Cours réseau

Routage sous Cisco et Linux


Télécharger Routage sous Cisco et Linux

★★★★★★★★★★5 étoiles sur 5 basé sur 1 votes.
Votez ce document:

Télécharger aussi :


Routage sous Cisco et Linux support de cours

...

Configuration du routeur comme serveur d’accès distant

3.1. Objectifs

Dans le cadre du Remote Access (RAS), il faut mettre en place une topologie de réseau permettant à un client (PC) d’accéder, via ISDN, au réseau Internet ou à un réseau intranet (FIGURE 3.1). Cela permet, par exemple, à un employé d’accéder au réseau de son entreprise depuis son domicile de façon totalement transparente. Internet sera simulé par un réseau Ethernet et un PABX jouera le rôle de l’ISDN. Le point d’accès à ce réseau se fera par un routeur Cisco 2621. Les buts à atteindre sont :

  • configurer le routeur pour des clients possédant des adresses IP statique
  • authentifier le client au niveau de l’accès
  • configurer le routeur pour des clients possédant des adresses IP dynamique
  • se familiariser avec les routeurs Cisco

FIGURE 3.1 : Topologie du réseau pour RAS

La mise en place de ce réseau se fera à travers plusieurs étapes permettant de traiter les problèmes potentiels un à un.

3.2. Configuration « routeur à routeur » 3.2.1. Topologie

La topologie « routeur à routeur » (FIGURE 3.2) permet de configurer les routeurs et leurs interfaces en s’affranchissant des problèmes de compatibilité pouvant survenir entre ces derniers et un TA (Terminal Adapter). Pour ce montage, nous utilisons deux routeurs. Le premier est un Cisco 2621 possédant deux interfaces Ethernet 10-100 Mb/s ( fastEthernet 0/0 & 0/1) et quatre interfaces BRI (Basic Rat Interface 1/0, 1/1, 1/2 & 1/3) pour l’ISDN. Le deuxième est un Cisco 2500 possédant une interface Ethernet (Ethernet 0) et une interface BRI (Basic Rate Interface 0).

eth0

IP add. 10.1.0.2 Mask 255.255.255.0

N°25 N°24

ISDN

(PABX) Cisco2600

BRI1/0

IP add. 10.3.0.2 Mask 255.255.255.0

FIGURE 3.2 : Topologie « routeur à routeur »

Cliquez sur Use the following IP address, puis remplir les différents champs selon la FIGURE 3.2. Terminer en cliquant sur OK, puis OK.

Remarques : Le serveur DNS n’est pas utilisé dans cette topologie. Toutefois il est nécessaire de remplir le champ Preferred DNS server (par ex. 10.3.0.18), sinon Windows essaie d’obtenir une adresse automatiquement.

3.2.3. Configuration et test des routeurs (HDLC)

Dans un premier temps, la configuration des deux routeurs est identique. Cette dernière leur permet d’établir la connexion ISDN lorsqu’un paquet doit être envoyé au réseau distant. Voici comment configurer le routeur Cisco2600.

Pour commencer, on peut donner un nom (hostname) au routeur. Ce nom apparaîtra comme prompt du routeur, mais surtout, il sera utilisé pour l’authentification d’une connexion PPP (voir § 3.2.4).

Ø Router(config)# hostname Cisco2600

Ø Cisco2600(config)#

Le routeur, lorsqu’il reçoit des paquets, doit savoir vers qui les envoyer, c’est à dire qu’il doit posséder une table de routage. Cette table est définie de manière statique avec la commande « ip route ».

ip route prefix mask address

  • prefix : Réseau distant devant être atteint.
  • mask : Masque du sous-réseau distant.
  • address : Adresse du routeur distant.

Selon la FIGURE 3.2, si le Cisco2600 reçoit un paquet du client à destination du réseau 10.1.0.0, il doit envoyer le paquet vers l’interface 10.3.0.1.

Ø Cisco2500(config)# ip route 10.1.0.0 255.255.255.0 10.3.0.1 Il faut aussi spécifier le type de trafic autorisé à établir la connexion ISDN.

dialer-list dialer-group protocol protocol-name {permit | deny |

list access-list-number}

  • dialer-group : Nombre faisant le lien avec une interface.
  • protocol-name : Protocole prit en considération.
  • permit | deny : Autoriser ou non l’établissement de la liaison par ce trafic.
  • list : Permet le renvoi vers une liste de contraintes.

