Cours informatique

Formation générale informatique de gestion pdf


Télécharger Formation générale informatique de gestion pdf

★★★★★★★★★★5 étoiles sur 5 basé sur 1 votes.
Votez ce document:

Télécharger aussi :


UFR STAPS

Informatique de Gestion

2007/2008

Support de cours 

Farah Benamara-Zitoune

Tel: 0561557705

SOMMAIRE

 

Dans un tableur, tout document ou fichier (extension .xsl) est appelé classeur. Un classeur est constitué d’une ou plusieurs feuilles de calculs chacune se compose de cellules réparties en lignes et en colonnes (cf. fig 1).

Chaque feuille possède un nom et est accessible directement à partir d’un menu en cliquant sur son onglet en bas de la fenêtre. De même, chaque ligne/colonne est accessible directement à partir d’un menu en cliquant sur le numéro de ligne (resp. lettre correspondant à la colonne). Ces menus permettent par exemple d’ajouter/supprimer une feuille (resp. ligne/colonne), faire des copie/coller, modifier les dimensions d’une cellule, masquer/afficher etc.) Ces menus sont accessibles également dans le menu principal d’Excel via le menu Insertion et Format.

 

Fig1.

La mise en forme des données s’effectue grâce au menu FormatÆCellule d’Excel. 

La catégorie Personnalisé permet d'établir votre propre format. Je vous conseille de commencer par sélectionner un format préétabli, puis de cliquer sur Personnalisé, puis de modifier le format selon les principes du tableau suivant :

Il est également possible d’effectuer une mise en forme conditionnelle qui permet une mise en forme selon la valeur de ces cellules ou le résultat d'une formule.  Menu Format Æ mise en forme conditionnelle

Cette fonctionnalité (menu donnéesÆ validation) permet de restreindre la valeur d’une cellule à un ensemble défini à l’avance. Ceci est très pratique pour éviter les erreurs lors de l’exécution d’une formule de calcul.

Par exemple, si vous saisissez des notes d’examen (entre 0 et 20), la saisie d’une valeur supérieure à 20 est bloquée et signalée à l’utilisateur.

Une cellule est référencée par une adresse. Ainsi, une cellule se trouvant à la ligne 1 colonne A possède l’adresse A1. (voir fig1.)

On distingue deux types d’adresse :

Adresse relative. Elle est relative à la position de la formule, lorsque vous effectuez la recopie d'une cellule, contenant une formule se référant à une cellule relative la référence à cette cellule s'incrémente, par exemple : la formule "=A1+B1" devient "=A2+B2" si vous la recopiez vers le bas ou "=C1+D1" si vous la recopiez dans une cellule 2 colonnes à droite.

Adresse absolue est une référence indiquant l'adresse exacte. Pour obtenir une référence absolue, il suffit dans Excel d'ajouter le signe $ dans la référence. Ainsi en recopiant la cellule, celle-ci ne sera pas incrémentée et la formule se référera toujours à la même adresse. Pour mettre ce $, vous pouvez l'ajouter vous-même en le tapant ou utiliser la touche F4.

 Plutôt que d'utiliser les références des cellules dans les formules de calcul (=A1+B1 par exemple), il est possible de définir un nom plus explicite pour ces cellules. Cela permet de rendre les formules plus lisibles et plus faciles à construire. On va nommer la cellule B2. On va l'appeler "Taux". Pour cela :

-      on sélectionne la cellule B2

-      on utilise le menu "Insertion/ Nom/ Définir

-      on écrit le mot "Taux"

-      on valide en cliquant sur OK

La cellule B2 se nomme à présent "Taux" (ce nom est visible dans la zone à gauche de la barre de formule)

En C4 on construit la formule suivante : =B4*Taux

Cette formule peut être facilement recopiée vers le bas (ce qui ne serait pas possible si on avait la formule =B4*B2 car B2 se transformerait en B3 puis B4 lors de la recopie, on aurait pu aussi mettre des $)

Les formules sont des consignes de calcul ou des consignes de manipulation de données. Elles commencent toujours par = , ce caractère "égal" permet à Excel de différencier les constantes des formules. Elles peuvent contenir des valeurs constantes, des références à d’autres cellules, des opérateurs et des fonctions. Voici une liste des principales formules qu’on verra tout au long de ce cours.

