Cours Introduction à la gestion de l’entreprise pdf

Problème à signaler:


Télécharger Cours Introduction à la gestion de l’entreprise pdf



★★★★★★★★★★3.5 étoiles sur 5 basé sur 2 votes.
5 stars
1 votes
2 stars
1 votes

Votez ce document:

L2S4

Introduction à la gestion de l’entreprise

 Notes de cours

Année académique 2011/12

Avertissement

-  Ces notes sont les notes de cours de l’enseignant. Elles sont susceptibles d’être révisées régulièrement. 

-  Leur usage est également indiqué pour les étudiants du cours. Il est demandé de ne pas les diffuser ni d’y faire référence.

-  Le

s énoncés des exercices sont dans un fichier annexe.

Plan général

Chapitre 1  Introduction à la comptabilité

Chapitre 2  Les salaires

Chapitre 3  Financement d’une entreprise 

Chapitre 4  Calcul de coûts

Je remercie vivement  C.Terrier pour son aide très précieuse dans l’élaboration de ces notes.

Chapitre 1  Introduction à la comptabilité

Plan du chapitre

1.  Principes généraux

1.1  Comptabilité familiale                                          

1.2  Comptabilité d’une entreprise                            

1.3  Le compte de résultat                                          

1.4  Le bilan                                                     

2.  Les documents de base

2.1  Les comptes                                                          

2.2  Le plan comptable                                               

2.3  Le compte de résultat                              

2.4  Le bilan                                                      

2.5  La balance                                                             

2.6  Le journal                                                 

Annexe : Plan comptable                                 

3.  TVA et comptabilité

3.1  Calcul de la TVA                                                

3.2  Enregistrement                                      

3.3  Exemple

1. Principes généraux

Que l’on soit responsable de soi, d’une famille ou d’une entreprise, il est conseillé de gérer ses dépenses et ses recettes pour ne pas se retrouver sans argent au milieu du mois.  Cet impératif de gestion en bon père de famille peut se faire en tenantune comptabilité des recettes et dépenses sur un cahier ou au moyen d’un logiciel (Money de Microsoft par exemple).

La comptabilité personnelle ou d’entreprise consiste à enregistrer les mouvements financiers afin de pouvoir à tout moment savoir d’où vient l’argent et ce que l’on en fait. Elle permet de répondre à la question : comment évolue le patrimoine d’un agent ? Et dans le cas d’une entreprise, elle permet à l’entrepreneur de savoir si son activité est rentable.

Puisque toutes les dépenses et recettes sont enregistrées dans des comptes, il est possible en les sommant et en les regroupant de répondre à ces deux questions. C’est l’objet du compte de résultat et du bilan. 

On va d’abord montrer ci-dessous qu’il y a de nombreux points communs entre une comptabilité familiale et la comptabilité d’une entreprise et qu’elles répondent en fin de compte aux mêmes exigences.

1.1 Comptabilité  familiale

Afin de tenir la comptabilité de ses flux financiers quotidiens, on peut utiliser un cahier sur lequel on note en colonnes ses dépenses et ses recettes. Cette solution revient à tenir un journal comptable de banque. L’exemple suivant concerne le cas d’un étudiant :

Date

Nature

Dépenses

Recettes

Solde banque

1/5/2004

Solde initial banque

790,00

2/5/2004

Achat Carrefour nourriture

65,30

724,70

3/5/2004

Achat chaussures

120,00

604,70

4/5/2004

Bar Chardon d’Ecosse

15,00

589,70

5/5/2004

Achat nourriture Géant

45,00

544.70

6/5/2004

Bar Le Sud

22,00

522.70

7/5/2004

Chèque Parents

600,00

1 122,70

7/5/2004

Solde final banque

1 122,70

Ce tableau appelle 2 remarques :

-  chaque opération donne lieu à une seule écriture

-  sa structure est très similaire à celle d’un extrait bancaire, comme l’illustre l’exemple suivant :

Solde du compte au 1/1/2011 (solde initial)

