)

Vb gère cela avec une pile des appels. il met dans une pile les uns aux dessus des autres les appels, quand il remonte, il dépile de haut en bas (Dernier rentré, premier sortie)

Attention : La pile a une taille maximum, si N est trop grand, on déclenche une erreur de type StackOverflow.

Un nombre est-il premier ?

Un nombre premier est seulement divisible par 1 et lui-même.

Pour voir si N est entier on regardera successivement si ce nombre est divisible par 2 puis 3 puis 4... Jusqu’a N-1

Un nombre est divisible par un autre si la division donne un entier.

Comment voir si un nombre est entier ? Pour ma part, j'utilise la méthode suivante, A est entier si A = Int(A).

Dim IsPremier As Boolean

Dim N As Double=59

Dim I As Double

I=2:  IsPremier=True

Do

If N/I= Int(N/I) then

IsPremier=False else i += 1

and if

Loop While IsPremier=True And I<N

Pour 59 IsPremier sera égal à True.

On peut améliorer la routine en remarquant :

Si un nombre n'est pas premier il admet 2 diviseurs dont un est inférieur à racine N.

On peut donc :

-   Vérifier que le nombre n'est pas pair puis

-   Vérifier s'il est divisible par les nombres allant de 3...jusqu'à racine de N en ne tenant compte que des nombres impairs. 

E 1.3Exemples : Programme de Tri et de Recherche

On a parfois besoin de trier par ordre alphabétique un tableau de string.

Il existe maintenant des méthodes de tri 'automatique' entièrement gérées par VB grâce à la méthode 'sort'.

Il existe aussi des routines de tri entièrement écrite en VB, elles deviennent inutile mais c'est didactique de voir comment elle fonctionnent.

Parfois il faut chercher dans un tableau un élément; la aussi on peut écrire les routines ou utiliser les méthodes VB

Tri avec la méthode SORT

Pour un tableau unidimensionnel.

Dim Animals(2) As String

Animals(0) = "lion"

Animals(1) = "girafe"

Animals(2) = "loup"

Array.Sort(Animals)

Et le tableau est trié!!!

On rappelle que l'on ne peut pas trier un tableau multidimensionnel, mais il y a des ruses.

(Voir rubrique : tableau)

Les Collections peuvent être triées automatiquement aussi.

Enfin si la propriété Sorted d'une ListBox est à True, la liste est triée automatiquement quand on la charge.

Routine de Tri

Pour trier un tableau de chaînes de caractères, il faut comparer 2 chaînes contiguës, si la première est supérieure (c'est à dire après l'autre sur le plan alphabétique) on inverse les 2 chaînes, sinon on n'inverse pas. Puis on recommence sur 2 autres chaînes en balayant le tableau jusqu'à ce qu'il soit trié.

Tout l'art des routines de tri est de faire le moins de comparaisons possible pour trier le plus vite possible.

Voyons une des routines les plus rapides, le Bubble Sort (ou tri à bulle); on le nomme ainsi car l'élément plus grand remonte progressivement au fur et à mesure jusqu'à la fin du tableau comme une bulle.

Une boucle externe allant de 1 à la fin du tableau balaye le tableau N fois, une seconde boucle interne balaye aussi le tableau et compare 2 élément contigus et les inverse si nécessaire. La boucle interne fait remonter 1 élément vers la fin du tableau, la boucle externe le fait N fois pour remonter tous les éléments.

                Dim i, j , N  As Integer       'Variable de boucle i, j ; N= nombre d'éléments-1

Dim Temp  As String

N = 4  'tableau de 5 éléments.

Dim T(N) As String  'élément de 0 à 4

For i = 0 To N-1 For j = 0 To N-1

If T(j)>T(j+1) then  

Temp = T(j): T(j)=T(j+1):T(j+1) = Temp End if

Next j

Next i

Remarque : pour inverser le contenue de 2 variables, on doit écrire

Temp=T(j): T(j)=T(j+1):T(j+1)=Temp (L'instruction qui faisait cela en VB6 et qui se nommait

Swap n'existe plus)

Cette routine tri bien le tableau mais n'est pas optimisée : il n'est pas nécessaire que la boucle interne tourne de 0 à N-1 à chaque fois car après une boucle ,le dernier élément est à sa place.

Pour i=0 la boucle interne tourne jusqu'à N-1, pour i=1 jusqu'à N-2...

Cela donne :

Dim i, j , N  As Integer       'Variable de boucle i, j ; N= nombre d'éléments-1

Dim Temp  As String

N=4  'tableau de 5 éléments.

Dim T(N) As String  'élément de 0 à 4

For i=0 To N-1 For j=0 To N-i-1

If T(j)>T(j+1) then  

Temp=T(j): T(j)=T(j+1):T(j+1)=Temp

End if

Next j

Next i

Il existe d'autres méthodes encore plus rapides (Méthode de Shell et Shell-Metzner).

Recherche dans une liste

On a une liste de string, on veut chercher ou (en quelle position) se trouve une string.

Pour une liste non triée, on n'a pas d'autres choix que de comparer la string cherchée à chaque élément du tableau, on utilisera donc une boucle :

N=4 'tableau de 5 éléments.

Dim T(N) As String 'élément de 0 à 4

T(0) = "vert"

T(1) = "bleu"

T(2) = "rouge"

T(3) = "jaune"

T(4) = "blanc"

                Dim i As Integer      'Variable de boucle

Dim AChercher As String = "rouge" 'String à chercher

For i=0 To N

If T(i)=AChercher then  Exit For

End if

Next i

'i contient 2

Pour une liste triée (suite ordonnée), on peut utiliser la méthode de recherche dichotomique : On compare l'élément recherché à l'élément du milieu du tableau, cela permet de savoir dans quelle moitié se situe l'élément recherché.

De nouveau on compare à l'élément recherché à l'élément du milieu de la bonne moitié...jusqu'à trouver. Pour cela on utilise les variables Inf et Sup qui sont les bornes inférieure et supérieure de la zone de recherche et la variable Milieu.

On compare l'élément recherché à l'élément du tableau d'indice milieu, si ils sont égaux on a trouvé, on sort, si ils sont différent on modifie Inf et Sup pour pointer la bonne plage puis on donne à Milieu la valeur du milieu de la nouvelle plage et on recommence.

Dim N As Integer

                Dim T(N) As String            'élément de 0 à 4

Dim Inf, Sup, Milieu As Integer '

                Dim Reponse As Integer     'contient le numero de l'élément

'Ou -1 si élément non trouvé  Dim i As Integer                    'Variable de boucle

                Dim AChercher As String= "c"       'String à chercher

N=4 'tableau de 5 éléments.

T(0)="a"

T(1)="b"

T(2)="c"

T(3)="d"

T(4)="e"

Inf=0: Sup=N

Do if inf>Sup then Reponse=-1: Exit Do

Milieu= INT((Inf+Sup)/2)

If Achercher=T(Milieu) then Reponse=Milieu:Exit Do

If Achercher<T(Milieu) then Sup=Milieu-1

If Achercher>T(Milieu) then Inf=Milieu+1 Loop

'Reponse =2

La recherche dichotomique est rapide car il y a moins de comparaisons.

Mais comme d'habitude possède des propriétés permettant de rechercher dans un tableau trié ou non et cela sans avoir à écrire de routine.

Binarysearch recherche un élément dans un tableau trié unidimensionnel. (Algorithme de comparaison binaire performant sur tableau trié, probablement une recherche dichotomique)

Exemple :

I=Array.BinarySearch(Mois, "Février") 

IndexOf

Recherche un objet spécifié dans un tableau unidimensionnel (trié ou non), retourne l'index de la première occurrence.

Dim myIndex As Integer = Array.IndexOf(myArray, myString)

Retourne -1 si l'élément n'est pas trouvé.

LastIndexOf fait une recherche à partir de la fin.

E 1.4Exemples : Petits calculs financiers

Coût d’augmentation de la vie

Si un objet de 100€ augmente de 3% par an, combien coûtera-t-il dans 10 ans.

Dim Prix As Decimal

Dim Taux As Decimal

Dim Periode As Integer=10

Dim i As Integer

For i= 1 to Periode

Prix=Prix+(Prix*3/100)

Next i

On peut remplacer les 3 dernières lignes par: Prix=Prix*(1+Taux/100)^Periode

Noter que l'on utilise des variables de type décimales, c'est une bonne habitude pour faire des calculs financiers (pas d'erreurs d'arrondis).

Remboursement d’un prêt

Quel est le remboursement mensuel d'un prêt d'une somme S durant une durée D (en année) à un taux annuel T ?

R=S x T / 1-(1+T)^-D (ici avec T en % mensuel et D en mois

Dim R, S , D, T As Decimal

                S=5000        '5000€

                D=15           'Sur 15 ans

                T=4              '4% par an

T=T/12/100 'Taux au mois

                D=D*12       'Durée en mois

                R=S*T/(1-(T+1)^(-D))      'Formule connue par tout bon comptable!!

Si on voulait afficher le résultat dans un label (on verra cela plus loin)

= R.ToString("C")

Ici le résultat est transformé en chaîne de caractères (grâce à ToString) au format monétaire ("C"), on obtient '36,98€' que l'on met dans le label pour l'afficher.

Ultérieurement on verra un exemple plus complet utilisant les fonctions financières de VB.

L’interface Utilisateur

3.1L’interface Utilisateur

Elle correspond aux fenêtres et contrôles que voit l'utilisateur.

On a vu que le développeur dessine cette interface en mode conception (Design) dans l'IDE.

Rappel :

Comment créer une fenêtre ?

Menu Projet, Ajouter un formulaire Windows, cliquer sur WindowsForm, une fenêtre ‘Form1’ apparaît. On a bien crée une fenêtre avec la classe (En fait on a crée une Classe 'Form1').

Comment ajouter un bouton ?

Cliquer sur ‘Boite à Outils’ à gauche , bouton WindowsForms, puis bouton ‘Button’,cliquer dans Form1, déplacer le curseur sans lâcher le bouton, puis lâcher le bouton : un bouton apparaît.

Comment ajouter un label ?

Un label est un contrôle qui permet d’afficher un texte.

Comme pour le bouton cliquer sur ‘Boite à Outils’ à gauche, bouton WindowsForms, bouton ‘Label’ et mettre un contrôle label sur la fenêtre. 

On obtient dans la fenêtre principale :

Modifier les propriétés de l'objet.

Il suffit ensuite de modifier les propriétés de l'objet pointé (celui qui est entouré de petit carrés) pour lui donner l’aspect désiré. Les propriétés sont accessibles dans la fenêtre de propriétés de droite.

Dans le code des procédures les propriétés des objets sont aussi accessibles.

="OK" ’permet par exemple de modifier la propriété Text d'un bouton.

Noter que pour modifier la taille des objets, on peut le faire très facilement à la souris en cliquant sur les petits carré entourant l'objet et en tirant les bords (On peut interdire les modifications de taille et de position des contrôles par le menu Format puis verrouiller les contrôles une fois que leurs tailles et positions est bien définies.).

Tous les objets ont des propriétés communes

Celles héritées de la Classe ‘Control' qu’il faut connaître:

Name : il s’agit du nom de l’objet tel qu’il est géré par l’application.

Par défaut, VB baptise tous les objets que vous créez de  noms génériques, comme Form1, Form2, Form3 pour les fenêtres, List1, List2 pour les listes... Accessible en mode conception uniquement.

Il est vivement conseillé, avant toute autre chose, de rebaptiser les objets que vous venez de créer afin de donner des noms plus évocateurs.  

Le bouton sur lequel est écrit « OK » sera nommé BoutonOK.

La liste qui affiche les utilisateurs sera nommée ListUtilisateurs.

Il est conseillé de débuter le nom de l’objet par un mot évoquant sa nature : BoutonOk ou BtOk ou ButtonOk, btnOk ‘c’est comme vous voulez.

Microsoft conseille :

-

Btn

pour les Boutons

 

-

Lst

pour les ListBox

 

-

Chk

pour les CheckBox

 

-

Cbo

pour les combos

 

-

Dlg

pour les DialogBox

 

-

Frm

pour les Form

 

-

Lbl

pour les labels

 

-

Txt

pour les Textbox

-

Tb

pour les Toolsbar

-

Rb

pour les radiobutton

-

Mm

pour les menus

-

Tmr

pour les timers

Text : il s’agit du texte qui est associé à l’objet.

Dans le cas d’une fenêtre  c’est le texte qui apparaît dans la barre de titre en haut.

Pour un TextBox ou un Label c’est évidement le texte qui est affiché. 

On peut modifier cette propriété en mode conception ou dans le code :

Exemple : Avec du code comment faire pour que le bouton ButtonOk porte l’inscription ‘Ok’

= "Ok"

Enabled : accessible

Indique si un contrôle peut répondre à une interaction utilisateur.

La propriété Enabled permet l'activation ou la désactivation des contrôles au moment de l'exécution. Vous pouvez désactiver les contrôles ne s'appliquant pas à l'état actuel de l'application. Vous pouvez également désactiver un contrôle pour interdire son utilisation. Par exemple, un bouton peut être désactivé pour empêcher l'utilisateur de cliquer dessus. Si un contrôle est désactivé, il ne peut pas être sélectionné. Un contrôle désactivé est généralement gris.

Exemple : désactiver le ButtonOk ButtonOk.Enabled=False

Visible :

Indique si un contrôle est visible ou non.

                ButtonOk.Visible=False       ‘fait disparaître le bouton.

Attention pour rendre visible une fenêtre on utilisa la méthode .Show.

Font :

Permet le choix de la police de caractères affichée dans l’objet.

BackColor ForeColor :

Couleur du fond, Couleur de l’avant plan

Pour un bouton Forecolor correspond au cadre et aux caractères. ButtonOk.ForeColor=

Tag :

Permet de stocker une valeur ou un texte lié à l'objet. Chaque objet a un Tag qui peut contenir du texte.

On l'utilise souvent comme un Flag lié à l'objet.

Par exemple: une liste peut contenir la liste des CD ou des DVD ou des K7, quand je charge la liste des CD, je rajoute ="CD" cela permet ultérieurement de voir ce qu'il y a dans la liste.

Il y a bien d'autres propriétés.

Evènements liés aux objets

On a vu que les objets de l'interface utilisateur ont des procédures déclenchées par les évènements de cet objet.

2 exemples :

-   Quand l'utilisateur clique sur un bouton Ok, la procédure ButtonOk_Click s'effectue.

-   Quand l'état (coché ou non coché) d'une case à cocher nommée CouleurRouge change, la procédure CouleurRouge.CheckedChangedest activée.

La syntaxe complète de la procédure est:

Private Sub CouleurRougeCheckedChanges (ByVal sender As System.Objet, ByVal e

As System.EventArgs)  Handles CouleurRouge.CheckedChanged

End Sub

Détaillons :

La procédure évènement est privée (Private).

Après le nom Sub il y a un nom de procédure (CouleurRougeCheckedChanges)

Handles indique quel objet et évènement à déclenché la procédure. (On verra qu'il peut y en avoir plusieurs.)

A noter que Sender contient le contrôle ayant déclenché l'évènement et e l'évènement correspondant.

’contient par exemple le nom du contrôle ayant déclenché l'évènement.

On voit que quand on crée un objet, ses procédures évènements sont automatiquement crées.

On se rend compte que dans une procédure évènement on peut modifier (en mode conception) ou lire (en mode Run) quel objet et quel évènement a déclenché la procédure. On peut même indiquer plusieurs objets liés à cette procédure.

Certains évènements sont communs à tous les contrôles : -       Click

-   DoubleClick

-   GotFocus

-   LostFocus -   KeyUp

-   KeyPress

-   KeyDown

Il y a toujours des méthodes Changed déclenchées par un changement d'état : CheckedChanged pour une case à cocher, TextChanged pour un contrôle texte.

Pour ne pas alourdir les exemples, nous écrivons souvent une version simplifiée de l'en-tête de la procédure.

En résumé :

Le programmeur dessine les fenêtres et contrôles.

Il peut modifier les propriétés des objets dessinés :

-   Par la fenêtre de propriétés (en mode conception).

-   Par du code (des instructions) dans les procédures.

3.2Les Forms

Elles correspondent aux fenêtres ou 'formulaires'.

Créer une fenêtre en mode conception :

Menu Projet, Ajouter un formulaire Windows, cliquer sur WindowsForm, une fenêtre ‘Form1’ apparaît. On a bien crée une fenêtre avec la classe WindowsForms. Toute l’interface se trouve sur des fenêtres.

En on parle de formulaire.

Propriétés

Bien sur, la fenêtre possède des propriétés qui peuvent être modifiées en mode design dans la fenêtre 'Propriétés' à droite ou par du code:

Name : Nom du formulaire.

Donner un nom explicite, par exemple ‘FrmDemarrage’

Dès qu’une fenêtre est créée on modifie immédiatement ses propriétés en mode conception pour lui donner l’aspect que l’on désire.

Text : C’est le texte qui apparaîtra dans la barre de titre en haut.

Text peut être modifié par le code : = "Fenêtre"

Icon : propriété qui permet d’associer à la Form un fichier icône. Cette icône s’affiche dans la barre de titre, tout en haut à gauche. Si la Form est la Form par défaut du projet, c’est également cette icône qui symbolisera votre application dans Windows. 

Comment créer une icône ?

Dans l'IDE de VB.

Menu Fichier>Nouveau>Fichier cliquez sur Icon, Vb ouvre une fenêtre Icon1 (dans l'éditeur d'images de Visual ) Cela permet de créer ou modifier une icône

(Fichier>Ouvrir>Fichier pour modifier).

Comment enregistrer ? Click droit dans l'onglet 'Icon1' ouvre un menu contextuel permettant d'enregistrer votre Icône.

WindowState :

Donne l’état de la fenêtre : Plein écran (FormWindowState.Maximized), normale (FormWindowState.Normal), dans la barre de tache (FormWindowState.Minimized).

Exemple : mettre une fenêtre en plein écran avec du code.

me.WindowState =FormWindowState.Maximized

(Quand on tape Me.WindowsState= Vb donne la liste, l'énumération)

ControlBox

Si cette propriété à comme valeur False, les boutons de contrôle situés à droite de la barre de la fenêtre n’apparaissent pas.

MaximizeBox

Si cette propriété à comme valeur False, le boutons de contrôle ‘Plein écran’ situés à droite de la barre de la fenêtre n’apparaît pas.

MinimizeBox

Si cette propriété à comme valeur False, le boutons de contrôle ‘Minimize’ situés à droite de la barre de la fenêtre n’apparaît pas.

FormBorderStyle

Permet de choisir le type des bords de la fenêtre : sans bord (None), bord simple (FixedSingle) ne permettant pas à l’utilisateur de modifier la taille de la fenêtre, bord permettant la modification de la taille de la fenêtre (Sizable)…

Exemple :

Me.FormBorderStyle =FormBorderStyle.Sizable  

StartPosition :

Permet de choisir la position de la fenêtre lors de son ouverture.

Fenêtre au centre de l’écran ? À la position qui existait lors de la conception... ?

Me.StartPosition =FormStartPosition.CenterScreen

MinSize et MaxSize  

Donne les dimensions minimums et maximums que l'on peut utiliser pour redimensionner une fenêtre.

Opacity  

Allant de 0% à 100%, permet de créer un formulaire plus ou moins transparent.

Exemple:

Me.FormBorderStyle= Sizable

Me.ControlBox=False

Donne la fenêtre :

Ouvrir une fenêtre

On vient de dessiner une Form1 et une Form2 c'est donc les Class 'Form1 et 'Form2' (les moules) que l'on a dessiné.

Si dans une routine de la Form1 on veut ouvrir une seconde fenêtre de type Form2, il faut :

Créer un Objet fenêtre (formulaire) avec le moule Form2 : Dim f As New Form2()

La nouvelle instance f de la Class 'form2' est un objet fenêtre.

Pour la faire apparaître j'utilise la méthode :.ShowDialog.

f.ShowDialog()

La fenêtre f est modale car on a utilisé ShowDialog : quand elle est ouverte, on ne peut pas aller dans une autre fenêtre de l'application avant de sortir de celle là. (A titre d'exemple les fenêtres MessageBox sont toujours Modales).

Utiliser .show pour ouvrir une feuille non modale.

Attention : une fenêtre est un objet et est 'visible' suivant les règles habituelles des objets. 

Si on instance une fenêtre à partir d'une procédure, elle sera visible dans cette procédure. Si elle est 'Public' et instancée dans un module standard, elle sera visible partout.

Evènements

Au cours de l'exécution:  

Quand la feuille est chargée la procédure Form1_Load() est activée. On pourra donc y mettre le code initialisant la feuille.

Form1_Activated() est exécuté ensuite car la feuille deviendra active.

Form1.GotFocus() est enfin exécuté puisque la fenêtre prend le focus.

Form1.Enter () est exécuté lorsque l'utilisateur entre dans la fenêtre. 

Dès qu'une propriété change de valeur un évènement 'PropriétéChanged' se déclenche :

-   Form1.BackColorChanged se déclenche par exemple quand la couleur du fond change.

-   Form1.Resized se déclenche quand on modifie la taille de la fenêtre. (C’est intéressant pour interdire certaines dimensions) 

Form1.Leave survient dans il y a perte du focus.

Bien sur il existe aussi Form1_Desactivate quand la fenêtre perd le focus et n'est plus active. 

Form1.Closing se produit pendant la fermeture de la fenêtre (on peut annuler cette fermeture en donnant à la variable Cancel la valeur True)

Form1.Closed se produit lorsque la fenêtre est fermée.

Il y en a beaucoup d'autres comme par exemple les évènements qui surviennent quand on utilise la souris (MouveUp, MouseDown, MouseMove) ou le clavier (KeyUp, KeyDown, KeyPress) sur la fenêtre, Left Right, Size, Position pour positionner la fenêtre ou définir sa taille…

Méthodes

On a déjà vu que pour faire apparaître une fenêtre il faut utiliser .ShowDialog (pour qu'elle soit modale) ou .Show (pour non modale).

                Me.Close       ‘ferme le formulaire.

Me.Activate ‘l'active s'il est visible

                       ‘rend la fenêtre invisible.

On se rend compte que quand on dessine une fenêtre Form2 par exemple, VB crée une nouvelle classe 'Class Form2'

Public Class Form2

End Class

Elle hérite de , on voit bien dans le code :

Inherits

Elle contient :

-   du code généré automatiquement par le concepteur Windows Forms (on peut le voir en cliquant sur le petit '+') et qui crée la fenêtre et ses contrôles.

-   les procédures liées aux évènements.

Quand on tape Dim f As New Form2(), on crée une instance de la Class Form2.

Formulaire d’avant plan

Pour définir au moment de la conception un formulaire en tant que formulaire d'avant-plan d'une application :

-   Dans la fenêtre Propriétés, attribuez à la propriété TopMost la valeur true.

Pour définir par code un formulaire en tant que formulaire d'avant-plan d'une application :

-   Dans une procédure, attribuez à la propriété TopMost la valeur true.

Me.TopMost = True

3.3Les Boutons

Ils sont omniprésents dans les 'formulaires'.

Créer un bouton :

Cliquer sur ‘Boite à Outils’ à gauche , bouton Windows Forms, puis bouton ‘Button’,cliquer dans Form1, déplacer le curseur sans lâcher le bouton, puis lâcher le bouton : un bouton apparaît.

Modifier ses propriétés :

Name est utilisé pour lui donner un nom explicite (BoutonOk BoutonCancel)

FlatStyle donne un aspect au bouton (Flat, standard, System) 

Text contient le texte à afficher sur le bouton. ForeColor correspond à la couleur de ce texte

(BackColor étant la couleur du fond)

Si on y inclut un « & » la lettre qui suit sera souligné et sert de raccourci clavier. &Ok donne sur le bouton Ok.

TextAlign permet de positionner le texte dans le bouton.

Image contient le nom de l’image à afficher sur le bouton (si on veut afficher une image, on le fait en mode Design; noter que quand on distribue l'application, il n'y a pas besoin de fournir le fichier contenant l'image avec l’application). (AlignImage permet de positionner l’image sur le bouton.)

On peut aussi puiser une image dans une ImageList grâce à la propriété ImageList et ImageIndex, on peut ainsi changer d’image.

La propriété BackGroundImage permet de mettre une image de fond.

Exemple :

="Ok" ’affiche 'Ok' dans le bouton.

Utiliser les évènements :

L’évènement principalement utilisé est Click() : quand l’utilisateur clique sur le bouton la procédure est traitée.

Private Sub Button_Click(..)

End Sub

Cette procédure contient le code qui doit être exécuté lorsque l'utilisateur clique sur le bouton. Le bouton peut être sélectionné grâce à un clic de souris, à la touche ENTRÉE ou à la BARRE D'espacement si le bouton a le focus.

Créer un bouton Ok ou Cancel :

Parfois il faut permettre aux utilisateurs de sélectionner un bouton en appuyant sur la touche ENTRÉE  même si le bouton n'a pas le focus.

Exemple : Il y a sur la fenêtre un bouton "Ok" qui doit être enfoncé quand l'utilisateur tape 'Enter' au clavier, c'est le bouton qui 'valide' le questionnaire ( et qui le ferme souvent).

Comment faire?

Définissez la propriété AcceptButton de la Form en lui donnant le nom du bouton. Cela permet au formulaire d'avoir le comportement d'une boîte de dialogue.

Création d'un bouton par code :

L'exemple suivant crée un Button nommé Button1 sur lequel on voit "Ok", on modifie certaines de ses propriétés et l'ajoute à Form.

Private Sub InitializeMonButton() Dim button1 As New Button1() ="Ok"

' Ajouter le bouton à la Form

(button1)

End Sub 

Il faut par code créer aussi les évènements liés à ce bouton: dans ce cas il faut déclarer le bouton plutôt avec la syntaxe contenant WithEvents et en haut du module. Private WithEvents Button1 As Button

Puis écrire la sub évènement.

Sub OnClique ( sender As Objet, EvArg As EventArgs) Handles Button1

End Sub

Ainsi VB sait que pour un évènement sur le Button1, il faut déclencher la Sub OnClique.

(On reviendra sur cela)

Couleur transparente dans les images des boutons:

On a vu qu'on pouvait mettre une image dans un bouton, il faut pour cela donner à la propriété Image le nom du fichier contenant l'image, ceci en mode Design.

Mais l'image est souvent dans un carré et on voudrait ne pas voir le fond (rendre la couleur du fond transparente)

Voici l’image               , je voudrais ne pas afficher le 'jaune' afin de voir ce qu'il y a derrière et

donner l'aspect suivant              

Dans Visual Basic 6.0, la propriété MaskColor était utilisée pour définir une couleur qui devait devenir transparente, permettant ainsi l'affichage d'une image d'arrière plan.

Dans Visual Basic .NET, il n'existe pas d'équivalent direct de la propriété MaskColor!!!

Cependant, on peut ruser et définir la transparence :

Dans le " Code généré par le Concepteur Windows Form " après la définition du bouton  ou dans Form_Load ajouter:

Dim g As New System.Drawing.Bitmap(Button1.Image) g.MakeTransparent(System.Drawing.Color.Yellow) Button1.Image = g

On récupère le Bitmap de l'image du bouton, on indique que le jaune doit être transparent, on remet le BitMap.

Bien sur il y a intérêt à choisir une couleur (toujours la même) qui tranche pour les fonds de dessin et ne pas l'utiliser dans le dessin lui même.

3.4Les TextBox

Les contrôles permettant de saisir du texte sont :

Les TextBox

Les RichTexteBox

Les contrôles TextBox

Contrôle qui contient du texte qui peut être modifié par l'utilisateur du programme. C'est la propriété Text qui contient le texte qui a été tapé par l'utilisateur.

Exemple très simple : Comment demander son nom à l'utilisateur ?

Il faut créer un label dont la propriété Text contient "Tapez votre nom:", suivi d'un TextBox nommé txtNom avec une propriété Text="" (Ce qui fait que la TextBox est vide), enfin un bouton nommé btOk dont la propriété Text="Ok".

Cela donne :

Ok

Tapez votre nom:                          

txtNom.Select() dans Form_Loaddonne le focus à la TextBox

Une fois que l'utilisateur a tapé son nom, il clique sur le bouton 'Ok'.

Dans la Sub  btOk_Click il y a:

Dim Nom As String

Nom=

La variable Nom contient bien maintenant le nom de l'utilisateur.

Un TextBox correspond à un mini éditeur de texte. (Mais sans enrichissement: sans gras, ni italique…) La police de caractères affectant la totalité du texte peut simplement être modifiée par la propriété Font. La couleur du texte peut être modifiée par ForeColor, mais la totalité du texte aura la même couleur.

La propriété .text permet aussi de modifier le texte visible dans le contrôle. ="Bonjour" ‘Affiche ‘Bonjour’ dans le contrôle.

Parmi les multiples propriétés de ce contrôle, signalons :

Multiline : autorise ou non l’écriture sur plusieurs lignes.

Scrollbars : fait figurer une barre de défilement horizontale ou verticale (ou les deux).

PaswordChar : crypte le texte entré sous forme d’étoiles.

MaxLength : limite le nombre de caractères qu’il est possible de saisir.

TextBox1.MaxLength= 3 'limite la saisie à 3 caractères.

TextBox1.MaxLength= 0 'ne limite pas la saisie.

TextLength : donne la longueur du texte

En mode MultiLine la collection Lines contient dans chacun de ses éléments une des lignes affichées dans le contrôle :

TexBox1.Lines(0)     ‘contient la première ligne TexBox1.Lines(1)        ‘la seconde...

Les TextBox contiennent une méthode Undo, annulation de la dernière modification.

La propriété CanUndo du TextBox doit être à True.

Ensuite pour modifier:

If textBox1.CanUndo = True Then ()

' Vider le buffer Undo. textBox1.ClearUndo()

End If

Ajouter au texte :

On peut ajouter du texte au texte déjà présent dans le TextBox textBox2.AppendText(MonText)

C'est équivalent à +MonText

Evènements liés aux TextBox :

-   KeyDown survient quand on appuie sur la touche.

-   KeyPress quand la touche est enfoncée.

-   KeyUp quand on relâche la touche.

Ils surviennent dans cet ordre.

KeyPress permet de récupérer la touche tapée dans e.KeyChar.

KeyDown et KeyUp permettent aussi de voir si MAJ ALT CTRL ont été pressés.

On peut récupérer la touche pressé (dans e.KeyChar), mais impossible d'en modifier la valeur

(e.KeyChar est en lecture seule par exemple)

Comment récupérer la totalité du texte qui est dans le TextBox ?

T=

Comment mettre les lignes saisies par l'utilisateur dans un tableau ? Dim tempArray() as String

                tempArray = textBox1.Lines         'On utilise la collection Lines

Comment récupérer la première ligne ? T= textBox1.Lines(0)

Si une partie du texte est sélectionnée par l'utilisateur, on peut la récupérer par :

T= TexBox1.SelectedText

Pour sélectionner une portion de texte on utilise TextBox1.SelectionStart=3 'position de départ

TextBox1.SelectionLength=4 'nombre de caractère sélectionné

On peut aussi écrire : TextBox1.Select(3,4) puis

TexBox1.SelectedText="toto" 'remplace la sélection par 'toto'

Comment positionner le curseur après le troisième caractère ?

En donnant à la propriété SelectionStart la valeur 3 TextBox1.SelectionStart=3

SelectionLength doit avoir la valeur 0

Comment interdire la frappe de certains caractères dans une TextBox?

Exemple :

Ne permettre de saisir que des chiffres.

Pour cela il faut utiliser l'évènement KeyPress du textBox qui retourne un objet e de type KeyPressEventArgs. e.KeyChar contient le caractère pressé, mais il est en lecture seule!! on ne peut le modifier. Pour annuler la frappe (dans notre exemple si le caractère n'est pas un chiffre) il faut faire e.handled=True.

IsNumeric permet de tester si le caractère est numérique.

                Private     Sub    TextBox1_KeyPress(ByVal     sender    As    Object,     ByVal    e    As

System.Windows.Forms.KeyPressEventArgs) Handles TextBox1.KeyPress

If IsNumeric(e.KeyChar) Then 

e.Handled = False

Else

e.Handled = True

End If

End Sub

Compter combien de fois on a tapé certains caractères?

Private Sub TextBox1_KeyPress(ByVal sender As Object, ByVal e As

System.Windows.Forms.KeyPressEventArgs) Handles TextBox1.KeyPress

Select Case e.KeyChar

' Compte les  backspaces.

Case

Nombrebackspace = Nombrebackspace + 1

' Compte les  ‘ENTER’.

Case

Nombrereturn = Nombrereturn + 1

' Compte les  ESC. 

Case Convert.ToChar(27)

NombreEsc = NombreEsc + 1

' Compte les autres.

Case Else keyPressCount = keyPressCount + 1

End Select

End Sub

Petite parenthèse:

Pour comparer les caractères il y a 2 méthodes:

if e.KeyChar=Convert.ToChar(27) then

ou if AscW(e.Keychar)=27 then

Différentes manières de récupérer ce qui a été tapé :

On a vu que contient la totalité du texte; si on l'utilise dans l'évènement TextBox1_TextChanged, on récupère le nouveau texte dès que l'utilisateur à tapé quelque chose. 

TextBox1_KeyPress() et TextBox1_KeyUp() permettent de récupérer le caractère qui à été tapé.

Y a t-il un moyen de modifier le caractère tapé ? Les propriétés de e comme e.KeyChar (dans KeyPress) ou e.KeyCode, e.KeyData e.KeyValue dans les évènements KeyPress et KeyDown sont en lecture seule!!!

Une solution est de modifier directement le texte :

Exemple :

Si l'utilisateur tape ',' afficher '.' à la place.

Private Sub TextBox1_KeyPress(ByVal sender As Object, ByVal e As

System.Windows.Forms.KeyPressEventArgs) Handles TextBox1.KeyPress Dim pos As Integer

                pos = TextBox1.SelectionStart      'on mémorise la position du curseur

If e.KeyChar = "," Then

e.Handled = True     'on ne valide pas le caractère ',' qu n'apparaîtra pas. = .Insert(pos, ".") 'on insère un '.'

TextBox1.SelectionStart = pos + 1 'on avance le curseur d'un caractère End If

End Sub

Autre solution?

Le contrôle RichTextBox

Si vous êtes débutant, passez à un rubrique suivante, vous reviendrez plus tard à la gestion du code RTF.

Rich Text veut dire 'Texte enrichi'.

Le contrôle RichTextBox permet d'afficher, d'entrer et de manipuler du texte mis en forme. Il effectue les mêmes tâches que le contrôle TextBox, mais il peut également afficher des polices, des couleurs et des liens, charger du texte et des images incorporées à partir d'un fichier, ainsi que rechercher des caractères spécifiques.

Le contrôle RichTextBox a les possibilités d’un traitement de texte comme Word.

Qu'est ce que RTF ?

Le format du texte que l’on peut mettre dans une RichTextBox est le format RTF (Rich Text

Format = Format de Texte Enrichi)

Explication : un texte peu être enregistré en brut (sans enrichissements) en RTF (Utilisable dans la plupart des traitements de texte), au format Word (.doc)…

Pour utiliser les fonctionnalités du RichTextBox il faut utiliser la propriété .Rtf. Quand j’affecte un texte à la propriété .Text il est affiché tel quel, sans tenir compte de l’enrichissement.

Quand j’affecte un texte à la propriété .Rtf du contrôle pour l’afficher, s'il contient des enrichissements au format RTF, l’enrichissement est affiché.

Les bases du codage RTF

Le texte doit débuter par '{' et se terminer par '}', il peut aussi débuter par "{\rtf1\ansi " Ensuite les enrichissements s’effectuent par des balises qui indiquent le début et la fin de l’attribut, une balise commence par le caractère '\' : Entre \b et \b0 le texte sera en gras (Bold)

Exemple :

Ajoute le texte "Ce texte est en gras." à un contrôle RichTextBox existant.

= "{\rtf1\ansi Ce texte est en \b gras\b0.}"

Voici les principaux attributs :

\b       \b0     ce qui est entre les 2 balises est en gras

\i        \i0      ce qui est entre les 2 balises est en italique

\par              fin paragraphe (passe à la ligne)

\f font \f1 .. \f0         font numéro 1 entre les 2 balises

\plain           ramène les caractères par défaut

\tab              caractère de tabulation

\fs                taille de caractère     \fs28 = taille 28

Mettre un espace après la balise.

Comment afficher un texte enrichir ?

                = T         'T étant le texte enrichi

Mettre un texte en couleurs, utiliser plusieurs polices :

Mettre la table des couleurs en début de texte :

{ \colortbl \red0\green0\blue0;\red255\green0\blue0;\red0\green255\blue0;}

Après Colortbl (Color Table) chaque couleur est codée avec les quantités de rouge vert et bleu.

Les couleurs sont repérées par leur ordre: couleur 0 puis 1 puis 2... et séparées par un ';'

Dans notre exemple couleur 0=noir; couleur 1=rouge; couleur 2=vert

Pour changer la couleur dans le texte on utilise \cf puis le numéro de la couleur : « \cf1 toto   \cf0 } » ‘toto est affiché en rouge.

Pour modifier les polices de caractère, le procédé est similaire avec une Font Table :

{\fonttbl

{\fo\froman Symbol;}

{\f1\fswiss Arial;}

}

Pour passer en Arial \f1 ..\f0

Exemple complet :

"{\rtf1\ansi

{ \colortbl

\red0\green0\blue0;

\red255\green0\blue0;

\red0\green255\blue0;}

{\fonttbl

{\fo\froman Symbol;}

{\f1\fswiss Arial;}

}

Ce qui suit est en \f1 \cf1 \i Arial Rouge Italique \f0 \cf0 \i0 }»

Cela donne :

Nb : Si vous copier coller l’exemple pour l’essayer, enlever les sauts à la ligne.

Comment modifier l’aspect du texte qui a été sélectionné ?

On n’est plus dans le cas ou on affiche d’emblée la totalité du texte, mais dans le cas ou l’utilisateur veut modifier son texte qui est déjà dans le contrôle.

Exemple :

L’utilisateur sélectionne une portion du texte dans le contrôle puis clique sur une bouton nommé ’Rouge’ pour mettre la sélection en rouge. 

Dans BoutonRouge_Click() écrire :

RichTextBox1.SelectionColor =

De même pour modifier la police, la hauteur de la police, l’aspect gras ou non :

RichTextBox1.SelectionFont = New Font("Tahoma", 12, )

Enfin le texte peut être enregistré dans un fichier :

richTextBox1.SaveFile(FileName, RichTextBoxStreamType.RichText)

Si on remplace .RichText par .PlainText c’est le texte brut et non le texte enrichi qui est enregistré.

Pour lire un fichier il faut employer .LoadFile avec la même syntaxe.

Comment faire une recherche dans le texte?

La fonction Find permet de rechercher une chaîne de caractères dans le texte :

(searchText, searchStart, searchEnd, RichTextBoxFinds.MatchCase)

La méthode retourne l'emplacement d'index du premier caractère du texte recherché et met en surbrillance ce dernier, sinon, elle retourne la valeur -1.

3.5 Les labels

Il y a 2 sortes de Label :

-   Les Label

-   Les LinkLabel

Les ‘Label’ :

On en a déjà utilisé pour afficher du texte non modifiable par l'utilisateur.

Les contrôles Label sont généralement utilisés pour fournir un texte descriptif à un contrôle. Vous pouvez par exemple utiliser un contrôle Label pour ajouter un texte descriptif à un contrôle TextBox.

Ceci a pour but d'informer l'utilisateur du type de données attendu dans le contrôle.

Exemple hyper simple :

Donner votre nom: 

La légende qui s'affiche dans l'étiquette est contenue dans la propriété Text du label1.

Pour modifier le texte du label par du code : ="Donner votre Prénom"

La propriété Alignement vous permet de définir l'alignement du texte dans l'étiquette (centré, à droite, à gauche), BorderStyle permet de mettre une bordure (un tour) ou non..

Il est également possible d’y afficher une image avec la propriété .Image

Remarquez que la mise à jour de l'affichage du Label (comme les autres contrôles d'ailleurs) est effectuée en fin de Sub:

Si on écrit :

Dim i As Integer

For i = 0 To 100

= i.ToString Next i

La variable i prend les valeurs 1 à 100, mais à l'affichage rien ne se passe pendant la boucle, VB affiche uniquement 100 à la fin.

Si on désire voir les chiffres défiler avec affichage de 0 puis 1 puis 2..., il faut rafraîchir l'affichage à chaque boucle avec la méthode Refresh() :

Dim i As Integer

For i = 0 To 100

= i.ToString: Label1.Refresh() Next i

Les LinkLabel :

Permettent de créer un lien sur un label.

Text Indique le texte qui apparaît.

LinkArea défini la zone de texte qui agira comme un lien, dans la fenêtre de propriété taper

11 ;4 (on verra que c’est plus simple que de le faire par code)

Les 4 caractères à partir du 11ème seront le lien, ils seront soulignés.

Ne pas oublier comme toujours que le premier caractère est le caractère 0.

L’événement LinkClicked est déclenché quand l’utilisateur clique sur le lien. Dans cette procédure on peut permettre le saut vers un site Internet ou toute autre action.

Exemple :

= "Visitez le site LDF"

LinkLabel1.LinkArea = New System.Windows.Forms.LinkArea(11, 4) ‘Pourquoi faire simple !!

Cela affiche :

Si l’utilisateur clique sur le mot site, la procédure suivante est déclenchée :

Private Sub LinkLabel1.LinkClicked…

Il est possible de modifie la couleur du lien pour indiquer qu'il a été utilisé :

Si VisitedLinkColor contient une couleur  e.visited=True modifie la couleur.

(e est l'élément qui a envoyer l'évènement, j'en modifie la propriété Visited.)

On peut y inclure une action quelconque, en particulier un saut vers un site Web : System.diagnostics.Process.Start(" ")

'correspond au code qui ouvre un browser Internet (Internet Explorer ou Netscape) et qui charge la page dont l'adresse est indiquée.

La collection Links permet d’afficher plusieurs liens dans un même texte, mais cela devient vite très compliqué.

3.6 Les Cases à cocher

Il y a 2 sortes de case à cocher :

-   Les CheckBox

-   Les RadioButton

•    Les " cases à cocher " (CheckBox) : Elles sont carrées, et indépendantes les unes des autres, si l'utilisateur coche une case , cela n'a pas d'influence sur les autres cases du formulaire, qu'elles soient regroupées dans un cadre pour faire plus joli ou non.

•    Les " boutons radio " (RadioButton) : Ils sont ronds et font toujours partie d’un groupe (Ils sont dans une fenêtre ou dessinés dans un objet GroupBox). Ce groupe est indispensable, car au sein d’un groupe de RadioButton, un seul bouton peut être coché à la fois : si l’utilisateur en coche un, les autres se décochent.

Il faut regrouper les radios boutons dans des 'GroupBox' par exemple pour rendre les groupes indépendants :

Ici si je clique sur le bouton 'OUI' à droite, cela décoche 'NON' mais n'a pas d'influence sur le cadre Format.

La propriété Text, bien sur, permet d’afficher le libellé à coté du bouton, on peut aussi mettre une image avec la propriété Image. CheckAlignpermet de mettre la case à cocher à droite ou à gauche du texte, TextAlignpermet d'aligner le texte.

Exemple pour le bouton en haut à droite :

= "OUI"

RadioButton3.TextAlign = MiddleCenter 'Middle=hauteur, center = horizontale

RadioButton3.CheckAlign = MiddleRight

La propriété la plus intéressante de ces cases est celle qui nous permet de savoir si elle est cochée ou non. Cette propriété s’appelle Checked. Sa valeur change de False à True si la case est cochée.

                RadioButton.Checked = True                  'Coche le bouton

If RadioButton.Checked = True Then ' Teste si le bouton est coché. 

End If

La procédure RadioButton.CheckedChange() permet d’intercepter le changement d’état d’un bouton.

Pour le CheckButton TreeState permet de définir 3 états au lieu de 2 (coché, indéterminé = grisé, non coché)

CheckedState indique un des 3 états (alors que Checked n’en indique que deux.)

Appearance peut aussi donner une apparence de bouton à la case à cocher. Il est enfoncé ou pas en fonction de la valeur de Checked.

Ici les 2 boutons ont une Appearance = Button, celui du haut n'est pas coché, l'autre est coché (enfoncé).

3.7 Les Contrôles ‘liste’

Il y a 4 sortes de listes :

-   Les ListBox

-   Les CheckedListBox

-   Les Combos

-   Les ListView

Les ListBox

Le contrôle ListBox affiche une liste d'éléments (d'objets) dans laquelle l'utilisateur peut faire un ou plusieurs choix.

La liste contient "tarte", "poisson", "viande", "légumes", "sauces". Ici l'élément "poisson" est sélectionné, il est en bleu.

La listBox contient une collection d'"Item":

Elle n’a pas de nombre initialement défini d’élément.

Si j'ajoute un élément à la ListBox, cela ajoute un élément à la collection Items

Items est une collection contenant tous les éléments (les objets) chargés dans la liste. 

ListBox1.Items est la collection du contrôle ListBox1

La propriété Items.Count indique le nombre d'éléments contenus dans la liste.

Attention le premier élément est toujours l’élément 0, aussi le nombre d’éléments est égal au numéro de l'élément le plus haut plus un.

Pour ajouter ou supprimer des éléments dans un contrôle ListBox.

Utilisez la méthode , Items.Insert, Items.Clear ou Items.Remove. En mode conception, vous pouvez également utiliser la propriété Items.

Exemples :

Vider la ListBox :

ListBox1.Items.Clear()

Ajouter l'élément "poisson"

("poisson")

Ajouter '4'

(4.Tostring) ou

(4) 'accepté car les items sont des objets.

Insérer 'lulu en 4éme position ListBox1.Items.Insert(4, "lulu")

Les listBox acceptent des objets, elles affichent généralement ce qu'il y a dans la propriété 'Text' de l'objet.

Charger dans une ListBox1 les nombres de 1 à 100 :

For i = 1 To 100

(i.ToString) Next i

Comment enlever des éléments ?

                ListBox1.Items.RemoveAt(5)        ' Enlever l'élément d'index 5.

