Support de formation en economie general


Télécharger Support de formation en economie general

★★★★★★★★★★1 étoiles sur 5 basé sur 1 votes.
Votez ce document:

Télécharger aussi :


Support de formation en Économie général

Sommaire

SEQUENCE 01 : INTRODUCTION A L’ECONOMIE –

QU’EST-CE QUE L’ECONOMIE ?..............................................................3

SEQUENCE 02 : A QUOI SERT LE CIRCUIT ECONOMIQUE ? .......................................23

SEQUENCE 03 : LES TROIS FONCTIONS ECONOMIQUES –

LA PRODUCTION ET LE SYSTEME PRODUCTIF ..............................39

SEQUENCE 04 : LE TRAVAIL ................................................................................................61

SEQUENCE 05 : LE CAPITAL ET LE PROGRES TECHNIQUE........................................79

SEQUENCE 06 : LA REPARTITION DES REVENUS PRIMAIRES ..................................93

SEQUENCE 07 – LA REDISTRIBUTION.............................................................................117

SEQUENCE 08 – LA CONSOMMATION ET L'EPARGNE...............................................141

SEQUENCE 09 – THEME : LES TRANSFORMATIONS DES MODES DE VIE............159

SEQUENCE 10 – LA REGULATION PAR LE MARCHE ..................................................169

SEQUENCE 11 – LA REGULATION PAR L'ETAT ET LES POLITIQUES

ECONOMIQUES .......................................................................................185

SEQUENCE 12 – LES ENJEUX DE POLITIQUE DE L'EMPLOI......................................209

SEQUENCE 01

INTRODUCTION A L’ECONOMIE QU’EST-CE QUE L’ECONOMIE ?.....................................................4

INTRODUCTION .........................................................................................................................4

I. L’OBJET DE LA SCIENCE ECONOMIQUE.....................................................................5

A. LE POINT DE DEPART DE LA SCIENCE ECONOMIQUE : LA NOTION DE

BESOIN .......................................................................................................................................... 5

1. Partir des besoins pour produire des biens.............................................................................. 5

2. La satisfaction de nos besoins est le commencement de l’activité économique .................. 5

B. LA TYPOLOGIE DES BIENS ECONOMIQUES ...................................................................... 7

1. La classification des biens économiques................................................................................. 7

2. Le cas particulier des biens libres............................................................................................ 7

C. QU’ETUDIE LA SCIENCE ECONOMIQUE ?.......................................................................... 8

1. La gestion des ressources rares................................................................................................ 8

2. Schéma de synthèse pour comprendre ce qu’est la science économique, ce

qu’elle étudie............................................................................................................................. 9

II. LES COURANTS DE PENSEE EN ECONOMIE.............................................................9

A. LA PENSEE CLASSIQUE ET NEOCLASSIQUE................................................................... 10

1. Les classiques.......................................................................................................................... 10

2. Les néoclassiques ................................................................................................................... 10

3. Synthèse .................................................................................................................................. 11

B. LES KEYNESIENS ET LES MARXISTES .............................................................................. 12

1. Keynes..................................................................................................................................... 12

2. Marx ........................................................................................................................................ 12

3. Synthèse .................................................................................................................................. 13

III. LE SYSTEME CAPITALISTE ET LE SYSTEME SOCIALISTE.................................14

A. LE SOCIALISME ........................................................................................................................ 14

1. Principes fondateurs ............................................................................................................... 14

2. Historique................................................................................................................................ 14

3. Limites..................................................................................................................................... 14

B. LE CAPITALISME...................................................................................................................... 14

1. Principes fondateurs ............................................................................................................... 14

2. Historique et diffusion............................................................................................................ 14

3. Limites..................................................................................................................................... 15

4. Les différentes formes de capitalisme aujourd’hui .............................................................. 15

C. SYNTHESE : LE SYSTEME CAPITALISTE ET LE SYSTEME SOCIALISTE ................. 18

CONCLUSION DE LA SEQUENCE ........................................................................................18

INTRODUCTION A L’ECONOMIE

QU’EST-CE QUE L’ECONOMIE ?

