Cours gestion financiere personnelle


Télécharger Cours gestion financiere personnelle

★★★★★★★★★★3.5 étoiles sur 5 basé sur 1 votes.
Votez ce document:

Télécharger aussi :


Cours gestion financière personnelle

Gestion Financière / Reprise des Cours

L’analyse financière vise a formuler un diagnostic sur l’entreprise : mesurer sa rentabilité, son niveau d’endettement, sa solvabilité, apprécier l’équilibre des masses présentes dans le bilan, toutes évaluations nécessaires à la survie de l’entreprise.

L’analyse du compte de résultat :

L’analyse des charges par fonctions permet le calcul de marge par comparaison des charges et du chiffre d’affaire.

L’analyse des charges par variabilité permet de mesurer la rentabilité de l’entreprise et la sécurité dont elle dispose en cas de modification du marché, elle permet aussi une évaluation prévisionnelle du résultat.

Les SIG permettent le calcul de différents ratios significatifs pour l’entreprise, le calcul de diverses charges par rapport au chiffre d’affaires.

Le calcul de la capacité d’autofinancement va donner à l’entreprise une vision de ses ressources internes.

L’analyse du bilan :

L’analyse statique. A partir d’un seul bilan, différentes analyses peuvent être faites :

  • L’analyse fonctionnelle, qui privilégie les notions de ressources et d’emplois, qui distingue le cycle d’exploitation du cycle d’investissements, permet le calcul de valeurs structurelles, de ratios.
  • L’analyse financière, qui privilégie les notions de liquidité et d’exigibilité, permet l’évaluation du patrimoine de l’entreprise et le calcul de ratios.

L’analyse dynamique. A partir de 2 ou plusieurs bilans, l’entreprise peut affiner son analyse :

  • Construire un tableau de financement qui lui donnera une analyse détaillée de ses emplois et ressources au cours d’un exercice et la mesure de l’évolution de son fonds de roulement.
  • Se projeter dans le futur en prévoyant les besoins en fonds de roulement
  • Mesurer la trésorerie dégagée par l’exploitation.

LE COMPTE DE RESULTAT (rappel).

Le compte de résultat peut être présenté soit en tableau, soit en liste.

Compte de résultat en tableau :

N-1

N

N-1

N

Charges d’exploitation

Produits d’exploitation

Charges financières

Produits financiers

Charges exceptionnelles

Produits exceptionnels

Participation des salariés

Impôts sur les bénéfices

TOTAL DES CHARGES

TOTAL DES PRODUITS

BENEFICE

PERTE

TOTAL GENERAL

TOTAL GENERAL

Compte de résultat en liste :

N-1

N

Produits d’exploitation

- charges d’exploitation

Résultat d’exploitation

Produits financiers

- charges financières

Résultat financier

Produits exceptionnels

- charges exceptionnelles

Résultat exceptionnel

- participation des salariés

-impôt sur les bénéfices

TOTAL DES PRODUITS

TOTAL DES CHARGES

BENEFICES OU PERTE

Analyse fonctionnelle du compte de résultat.

Le principe est de répartir les charges par nature selon les grandes fonctions traditionnelles de l’entreprise.

On a coutume de distingue quat e fonctions principales dans l’entreprise :

  • La fonction approvisionnement : l’entreprise achète des biens soit pour les revendre (L’entreprise de négoce), soit pour les incorpore dans son cycle de production (l’entreprise industrielle), avec ou sans stockage intermédiaire.
  • La fonction production : l’entreprise réalise des opérations de transformation des biens (matières premières et/ou produits semi finis) acquis en vue de fabrique des produits finis (ou  intermédiaires) qu’elle va commercialise , avec ou  sans stockage intermédiaire, en magasin, sur foire ou par correspondance (catalogue, Internet);
  • La fonction commerciale : l’entreprise réalise des opérations d’étude, de prospection,  de vente et d’expédition en vue d’écoule, sur ses marchés (des biens d’équipement, des biens et se vices), les marchandises achetées, les produits fabriqués ou les se vices réalisés à l’intention de ses clients (particuliers et/ou entreprises);
  • la  fonction administrative : l’entreprise réalise des opérations d’administration et de gestion (comptabilité, trésorerie, ressources humaines, juridique…).

Cependant pour construire un compte de résultat fonctionnel, il faut différencier les entreprises de négoce et les entreprises de production de biens.