ListBox1.Items.Remove(ListBox1.SelectedItem) ' Enlever l'élément sélectionné ListBox1.Items.Remove("Tokyo") ' Enlever l'élément "Tokyo".

Comment lire l'élément 3 ? T=ListBox1.Items(3).ToString

Comment rechercher l'élément qui contient une chaîne de caractères ?

                List1.FindString("pa")         ‘ retourne le numéro du premier élément commençant par

'pa'.

x=List1.FindString("pa",12)  ‘retourne le numéro de l'élément commençant par 'pa' en cherchant à partir du 12 éme élément.

x=List1.FindStringExact("papier") 'permet de rechercher l'élément correspondant exactement à la chaîne.

Comment sélectionner un élément par code ? ListBox1.SetSelected(x, True)

L’utilisateur double-clique sur un des éléments, comment récupérer son numéro ?

Grâce à SelectedIndex.

Private Sub ListBox_DoubleClick. N=ListBox1.SelectedIndex End If

‘N contient le numéro de l’élément sélectionné. Attention comme d’habitude, si je sélectionne « 3 » c’est en faite l’élément numéro 2.

SelectedIndex retourne donc un entier correspondant à l'élément sélectionné dans la zone de liste. Si aucun élément n'est sélectionné, la valeur de la propriété SelectedIndex est égale à 1.

La propriété SelectedItem retourne l'élément sélectionné ("poisson" dans l'exemple si dessus).

Et la multi sélection, quels éléments ont été sélectionnés ?

La propriété SelectionMode indique le nombre d'éléments pouvant être sélectionnés en même temps.

Lorsque plusieurs éléments sont sélectionnés, la valeur de la propriété SelectedIndex correspond au rang du premier élément sélectionné dans la liste. Les collections SelectedItems et SelectedIndices contiennent les éléments et les numéros d'index sélectionnés.

Si la propriété Sorted est à True, la liste est triée automatiquement.

On peut 'charger' une ListBox automatiquement avec un tableau en utilisant Datasource :

Dim LaList() As String = {"one", "two", "three"}

ListBox1.DataSource = LaList

On peut aussi utiliser AddRange :

Dim Ite(9) As System.Object

Dim i As Integer

For i = 0 To 9

Ite(i) = "Item" & i

Next i

ListBox1.Items.AddRange(Ite)

Comment connaître l'index de l'élément que l'on vient d'ajouter ? (Et le sélectionner) Dim x As Integer

x = ("Hello") List1.SelectedIndex = x

On utilise la valeur retournée (x dans notre exemple) par la méthode Add.

(NewIndex n'existe plus en )

Comment affecter à chaque élément de la liste un numéro, une clé ?

Exemple : je charge dans une ListBox la liste des utilisateurs mais quand on clique sur la liste, je veux récupérer le numéro de l'utilisateur.

Comment donc, à chaque élément de la listbox, donner un numéro (différent de l'index).  En VB6 on utilisait une propriété (ListBox.ItemData()) pour lier à chaque élément de la listBox un nombre (une  clé); cela n'existe plus en !!

Il faut utiliser les fonctions de compatibilité :

VB6.SetItemData(ListBox1, 0, 123) 'pour lier à l'élément 0 la valeur 123.

Ce n’est pas simple!!

Une alternative, pas très élégante :

Ajouter l'élément "toto"+chr$(9)+chr$(9)+ clé (clé n'est pas visible car les caractères tabulation l'ont affichée hors de la listbox)

Quand l'utilisateur clique sur la ligne, on récupère la partie droite donc la clé.

Quand on charge une ListBox directement avec une base de données, il y a une solution pour gérer une clé.

Lorsque la propriété MultiColumn a la valeur true, la  liste s’affiche avec une barre de défilement horizontale. Lorsque la propriété ScrollAlwaysVisible a la valeur true, la barre de défilement s'affiche, quel que soit le nombre d'éléments. 

CheckedListBox

C’est une Listbox mais avec une case à cocher sur chaque ligne

Attention : SelectedItems et SelectedIndices ne déterminent pas les éléments qui sont cochés, mais ceux qui sont en surbrillance.

La collection CheckedItems vous donne par contre les éléments cochés. La méthode GetItemChecked (aveccomme argument le numéro d'index)  détermine si l’élément est coché.

Exemple :

Pour déterminer les éléments cochés dans un contrôle CheckedListBox :

Tester chaque élément de la collection CheckedItems, en commençant par 0. Notez que cette méthode fournit le numéro que porte l'élément dans la liste des éléments cochés, et non dans la liste globale. Par conséquent, si le premier élément de la liste n'est pas coché alors que le deuxième l'est, le code ci-dessous affiche une chaîne du type « Item coché 1 = Dans la liste :

2 ».

If CheckedListBox1.CheckedItems.Count <> 0 Then

'S’il y a des éléments cochés une boucle balaye les éléments cochés 

'(Collection CheckedItems) et affiche le numéro de l’élément DANS LA LISTE toutes lignes.

Dim x As Integer

Dim s As String = ""

For x = 0 To CheckedListBox1.CheckedItems.Count - 1 s = s & "Item coché " & (x+1).ToString & " = " & « Dans la liste : »& CheckedListBox1.CheckedItems(x).ToString &

Next x

(s)

End If

On rappelle comme toujours que quand on parle du 3eme élément cela correspond à l’index 2.

Les ComboBox

Les listes Combo (Liste combiné) possèdent deux caractéristiques essentielles par rapport aux ListBox.

Elles sont modifiables : c’est-à-dire que l’utilisateur a la possibilité d’entrer un élément qui ne figure pas au départ dans la liste. Cette caractéristique concerne donc les données proprement dites, cela se traduit par la présence d’une zone de texte en haut de la liste.

Elles peuvent être déroulantes ou déjà déroulée, c’est-à-dire qu’on ne voit qu’un seul élément de la liste à la fois et qu’il faut cliquer sur la flèche du côté pour " déplier " la liste, ou bien que la liste est déjà visible. C’est la propriété DropDownList qui gère cela.

La combos du bas a sa DropDownList=Simple

L’utilisateur peut donc cliquer dans la liste (ce qui met le texte cliqué dans la zone texte), ou taper un nouveau texte.

                (méthode) ajoute un élément à une liste.

Items.Clear              (méthode) efface tous les éléments d’une liste.

Items.Count            (propriété) renvoie le nombre d’éléments d’une liste.

Multiselect               (propriété) permet la sélection multiple.

Item.Remove          (méthode) supprime un élément de la liste.

Sorted                       (propriété) trie les éléments d’une liste.

Comment récupérer la zone texte quand elle change ?

Elle est dans la propriété Text.

On utilise l'évènement TextChanged qui se déclenche quand le texte est modifié.

Private Sub ComboBox1_TextChanged(ByVal sender As Object, ByVal e As

System.EventArgs) Handles ComboBox1.TextChanged = End Sub

Le Contrôle ListView

De plus en plus puissant, le contrôle ListView permet d’afficher des listes multi colonnes, ou des listes avec icône ou case à cocher.

En mode conception :

La propriété View permet de déterminer l’aspect général du contrôle, elle peut prendre les valeurs :

-   Details permet une liste avec sous éléments et titre de colonnes. -       Liste utilise un ascenseur horizontal.

-   LargeIcon

-   SmallIcone

Par programmation cela donne : = View.Details

Utilisons le mode détails (Appelé mode Rapport)

Comment remplir les en-têtes de colonnes ?

En mode conception il y a une ligne Columns, le fait de cliquer sur le bouton d’expansion (…) ouvre une fenêtre, cliquer sur ‘Ajouter’ permet d’ajouter une colonne, la propriété Text permet de donner un libellé qui apparaîtra en haut de la colonne. On peut ainsi nommer les 3 colonnes (« Nombre », « Carré », « Cube » dans notre exemple).

Par programmation cela donne :

(« Nombre », 60, ) …

Pour remplir le tableau, on pourrait, sur la ligne Items de la fenêtre des propriétés, cliquer sur … et rentrer les valeurs ‘à la main’.

En pratique on crée les colonnes, le nom des colonnes en mode conception, on remplit le tableau par programmation :

Exemple : Faire un tableau de 3 colonnes, mettre les nombres de 1 à 100 dans la première, leur carré dans la seconde, leur cube dans la troisième.

Pour chaque ligne je crée un objet ListViewItem, sa propriété Text contient le texte de la première colonne, j’ajoute à cet objet des SubItems qui correspondent aux colonnes suivantes. Enfin j’ajoute le ListViewItem au contrôle ListView.

Dim i As Integer For i = 1 To 100 Dim LVI As New ListViewItem

= i.ToString

((i * i).ToString)

((i * i * i).ToString)

(LVI)

Next i

Comment intercepter le numéro de la ligne qui a été cliquée par l’utilisateur (et l’afficher) ?

Private Sub ListBox1_Click(ByVal sender As Object, ByVal e As System.EventArgs)

Handles ListBox1.Click

= ListBox1.SelectedIndices(0).ToString End Sub

Si la propriété MultiSelect est à False il y a, bien sur, une seule ligne sélectionnée, sinon les lignes sélectionnées sont dans la collection SelectedIndices().

Si on voulait récupérer le texte de la ligne sélectionnée, il aurait fallu utiliser :

ListBox1.SelectedItems(0)

Si la propriété GridLine est à True, des lignes matérialisant les cases apparaissent. Si la propriété CheckedBox est à True, des cases à cocher apparaissent.

Attention : si la somme des colonnes est plus large que le contrôle, un ascenseur horizontal apparaît !!

Pour ne pas voir cet ascenseur, rusez sur la largeur des colonnes (c’est le 2eme paramètre de la méthode ).

3.8Les fenêtres toutes faites

Il existe :

-   Les MessageBox.

-   Les InputBox

Ces fenêtres toutes faites facilitent le travail :

MessageBox :

Ouvre une fenêtre qui présente un message.

C’est une fonction qui affiche un message dans une boîte de dialogue, attend que l'utilisateur clique sur un bouton (Ok ou Oui-Non..), puis retourne une information qui indique le bouton cliqué par l'utilisateur.

Reponse= (TexteAAfficher,Titre, TypeBouton etIcone,

BoutonParDéfaut)

Exemple :

Paramètres :

TexteAAfficher

Obligatoire. Expression String affichée comme message de la boîte de dialogue (longueur maximale 1 024 caractères). N'oubliez pas d'insérer un retour chariot si le texte est long, cela crée 2 lignes. 

Titre

Expression String affichée dans la barre de titre de la boîte de dialogue. Si l'argument Titre est omis, le nom de l'application est placé dans la barre de titre. 

TypeBouton et Icons 

Expression numérique qui représente la somme des valeurs spécifiant  -le nombre et le type de boutons à afficher :

                                MessageBoxButtons.OKOnly         Un seul bouton ‘Ok’

                                MessageBoxButtons.YesNo           Deux boutons ‘Oui’ ‘Non’

                                MessageBoxButtons.OkCancel       ‘Ok’ et ‘Annuler’

                                MessageBoxButtons.AbortRetryIgnore      ‘Annule’ ‘Recommence’ ‘Ignore’

..

-le style d'icône à utiliser :

MessageBox.Icons.Critical

MessageBox.Icons.Exclamation

MessageBox.Icons.Question

MessageBox.Icons.Information

L'identité du bouton par défaut

MessageBox.DefaultButtons.DefaultButton1

MessageBox.DefaultButtons.DefaultButton2

Retour de la fonction :

Retourne une constante qui indique quel bouton à été pressé.

DialogResult.Cancel

DialogResult.Retry

L’ancienne syntaxe VB avec MsgBox est conservée :

Reponse= MsgBox(TexteAAfficher, TypeBouton, Titre)

Dans ce cas il faut utiliser MsgBoxStyle MggBoxIcons et MsgBoxResult pour le retour. De plus les arguments ne sont pas dans le même ordre!!

Il est conseillé d’utiliser ( qui est ) plutôt que MsgBox qui est de la compatibilité avec VB

Exemple :

(«Bonjour»)

‘Affiche le message ‘Bonjour’ avec un simple bouton ‘Ok’

Cela sert à fournir un message à l’utilisateur sans attendre de choix de sa part.

Autre exemple en ancienne syntaxe : 

R=MsgBox("Continuer"& chr$(13)& "l’application?", MsgBoxStyle.YesNo, "Attention"

Affiche une MessageBox avec dans la barre de titre « Attention » ‘Affiche dans la boite :

« Continuer

l’application » (sur 2 lignes) ‘La boite a 2 boutons : ‘Oui’ ‘Non’

Exemple complet : Dim msg As String

Dim title As String

Dim style As MsgBoxStyle Dim response As MsgBoxResult msg = "Voulez vous continuer?"    ' Définition du message à afficher. style = MsgBoxStyle.DefaultButton2 Or _

MsgBoxStyle.Critical Or MsgBoxStyle.YesNo 'On affiche Oui Non title = "MsgBox Démonstration"     ' Définition du  titre. ' Affiche la boite MsgBox.

response = MsgBox(msg, style, title)

If response = Then       ' L’utilisateur a choisi Oui. ' code si l’utilisateur à cliquer sur Oui Else

' code si l’utilisateur à cliquer sur No. End If

Voila ce que cela donne :

‘On remarque que dans l’exemple, on crée des variables dans lesquelles on met le texte ou les constantes adéquates, avant d’appeler la fonction MsgBox.

InputBox

C'st une fonction qui permet d’ouvrir une fenêtre qui pose une question :

Elle retourne la réponse tapée par l’utilisateur :

Le retour est effectué dans une variable String.

Dim Nom As String

Nom = InputBox("Bonjour","Tapez votre nom ?")

Cela donne :

On pourrait rajouter un 3eme argument=la réponse par défaut.

Si l’utilisateur clique sur le bouton annuler, une chaîne vide est retournée.

OpenFileDialog

Comment afficher une boite de dialogue permettant de sélectionner un fichier (ou des fichiers) à ouvrir par exemple ?

Dans la boite à Outils, cliquez sur OpenFileDialog puis cliquez sur la fenêtre en cours : un contrôle OpenFileDialog1 apparaît sous le fenêtre.

Ouvre une boite de dialogue permettant de choisir un nom et un chemin de fichier, au programmeur d'écrire le code lisant les fichiers.

Dans le code à l’endroit ou doit s’ouvrir la  fenêtre, tapez :

OpenFileDialog1.ShowDialog()

C’est suffisant pour créer une fenêtre montrant l’arborescence des fichiers et répertoires et pour que l'utilisateur choisisse un fichier, mais le plus souvent on a besoin que la boite de dialogue propose un type de fichier et un répertoire précis.

Par exemple je veux ouvrir un fichier .TXT dans le répertoire c:\MesTextes

Il faut dans ce cas, AVANT le ShowDialog renseigner certaines propriétés du contrôle OpenFileDialog1 :

With OpenFileDialog1

.Filter="Fichiers txt|*.txt" ' on travaille uniquement sur les .txt

'S’il y a plusieurs filtre les séparer par |

                                .Multiselect=False              'sélectionner 1 seul fichier

.CheckFileExists=True         'Message si nom de fichier qui n'existe pas. 'Permet d'ouvrir uniquement un fichier qui existe 

End With

Comment afficher la boite et vérifier si l'utilisateur à cliqué sur ouvrir ? If OpenFileDialog1.ShowDialog= Then end if

Maintenant,OpenFileDialog1.FileName contient le nom du fichier sélectionné (avec extension et chemin)

Path.GetFileName(OpenFileDialog1.FileName) donne le nom du fichier sans chemin.

SaveFileDialog

Boite de dialogue fonctionnant de la même manière que OpenFileDialog mais avec quelques propriétés spécifiques.

Ouvre une boite de dialogue permettant à l'utilisateur de choisir un nom et un chemin de fichier, au programmeur d'écrire le code enregistrant les fichiers.

                SaveFileDialo1.CreatePrompt= True        ' Message de confirmation si

'création d'un nouveau fichier

                SaveFileDialo1.OverwritePrompt=True     'Message si le fichier existe déjà

'évite l'effacement d'ancienne données

                SaveFileDialo1.DefaultExt="txt"              'extension par défaut

On récupère aussi dans .FileName le nom du fichier si la propriété .ShowDialog à retourné .

Il existe aussi :

-   LoadDialog

-   PrintDialog

3.9Regroupement de contrôles

On peut regrouper des contrôles dans :

-   Les GroupBox.

-   Les Panels.

-   Les PictureBox. -    Les TabControl.

GroupBox et Panel

Il est possible de regrouper des contrôles dans un container, on peut par exemple regrouper plusieurs RadioButton. Le container peut être un GroupBox ou un Panel.

GroupBox                              Panel avec AutoScroll=True et BorderStyle=Single

Pour l'utilisateur, le fait que toutes les options soient regroupées dans un panneau est un indice visuel logique (Tous les RadioButton permettrons un choix dans une même catégorie de données).

Au moment de la conception, tous les contrôles peuvent être déplacés facilement, si vous déplacez le contrôle GroupBox ou Panel, tous les contrôles qu'il contient sont également déplacés. Les contrôles regroupés dans un panneau ou un GroupBox sont accessibles au moyen de la propriété Controls du panneau.

Le contrôle Panel est similaire au contrôle GroupBox, mais seul le contrôle Panel peut disposer de barres de défilement et seul le contrôle GroupBox peut afficher une légende. La légende de la GroupBox est définie par la propriété Text.

Pour faire apparaître les barres de défilement dans le Pannel mettre AutoScroll =True et

AutoScrollMinSize =100;100  

Dans un Panel, pour afficher des barres de défilement, attribuez à la propriété AutoScroll la valeur true.. La propriété BorderStyle détermine si la zone est entourée d'une bordure invisible (None), d'une simple ligne (FixedSingle) ou d'une ligne ombrée (Fixed3D).

Comment créer un contrôle Panel ?

Faites glisser un contrôle Panel de l'onglet Windows Forms de la boîte à outils jusqu'à un formulaire. 

Ajoutez des contrôles au panneau en les déposant dans le panneau. 

Si vous voulez mettre dans le panneau des contrôles existants, sélectionnez-les tous, coupezles dans le Presse-papiers, sélectionnez le contrôle Panel et collez-les.

PictureBox

Le contrôle PictureBox peut afficher une image mais peu aussi servir de conteneur à d'autres contrôles.

Retenons la notion de conteneur qui est le contrôle parent.

TabControl

Ce contrôle permet de créer des onglets comme dans un classeur, onglets entièrement gérés par VB. Chaque page peut contenir d'autres contrôles.

En mode conception, en passant par la propriété TabPages, on ajoute des onglets dont la propriété Text contient le texte à afficher en haut (Ici : Page 1..). il suffit ensuite de cliquer sur chaque onglet et d'y ajouter les contrôles.

En mode run les onglets fonctionnent automatiquement: cliquez sur Page 2 affiche la page correspondante (et déclenche l'événement Click de cet objet TabPage)

La propriété Alignment permet de mettre les onglets en haut, en bas, à droite, à gauche.

Evènement commun

Exemple :

3 cases à cocher permettent de colorer un label en vert rouge ou bleu.

Comment gérer les évènements ?

On peut écrire 3 routines complètes pour chaque case à cocher.

Il est aussi toujours possible dans chacune des 3 procédures CouleurX.checkedChanged de vérifier si la case est cochée et de modifier la couleur.

C'est plus élégant d'avoir une procédure unique qui, en fonction de la case à cocher qui a déclenché l'évènement, change la couleur.

On désire donc parfois que l'évènement de plusieurs contrôles différents soit dirigé sur une seule et même procédure.

Mais, la notion de groupe de contrôle comme en VB6 n'existe plus!!!

Par contre par l'intermédiaire du Handles, il est possible d'associer plusieurs évènements à une seule procédure :

Private Sub CouleurCheckedChanges (ByVal sender As System.Objet, ByVal e As System.EventArgs)  

Handles CouleurVert.CheckedChanged, CouleurRouge.CheckedChanged,

CouleurBleu.CheckedChanged

End Sub

Cette procédure est activée quand les cases à cocher CouleurVert CouleurBleu, CouleurRouge changent d'état.

A noter que Sender est le contrôle ayant déclenché l'évènement et e l'évènement correspondant.

Pour modifier la couleur il faut ajouter dans la procédure :

Select Case Case "CouleurRouge"

Lbl.BackColor= ..Rouge

 .....

Je ne suis pas certain que cela fonctionne, il faut plutôt mettre :

Select Case sender Case CouleurRouge

Enfin la ligne suivante marche !

If sender Is CouleurRouge Then...

3.10 Positionnons les contrôles

On peut :

-   Dimensionner les contrôles -      Les positionner.

Tous les contrôles héritent donc tous de la classeWindows Forms.

Les Windows Forms ont des propriétés, que tous les contrôles récupèrent : 

Concernant la taille :

On peut utiliser :

-   Left, Top coordonnéesdu coin supérieur droit et Bottom, Right inférieur gauche.

-   Location : coordonnées X, Y du coin supérieur droit du contrôle en pixels.

-   Height, Width pour la hauteur et la largeur du contrôle en pixels. -      Size : hauteur, largeur peut aussi être utilisé.

Exemple :

=188

=300

Ou

Button.Location= New System.Drawing.Point(188,300)

System.Drawing.Point() positionne un point dans l’espace.

En mode conception il est bien plus simple de dimensionner les contrôles à la main dans la fenêtre Design.

Pour le redimensionnement de fenêtre :

Pour que l’utilisateur puisse redimensionner la fenêtre qu’il a sous les yeux (en cliquant sur les bords) il faut que la propriété FormBorderStyle de la fenêtre = Sizable.

Mais si l’utilisateur modifie la taille de la fenêtre qui contient les contrôles, la taille des contrôles ne suit pas.

(Avant cette version , il fallait dans l’événement Form_Resize, déclenché par la modification des dimensions de la fenêtre, écrire du code modifiant les dimensions et positions des contrôles afin qu’il s’adaptent à la nouvelle fenêtre.)

En c’est plus simple grâce à :

Anchor :

Permet d’ancrer les bords.

Un bord ancré reste à égale distance du bord du conteneur quand le conteneur (la fenêtre) est redimensionné.

En mode conception il suffit de cliquer sur '. . .' en face de Anchor pour voir s’ouvrir une fenêtre, cliquer sur les bords que vous voulez ancrer.

Par défaut les bord Top (haut) et left(gauche) sont ancrés.

Expliquons :

Left est ancré, si je déplace le bord droit de la fenêtre, le contrôle n’est pas déplacé car la distance bord gauche de la fenêtre et bord gauche du contrôle est fixe. Par contre si je déplace le bord gauche de la fenêtre, le contrôle suit.

Exemple :

Prenons 2 contrôles dans une fenêtre, celui de gauche avec Anchor à left et celui de droite à left et right.

Si je déplace le bord droit (ou le gauche d’ailleurs) : le contrôle droit est redimensionné, les 2 contrôles restent cote à cote.

Dock

Amarre aux bords. Il y a même possibilité d’amarrer aux 4 bords (Fill) pour remplir le conteneur, et de modifier la propriété DockPaddind afin se s’éloigner légèrement des bords pour faire joli.

Spliter

Le contrôle Splitter servent à redimensionner des contrôles au moment de l'exécution. Le contrôle Splitter est utilisé dans les applications dont les contrôles présentent des données de longueurs variables, comme l'Explorateur Windows.

Pour permettre à un utilisateur de redimensionner un contrôle ancré au moment de l'exécution, ancrez le contrôle à redimensionner au bord d'un conteneur, puis ancrez un contrôle Splitter sur le même côté de ce conteneur.

3.11 MainMenu et ContextMenu

MainMenu :

On peut ajouter un menu dans une fenêtre.

Beaucoup d’applications contiennent un menu.

Exemple de menu :

Fichier Ouvrir

Fermer

Imprimer

Quitter

Edition Couper

Copier

Coller

...

On remarque que le contenu des menus est standardisé afin que l’utilisateur s’y retrouve sans aide (L’utilisateur lit, à mon avis, rarement les aides !!!)

Comment créer un menu ?

En allant dans la boite à outils, chercher un main menu et en le déposant sur la fenêtre : il apparaît en dessous de la fenêtre.

Pour ‘dessiner’ le menu, il suffit de mettre le curseur sur le menu en haut de la fenêtre, ou est écrit ‘Taper ici’, à cet endroit tapez le texte du menu, ‘Fichier’ par exemple.

Il apparaît automatiquement un ‘Tapez Ici‘ pour les lignes dessous ou le menu suivant.

Les lignes du menu sont nommées automatiquement MenuItem1, MenuItem2…

Quand le curseur est sur une ligne du menu, la fenêtre de propriété donne les propriétés de la ligne :

La propriété ShortKey permet de créer un raccourci.

La propriété Checked permet de cochez la ligne

La propriété Visible permet de faire apparaître ou non une ligne.

Si vous double-cliquez sur la ligne du menu vous voyez apparaître :

Private Sub MenuItem1_Click(ByVal sender As System.Object, ByVal e As System.EventArgs) Handles MenuItem1.Click

End Sub

C’est la procédure événement liée à la ligne du menu.

Quand l’utilisateur clique sur une ligne du menu c’est le code contenu dans cette procédure qui est effectué.

ContextMenu :

C'est un menu qui s'ouvre quand, sur un objet, on clique sur le bouton droit de la souris.

En allant dans la boite à outils, chercher un Context menu, on le dépose sur la fenêtre, il apparaît en dessous de la fenêtre.

Si on le sélectionne avec la souris, il apparaît en haut et comme pour le menu principal, on peut ajouter des lignes.

Il faut ensuite affecter ce Context Menu à un contrôle, pour cela donner à la propriété ContextMenu du contrôle le nom du ContextMenu. TextBox1.ContextMenu = ContextMenu1

Si vous double-cliquez sur une ligne du menu vous voyez apparaître les procédures évènement correspondantes.

3.12 Avoir le Focus

Nous allons étudier comment un objet de l'interface devient actif.

Lorsqu'une fenêtre ou un contrôle est actif on dit qu'il a le focus.

Si une fenêtre prend le focus, sa barre de titre en haut prend la couleur active, si c'est un contrôle texte, le curseur apparaît dedans.

Comment donner le focus à une fenêtre ?

Si une fenêtre est visible la méthode Activate lui donne le focus.

Form1.Activate()

Dans ce cas l'évènement Form1_Activated survient.

La méthode Desactivate est déclenchée quand la fenêtre perd le focus.

Comment donner le focus à un contrôle ?

Avec la méthode Focus

TxtNom.Focus()

Avec la méthode Select :

TxtNom.Select()       'donne le focus à la zone de texte Txnom et met le curseur dedans.

On peut la surcharger et en plus sélectionner une portion du texte :

TxtNom.Select(2,3) 'donne le focus et sélectionne 3 caractères à partir du second. Ou forcer à ne rien sélectionner (second argument à 0).

On peut interdire à un contrôle le focus en donnant la valeur False à sa propriété CanFocus.

Aussi avant de donner le focus il est préférable de vérifier s'il peut le prendre :

If TxtNom.CanFocus then TxtNom.Focus()

End If

L'évènement GotFocus se produit quand le contrôle prend le focus. Private Sub TxtNom_GotFocus..

End Sub

Cascade d’évènement quand on prend ou on perde le focus

Enter

Se produit quand l'utilisateur entre dans le contrôle.

GotFocus

Se produit quand le contrôle prend le focus.

Leave

Se produit quand le focus quitte le contrôle.

Validating

Se produit lorsque le contrôle est en cours de validation. La validation c'est vous qui devez la faire!!!

Pour un bouton par exemple se produit lorsque l'on quitte le bouton, cela permet de contrôler la validité de certaines données et si nécessaire d'interdire de quitter le contrôle si certaines conditions ne sont pas remplies :

Private Sub Button1_Validating ((ByVal sender As Object, ByVal e As

System.ComponentModel.CancelEventArgs) Handles Button1.Validating

If condition then

                                e.Cancel = True       'Annuler la perte du focus

End If

End Sub

Validated

Se produit lorsque le contrôle à terminé sa validation

LostFocus

L'évènement LostFocus se produit quand le contrôle perd le focus.

Si la propriété CauseValidating du contrôle a la valeur false, les événements Validating et Validated sont supprimés.

Les événements Enter et Leave sont supprimés dans les formulaires (fenêtres). Les événements équivalents dans la classe Form sont les événements Activated et Desactivate.

Certains contrôles ne peuvent pas avoir le focus, comme les labels par exemple.

Usage du clavier pour passer d’un contrôle à l’autre

Dans une application ou un utilisateur saisi beaucoup de données dans de multiples contrôles, il passe souvent d'un contrôle (TextBox par exemple) au suivant avec la touche TAB.

|

Comment permettre cela ?

Chaque contrôle à une propriété TabIndex qui s'incrémente automatiquement de 0 à 1, 2, 3...quand on ajoute des contrôles sur une fenêtre.

Lorsque l'utilisateur appuie sur TAB, le focus passe au contrôle qui a le TabIndex immédiatement supérieur.

On peut modifier le TabIndex des contrôles pour modifier l'ordre de tabulation.

Quand TabStop a la propriété False (au niveau d'un contrôle) celui ci est exclu de l'ordre de tabulation et le focus ne s'arrête pas.

Raccourcis clavier

Dans beaucoup d'applications certains contrôles ont un raccourci clavier :

Exemple : Nouveau est une ligne de menu. N étant souligné, ALT-N déclenche la ligne de menu, donne le focus au contrôle.

Comment faire cela :

Dans la propriété Text du contrôle, quand on tape le texte en mode conception, il faut mettre un '&' avant la lettre qui servira de raccourci clavier.

'&Nouveau' dans notre exemple donnera bien Nouveau et ALT N fonctionnera.

Pour une TextBox, la propriété text ne peut pas être utilisée, aussi il faut mettre devant la textBox un contrôle label (qui lui ne peut pas avoir le focus), si le TabIndex du label et du TextBox se suivent, le fait de faire le raccourci clavier du label donnera le focus au TextBox.

Nom

|

Exemple quand l'utilisateur tapera Alt-N, le focus ira dans le TextBox dessous.

 

3.13 ToolBar et StatusBar

Comment mettre une barre de bouton en haut et une barre d'état en bas?

La barre de bouton

Voici un exemple classique, sous le menu il y a une barre de bouton: Nouveau, Ouvrir, Enregistrer, Chercher, Imprimer... 

Aller chercher dans la boite à outils un contrôle ToolBar, il se place en haut, sous le menu. Mettre aussi un ImageList. (Un contrôle ImageList est un contrôle qui stocke des images, chaque image étant chargés en mode conception et repérées par un numéro (0, 1, 2, 3...)

Dans les propriétés du ToolBar mettre dans la propriété ImageList le nom du contrôle ImageList qui contient les images des boutons.

Ouvrir la collection Buttons dans la fenêtre des propriétés de la ToolBar pour pouvoir ajouter ou modifier les boutons :

Vous pouvez ajouter ou enlever des boutons.

Chaque bouton a ses propriétés affichées à droite :

-   Name Nom du Bouton. Exemple : NewButton.

-   ImageIndex donne le numéro de l'image (contenue dans l'imagelist) qui doit s'afficher dans le bouton.

-   ToolTipText donne le texte du ToolTip (Carré d'aide qui apparaît quand on est sur le bouton) Il faut aussi que la propriété ShowToolTip de la ToolBar soit à True 

L'évènement déclenché par le click de l'utilisateur sur un bouton est :

ToolBar1_ButtonClick

L'argument e contient les arguments de l'évènement click de la ToolBar. e.Button contient le nom du bouton qui a déclenché l'évènement. Pour chaque nom de bouton on appellera la procédure correspondante: NewDoc(), Open()...

Comme d'habitude il suffit de double-cliquer sur la ToolBar pour faire apparaître

ToolBar1_ButtonClick

Voici le code complet :

Private Sub ToolBar1_ButtonClick(ByVal Sender As System.Object, ByVal e As

System.Windows.Forms.ToolBarButtonClickEventArgs) Handles toolBar1.ButtonClick

If e.Button Is NewButton Then NewDoc()

ElseIf e.Button Is OpenButton Then Open()

ElseIf e.Button Is SaveButton Then Save()

ElseIf e.Button Is PreviewButton Then PrintPreview()

...

End If

End Sub

Contrôle StatusBar

La barre d'état se trouve en bas de la fenêtre et affiche des informations relatives aux opérations en cours.

Dans la fenêtre des propriétés du StatusBar, la collection Panels contient les zones d'affichage du StatusBar.

Dans le code, pour modifier le texte d'une zone faire :

StatusBar1.Panels(0).Text="1715.2F"

3.14 Les Images

Comment afficher des images ?

Le contrôle PictureBox

Le contrôle PictureBox sert à afficher des graphismes au format bitmap, GIF, JPEG, métafichier ou icône (Extension .BMP .GIF .JPG .WMF .ICO)

L'image affichée est déterminée par la propriété Image, laquelle peut être définie au moment de l'exécution ou du design. La propriété SizeMode détermine la façon dont l'image et le contrôle se dimensionnent l'un par rapport à l'autre.

 

 

 

On peut charger une image en mode conception ou dans le code :

PictureBox1.Image = Image.FromFile(")

(L'objet de la Classe Image charge une image d'un fichier puis l'affecte à la propriété Image.) ou par 

PictureBox1.Image.FromFile("") cette syntaxe ne marche pas!!!Pourquoi?

Ho! Merveille, les GIF animés sont acceptées et s'animent sous VB.

Comment effacer une image?

If Not (PictureBox1.Image Is Nothing) Then

PictureBox1.Image.Dispose()

PictureBox1.Image = Nothing

End If

Les objets de la Classe Image ont comme d'habitude des propriétés et des méthodes.

La méthode RotateFlip permet par exemple d'effectuer une rotation de l'image, quand on tape le code, VB donne automatiquement la liste des paramètres possible. PictureBox1.Image.RotateFlip(RotateFlipType.Rotate90FlipX)

La méthode Save sauvegarde l'image dans un fichier. ("c:\")

Noter bien que le nom de l'extension suffit à imposer le format de l'image.

On peut charger une image .GIF puis la sauvegarder en .BMP

Il y a bien d'autres propriétés gérant les dimensions, la palette de l'image.

La propriété ‘Image’ des contrôles :

De nombreux contrôles Windows Forms peuvent afficher des images. L'image affichée peut être une icône symbolisant la fonction du contrôle ou une image ; par exemple, l'image d'une disquette sur un bouton indique généralement une commande d'enregistrement. L'icône peut également être une image d'arrière-plan conférant au contrôle une certaine apparence. Pour tous les contrôles affichant des images, l'image peut être définie à l'aide des propriétés Image ou BackgroundImage.

Pour affecter à la propriété Image ou BackgroundImage un objet de type

System.Drawing.Image en général, vous utiliserez la méthode FromFile de la classe Image pour charger une Image à partir d'un fichier.  

Exemple pour un bouton:

button1.Image = Image.FromFile("C:\Graphics\") ' Aligne l'image.

button1.ImageAlign = ContentAlignment.MiddleRight

Exemple pour un label:

Dim Label1 As New Label() Dim Image1 As Image

Image1 = Image.FromFile("c:\\")

' modifier la taille du label pour qu'il affiche l'image.

=  

' Mettre l'image dans le label.

Label1.Image = Image1

Si on renseigne la propriété Image, on ne peut pas utiliser en même temps la propriété ImageList décrite ci-dessous.

Le contrôle ImageList

Il sert de containeur à image, c'est une collection d'images. les images qu'il contient seront utilisées par d'autres contrôles (PictureBox, Listview, TreeView, Button....)

Il n'est pas visible en exécution.

En conception il apparaît en bas sous la fenêtre. A droite figurent ses propriétés, en particulier, la collection Images qui contient les images et la propriété TransparentColor qui indique la couleur qui doit être transparent, c'est à dire non visible.

Si je clique sur le bouton en face de Images, l'éditeur de collections d'image s'ouvre.

On peut ajouter des images avec le bouton 'Ajouter'.

L'ImageList est ainsi chargée.

Ensuite pour utiliser une image de l'ImageList dans un autre contrôle, il faut modifier les propriétés de cet autre contrôle (un bouton par exemple).

La propriété ImageList du bouton doit contenir le nom du contrôle imageList et ImageIndex du bouton doit contenir l'index de l'image dans l'imageList.

btOk.ImageList = imagelist1

btOk.ImageIndex = 2

Un ImageList peut aussi être chargée par code :

(Image.FromFile(NomImage))

On ajoute à la collection Images une image venant d'un fichier nommé NomImage.

On peut surchargé la méthode Add en fournissant en plus la couleur transparente.

(Image.FromFile(imageToLoad), CouleurTransparente)

La taille des images peut aussi être modifiée par code :

imageList1.ImageSize = New Size(255, 255) imageList1.TransparentColor = Color.White

Résumons Révision pour y voir plus clair

3.30Calcul de l’IMC, Révision++ Structuration des programmes

Ce chapitre permet de 'réviser' pas mal de notions.

Qu’est ce que l’IMC ?

L'index de masse corporelle est très utilisé par les médecins. Il est calculé à partir du poids et de la taille :

IMC=Poids/Taille au carré (avec Poids en Kg, Taille en mètres)

Cela permet de savoir si le sujet est :

-     maigre (IMC<18.5) 

-     normal (IMC idéal=22)

-     en surpoids (IMC>25)  -       obèse (IMC>30).

On peut calculer le poids idéal par exemple PI= 22* T*T Nous allons détailler ce petit programme :

Quel est le cahier des charges du programme ?

L'utilisateur doit pouvoir :

Saisir un poids, une taille, cliquer sur un bouton 'Calculer'

Les routines doivent :

Vérifier que l'utilisateur ne fait pas n'importe quoi.

Calculer et afficher les résultats : l'IMC mais aussi, en fonction de la taille, le poids idéal, les poids limites de maigreur, surpoids, obésité.

Création de l’interface

Il faut 2 zones de saisie pour saisir le poids et la taille :

On crée 2 'TextBox' que l'on nomme :

-   TexBoxPoids

-   TextBoxTaille

(On laisse la propriété Multiline à False ) pour n'avoir qu'une zone de saisie.

Pour afficher les résultats, on crée 5 'label' que l'on met les uns sous les autres. (Pour aller plus vite et que les labels fassent la même taille, on en crée un puis par un copier et des coller, on crée les autres) :

-   labelImc 'pour afficher l'Imc

-   labelPi     'pour afficher le poids idéal

-   labelM     'pour afficher le poids limite de la maigreur. -        labelS                    'pour afficher le poids limite du surpoids -      labelO          'pour afficher le poids limite de l'obésité.

Ensuite on ajoute des labels devant et derrière chaque TextBox et label pour indiquer devant, ce qu'ils contiennent et derrière, l'unité.

On ajoute 2 boutons :

-   ButtonCalcul

-   ButtonQuitter

Cela donne :

Pour faire beau :

La propriété Text de la fenêtre contient "Calcul IMC", pour afficher cela dans la barre de titre.

La propriété ForeColor de labelImc est en rouge.

La propriété BorderStyle des labels a la valeur 'Fixed3d' ce qui rend les bords visibles.

Ajout du Code

La procédure évènement Form1_Load qui s'effectue lorsque la fenêtre se charge initialise les zones d'affichage en les vidant :

Private Sub Form1_Load(..)

= ""

= ""

= ""

= ""

= ""

= ""

= ""

End Sub

La procédure ButtonCalcul_Click qui se déclenche lorsque l'utilisateur clique sur le bouton 'Calculer' contient le code principal.

Voici la totalité du code, on le détaillera dessous. Private Sub ButtonCalcul_Click(..)

Dim sPoids As Single 'Variable Single contenant le poids Dim sTaille As Single 'Variable Single contenant la taille '******Controle de validité des entrées************

'Les valeurs saisies sont-elles numérique?

If Not (IsNumeric()) Then

MsgBox("Entrez une valeur numérique pour la taille") Exit Sub

End If

If Not (IsNumeric()) Then

MsgBox("Entrez une valeur numérique pour le poids") Exit Sub

End If

'Convertir les textes saisies en single  ' et les mettre dans les variables

sTaille = CType(, Single) / 100 sPoids = CType(, Single)

'Les valeurs saisies sont-elles cohérentes?

If sTaille < 50 Or sTaille > 250 Then MsgBox("Entrez une taille valide") Exit Sub

End If

If sPoids < 20 Or sPoids > 200 Then

MsgBox("Entrez un poids valide")

Exit Sub

End If

'Effectuer les calculs et afficher les résultats.

= (Math.Round(sPoids / (sTaille * sTaille), 2)).ToString

= (Math.Round(22 * (sTaille * sTaille), 2)).ToString

= (Math.Round(18.5 * (sTaille * sTaille), 2)).ToString

= (Math.Round(25 * (sTaille * sTaille), 2)).ToString

= (Math.Round(30 * (sTaille * sTaille), 2)).ToString End Sub

Détaillons :

Quelles sont les différentes étapes ?

-   On déclare les variables.

-   On vérifie que ce qui a été tapé est numérique.

-   On convertit le texte qui est dans la TextBox en Single -        On teste si les valeurs de poids et taille sont cohérentes. -   On fait le calcul et on affiche. 

Déclaration de variables.

Dim sPoids As Single 'Variable Single contenant le poids

Dim sTaille As Single 'Variable Single contenant la taille

Ce sont des variables 'privées' propres à la procédure (utilisation de Dim ou Private).

Contrôle de validité :

L'utilisateur est sensé avoir tapé un poids et une taille puis cliqué sur le bouton 'Calculer'. Mais il ne faut absolument pas lui faire confiance : il a peut-être oublié de taper le poids ou a donner une taille=0 (l'ordinateur n'aime pas diviser par 0!!), il a peut-être fait une faute de frappe et tapé du texte!!...

Donc il faut tester ce qui a été tapé, s'il y a erreur, on prévient l'utilisateur avec une 'MessageBox' puis on sort de la routine par (Exit Sub) sans effectuer de calculs.

Ici par exemple, on teste si le texte saisi dans la zone taille n'est pas numérique :

If Not (IsNumeric()) Then

MsgBox("Entrez une valeur numérique pour la taille") Exit Sub

End If

Amélioration : On aurait pu automatiquement effacer la valeur erronée et placer le curseur dans la zone à ressaisir :

If Not (IsNumeric()) Then

MsgBox("Entrez une valeur numérique pour la taille")

="" TextBoxTaille.Select()

Exit Sub

End If

Conversion :

Si le texte est bien 'Numéric', on fait la conversion en réel simple précision (Single) sTaille = CType(, Single) / 100

On utilise CType pour convertir une String en Single.

On divise taille par 100 car l'utilisateur à saisie la taille en centimètres et les formules nécessite une taille en mètres.

Problème du séparateur décimal dans les saisies.

Pourquoi saisir la taille en Cm? C’est pour éviter d'avoir à gérer le problème du séparateur décimal si la taille est saisie en mètres: L'utilisateur va t-il taper "1.75" ou "1,75" si je lui demande des mètres.

On rappelle que pour convertir un texte en Single VB accepte le point et pas la virgule.

Pour ma part voici ma solution : si je demandais des mètres j'ajouterais en début de routine une instruction transformant les ',' en '.' :

= Replace(, ",", ".")

Faire les calculs et afficher les résultats.  

Je fais le calcul:

sPoids / (sTaille * sTaille)

J'arrondis à 2 décimales après la virgule grâce à Math.Round(  ,2):

Math.Round(sPoids / (sTaille * sTaille), 2)

Je convertis en String:

(Math.Round(sPoids / (sTaille * sTaille), 2)).ToString

J'affiche dans le label 'labelImc':

= (Math.Round(sPoids / (sTaille * sTaille), 2)).ToString

(J'aurais pu aussi ne pas arrondir le calcul mais formater l'affichage pour que 2 décimales soient affichées) 

La procédure ButtonQuitter_Click déclenchée quand l'utilisateur clique sur le bouton 'Quitter' ferme la seule fenêtre du projet (c'est Me , celle ou on se trouve), ce qui arrête le programme.  Private Sub ButtonQuitter_Click() Me.Close()

End Sub

Structuration

Ici on a fait simple : une procédure évènement calcul et affiche les résultats. On aurait pu, dans un but didactique 'structurer' le programme.

On aurait pu découper le programme en procédure :

-   Une procédure faisant le calcul.

-   Une procédure affichant les résultats.

Pour les variables il y a dans ce cas 2 possibilités :

-   Mettre les variables en 'Public' dans un module Standard.

-   Utiliser des variables privées et les passer en paramètres.

Première solution : Variables ‘Public’

Créer dans un module standard des variables Public pour stocker les variables Poids et Taille, résultats (Public sIMC A Single par exemple), créer dans ce même module standard une procédure Public nommée 'Calculer' qui fait les calculs et met les résultats dans les variables public, enfin dans le module de formulaire créer une procédure 'AfficheResultat' affichant les résultats.

Module standard :

'Déclaration de variables Public  

Public sPoids As Single Public sTaille As Single

Public sIMC A Single

..

'Procedure Public de calcul

Public Sub Calculer sIMC=Math.Round(sPoids / (sTaille * sTaille), 2)

...

End Sub

Module de formulaire Form1 :

'Procédure évènement qui appelle les divers routines

Private Sub ButtonCalculer_Click

...

sTaille = CType(, Single) / 100 Calculer()    'Appelle la routine de calcul

AfficheResultat() 'Appelle la routine d'affichage

End Sub

'routine d'affichage

Private Sub AfficheResultat()

= sIMC.ToString

...

End Sub

On voit bien que la routine de Calcul est générale et donc mise dans un module standard et d'accès 'Public', alors que la routine d'affichage affichant sur Form1 est privée et dans le module du formulaire.

Seconde solution : Variables ‘Privées’ et passage de paramètres

On aurait pu ne pas créer de variables 'public' mais créer des fonctions (CalculIMC par exemple) à qui on enverrait en paramètre le poids et la taille et qui retournerait le résultat du calcul. Une procédure AfficheResultatIMC recevrait en paramètres la valeur de l'IMC à afficher. Module standard :

'Pas de déclaration de variables Public  

..