Objectifs

1. Présenter l’objet de la science économique. (2 h 30)

2. Montrer la diversité des courants de pensée en se limitant aux principes de base des courants classiques et néoclassiques, keynésien et marxiste. (2 h 30)

3. Caractériser le système capitaliste et le système socialiste (à titre de comparaison) en se limitant à leurs principaux éléments constitutifs. (1 h) MOTS CLEFS

Partie I : Besoins primaires et secondaires, biens économiques, ressources rares, économie.

Partie II : Économistes classiques et néoclassiques, keynésiens et marxistes.

Partie III : Capitalisme, socialisme.

INTRODUCTION

Entrée en matière :

Le chômage, les déficits commerciaux, budgétaires, l’inflation, les difficultés de financement de la Sécurité sociale, la crise boursière, la hausse ou la baisse des taux de change sont des thèmes auxquels l’actualité fait quotidiennement référence. Ces sujets ou problèmes économiques nous concernent tous. L’économie fait partie de notre quotidien. Définition et intérêt du sujet : Le terme « économie » provient du grec « oikos » (maison) et « nomos » (ordre) : l’économie, c’est donc l’art de bien conduire la maison. Cette analyse étymologique est trop réductrice pour comprendre ce qu’est l’économie et ce qu’elle étudie. Problématique : Mais à quoi sert l’économie ? Présentation du plan : Pour répondre à cette problématique, nous nous poserons les trois questions suivantes : – Quel est l’objet de la science économique, autrement dit qu’est-ce que l’économie ? (I) – Quels sont les principaux courants de pensée en économie, c’est-à-dire la pensée classique et néoclassique mais aussi l’école keynésienne et marxiste ? (II) – Enfin, nous comparerons le système capitaliste et le système socialiste au travers de leurs éléments caractéristiques. (III)



I. L’OBJET DE LA SCIENCE ECONOMIQUE

A. LE POINT DE DEPART DE LA SCIENCE ECONOMIQUE :  LA NOTION DE BESOIN

1. Partir des besoins pour produire des biens

Pour comprendre ce qu’étudie la science économique, il faut au préalable comprendre qu’en tant qu’individu nous avons des besoins à satisfaire. Nos besoins sont d’abord primaires, c’est-à-dire primordiaux pour notre survie : manger, boire, dormir, se loger, se soigner, se reproduire. Nos besoins sont aussi secondaires, c’est-à-dire d’ordre culturel ; ils concernent le confort, une certaine qualité de vie… et participent à notre socialisation : se divertir, se cultiver, créer. Exemple Sortir (cinéma, musée, restaurant), pratiquer du tennis ou jouer de la flûte, décorer un intérieur ou lire un livre. Nous satisfaisons nos besoins grâce aux biens « économiques ».  

Un des buts de la science économique est l’étude de la satisfaction de nos besoins par des « biens économiques ». Ces biens économiques sont donc produits, vendus, consommés.

2. La satisfaction de nos besoins est le commencement de l’activité économique J. Fourastié :

Pourquoi travaillons-nous ? Lorsque l’on pose à un Français la question : « Pourquoi travaillez-vous ? », la réponse est dans 95 % des cas : « Pour gagner de l’argent ». Cette réponse n’est pas fausse mais elle est superficielle. Une certaine conception du monde place dans le passé l’âge d’or de l’humanité. Tout aurait été donné gratuitement à l’homme dans le paradis terrestre et tout serait au contraire pénible et vicié de nos jours…

En réalité, la planète que nous connaissons, même s’il y en a d’autres plus inhumaines, est assez peu adaptée à nos aspirations, à nos facultés d’agir, à nos besoins. Elle n’est pas hospitalière pour l’homme : à une humanité sans travail et sans technique, elle ne donne à l’homme qu’une vie limitée et végétative. Pour que l’humanité puisse subsister sans travail, il faudrait que la nature donne à l’homme tout ce dont il éprouve le besoin. Toutes les choses que nous consommons sont en effet des créations du travail humain, et même celles que nous jugeons en général les plus naturelles comme le blé, les pommes de terre ou les fruits.

