Cours gratuits » Cours Photoshop » Tutoriel d Adobe Photoshop CS : Notions de base

Tutoriel d Adobe Photoshop CS : Notions de base


Télécharger



★★★★★★★★★★5 étoiles sur 5 basé sur 1 votes.
5 stars
1 votes

Votez ce document:

Carrefour de l’information

 

 

Notions de base

Par :

Josée Martin

Édition revue et augmentée par Lauréanne Marceau

Édition revue et augmentée par Émilie Boulanger

Sherbrooke

Hiver 2009

Adobe Photoshop CS

Photoshop est un logiciel de traitement et de retouche de photos et d’images produit par Adobe, une compagnie spécialisée en infographie. Il est grandement utilisé par les infographistes grâce aux multiples outils dont il est doté et à la gamme d’effets qu’il permet de produire pour des réalisations des plus originales. Il est compatible avec les autres logiciels de cette compagnie, dont Illustrator, ImageReady, Acrobat, etc.

Photoshop est un logiciel grandement utilisé pour le traitement de photographies numériques. Par contre, celui-ci peut servir à de multiples

autres tâches. Il permet de modifier ou de créer des images, de fusionner des images, de réaliser des logos, de corriger des couleurs, d’appliquer de multiples effets et des filtres, de créer des fonds et des puces, d’ajouter des effets spéciaux, de faire des montages, etc. Bref, le mot d’ordre à ne pas oublier avec Photoshop est créativité!

Photoshop est programmé pour travailler avec des images de type bitmap, aussi appelé image matricielle. Celles-ci sont constituées de points appelés Pixels (Picture Elements) dont la forme est carrée et dont la taille est identique pour chacun. Lorsqu’on agrandie une image matricielle, il est possible de voir ces petits carrés qui sont les pixels. Ceux-ci sont organisés en lignes et en colonnes pour former une image. Chaque pixel peut donc être retoucher indépendamment et contient ses propres informations de couleur et d’emplacement.

Le nombre de pixels que comporte une image va déterminer sa qualité. Une résolution de 72 pixels/pouce aura un contour plus flou alors qu’une image dont la résolution est de 300 pixels/pouce aura un contour plus lisse.

•    Plus le nombre de pixels est élevé, meilleure est la définition de l’image.

•    Plus le nombre de pixels est élevé, plus l’image est lourde.

Un agrandissement de l’image diminue sa qualité globale puisque chaque pixel est agrandi.

Pour une image destinée à l’impression, la résolution idéale est de 300 pixels/pouce. (Peut aussi être appelé 300 dpi)

Pour une image destinée à un ordinateur ou à Internet, la résolution idéale est de 72 pixels/pouce, puisque l’ordinateur ne permet pas d’afficher en meilleure résolution. Une résolution plus haute ne fera qu’alourdir l’image et ralentir le téléchargement.

Lors de la création d’un nouveau document, on choisi dès le départ la résolution (donc la qualité d’image) que l’on veut lui donner. Si l’on veut modifier la résolution d’une image en cours de route : Menu Image / Taille de l’image, modifier la valeur dans le carré Résolution.

Menu Fichier, sous-menu Nouveau (ou le raccourci clavier Ctrl + N)

Dans la boîte de dialogue qui apparaît, on doit nommer le document et les éléments importants à modifier sont :

-    écrire un titre

-    inscrire les dimensions du document voulu dans l’unité de mesure désirée;

-    choisir le mode de couleur, soit Couleur RVB ou Couleur CMJN pour un document couleur ou Niveaux de gris;

-    définir  la         résolution :      300      pixels/pouces  (impression)    ou        72        pixels/pouces

(Internet)

-    choisir le Contenu de l’arrière-plan soit : blanc, transparent ou couleur d’arrièreplan.

 

1. Barre des menus

On y retrouve les menus pour l’exécution des tâches, organisés par sujet.

Fichier

Sous ce menu les fonctions utiles sont : Nouveau (document), Ouvrir (un document), Enregistrer ou enregistrer sous et Imprimer.

Édition

Sous ce menu on retrouve les fonctions : Annuler une action (seulement une fois)

(Ctrl+z),           Couper (Ctrl+x),           Copier (Ctrl+c),           Coller  (Ctrl+v),           Aller    vers     l’avant (Maj+Ctrl+z), Aller vers l’arrière (Alt+Ctrl+z), pour annuler plusieurs actions.