Additionne tous les nombres contenus dans une plage de cellules.

Syntaxe : SOMME(nombre1; nombre2;...)

nombre1, nombre2, ...   représentent de 1 à 30 arguments dont vous voulez calculer la valeur totale ou somme.

Fonction Sommeprod

Cette fonction permet de multiplier les valeurs de deux ou plus matrices terme à terme et de faire ensuite la somme des produits. 

Syntaxe : sommeprod(matrice1 ; matrice 2 ; ….)

On l’utilisera surtout dans le cas de vecteurs, comme dans l’exemple ci-dessous.

A

B

C

1

2

1

10

2

4

2

1

3

6

3

2

4

5

=sommeprod(A1:A3;B1:B3)

28

6

7

=sommeprod(A1:A3;B1:B3;C1:C3)

64

8

9

=sommeprod(A1:A3;B1:B3;B1:B3)



72

Renvoie la moyenne (arithmétique) des arguments.

Syntaxe : MOYENNE(nombre1; nombre2 ;...)

nombre1,nombre2, ...   représentent les 1 à 30 arguments numériques dont vous voulez obtenir la moyenne.

Remarques : Les arguments doivent être soit des nombres, soit des noms, des matrices ou des références contenant des nombres. Si une matrice ou une référence tapée comme argument contient du texte, des valeurs logiques ou des cellules vides, ces valeurs ne sont pas prises en compte. En revanche, les cellules contenant la valeur zéro sont prises en compte.

Renvoie le plus grand (resp. petit) nombre de la série de valeurs.

Syntaxe : MAX(nombre1; nombre2;...)   ou MIN(nombre1 ; nombre2 ; …)

nombre1,nombre2,...   représentent les 1 à 30 nombres parmi lesquels vous souhaitez trouver la valeur la plus grande.

Assemble plusieurs chaînes de caractères afin d’en former qu’une seule chaîne.

Syntaxe :  concatene(chaîne1 ; chaîne2, ….) ou chaîne 1 & chaîne 2 &…..

Où chaîne est une chaîne de caractères ou une référence à une cellule contenant du texte. Dans Excel, toute chaîne de caractères doit être écrite entre guillemets. Par exemple :

?Bonjour? &  ? ? & ? Véro? donnera comme résultat la chaîne : ?Bonjour Véro?. 

NB (). Permet d’obtenir le nombre d'entrées numériques dans un champ numérique d'une plage ou d'une matrice de nombres.

Syntaxe :  NB(valeur1;valeur2;...)

valeur1,valeur2, ...    représentent les 1 à 30 arguments qui peuvent contenir ou référer à différents types de données, mais seuls les nombres sont comptés.

NBVAL(). Compte le nombre de cellules qui ne sont pas vides.

Syntaxe :  NBVAL(valeur1;valeur2;...)

valeur1,valeur2, ...    représentent les 1 à 30 arguments correspondant aux valeurs à compter

(). Compte le nombre de cellules à l'intérieur d'une plage qui répondent à un critère donné.

Syntaxe : (plage; critère)

Plage,  représente la plage de cellules dans laquelle vous voulez compter les cellules. Critère    représente le critère, exprimé sous forme de nombre, d'expression ou de texte, qui détermine les cellules à compter. Par exemple :

 (plage,"pommes")           Nombre de cellules contenant pommes dans la plage

Nombre de cellules dont la valeur est supérieure à 55 dans la

 (palge,">55")

plage

Compte (resp. somme) toutes les cellules non vides contenues dans une colonne d'une liste ou d'une base de données qui répondent aux conditions spécifiées.

