Problème à signaler:


Télécharger Cours la gestiion des stocks : (modèle de WILSON)



★★★★★★★★★★3.8 étoiles sur 5 basé sur 6 votes.
5 stars
2 votes
4 stars
1 votes
3 stars
3 votes

Votez ce document:

Télécharger aussi :

Cours la gestiion des stocks : (modèle de WILSON)




Cours la gestiion des stocks : (modèle de WILSON) :

...

I.2 Tâches administratives de la gestion des stocks

  1. 2.1 La normalisation des articles

Il s’agit de classer les articles selon le degré de leur utilité. Il s’agit de déterminer les articles qui conviennent le mieux aux besoins de l’entrepris et d’éliminer toutes les variétés superflues.

Ce classement à pour avantage la réduction du nombre d’articles stockés et par conséquent du niveau général des stocks et de leur coût

1.2.2 La classification des articles

La classification des articles peut se faire selon un critère déterminé : L’origine du produit ,sa nature ou sa destination ce qui peut faciliter l’identification des produits en magasin.

1.2.3 La symbolisation des articles

La symbolisation des articles facilite leur classification, elle consiste à attribuer à chaque article un symbole ou un code permettant son identification. La symbolisation peut être alphanumérique ou numérique;elle est généralement aussi brève que possible Quand elle est numérique , la symbolisation permet l’utilisation de l’informatique dans la gestion des stocks.

1.3 .1 Le contrôle des entrées

Les entrées peuvent provenir soit des fournisseurs, soit des autres services de l’entreprise( cas des produits finis). Elles doivent être contrôlées quantitativement et qualitativement par le magasinier.

Pour les entrées en provenance des fournisseurs, on établit un bon de réception.

Pour les entrées provenant des autres services ( les ateliers par exemple ), on établit un bon d’entrée selon le même principe que le bon de réception, mais dont l’usage est interne. Pour respecter le principe du contrôle mutuel, ce bon doit être doublement signé par le magasinier et par le service livreur.

1.3.2 Le contrôle des sorties

Les sorties sont destinées soit aux services internes de l’entreprise, soit à l’extérieur (vers les clients)

Le contrôle est effectué grâce au bon de sortie doublement signé par le magasinier et le service receveur.

Les sorties vers les clients sont contrôlées par les bons de livraison.

1.3.3 Le contrôle des retours

Bien que ce ne soit pas un mouvement normal, le retour au magasin d’articles déjà sortis et enregistrés peut avoir lieu. C’est le cas d’annulation de commande ou d’ordres de fabrication.

Le contrôle des retours est généralement effectué à travers un document appelé « bon de retour » comportant les mêmes information et ayant la même forme que le bon d’entrée. 1.3.4. Le contrôle des existants

Les fiches des stocks sont, théoriquement, en mesure d’informer à tout moment le gestionnaire des stocks sur les quantités stockées. Mais parfois les stocks réels ce concordent pas avec les stocks indiqués par les fiches. Ce qui cause les ruptures des stocks ou le sur stockage. Pour éviter ces erreurs, le contrôle des existants a lieu à travers le dénombrement effectif des articles stockés ou l’inventaire. Celui-ci est imposé par la loi. Il a lieu soit globalement en fin d’année, soit catégorie par catégorie tout au long de l’année. Dans ce dernier cas l’inventaire est dit tournant.

1.4. Les outils de gestion des stocks

Les stocks renferment plusieurs types de marchandise. Pour les gérer, au-delà des règles de gestion présentées dans le paragraphe précédent, le gestionnaire des stocks utilise les outils suivants :

1.4.1 La nomenclature

La nomenclature des articles stockés est une fiche qui comprend pour chaque article le numéro de code et une désignation simple, précise et complète.

Elle fournit un langage commun (le code) à tous ceux qui, dans l’entreprise, ont à connaître les stocks (le responsable du service achat, le magasinier, le responsable de la production..). elle facilité ainsi la communication entre les membres de l’entreprise et permet d’éviter les erreurs.