En retranchant successivement du chiffre d’affaires les charges liées aux diverses fonctions de l’entreprise, on détermine des marges par fonctions. Le compte de résultat par fonction permet une analyse du résultat d’exploitation.

Pour une entreprise commerciale (négoce) :

Chiffre d’affaire

X

Achat de marchandises

X

Charges d’approvisionnement

+ X

Coût d’achat des marchandises achetées

= X

Variation des stocks

- X

Coût d’achat des marchandises vendues

= X

- X

Marge commerciale

= X

Charges de distribution

- X

Marge sur coût de distribution

= X

Charges administratives

- X

RESULTAT D’EXPLOITATION

= X

La répartition des charges d’exploitation se fait selon la fonction commerciale (coût d’achat des M vendues et les charges propres à la fonction commerciale) et charges communes non réparties (toutes les autres charges d’exploitation).

Ce tableau permet de mettre en évidence les résultats intermédiaires : marge sur coût d’achat ou marge commerciale, la marge sur coût de distribution et résultat courant.

Pour une entreprise industrielle (production) :

Chiffre d’affaire

X

Achat de matières 1ères

X

Charges d’approvisionnement

+ X

Coût d’achat des M 1ères achetées

= X

Variation des stocks M 1ères

+ X

Coût d’achat des M 1ères consommées

= X

Charges de production

+X

Coût de production de la période

= X

Production stockée[1]

- X

Coût de production des pdts vendus

= X

- X

Marge sur coût de production

= X

Charges de distribution

- X

Marge sur coût de distribution

= X

Charges communes non réparties

- X

RESULTAT D’EXPLOITATION

= X

La répartition des charges d’exploitation se fait selon la fonction production (coût d’achat des M 1ères et les charges propres à la fonction), la fonction commerciale (charges propres à la fonction commerciale) et charges communes non réparties (toutes les autres charges d’exploitation).

Ce tableau permet de mettre en évidence les résultats intermédiaires : marge sur coût de production, la marge sur coût de distribution et résultat courant.

Analyse différentielle du résultat fondé sur la variabilité des charges.

Certaines charges varient en fonction du niveau d’activité : ce sont les charges variables, d’autres sont stables, indépendantes du niveau d’activité : ce sont les charges fixes.

Le reclassement des charges fixes et charges variables permet :

  • de déterminer le seuil de rentabilité
  • de calculer le résultat prévisionnel, en fonction du chiffre d’affaires.

Ici, les charges sont variables, on le voit à la forme de la courbe. Elles augmentent proportionnellement au CA.

Ici, les charges sont fixes, leur droite augmente généralement par palier au bout d’un certain temps. Elles peuvent augmenter par exemple avec l’emploi d’une seconde secrétaire.

Tableau d’analyse des charges par variabilités.

Le compte de résultat différentiel repose sur la notion de différence :

  • différence entre le CA et les charges variables
  • différence entre la marge sur coût variable et les charges fixes.

Les charges par nature peuvent être ventilées en charges variables et charges fixes dans un tableau à double entrée : le tableau d’analyse des charges par variabilité. (Comme suit).

Charges par nature

Total

Charges variables

Charges fixes

Achats stockés ou non stockés

X

X

X

Achat de sous-traitance

X

X

Services extérieurs

X

X

X

Impôts, taxes et versements assimilés

X

X

Charges de personnel

X

X

X

Dotations aux amortissements et aux provisions

X

X

Autres charges d’exploitation

X

X



Reprise sur charges d’exploitation (à déduire)

- X

- X

Production immobilisée (à déduire)

- X

- X

- X

Charges totales (nettes des produits)

= X

Charges variables

=X

Charges fixes

= X

Remarque : les variations des stocks sont assimilées à des charges variables.

Tableau de résultat différentiel.

Ce tableau se résume comme suit :

Ce tableau fait ressortir une donnée essentielle : la MARGE SUR COUT VARIABLE, proportionnelle (tout comme les charges) au niveau d’activité.

Tableau d’exploitation différentiel ou compte de résultat différentiel ou compte de résultat par variabilité.

Il est différent dans le cas d’une entreprise commerciale et industrielle.

