Tutoriel complet pour démarrer avec GarageBand


Télécharger Tutoriel complet pour démarrer avec GarageBand

★★★★★★★★★★3.5 étoiles sur 5 basé sur 1 votes.
Votez ce document:

Télécharger aussi :


Tutoriel complet pour démarrer avec GarageBand

... ....

La toute première fois que vous démarrez GarageBand, le logiciel affiche la fenêtre Nouveau Projet — par la suite, il fait apparaître à l’écran le dernier morceau sur lequel vous avez travaillé.

Vous êtes invité à donner un nom au morceau que vous désirez créer. Les informations de tempo, temps et tonalité seront détaillées au chapitre suivant : elles vont influer sur le type du morceau.

Un nouveau projet sous GarageBand. 

La fenêtre de démarrage pour un morceau.

Par défaut, GarageBand fait apparaître une grande fenêtre, celle dédiée au morceau et une petite, représentant un clavier (Grand Piano).

À quoi sert ce clavier ? À pas grand chose… Si un jour, l’envie vous prenait de jouer une mélodie et que vous ne disposiez pas d’un véritable clavier, vous pourriez tenter d’interpréter celle-ci en cliquant sur les notes de cette fenêtre Grand Piano. En pratique,il est peu probable que vous parveniez à un résultat quelconque par ce biais. Nous supposerons donc qu’Apple a jugé bon d’afficher ce clavier afin de rendre le premier contact plus familier. Mais le plus simple est de fermer aussitôt cette fenêtre qui ne nous sera pas utile.

Distinguer instruments réels et instruments logiciels

La figure de la page de droite montre un projet existant ouvert dans la fenêtre de GarageBand. La fenêtre principale se compose de trois parties : Pistes (à gauche), Mixeur et la Timeline.

? La colonne Piste donne la liste des instruments mis à contribution dans ce morceau : Muted Electric Bass, Guitar, Organ, Harmonica, etc.

? La colonne Mixeur permet de régler des paramètres tels que le volume ou son placement dans l’espace stéréo (panoramique).

? La Timeline affiche de manière horizontale les événements musicaux par rapport à une échelle de temps.

Si vous chargez sur votre ordinateur quelques morceaux livrés avec GarageBand, vous remarquerez que sur la Timeline, les événements musicaux peuvent être affichés en trois couleurs différentes : vert, violet et bleu. De plus, vous remarquerez aussi que le logiciel utilise deux formes principales pour représenter ces événements : soit des rectangles (arrondis) continus, soit des blocs attachés et continus.

Distinguer instruments réels et instruments logiciels

Un morceau ouvert sous GarageBand.

Nous avons en fait ici les 4 types d’événements gérés par GarageBand — pour mieux comprendre ce qui suit, il est recommandé d’avoir lu le chapitre 2 :

? Un rectangle vert continu — une piste telle que Muted Electric Bass dans notre exemple — correspond à un instrument logiciel. Il s’agit d’informations MIDI affectées à un timbre (basse, piano, etc.) géré par le Macintosh.

? Un rectangle violet continu — une piste telle que Guitar — correspond à ce qu’Apple appelle un instrument réel, c’est à dire un enregistrement audio effectué au moyen d’un microphone ou d’un jack. Notons que pour GarageBand, la voix humaine est considérée comme un instrument réel.

? Une suite de blocs bleus — une piste telle que Harmonica — correspond à une boucle audio. Elle met à contribution un échantillon musical préenregistré. Chaque cartouche correspond à une occurrence d’une telle boucle.

Distinguer instruments réels et instruments logiciels



? Une suite de blocs verts — une piste telle que Organ — est une boucle MIDI. Une telle boucle de couleur verte présente,là encore,un motif musical que l’on peut répéter à volonté, mais elle met ici à contribution un instrument logiciel et donc du MIDI.

Observez de plus près la Timeline. Vous pouvez également remarquer que le type de dessin n’est pas le même à l’intérieur d’un événement MIDI (des traits horizontaux) et d’un événement audio (des courbes sonores verticales).

En fait, GarageBand s’applique à distinguer de deux façons (par la couleur comme par les dessins intérieurs) :

? les événements MIDI (instrument logiciel) ; ? les événements audio (instrument réel).

Pourquoi une telle différenciation ? Parce qu’il s’agit de deux types d’informations clairement distinctes au niveau du logiciel. Il va en résulter des possibilités d’édition différentes pour le musicien. 

Un événement MIDI (instrument logiciel) correspond à des notes.

Si nous opérons un double-clic sur un événement MIDI de la fenêtre Timeline, nous le voyons apparaître en gros plan dans une fenêtre inférieure. En face d’un clavier représenté verticalement, des traits apparaissent dans une grille : ils représentent des notes. Si l’on clique sur l’un de ces traits, on entend aussitôt la note correspondante. Les notes plus aiguës sont en haut du diagramme, les plus graves en bas.

Un simple glisser-déposer permet de bouger l’une de ces notes et de changer sa position dans le temps (déplacement horizontal) ou de rendre sa tonalité plus grave ou plus aiguë (déplacement vertical).

Les pistes d’instruments logiciels permettent une correction extrêmement précise des notes. Un musicien amateur pourra produire une séquence instrumentale de bonne qualité, en mettant à contribution les outils d’édition propres au MIDI (voir le chapitre 11).