Le blé a été créé par une lente sélection de certaines graminées ; il est si peu naturel que si l’humanité disparaissait de la surface du globe, le blé disparaîtrait moins d’un quart de siècle après elle ; il en serait de même de toutes nos plantes cultivées, de nos arbres fruitiers, de nos bêtes de boucherie : toutes ces créations de l’homme ne subsistent que parce que nous les défendons contre la nature ; elles valent pour l’homme mais elles ne valent que par l’homme… Cela étant, nous voyons bien pourquoi nous travaillons : nous travaillons pour transformer la nature naturelle, qui satisfait mal ou pas du tout les besoins humains en éléments artificiels qui satisfont ces besoins ; nous travaillons pour transformer l’herbe folle en blé puis en pain, les cailloux en acier puis en automobiles… Nous travaillons pour produire afin de pouvoir consommer

B. LA TYPOLOGIE DES BIENS ECONOMIQUES

1. La classification des biens économiques

La finalité de ces produits est de satisfaire directement les besoins humains ou de contribuer à la production d’autres produits. Les biens et services de consommation sont les produits directement utilisés pour la consommation. Les biens et services de production sont les produits réutilisés dans le processus de production afin de contribuer à la production d’autres produits. Parmi ces derniers, on distingue les biens et services intermédiaires qui sont des biens de production consommés et donc détruits au cours du processus de production (matières premières, produits semi-finis, certains types de services comme l’entretien des locaux…), des biens et des services d’investissement qui sont des biens et services de production ayant une longue durée d’utilisation ou dont les effets durent sur plusieurs cycles de production (machines, bâtiments, certains types de services comme la formation du personnel ou de la recherche développement). Marc MONTOUSSÉ Cahiers français, n° 315 – Comprendre l’économie, « La production, fruit du capital et du travail » Nous verrons un peu mieux la classification des biens économiques au cours de la séquence 02.

Dans un premier temps, nous pouvons dire qu’il y a : – les biens de consommation, par exemple des pâtes ou une télévision, – les biens de production, c’est-à-dire les biens de consommation intermédiaires et biens d’équipement comme des clous ou des chaînes de production.

2. Le cas particulier des biens libres

Les biens libres sont les biens disponibles en l’état dans la nature sans que nous ayons besoin d’intervenir via le processus de production pour les proposer. Les biens libres sont par exemple l’eau des rivières ou de l’océan mais aussi l’air. Ces biens font partie du patrimoine commun de l’humanité et ne peuvent donner lieu à un paiement pour consommation. L’exemple le plus courant est celui de l’air que nous respirons. Un bien libre est donc un bien fourni en surabondance par la nature et qui répond à nos besoins primaires.

C. QU’ETUDIE LA SCIENCE ECONOMIQUE ?

1. La gestion des ressources rares

Donc, l’objet de la science économique est l’étude des choix qu’effectuent les agents économiques en raison du caractère limité des ressources dont ils disposent. L’ensemble de ces décisions a des incidences à l’échelle globale. L’économie mesure alors l’interaction des actions individuelles par des indicateurs économiques qui sont le taux de croissance, la consommation, l’épargne, l’investissement, l’inflation ou la stabilité des prix, la production, la productivité, le taux de chômage…

2. Schéma de synthèse pour comprendre ce qu’est la science économique, ce qu’elle étudie

Nous venons de voir que l’économie est la science qui étudie la gestion économique des biens rares. Pour l’instant, cette définition n’est pas complète (résumé de la première partie). Nous allons maintenant étudier les différents courants de pensée en économie (transition de la deuxième partie).

II. LES COURANTS DE PENSEE EN ECONOMIE

Cette partie est assez difficile pour les novices, car nous allons ensemble étudier les principaux courants de pensée en économie. Pour ceux qui ont des difficultés à comprendre, à intégrer dès aujourd’hui ces notions complexes, ne soyez pas trop inquiets : nous allons les revoir tout au long des séquences et surtout en fin d’année en étudiant la régulation de l’économie par le marché (séquence 11) et par l’État (séquence 12).

En l’état de nos connaissances, nous pouvons nous permettre de dire qu’il y a deux grands courants de pensée en économie : il y a ceux qui refusent que l’État intervienne dans l’économie (II.A. La pensée classique et néoclassique), et ceux qui pensent qu’il est absolument nécessaire que l’État intervienne dans l’économie (II.B. Les kynésiens et les marxistes).