1.4.2 Les fiches de stocks

Ce sont des fiches qui portent les renseignements nécessaires à l’entreprise concernant chacun des articles stockés. Ces renseignements sont le numéro de code de l’article, sa désignation, son unité de comptage, les commandes en cours, le niveau du stock disponible en magasin et les indices permettant de repérer les articles à approvisionnement normal, à épuiser ou à éliminer, etc....

Ces fiches sont généralement classées selon un critère déterminé, choisi par le responsable des stocks.

Ce critère peut être le numéro de code, l’ordre alphabétique...

1.4.3 Les fiches d’approvisionnement

Ces fiches sont tenues par le gestionnaire du stock. Elles referment des éléments fixes concernant les stocks tels que le numéro de l’article et sa désignation, des éléments révisables comme le délai d’approvisionnement ou la consommation moyenne mensuelle de l’article et des éléments variables comme la quantité disponible au magasin, la quantité en commande, la quantité à commander, etc... Dans le cas où le gestionnaire du stock a son bureau dans le magasin, il peut reporter tous les renseignements relatifs aux stocks sur les fiches de stocks et ne pas constituer des fiches d’approvisionnement.

2 / Méthodes de valorisation , avantages et inconvénients

2.1.1 Le coût moyen pondéré (CMP ou PMP ou CUMP) :

Cette méthode permet de valoriser le stock et les sorties de stock au coût moyen. Cette méthode exige que ce coût moyen soit recalculé à chaque entrée en stock. La formule de calcul est la suivante :



CMP = Valeur stock + Valeur de l’entrée

Quantité totale

Avantages :

Cette méthode est préconisée par le fisc

Elle permet une gestion simple qui évite de conserver un historique Elle « lisse » les variations de prix

Inconvénients :

Elle nécessite le calcul à chaque entrée en stock

Elle pose problème si le prix n’est pas connu à la réception

2.2.1 L’utilisation des prix par lots :

Cette méthode fonctionne comme si chaque lot était stocké séparément et son prix d’acquisition mémorisé .

Chaque sortie de stock se fait en suite sur un lot bien identifié, au prix correspondant à ce lot.

De plus, plusieurs politiques sont possibles dans le choix des lots à sortir de stock.

2.2.2 .Méthodes FIFO (first in, first out) :

Cette méthode permet la sortie systématique du lot le plus ancien.

Avantages :

Le stock est valorisé à un coût proche de celui de remplacement

Inconvénients :

Les coûts des sorties sont sous-valorisés en période de hausse des prix, et sur-valorisés

en période de baisse des prix .

En période de hausse des prix , la méthode augmente les bénéfices fiscaux. 2.2.3 Méthodes LIFO (last in, first out) :

Cette méthode permet la sortie systématique du lot le plus récent.

Avantages :

Les sorties de stock sont valorisées à un coût récent.

En période de hausse, la méthode diminue les bénéfices fiscaux.

Inconvénients :

Cette méthode n’est pas admise par le fisc.

Les stocks sont sous-valorisés en période d’inflation et sur-valorisés en période de baisse.

2.2.4 Autre méthode : Le dernier prix ou dernière acquisition

Cette méthode est utilisée pour les articles faisant l’objet de réapprovisionnements fréquents.

Cette méthode n’est pas admise par le fisc.

Exercice : Valorisation des stocks selon différentes méthodes

...

Incidences sur l’organisation  :

Comme l’exercice précédente le montre, les méthodes de tenue des stocks par lots exigent de conserver un historique parfois très ancien.

Elles sont très délicates à utiliser à la main, et les risques d’erreurs sont nombreux, particulièrement lorsque les sorties concernent plusieurs lots simultanément.

Conclusion  : la méthode la plus simple et la plus utilisée reste la méthode du coût moyen pondéré, autant pour valoriser les stocks de matières premières et de composants que les produits finis.

