Problème à signaler:


Télécharger Investir et gagner sur le marché des devises pdf formation Forex



★★★★★★★★★★3.5 étoiles sur 5 basé sur 1 votes.
Votez ce document:

Télécharger aussi :

Investir et gagner sur le marché des devises pdf formation Forex




 Didacticiel en ligne

Table des matières

        I.     TRAITER LE FOREX EN TEMPS RÉEL 6

1.    QU’EST CE QUE LE MARCHÉ DES CHANGES (FOREX-FX) ? 6

2.    ANALYSE TECHNIQUE ET FONDAMENTALE 7

3.    PSYCHOLOGIE DU TRADING . 9

4.    FOREX COMPARÉ AUX ACTIONS/FUTURES .. 10

5.    LES 8 RECOMMANDATIONS LES PLUS IMPORTANTES . 11

6.    LES 17 ERREURS À ÉVITER . 12

7.    POURQUOI TRAITER AVEC REALTIME FOREX SA ? . 15

        II.        LES TYPES D’ORDRES .. 16

1. LES TYPES D’ORDRES 16 2. MARKET ORDER (ORDRE COURANT) . 17

3.    LIMIT ORDER (L'ORDRE À COURS LIMITÉ) .. 18

4.    STOP ORDER (L’ORDRE STOP) .. 19 5. OCO ORDER (UN ANNULE L’AUTRE) 20 6. IF DONE ORDER (L’ORDRE SI EXÉCUTÉ) 21

              7.     LOOP ORDER (L’ORDRE EN BOUCLE) . 22

        III.      LA BASE DE L’ANALYSE TECHNIQUE : 23

1.    INTRODUCTION 23

2.    SUPPORT . 23 3. RÉSISTANCE .. 24

4.    TENDANCE . 25

5.    CANAL . 27

6.    DOUBLE SOMMET (DOUBLE TOP – RETOURNEMENT DE TENDANCE) .. 28

7.    DOUBLE CREUX (DOUBLE BOTTOM – RETOURNEMENT DE TENDANCE) 29

8.    TRIANGLE .. 30

9.    E.T.E.  -  EPAULE-TÊTE-EPAULE (HEAD AND SHOULDERS) .. 31

        IV.      LES TYPES DE GRAPHIQUES .. 32

1. INTRODUCTION 32 2. LE GRAPHIQUE EN LIGNE 32 3. LE GRAPHIQUE EN BARRES 33

              4.     LES CHANDELIERS . 34

        V.    LES CHANDELIERS 35

1. LES TROIS MÉTHODES DESCENDANTES . 36 2. LES TROIS MÉTHODES ASCENDANTES 36

3.    LES DOJIS 37 a. La libellule doji (Dragongly – Dragon-fly doji - Point de renversement) .. 37

b.    Le doji en pierre tombale (Pagoda – Gravestone doji- Suggère un renversement)38

c.     Le doji à longues jambes (Long-legged identical opening & closing – Suggère un

renversement) 38

4.    LES LIGNES D’AVALEMENT 39

a.    Les lignes d’avalement baissière (Kabuse – Bearish engulfing lines- baissière à

fortement baissière) .. 39

b.    Les lignes d’avalement haussière (Kirikomi – Bullish engulfing lines - haussière à

fortement haussière) .. 39

5.    LES MARTEAUX (PARAPLUIE YANG – HAMMER) - LES PENDUS (PARAPLUIE YING –

HANGING MAN) .. 40

6.    LES HARAMIS (HARAMI) . 41 a. Harami baissier. .. 41

b.    Harami haussier 41

c.     Le Harami en croix (Harami cross) ou Harami doji baissier .. 41

d.    Le Harami en croix ou Harami doji haussier 42

7.    LES GRANDS CHANDELIERS 43 a. Le grand chandelier blanc (Long white (empty) line) .. 43

b.    Le grand chandelier noir (Long black (filled-in) line) . 43

8.    LES ÉTOILES .. 44 a. L’étoile doji haussière (Bullish doji star) 44

b.    L’étoile doji baissière (Bearish doji star) 44

c.     L’étoile du soir (Evening star) .. 45

d.    L’étoile du soir doji (Evening Doji star) .. 45

e.     L’étoile du matin (Morning Star) . 46

f.      L’étoile du matin doji (Morning Doji star) . 46

9.    AUTRES CONFIGRATIONS 47 a. Les trois corbeaux 47

b.    Les trois soldats blancs . 47

c.     Sommet et creux en pince (changement de tendance) .. 48

d.    Ligne en passant de ceinture (changement de tendance; position haute ou basse)48

e.     Les tours (changement de tendance ; position haute ou basse) 48

        VI.      INDICATEURS TECHNIQUES .. 49

1.    AVERAGE TRUE RANGE – ATR .. 49

2.    BANDES DE BOLLINGER (BOLLINGER BAND) 50

3.    CCI – COMMODITY CHANNEL INDEX .. 54

4.    RÉGRESSION LINÉAIRE (LINEAR REGRESSION) . 57

5.    MACD – CONVERGENCE/DIVERGENCE DE MOYENNES MOBILES (MOVING AVERAGE

CONVERGENCE DIVERGENCE) 58 6. MOMENTUM .. 62 7. MOYENNE MOBILE (MOVING AVERAGE) 65

8. SYSTÈME PARABOLIQUE-(PARABOLIC TIME PRICE) . 70 9. ROC – RATE OF CHANGE .. 74

10.           RSI – RELATIVE STRENGTH INDEX .. 77 11.     STOCHASTIQUE LENT - (SLOW STOCHASTIC) 82

12. DÉVIATION STANDARD (STANDARD DEVIATION) . 86 13. STOCHASTIQUE (STOCHASTIC) . 87 VII.     MARCHÉ SPOT ET À TERME .. 91

1.    SPOT (AU COMPTANT) . 91

2.    DEMANDE/OFFRE 92

3.    TRANSACTION/MARCHÉ À TERME .. 93

4.    FX SWAP 94 5. REPORT/DÉPORT . 95

              6.     CALCUL DU REPORT/DÉPORT .. 96

        VIII.       LES PRINCIPAUX CHIFFRES ECONOMIQUES .. 98

1.    ATLANTA FED INDEX 98

2.    BALANCE COMMERCIALE (TRADE BALANCE/INTERNATIONAL TRADE) .. 98

3.    BALANCE DES PAIEMENTS/COMPTE COURANT (CURRENT ACCOUNT) .. 98

4.    BEIGE BOOK . 99

5.    BLUE BOOK .. 99

6.    BTM/SCHROEDER INDEX . 99

7.    CHALLENGER REPORT . 99

8.    CHICAGO PURCHASING MANAGERS’ INDEX (CHICAGO PMI) .. 99 9. COMMANDES DE BIENS DURABLES (DURABLE GOODS ORDERS) . 99

10. CONFIANCE DES MÉNAGES (CONSUMER CONFIDENCE) 100 11. CONFEDERATION OF BRITISH INDUSTRY SURVEYS & TRENDS . 100

12.     CONSOMMATION DES MÉNAGES (CONSUMER SPENDINGS) . 100

13.     CONSTRUCTIONS DE MAISONS NEUVES (HOUSING STARTS) .. 101

14.     GREEN BOOK 101 15. HELP WANTED INDEX .. 101

16.     IFO INDEX . 101

17.     INDICE DES PRIX À LA CONSOMMATION - IPC (CONSUMER PRICE INDEX - CPI) .. 101

18.     INDICE DES PRIX À LA PRODUCTION (PPI OU PRODUCER PRICE INDEX) .. 102

19.     ISM OU INSTITUT OF SUPPLY MANAGEMENT (EX NAPM OU NATIONAL

ASSOCIATION PURCHASING MANAGEMENT INDEX) .. 102 20. MASSE MONÉTAIRE M3 .. 103 21. NY FED MANUFACTURING 103

22. PERSONAL INCOME AND COMSUMPTION . 103 23. PHILADELPHIA FED INDEX . 103 24. PMI (PURCHASING MANAGERS INDEX) .. 103

25.     PRODUCTION INDUSTRIELLE (INDUSTRIAL PRODUCTION) .. 103

26.     PRODUIT INTÉRIEUR BRUT – PIB (GDP OU GROSS DOMESTIC PRODUCT) . 104

27.     RED BOOK . 104 28. TANKAN .. 104

29.     TAUX DE CHÔMAGE (UNEMPLOYMENT SITUATION) .. 105

30.     VENTES DE DÉTAILS (RETAIL SALES) 105

31.     ZEW . 106

        IX.       LES OPTIONS .. 107

1. INTRODUCTION . 107 2. DÉFINITION D’UNE OPTION .. 108

3.    NÉGOCE DES OPTIONS 109

4.    VALEUR D’UNE OPTION . 111

5.    LES GRECQUES . 112 a. Le Delta .. 112

b.    Le Gamma . 113

c.     Le Tau/Vega . 113

d.    Le Theta . 113

6.    VOLATILITÉ 115

7.    LES OPTIONS EXOTIQUES .. 116

8.    OPTIONS BARRIÈRES .. 116 a. L’option Knock out .. 117

b.    L’option Knock/Kick In .. 117

c.     L’option Kick Out . 117

d.    L’option Kick Out with Rebate .. 118

e.     L’option Double Knock Out (DKO) ou Double No Touch (DNT) 118

9.    LES OPTIONS PAYOUT . 119 a. Lock Out . 119

b.    Double Lock Out 119

c.     L’option Lock In/Double Lock In .. 120

d.    Digital . 120

I.Traiter le Forex en temps réel

1.Qu’est ce que le marché des changes (Forex-FX) ?