Image

Ce menu permet de changer le Mode de l’image, les Réglages, la Taille de l’image, la Taille de la zone de travail et d’appliquer une Rotation de la zone de travail.

Calque

Ce menu permet entre autres de créer un Nouveau calque, de Dupliquer le calque, de modifier les Propriétés du calque et son Style de calque.

Sélection

Ce menu permet de : Tout sélectionner (Ctrl+a), de Désélectionner (Ctrl+d), de Resélectionner (Maj+Ctrl+d), d’Intervertir la sélection (Maj+Ctrl+i), de sélectionner Tous les calques (Alt+Ctrl+a) et de Désélectionner les calques.

Filtre

Ce menu contient tous les filtres d’effets, ainsi que la Galerie de filtres.

Affichage

L’élément le plus important sous ce menu est Règles (Ctrl+r) qui permet d’afficher les mesures autour de l’image. Lorsque celles-ci sont apparues, on peut double-cliquer dessus pour modifier l’unité de mesure.

En cliquant une fois sur la règle sans relâcher la souris, on peut faire glisser une lignerepère. Plusieurs repères peuvent être affichés à la fois et ils peuvent être déplacés avec l’outil de déplacement. Les repères ne modifient pas l’image et servent surtout à aligner les éléments.

Si on souhaite les bloquer pour qu’ils ne bougent plus : menu Affichage / Verrouiller les repères. Pour les débloquer : menu Affichage / Effacer les repères.

Fenêtre

Sous ce menu, toutes les fenêtres utiles sont déjà affichées par défaut dans la palette des menus. Le seul qui pourra être utile pour les textes se nomme Paragraphe.

Aide

Ce menu permet d’accéder à l’aide Photoshop.

2. Palette d’outils

La palette d’outils contient

des outils permettant la                                      Ellipse de sélectionDéplacement

manipulation d’images.          LassoBaguette magique Les outils dont l’icône         RecadrageTranche contient un triangle dans

le coin inférieur droitCorrecteurPinceau cachent d’autres outils.     TamponForme d’historique Il suffit de cliquer deux    Gomme à effacerPot de peinture fois sur l’icône pour

y accéder.                                                                      Goutte d’eauDensité

Sélection de tracéTexte

Chaque outil possède  PlumeRectangle son raccourci clavier qui

se compose toujours de          AnnotationsPipette la lettre qui se trouve     MainZoom entre parenthèses lorsque

l’on survol l’outil.                                                      Couleur de premier planCouleur d’arrière-plan

Mode standardMode masque

Fenêtres standardPlein écran avec

menus, plein écran

Modifier dans Imagesans menu

Ready

3. Barre d’options


La barre d’option contient les options d’utilisation des outils

4. Palette des menus


Les palettes des menus offrent différentes options. Chaque palette est représentée par un onglet. Pour activer une palette, il suffit de cliquer sur l’onglet correspondant.

En débutant par le haut, les onglets à connaître sont les suivants :

Navigation : Permet de contrôler avec le curseur et de visualiser la prise de vue (surtout lorsque l’on zoom sur l’image)

Couleur, Nuancier et Style : permettent de choisir une couleur et un style. (Pour la couleur on peut également la choisir via la Palette des outils)

Historique : Affiche dans l’ordre les actions posées. Il permet donc, au même titre que le Ctrl+z, d’annuler des actions en les sélectionnant dans la liste.

Attention, car le nombre d’actions que l’historique conserve est limité.

Calques : Permet de gérer les calques d’une image. C’est ici que l’on peut les superposer dans l’ordre que l’on veut. C’est également l’endroit pour leur donner un nom.

5. Barre d’état

La barre d’état affiche différents renseignements relatifs au fichier et à l’opération en cours.

Une composition dans Photoshop est formée de couches superposées appelées Calques, sur lesquelles on peut ajouter différents éléments. L’ensemble des calques constitue l’image. Il est primordial de n’utiliser qu’une seule image par calque. De cette façon, il est beaucoup plus facile de modifier les images ou les éléments que l’on veut sans apporter de changement aux autres calques. Ainsi, pour chaque nouvel élément, on créer un nouveau calque.

Chaque calque se travaille séparément, sans affecter les autres calques. Seul le contenu du calque actif peut être modifié, à moins que d’autres calques soient liés à celui-ci.