Dans notre cas, tout le trafic IP est autorisé.

Ø Cisco2600(config)# dialer-list 1 protocol ip permit

Les types de commutateurs pour l’ISDN ne sont pas les mêmes dans tous les pays. En Suisse, il faut configurer le routeur avec « basic-net3 ». Pour cela, on utilise la commande suivante :

Ø Cisco2600(config)# isdn switch-type basic-net3

Pour configurer l’interface Ethernet, taper :

Ø Cisco2600(config)# interface fastethernet0/0

Comme le montre la FIGURE 3.2, cette interface possède une adresse IP. La commande suivante permet de la configurer :

ip address ip-address mask

  • ip-address : Adresse ip de l’interface.
  • mask : Masque de sous-réseau.

Ø Cisco2600(config-if)# ip address 10.2.0.2 255.255.255.0

Ø Cisco2600(config-if)# exit

Passons à la configuration de l’interface BRI :

Ø Cisco2600(config)# interface BRI1/0

Ø Cisco2600(config-if)# ip address 10.3.0.2 255.255.255.0



Il faut configurer l’interface pour lui indiquer le type d’encapsulation des paquets à employer. Pour un RAS, qui fonctionne avec une liaison de type point à point, Windows utilise le protocole PPP (Point to Point Protocol). C’est ce protocole qui sera choisi lors de la configuration des équipements. Avec ce protocole, les appareils passent par une phase où ils s’authentifient auprès de leur correspondant (voir § 3.2.4). C’est pourquoi, lors du premier test, une encapsulation HDLC est préférée afin de s’affranchir de cette phase d’authentification et de vérifier le bon fonctionnement de la configuration des routeurs.

Ø Cisco2600(config-if)# encapsulation HDLC

La commande suivante permet de faire le lien entre la dialer-list décrite précédemment et l’interface.

dialer-group group-number

  • group-number : Indique le numéro de la dialer-liste à laquelle l’interface appartient. Ce numéro doit être identique à celui utilisé plus haut.

Ø Cisco2600(config-if)# dialer-group 1

Laboratoire de transmission de données LOGEAN Philippe 17. décembre 2001

En suite, il faut indiquer le numéro de téléphone que doit composer le routeur afin d’atteindre le réseau distant.

dialer map protocol next-hop-address [name hostname] [speed 56 | 64] [broadcast] dialer-string

  • protocol : IP, IPX, DECnet, etc.
  • next-hop-address : Adresse du routeur adjacent.
  • name hostname : Optionnel. Hostname du routeur adjacent. Ce nom est utilisé pour l’authentification PPP. Il permet de faire le lien avec le password à utiliser pour accéder à ce routeur.
  • speed 56 | 64 : Optionnel. Spécifie le débit en kbps de la ligne ISDN. Par défaut, la valeur est de 64.
  • broadcast : Indique que les broadcasts et les multicasts peuvent être expédiés au routeur adjacent.
  • dialer-string : Numéro de téléphone composé lorsqu’un paquet doit aller à l’adresse next-hop-address.

Ø Cisco2600(config-if)# dialer map ip 10.3.0.1 name Cisco2500 25

Pour finir, un timer mettant fin à la liaison ISDN doit être mis en place. dialer idle-timeout seconds

  • seconds : Nombre de secondes après le passage du dernier paquet jusqu’à la déconnection de la ligne ISDN (voir § 3.3.5)

Ø Cisco2600(config-if)# dialer idle-timeout 120

Par défaut, la fonction de routage des paquets IP est activée sur les routeurs. Si ce n’est pas le cas, il faut taper la commande suivante :

Ø Cisco2600(config)# ip routing

En tapant show ip route, il est possible de voir toutes les routes connues par le routeur. Sur la FIGURE 3.5, on retrouve la route définie avec la commande ip route. Elle est précédée d’un S qui indique quelle est une route statique. On remarque que les interfaces directement connectées au routeur sont automatiquement ajoutées à la table de routage. Ces dernières sont précédées d’un C. La commande show running¬config permet de voir la configuration actuelle du routeur (annexe Configuration « routeur à routeur » Cisco 2600 HDLC)

FIGURE 3.5 : Show ip route

Afin de ne pas trop charger ce document, seules les modifications à la configuration actuelle seront indiquées. Les configurations complètes des routeurs se trouvent en annexe.