Dans le cas d’une entreprise commerciale :

%

Chiffre d’affaires

X

100

Achats de marchandises

X

Frais d’approvisionnement variables

+ X

Coût d’achat variable des marchandises achetées

= X

Variation des stocks des marchandises (positive ou négative)

+ X

Coût d’achat variable des marchandises vendues

= X

Autres charges variables

+ X

Coût variable

= X →

- X

TCV1

Marge sur coût variable

= X

TMCV2

Charges fixes (réduites éventuellement des produits fixes)

- X

Résultat d’exploitation

= X

1 Taux de charges variables  

2 Taux de marge sur coût variable                 par rapport au Chiffres d’affaires

Dans le cas d’une entreprise industrielle :

%

Chiffre d’affaires

X

100

Achats de matières 1ères

X

Frais d’approvisionnement variables

+ X

Coût d’achat variable des matières 1ères achetées

= X

Variation des stocks des matières 1ères (positive ou négative)

+ X

Coût d’achat variable des matières 1ères consommées

= X

Coût variable de production 3

+ X

Coût variable de production de la période

= X

Production stockée (positive ou négative)

- X

Coût variable de production des produits vendus

= X

Autres charges variables 3 (dont emballages)

+ X

Coût variable

= X →

- X

TCV1

Marge sur coût variable

= X

TMCV2

Charges fixes (réduites éventuellement des produits fixes)

- X

Résultat d’exploitation

= X

1 Taux de charges variables 2 Taux de marge sur coût variable 3 Ce détail peut être disponible ou non disponible

Seuil de rentabilité, point mort.

Le seuil de rentabilité ou point mort est le niveau de chiffre d’affaires pour lequel la marge sur coût variable est égale aux charges fixes, ce qui implique un résultat égal à zéro.

Le calcul :

A partir du compte de résultat différentiel, on constate les grandes masses suivantes :

Chiffre d’affaires - Coût variable = marge sur coût variable - Charges fixes = Résultat

Si on désigne par :

SR =seuil de rentabilité

CA = chiffre d’affaires

F = charges fixes

TCV = taux de charges variables par rapport au CA

TMCV = taux de marge sur coût variable par rapport au CA

R = le résultat

On peut mettre en évidence les égalités suivantes :

1) à partir des charges variables et des charges fixes :

(TMCV * SR) + F = SR

2) à partir du résultat :

R = 0 = (TMCV * SR) - F

De cette 2ème relation, on peut déduire que :

SR = F / TMCV

La représentation graphique du seuil de rentabilité :

  • A partir de la relation marge sur coût variable = charges fixes.

y1 = marge sur coût variable = TMCV * x

y2 = charges fixes = F

x = chiffre d’affaires

  • A partir de la relation charges variables au point mort + charges fixes =  point mort.

y1 = x (équation des points morts possibles ou bissectrice)

y2 = charges variables + charges fixes = TCV * x + F

x = chiffre d’affaires

  • A partir de la relation résultat = marge sur coût variable – charges fixes.

y = TMCV * x - F

x = chiffre d’affaires

Analyse de la formation du résultat : les SIG.

L’objectif des SIG est de mettre en évidence les étapes de la formation du résultat.

TABLEAU DES SOLDES DE GESTION

Ventes de marchandises

-

Coût d’achat des marchandises vendues

+

MARGE COMMERCIALE

=

PRODUCTION DE L’EXERCICE

(production vendue, stockée (a) et immobilisée)

-

Consommations en provenance des tiers

=

VALEUR AJOUTEE

-
-
-

Subventions d’exploitation
Impôts, taxes et versements assimilés
Charges de personnel

=

EXCEDENT BRUT D’EXPLOITATION

+
-
+
-

Autres produits d’exploitation
Autres charges d’exploitation
Reprises sur amortissements et transferts de charges
Dotations aux amortissements et aux provisions

=

RESULTAT D’EXPLOITATION

+/-
+
-

Quotes-parts opérations en commun
Produits financiers
Charges financières

=

RESULTAT COURANT AVANT IMPOTS

+/-
-
-

Résultat exceptionnel (b)
Participation des salariés
Impôts sur les bénéfices

=

RESULTAT DE L’EXERCICE

1) LA MARGE COMMERCIALE encore appelée parfois marge brute, est la différence entre le montant des ventes de marchandises et le coût d’achat de ces marchandises.

Le coût d’achat est égal à : stock initial de marchandises + achats de marchandises - stock final de marchandises

2) LA PRODUCTION DE L’EXERCICE exprime l’activité de l’entreprise qui fabrique des produits ou fournit des services. 

