Cours gratuit : la gestion d'entreprise

Problème à signaler:


Télécharger Cours gratuit : la gestion d'entreprise



★★★★★★★★★★4.1 étoiles sur 5 basé sur 15 votes.
5 stars
9 votes
4 stars
2 votes
3 stars
2 votes
2 stars
1 votes
1 stars
1 votes

Votez ce document:

Support de cours a propos de la gestion d'entreprise /

...

Les classements selon l'activité.

Le classement d'entreprises peut s'opérer de plusieurs manières. La manière la plus courante est de re

grouper les entreprises en fonction du secteur économique auquel elles appartiennent.

Dans les années 1940, un économiste australien du nom de Colin CLARK a identifié 3 grands secteurs économiques :

- le secteur primaire qui englobe les entreprises qui produisent des matières premières (agriculture, pêche, sylviculture, activités minières et l'énergie) ;

- le secteur secondaire qui comprend les entreprises transformant les matières premières en biens de production ou de consommation (industrie, bâtiment ou travaux publics) ;

- le secteur tertiaire réunissant des entreprises produisant des services (banques, enseignement).

En 1850, le secteur primaire regroupait la moitié des actifs. Aujourd'hui, ce secteur ne représente que 4 % des actifs.

En 1850, le secteur secondaire représentait 25 % des actifs. Il a atteint son paroxysme en 1970 où il représentait 37,5 % des actifs regroupés et aujourd'hui il regroupe que 25 % des actifs.

Actuellement, le secteur tertiaire ne cesse de s'accroître ; aujourd'hui, il représente 71 % des actifs. On parle de théorisation de l'économie.

Si le secteur tertiaire s'est développé autant en France, c'est notamment grâce au gain de productivité qui ont été réalisé dans le secteur primaire mais également dans le secteur secondaire.

Tous ces éléments ont permis de dégager de la main d'oeuvre qui va alimenter l'essor du secteur tertiaire. On parle de déversement, le trop plein d'emploi issu du secteur primaire et secondaire va se retrouver dans ce secteur tertiaire.

Un autre phénomène va contribuer à cette tertiarisation de l'économie à savoir la demande croissante de services aux entreprises (externalisation des fonctions informatiques, comptables, communication) et aux particuliers (développement des loisirs, vieillissement de la population, l'augmentation du travail des femmes).

Toutefois, il existe une interdépendance entre le secteur secondaire et le secteur tertiaire car les entreprises du secteur secondaire font largement appel à des entreprises de services (ventes, maintenances, transports).

La décroissance d'emploi dans le secteur primaire et secondaire ne signifie pas que la richesse qui y est crée diminue proportionnellement. Elle traduit simplement l'existence d'importants gains de productivité pour ces deux secteurs (primaires et secondaire). La notion de secteur est parfois insuffisante pour rendre compte de l'évaluation réelle d'activité économique car l'entreprise privilégie l'activité proprement dite.

On aura alors recours à la notion de branche d'activité (ensemble d'entreprise fabriquant une même catégorie de biens et de services).

La filière met en évidence le cheminement d'un bien depuis l'extraction de la matière première jusqu'au produit final et montre aussi les inter dépendances entre branches. L'INSEE identifie une vingtaine de filières dans le système productif français.

On voit bien l'importance de la notion de filière lorsque la baisse de la consommation d'un produit a des répercutions sur l'ensemble des autres acteurs. C'est un élément central de la réflexion stratégique

3°) Le classement des entreprises selon la taille.

On distingue les entreprises artisanales appelée très petites entreprises (TP) qui ont moins de 10 salariés ; les petites entreprises de 10 à 49 salariés ; les entreprises moyennes 250 à 249 salariés et enfin les grandes entreprises de 250 et plus.

Le tissu productif se caractérise par une multitude de très petites entreprises (micro entreprises) évaluées à 1 617 000.

Ainsi, près de 56 % des entreprises n'ont pas de salariés (profession libérale, petits agriculteurs, artisans et commerçants)

92 % des entreprises en France ont moins de 9 salariés. Les grandes entreprises sont au nombre de 7 000.

L'augmentation du nombre de salariés se double d'obligation légale. A 10 salariés, l'entreprise a obligation d'organiser l'élection du délégué du personnel. A partir de 50 salariés, l'entreprise a obligation de créer un comité d'entreprise et pour les grandes entreprises on rajoute un bilan social.