-  dépenses (sorties) entre le 1/1/2011 et 6/1/2011

+ rentrées entre le 1/1/2011 et 6/1/2011

= Solde du compte au 6/1/2011 (solde final)

Quand les rubriques sont nombreuses et variées, le système peut être amélioré en utilisant une page du cahier par nature de dépenses ou de recettes, ce qui permettra de connaître rapidement les totaux par poste (exemple : page nourriture, page bar-restaurant, page vêtements, etc.) :

Page nourriture

Page bar restaurant

2/5/2004

Achat Carrefour nourriture

65,30

4/5/2004

Bar Chardon d’Ecosse

15,00

5/5/2004

Achat nourriture Géant

45,00

6/5/2004

Bar Le Sud

22,00

Page vêtements

Page chèque parents

3/5/2004

Achat chaussures

120,00

7/5/2004

Chèque Parents

600,00

                 

1.2 Comptabilité d’une entreprise

1.2.1 Principe

Par rapport à la comptabilité familiale, le système est amélioré de deux façons :

a) on attribue un numéro à chaque page (poste) pour en simplifier la gestion. Les postes sont en effet très nombreux dans une entreprise. En outre, les numéros sont normalisés, c-à-d qu’un poste donné se voit attribué le même numéro quel que soit l’entreprise considérée. b) Tout mouvement est enregistré dans deux comptes : 

-      un premier compte qui indique le moyen de financement ou la ressource (MF) ; - un second compte qui indique l’utilisation faite du financement ou l’emploi (UF).  Par convention, les UF sont enregistrées dans les colonnes de gauche et les MF dans les colonnes de droite des comptes.

Si on reprend l’exemple de la section 1.1, en supposant donc que l’étudiant gère ses comptes comme une entreprise, on obtient les enregistrements suivants :

601  nourriture

625  bar restaurant

UF

(débit)

MF

 (crédit)

UF

(débit)

MF

(crédit)

2/5/2004

Achat Carrefour nourriture

 

65,30

4/5/2004

Bar Chardon d’Ecosse

15,00

 

5/5/2004

Achat nourriture Géant

45,00

6/5/2004

Bar Le Sud

22,00

604  vêtements

701 chèques parents

UF

(débit)

MF

 (crédit)

UF

(débit)

MF

(crédit)

3/5/2004

Achat chaussures

120,00

7/5/2004

Chèque Parents

600,00

 

512  Banque

   

UF

(débit)

MF

 (crédit)

1/5/2004

Solde initial banque

2/5/2004

Achat Carrefour nourriture

 

65,30

3/5/2004

Achat chaussures

120,00

4/5/2004

Bar Chardon d’Ecosse

15,00

5/5/2004

Achat nourriture Géant

45,00

6/5/2004

Bar Le Sud

22,00

7/5/2004

Chèque Parents

600,00

On observe que :

-      chaque compte a un numéro précis, déterminé par la normalisation en vigueur imposée par la loi.

-      chaque opération conduit à une double écriture d’un même montant, l’une dans la colonne UF d’un compte, l’autre dans la colonne MF d’un autre compte (cfr. par exemple l’opération en grisé ci-dessus).

-      Les dépenses en nourriture, bar restaurant,… sont indiquées dans la colonne UF des comptes correspondants, ET dans la colonne MF du compte Banque. Derrière ce compte, on peut voir le compte à vue de l’entreprise (ou de l’étudiant) dans une banque commerciale quelconque. Dans ces opérations, le compte Banque apparaît comme le compte ressource (celui d’où viennent les fonds), tandis que les autres comptes apparaissent comme les comptes emploi (ceux où vont les fonds).

-      le chèque des parents est enregistré (1) dans la colonne UF du compte Banque ET (2) dans la colonne MF du compte « chèques parents ». Une fois le chèque touché, le compte à vue est augmenté du montant du chèque. Dans cette opération, le compte Banque apparaît comme le compte emploi (celui où vont les fonds), tandis que le compte « chèques parents » apparaît comme le compte ressource (celui d’où viennent les fonds). 