Le marché des changes, aussi apellé « Forex » ou  « FX » est le marché financier le plus grand au monde, avec un volume journalier de transactions qui dépasse 1’000 Milliards de USDollar (30 fois le volume total de toutes les bourses américaines). Contrairement aux autres marchés financiers, le Marché des changes n’a pas de centre physique ou de place centralisée. C’est un marché de gré à gré où les acheteurs et les vendeurs (banques, corporations, investisseurs privés, etc..) font du business. Un marché ouvert 24h/24h, ouvrant chaque jour à Sydney et tournant autour du globe. Chaque journée de trading commence d’abord à Tokyo, puis Londres et enfin New York. Contrairement aux autres marchés financiers, les investisseurs peuvent réagir en tout temps et rapidement aux fluctuations du marché causées par des nouvelles économiques, sociales ou politiques à n’importe quelle heure, de jour comme de nuit. Le grand nombre et la diversité des intervenants rendent difficile à chaque gouvernement de contrôler la direction du marché. La très grande liquidité et l’activité globale en continu 24h/24h font du Forex  un marché idéal pour les investisseurs actifs.

Traditionnellement, le marché des changes était seulement accessible aux grands investisseurs qui traitaient les monnaies à des fins commerciales et institutionnelles au travers des banques. Maintenant, les plateformes de trading, comme RTFXTM Pro, permettent aux plus petits instituts financiers et aux investisseurs privés d’accéder au même niveau de liquidité que les grandes banques internationales, en offrant l’accès au marché interbancaire.

Dans le marché des changes, les monnaies sont toujours côtés par paires. Toutes les transactions résultent simultanément de l’achat d’une monnaie et de la vente de l’autre. L’objectif  de traiter sur le marché des changes est de changer une monnaie contre une autre en espérant  que le marché bouge de façon à ce que la monnaie que vous avez achetée prenne de la valeur par rapport à celle que vous avez vendue. Si vous avez acheté une monnaie et que le prix s’apprécie en valeur, vous devez revendre la monnaie pour prendre votre profit. Une position ouverte est une paire de monnaie que vous avez soit achetée/vendu et que vous n’avez pas revendu/racheté le montant exact pour effectivement fermer la position.

La première devise de la paire de monnaie est désignée sous le nom de « devise de base » et la deuxième devise est la devise cotée ou comptée. Ceci signifie que les prix sont exprimés comme 1 unité de la première devise cotée par l'autre devise cotée dans la paire de monnaie.

Comme tous les produits financiers, les cotations du marché des changes incluent une

"demande" et une "offre". La demande est le prix auquel un market maker (Realtime Forex) est disposé à acheter (où les clients peuvent vendre) la devise de base en échange de la devise cotée. L’offre est le prix auquel un market maker  (Realtime Forex) vendra (où les clients peuvent acheter) la devise de base en échange de la devise cotée. La différence entre l'offre et la demande est désignée sous le nom de spread. 

                                2.   Analyse technique et fondamentale 

Il y a deux approches de base pour analyser le marché de changes, l'analyse fondamentale et l'analyse technique. L'analyse fondamentale se concentre sur les causes fondamentales des mouvements des prix, alors que l'analyse technique étudie les mouvements des prix eux-mêmes. 

ANALYSE TECHNIQUE 

Une analyse technique est ce qu'on emploie pour essayer de prévoir de futurs mouvements des prix, basée sur l’analyse de certaines périodes et sur la lecture/compréhension des graphiques. Dans une analyse technique, il existe plusieurs interprétations des modèles, généralement tous sont basés sur les graphiques historiques d'une devise. Aussi longtemps qu'on réalise les diverses différences de l'analyse fondamentale et technique, tous les deux peuvent être employés pour mettre en parallèle l’un ou l’autre, quoique toutes les deux puissent présenter différentes conclusions. 

ANALYSE FONDAMENTALE

L'étude de facteurs spécifiques, tels que guerres, découvertes, et changements de politique de gouvernement, influencent l'offre et la demande, et sont donc pris en considération par le marché. 

L'analyse fondamentale comporte l'examen des indicateurs macro-économiques, des marchés des placements et des considérations politiques en évaluant la devise d’un pays et en la comparant aux autres. Les indicateurs macro-économiques incluent des chiffres économiques telles que des taux de croissance; comme mesuré par le produit intérieur brut, les taux d'intérêt, l'inflation, le chômage, la masse monétaire, les réserves de devises étrangères et la productivité. Les marchés des placements comportent des bourses, des taux d’intérêts et des immobiliers. Les considérations politiques affectent le niveau de la confiance dans le gouvernement d’une nation,  le climat de stabilité et le niveau de certitude.

Parfois, les gouvernements sont incommodés de la valeur de leur monnaie, et par conséquent, interviennent pour éviter que leur monnaie prennent un chemin peu désiré. Des interventions sur le marché des changes sont conduites par les banques centrales, quoi qu'ayant un impact provisoire sur le marché. Une banque centrale peut vendre/acheter unilatéralement sa devise contre une autre; ou engagez une intervention concertée dans laquelle elle collabore avec d'autres banques centrales pour un effet beaucoup plus prononcé. Alternativement, quelques pays peuvent parvenir à déplacer leurs devises, simplement en laissant entendre ou en menaçant d'intervenir. 

ANALYSE TECHNIQUE OU FONDAMENTALE 

Une des discussions dominantes dans l'analyse de marché financier est la validité relative des deux grandes analyses: Fondamentale et technique. Dans le marché des changes, plusieurs études ont conclu que l'analyse fondamentale était plus efficace dans des tendances long terme (plus longtemps qu'un an), alors que l'analyse technique était plus appropriée pour des horizons plus courts (0-90 jours). Combiner les deux approches a été suggéré d'être plus adapté pendant des périodes entre 3 mois et un an. Néanmoins, davantage d'évidence indique que l'analyse technique de tendances long terme aide à identifier des vagues à plus long terme et que les facteurs fondamentaux déclenchent des développements à court terme. 

Mais, la plupart des commerçants respectent l’analyse technique parce qu'elle n'a pas besoin de beaucoup d’heures d'étude. Les analystes techniques peuvent suivre beaucoup de devises en même temps. Les analystes fondamentaux, cependant, tendent à se spécialiser en raison de la quantité accablante de données sur le marché. L'analyse technique fonctionne bien parce que le marché des changes tend à développer des tendances fortes. Une fois que l'analyse technique est maîtrisée, elle peut être appliquée avec la même facilité autant sur une période donnée que sur une devise.

 

                                3.   Psychologie du Trading

Les facteurs fondamentaux et techniques sont indéniablement essentiels pour déterminer la dynamique de devises étrangères. Il y a, cependant, deux facteurs additionnels qui sont primordiaux à comprendre concernant les mouvements à court terme sur le marché. Ce sont les prévisions et les sentiments. Ils peuvent être semblables, mais restent distincts. 

Les prévisions sont formées avant la publication des statistiques économiques et des données financières. Prêter seulement l'attention aux chiffres publiés ne suffit pas pour prévoir le futur cours d'une devise. 

Si, par exemple, le PIB des USA sortait à 7 % mais 5% dans le quart précédent, alors le dollar ne va pas forcément monter. Si les prévisions du marché s'étaient attendues à une croissance de 8%, alors la lecture 7 % pourrait venir comme une déception, de ce fait entraînant une réaction très différente du marché.