Les grandes entreprises dégagent moins de 50 % du chiffre d'affaire environ ; deux tiers des investissements français et 40 % des salariés d'où leur prédominance dans le paysage économique et médiatique.

4°) La situation de concurrence.

Entre la situation de concurrence pure et parfaite tel que la décrit la théorie économique et la situation de monopole, on trouve le cas fréquent dans la réalité d'oligopole mais également de concurrence monopolistique où le marché est dominé par quelques grandes firmes.

Quelles sont les conditions d'une concurrence pure et parfaite? La concurrence pure et parfaite suppose que soit rempli certaines conditions ?

- le principe d'atomicité du marché (l'information est exhaustive, disponible à tous instant pour la totalité des agents sur le marché) ;

- l'homogénéité des produits (produits homogènes, les mêmes ou substituable parfaitement) ;

- fluidité du marché (collaboration parfaite entre les agents et l'adaptation entre l'offre et la demande se fait par ajustement instantané) ;

- ouverture du marché (tous agents peuvent rentrer sur le marché ou sans retirer sans que les conditions du fonctionnement du marché en soient modifiées).

Ces hypothèses sont irréalistes dans la mesure où l'entreprise constitue un cadre théorique à partir duquel on peut apprécier des situations réelles observables.

Les monopolistiques existent lorsqu'une seule entreprise délivre un produit où un service sur un marché. Dans cette situation, le pouvoir de l'entreprise est important car le risque est que l'absence de concurrents l'incite à innover peu.

Lorsqu'il existe de nombreux concurrents cherchant à caractériser l'offre par rapport aux autres et a attiré ainsi d'autres segments de clientèles spécifiques, on se trouve dans une situation de concurrence monopolistique. .

Si quelques offreurs sont présent sur le marché d'un même produit face à un grand nombre de demandeurs, on parle d'oligopole.

Chapitre 2 : L'analyse des entreprises sous leurs trois dimensions principales.

Lorsqu'une réalité est trop complexe à saisir, le réflexe cartésien est de la découper en sous ensembles cohérent.

A défaut d'une perception d'ensemble, on disposera d'une somme d'éléments dont on cherchera ensuite à reconstruire la cohérence. De ce point de vue, l'approche analytique résultant d'un tel découpage va s'opposée à une approche systématique qui elle va privilégier un regard globale.

La démarche analytique est néanmoins tentante car il est nécessaire de bien connaître tous les éléments constitutifs de la réalité qu'on veut analyser mais elle suppose une certaine homogénéité des ensemble étudiés ce qui n'est justement pas le cas en ce qui concerne les entreprises.

Contrairement à d'autres systèmes vivants, les entreprises ne sont pas toutes constituées des mêmes unités (services) et ne disposent pas des mêmes fonctions. Par exemple, certaines sociétés ne produisent rien directement (elles sont fabriquées par d'autres) et parfois certaines sociétés ne vendent rien directement (ventes de produits confié à des partenaires). Ces sociétés, sans activités d'exploitation directe, échappent aux catégories classiques de l'analyse : elles animent un réseau plus qu'elles ne produisent et vendent. Cela dit, on peut avoir "des entreprises sans usine" expression utilisée par le président d'Alcatel quand il annonce de céder des unités de fabrication à des partenaires industriels. Néanmoins, il n'y a pas d'entreprises sans activité économique (production ou autres) et encore d'entreprises sans hommes.

  1. La dimension économique.

Cette dimension économique est la plus évidente et pourtant elle peut être plus complexe qu'on imagine à priori.

On présente généralement l'entreprise comme une unité produisant des biens et des services sur un marché. Pour cela, elle réalise une combinaison productive à partir de ressources (matériels, techniques et technologiques, humaines et financières) qu'elle transporte.

Cette approche traditionnelle privilégie excessivement l'activité de transformation production comme source de la création de valeur.

Cela suppose, implicitement, que les fonctions opérationnelles (productions et ventes) sont les seules véritablement créatrices de richesse.

Alors que les autres activités de l'entreprise, censé veiller à une utilisation optimale des richesses, ne généreraient que des coûts.