3) LA VALEUR AJOUTEE exprime le poids économique de l’entreprise, ce qu’elle fait avec ses moyens humains, financiers, techniques. En un mot, elle indique la richesse créée.

(La somme des valeurs ajoutées par les entreprises d’une nation constitue la "production nationale brute" ou PNB).

4) L’EXCEDENT BRUT D’EXPLOITATION est une notion financière essentielle.

C’est d’abord un résultat d’exploitation sur lequel les décisions financières n’ont pas pesé. Il est en effet calculé avant la prise en compte des considérations financières et fiscales qui déterminent les montants des impôts et des amortissements.

Enfin, il traduit un flux financier, c’est-à-dire l’importance des liquidités qui ont été dégagées par l’exploitation.

C’est avec ces liquidités que l’entreprise pourra notamment financer ses nouveaux investissements mais aussi rémunérer les apporteurs de capitaux (prêteurs et propriétaires).

5) LE RESULTAT D’EXPLOITATION est issu de l’activité "normale et courante" de l’entreprise.

Comme son nom l’indique, il se calcule avant la prise en compte des éléments financiers ou exceptionnels.

Il se déduit de l’EBE par soustraction des dotations aux amortissements et provisions et des autres charges qui n’avaient pas été prises en compte.

6) LE RESULTAT COURANT AVANT IMPOTS

On appelle "opérations courantes" les opérations d’exploitation et financières. C’est donc tout ce qui s’oppose à… l’exceptionnel.

La performance courante est par conséquent la performance économique et financière. L’intérêt de cette notion est donc de ne pas comprendre les éléments exceptionnels et de constituer un moyen d’analyse de l’activité "courante" et une base pour les prévisions financières.

b) Le résultat exceptionnel est fondé sur la distinction courant/ exceptionnel - qui n’est toutefois pas toujours très facile à appliquer -. Il est calculé de façon spécifique par différence entre les produits exceptionnels et les charges exceptionnelles (exemples : plus-value ou moins-value sur cession d’actifs avec, "en charges exceptionnelles", la valeur comptable des éléments d’actifs cédés et en "produits exceptionnels", le produit des cessions de ces éléments d’actif).

7) LE RESULTAT de l’exercice est donc le solde du compte de résultat.

 Les ratios d'activités et de rendements

Taux de valeur ajoutée

Taux de la valeur ajoutée = VA / production

Ce taux exprime le degré d’intégration de l’entreprise et sa contribution à la production nationale.

Rendement de la main d'oeuvre.

Rendement de la MO = VA / effectif des salariés.

Production de la main d’œuvre.

Production de la MO = P° / effectif des salariés.

Les ratios de rentabilité.

Taux de marge commerciale.

Marge commerciale / vente de marchandises (HT)

Taux d’EBE.

EBE / vente (HT)

Taux de résultat courant.

Résultat courant / vente (HT)

Les ratios d'exploitation

Calcul par rapport à un total.

Charges du personnel / charges totales

Explication de l’évolution d’une période à l’autre.

Charges du personnel (N) – charges du personnel (N-1) / charge personnel (N-1)

BILAN : PRESENTATION

Le bilan de l'entreprise est un document comptable de synthèse établi à la fin de chaque exercice et qui regroupe, dans une 1ère partie appelée ACTIF, les valeurs de l'ensemble du patrimoine de l'entreprise, et dans une 2de partie 'ensemble des fonds utilisés pour financer cet actif, c'est le PASSIF du bilan.



Le passif du bilan

Le passif du bilan regroupe la totalité des fonds utilisés par l'entreprise. Il est constitué de l'ensemble des ressources de financement qui permettent à l'entreprise de financer son patrimoine et son activité.

Il comprend notamment :

ü  Les capitaux propres (fonds que l'entreprise utilise et qui lui appartiennent). Ils sont constitués par le capital social (apports réalisés par les associés), les réserves (partie des bénéfices passés non distribuée) et le résultat de l'exercice (avant répartition, si c'est après répartition il est partagé entre les dividendes distribués, les réserves et le report à nouveau).

ü  Les provisions pour risques et charges (généralement assimilées à des dettes à échéances indéterminées)

ü  Les dettes dont les dettes financières (obligations et dettes bancaires qui entraînent des intérêts), les dettes liées à l'exploitation (dettes Frs, dettes fiscales et sociales) et les dettes diverses (ne concernent pas l'exploitation).