Néanmoins, les prévisions ont pu être remplacées par les sentiments du marché. C'est l'attitude régnante du marché vis-à-vis d'un taux de change; ce qui pourrait être un résultat de l'évaluation économique globale vers le pays en question, l'emphase générale du marché, ou d'autres facteurs exogènes. Prenons l'exemple ci-dessus sur le PIB des USA; même si le chiffre de 7 % est en dessous des prévisions, le marché peut ne pas montrer de réaction. Une raison possible est que le sentiment pourrait être positif pour le dollar indépendamment des chiffres réels et prévus. Ceci pourrait être dû aux marchés des placements des USA, ou aux principes fondamentaux faibles dans la contre- devise (euro, Yens ou sterling). 

Un terme qui est généralement associé avec le "sentiment" est "psychologie". Pendant les deux premiers mois de 2000, l'euro a subi la pression de vente féroce contre le dollar en dépit d'améliorations constantes des principes fondamentaux dans l'Eurozone. C'est parce que la psychologie du marché avait décidément favorisé des capitaux vers les USA dus aux signes continus de la croissance non-inflationniste, et dus au sentiment que des accroissements plus ultérieurs des taux d'intérêt des USA fonctionneront dans l'avantage des différentiels de rendement des USA, sans dérailler l'expansion économique. 

                                4.   Forex comparé aux actions/Futures

Aucune Commission

Nous pouvons proposer ce niveau de service à nos clients parce que Realtime Forex SA est un « market maker », et non un courtier. Il n’y a donc aucune majoration, aucune commission, ni aucun frais à payer sur les transactions. Notre rentabilité, comme celle de nos clients, dépend uniquement de nos compétences dans le domaine des changes.

50 : 1 Levier (ou même plus)

Realtime Forex SA permet un plus grand levier que la bourse, les futures ou les warrants. Les clients peuvent utiliser le levier 50:1 sans risquer une situation d'appel de marge. Le levier est une épée à deux tranchants. Sans gestion des risques appropriée, ce degré élevé de levier peut mener à de grandes pertes aussi bien que des gains. 

Marché ouvert 24/24 heures 

Le marché des changes est un marché de 24 heures en continu. En tant que client, ceci vous permet de réagir immédiatement aux événements favorables/défavorables. Il donne également aux clients la flexibilité supplémentaire de traiter quand ils le désirent.

Profiter des mouvements haussiers ou baissiers

À la différence de la bourse des valeurs mobilières de valeurs à revenu variable, il n'y a aucune restriction à la vente. Le potentiel de bénéfice existe sur le marché de changes indépendamment de la position longue ou courte du client, ou de la direction du marché. Comme le marché des changes implique toujours d'acheter une devise et de vendre une autre, il n'y a aucune polarisation structurale au marché. Ceci signifie qu’un client a des possibilités intéressantes égales de profiter d’une hausse ou d’une baisse du marché.

Liquidité supérieure

Avec un volume d'échange quotidien qui est 50x plus grand que la bourse des valeurs de New York, il y a toujours des intervenants qui veulent acheter ou vendre des devises sur les marchés des changes. La liquidité de ce marché, particulièrement celle des devises principales, aide à assurer la stabilité des prix. Les intervenants peuvent presque toujours ouvrir ou clôturer une position à un prix du marché juste. 

                                5.   Les 8 recommandations les plus importantes

1.  La tendance est votre amie. 

2.  Dans un marché haussier, achetez les retracements; dans un marché baissier, vendez les rebonds.

3.  Laissez courir les bénéfices, coupez rapidement les pertes. Employez toujours les limites de perte et déplacez-les seulement pour réduire une perte potentielle ou pour protéger des bénéfices nouvellement réalisés.

4.  Préparez votre plan avant d'accéder au marché; ne pas traiter impulsivement. 

5.  Utilisez un rapport 3 : 1 comme bénéfice/perte. 

6.  Quand vous faîtes une pyramide :

Chaque achat/vente successif devrait être plus petit que le précédent. 

Ajoutez seulement aux positions de gain. 

N'ajoutez jamais à une position perdante. 

Ajustez les arrêts protecteurs sur le point d'équilibre (ou améliorez). 

7.  Apprenez à être confortable dans la minorité, si vous avez raison sur le marché, la plupart des personnes seront en désaccord avec vous.

8.  Restez simple; plus compliqué n'est pas toujours meilleur.

                                6.   Les 17 erreurs à éviter

Quelle est la principale différence entre un débutant et un trader expérimenté ? Une seule mais de taille : l'expérience. 

Le trader aura déjà commis suffisamment d'erreurs dans sa carrière contrairement aux débutants. Afin de préparer nos clients aux erreurs qu’il pourra commemtre dans la gestion de son compte, nous avons listé ci-dessous un ensemble de fautes que vous commettrez certainement mais qu'il est bon de connaître pour éviter de trop fortes déconvenues. Sur le marché des changes, il ne s'agit pas d'éviter les erreurs mais d'en limiter les conséquences. 

Erreur n°1 : Ne pas se fixer d'objectifs de profit ou de perte 

Afin de diminuer l'impact psychologique de vos décisions lors de la clôture de votre position, il est nécessaire de vous fixer des objectifs de pertes et profits. Ces objectifs pourront être modifiés le cas échéant. 

Erreur n°2 : Céder à l'euphorie ou à la panique 

Le Forex est affaire de sang froid. N’achetez pas une monnaie parce que vous l’avez lu dans un journal. Les professionnels auront plutôt tendance à revendre pendant les périodes de fortes hausses et vice-versa.

Erreur n°3 : Se croire doté d'un pouvoir surnaturel  

Il vous arrivera à un moment ou un autre d'avoir une chance hors du commun. Vos dix - quinze ou même vingt dernières opérations ont été couronnées de succès dans un espace très court. Plus cet état de grâce arrivera vite, plus rapide sera la chute. A chaque nouveau coup gagnant, vous aurez tendance à augmenter le montant de vos positions et par làmême votre risque. Il faut savoir qu'un trader débutant ou confirmé ne peut avoir raison à 100 %. L'essentiel est de savoir déboucler sa position lorsque l'on a pris conscience d'avoir tort. 

Erreur n°4 : Perdre la valeur de l'argent 

Il peut arriver dans certains cas précis que vous perdiez momentanément la valeur de l'argent. Cette situation est dangereuse car elle vous conduit à prendre des risques de plus en plus grands avec généralement des rentabilités qui ne sont pas toujours au rendezvous. 

Erreur n°5 : Ne pas s'arrêter en cas de pertes récurrentes 

Si pendant une période de temps plus ou moins longue, vous allez constamment à l'encontre du marché. Si quelle que soit la décision que vous prenez, elle est contraire au marché. Prenez du recul. Arrêtez pendant quelques temps, soit totalement soit en simulant des ordres de trading soit en diminuant considérablement vos positions. 

Erreur n°6 : Suivre les conseils 

C'est sûrement le point le plus dur à suivre. En tant qu'investisseur potentiel, vous recevrez des centaines de conseils de toute part (journaux financiers, sites Internet, conseillers financiers ). Vous aurez tendance à suivre celui qui provient de la source d'informations la plus sure. Un conseil (encore un) : ne suivez un conseil que s'il s'agit d'un conseil que vous approuvez totalement reposant sur des éléments factuels, et non pas seulement d'une simple impression. Combien de personnes ont perdu en suivant le célèbre : "Achète X, ca va monter !". 

Erreur n°7 : Ne pas couper ses pertes 

En cas de baisse ou de forte hausse, vous devrez vous poser à un moment la question qui est de savoir si vous devez clôturer maintenant avec une perte ou bien attendre. C'est le moment où la différence entre les traders professionnels et les débutants se verra le plus.  Il existe quatre possibilités de gains ou pertes. Vous pouvez gagner beaucoup, gagner peu, perdre peu ou perdre beaucoup. Sur le long terme, les petits gains et les petites pertes se compenseront. Il vous suffira de prendre les pertes plus rapidement que les profits, ainsi vous obtiendrez une rentabilité supérieure au marché.

Erreur n°8 : Moyenner

Certains vous diront que moyenner (acheter davantage une monnaie qui a beaucoup baissé pour faire baisser votre prix de revient ou vice versa) leur a permis de gagner beaucoup d'argent. C'est possible même probable. Mais en ce faisant vous augmentez considérablement votre exposition au risque sur une seule devise, qui de plus est vraisemblablement sur une tendance baissière ou haussière. 