  1. Méthode ABC pour l’analyse des stocks

3.1.1 Principes et intérêt de la méthode

Le gestionnaire de stock a souvent un nombre d’article très important à gérer.

Les ressources affectées à la tâche de gestion des stocks et des approvisionnements ne sont pas illimitées .

C’est pour cette raison qu’il faudra appliquer des modes de gestion de stock différents selon l’importance des articles.

Comment définir qu’un article est important ? On pourrait citer différent critères :

n             difficulté d’approvisionnement (délais, rareté des fournisseurs, ..)

n             place occupée dans les magasins de stockage

n             quantités consommées annuellement

n             prix des articles.

n             ......

3.1.2 La méthode ABC (ou diagramme de Pareto)

La méthode ABC propose de retenir le critère de la valeur annuelle  consommée pour classer les articles.

Ce critère permet de prendre en compte à la fois le prix des articles et la quantité consommée.

On constate souvent que 20 % des articles représentent 80% de la valeur consommée, c’est la fameuse règle des 20-80.

Même si ces pourcentages ne sont pas strictement respectés, l’idée est que tous les articles n’ont pas la même importance financière et ne doivent donc pas être gérés de la même manière.

La méthode ABC propose donc de ranger les articles dans 3 classes :

- les articles A 75% de la valeur consommée pour 10% des articles - les articles B 20% de la valeur consommée pour 25% des articles - les Articles C 5% de la valeur consommée pour 65% des articles

3 remarques :



-bien sûr, ces pourcentages fluctuent légèrement selon les entreprises

-il est possible de mener une analyse plus fine (ABCDEF...)

-le même type d’analyse peut être mené sur d’autres critères (surface occupée, délai de péremption, etc. ...)

3.1.3 LES ETAPES DE LA METHODE :

1-calcul de la consommation annuelle par article (en valeur)

2-classement des articles dans l’ordre des valeurs décroissantes

3-calcul du pourcentage par rapport au total, et du pourcentage cumulé 4-définition des tranches A, B, C

5-représentation graphique (éventuellement)

...

4 / Outils classiques de la gestion des stocks

Objectifs de la séquence

-Savoir calculer le coût de stockage et le coût de commande -Savoir déterminer le niveau du stock de sécurité

-Savoir calculer la quantité économique de réapprovisionnement (méthode de Wilson)

-Savoir expliquer les limites de ces méthodes classiques

4.1 Le coût du stock

« Le stock, voilà l’ennemi » ( vieux proverbe japonais).

Le coût des stocks ne réside pas seulement dans le coût d’achat, on doit prendre en compte :

Le coût de commande ou de passation

Et

Le coût de stockage ou de possession

Le gestionnaire des stocks souvent confronté au problème de l’optimisation de ces deux types de coût.

Voyons de quoi se compose chacun de ces coûts et quel peut être leur importance.

4.1.1 Le coût de commande ou de passation :

Ce coût est lié à l’existence des fonctions approvisionnement, réception et comptabilité fournisseurs.

Il est souvent beaucoup plus élevé qu’il ne paraît à première vue. Il se compose des principaux éléments suivants :

-salaires et charges des approvisionnements, réception et comptabilité fournisseurs

-frais de déplacement des acheteurs et contrôleurs itinérants

-frais de poste, téléphone, télex.

-montant des fournitures des services déjà cités

-amortissement ou location des locaux, du matériel et du mobilier

-prix de l’énergie

-coût du service informatique  

L’unité d’œuvre :

Il semble que l’unité d’œuvre la plus adaptée soit la livraison effectuée.

L’ensemble de ces frais sera donc rapporté au nombre de livraisons, et on pourra calculer le prix d’une livraison.

En effet, la plupart des frais engagés (contrôle des délais, relances, réception, enregistrement des factures fournisseurs) paraissent plutôt liés aux livraisons qu’aux commandes. Certaines entreprises utilisent cependant le prix d’une commande.