'Function Public de calcul: reçoit en paramètre le poids et la taille 'retourne l'Imc

Public Function CalculerIMC (T as Single, P As Single) As Single Return Math.Round(P / (T*T), 2) End Sub

Module de formulaire Form1 :

'Procédure évènement qui appelle les divers routines

Private Sub ButtonCalculer_Click

...

sTaille = CType(, Single) / 100

'Appelle de la routine calcul avec l'envoie de paramètres sPoids et sTaille

'Au retour on a la valeur de L'imc que l'on envoie à la routine d'affichage.

AfficheResultatIMC(CalculerIMC(sTaille, sPoids)) 'Appelle la routine d'affichage

End Sub

'routine d'affichage  

Private Sub AfficheResultatIMC(I As Single) = i.ToString End Sub

Remarque :

La ligne AfficheResultatIMC(CalculerIMC(sTaille, sPoids)) est équivalente à : Dim s As single

s=(CalculerIMC(sTaille, sPoids)

AfficheResultatIMC(s))

mais on se passe d'une variable temporaire.

Conclusion :

Faut-il travailler avec des variables Public ou passer des paramètres ?

Réponses :

A mon avis, les 2 et "ça dépend"!!!(Bien la réponse).

Et votre avis ?

3.31 Ordre des instructions

Dans quel ordre écrire dans un module.

Contenu des modules

Le code Visual Basic est stocké dans des modules (modules de formulaires, module de classe ...), chaque module est dans un fichier ayant l'extension '.vb". Les projets sont composés de fichiers, lesquels sont compilés pour créer des applications.

Respecter l'ordre suivant :

1.    Instructions Option toujours en premier (force des contraintes de déclaration de variables, de conversion de variables, de comparaison).

2.    Instructions Imports (charge des espaces de noms)

3.    Procédure Main (la procédure de démarrage si nécessaire)

4.    Instructions Class, Module et Namespace, le cas échéant 

Exemple :

Option Explicit On  

Imports System.AppDomain

Imports Microsoft.VisualBasic.Conversion

Public Class Form1

Inherits Dim WithEvents m As PrintDocument1

#Region " Code généré par le Concepteur Windows Form "

Public d As Integer

                Private    Sub    Form1_Load(ByVal    sender    As    System.Object,    ByVal    e    As

System.EventArgs) Handles End Sub Dim A As integer

End Class

On remarque de nouveau l'importance de l'endroit ou les variables sont déclarées : Dans notre exemple A est accessible uniquement dans Form_Load, alors que d est public.

Si vous entrez les instructions dans un ordre différent, vous risquez de créer des erreurs de compilation.

Exemple de petits programmes

E 3.1Exemples : Conversion Francs/Euros

Comment créer un programme de conversion Francs=>Euros et Euros=> Francs ?

Euros

2

Francs:

13.12

Il y a une zone de saisie Euros, une zone Francs, si je tape dans la zone Euros '2' il s'affiche '13.12' dans la zone Francs, cela fonctionne aussi dans le sens Francs=>Euros.

Comment faire cela?

Un formulaire affichera les zones de saisie, un module standard contiendra les procédures de conversion.

On crée un formulaire contenant :

-   2 TextBox BoiteF et BoiteE, leurs propriétés Text=""

-   2 labels dont la propriété Text sera ="Euros" et "Francs", on les positionnera comme ci-dessus.

Dans le formulaire, je dimensionne un flag (ou drapeau) : flagAffiche, il sera donc visible dans la totalité du formulaire. Je l'initialise à True.

Public Class Form1

Inherits

Dim flagAffiche As Boolean = True

Comme la conversion doit se déclencher automatiquement lorsque le texte de BoiteF ou BoiteE change, j'utilise les évènements 'TextChanged' de ces TextBox.

Pour la conversion Euros=>Francs, dans la procédure TextChanged de BoiteE, je récupère le texte tapé (), j'appelle la fonction ConversionEF en lui envoyant comme paramètre ce texte.

La fonction me retourne un double que je transforme en string et que j'affiche dans l'autre TextBox(BoiteF).

Private Sub BoiteE_TextChanged(ByVal sender As System.Object, ByVal e As

System.EventArgs) Handles BoiteE.TextChanged

If flagAffiche = True Then flagAffiche = False

= (ConversionEF()).ToString flagAffiche = True

End If

End Sub

Idem pour l'autre TextBox :

Private Sub BoiteF_TextChanged(ByVal sender As Object, ByVal e As

System.EventArgs) Handles BoiteF.TextChanged

If flagAffiche = True Then flagAffiche = False

= (ConversionFE()).ToString flagAffiche = True

End If

End Sub

End Class

A quoi sert le flag : flagAffiche?

A éviter une boucle sans fin, sans flag, BoiteF_TextChanged modifie BoiteE_Text qui déclenche BoiteE_TextChanged qui modifie BoiteF_Text qui déclenche BoiteF_TextChanged... Avec le flag, quand je vais modifier la propriété Text d'une TextBox, le met le flag à False, cela indique à l'autre évènement TextChanged de ne pas lui aussi convertir et afficher.

Enfin il faut écrire les procédures qui font la conversion : ConversionEF et ConversionFE dans un module standard. Ces procédures 'Function' appellent elles mêmes une autre fonction qui arrondi les résultats à 2 décimales.

Pour transformer des Euros en Francs, je les multiplie par 6.55957 puis j'arrondis.

On remarque que ces procédures reçoivent une string en paramètres et retourne un double.

Module Module1

Public Function ConversionEF(ByVal e As String) As Double

Dim somme As Double Dim resultat As Double somme = Val(e)

resultat = Arrondir(somme * 6.55957)

Return resultat

End Function

Public Function ConversionFE(ByVal e As String) As Double

Dim somme As Double Dim resultat As Double somme = Val(e)

resultat = Arrondir(somme / 6.55957)

Return resultat

End Function

Enfin la Function Arrondir arrondit à 2 décimales: pour cela on multiplie par 100, on arrondit à l'entier avec Round puis on divise par 100.

Public Function Arrondir(ByVal Valeur As Double) As Double

'arrondi a 2 chiffres après la virgule

Return (Math.Round(Valeur * 100)) / 100

End Function

End Module

A noter que l'on aurait pu utiliser une surcharge de Round qui arrondit directement à 2 décimales :

Return (Math.Round(Valeur, 2))

Exercice:

Quel code mettre dans la procédure Button_Click d'un bouton nommé 'Remise à zéro' qui met les 2 zones de saisie à zéro ?

(Pensez au flag)

E 3.2Exemple : Mensualités d’un prêt

Comment créer un programme qui calcul les mensualités d'un prêt ?

Dans l'espace Microsoft.VisualBasic il existe des fonctions financières. Pmt calcul les mensualités d'un prêt.

Remboursement mensuel= Pmt( Rate, NPer, PV, FV, Due)

Rate

Obligatoire. Donnée de type Double indiquant le taux d'intérêt par période. Si taux d'intérêt annuel de 10 pour cent et si vous effectuez des remboursements mensuels, le taux par échéance est de 0,1/12, soit 0,0083.

NPer

Obligatoire. Donnée de type Double indiquant le nombre total d'échéances. Par exemple, si vous effectuez des remboursements mensuels dans le cadre d'un emprunt de quatre ans, il y a 4 * 12 (soit 48) échéances.

PV

Obligatoire. Double indiquant la valeur actuelle. Par exemple, lorsque vous empruntez de l'argent pour acheter une voiture, le montant du prêt correspond à la valeur actuelle (pour un emprunts il est négatif).

FV

Facultatif. Double indiquant la valeur future ou le solde en liquide souhaité au terme du dernier remboursement. Par exemple, la valeur future d'un emprunt est de 0 F car il s'agit de sa valeur après le dernier remboursement. Par contre, si vous souhaitez économiser 70 000 F sur 15 ans, ce montant constitue la valeur future. Si cet argument est omis, 0 est utilisée par défaut.

Due

Facultatif. Objet de type Microsoft.VisualBasic.DueDate indiquant la date d'échéance des paiements. Cet argument doit être DueDate.EndOfPeriod si les paiements sont dus à terme échu ou DueDate.BegOfPeriod si les paiements sont dus à terme à échoir (remboursement en début de mois).

Si cet argument est omis, DueDate.EndOfPeriod est utilisé par défaut. 

Notez que si Rate est par mois NPer doit être en mois, si Rate est en année NPer doit être en année.

Sub CalculPret()

Dim PVal, Taux, FVal, Mensualite, NPerVal As Double

Dim PayType As DueDate

Dim Response As MsgBoxResult Dim Fmt As String

                Fmt = "###,###,##0.00"          ' format d'affichage.

FVal = 0  '0 pour un prêt.

PVal = CDbl(InputBox("Combien voulez-vous emprunter?"))

Taux = CDbl(InputBox("Quel est le taux d'intérêt annuel?"))

If Taux > 1 Then Taux = Taux / 100 ' Si l'utilisateur à tapé 4 transformer en 0.04.

NPerVal =12* CDbl(InputBox("Durée du prêt (en années)?"))

Response = MsgBox("Echéance en fin de mois?", MsgBoxStyle.YesNo)

If Response = Then

PayType = DueDate.BegOfPeriod

Else

PayType = DueDate.EndOfPeriod

End If

Mensualite = Pmt(Taux / 12, NPerVal, -PVal, FVal, PayType)

MsgBox("Vos mensualités seront de " & Format(Mensualite, Fmt) & " par mois")

End Sub

IPmt calcul les intérêts pour une période.

Calculons le total des intérêts :

Dim IntPmt, Total, P As Double

For P = 1 To TotPmts ' Total all interest.

IntPmt = IPmt(APR / 12, P, NPerVal, -PVal, Fval, PayType)

Total = Total + IntPmt

Next Period

Ce qu’il faut savoir pour faire un vrai

programme

4.1Démarrer et Arrêter un programme

Quand vous démarrez votre programme, quelle partie du code va être exécutée en premier ?

Vous pouvez le déterminer en cliquant sur le menu Projet puis Propriétés de NomduProjet, une fenêtre Page de propriétés du projet s'ouvre.

Sous la rubrique Objet du démarrage, il y a une zone de saisie avec liste déroulante permettant de choisir :

-   Le nom d'une fenêtre du projet ou

-   Sub Main()

Démarrer par une fenêtre

Si vous tapez le nom d'une fenêtre du projet, c'est celle-ci qui démarre : cette fenêtre est chargée au lancement du programme et la procédure Form_Load de cette fenêtre est effectuée.

Démarrer par Sub Main()

C'est cette procédure Sub Main qui s'exécute en premier lorsque le programme est lancé.

Dans ce cas, il faut ajouter dans un module (standard ou d'une feuille) une Sub nommé

Main(),

Exemple :

En mode conception Form1 a été dessinée, C'est le modèle 'la Classe' de la fenêtre qui doit s'ouvrir au démarrage.

Dans Sub Main(), on crée une fenêtre de départ que l'on nomme initForm  avec le moule, la Class Form1 en ‘instancant’ la nouvelle fenêtre.

Public Shared Sub Main() Dim initForm As New Form1 initForm.ShowDialog()

End Sub

Fenêtre Splash

Dans la Sub Main il est possible de gérer une fenêtre Splash.

C'est une fenêtre qui s'ouvre au démarrage d'un programme, qui montre simplement une belle image, pendant ce temps le programme initialise des données, ouvre des fichiers... ensuite la fenêtre 'Splash' disparaît et la fenêtre principale apparaît.

Exemple :

Je dessine Form1 qui est la fenêtre Spash.

Dans Form2 qui est la fenêtre principale, j'ajoute :

Public Shared Sub Main()

                Dim FrmSplash As New Form1       'instance la fenêtre Splash 

                Dim FrmPrincipal As New Form2    'instance la feuille principale

                FrmSplash.ShowDialog()     'affiche la fenêtre Splash en Modale

FrmPrincipal.ShowDialog() 'a la fermeture de Splash,  affiche la fenêtre principale

End Sub

Dans Form1 (la fenêtre Splash)

Private Sub Form1_Activated

Me.Refresh() 'pour afficher totalement la fenêtre.

'Ici ou on fait plein de choses on ouvre des fichiers ou on perd du temps.

Me.Close()

End Sub

On affiche FrmSplash un moment (Ho! la belle image) puis on l'efface et on affiche la fenêtre principale. Word, Excel... font comme cela.

Comment arrêter le programme ?

                Me.Close()    'Ferme la fenêtre en cours

Noter bien Me désigne le formulaire, la fenêtre en cours.

                ()      'Ferme l'application

Si des fichiers sont encore ouverts, cela les ferme. (Il vaut mieux les fermer avant, intentionnellement par une procédure qui ferme tous les fichiers.)

4.2Ouvrir un autre formulaire (une fenêtre)

Rappel:Formulaire=fenêtre

Comment à partir d'un formulaire Form1 ouvrir un second formulaire Form2 ?

Créer un formulaire

A-  On va d'abord créer la Classe Form2

Ajouter un formulaire (Menu Projet, Ajouter un formulaire au projet) nommé Form2 .

On se rend compte que quand on ajoute un formulaire (Form2 par exemple), VB crée une nouvelle classe' Class Form2'qui hérite de , qui hérite donc de toutes les propriétés et méthodes de la Classe Form qui est la classe 'formulaire'. Public Class Form2

End Class

Elle contient du code généré automatiquement par le concepteur Windows Forms et les procédures liées aux évènements.

Dessinez dans Form2 les contrôles nécessaires.

B-  On va créer la fenêtre

Pour créer un nouveau formulaire dans le programme, il faut :

-   Créer un formulaire à partir du moule, de la Classe Form2, cela s’appelle ‘Instancer’ un formulaire avec le mot New.

-   Ouvrir ce formulaire, la faire apparaître, (avec ShowDialog, c’est un formulaire modal) 

Dim f As New Form2() f.ShowDialog()

En conclusion :

Le fait d'ajouter un formulaire et des contrôles à un projet crée une Class, (un moule) ce qui permet ensuite d'instancer un objet formulaire.

Dénomination des fenêtres après leur création

Une procédure crée un formulaire par Dim f As New Form2 -       Dans le formulaire f créé:

Utiliser Me pour désigner le formulaire où on se trouve. (Form2 ou f ne sont pas acceptés)

Exemple :

Le formulaire f pourra être fermé par Me.close() dans le code du bouton Quitter par exemple.

-   Hors du formulaire f, dans la procédure où a été instancé le formulaire:

Utiliser f pour désigner le formulaire.

Exemple :

Si la fenêtre appelante veut récupérer des informations dans le formulaire f (un texte dans txtMessage par exemple), il faudra écrire.

-   Par contre, hors de la procédure qui a créée le formulaire, f n'est pas accessible.

En résumé: Attention donc, si vous instancez un formulaire dans une procédure, elle sera visible et accessible uniquement dans cette procédure.

Cela parait évident car un formulaire est un objet comme un autre et sa visibilité obéit aux règles habituelles (J'ai mis malgré tout un certains temps à le comprendre!!!).

Si vous voulez créer un formulaire qui soit visible dans la totalité du programme et dont les contrôles ou propriétés soient accessible par l'ensemble du programme, il faut l'instancer dans un module standard avec :

Public f As New Form2.

Un formulaire est un objet et sa visibilité obéit aux règles habituelles: Il peut être instancé dans une procédure, un module, précédé de ‘Public’,'Private'... Ce qui permet de gérer son accessibilité.

Un formulaire est un objet, on peut ajouter à un formulaire des méthodes et des membres

Pour ajouter une méthode à un formulaire, il faut créer une Sub Public dans le corps de la fenêtre :

Public Sub Imprime() Code d'impression

End Sub

Si une instance de la fenêtre se nomme F, F.Imprime() exécute la méthode Imprime (donc la sub Imprime)

De même, pour définir un membre d'un formulaire, il faut ajouter une variable public.

Public Utilisateur As String

Permet d'utiliser en dehors du formulaire F.Utilisateur

Si le formulaire é été instancé dans un module de Classe et précédé de Public, les méthodes et propriétés de ce formulaire seront accessibles de partout.

Exemple plus complet

Avec récupération de données dans le formulaire créé, à partir d'une procédure :

Créer un formulaire en utilisant Form2.

L'ouvrir en formulaire modal.Quand l'utilisateur ferme cette fenêtre modale, récupérer le texte qui est dans txtMessage de cette fenêtre modale.

La ruse c'est de mettre dans le code du bouton Quitter de Form2 () pour rendre la fenêtre Form2 invisible mais accessible (et pas Me.Close() qui détruirait la fenêtre, le contrôle txtMessage et son contenu).

Dim f As New Form2()

f.ShowDialog() f.Close()

Une fois que le texte à été récupéré, on faire disparaître la fenêtre f.

En réalité, curieusement, il semble que les propriétés de f soient accessibles même après un Close!!!

Autre problème, comment savoir si un formulaire existe, s’il n’existe pas le créer, s’il existe le rendre visible et lui donner la main :

If f Is Nothing Then    'Si f=rien  f = New Form2 f.ShowDialog()

Else

If f.Visible = False Then

f.Visible = True

End If

f.Activate()

End If

Fenêtre modale ou non modale

Un formulaire modal est un formulaire qui une fois ouvert prend la main, interdit l'usage des autres fenêtres. Pour poursuivre, on ne peut que sortir de cette fenêtre.

Exemple typique : une MessageBox est un formulaire modal, les fenêtres d'avertissement dans Windows sont aussi modales.

Pour ouvrir un formulaire modal, il faut utiliser la méthode .ShowDialog

f.ShowDialog()

Noter, et c'est très important, que le code qui suit .showDialog est exécuté après la fermeture de la fenêtre modale.

Pour un formulaire non modal faire :

f.Show()

Dans ce cas le formulaire f s'ouvre, le code qui suit .Show est exécuté immédiatement, et il est possible de passer dans une autre fenêtre de l'application sans fermer f.

Owner

Comment savoir quel formulaire a ouvert le formulaire en cours ? (Quel est le formulaire parent?)

ShowDialog possède un argument facultatif, owner, qu'on peut utiliser afin de spécifier une relation parent-enfant pour un formulaire. Par exemple, lorsque le code de votre formulaire principal affiche une boîte de dialogue, vous pouvez passer Me comme propriétaire de la boîte de dialogue, afin de désigner votre formulaire principal comme propriétaire, comme le montre le code de l'exemple suivant :

Dans Form1

Dim f As New Form2  f.ShowDialog(Me)

Dans Form2 on peut récupérer le nom du 'propriétaire', du 'parent' qui a ouvert la fenêtre (il est dans Owner) et l'afficher par exemple :

=Me.Owner.ToString

Cela affiche : NomApplication.Form1,text           text=est le texte de la barre supérieure.

Récupération d’information par DialogResult

On ouvre un formulaire modal, comment, après sa fermeture, récupérer des informations sur ce qui s'est passé dans ce formulaire modale ?

Par exemple, l'utilisateur a t-il cliqué sur le bouton Ok ou le bouton Cancel pour fermer le formulaire modale ?

Pour cela on va utiliser une propriété DialogResult des boutons, y mettre une valeur correspondant au bouton, quand l'utilisateur clique sur un bouton, la valeur de la propriété DialogResult du bouton est assignée à la propriété DialogResult du formulaire, on récupère cette valeur à la fermeture du formulaire modal.

Dans le formulaire modal Form2 on met : ButtonOk.DialogResult=

ButtonCancel.DialogResult= DialogResult.Cancel

Dans le formulaire qui appelle :

Form2.ShowDialog()

If form2.DialogResult= then

'l'utilisateur a cliquer sur le bouton ok End if

Remarque :

1.    On utilise comme valeur de DialogResult les constantes de l'énumération .Cancel .No .Yes .Retry .None

2.    Si l'utilisateur clique sur la fermeture du formulaire modal (bouton avec X) cela retourne DialogResult.cancel

3.    on peut aussi utiliser la syntaxe : If form2.ShowDialog(Me) =

Then qui permet en une seule ligne d'ouvrir form2 et de tester si l'utilisateur a cliqué sur le bouton ok de form2.

4.    La fermeture du formulaire modal par le bouton de fermeture ou l'appel de la méthode Close ne détruit pas toujours le formulaire modal, il faut dans ce cas utiliser la méthode Dispose pour le détruire.

Mon truc:De manière générale s'il y a des informations à faire passer d'un formulaire à un autre, j'utilise une variable Publique (nommée BAL comme 'Boite aux lettres' par exemple) dans laquelle je met l'information à faire passer.

Bouton par défaut

Parfois dans un formulaire, l'utilisateur doit pouvoir, valider (taper sur la touche 'Entrée') pour accepter et quitter rapidement le formulaire (c'est l'équivalent du bouton 'Ok') ou taper 'Echap' pour sortir du formulaire sans accepter (c'est l'équivalent du bouton 'Cancel').

Il suffit pour cela de donner aux propriétés AcceptButton et CancelButton du formulaire, le nom des boutons ok et cancel qui sont sur la feuille.

form1.AcceptButton = buttonOk

form1.CancelButton = buttonCancel

Si l'utilisateur tape la touche 'Echap' buttonCancel_Click est exécuté.

4.3Traiter les erreurs

Il y a plusieurs types d'erreurs :

-   Les erreurs de syntaxe.

-   Les erreurs d'exécution.

-   Les erreurs de logique.

Les erreurs de syntaxe

Elles surviennent en mode conception quand on tape le code :

Exemple :

A+1=B         'Erreur dans l'affectation

f.ShowDialogue        'Faute de frappe, il fallait taper ShowDialog 2 For... et un seul Next

Dans ces cas VB souligne en ondulé bleue le code. Il faut mettre le curseur sur le mot souligné, l'explication de l'erreur apparaît.

Exemple :

Propriété Text d'un label mal orthographiée.

Elles sont parfois détectées en mode Run.

Erreur dans une conversion de type de données par exemple. Il faut les corriger immédiatement en tapant le bon code.

Les erreurs d’exécution 

Elles surviennent en mode Run ou lors de l'utilisation de l'exécutable, une instruction ne peut pas être effectuée. Le logiciel s'arrête brutalement, c'est très gênant!! Pour l'utilisateur c'est un 'BUG'

L'erreur est:

-   Soit une erreur de conception.

Exemple :

Ouvrir un fichier qui n'existe pas (On aurait du vérifier qu'il existe avant de l'ouvrir!). Division par zéro.

Utiliser un index d'élément de tableau supérieur au plus grand possible : Dim A(3) As String: A(5)="Toto"

-   Soit une erreur de l'utilisateur.

Exemple :

On lui demande de taper un chiffre, il tape une lettre ou rien puis valide.

Il faut toujours vérifier ce que fait l'utilisateur et prévoir toutes les possibilités.

Exemple :

Si je demande à l'utilisateur de tapez un nombre entre 1 et 10, il faut: -       Vérifier qu'il a tapé quelque chose.

-   Que c'est bien un chiffre (pas des lettres). -           Que le chiffre est bien entre 1 et 10.

Sinon il faudra reposer la question.

On voit bien que pour éviter les erreurs d'exécution il est possible :

-   D'écrire du code gérant ces problèmes, contrôlant les actions de l'utilisateur… -       Une autre alternative est de capter l'erreur.

Capter les erreurs avec Try Catch Finally

Avant l'instruction supposée provoquer une erreur indiquez : Essayer (Try), si une erreur se produit Intercepter l'erreur (Catch) puis poursuivre (après Finally)

Try

Instruction susceptible de provoquer une erreur

Catch

Traitement de l'erreur

Finally

Code toujours exécuté

End Try

Il faut pour que cela fonctionne avoir tapé au préalable Imports

Il est possible d'utiliser Catch pour récupérer l'objet 'Exception' qui est généré par l'erreur.

Catch ex As Exception

Cet objet Exception à des propriétés :

Message qui contient le descriptif de l'erreur.

Source qui contient l'objet qui a provoqué l'erreur....

ex.Message contient donc le message de l'erreur.

Cet     objet Exception     (de     l'espace         IO)     à        aussi   des     classes          dérivées : StackOverFlowException;            FileNotFoundExeption;     EndOfStreamExeption; FileLoadExeption; PathTooLongExeption.

Enfin une exception peut provenir de l'espace System: ArgumentExceptions; ArithmeticException; DivideByZeroExeception.....  

Il est possible d'écrire plusieurs instructions Catch avec pour chacune le type de l'erreur à intercepter. (Faisant partie de la classe Exceptions)

Exemple :

On ouvre un fichier par StreamReader , comment intercepter les exceptions suivantes?

Répertoire non valide

Fichier non valide Autre.

Try sr= New StreamerReader (NomFichier)

Catch ex As DirectoryNotFoundException MsgBox("Répertoire invalide")

Catch ex As FileNotFoundException MsgBox("Fichier invalide")

Catch ex As Exception

MsgBox(ex.Message)

End Try

Noter que le dernier Catch intercepte toutes les autres exceptions.

On peut encore affiner la gestion par le mot clé When qui permet une condition.

Catch ex As FileNotFoundException

When ex.Message.IndexOf ("Mon ") >0

MsgBox ("Impossible d'ouvrir Mon ")

Si le texte "Mon " est dans le message, affichez que c'est lui qui ne peut pas être ouvert.

Exit Try permet de sortir prématurément.

Capter les erreurs avec On error

On peut aussi utiliser en la méthode VB6 :

On Error Goto permet en cas d'erreur de sauter à une portion de code traitant l'erreur.

On peut y lire le numéro de l'erreur qui s'est produite, ce numéro est dans Err.Number.

Err.Description contient le texte décrivant l'erreur. Err.Source donne le nom de l'objet ou de l'application qui a crée l'erreur.

Quand l'erreur est corrigée, on peut revenir de nouveau effectuer la ligne qui a provoqué l'erreur grâce à Resume ou poursuivre à la ligne suivante grâce à Resume Next

Exemple :

On Error GoTo RoutinedErreur 'Si une erreur se produit se rendre à 'RoutineErreur'

Dim x As Integer = 33

Dim y As Integer = 0 Dim z As Integer z = x / y ' Crée une division par 0 !!

RoutinedErreur: ' La Routine d'erreur est ici (remarquer le ':').

Select Case Err.Number ' On regarde le numéro de l'erreur.

Case 6 ' Cas : Division par zéro interdite y = 1 ' corrige l'erreur.

Case Else

' Autres erreurs....

End Select

Resume ' Retour à la ligne qui a provoqué l'erreur.

Pour arrêter la gestion des erreurs il faut utiliser : On Error Goto 0

Parfois on utilise une gestion hyper simplifiée des erreurs:

Si une instruction 'plante', la sauter et passez à l'instruction suivante, pour cela on utilise:

On Error Resume Next

Exemple :

On veut effacer un fichier On Error Resume Next

Kill (MonFichier)

On Error goto 0

Ainsi, si le fichier n'existe pas, cela ne plante pas (on aurait pu aussi vérifier qu'il existe avant de l'effacer).

On Error Gosub n'existe plus.

Les erreurs de logique

Le programme fonctionne, pas d'erreurs apparentes, mais les résultats sont erronés, faux.

Il faut donc toujours tester le fonctionnement du programme de multiples fois dans les conditions réelles avec des données courantes, mais aussi avec des données remarquables (limites supérieures, inférieures, cas particuliers..) pour voir si les résultats sont cohérents et exacts.

Et avoir une armée de Bêta-testeurs.

Une fois l'erreur trouvée, il faut en déterminer la cause et la corriger.

Ou bien elle est évidente à la lecture du code ou bien elle n'est pas évidente et c'est l'horreur. Dans ce dernier cas il faut analyser le fonctionnement du programme pas à pas, instruction par instruction en surveillant la valeur des variables. (Voir la rubrique déboguage)

Les erreurs les plus communes sont :

-   Utilisation d'un mauvais nom de variable (La déclaration obligatoire des variables évite cela)

-   Erreur dans la portée d'une variable.

-   Erreur dans le passage de paramètres (Attention au By Val et By Ref) - Erreur dans la conception de l'algorithme. - ...

Quelques règles permettent de les éviter : voir leçon 7.2

4.4Travailler sur une fenêtre multidocument

Comment créer un programme MDI (Multi Document Interface) ?

Comprendre les programmes MDI

L’exemple de Word : la fenêtre principale (fenêtres MDI) contient les menus en haut, on peut ouvrir plusieurs documents dans des fenêtres filles.

Ci dessous l'exemple de LDF (Programme de comptabilité écrit par l'auteur) :

On a une fenêtre MDI (conteneur) contenant 2 fenêtres filles affichant chacune une année de comptabilité.

Dans , un MDIForm (fenêtres principale MDI) est une fenêtre quelconque dont la propriété IsMDIContainer = true.

Dans la fenêtre fille, la propriété MDIParent indique le conteneur (C'est à dire le nom de la fenêtre MDI).

Les applications MDI peuvent avoir plusieurs conteneurs MDI.

Exemple d'un programme MDI.

On va créer une Form1 qui est le conteneur.

Une Form2 qui est la fenêtre fille.

Dans Form1 le menu principal contient la ligne '&Nouvelle' qui crée une nouvelle instance de la fenêtre fille.

Création de la fenêtre conteneur parent

Créer la fenêtre Form1 :

Dans la fenêtre Propriétés, affectez la valeur true à la propriété IsMDIContainer. Ce faisant, vous désignez la fenêtre comme le conteneur MDI des fenêtres enfants.

Remarque : Affecter la valeur Maximized à la propriété WindowState, car il est plus facile de manipuler des fenêtres MDI enfants lorsque le formulaire parent est agrandi. Sachez par ailleurs que le formulaire MDI parent prend la couleur système (définie dans le Panneau de configuration Windows).

Ajouter les menus du conteneur :

A partir de la boîte à outils, faites glisser un contrôle MainMenu sur le formulaire. Créez un élément de menu de niveau supérieur en définissant la propriété Text avec la valeur &File et des éléments de sous-menu appelés &Nouvelle et &Close. Créez également un élément de menu de niveau supérieur appelé &Fenêtre.

Dans la liste déroulante située en haut de la fenêtre Propriétés, sélectionnez l'élément de menu correspondant à l'élément &Fenêtre et affectez la valeur true à la propriété MdiList

Vous activez ainsi le menu Fenêtre qui permet de tenir à jour une liste des fenêtres MDI enfants ouvertes et indique à l'utilisateur par une coche la fenêtre enfant active.

Il est conseillé de créer un module standard qui instance la fenêtre principale et qui contient une procédure Main qui affiche la fenêtre principale :

Module StandartGénéral

Public FrmMDI as Form1

Sub Main()

FrmMDI.ShowDialog()

End sub

End Module

Noter bien que FrmMDI est donc la fenêtre conteneur et est Public donc accessible à tous.

Création des fenêtres filles

Pour créer une fenêtre fille, il suffit de donner à la propriété MDIParent d'une fenêtre le nom de la fenêtre conteneur.

Dessiner dans Form2 les objets nécessaires dans la fenêtre fille.

Comment créer une instance de la fenêtre fille à chaque fois que l'utilisateur clique sur le menu '&Nouvelle'?

En premier lieu, déclarez dans le haut du formulaire Form1 une variable MDIFilleActive qui contiendra  la fenêtre fille active.

Dim MDIFilleActive As Form2

La routine correspondant au MenuItem &Nouvelle (dans la fenêtre MDI) doit créer une instance de la fenêtre fille :

Protected Sub MDIChildNouvelle_Click(ByVal sender As System.Object, ByVal e As

System.EventArgs) Handles MenuItem2.Click MDIFilleActive = New Form2()

'Indique à la fenêtre fille son ‘parent’.

MDIFilleActive.MdiParent = Me

'Affiche la fenêtre fille

()

End Sub

Comment connaître la fenêtre fille active ?

Quand on en a ouvert plusieurs ?

La fenêtre fille active est dans Me.ActiveMdiChild du conteneur

Comment voir s'il existe une fenêtre active ?

If Not (ActiveMdiChild=Nothing) then       'elle existe

En mettant dans la variable MDIFilleActive la fenêtre active, on est sur de l'avoir toujours à disposition : pour cela dans la procédure Form1_MdiActivate (qui se produit à chaque fois que l'on change de fenêtre fille) je récupère Me.ActiveMdiChild qui retourne la fenêtre fille active.

Dans Form1

Private Sub Form1_MdiChildActivate.. MDIFilleActive=Me.ActiveMdiChild

End Sub  

Il faut comprendre que peut importe le nom de la fenêtre fille active, on sait simplement que la fenêtre fille active est dans MIDFilleActive, variable que l'on utilise pour travailler sur cette fenêtre fille.

Comment avoir accès aux objets de la fenêtre fille à partir du conteneur ?

De la fenêtre conteneur j'ai accès aux objets de la fenêtre fille par l'intermédiaire de la variable MDIFilleActive précédemment mise à jour; par exemple le texte d'un label :

Comment parcourir toutes les fenêtres filles ?

La collection MdiChildren contient toutes les fenêtres filles, on peut les parcourir :

Dim ff As Form2

For Each ff In Me.MdiChildren

...

Next

Comment avoir accès aux objets du conteneur à partir de la fenêtre fille ?

En utilisant Me.MdiParent qui contient le nom du conteneur.

Dans la fenêtre fille le code ="Document 1" affichera 'Document 1' dans la barre de titre du conteneur.

Comment une routine du module conteneur appelle une routine dans la fenêtre fille active ?

Si une routine public de la fenêtre fille se nomme Affiche, on peut l'appeler par : MDIFilleActive.Affiche()

Il n'est pas possible d'appeler les évènements liés aux objets.

Agencement des fenêtres filles

La propriété LayoutMdi de la fenêtre conteneur modifie l’agencement des fenêtres filles.

- MdiLayout.Cascade

- MdiLayout.TileHorizontal

- MdiLayout.TileVertical

- MdiLayout.ArrangeIcons

Exemple :

Le menu Item Cascade met les fenêtres filles en cascade.

Protected Sub CascadeWindows_Click(ByVal sender As System.Object, ByVal e As

System.EventArgs)

Me.LayoutMdi(System.Windows.Forms.MdiLayout.Cascade)


Cours d’initiation à Visual par Philippe Lasserre

End Sub

4.5Travailler sur le temps : dates, heure, Timers

On a vu qu'il existe un type de variable 'DateTime' pour gérer les dates et heures, comment l'utiliser ?

Nous verrons aussi comment utiliser les Timers pour déclencher des évènements à intervalle régulier.

Enfin comment perdre du temps ?

DateTime

Une variable DateTime       ‘Contient une date plus l’heure.

Elle occupe 8 octets. (64 bits)

Peut contenir une date comprises entre le 1erjanvier de l'année 1 et le 31 décembre 9999 et des heures comprises entre 0:00:00 (minuit) et 23:59:59.

En fait ce qui est codé dans la variable DateTime est le nombre de graduations (Une graduation= 100 nanosecondes.) écoulées à compter de minuit, le 1er janvier de l'année 1 jusqu'a la date codée.

Nb: DateTime fait partie d'une Classe .Net , il existe aussi un type nommé Date qui contient aussi une date et l'heure et qui fait partie de VB mais qui n'est pas une classe.

Saisir une date, une heure

Pour saisir une valeur DateTime en utilisant un littéral: elle doit être placée entre des signes (#) et son format doit être de type d/m/yyyy, par exemple #31/5/1998#.

Dim DateNaissance As Date

DateNaissance= #02/12/1951#

Autre manière de saisir une date, une heure :

Dim date1 As New System.DateTime(1996, 6, 3, 22, 15, 0)      'Année,         mois, jour, heure,minute, seconde, et éventuellement millisecondes)

Afficher une date, une heure

Pour afficher les dates et heures simplement, il suffit d'utiliser .ToString MsgBox(DateNaissance.ToString) 'Affichera 02/12/1951 11:00:00

C'est le format utilisé par l'ordinateur (en fonction du pays) 

ToString peut comporter des arguments qui formatent l'affichage :

Voici quelques codes de formatage:

D       affiche le jour                            2

Dd      affiche le jour sur 2 chiffres          02

Ddd    affiche le jour abrégé                   Dim.

Dddd affiche le jour complet                   Dimanche

M       affiche le mois                            12

MM     affiche le mois sur 2 chiffres          12

MMM affiche le mois abrégé                    déc

MMMM          affiche le mois complet       décembre

 

y, yy, yyyy    affiche 1 à 2 chiffres, deux chiffres ou quatre chiffre

51, 51, 1951

H        affiche l'heure sur un ou deux chiffres (format 24h) HH affiche l'heure sur 2 chiffres h et hh          font de même mais avec un format 12 h.

t, tt     affiche l'heure en format 12h plus A ou P (pour matin, après midi) m, mm, s, ss, f, ff     font de même pour les minutes, secondes et millisecondes. : et / sont les séparateurs heure et date.

Exemple :

MsgBox(DateNaissance.ToString("dddd d MMMM yyyy"))           'Affichera Dimanche 2 décembre 1951

                MsgBox(DateNaissance.ToString("hh:mm")        'Affichera 11:00

                MsgBox(DateNaissance.ToString("d/MM/yy")      'Affichera 02/12/51 

MsgBox(DateNaissance.ToString("%h) 'Affichera 11 le caractère % est utilisé quand on affiche une seule donnée.

On peut enfin utiliser les méthodes de la classe DateTime!!

DateNaissance.ToLongDateString

'dimanche 02 décembre 1951

DateNaissance.ToShortDateString

‘02/12/1951

DateNaissance.ToLongTimeString

'11:00:00

DateNaissance.ToShortTimeString

'11:00

Variable « temps »

Un TimeSpan est une unité de temps exprimée en jours, heures, minutes, secondes; Un TimeSpan  initialisé avec 1.0e+13 graduations représente "11.13:46:40", ce qui correspond à 11 jours, 13 heures, 46 minutes et 40 secondes.

L'espace de nom System.DateTime. contient une multitude de membre :

Add Substract

On peut ajouter ou soustraire un TimeSpan à un DateTime, on obtient un DateTime.

En clair on peut ajouter à une date une durée, on obtient une date.

' Quel sera la date  dans 36 jours ? Dim today As System.DateTime

Dim duration As System.TimeSpan

Dim answer As System.DateTime

today =

duration = New System.TimeSpan(36, 0, 0, 0) answer = (duration)

On peut ajouter ou soustraire 2 dates, on obtient une TimeSpan

Dim diff1 As System.TimeSpan

diff1 = date2.Subtract(date1)

AddDay, addMonth, AddHours, AddSeconds, AddMiliseconds

Permet d'ajouter des jours,ou des mois, ou des heures, ou des secondes, ou des millisecondes à une date, on obtient une date.

Answer=today.AddDay(36)

Year, Month, Day, Hour, Minute, Second, Milisecond

Permettent d'extraire l'année, le mois, le jour, l'heure, les minutes, les secondes, les millisecondes d'une date :

                       ' => I=1951

                      'donne le jour d'aujourd'hui (1 à 31)

DayOfWeek

Retourne le jour de la semaine (0 pour dimanche à 6 pour samedi)

I=DateNaissance.DayOfWeek        'I=0 car le 02/12/1951 est un dimanche. DayForYear existe aussi.

Now, ToDay, TimeOfDay

Now est la date et l'heure du système.(Là, maintenant) ToDay est la date du système avec l'heure à 0. TimeOfDay est l'heure actuelle.

Ticks

Donne le nombre de graduations d'un DateTime. AddTicks peut être utilisé.

Comparaison de DateTime

On utilise Compare: DateTime.Compare(t1, t2) retourne 0 si t1=t2, une valeur positive si t1>t2 négative si t1<t2.

Dim t1 As New DateTime(100)

Dim t2 As New DateTime(20)

If DateTime.Compare(t1, t2) > 0 Then Console.WriteLine("t1 > t2") End If

If DateTime.Compare(t1, t2) = 0 Then Console.WriteLine("t1 = t2") End If

If DateTime.Compare(t1, t2) < 0 Then Console.WriteLine("t1 < t2")

End If

On peut aussi utiliser la méthode op_Equality de l'espace de nom pour voir si 2 dates sont égales:

areEqual = System.DateTime.op_Equality(april19, otherDate)

Il existe aussi op_GreaterThan et beaucoup d'autres.

Comment saisir rapidement une date dans un programme?

En ajoutant à une fenêtre un contrôle DateTimePicker

En mode Run, il apparaît une zone rectangulaire avec la date système dedans :

Si l'utilisateur clique sur la flèche déroulante, il apparaît une fenêtre calendrier.

Il suffit pour l'utilisateur de cliquer sur la bonne date.

Le programmeur récupére la date dans DateTimePicker1.value

Il existe, bien sur, de multiples propriétés et plusieurs évènements, le plus remarquable étant : ValueChanged.

MonthCalendar est un contrôle similaire mais qui reste toujours ouvert. De plus grâce à CalendarDimension on peut afficher plusieurs mois.

Les Timers

Pour déclencher un évènement à intervalle régulier, il faut utiliser les minuteries ou Timer. Prendre le contrôle Timer dans le Boite à outils, l'ajouter à la fenêtre. Il apparaît en bas sous la fenêtre dans la barre d'état des composants.

Il n'apparaît pas à l'utilisateur dans la fenêtre en mode Run. Il est très simple à utiliser.

La propriété Interval contient la périodicité de l'événement Ticks , évènement qui se déclenche régulièrement.

Interval est en millisecondes. Pour Interval=500 l'évènement Ticks se déclenche toutes les 1/2 secondes.

Start et Stop déclenche et arrête la minuterie. (De même Enabled active ou non)

Exemple :

Faire clignoter un label toutes les 1/2 secondes.

Créer le label1

Ajouter un Timer1 (qui se place en bas sous la fenêtre)

Private Sub Form3_Load(...) Timer1.Interval = 500

Timer1.Start()

End Sub

Private Sub Timer1_Tick(..)

Label1.Visible = Not (Label1.Visible) End Sub

Un évènement Timer_Tick se produit toutes les 1/2 secondes et inverse la valeur de la propriété visible du label. (S'il était égal à True, il devient égal à False et vice versa.) 

Mais attention : Timer à des restrictions de taille :

-   Si votre application ou une autre demande beaucoup au système (boucles longues, calculs complexes, accès intensifs à un périphérique, un réseau ou un port, par exemple), les événements de minuterie peuvent être moins fréquent que spécifié dans la propriété Interval. Il n'est pas garanti que l'intervalle s'écoule dans le temps exact!!

-   L'intervalle peut être compris entre 1 et 64 767 millisecondes : l'intervalle le plus long ne dépasse pas de beaucoup la minute (64,8 secondes). 

-   Le système génère 18 graduations à la seconde (même si la valeur de la propriété Interval est mesurée en millisecondes, la véritable précision d'un intervalle ne dépassera pas un dix-huitième de seconde).

Donc pour faire clignoter un label : OUI

Pour compter précisément un intervalle de temps:NON

Mais il y a d'autres méthodes, voir le cours 7.3

Perdre du temps

Parfois on a besoin de perdre du temps :

Exemple ne rien faire pendant 3 secondes puis poursuivre… -     Il est exclu de faire des boucles vides:

For i=0 to 100000 ' le temps écoulé est variable en fonction des machines…

Next i

-   Autre méthode : on boucle tant que l'heure courante est inférieure à l'heure du départ+3s

Dim t As

Do While <t.AddSeconds(3) Loop

Mais cela accapare le processeur.

-   On peut utiliser un Timer et vérifier dans la procédure Tick si le temps est écoulé.

-   On peut utiliser Thread.Sleep  System.Threading.Thread.Sleep(3000)  

Chronométrer

Parfois on a besoin de chronométrer un évènement :

Voir le cours 7.4 - Chronométrer

L'exemple E4.1sur l'horloge est aussi didactique.

4.6Les fichiers

Comment lire et écrire dans des fichiers du texte, des octets, du XML du Rtf ?

Généralités et rappels

Le mot 'fichier' est a prendre au sens informatique : ce n'est pas un ensemble de fiches mais plutôt un ensemble d'octets. Un fichier peut être un programme (Extension .EXE), du texte (Extension .TXT ou .DOC....), une image (Extension .BMP .GIF .JPG...), une base de données (.MDB..) du son, de la vidéo....

Pour travailler avec du texte, des octets, des données très simple (sans nécessité d'index, de classement..), on utilise les méthodes décrites dans cette page, travail direct dans les fichiers séquentiels, aléatoires, binaires. Mais dès que les informations sont plus structurées, il faut utiliser les bases de données (Il y a plusieurs chapitre plus loin traitant des Base de données).

Un fichier a un nom : '', une extension : '.GIF' qui en indique généralement le type de contenu, des attributs (Longueur, Date de création, de modification, Fichier en lecture seule ou non..).

On voit cela dans l'explorer Windows :

Un fichier est composé d'enregistrements qui sont des 'paquets' de données; suivant le type de fichiers un enregistrement peut correspondre à une ligne, un octet, un groupe d'octets…

Comment utiliser les fichiers, voici le plan de cet article :

-   Il est conseillé de travailler avec les Classes du Framework

Avec la Classe FileInfo.

On obtient des renseignements sur le fichier.

Pour lire écrire dans un fichier (en dehors des bases de données), il y a plusieurs méthodes.

Avec la Classe on a à notre disposition StreamReader StreamWriter BinaryReader BinaryWriter FileStream

Pour lire ou écrire dans un fichier, il faut l'ouvrir (Open), lire ou écrire en utilisant un flux de données (Stream) puis le refermer (Close).

Le Stream (flux, torrent, courant) est une notion générale, c'est donc un flux de données provenant ou allant vers un fichier, un port, une connexion TCP/IP...

L'accès est séquentiel : les données sont traitées du début à la fin du fichier.

-   Il existe toujours la méthode classique du FileOpen

On ouvre le fichier en mode séquentiel, aléatoire, binaire, on lit X enregistrements, on referme le fichier.

-   Avec certains objets, on gère automatiquement les lectures écritures sur le disque

Comme avec le RichTextBox par exemple.

En résumé, pour travailler sur les fichiers, on dispose :

-   des instructions VB runtime traditionnelles: FileOpen WriteLine…

-   des instructions du FSO (FileObjetSystem) pour la compatibilité avec les langages de script.

-   de l'espace de nom avec les Class et objets .NET

Les 2 premiers font appel au troisième; donc pourquoi ne pas utiliser directement les Classe .NET?

Classe FileInfo et File, Stream

Pour travailler sur les fichiers, il faut au préalable taper : Imports

La classe File est utilisée pour travailler sur un ensemble de fichier ou un fichier (sans instanciation préalable), la Classe FileInfo donne des renseignements sur un fichier particulier (Il faut instancer au préalable un objet FileInfo).

