Livre sur les technologies et theories du commerce mobile [Eng]


Télécharger Livre sur les technologies et theories du commerce mobile [Eng]

★★★★★★★★★★3.5 étoiles sur 5 basé sur 1 votes.
Votez ce document:

Télécharger aussi :


Livre sur les technologies et théories du commerce mobile [Eng]

Chapitre 1: i-mode de NTT DoCoMo: développement

Des relations gagnant-gagnant pour le commerce mobile

Abstrait

En février 1999, le japonais NTT DoCoMo a lancé le service i-mode, devenant, avec plus de 34 millions d'abonnés actifs, le service Internet mobile le plus performant au monde. Alors que le commerce mobile est un sujet souvent discuté dans le monde entier, il est important de se tourner vers le succès de i-mode au Japon, pour avoir un aperçu réel du potentiel du commerce mobile sur d'autres marchés. i-mode est un succès grâce à un équilibre judicieux entre la bonne technologie, la bonne stratégie, le bon contenu et le bon marketing. Sur cette plate-forme performante, de nombreux acteurs ont développé des modèles commerciaux performants, qu'il s'agisse de contenu premium, de commerce électronique, de publicité ou autres. Avec l'expansion de l'i-mode, il est devenu une «infrastructure de style de vie» et une série d'alliances avec des acteurs majeurs tels que Coca-Cola a élargi les possibilités. Avec les nouveaux services i-mode lancés en Europe et en Asie, il est opportun d'apprendre, sur la base des expériences du Japon, quel pourrait être le potentiel.

Plus de deux ans se sont écoulés depuis Telecom 99 à Genève, l'événement de l'industrie pour le secteur des télécommunications. Les participants se rappelleront que lors de cet événement, on nous a dit qu'une nouvelle ère d'Internet et du commerce allait commencer. "Internet mobile" et "commerce mobile" sont devenus des mots à la mode du jour au lendemain. La plupart des experts de l'industrie ont convenu que la nouvelle technologie avant eux conduirait les utilisateurs dans un tout nouveau monde interactif au-delà de leur imagination. On nous avait promis que nous naviguerions sur des sites Web multimédias à l'aide de téléphones mobiles et utiliserions bientôt ces mêmes téléphones pour une multitude de transactions, des paiements en ligne aux paiements physiques. C'était un concept incroyable.

Plus de deux ans ont passé et c'est encore concept. Le monde promis ne s'est pas encore développé. Partout dans le monde, l'adoption par les utilisateurs de téléphones et de services compatibles avec le protocole sans fil (WAP) a été lente. L'acceptation de cette nouvelle technologie par des industries autres que l'industrie du sans-fil a également été lente. Lorsque vous assistez aux nombreuses conférences et événements «Internet sans fil» et «Commerce mobile», il est difficile de trouver de véritables exemples fournissant des données réelles. Dans un tel environnement, il est très facile pour les sceptiques et les critiques de déclarer que l'Internet sans fil ne se développera jamais au-delà du concept.

Faire une déclaration aussi audacieuse est prématuré. C'est une déclaration qui néglige tous les faits. En vérité, au Japon, Internet sans fil est bien vivant et continue de croître à un rythme extraordinaire. En décembre 2001, près de 50 millions d'utilisateurs au Japon possédaient des appareils sans fil compatibles avec Internet [1], et plus de 30 millions de Japonais utilisaient activement le mode i de NTT DoCoMo. Pour mettre ce chiffre en perspective, environ un Japonais sur quatre utilise le mode i. Ils utilisent i-mode pour toute une gamme d'activités, depuis l'envoi et la réception d'e-mails jusqu'à la navigation en passant par plus de 50 000 sites Web conçus pour les petits écrans des combinés (voir Figure 1). La polyvalence du service est excellente. Ayant créé une plate-forme solide sur laquelle bâtir et se lier avec d'autres plateformes, comme le montrent de nombreux projets et services, i-mode prouve que l'Internet sans fil et le commerce mobile ne sont plus de simples concepts mais réalité.

Figure 1: croissance de l'abonné i-mode et du partenaire de contenu. Près de trois ans après le lancement du service, les utilisateurs d'i-mode sont plus de 30 millions et les fournisseurs de contenu près de 2000.