La configuration du routeur Cisco2500 s’effectue de la même manière avec quelques différences. La route est :

Ø Cisco2500(config)# ip route 10.2.0.0 255.255.255.0 10.3.0.2

Les interfaces à configurer sont Ethernet 0 et BRI 0 selon la FIGURE 3.2. Le dialer map est aussi différent :

~ Cisco2500(config-if)# dialer map ip 10.3.0.2 name Cisco2600 24

Pour la configuration compète, voir l’annexe Configuration « routeur à routeur » Cisco 2500 HDLC.

En effectuant un ping 10.2.0.1 (serveur) depuis le poste client, on a vérifié le bon fonctionnement de l’installation. Des LED vertes, située en dessous des connecteurs du routeur, permettent de contrôler que les canaux B de l’ISDN sont activés. Le but n’est pas de détailler cet échange, car la configuration qui nous intéresse emploie le protocole PPP, mais simplement de tester le fonctionnement des routeurs et des PCs sans se préoccuper de l’authentification. Cette vérification étant concluante, nous pouvons nous concentrer sur PPP.

3.2.4. Point to Point Protocol (PPP)

Le protocole PPP (RFC 1661) permet d’encapsuler des paquets, de différentes sortes de protocoles, sur des liaisons point à point. Dans le cas étudié, la liaison point à point est le canal B de l’ISDN et les paquets envoyés sont de type IP.

FIGURE 3.6 : Encapsulation des différents protocoles

Ce protocole offre :

  • Une méthode d’encapsulation des paquets.
  • Un contrôle de la liaison (LCP : Link Control Protocol), pour l’établissement, la configuration et le test de la connexion.
  • La possibilité d’authentifier les équipements aux extrémités de la liaison (PAP : Password Authentification Protocol et CHAP : Challenge-Handshake Autentication Protocol)
  • Une famille de protocole de contrôle (NCP : Network Control Protocol).

L’encapsulation des paquets est réalisé suivant la figure ci-dessous.

PPP Header Protocol Data CRC

2 2 variable 2/4

FIGURE 3.7 : Format de la trame PPP

  • PPP Header : Ce champ est de deux octets et vaut toujours 0xFF03.
  • Protocol : Ce champ est d’un octet. Il identifie le type de protocole encapsulé dans le champ Data. Voici quelques valeurs qu’il peut prendre :

0xC021 Link Control Protocol (LCP)

0xC023 Password Authentication Protocol (PAP) 0xC025 Link Quality Report

0xC223 Challenge Handshake Authentication Protocol (CHAP)

0x8021 Internet Protocol Control Protocol (IPCP)

0x0021 Internet Protocol (IP)

0x003D Multilink Protocol (MP)

Data : Ce champ est de taille variable. Par défaut, il est de 1500 bytes, mais cette valeur est négociable lors de l’initialisation de la liaison (LCP). Le format des données dépend du protocole encapsulé.

  • CRC : Redondance de 16 bits (défaut) ou 32 bits.

Voici les différentes phases d’établissement du protocole PPP après l’activation de la liaison point à point (canal B). La première est l’envoi de paquets LCP (Link Control Protocol). Ils permettent de négocier les paramètres de la connexion comme, par exemple, la longueur des paquets, l’utilisation des deux canaux B (multilink) et le type de protocole d’authentification. Ils permettent aussi de tester la ligne. La figure ci dessous représente la négociation LCP.

FIGURE 3.8 : Négociation LCP

FIGURE 3.9 : Format de la trame LCP

  • Code : Ce champ est d’un octet. Il identifie le type de paquet LCP. Voici les valeurs qu’il peut prendre :

1 Configure-Request

2 Configure-Ack

3 Configure-Nak

4 Configure-Reject

5 Terminate-Request

6 Terminate-Ack

7 Code-Reject

8 Protocol-Reject



9 Echo-Request

10 Echo-Reply

11 Discard-Request

  • Identifier : Ce champ est d’un octet. La valeur de ce champ est identique entre un paquet de requête (Configure-Request) et l’acquittement lui correspondant (Configure-Ack).
  • Length : Ce champ est de deux octets. Il indique la longueur du paquet LCP. Cette longueur inclut les champs Code, Identifier, Length et Data.
  • Data : Ce champ est de taille variable. Il peut contenir une ou plusieurs options de configuration. Seul les options que les équipements veulent négocier sont envoyées. Chaque option est de la forme suivante :