La Classe File possède les méthodes suivantes.

Exists            Teste si le fichier existe.

Create         Crée le fichier

Copy              Copie le fichier

Delete            Efface le fichier

GetAttributes , SetAttributes      Lire ou écrire les attributs

Move              Déplacement de fichier

Toutes les méthodes Open (pour un FileStream) OpenRead, OpenWrite, OpenText.

Exemple :

Un fichier existe-t-il? Afficher True s'il existe : = File.Exists("").ToString

La Classe FileInfo possède les propriétés suivantes.

Name             Nom du fichier (sans extension)

FullName      Nom complet avec extension

Extension Extension (.txt par exemple)

Length           Longueur du fichier

Directory     Répertoire parent

DirectoryName       Répertoire ou se trouve le fichier

Exists

LastAccessTime     Date du dernier accès, LastWriteTime existe aussi

Attributes     Attributs

Il faut faire un AND entre Attributes et une valeur de l'énumération FileAttributes ( Archive, Compressed, Directory, Encrypted, Hidden, Normal, ReadOnly, System, Temporaly).

Pour tester ReadOnly par exemple :

Fi.Attributes And FileAttributes.ReadOnly

'retourne True si le fichier est ReadOnly

Et les méthodes suivantes :

Create, Delete, MoveTo

AppendTex, CopyTo Open, OpenRead, OpenWrite, OpenText..

On voit que toutes les informations sont accessibles.

Exemple :

Pour un fichier, afficher successivement le nom, le nom avec répertoire, le répertoire, la longueur, la date de dernière écriture et si le fichier est en ReadOnly. Dim sNom As String = "c:\"

Dim Fi As FileInfo

Fi=New FileInfo( sNom)

MsgBox("Nom="& )

MsgBox("Nom complet ="& Fi.FullName)

MsgBox("Répertoire="& Fi.DirectoryName) MsgBox("Longueur="& Fi.Lenght.ToString)

MsgBox("Date der modification="& Fi.LastWriteTime.ToShortDateString)

MsgBox("ReadOnly="& (Fi.Attributes And FileAttributes.ReadOnly).ToString)

Utiliser les « Stream »

Le Stream (flux, torrent, courant) est une notion générale, c'est donc un flux de données provenant ou allant vers un fichier, un port, une connexion TCP/IP...

Ici on utilise un Stream pour lire ou écrire dans un fichier.

L'accès est séquentiel: les données sont traitées du début à la fin du fichier.

Pour écrire dans un fichier texte :

Il faut instancier un objet de la classe StreamWriter. On écrit avec Write ou WriteLine (ajoute un saut de ligne). Enfin on ferme avec Close.

On peut instancer avec le constructeur de la classe StreamWriter et avec New, ou par la Classe

File.

Dim SW As New StreamWriter ("") ' crée ou si existe écrase

Il existe une surcharge permettant d'ajouter à la fin du fichier :

Dim SW As New StreamWriter ("", True) ' crée ou si existe ajoute

Avec la classe File :

Dim SW As StreamWriter=File.CreateText ("") ' crée ou si existe écrase

Dim SW As StreamWriter = File.AppendText("") ' crée ou si existe ajoute

Ensuite pour écrire 2 lignes : SW.WriteLine ("Bonjour")

SW.WriteLine ("Monsieur")

Enfin on ferme : SW.Close()

Pour lire dans un fichier Texte :

Il faut instancier un objet de la classe StreamReader. On lit avec Read (un nombre d'octet) ReadLine (une ligne) ReadToEnd (de la position courante jusqu'à la fin). Enfin on ferme avec Close.

Avec le constructeur de la Classe Stream Reader : Dim SR As New StreamReader ("")

Avec la Classe File :

Dim SR As StreamReader=File.OpenText ("") 

Comment lire chaque ligne du fichier et s'arrêter à la fin ?

En effet on ne sait pas habituellement combien le fichier contient de ligne, si le fichier contient 2 lignes il faut en lire 2 et s'arrêter sinon on tente de lire après la fin du fichier, encore cela déclenche une erreur.

3 solutions :

1-Utiliser ReadToEnd qui lit en bloc jusqu'à la fin.

2-Avant ReadLine Taper un Try, quand l'erreur 'fin de fichier' survient elle est intercepté par Catch qui sort  du cycle de lecture et ferme le fichier.

3-Utiliser Peek qui lit dans le fichier un caractère mais sans modifier la position courante de lecture.

La particularité de Peek est de retourner -1 s'il n'y a plus de caractère à lire sans déclencher d'erreur, d'exception.

La troisième solution est la plus générale et la plus élégante :

Do Until =-1 Ligne=SR.ReadLine()

Loop

Enfin on ferme : SR.Close()

Notion de 'Buffer', utilisation de Flush.

En fait quand on écrit des informations sur le disque, le logiciel travaille sur un buffer ou mémoire tampon qui est en mémoire vive. Si on écrit des lignes dans le fichier, elles sont 'écrites' dans le buffer en mémoire vive. Quand le buffer est plein,(ou que l'on ferme le fichier) l'enregistrement du contenu du buffer est effectué effectivement sur le disque.

Ce procédé est général à l'écriture et à la lecture de fichier mais totalement transparent car le programmeur ne se préoccupe pas des buffers.

Parfois, par contre, même si  on a enregistré peu d'information, on veut être sûr qu'elle est sur le disque, il faut donc forcer l'enregistrement sur disque même si le buffer n'est pas plein, on utilise la méthode Flush. SW.Flush()

Le fait de fermer un fichier par Close, appelle automatiquement Flush() ce qui enregistre des données du buffer.

Utiliser « FileOpen »

Visual Basic fournit trois types d'accès au fichier :

-   l'accès séquentiel, pour lire et écrire des fichiers texte de manière continue, chaque donnée est enregistrée successivement du début à la fin ; les enregistrements n'ont pas la même longueur, ils sont séparés par des  virgules ou des retours à la ligne.

Philippe

Jean-

François

Louis

On ne peut qu'écrire le premier enregistrement puis le second, le troisième, le quatrième...

Pour lire c'est pareil : on ouvre, on lit le premier, le second, le troisième, le quatrième....

Pour lire le troisième enregistrement, il faut lire avant les 2 premiers.

-   l'accès aléatoire (Random), (on le nomme parfois accès direct) pour lire et écrire des fichiers texte ou binaire constitués d'enregistrements de longueur fixe, on peut avoir directement accès à un enregistrement à partir de son  numéro.

Philippe

1 place de la gare

Jean

35 rue du cloître

Pierre

14 impasse du musée

Louis sdf

Les enregistrements ont une longueur fixe, il faut prévoir!! Si on décide de 20 caractères pour le prénom, on ne pourra pas en mettre 21, le 21ème sera tronqué, à l'inverse l'enregistrement de 15 caractères sera complété par des blancs.

Il n'y a pas de séparateur entre les enregistrements.

Les enregistrements peuvent être constitués d'un ensemble de variables : une structure, ici prénom et adresse.

Ensuite on peut lire directement le second enregistrement, ou écrire sur le 3éme.

-   l'accès binaire, pour lire et écrire dans tous les fichiers, on lit ou écrit un nombre d'octet désiré…

En pratique :

Les fichiers séquentiels sont bien pratiques pour charger une série de ligne, (toujours la même) dans une ListBox par exemple.

Faut-il utiliser les fichiers séquentiels ou random (à accès aléatoire) pour créer par exemple un petit carnet d'adresse ?

Il y a 2 manières de faire :

-   Créer un fichier random et lire ou écrire dans un enregistrement pour lire ou modifier une adresse.

-   Créer un fichier séquentiel. A l'ouverture du logiciel lire séquentiellement toutes les adresses et les mettre dans un tableau (de structure). Pour lire ou modifier une adresse: lire ou modifier un élément du tableau. En sortant du programme enregistrer tous les éléments du tableau séquentiellement.(Enregistrer dans un nouveau fichier, effacer l'ancien, renommer le nouveau avec le nom de l'ancien).

-   Bien sur s'il y a de nombreux éléments dans une adresse, un grand nombre d'adresse, il faut utiliser une base de données.

Si on ouvre un fichier en écriture et qu'il n'existe pas sur le disque, il est crée.

Si on ouvre un fichier en lecture et qu'il n'existe pas, une exception est déclenchée (une erreur). On utilisait cela pour voir si un fichier existait: on l'ouvrait, s'il n'y avait pas d'erreur c'est qu'il existait. Mais maintenant il y a plus simple pour voir si un fichier existe.  

Si on ouvre un fichier et que celui-ci est déjà ouvert par un autre programme, il se déclenche généralement une erreur (sauf si on l'ouvre en Binaire, c'était le cas en VB6, c'est à vérifier en ).

Pour ouvrir un fichier on utilise FileOpen

FileOpen (FileNumber, FileName, Mode, Access, Share, RecordLength)

Paramètres de FileOpen :

FileNumber

A tous fichier est affecté un numéro unique, c'est ce numéro que l'on utilisera pour indiquer sur quel fichier pratiquer une opération... Utilisez la fonction FreeFile pour obtenir le prochain numéro de fichier disponible.

FileName

Obligatoire. Expression de type String spécifiant un nom de fichier. Peut comprendre un nom de répertoire ou de dossier, et un nom de lecteur.

Mode

Obligatoire. Énumération OpenMode spécifiant le mode d'accès au fichier : Append, Binary, Input (séquentiel en lecture), Output (séquentiel en écriture) ou Random (accès aléatoire).

Access

Facultatif. Mot clé spécifiant les opérations autorisées sur le fichier ouvert : Read, Write ou ReadWrite. Par défaut, la valeur est OpenAccess.ReadWrite.

Share

Facultatif. Spécifiant si un autre programme peut avoir en même temps accès au même fichier : Shared (permet l'accès aux autres programmes), Lock Read (interdit l'accès en lecture), Lock Write (interdit l'accès en écriture) et Lock Read Write (interdit totalement l'accès). Le processus Read Write est paramétré par défaut. 

RecordLength

Facultatif. Nombre inférieur ou égal à 32 767 (octets). Pour les fichiers ouverts en mode Random, cette valeur représente la longueur de l'enregistrement. Pour les fichiers séquentiels, elle représente le nombre de caractères contenus dans la mémoire tampon.

Pour écrire dans un fichier on utilise :

Print, Write, WriteLine, dans les fichiers séquentiels FilePut dans les fichiers aléatoires

Pour lire dans un fichier on utilise:

Input, LineInput dans les fichiers séquentiels FileGet dans les fichiers aléatoires.

Pour fermer le fichier on utilise FileClose()

Numéro de fichier :

Pour repérer chaque fichier, on lui donne un numéro unique (de type Integer).

La fonction FreeFile retourne le premier numéro libre.

Dim No as integer

No= Freefile()

Ensuite on peut utiliser No

FileOpen( No, "MonFichier", OpenMode.Output)

Print(No,"toto")

FileClose (No)

1-Fichier séquentiel :

Vous devez spécifier si vous voulez lire (entrer) des caractères issus du fichier (mode Input), écrire (sortir) des caractères vers le fichier (mode Output) ou ajouter des caractères au fichier (mode Append).

Ouvrir le fichier 'MonFichier' en mode séquentiel pour y écrire :

Dim No as integer

No= Freefile

FileOpen( No, "MonFichier", OpenMode.Output)

Pour écrire dans le fichier séquentiel: on utilise Write ou WriteLine Print ou PrintLine:

-   La fonction Print écrit dans le fichier sans aucun caractère de séparation.

Print(1,"toto")

Print(1,"tata")

Print(1, 1.2)

Donne le fichier 'tototata1.2'

-   La fonction Write insère des virgules entre les éléments et des guillemets de part et d'autre des chaînes au moment de leur écriture dans le fichier, les valeurs booléens et les variables DateTime sont écrites sans problèmes. 

Write(1,"toto")

Write(1,"tata")

Write(1, 1.2)

Donne le fichier '"toto";"tata";1.2"

Attention s'il y a des virgules dans les chaînes, elles seront considérées comme séparateurs!! Ce qui entraîne des erreurs à la lecture; il faut mettre la chaîne entre "" ou bien si c'est un séparateur décimal, le remplacer par un point. On peut aussi remplacer la virgule par un caractère non utilisé (# par exemple) avant de l'enregistrer puis après la lecture remplacer '#' par ','

Il faut utiliser Input pour relire ces données (Input utilise aussi la virgule comme séparateur. 

• La fonction WriteLine insère un caractère de passage à la ligne, c'est-à-dire un retour chariot+ saut de ligne (Chr(13) + Chr(10)),On lira les données par LineInput.

WriteLine(1,"toto")

WriteLine(1,"tata")

WriteLine(1, 1.2)

Donne le fichier

"toto" "tata"

1.2

Il faut utiliser LineInput pour relire ces données car il lit jusqu'au retour Chariot, saut de ligne.

Toutes les données écrites dans le fichier à l'aide de la fonction Print respectent les conventions internationales, autrement dit les données sont mises en forme à l'aide du séparateur décimal approprié. Si l'utilisateur souhaite produire des données en vue d'une utilisation par plusieurs paramètres régionaux, il convient d'utiliser la fonction Write

EOF (NuméroFichier) veut dire 'End Of File', (Fin de Fichier) il prend la valeur True si on est à la fin du fichier et qu'il n'y a plus rien à lire.

LOF (NuméroFichier) veut dire 'Lenght Of File', il retourne la longueur du fichier.

Exemple, lire chaque ligne d'un fichier texte :

Dim Line As String

FileOpen(1, "", OpenMode.Input) ' Ouvre en lecture.

While Not EOF(1) ' Boucler jusqu'à la fin du fichier

Line = LineInput(1) ' Lire chaque ligne

Debug.WriteLine(Line) ' Afficher chaque ligne sur la console.

End While

FileClose(1) ' Fermer.

Ici on a utilisé une boucle While… End While qui tourne tant que EOF est Faux. Quand on est à la fin du fichier EOF (End of File) devient égal à True et on sort de la boucle.

2-Fichier à accès aléatoire

On ouvre le fichier avec FileOpen et le mode OpenMode.Random, ensuite on peut écrire un enregistrement grâce à FilePut() ou en lire un grâce à FileGet(). On peut se positionner sur un enregistrement précis (le 2eme, le 15ème) avec Seek.

Le premier enregistrement est l'enregistrement numéro 1 Exemple:

Fichier des adresses

Créer une structure Adresse, on utilise <VBFixedString( )> pour fixer la longueur.

Public Structure Adresse

<VBFixedString(20)>Dim Nom As String

<VBFixedString(20)>Dim Rue As String

<VBFixedString(20)>Dim Ville As String

End Structure

'Ouvrir le fichier, comme il n'existe pas, cela entraîne sa création

Dim FileNum As Integer, RecLength As Long, UneAdresse As Adresse

' Calcul de la longueur de l'enregistrement 

RecLength = Len(UneAdresse)

' Récupérer le premier numéro de fichier libre.

FileNum = FreeFile ' Ouvrir le fichier.

FileOpen(FileNum, "", OpenMode.Random, , , RecLength)

Pour écrire des données sur le second enregistrement par exemple :

= "Philippe"

= "Grande rue"

UneAdresse.Ville = "Lyon"

FilePut(FileNum, UneAdresse,2 )

Dans cette ligne de code, FileNum contient le numéro utilisé par la fonction FileOpen pour ouvrir le fichier, 2 est le numéro de l'enregistrement ou sera copié la variable 'UneAdresse' (c'est un long si on utilise une variable) et UneAdresse, déclaré en tant que type Adresse défini par l'utilisateur, reçoit le contenu de l'enregistrement. Cela écrase l'enregistrement 2 s'il contenait quelque chose.

Pour écrire à la fin du fichier, ajouter un enregistrement il faut connaître le nombre d'enregistrement et écrire l'enregistrement suivant.

Dim last as long 'noter que le numéro d'enregistrement est un long

Pour connaître le nombre d'enregistrement, il faut diviser la longueur du fichier par la longueur d'un enregistrement.

last = FileLen("") / RecLength

On ajoute 1 pour créer un nouvel enregistrement. FilePut(FileNum, UneAdresse,last+1 )

Pour lire un enregistrement (le premier par exemple) : FileGet(FileNum, UneAdresse, 1)

Attention Option Strict doit être à false.

Si option Strict est à True, la ligne qui précède génère une erreur car le second argument attendu ne peut pas être une variable 'structure'. Pour que le second argument de FileGet (Une adresse) soit converti dans une variable Structure automatiquement Option Strict doit donc être à false. (Il doit bien y avoir un moyen de travailler avec Option Strict On et de convertir explicitement mais je ne l'ai pas trouvé) 

Remarque : si le fichier contient 4 enregistrements, on peut écrire le 10ème enregistrement, VB ajoute entre le 4ème et le 10ème, 5 enregistrements vides. On peut lire un enregistrement qui n'existe pas, cela ne déclenche pas d'erreur.

Le numéro d'enregistrement peut être omis dans ce cas c'est l'enregistrement courant qui est utilisé.

On positionne l'enregistrement courant avec Seek :

Exemple, lire le 8ème enregistrement :

Seek(FileNum,8)

FileGet(FileNum,Une Adresse)

Suppression d'enregistrements

Vous pouvez supprimer le contenu d'un enregistrement en effaçant ses champs (enregistrer à la même position des variables vides), mais l'enregistrement existe toujours dans le fichier.

Pour enlever un enregistrement supprimé

1.    Créez un nouveau fichier.

2.    Copiez tous les enregistrements valides du fichier d'origine dans le nouveau fichier (pas ceux qui sont vide).

3.    Fermez le fichier d'origine et utilisez la fonction Kill pour le supprimer.

4.    Utilisez la fonction Rename pour renommer le nouveau fichier en lui attribuant le nom du fichier d'origine.

3-Fichier binaire

Dans les fichiers binaires on travaille sur les octets.

La syntaxe est la même que pour les fichiers Random, sauf qu'on travaille sur la position d'un octet et non sur un numéro d'enregistrement.

Pour ouvrir un fichier binaire :

FileOpen(FileNumber, FileName, OpenMode.Binary)

FileGet et FilePut permettent de lire ou d'écrire des octets.

FileOpen(iFr, ReadString, OpenMode.Binary)

                MyString = New String(" "c, 15)    'Créer une chaîne de 15 espaces

                FileGet(iFr, MyString)         ' Lire 15 caractères dans MyString

FileClose(iFr)

MsgBox(MyString)

Le fait de créer une variable de 15 caractères et de l'utiliser dans FileGet permet de lire 15 caractères.

Utilisation du contrôle RichTextBox

On rappelle que du texte présent dans un contrôle RichTextBox peut être enregistré ou lu très simplement avec les méthodes .SaveFile et .LoadFile.

Le texte peut être du texte brut ou du RTF.

richTextBox1.SaveFile(FileName, RichTextBoxStreamType.PlainText)

Si on remplace.PlainText par .RichText c’est le texte enrichi et non le texte brut qui est enregistré.

Pour lire un fichier il faut employer .LoadFile avec la même syntaxe. Simple, non!!!

Lire ou écrire des octets ou du XML

BinaryWriter et BinaryReader permettent d'écrire ou de lire des données binaires.

XMLTextWriter et XMLTextReader écrit et lit du Xml.

4.7Travailler sur les répertoires

Comment créer, copier effacer des répertoires (ou dossiers) ?

Classe DirectoryInfo et la Classe Directory

Pour travailler sur les dossiers (ou répertoires), il faut au préalable taper :

Imports

La classe Directory est utilisée pour travailler sur un ensemble de dossier, la Classe directoryInfo donne des renseignements sur un dossier particulier (Après instanciation).

La Classe Directory possède les méthodes suivantes :

-

Exists                        

Teste si le dossier existe.

-

CreateDirectory       

Crée le dossier

-

Delete                        

Efface le dossier

-

Move                    

Déplacement de dossier

-

GetCurrentDirectory

Retourne le dossier de travail de l'application en cours

-

SetCurrentDirectory

Définit le dossier de travail de l'application.

-

GetDirectoryRoot

Retourne le dossier racine du chemin spécifié.

-

GetDirectories        

Retourne le tableau des sous dossiers du dossier spécifié.

-

GetFiles                 

Retourne les fichiers du dossier spécifié.

-

GetFilesSystemEntries

Retourne fichier et sous dossier avec possibilité d'un filtre.

-

GetLogicalDrives

Retourne les disques

-

GetParent             

Retourne le dossier parent du dossier spécifié.

La Classe Directory est statique, on l'utilise directement.

Exemple:

Afficher dans une listeBox les sous dossiers du répertoire de l'application :

Dim SousDos() As String= Directory.GetDirectories(Directory.GetCurrentDirectory)

Dim Dossier As String

For Each Dossier In SousDos (Dossier) Next

La Classe DirectoryInfo possède les propriétés suivantes :

Name             Nom du dossier (sans extension)

Full Name     Chemin et nom du dossier

Exists

Parents         Dossier parent

Root               Racine du dossier

La Classe DirectoryInfo n'est pas statique, il faut instancer un dossier avant de l'utiliser.

Il y a aussi les méthodes suivantes :

Create, Delete, MoveTo

CreateSubdirectory

GetDirectories         Retourne les sous dossier

GetFiles                    Retourne des fichiers

GetFileSystemInfos

Exemple :

Afficher le répertoire parent d'un dossier :

Dim D As DirectoryInfo

D= New DirectoryInfo( MonDossier)

MsgBox(D.Parent.ToString)

Classe Path

La Classe statique Path a des méthodes simplifiant la manipulation des répertoires.

Exemple :

Si C= "C:\Windows\"

Path.GetDirectoryName(C) retourne "C:\Windows

Path.GetFileName(C) retourne ""

Path.GetExtension(C) retourne ".txt"

Path.GetFileNameWithoutExtension(C) retourne "MonFichier"

Path.PathRoot(C) retourne "c:\"

Il y a aussi les méthodes ChangeExtension, Combine, HasExtension...

Classe Environement

Fournit des informations concernant l'environnement et la plate-forme en cours ainsi que des moyens pour les manipuler.

Par exemple, les arguments de la ligne de commande, le code de sortie, les paramètres des variables d'environnement, le contenu de la pile des appels, le temps écoulé depuis le dernier démarrage du système ou le numéro de version du Common Language Runtime mais aussi certains répertoires.

Environment.CurrentDirectory 'donne le répertoire courant : ou le processus en cours démarre.

Environment.MachineName  'Obtient le nom NetBIOS de l'ordinateur local. Environment.OsVersion 'Obtient un objet contenant l'identificateur et le numéro de version de la plate-forme en cours.

Environment.SystemDirectory        'Obtient le chemin qualifié complet du répertoire du système

Environment.UserName  'Obtient le nom d'utilisateur de la personne qui a lancé le thread en cours.

La fonction GetFolderPath avec un argument faisant partie de l'énumération SpecialFolder retourne le répertoire d'un tas de choses :

Exemples :

Quel est le répertoire Système ?

Environment.GetFolderPath(Environment.SpecialFolder.System)

Comment récupérer le nom des disques ?

Dim drives As String() = Environment.GetLogicalDrives()

Comment récupérer la ligne de commande ?

Dim arguments As String() = Environment.GetCommandLineArgs()

On peut aussi utiliser les anciennes méthodes VB

CurDir()

Retourne le chemin d'accès en cours.

MyPath = CurDir()

MyPath = CurDir("C"c)

Dir()

Retourne une chaîne représentant le nom d'un fichier, d'un répertoire ou d'un dossier qui correspond à un modèle ou un attribut de fichier spécifié ou à l'étiquette de volume d'un lecteur.

'Vérifier si un fichier existe :

'Retourne "" si il existe.

MyFile = Dir("C:\WINDOWS\")

'Retourne le fichier spécifié par l'extension. MyFile = Dir("C:\WINDOWS\*.INI")

'Un nouveau Dir retourne le fichier suivant MyFile = Dir()

'On peut surcharger avec un attribut qui sert de filtre.

MyFile = Dir("*.TXT", vbHidden) ' affiche les fichiers cachés

'Recherche les sous répertoires.

MyPath = "c:\" ' Set the path.

MyName = Dir(MyPath, vbDirectory) 

ChDrive

Change le lecteur actif. La fonction lève une exception si le lecteur n'existe pas.

ChDrive("D")

MkDir

Créé un répertoire ou un dossier. Si aucun lecteur n'est spécifié, le nouveau répertoire ou dossier est créé sur le lecteur actif. MkDir("C:\MYDIR")

RmDir

Enleve un répertoire ou un dossier existant.

'Vérifier que le répertoire est vide sinon effacez les fichiers avec Kill. RmDir ("MYDIR")

ChDir

Change le répertoire par défaut mais pas le lecteur par défaut. ChDir("D:\TMP")

L'exécution de changements relatifs de répertoire s'effectue à l'aide de "..", comme suit : ChDir("..") 'Remonte au répertoire parent.

FileCopy

Copier un fichier.

FileCopy(SourceFile, DestinationFile)

Rename

Renommer un fichier, un répertoire ou un dossier. Rename (OldName, NewName)

FileLen

Donne la longueur du fichier, SetAttr et GetAttr modifie ou lit les attributs du fichier

Result = GetAttr(FName)

Result est une combinaison des attributs. Pour déterminer les attributs définis, utilisez l'opérateur And pour effectuer une comparaison d'opérations de bits entre la valeur retournée par la fonction GetAttr et la valeur de l'attribut. Si le résultat est différent de zéro, cet attribut est défini pour le fichier désigné.

Par exemple, la valeur de retour de l'expression And suivante est zéro si l'attribut Archive n'est pas défini :

Result = GetAttr(FName) And vbArchive

4.8Afficher correctement du texte

Comment afficher du texte, du numérique suivant le format désiré ?

On a vu que pour afficher du texte il fallait l'affecter à la propriété 'text' d'un label ou d'un textBox (ou pour des tests l'afficher sur la fenêtre 'console').

Pas de problème pour afficher des chaînes de caractères, par contre, pour les valeurs numériques, il faut d'abord les transformer en String' et les formater (définir les séparateurs, le nombre de décimales...).

ToString

On a déjà vu que pour afficher une variable numérique, il fallait la transformer en string de la manière suivant :

MyDouble.ToString

Mais ToString peut être surchargé par un paramètre appelé chaîne de format. Cette chaîne de format peut être standard ou personnalisée.

        •     Chaîne de format standard :

Cette chaîne est de la forme 'Axx' ou A donne le type de format et xx le nombre de chiffre après la virgule.

Imports System

Imports System.Globalization

Imports System.Threading

Module Module1

Sub Main()

Thread.CurrentThread.CurrentCulture = New CultureInfo("en-us")

Dim UnDouble As Double = 123456789

Console.WriteLine("Cet exemple est en-US culture:")

                Console.WriteLine(UnDouble.ToString("C"))       'format monétaire (C) affiche

$123,456,789.00

                Console.WriteLine(UnDouble.ToString("E"))       'format scientifique (E) affiche

1.234568E+008

Console.WriteLine(UnDouble.ToString("P"))         'format % (P) affiche 12,345,678,900.00%

                Console.WriteLine(UnDouble.ToString("N"))       'format nombre (N) affiche

123,456,789.00

                Console.WriteLine(UnDouble.ToString("F"))        'format virgule fixe (F) affiche

123456789.00

End Sub

End Module

Autre exemple :

S=(1.2).ToString("C") ‘retourne en CurrentCulture Français 1,2€ 

Il existe aussi D pour décimal, G pour général X pour hexadécimal.

        •     Chaîne de format personnalisé :

On peut créer de toute pièce un format, on utilise pour cela :

0 indique une espace réservé de 0

Chaque '0' est réservé à un chiffre.Affiche un chiffre ou un zéro. Si le nombre contient moins de chiffres que de zéros, affiche des zéros non significatifs.

Si le nombre contient davantage de chiffres à droite du séparateur décimal qu'il n'y a de zéros à droite du séparateur décimal dans l'expression de format, arrondit le nombre à autant de positions décimales qu'il y a de zéros.

Si le nombre contient davantage de chiffres à gauche du séparateur décimal qu'il n'y a de zéros à gauche du séparateur décimal dans l'expression de format, affiche les chiffres supplémentaires sans modification.

# indique un espace réservé de chiffre.

Chaque '#' est réservé à un chiffre.Affiche un chiffre ou rien. Affiche un chiffre si l'expression a un chiffre dans la position où le caractère # apparaît dans la chaîne de format, sinon, n'affiche rien dans cette position. 

Ce symbole fonctionne comme l'espace réservé au 0, sauf que les zéros non significatifs et à droite ne s'affichent pas si le nombre contient moins de chiffres qu'il n'y a de caractères # de part et d'autre du séparateur décimal dans l'expression de format.

. (point) indique l'emplacement du séparateur décimal (celui affiché sera celui du pays ) Vous devriez donc utiliser le point comme espace réservé à la décimale, même si vos paramètres régionaux utilisent la virgule à cette fin. La chaîne mise en forme apparaîtra dans le format correct pour les paramètres régionaux.

, (virgule) indique l'emplacement du séparateur de millier.

Séparateur de milliers. Il sépare les milliers des centaines dans un nombre de quatre chiffres ou plus à gauche du séparateur décimal.

"Littéral" la chaîne sera affichée telle quelle.

% affichera en pour cent.

Multiplie l'expression par 100. Le caractère du pourcentage (%) est inséré

E0 affiche en notation scientifique.

: et / sont séparateur d'heure et de date.

; est le séparateur de section : on peut donner 3 formats (un pour les positifs, un pour les négatifs, un pour zéro) séparés par ;

Exemples :

Chaîne de format '0000', le chiffre 145 cela affiche '0145'

Chaîne de format '####', le chiffre 145 cela affiche '145'

Chaîne de format '000.00', le chiffre 45.2 cela affiche '045.20'

Chaîne de format '#,#', le chiffre 12345678 cela affiche '12,345,678'

Chaîne de format '#,,' le chiffre 12345678 cela affiche  '12'

La chaîne de formatage' #,##0.00 ' veut dire obligatoirement 2 chiffres après le séparateur décimal et un avant :

Si on affiche avec ce format 

1.1 cela donne 1,10

.5  cela donne 0,50

4563 cela donne 4 563,00

Exemples :

Dim N As Double = 19.95

Dim MyString As String = N.ToString("$#,##0.00;($#,##0.00);Zero")

' En page U.S. English culture, MyString aura la valeur: $19.95. ' En page Française, MyString aura la valeur: 19,95€.

Exemples :

Dim UnEntier As Integer = 42

MyString = UnEntier.ToString( "Mon nombre " + + "= #" )

Affiche :

Mon nombre

= 42

Str() est toujours accepté

Il permet de transformer une variable numérique et String, qui peut ensuite être affichée.

MyString=Str(LeNombre)

=MyString

Pas de formattage…

String.Format

Permet de combiner des informations littérales à afficher sans modification et des zones formatées.

Les arguments de String.Format se décomposent en 2 parties séparées d'une virgule.

-   Chaîne de formatage entre guillemets : Exemple "{0} + {1} = {2}": les numéros indique l'ordre des valeurs.

-   Valeurs à afficher dans l'ordre, la première étant d'indice zéro. Exemple= A, B, A+B

Exemple :

Si A=3 et B=5

MsgBox(String.Format("{0} + {1} = {2}",A, B, A+B)) affiche  3+5=8

Autre exemple :

Dim MonNom As String = "Phil"

String.Format("Nom = {0}, heure = {hh}", MonNom, )

Le texte fixe est « Nom =  » et « ", heure =  », les éléments de format sont « {0} » et « {hh} » et la liste de valeurs est MonNom et .

Cela affiche : Nom = Phil Heure= 10

Là aussi on peut utiliser les formats :

•    Prédéfinis: Ils utilisent là aussi les paramètres régionaux. Ils utilisent C, D, E, F, G, N, P, R, X comme ToSting.

MsgBox(String.Format("{0:C}",-456.45))

‘Affiche -456,45€

MsgBox(String.Format("{0:D8}", 456)) 

‘Affiche 00000456 Décimal 8 chiffres

MsgBox(String.Format("{0:P}", 0.14))      

‘Affiche 14% Pourcent

MsgBox(String.Format("{0:X}", 65535)) 

‘Affiche FFFF Hexadécimal

•    Personnalisé: avec des # et des 0

MsgBox(String.Format("{0:##,##0.00}", 6553.23))

La fonction Format (et pas la classe String.Format) fourni des fonctions similaires mais les arguments sont dans l'ordre inverse (valeur, chaîne de formatage) et il n'y a pas de numéro d'ordre et de{}!! C'est pratique pour afficher une seule valeur.

MyStr = Format(5459.4, "##,##0.00") ' Returns "5,459.40".

MyStr = Format(334.9, "###0.00") ' Returns "334.90". MyStr = Format(5, "0.00%") ' Returns "500.00%".

CultureInfo

On se rend compte que l'affichage est dépendant de la CurrentCulture du Thread en cours.

Exemple :

Si la CurrentCulture est la CultureInfo Us et que j'affiche avec le format 'C' (monétaire) cela affiche un $ avant, si je suis en CurrentCulture Français cela affiche un € après.

Par défaut la CultureInfo est celle définie dans Windows.

On peut modifier le CurrentCulture par code (voir exemple plus haut).

En français par défaut :

Le séparateur de décimal numérique est le .

Exemple : 1.20

Le séparateur décimal monétaire est la ,

Exemple : 1,20€

4.9Le curseur

Comment modifier l'apparence du curseur ?

Un curseur est une petite image dont l'emplacement à l'écran est contrôlé par la souris, un stylet ou un trackball. Quand l'utilisateur déplace la souris, le système d'exploitation déplace le curseur.

Différentes formes de curseur sont utilisées pour informer l'utilisateur de l'action que va avoir la souris.

Apparence du curseur

Pour modifier l'aspect du curseur il faut modifier l'objet Cursor.Current; l'énumération Cursors contient les différents curseurs disponibles :

System.Windows.Forms.Cursor.Current = System.Windows.Forms.Cursors.WaitCursor

Ou plus simplement pour afficher le sablier : Cursor.Current = Cursors.WaitCursor

Pour revenir au curseur normal : Cursor.Current = Cursors.Défault

Comme d'habitude il suffit de taper « Cursors. » pour voir la liste des curseurs.

Le curseur peut disparaître et être de nouveau affiché par Hide et Show.

Curseur sur un contrôle

Un contrôle dans une fenêtre possède une propriété Cursor; en mode design, si je donne une valeur autre que celle par défaut, CursorWait par exemple, cela modifie le curseur quand la souris passe au dessus de l'objet (met un sablier dans notre exemple).

4.10 Lancer une application, une page Web

Comment lancer une autre application ?

L’ancienne méthode toujours valable : Shell

Shell lance un programme exécutable.

                Id=Shell (NomdeProgramme)       'lance l'application NomdeProgramme

on peut aussi utiliser :

Id=Shell(NomdeProgramme, TypedeFenetre, Wait, TimeOut)

TypedeFenêtre utilise l'énumération AppWinStyle pour définir le type de fenêtre de l'application lancé, AppWinStyle.MaximizedFocus ouvre par exemple l'application en plein écran.

Si vous souhaitez attendre la fin du programme avant de continuer, vous devez définir Wait à True.

TimeOut est le nombre de millisecondes à attendre pour la fin du programme si Wait est True.

Exemple :

ID = Shell("""C:\Program Files\"" -a -q", , True, 100000)

Dans une chaîne une paire de guillemets doubles adjacents ("") est interprétée comme un caractère de guillemet double dans la chaîne. Ainsi, l'exemple précédent présente la chaîne suivante à la fonction Shell :

"C:\Program Files\" -a -q

La fonction AppActivate rend active l'application ou la fenêtre définie par son nom ou son Id.

Dim ID As Integer

On peut utiliser :

AppActivate("Untitled - Notepad") 

ou

ID = Shell(", AppWinStyle.MinimizedNoFocus) AppActivate(ID)

Avec la Classe Process

La Classe Process fournit l'accès à des processus locaux ainsi que distants, et vous permet de démarrer et d'arrêter des processus système locaux.

Classe de nom à importer : Imports System.Diagnostics

On peut maintenant instancer un Process. Dim monProcess As New Process()

Ensuite il faut fournir à la classe fille StartInfo les informations nécessaires au démarrage.

monProcess.StartInfo.FileName = "" = "Print"

monProcess.StartInfo.CreateNoWindow = True

Enfin on lance le process :

monProcess.Start()

Noter la puissance de cette classe : on donne le nom du document et VB lance l'exécutable correspondant, on fait effectuer certaines action au programme.

Dans l'exemple du dessus on ouvre Word on y charge MyFile, on l'imprime, cela sans ouvrir de fenêtre.

On peut aussi utiliser la classe Process en statique (sans instanciation)

Process.Start("")

Process.Start(MonPathFavori)

Ou en une ligne :

Process.Start("", "")

En local on peut afficher un fichier html ou asp :

Process.Start("", "C:\monPath\")

Process.Start("", "C:\monPath\")

On peut enfin utiliser un objet StartInfo :

Dim startInfo As New ProcessStartInfo("") startInfo.WindowStyle = ProcessWindowStyle.Minimized Process.Start(startInfo)

startInfo.Arguments =

Process.Start(startInfo)

Des propriétés du processus en cours permettent de connaître l'Id du processus (Id) les threads, les modules, les Dll, la mémoire, de connaître le texte de la barre de titre (MainWindowsTitle)…

On peut fermer le processus par Close ou CloseMainWindows

On peut instancer un processus sur une application déjà en cours avec

GetProcessByName et GetProcessById :

Dim P As Process() = Process.GetProcessesByName("notepad")

On peut récupérer le processus courant :

Dim ProcessusCourant As Process = Process.GetCurrentProcess()

Récupérer toutes les instances de  Notepad qui tourne en local :

Dim localByName As Process() = Process.GetProcessesByName("notepad")

Récupérer tous les processus en cours d'exécution grâce à GetProcesses :

Dim localAll As Process() = Process.GetProcesses()

Processus sur ordinateur distant.

Vous pouvez afficher des données statistiques et des informations sur les processus en cours d'exécution sur des ordinateurs distants, mais vous ne pouvez pas appeler Kill, Start, CloseMainWindows sur ceux-ci.

4.11 Imprimer

Comment Imprimer ?

Prévoir une longue soirée, au calme, un bon siège, 1 g de paracétamol et un gros thermo de café !!!

On devra que l'on peut utiliser pour imprimer :

Soit un composant 'PrintDocument'.

Soit une instance de 'la Class PrintDocument'.

A-Imprimer ‘Hello’ avec le composant ‘PrintDocument’.

L'utilisateur clique sur un bouton, cela imprime 'Hello'

Cet exemple utilise un 'composant PrintDocument'

Comment faire en théorie?

C'est le composant PrintDocument qui imprime.

En prendre un dans la boite à outils, le mettre dans un formulaire. Il apparaît sous le formulaire et se nomme PrintDocument1.

Pour imprimer il faut utiliser la méthode Print de ce composant PrintDocument, Il faut donc écrire l'instruction suivante : PrintDocument1.Print

Cette instruction appelle la procédure évènement PrintDocument1_PrintPage du composant PrintDocument et qui contient la logique d'impression. Un paramètre de cet évènement PrintPage est l'objet graphique envoyé à l'imprimante. C'est à vous de dessiner dans l'objet graphique ce que vous voulez imprimer. En fin de routine, l'objet graphique sera imprimé (automatiquement).

En pratique :

-   Je prends un PrintDocument dans la boite à outils, je le mets dans un formulaire. Il apparaît sous le formulaire et se nomme PrintDocument1.

-   Si je double-clique sur PrintDocument1 je vois apparaître la procédure PrintDocument1_PrintPage (qui a été générée automatiquement) :

Private Sub PrintDocument1_PrintPage(ByVal sender As System.Object, ByVal e As System.Drawing.Printing.PrintPageEventArgs) Handles PrintDocument1.PrintPage

End Sub

C'est cette procédure qui est fondamentale et qui contient les routines d'impression écrites par le programmeur. Les routines d'impression agissent sur l'objet graphique qui sera utilisé pour imprimer, cet objet graphique est fournit dans les paramètres de la procédure(ici c'est e qui est de type PrintPageEventArgs)

-   Dans cette routine PrintPage, j'ajoute donc le code dessinant une texte (DrawString) sur l'objet graphique 'e':

e.Graphics.DrawString("Hello", New Font("Arial", 80, ), Brushes.Black, 150, 125)

-   Enfin je dessine un bouton nommé 'ButtonPrint' avec une propriété Text contenant "Imprimer Hello" et dans la procédure ButtonPrint_Click  j'appelle la méthode Print PrintDocument1.Print()

Voici le code complet:

Private Sub PrintDocument1_PrintPage(ByVal sender As System.Object, ByVal e As

System.Drawing.Printing.PrintPageEventArgs) Handles PrintDocument1.PrintPage

e.Graphics.DrawString("Hello", New Font("Arial", 80, ), Brushes.Black, 150, 125)

End Sub

Private Sub ButtonPrint_Click(ByVal sender As System.Object, ByVal e As

System.EventArgs) Handles ButtonPrint.Click

PrintDocument1.Print()

End Sub

Si je clique sur le bouton 'ImprimerHello' cela affiche un gros 'Hello'.

La méthode Print d'un PrintDocument déclenche l'évènement PrintPage de ce PrintDocument qui contient le code dessinant sur le graphique de la page à imprimer. En fin de routine PrintPage le graphique est imprimer sur la feuille de l'imprimante.

Toutes les méthodes graphiques permettant d'écrire, de dessiner, de tracer des lignes... sur un graphique permettent donc d'imprimer.

Imprimer du graphisme

Créons une ellipse bleue à l'intérieur d'un rectangle avec la position et les dimensions suivantes : début à 100, 150 avec une largeur de 250 et une hauteur de 250.

Private Sub PrintDocument1_PrintPage(ByVal sender As Object, ByVal e As

System.Drawing.Printing.PrintPageEventArgs) Handles PrintDocument1.PrintPage

e.Graphics.FillEllipse(, New Rectangle(100, 150, 250, 250)) End Sub

Imprimer un Message Box indiquant ‘Fin d’impression’.

On a étudié l'évènement PrintPage, mais il existe aussi les évènements :

BeginPrint et EndPrint respectivement déclenchés en début et fin d'impression

Il suffit d'utiliser l'évènement EndPrint pour prévenir que l'impression est terminée: Private Sub PrintDocument1_EndPrint(ByVal sender As Object, ByVal e As

System.Drawing.Printing.PrintEventArgs) Handles PrintDocument1.EndPrint ("Fin d'impression")

End Sub

On peut même fignoler et afficher "Fin d'impression de Nom du document" Il faut avoir renseigné le DocumentName:

PrintDocument1.DocumentName = "MyTextFile"

Puis écrire :

Private Sub PrintDocument1_EndPrint(ByVal sender As Object, ByVal e As

System.Drawing.Printing.PrintEventArgs) Handles PrintDocument1.EndPrint

( "Fin d'impression de "+PrintDocument1.DocumentName)

End Sub

B-Même programme : Imprimer ‘Hello’ mais avec la Class PrintDocument

L'utilisateur clique sur un bouton, cela imprime 'Hello'

Cet exemple utilise 'une instance de la Class PrintDocument'. On ne met pas de composant 'PritDocument' dans le formulaire.

Comment faire en théorie?

Il faut importer l'espace de nom 'Printing' par : Imports System.Drawing.Printing

Il faut créez une instance de la Class PrintDocument dans le module.

Dim pd as PrintDocument = new PrintDocument()

Il faut créer une routine pd_PrintPage.

Private Sub pd_PrintPage(sender As object, ev As

System.Drawing.Printing.PrintPageEventArgs) End sub

Il faut indiquer le "lien" entre l'objet pd et la routine évènement PrintPage

AddHandler pd.PrintPage, AddressOf Me.pd_PrintPage

Dans la procédure Button_Click d'un bouton "Imprimer" il faut appeler la méthode Printdu PrintDocument pour effectuer l'impression du document.

pd.Print

Cela déclenche la procédurePrivate Sub pd_PrintPage précédemment écrite, dans laquelle on a ajouté :

ev.Graphics.DrawString ("Hello", printFont, Brushes.Black, leftMargin, yPos, new StringFormat()).

Cela donne le code complet: Imports System.Drawing.Printing

Public Class Form1

Inherits

Dim pd As PrintDocument = New PrintDocument 'Assumes the default printer

Private Sub Form1_Load(ByVal sender As System.Object, ByVal e As

System.EventArgs) Handles

AddHandler pd.PrintPage, AddressOf Me.Pd_PrintPage

End Sub

Private Sub Pd_PrintPage(ByVal sender As System.Object, ByVal e As

System.Drawing.Printing.PrintPageEventArgs)

e.Graphics.DrawString("Hello", New Font("Arial", 80, ), Brushes.Black, 150, 125)

End Sub

Private Sub ButtonPrint_Click(ByVal sender As System.Object, ByVal e As

System.EventArgs) Handles ButtonPrint.Click pd.Print()

End Sub

End Class

Comment choisir l’imprimante ?

Le composant PrintDialog permet le choix de l'imprimante, de la zone à imprimer (tout, la sélection..) et donne accès aux caractéristiques de l'imprimante.

Comment l'utiliser ?

Il faut créer une instance de PrintDialog: Dim dlg As New PrintDialog

Il faut indiquer au PrintDialog sur quel PrintDocument travailler :

dlg.Document = pd

Puis ouvrir la fenêtre PrintDialog avec la méthode ShowDialog.

L'utilisateur choisit son imprimante puis clique sur 'Ok'. Si elle retourne Ok, on imprime.

Voici le code complet ou quand l'utilisateur clique sur le bouton ButtonPrint ('Imprimer') la fenêtre PrintDialog s'ouvre :

Private Sub ButtonPrint_Click(ByVal sender As System.Object, ByVal e As

System.EventArgs) Handles ButtonPrint.Click

Dim dlg As New PrintDialog dlg.Document = pd

Dim result As DialogResult = dlg.ShowDialog()

If (result = ) Then pd.Print()

End If

End Sub

Comment modifier la page à imprimer ?

Comment choisir d'imprimer en portrait ou paysage ? Modifier les marges...

Il faut utiliser un composant PageSetUpDialog.