Dans un livre intitulé Mobile Commerce, il est important d'examiner la théorie et de résumer les résultats des projets de test. Il est également important, sinon plus, de montrer des études de cas pour expliquer les réalités et défendre les théories. Ce chapitre est destiné à être juste une telle étude de cas. i-mode est un exemple souvent utilisé d'Internet sans fil, mais il est souvent aussi mal compris. A travers de vrais exemples et de vraies expériences, on espère que les vraies raisons du succès de i-mode deviendront évidentes. Ce succès ne se retrouve pas dans une alchimie orientale mystique ou dans les activités de jeunes filles blondes aux mini-jupes dans les quartiers de divertissement de Tokyo, comme beaucoup le proposent. Le succès d'i-mode se trouve dans une stratégie solide, qui considère (et continue de considérer) la bonne technologie, les services et le marketing, main dans la main. Plus important encore, i-mode cherche à développer des relations gagnant-gagnant pour assurer l'expansion de la plate-forme. Il montre également des exemples clairs de succès dans le «commerce mobile». En regardant les modèles d'affaires des leaders i-mode et l'intégration horizontale de i-mode avec différentes plates-formes et de nouvelles initiatives commerciales, il devrait devenir clair que Internet "en général, et" commerce mobile "en particulier, ne se limite pas au seul marché japonais, et avec la bonne stratégie, pourrait être dupliqué ailleurs.

[1] Statistique de la Telecommunications Carriers Association, décembre 2001.

Qu'est-ce que le mode i dans la réalité?

Comme mentionné, le mode i est souvent discuté, mais est souvent mal compris. Qu'est-ce que c'est vraiment i-mode et pourquoi a-t-il été si populaire? Quels sont les secrets du succès d'Internet sans fil d'i-mode?

Simplement dit, i-mode est un téléphone portable avec un écran plus grand que la normale, contenant à la fois un navigateur Internet pour naviguer sur des sites Web et un client de messagerie. [2] Surtout, ces téléphones conservent toutes les caractéristiques d'un téléphone mobile standard (durée de vie de la batterie, qualité de la voix, taille et poids), mais sont améliorés avec les fonctionnalités supplémentaires de i-mode. Le navigateur permet à l'utilisateur d'accéder à plus de 50 000 sites Web spécialement conçus pour le petit écran. [3] Ceux-ci comprennent près de 3 000 sites (fournis par environ 2 000 entreprises) dans le propre portail de NTT DoCoMo («iMenu») et 50 000 autres sites, accessibles en entrant une URL dans le téléphone. Le client e-mail permet la communication non seulement avec d'autres utilisateurs de téléphones portables, mais aussi avec des utilisateurs de messagerie dans le monde entier, élargissant ainsi le monde de la communication pour l'utilisateur. En plus de ces fonctionnalités de type Internet, les combinés eux-mêmes sont riches en fonctionnalités, y compris les sonneries polyphoniques (multi-voix) basées sur un sous-ensemble de midi (les derniers téléphones de 16 à 24 voix) et les écrans TFT couleur (certains avec plus de 60 000 couleurs). De la série 503i, i-mode intègre également la technologie Java de Sun Microsystems, qui permet à l'utilisateur de télécharger diverses applications riches pour rendre l'expérience utilisateur beaucoup plus dynamique qu'une simple page web statique [4] (voir Figure 2) .

Figure 2: Combiné série 503i (NEC). Les combinés de la série 503i contiennent tous la technologie Sun Microsystems Java et des écrans couleur. Ces fonctionnalités, en plus des sonneries à 16 voix, offrent à l'utilisateur un combiné sophistiqué pour les affaires ou le plaisir.

Décrire I-mode si simplement, c'est oublier la stratégie derrière le service. Il est important d'examiner en profondeur comment NTT DoCoMo a pu mettre en place ce service et en assurer le succès. Quand on regarde le succès d'i-mode, il faut d'abord considérer les parties prenantes impliquées. La chaîne de valeur, ou plutôt la carte de valeur, pour un service Internet sans fil réussi est composée d'un mélange de joueurs. Le fournisseur du combiné doit créer un combiné attrayant pour l'utilisateur final. Les fournisseurs de réseaux et de serveurs doivent créer la bonne infrastructure pour une qualité de service et une évolutivité de qualité. D'autres fournisseurs doivent créer les solutions d'entreprise pour augmenter la demande des entreprises. Pour les consommateurs axés sur le marché de masse, les fournisseurs de contenu doivent développer des services enrichis que l'utilisateur final peut utiliser.