Type Length Data

1 1 variable

FIGURE 3.10 : Format des options de configuration LCP

  • Type : Ce champ est d’un octet. Il identifie le type d’options de configuration LCP. Voici quelques exemples des valeurs possibles :

1 Maximum-Receive-Unite

3 Authentication-Protocol

4 Quality-Protocol

17 Multilink Maximum Receved Reconstructed Unit

18 Multilink Short Sequence Number Header Format

19 Endpoint Discriminator

  • Length : Ce champ est d’un octet. Il indique la longueur de cette option de configuration.
  • Data : Ce champ peut être nul ou de longueur variable. Il contient les informations spécifiques à cette option de configuration. Le format et la longueur de ce champ sont déterminés par Type et Length.

Pour plus de détails, le lecteur peut se référer à la RFC 1661 (The Point to Point Protocol).

La deuxième phase de l’établissement est l’authentification de l’interlocuteur (RFC 1334). Les protocoles employés sont PAP ou CHAP. La négociation du protocole utilisé est faite lors de la négociation LCP.

Le routeur Cisco2500 a une version d’IOS plus ancienne que celle du Cisco2600. Cela pose des problèmes de compatibilité lors de l’authentification. C’est pourquoi un deuxième routeur Cisco2600 est utilisé en remplacement du Cisco2500. Afin de garder les mêmes configurations, le hostname Cisco2500 est conservé pour le second routeur.

Password Authentification Protocol (PAP) est un protocole d’authentification très simple. Le routeur coté « client » envoie, dans le paquet Authenticate-Request, son hostname et son password. Le routeur coté « serveur » vérifie qu’il possède un username et un password correspondant à ce paquet. Si c’est le cas, il envoie Autenticat-Ack qui indique que le routeur « client » est autentifié. Ce protocole envoie le username et le passeword en clair.

PAP : Autenticat-Ack

Laboratoire de transmission de données LOGEAN Philippe 17. décembre 2001

La figure ci-dessous représente la trame pour le protocole PAP.

FIGURE 3.12 : Trame PAP

  • Code : Ce champ est d’un octet. Il identifie le type de paquet PAP. Voici les valeurs qu’il peut prendre :

1 Authenticate-Request

2 Authenticate-Ack

3 Authenticate-Nak

  • Identifier : Ce champ est d’un octet. La valeur de ce champ est identique entre un paquet de requête et l’acquittement lui correspondant.
  • Length : Ce champ est de deux octets. Il indique la longueur du paquet PAP. Cette longueur inclut les champs Code, Identifier, Length et Data.
  • Data : Ce champ est de taille variable. Le format des données est déterminé par le champ Code.

Challenge-Handshake Autentication Protocol (CHAP) a l’avantage de ne pas envoyer de password en clair. Après la phase d’établissement, le routeur du coté serveur envoie un paquet Chalenge au routeur client afin de l’authentifier. Ce paquet contient une variable aléatoire et l’identité du routeur serveur (hostname). La taille de la variable aléatoire dépend de la méthode utilisée pour la générer, mais est indépendante de l’algorithme de « hashage ». Le routeur client concatène cette variable aléatoire et son password pour calculer un hash. (16 bytes avec MD5). La valeur du hash, ainsi que l’identité du routeur client sont renvoyées au routeur coté serveur dans un paquet Response. Ce routeur possède une liste des clients autorisés à se connecter (username). Il recalcule le hash, en utilisant le password correspondant au client et la variable aléatoire, et la compare avec la hash reçu du client. S’ils sont identiques, il renvoie le message Succes qui indique au client qu’il est authentifié.

CHAP : Success

FIGURE 3.13 : Transfert CHAP

La figure ci-dessous représente la trame CHAP.

FIGURE 3.14 : Trame CHAP

  • Code : Ce champ est d’un octet. Il identifie le type de paquet CHAP. Voici les valeurs qu’il peut prendre :

1 Challenge

2 Response

3 Success

4 Failure

Identifier : Ce champ est d’un octet. La valeur de ce champ est identique entre un paquet de requête et l’acquittement lui correspondant.

Length : Ce champ est de deux octets. Il indique la longueur du paquet CHAP

Cette longueur inclut les champs Code, Identifier, Length et Data.