Erreur n°9 : Investir sur deux mois avec de l'argent destiné à l'achat d'un appartement 

Vous ne pouvez risquer l'argent de toute une vie sur la volonté de gagner un peu plus. Il faut savoir rester humble. Le Forex pour le court terme n'est pas fait pour de l'argent dont on a besoin, mais pour de l'argent que l'on est prêt à perdre. N'investissez que ce que vous pouvez perdre ! 

Erreur n°10 : Partir en vacances en Août 

Combien d'investisseurs sont rentrés de leurs vacances en constatant une chute conséquente de leurs portefeuilles ? Si vous partez en vacances, assurez-vous que toutes vos positions à risque sont couvertes. 

Erreur n°11 : Penser que le marché a tort 

L'important n'est pas de savoir si vous avez raison ou tort, l'important est d'être dans le même sens que le marché. Si vous avez raison mais que le marché ne le découvre que 6 mois plus tard, quel était l'intérêt d'avoir raison ? Autant avoir tort, vous auriez pu placer votre argent pendant 6 mois. 

Erreur n°12 : Annoncer ses plus-values à qui veut l'entendre 

Il est toujours plaisant d'annoncer à quelqu'un que vous avez gagné en une journée autant qu'un salarié sur tout un mois. Ce n'est pas la question sociologique ou humaniste qui pose problème ici. Mais serez-vous aussi expressif sur vos pertes ? Si vous ne supportez pas de réaliser des moins-values, n'annoncez pas vos plus-values. 

Erreur n°13 : Suivre le Forex en temps réel alors que votre investissement est à long terme 

Sur court terme, la forex fluctue de déclarations en rumeurs. Il est inutile de suivre votre portefeuille quotidiennement si vous avez décidé d'investir sur le long terme. La consultation hebdomadaire est bien suffisante. 



Erreur n°14 : Se prendre au jeu  

La forex n'est qu'un moyen de placements comme les autres. Ne le laissez pas prendre le pas sur votre vie privée ou sur votre travail. Des positions mal assumées pourraient avoir une mauvaise influence sur votre comportement, et votre capacité à réagir aux fluctuations de marché en serait grandement affaiblie. Il est essentiel de garder son sang froid et de dissocier le forex de tout le reste. 

Erreur n°15 : traiter en ne connaissant rien au Forex  

Le meilleur moyen d'apprendre est bien sûr la pratique. Mais si vous êtes sur ce site, c'est que vous voulez en savoir un peu plus avant d'agir sur les marchés. C'est la meilleure des choses à faire. Combien d'investisseurs ont décidé de placer leur épargne en bourse sans connaître le moindre mécanisme boursier en se fiant à de simples publicités tapageuses ? 

Erreur n°16 : Acheter une devise parce qu'elle a beaucoup baissé ou vice-versa Pourquoi pas ? Vous devrez vous poser une seule question : pourquoi a t-elle autant baissé ? Les marchés peuvent être inefficients sur une courte période mais sur une longue période, le marché a souvent raison. C'est ici que l'on apprend que la somme des individualités peut aller en sens contraire du marché.  

Erreur n°17 : Oublier ces règles ! 

Tout au long de votre expérience sur le Forex, vous vous forgerez de nouvelles règles. Il ne suffit pas d'appliquer les règles ci dessous, mais de les appliquer en fonction de votre comportement d'investisseur. Mais une chose est sure, une fois que vous vous êtes fixé une règle, ne la transgressez pas au risque de voir un jour toutes les autres règles transgressées.

7.Pourquoi traiter avec Realtime Forex SA ?

Prix en temps réels, prix compétitifs

Sur l'écran,  les prix sont mis à jour constamment pour refléter les prix en temps réel du marché et tous les clients reçoivent le même prix indépendamment de la taille des transactions 

Aucune Commission

Nous pouvons proposer ce niveau de service à nos clients parce que Realtime Forex SA est un « market maker », et non pas courtier. Il n’y a donc aucune majoration, aucune commission, ni aucun frais à payer sur les transactions. Notre rentabilité, comme celle de nos clients, dépend uniquement de nos compétences dans le domaine des changes.

Exécution rapide et efficace

Les clients peuvent acheter/vendre en quelques fractions de secondes par l'intermédiaire de l'Internet sur les prix indiqués par RTFXTM Pro. Il n'y a aucun besoin de demander un prix ou d'appeler pour passer un ordre 

Transaction sécurisée

Toutes les transactions des clients sont sécurisées et les comptes des clients sont protégés par un système de chiffrage 

Service back-office compétent

Les clients reçoivent immédiatement la confirmation d’une transaction, la comptabilité en temps réel, la position et la surveillance en ligne de marge 

Information du marché

Nous informons les clients des dernières informations du marché et un accès 24/24 aux traders de Realtime Forex SA

Marges

Le dépôt de garantie est EUR 2'500.-- pour un compte Silver, 20'000.-- pour un compte Gold et 100'000.-- pour un compte Platinum. Quelqu'un peut déjà être engagé sur le marché des changes de n'importe où, 24 heures sur 24 la possibilité d’avoir 2 % de marge, c.-à-d. 50 fois le dépôt de garantie pour les comptes Silver, ou 1.5% (66 fois le dépôt de garantie) pour les comptes Gold, ou encore 1% (100 fois le dépôt de garantie) pour les comptes Platinum, et les prix sont cotés avec un petit spread.

types d’ordres

1. Les types d’ordres

Nos clients peuvent placer divers types d'ordres pour fixer le bénéfice ou la perte. Ces ordres peuvent être associés à des positions ouvertes mais vous devriez être conscient que quelques ordres ne sont pas nécessairement combinés avec la transaction actuelle. Si un ordre est exécuté, vous devriez veiller à annuler tous les ordres relatifs aux positions clôturées. Autrement, ces ordres peuvent devenir un nouvel ordre qui n’est pas relié à une position ouverte.  

Les ordres ‘GTC’ (Valable jusqu’à révocation)

En passant un ordre, vous devez indiquer pour combien de temps l'ordre doit être valide. L'ordre  GTC (Valable jusqu’à révocation) est un type très commun d'ordre; il reste valide, 24 heures sur 24, jusqu'à ce que vous l’annuliez. Un tel ordre n'est pas automatiquement annulé à la clôture le vendredi ; il est rétabli le lundi matin à moins que vous indiquiez autrement. 

Les ordres ‘Day Orders’ (ordres journaliers)

Les ordres ‘Day Orders’ (ordres journaliers) sont valides jusqu’à  23:00 CET time.

Nous proposons les ordres suivants 

-    Market Order

-    Limit Order

-    Stop Order

-    OCO Order

-    IF DONE Order

-    Loop Order

2. Market Order (ordre courant)

Le Market Order (ordre courant) est un ordre d’acheter ou vendre qui doit être fait au prix immédiatement disponible, c’est-à-dire le taux ‘spot’(le taux courant auquel le marché traite). 

Exemple 

Le taux courant EUR/USD est 1.2713/16 et vous voulez acheter 1 million.

                                3.   Limit Order (l'ordre à cours limité)

Une instruction d’acheter ou de vendre si un marché se déplace à un niveau plus favorable (c’est-à-dire, une instruction d'acheter si un marché descend à un niveau indiqué ou de vendre si un marché va jusqu'à un niveau indiqué) s'appelle un ordre à cours limité. Un ordre à cours limité est souvent employé pour prendre le bénéfice sur une position existante mais peut également être employé pour établir une nouvelle position. 

Exemple

EUR/USD est actuellement à 1.2713/16. Vous croyez que l'euro va se renforcer, mais vous pensez que l'EUR/USD tombera en dessous de 1.27 avant qu'il ne remonte. Vous pouvez mettre un ordre à cours limité pour acheter l’EUR/USD à 1.27. Votre ordre à cours limité est exécuté quand l’EUR/USD est offert à 1.27. 

                                4.   Stop Order (l’ordre stop)

Une instruction d’acheter ou de vendre si un marché se déplace à un niveau moins favorable (c’est-à-dire, une instruction d'acheter si un marché va jusqu'à un niveau indiqué ou de se vendre si un marché descend à un niveau indiqué) s'appelle un ordre stop. Un ordre stop est souvent placé pour fixer une limite sur la perte potentielle d’une position existante; c’est pourquoi, les ordres stop s'appellent parfois les ordres Arrêtperte. Mais, ils peuvent aussi être employés pour ouvrir une nouvelle position si le marché casse un certain niveau. 