C'est le mérite d'utile comme la chaîne de valeur de Michaël PORTER d'avoir insister sur le fait que l'ensemble des activités et des services de l'entreprise participe au processus de création de valeur même si le résultat n'est pas directement négociable sur un marché. Dans les services administratifs des entités, l'activité économique consiste à transformer un limput spécifique (l'information) en output spécifique (information également).

La création de richesse n’est donc pas uniquement lié à la manipulation de matières et à transformations de biens tangibles et ou à la mise en place de points de vente de biens et de services produits sur un marché.

 D’ailleurs, la comptabilité nationale mesure bien dans le PIB plus les activités économiques y compris celle des organisations produisant des services non marchands comme des administrations publiques. Les richesses ainsi créées sont réparties.

Les entreprises ont donc aussi un rôle de répartiteur de revenus de l’activité c'est-à-dire le partage de la valeur ajoutée entre les différents apporteurs de ressources.

Ainsi, les entités productives alimentent le circuit économique par la rémunération des facteurs de productions :

- versements de salaires pour la rémunération du travail ;

- versements des dividendes aux actionnaires et intérêts aux prêteurs de capitaux ;

- le paiement des cotisations sociales aux organismes collecteurs, des impôts et taxes à l’Etat et aux collectivités territoriales.

L’Etat, en tant qu’employeur, est répartiteur de revenu et en tant qu’institution redistributeur (impôts) d’une part de la valeur ajoutée, l’autofinancement n’est pas distribué et est affecté au développement de l’entreprise lui-même.

2) La dimension sociale.

Elle peut s’étudier à plusieurs niveaux. L’entreprise remplit une fonction d’utilité sociale et en tant que groupe humain organisé, on peut l’analyser comme une cellule sociale voir dans une optique plus large comme une institution sociale.

  1. L’utilité sociale.

La fonction d’utilité sociale est induite par le rôle de distributeur de revenu décrit précédemment mais par le fait que l’entreprise a pour vocation de satisfaire les besoins des consommateurs.

L’existence même d’entité productive est liée à la formation de biens et de services qui sont consommée.

Même s’il arrive que les firmes suscitent un bien de consommation plus qu’elle en cherche à répondre à un besoin et la satisfaction des besoins de consommation est la raison d’être, d’exister des entreprises.

Réaffirmer cette notion d’utilité sociale relativise le rôle du profit trop souvent présenter comme la finalité unique de l’entreprise.

Sans profits, l’entreprise ne peut pas se pérenniser mais il n’y a de profit possible si à l’origine il n’y a pas de réponse à une demande sociale, sociétale. Cette dernière pouvant aussi bien concerné des besoins vitaux (produire pour nourrir la population, pour la soigner, etc …) que de produits de consommations plus symbolique (produits de luxe).

  1. L’entreprise cellule sociale.

L’entreprise est aussi une cellule sociale car elle est composée d’individus regroupés autour d’une même communauté d’objectifs, coopérants, communiquant et parfois aussi s’affrontant.

Les individus, membres de l’organisation, sont inséré dans un réseau formel de flux physiques d’infos et mettent à la disposition de cette communauté leur compétence, leur savoir-faire, leur expérience.

Ils forment des ensembles plus ou moins institutionnalisés et structurés (l’encadrement, les syndiqués, etc …) qui sont autant d’acteurs sociaux au sein de l’organisation.

L’action de ces acteurs sociaux va servir de point de départ à toutes les investigations concernant l’entreprise.

Les individus cherchent la satisfaction de besoins personnels, sociaux et psychologiques :

- accès à un emploi et à un revenu ;

- élargissement de leurs compétences professionnelles ;

- sentiment d’appartenance à un groupe ;

- souhait d’accomplissement personnel.

La capacité de l’entreprise à satisfaire ses différentes aspirations détermine en parti le comportement d’individu ou groupes d’individus :

- adhésion plus ou moins forte aux objectifs de l’organisation ;

- qualité du climat social.

Cette dimension sociale renvoie aux réflexions sur la motivation des salariés et ramène de ce fait aux considérations de nature économique :

- une réelle implication du personnel représente la garantie d’un relatif consensus social, condition nécessaire pour la réalisation des objectifs économiques.