Syntaxe : BDNBVAL(base de données; champ; critères)

•   base de données représente la plage de cellules qui constitue la liste ou la base de données. Une base de données est une liste de données liées dans laquelle les lignes d'informations liées sont des enregistrements et les colonnes de données sont des champs. La première ligne de la liste contient les étiquettes de chaque colonne. 

•   champ indique la colonne utilisée dans la fonction. Vous pouvez spécifier l'argument champ sous forme de texte en mettant l'étiquette de colonne entre guillemets, par exemple, "Age" ou "Rendement", ou sous forme d'un nombre représentant la position de la colonne dans la liste : 1 pour la première colonne, 2 pour la deuxième colonne et ainsi de suite.

•   critères représente la plage de cellules qui contient les conditions spécifiées. Vous pouvez utiliser n'importe quelle plage comme argument critères, à condition toutefois qu'elle comprenne au moins une étiquette de colonne et au moins une cellule située sous l'étiquette de colonne pour spécifier la condition.

La fonction SI() est composée de 3 arguments :

•     le test

•     ce qui apparaitra dans la cellule où l'on construit la formule si la réponse au test est OUI (ou VRAI)

•     ce qui apparaîtra dans a cellule où l'on construit la formule si la répose au test est NON (ou FAUX)

La syntaxe est la suivante :

SI(Condition; action si condition vérifiée; action si condition non vérifiée)

 La condition (ou test) se fait toujours en comparant 2 choses (2 cellules entre elles, le contenu d'une cellule avec un nombre ou un texte, 2 calculs, etc... Au niveau des conditions plusieurs opérateurs sont utilisables : l’égalité (=), supérieur à (>),  inférieur à (<),  différent de (<>),  supérieur ou égal  (>=), à inférieur ou égal à (<=).

La réponse à la question posée dans le test ne pourra avoir que 2 résultats : VRAI ou FAUX.  La fonction SI() n'autorise que 2 réponses possibles VRAI ou FAUX. Si le problème à résoudre comporte 3 réponses possibles, il faudra procéder par élimination en utilisant, successivement, 2 fonctions SI(). Les 2 fonctions seront imbriquées.

SI (Test1; vrai test 1; SI (test2; vrai test2; faux test2))

La 2ème fonction SI() s'exécutera si (et seulement si) la réponse au TEST1 est "FAUX"

Elles s'utilisent en combinaison avec la fonction SI(). La fonction SI() cherche à déterminer quelle action sera réalisée en fonction d'une condition (ou test) posée :

Les fonctions ET() et OU() vont être utilisées dans la condition (ou test) posée en fonction du résultat attendu

La fonction ET(). 

Les conditions posées seront multiples et pour que la réponse aux conditions soit "VRAI", il faudra quelles se vérifient toutes.

SI(ET(Cond1;Cond2;...;CondN); action à réaliser si les N conditions sont satisfaites; action à réaliser si au moins une des conditions n'est pas satisfaite)

La fonction OU()

Les conditions posées seront multiples et pour que la réponse aux conditions soit "VRAI", il faudra que l'une au moins se vérifie.

=SI(OU(Cond1;Cond2;...;CondN);action à réaliser si au moins une des conditions est satisfaite;action à réaliser si aucune des conditions n'est satisfaite)

Donne le nombre de lignes (resp. colonnes) d'une référence ou d'une matrice.

Syntaxe : LIGNES(référence)

référence est une matrice, une formule matricielle ou une référence d'une plage de cellules dont vous voulez obtenir le nombre de lignes (resp. colonnes).



Cherche une valeur donnée dans la colonne située à l'extrême gauche d'une matrice et renvoie une valeur correspondante dans une autre colonne. Utilisez la fonction RECHERCHEV lorsque les valeurs sont en colonne et RECHERCHEH lorsque vos valeurs de comparaison se trouvent en ligne.