L’ordre des calques détermine la superposition des objets dans l’image. Le calque placé en haut de la liste sera donc celui qui sera affiché au premier plan dans l’image.

Les calques augmentent la taille du fichier, mais facilitent la modification de l’image.

La palette des calques est la plupart du temps affichée au démarrage du logiciel. Pour la sélectionner, il suffit de cliquer sur l’onglet Calques dans le dernier groupe de palettes des menus ou de l’afficher via le menu Fenêtre / Calques.

 

Pour modifier un calque, il faut d’abord le sélectionner en cliquant dessus. Le calque devient actif lorsqu’il est affiché en surbrillance (bleu).

Les calques visibles à l’écran sont précédés de l’icône  et les calques masqués sont précédés de l’icône  .

1.   Dans la palette Calques, pointez le calque à déplacer. Le pointeur se transforme alors en main.

2.   Glissez ensuite le calque à la position désirée dans la palette, sans lâcher le bouton de la souris. La superposition des objets dans l’image en sera modifiée.

On ne peut pas déplacer ni modifier le calque Arrière-Plan. Ce dernier apparaît toujours au bas de la liste. On peut voir qu’il est bloqué avec l’icône du cadenas. Pour le modifier, il suffit de le transformer en un simple calque tout simplement en doublecliquant dessus ou en le sélectionnant, puis en cliquant sur le cadenas.

Il se produit la même chose avec une image ou une photo ouverte dans Photoshop. Lorsqu’elle est ouverte, la photo ou l’image est automatiquement logée sur un calque qui joue le même rôle que le calque Arrière-Plan. Il suffit encore de double-cliquer dessus pour le modifier ensuite.

1.   Activez le calque dont vous désirez déplacer le contenu.

2.   Activez ensuite l’outil de déplacement dans la palette d’outils         .

3.   Dans la fenêtre du document, glissez le contenu du calque à la position désirée.

Les touches de déplacement (flèches sur le clavier) peuvent également être utilisées afin de déplacer avec précision l’objet sélectionné.

1.     Activez le calque dont vous désirez déplacer le contenu.

2.     Activez ensuite l’outil de déplacement dans la palette d’outils  .

3.     Dans la fenêtre du document, le calque apparaît avec un contour pointillé. Positionnez le curseur sur un des coins et, en ne lâchant pas le bouton de gauche de la souris, agrandissez ou réduisez le calque.

* Maintenez la touche Shift enfoncée pour un agrandissement ou une réduction qui conserve les proportions.

4.     Le contour pointillé du calque change alors pour une ligne plein. Pour terminer la transformation, il suffit d’appuyer sur la touche Entrée.

        1.     Activez le calque à copier

- Appuyez sur le bouton de droite de votre souris et choisissez Dupliquer le calque dans le menu qui apparaît ou

 

La mention Copie suit le nom du nouveau calque qui s’est placé au dessus de celui qui a été copié.

Pour supprimer un calque, vous n’avez qu’à le glisser sur l’icône  affichée au bas de la palette Calques ou en cliquant sur bouton de droite de la souris et sélectionner Supprimer le calque dans le menu.

Lorsque vous insérez un nouveau calque, ce dernier s’insère au-dessus du calque qui est déjà activé. Pour ce faire :

Cliquez sur le bouton                    affiché au bas de la palette Calques.

1.   Dans la palette Calques, double-cliquez sur le nom du calque à renommer.

2.   Dans la case Nom, tapez ensuite le nom désiré.

On peut fusionner ensemble autant de calques que l’on désire. La fusion permet à deux ou plusieurs calques de ne former qu’un seul calque. Ainsi, il est possible de déplacer, d’agrandir ou de rapetisser 2 ou plusieurs calques en même temps, ou encore d’appliquer un effet à 2 ou plusieurs calques en même temps.

La procédure est simple, on sélectionne le premier calque à fusionner, on enfonce la touche Ctrl sur le clavier et on sélectionne tous les autres calques que l’on désire fusionner ensemble. Puis on accède au menu caché de la palette des calques et on choisi Lier les calques. On peut aussi accéder à ce menu par le bouton de droite de la souris.

 

L’aplatissement d’une image fusionne tous les calques. Cette procédure diminue considérablement la taille d’un fichier. Toutefois, elle doit être effectuée à la toute fin d’un travail, puisque par la suite, vous ne pourrez plus apporter de changements à vos calques. Il est alors conseillé de conserver une copie du fichier .psd avec ses calques intacts, afin de pouvoir y apporter d’éventuels changements.