L'actif du bilan

L'actif est la partie du bilan où sont comptabilisées les valeurs de tous les éléments qui constituent le patrimoine de l'entreprise. Les valeurs de tous les biens que l'entreprise sont inscrites à l'actif (Les biens matériels destinés à rester longtemps dans l'entreprise : machines, immeubles et les biens destinés à sortir rapidement : produits finis ou marchandises.

On distingue deux grandes catégories dans l'actif :

ü  L'actif immobilisé : investissements de l'entreprise et éléments du patrimoine de l'entreprise destinés à rester plus d'un exercice dans le patrimoine.

ü  L'actif circulant : éléments du patrimoine destinés à sortir rapidement.

L'actif immobilisé est divisé en 3 parties :

ü  Immobilisations incorporelles (fds de commerce, brevets, marques, licences, frais d'Ets…)

ü  Immobilisations corporelles (terrains, construction, installations techniques, matériels et outillage industriels…)

ü  Immobilisations financières (participations et titres détenus par l'entreprise, prêts accordés par l'entreprise…)

L'actif circulant (éléments d'actif qui doivent sortir de l'entreprise et donner lieu à une rentrée monétaire au cours de l'exercice) regroupe principalement :

ü  Les stocks de matières 1ères, d'en-cours, de produits et de marchandises (qui doivent servir à la fabrication ou être vendus au cours de l'exercice)

ü  Les avances versées par l'entreprise sur les commandes qu'elle a passées auprès de ses Frs.

ü  Les créances clients (dettes des clients ayant un délai de paiement accordé par l'entreprise)

ü  Les VMP et les disponibilités : trésorerie que l'entreprise conserve en caisse, à la banque ou sous forme de placements à court terme.


LE BILAN financier

Le bilan financier présente les informations contenues dans le bilan en regroupant les postes en fonction de leur degré d'exigibilité (nécessité).

L'actif du bilan

La construction du bilan financier permet de regrouper les postes d'actif en 2 grands ensembles : l'actif immobilisé (structures de l'entreprise) et l'actif circulant (éléments destinés à rester dans l'entreprise le temps du cycle de production ou d'activité).

A l'intérieur de l'actif circulant, il est possible de distinguer des éléments liés à l'exploitation qui sont alors regroupés dans un ensemble appelé actif circulant d'exploitation. Ce sont principalement les stocks et les créances clients, les éléments non liés à l'exploitation, regroupés dans l'actif circulant hors exploitation et les éléments de trésorerie.

Le passif du bilan

Il est possible de regrouper les capitaux propres et les dettes à moyen et long terme, on parle alors de "capitaux permanents" de l'entreprise. Il s'agit de l'ensemble des les capitaux qui permettent le financement à LT de l'entreprise.

On considère généralement que les dettes à CT servent prioritairement au financement de l'actif circulant, alors que les capitaux permanents sont affectés au financement de l'actif immobilisé.

Parmi les dettes à CT, il est possible de distinguer celles qui sont liés à l'exploitation, principalement les créances Frs, et celles qui ne le sont pas. Pour les 1ères, on parle des dettes à CT d'exploitation et pour les secondes de dettes à CT hors exploitation.

L'intérêt et les limites du bilan financier.

Le bilan financier permet une analyse en termes de liquidité et d'exigibilité. Il est encore très utilisé dans les entreprises, et notamment pour l'étude de la liquidité et de l'équilibre financier.

L'ANALYSE DU BILAN PAR LES RATIOS

Les ratios de structure de bilan.

Le ratio de financement des immobilisations ou d’équilibre financier.

Capitaux permanents

Actif immobilisé

Il montre la façon dont les investissements ont- été financés.

Il doit être normalement ≥ à 1.

Le ratio d'autonomie financière.

Capitaux propres

Dettes

Ratio d’autonomie financière par rapport aux banques :

Capitaux propres

Dettes financières

Le ratio de liquidité générale.

Actif circulant

Dettes à moins d’1 an

Il est souhaitable qu’il soit ≥ à 1.

Le ratio de trésorerie générale.

Actif circulant - stocks

Dettes à moins d’1 an

OU

Créances + disponibilités

Dettes à moins d’1 an

Il doit être voisin de 1 pour que l’entreprise n’ait pas de difficultés financières.

Les ratios de rentabilité.