Syntaxe : RECHERCHEV(valeur_cherchée; table_matrice; no_index_col; valeur_proche)

•   valeur_cherchée   est la valeur à trouver dans la première colonne de la matrice. L'argument valeur_cherchée peut être une valeur, une référence ou une chaîne de texte.

•   table_matrice   est la table de données dans laquelle est exécutée la recherche de la valeur. Utilisez une référence à une plage ou un nom de plage, par exemple Base de données ou Liste.

•   no_index_col   est le numéro de la colonne de l'argument table_matrice dont la valeur correspondante doit être renvoyée. Si l'argument no_index_col est égal à 1, la fonction renvoie la valeur dans la première colonne de l'argument table_matrice ; si l'argument no_index_col est égal à 2, la valeur est renvoyée dans la deuxième colonne de l'argument table_matrice, et ainsi de suite. Si l'argument no_index_col est inférieur à 1, la fonction RECHERCHEV renvoie la valeur d'erreur #VALEUR! et si l'argument no_index_col est supérieur au nombre de colonnes de l'argument table_matrice, la fonction RECHERCHEV renvoie la valeur d'erreur #REF!

•   valeur_proche   représente une valeur logique indiquant si vous souhaitez que la fonction RECHERCHEV recherche une valeur exacte ou voisine de celle que vous avez spécifiée. Si cet argument est VRAI ou omis, une donnée proche est renvoyée. En d'autres termes, si aucune valeur exacte n'est trouvée, la valeur immédiatement inférieure à valeur_cherchée est renvoyée. Si valeur_proche est FAUX, la fonction RECHERCHEV renvoie exactement la valeur recherchée. Si aucune valeur ne correspond, la valeur d'erreur #N/A est renvoyée.

•   Si l'argument valeur_proche est VRAI, les valeurs de la première colonne de l'argument table_matrice doivent être placées en ordre croissant : ..., -2, -1, 0, 1, 2, ...,

A-Z, FAUX, VRAI. Sinon, la fonction RECHERCHEV peut donner une valeur incorrecte. Si l'argument valeur_proche est FAUX, les éléments de la table ne doivent pas nécessairement être classés.

Vous pouvez placer les valeurs en ordre croissant en choisissant dans le menu Données la commande Trier et en sélectionnant l'option « Croissant ».

Remarques

•   Si la fonction RECHERCHEV ne peut trouver l'argument valeur_cherchée et si valeur_proche est VRAI, elle utilise la plus grande valeur qui est inférieure ou égale à l'argument valeur_cherchée.

•   Si la valeur de l'argument valeur_cherchée est inférieure à la plus petite valeur contenue dans la première colonne de l'argument table_matrice, la fonction RECHERCHEV renvoie la valeur d'erreur #N/A.

•   Si la fonction RECHERCHEV ne peut trouver l'argument valeur_cherchée et si l'argument valeur_proche est FAUX, la fonction RECHERCHEV renvoie la valeur #N/A.

Renvoie la position d'un élément donné dans une matrice. Utilisez la fonction EQUIV plutôt qu'une des fonctions RECHERCHE lorsque vous avez besoin de la position d'un élément dans une plage et non de l'élément en tant que tel.

Syntaxe :   EQUIV(valeur_cherchée; tableau_recherche; type)

•   L'argument valeur_cherchée est la valeur dont vous voulez l'équivalent dans l'argument tableau_recherche. Par exemple, lorsque vous cherchez le numéro de téléphone d'une personne dans un annuaire, vous utilisez le nom de la personne comme valeur de recherche alors que la valeur que vous voulez obtenir est son numéro de téléphone.

•   tableau_recherche   est une plage de cellules adjacentes contenant les valeurs d'équivalence possibles. L'argument tableau_recherche peut être une matrice ou une référence matricielle.