Pour aplatir une image :

Assurez-vous que tous les calques soient affichés (vérifiez que chaque calque soit précédé de l’icône  ). Si tous vos calques ne sont pas affichés, Photoshop vous demandera si vous désirez supprimer les calques masqués lors de l’aplatissement de l’image.

Dans le menu caché de la palette Calques, ou via le bouton de droite de la souris, sélectionnez Aplatir l’image. Lorsque votre image est aplatie le fichier ne comporte plus qu’un seul calque nommé Arrière-plan.

 

1.   Ouvrez le fichier contenant l’image à insérer. (Fichier / ouvrir)

2.   Assurez-vous de voir partiellement les fenêtres des deux fichiers concernés.

3.   Activer l’outil de déplacement.

4.   À l’aide de l’outil de déplacement, glissez l’image à la position désirée dans le fichier réceptif. Votre pointeur détermine alors l’emplacement de l’image.

5.   Un nouveau calque va alors se créer.

 

Si l’Image refuse de se glisser, c’est probablement parce qu’elle est en mode Couleurs indexées (.gif). Il faut alors passer par le menu Image / Mode et sélectionner RVB afin de pouvoir la modifier ou la transférer sur une autre image.

Le niveau d’opacité d’un calque détermine sa capacité à laisser voir le contenu des calques situés au-dessous. Par exemple, une image d’une opacité de 100 % cachera complètement les calques situés en dessous.

 

Pour modifier l’opacité :

1.   Activez le calque concerné.

2.   Dans la case Opacité de la palette Calques, entrez la valeur désirée ou cliquez sur l’icône  de cette case et glissez le curseur.

 

1. L’outil Rectangle de sélection et l’outil Ellipse de sélection

Ces outils permettent la sélection d’un objet de forme rectangulaire, carré, ovale ou circulaire.

Également, sous l’outil Rectangle de sélection , outre l’outil Ellipse de sélection , vous pouvez y retrouver les outils Rectangle de sélection 1 rangée  et l’outil Rectangle de sélection 1 colonne,qui vous permettent de sélectionner une ligne d’un pixel de haut ou une ligne d’un pixel de large.

Lorsque vous utilisez ces outils, vous pouvez régler les options suivantes dans la Barre d’options :

Contour progressif : Crée un contour progressif qui, lors d’un effacement ou d’un déplacement, estompe la sélection du nombre de pixels spécifié.

Style : L’option Proportions fixes permet d’entourer l’objet d’une sélection dont les proportions sont spécifiées aux cases Largeur ou Hauteur. Quant à l’option Taille fixe, elle permet d’entourer l’objet d’une sélection de la taille fixe spécifiée aux cases Largeur ou Hauteur.

En maintenant la touche Shift enfoncée, la sélection conservera des proportions égales.

2. Le Lasso

Le Lasso régulier  permet la sélection d’une forme courbe irrégulière sans segment droit. Dans la barre d’options de l’outil, vous pouvez sélectionner l’option Lissé, ce qui permet de diminuer l’effet d’escalier produit par les pixels sur le contour de la sélection.

Également, dans le menu caché de l’outil Lasso régulier, vous pouvez y retrouver le Lasso polygonal  . Ce dernier permet la sélection d’une forme présentant des angles et des segments droits.

Pendant le tracé d’un segment, appuyez sur la touche Alt pour passer au Lasso régulier et tracez une courbe en gardant le bouton gauche de la souris enfoncé. Relâchez le bouton Alt pour retourner au Lasso polygonal.

Enfin, vous pouvez utiliser le Lasso magnétique  qui permet de sélectionner une forme plus complexe ou détaillée. Le cadre de sélection se colle automatiquement sur une couleur demandant la plupart du temps moins de précision lors du tracé.

Dans la barre d’options de l’outil, la Largeur du lasso détermine la largeur de l’attraction du lasso en pixels. Plus la valeur est élevée, moins la forme doit être contournée avec précision.

L’option           Fréquence       détermine       le         rapprochement           des       points  d’ancrage lors      de        la sélection.