Exemple

Si vous avez une position longue USD/JPY, que vous avez achetée à 111.40, vous voulez placer un ordre stop au cas où le USD/JPY commencerait à tomber (pour prendre votre perte). Vous pourriez placer un ordre stop pour vendre le USD/JPY à 111.00, cet ordre clôturera votre position avec une perte de 40-pip. Vous ordre stop est exécuté quand le USD/JPY est 111.00 demandé.  

                                5.   OCO Order (Un annule l’autre) 

Un ordre OCO (Un annule l’autre) est un type spécial d'ordre où un ordre stop et un ordre à cours limité sont liés. Avec un ordre OCO, l'exécution d'un des deux ordres entraîne l’annulation automatique de l'autre ordre. 

Exemple

Vous avez vendu USD/CHF 500'000.-- à 1.23, recherchant un mouvement à court terme à 1.2260. Cependant, vous décidez que si le USD/CHF va au-dessus de 1.2320 vous voulez couper votre position. Vous pouvez mettre un ordre à cours limité pour acheter USD/CHF 500'000.-- à 1.2260 et un ordre stop pour acheter USD/CHF 500'000.-- à 1.2320 sur une base d'OCO. Cet ordre clôturera votre position avec un bénéfice de 40-pip si l'ordre à cours limité est atteint d'abord ou avec une perte de 20-pip si l'ordre stop est atteint d'abord. 

                                6.   IF DONE Order (l’ordre si exécuté)

L’ordre If done (si exécuté) est un ordre à deux jambes dans lequel l'exécution de la deuxième jambe peut se produire seulement après que les conditions de la première jambe aient été satisfaites. La première jambe, uniquement une limite, est créée dans un état actif et la seconde, qui peut être un arrêt, une limite, ou un OCO, est créée dans un état dormant. Quand le prix désiré est atteint pour la première jambe, il est exécuté et la deuxième jambe est alors activée. 

Regardons un exemple sur l’utilisation d’un ordre OCO sir le cable : 

Vers la fin de la nuit, le GBP/USD traite à 1.6190. Vous croyez que 1.8580 est un niveau de résistance très fort, qui ne sera pas facilement cassé. En outre, vous croyez également que si le niveau 1.8580 est d'abord atteint, il est fort probable que le GBP/USD corrige au moins 50-pip à 1.8530, et vous croyez également que si 1.86 casse, le GBP/USD pourraient aller beaucoup plus haut et vous ne voulez pas perdre plus de 20-pip sur cette position. Le problème est que vous ne savez pas quand ce mouvement se produira. Si vous pouviez observer le marché 24 heures sur 24, alors vous pourriez attraper un tel mouvement. Cependant, maintenant, vous ne devez pas observer l'écran parce que vous pouvez laisser un ordre de vendre le GBP/USD à 1.8580, et si exécuté, acheter le GBP/USD à 1.8530 (cours limité) ou à 1.86 (ordre stop) sur la base d'un OCO, spécifiquement dans cet ordre. 

Un ordre If done devient seulement actif quand l’ordre auquel il est attaché, est exécuté.

7. Loop Order (l’ordre en boucle)

Un ordre en boucle est un ordre perpétuel ou répétant, passé en prévision d'un mouvement cyclique sur le marché. C'est une paire d’ordres liés où la première jambe est en activité et la deuxième dormante. Quand le prix désiré est atteint pour l'ordre actif, il est exécuté, l'ordre dormant devient actif, et un nouvel ordre (une copie de celui exécuté) est créé dans un état dormant. Ce processus va se répéter jusqu’à son annulation. Normalement, les deux jambes d'un ordre de boucle sont des ordres à cours limité et elles sont toujours de la même quantité. 

Par exemple, si une personne s'attend à ce que le cours flotte entre deux niveaux (fourchette), il est judicieux de placer un ordre en boucle à l'intérieur des limites des fluctuations attendues.

 

base de l’analyse technique :

1.  Introduction

Une analyse technique est ce qu'on emploie pour essayer de prévoir de futurs mouvements des prix, basé sur l’analyse de certaines périodes et sur la lecture/compréhension des graphiques. Dans une analyse technique, il existe plusieurs interprétations des modèles, généralement tous sont basés sur les graphiques historiques d'une devise. Aussi longtemps qu'on réalise les diverses différences de l'analyse fondamentale et technique, tous les deux peuvent être employés pour mettre en parallèle l’un ou l’autre, quoique tous les deux puissent présenter différentes conclusions.

2. Support 

Le support indique un niveau de prix spécifique qu’une devise ne devrait pas franchir. Niveau ou zone sur lequel se produit plusieurs fois un rebond des cours (Contraire de résistance).

 

3. Résistance 

La résistance indique un niveau de prix spécifique qu’une devise ne devrait pas franchir. Niveau ou zone qu'une devise a du mal à franchir à la hausse (Contraire de support).

 

4. Tendance 

Une tendance est simplement la direction globale des prix, haussière, baissière ou neutre.  

        Classification :                         

Court terme (Short term) – moins de 3 semaines, 

Moyen terme (Medium Term) – 3 semaines à 6 mois,  Long terme (Long terme -  terme Majeure) – plus de 6 mois.

Une ligne de tendance haussière est une ligne droite passant par les creux d’une tendance haussière. L'importance d’une ligne de tendance augmente chaque point qu’elle relie des points additionnels. Une inversion de la tendance est indiquée par une violation de la ligne de tendance haussière.

 

Une ligne de tendance baissière est une ligne droite passant par les sommets d’une tendance haussière. L'importance d’une ligne de tendance augmente chaque point qu’elle relie des points additionnels. Une inversion de la tendance est indiquée par une violation de la ligne de tendance baissière.

 

Une tendance neutre (pas de tendance) est une tendance qui n’a pas de direction.

 

5. Canal 

Quand les prix varient entre deux lignes parallèles de tendance, elles forment un canal. Quand les prix atteignent le creux d’une ligne de tendance, c’est une zone d’achat et quand les prix atteignent le sommet d’une ligne de tendance, c’est une zone de vente.

 

6. Double sommet (Double top – retournement de tendance) 

Le double top ou double sommet est une figure de retournement. Généralement celle-ci manifeste l'échec du cours à passer un certain point à la hausse, elle se termine en général par la chute du cours. Cette figure aussi appelée "M", se décompose en deux phases, une première amène le cours vers un plus haut, qui se matérialise par une résistance.  La seconde phase se matérialise sous la forme d'une hausse à peu près égale, suivie d'une forte baisse. Une fois le support passé à la baisse, l'objectif du repli est égal à la hauteur de la hausse.

Un éventuel rebond peut avoir lieu mais tant que le cours reste sous le support, le mouvement reste valide.

Il existe une autre figure de ce type, elle est dérivée du double sommet, il s'agit du triple top ou sommet, en fait le cours exécute trois sommets au lieu de deux.

 

                                7.   Double creux (Double bottom – retournement de tendance) 

Le double bottom ou double creux est une figure de retournement. Généralement celle-ci manifeste l'échec du cours à passer un certain point à la baisse, elle se termine en général par la hausse du cours. Cette figure aussi appelée "W", se décompose en deux phases, une première amène le cours vers un plus bas, qui se matérialise par un support. 

La seconde phase se matérialise sous la forme d'une baisse à peu près égale, suivie d'une forte hausse. Une fois la résistance passée à la hausse, l'objectif du rebond est égal à la hauteur de la baisse

Un éventuel repli peut avoir lieu mais tant que le cours reste au dessus de la résistance, le mouvement reste valide.

Il existe une autre figure de ce type, elle est dérivée du double creux, il s'agit du triple bottom ou creux, en fait le cours exécute trois creux au lieu de deux.

 

                                8.   Triangle

La formation d’un triangle peut être assez difficile à analyser et comme il existe pas mal de différents types de triangles, cela n’aide pas. Le triangle est la majeure partie du temps une pause dans une tendance (figure de continuation), mais peut aussi terminer une tendance (Formation de renversement de tendance).

 

                                9.   E.T.E. -  Epaule-Tête-Epaule (Head and Shoulders)

Facile à reconnaître, cette formation montre un premier sommet peu prononcé suivi d'un retour des cours sur la ligne de base, puis un deuxième sommet bien plus haut suivi d'un nouveau retour sur la ligne de base et enfin un troisième sommet avant une chute prononcée. Ces trois sommets successifs forment une première épaule, une tête bien logiquement plus haute et une deuxième épaule. La ligne sur laquelle se repose cette figure se nomme couramment la ligne de cou (Support).

L'utilité de cette analogie anatomique est de prévoir ce qui la suivra: une chute des cours. L'avantage est que l'ampleur de la chute en question est quantifiable. Nous avons repéré la hauteur qui est celle de la tête formée. La baisse des cours sera d'une hauteur en principe équivalente.