Pour stocker les informations sur la page (marges...) il faut un PageSetting

Je lie le PageSetting au PageSetUpDialog en donnant à la propriété PageSettings du PageSetUpDialog le nom du PageSetting.

Puis j'ouvre le PageSetUpDialog.

Au retour le PageSetting contient les modifications, je les 'passe' au PrintDocument avant d'imprimer.

Cela donne :

Dim psDlg As New PageSetupDialog Dim LePageSettings As New PageSettings psDlg. PageSettings = LePageSettings psDlg.ShowDialog()

pd.DefaultPageSettings = LePageSettings

Prévisualisation de la page à imprimer

On utilise pour cela un PrintPreviewDialog, on lui indique quel PrintDocument pré visualiser en l'assignant à sa méthode document puis on l'affiche par ShowDialog(). Dim dllg As New PrintPreviewDialog dllg.Document = pd

dllg.ShowDialog()

Construction d’une application d’impression complexe

Comment imprimer le contenu d'un fichier texte vers une imprimante ?

Tous les didacticiels (Microsoft compris) donnent cet exemple.

La première chose que vous devez faire est d'écrire votre logique d'impression. Pour cela, quand la méthode PrintDocument.Print() est appelée, les événements suivants sont déclenchés. 

-   BeginPrint 

-   PagePrint (un ou plusieurs s'il y a plusieurs pages à imprimer)  -         EndPrint 

Le type d'arguments d'événement de PagePrint (PagePrintEventArgs) comprend une propriété HasMorePages. Si celle-ci a la valeur TRUE lors du retour de votre gestionnaire d'événements, PrintDocument définit une nouvelle page et déclenche de nouveau l'événement PagePrint.

Voyons la logique dans votre gestionnaire d'événements PagePrint :

-   Imprimez le contenu de la page en utilisant les informations des arguments d'événement. Les arguments d'événement contiennent l'objet Graphics pour l'imprimante, le PageSettings pour cette page, les limites de la page, et la taille des marges. 

Il faut dans PagePrint imprimer ligne par ligne en se déplaçant à chaque fois vers le bas d'une hauteur de ligne.

Pour 'simplifier', on considère que chaque ligne ne déborde pas à droite!!

-   Détermine s'il reste des pages à imprimer. 

-   Si c'est le cas, HasMorePages doit être égal à TRUE

-   S'il n'y a pas d'autres pages, HasMorePages doit être égal à FALSE

Public Class ExampleImpression

Inherits

...

private printFont As Font

private streamToPrint As StreamReader

Public Sub New ()

InitializeComponent()

End Sub

'Evénement survenant lorsque l'utilisateur cloque sur le bouton 'imprimer'

Private Sub printButton_Click(sender As object, e As System.EventArgs)

Try streamToPrint = new StreamReader ("")

Try printFont = new Font("Arial", 10)

Dim pd as PrintDocument = new PrintDocument() 'déclaration du PrintDocument

AddHandler pd.PrintPage, AddressOf Me.pd_PrintPage pd.Print()

Finally streamToPrint.Close()

End Try

Catch ex As Exception

("Une erreur est survenue: - " + ex.Message)

End Try

End Sub

'Evènement survenant pour chaque page imprimer

Private Sub pd_PrintPage(sender As object, ev As

System.Drawing.Printing.PrintPageEventArgs)

Dim lpp As Single = 0 'nombre de ligne par page

Dim yPos As Single = 0 'ordonnée

Dim count As Integer = 0 'numéro de ligne

Dim leftMargin As Single =

Dim topMargin As Single = Dim line as String

'calcul le nombre de ligne par page

' hauteur de la page/hauteur de la police de caractère

lpp = ev.MarginBounds.Height  / printFont.GetHeight(ev.Graphics)

'lit une ligne dans le fichier

line=streamToPrint.ReadLine()

'Boucle affichant chaque ligne    

while (count < lpp AND line <> Nothing)

 yPos = topMargin + (count * printFont.GetHeight(ev.Graphics))

'Ecrit le texte dans l'objet graphique

ev.Graphics.DrawString (line, printFont, Brushes.Black, leftMargin, _ yPos, new StringFormat())

 count = count + 1

 if (count < lpp) then line=streamToPrint.ReadLine()

end if

End While

'S'il y a encore des lignes, on réimprime une page

If (line <> Nothing) Then ev.HasMorePages = True

Else ev.HasMorePages = False End If

End Sub

....

End Class

On a vu que pour 'simplifier', on considère que chaque ligne ne déborde pas à droite.

Dans la pratique, pour gérer les retours à la ligne on peut dessiner dans un rectangle.

(Voir la page sur les graphiques.)

Propriétés du ‘PrintDocument’

On peut sans passer par une 'boite de dialog' gérer directement l'imprimante, les marges, le nombre de copies…

Si pd est le PrintDocument :

                pd.PrinterSetting     désigne l'imprimante en cours

pd.PrinterSetting.PrinterName        retourne ou définit le nom de cette imprimante pd.PrinterSetting.Printerresolution donne la résolution de cette imprimante. pd.PrinterSetting.installedPrinted donne toutes les imprimantes installées.

La propriété DefaultPageSetting     est en rapport avec les caractéristiques de la page. pd.PrinterSetting.DefaultPageSetting.Margins      donne les marges

                pd.PrinterSetting.PrinttoFile         permettrait d'imprimer dans un fichier (non testé)

Imprime le formulaire en cours

Exemple fournit par Microsoft :

Private Declare Function BitBlt Lib "" Alias "BitBlt" (ByVal _ hdcDest As IntPtr, ByVal nXDest As Integer, ByVal nYDest As _ Integer, ByVal nWidth As Integer, ByVal nHeight As Integer, ByVal _ hdcSrc As IntPtr, ByVal nXSrc As Integer, ByVal nYSrc As Integer, _ ByVal dwRop As System.Int32) As Long

Dim memoryImage As Bitmap

Private Sub CaptureScreen()

Dim mygraphics As Graphics = Me.CreateGraphics()

Dim s As Size =

memoryImage = New Bitmap(s.Width, s.Height, mygraphics)

Dim memoryGraphics As Graphics = Graphics.FromImage(memoryImage)

Dim dc1 As IntPtr = mygraphics.GetHdc

Dim dc2 As IntPtr = memoryGraphics.GetHdc

BitBlt(dc2, 0, 0, Me.ClientRectangle.Width, _

Me.ClientRectangle.Height, dc1, 0, 0, 13369376) mygraphics.ReleaseHdc(dc1) memoryGraphics.ReleaseHdc(dc2)

End Sub

Private Sub PrintDocument1_PrintPage(ByVal sender As System.Object, _ ByVal e As System.Drawing.Printing.PrintPageEventArgs) Handles _

PrintDocument1.PrintPage

e.Graphics.DrawImage(memoryImage, 0, 0)

End Sub

Private Sub PrintButton_Click(ByVal sender As System.Object, ByVal e As _

System.EventArgs) Handles PrintButton.Click

CaptureScreen()

PrintDocument1.Print()

End Sub

Imprime un contrôle DataGrid

Exemple fournit par Microsoft :

Cet exemple nécessite :

-   un contrôle Button, nommé ImprimerGrid, dans le formulaire ; 

-   un contrôle DataGrid nommé DataGrid1 ; 

-   un composant PrintDocument nommé PrintDocument1. 

Comme d'habitude PrintPage imprime e.Graphics.

D'après ce que j'ai compris, l'évènement Paint redessine un contrôle mais on peut choisir le contrôle et l'endroit ou le redessiner,

Je redessine donc grâce à Paint, le DataGrid dans e.graphics.

PaintEventArgs Fournit les données pour l'événement Paint :

PaintEventArgs spécifie l'objet graphics à utiliser pour peindre le contrôle, ainsi que le ClipRectangle dans lequel le peindre.

InvokePaint déclenche l'évènement Paint

Private Sub ImprimerGrid_Click(ByVal sender As System.Object, ByVal e As _

System.EventArgs) Handles PrintGrid.Click

PrintDocument1.Print()

End Sub

Private Sub PrintDocument1_PrintPage(ByVal sender As System.Object, _ ByVal e As System.Drawing.Printing.PrintPageEventArgs) Handles _

PrintDocument1.PrintPage

Dim myPaintArgs As New PaintEventArgs(e.Graphics, New Rectangle(New _ Point(0, 0), ))

Me.InvokePaint(DataGrid1, myPaintArgs) End Sub

4.12 Dessiner

Avec GDI+ utilisé par , on utilise des objets :

Graphics qui sont des zones de dessin

Image (BitMap ou MetaFile) contenant une image

Rectangle pour définir une zone

Pen correspondant à un Stylet

Font pour une police de caractères

Brush, c'est une brosse

Sur quoi dessiner ?

Il faut définir une zone de dessin, un objet Graphics. On peut y inclure des objets Image

(des BitMap ou des MetaFile)

Pour obtenir un objet Graphics, il y a plusieurs façons :

        -     Soit on instance  un objet Graphics.  

                Dim g as Graphics    'Graphics contient Nothing, je ne peux rien en faire.

Il faut donc y mettre un objet Image (un BitMap ou un MetaFile) pour pouvoir travailler dessus.

Pour obtenir un BitMap par exemple, on peut :

Soit créer un objet BitMap vide :

Dim newBitmap As Bitmap = New Bitmap(600, 400)

Dim g as Graphics = Graphics.FromImage(newBitmap)

Paramètres= taille du BitMap mais il y a plein de surcharges

Soit créer un BitMap à partir d'un fichier sur disque

C'est pratique si on veut modifier une image qui est dans un fichier: on la lit dans un BitMap puis on la passe dans l'objet Graphics.

Dim myBitmap as New Bitmap("") 'Charge maPhoto dans le BitMap

Dim g as Graphics = Graphics.FromImage(myBitmap) 'Crée un Graphics et y met le

BitMap

g est un Graphics contenant l'image '' que je peux modifier.

Attention : le Graphics n'est pas 'visible', pour le voir il faut le mettre dans un composant (un PictureBox par exemple) qui lui sera visible. On verra cela plus bas.

-   Soit on appelle la méthode CreateGraphics d'un contrôle ou d'un formulaire  On appelle la méthode CreateGraphics d'un contrôle ou d'un formulaire afin d'obtenir une référence à un objet Graphics représentant la surface de dessin de ce contrôle ou formulaire. Cette méthode est utilisée si vous voulez dessiner sur un formulaire ou un contrôle existant ; Dim g as Graphics

g = Me.CreateGraphics        'Pour un formulaire Dim g as Graphics

g = Panel1.CreateGraphics 'Pour un contrôle Panel

On peut ensuite dessiner sur g, cela sera immédiatement visible.

Il faut quand on n'utilise plus l'objet graphics, utiliser la méthode Dispose pour le libérer.

-   Soit on récupère l'objet Graphics argument de l'évènement Paint d'un contrôle.

L’événement Paint pour des contrôles se déclenche lorsque le contrôle est redessiné, un objet Graphics est fourni comme une valeur de PaintEventArgs.

Pour obtenir une référence à un objet Graphics à partir des PaintEventArgs de l'événement Paint 

1.    Déclarez l'objet Graphics  

2.    Assignez la variable pour qu'elle référence l'objet Graphics passé dans les PaintEventArgs.

3.    Dessinez dans l'objet Graphics.

Private Sub Form1_Paint(sender As Object, pe As PaintEventArgs) Handles _

MyBase.Paint

Dim g As Graphics = pe. Graphics  ' Dessiner dans pe ici... End Sub

Noter bien que pe est visible uniquement dans Form1_Paint

Pour déclencher l'évènement Paint et dessiner, on utilise la méthode OnPaint

Comment dessiner ?

La classe Graphics fournit des méthodes permettant de dessiner 

DrawImage 'Ajoute une image (BitMap ou MetaFile)

                DrawLine      'Trace une ligne

DrawString    'Ecrit un texte DrawPolygon 'Dessine un polygone

... 

En GDI+ on envoie des paramètres à la méthode pour dessiner :

Exemple :

MonGraphique.DrawEllipse( New Pen(Couleur),r)           'cela dessine une ellipse Les 2 paramètres sont: la couleur et le rectangle dans lequel on dessine.

Pour travailler on utilise les objets :

Brush (Brosse)

Utilisé pour remplir des surfaces fermées avec des motifs, des couleurs ou des bitmaps.

Elles peuvent être pleine et ne contenir qu'une couleur.

Dim SB= New SolidBrush()

TextureBrush utilise une image pour remplir.

Dim SB= New TextureBrush(MonImage)

LinéarGradientBrush permet des dégradés (passage progressif d'une couleur à une autre).

Dim SB= New LinearGradientBrush(PointDébut, PointFin,Color1, Color2)

Les HatchBrush sont des brosses hachurées

Dim    HatchBrush    hb    =    new      HatchBrush(HatchStyle.ForwardDiagonal,

Color.Green,Color.FromArgb(100, Color.Yellow))

Les PathGradient sont des brosses plus complexes.

Pen (Stylet)

Utilisé pour dessiner des lignes et des polygones, tels que des rectangles, des arcs et des secteurs. Comment créer un Stylet?

Dim blackPen As New Pen(Color.Black) on donne la couleur

Dim blackPen As New Pen(Color.Black, 3)on donne couleur et epaisseur Dim blackPen As New Pen(MyBrush) on peut même créer un stylet avec une brosse

Propriétés de ce Stylet:

DashStyle permet de faire des pointillés.

StartCap et EndCap définissent la forme du début et de la fin du dessin (rond, carré, flèche...)

Font

(Police)

Utilisé pour décrire la police utilisée pour afficher le texte.

Dim Ft= New Font("Lucida sans unicode",60) 'paramètres=nom de font et taille Il y a de nombreuse surcharge.

Dim Ft= New Font("Lucida sans unicode",60, )'pour écrire en gras  

Color

(Couleur)

Utilisé pour décrire la couleur utilisée pour afficher un objet particulier. Dans GDI+, la couleur peut être à contrôle alpha.

pour le rouge

Point

Ils ont des cordonnées x, y

Dim point1 As New Point(120, 120) ' avec des integer ou des PointF    'avec des Singles

Rectangle

Dim r As New RectangleF(0, 0, 100, 100)

On remarque que le F après Point ou Rectangle veut dire 'Float', et necessite l'usage de Single.

Comment faire ?

Dessiner une ligne sur le graphique :

Pour dessiner une ligne, on utilise DrawLine.

Dim blackPen As New Pen(Color.Black, 3)  'créer un stylet noir d'épaisseur 3 ' Créer des points

                Dim point1 As New Point(120, 120)         'créer des points

Dim point2 As New Point(600, 100)

' Dessine la ligne

e.Graphics.DrawLine(blackPen, point1, point2)

On aurait pu utiliser une surcharge de Drawline en spécifiant directement les coordonnées des points.

Dim x1 As Integer = 120

Dim y1 As Integer = 120

Dim x2 As Integer = 600 Dim y2 As Integer = 100

e.Graphics.DrawLine(blackPen, x1, y1, x2, y2)

Dessiner une ellipse :

Définir un rectangle dans lequel sera dessiné l'ellipse.

Dim r As New RectangleF(0, 0, 100, 100)

g.DrawEllipse(New Pen(), r)' Dessinons l' ellipse

Dessiner un rectangle :

myGraphics.DrawRectangle(myPen, 100, 50, 80, 40)

Comme d'habitude on peut fournir après le stylet des coordonnées(4), des points (2) ou un rectangle.

Dessiner un polygone :

Dim MyPen As New Pen(Color.Black, 3)

' Créons les points qui définissent le polygone

Dim point1 As New Point(150, 150)

Dim point2 As New Point(100, 25)

Dim point3 As New Point(200, 5)

Dim point4 As New Point(250, 50)

Dim point5 As New Point(300, 100)

Dim point6 As New Point(350, 200)

Dim point7 As New Point(250, 250)

Dim curvePoints As Point() = {point1, point2, point3, point4, _ point5, point6, point7} ' Dessinons le Polygone.

e.Graphics.DrawPolygon(MyPen, curvePoints

Dessiner un rectangle plein :

e.FillRectangle(new SolidBrush(), 300,15,50,50)

Il existe aussi DrawArc, DrawCurve, DrawBezier DrawPie…

Ecrire du texte sur le graphique :

Pour cela on utilise la méthode DrawString de l'objet graphique:

g.DrawString ("Salut", , New SolidBrush (ColorBlack), 10, 10)

Paramètres:

Texte à afficher.

Police de caractères

Brosse, cela permet d'écrire avec des textures. Coordonnées.

Si on spécifie un rectangle à la place des 2 derniers paramètres, le texte sera affiché dans le rectangle avec passage à la ligne si nécessaire :

Dim rectangle As New RectangleF (100, 100, 150, 150 )

Dim T as String= "Chaîne de caractères très longue"

g.DrawString (T, , New SolidBrush (ColorBlack), Rectangle)

On peut même imposer un format au texte :

Exemple, centrer le texte :

Dim Format As New StringFormat() Format.Aligment=StringAlignment.Center

g.DrawString (T, , New SolidBrush (ColorBlack), Rectangle, Format)

On peut mesurer la longueur (ou le nombre de lignes) d'une chaîne :

Avec MeasureString

Exemple, centrer le texte : pour cela, calculer la logeur de la chaine, puis calculer le milieu de l'écran moins la 1/2 longueur de la chaîne :

Dim W As Double= Me.DisplayRectangle.Width/2

Dim L As SizeF= e.Graphics.MeasurString (Texte, TextFont)

Dim StartPos As Double = W - (L.Width/2)

g.Graphics.MeasueString (T, , New SolidBrush (ColorBlack), Rectangle, StartPos, 10)

Exemple, calculer le nombre de ligne et le nombre de caractères d'une chaîne :

g.Graphics.MeasueString (T, , New SolidBrush (ColorBlack), Rectangle,Nex StringFormat() NombredeCaractères, NombredeLignes)

Ajouter une image sur le graphique :

Pour cela on utilise la méthode DrawImage de l'objet graphique :

g.Graphics.DrawImage(New Bitmap(""), 29, 20, 283, 212)

On peut travailler avec des images .jpeg .png .bmp .Gif .icon .tiff .exif

Travailler sur un Objet Image

Charger une image

Si on veut afficher une image bitmap ou vectoriel, il faut fournir à l'objet Graphics un objet bitmap ou vectoriel. C'est la méthode DrawImage qui reçoit l'objet Metafile ou Bitmap comme argument. L'objet BitMap, si on le désire peut contenir le contenue d'un fichier qui sera affiché. Dim myBMP As New BitMap ("")

myGraphics.DrawImage(myBMP, 10, 10)

Le point de destination du coin supérieur gauche de l'image, (10, 10), est spécifié par les deuxième et troisième paramètres.

myGraphics.FromImage(myBMP) ’est aussi possible

On peut utiliser plusieurs formats de fichier graphique : BMP, GIF, JPEG, EXIF, PNG, TIFF et ICON.

Cloner une image

La classe Bitmap fournit une méthode Clone qui permet de créer une copie d'un objet existant. La méthode Clone admet comme paramètre un rectangle source qui vous permet de spécifier la portion de la Bitmap d'origine à copier. L'exemple suivant crée un objet Bitmap en clonant la moitié supérieure d'un objet Bitmap existant. Il dessine ensuite les deux images.

Dim originalBitmap As New Bitmap("")'on charge un fichier png dans un BitMap

Dim sourceRectangle As New Rectangle(0, 0, originalBitmap.Width, _ originalBitmap.Height / 2) 'on définit un rectangle

Dim secondBitmap As Bitmap = originalBitmap.Clone(sourceRectangle, _

PixelFormat.DontCare)'on définit un second BitMap Clonant une partie du 1ere BitMap avec le rectangle

'On met les 2 BitMap dans un Graphics myGraphics.DrawImage(originalBitmap, 10, 10) myGraphics.DrawImage(secondBitmap, 150, 10)

Enregistrer une image sur le disque On utilise pour cela la méthode Save.

Exemple: enregistrer le BitMap newBitMap dans '' ("", ) Comment voir un Graphics ?

Si on a instance un objet Graphics, on ne le voit pas. Pour le voir il faut le mettre dans un PictureBox par exemple:

Exemple :

Dim newBitmap As Bitmap = New Bitmap(200, 200) 'créons un BitMap

Dim g As Graphics = Graphics.FromImage(newBitmap)'créons un Graphics et y mettre le BitMap

Dim r As New RectangleF(0, 0, 100, 100)' Dessinons une ellipse g.DrawEllipse(New Pen(), r)

Comment voir l'ellipse ?

Ajoutons un PictureBox au projet, et donnons à la propriété Image de ce PictureBox le nom du BitMap du Graphics:

PictureBox1.Image = newBitmap

L'ellipse rouge apparaît!! Si, Si!!

Paint si Resize

Par défaut Paint n'est pas déclenché quand un contrôle ou formulaire est redimensionné, pour forcer à redessiner en cas de redimensionnement, il faut mettre le style Style.Resizedraw du formulaire ou du contrôle à true.

SetStyle (Style.Resizedraw, true)

Cette syntaxe marche, la suivante aussi (pour le formulaire)

Me.SetStyle (Style.Resizedraw, true) 'pour tous les objets du formulaire?

Mais PictureBox1.SetStyle (Style.Resizedraw, true) n'est pas accepté!!

Afficher un texte en 3D

Afficher un texte en 3d.

PrivateSub TextEn3D(ByVal g As Graphics, ByVal position As PointF, ByVal text

AsString, ByVal ft As Font, ByVal c1 As Color, ByVal c2 As Color) Dim rect AsNew RectangleF(position, g.MeasureString(text, ft))

Dim bOmbre AsNew LinearGradientBrush(rect, Color.Black, , 90.0F)

g.DrawString(text, ft, bOmbre, position)

position.X -= 2.0F

position.Y -= 6.0F

rect = New RectangleF(position, g.MeasureString(text, ft)) Dim bDegrade AsNew LinearGradientBrush(rect, c1, c2, 90.0F)

g.DrawString(text, ft, bDegrade, position) EndSub

Espace de nom

Pour utiliser les graphiques il faut que System.Drawing soit importé (ce qui est fait par défaut).

(Systé comme références de l'assembly)

4.13 Ajouter une aide

Quand l'utilisateur utilise votre logiciel, il est parfois en difficultés, comment l'aider? Avec des aides que le programmeur doit créer et ajouter au programme.

Généralités sur les 4 sortes d’aides

La Class Help permet d'ouvrir un fichier d'aide.

Le composant HelpProvider offre 2 types d'aide.

-   Le premier consiste à ouvrir un fichier d'aide grâce à F1  que l'utilisateur doit consulter.

-   Quant au second, il peut afficher une aide brève pour chacun des contrôles en utilisant le bouton d'aide (?). Il s'avère particulièrement utile dans les boîtes de dialogue modal.

Le composant ToolTip offre lui :

-   une aide propre à chaque contrôle des Windows Forms.

Les fichiers d’aide

On peut utiliser les formats :

-   HTML Fichier .htm

-   HTMLHelp 1.x ou version ultérieure) Fichier .chm -           HLP Fichier .hlp les plus anciens.

Comment créer ces fichiers :

Pour les fichiers HTM:

Utiliser Word, ou FontPage, ou Netscape Composer...

Pour les fichiers HLP:

Utiliser Microsoft HelpWorkshop livré avec VB6

Pour les fichiers CHM:

Thierry AIM fournit sur le site un excellent:

Cours pour créer un fichier CHM -

On conseille d'utiliser plutôt les fichiers chm.

Utilisation des fichiers d’aide !

Appel direct :

La classe Help permet d'ouvrir directement par code un fichier d'aide.

C'est ce qu'on utilise dans le menu '?' d'un programme (sous menu 'Aide'); dans la procédure correspondante (Sub Aide_Click) on écrit :

Help.ShowHelp (Me, "")

doit être dans le fichier de l'application (répertoire Bin) Cela peut être un URL, l'adresse d'une page sur Internet!!

Il peut y avoir un 3ème paramètres: on verra cela plus bas (C'est le même paramètre que la propriété HelpNagigator de HelpProvider).

Appel par la touche F1 :

Vous pouvez utiliser le composant HelpProvider pour attacher des rubriques d'aide figurant dans un fichier d'aide (au format HTML, HTMLHelp 1.x ou ultérieur) à des contrôles spécifiques.

Quand on met un composant dans un formulaire (avec dans la propriété HelpNamespace, le nom de fichier d'aide), cela ajoute aux contrôles de ce formulaire les propriétés :

-   HelpNavigator qui détermine le type d'appel (par numéro de rubrique, mot clé…) 

-   HelpKeyword qui contient le paramètre de recherche (le numéro de rubrique, le mot clé…)

Quand l'utilisateur est sur le contrôle et qu'il clique sur F1 la rubrique d'aide s'ouvre.

Pour créer cet aide :

Faites glisser un composant HelpProvider de la boîte à outils vers votre formulaire.  Le composant se place dans la barre d'état située au bas de la fenêtre.

Dans la fenêtre Propriétés du HelpProvider , donner à la propriété HelpNamespace, un nom de fichier d'aide .chm, col ou .htm. 

Dans la fenêtre Propriétés du contrôle qui déclenchera l'aide, donner à la propriété HelpNavigator une valeur de l'énumération HelpNavigator. 

Cette valeur détermine la façon dont la propriété HelpKeyword est passée au système d'aide. HelpNagigator peut prendre la valeur :

AssociateIndex Indique que l'index d'une rubrique spécifiée est exécuté dans l'URL spécifiée.

Find Indique que la page de recherche d'une URL spécifiée est affichée.

Index                                                         Indique que l'index d'une URL spécifiée est affiché.

KeywordIndex Spécifie un mot clé à rechercher et l'action à effectuer dans l'URL spécifiée.

TableOfContents                                                   Indique que le sommaire du fichier d'aide

HTML 1.0 est affiché.

Topic                                                         Indique que la rubrique à laquelle l'URL spécifiée fait référence est affichée.

Définissez la propriété HelpKeyword dans la fenêtre Propriétés. (la valeur de cette propriété sera passé au fichier d'aide afin de déterminer la rubrique d'aide à afficher).

Au moment de l'exécution, le fait d'appuyer sur F1 lorsque le contrôle (dont vous avez défini les propriétés HelpKeyword et HelpNavigator) a le focus ouvre le fichier d'aide associé à ce composant HelpProvider.

Remarque : Vous pouvez définir, pour la propriété HelpNamespace, une adresse http:// (telle qu'une page Web). Cela permet d'ouvrir le navigateur par défaut sur la page Web avec la chaîne indiquée dans la propriété HelpKeyword utilisée comme ancre (pour accéder à une section spécifique d'une page HTML).

Dans le code il faut utiliser la syntaxe HelpProvider.SetHelpKeyword="..."

Exemple :

Pour afficher la page d'aide sur les formes ovales, sélectionnez la valeur HelpNavigator.KeyWordIndex dans la liste déroulante Help Navigator, dans la zone de texte HelpKeyword, 'tapez « ovales » (sans chevrons).

Utilisation du bouton d’aide :

Vous pouvez afficher l'aide pour un contrôle via le bouton Aide (?) situé dans la partie droite de la barre de titre.

Il faut que l'utilisateur clique sur le bouton d'aide (?) puis sur le contrôle qui nécessite une aide, ce qui entraîne l'ouverture d'un carré blanc contenant un message d'aide.

L'affichage de l'aide de cette façon convient particulièrement aux boîtes de dialogue. En effet, avec un affichage modal des boîtes de dialogue, il n'est pas facile d'ouvrir des systèmes d'aide externes, dans la mesure où les boîtes de dialogue modales doivent être fermées avant que le focus puisse passer à une autre fenêtre. Le bouton Réduire ou Agrandir ne doit pas être affiché dans la barre de titre. Il s'agit d'une convention pour les boîtes de dialogue alors que les formulaires disposent généralement de boutons Réduire et Agrandir.

Pour afficher l'aide contextuelle :

Faites glisser un composant HelpProvider de la boîte à outils vers votre formulaire. 

Le contrôle est  placé dans la barre d'état des composants située au bas de la fenêtre. Attribuer aux propriétés Minimize et Maximize de la fenêtre la valeur false.

Puis,  

Dans la fenêtre Propriétés de la fenêtre, donner à la propriété HelpButton la valeur true. Cette configuration permet d'afficher dans la partie droite de la barre de titre du formulaire un bouton contenant un point d'interrogation.

Sélectionnez le contrôle pour lequel vous souhaitez afficher l'aide dans votre formulaire et mettre dans la propriété HelpString la chaîne de texte qui sera affichée dans une fenêtre de type ToolTip.

Essayer le bouton (?):

Appuyez surF5.

Appuyez sur le bouton Aide (?) de la barre de titre et cliquez sur le contrôle dont vous avez défini la propriété HelpString. Le toolTip apparait.

Utilisation des infos bulle

Le composant ToolTip peut servir à afficher des messages d'aide courts et spécialisés relatifs à des contrôles individuels des Forms. 

Cela ouvre une petite fenêtre indépendante rectangulaire dans laquelle s'affiche une brève description de la raison d'être d'un contrôle lorsque le curseur de la souris pointe sur celui-ci.

Il fournit une propriété qui précise le texte affiché pour chaque contrôle du formulaire.

En outre, il est possible de configurer, pour le composant ToolTip, le délai qui doit s'écouler avant qu'il ne s'affiche.

Comment faire :

Ajoutez le contrôle ToolTip au formulaire.

Chaque contrôle à maintenant une propriété ToolTip ou on peut mettre le texte a afficher dans l'info bulle.

Utilisez la méthode SetToolTip du composant ToolTip.

On peut aussi le faire par code :

ToolTip1.SetToolTip(Button1, "Save changes")

Par code créons de toute pièce un ToolTip.

Dim toolTip1 As New ToolTip()

' Modifions les délais du ToolTip. toolTip1.AutoPopDelay = 6000 toolTip1.InitialDelay = 2000 toolTip1.ReshowDelay = 500

' Force le ToolTip a être visible que la fenêtre soir active ou non.

toolTip1.ShowAlways = True

' donne le texte de l'info bulle à 2 contrôles. toolTip1.SetToolTip(Me.button1, "My button1") toolTip1.SetToolTip(Me.checkBox1, "My checkBox1")

4.14 Appel d’une API

Les Api (Application Programming Interface) sont des bibliothèques de liaisons dynamiques (DLL, Dynamic-Link Libraries), se sont des fonctions (généralement écrites en C) et qui sont compilées dans une DLL.

Elles font :

        -     soit partie intégrante du système d'exploitation Windows. (API Windows) 

Se sont ces Api (=coeur du système, User32Dll= fonctionnement des applications, =interface graphique) que Windows utilise pour fonctionner.

Les fonctions sont donc écrites pour Windows, parfois on n'a pas d'équivalent VB, aussi, plutôt que de les réécrire quand on en a besoin, on appelle celles de Windows.

Elles permettent d'effectuer des tâches lorsqu'il s'avère difficile d'écrire des procédures équivalentes. Par exemple, Windows propose une fonction nommée FlashWindowEx qui vous permet de varier l'aspect de la barre de titre d'une application entre des tons clairs et foncés.

Il faut avouer que, le Framework fournissant des milliers de classes permettant de faire pratiquement tout ce que font les Api Windows, on a très peu à utiliser les Api Windows.

Chaque fois que cela est possible, vous devez utiliser du code managé à partir du .NET Framework plutôt que les appels API Windows pour effectuer des tâches.

- soit partie de dll spécifiques fournit par des tiers pour permettre d'appeler des fonctions n'existant pas dans VB ni Windows.

Par exemple, il existe des Api MySql qui donnent accès aux diverses fonctions permettant d'utiliser une base de données MySql.  (Ces Api contiennent 'le moteur' de la base de données.)

Les Api sont en code non managé. De plus elles n'utilisent souvent pas les mêmes types de données que VB. L'appel des Api se faisant avec des passages de paramètres, il y a des précautions à prendre!! Sinon cela plante!!! Cela plante vraiment.

Les API Windows

L'avantage de l'utilisation d'API Windows dans votre code réside dans le gain de temps de développement, car elles contiennent des douzaines de fonctions utiles déjà écrites et prêtes à être utilisées. L'inconvénient des API Windows est qu'elles peuvent être complexes à utiliser et implacables lorsqu'une opération se déroule mal.

Pour plus d'informations sur les API Windows, consultez la documentation du kit de développement Win32 SDK dans les API Windows du kit de développement Platform SDK. Pour plus d'informations sur les constantes utilisées par les API Windows, examinez les fichiers d'en-tête, tels que Windows.h, fournis avec le kit de développement Platform SDK.

MSDN donne aussi   une     description     des     Api :

Appels API avec Declare

La façon la plus courante d'appeler les API Windows consiste à utiliser l'instruction Declare.

Exemple (repris de chez Microsoft) : appel de la fonction Windows 'MessageBox' qui est dans et qui affiche une MessageBox.

        -     Rechercher de la documentation de la fonction:

Le site MSDN donne la définition de la fonction MesssageBox :

Int MessageBox( HWND hWnd,

LPCTSTR lpText,

LPCTSTR lpCaption,

UINT uType

); 

Parameters:

hWnd

[in] Handle to the owner window of the message box to be created. If this parameter is NULL, the message box has no owner window.

lpText

[in] Pointer to a null-terminated string that contains the message to be displayed.

lpCaption

[in] Pointer to a null-terminated string that contains the dialog box title. If this parameter is NULL, the default title Error is used.

uType

[in] Specifies the contents and behavior of the dialog box. This parameter can be a combination of flags from the following groups of flags.

Constantes API Windows : Vous pouvez déterminer la valeur numérique de des constantes utiliser dans les Api par l'examen des instructions #define dans le fichier WinUser.h. Les valeurs numériques sont généralement affichées au format hexadécimal. Par conséquent, vous pouvez les convertir au format décimal.

Par exemple, si vous voulez combiner les constantes pour le style exclamation MB_ICONEXCLAMATION 0x00000030 et le style Oui/Non MB_YESNO 0x00000004, vous pouvez ajouter les nombres et obtenir un résultat de 0x00000034, ou 52 décimales.

Return Value

IDABORT      Abort button was selected.

IDCANCEL     Cancel button was selected.

IDCONTINUE Continue button was selected.

IDIGNORE     Ignore button was selected.

IDNO           No button was selected.

IDOK           OK button was selected.

IDRETRY       Retry button was selected.

IDTRYAGAIN Try Again button was selected.

IDYES          Yes button was selected.

        -     Il faut déclarer la procédure DLL 

Ajoutez la fonction Declare suivante à la section de déclaration du formulaire de départ de votre projet ou à celle de la classe ou du module où vous voulez utiliser la DLL :

Declare Auto Function MBox Lib "" _

Alias "MessageBox" (ByVal hWnd As Integer, _ ByVal txt As String, ByVal caption As String, _

ByVal Typ As Integer) As Integer

Declare comprend les éléments suivants.

Le modificateur Auto indique de suivre les règles du Common Language Runtime.

Le nom qui suit Function est celui que votre programme utilise pour accéder à la fonction importée.

Le mot clé Alias indique le nom réel de cette fonction.

Lib suivi du nom et de l'emplacement de la DLL qui contient la fonction que vous appelez. Vous n'avez pas besoin d'indiquer le chemin d'accès des fichiers situés dans les répertoires système Windows.

Utilisez le mot clé Alias si le nom de la fonction que vous appelez n'est pas un nom de procédure Visual Basic valide ou est en conflit avec le nom d'autres éléments de votre application. Alias indique le nom réel de la fonction appelée.

Les types de données que Windows utilise ne correspondent pas à ceux de Visual Studio. Visual Basic effectue la plupart des tâches à votre place en convertissant les arguments en types de données compatibles, processus appelé marshaling. Vous pouvez contrôler de manière explicite la façon dont les arguments sont marshalés en utilisant l'attribut MarshalAs défini dans l'espace de noms System.Runtime.InteropServices.

Remarque : Les versions antérieures de Visual Basic vous autorisaient à déclarer des paramètres As Any (tout type). Visual ne le permet pas.

Ajoutez des instructions Const a la section des déclarations de votre classe ou module pour rendre ces constantes disponibles pour l'application.

Par exemple :

Const MB_ICONQUESTION = &H20L

Const MB_YESNO = &H4

Const IDYES = 6

Const IDNO = 7

Pour appeler la procédure DLL 

Dim RetVal As Integer ' Valeur de retour.

RetVal = MBox(0, "Test DLL", "Windows API MessageBox", _ MB_ICONQUESTION Or MB_YESNO)

If RetVal = IDYES Then

MsgBox("Vous avez cliqué sur OUI")

Else

MsgBox("Vous avez cliqué sur NON") End If

Visual convertit automatiquement les types de données des paramètres et valeurs de retour pour les appels API Windows, mais vous pouvez utiliser l'attribut MarshalAs pour indiquer de façon explicite les types de données non managés attendus par une API.

On peut aussi appeler une API Windows à l'aide de l'attribut DllImport mais c'est compliqué. 

Autre exemple classique

Utilisation de la routine BitBlt qui déplace des octets.

La documentation donne les renseignements suivants :

Declare Function BitBlt Lib "gdi32" ( _

ByVal hDestDC As Long, _

ByVal x As Long, _

ByVal y As Long, _

ByVal nWidth As Long, _

ByVal nHeight As Long, _

ByVal hSrcDC As Long, _

ByVal xSrc As Long, _

ByVal ySrc As Long, _

ByVal dwRop As RasterOps _

) As Long

Parameter Information

· hdcDest

Identifies the destination device context.

· nXDest

Specifies the logical x-coordinate of the upper-left corner of the destination rectangle.

· nYDest

Specifies the logical y-coordinate of the upper-left corner of the destination rectangle.

· nWidth

Specifies the logical width of the source and destination rectangles.

· nHeight

Specifies the logical height of the source and the destination rectangles.

· hdcSrc

Identifies the source device context.

· nXSrc

Specifies the logical x-coordinate of the upper-left corner of the source rectangle.

· nYSrc

Specifies the logical y-coordinate of the upper-left corner of the source rectangle.

· dwRop

Specifies a raster-operation code. 

Les Constantes dwRop

' Copies the source bitmap to destination bitmap

SRCCOPY = &HCC0020

' Combines pixels of the destination with source bitmap using the Boolean AND operator.

SRCAND = &H8800C6

' Combines pixels of the destination with source bitmap using the Boolean XOR operator.

SRCINVERT = &H660046

' Combines pixels of the destination with source bitmap using the Boolean OR operator.

SRCPAINT = &HEE0086

' Inverts the destination bitmap and then combines the results with the source bitmap  ' using the Boolean AND operator.

SRCERASE = &H4400328

' Turns all output white.

WHITENESS = &HFF0062

' Turn output black.

BLACKNESS = &H42

Return Values

If the function succeeds, the return value is nonzero.

Ici on va utiliser cette routine pour copier l'image de l'écran dans un graphics.

Private Declare Function BitBlt Lib "" Alias "BitBlt" (ByVal _ hdcDest As IntPtr, ByVal nXDest As Integer, ByVal nYDest As _ Integer, ByVal nWidth As Integer, ByVal nHeight As Integer, ByVal _ hdcSrc As IntPtr, ByVal nXSrc As Integer, ByVal nYSrc As Integer, _

ByVal dwRop As System.Int32) As Long

Dim memoryImage As Bitmap

Private Sub CaptureScreen()

Dim mygraphics As Graphics = Me.CreateGraphics()

Dim s As Size =

memoryImage = New Bitmap(s.Width, s.Height, mygraphics)

Dim memoryGraphics As Graphics = Graphics.FromImage(memoryImage)

Dim dc1 As IntPtr = mygraphics.GetHdc

Dim dc2 As IntPtr = memoryGraphics.GetHdc

BitBlt(dc2, 0, 0, Me.ClientRectangle.Width, Me.ClientRectangle.Height, dc1, 0, 0, 13369376)

mygraphics.ReleaseHdc(dc1) memoryGraphics.ReleaseHdc(dc2)

End Sub

Le dernier paramètre a pour valeur= 13369376= SRCCOPY = &HCC0020 et correspond à 'Copies the source bitmap to destination bitmap'.

4.15 Drag and Drop

L'exécution d'opérations glisser-déplacer  (Drag ans Drop) peut être ajoutée dans un programme.

La méthode DoDragDrop du contrôle de départ autorise la collecte des données au début de l'opération.

Les évènements DragEnter, DragLeave et DragDrop. permettent de 'poser' les données dans le contrôle d'arrivée.

Exemple n°1 (simple) :

Le contrôle de départ est un contrôle Button, les données à faire glisser sont la chaîne représentant la propriété Text du contrôle Button, et les effets autorisés sont la copie ou le déplacement. Le texte sera déposé dans un textBox :

Le contrôle de départ

La fonctionnalité qui autorise la collecte des données au début de l'opération glisser dans la méthode DoDragDrop.

L'événement MouseDown du contrôle de départ est généralement utilisé pour démarrer l'opération glisser parce qu'il est le plus intuitif (la plupart des glisser-déplacer commencent par un appuie sur le bouton de la souris).

Mais, souvenez-vous que n'importe quel événement peut servir à initialiser une procédure glisser-déplacer.

Remarque : Les contrôles ListView et TreeView, , ont un événement ItemDrag qui est spécifique.

Private Sub Button1_MouseDown(ByVal sender As Object, ByVal e As

System.Windows.Forms.MouseEventArgs) Handles Button1.MouseDown Button1.DoDragDrop(, Or )

End Sub

Le premier argument indique les données à déplacer.

Le second les effets permis = copier ou déplacer.

Le contrôle d’arrivée

Toute zone d'un Windows Form ou d'un contrôle peut être configurée pour accepter les données déplacées en définissant la propriété AllowDrop et en gérant les événements DragEnter et DragDrop.

Dans notre exemple, c'est un controle TextBox1 qui est le contrôle d'arrivée.

TextBox1.AllowDrop =True           'autorise le contrôle TextBox à recevoir

Dans l'événement DragEnter du contrôle qui doit recevoir les données déplacées.

Vérifier que le type des données est compatible avec le contrôle d'arrivée (ici, vérifier que c'est bien du texte).

Définir ensuite l'effet produit lorsque le déplacement a lieu en lui attribuant une valeur de l'énumération DragDropEffects. (Ici il faut copier).

Private Sub TextBox1_DragEnter(ByVal sender As Object, ByVal e As System.Windows.Forms.DragEventArgs) Handles TextBox1.DragEnter

If (e.Data.GetDataPresent()) Then

e.Effect =

Else

e.Effect =

End If

End Sub

Dans l'événement DragDrop du contrôle d'arrivée, utilisez la méthode GetData pour extraire les données que vous faites glisser. 

Private Sub TextBox1_DragDrop(ByVal sender As Object, ByVal e As

System.Windows.Forms.DragEventArgs) Handles TextBox1.DragDrop = e.Data.GetData().ToString End Sub

Exemple n°2 (plus complexe) :

Glisser déplacer une ligne d'une listBox 'ListBox1' vers une listBox 'ListBox2'.

Créer une ListBox1

Créer une listBox2 avec sa propriété AllowDrop=True 'listBox2 accepte le 'lâcher'

Dans l'en-tête du module ajouter :

Public IndexdInsertion As Integer  ' Variable contenant l'index ou sera inséré la ligne

‘Eventuellement pour l'exemple charger les 2 ListBox avec des chiffres pour pouvoir tester.

Private Sub Form1_Load(ByVal sender As System.Object, ByVal e As

System.EventArgs) Handles MyBase

Dim i As Integer

For i = 1 To 100

(i.ToString)

Next

For i = 1 To 100

(i.ToString)

Next

End Sub

'Dans le listBox de départ, l'évènement MouseDrown déclenche le glisser déplacer par DoDragDrop.

Private Sub ListBox1_MouseDown(ByVal sender As Object, ByVal e As

System.Windows.Forms.MouseEventArgs) Handles ListBox1.MouseDown

ListBox1.DoDragDrop(ListBox1.Items(ListBox1.IndexFromPoint(e.X, e.Y)),

Or )

End Sub

'ListBox1.IndexFromPoint(e.X, e.Y) retourne l'Index de l'item ou se trouve la souris à partir des coordonnées e.x et e.y du pointeur)

'DoDragDrop a 2 arguments: l'élément à draguer et le mode

'DragOver qui survient quand la souris se ballade sur le contrôle d'arrivé, vérifie si le Drop reçoit bien du texte et met dans IndexdInsertion le listItem qui est sous la souris.

'Noter que e.x et e.y sont les coordonnées écran, il faut les transformer en coordonnées client (du contrôle) par PointToClient afin d'obtenir l'index de l'item ou se trouve la souris (en utilisant IndexFromPoint.

Private Sub ListBox2_DragOver(ByVal sender As Object, ByVal e As

System.Windows.Forms.DragEventArgs) Handles ListBox2.DragOver

If Not (e.Data.GetDataPresent(GetType(System.String))) Then e.Effect =

Else

IndexdInsertion = ListBox2.IndexFromPoint(ListBox2.PointToClient(New Point(e.X, e.Y)))

e.Effect =

End If

End Sub

'Enfin dans DragDrop, on récupère le texte dans Item et on ajoute un item après l'item pointé.

Private Sub ListBox2_DragDrop(ByVal sender As Object, ByVal e As

System.Windows.Forms.DragEventArgs) Handles ListBox2.DragDrop

Dim item As Object = CType(e.Data.GetData(GetType(System.String)), System.Object) ListBox2.Items.Insert(IndexdInsertion + 1, item) End Sub

4.20 Déboguage

Le déboguage est la recherche des bugs. (Voir 4.3 Traiter les erreurs)

Pour déboguer, il faut lancer l'exécution du programme, suspendre l'exécution à certains endroits du code et voir ce qui se passe puis faire avancer le programme pas à pas :

Pour démarrer et arrêter l'exécution, on utilise les boutons suivants :

On lance le programme avec le premier bouton, on le suspend avec le second, on l'arrête définitivement avec le troisième…

On peut suspendre (l'arrête temporairement) le programme :

-   avec le second bouton 

-   grâce à des points d'arrêt (pour définir un point d'arrêt en mode de conception, cliquez en face d'une ligne dans la marge grise : la ligne est surlignée en marron. Quand le code est exécuté, il s'arrête sur cette ligne marron). 