Le coût de l’unité d’œuvre :

On l’obtiendra en divisant le coût total de passation par le nombre de livraisons.

4.1.2 Le coût de stockage ou de possession :

Il est généré par l’existence de stock dans l’entreprise. Il est également plus élevé que l’on croit.

Il est composé des principaux éléments suivants ;

-taux de l’argent immobilisé dans les stocks

-salaires et charges de la gestion des stocks et des magasins

-location ou amortissement des locaux, machines, matériel et mobilier utilisés

-frais d’énergie (manutention, électricité, chauffage, climatisation,...)

-entretien des stocks et du matériel

-primes d’assurance

-pertes par détérioration, vol, erreurs,...

Remarque : certaines entreprises déduisent du loyer de l’argent le taux de l’inflation pour prendre en compte le fait que le stock augmente de valeur.

L’unité d’œuvre :

L’unité d’œuvre retenue sera le dirham de stock moyen. Le coût de l’unité d’œuvre :

Il sera obtenu en divisant le total des frais de possession par la valeur du stock moyen. Nous obtiendrons ainsi un pourcentage de la valeur du stock moyen.

Une valeur de l’ordre de 20 à 25% de la valeur du stock moyen est fréquemment rencontrée.

Exercice

On a réalisé l’inventaire des charges afférentes aux coûts de passation et de possession du stock. Les montants des rémunérations indiqués comprennent les charges sociales et sont mensuels.

-              Le personnel affecté aux tâches d’achats et de gestion des stocks est le suivant :

* un chef de service consacrant la moitié de son temps aux achats et l’autre moitié à



la gestion des stocks :18000 dh.

* 2 acheteurs : 13500 dh. chacun .

* 2 aides-acheteurs : 9000 dh. chacun .

* 1 gestionnaire de stocks : 13500 dh..

* 1 chef magasinier : 9000 dh.

* 5 magasiniers : 6000 dh. chacun .

* 2 secrétaires : 6750 dh. chacune .

-Le taux de rendement des capitaux investis de 10 % .

- Les amortissements matériel et bureaux : 21000 dh. pour les achats et 180000 dh. pour

- le magasin .

-Les frais de timbre sont de 3 dh. par commande et téléphone et télex coûtent 84000 dh.

par an .

-Un budget de déplacement pour les acheteurs est de 70000 dh.

-L’éclairage et le chauffage sont de 38000 F pour le magasin et de 6000F pour les

bureaux des achats .

-Le stocks moyen de l’entreprise est de 7 millions de dh..

-Des pertes ont été constatées dans l’année :14000 dh..

-Les services de réception se composent de 3 réceptionnaires qualitatifs à 9000 dh

.chacun et de

3 réceptionnaires quantitatifs à 6000 dh. chacun .

- On a dénombré 9000 commandes pour l’année et 1000 réceptions par mois, l’entreprise

fermant un mois complet tous les ans .

- Le coût des services informatiques est de 2 dh. par commande , 1.80 dh. par livraison ou réception, 2.20 dh. par facture fournisseur . Le coût de la gestion des stocks est de

90000 dh. par an .

- Enfin, le prix de la liasse de commande et celui de la liasse des bons de réception sont de 2 dh. chacun .

A partir de ces données, vous devez calculer :

-le coût de passation (valeur pour une livraison)

-le coût de possession (pourcentage de la valeur du stock moyen)

...

5.1.Le stock de sécurité

Dans l’idéal, la consommation des produits en stock est parfaitement régulière, et les réapprovisionnements s’effectuent aux dates prévues.

Dans la réalité, la consommation est fluctuante, et les délais de livraisons ne sont pas toujours exactement respectés.