 

types de graphiques

1.  Introduction

Un graphique est une représentation graphique du mouvement d’un prix sur une période de temps spécifique et qui est composé d’un axe x (temps) et d’un axe y (prix). Le choix de la période employée dépend des besoins de l’utilisateur. Il n’est pas logique qu’un scénario intra-day soit basé sur une étude graphique à 1 mois.

2. Le Graphique en Ligne 

Un graphique en ligne montre une ligne qui relie les prix de clôture. La clôture est le dernier prix enregistré à la fin de la période de temps spécifique (session).

 

3. Le Graphique en barres

Le graphique en barres est composé d’un haut (prix le plus haut de la session), d’un bas (prix le plus bas de la session) et la clôture. Ces prix sont utilisés pour tracer une ligne verticale depuis le haut vers le bas (barre). Ensuite, une petite ligne horizontale est ajoutée depuis la ligne verticale sur la droite, ce qui représente la clôture. Parfois, les utilisateurs se basent sur le prix d’ouverture qui est une ligne horizontale depuis la ligne verticale mais à gauche. Le graphique en barres est probablement le plus populaire des graphiques utilisés à ce jour.

 

4.  Les Chandeliers

La composition d’un chandelier est le haut, le bas, l’ouverture et la clôture. La différence par rapport au graphique en barres est que l’ouverture et la clôture forment la structure du corps (real budy). Le corps est bleu ou parfois blanc quand la clôture est plus haute que l’ouverture. Quand la clôture est plus basse que l’ouverture, le corps est rouge ou parfois noir. La technique du chandelier est une invention qui vient du Japon datant du 18ème siècle. Cette théorie est entre autre utilisée pour détecter des renversements de tendance ou des signaux de continuation de tendance. D’autres types d’analyses (moyennes mobiles, RSI, ligne de tendances, etc.) peuvent être appliquées avec les chandeliers. 

 

V.Les Chandeliers

Les Japonais ont développé dans les années 1600 une méthode d’analyse technique afin d’étudier les prix des contrats à terme sur le riz. Cette technique est appelée « analyse graphique en chandeliers ». Sa popularité est à porter au crédit de Steve Nison qui est devenu l’expert le plus respecté dans le domaine de l’interprétation des graphiques en chandeliers.

Les chandeliers doivent être une aide à la décision et ne sont nullement rattachés à des règles rigides. Ils forment ainsi des indications précieuses lorsqu'ils sont couplés à des indicateurs de changement de tendance. Par exemple, retournement d'une stochastique à la baisse suite à l'apparition d'un pendu dans un marché volatil

Les deux règles de base :

1.   Analyser l'apparition d'un chandelier dans une tendance de prix qui le précède. Par exemple, un chandelier de renversement n'aura pas le même impact dans une tendance haussière ou baissière, que dans un marché en phase de congestion.

2.   Toujours attendre une confirmation lors de la séance suivante. Par exemple, l'apparition d'un chandelier de renversement dans un mouvement haussier annonce qu'un changement de tendance va apparaître. La séance suivante pourra donc être haussière ou baissière. 

Configuration des chandeliers japonais

Définition : La désignation pour le chandelier blanc ou bleu  (marché haussier) est le Yang (yo-sen ), pour le chandelier noir ou rouge (marché baissier) le Ying (in-sen).

1. Les trois méthodes descendantes

Un long corps noir suivit de trois petits corps, haussiers ou baissiers, et un autre long corps noir. Les petits corps sont contenus à l’intérieur de la fourchette des prix constituée par le premier corps noir.

Cette configuration indique la poursuite de la tendance baissière. Les prix qui avaient chuté (le long corps noir) ont entrepris trois faibles tentatives de rallye (les trois petits corps) puis le déclin s’est poursuivi (le long corps noir).

2. Les trois méthodes ascendantes

Un long corps blanc suivit de trois petits corps, haussiers ou baissiers, et un autre long corps blanc. Les petits corps sont contenus à l’intérieur de la fourchette des prix constituée par le premier corps blanc.

Cette configuration indique la poursuite de la tendance haussière. Un mouvement de hausse parfois puissant, trois périodes de léger repli et une forte reprise de la tendance haussière.

3. Les dojis

Dans un doji, l’ouverture et la clôture sont au même niveau, ce qui donne une croix (i.e. le corps n’est ni noir ni blanc). Le doji traduit une indécision car la devise a ouvert et clôturé au même prix. Les lignes doji apparaissent dans de nombreuses et importantes configurations de chandeliers.

        a.         La libellule doji (Dragongly – Dragon-fly doji - Point de renversement)

Elle apprait quand les cours d’ouverture et de clôture sont au même niveau (doji) et quand le plus bas est significativement inférieur à l’ouverture, au plus haut et à la clôture.

L'apparition d'une libellule doji implique un mouvement de renversement fort uniquement sur sommet. Dans le cas d'une phase de baisse, il ne devra pas être pris en compte.

        b.         Le doji en pierre tombale (Pagoda – Gravestone doji- Suggère un renversement)

Ici, l’ouverture et la clôture se situent sur les bas de la période.

Le doji en pierre tombale implique un signal de renversement de sommet de marché. Plus l’ombre est haute est longue, plus le signal a des implications baissières.

        c.Le doji à longues jambes (Long-legged identical opening & closing – Suggère un

renversement)

Cette figure doji se caractérise par de longues ombres hautes et basses.

Elle marque souvent un point de retournement

                                4.   Les lignes d’avalement

        a.Les lignes d’avalement baissière (Kabuse – Bearish engulfing lines- baissière à

fortement baissière)

Cette structure apparaît quand une petite ligne blanche est avalée par la grande ligne noire qui suit.

Cette structure présente un caractère fortement baissier quand elle se manifeste au terme d’une tendance franchement haussière

        b.Les lignes d’avalement haussière (Kirikomi – Bullish engulfing lines - haussière

à fortement haussière)

Cette structure apparaît quand une petite ligne noire est avalée par la grande ligne blanche qui suit.

Cette structure présente un caractère fortement haussier quand elle se manifeste au terme d’une tendance franchement baissière

                                5.   Les marteaux (Parapluie Yang – Hammer) - Les Pendus (Parapluie Ying

– Hanging man)

Un marteau est reconnaissable à son petit corps (i.e. un faible écart entre les prix d’ouverture et de clôture) et à sa longue ombre basse (le plus bas est franchement inférieur à l’ouverture, au plus haut et à la clôture). 

Marteau – Signal d’achat

C’est une strucutre haussière quand elle apparaît dans le cadre d’une tendance significativement baissière..

Pendu – Signal de vente

C’est une strucutre baissière quand elle apparaît dans le cadre d’une tendance significativement haussière.


                                6.   Les haramis (Harami)

Un harami constate une décélération du momentum. Il apparaît quand une ligne dotée d’un petit corps tient à l’intérieur d’un corps plus grand.

        a.Harami baissier.

b.Harami haussier

puissante. L'idéal est un harami doji.

L'apparition d'une telle structure implique souvent

L'apparition d'une telle structure implique souvent l'apparition d'une bande de congestion plus ou moins longue. Le marché fait une pause. Toutefois, cette remarque n'est pas valable sur les sommets, car il s'agira généralement d'un changement de tendance. Plus le corps compris à l'intérieur d'un corps long est petit, plus la structure de renversement sera

l'apparition d'une bande de congestion plus ou moins longue. Le marché fait une pause. Toutefois, cette remarque n'est pas valable sur les creux, car il s'agira généralement d'un changement de tendance. Plus le corps compris à l'intérieur d'un corps long est petit, plus la structure de renversement sera puissante. L'idéal est un harami doji.

        c.          Le Harami en croix (Harami cross) ou Harami doji baissier

L'apparition d'une telle structure implique souvent l'apparition d'une bande de congestion plus ou moins longue. Le marché fait une pause. Toutefois, cette remarque n'est pas valable sur les sommets, car il s'agira généralement d'un changement de tendance.

        d.          Le Harami en croix ou Harami doji haussier

L'apparition d'une telle structure implique souvent l'apparition d'une bande de congestion plus ou moins longue. Le marché fait une pause. Toutefois, cette remarque n'est pas valable sur les creux, car il s'agira généralement d'un changement de tendance.