A. LA PENSEE CLASSIQUE ET NEOCLASSIQUE

1. Les classiques

Les classiques sont des auteurs d’économie du XVIIIe siècle. Les économistes classiques les plus reconnus sont Adam Smith et David Ricardo, ainsi que le français Jean-Baptiste Say. Ils pensent que l’économie n’a pas besoin d’être dirigée car le marché est capable de résoudre lui-même les déséquilibres comme le chômage, l’inflation, la surproduction ou la sous-consommation

 La pensée classique est partisane du libéralisme, c’est-à-dire qu’il faut laisser le marché s’autoréguler grâce au libre échange et à la flexibilité des prix. L’intervention de l’État doit se limiter aux fonctions régaliennes (nous le reverrons au cours de la séquence 10).

2. Les néoclassiques

 Comme les classiques, le courant néoclassique croit au libéralisme. Plutôt que d’examiner les problèmes globalement, contrairement aux classiques, les néoclassiques vont examiner des problèmes économiques de façon précise en utilisant les mathématiques pour justifier leur raisonnement. Pour cela ils émettent deux hypothèses :

1. La concurrence pure et parfaite : qui regroupe un ensemble de conditions pour obtenir un fonctionnement idéal de tous les marchés (que nous approfondirons au cours de la séquence 10).



2. La rationalité des agents économiques : l’individu est un homo economicus qui raisonne et calcule pour atteindre son objectif (produire, consommer) sous contrainte et en limitant sa peine. Leur démarche sociologique est originale.

En effet, ils pensent que les actions isolées sont finalement identiques les unes aux autres. La somme de ces comportements mène donc aux grandeurs globales ; c’est le concept « d’individualisme méthodologique » qui, par agrégation, permet le passage de la micro- à la macroéconomie (nous les étudierons au cours de la séquence 02).

 Donc, les écoles classique et néoclassique reposent sur la même croyance en le libéralisme. C’est pour cela qu’il est admis que le courant classique est l’ancêtre du courant néoclassique. C’est surtout la méthode d’analyse qui diffère (individualisme méthodologique et formalisation mathématique). 3. Synthèse Question Pour procéder à la synthèse des courants de pensée classique et néoclassique, je vous propose de compléter le tableau suivant et d’essayer de le mémoriser.

B. LES KEYNESIENS ET LES MARXISTES

1. Keynes Keynes (1883-1946) change la pensée économique au niveau des idées dominantes et de la méthode d’analyse.

D’abord, contrairement aux idées néoclassiques dominantes de son époque, son cadre d’analyse n’est pas la microéconomie mais la macroéconomie (cf. séquence 02). Il réprouve la régulation de l’économie par le marché. En effet, il pense qu’il existe des rigidités sur certains marchés, notamment sur le marché du travail, qui se traduisent par un chômage important (Keynes a connu la grande dépression des années 1930). La flexibilité par les prix du modèle d’équilibre général de Walras n’est pas une réponse efficace pour ajuster l’offre et la demande. Et cela particulièrement sur le marché du travail car le chômage n’est pas volontaire.

L’État ne doit pas se cantonner à ses trois fonctions régaliennes. Au contraire, il doit intervenir pour réguler l’économie par des politiques économiques. L’objectif est de mener une politique économique favorable à la demande, car la consommation serait le moteur de l’économie. Contrairement aux néoclassiques, il pense que le chômage n’est pas volontaire et que la monnaie n’est pas un simple moyen d’échange. Au contraire, un excès d’épargne pénalise la consommation, qui est, selon lui, primordiale pour se prémunir contre la crise. La pensée keynésienne a joué un rôle majeur dans la conception économique et le rôle de l’État.

Ces travaux ont donné lieu à de nombreuses réflexions (courant keynésien) et applications en matière de politiques économiques. 2. Marx Nous ne pouvons pas analyser toute la pensée marxiste en un paragraphe, mais notre objectif est de comprendre en quoi Marx était particulièrement en opposition avec les classiques et les néoclassiques. Marx (1818-1883) affirme que les patrons sous-payent les salariés pour réaliser une plus-value ou bénéfice. Pour lui, le travail est sous-payé par rapport à ce qu’il coûte réellement. Ce qui entraîne nécessairement des crises de surproduction car les ouvriers, qui constituent la majeure partie de la population, ne pourront jamais consommer tout ce qu’ils produisent faute de pouvoir d’achat.