  For i= 1 To 6

? Tableau(i)=i*i   Next i

En plus si on clique sur le rond de gauche avec le bouton droit de la souris, on ouvre un menu permettant de modifier les propriétés de ce point d'arrêt (il y a la possibilité d'arrêter au premier ou au Xième passage sur le point d'arrêt, ou arrêter si une expression est à True ou à changé)

-   en appuyant sur Ctrl-Alt-Pause

-   en incluant dans le code une instruction Stop

Attention : Si vous utilisez des instructions Stop dans votre programme, vous devez les supprimer avant de générer la version finale.

Les transformer en commentaire :

' Stop

Ou utiliser des instructions conditionnelles :

#If DEBUG Then

Stop

#End If

Déboguage

Quand le programme est suspendu, on peut observer les variables, déplacer le point d'exécution, on peut aussi faire marcher le programme pas à pas (instruction par instruction) et observer l'évolution de la valeur des variables, on peut enfin modifier la valeur d'une variable afin de tester le logiciel avec cette valeur.

F11 permet l'exécution pas à pas (y compris des procédures appelées : si il y a appel à une autre procédure, le pas à pas saute dans l'autre procédure)

F10 permet le pas à pas (sans détailler les procédures appelées : exécute la procédure appelée en une fois)

Maj+F11 exécute jusqu'à la fin de la procédure en cours.

On peut afficher ou définir l'instruction suivante, exécuter jusqu'au curseur, insérer un point d'arrêt ou un espion en cliquant sur le bouton droit de la souris et en choisissant une ligne du menu.

Espion express permet de saisir une expression (variable, calcul de variables) et de voir ensuite dans une fenêtre 'espion' les modifications de cet expression au cours du déroulement du programme.

On peut grâce au menu déboguage puis Fenêtre ouvrir les fenêtres :

-   Automatique, qui affiche les valeurs des variables de l'instruction en cours  et des instructions voisines.

-   Immédiat où il est possible de taper des instructions ou expressions pour les exécuter ou voir des valeurs. 

Taper "?I" (c'est l'équivalent de "Print I" qui veut dire: écrire la valeur de la variable I) puis valider, cela affiche la valeur de la variable I.

Autre exemple, pour voir le contenu d'un tableau A(), tapez sur une seule ligne : "For i=0 to 10: ?i: Next i"

Enfin, il est possible de modifier la valeur d'une variable: Tapez" I=10" puis validez, cela modifie la valeur de la variable.

-   Espions permettant d'afficher le contenu de variables ou d'expressions.

-   Espions Express permet d'afficher la valeur de l'expression sélectionnée.

-   Points d'arrêts permet de modifier les propriétés des points d'arrêts. On peut mettre un point d'arrêt en cliquant dans la marge grise à gauche: l'instruction correspondante s'affiche en marron et l'exécution s'arrêtera sur cette ligne. 

-   Me affiche les données du module en cours.

-   Variables locales affiche les variables locales.

-   Modules affiche les dll ou .exe utilisés.

-   Mémoire, Pile d'appels, Thread, Registres, Code Machine permettent d'étudier le fonctionnement du programme à un niveau plus spécialisé et technique.

Comment voir rapidement la valeur de propriétés ou de variables.

Il est toujours possible de voir la valeur d'une propriété d'un objet en la sélectionnant avec la souris:

Exemple on sélectionne et on voit apparaître sa valeur.

Pour les variables, il suffit que le curseur soit sur une variable pour voir la valeur de cette variable.

On peut aussi copier une expression dans la fenêtre ‘immédiat’, mettre un ? avant et valider pour voir la valeur de l'expression.

Attention à l'affichage :

Parfois en mode pas à pas on regarde le résultat d'une instruction dans la fenêtre du programme. Par exemple on modifie la propriété text d'un label et on regarde si le label a bien changé.

Parfois la mise à jour n'est pas effectuée car le programme met à jour certains contrôles seulement en fin de procédure. Pour palier à cela et afficher au fur et à mesure, même si la procédure n'est pas terminée, on utilise la méthode Refresh de l'objet qui 'met à jour'.

Exemple :

="A"

Label1.Refresh

Cela ne semble pas toujours fonctionner. Avez-vous une explication ?

Objet Console

On peut écrire sur la console, quand on a parfois besoin d'afficher des informations, mais uniquement pour le programmeur: Console.WriteLine( myKeys(i))

Mais dans un programme Windows, il n'y a pas de console!! la sortie est donc envoyée vers la fenêtre de sortie (voir Debug)

Objet Debug

L'espace de noms Systems.Diagnostics est nécessaire.

Pour déboguer du code, on a parfois besoin d'afficher des informations, mais uniquement pour le programmeur, en mode debug afin de suivre le cheminement du programme ou la valeur d'une variable ou si une condition se réalise; pour cela on utilise une fenêtre nommée 'Sortie'(Output). (Menu Affichage>Autres fenêtres>Sortie)

Pour écrire dans la fenêtre Output (sans arrêter le programme):

-   Du texte :

Debug.Write(Message)

-   Ajouter un passage à la ligne : Debug.WriteLine(Message)

-   Le contenu d'une variable :

Debug.Write(Variable)

-   Les propriétés d'un objet : Debug.Write(Objet)

Exemple :

Debug.Write("ça marche") 'Affiche 'ça marche'

Dim A as Integer=2

                Debug.Write(A)       'Affiche 2

Debug.Write(A+2) 'Affiche 4

On voit que s'il y a une expression, elle est évaluée.

On peut aussi afficher un message si une condition est remplie en utilisant WriteLineIf ou WriteIf :

Debug.WriteLineIf(i = 2, "i=2")

Affiche 'i=2'  si i=2

Cela vous permet, sans arrêter le programme (comme le fait Assert), d'être informé quand une condition est vérifiée. 

Debug.Assert par contre affiche une fenêtre Windows et stoppe le programme si une assertion (une condition) passe à False.

Debub.Assert(Assertion)

Debub.Assert(Assertion, Message1)

Debub.Assert(Assertion, Message1, Message2)

L'exemple suivant vérifie si le paramètre 'type' est valide. Si le type passé est une référence null (Nothing dans Visual Basic), Assert  ouvre une boite de dialogue nommé 'Echec Assertion' avec 3 boutons 'Abandonner, Recommencer' 'Ignorer'... La liste des appels est affichée dans la fenêtre (procédure en cours en tête de liste, module et numéro de ligne en première ligne)

Public Shared Sub UneMethode (type As Type, Typedeux As Type)

Debug.Assert( Not (type Is Nothing), "Le paramètre Type est=Nothing ", "Je ne peux pas utiliser un Nothing")

....

End Sub UneMethode

Fait pareil mais sans condition.

Objet Trace

Trace possède les mêmes fonctions que Debug (Write, WriteIf, Assert, Fail..) mais la différence est que Trace permet d'afficher à l'utilisateur final par défaut.

Trace est activé par défaut. Par conséquent, du code est généré pour toutes les méthodes Trace dans les versions release et debug. Ceci permet à un utilisateur final d’activer le traçage pour faciliter l’identification du problème sans que le programme ait à être recompilé.

Par opposition, Debug est désactivé par défaut dans les versions release, donc aucun code exécutable n’est généré pour les méthodes Debug.

Ce qu’il faut savoir pour diffuser son

programme

D 1.1Comprendre le FrameWork

Comment fonctionne un programme ?

Le

Pour qu'un programme fonctionne, il faut installer le :

C'est une plate-forme informatique, une couche entre Windows et l'application VB.

Cette infrastructure offre un vaste accès à :

-   l'ensemble du système d'exploitation.

-   une collection d'objets utilisables pour créer des programmes. -      des routines d'exécution de programme.

Tout cela de manière homogène et très fiable.

Système d'exploitation:Windows

Framework:CLR et Classes

Visual Basic

L'exécutable en Visual Basic :

-   utilise les objets (WindowsForms, Contrôles, type de variable,..)du Framework.

-   appelle les fonctions (exécution, affichage, gestion de la mémoire, lecture dans une base de donnée...) du Framework.

A la limite on peut considéré le Framework comme une machine virtuelle (comme celle de Java). Il suffirait de porter le FrameWork sous Linux pour que les programmes VB fonctionnent. (Info? Intox?) 

Inconvénients ?

La couche supplémentaire ralentie le programme ?

A peine, cela serait insignifiant.

Et s'il y a une nouvelle version du Framework?

Les versions successives devront être compatible ascendante et descendante!!

Intérêts ?

On installe une seule fois le Framework.

Une fois le Framework installé, il suffit pour installer un nouveau programme de n'installer que l'exécutable.

On peut utiliser plusieurs langages.

Nous appelons les fonctions du FrameWork avec Visual Basic mais on peut aussi le faire avec C# et 30 autres langages. La vitesse d'exécution sera la même, les types de variables, les objets seront les mêmes. Plus de problèmes de transfert de paramètres.

Il est même possible de faire cohabiter plusieurs langages dans une même application.

Le code est homogène.

Plus de bidouille, de ficelle de programmation pour contourner les lacunes du langage et l'accès limité au système d'exploitation: Les milliers de Classes du FrameWork donne accès à une multitude de fonctions et aux services du système d'exploitation, cela nativement.

Revoyons en détails le contenu du Framework :

Il contient deux composants principaux :

•    Le Common Language Runtime.

Le runtime peut être considéré comme un agent qui manage le code au moment de l'exécution, qui l'exécute, fournit des services essentiels comme la gestion de la mémoire, la gestion des threads, et l'accès distant.

•    La bibliothèque de classes du .NET FrameWork.

C'est une collection complète orientée objet, de types réutilisables que vous pouvez utiliser pour développer des applications allant des traditionnelles applications à ligne de commande ou à interface graphique utilisateur (GUI, Graphical User Interface) jusqu'à des applications qui exploitent les dernières innovations fournies par , comme les services Web XML et Web Forms.

Par exemple, les classes Windows Forms sont un ensemble complet de types réutilisables qui simplifient grandement le développement Windows. Si vous écrivez une application Web Form , vous pouvez utiliser les classes Web Forms.

Il existe un éventail de tâches courantes de programmation y compris des tâches comme la gestion de chaînes, la collection de données, la connectivité de bases de données, et l'accès aux fichiers.

Il y a 3300 Classes!!!

Plus d'appel aux Api Windows, on fait tout directement en utilisant les classes du Framework. 

Code managé

Le code écrit pour le FrameWork est dit managé (ou géré), il bénéficie des avantages du Framework :

-   gestion de la mémoire

-   optimisation de cette mémoire

-   règles communes

-   utilisation de plusieurs langages

-   …

Les anciens composants COM sont utilisables mais non managés.

L'interopérabilité entre les codes managés et non managés permet aux développeurs de continuer à utiliser des composants COM et des DLL nécessaires.

Compilation

Lors de la génération du projet, un code intermédiaire est produit (IL: Intermédiaire Langage), ce code est commun à tous les langages. Lors de la première exécution, le code est compilé en binaire. Les exécutions suivantes seront plus rapides.

Installation

Les applications et contrôles écrits pour le .NET Framework imposent que celui-ci soit installé sur l'ordinateur où ils s'exécutent. Microsoft fournit un programme d'installation redistribuable, , qui contient les composants Common Language Runtime et .NET Framework nécessaires à l'exécution des applications .NET Framework.

Pour installer le FrameWork, il faut au moins :

-   Microsoft® Windows® 98

-   Microsoft® Windows® 98 Deuxième Édition

-   Microsoft® Windows® Millennium Edition (Windows Me)

-   Microsoft® Windows NT 4 (Workstation ou Server) avec le Service Pack 6a

-   Microsoft® Windows® 2000 (Professionnel) avec MAJ

-   Microsoft® Windows® XP (Édition familiale ou Professionnel)

-   Famille Microsoft® Windows® Server 2003

Ou le trouver :

Dans le MSDN Download Center sur Internet: 

-  

Puis

-   ?FamilyID=262d25e3-f589-4842-

8157-034d1e7cf3a3&displaylang=fr

(Ou )

Choisir autre langue=Français puis charger le FrameWork 1.1 Français (23.6 Mo) puis lancer l'installation avec .

(Bien choisir la version française car on ne peut pas installer plusieurs versions de langue différente)

Pour développer il faut ensuite installer Visual .

L'utilisateur final de l'exécutable installera le FrameWork et l'exécutable (programme simple).

Ou est le Framework?

Il se trouve dans :

c:\Windows\\Framework\v1.1 4322\

On voit les DLL qui composent le Framework : , …

La version 1.1 fait 73 Mo sur le disque

On peut installer à coté la version 1.0; Pourquoi installer les 2 si il y a compatibilité ascendante ? C’est une question!!

Nouvelle version 2

Visual Studio 2005 utilise le Framework 2.0, bien sur il y a un SDK 2.0 Ce sont des versions bêta. (12/2004)

D 1.2Distribution d’une application

Comment distribuer un programme ?

Programme simple

Le développeur doit compiler son application, la générer.

Il indique les propriétés du programme à générer:Menu Projet->Propriété du projet.

-   Génération en mode Release (et pas en mode Debug)

-   On peut choisir de générer ou non des informations de débogage.

Puis, il génère en utilisant le Menu Générer-> Générer la Solution

Le programme exécutable ainsi crée se trouve dans le répertoire \bin.

Chez l'utilisateur:

-   Il faut installer le :

-   Copier l'exécutable (et éventuellement les fichiers de données) dans un répertoire.

Pour utiliser le programme, l'utilisateur lance l'exécutable.

Créer un programme d’installation automatique

Il est bien sur plus simple de créer un programme d'installation automatique.

L'utilisateur lance qui est sur un cd d'installation et ce programme installe le logiciel. L'assistant à la création du programme d'installation est dans VB.

Pour cela il faut créer un projet de configuration et déploiement, en modifier certaines propriétés puis le générer.

Menu Fichiers->Ajouter un projet->Nouveau Projet-> Cliquez dans la liste sur 'Projet de configuration et de déploiement.' puis sur l'icône 'Assistant de configuration'.

Il faut vérifier en bas de la fenêtre 'Ajouter un nouveau projet' le chemin.

Suivez les divers écrans en vous rappelant que vous utiliser une application Windows en sortie principale, n'oubliez pas de rajouter si nécessaire certains fichiers (les fichiers de données nécessaires).

Après le bouton 'Terminez', il est ajouté dans la fenêtre de l'explorateur de solution une ligne nommée par défaut 'Setup1' correspondant au projet de l'installateur. Il est crée un onglet 'Système de fichiers' dans la fenêtre principale.

Vous venez de créer votre projet de configuration et déploiement, vous pouvez maintenant le modifier.

Le fait de cliquer sur le 'dossier d'application' ou sur sur ligne dans l'explorateur de solution affiche dans la fenêtre de propriétés, les propriétés de l'installation.

La propriété DefaultLocation donne par exemple l'emplacement, le répertoire d'installation. Il y a bien d'autres propriétés permettant de personnaliser votre installateur (Auteur, nom de l'entreprise, Version...)

Enfin quand on clique sur Setup1 dans l'explorateur de solutions, il apparaît des boutons donnant accès à des éditeurs de registre, de d'interface de l'installateur, de condition de lancement…

Si on clique sur le 3eme bouton on ouvre l'éditeur d'interface qui donne accès au déroulement de l'installateur. En cliquant sur la première fenêtre ('Bienvenue') on a accès aux propriétés de cette fenêtre: texte, image…

Pour créer effectivement l'installateur il faudra enregistrer puis utiliser le Menu Générer-> Générer Setup1.

Un répertoire nommé dans notre exemple 'SetUp1' est crée; il contient :

-  

-  

-  

Il suffit de mettre ces fichiers sur un cd et de le donner à l'utilisateur final qui installera votre logiciel en lançant .

Le logiciel d'installation vérifie si le FrameWork est bien installé.

Les assembly

Pour les installations de programme, mises à jour, utilisation de composants propres au programme ou partagés avec d'autres programmes; pour gérer les versions, éviter les problèmes de conflit de composants, on utilisa les assembly (ou assemblage).

Dans l'explorateur de solution, double-cliquer sur , dans la fenêtre principale s'ouvre permettant d'avoir accès à certaines données.

Exemple de programme

E 4.1Exemple : Horloge

Comment créer une horloge numérique ?

15:21:45

Dans la fenêtre Form1.

Mettre un Timer (Timer1)

Mettre un label (Label1)

Ajouter le code :

                Private    Sub    Form1_Load(ByVal    sender    As    System.Object,    ByVal    e    As

System.EventArgs) Handles

                                Timer1.Interval = 1000      'Timer1_Tick sera déclenché toutes les secondes.

                                Timer1.Start()                   'On démarre le Timer

End Sub

Private Sub Timer1_Tick(ByVal sender As Object, ByVal e As System.EventArgs)

Handles

                = Now.ToLongTimeString      'Affiche l'heure format long.

End Sub

Simple non ?!?!

Création de Classes, Composants,

Programmation Objet

5.1Programmation Orientée Objet

permet maintenant de faire de la POO (programmation orientée objet)à part entière :

Les Classes prédéfinies déjà existantes (le FrameWork) obéissent à la POO, les classes que l'on crée soi même dans des modules de Classe suivront elles aussi les règles de la POO :

Pour ce chapitre, nous sommes du coté de l'application utilisatrice des objets (et non dans l'objet).

Interface et Implémentation

Nous savons déjà :

On utilise une Classe (le moule) pour instancer (créer) un objet.

Une classe est une combinaison de code et de données :

-   Le code et la définition des données constituent l'implémentation.

-   L'interface de l'objet est l'ensemble de ses membres visibles et utilisables( les membres se sont les propriétés, les méthodes, les évènements).

Exemple :

Prenons un objet d'une classe ListBox :

-   L'interface c'est ListBox.Visible la vois, je peux l'utiliser.

-   L'implémentation, je ne la vois pas, c'est le code qui gère la ListBox, la définition des éléments, c'est une 'boite noire', je ne sais pas ce qui s'y passe, je n'y est pas accès, et c'est tant mieux!!!

Encapsulation

Le fait de ne pas voir l'implémentation, le code, c'est l'encapsulation.

Le code, les définitions de données sont privés à l'objet et non accessibles, ils sont enfermés, encapsulés dans une boite noire.

L'encapsulation permet donc d'exposer aux applications clientes uniquement l'interface.

Les applications clientes n'ont pas à se soucier du fonctionnement interne.

Cela a une conséquence, si je modifie le code mais pas l'interface, l'application cliente n'a pas à être modifiée.

Héritage

On a vu d'un objet issu d'une Classe hérite des membres de la classe parent, cela crée une relation mère/fille (parent/enfant), la classe fille pouvant réutiliser les membres de la classe mère.

A noter qu'une classe ne peut hériter que d'une classe en .

La Classe fille peut utiliser les membres de la classe mère, mais aussi ajouter ses propres membres ou redéfinir certains membres de la classe mère. 

Exemple :

On a vu que quand on dessine une Form1, cela crée une Classe Form1 qui hérite des

Windows.Forms (Inherits )

Polymorphisme

Le nom de polymorphisme signifie qui peut prendre plusieurs formes.

Il y a 3 sortes de polymorphisme :

•    Le polymorphisme de surcharge ou en anglais overloading.

Le polymorphisme de surcharge permet d'avoir des fonctions de même nom, avec des fonctionnalités similaires, dans des classes sans aucun rapport entre elles. Par exemple, la classe Texte, la classe image et la classe Titre peuvent avoir une fonction affiche.

•    Le polymorphisme d'héritage (redéfinition, spécialisation ou en anglais overriding) C'est la forme la plus naturelle du polymorphisme, elle permet d'appeler la méthode d'un objet sans devoir connaître son type.

•    Le polymorphisme paramétrique (également généricité ou en anglais template) Le polymorphisme paramétrique, représente la possibilité de définir plusieurs fonctions de même nom mais possédant des paramètres différents (en nombre et/ou en type). 

Ainsi, on peut par exemple définir plusieurs méthodes add() effectuant une somme. 

-   La méthode int add(int, int) retourne la somme de deux entiers 

-   La méthode char add(char, char) retourne la somme de deux caractères 

-   La méthode int add(int, int, int) retourne la somme de trois entiers 

On appelle signature chaque combinaison d'arguments d'une fonction (combinaison en nombre et en type). Une fonction a donc autant de signature que de manière d'appeler cette fonction C'est donc la signature d'une méthode qui détermine quel code sera appelé. 

Constructeur, destructeur

Un constructeur est une fonction effectuée lors de l'instanciation d'un objet de la Classe, il sert généralement à 'initialiser' l'objet.

Souvent il y a plusieurs signatures.

Exemple :

Pour créer un objet graphique Point, j'utilise un constructeur permettant de définir les coordonnées du point : Dim P As New Point(45, 78)

La destruction d'un objet est effectuée lorsqu'on lui affecte la valeur Nothing ou lorsqu'on quitte la portée où il a été défini.

5.2Module de Classe

On a vu qu'il existait des classes prédéfinies (celle du Framework par exemple) mais on peut soi même CREER SES PROPRES CLASSES :

Prenons un exemple :

On va créer une classe 'Médicament'(c’est l'objet de ce chapitre).

Une fois cette classe créée, Comment l'utiliser?  

Pour instancer un objet Medicament: Dim M As New Medicament

Donner une valeur à une propriété: M.Nom= "Aspirine": M.Laboratoire="RP"

Récupérer la valeur d'une propriété:   : Nb= M.NombreMedicament

Pour la suite de ce chapitre, nous sommes DANS la Classe de l'objet (et non dans l'application utilisatrice).

Créer une Classe

Menu Projet puis Ajouter une Classe.

Entrée 'Medicament' dans la zone nom puis OK

Une nouvelle fenêtre de module sera ajoutée à notre projet, contenant le code suivant:

Public Class Medicament

End Class

Le mot avant Class indique la portée de la classe :

Public (Classe instancable dans et hors du projet, utilisable par un autre programme)

Private (Classe instancable que dans elle même!!) 

Friend (Classe instancable dans le projet)

Protected (Classe instancable uniquement dans les classes dérivées)

On peut ajouter:

MustInherit: Cela donne une classe non instancable, on ne peut pas créer d'objet avec!! Alors à quoi cela sert!! A fournir une base pour des classes qui en hériteront. NotInheritable: Cette classe ne peut-être héritée.

Ajouter des variables dans le module de classe

La variable peut être Privée et non visible à l'extérieur: Private mNom As String

Elle peut être Public, visible à l'extérieur et donc non encapsulée.

Public Laboratoire As String

On peut définir un champ public en lecture seule qui a une valeur constante:

Public ReadOnly NombreMedicament=2000

Vous pouvez ajouter à votre variable : Shared. Cela signifie que la variable déclarée comme Shared est partagée par toutes les instances de la classe : Public Shared Societe as String

La propriété Societe de toutes les instances de Medicament aura la même valeur (alors que chaque instance aura sa propre propriété Nom.)

Ajouter des membres grâce à ‘Property’

Il faut ajouter des propriétés et des méthodes (les membres)

Tapez 'Property Nom' puis validez, la définition de la propriété est générée en faisant apparaître :

-   un bloc Get qui correspond à la lecture de la propriété par l'utilisateur.

-   un bloc Set qui correspond à l'écriture de la propriété par l'utilisateur, on récupère la valeur dans le paramètre value. 

Property Nom()

Get

End Get

Set (By Val Value)

End Set

End Property

J'ajoute Public pour que cette propriété soit accessible hors de la classe, j'indique que c'est une String. Lors de la lecture de la propriété (par l'utilisateur de l'instance) Get retourne (grâce à Return) la valeur mNom qui est une variable privé de la classe et qui sert à stocker la valeur de la propriété. Lors de l'écriture de la variable, Set récupère la valeur dans Value et la met dans mNom :

Public Property Nom() as String

Get

Return mNom End Get

Set(By Val Value)

mNom=value

End Set

End Property

Encapsulation :

La propriété 'Nom' est encapsulée : l'utilisateur qui utilise une instance de la classe, ne voit pas ce qui se passe (ici c'est très simple) quand il lit la propriété Nom, il ne voit pas l'implémentation (l'implémentation c'est ...), il ne voit que l'interface c'est à dire .Nom

Une propriété peut être en lecture seule :

Public ReadOnly Property InitialeNom() As String

Get

Return Left(mNom,1) 

End Get

End Property

Mais aussi en écriture seule grâce à WriteOnly.

Les propriétés comme les méthodes peuvent être Public, Private, Protected, Friend, ProtectedFrient :

Vous pouvez ajouter à votre membre : Shared. Cela signifie que la propriété ou la méthode déclarée comme Shared est partagée par toutes les instances de la classe :

Constructeur

Un constructeur est une procédure exécutée lors de l'instanciation.

Dans le module de classe, elle est définie par :

Sub New()

End sub

On peut ajouter des paramètres qui serviront à instancer.

Par exemple pour instancer et donner le nom en même temps:

Sub New(ByVal LeNom As String) nNom=LeNom

End sub

Cela permet Dim M As New Medicament("Aspirine")

On peut définir plusieurs constructeurs avec un nombre de paramètres différents (plusieurs signatures), dans ce cas il y a surcharge, le constructeur par défaut étant celui sans paramètres.

Donnons un autre exemple : je veux savoir combien il a été crée d'instance de 'Médicament': 

Créons une variable commune à toutes les instances Private Shared Nb as Integer=0

Le constructeur va l'incrémenter à chaque instanciation :

Sub New() Nb+=1

End sub

Il suffit de lire sa valeur pour savoir le nombre d'objets Medicament qui existent :

Public ReadOnly Property NbInstance()

Get

NbInstance=Nb

End Get

End Property  

Destructeur

Il est toujours préférable de détruire un objet qui n'est plus utilisé en lui affectant la valeur Nothing. L'objet est aussi détruit si on sort de sa portée.

Comme on le fait avec New on peut utiliser une procédure Finalize qui est automatiquement appelée quand l'objet est détruit.

Protected Overrides Sub Finalize ()

Ens Sub

On peut y mettre le code libérant les ressources ou d'autres choses.

Noter que la procédure Finalize est ici la redéfinition (d’ou Overrides) de la procédure Finalize (qui est Overridable) de la Classe Objet.

Attention la méthode finalize est exécutée quand l'objet est réellement détruit (Objet=Nothing le rend inutilisable mais il est toujours présent).C'est parfois très tardivement que l'objet est détruit: quand il y a besoin de mémoire (c'est le Garbage Collector qui entre en action) ou à la sortie du programme.

Pour forcer la destruction on peut utiliser l'interface IDisposable :

Il faut mettre dans l'entête de la classe Implements IDisposable

Et mettre dans le code de la classe

Public Sub Dispose() Implements System.IDisposable.Dispose

End sub

C'est une méthode Public, on peut l'appeler de l'application cliente:

M.Dispose()

M=Nothing

Dans la pratique quelle est d'utilité de gérer la destruction autrement que par Objet=Nothing si le Garbage Collector nettoie la mémoire ? C'est une question.

Réponse donnée par Microsoft :

Votre composant a besoin d'une méthode Dispose s'il alloue des objets système, des connexions à la base de données et d'autres ressources rares qui doivent être libérées dès qu'un utilisateur a fini de se servir d'un composant.

Vous devez également implémenter une méthode Dispose si votre composant contient des références à d'autres objets possédant des méthodes Dispose.

Délégation

Si dans le module de classe j'ai besoin de connaître le nombre d'instance de médicament, je peux bien sur regarder la valeur de Nb mais je peux aussi utiliser Me.NbInstance ; cela revient à utiliser un membre de la classe au sein d'une classe; cela s'appelle une délégation.

Surcharge

On peut surcharger un constructeur.

Pour cela il suffit de rajouter autant de procédure New que l'on veut avec pour chacune un nombre de paramètre différent (signature différente).

Exemple surchargeons un constructeur

Class Figure

Sub New() Bla Bla

End Sub

Sub New( ByVal X As Integer, ByVal Y As Integer) Blabla End Sub.  

End Class

On peut donc instancer la classe correspondante de 2 manières: Dim A As New Figure     'Constructeur par défaut ou

Dim A As New Figure(100,150)

On peut surcharger une property.

Pour cela il suffit de rajouter des procédures Property ayant le même nom de méthode avec pour chacune un nombre de paramètre différent (signature différente) On peut ajouter Overloads mais c'est facultatif.

Exemple surchargeons un membre:

Class Figure

Public Overloads Property Calcul() Bla Bla

End Sub

Public Overloads Property Calcul( ByVal X As Integer, ByVal Y As Integer) Blabla End Sub.

End Class

Evènement

On peut définir un évènement pour la classe crée.

Dans la classe :

-   Il faut déclarer l'évènement, avec le mot Event

-   Il faut utilisez l'instruction RaiseEvent pour le déclencher lorsqu'un état ou une condition le nécessite.

Exemple : je crée une classe nommé 'Class1' qui contient un membre 'Texte'( Property Texte), si 'Texte' change, alors on déclenche l'évènement TextChange :

Public Class Class1

Private mTexte As String

' Déclare un évènement

Public Event TextChange(ByVal UserName As String)

Public Property Texte()

Get

    Return mTexte

End Get

Set(ByVal Value)

If Value <> mTexte Then

RaiseEvent TextChange("hello")

End If mTexte = Value End Set

End Property

End Class

Si l'application cliente modifie la propriété .Texte d'un objet Class1 alors on compare l'ancien et le nouveau texte, s'il est différent on déclenche un évènement TextChange.

Dans l'application cliente :

-   Il faut définir dans la partie déclaration l'objet M  de classe Class1 en indiquant qu'il gère des évènements.

Private WithEvents  M As Class1

-   Dans Form_Load par exemple il faut instancer l'objet : M= New Class1()

-   Il faut écrire la procédure évènement avec son code :

Private Sub M_TexteChange(ByVal v As String) Handles M.TextChange MsgBox("le texte a changé")

End Sub

Ici on demande simplement quand le texte change, d'ouvrir une MessageBox.

Lors de l'utilisation :

M.Text="Nouveau text" 'déclenche la Sub M.TextChange qui dans notre exemple simple ouvre une MessageBox indiquant que le texte à changer.

On remarque que la Classe défini l'évènement, la procédure correspondant à l'évènement est dans l'application cliente. (De la même manière que quand on clique sur un objet bouton cela déclenche la procédure Bouton-Click.)

Héritage

Une classe peut hériter d'une autre classe, il suffit d'utiliser :'Inherits Nom de la classe mère'

La classe fille possède tous les membres de la classe mère.

Il est possible en plus de redéfinir un des membres (de créer une nouvelle définition du membre dans la classe fille et uniquement pour cette classe fille) pour que cela marche il faut que le membre de la classe mère soit modifiable (overridable) et que le membre de même nom de la classe fille soit modifié (Overrides)

Créons une Classe Salarié1 avec une méthode 'Salaire annuel sur 13 mois'

Class Salarié1

Public Overridable ReadOnly Property SalaireAnnuel() As Integer

Get

SalaireAnnuel = SalaireMensuel * 13

End Get

End Property 

End Class

Créons maintenant une classe Salarié2 qui hérite de toutes les propriétés de la classe salarié1 mais donc la méthode SalaireAnnuel est sur 12 mois :

Public Class Salarié2

Inherits Salarié1

Public Overrides ReadOnly Property SalaireAnnuel() As Integer 

Get 

SalaireAnnuel = SalaireMensuel * 12

End Get 

End Property 

End Class

5.3Créer un composant

On a vu qu'on pouvait CREER SES PROPRES CLASSES dans un projet, mais on peut aussi :

-   créer une Classe autonome qui sera utilisée par plusieurs autres programmes, c'est une Bibliothèque de Classe.

-   créer un contrôle utilisateur utilisé lui aussi par d'autres programmes.

Jusqu'a présent, on chargeait et utilisait, dans notre application cliente, des composants (classe ou contrôles) tout faits.

Maintenant nous allons créer ces classes ou contrôles, ils seront utilisés par une application cliente.

Bibliothèque de Classe

Pour créer une bibliothèque de Classe, il faut faire menu Fichier, Nouveau, Projet :

Cliquer sur l'icône 'Bibliothèque de Classes.

Le nom par défaut est ClassLibrary1, valider sur Ok.

Dans la fenêtre principale, il y a :

Public Class Class1

End Class

On peut écrire le code, la description d'une classe avec ses propriétés, ses méthodes, ses constructeurs... (Voir page précédente)

On peut ajouter une autre Classe (Menu Projet, ajouter une Classe), ou importer une

Classe (Menu Projet, Ajouter un élément existant) 

Il n'y a pas de procédure Sub Main. (C’est évident, un composant n'est jamais autonome; c'est l'application cliente qui a cette procédure).

Une bibliothèque de classe ne possède pas les composants que possède une application Windows, il n'y a pas d'interface utilisateur, pas de MessageBox, pas de gestion du curseur, c'est l'application cliente qui s'occupe de gérer l'interface.

Il faut enfin enregistrer la bibliothèque, la compiler.  

NameSpace

Permet de créer un espace de nom dans le composant:

NameSpace Outils

End

Il peut y avoir plusieurs niveau:

NameSpace Outils NameSpace Marteau

....

End

End

Equivalent à:

NameSpace Outils

Classe Marteau

....

End Class End

Dans l'application il faudra après avoir référencé le composant (la Dll) importer l'espace de nom pour utiliser le composant.

Imports Outils.Marteau

Comment utiliser ce composant ?

-   Si la bibliothèque de Classe a été compilée, on obtient une DLL :

o    Il faut la référencer: Ajouter la Dll au projet (Menu Projet, Ajouter une référence)

o    Importer l'espace de nom par Imports Espace de nom au début du module.

o    On peut ensuite utiliser la Classe dans l'application cliente.

-   On peut travailler en même temps sur l'application cliente et le projet de la bibliothèque de Classe en les chargeant tous les 2 dans une solution.

Contrôle utilisateur

Permet de créer des contrôles spécifiques qui enrichiront la 'Boite à outils' :

(Pour les 'anciens' c'est comme les contrôles OCX, sauf que c'est des contrôles .NET et qu'ils sont dans des fichiers .dll)

Exemple :

On veut avoir une TextBox qui a un comportement différent de la TextBox habituelle.

Pour créer une bibliothèque de Contrôle, il faut faire menu Fichier, Nouveau, Projet, Icône 'Bibliothèque de contrôle Windows'.

On obtient une fenêtre qui ressemble à un formulaire mais sans bord, on peut y ajouter un contrôle (un TextBox par exemple comme ici).

Si on regarde le code correspondant, Vb a crée une Classe UserControl1 qui hérite de la classe Forms.UserControl

Public Class UserControl1

Inherits System.Windows.Forms.UserControl

End Class

Dans ce Usercontrol il y a les procédures privées des évènements des composants, (ici le TextBox1 et Private TextBox1_Changed par exemple si on double clique sur le TexBox1); bien sur, elles ne seront pas visibles ni accessibles par l'utilisateur du composant.

L'interface du Usercontrol (ce que verra l'utilisateur du composant) est créer de toute pièce comme dans un module de Class.

Si on double-clique sur le fond, on voit quand même apparaître: 

Private Sub UserControl1_Load(.. End Sub

Mais on rajoutera des membres publics qui seront accessibles à l'utilisateur du composant. On utilise pour cela les 'Property', 'Sub' et 'variables' publiques pour créer une interface. Le code contenu dans ces procédures de l'interface ira 'piloter' le ou les contrôles (comme le TextBox). Ce code modifiera (dans notre exemple) le comportement du TextBox initial.

5.4Les Interfaces

Définition : Interface et implémentation

Ce que je vois de l'objet, c'est son interface (le nom des propriétés, le nom des méthodes..) exemple: le nom de la méthode Clear fait partie de l'interface d'une ListBox. 

Par contre le code qui effectue la méthode (celui qui efface physiquement toutes les lignes de la listeBox), ce code se nomme implémentation, lui n'est ni visible ni accessible (Quand on est du coté du développeur qui utilise l'objet).

Un objet a donc une interface et une implémentation.

Quand maintenant on est du coté du créateur d'objet, dans un module de classe, si  on a crée un objet et ses membres, sans le savoir, on  crée en même temps l'interface et l'implémentation.

Mais il est possible de dissocier les 2.

Quel intérêt d'utiliser les interfaces ?

Vous pouvez développer des implémentations avancées pour vos interfaces sans endommager le code existant, ce qui limite les problèmes de compatibilité. Vous pouvez également ajouter de nouvelles fonctionnalités à tout moment en développant des interfaces et implémentations supplémentaires.

Différences entre Classe et Interface :

Tout comme les classes, les interfaces définissent un ensemble de propriétés, méthodes et événements. Cependant, contrairement aux classes, les interfaces n'assurent pas l'implémentation. Elles sont implémentées par les classes et définies en tant qu'entités distinctes des classes.

Les interfaces ne peuvent pas être modifiées après publication. En effet, toute modification apportée à une interface publiée risque d'endommager le code existant. Il faut partir du principe qu'une interface est une sorte de contrat.(La partie qui publie une interface accepte de ne jamais modifier cette dernière et l'implémenteur accepte de l'implémenter exactement comme elle a été conçue.)

Comme d'habitude, il y a :

-     les interfaces présentes dans les classes du Framework  (IList, ICollection...) -         les interfaces que vous créer de toutes pièces pour créer des objets.

Visual vous permet de définir de vraies interfaces à l'aide de l'instruction Interface et de les implémenter avec le mot clé Implements.

Les interfaces présentes dans les classes du Framework

Pour 'uniformiser' le comportement des objets, les interfaces sont largement utilisées dans VB.

Prenons l'exemple des collections: plutôt que de rendre communs à toutes les collections une méthodes (Clear par exemple), Vb donne la même interface à plusieurs types de Collections, ce qui uniformise la totalité des membres.

Les collections reposent sur l'interface ICollection, IList ou IDictionary. Les interfaces IList et IDictionary sont toutes les deux dérivées de l'interface ICollection. Le nom des interfaces commence toujours par 'I'.

Dans les collections fondées sur l'interface IList ou directement sur l'interface ICollection (telles que Array, ArrayList, Queue ou Stack), chaque élément contient une valeur unique.

Dans les collections reposant sur l'interface IDictionary (telles que Hashtable ou SortedList), chaque élément contient à la fois une clé et une valeur.

Détaillons l'interface Ilist :

L'interface Ilist permet de présenter une collection d'objets accessibles séparément par index.

Les méthodes de l'interface IList sont répertoriées ici.

Méthodes publiques :

Add

Ajoute un élément.

Clear

Supprime tous les éléments.

Contains

Détermine si la liste contient une valeur spécifique.

IndexOf

Détermine l'index d'un élément spécifique.

Insert

Insère un élément dans la liste à la position spécifiée.

Remove

Supprime la première occurrence d'un objet spécifique.

RemoveAt

Propriétés publiques :

Supprime l'élément correspondant à l'index spécifié.

IsFixedSide

Obtient une valeur indiquant si IList est de taille fixe.

IsReadOnly

Obtient une valeur indiquant si IList est en lecture seule.

Item

Obtient ou définit l'élément correspondant à l'index spécifié. 

Les tableaux (Array) utilisent l'interface Ilist, mais aussi les collections (ArrayList) , des contrôles utilisent aussi cette interface (les ListBox, ComboBox), mais aussi les DataView... 

Les ListBox possédent donc l'interface Ilist , on s'en doutait car on utilisait les méthodes Clear, Insert, Item...

Il y a plein d'autres interfaces IHelpService IToolsBoxService

Les interfaces créées par vous

De même que vous savez créer des classes, il est possible de créer de toutes pièces des interfaces.

Pour créer une Interface :

-   Dans un nouveau Module, définissez votre Interface en commençant par le mot clé Interface et le nom de l'interface et se terminant par l'instruction End Interface. Par exemple, le code suivant définit une Interface appelée Cryptage :

Interface Cryptage

End Interface

-   Ajoutez des instructions définissant les propriétés, méthodes et événements pris en charge par votre Interface. Par exemple, le code suivant définit deux méthodes, une propriété et un événement :

Interface Cryptage

Function Encrypt(ByVal estring As String) As String

Function Decrypt(ByVal dstring As String) As String

Property CledeCodage() As Integer

Event FinDecoding(ByVal RetVal As Integer) End Interface

Pour implémenter une Interface  

-   Si l'interface que vous implémentez ne fait pas partie de votre projet, ajoutez une référence à l'assembly qui contient l'interface. 

-   Créez une nouvelle classe qui implémente votre Interface et ajoutez le mot clé Implements dans la ligne à la suite du nom de la classe. Par exemple, pour implémenter l'interface Cryptage , vous pouvez nommer la classe d'implémentation MonEncrypte, comme dans le code suivant : 

Class MonEncrypte

Implements Cryptage

End Class

-   Ajoutez des procédures pour implémenter les propriétés, méthodes et événements de la classe : 

Class MonEncrypte Implements Cryptage

Event FinDecoding(ByVal RetVal As Integer) _ 

Implements Cryptage.FinDecoding

Function Encrypt(ByVal estring As String) _ As String Implements Cryptage.Encrypt ' Placer le code de cryptage ici.

End Function

Function Decrypt(ByVal dstring As String) _ As String Implements Cryptage.Decrypt ' Placer le code de décryptage ici.

End Function

Property CledeCodage() As Integer _ Implements Cryptage.CledeCodage

Get

'Placer ici le code qui retourne la valeur de la propriété.

End Get

Set

'Placer ici le code qui donne une valeur à la propriété. End Set

End Property

End Class

Noter que :

Pour chaque membre implémenté dans ce code, une instruction Implements indique le nom de l'interface et du membre implémentés.

Tous les membres de l'interface doivent être implémentés.

Enfin utiliser la classe MonEncrypte dans votre programme.

Dim C As New MonEncrypte()

C.CledeCodage=3

ChaineEncryptée= C.Encrypt( ChaineAEncrypter) ou

Il faut créer une instance de la classe qui implémente MonEncrypte, crée une variable du type de l'interface, associe un gestionnaire d'événements à l'événement déclenché par l'instance, définit une propriété et exécute une méthode via l'interface.

Dim C As New MonEncrypte() 'Classe

Dim I As New Cryptage()'Variable d'interface

I=C

I.CledeCodage=3

ChaineEncryptée= I.Encrypt( ChaineAEncrypter)

Les 2 versions marchent-elles?

S'il y a un RaiseEvent dans une procédure qui déclenche un évènement de la classe il faut aussi ajouter une ligne AddHandles.

Il peut y avoir héritage de plusieurs interfaces :

Interface IcomboBox

Inherits ITextBox, IListBox 

End Interface  

Public Class EditBox Inherits Control

Implements ITextBox

Implements IListBox

Public Sub Paint()Implements ITextBox.Paint

...

End Sub

Public Sub Bind(b As string) Implements IListBox.Clear End Sub End Class

5.10 Approche fonctinnelle, approche ‘Objet’

On a vu qu'on pouvait créer des programmes avec des Sub et des Functions mais aussi avec des objets. Détaillons.

Approche fonctionnelle :

Elle découpe le problème en fonction:

Chaque fonction effectue une tache précise. Avec l'aide de variables et de structures.

Il y a donc 

Une logique de classification de données en variables, structures. Une logique de traitement: les Fonctions et Sub contient le code.

Exemple :

Calcul du salaire d'un employé. (Nombre d'heure * Taux horaire)

Il faut écrire une Fonction CalculSalaire :

Public Function CalculSalaire(Taux As Single, Heure As Single) As Single Return Taux*Heure

End Function

Pour calculer un salaire il faut appeler la fonction avec les bons paramètres.

Dim TauxHoraire As Single

Dim HeuresTravaillées As Single

Dim Salaire As Single

TauxHoraire=30

HeureTravaillées=70

Salaire=CalculSalaire(TauxHoraire,HeuresTravaillées)  

Approche ‘Objet’ :

Elle nécessite de créer une Classe

Avec l'aide de la classe on peut déclarer des objets.

Chaque Objet à des propriétés, des méthodes.

Les données sont dans les propriétés des l'objets.

Le traitement est implémenté dans les méthodes de l'objet.

Exemple :

Calcul du salaire d'un employé. (Nombre d'heure * Taux horaire)

Il faut écrire dans un module de Class une Class Employé :

Public Class Employé

Private T As Single 'propriétés privées à la classe pour stocker les heures et taux horaires

Private H As Single

Public Property Taux As Single 'propriété Taux

Get

Return T End Get

Set(By Val Value)

T=value

End Set

End Property

Public Property Heure As Single 'propriété heure

Get

Return H End Get

Set(By Val Value) H=value End Set

End Property

Public Property Salaire As Single 'méthode Salaire

Get

Return T*H

End Get

End Property

End Class

Pour calculer un salaire il faut créer un objet employé, donner les bonnes valeurs aux propriétés et appeler la méthode salaire.

Dim UnEmployé As new Employé

UnEmployé.Taux=30

UnEmployé.Heure=70

Dim Salaire As Single =UnEmployé.Salaire

Que choisir ?

La méthode fonctionnelle est plus intuitive, on a l'impression d'être plus proche de la réalité 'physique', le code est probablement plus rapide.

L'emploi d'objet permet une abstraction plus importante, une puissance inégalée.

On peut par exemple créer une classe qui hérite des propriétés d'une autre classe:

Dans notre exemple en programmation Objet, on créera une Class 'Patron' qui héritera de la classe 'Employé', mais dont la méthode Salaire sera différente, en programmation fonctionnelle il faudra écrire une nouvelle fonction SalairePatron.

Les Bases de Données

6.1Les Bases De Données

Comment lire et écrire des informations complexes et structurées?

Généralités

Pour travailler avec du texte, des octets, des données très simple (sans nécessité d'index, de classement..), on utilisera les fichiers séquentiels, aléatoires, binaires (chapitre 4-6).

Mais dès que les informations sont plus structurées, il faut utiliser les bases de données (Data Base en anglais).

Une base de données peut être :

-   locale: utilisable sur un ordinateur par un utilisateur.

-   répartie, c'est-à-dire que la base est stockée sur des machines distantes et accessibles par réseau.

Plusieurs utilisateurs peuvent accédés à la base simultanément.