Remarque importante : l’obligation d’enregistrer chaque mouvement dans deux comptes en inversant les colonnes afin d’indiquer à la fois l’origine et la destination des flux financiers permet de réaliser un contrôle automatique des enregistrements. Cette règle correspond au principe de l’écriture en partie double.

1.2.2 Exemple 1

La société BOUZON est créée le 1/1/2008. Les opérations suivantes sont effectuées :

1  - Apport par le gérant de 100 000 € en banque ce qui constituera le capital de l’entreprise

2  - achat d'une machine-outil 10 000 € par banque

3  - achat d'un terrain 30 000 € par banque

4  - achats de marchandises 7 000 € par banque

5  - ventes de marchandises 8 000 € par banque, 

6  - Achat d’essence 100 € par banque

7  -  Achat de marchandises 4000 € par banque

Le travail du comptable est d’ouvrir les comptes et d’enregistrer ces opérations. 

Pour alléger les écritures :

on représente un compte sous la forme d’un T ou d’un tableau à 2 colonnes, où les sommes sont inscrites de part et d’autre du trait vertical. A gauche, on enregistre les utilisations de financement (UF) et à droite, on enregistre les moyens de financement (MF) ;

chaque opération est repérée par son numéro dans la liste des opérations à enregistrer.

Les enregistrements sont les suivants :

UF           Banque MF                   UF        Capital              MF                   UF     Machine-outil     MF

(1) 100 000  

   10000 (2) 

(5)      8000  

  30000 (3)

   7000 (4) 

 4000 (7)

                                                                                                  100 000 (1)                     (2) 10000

                          100 (6)                          UF                                                

UF        Vente March.       MF                                                                              

1.3  Le compte de résultat

La plupart des opérations d’une entreprise consistent à acheter des biens et services (B&S) destinés à être revendus (marchandises), transformés (ex : matières premières) ou consommés (électricité, essence, travail, etc.) rapidement. Le compte de résultat (CR) a précisément pour but de rassembler ces opérations.

En pratique, le CR  enregistre les B&S revendus, transformés ou consommés par l’entreprisedans un délai maximum de 12 mois. En comptabilité, les dépenses liées à ces B&S sont appelées des charges et les recettes des produits. Le CR regroupe donc les comptes de charges et de produits. Ce faisant, on dit que le CR enregistre l’activité d’exploitation d’une entreprise. 

On qualifie également les opérations enregistrées dans le CR de courantes, car elles concernent les dépenses et les recettes induites par l’activité courante de l’ revanche, les opérations d’investissement physique (achat de machines, bâtiments, terrains) ne sont pas enregistrées dans le CR ! En effet, ces opérations concernent normalement des délais supérieurs à 12 mois.

Le CR renseigne des chiffres en termes de flux. Un exemple de CR est donné par le tableau suivant :

Charges (UF moins 12 mois)

 

Montant

 

Produits (MF Moins 12 mois)

Montant

Achats marchandises

 

120 000

Ventes marchandises

250 000

Achats fournitures bureau

 

12 000

Ventes diverses

28 000

Achat essence

 

5 000

Achat assurances

 

4 000

Loyer

 

6 000

Salaires

 

28 000

Impôts

 

13 000

Total

188 000

Total

278 000

 

Bénéfice

 

90 000

Total

                      278 000

                 

La comparaison des totaux de la colonne charges et de la colonne produits indique le résultat (bénéfice) réalisé par l’entreprise grâce à son activité professionnelle sur la période (90 000).

1.4 Le bilan 

D’autres comptes enregistrent ce que l’entreprise possède (son patrimoine) et les biens qui restent durablement dans l’entreprise : biens immobiliers, meubles, biens immatériels (actions, créances financières), moyens de transport, matériel professionnel, créances sur clients, dettes financières, dettes aux fournisseurs, etc.