Data : Ce champ est de taille variable. Le format des données est déterminé par le champ Code. Pour les paquets Challenge ou Response, le champ data prend la forme illustrée à la FIGURE 3.15. Pour les paquets Success et Failure, ce champ peut être nul ou de longueur variable. Le protocole n’implémente pas de message pour ces deux paquets, toutefois, ce champ peut être utilisé pour envoyer un message lisible par l’utilisateur.

Value-Size Value Name

1 variable variable

FIGURE 3.15 : Format des data des paquets Chllenge et Response

  • Value-Size : Ce champ est d’un octet et indique la longueur du champ Value.
  • Value : Ce champ peut être d’un ou plusieurs octets. Il contient la variable aléatoire pour les paquets Challenge ou le hash pour les paquets Response.
  • Name : Ce champ est de longueur variable. Il contient l’identité du système à l’origine du paquet (hostname). La longueur de ce champ est déterminée grâce au champ Length.

Pour plus d’information, le lecteur peut se référer à la RFC 1994.

La dernière phase de l’établissement est la configuration de la couche de niveau 3 (NCP : Network Control Protocol). Le protocole utilisé pour cette configuration dépend du type de paquets à transporter. Pour des paquets IP, le protocole utilisé est IPCP (Internet Protocol Control Protocol). Ce protocole permet, par exemple, de configurer l’adresse IP du client et de lui indiquer l’adresse du serveur DNS (voir § 3.5.1). Il permet aussi de négocier un protocole de compression des entêtes TCP/IP. IPCP utilise le même mécanisme d’échange de paquets que LCP (voir FIGURE 3.8). Par contre, il dispose d’un ensemble d’options de configuration lui étant propre.

FIGURE 3.16 : Format de la trame IPCP

  • Code : Champ d’un octet. Identifie le type de paquet IPCP. Les valeurs sont identiques à LCP
  • Identifier : Champ d’un octet. Valeur du champ identique entre un paquet de requête et l’acquittement lui correspondant.
  • Length : Champ de deux octets. Indique la longueur du paquet IPCP. Cette longueur inclut les champs Code, Identifier, Length et Data.
  • Data : Ce champ est de taille variable. Il peut contenir une ou plusieurs options de configuration. Seules les options que les équipements veulent négocier sont envoyées. Chaque option est de la forme suivante :

Type Length Address



1 1 4

FIGURE 3.17 : Format des options de configuration IPCP

  • Type : Champ d’un octet. Identifie le type d’options de configuration IPCP. Voici quelques exemples des valeurs possibles : 0x03 IP Address 0x81 PrimaryDNS 0x83 SecondaryDNS
  • Length : Champ d’un octet. Vaut toujours 6
  • Data : Champ de quatre octets. Contient les adresses Pour plus d’information, le lecteur peut se référer à la RFC 1332.

HES-SO/Ecole d’Ingénieurs de Genève 20

Laboratoire de transmission de données LOGEAN Philippe 17. décembre 2001

3.2.5. Configuration des routeur pour PPP

La configuration des routeurs pour PPP ne change pas beaucoup de celle vue précédemment (§ 3.2.3). Voici les changements à apporter pour Cisco2600.

Il faut utiliser l’encapsulation PPP pour l’interface BRI1/0.

Ø Cisco2600(config-if)# encapsulation PPP

Il faut aussi indiquer le protocole d’authentification qui sera employé à l’établissement de la liaison. Nous utiliserons CHAP, car ce protocole est plus sûr que PAP (voir § 3.2.4).

Ø Cisco2600(config-if)# ppp authentication chap callin

Callin est optionnel. Il indique au routeur qu’il doit procéder à l’authentification de sont interlocuteur uniquement lorsqu’il est appelé. Si cette option n’est pas utilisée, l’authentification est aussi effectuée lorsque le routeur est l’appelant. Nous utilisons callin, car pour un RAS, le but du routeur, offrant le point d’accès au réseau, est uniquement d’authentifier le client (qui est l’appelant).

La commande suivante permet de créer une liste de username et de password. Cette liste permet, au routeur client et au routeur serveur, de connaître le password à employer pendant la phase d’établissement. Cela est fait par comparaison des usernames de la liste avec le hostname du routeur distant.

username user name password type password

  • user name : Nom des clients autorisés à se connecter au routeur.
  • type : 0 indique un password sauvegardé en clair dans le routeur. 7 indique un password qui est caché dans la sauvegarde sur routeur.
  • password : Mot de passe partagé avec le client.