Finalement,                 pour définir la sensibilité du lasso, entrez une valeur comprise entre

1 % et 100 % dans la zone Déviation du contour. Une valeur élevée permet de détecter uniquement les contours qui contrastent nettement avec leur environnement tandis qu’une valeur faible permet de détecter les contours moins contrastés.

3. La Baguette magique

La Baguette magique permet une sélection basée sur la couleur. Dans la barre d’option, vous remarquerez que par défaut, l’option Tolérance est à 32. En effet, ceci signifie que 32 tons plus clairs et plus foncés (que le pixel sélectionné) seront sélectionnés.

L’option Pixels contigus sélectionne une surface qui s’étend jusqu’à la rencontre d’une couleur qui dépasse le seuil de tolérance spécifié.

Enfin, si vous sélectionnez l’option Utiliser tous les calques, l’action sera appliquée à tous les calques du fichier s’il en possède plus d’un. Si cette option n’est pas sélectionnée, la baguette s’appliquera seulement sur le calque sélectionné.

En maintenant la touche Shift enfoncée, cela permet de sélectionner plus d’une couleur en même temps.

4. Le Recadrage

L’outil Recadrage vous permet de recadrer, redresser ou de faire pivoter une photo.

Note

Pour annuler une sélection, utilisez une de ces procédures :

Appuyez sur les touches Ctrl+d ou

Allez dans le menu Sélection / Désélectionner

 

Les filtres permettent de modifier les images. Ils offrent des possibilités quasi illimitées et leurs effets sont cumulatifs, c’est-à-dire qu’il est possible d’appliquer plusieurs effets sur une même image. De plus, contrairement aux effets qui ne s’appliquent qu’aux calques entiers, les filtres peuvent s’appliquer aux parties d’images.

Toutefois, l'application de filtres, en particulier à des images volumineuses, peut prendre du temps. Il est alors intéressant d'afficher l’aperçu avant leur application (notez toutefois que ce ne sont pas tous les filtres qui offrent un aperçu avant application). Vous pouvez alors choisir d'appliquer le filtre ou d'annuler l'opération sans perte de temps.

Également, pour gagner du temps, testez les filtres sur une petite portion de l’image ou sur une version de basse résolution.

Lorsque vous appliquez un filtre, vous pouvez :

•  L’appliquer à un calque entier : pour ce faire, faites en sorte que ce calque soit actif (dans la fenêtre calque) ou sélectionné.

•  L’appliquer à une zone d'un calque : pour ce faire, il vous suffit de sélectionner cette zone à l’aide d’un des outils de sélection, soit l’outil rectangle de sélection, le lasso ou encore la baguette magique.

Ensuite, choisissez un filtre dans les sous-menus du menu Filtre.

Note

Lorsque vous appliquez un filtre, si aucune boîte de dialogue ne s’affiche, ceci signifie que l'effet de filtre est déjà appliqué. En revanche, si une boîte de dialogue s'affiche, il vous faut entrer les valeurs ou sélectionner les options pour le filtre sélectionné.

La Galerie de filtres permet de cumuler les effets de différents filtres et d'appliquer chaque filtre plusieurs fois. Vous pouvez également changer l'ordre des filtres et les paramètres de chaque filtre appliqué afin d'obtenir les effets souhaités.

Notez toutefois que certains filtres disponibles ne pourront pas être appliqués avec la Galerie de filtres. Il vous faudra alors les appliquer individuellement en passant par le menu Filtre.

Pour afficher la Galerie de filtres, cliquez sur Filtre / Galerie de filtres. Vous pouvez ainsi constatez l’effet du filtre avant même de l’appliquer.

   

Les outils de texte permettent d’insérer du texte de différentes façons :

 

1.   L’outil Texte horizontal permet d’écrire du texte de gauche à droit.

2.   L’outil Texte vertical permet d’écrire verticalement.

3.   L’outil Masque de texte horizontal crée une sélection en forme de lettres de gauche à droite.

4.   L’outil Masque de texte vertical crée une sélection en forme de lettres disposées verticalement.

Le texte se place sur un calque que l’on peut ensuite déplacer avec l’outil de déplacement. Pour revenir modifier le texte, il faut sélectionner l’outil texte et de cliquer sur le texte dans la fenêtre du document.

Pour délimiter précisément la zone de texte, il suffit de dessiner la zone immédiatement après la sélection de l’outil texte.

Il existe deux catégories d’image : les formats matriciels et les formats vectoriels.