Exemple de type de base de données :

-   MySql

-   Dbase Format très utilisé, qui date maintenant un peu, les fichiers contenant ses bases ont l'extension .dbf

-   Paradox

-   FileMaker -   FoxPro

-   Interbase

-   Access Format très répandu, les fichiers contenant ses bases ont l'extension .mdb

-   SQLServeur les fichiers contenant ses bases ont l'extension .dbo - SyBase

-   Oracle

Pour pouvoir contrôler les données, l'accès à ses données et les utilisateurs utilisant une base de données, un système de gestion est nécessaire. La gestion de la base de données se fait grâce à un système appelé SGBD (système de gestion de bases de données), si la base de données est relationnelle (Existence de relation entre les tables) on parle de SGBDR (système de gestion de bases de données relationnelle)

Un SGBD est un logiciel qui joue le rôle d'interface entre les utilisateurs et la base de Données.

Un SGBD permet de décrire, manipuler et interroger les données d'une Base de Données. 

Tables

Dans une base de données, il y a des tables:

Une table sert à stocker physiquement des données sous forme d'un tableau comportant des lignes (rows) et des colonnes (columns).

Exemple :

Une base de données Access nommée   contient les patients d'un cabinet, leurs consultations, les ordonnances, les médicaments…

Dans cette base il y a plusieurs tables : une table patient, une table consultation... Examinons la table patient :

Sur chaque ligne, il y a un patient.

Chaque colonne représente un type de données (première colonne= civilité, seconde=nom, troisième=prénom, quatrième= numéro interne propre à chaque patient.)

L'ancienne terminologie parlait d'enregistrements (lignes) et de champs (colonnes)

Champs Civilité            Champ Nom                Champ Prénom            Champ Numéro Interne

M.

Durand

Luc

1

Mme

Dupont

Josette

2

M.

Thomas

Guy

3

Ici la seconde ligne (le 2eme enregistrement) contient la civilité, le nom, le prénom, le numéro du patient Dupont Josette.

Chaque colonne à un type bien définie : dans notre cas la première colonne contient du texte, ainsi que la seconde et la troisième, la quatrième colonne contient un numérique long par exemple.

Examinons la table consultation :

Sur chaque ligne, il y a une consultation.

Chaque colonne représente un type de données (première colonne= numéro correspondant au patient, seconde=date, troisième=texte de la consultation, quatrième= Courrier. )

Champs Interne NuméroChamp Date               Champ Texte              Champ Courrier

1

02/12/2003

Angine

2

02/02/2004

Hta

1

05/04/2004

Bronchite

Il n'est pas question pour chaque consultation d'enregistrer de nouveau le nom et le prénom du patient, cela enregistrerait 2 fois la même information puisque le nom et le prénom du patient sont déjà dans la table 'patient'. On va donc, pour éviter les redondances, utiliser un numéro interne: chaque patient a un numéro unique (4éme champ); il suffit de noter dans chaque consultation le numéro du patient.

Ensuite, si je consulte le patient Durand Luc, sachant que son numéro interne est '1', il suffit de rechercher dans la table consultation  les consultations dont le premier champ est 1 : Durand Luc à 2 consultations.

Type de colonne

Il existe des types de colonnes (de champs) alphanumériques

-   de longueur défini (pour le champ 'nom' je prévois 30 caractères par exemple)

-   de longueur non défini (champ mémo dans la base Dbase par exemple)

Il existe aussi :

-   des champs numériques

-   des champs dates

-   et dans certains base de données des champs booléens, image...

Clé primaire

Quand il est nécessaire de différencier chaque enregistrement de manière unique, il faut définir un champ comme clé primaire.

Ce champ doit être unique pour chaque enregistrement (il ne doit pas y avoir de doublons: 2 enregistrements ne peuvent pas avoir la même clé primaire), et la valeur de la clé primaire ne peut pas être égale à null.

Dans notre exemple de la table patient, on ne peut pas utiliser le champ 'nom' comme clé primaire car plusieurs patients peuvent avoir le même nom, il est judicieux de choisir le champ 'numéro interne' comme clé primaire car chaque patient (donc chaque enregistrement) à un numéro interne unique.

Quand on enregistre une nouvelle fiche patient, il faut donc donner un nouveau 'numéro interne' qui n'a jamais été utilisé, en pratique:

-   On gère soit même les numéros: on prend le dernier numéro interne (on cherche la dernière fiche dont on récupère le numéro ou bien on lit ce numéro qui a été enregistré quelque part), on ajoute 1 pour avoir le nouveau numéro.

-   On utilise un champ qui s'incrément automatiquement a chaque fois que l'on crée une enregistrement (NumeroAuto dans Access)

Index

Un index permet d'optimiser les recherches dans une table, de les rendre beaucoup plus rapide.

Expliquons :

Si j'ai une table contenant les noms des médecins utilisateurs et que je veux chercher un nom, comme il y a au maximum 5 à 6 médecins dans un cabinet, pour rechercher un nom, il suffit de lire successivement chaque enregistrement et de voir si c'est celui recherché. C'est suffisamment rapide. 

Par contre si je recherche dans la table patient un patient, comme il y a 4000 à 8000 enregistrements, je ne peux pas les lire un à un , c'est trop long, aussi je crée un index: c'est comme l'index d'un livre, le nom me donne directement l'endroit ou se trouve l'enregistrement correspondant.

On peut combiner plusieurs champs pour en faire la base d'un index.

Pour ma table 'patient', je peux créer un index nommé IndexPatient  qui sera indexé sur Nom +Prenom.

Il peut y avoir plusieurs index sur une même table.

Les index accélèrent les recherches mais s'il y en a trop, cela alourdit le fonctionnement, on ne peut pas tout indexer !!!

Relation entre les tables, différents types de relations

On a déjà vu que 2 tables peuvent être liées et avoir un champ commun présent dans les 2 tables.

Sur ce champ commun, il peut exister plusieurs types de relation :

Relation 1 à N

Relation 1 à 1

Relation N à M

Voyons cela en détail :

        -     1 à N (relation un à plusieurs)

Dans notre exemple la table 'patient' et la table 'consultation' ont chacune un champ numéro interne. Ce qui permet de lier à l'enregistrement du patient de numéro interne X toutes les consultations pour ce patient (elles ont dans leurs champs 'numéro interne' la valeur X. Comme pour UN patient il peut y avoir N consultations, on parle de relation 1 à N.

Un enregistrement unique est lié à plusieurs enregistrements de l'autre table par un champ présent dans les 2 tables.

On remarque que le champ du coté patient est une clé primaire.

Table 'patients'

                                                                                            Champ Interne   Numéro

M.

Durand

Luc

1

Mme

Dupont

Josette

2

M.

Thomas

Guy

3

Table 'consultations'

Champ Numéro Interne                                                                   

1

02/12/2003

Angine

2

02/02/2004

Hta

1

05/04/2004

Bronchite

Le patient Durand Luc a 2 consultations : le 02/12/2003 et le 05/04/2004 (Le numéro interne de ce patient est 1, mais l'utilisateur final n'a pas à le savoir ni à le gérer: la relation utilisant le numéro interne est transparente pour l'utilisateur final)

Il existe aussi les relations :

-   1 à 1

Un enregistrement unique est lié à un autre enregistrement unique par un champ présent dans les 2 tables.

On peut imaginer dans notre exemple, créer une table Antécédents contenant aussi un champ numéro interne; pour chaque enregistrement de la table patient, il y aura un enregistrement unique dans la table Antécédents, de même numéro interne contenant les antécédents du patient.

Table 'patient'

M.

Durand

Luc

1

Mme

Dupont

Josette

2

M.

Thomas

Guy

3

Table 'antécédents'

Champ Numéro interne.

1

02/01/2003

appendicite

2

02/02/2004

Hta

3

05/05/2004

Cancer du colon

Enfin existe les relations :

-   N à M

Relation plusieurs à plusieurs. Plusieurs enregistrements de la première table peuvent être liés à plusieurs de la seconde table et vice versa.

Exemple :

J'ai une table 'ordonnances' qui peut contenir plusieurs médicaments, et une table 'médicaments' dont les médicaments peuvent être utilisé dans plusieurs ordonnances différentes.

Il faut dans ce cas avoir la table 'ordonnances' avec une clé primaire sur un numéro d'ordonnance (numéro d'ordonnance unique s'incrémentant à chaque nouvelle ordonnance), une table 'médicaments' avec une clé primaire sur le numéro unique du médicament, et créer une troisième table gérant la relation ordonnance-médicament.

Table 'Ordonnances'

'Numéro ordonnance' 'Numéro              InterneChamp' date'                

patient'

1

2

02/05/2002

2

3

02/04/2003

3

2

06/05/2004

Table 'Médicaments'

'Numéro médicament' 'Libelle médicament'       Code CIP'                     

1

Amoxicilline

65897

2

Omeprazone

66589

3

Allopurinol

78456

Table supplémentaire 'Contenu ordonnance'

'Numéro ordonnance'                                     'Numéro médicament'

1

1

1

2

2

2

Ici le patient de numéro interne 2 (Dupont Josette) a une ordonnance visible dans la table 'Ordonnances'(numéro interne: 2; numéro de l'ordonnance: 1); si on cherche dans la table 3 (Index crée sur le numéro d'ordonnance) on retrouve 2 enregistrements (ayant un numéro d'ordonnance 1), on constate que l'ordonnance contient les médicaments 1 et 2 qui correspondent  (table 'médicaments') à de l'amoxicilline et de l'oméprazone. On remarque qu'une ordonnance peut avoir autant de médicaments que l'on veut.

Dernier cas non décrit dans les livres :

-   Relation N à M avec N fixe et petit

J'explique: si chaque ordonnance à au maximum 3 médicaments (que la sécu serait contente si c'était vrai!!), il est possible de créer une table 'ordonnances' contenant 3 champs médicaments. Dans ce cas on se passe de la 3eme table.

Table 'Ordonnances'

'Numéro ordonnance' 'Numéro patient'    InterneChamp' date' 3 champs médicaments

1

2

02/05/2002

1

2

2

3

02/04/2003

3

2

06/05/2004

Table 'Médicaments'

'Numéro médicament' 'Libelle médicament'       Code CIP'                     

1

Amoxicilline

65897

2

Omeprazone

66589

3

Allopurinol

78456

Contraintes

Un champ peut avoir certaines contraintes :

-   On peut interdire la valeur Null : Cela empêche d'enregistrer un champ vide. On peut aussi donner une valeur par défaut.

-   On peut empêcher les doublons.

-   On peut exiger l'intégrité référentielle: La valeur d'un champ doit exister dans le champ d'une autre table.(On ne peut pas enregistrer une consultation pour le patient de numéro interne 2000 s'il n'existe pas de fiche patient ayant le numéro 2000)

-   On peut exiger des règles de validation pour un champ: interdire les valeurs négatives par exemple.

Serveur de fichier, Client Serveur

Si plusieurs utilisateurs sont connectés à une base Access à travers un réseau, chaque utilisateur a sur son poste un 'moteur' Access, qui récupère l'ensemble des données à utiliser et qui les traite en local. On parle de serveur de fichier. Le moteur d'accès est présent sur chaque poste.

Si plusieurs utilisateurs sont connectées à une base SQLServer: la base est sur le serveur avec le logiciel SQLServeur.

Un logiciel utilisateur(le client) envoie au serveur une requête.

Le logiciel SQLServer traite la requête sur le serveur et retourne au logiciel client uniquement le résultat de la requête.

On parle d'architecture Client-serveur

Le moteur d'accès est présent uniquement sur le serveur.

Si on cherche un enregistrement parmi 60 000 enregistrements, en serveur de fichiers, les 60 000 enregistrements sont envoyées par le réseau vers le moteur Access de l'utilisateur ; le moteur les traite pour en sortir un.

En client serveur, le logiciel utilisateur envoie une requête au serveur, le logiciel serveur cherche sur le serveur dans la base l'enregistrement, il le trouve et envoie à travers le réseau vers le logiciel client uniquement un enregistrement.

Opérations sur les enregistrements

De manière générale, on peut :

Ouvrir une base de données (Open)

Ajouter un enregistrement (Add)

Effacer un enregistrement (Delete) Modifier un enregistrement (Update)

Chercher un ou des enregistrements.

Fermer la base. (Close)

Il y a bien longtemps, on choisissait un index, on cherchait un enregistrement (avec Seek), on le lisait, le modifiait, on avançait (MoveNext) ou on reculait (MovePrevious) dans la base, mais c'est de l'histoire ancienne !!!

Avec

Maintenant quelle que soit la base de données, on utilise un langage unique : le 'SQL' pour faire une requête sur une base de donnée (extraction de certains enregistrements ou de certains champs en fonction de critères), le résultat (un ensemble d'enregistrements ou de champs) se retrouve dans un DataSet.

6.2

Comment travailler sur les Base de données en ? Avec

Généralités

Pour avoir accès à partir de aux bases de données il faut utiliser .

ADO veut dire Activex Database Objet .

C'est la couche d'accès aux bases de données, le SGBD (Système de Gestion de Base de Données) de VB.

Il est ".NET" donc managé et géré par le CLR.

Il est indépendant de la base de donnée : alors que initialement chaque type de gestionnaire de base de données avait ses instructions, sa manière de fonctionner, à un langage unique pour ouvrir, interroger, modifier une base de données quel que soit la base de données.

Le langage de requête est le SQL.

Les Managed Providers

Pour avoir accès aux données il faut charger les DRIVERS (ou providers).

Comme d'habitude, il faut :

-   Charger les références des drivers (les Dll) -    Importer les espaces de nom.

Ainsi nous avons accès aux objets.

Voyons cela :

-   OLE DB Managed Provider est fourni après avoir importer le NameSpace .OLEDB, on permettra de travailler sur des base Access par exemple.

-   SQL Server Managed Provider est fourni après avoir importer le NameSpace .SqlClient, on permettra de travailler sur des base SqlServeur.

-   Un composant ODBC et un composant ORACLE sont disponibles sur le site MSDN.

-   Pour travailler sur une base MySQL lisez le très bon didacticiel MySQLDotNet à l’adresse , il utilise le Managed Provider ByteFX disponiible à l’adresse

Les Objets

Il faut disposer d'un objet Connexion pour avoir accès à la base de données, on met dans la propriété ConnectionString les paramètres de la base de données. Avec les méthodes Open et Close, on ouvre et on ferme la base.

On peut ensuite travailler de 3 manières :

•    Avec un objet DataReader on extrait les données en lecture seule : c'est rapide, on peut lire uniquement les données et aller à l'enregistrement suivant. Il travaille en mode connecté. Pour gérer un DataReader on a besoin d'un objet Command.

•    Avec un objet DataSet on manipule les données : une requête SQL charge le DataSet avec des enregistrements ou des champs, on travaille sur les lignes et colonnes du DataSet en local, en mode déconnecté(une fois que le DataSet est chargé, la connexion à la base de données est libérée). Pour alimenter un DataSet on a besoin d'un objet DataAdapter qui fait l'intermediaire entre la BD et le DataSet.

•    Avec un objet Command on peut manipuler directement la BD (Update, Insert, Delete)

Résumons les différents objets nécessaires pour travailler sur une BD :

Noter bien le sens des flèches: le DataReader est en lecture seule, le DataSet peut lire et écrire, l'objet Command peut modifier la BD.

Ce schéma souligne aussi les objets intermédiaire nécessaire: un objet connexion dans tous les cas, un objet Command pour le DataReader, un objet DataAdapter pour le DataSet.

Enfin certains contrôles comme le DataGrid par exemple peuvent afficher des données à partir d'un DatSet. 

On peut aussi créer une DataTable à partir d'un DataSet et alimenter une listbox ou une comboBox.

DataSet

Une requête SQL charge le DataSet en local avec des enregistrements ou des champs, on travaille sur les lignes et colonnes du DataSet en local, en mode déconnecté (une fois que le DataSet est chargé, la connexion à la base de données est libérée).

Le DataSet a la structure d'une base de données:

Exemple :

Avec je lance une requète SQL demandant toutes les fiches de la table 'nom' dont le champ 'prénom' est 'Philippe', je récupère un DataSet local contenant tous les fiches (Le DataColumn "Prénom" ne contient que des 'Philippe'). Je peux modifier en local le DataSet, (modifier une date de naissance par exemple) et mettre à jour automatiquement la base de données distante.  

6.3SQL

Comment adresser une requête vers une Base de données de ? Avec SQL

Généralités

SQL veut dire Structured Query Language : Langage d'interrogation structurée  SQL grâce au couplage avec un SGBD relationnel permet un traitement interactif des requêtes.

SQL est le langage unique qui permet de décrire, manipuler, contrôler l'accès et interroger les bases de données relationnelles.

C'est un langage déclaratif, qui est régi par une norme (ANSI/ISO) qui assure la portabilité du langage sur différentes plates-formes aussi bien matérielles que logicielles. Une commande SQL écrite dans un environnement Windows sous ACCESS peut, souvent sans modification, être utilisée directement dans un environnement ORACLE sous Unix...

SQL est utilisé dans pour manipuler toutes les bases de données.

Les commandes SQL

Catégorie

Commandes SQL

Manipulation des tables

CREATE

Création de tables

ALTER

Modification de tables

DROP

Suppression de tables

Manipulation des données  

INSERT

Insertion de lignes dans une table

UPDATE

Mise à jour de lignes dans une table

DELETE

Suppression de lignes dans une table

Contrôle           des données  

GRANT

Attribution de droits d'accès

REVOKE

Suppression de droits d'accès

COMMIT

Prise en compte des mises à jour

ROLLBACK

Suppression des mises à jour

Interrogation des données

SELECT

Interrogations diverses

SELECT

Permet d'extraire, de sélectionner des données.

Ces données extraites à partir d'une base de données grâce à l'instruction SQL vont se retrouver dans un DataSet.

Syntaxe simplifiée :

SELECT champ FROM table WHERE condition

Dans la table 'table' sélectionner les enregistrements vérifiant la condition 'condition' et en afficher les champs 'champs'

Exemple :

SELECT

Précise les colonnes qui vont apparaître dans la réponse

FROM

Précise          la       (ou     les)     table   intervenant           dans l'interrogation 

WHERE

Précise les conditions à appliquer sur les enregistrements. On peut utiliser :

-     Des comparateurs : =, >, <, >=, <=, <>

-     Des opérateurs logiques : AND, OR, NOT

-     Les prédicats : IN, LIKE, NULL, ALL, SOME, ANY,EXISTS... 

GROUP BY

Précise la (ou les) colonne de regroupement

HAVING

Précise la (ou les) conditions associées à un regroupement

ORDER BY

Précise l'ordre dans lequel vont apparaître les lignes de la réponse :

-  ASC : En ordre ascendant (par défaut)

-  DESC : En ordre descendant

Exemple :

Soit la table patient :

Champs 'Civilité'        Champ 'Nom'      Champ 'Prénom' Champ Num Int    Datenais       Sexe

M.

Durand

Luc

1

12/02/1952

M

Mme

Dupont

Josette

2

06/04/1936

F

M.

Thomas

Guy

3

08/02/1980

M

SELECT Nom FROM Patient

Cela signifie : dans la table Patient extraire les champs 'nom'

On obtient :

Durand

Dupont

Thomas

SELECT Nom FROM Patient WHERE Prenom='Luc' WHERE ajoute un critère de sélection.

Cela signifie : dans la table Patient extraire le champ Nom de tous les enregistrements dont le prénom est "Luc".

Dans l'exemple on obtient :

Durand

SELECT Nom, Prenom FROM Patient WHERE Sexe='F'

Cela signifie : dans la table Patient extraire le champ Nom et prénom de tous les enregistrements dont le champ sexe est "F"(F comme féminin).

Dans l'exemple on obtient :

Dupont

Josette

SELECT * FROM Patient WHERE Datenais>=#01/01/1950#

Cela signifie: dans la table Patient extraire tous les champs de tous les enregistrements dont le champ date de naissance est supérieur ou égal à 01/01/1950. Dans l'exemple on obtient 

M.

Durand

Luc

1

12/02/1952

M

M.

Thomas

Guy

3

08/02/1980

M

On remarque que :

* signifie : extraire tous les champs.

Pour utiliser les dates, il faut les entourer de "#". Les dates sont au format mm/jj/aaaa

En :

Notez bien que le résultat de la requête, les 2 enregistrements  ci-dessus, se retrouvent dans un Dataset qui comporte des lignes et des colonnes.

SELECT * FROM Patient WHERE Datenais>= #01/01/1950# AND Datenais<= #01/01/1980# Cela signifie : dans la table Patient extraire tous les champs de tous les enregistrements dont le champ date de naissance est supérieur ou égal à 01/01/1950 et inférieur ou égal à 01/01/1980.

On remarque que on peut utiliser avec Where, les opérandes AND OR NOT.

Il est bien sur possible de combiner des conditions sur des champs différents :

Sexe='M' AND Prenom='Luc"

SELECT * FROM Patient WHERE BETWEEN #01/01/1950# AND #01/01/1980# 

Même signification que le précèdent mais en utilisant BETWEN AND qui est plus performant.

SELECT Nom FROM Patient WHERE Prenom IN ('Luc' , 'Pierre', 'Paul')

Cela signifie qu'il faut extraire les enregistrements dont le prénom est Luc, Pierre ou Paul.

SELECT Nom FROM Patient WHERE Prenom LIKE 'D%'

Cela signifie qu'il faut extraire les enregistrements dont le prénom commence par un 'D'.

LIKE recherche des chaînes de caractères avec l'aide de caractères génériques:

% représente une chaîne de caractères même vide.

_ représente un caractère.

On peut spécifier une série de caractères en les mettant entre ""

Exemple :

LIKE 'D%'      commence par D

LIKE '%D%' contient D

LIKE '[DF]%' commence par D ou F

LIKE '___'     contient 3 caractères

SELECT Nom FROM Patient WHERE SEXE IS NULL

Cela signifie qu'il faut extraire les enregistrements dont le sexe n'a pas été saisi. Le Sexe est null car il n'a pas été saisi!! Oh !!!

SELECT DISTINCT Nom FROM Patient WHERE SEXE IS NULL

DISTINCT permet d'éviter les doublons

Si dans les Noms extraits il y a 2 fois le même (2 membres d'une même famille), il n'en est gardé qu'un.

Tri des enregistrements

ORDER BY sert à trier les enregistrements.

Il est placé à la fin.

DESC sert à trier par ordre décroissant.

SELECT Nom, Prenom, Sexe, DateNais FROM Patient WHERE Sexe='F' ORDER BY DateNais

Trie les enregistrements de sexe 'F' par date de naissance

SELECT Nom, Prenom, DatNais, NumInt FROM Patient WHERE Sexe='F' ORDER BY DateNais DESC, NumInt

Trie les enregistrements de sexe 'F' par date de naissance mais decroissante et pour une même date de naissance par numéro interne croissant.

Statistiques

SELECT COUNT(*) AS NombrePatient FROM Patient  

Compte le nombre total d'enregistrements dans la table Patient et met le résultat dans le champ NombrePatient

On peut aussi utiliser :

MIN retourner la plus petite valeur.

MAX retourner la plus grande valeur.

SUM retourner la somme.

AVG retourner la moyenne.

VAR retourner la variance.

STDEV retourner l'écart type.

SELECT Prenom ,COUNT(*) AS NombrePrenom FROM Patient GROUP BY Prenom Extrait la liste des prénoms avec le nombre de fois que le prénom est utilisé. GROUP BY regroupe les enregistrements par valeur.

SELECT Prenom ,COUNT(*) AS NombrePrenom FROM Patient GROUP BY Prenom HAVING

CONT(*)>3

Extrait la liste des prénoms avec le nombre de fois que le prénom est utilisé S'il est utilisé plus de 3 fois…

HAVING rajoute un critère au regroupement.

Extraction de données sur plusieurs tables

Parfois on a besoin d'extraire des champs de plusieurs tables différentes, mais ayant une relation (un champ commun); pour cela on utilise une jointure.

Pour chaque enregistrement de la première table, on affiche en regard les enregistrements de la 2eme table qui ont la même valeur de jointure.

Exemple :

Soit la table patient :

Champs 'Civilité'        Champ 'Nom'      Champ 'Prénom' Numéro Ville        Datenais       Sexe

M.

Durand

Luc

1

12/02/1952

M

Mme

Dupont

Josette

2

06/04/1936

F

M.

Thomas

Guy

3

08/02/1980

M

Soit la table Ville :

Nom ville            Numéro ville

Paris

1

Lyon

2

Marseille

3

Comment récupérer nom et ville (en clair, pas son numéro) ?

SELECT , Ville.NomVille From Patient INNER JOIN Ville ON éroVille=

éroVille

On obtient :

Durand

Paris

Dupont

Lyon

Thomas

Paris

 

6.4Travailler avec un DataReader

Comment lire rapidement des enregistrements avec un DataReader ?

Généralités

Un objet DataReader fournit des données en lecture seule en un temps record. La seule possibilité est de se déplacer en avant.

En contrepartie de sa rapidité il monopolise la connexion.

Il faut créer un objet Connexion puis un objet Command, ensuite on exécute la propriété ExecuteReader pour créer l'objet DataReader, enfin on parcourt les enregistrements avec la méthode Read.

Exemple avec une base access :

Il existe une base Access nommée '', elle contient une table 'QUESTIONS', dans cette table existe un champ 'NOM', je veux récupérer tous les noms et les afficher rapidement dans une ListBox.

Il faut importer les NameSpaces nécessaires :

Imports System

Imports

Imports .OleDb

Imports Microsoft.VisualBasic

Il faut créer un objet connexion :

Dim MyConnexion As OleDbConnection = New

OleDbConnection(".OLEDB.4.0;Data source=" & _

"C:\")

Il faut donner les paramètres Provider= et Data source=

Dans le cas d'une base Access le provider (le moteur à utiliser est le moteur OLEDB Jet 4.

Il faut créer un objet Command :

Dim Mycommand As OleDbCommand = MyConnexion.CreateCommand()

Il faut donner dans la propriété CommandText la requête SQL permettant d'extraire ce que l'on désire.

Mycommand.CommandText = "SELECT NOM FROM QUESTIONS"

Ici dans la table QUESTIONS, on extrait le champ NOM

Il faut ouvrir la connexion :

()

Il faut créer un objet DataReader :

Dim myReader As OleDbDataReader = Mycommand.ExecuteReader()

On crée une boucle permettant de lire les enregistrements les uns après les autres, on récupère le champ (0) qui est une String, on la met dans la ListBox

Do While ()

(myReader.GetString(0)) Loop

Remarquons que le champ récupéré est récupéré typé (ici une string grâce à GeString), il y a d'autres types : GetDateTime, GetDouble, GetGuid, GetInt32, GetBoolean, GetChar, GetFloat, GetByte, GetDecimal etc.... On aurait pu récupéré sans typage: on aurait écrit myReader(0).

Read avance la lecture des données à l'enregistrement suivant, il retourne True s'il y a encore des enregistrements et False quand il est en fin de fichier, cela est utilisé pour sortir de la boucle Do Loop.

On ferme pour ne pas monopoliser.

myReader.Close() MyConnexion.Close()

Simple, non !!! (Je rigole!!)

Cela donne :

Imports System

Imports

Imports .OleDb

Imports Microsoft.VisualBasic

Public Class Form1

Inherits

Private Sub Form1_Load(ByVal sender As System.Object, ByVal e As

System.EventArgs) Handles

Dim MyConnexion As OleDbConnection = New

OleDbConnection(".OLEDB.4.0;Data source=" & _ "C:\")

Dim Mycommand As OleDbCommand = MyConnexion.CreateCommand()

Mycommand.CommandText = "SELECT NOM FROM QUESTIONS"

()

Dim myReader As OleDbDataReader = Mycommand.ExecuteReader()

Do While ()

(myReader.GetString(0)) Loop myReader.Close() MyConnexion.Close()

End Sub

End Class

Dans le cas d'une base SQLSERVEUR, on aurait les changements suivants :

Imports .SqlClient

Dim MyConnexion As SqlConnection = New SqlConnection("Data Source=localhost;" &

_

"Integrated Security=SSPI;Initial Catalog=northwind")

Dim Mycommand As SqlCommand = MyConnexion.CreateCommand()

Dim myReader As SqlDataReader = Mycommand.ExecuteReader()

Voyons en détail les objets utilisés :

L’objet Connection

Il permet de définir une connexion.

Il faut donner les paramètres 'Provider='indiquant le moteur de BD et 'Data source=' indiquant le chemin et le nom de la BD. Il peut être nécessaire de donner aussi 'Password=' le mot de passe, 'User ID=' Admin pour l'administrateur par exemple.

Il faut mettre ces paramètres avec le constructeur, ou dans la propriété ConnectionString. Dans le cas d'une base Access le provider (le moteur à utiliser) est le moteur OLEDB Jet 4.

Il y a d'autres propriétés :

-   State état de la connexion (Open, Close, Connecting, Executing, Fetching, Broken) - Open, Close

-   ConnectionTimeOut,

-   BeginTransaction,

-   …

L’objet Command

Pour chaque provider il y a un objet Command spécifique, SqlCommand, OleDbCommand, mais tous les objets 'Command' on la même interface, les mêmes membres.

Command permet de définir la commande à exécuter : SELECT UPDATE, INSERT, DELETE. en utilisant le membre CommandText (Seul SELECT retourne des données)

CommandType indique comment doit être traité la commande CommandText:

•    Text  ; par défaut (exécution direct des instructions SQL contenues dans CommandText)

•    StoredProcedure : exécution de procédure stockée dont le nom est dans CommandText.

•    Tabledirect.

CommandTimeOut indique la durée en secondes avant qu'une requête qui plante soit abandonnée.

ExecuteReader exécute le code SQL de CommandText et retourne un DataReader.

ExecuteScalar fait de même mais retourne les champs de la première colonne pour une fonction Count ou Sum.

ExecuteNoQuery exécute le code SQL de CommandText (généralement une mise à jour par UPDATE, INSERT, DELETE) sans retourner de données.

L’objet DataReader

Pour chaque provider il y a un objet 'DataReader' spécifique :

SqlDatReader, OleDbDataReader

On a vu le membre Read qui avance la lecture des données à l'enregistrement suivant, il retourne True s'il y a encore des enregistrements et False quand il est en fin de fichier. On a vu GetDateTime, GetDouble, GetGuid, GetInt32, GetBoolean, GetChar, GetFloat, GetByte, GetDecimal permettant de récupérer les valeurs typées des champs. Il a bien d'autres propriétés :

-   GetName retourne le nom du champ (numéro du champ en paramètre).

-   GetOrdinal fait l'inverse: retourne le numéro du champ (nom en paramètre). -       FieldCount retourne le nombre de colonne.

-   GetDataTypeName retourne le nom du type de donnés. -         IsDBNull retourne True si le champ est vide.

-   ...

Exceptions :

Chaque SGDB a des erreurs spécifiques. Pour les détecter il faut utiliser les types d'erreur spécifique: SqlException et OleDbExeption par exemple :

Exemple d'interception d'erreur :

Try

()

Catch ex As OleDbExeption MsgBox(ex.Message) End Try

6.5Travailler avec un DataSet

Comment travailler (lire écrire, modifier, trier..) sur des enregistrements ?

Avec un DataSet

Généralités

Pour obtenir un ensemble de données modifiables, qui permet le tri et la recherche de données, il faut utiliser un DataSet.

Le DataSet est une représentation en mémoire des données, une fois chargé on peut travailler en mode déconnecté.

Pour le remplir il faut un DataAdapter.

Il faut créer un objet Connexion puis un objet Adapter qui par sa propriété Fill charge le DataSet.  

On pourra charger dans le DataSet des données extraites à l'aide de requête SQL.

Le DataSet est organisé comme une base de données, il possède :

-   Une propriété Tables qui contient des DataTable (Comme les tables d'un BD)

-   Chaque DataTable contient une propriété Columns qui contient les DataColomn (les colonnes ou champs des BD) et une propriété Rows composé de  DataRow (Les lignes ou enregistrements des BD)

DataColumn contient des informations sur le type du champ. DataRow permet d'accéder aux données.

Un DataSet possède aussi la propriété Constraints qui contient les Constraint (Clé primaire ou clé étrangère), et la propriété Relations qui contient les DataRelations (Relation entre les tables)

En pratique

Soit une base de données Access nommée '', elle contient une table 'FichePatient' qui contient les champs (ou colonnes) 'Nom', 'Prenom'.

Je vais me connecter à cette base, extraire les enregistrements de la table 'FichePatient'  et les mettre dans un DataSet. Chaque ligne du DataSet contiendra un patient. Je travaillerais sur ces lignes.

En tête du module, il faut importer l'espace de nom correspondant à OleDB.

Imports .OleDb

Dans la zone Général, Déclarations du module, il faut déclarer les objets Ado : 'Déclaration Objet Connexion

Private ObjetConnection As OleDbConnection

'Déclaration Objet Commande  

Private ObjetCommand As OleDbCommand

'Déclaration Objet DataAdapter

Private ObjetDataAdapter As OleDbDataAdapter

'Déclaration Objet DataSet

Private ObjetDataSet As New DataSet()

'String contenant la 'Requête SQL'  

Private strSql As String

'Déclaration Objet DataTable

Private ObjetDataTable As DataTable

'Déclaration Objet DataRow (ligne)

Private ObjetDataRow As DataRow

'Numéro de la ligne en cours

Private RowNumber As Integer

'Paramêtres de connexion à la DB

Private strConn As String

'Pour recompiler les données modifiées avant de les remettre dans le  'DataAdapter

Private ObjetCommandBuilder As OleDbCommandBuilder

'Ouverture

'Initialisation de la chaîne de paramètres pour la connexion strConn = ".OLEDB.4.0;" & _

"Data Source= c:\;"

'Initialisation de la chaîne contenant l'instruction SQL strSql = "SELECT FICHEPATIENT.* FROM FICHEPATIENT"

'Instanciation d'un Objet Connexion

ObjetConnection = New OleDbConnection()

'Donner à la propriété ConnectionString les paramètres de connexion

ObjetConnection.ConnectionString = strConn

'Ouvrir la connexion

()

'Instancer un objet Commande

ObjetCommand = New OleDbCommand(strSql)

'Instancer un objet Adapter

ObjetDataAdapter = New OleDbDataAdapter(ObjetCommand)

'initialiser l'objet Command

ObjetCommand.Connection() = ObjetConnection

'Avec l'aide de la propriété Fill du DataAdapter charger le DataSet

(ObjetDataSet, "FICHEPATIENT")

'Mettre dans un Objet DataTable une table du DataSet

ObjetDataTable = ObjetDataSet.Tables("FICHEPATIENT")

Voir un enregistrement :

Routine affichant un enregistrement :

Une TextBox nommée 'Nom' et une TextBox 'Prenom' afficheront les noms et prénom des patients.

On rappelle que RowNumber est une variable contenant le numéro de la ligne en cours (allant de 0 à Rows.Count-1)

If RowNumber < 0 Then Exit Sub

'Lors de l'ouverture de la BD, s'il n'y a aucun enregistrement

If RowNumber > .Count - 1 Then Exit Sub

' (Numéro de lignes).Item( Nom de colonne) donne le contenu d'un champ dans une ligne donnée

= (RowNumber).Item("Nom")

= (RowNumber).Item("Prenom")

'Item peut avoir en paramètre le nom de la colonne ou sont index  

Pour se déplacer :

Voir la ligne suivante par exemple :

RowNumber += 1 incrémente le numéro de la ligne en cours puis on affiche.

RowNumber -= 1 pour la précédente.

RowNumber = 0 pour la première.

RowNumber = .Count - 1 pour la dernière.

Modifier un enregistrement :

' Extraire l'enregistrement courant

ObjetDataRow = ObjetDataSet.Tables("FICHEPATIENT").Rows(intRowNumber)

'Modifier les valeurs des champs en  récupérant le contenu des TextBox

ObjetDataRow("Nom") =

ObjetDataRow("Prenom") =

'Pour modifier les valeurs changées dans le DataAdapter

ObjetCommandBuilder = New OleDbCommandBuilder(ObjetDataAdapter)

'Mise à jour

ObjetDataAdapter.Update(ObjetDataSet, "FICHEPATIENT")

'On vide le DataSet et on le 'recharge' de nouveau.

ObjetDataSet.Clear()

(ObjetDataSet, "FICHEPATIENT")

ObjetDataTable = ObjetDataSet.Tables("FICHEPATIENT")

Attention : quand la commande Update est effectuée, si l'enregistrement ne répond pas au spécification de la base ( doublon alors que c'est interdit, pas de valeur pour une clé primaire, Champ ayant la valeur Null alors que c'est interdit..), une exception est levée; si vous ne l'avez pas prévue cela plante !!!

Ajouter un enregistrement :

ObjetDataRow = ObjetDataSet.Tables("FICHEPATIENT").NewRow()

ObjetDataRow("Nom") =

ObjetDataRow("Prenom") =

ObjetDataSet.Tables("FICHEPATIENT")(ObjetDataRow)

'Pour modifier les valeurs changées dans le DataAdapter

ObjetCommandBuilder = New OleDbCommandBuilder(ObjetDataAdapter)

'Mise à jour

ObjetDataAdapter.Update(ObjetDataSet, "FICHEPATIENT")

'On vide le DataSet et on le 'recharge' de nouveau.

ObjetDataSet.Clear()

(ObjetDataSet, "FICHEPATIENT")

ObjetDataTable = ObjetDataSet.Tables("FICHEPATIENT")

Effacer l'enregistrement en cours:

ObjetDataSet.Tables("FICHEPATIENT").Rows(RowNumber).Delete()

ObjetCommandBuilder = New OleDbCommandBuilder(objetDataAdapter)

ObjetDataAdapter.Update(objetDataSet, "FICHEPATIENT")

Fermer

'Objet connectée

ObjetConnection = Nothing

ObjetCommand = Nothing

ObjetDataAdapter = Nothing

'Objet déconnectée  

ObjetDataSet = Nothing

ObjetDataTable = Nothing

ObjetDataRow = Nothing

Remplir un DataGrid avec un DataSet

Une fois le dataSet existant, en UNE lignede code, on peut l'afficher dans un DataGrid.(Grille avec des lignes et des colonnes comme un tableur)

DataGrid1.SetDataBinding(ObjetDataSet, "FICHEPATIENT")

On peut modifier un DataSet

Un DataSet est un groupe de données. On a vu qu'on pouvait le remplir avec une base de données mais on peut imaginer le créer de toute pièce et le remplir en créant des tables, des colonnes, des données.

Dans un DataSet on peut donc ajouter des tables, les columns, des enregistrements créer de toute pièce.

L'exemple suivant crée un objet DataTable, qui sera ajouté au DataSet.

private myDataSet As DataSet  

' Créer une nouvelle DataTable.

Dim myDataTable As DataTable = new DataTable("ParentTable") ' Declaration de variables DataColumn et DataRow objects.

Dim myDataColumn As DataColumn 

Dim myDataRow As DataRow 

' Créer un nouveau DataColumn, lui donner un DataType, un nom, divers valeur pour ses ropriétés et l'ajouter à la DatTable.  myDataColumn = New DataColumn()

myDataColumn.DataType = .GetType("System.Int32") myDataColumn.ColumnName = "id" myDataColumn.ReadOnly = True myDataColumn.Unique = True

(myDataColumn)

' Créer une seconde column.

myDataColumn = New DataColumn()

myDataColumn.DataType = .GetType("System.String") myDataColumn.ColumnName = "ParentItem" myDataColumn.AutoIncrement = False myDataColumn.Caption = "ParentItem" myDataColumn.ReadOnly = False myDataColumn.Unique = False

(myDataColumn)

'La colonne id doit être une clé primaire.

Dim PrimaryKeyColumns(0) As DataColumn PrimaryKeyColumns(0)= myDataTable.Columns("id") myDataTable.PrimaryKey = PrimaryKeyColumns

' Créer un objet DataSet myDataSet = New DataSet() ' Ajouter la Table au DataSet.

(myDataTable)

' Créer 3 DataRow objects (3 lignes) et les ajouter à la DatTable

Dim i As Integer For i = 0 to 2

myDataRow = myDataTable.NewRow() myDataRow("id") = i

myDataRow("ParentItem") = "ParentItem " + i.ToString() (myDataRow)

Next i

End Sub

Travailler avec la Base MySQL

Pour travailler sur une base MySQL lisez le très bon didacticiel MySQLDotNet à l’adresse .

6.6Charger des contrôles avec des SGBD

Comment remplir des listBox ComboBox, DataGrid avec des tables venant de base de données.

Remplir une ListBox avec une colonne d’une table d’un BDD

Exemple :

Dans une base de données Accès nommé 'BaseNom', j'ai une table 'NomPatient' avec plusieurs colonnes, je veux afficher la liste des noms:

Champs Civilité            Champ Nom                Champ Prénom            Champ Numéro Interne

M.

Durand

Luc

1

Mme

Dupont

Josette

2

M.

Thomas

Guy

3

On peut utiliser un ‘DataReader’

Voir le cours 6-4 - Lire rapidement en lecture seule: le DataReader C'est de la 'lecture seule' très rapide.

On peut utiliser un’ DataSet’, créer un’DataTable’ et la lier au contrôle

Le DataSet est une représentation en mémoire des données; Une fois chargé on peut travailler en mode déconnecté.

Pour le remplir il faut un DataAdapter.

Bien sur il faut importer des espaces de nom :

Imports System

Imports

Imports .OleDb

Dans la zone déclaration de la fenêtre :

'Déclarer la connexion

Private ObjetConnection As OleDbConnection

' Déclaration l'Objet Commande  

Private ObjetCommand As OleDbCommand

' Déclaration Objet DataAdapter

Private ObjetDataAdapter As OleDbDataAdapter

' Déclaration Objet DataSet

Private ObjetDataSet As New DataSet

'String contenant la 'Requête SQL'  

Private strSql As String

' Déclaration Objet DataTable

Private ObjetDataTable As DataTable

'Paramêtres de connexion à la DB

Private strConn As String

Dans une routine Button1_Click créer les divers objets et remplir la listbox.

Private Sub Button1_Click(ByVal sender As System.Object, ByVal e As

System.EventArgs) Handles Button1.Click

'Initialisation de la chaîne de paramètres pour la connexion

strConn = ".OLEDB.4.0;" & "Data Source= c:\;"

'Initialisation de la chaîne contenant l'instruction SQL strSql = "SELECT FICHEPATIENT.* FROM FICHEPATIENT"

'Instanciation d'un Objet Connexion

ObjetConnection = New OleDbConnection

'Donner à la propriété ConnectionString les paramètres de connexion

ObjetConnection.ConnectionString = strConn

'Ouvrir la connexion

()

'Instancer un objet Commande

ObjetCommand = New OleDbCommand(strSql)

'Instancer un objet Adapter

ObjetDataAdapter = New OleDbDataAdapter(ObjetCommand)

'initialiser l'objet Command

ObjetCommand.Connection() = ObjetConnection

'Avec l'aide de la propriété Fill du DataAdapter charger le DataSet

(ObjetDataSet, "FICHEPATIENT")

'Mettre dans un Objet DataTable une table du DataSet

ObjetDataTable = ObjetDataSet.Tables("FICHEPATIENT")

'Indiquer au ListBox d'afficher la table "fichepatient" (indiquer la source)

ListBox1.DataSource = ObjetDataSet.Tables("FICHEPATIENT")

'Indiquer quelle colonne afficher

ListBox1.DisplayMember = "NOM"

End Sub

Voilà, cela affiche la liste des noms.

Bien respecter les minuscules et majuscules dans les noms de tables et de champs+++

Récupérer la valeur d’un autre champ

On a vu que dans la table, chaque enregistrement avait un champ 'Nom' mais aussi un champ

'NumInt' (numéro interne)

Dans les programmes, on a souvent besoin de récupérer le numéro interne (un ID) quand l'utilisateur clique sur un des noms; le numéro interne servira a travaille sur ce patient.

Exemple :

Comment récupérer le numéro interne 3 quand l'utilisateur clique sur 'Thomas' ?

Il faut indiquer à la ListBox que la Value de chaque ligne est 'NumInt' en utilisant la propriété ListBox1.ValueMember.

Quand l'utilisateur clique sur une ligne de la ListBox, cela déclenche l'évènement ListBox1_SelectedIndexChanged, là on récupère la valeur de NumInt correspondant; elle se trouve dans ListBox1.SelectedValue. (C'est un Int32)

Attention :

Les exemples de Microsoft ne fonctionnent pas!! Car, on n'explique nulle part l'importance de l'ordre des lignes remplissant la ListBox.

C'est DataSource qui semble déclencher le chargement de la ListBox avec la prise en compte de DisplayMember et ValueMember.

Si on fait comme Microsoft (renseigner ListBox1.DataSource en premier) :

ListBox1.DataSource = ObjetDataSet.Tables("FICHEPATIENT")

ListBox1.DisplayMember = "NOM"

ListBox1.ValueMember = "NUMINT"

ValueMember ne fonctionne pas bien, (liaison tardive?) et ListBox1.SelectedValue retourne un objet de type DataRowView impossible à utiliser.

Il faut donc renseigner le DataSource en dernier.

ListBox1.DisplayMember = "NOM"

ListBox1.ValueMember = "NUMINT"

ListBox1.DataSource = ObjetDataSet.Tables("FICHEPATIENT")

Dans ce cas ListBox1.SelectedValue contient bien un Int32 correspondant au 'NutInt' sélectionné.

'Ensuite on peut récupérer sans problème NumInt (et l'afficher par exemple dans une TextBox)

Private Sub ListBox1_SelectedIndexChanged(ByVal sender As Object, ByVal e As

System.EventArgs) Handles ListBox1.SelectedIndexChanged

Dim o As New Object

If ListBox1.SelectedIndex <> -1 Then

= CType(ListBox1.SelectedValue, String)

End If

End Sub

Remplir un DataGrid avec un DataSet

Il faut créer une Connection, un DataAdapter et un DataSet, puis en UNE ligne de code, on peut l'afficher dans un DataGrid.(Grille avec des lignes et des colonnes comme un tableur) DataGrid1.SetDataBinding(ObjetDataSet, "FICHEPATIENT")

Les lignes, colonnes, nom des champs, ascenseurs... sont crées automatiquement!! Génial. On peut aussi remplir le DataSet avec :

DataGrid1.DataSource = ObjetDataSet

DataGrid1.DataMember = "FICHEPATIENT"

On peut modifier l'aspect du DataGrid dans la fenêtre de propriété ou en utilisant la mise en forme automatique (lien en bas de la fenêtre de propriétés.)