Distinguer instruments réels et instruments logiciels

Un événement audio (instrument réel) est une courbe sonore.

Si l’on double-clique sur un événement audio, qu’il s’agisse d’une boucle ou d’un instrument réel, nous voyons apparaître des courbes graphiques qui représentent les ondes sonores ellesmêmes.

Sur un tel événement, les possibilités d’édition sont restreintes. Modifier une note individuelle est extrêmement complexe et n’est possible que sur des logiciels avancés (en tout cas,pas avec GarageBand !).

L’avantage des pistes audio,c’est qu’il est possible d’améliorer de manière considérable la sonorité d’une piste, au moyen des effets. Ce point sera couvert en détail dans le chapitre 9. Notons que GarageBand contourne élégamment le problème pour les pistes MIDI. Comme celles-ci sont toujours affectées à des instruments logiciels, et donc de l’audio au bout du compte, il permet l’application aisée d’effets sur ces pistes.

La compréhension de ces types d’événements est toutefois importante pour vos créations musicales. Un compositeur pourrait les utiliser sous la forme suivante :

? Quelques boucles d’échantillons de batterie pour donner le rythme du morceau.

? Des instruments réels (voix, guitare, harmonica, piano) enregistrés en audio au moyen d’un microphone ou d’un jack (car ils vont gagner à sonner de manière naturelle) et enrichis au moyen d’effets.

? Des instruments logiciels capturés au moyen d’un clavier pour toutes les pistes orchestrales et pouvant nécessiter une précision de jeu (violons, cuivres, instruments ethniques, etc.) et donc une correction précise des informations MIDI.

Manipuler les fonctions de GarageBand

En bas et à gauche de la fenêtre de GarageBand se trouvent les boutons d’outils du logiciel.

Le bouton + sert à ajouter une nouvelle piste. Conformément à Les boutons d’outils sa logique, GarageBand propose deux options : instrument réel     de GarageBand.



(basse, batterie, voix…) ou instrument logiciel. Dans le premier cas, la fenêtre propose sur la droite des effets prédéfinis. Le bouton Moniteurs, s’il est activé, permet de renvoyer ce que l’on va enregistrer vers le haut-parleur ou les casques.

Ajout d’une nouvelle piste.                                                                                            

Fenêtre Infos piste.

Manipuler les fonctions de GarageBand

Selon la piste qui est sélectionnée à un moment donné, un clic sur le bouton « I » affiche les informations correspondantes :type d’instrument (réel ou logiciel),format mono ou stéréo,etc. Un clic sur la mention « Détails » fait apparaître par ailleurs les informations relatives aux effets affectés à la piste.

Un clic sur l’œil donne accès à la fenêtre des boucles (ou échantillons). Ceux-ci sont répartis sur la partie gauche par type d’instrument (basse, guitares, cordes, percussions…) ou par style musical (rock/blues, urbain, musiques du monde, électronique…). Les échantillons correspondant au style sélectionné à un moment donné apparaissent dans la partie droite. Un clic de la souris sur l’un de ces échantillons permet de l’écouter en boucle.

La fenêtre des boucles.

L’icône qui fait apparaître un ciseau donne accès à une fenêtre d’édition, mais uniquement si l’on a sélectionné auparavant un événement dans la Timeline. La fenêtre d’édition propose des options différentes selon que l’événement est audio ou Midi.

Dans l’exemple reproduit ici, l’événement est une boucle d’échantillon et la seule édition proposée ici est la transposition de sa tonalité.

 Gros plan sur un événement.

Manipuler les fonctions de GarageBand

Le bloc de contrôle de GarageBand est d’un usage intuitif : il reproduit les touches d’un magnétophone :

Bloc de contrôle.

? Le point rouge entouré d’un cercle gris est le bouton d’enregistrement.

? La flèche vers la gauche produit un retour au début du morceau.

? Les deux flèches gauches actionnent le retour rapide.

? La flèche droite est la touche PLAY (lecture). Si l’on clique sur ce bouton pendant la lecture d’un morceau, celle-ci est stoppée.

? Les deux flèches droites activent l’avance rapide.

? Le dernier bouton est la lecture en boucle d’un morceau entier (s’il est activé, il sera lu et relu indéfiniment).

Si une note apparaît sur la gauche, les chiffres bleus indiquent la position où l’on se trouve dans le morceau en terme de mesure, temps, et division de temps. Si vous cliquez sur l’une des parties de cet

Volume et panoramique. indicateur, il est possible d’aller à un autre endroit du morceau. Ainsi, pour se rendre à la mesure 5, vous pouvez cliquer sur le premier chiffre et taper 5 (ou bien utiliser les flèches haut et bas) puis appuyer sur Entrée.

Si une horloge apparaît, les chiffres bleus indiquent la position en terme d’heure, minute, seconde et milliseconde.

Sur la droite apparaît le tempo. Si vous êtes insatisfait du tempo choisi lorsque vous avez créé le morceau, cliquez sur cette zone. Vous faites alors apparaître un curseur vertical qui permet de modifier le tempo pour l’intégralité du morceau — notez qu’il est possible de faire varier ce facteur « à l’oreille », c’est-à-dire pendant que vous lisez la séquence.

La zone située en bas et à droite fait apparaître le volume des sorties stéréo, au-dessus du curseur de volume de sortie.



1224