C’est le type d’image que l’on traite avec Photoshop. L’image matricielle est décrite par une matrice de pixels. Chaque pixel (généralement de forme carrée) contribue à la formation de l’image. Un pixel est une unité fondamentale de l’image qui est insécable. Chacun peut être retravaillé indépendamment des autres pixels constituant l’image : on peut changer la couleur d’un pixel sans modifier la couleur de ceux qui l’entourent.

Avec l’imagerie matricielle :

•  Problème de poids de l'image, car chaque pixel a sa propre valeur de couleur, ce qui alourdi le fichier.

•  Traitement et retouche de l’image aisés puisque chaque pixels peut être traité séparément.

•  Problème de redimensionnement : on ne peut agrandir une image matricielle tant que l’on veut, sinon il sera possible de voir les pixels.

Il est possible de créer des images vectorielles avec le logiciel Illustrator. Ce type d’image, dont la représentation est faite par des formes géométriques qui peuvent être décrites d'un point de vue mathématique, permet un redimensionnement de l'image sans aucune dégradation. Ainsi, l’image vectorielle offre une meilleure qualité d'impression. Elle est surtout utilisée pour les dessins et les animations.

Redimensionnement :

 

Bref, les formats vectoriels sont plus avantageux par rapport aux formats matriciels puisque leurs dimensions peuvent être modifiées sans perte de qualité. Il est donc facile de contrôler la taille des fichiers d’imagerie matricielle. Par contre, ceux-ci sont relativement lourds à véhiculer sur Internet à cause de l'absence de compression. On préférera donc d’utiliser l’imagerie matricielle pour publier une image sur Internet, car il est possible de compresser un fichier .PSD (fait par Photoshop) en .JPG ou en .GIF, qui sont les formats vedettes du Web.

En fonction du mode de couleurs et du format de départ de l’image, Photoshop propose différents formats d’enregistrement qui se traduisent par une extension au nom du fichier :

Format habituel de Photoshop qui conserve les calques et les informations reliés à l’image. Le fichier .PSD est toujours celui dans lequel on doit travailler.

Note :

Pour enregistrer dans les formats qui suivent, l’image doit d’abord être aplatie. Plusieurs de ces formats présentent des options au moment de l’enregistrement. La compression possible avec certains formats diminue la taille des fichiers et, conséquemment, le temps nécessaire à leur chargement.

Format d’image sur Windows et DOS comportant 16 256 couleurs. Les images de fond du bureau de Windows sont généralement de ce format. L’utilisation de l’option de compression RLE n’est pas recommandée. Ce format est supporté par Paint, PaintShopPro et toute autre application de traitement d’images.

Format compressé de 256 couleurs utilisé pour les images à haut niveau de contrastes pour diffusion sur le Web. Ce format gère la transparence et les dessins animés. Supporté par les navigateurs Internet, PaintShopPro et toute autre application de traitements d’images.

Supporte des images vectorielles et matricielles. C’est le format idéal pour le transfert vers d’autres applications (Illustrator notamment). Ce format gère la transparence, mais ses fichiers sont de très grande taille (presque 3 fois plus qu’un fichier TIFF non compressé). Il est supporté par les applications Illustrator, Freehand, QuarkXPress, InDesign et PageMaker.

Format compressé utilisé pour transmettre des photographies et images en tons continus sur Internet notamment. C’est le format qui offre le meilleur rapport taille/qualité d’image. Les paramètres de compression peuvent être ajustés, mais provoquent la perte de certaines informations de l’image.

Ce format est utilisé avec l’application Acrobat de Adobe, il est comparable au format EPS, supportant les images matricielles et vectorielles.

Est utilisé pour l’échange de fichiers entre applications et plateformes. Ce format est supporté par la plupart des numériseurs et des applications de traitement d’images et de mise en pages. Il propose une compression LZW qui ne modifie pas la qualité de l’image.

   

Les deux formats d'images les plus fréquemment inclus dans une page Web sont le format GIF Compuserve (*.gif) et le format JPEG compressé (*.jpg).

Si l’image est une photo, le choix est simple. C'est le format JPEG qui est le plus approprié. Pour une qualité d'image supérieure, un fichier JPEG est beaucoup plus petit, en termes de poids, qu'un fichier GIF.