Ces comptes sont regroupés dans un document appelé Bilan. On dit que le bilan enregistre les richesses et les dettes d’une entreprise. Contrairement au CR, le bilan enregistre des chiffres en termes de stocks. Un exemple de bilan est donné par le tableau suivant :

Actif (UF durable)

 

Passif (MF Dura

ble)

Compte

Montant

Compte

Montant

Bâtiment

300 000

Capital

388 000

Terrain

100 000

Emprunts

100 000

Machines

120 000

Dettes fournisseurs

20 000

Voitures

45 000

Stock marchandises

15 000

Créances sur clients

10 000

Banque

8 000

Bénéfice

 

90 000

Total

598 000

Total

598 000

               

Ce tableau fait apparaître une série de concepts importants :

-  l’actif, à gauche, indique les utilisations durables. Les 5 premiers postes désignent des actifs physiques ; les 2 derniers (créances et banque) désignent des actifs financiers. - le passif, à droite, indique les moyens de financement durables dont l’entreprise a bénéficié. On y trouve le capital et les dettes. 

-  le capital désigne les MF qui appartiennent à l’entreprise ou à ses propriétaires. On parle également des fonds propres de l’entreprise. 

-  les emprunts et autres dettes regroupent les MF de l’entreprise qui sont financés par autrui.

Si au cours de la dernière période d’exploitation, l’entreprise a réalisé un bénéfice (les MF enregistrés au niveau du CR ont été supérieurs aux UF), celui-ci vient s’inscrire en positif au passif du bilan (les MF de l’entreprise augmentent). En revanche, si elle a enregistré une perte (les MF enregistrés au niveau du CR  ont été inférieurs aux UF), celle-ci vient s’inscrire en négatif au passif du bilan

Dans l’exemple ci-dessus, l’entreprise a enregistré un bénéfice. Ce résultat provient de l’activité d’exploitation et correspond au solde du compte de résultat. Le montant doit donc être le même dans les deux documents (90 000).

Le capital de l’entreprise évolue au cours du temps selon l’équation suivante :

Capital final = capital initial + bénéfice

+ plus-values

+ nouvel apport de capital par les propriétaires

Par capital initial, il faut entendre capital de début de période. Par capital final, il faut entendre capital de fin de période. Dans l’exemple précédent, il n’y a ni plus-values (appréciation du prix des actifs possédés par l’entreprise), ni nouvel apport de capital par les propriétaires). Le capital final vaut donc 388000 + 90000 = 478000.

2. Les documents de base

Cette section approfondit et détaille les concepts vus précédemment (les comptes, le compte de résultat, le bilan) et introduit 2 nouveaux concepts (la balance et le journal).

2.1 Les comptes

Chaque recette, chaque dépense, chaque élément du patrimoine de l’entreprise est enregistré dans un document qui récapitule son historique. Ce document est appelé un compte. En voici deux exemples :

N° : 707000

Compte : Ventes de marchandises

 

DATES

LIBELLES

DEBIT

CREDIT

01/01/04

01/01/04

03/01/04

04/01/04

Facture n° 123 

Facture n° 124

Avoir n° A 33 (retour)  facture n° 125

2 400,00

12 000,00

7 300,00

2 450,00

N° :

218200

Compte : Matériel de transport

 

DATES

 

LIBELLES

DEBIT

CREDIT

1/1/04

5/3/04

9/6/04

 

Achat Clio commerciale

Achat véhicule TRAFFIC 

Vente Clio commerciale

11 000,00

15 900,00

5 000,00

Les comptes possèdent un numéro normalisé qui est le même pour toutes les entreprises (ex : le numéro 218200 pour le compte « matériel de transport »). Le terme débit est équivalent aux termes dépenses et UF rencontrés précédemment. De même, le terme crédit est équivalent aux termes recettes et MF rencontrés précédemment

2.2 Le plan comptable

La liste complète des comptes avec numéro est appelée plan comptable. Une version simplifiée d’un tel plan se trouve en annexe de la présente section 2. Les comptes sont regroupés en 7 classes, numérotées de 1 à 7. Chaque classe est décomposée en rubriques, qui peuvent être elles-mêmes décomposées en sous-rubriques, etc.