Enfin, l'opérateur de téléphonie mobile est le fournisseur de cette proposition de valeur combinée directement à l'utilisateur final. Dans cette position, en mettant l'accent sur les besoins de l'utilisateur final, l'opérateur mobile est le mieux placé pour coordonner l'ensemble de la carte de valeur pour fournir le meilleur service. Dans cette optique, NTT DoCoMo joue un rôle actif dans la coordination de toute la carte des valeurs, en travaillant en étroite collaboration avec les fabricants de combinés, les fournisseurs de serveurs, les fournisseurs de contenu et d'autres fournisseurs de solutions tierces. La carte de valeur peut connaître du succès (voir la figure 3).



La technologie

Le but de cette étude est de se concentrer sur le succès commercial d'i-mode, mais un bref aperçu de la technologie derrière l'entreprise est essentiel. Il y a deux caractéristiques technologiques clés d'i-mode qui ont mené à son succès. Le premier est le réseau de commutation par paquets pour les services Internet. Le second est le bon choix de technologie de couche d'application pour les développeurs tiers.

Un réseau à commutation de paquets (PDC-P) pour les services Internet sans fil est considéré comme essentiel. Ce réseau de commutation de paquets a plusieurs effets positifs pour l'utilisateur final. Tout d'abord, ce que l'on appelle souvent une connexion «permanente» permet un accès rapide aux services Internet, en supprimant le besoin d'un long processus de «connexion commutée» et de «connexion». Cette connexion rapide favorise un meilleur accès au service dans son ensemble. En outre, le réseau de commutation par paquets permet un modèle de tarification différent pour l'utilisateur final. Les utilisateurs finaux paient maintenant par paquet (128 octets) d'informations téléchargées plutôt que par le nombre de minutes en ligne. Ce système de tarification par paquet est plus efficace avec les services Internet sans fil où le nombre d'octets téléchargés a tendance à être très faible. [5] Avec un nombre limité de kilo-octets, la méthode par paquet est plus rentable pour l'utilisateur moyen. Ce "réseau de paquets" est une caractéristique technologique importante de l'i-mode, mais ce n'est pas le seul. Avec le prochain réseau GPRS du monde GSM, beaucoup prétendent que l'utilisation des services WAP va augmenter. Cela peut être le cas, mais à moins que la situation pour les fournisseurs de contenu ne soit ajustée, il y aura toujours un manque de contenu à accéder. Après tout, l'utilisateur moyen se soucie peu de ce qui est à l'intérieur de la boîte (c'est-à-dire la technologie) mais se préoccupe dans une large mesure de ce qu'il peut voir sur l'écran (le contenu).

Avec une couche sous-jacente du réseau de paquets, le niveau supérieur de la couche d'application est également important. Au moment de la planification de i-mode, le forum WAP était en cours de création et NTT DoCoMo jouait un rôle actif en tant que membre du conseil d'administration. Bien que NTT DoCoMo ait toujours joué un rôle actif dans le forum, il était clair que le contenu serait le facteur décisif et qu'il serait essentiel de choisir le bon langage de balisage. Après avoir étudié les services basés sur HDML aux États-Unis et le manque de contenu, il a été décidé qu'un navigateur basé sur le HTML standard serait plus efficace pour attirer les fournisseurs de contenu vers la plate-forme (Natsuno, 2000).

Avec des limitations évidentes de l'appareil, une spécification HTML complète n'était pas possible, mais un sous-ensemble de HTML standard, déjà le standard de facto de l'Internet, avec quelques fonctionnalités supplémentaires pour tirer parti de l'appareil mobile (comme un "téléphone à" pour composer directement un numéro de téléphone à partir d'une page HTML), a été développé. [6] Pour le fournisseur de contenu, contrairement au WML du WAP, il n'y aurait pas de nouveau langage de balisage à apprendre. En outre, contrairement à WML, HTML est beaucoup plus tolérant et la présentation de contenu est beaucoup plus attrayante avec une variété de méthodes de saisie disponibles (boutons radio, listes déroulantes, cases à cocher). Enfin, le fait de baser i-mode sur HTML et Internet HTTP standard a permis aux fournisseurs de contenu d'interagir avec les systèmes existants de manière beaucoup plus fluide. Bien que beaucoup prétendent que WML n'est pas trop difficile à apprendre pour un programmeur expérimenté et qu'il s'agit en fait d'un langage de balisage bien plus propre, on peut soutenir que le HTML, en tant que standard reconnu d'Internet, favorise la croissance de i-mode. Sites partenaires (actuellement plus de 50 000). [7] En outre, cela a permis aux entreprises de moins se concentrer sur l'adaptation technologique du contenu et plus sur le côté créatif du développement de contenu, c'est-à-dire le développement du bon business model et du bon contenu ciblant les besoins mobiles des utilisateurs.