•   type   est le nombre -1, 0 ou 1 qui indique comment Microsoft Excel doit procéder pour comparer l'argument valeur_cherchée aux valeurs de l'argument tableau_recherche.

o   Si la valeur de l'argument type est 1, la fonction EQUIV trouve la valeur la plus élevée qui est inférieure ou égale à celle de l'argument valeur_cherchée.

Les valeurs de l'argument tableau_recherche doivent être placées en ordre croissant : ...-2, -1, 0, 1, 2, ...A-Z, FAUX, VRAI.

o   Si la valeur de l'argument type est 0, la fonction EQUIV trouve la première valeur exactement équivalente à celle de l'argument valeur_cherchée. Les valeurs de l'argument tableau_recherche peuvent être placées dans un ordre quelconque.

o   Si la valeur de l'argument type est -1, la fonction EQUIV trouve la plus petite valeur qui est supérieure ou égale à celle de l'argument valeur_cherchée. Les valeurs de l'argument tableau_recherche doivent être placées en ordre décroissant : VRAI, FAUX, Z-A,...2, 1, 0, -1, -2,..., et ainsi de suite.

o   Si l'argument type est omis, la valeur par défaut est 1.

Remarques.

•   La fonction EQUIV renvoie la position de la valeur équivalente dans l'argument tableau_recherche et non la valeur en elle-même. Par exemple,

EQUIV("b".{"a"."b"."c"};0) renvoie 2, c'est-à-dire la position relative de « b » dans la matrice {"a"."b"."c"}.

•   Si la fonction EQUIV ne peut trouver de valeur équivalente, elle renvoie la valeur d'erreur #N/A.

•   Si la valeur de l'argument type est 0 et que celle de l'argument valeur_cherchée est du texte, l'argument valeur_cherchée peut comprendre les caractères génériques, l'astérisque (*) et le point d'interrogation (?). L'astérisque est équivalent à une séquence de caractères, le point d'interrogation à un caractère unique.

•   Renvoie la valeur d'un élément d'une matrice ou d'un tableau, sélectionné à partir des indices de numéro de ligne et de colonne.

La fonction INDEX admet deux formes syntaxiques, l'une matricielle, l'autre référentielle. La forme matricielle renvoie toujours une valeur ou une matrice de valeurs, tandis que la forme référentielle renvoie toujours une référence. Utilisez la forme matricielle si le premier argument de la fonction INDEX est une constante matricielle.

Syntaxe:  INDEX(tableau; no_ligne; no_col)

•   tableau  est une plage de cellules ou une constante de matrice. 



•   no_lig    sélectionne la ligne de la matrice dont une valeur doit être renvoyée. Si l'argument no_lig est omis, l'argument no_col est obligatoire.

•   no_col   sélectionne la colonne de la matrice dont une valeur doit être renvoyée. Si l'argument no_col est omis, l'argument no_lig est obligatoire.

Remarques 

•   Si les arguments no_lig et no_col sont tous deux utilisés, la fonction INDEX renvoie la valeur de la cellule située à l'intersection des arguments no_lig et no_col.

•   Si l'argument tableau contient une seule ligne ou colonne, l'argument no_lig ou no_col correspondant est facultatif.

•   Si l'argument tableau comporte plus d'une ligne et plus d'une colonne et que seul l'argument no_lig ou no_col est utilisé, la fonction INDEX renvoie une matrice des valeurs de la ligne ou de la colonne entière de l'argument matrice.

•   Si vous spécifiez la valeur 0 (zéro) pour l'argument no_lig ou no_col, la fonction INDEX renvoie respectivement la matrice des valeurs de la colonne ou de la ligne entière.

•   Les arguments no_lig et no_col doivent pointer sur une cellule appartenant à l'argument tableau. Sinon, la fonction INDEX renvoie la valeur d'erreur #REF!

Outils/Protection/Protégez le classeur, protège les fenêtres et la structure du classeur. Vous pouvez ainsi empêcher les modifications de la structure du classeur afin que les feuilles qu'il contient ne puissent être supprimées, déplacées, masquées, affichées ou renommées et que de nouvelles feuilles ne puissent être ajoutées.

