Cours gestion

Cours La gestion du risque de crédit et la stabilité du système financier international


Télécharger Cours La gestion du risque de crédit et la stabilité du système financier international

★★★★★★★★★★4 étoiles sur 5 basé sur 1 votes.
Votez ce document:

Télécharger aussi :


 Définition de "stabilité financière"

- Il n'existe pas de définition communément admise du concept de "stabilité financière":

- Définition a contrario : stabilité financière = absence d'instabilité financière

- Définition de l'Eurosystème (BCE) d'un système financier stable :

"système financier (intermédiaires, marchés et infrastructures) capable de résister à des chocs importants et à la résolution de déséquilibres macroéconomiques, réduisant ainsi la probabilité de ruptures dans l'intermédiation financière entre l'épargne et l'investissement."

Importance de la "stabilité financière"

- Les économies modernes ne fonctionnent pas correctement sans un système financier performant

- Les crises du système financier sont rarement limitées au système financier:

- les tensions sont transmises par divers canaux vers d'autres secteurs de l'économie, avec des effets sur :

- la croissance économique

- le prix des actifs financiers

- les finances publiques

Illustrations

Les fonctions du système financier

- Organisation des flux de paiement

- Rôle des dépôts bancaires

- Infrastructures de paiement

- Intermédiation financière

- Transformation qualitative des actifs

- Risques de crédit, de liquidité et de taux d'intérêt

- Aide à maîtriser l'incertitude de l'avenir

- Mécanismes de l'assurance

- Co-financement projets d'investissement risqués

- Fixation des prix financiers : taux d'intérêt, ....

1. Organisation des flux de paiement

- Instrument = monnaie

- Monnaie fiduciaire : billets, pièces de monnaie

- Monnaie scripturale : dépôts bancaires

- Nombre de paiements avec de la monnaie scripturale en 2014 : moyenne journalière de 5,1 millions

- Le règlement de ces paiements entre clients bancaires requiert un grand nombre de paiements interbancaires :

- Le système bancaire est hautement intégré (si une banque s'affaiblit, risque de contagion)

- Nécessité d'avoir des "infrastructures" de paiement (CEC, Target 2) très robustes :

- Rôle des banques centrales

- Supervision et contrôle des systèmes de paiement

2. Intermédiation financière

- Instrument = actif financier

Dettes : prêts, obligations, dépôts, ....

Produits structurés : CDOs, ....

Hybrides (semi-dette, semi-action)

Actions : ordinaires, préférentielles, ....

- Intermédiation directe (marchés) et indirecte (institution financière)

2. Intermédiation financière

  • Obstacles à surmonter / gérer :

- Risque de crédit : l'emprunteur, remboursera-t-il ?

- Préférences divergentes quant aux caractéristiques des actifs financiers entre prêteurs et emprunteurs

- [Asymétries d'information]

2. Intermédiation financière

- Obstacle 1 - risque de crédit : certains emprunteurs ne remboursent pas leurs prêts

- Incitant à l'intermédiation indirecte :

- L'institution financière qui a assumé la fonction d'intermédiation entre l'épargne et l'investissement prendra en charge les pertes liées au nonremboursement

- Rôle des agences de notation dans l'intermédiation directe :

- la notation donne une appréciation du risque de nonremboursement   

2. Intermédiation financière

- Obstacle 2 - préférences divergentes entre prêteurs et emprunteurs :

- Les épargnants préfèrent généralement les placements sà»rs (pas ou peu de risque de crédit) et liquides (montant investi exigible à court terme)

- Les emprunteurs préfèrent généralement des prêts avec une longue maturité et un taux d'intérêt fixe

2. Intermédiation financière

- Incitant à l'intermédiation indirecte :

- L'institution financière va opérer une transformation qualitative des actifs financiers, offrant aux prêteurs et emprunteurs des instruments d'épargne/emprunt différents. 

2. Intermédiation financière



- Une transformation qualitative des actifs expose les établissements de crédit à différents risques financiers :

- risque de crédit

- risque de liquidité : impasse entre la maturité moyenne des actifs et des passifs

- risque de taux d'intérêt : impasse entre la sensibilité moyenne des actifs et des passifs aux variations de taux d'intérêt


2. Intermédiation financière

- Les risques financiers sont inhérents à l'activité d'intermédiation indirecte et une bonne gestion de ces risques financiers est primordiale.