2.3 Le compte de résultat (CR)

Il récapitule 

-      tous les produits (revenus) qui ont entraîné un enrichissement (en pratique les comptes de produits de la classe 7) au cours de l'exercice comptable;

-      toutes les charges qui ont entraîné un appauvrissement (en pratique les comptes de charges de la classe 6) de l'entreprise au cours de l'exercice comptable.

Ces produits (revenus) et charges sont classés par nature :

-      lesrevenus et charges d'exploitation liés à l'exploitation courante et normale de l'entreprise. (achats et ventes de produits, matières, marchandises, salaires, assurances, loyers, impôts et taxes diverses, etc.)

-      lesrevenus et charges financières liés aux placements et aux dettes financiers de l’entreprise (intérêts perçus ou versés, escomptes accordés ou obtenus, pertes ou gains de change, etc.)

-      lesrevenus et charges exceptionnelles, qui ne sont pas liés à la réalisation des finalités de l'entreprise. Ce sont des revenus et charges annexes ou accessoires, qui doivent

(normalement) le demeurer (pertes ou gains sur cessions d'immobilisation, dons, amendes, pénalités payées ou perçues, etc.)

La présentation schématique du CR est la suivante :

 

Compte de résultat de l’exercice :

 

Compte

Montant

Compte

Montant

Charges d’exploitation

Produits d’exploitation

60

Achats mat, march, fournitures (dont variations de stocks)

70

Ventes produits, mses

61

Loyer, assurances

62

Honoraires

63

Impôts et taxes

64

Salaires

681

Dotation aux amortissements

Charges financières

Produits financiers

66

Intérêts

76

Intérêts

686

Provisions financières

Charges Exceptionnelles

Produits exceptionnels

67

Amendes

77

Subventions

2.4 Le Bilan

Il présente le patrimoine de l'entreprise à la fin de l'exercice comptable.

Le PASSIF récapitule les moyens de financements dont l'entreprise a bénéficié. On distingue :  - les apports en capital des actionnaires, associés ou du propriétaire (classe 1)

- les emprunts ou dettes assimilées. Ceux-ci sont distingués selon qu’ils sont remboursables

•   à long terme (classe 1)

•   à court terme (fournisseurs, Etat, salariés, organismes sociaux, etc.) (classe 4)

L'ACTIF  récapitule les utilisations qui ont été faites des moyens de financement. On distingue :

- les investissements durables en immobilisations  (classe 2), c-à-d les immobilisations

•   incorporelles (brevets, licences, fonds de commerce) ;

•   corporelles (terrains, constructions, matériels, mobiliers, matériels de bureau, de transport, etc.)

•   financières (participations dans les filiales, actions possédées d'autres sociétés). - les utilisations à plus court terme des moyens de financement. On parle de l’Actif circulant, qui comprend les :

•   stocks de matières, marchandises, en-cours de production, produits finis (classe 3) ; • créances sur clients, avances aux salariés, acomptes accordés aux fournisseurs, etc.

(classe 4) ;

•   disponibilités non utilisées qui sont en banque, en caisse ou aux CCP (classe 5).

Une présentation schématique du bilan est la suivante :

   

Bilan

   
 

Actif

   

Passif

 

classe

Compte

Montant

Compte

Montant

200

immobilisations  incorporelles

compte de capitaux

101

Capital

210

immobilisations corporelles

160

Emprunts 

270

immobilisations  financières

Dettes 

401

Fournisseurs

3

stocks

42

Salariés

créances

41

Clients

disponibilités

5

Banque, caisse

512

Banque (découvert)

Attention : la présentation ne reprend que le principal. D’autres rubriques pourraient s’y retrouver !