Le stock de sécurité va permettre de se prémunir :

  1. a)            d’un accroissement de la consommation
  2. b)           d’un allongement des délais

5.1.1 Principe de calcul Soient :

C la consommation normale pendant une période         100 par exemple

D le délai de livraison habituel   2 mois par exemple

La consommation normale pendant le délai de livraison est donc de :

C x D = 100 x 2 = 200

  1. a) le stock de sécurité absorbe l’écart sur consommation pendant le délai :

Si l’écart sur consommation est par exemple de 10, soit une consommation de 110, le stock de sécurité doit être de 20 unités pour absorber l’écart de consommation.

On dit que le stock de sécurité (20) absorbe l’écart de consommation (10) pendant le délai (2).

  1. b) le stock de sécurité absorbe la consommation pendant l’écart sur le délai :

Si l’écart sur le délai est de 0.5 mois, soit un délai total de 2.5 mois, le stock de sécurité doit être de 50 unités pour absorber l’écart sur le délai.

On dit que le stock de sécurité (50) absorbe la consommation (100) pendant l’écart sur le délai (0.5).

5.1.3La formule de calcul du stock de sécurité est la suivante :

Consommation totale prévue = (Consommation) x ( Délai )

Consommation totale réelle = (Consommation + écart Consommation ) x ( Délai + écart délai )

Stock de sécurité = Consommation totale réelle – Consommation totale prévue

Stock de sécurité = Consommation x écart délai + Délai x écart Consommation

Dans notre exemple

Stock de sécurité = 100 x 0.5 + 2 x 10 = 70

La couverture ainsi obtenue par le stock de sécurité permettra de ne pas tomber en rupture, même dans le cas

plus défavorable constaté jusqu’à présent .

Quand il n’y a pas d’aléa sur les délais, une analyse statistique des consommations par période permet d’évaluer le stock de sécurité en fonction du taux de couverture souhaité.

Modes de calcul du stock de sécurité :

A partir de l’observation des consommations, on calcule soit l’écart type, soit l’écart moyen absolu.



Ecart type :

Il mesure la dispersion des valeurs par rapport à la moyenne. Plus l’écart type sera grand, plus les valeurs observées seront éloignées de la moyenne.

Soient

Qi la consommation de chaque période

  1. la moyenne des consommations
  2. le nombre d’observations

L’écart type sera :

( avec i variant de 1 à n )

L’écart type étant calculé, on peut en déduire les probabilités suivantes :

Il existe 68,28% de chances que la demande se situe entre la moyenne – l’écart type et la moyenne + écart type , le taux de couverture est alors de 84,13 %.

Si par exemple la moyenne est de 150 et l’écart type de 25, on a 68,28% de chances que la demande se situe entre 125 et 175 unités, et on a 84,13% de chances d’être inférieur à 175 unités.

De la même façon, on a 95,74% de chances que la demande se situe entre la moyenne - 2 écarts types et la moyenne + 2 écarts types, le taux de couverture est alors de 97,72%.

Enfin, on a 99,74% de chances que la demande se situe entre la moyenne – 3 écarts types et la moyenne + 3 écarts types, le taux de couverture est alors de 99,87%.

Si le délai d’obtention est le même que les périodes d’observation (par exemple le mois), le stock de sécurité sera un multiple de l’écart type choisi en fonction du taux de couverture souhaité.

Il est inutile de prendre un coefficient multiplicateur supérieur à 3, on accroîtrait le stock de sécurité, sans augmenter réellement le taux de couverture.

Par exemple,

Un stock de sécurité égal à 2 écarts types permet d’avoir un taux de couverture de 97,72%

Si le délai d’obtention est différent des périodes observées (par exemple 2 mois de délai alors qu’on a observé des consommations mensuelles), il faudra multiplier le nombre d’écarts types choisis par un coefficient multiplicateur :

...

Par exemple,

On a effectué des observations mensuelles et calculé un écart type de 25, On a choisi un taux de couverture de 97,72% soit 2 écarts types,

Le délai d’obtention est de 2 mois,

Le stock de sécurité est égal :

25 x 2x  2/l = 50 x 1,414 = 71 unités

Ce stock de sécurité peut paraître peu important ou complètement exagéré. En réalité, plus la demande sera régulière, plus le stock de sécurité sera faible.