7.Les grands chandeliers

        a.         Le grand chandelier blanc (Long white (empty) line)

Il se manifeste quand les prix ouvrent près du point bas pour clôturer nettement plus haut, près du point haut de la période

C’est une structure haussière

        b.         Le grand chandelier noir (Long black (filled-in) line)

Il se manifeste quand les prix ouvrent près du point haut et clôturent à des niveaux significativement inférieurs, près du point bas de la période.

C’est une structure baissière

8. Les étoiles

Les étoiles indiquent des renversements. L’étoile est une ligne dotée d’un petit corps qui succède à une ligne dont le corps est beaucoup plus grand, étant entendu que le corps de ces deux chandeliers ne se chevauchent pas. Les ombres peuvent se chevaucher.

        a.         L’étoile doji haussière (Bullish doji star)

Une étoile indique un renversement et un doji une indécision. Donc, cette structure indique un renversement, suivi d’une période indécise. Il faut attendre une confirmation (comme par exemple une étoile du matin) avant de prendre position. La première ligne peut être vide/blanche/verte ou respectivement remplie/noire/rouge.

        b.         L’étoile doji baissière (Bearish doji star)

Une étoile indique un renversement et un doji une indécision. Donc, cette structure indique un renversement, suivi d’une période indécise. Il faut attendre une confirmation (comme par exemple une étoile du matin) avant de prendre position. La première ligne peut être vide/blanche/verte ou respectivement remplie/noire/rouge.

        c.         L’étoile du soir (Evening star)

Ce grand corps blanc est suivi d’un petit corps, blanc ou noir, qui forme un gap au-dessus du corps blanc (il s’agit de l’étoile). Le troisième chandelier est un corps noir qui clôture bien à l’intérieur du corps blanc.

C’est une structure baissière qui annonce un sommet potentiel. L’étoile indique un retournement possible et la ligne baissière (noire) confirme cette hypothèse. Le corps de l’étoile peut être vide ou plein.

        d.         L’étoile du soir doji (Evening Doji star)

Un grand corps blanc est suivi d’un Doji qui forme un gap au-dessus du corps blanc. Le troisième chandelier est un corps noir qui clôture bien à l’intérieur du corps blanc.

Compte tenu de la présence d’un Doji, cette structure, qui signale un sommet potentiel, est plus baissière que l’étoile du soir ordinaire.

        e.         L’étoile du matin (Morning Star)

Ce grand corps noir est suivi d’un petit corps, blanc ou noir, qui forme un gap au-dessous du corps noir (il s’agit de l’étoile). Le troisième chandelier est un corps blanc qui clôture bien à l’intérieur du corps blanc.

C’est une structure haussière qui annonce un creux potentiel. L’étoile indique un retournement possible et la ligne haussière (blanche) confirme cette hypothèse. Le corps de l’étoile peut être vide ou plein.

        f.          L’étoile du matin doji (Morning Doji star)

Un grand corps noir est suivi d’un Doji qui forme un gap au-dessous du corps noir. Le troisième chandelier est un corps blanc qui clôture bien à l’intérieur du corps noir.

Compte tenu de la présence d’un Doji, cette structure, qui signale un creux potentiel, est plus haussière que l’étoile du matin ordinaire.

9.Autres configrations

        a.         Les trois corbeaux

Trois longs chandeliers noirs clôturent consécutivement à la baisse avec des clôtures sur ou a proximité de leur plus bas

C’est un signal baissier qui indique un renversement s’il apparaît au cours d’une tendance haussière ou la continuation du recul lorsqu’il apparaît à l’occasion d’une tendance baissière.

        b.         Les trois soldats blancs

Trois chandeliers blancs clôturent consécutivement à la hausse sur ou à proximité de leur plus haut.

C’est un signe de hausse qui indique un retournement s’il apparaît dans le cadre d’une tendance baissière ou la continuation  de la hausse s’il apparaît durant une tendance haussière.

        c.         Sommet et creux en pince (changement de tendance)

Les sommets ou les creux sont dotés de haut ou de bas identiques. L'espacement entre les chandeliers (1) et (2) peut être de plusieurs périodes. La couleur entre les chandeliers n'a aucune importance.

        d.         Ligne en passant de ceinture (changement de tendance; position haute ou basse)

Chandelier puissant ne possédant pas d'ombre (tête ou bas rasé).

Ces chandeliers sont importants de part leur apparition rare. Ils servent à la mise en place de support et de résistance. 

        e.         Les tours (changement de tendance ; position haute ou basse)

Cette structure est définie par l'apparition de longs chandeliers, suivis par de petits corps formant une bande de congestion, puis par de longs chandeliers. La couleur entre les chandeliers à la hausse et à la baisse doit être différent.



VI.Indicateurs Techniques

1. Average True Range – ATR

L’Average True Range (ATR) est une mesure de volatilité. Présenté par Wells Wilder dans son livre, « New Concept in Technical Trading Systems », il fait, depuis, partie intégrante de nombreux indicateurs de systèmes de trading.

Le True Range est la plus grande des distances suivantes : 

-  La distance entre le haut du jour et le bas du jour. 

-  La distance entre la clôture de la veille et le haut du jour. - La distance entre la clôture de la veille et le bas du jour. 

L’Average True Range est une moyenne mobile (habituellement à 14 jours). 

Wilder a trouvé que les valeurs hautes de l’ATR apparaissent souvent lors de creux suivant des ventes “panique”. Des valeurs basses de l’ATR vont fréquemment de pair avec de longues périodes d’évolution latérale des cours telles qu’on en rencontre au moment des sommets et après des phases de consolidation.

 

2. Bandes de Bollinger (Bollinger Band)

Développées par John Bollinger, les bandes de Bollinger sont similaires aux enveloppes de moyennes mobiles. La différence entre les bandes de Bollinger et les enveloppes est que des dernières sont tracées au-dessus et au-dessous d’une moyenne mobile, à une distance correspondant à un pourcentage déterminé, tandis que les bandes de Bollinger sont tracées au-dessus et au-dessous d’une moyenne mobile à une distance fixée par le nombre d’écarts types. Etant donné que l’écart type est une mesure de volatilité, les bandes s’ajustent d’ellesmêmes, s’élargissant en présence de marchés volatils et se contractant durant les périodes calmes.

Les utilisations les plus fréquentes des bandes de Bollinger :

Identifier des marchés sur achetés (overbought) ou survendus (oversold)

Un marché sur acheté ou survendu est un marché où les prix sont montés ou ont chuté trop rapidement et devrait donc corriger. Les prix près de la bande inférieure signalent un marché survendu et les prix près de la bande supérieure signalent un marché sur acheté. 

Les signaux de sur achat et de survente sont plus fiables dans des marchés sans tendance où les prix font des séries de hauts et bas identiques.

 

Si le marché a une tendance, les signaux de direction de tendance sont plus fiables. Par exemple, si la tendance est haussière, il est préférable de prendre une position à la hausse : quand les prix redescendent, cela va entraîner un signal de survente et le marché devrait ensuite remonter. 

 

Utiliser en parallèle avec un oscillateur, génère des signaux d’achat et de vente.

Si vous utilisez les bandes de Bollinger en parallèle avec un oscillateur comme le Relative

Strength Index (RSI), des signaux d’achat et de vente sont déclenchés quand les bandes de Bollinger signalent un marché sur acheté ou survendu et en même temps, que l’oscillateur signale une divergence.

 

Augmentation de la volatilité à venir

Des changements violents de prix ont tendance à apparaître après une contraction des bandes due à une baisse de la volatilité.

 

Des creux et des sommets effectués à l’extérieur des bandes, suivi par des creux et des sommets effectués à l’intérieur des bandes, anticipent des retournements de tendance. 

 

Paramètres

Période d’observation : (20 et 0.02 par défaut).

Les bandes de Bollinger se composent de trois lignes (les bandes). 

La bande du milieu est une moyenne mobile simple (on utilise généralement la moyenne mobile de 20 ou moins). 

Les bandes supérieures et inférieures sont identiques à la bande du milieu, à ceci près qu’elles se situent à un nombre d’écarts types au-dessus, respectivement en dessous.

Bollinger utilisait une valeur de la déviation standard de 2 dans son étude, qui était dans le marché des actions. Une valeur de 2 comprenait environ 95 % de la variation des prix. Des figures différentes peuvent être mieux adaptées pour d’autres types de marchés.

3. CCI – Commodity Channel Index

Le Commodity Channel Index (CCI) a été développé par Donald Lambert en 1980. Il est fondé sur le fait qu’un marché cyclique parfait correspond à une vague. Développé pour être utilisé avec des instruments qui ont des tendances saisonnières ou cycliques, le CCI n’est pas utilisé pour calculer la longueur des cycles, mais plutôt pour indiquer qu’une tendance commence. 