Les feuilles de calcul d’un classeur peuvent également être protégées individuellement grâce au menu : OutilsÆProtection

Lorsque vous connaissez le résultat souhaité d'une formule isolée mais non la valeur d'entrée dont la formule a besoin pour déterminer le résultat, vous pouvez utiliser la fonction Valeur cible disponible en cliquant sur Valeur cible dans le menu Outils. Pendant la recherche de la valeur cible, Microsoft Excel fait varier la valeur d'une cellule déterminée jusqu'à ce que la formule dépendant de cette cellule renvoie le résultat souhaité. Pour cela, il faut préciser :

•   Cellule à définir : c’est celle qui contient actuellement une formule dont les paramètres sont dans d’autres cellules

•   Valeur à atteindre : c’est la valeur pour laquelle vous désirez connaître une solution Cellule à modifier : parmi les cellules qui contiennent les paramètres de la formule, vous devez en choisir une.

Si la cellule à modifier peut prendre une valeur qui permet d’obtenir la valeur à atteindre dans la cellule à définir les cellules concernées seront modifiées en conséquence.

Pour que les valeurs d'entrée soient listées en colonne ou bien en ligne, vous devez créer des tables de données à une variable. Les formules utilisées dans une table de données à une variable doivent faire référence à une cellule d'entrée.

•   Tapez, dans une colonne ou sur une ligne, la liste des valeurs que vous voulez remplacer dans la cellule d'entrée.

•   Si les valeurs d'entrée sont affichées en colonne, tapez la formule dans la ligne située au-dessus de la première valeur et dans la cellule à droite de la colonne de valeurs. Tapez les éventuelles formules supplémentaires à droite de la première formule. Si les valeurs d'entrée sont affichées en ligne, tapez la formule dans la colonne située à gauche de la première valeur et dans la cellule en dessous de la ligne de valeurs. Tapez les éventuelles formules supplémentaires sous la première formule.

•   Sélectionnez la plage de cellules contenant les formules et valeurs que vous souhaitez remplacer.

•   Dans le menu Données, cliquez sur Table.

•   S'il s'agit d'une table de données en colonne, tapez la référence de la cellule d'entrée dans la zone Cellule d'entrée en colonne. S'il s'agit d'une table de données en ligne, tapez la référence de la cellule d'entrée dans la zone Cellule d'entrée en ligne.

Les tables de données à deux variables n'utilisent qu'une seule formule avec deux listes de valeurs d'entrée. La formule doit faire référence à deux cellules d'entrée différentes.

•   Dans une cellule de la feuille de calcul, tapez la formule faisant référence aux deux cellules d'entrée.

•   Tapez une liste de valeurs d'entrée dans la même colonne, sous la formule. Tapez la seconde liste dans la même ligne, à droite de la formule.

•   Sélectionnez la plage de cellules contenant la formule, ainsi que la ligne et la colonne contenant les valeurs.

•   Dans le menu Données, cliquez sur Table.

•   Dans la zone Cellule d'entrée en ligne, tapez la référence de la cellule d'entrée pour les valeurs d'entrée dans la ligne. Dans la zone Cellule d'entrée en colonne, tapez la référence de la cellule d'entrée pour les valeurs d'entrée dans la colonne

.

Celui-ci vous permet de composer rapidement un tableau synthèse provenant d'une masse de données. Comme le nom l'indique, Excel génère un tableau qui permet d'avoir le sommaire d'une ou de plusieurs variables à la fois. De plus, ce tableau est dynamique. Cela veut dire qu'il vous est possible d'ajouter, de retirer et de modifier la présentation du tableau. Pour cela, allez au menu Données, sélectionnez l'option Rapport de tableau croisé dynamique.

Ce document n’est qu’un résumé très rapide des points vus en cours. Les éléments suivants seront  également abordés : 

Création de formulaires



1395