Le modèle stratégique gagnant-gagnant

La bonne technologie pour les développeurs tiers est la clé du succès d'i-mode, mais ce n'est pas la seule. i-mode est, après tout, une affaire et non une technologie, et donc la bonne stratégie est également importante. Dans la mesure du possible, le modèle économique d'i-mode est conçu pour créer une relation gagnant-gagnant entre tous les membres de la carte de valeur. En considérant la réalité de l'Internet sur PC, les vendeurs de matériel ont profité de ventes plus importantes, les fournisseurs de logiciels ont emboîté le pas, et les fournisseurs de services Internet ont attiré plus d'utilisateurs et une plus grande utilisation. À l'époque de MOSAIC et du début de Netscape Navigator, c'est l'explosion du contenu en ligne qui a vraiment déclenché le processus de rétroaction positive qui nous a donné l'Internet d'aujourd'hui. Ce sont souvent ces mêmes fournisseurs de contenu, cependant, qui ont le plus de mal à trouver le bon modèle économique pour générer des revenus et des profits. Alors que le secteur technologique dans son ensemble souffre aujourd'hui, c'est peut-être le fournisseur de contenu qui a le plus souffert, avec de nombreuses sociétés dot com qui ont disparu l'année dernière. i-mode a fourni à ces fournisseurs de contenu, qui ont un contenu riche et attrayant, le lien manquant. Comme NTT DoCoMo est un opérateur de téléphonie mobile avec une relation de facturation préexistante avec le client, il est possible de collecter des paiements pour le compte des fournisseurs de contenu pour leurs services. Ces paiements sont ajoutés à la facture téléphonique de l'utilisateur tous les mois et toutes les commissions, à l'exception d'une commission de 9%, sont transmises au fournisseur de contenu. Bien que ce mode de paiement ne soit pas pour chaque fournisseur de contenu (en fait, seulement 30% des sites i-mode profitent de cette option), il offre la possibilité, si leur contenu est compétitif, à certains fournisseurs de contenu de recevoir directement des revenus. l'utilisateur final. [8]

Dans ce cas, NTT DoCoMo et le fournisseur de contenu travaillent ensemble pour créer une relation gagnant-gagnant pour les deux parties. Par conséquent, NTT DoCoMo n'a pas à payer pour le contenu, contrairement à d'autres opérateurs sur différents marchés. De même, les fournisseurs de contenu n'ont pas à payer NTT DoCoMo pour les frais de placement dans le portail iMenu. Comme NTT DoCoMo n'est pas en mesure de s'associer avec tous les sites sur Internet, ils doivent se conformer aux lignes directrices pour la création de contenu et passer par un processus d'approbation de partenariat. Toutefois, grâce à ce processus, le fournisseur de contenu bénéficie également de l'expérience d'une équipe de développement de contenu dédiée, qui a travaillé avec des milliers d'idées de contenu et a compris ce qui fonctionne réellement.

 Les bons services

L'importance du contenu devrait déjà être claire, mais elle doit encore être soulignée. C'est la sélection du meilleur contenu pour l'utilisateur final, par une équipe de spécialistes dévoués, qui fait la force d'i-mode. Développer le bon «portefeuille» de contenu est essentiel pour attirer les bons partenaires et les bons utilisateurs. Avec le bon type de portfolio, i-mode a su attirer une variété d'utilisateurs, des jeunes adolescents aux personnes âgées, avec la philosophie simple de «quelque chose pour tous». Le portefeuille de base couvre quatre domaines: divertissement, transaction, informations et base de données. À titre de «divertissement», i-mode offre une variété de services, allant des jeux et des horoscopes aux images visuelles et aux sonneries téléchargeables. "Information" est une catégorie évidente pour le téléphone mobile, avec des nouvelles, des résultats sportifs, des informations financières et météorologiques. Le contenu «Transaction» comprend la vente en ligne de livres, de CD et d'autres produits, en plus des réservations de billets d'avion et d'hôtels, de la billetterie, des services bancaires mobiles et du commerce, entre autres. La catégorie «base de données» fait référence aux services liés à une base de données de contenu, y compris les guides de restaurants, les recettes, les informations sur les emplois et les listes immobilières (voir la figure 4).