2.5 La balance 

Ce document récapitule l'intégralité des comptes de l'entreprise. Elle permet de vérifier le respect de la partie double (la double écriture) lors des enregistrements. Pour chaque compte apparaît : le total débit (UF), le total crédit (MF) et le solde (différence entre le total débit et le total crédit).

Un exemple de balance est le suivant :

   

Balance des comptes au :

 

Libellés

 

Totaux

Soldes (UF – MF)

 

Débit (UF)

Crédit (MF)

Débiteur

Créditeur

101

Capital

 

120 000

120 000

160

Emprunts

 

182 000

140 000

42 000

 

35 

Stock de produits

 

15 000

15 000

 

512

Banque

 

85 000

83 000

2 000

530

Caisse

 

5 000

4 000

1 000

 

607

Achat marchandises

 

188 000

8 000

180 000

 

707

Ventes de marchandises

 

2 000

122 000

120 000

 
 

Totaux

477 000

477 000

240 000

240 000

Remarque importante : une balance exacte implique que : - le total « débits » = total « crédits » 

- le  total «  soldes débiteurs » = total « soldes créditeurs »

Attention : la balance permet de vérifier la partie double, mais ne permet pas de voir les erreurs d'imputation. Exemple : Si dans l’exemple ci-dessus, le compte 607 « Achats de

marchandises » a été débité à la place du compte 601 « Achats de matières », la balance ne permet pas de le repérer.

2.6 Le journal

L’article 8 du Code de commerce rend obligatoire la création d'un document qui récapitule chronologiquement les opérations économiques d'une entreprise. Ce document est le journal. Dans sa forme classique, il se présente ainsi :

Date

N° Cpte

Libellé

Débit

Crédit

1-1-05

607000

Achats de marchandises

10 000,00

1-1-05

445660

TVA déductible sur ABS

2 060,00

1-1-05

411001

Client DUPONT

12 060,00

2-1-05

401001

Fournisseur Albert

5 000,00

2-1-04

512000

Banque

5 000,00

L'utilisation d'un journal unique dans une entreprise est impossible à réaliser lorsque cette société dépasse une certaine dimension. Dans ce cas, il est créé plusieurs journaux spécialisés (qualifiés de journaux divisionnaires ou auxiliaires) selon la nature des opérations à enregistrer et selon les services existants. Les journaux les plus couramment utilisés sont les suivants :

-  journal Banque, qui enregistre les mouvements bancaires.

-  journal Achats, qui enregistre les achats avec TVA (tenu par le service achat ou approvisionnement).

-  journal Ventes, qui enregistre les ventes (tenu par le service commercial ou facturation).

-  journal Paye, qui enregistre les salaires (tenu par le service du personnel).

-  journal OD (Opérations Diverses), qui enregistre les opérations qui ne peuvent être enregistrées dans les journaux précédents (ex : écritures de fin d'année, d'inventaire ou de clôture).

En conséquence, comme la loi rend obligatoire la création d'un document unique récapitulant chronologiquement les opérations de l'entreprise, il en résulte la nécessité de centraliser les journaux divisionnaires sur un seul journal, en recopiant une synthèse des écritures de chaque journal divisionnaire.

2.7 Exemple 2

La société CEVRERO est créée le 1/1/2009. Les opérations suivantes ont été effectuées :

1  - apport en capital de 50000 € en banque

2  - reçu en banque un emprunt de 50 000 €

3  - achat d'une machine-outil de 15 000 € à crédit

4  - achat d’une voiture de 35 000 € à crédit

5  - achats de marchandises 15 000 € par banque

6  - achats de marchandises 5 000 € à crédit

7  - ventes de marchandises 10000 € par banque

8  - ventes de marchandises 8 000 € à crédit

9  - payement du téléphone : 250 € par banque

10  - achat de marchandises : 10000 € payé par banque

11  - payement d’un fournisseur de marchandises : 5000 € par banque

12  - règlement d’un client : 8000 € en banque

13  - le stock final de marchandises est de 500 €

14  -  la  machine -outil  et  la voiture  ont  perdu  10  %  de leur valeur (à passer en amortissement)

Le travail de comptabilité va consister à :

-  étape 1 : enregistrer  ces opérations  dans  les  comptes concernés, en attribuant  un 

numéro  à chaque  compte  au moyen du  plan comptable en Annexe ;

-  étape 2 : faire la balance des comptes ; - étape 3 : établir le compte de résultat ; - étape 4 : établir le bilan.