 

2. Intermédiation financière

- Evolution du crédit bancaire aux ménages et entreprises non-financières belges

 

En résumé : Intermédiation financière

- Via les marchés financiers et les institutions financières (transformation qualitative des actifs), le système financier aide à réaliser l'intermédiation financière

- La transformation qualitative des actifs expose les institutions à des risques financiers, qu'il faut bien gérer

- Quelques chiffres (situation fin mars 2015)

- Actifs financiers des ménages belges : 1223 milliards

- Dette des ménages belges : 250 milliards

- Crédits enregistrés auprès de la Centrale des crédits aux entreprises : 206 milliards

3. Aide à maîtriser l'incertitude de l'avenir

- Face à l'incertitude de l'avenir, les agents économiques sont supposés préférer un résultat certain par rapport à un résultat incertain, toutes choses étant égales par ailleurs.

- Les agents économiques sont prêts à payer pour réduire les effets négatifs d'événements dont la réalisation est possible, mais incertaine.

- Par exemple prime d'assurances


3. Aide à maîtriser l'incertitude de l'avenir

- En mettant ensemble une multitude de risques similaires pas parfaitement corrélés dans un même portefeuille, les compagnies d'assurances peuvent assumer ces pertes "catastrophiques" de leurs assurés (mais prime + franchise)

- Le principe du vendeur de gauffres et de glaces

- On retrouve, d'une certaine faà§on, aussi des primes de risque et la présence d'une franchise, en cas de perte, dans bon nombre d'opérations de crédit. 

3. Aide à maîtriser l'incertitude de l'avenir

Exemple :

- Financement de la construction d'un immeuble d'app.

- L'entrepreneur finance 30 % du projet avec des fonds propres, sous forme de capital (actions) dans la société créée pour réaliser ce projet

- La banque est prête à financer 70 % du projet sous forme d'un prêt à la société. Le prêt a une maturité de quatre ans et un taux d'intérêt égal à 7 % (ce qui représente une prime de 4 % par rapport au taux d'intérêt sans risque qui est de 3 %) 

- Si le projet aboutit :

- L'immeuble d'appartements est vendu

- Le prêt de la banque est remboursé

- Le profit restant appartient au propriétaire des fonds propres de la société (cà d l'entrepreneur)

3. Aide à maîtriser l'incertitude de l'avenir

- Si le projet échoue parce que l'immeuble ne rapporte que 50 % de la recette escomptée :

- La banque sera remboursée en priorité.

- Si les fonds disponibles ne sont pas suffisants pour rembourser le prêt, la société sera mise en faillite, les actionnaires perdent le capital investi (mais pas plus) et la banque récupère ce qu'elle peut => la banque pourrait devoir assumer une partie des pertes du projet.

En résumé : aide à maîtriser l'incertitude

- Contre le paiement d'une prime d'assurance ou d'une prime de risque, le système financier peut aider les agents économiques à maîtriser (plus) les conséquences d'événements futurs dont la réalisation aujourd'hui est incertaine (par services d'assurance; capital à risque)

- Les contrats d'assurance (aussi sous forme de "contrats dérivés" dans les marchés financiers) offrent aux agents économiques des instruments de couverture contre des risques de pertes futures

- Les actifs financiers avec un risque de crédit aident les entrepreneurs à réaliser et financer des projets d'investissement risqués



- La capacité du système financier à supporter des pertes est toutefois limitée (cf crise 2007 - ...) 

4. Fixation des prix financiers

- Taux d'intérêt

- Taux d'intérêt sans risque

- Taux d'intérêt avec prime(s) de risque

- Multiples échéances (au jour le jour, ..... 30 ans, ....) - Différentes monnaies

- Cours des actions

- Taux de change

- Cours des matières premières

- Contrats dérivés : swaps, options, futurs, ...