Si l’écran est configuré pour afficher plus de 256 couleurs, on remarque que l'image JPEG est de meilleure qualité. Une image GIF, en effet, affiche au maximum 256 couleurs alors qu'une image JPEG peut en afficher 16,7 millions.

Pour une image non photographique, si l’image comporte peu de couleurs (quelques dizaines au plus) et peu de dégradés, le format GIF est tout indiqué.

Si on souhaite conserver la transparence de l’arrière-plan, le GIF est le format à choisir. Même si une image a un fond transparent et qu’on l’enregistre en JPEG, la transparence sera remplacée par un fond blanc.

Pour les autres images, on a le choix entre un fichier JPEG ou un fichier GIF utilisé avec une palette optimisée (cette palette contient les 256 couleurs les plus présentes dans l’image). À qualité et taille semblables, il vaut mieux utiliser un fichier de format GIF, les couleurs seront plus exactes.

Cette palette contient de nombreux outils de sélection, de dessin, de texte, de gestion de l'affichage… Presque tous sont accessibles via un raccourci clavier (indiqué ici entre


parenthèses).

Rectangle de sélection (M)

Lasso polygonal (L)

Recadrage (C)

Pièce (J)

Tampon (S)

Gomme (E)

Goutte d'eau (R)

Sélection de tracé (A)

Plume (P)

Annotations (N)

Main (H)

Couleur de premier plan

Couleurs par défaut (D)

Affichage des fenêtres (F)

Aide en ligne Déplacement (V)

Baguette magique (W)

Tranches (K)

Pinceau (B)

Forme d'historique (Y)

Dégradé (G)

Densité (O)

Texte (T)

Formes (U)

Pipette (I)

Loupe (Z)

Inversion des couleurs (X) Couleur d'arrière-plan

Mode masque (Q)

Bascule vers Image Ready


On peut regrouper les outils de Photoshop en différentes familles :

Sélection

Dessin et tracé

Autres

Le rectangle

-   Rectangle : Sélection rectangulaire avec ou sans proportions imposées

-   Ellipse : Sélection en ellipse avec ou sans contrainte de taille

-   Rangée : Sélection en rangée de 1 pixel de haut

-   Colonne : Sélection en colonne de 1 pixel de large

Le lasso

                                               Outils masqués                              - Lasso : Sélection à forme libre

-   Lasso polygonal : Sélection point par point par segments de droite

-   Lasso magnétique : Sélection à main levée avec reconnaissance automatique du contour de la zone sélectionnée

Le recadrage

(Pas d'outils masqués)                     - Recadrage : Sélection d'une zone à recadrer avec ou sans contrainte de proportions, taille et résolution de l'image

La baguette magique

(Pas d'outils masqués)                     - Baguette magique : Sélection de zones image en fonction de leur teinte, avec ou sans tolérance d'écarts à la référence imposée

Les tranches

-   Tranches : Découpage d'une image en plusieurs sections pour permettre des réglage d'exportation web différents d'une section à l'autre

-   Sélection de tranche : Sélection de la tranche que l'on souhaite active

La sélection de tracé

Outils masqués

(visibles par clic maintenu sur l'icône) - Sélection de tracé : Sélection et manipulation d'un ou plusieurs tracé(s)

- Sélection directe : Permet la modification d'un point de tracé

La plume

-   Plume : Réalisation de tracés rectilignes ou curvilignes convertibles en sélection

-   Plume libre : Dessin vectoriel à main levée

-   Ajout de point : Ajoute un point d'ancrage sur un tracé

-   Supprimer le point : Enlève un point inutile sur un tracé - Conversion de point : Converti un type de point en un autre sur un tracé composite

Les formes

-   Rectangle : Tracé vectoriel de forme rectangulaire

-   Rectangle arrondi : Idem avec bords arrondis (type bouton)

-   Ellipse : Tracé vectoriel en ellipse

-   Polygone : Tracé vectoriel polygonal avec imposition du nombre de côtés

-   Trait : Tracé vectoriel pour traits et des flèches - Forme personnalisée : Sélection d'une forme de tracé vectoriel à choisir dans la palette d'options

Le pinceau

Outils masqués    - Pinceau : Dessin pixélisé à main levée, paramétrable (visibles par clic maintenu sur l'icône) (épaisseur, opacité, débit…) produisant des bords plus ou moins flous

-   Crayon : Idem avec bords nets

La pièce

                                               Outils masqués                                 - Correcteur : Clonage d'une zone et sa copie avec