Le travail obéit au schéma séquentiel suivant :

 Les comptes

 

                                                                               Balance

                                                         CR                                                   Bilan

bénéfice/perte

1) Les comptes

Remarque : par soucis de simplicité, on se limite à un numéro à 3 chiffres pour caractériser un compte. On ne pousse pas la précision de l’enregistrement au-delà.


UF  512 Banque   MF

(1) 50000 (2) 50000

(7) 10000

  (12)  8000

(5) 15000

(9)    250

(10)    10000

(11)    5000

118000

30250

UF 210 Immo corp MF

(3)  15000

(4)  35000 

(14) 5000

50000

5000

UF  401 Fourn march  MF

 

UF 626 Poste et télécom  MF

 

       UF  101 Capital  MFUF  160 Emprunt MF

 

UF 404 Fourn immo MF

(3)  15000

(4)  35000

50000

(5)    15000

(6)    5000

(10) 10000

30000

UF607 Achat march  MF

UF 707 Ventes march MF

(7) 10000 (8) 8000

18000

UF       411 Clients       MF

                     UF  37 Stock march       MFUF     603 variation Stock    MF

 

UF 681 Amortissement    MF

 

Remarque : les comptes 37 et 603 doivent être bien différentiés. Le compte 37 enregistre le stock de marchandises final (Sf) ; le compte 603 enregistre la variation de ce stock (?S) pendant la période, c-à-d la différence entre les valeurs de fin de période (Sf) et de début de période (Si) de ce stock. Ces quantités sont liées par l’équation :

Sf = Si + ?S

Dans le cadre de l’exercice, Si = 0 car l’entreprise est créée en début d’année (de période). Le compte 603 renseigne que le stock a varié positivement de 500. En conséquence, le compte 37 renseigne un stock de fin d’année Sf = 0 + 500 = 500.

2)  La balance des comptes s’obtient en rassemblant l’ensemble des comptes

   

Balance des comptes  

 

Libellés

Totaux

Soldes

Débit

Crédit

Débiteur

Créditeur

101

Capital

50 000

50 000

160

Emprunt

50 000

50 000

210

Immobilisations corporelles

50 000

5000

45000

37

Stock marchandises

500

500

401

Fournisseurs (marchandises,...)

5 000

5 000

404

Fournisseurs Immobilisation

50 000

50 000

411

Clients

8 000

8 000

512

Banque

118 000

30 250

87 750

603

Variation Stocks

500

500

607

Achat marchandises

30 000

30 000

626

Poste et télécom

250

250

681

Amortissement

5 000

5 000

707

Ventes marchandises

18 000

18 000

Totaux

216 750,00

216 750,00

168 500,00

168 500,00

3)  Le compte de résultats reprend les produits et charges d’exploitation (classes 6 et 7) reprises dans la balance

     

Compte de résultat  

 

Compte

 

Montant

Compte

Montant

Charges d’exploitation

 

Produits d’exploitation

603

Var Stocks

 

-500

707

Ventes marchandises

18 000

607

Achat marchandises

 

30 000

626

Poste et télécom

 

250

681

Amortissement

 

5 000

 

Total

34 750

Total

18 000

 

Pertes

16 750

4)  Le bilan reprend les écritures de la balance NON reprises par le CR, ainsi que le bénéfice ou la perte enregistrée au niveau du CR 

     

Bilan  

   
 

Actif

     

Passif

 

N

Compte

 

Montant

N

Compte

Montant

 
 

101

Capital

   50 000

210

Immobilisations corporelles

 

45000



3463