  1. L’entreprise institution sociale.

Présenter l’entreprise comme une cellule sociale conduit d’une manière plus générale à s’interroger sur son rôle en tant qu’entité participant à la régulation de la vie en société au même titre que d’autres institutions sociales comme l’Etat, la famille ou encore l’école. Cette dimension « sociétale » invite à une réflexion sur la responsabilité des entreprises en matière sociale.

L’entreprise devait être citoyenne il y a quelques années. Aujourd’hui, on dit plus volontiers qu’elle doit être éthique et participer au développement durable.

Les mots changent, la réalité est la même à savoir le rappel de certains droits mais aussi de devoirs que les entreprises ont envers la société.

La loi du 15 mai 2001 sur les nouvelles régulations économique (NRE) complétés par le grenelle de l’environnement renforce les obligations des entreprises et les incitent à être socialement responsable.

Le droit européen apparaît comme plus protecteur que le droit anglo-américain pour qui le gouvernement d’entreprise exprime, principalement, le souci des actionnaires et que les dirigeants agissent en fonction de leur intérêt.

Avec la nouvelle régulation économique, c’est l’intérêt global de l’entreprise et au-delà de la société qui est pris en considération.

Ainsi, une référence doit être fait à la situation territoriale de l’emploi dans la mesure où l’organe de gestion de l’entreprise doit indiqué dans son rapport présenté à l’assemblé générale les conséquences de l’activité sur l’environnement, les mesures prises pour limiter les atteintes à l’équilibre biologique, les dépenses en matière de défense de l’environnement, la formation du personnage à ce sujet mais également les consignes données aux filiales étrangères.

Le principal avantage de l’approche systémique est de privilégié un regard global sur l’entreprise en faisant abstraction, du moins dans un premier temps, des éléments de diversité que nous avons rappelé précédemment.

Elle met l’accent plus sur les interactions à savoir les interrelations entre les composantes du système que sur les composantes elle-même. De plus, elle restitue une image plus réaliste de la place de l’entreprise au sein du système économique général dans lequel elle évolue.

Il convient, du coup, difficile d’envisager l’analyse d’une entité productive quelconque sans comprendre, au préalable, les liaisons qu’elle entretient avec des acteurs de son environnement.

Il serait aussi vain de vouloir expliquer le fonctionnement d’un sous ensemble particulier de l’entreprise sans examiner les liaisons avec les autres sous ensemble.

Les apports de l’approche systémique sont incontestables. Ils sont d’ailleurs très complémentaires avec une approche plus analytique : dans un premier temps, l’approche système permet de comprendre le fonctionnement de l’unité et dans un 2nd temps l’approche analytique permet d’en d’écrire les différentes composantes.

  1. Finalités et objectifs de l’entreprise.
  2. Le profit, préoccupation essentiel mais non unique de l’entreprise.

L’entreprise est assimilable à un système vivant ayant 3 dimensions (économique, sociales et politiques). Ce constat est un fait, on ne peut donc réduire le problème relatif à la finalité des organisations productives à la composante économique et donc à la seule réalisation des profits.

D’abord, certaines entités ont privilégiés la notion d’utilité sociale et ont, par vocation, apporté un service à une catégorie particulière d’acteurs ; c’est le cas en particulier des entreprises de l’économie de secteur sociale (mutuelle, coopératives, associations à but non lucratif).

Ensuite, des organisations productives, dont l’existence est liée à la réalisation du profit, n’échappent pas au logique d’utilité sociale.

Enfin, le niveau même profit espérer par une entreprise peut dépendre, étroitement, de la réalisation d’objectifs divers de nature économique et sociale.

Il devient, donc, important de repérer, à côté d’objets fondamentaux, des objets secondaires qui leur sont associés.

  1. Le profit maximum existe-t-il ?

Le profit est une préoccupation de l’entrepreneur plus que de l’entreprise.

C’est un objectif essentiel porté par une centaine de ses membres et non par l’entreprise elle-même.

L’objectif central pourrait être exprimé autrement : développement, survie, pérennité. Mais la théorie économique ayant assimilé le comportement de l’entreprise a celui de l’entrepreneur, l’amalgame était difficilement évident.

La théorie simplifie, aussi, la réalité outrageusement car elle ne prenait pas en considération les autres acteurs de l’organisation dont les intérêts peuvent être, au moins, partiellement en contradiction avec ceux de l’entrepreneur.