Figure 4: Portfolio de contenu i-mode. Afin d'offrir la meilleure sélection de contenu pour l'utilisateur final, le contenu de i-mode est divisé en un portefeuille bien équilibré.

Bien que les types de catégories soient importants, le plus important est le type de contenu dans chaque catégorie. Avec la bonne stratégie et la bonne relation en place, il est beaucoup plus facile de travailler sur le développement du concept de contenu plutôt que de conclure l'affaire. L'une des forces d'i-mode a été son équipe de contenu, qui, avant le lancement du service, a soigneusement examiné les besoins de l'utilisateur, en accordant une attention particulière à l'aspect mobilité du service. Ce processus de réflexion s'est poursuivi jusqu'à aujourd'hui, l'équipe de contenu travaillant avec plus de 1 000 partenaires fournissant du contenu sur le portail de NTT DoCoMo. Le travail de ces membres de l'équipe ressemble beaucoup à celui d'un éditeur de magazine et, en comprenant l'environnement, la disposition et d'autres questions, ils peuvent suggérer des améliorations au contenu, tant en termes de besoins que de convivialité [9] , 2001). Ce processus éditorial, bien que souvent long et ardu, a donné des résultats, ce qui peut être vu dans le succès d'un certain nombre de fournisseurs de contenu en mode i et du service en général.



Le bon marketing

La bonne technologie, la bonne stratégie et les bons services ne suffisent toujours pas à rendre un excellent service. Le bon marketing joue également un rôle important. Un autre facteur de succès clé de i-mode a été une stratégie de marketing qui vend les services plutôt que la boîte. C'est-à-dire que le marketing i-mode se concentre sur ce que l'utilisateur peut faire plutôt que sur la technologie utilisée. Les affiches et les publicités n'utilisaient jamais le mot "Internet" ou "web", mais se concentraient plutôt sur des services tels que le transfert d'argent avec les services bancaires mobiles ou les réservations de compagnies aériennes. Tous les efforts sont déployés pour montrer à quel point i-mode est facile à utiliser, à travers des campagnes médiatiques et des outils de vente pour les utilisateurs.

[2] Les écrans ont un minimum de 16 caractères et 6 caractères, mais beaucoup sont plus grands et aujourd'hui en couleur. Les téléphones i-mode sont fabriqués par un certain nombre de fournisseurs, y compris NEC, Matsushita, Fujitsu, Mitsubishi et Sony.

[3] Les données sur le nombre de sites, de partenaires et d'utilisateurs sont au moment de la rédaction, décembre 2001.

[4] NTT DoCoMo a annoncé son partenariat avec Sun Microsystems en Mars 1999, peu de temps après le lancement du service i-mode, avec l'intention d'apporter la technologie Java de Sun aux combinés mobiles. Pendant près de deux ans de planification et de préparation, le «i-appli», désormais connu sous le nom de «i-appli», a été lancé en janvier 2001.

[5] Avec la taille d'écran limitée et la taille de cache limitée du combiné, la page moyenne en mode i est de 3 Ko. Beaucoup sont beaucoup moins que cela.

 [7] Comme l'Internet basé sur PC avant cela, i-mode a également créé toute une industrie autour du développement de site i-mode. Un voyage dans n'importe quelle librairie ou magasin d'informatique au Japon révélera littéralement des centaines de livres et de paquets de développeurs pour créer des pages d'accueil i-mode. Cela peut être attribué en partie à la similitude avec les normes Internet.

[8] Plus de détails sur les modèles commerciaux pour les sites «premium» seront abordés plus loin dans le chapitre. [9] Mari Matsunaga, à l'origine un éditeur sur plusieurs magazines à la compagnie Recruit, a joué un rôle important dans la conception de l'i-mode et de considérer les besoins de l'utilisateur.

i-mode et le commerce mobile

Avec une meilleure compréhension de ce qu'est i-mode et comment la technologie, la stratégie, le contenu et le marketing se sont réunis pour créer son succès, il est temps de se tourner vers le véritable objectif de ce livre, le «commerce mobile». Ce chapitre est conçu pour donner de vrais exemples de commerce mobile, et non pour approfondir la théorie. Pour simplifier, commençons par définir le commerce mobile comme «gagner de l'argent par le biais du téléphone». En simplifiant la définition de cette façon, il devient plus facile de revoir les modèles d'affaires de divers participants dans la carte de valeur i-mode, et pour montrer comment l'argent peut être et est fait sur Internet sans fil.