Si on obtient, à cause d’une demande trop irrégulière un stock de sécurité pléthorique et difficile à financer, il vaudra mieux s’orienter vers d’autres méthodes permettant de mieux réapprovisionner en fonction de la demande.

Ces modes de calcul du stock de sécurité sont scientifiques donc exacts.

Ils peuvent cependant donner des résultats inapplicables.

Ils sont bien adaptés à une demande assez stable, ce qui est plutôt le cas de produits finis que des matières premières et des composants.

Pour ces derniers, la demande est beaucoup plus fluctuante, soumise à des ‘à coups ‘, et nécessitera souvent l’utilisation de méthodes différentes telles que la méthode MRP.

5.2.1 Le point de commande ou stock d’alerte

Le problème du responsable des approvisionnements est de répondre à 2 questions liées entre elles :

- QUAND APPROVISIONNER.? - COMBIEN COMMANDER . ?

Le système du point de commande suppose une demande régulière, constante et connue.

Il consiste à commander des quantités fixes à des dates variables. Principe de calcul :

De manière intuitive,

On sait qu’il faut commander quand le stock atteint un niveau tel qu’il nous permettra de faire face à la consommation en attendant un réapprovisionnement.

Le niveau du stock d’alerte est donc défini comme la consommation pendant le délai, augmentée du stock de sécurité.

...

D le délai de livraison ( par exemple 4 )

SS le stock de sécurité (par exemple 50)

STOCK ALERTE ( Point de commande ) = C x D + SS

Dans notre exemple :

STOCK D’ALERTE = 40 x 4 + 50 = 210

Il faudra donc passer commande QUAND le stock atteindra la valeur de 210.

Cas particulier, lorsque la quantité commandée est inférieure au stock d’alerte.

Par exemple :

Délai de livraison : 4 mois, consommation mensuelle : 100, quantité commandée à chaque fois : 300.

Selon la formule précédente, et si on fait abstraction du stock de sécurité, le stock d’alerte sera de :

STOCK ALERTE = 100 x 4 = 400

Hors, puisque la quantité commandée à chaque fois est de 300, le stock d’alerte ne sera jamais atteint (le stock physique restera en principe au dessous de 300, si la consommation est régulière).

Plus généralement, il faut donc passer commande quand



STOCK PHYSIQUE + EN COMMANDE <= CONSO x DELAI + STOCK SECURITE

5.2.3Notion de délai d’obtention :

Le délai d’obtention est la durée totale qui s’écoule entre le montant où le stock d’alerte est atteint et le montant où les article sont effectivement disponibles.

Attention : Il serait dangereux d’assimiler ce délai au délai de livraison annoncé par le fournisseur.

Pour calculer le délai d’obtention, il faut ajouter :

-1/ Le délai qui s’écoule entre le moment où le stock atteint le point d’alerte et le moment où ce fait est pris en compte (cas des examens des stocks à période fixe).

-2/ Le délai administratif de passation de commande,

- 3/ Les délais de poste,

- 4/ Le délai d’approvisionnement par le fournisseur (transport compris).

- 5 /Le délai de réception (contrôle de la qualité et de la quantité).

- 6/ Le délai de mise en magasin à disposition des demandeurs (fiches de stock, saisie informatique, manutention).

5.3.1 Le coût de passation :

Nous avons vu plus haut les différents composants de ce coût .

Soient :

C la consommation totale de l’année

F le coût de réapprovisionnement pour une commande (ou une livraison)

Q la quantité à réapprovisionner périodiquement

N le nombre de commandes (ou de livraisons) = C / Q

Le coût annuel de réapprovisionnement est donné par la formule :

Coût passation = coût pour une commande x nombre de commandes



3956