Il s’agissait, pour nombre de penseur, de pouvoir traiter et construire des modèles permettant de définir les combinaisons productives susceptibles d’atteindre le profit maximum.

Cette dernière notion a été critiquée il y a un demi siècle par certains auteurs qui estimaient que l’entreprise visait, avant tout, un profit raisonnable (« un profit suffisant pour couvrir les risques de l’activité économique et éviter ainsi un perte » Peter DRUCKER). Les travaux théoriques sur le caractère, non totalement parfait de la rationalité (Herbert SIMON et l’hypothèse de la rationalité limitée), apporteront, par la suite, des arguments scientifiques à cette critique du profit maximum.

 La recherche du profit est légitime mais, pour assurer le développement de l’entreprise et sa survie à l’interne, la question du profit renvoie alors au conflit entre acteurs les un privilégiant le retour immédiat de leurs investissements (certains actionnaires) des autres la croissance et l’expansion (point de vue des managers en général).

  1. Les différents objectifs associés.

La réalisation du profit est indissociable d’autres objectifs exprimés en terme économiques (prendre sa part de la création de richesse nationale, innover, satisfaire la demande de marchés), sociaux (développer l’emploi, la formation) voir sociétaux (participer à la régulation de la vie en société, à la défense de l’environnement, au développement d’une région, etc).

Il est intéressant de constater les évolutions récentes qui tendent à revaloriser ces objets non financiers.

Prenons comme illustration le cas des fonds de pensions anglo-saxons qui collectent et gèrent les parts de systèmes de retraite par capitalisation. Ils ont été accusés (à juste titre) d’exercer des pressions excessives sur les entreprises dont ils sont actionnaires au point que celles-ci sont contrainte de dégager toujours plus de profits ou versés les dividendes attendues.

Les devises constatées, (ce que certains ont qualifié de licenciement boursier) et l’accent mis sur les performances financières au détriment des aspects sociaux, ont contribué à modifier l’attitude de certains fonds de pension.

On parle de fonds « ethniques » qui sélectionnerait les entreprises dans lesquelles ils prennent les participations sur des critères autre que purement financiers.

ENCART 1 : CRISES FINANCIERS ET ENTREPRISES.

Crise des subprimes : Un vent de folie souffle sur le marché et sur les états : c’est la panique générale.

Le capitalisme et le libéralisme sont pointés du doigt. La thèse classique de l’autorégulation du marché est mise à mal par la sphère financière. Ces thèses keynésiennes refont surface ; l’Etat doit intervenir sinon la logique chaotique semble inévitable.

Comment clarifier cette nébuleuse afin de la rendre compréhensible par le non initié ?

Il s’avère nécessaire, dans cette optique et après avoir défini la finance, de faire un bref rappel historique du processus ayant engendré la crise afin de la rendre lisible puis de tenter d’analyser les retombées de cette crise sur nos collectivités. Comment peut on définir la finance ?

La finance est l’ensemble des professions (banquiers, agents de change, courtiers) et activités ayant un rapport à l’argent et la manipulation des capitaux (actions, crédits bancaires).

La sphère financière se limite aux marchés boursiers.

Il existe différentes types de crises (agricole, monétaire, financier, immobilière) mais la crise boursière intervient quand des ventes importantes d’actions ou obligations ne sont pas compensés par des achats équivalents, cela entraîne une chute du prix de ces titres et une perte de confiance des porteurs de titres qui préfèrent les vendre accentuant encore plus la baisse.

  1. Un peu d’histoire économique.

Le 1er krach date des années 1929 (24 octobre 1929) ; la bourse de Wall Street avait enregistrée une perte de 50 % de sa valeur.

Cette crise a eu un départ phénoménal sur l’économie mondiale du fait des « effets leviers ».

Ce krach boursier a entraîné une perte de dividendes (récompense du risque). Cette fameuse crise de 1929 s’est achevée en 1932 et conduit à une plus grande intervention de l’Etat dans l’économie (politique de la New Deal, politique de grands travaux).

Les crises pétrolières de 71 à 73 et 78 ont conduit à ce que le prix du barille a été multiplié par 2 puis par 4.

Contrairement à la précédente crise, on a assisté à un recul de l’intervention de l’Etat dans l’économie entraînant un changement dans la politique économique des gouvernements.