De plus, les entreprises investissent de plus en plus au détriment des salariés. Certes, les profits augmentent, mais finalement le risque de surproduction est réel car les salariés sous-payés et au chômage ne peuvent consommer. Donc, selon Marx, le capitalisme est, à terme, voué à l’échec pour cause de surproduction et d’absence de pouvoir d’achat. La mort du capitalisme devrait donner lieu à l’avènement d’un autre système économique : le système socialiste.

3. Synthèse Question

Pour procéder à la synthèse des courants de pensée keynésien et marxiste, je vous propose, comme précédemment, de compléter le tableau suivant, et d’essayer de le mémoriser.

III. LE SYSTEME CAPITALISTE ET LE SYSTEME SOCIALISTE

Le socialisme et le capitalisme sont des systèmes économiques et politiques qui appliquent les théories libérales et marxistes.

A. LE SOCIALISME

1. Principes fondateurs

– Propriété privée des moyens de production (tout appartient à l’État). – Planification de l’économie. – Économie contrôlée par l’État.

2. Historique

Initialement, le socialisme était une protestation contre les inégalités et la pauvreté. D’inspiration marxiste, le système politique est fondé, en théorie, sur le souci de l’intérêt collectif. Il existait déjà avant Marx un courant socialiste qui condamnait les thèses libérales car non seulement l’intérêt individuel ne menait pas à l’intérêt collectif mais en plus le « laisser-faire » du marché était contraire au bien-être collectif. Il fut plus ou moins appliqué en Russie à partir de 1917 et dans les pays d’Europe de l’Est après la Seconde Guerre mondiale, mais aussi en Corée du Nord, en Chine, à Cuba et dans certains pays d’Afrique (Éthiopie, Algérie par exemple). Aujourd’hui, très peu de pays sont socialistes. La chute du mur de Berlin, la fin de la guerre froide et surtout les bilans économiques et sociaux désastreux ont prononcé la fin de ce dualisme manichéen : capitalisme versus socialisme.

3. Limites

Les bilans économiques et sociaux des régimes politiques socialistes sont certes contestables. Mais, c’est surtout d’un point de vue démocratique que les économies socialistes ont montré leurs limites par l’absence de liberté économique et d’entreprendre, culturelle et de vie privée au sens large pour les citoyens de ces États.

B. LE CAPITALISME

1. Principes fondateurs

– Propriété privée des moyens de production. – Accumulation du capital, réinvestissement et recherche de plus-value ou profit. – Régulation de l’économie par le marché.

2. Historique et diffusion

Le développement du capitalisme commence au XIXe siècle à partir des révolutions industrielles du XIXe siècle, comme vous avez pu le lire auprès des auteurs réalistes de cette époque (Zola et la famille des Rougon-Macquart, Balzac…).

Aujourd’hui, c’est le modèle économique dominant, malgré une histoire tumultueuse marquée par de nombreuses crises mondiales (la grande dépression des années 1930) ou régionales (crise asiatique de 1997). Mais, contrairement au pessimisme marxiste, le capitalisme est désormais le système politique et économique de la plupart des pays du monde. La mondialisation, la déréglementation, le processus de concentration, les NTIC contribuent largement au développement planétaire du capitalisme.

3. Limites

Cependant, il faut reconnaître que, face aux crises, ce sont les États qui interviennent par des politiques économiques et sociales. Le but est de limiter les crises économiques, relancer la croissance et surtout protéger les citoyens des risques sociaux (chômage, maladie et détresse humaine). Ce que, empiriquement, le capitalisme est loin de promettre par le laisser-faire du marché.

4. Les différentes formes de capitalisme aujourd’hui

Aujourd’hui, on considère qu’il y a 4 variantes de capitalisme. Leurs différences s’expliquent principalement par le rôle que joue l’État dans la régulation de l’économie. En effet, le système capitaliste est normalement géré par jeu de l’offre et la demande, lui-même induit par la propriété privée des moyens de production, comme vous pouvez le lire dans l’article ci-après.



570