Ø Cisco2600(config-if)# username Cisco2500 password 0 pass

La configuration complète de ce routeur se trouve dans l’annexe Configuration « routeur à routeur » Cisco 2600 PPP

La configuration du second routeur s’effectue de la même manière que celle vue ci-dessus, avec ces quelques différences :

  • hostname est Cisco2500.
  • username est Cisco2600 (password identique pour les deux routeurs).
  • Adresses des interfaces selon la FIGURE 3.2.
  • ip route 10.2.0.0 255.255.255.0 10.3.0.2
  • dialer map ip 10.3.0.2 name Cisco2600 24 commande debug ppp authentication, on retrouve sur cette capture les paquets correspondant à l’authentification CHAP représentés à la FIGURE 3.13. On retrouve aussi certains champs décrits au paragraphe 3.2.4. Par exemple, pour le paquet Response, le champ Identifier vaut 20 et le champ Length vaut 30 (1 octet pour le Code, 1 octet pour l’Identifier , 2 octets pour Length, 1 octet pour Value-Size, 16 octets pour le Value (hash MD5) et 9 octets pour Name (Cisco2500 en code ASCII)).

3.3. Configuration « TA à routeur » avec adresse statique 3.3.1. Topologie

Cette topologie correspond plus à celle utilisée par un particulier pour un RAS. En effet, du côté client, le routeur est remplacé par un TA (Terminal Adaptor) et la liaison Ethernet laisse place à USB. Le reste de la configuration ne change pas. Dans cette première configuration, le client possède une adresse statique.

FIGURE 3.21 : Topologie du réseau

3.3.2. Configuration des PCs

La configuration du PC client consiste en l’installation du TA (Fritz!Card USB) et à la configuration du niveau IP. Pour commencer, il faut connecter le TA selon la FIGURE 3.21. La connexion au PC se fait en utilisant une interface USB. Le TA est Plug and Play. Lorsqu’il est connecté au PC, Windows 2000 détecte ce nouveau matériel et ouvre la fenêtre suivante :

 FIGURE 3.22 : ISDN Switch Type or D-channel Protocol

Laboratoire de transmission de données LOGEAN Philippe 17. décembre 2001

Remarques : On constate qu’il n’y a plus de Default Gateway et de Subnet mask du coté client. Ces paramètres sont inutiles pour une liaison PPP de ce type, car il n’y a qu’un chemin possible. En revanche, le réseau distant devra gérer ces paramètres pour permettre au client d’atteindre d’autres réseaux.

Le serveur DNS n’est pas utilisé dans cette topologie. Toutefois il est nécessaire de remplir le champ Preferred DNS server (par ex. 10.2.0.18), sinon Windows essaye d’obtenir une adresse automatiquement.

Le PC client est à présent configuré. La configuration du PC serveur est identique à la configuration « routeur à routeur ».

3.3.3. Configuration du routeur

Voici les quelques modifications à apporter, sur la configuration du Cisco2600, pour cette topologie (FIGURE 3.21).

Il faut configurer l’adresse IP de l’interface BRI1/0.

Ø Cisco2600(config-if)# ip address 10.1.0.2 255.255.255.0

Dans un RAS, ce n’est pas le serveur qui appelle le client, mais le client qui appelle le serveur. C’est pourquoi le dialer map n’a plus d’utilité dans la configuration du BRI1/0 (voir remarque sur le dialer map § 3.3.4). Il en va de même pour les commandes dialer-group et dialer-list (voir remarque sur idle-timeout § 3.3.5). En ajoutant « no »devant une commande, cela permet de la supprimer.

Ø Cisco2600(config-if)# no dialer-group 1

Ø Cisco2600(config-if)# no dialer map ip 10.3.0.1 name Cisco2500 25

Ø Cisco2600(config)# no dialer-list 1 protocol ip permit

Enfin, le dernier changement concerne idle-timeout. Dans un RAS, c’est généralement le client qui gère le temps de connexion. En effet, il peut rester connecté le temps voulu. Par sécurité, il est possible de spécifier un idle-timeout, du coté client, dans l’onglet Options des propriétés de connexion. Pour annuler le idle¬timeout sur le routeur, tapez :

Ø Cisco2600(config-if)# dialer idle-timeout 0

La configuration complète du routeur se trouve dans l’annexe Configuration Cisco2600-TA avec adresse IP statique.



302