Modèles d'affaires réussis

Il existe de nombreux exemples de modèles d'entreprise réussis sur i-mode. En réalité, ceux-ci ne varient pas beaucoup de l'Internet fixe, à quelques exceptions près. Afin de gagner de l'argent, il est essentiel de concevoir le bon modèle, et il est donc important de se rappeler que i-mode, alors qu'il a fourni un excellent environnement pour la plupart des entreprises n'est pas une licence pour imprimer de l'argent. Les modèles les plus souvent construits peuvent être divisés en sept grandes catégories: création de marque (ou «mix média»), gestion de la relation client, commerce en ligne, contenu premium, agrégation, business-to-business et publicité. Il existe une multitude de variations sur ces modèles et différents niveaux de sophistication. De plus, les avantages de chacun de ces modèles doivent être calculés de différentes façons. Certains des avantages sont directs et quantifiables, tels que le contenu en ligne et le contenu premium, et certains sont plus difficiles à quantifier, tels que la création de marque ou le CRM, mais leur importance ne doit pas être oubliée.

Brand Building et Media Mix

L'utilisation la plus ancienne d'Internet est de construire sa propre marque. Presque chaque entreprise a un site Web d'entreprise qui décrit ses produits et services. Ce type de site Web est une brochure commerciale, un panneau d'affichage et un profil d'entreprise tout en un. Cependant, tout le monde ne veut pas voir une publicité. Une façon plus subtile de construire sa marque est d'offrir un contenu utile à l'utilisateur final. De nombreux sites Web axés sur les consommateurs offrent non seulement des informations sur les produits, mais aussi du contenu utile. Sur i-mode, aussi, ce type de modèle peut réussir. Un dérivé encore plus réussi de ce modèle est le «mélange de médias», c'est-à-dire, mélanger le contenu de i-mode avec le contenu d'autres médias pour aider à conduire cette activité aussi. i-mode n'est pas destiné à remplacer d'autres médias et n'est pas un moyen approprié de présenter certains types de contenu. Il peut cependant être un point d'accès utile pour d'autres contenus ou supports. Cela pourrait prendre la forme d'un programme télévisé interactif ou d'informations telles que des journaux d'ancrage, présentés de manière plus interactive en tant que «contenu» à l'utilisateur.

Un exemple de ce modèle est la base de données de recettes fournie par Ajinomoto. Ajinomoto est l'un des plus grands producteurs de produits alimentaires au Japon. Sur leur site Web fixe, ils offrent une vaste base de données de recettes, «A-Dish», en tant que service à leurs clients. Certes, l'espoir est que l'utilisateur sera plus enclin à acheter des produits Ajinomoto. Sur i-mode, la même base de données de recettes est fournie et la création de la marque Ajinomoto sur l'Internet sans fil aussi. Bien sûr, l'aspect et la convivialité du service sur i-mode sont différents de l'interface PC, et les besoins de mobilité de l'utilisateur sont soulignés.

Deux problèmes se posent lors de la tentative de ce type d'exercice de renforcement de la marque. Le premier est la perception de l'utilisateur. L'utilisateur voit-il cela comme du contenu ou plutôt comme une publicité pour l'entreprise? Le deuxième est les besoins mobiles de l'utilisateur: quel type de contenu, de quelle manière veulent-ils interagir avec le contenu, et la fraîcheur de ce contenu. L'équipe de contenu de NTT DoCoMo conseille les partenaires en fonction de ces besoins, et l'idée des recettes mobiles a d'abord été développée par l'équipe DoCoMo, en réfléchissant longuement à comment, quand et où l'utilisateur utiliserait le contenu sur le téléphone. En conséquence, l'équipe de contenu peut conseiller l'entreprise sur la meilleure façon de présenter le contenu à l'utilisateur, avec les meilleures fonctions pour l'appareil mobile. De cette manière, en attirant un contenu utile vers le service i-mode et en donnant à la société partenaire l'opportunité d'étendre sa marque dans un nouveau média, une relation gagnant-gagnant est développée.



24