 

Migration VB6 vers

7.1Différence entre VB6 et

Cela concerne surtout ceux qui passent de VB6 à , pour les autres c'est une révision.

Les petits nouveaux qui ne connaissaient pas VB6 (précédente version de VB) ne doivent pas lire ce qui est en vert.

Les Objets

En tout est objet : les fenêtres, les contrôles, les variables... Set et Let ne sont plus pris en charge.

Les objets peuvent être assignés par une simple opération d'assignation :

Object1 = Object2

Pour définir une propriété par défaut d'un objet, vous devez désormais référencer explicitement la propriété, exemple : =

Vous pouvez définir vous même un nouveau type d'objet, une Classe.

Puis instancer des objets à partir de cette Classe.

permet une vraie programmation objet : héritage, polymorphisme...

Les formulaires ou fenêtres

On se rend compte que quand on dessine une fenêtre Form2 par exemple, VB crée une nouvelle classe 'Class Form2'

Public Class Form2

Inherits End Class

Elle hérite de : on voit bien dans le code.

Pour utiliser cette fenêtre, il faut créer une instance de cette fenêtre à l'aide de la Classe :

On tape Dim f As New Form2(), on crée une instance de la Class Form2. Enfin la fenêtre sera ouverte grâce à la méthode ShowDialog.

Comme pour un Objet en général, la fenêtre créée sera visible dans sa portée. Si une fenêtre est instancée dans une procédure, l'objet fenêtre f ne sera visible que dans cette procédure.

Les Forms ont 2 contrôles menu :

-   Les MainMenu

-   Les ContextMenu.

Visual ne prend pas en charge la méthode Form.PrintForm.

Les Contrôles

La plupart des objets ne possèdent plus de propriétés par défaut. En VB6 :

Dim str As String = TextBox1

Maintenant il faut écrire :

Dim str As String =

Visual ne prend pas en charge le contrôle conteneur OLE.

Il n'existe pas de contrôle carré rectangulaire ligne. On peut les remplacer sous la forme d'étiquettes (Label), tandis que les ovales et les cercles qui n'existent pas non plus, ne peuvent pas être mis à niveau.

Visual est doté d'un nouvel ensemble de commandes graphiques faisant partie de GDI+. Circle, CLS, PSet, Line et Point n'existent plus. Étant donné que le nouveau modèle objet est assez différent de celui de Visual Basic 6.0, il faut tout réécrire.

Visual ne prend pas en charge l'échange dynamique de données (DDE, Dynamic Data Exchange).  

Bien que Visual prenne en charge la fonctionnalité de glisser-déplacer, le modèle objet est différent de celui de Visual Basic 6.0. Il faut tout réécrire.

Le       .NET       Framework       est       doté       d'un       objet       Clipboard       amélioré

(System.Windows.Forms.Clipboard) qui offre plus de fonctionnalités et prend en charge un plus grand nombre de formats de Presse-papiers que l'objet Clipboard de Visual Basic 6.0. Il faut tout réécrire.

Les Variables

Option Explicit étant activé par défaut, toutes les variables doivent être déclarées avant d'être utilisées.

Le type de données Variant n'existe plus. Celui-ci a été remplacé par le type Object.

Le type de données Integer est désormais de 32 bits, le type de données Long est de 64 bits.

On peut utiliser les type Booléens qui ne peuvent prendre que 2 valeurs : True et False (pas 0 et -1).

En il faut convertir explicitement une donnée d'un type vers un autre si c'est nécessaire.

Response.Write("Le total est " & CStr(total))

On attend des String, la variable total qui est numérique est donctransformée en String par CStr.

Les variables créées dans la même instruction Dim seront du même type. Par exemple, dans , l'instruction Dim Dim i, j, k As Integer crée chacun des trois objets (i, j, et k) comme Integer. Les versions précédentes de VB créaient i et j comme Variants et k comme Integer (c'était nul!!).

Il existe une type Char qui contient un seul caractère. Le type Currency est remplacé par le type Decimal.

Les String de longueur fixe n'existent plus. Il y a quelques ficelle pour contourner cela mais bonjour la simplicité !!!

Les String et Char sont en Unicode (codé sur 2 octets).

Une variable peut avoir une portée locale, publique ou, et c'est nouveau, une portée au niveau d'un bloc :

For i=0 to 100

Dim Str As String 'Str est visible uniquement entre For et Next

... next i

Les Tableaux

Le premier élément d'un tableau a l'indice 0 obligatoirement, plus d'Option Base.

On peut initialiser un tableau en même temps qu'on le déclare : Dim Tableau(3) As Integer ={2,3,5}

A noter que ce tableau contient 4 élément d'index 0, 1, 2, 3. Dim S(4 to 15) n'est plus accepté.

Dim est utilisé pour la déclaration initiale, Redim pour le redimensionnement uniquement. Les tableaux font partie de la Classe Array, ce qui autorise l'utilisation de méthodes bien pratiques: Sort par exemple tri automatiquement le tableau.

Les Collections

Elles sont omniprésentes. C'est fondamental de bien comprendre leur fonctionnement : Ce sont des listes ayant un nombre d'élément non défini, on peut y ajouter des éléments, en retirer, il y a des méthodes pour trier, rechercher…

Cela peut être :

Des listes d'objet: ArrayList

Des listes de booléens: BitArray

Des listes Clé-Valeur :HashTable

Des Queue

Des Piles :Stack

La notion de collections est généralisée et utilisée dans beaucoup d'objet : ne ListeBox posséde une collection d'Item (les éléments de la listBox).

Les Structures

Elles remplacent  les "Types définies par l'utilisateur".

Structure MaStructure Public i As Integer

Public c As String

End Structure

Les Fonctions et Sub

Les parenthèses sont désormais requises autour de la liste de paramètres dans tous les appels de méthodes y compris pour les méthodes qui ne prennent pas de paramètres.

Exemple : 

If Flag = False Then AfficheMessage()

End If

Par défaut, les arguments sont passés par valeur, et non pas référence. Si vous voulez passer des arguments par référence, vous devez utiliser le mot clé ByRef devant l'argument comme dans l'exemple suivant :

Call MaFunction(argbyvalue, ByRef argbyref)

Il peut y avoir des paramètres optionnels.

Return est un nouveau mot clé qui permet à une fonction de retourner une valeur.

Private Function MaFonction (Byval Chaine As String) Return Chaine.ToLower()

End Function

Dans le Code

Simplification d'écriture :

A= +=2 est équivalent à A=A+2

Nouveau type de boucle :

While condition

End While

Boucle tant que condition est vraie.

Wend n'existe plus.

Le Multithreading est possible.

Gestion des erreurs

La gestion des erreurs est structurée, elle utilise :

Try

Code à tester

Catch

Interception de l'erreur

Finally Suite

End Try

On error goto reste utilisable.

Les graphiques

En GDI (VB6) on utilisait les handles (HDC) pour spécifier une image.

En GDI+ () on travaille sur les Graphics et leurs méthodes. Graphics.DrawLine…

Les Bases De Données

Visual contient une version améliorée des objets de données actifs (ADO, Active Data Objects) appelée .

DAO, RDO et ADO peuvent toujours être utilisés dans du code Visual , avec toutefois quelques petites modifications. Toutefois, Visual ne prend pas en charge la liaison de données DAO et RDO aux contrôles ou contrôles de données ni la connexion utilisateur RDO.

Les Classes

La syntaxe des propriétés de classe a changé et ne contient plus Property Let, Property Get, et Property Set. La nouvelle syntaxe des propriétés est analogue à celle de C#.

Public Property ThisProperty As String

Get

ThisProperty = InternalValue

End Get

Set

InternalValue = value

End Set

End Property

Les classes sont totalement objet et acceptent le polymorphisme, la surcharge, l'héritage…

GOSUB et ON GOSUB n’existent plus

Il faut remplacer une routine qui était appelée par gosub par une sub ou une fonction. Remplacez :

Sub Mon Programme

..

Gosub Routine

..

End SuB

Routine:

Code de la routine

Return

Par

Sub Mon Programme

..

Call Routine()

..

End Sub

Sub Routine()

Code de la routine

End Sub

Il faudra simplement faire attention aux variables, les variables locales à Mon Programme ne seront pas accessibles dans la Routine.

Pour On Gosub, il faut remplacer par un SelectCase.

Les Timers

S'agissant du contrôle Timer, le fait d'affecter à la propriété Interval la valeur 0 ne désactive pas la minuterie, l'intervalle est réinitialisé à 1. Dans vos projets Visual Basic 6.0, vous devez affecter à la propriété Enabled la valeur False plutôt que d'affecter à Interval la valeur 0.

Conversion VB6 vers

Il existe un outil de conversion (Menu Fichier, Ouvrir, Convertir, Assistant de mise à niveau de ) pour convertir un source VB6 en .

Le problème est qu'il donne un code inutilisable avec :

-   Conversion des instructions VB6=> quand il le peut.

-   Conversion en utilisant une classe de compatibilité contenant des instructions spécifiques à VB6 (qui ne sont PAS du ) produisant un code hybride. Cette classe de compatibilité disparaîtra probablement dans les prochaines versions.

-   Des instructions qui sont impossible à convertir automatiquement et qui seront à réécrire à la main.

Pour ma part.

Je convertit les programmes VB6 avec l'outil de conversion pour voir ce que cela donne : c'est instructif de voir le nouveau code.

Mais il faut réécrire totalement une bonne partie du code : l'appel des fenêtres en particulier…

Il faut rapidement ne pas utiliser du tout la classe de compatibilité VB 6, éviter les instructions héritées de VB6, privilégier l'usage des classes du FrameWork.

Règles de bonne programmation et d’optimisation

7.2Règles de bonne programmation

Pour faire un code solide, éviter les bugs, avoir une maintenance facile, il faut suivre quelques règles.

Au niveau du projet

Découper un traitement complexe en plusieurs petites routines effectuant chacune une fonction précise.

Découper les différentes fonctions du logiciel en Module et procédures, ou en Objet (Créer des

Classes dont les méthodes seront les diverses routines). (Voir la leçon 5.10)

Séparer l'interface utilisateur et l'applicatif.

Exemple, pour un formulaire affiche les enregistrements d'une base de données :

Créer :

-   Les fenêtres dont le code gère uniquement l'affichage. C'est l'interface utilisateur ou IHM (Interface Homme Machine)

-   une Classe gérant uniquement l'accès aux bases de données. 

Cela facilite la maintenance : si on désire modifier l'interface, on touche au fenêtre et pas du tout à la Classe base de données.

Architecture à 3 niveaux.

Elle peut être nécessaire dans certains programmes, les 3 niveaux sont : -       Application, interface.

-   Logique.

-   Données.

Exemple, un formulaire affiche certains enregistrements d'une base de données. -       L'interface affiche les enregistrements.

-   Les classes ou modules 'logiques' déterminent les bons enregistrements.

-   Les classes ou modules données vont chercher les données dans la base de données.

Si au lieu de travailler sur une base Access, je travaille sur une base SQLServer, il suffit de réécrire la troisième couche.

Dans un module

Respecter l'ordre suivant :

1.    Instructions Option

2.    Instructions Imports

3.    Procédure Main

4.    Instructions Class, Module et Namespace, le cas échéant

Dans une Class

1.    Instructions Declare

2.    Déclaration des variables (Public Private)

3.    Sub ou Function

Sous peine d'erreurs à la compilation.

Rendre le code lisible

-   Ajoutez des commentaires

Pour vous, pour les autres.

Au début de chaque routine, Sub, Function, Classe, noter en commentaire ce qu'elle fait et quelles sont les caractéristiques des paramètres :

-   Le résumé descriptif de la routine, la Sub ou Function. 

-   Une description de chaque paramètre. 

-   La valeur retournée s'il y en a une.

-   Une description de toutes les exceptions…

-   Un exemple d'utilisation 

-   Une explication sur le fonctionnement de la routine.

Ne pas ajouter de commentaire en fin de ligne (une partie ne sera pas visible) mais plutôt avant la ligne de code. Seule exception ou on utilise la fin de ligne: les commentaires après les déclarations de variable.

                Dim i As Integer      'Variable de boucle

'Parcours du tableau à la recherche de…

For i=0 To 100

...

Paradoxalement, trop de commentaires tue le code autant que le manque de commentaires.

Pour éviter de tomber dans le tout ou rien, fixons nous quelques règles :

-   Commentez le début de chaque Sub, Fonction, Classe

-   Commentez toutes les déclarations de variables 

-   Commentez toutes les branches conditionnelles

-   Commentez toutes les boucles

• Choisissez des noms de procédures et de variables avec soins : leur nom doit être explicite. Microsoft propose quelques règles :

Routines

Utilisez la casse Pascal (CalculTotal) pour les noms de routine (la première lettre de chaque mot est une majuscule).

Évitez d'employer des noms difficiles pouvant être interprétés de manière subjective, notamment Analyse() pour une routine ou YYB8 pour une variable.

Dans les objets, il ne faut pas inclure des noms de classe dans les noms de propriétés Patient.PatientNom est inutile, utiliser plutôt .

Utilisez les verbe/nom pour une routine : CalculTotal().

Variables

Pour les noms de variables, utilisez la casse selon laquelle la première lettre des mots est une majuscule, sauf pour le premier mot (iNombrePatient); noter ici que la première lettre indique le type de la variable (Integer), elle peut aussi indiquer la portée (gTotal pour une variable globale).

Ajoutez des méthodes de calcul (Min, Max, Total) à la fin d'un nom de variable, si nécessaire.

Les noms de variable booléenne doivent contenir Is qui implique les valeurs True/False, par exemple fileIsFound.

Évitez d'utiliser des termes tels que Flag lorsque vous nommez des variables d'état, qui différent des variables booléennes car elles acceptent plus de deux valeurs. Plutôt que documentFlag, utilisez un nom plus descriptif tel que documentFormatType.

Même pour une variable à courte durée de vie utilisez un nom significatif. Utilisez des noms de variable d'une seule lettre, par exemple i ou j, pour les index de petite boucle uniquement.

N'utilisez pas des nombres ou des chaînes littérales telles que For i = 1 To 7. Utilisez plutôt des constantes par exemple For i = 1 To DAYSINWEEK, pour simplifier la maintenance et la compréhension.

Tables

Pour les tables, utilisez le singulier. Par exemple, utilisez table 'Patient' plutôt que 'Patients'. N'incorporez pas le type de données dans le nom d'une colonne.

Divers

Minimisez l'utilisation d'abréviations.

Lorsque vous nommez des fonctions, insérez une description de la valeur retournée, notamment GetCurrentWindowDirectory().

Évitez de réutiliser des noms identiques pour divers éléments.

Évitez l'utilisation d'homonymes et des mots qui entraînent souvent des fautes d'orthographe.  Évitez d'utiliser des signes typographiques pour identifier des types de données, notamment $ pour les chaînes ou % pour les entiers.

Un nom doit indiquer la signification plutôt que la méthode.

        -     Eclaircir, aérer le code:

Eviter plusieurs instructions par ligne.

Ajouter quelques lignes blanches.

Décaler à droite le code contenu dans une boucle ou une section If... End If :

Une mise en retrait simplifie la lecture du code, par exemple :

If ... Then

If ... Then

...

Else

...

End If

Else

...

End If

Forcer la déclaration des variables et les conversions explicites

Option Explicit étant par défaut à On, toute variable utilisée doit être déclarée. Conserver cette option. Cela évite les erreurs liées aux variables mal orthographiées.

Si Option Strict est sur On, seules les conversions de type effectuées explicitement sur les variables seront autorisées. Le mettre sur On.

Voir la leçon 1.7 à ce sujet

Utilisez des constantes ou des énumérations

L'usage de constantes facilite les modifications.

Exemple : un programme gère des utilisateurs, faire :

Créer une constante contenant le nombre maximum d'utilisateurs.

Const NombreUtilisateur= 20

Dim VariableUtilisateur (NombreUtilisateur)         'on utilise NombreUtilisateur et non 20 For i = 0 To NombreUtilisateur-1 Next i

Plutôt que :

Dim VariableUtilisateur (20)

For i = 0 To 19

Next i

Si ultérieurement on veut augmenter le nombre d'utilisateurs possibles à 50, il suffit de changer une seule ligne :

Const NombreUtilisateur= 50

Utiliser les constantes VB, c'est plus lisible :

Form1.BorderStyle=2 ‘est à éviter

Form1.BorderStyle= vbSizable ‘c'est mieux

Vérifier la validité des paramètres que reçoit une Sub ou Function

Vous pouvez être optimiste et ne pas tester les paramètres reçus par votre Sub. Les paramètres envoyés seront toujours probablement bons!! Bof un jour vous ferez une erreur, ou un autre n'aura pas compris le type de paramètre à envoyer et cela plantera !!!

Donc, il faut vérifier la validité des paramètres.

On peut le faire au fur et à mesure de leur utilisation dans le code, il est préférable de faire toutes les vérifications en début de Sub.

Se méfier du passage de paramètres ‘par valeur’ ou par ‘référence’

Par défaut les paramètres sont envoyés 'par valeur' vers une procédure. Aussi, si la variable contenant le paramètre est modifiée, cela ne modifie pas la valeur de la variable de la procédure appelante.

Si on a peur de se tromper utilisons 'ByVal' et 'ByRef' dans l'en-tête de la Sub ou de la Fonction.

Les Booléens sont des Booléens

Utiliser une variable Integer pour stocker un Flag dont la valeur ne peut être que 'vrai' ou 'faux' et donner la valeur 0 ou -1 est à proscrire.

Faire :

Dim Flag As Boolean

Flag=True

(Utiliser uniquement True et False)

Eviter aussi d'abréger à la mode Booléens ce qui n'en est pas.

Dim x,y As Integer

If x And y then (pour tester si x et y sont = 0) est à éviter.

Faire plutôt : If x<>0 And y <>0

Utilisez les variables Date pour stocker les dates

Ne pas utiliser de type Double.

Dim LaDate As Date

LaDate=Now

Ne faire aucune confiance à l’utilisateur du logiciel

Si vous demandez à l'utilisateur de saisir un entier entre 1 et 7.

Vérifiez :

-   qu'il a tapé quelque chose!!

-   Qu'il a tapé une valeur numérique.

-   Que c'est un entier.

-   Que c'est supérieur à 0 et inférieur à 8.

Accorder les moindres privilèges :

Ne permettre de saisir que ce qui est nécessaire de saisir.

7.3Optimiser en vitesse

est t-il rapide ?

Comment est situé en comparaison avec les autres langages de programmation ?

Le site publie les résultats d'un petit benchmark comparant les performances d'exécution sous Windows de plusieurs langages de programmation.

Les langages .NET - et donc le code managé en général - n'ont pas à rougir devant Java, pas plus que face au langage C compilé grâce à GCC. Voici un aperçu des résultats chiffrés (valeurs les plus faibles = les meilleures performances) :

                     int long    double  trig      I/O     TOTAL 

Visual C++      9.6 18.8    6.4       3.5    10.5    48.8 Visual C#        9.7       23.9 17.7     4.1     9.9     65.3 gcc C              9.8       28.8 9.5       14.9  10.0    73.0 Visual Basic   9.8 23.7    17.7     4.1    30.7    85.9

Visual J#         9.6 23.9    17.5     4.2     35.1   90.4

Java 1.3.1       14.5 29.6    19.0     22.1   12.3    97.6

Java 1.4.2        9.3 20.2    6.5       57.1   10.1    103.1

Python/Psyco  29.7     615.4 100.4   13.1  10.5    769.1

Python           322.4   891.9 405.7   47.1   11.9    1679.0

Lire l’article complet à l’adresse : ?news_id=5602 - Nine

Language Performance Round-up: Benchmarking Math & File I/O [] 

Article publié également sur

est il plus rapide que VB6 ?

Exemple No 1 :

Sur une même machine P4 2.4 G faisons tourner un même programme: 2 boucles imbriquées contenant une multiplication, l'addition à un sinus et l'affichage dans un label :

En :

Imports

Private Sub Button1_Click(ByVal sender As System.Object, ByVal e As

System.EventArgs) Handles Button1.Click

Dim i As Integer

Dim j As Integer

Dim k As Integer

For i = 0 To 100

For j = 0 To 1000

= (k * 2 + Sin(4)).ToString : Label5.Refresh() k = k + 1

Next

Next

End Sub

35 secondes dans l'IDE, 25 secondes avec un exécutable après compilation. En utilisant des 'Integer' ou des 'Long', il y a peu de différence.

En VB6

Private Sub Command1_Click()

Dim i As Long

Dim j As Long

Dim k As Long

For i = 0 To 100

For j = 0 To 1000

Label1.Caption = Str(k * 2 + Sin(4)): Label1.Refresh k = k + 1

Next

Next

End Sub

9 secondes dans l'IDE , 7 secondes avec un exécutable après compilation. Dur, dur 25 s pour , 7 s pour VB6.

Exemple No 2 :

Sur une même machine P4 2.4 G faisons tourner un même programme: On crée un tableau de 10000 String dans lequel on met des chiffres Puis on trie le tableau.

En

Private Sub Button1_Click(ByVal sender As System.Object, ByVal e As

System.EventArgs) Handles Button1.Click

Dim i As Integer

Dim A(10000) As String

For i = 9999 To 0 Step -1 A(i) = (9999 - i).ToString

Next i

(A)

= "ok"

End Sub

< 1 seconde

En VB6

Private Sub Command1_Click()

Dim i As Integer

Dim A(10000) As String

Dim j As Integer 

Dim N As Integer

Dim Temp As String

N = 9999

'remplir le tableau

For i = 9999 To 0 Step -1 A(i) = Str(9999-i)

Next i

'trier

For i = 0 To N – 1

For j = 0 To N - i – 1

If A(j) > A(j + 1) Then

Temp = A(j): A(j) = A(j + 1): A(j + 1) = Temp

End If

Next j

Next i

End Sub

35 secondes

Moins d'une seconde avec , 35 secondes en VB6.

La méthode 'Sort' est hyper plus rapide que la routine de tri !!!

En conclusion :

La couche du Framework semble ralentir considérablement la vitesse du code.

Mais, en , il faut raisonner différemment et utiliser judicieusement les classes et les méthodes au lieu de taper de longues routines.

Cela fait que en :

-     Le code est plus court et compact (moins de temps de développement) -        Le code est plus rapide.

Comment accélérer une application ?

Utilisation des nouvelles fonctionnalités

Il faut raisonner différemment et utiliser judicieusement les classes et les méthodes au lieu de taper de longues routines.

Exemple :

On l'a vu plus haut La méthode 'Sort' d'un tableau est hyper plus rapide que la routine de tri écrite en code.

Choix des variables

Sur les ordinateurs actuels :

Pour les entiers les Integer sont les plus rapides car le processeur calcul en Integer .Viennent ensuite les Long, Short, et Byte.

Dans les nombres en virgule flottante, les Double sont les plus rapides car le processeur à virgule flottante calcul en Double, ensuite se sont les Single puis les Decimal.

Si c'est possible utiliser les entiers plutôt que les nombres en virgules flottantes.

Exemple pour stocker les dimensions d'une image, on utilisera les pixels: l'image aura un nombre entier de pixels et on peut ainsi utiliser une variable Integer, alors que si on utilise les centimètres on devra travailler sur des fractionnaires donc utiliser par exemple des Singles.

L'usage de constantes est plus rapide que l'usage de variable, car la valeur d'une constante est directement compilée dans le code.

Pour stocker une valeur, une variable est plus rapide qu'une propriété d'objet.

Tableau

Le CLR est optimisé pour les tableaux unidimensionnels.

L'usage des tableaux de tableau 'A(9),(9)' est plus rapide que les tableaux multidimensionnels 'A(9,9)'.

Pour rechercher un élément dans un ensemble l'élément à partir de son index, utilisez un tableau (l'accès à un élément d'index i est plus rapide dans un tableau que dans une collection)

Collections

Si on ne connaît pas le nombre d'éléments maximum et que l'on doit ajouter, enlever des éléments, il vaut mieux utiliser une collection (ListArray) plutôt qu'un tableau avec des Dim Redim Preserve. Mais attention une collection est composée d'objet, ce que est lent.

Pour rechercher un élément dans un ensemble l'élément à partir d'une clé (KeyIndex), utilisez une collection (l'accès à un élément ayant la clé X est plus rapide dans une collection que dans un tableau; dans une tableau il faut en plus écrire la routine)

Eviter la déclaration de variables ‘Objet’ et les liaisons tardives

Eviter de créer des variables Objet :

Pour créer une variable et y mettre une String:  Dim A ’crée un 'Objet' A

Il est préférable d'utiliser : Dim A As String  

La gestion des objets est plus lente que la gestion d'une variable typée.

Il faut aussi éviter les liaisons tardives : Une liaison tardive consiste à utiliser une variable Objet et à l'exécution, donc tardivement, lui assigner une String ou un Objet ListBox par exemple. Dans ce cas, à l'exécution, VB doit analyser de quel type d'objet il s'agit et le traiter, alors que si la variable a été déclarée d'emblée comme une String ou une ListBox, VB a déjà prévu le code nécessaire en fonction du type de variable. Utilisez donc des variables typées.

Utilisez les bonnes ‘Option’ 

Option Strict On ‘permet de convertir les variables de manière explicite et accélère le code. Option Compare Binary ‘accélère les comparaisons et les tris (la comparaison binaire consiste à comparer les codes unicode des chaînes de caractère).

Pour les fichiers utilisez

L'utilisation des classes accélère les opérations sur fichiers (en effet, les autres manières de lire ou d'écrire dans des fichiers comme les FileOpen font appel à :

autant l'appeler directement!!) :

-   Path, Directory, et File

-   FileStream pour lire ou écrire

-   BinaryReader and BinaryWriter pour les fichiers binaires

-   StreamReader and StreamWriter pour les fichiers texte

Utiliser des buffers entre 8 et 64K

Opérations

Si possible :

Utiliser :"\"

Pour faire une vraie division on utilise l'opérateur '/'

Si on a seulement besoin du quotient d'une division (et pas du reste ou du résultat fractionnaire) on utilise '\', c'est beaucoup plus rapide.

Utiliser :"+="

A+= 2 est plus rapide que A= A+2

Utiliser : AndAlso et ElseOr

AndAlso et ElseOr sont plus rapide que And et Or.

(Puisque la seconde expression n'est évaluée que si nécessaire)

Utiliser :With End With

With.. End With accélère le code:

With Form1.TextBox1

.BackColor= Red

.Text="BoBo"

.Visible= True

End With

Est plus rapide que :

Form1.TextBox1.BackColor= Red

="BoBo"

Form1.TextBox1.Visible= True

Car Form1.TextBox1 est 'évalué' 3 fois au lieu de 1 fois.

En mettre le moins possible dans les boucles

Soit un tableau J (100,100) d'entiers :

Soit un calcul répété 100 000 fois sur un élément du tableau, par exemple :

For i=1 to 100000

R=i*J(1,2) next i

On va 100000 fois chercher un élément d'un tableau, c’est toujours le même !

Pour accélérer la routine (c'est plus rapide de récupérer la valeur d'une variable simple plutôt d'un élément de tableau), on utilise une variable intermédiaire P :

Dim P as integer

P=J(1,2)

For i=1 to 100000

R=i*P

next i

C'est plus rapide.

De la même manière si on utilise une propriété (toujours la même) dans une boucle, on peut stocker sa valeur dans une variable car l'accès à une variable simple est plus rapide que l'accès à une propriété.

Eviter aussi les Try Catch dans des grandes boucles.

Comment accélérer quand on utilise des ‘String’

Exemple d'une opération coûteuse en temps :

Dim s As String = "bonjour";

s += "mon" + "ami";

En réalité le Framework va créer 3 chaînes en mémoires avec toutes les pertes en mémoire et en temps que cela implique.

Pour effectuer des opérations répétées sur les string, le framework dispose donc d'une classe spécialement conçue et optimisée pour ça : .StringBuilder.

Pour l'utiliser, rien de plus simple 

.StringBuilder sb = new .StringBuilder(); sb.Append("bonjour"); sb.Append("mon ami");

string s = sb.ToString();

La méthode ToString de la classe StringBuilder renvoi la chaîne qu'utilise en interne l'instance de StringBuilder.

Comment accélérer l’affichage ?

Formater le plus vite possible :

Pour mettre en forme des nombres et les afficher Format est puissant, mais si on peut utiliser ToString c'est plus rapide (ToString est aussi plus rapide que Cstr).

ChrW utilisé pour afficher un caractère (et AscW) sont plus rapide que Chr et Asc car il travaille directement sur les Unicodes.

Précharger les fenêtres et les données.

Quand une fenêtre en ouvre une autre, le temps de chargement est long, l'utilisateur attend!

Solution :

En début de programme précharger les fenêtres en les rendant invisible. Lors de l'utilisation de ces fenêtres il suffira de les rendre visible, ce qui est plus rapide que de les charger.

Certaines données (liste...) doivent être chargées une fois pour toute, le faire en début de programme, lors de l'affichage de la fenêtre 'Splach' par exemple (Celle qui contient une belle image et qui s'ouvre en premier)

Afficher les modifications en une fois:

A chaque fois que l'on fait une modification de propriété (couleur, taille..) ou de contenu (texte dans un TextBox) Vb  affiche chaque modification. Si on modifie tout et que l'on re-affiche tout cela va plus vite.

Rendre l'objet inactif, faire toutes les modifications puis réactiver.

Pour le cas du TextBox ne pas faire.

= + "Bonjour"

= + ""Monsieur"

Faire :

Dim T as string

T = "Bonjour"

T &= "Monsieur"

= T

Le texte est affiché en une fois.

Afficher en 2 fois :

A l'inverse pour ne pas faire attendre un affichage très long, afficher le début (l'utilisateur voit apparaître quelque chose à lire) il est occupé un temps, ce qui permet d'afficher le reste. Exemple : remplir une listBox avec un grand nombre d'éléments long à préparer: en afficher 5 rapidement puis calculer et afficher les autres. L'utilisateur à l'impression que la ListBox se rempli immédiatement. 

Pour faire patienter l'utilisateur lors d'une routine qui dure longtemps ? (Et lui montrer que l'application n'est pas bloquée) :

-   Transformer le curseur en sablier en début de routine, remettre un curseur normal en fin de routine.

-   Utiliser une ProgressBar (pour les chargements long par exemple)

Ce qui n’influence pas la rapidité du code

Les boucles For , Do ,While ont toutes une vitesse identique.

7.4Chronométrer le code

Je veux comparer 2 routines et savoir laquelle est la plus rapide.

Pour chronométrer un évènement long

Entendons par évènement long, plusieurs secondes ou minutes.

Pas de problème, 2 solutions :

-   On utilise un Timer, (dans l'évènement Ticks qui survient toutes les secondes, une variable s'incrémente comptant les secondes). (Partie 4.5 du cours).

-   On peut utiliser l'heure Système.

Dim Debut, Fin As DateTime

Dim Durée As TimeSpan  

Debut=Now

...Routine...

Fin=Now

Durée=Fin-Debut

Créer un compteur pour les temps très courts

C'est le cas pour chronométrer des routines dont la durée bien inférieure à une seconde. Cela semblait à première vue facile!!!

J'ai en premier lieu utilisé un Timer, (dans l'évènement Ticks un compteur de temps s'incrémente) mais les intervalles  de déclenchement semblent long et aléatoire 

J'ai ensuite utilisé l'heure système :

Mais 'Durée' est toujours égal au 0 pour les routines rapides car il semble que Now ne retourne pas les millisecondes ou les Ticks.

J'ai trouvé la solution chez Microsoft :

Utilisation      d'une routine          de      Kernel32       qui      retourne        la       valeur d'un compteur (QueryPerformanceCounter). QueryPerformanceFrequency retourne le nombre de fois que le compteur tourne par seconde.

Exemple :

Comparer 2 boucles, l'une contenant une affectation de variable tableau (b=a(2)) l'autre une affectation de variable simple (b=c), on gagne 33%.

Declare Function QueryPerformanceCounter Lib "Kernel32" (ByRef X As Long) As Short

Declare Function QueryPerformanceFrequency Lib "Kernel32" (ByRef X As Long) As

Short

Private Sub ButtonGo_Click(ByVal sender As System.Object, ByVal e As System.EventArgs) Handles ButtonGo.Click

Dim debut As Long

Dim fin As Long

Dim i As Long

Dim a(5) As String

Dim b As String

Dim c As String

Dim d1 As Long

Dim d2 As Long

'**********première routine

QueryPerformanceCounter(debut)

For i = 0 To 10000 b = a(2)

Next

QueryPerformanceCounter(fin) d1 = fin - debut

= d1.ToString 

'**********seconde routine QueryPerformanceCounter(debut) c = a(2)

For i = 0 To 10000 b = c

Next

QueryPerformanceCounter(fin) d2 = fin - debut

= d2.ToString

= "Gain 2eme routine:" & 100 - Int(d2 / d1 * 100).ToString

End Sub

C'est cette routine qui est utilisée pour étudier l'optimisation du code.

Elle n'est pas parfaite, car sujette à variation : les valeurs sont différentes d'un essai à l'autre en fonction des processus en cours !

Y a-t-il mieux ?

Allons plus loin

8.1Allons plus loin avec les procédures

On savait que les procédures pouvaient être Public ou Privée.

En fait une procédure peut être :

Public

Les procédures déclarées avec le mot clé Public ont un accès public. Il n'existe aucune restriction quant à l'accessibilité des procédures publiques.

Protected

Dans un module de classe, les procédures déclarées avec le mot clé Protected ont un accès protégé. Elles sont accessibles seulement à partir de leur propre classe ou d'une classe dérivée.

Friend

Les procédures déclarées avec le mot clé Friend ont un accès ami.

Elles sont accessibles à partir du programme contenant leur déclaration et à partir de n'importe quel autre endroit du même assembly.

Protected Friend

Les procédures déclarées avec les mots clés Protected Friend ont l'union des accès ami et protégé.Elles peuvent être utilisées par du code dans le même assembly, de même que dans les classes dérivées.

L'accès Protected Friend peut être spécifié uniquement pour les membres des classes.

Private

Les procédures déclarées avec le mot clé Private ont un accès privé.

Elles ne sont accessibles qu'à partir de leur contexte de déclaration, y compris à partir des membres de types imbriqués, tels que des procédures.

8.2Comprendre le code créé par Visual Basic

Comprendre le code généré automatiquement par Vb quand on crée une formulaire ou un contrôle.

Code généré automatiquement lors de la création d’un formulaire ou d’un contrôle

Une application 'Windows Forms' est principalement constituée de formulaires (ou fenêtre), de contrôles et de leurs événements.

Effectivement, pendant la création de l'interface utilisateur de votre application, vous créez généralement une fenêtre contenant des contrôles et des procédures évènements.

Quand vous créer un nouveau projet 'Windows Forms' cela dessine un formulaire, une fenêtre vide et le code correspondant, Ajoutons y un bouton cela donne l'interface utilisateur suivante :

Comme on l'a vu, VB crée le code correspondant et dans ce code une Classe correspondant à la fenêtre, cette classe dérive de la Classe Form.

(On rappelle que la véritable fenêtre, l'objet sera instancé à partir de cette classe)

Décortiquons le code :

Vb crée une Class nommé Form1, elle est public (accessible partout)

Public Class Form1

Cette Classe hérite des propriétés de la Classe Form (celle ci est fournis par le Frameworks)

Inherits

Ensuite il y a une région (partie du code que l'on peut 'contracter' et ne pas voir ou 'dérouler', cette région contient :" Le Code généré (automatiquement) par le Concepteur Windows Form ", si on le déroule en cliquant sur le '+'.

On voit :

-     Le constructeur de la fenêtre: la routine Sub New

MyBase fait référence à la classe de base de l'instance en cours d'une classe, 'construit' la Classe

-     Le destructeur de la fenêtre : la routine Sub Dispose

-     Le créateur des contrôles de la fenêtre par la procédure Sub InitializeComponent Elle est nécessaire pour créer les contrôles et définir les propriétés de ces contrôles.

Exemple : création d'un label Me.Label1= NewSystem.Windows.forms.Label

Modification d'une propriété : ="Hello"

Elle définie aussi les propriété du formulaire : = "Form1"

Exemple d'un formulaire vide nommé Form1 :

Public Class Form1

Inherits

#Region " Code généré par le Concepteur Windows Form

Public Sub New()

()

'Cet appel est requis par le Concepteur Windows Form.

InitializeComponent()

'Ajoutez une initialisation quelconque après l'appel InitializeComponent()

End Sub

'La méthode substituée Dispose du formulaire pour nettoyer la liste des composants.

Protected Overloads Overrides Sub Dispose(ByVal disposing As Boolean)

If disposing Then

If Not (components Is Nothing) Then components.Dispose()

End If

End If

MyBase.Dispose(disposing)

End Sub

'Requis par le Concepteur Windows Form

Private components As System.ComponentModel.IContainer

'REMARQUE : la procédure suivante est requise par le Concepteur Windows Form 'Elle peut être modifiée en utilisant le Concepteur Windows Form. 

'Ne la modifiez pas en utilisant l'éditeur de code.

<System.Diagnostics.DebuggerStepThrough()> Private Sub InitializeComponent()

'

'Form1

'

Me.AutoScaleBaseSize = New (5, 13)

Me.ClientSize = New (292, 266)

= "Form1"

= "Form1"

End Sub

#End Region

End Class

Si dans la fenêtre Design on ajoute un bouton Button1 cela ajoute le code :

Cette ligne contenant WithEvents indique qu'il y a une gestion d'évènement sur les boutons.

Friend WithEvents Button1 As System.Windows.Forms.Button

Cette ligne créée le bouton

Me.Button1 = New System.Windows.Forms.Button

Cette ligne le positionne

Me.Button1.Location = New System.Drawing.Point(56, 144)

Cette ligne lui donne un nom = "Button1"

Cette ligne détermine sa taille

= New (104, 24)

Cette ligne indique ce qui est affiché sur le bouton = "Button1"

Cela donne :

Private components As System.ComponentModel.IContainer

Friend WithEvents Button1 As System.Windows.Forms.Button

<System.Diagnostics.DebuggerStepThrough()> Private Sub InitializeComponent()

Me.Button1 = New System.Windows.Forms.Button

Me.SuspendLayout()

'

'Button1

'

Me.Button1.Location = New System.Drawing.Point(56, 144)

= "Button1"

= New (104, 24)

Me.Button1.TabIndex = 0

= "Button1"

Les procédures évènements correspondant au bouton sont automatiquement créées :

Private Sub Form1_Load(ByVal sender As System.Object, ByVal e As

System.EventArgs) Handles End Sub

On constate qu'il y a une liaison entre la fenêtre Design et le code généré; on pourrait modifier dans le code l'interface utilisateur. C'est déconseillé d'aller trafiquer dans cette zone de "Code généré par le Concepteur Windows Form", il faut mieux faire des modifications dans la partie design et dans la fenêtre de propriété.

Substitution de procédures évènement

Il est possible de substituer une méthode (utiliser sa propre méthode à la place de la méthode normale qui existe normalement dans un contrôle)

Exemple créer un contrôle simple affichant toujours 'Bonjour' :

Il faut créer une classe héritant des 'Control', détourner sont évènement OnPaint (avec

Overides) qui survient quand le contrôle se dessine pour simplement afficher 'Bonjour'

Public Class ControleAffichantBonjour

Inherits Control

Overrides Protected Sub OnPaint ( e As PaintEventArgs )

e.Graphics.DrawString ("Bonjour", Font, nex SolidBrush(ForeColor)

End Sub

End Class

Cet exemple ne sert strictement à rien!! Pour une fois !!! Il est aussi possible de détourner des évènements.

Dans le chapitre 4.11 'Impression' il y a un bel exemple de création de "lien" entre un objet printdocument et la routine évènement PrintPage (imprimer hello avec un printdocument)

Dans le chapitre suivant on va utiliser ces connaissances pour, dans le code, créer soi-même des contrôles et leurs évènements.

8.3Créer des contrôles par code

Dans le code, on peut créer soi-même de toutes pièces, des contrôles et leurs évènements.

Créer des contrôles par code

Dans le code d'une procédure, il est possible de créer de toute pièce un contrôle, mais attention, il faut tout faire !!!

Créons le bouton.

Dim Button1 = New Button

Modifions ses propriétés :

Me.Button1.Location = New System.Drawing.Point(56, 144)

= "Button1"

= New (104, 24)

Me.Button1.TabIndex = 0

= "Button1"

Le bouton existe mais il faut l'ajouter à la collection Controls de la fenêtre (Cette collection contient tous les contrôles contenus dans la fenêtre) :

(Button1)

Le bouton existe mais pour le moment, il ne gère pas les évènements.

Il faut inscrire le bouton dans une méthode de gestion d'évènements. En d'autres termes, Vb doit savoir quelle procédure évènement doit être déclenchées quand un évènement survient.

Pour cela, il y a 2 méthodes :

•    Déclarer la variable avec le mot clé WithEvents ce qui permet ensuite d'utiliser le Handles du contrôle dans la déclaration d'une Sub

Déclaration dans la partie déclaration du module (en haut) (WithEvents n'est pas accepté dans une procédure) :

Private WithEvents Button1 As Button1

Remarque Button1 est accessible dans la totalité du module.

Puis écrire la sub évènement.

Sub OnClique ( sender As Objet, EvArg As EventArgs) Handles Button1.Click

End Sub  

Ainsi VB sait que pour l'évènement Button1.Click, il faut déclencher la Sub OnClique.

Remarque : il pourrait y avoir plusieurs Handles sur une même sub, donc des évènements différents sur des objets différents déclenchant la même procédure.

•    Utiliser AddHandler

Déclaration (possible dans une procédure) : Dim Button1 As Button

Puis écrire la gestion de l'évènement. (L’évènement Button1.click doit déclencher la procédure dont l'adresse est BouttonClique)

AddHandler Button1.Click AddressOf  BouttonClique

Enfin on écrit la sub qui 'récupère ' l'évènement :

Private Sub BouttonClique (sender As Objet, evArgs As EventArgs)

End Sub  

Ainsi VB sait que pour un évènement du Button1, il faut déclencher la Sub ButtonClique

Exemple avec AddHandler :

Créons un TextBox nommé TB et une procédure déclenchée par KeyUp de ce TextBox :

Dans une procédure (Button1_Click par exemple) : Je crée un TextBox nommé TB, je le positionne, je met dedans le texte 'ici une textbox'. Je l'ajoute aux Contrôles du formulaire.

Grâce à 'AddHandler', je lie l'évènement Keyup de cet objet TB à la sub que j'ai créée :

TextboxKeyup.

Private Sub Button1_Click(ByVal sender As System.Object, ByVal e As

System.EventArgs) Handles Button1.Click

Dim TB As New System.Windows.Forms.TextBox

TB.Location = New System.Drawing.Point(2, 2)

= "ici une textBox" (TB)

AddHandler TB.Keyup, AddressOf TextboxKeyup.

End sub

Sub TextboxKeyup.(ByVal sender As Object, ByVal e As KeyEventArgs)

...

End Sub

Si je crée un autre bouton TB2, j'ajoute de la même manière AddHandler TB2.Click, AddressOf TextboxKeyup2, ainsi chaque évènement de chaque contrôle à ses propres routines évènement et en cliquant sur le bouton TB2 on déclenche bien TextboxKeyup2.

Attention, la procédure TextboxKeyup doit recevoir impérativement les bons paramètres : un objet et un KeyEventArgs car ce sont les paramètres retournés par un KeyUp.

Autre exemple avec AddHandler mais avec 2 boutons :

Il est possible de créer plusieurs contrôles ayant la même procédure évènement:

Créons 2 boutons (BT1 et BT2) déclenchant une seule et même procédure (BoutonClique).

Dans ce cas, comment savoir sur quel bouton l'utilisateur à cliqué ? En tête du module déclarons les boutons (Ils sont public):

Public BT1 As New System.Windows.Forms.Button

Public BT2 As New System.Windows.Forms.Button

Indiquons dans form_load par exemple la routine évènement commune (BoutonClique) grâce à AddHandler. Form_Load

BT1.Location = New System.Drawing.Point(2, 2)

= "Bouton 1"

(BT1)

BT2.Location = New System.Drawing.Point(100, 100)

= "Bouton 2"

(BT2)

AddHandler BT1.Click, AddressOf BoutonClique

AddHandler BT2.Click, AddressOf BoutonClique End Sub

Si c'est le bouton 1 qui a été cliqué, afficher "button1" dans une TextBox : Sub BoutonClique(ByVal sender As Object, ByVal e As EventArgs)

If sender Is BT1 Then

= "button 1"

ElseIf sender Is BT2 Then = "button 2"

End If

End Sub

La ruse est que déterminer quel objet (quel bouton) à déclenché l'évènement, pour cela on utilise le premier paramètre, le sender :

                If sender Is BT1 Then         ‘Si le sender est le bouton1…

Les délégués

Pour la petite histoire, nous créons un délégué à chaque fois que nous créons une procédure gestionnaire d'évènement avec le mot Handles ou avec AddHandler.

En C on utilise des pointeurs de fonction, adresse en mémoire indiquant ou le logiciel doit sauter quand on appelle une fonction ou un évènement. En VB on parle de délégué.

FIN

Cours écrit par le Docteur Philippe Lasserre.

Une version online est disponible à l’adresse :

Message de l’auteur : Merci à ceux qui m'envoient un petit mot, et à ceux qui me donnent un coup de main.  

Avant de poser un question à l'auteur :

Cherchez s'il n'y a pas la réponse sur le site. Si je connais la réponse et qu'elle est didactique, je la mets sur le site et je l'indique à la personne.

Je ne peux pas répondre à des questions très particulières et spécifiques car je n'ai pas d'expérience poussée dans tous les aspects de VB et les questions sont nombreuses. 

Ne pas hésiter à chercher la réponse à vos problèmes sur le site qui est très sérieux, complet et didactique.

De nombreux didacticiels y sont disponibles concernant de nombreux langages (Web y compris)

Historique :

6/12/04 - Version 1.0 : Première version du cours au format PDF (reprenant l’intégralité du cours online) réalisé par Alexandre Freire.



1132