(visibles par clic maintenu sur l'icône) préservation de la luminosité

-   Pièce : Clonage d'une zone sélectionnée à la main et sa copie avec intégration de luminosité, contraste et texture

Le tampon

-   Tampon de duplication : Clonage parfait d'une zone et sa copie sur une autre (bord net ou flou, taille paramétrable) - Tampon de motif : Application d'un motif prédéfini ou personnalisé sur une zone image

La forme d’historique

-   Forme d’historique : Permet de dessiner et faire apparaître un état antérieur de l’image

-   Forme d’historique artistique : idem permettant en plus un fondu entre deux états (antérieur et actuel) d’une image

La gomme

-   Gomme : Efface plus ou moins un dessin ou un calque pour le rendre transparent

-   Gomme d'arrière-plan : Utilisation plus sélective de la gomme sur un calque

-   Gomme magique : Efface tous les pixels similaires à ceux sélectionnés comme référence

Le texte

-   Texte horizontal : Permet d'écrire avec une orientation horizontale

-   Texte vertical : idem en vertical

-   Masque de texte horizontal : Permet l'incrustation dans du texte avec orientation horizontale

-   Masque de texte vertical : idem en vertical

Le dégradé

                                               Outils masqués                                - Dégradé : Réalisation de différents types de dégradé

(visibles par clic maintenu sur l'icône) (linéaire, circulaire…) en vue du remplissage d'une zone image - Pot de peinture : Remplissage d'une sélection ou d'un calque avec une couleur uniforme à définir

La goutte d'eau

                                               Outils masqués                                     - Goutte d'eau : Crée un effet de flou sur une zone de l'image

(visibles par clic maintenu sur l'icône) - Netteté : Effet inverse en augmentant le microcontraste d'une zone

-   Doigt : Adouci certaines zones d'une image en en mélangeant les couleurs localement

La densité

                                               Outils masqués                                    - Densité - : Réduit la densité d’une zone image (taille, forme,

(visibles par clic maintenu sur l’icône) dureté du contour paramétrables)

-   Densité + : Augmente la densité d’une zone image (taille, forme, dureté du contour paramétrables)

-   Éponge : Augmenter ou de réduire localement la saturation des couleurs

Le mode masque

                (Pas d’outils masqués)   - Mode standard (gauche) : Affichage des sélections de façon classique avec les outils dédiés

-   Mode masque (droite) : Affichage et modifications des sélections avec des outils de dessin et affichage coloré

L’affichage des fenêtres

                                                                                                      (Pas d’outils masqués)           - Standard (gauche) : C’est le mode d’affichage par défaut de Photoshop avec fenêtres, palettes et barres d’outils

-   Fenêtre plein écran (milieu) : Affichage de la fenêtre image en plein écran (1 seule image à la fois)

-   Pleine image (droite) : Affichage de l’image sur un fond noir et sans les outils du logiciel

La loupe

(Pas d’outils masqués)                     - Loupe : Modifier le rapport de grandissement de l’affichage de l’image par zooming et zooming inverse

La main

-   Main : Navigation sur l'image quand celle-ci est affichée à un

                                        (Pas d'outils masqués)                     fort rapport de grandissement

Les couleurs

(Pas d'outils masqués)                     - Couleurs : Défini (par clic), inverse (double flèche) ou réinitialise (petits carrés) les couleurs de premier et arrière-plan

Les annotations

-   Annotations : Affiche un « Post-it » d'annotation sur les images

-   Annotation audio : Permet via un micro extérieur d'enregistrer un commentaire sonore accompagnant l'image

Le déplacement

-   Déplacement : Permet le déplacement de sélections, calques

                                        (Pas d'outils masqués)                     image et calques de texte

La pipette

-   Pipette : Mesure et affiche des informations et composantes colorées de l'échantillon de pixels sélectionnés

-   Échantillonnage de couleur : Permet de poser différentes pipettes sur l'image avec affichage simultané des données lues

L’aide en ligne

                                      (Pas d’outils masqués)

La bascule vers Image Ready

- Aide en ligne : Envoi direct vers le site internet d’Adobe et son aide en ligne

                                                                              (Pas d'outils masqués)      - Bascule ver Image Ready : Bascule l'image et ses modifications dans Image Ready en vue d'édition web


2927