PARTIE 2 :

Vue d'ensemble du système financier belge  

Aperu du système financier belge

Le secteur bancaire belge 

Les compagnies d'assurance belges

Les compagnies d'assurance belges

PARTIE 3 :

Architecture du contrôle prudentiel et renforcement des exigences

Organisation de la supervision et de la

ide à maîtriser l'incertitude de l'avenir

gestion de crise

- Supervision micro-prudentielle:

- axée sur la surveillance des institutions financières individuelles

- Chaque voiture doit avoir des bons freins - Supervision macro-prudentielle:

- axée sur la surveillance du système financier dans son ensemble et des comportements "collectifs" pouvant conduire à des instabilités

- Bien que toutes les voitures disposent de bons freins, des carambolages arrivent

- Résolution de crises :

- axée sur la préparation des chocs individuels ou systémiques

- comment organise-t-on les secours lorsqu'un accident se produit

Crise 2008-2011

Les freins doivent être renforcés Les accidents peuvent survenir par d'autres canaux que des freins déficients

La prévention routière et la surveillance des routes doivent être renforcée

Les secours doivent être mieux coordonnés Les secours doivent disposer d'instruments spécifiques

... ... ...

Eléments de la supervision

- Réglementations

- Cadre juridique spécifique (Lois, ARs, Circulaires, ...) - Domaines :

- Actionnaires et dirigeants

- Coefficients réglementaires

-  Solvabilité

-  Risques financiers

- Informations périodiques et règles comptables

- Bonne gouvernance et contrôle interne

- Principes pour gestion de risques

-  Risque de crédit, de liquidité, de marché, de taux d'intérêt, ...

- Blanchiment

- .... 

Réforme du contrôle du secteur bancaire

- Renforcement des normes applicables

- CRD IV (2013) - CRR (2013) - loi bancaire (2014) - Renforcement des mécanismes de gestion de crise

- BRRD (2014) - loi bancaire (2014)

- Limitations des activités des banques

- BSR (en négociations) - loi bancaire (2014)

- Coordination européenne de la surveillance et de la gestion de crise

- Union bancaire (2014)


L'Union bancaire repose sur trois pilliers

 

- Principe

- Banques significatives sont contrôlées au niveau européen - les autres au niveau national 

Philosophie et instruments de supervision

- La prise de risque est nécessaire à l'activité bancaire



- Ces risques doivent être calculés, gérés et contrôlés

- Risques

- Risque de solvabilité:

- ne pas avoir suffisamment de moyens pour rembourser la somme de ses engagements 

- Par exemple suite à des pertes liées à des activités de crédit, de marché, de transformation de taux, ou un risque opérationnel - Risque de liquidité

- Ne pas avoir de moyens disponibles pour rembourser des engagements à leur échéance

- Par exemple parce que trop de passifs à court-terme (dépôts) financent des actifs immobilisés à long-terme (crédits hypothécaires) 

Contrer les risques - renforcer les exigences (CRD IV) - Risque de solvabilité

Contrer les risques - renforcer les exigences (CRD IV)

- Risque de solvabilité

- Renforcement du niveau des exigences

- volants contracycliques, volant de conservation des fonds propres, volant de risque systémique, volant d'importance systémique

- Ratio de levier (au cas o๠la pondération par le risque conduirait à des exigences trop basses)

- Renforcement de la qualité des fonds propres

Contrer les risques - renforcer les exigences (CRD IV)

- Risque de liquidité

- Exigence de couverture de liquidité

- - 1 mois: actifs liquides pour contrer les sorties de cash potentielles dans un environnement stressé

- A 1 an : financements stables par rapport au profil de liquidité des actifs

Contrer les risques - renforcer les exigences (BRRD)

- En cas de crise, possibilité de déprécier ou convertir les instruments de fonds propres et de dette (bail-in ou renflouement interne)

- Exigence en passifs éligibles au renflouement interne

A l'exclusion des dépôts garantis (épargne des ménages) engagements garantis par des éléments d'actifs engagements interbancaires < 7 jours 

Annexe 1 :

Organisation des flux de paiement

1. Organisation des flux de paiement

1. Organisation des flux de paiement

Annexe 2 :

Structure de l'épargne, des crédits et des engagements financiers des particuliers  

2. Intermédiation financière

- Structure de l'épargne des ménages belges

Actifs financiers détenus par les particuliers belges   


647