Le second krach boursier est la crise de 1987. En octobre 1987, une nouvelle crise financière est annoncée et provoquée par l’annonce du déficit social américaines et qui laisserait entrevoir une baisse du dollar et une hausse du taux d’intérêt. Cette annonce du déficit record a provoqué la vente de titres de crainte d’une crise semblable de celle de 1926 qui était de courte durée et ne se limiter qu’à la sphère financière.

Aujourd’hui en septembre et octobre 2008, la crise des subprimes est une crise financière ou boursière qui est parti des Etats-Unis et qui s’est étendu au monde dès février 2007. Elle est aussi appelée crise des papiers commerciaux.

Les subprimes sont des crédits hypothécaires, immobiliers accordés à des salariés américains pauvres avec option sur achat en y rajoutant une prime exceptionnel (subprime pour le risque de défaut) ce qui leur permet de détenir, dans leurs comptes, une quantité de papiers en contre partie constituant les revenus futurs en fonction des revenus.

De nombreux ménages ont été victime de ces banques et de leurs intermédiaires (coursiers) car la particularité de ces prêts sont à des taux variables, les remboursements sont faibles au départ et augmentent de plus en plus à cause du taux variable qui peut atteindre 18 % en fonction de la conjoncture économique du marché.

En cas d’incapacité de rembourser le prêt, les banques vendent le bien. Malheureusement, le marché de l’immobilier connaît une baisse, le salaire stagne et les taux de la réserve fédérale augmente (taux d’intérêt directeur) sont passés de 2 % à 5,2 % en 5 ans.

Les emprunteurs étant de plus en plus nombreux à ne plus rembourser leurs dettes, les banques ont connu une double crise (crise de liquidité car les banques peuvent difficilement emprunter l’argent auprès des autres banques et il en découle que les banques centrales sont obligés d’intervenir pour les sauver ; une crise de rentabilité dont les pertes liées à la crise immobilière vienne en déduction des profits ou encore elles sont comblé par 2 nouveaux apports en capitaux ce qui mène à leur faillite.

Chapitre 3 : l'entreprise système ouvert sur son environnement.

Depuis les années 1960, les approches théoriques vont considérer l'entreprise comme un système ouvert sur son environnement.

Cela n'a pas toujours été le cas et les auteurs classiques comme TAYLOR ou FAYOL au début du 20ème siècle qui ne se sont pas intéressés aux liaisons de la firme avec les acteurs de son environnement.

En utilisant la terminologie actuel, on peut affirmé que ces auteurs que l'on qualifiait de classiques concevaient l'entreprise comme " un système fermé " et dont les choix sont indépendants des variables extérieurs.

  1. L'environnement de l'entreprise.

Pour simplifier l'analyse, on distingue généralement 2 sous ensembles distinctes :

- l'environnement immédiat de la firme (clients, fournisseurs, concurrents, distributeurs, les groupes de pressions, consommateurs)

- l'environnement général : le politique, le juridique, l'économique (conjoncturel), le social, le culturel, le technologique, l'environnement naturel.

Cette distinction repose sur le degré d'influence que l'entreprise est susceptible d'avoir sur ses différentes variables.

Schématiquement, on pourrait représenter ce double niveau d'environnement par des cercles concentriques autour d'un centre constitué par l'entreprise.

On dira que l'entreprise peut influencé les variables du cercle qu'il entoure et que les variables du 2nd serait purement exogène.

Cette représentation ne serait pas parfaitement rigoureuse car elle tendra de sous estimer les liaisons qui existe entre les acteurs de l'environnement immédiat et ceux du général ce qui est contradictoire avec l'esprit de la démarche systématique.

D'autre part, certaines variables pouvaient être ranger aussi bien dans l'un ou l'autre des catégories.

Il suffit de prendre l'exemple de la technologie qui peut être une variable exogène (lorsque la recherche est le fait d'organismes publics) ou endogène (le travail réalisé dans les laboratoires de l'entreprise devient la référence en matière de recherche) et dans ce cas constitué une variable centrale de l'environnement immédiat des firmes du secteur.

Cette ambiguïté renvoie à la question du degré d'autonomie de l'entreprise vis à vis de son environnement.



49239