Ratio des capitaux investis :

Résultat net

*100

Capitaux propres (avant résultat de l’exercice)

Ce ratio est utilisé par les actionnaires.

Les ratios d'exploitation.

Ces ratios vont permettre l’étude de la rotation et de la durée moyenne :

  • des stocks
  • des crédits fournisseurs
  • du crédit client

Le délai moyen de réalisation des stocks.

Délai moyen de réalisation des stocks de marchandises : (se lit directement sur le compte de résultat)

Stock moyen (HT) [2]

*360

Coût d’achat des marchandises vendues (HT)

Délai moyen de réalisation des stocks de produits finis :

Stock moyen (HT)

*360

Coût de P° des produits finis vendus (HT)

Le délai moyen des crédits accordés aux clients.

Clients (HT) + comptes rattachés

*360

Chiffre d’affaire net (TTC)

Ces rations (a et b) doivent être le plus faibles possible car l’entreprise doit financer les stocks et les crédits clients or les capitaux ne sont pas gratuits. (Les rations donnent des résultats en jours).

Sommaire :

GESTION FINANCIERE / REPRISE DES COURS        2

L’ANALYSE DU COMPTE DE RESULTAT :     2

L’ANALYSE DU BILAN : 3

LE COMPTE DE RESULTAT (RAPPEL). 3

ANALYSE FONCTIONNELLE DU COMPTE DE RESULTAT.          4

ANALYSE DIFFERENTIELLE DU RESULTAT FONDE SUR LA VARIABILITE DES CHARGES.       7

TABLEAU D’ANALYSE DES CHARGES PAR VARIABILITES.      8

TABLEAU DE RESULTAT DIFFERENTIEL.     9

TABLEAU D’EXPLOITATION DIFFERENTIEL OU COMPTE DE RESULTAT DIFFERENTIEL OU COMPTE DE RESULTAT PAR VARIABILITE. 9

SEUIL DE RENTABILITE, POINT MORT.         10

ANALYSE DE LA FORMATION DU RESULTAT : LES SIG. 14

LES RATIOS D'ACTIVITES ET DE RENDEMENTS     16

LES RATIOS DE RENTABILITE. 16

LES RATIOS D'EXPLOITATION 17

BILAN : PRESENTATION 18

LE PASSIF DU BILAN       18

L'ACTIF DU BILAN           18

LE BILAN FINANCIER     20

L'ACTIF DU BILAN           20

LE PASSIF DU BILAN       21

L'INTERET ET LES LIMITES DU BILAN FINANCIER.          21

L'ANALYSE DU BILAN PAR LES RATIOS      21

LES RATIOS DE STRUCTURE DE BILAN.       22

LE RATIO DE FINANCEMENT DES IMMOBILISATIONS OU D’EQUILIBRE FINANCIER.    22

LE RATIO D'AUTONOMIE FINANCIERE.        22

LE RATIO DE LIQUIDITE GENERALE.            22

LE RATIO DE TRESORERIE GENERALE.        22

LES RATIOS DE RENTABILITE. 22

RATIO DES CAPITAUX INVESTIS :      22

LES RATIOS D'EXPLOITATION.            23

LE DELAI MOYEN DE REALISATION DES STOCKS.          23

LE DELAI MOYEN DES CREDITS ACCORDES AUX CLIENTS.     23

LE DELAI MOYEN DES CREDITS OBTENUS DES FOURNISSEURS.       23

LE BILAN FONCTIONNEL          25

LE FONDS DE ROULEMENT NET GLOBAL    25

LE BESOIN EN FONDS DE ROULEMENT        27

LE BESOIN EN FONDS DE ROULEMENT D'EXPLOITATION.        27

LE BESOIN EN FONDS DE ROULEMENT HORS EXPLOITATION.           28

LA TRESORERIE.   29

LE FONDS DE ROULEMENT FINANCIER       29

LE BESOIN EN FONDS DE ROULEMENT NORMATIF         31

TABLEAU COEFFICIENT DE STRUCTURE :   31

LA BALANCE DES MUTATIONS.          32

LA CAF.        33

METHODE SOUSTRACTIVE :      33

METHODE ADDITIVE :     34

LE TABLEAU DE FINANCEMENT.        35

TABLEAU DE VARIATION DU FRNG :            35

TABLEAU DES EMPLOIS ET RESSOURCES:  35



412