Les utilisations les plus fréquentes du Commodity Channel Index:

Indiquer des cassures :

C’est l’interprétation de départ de Lambert, acheter quand le CCI bouge en dessus de +100 et vendre quand le CCI est en dessous de –100. Lambert coupe la position dès que le CCI retourne dans la bande entre –100 et +100. La supposition avec cette utilisation du CCI est que dès qu’un instrument casse +100 ou –100, une tendance commence. 

 

Générer des signaux d’achat ou de vente.

Des signaux de vente quand le CCI bouge depuis en dessus de +100 à en dessous de +100 et des signaux d’achat quand le CCI bouge depuis en dessous de –100 à en dessus de –100. Cette méthode devrait être utilisée dans un marché sans tendance.

 

Indiquer des divergences haussières et baissières.

Quand le marché est dans une tendance haussière ou baissière, le CCI peut être utilisé pour indiquer qu’une tendance s’affaiblit en signalant une divergence. Une divergence entre la ligne CCI et le prix indique que le mouvement haussier ou baissier s’affaiblit. 

Une divergence baissière se fait jour quand les prix d’un instrument atteignent de nouveaux hauts alors que le CCI ne réussit pas à franchir ses hauts précédents. 

Une divergence haussière se fait jour quand les prix d’un instrument atteignent de nouveaux bas alors que le CCI ne réussit pas à franchir ses bas précédents.

Il est important de noter que les divergences indiquent que la tendance s’affaiblit, elles n’indiquent pas que la tendance a changé. La confirmation ou un signal doit venir de l’action d’un prix, par exemple la cassure d’une ligne de tendance.

 

Période d’observation : (5 par défaut)

Le choix de la période d’observation est très important. 

Si l’Indice CCI est utilisé comme Lambert le suggérait à l’origine, la période d’observation devrait être d’un tiers de la longueur du cycle.

Si l’utilisation du CCI n’est pas basée sur les cycles, la période d’observation devrait être sélectionnée de sorte que la bande –100 à +100 contienne 70% à 80% des données.

4. Régression linéaire (Linear Regression)

La régression linéaire est un outil statistique utilisé pour mesurer les tendances. La régression linéaire montre où les prix devraient se situer, d’un point de vue statistique. L’interprétation est sensiblement identique à la moyenne mobile. La Régression linéaire a cependant deux avantages sur les moyennes mobiles. Contrairement à ces dernières, il ne produit pas autant de « retard » dans son adaptation à l’évolution des cours. Puisqu’il « ajuste » une ligne aux données de points, plutôt que d’en faire une moyenne, la Régression linéaire est plus sensible aux fluctuations de prix. Tout écart excessif par rapport à l’indicateur devrait être de courte durée. 

L’utilisation la plus courante de la Régression Linéaire :

- De traiter en direction de la Régression linéaire, 

Colby et Meyers ont trouvé que traiter de cette manière produit de bons résultats en utilisant la figure 66 semaines. 

5.MACD – Convergence/Divergence de moyennes mobiles (Moving

Average Convergence Divergence)

Le MACD (Convergence Divergence de Moyennes Mobiles ) a été développé par Gerald Appel pour trader des cycles de 26 et 12 semaines sur bourse. Le MACD est un type d’oscillateur qui peut mesurer la force du marché, ainsi qu’indiquer une tendance.

Le MACD se compose de 2 lignes, la ligne MACD et la ligne Signal. La ligne MACD mesure la différence entre une moyenne mobile exponentielle courte et une moyenne mobile exponentielle longue. La ligne Signal est la moyenne mobile exponentielle de la ligne MACD. Le MACD varie en dessus et en dessous de la ligne zéro sans limite supérieure ou inférieure.

Il existe une autre forme de MACD qui montre la différence entre la ligne MACD et la ligne Signal sous forme d’histogramme.

La forêt MACD montre la différence positive et négative entre les deux lignes d’un graphique MACD (la ligne MACD et la Ligne Signal) sous forme d’histogramme en dessus et en dessous de la ligne zéro.

Les périodes par défaut sont les mêmes que celle utilisées par Appel.  Appel utilisait 26 et 12 parce qu’il a observé des cycles hebdomadaires de longueurs similaires sur le marché US des actions. Vous pouvez changer les paramètres en harmonisant une autre période de cycle que vous avez observée.

Les utilisations les plus fréquentes du MACD : 

Générer des signaux d’achat et de vente : 

Les signaux sont déclenchés quand la ligne MACD et la ligne Signal se croisent. Un signal d’achat intervient quand la ligne MACD croise de bas en haut  la ligne Signal, plus le croisement est éloigné de la ligne zéro, plus le signal est fort. Un signal de vente intervient quand la ligne MACD croise de haut en bas la ligne Signal, plus le croisement est éloigné de la ligne zéro, plus le signal est fort.

 

Si la tendance prend de la puissance, la différence entre la moyenne mobile courte et longue va augmenter. Cela veut dire que si les deux lignes MACD sont en dessus de la ligne zéro et que la ligne MACD est en dessus de la ligne Signal la tendance est haussière. Si les deux lignes MACD sont en dessous de la ligne zéro et que la ligne MACD est en dessous de la ligne Signal la tendance est baissière.

 

Indiquer des divergences haussières et baissières

Quand le marché est dans une tendance haussière ou baissière, le MACD peut être utilisé pour indiquer qu’une tendance s’affaiblit en signalant une divergence. Une divergence entre le MACD et le prix indique que le mouvement haussier ou baissier s’affaiblit. 

Une divergence baissière commence quand les prix d’un instrument atteignent de nouveaux hauts alors que le MACD ne réussit pas à franchir ses hauts précédents. 

Une divergence haussière commence quand les prix d’un instrument atteignent de nouveaux bas alors que le MACD ne réussit pas à franchir ses bas.

Il est important de noter que les divergences indiquent que la tendance s’affaiblit, elles n’indiquent pas que la tendance a changé. La confirmation ou un signal doit venir de l’action d’un prix, par exemple la cassure d’une ligne de tendance.

 

Période de la moyenne mobile courte : (défaut 12)

Période de la moyenne mobile longue : (défaut 26)

Période de la ligne Signal : (défaut 9)

Les périodes par défaut sont les mêmes que celle utilisées par Appel.  Appel utilisait 26 et 12 parce qu’il a observé des cycles hebdomadaires de longueurs similaires sur le marché US actions. Vous pouvez changer les paramètres en harmonisant une autre période de cycle que vous avez observée.

6. Momentum

Le Momentum est un oscillateur qui mesure la variation du prix d’un instrument sur un intervalle de temps donné. Il mesure si les prix montent ou descendent à un taux montant ou descendant. Le calcul du Momentum soustrait le prix courant du prix d’un certain nombre prédéterminé de périodes dans le passé. Cette différence positive ou négative est marquée autour d’une ligne zéro.  

Les utilisations les plus fréquentes du momentum :

Identifier des marchés sur achetés (overbought) ou survendus (oversold)

Un marché sur acheté ou survendu est un marché où les prix sont montés ou ont chuté trop rapidement et devrait donc corriger. Si la ligne Momentum est très éloignée en dessous de la ligne zéro, c’est un signe de marché survendu. Si la ligne Momentum est très éloignée en dessus de la ligne zéro, c’est un signe de marché sur acheté

Les signaux de sur achat et de survente sont plus fiables dans des marchés sans tendance où les prix font des séries de hauts et bas identiques.

 

Si le marché a une tendance, les signaux de direction de tendance sont plus fiables. Par exemple, si la tendance est haussière, il est préférable de prendre une position à la hausse : quand les prix redescendent, cela va entraîner un signal de survente et le marché devrait ensuite remonter.

 

Indiquer des divergences haussières et baissières.

Quand le marché est dans une tendance haussière ou baissière, le Momentum peut être utilisé pour indiquer qu’une tendance s’affaiblit en signalant une divergence. Une divergence entre le Momentum et le prix indique que le mouvement haussier ou baissier s’affaiblit.  Une divergence baissière commence quand les prix d’un instrument atteignent de nouveaux hauts alors que le Momentum ne réussit pas à franchir ses hauts précédents. 

Une divergence haussière commence quand les prix d’un instrument atteignent de nouveaux bas alors que le Momentum ne réussit pas à franchir ses bas précédents.

Il est important de noter que les divergences indiquent que la tendance s’affaiblit, elles n’indiquent pas que la tendance a changé. La confirmation ou un signal doit venir de l’action d’un prix, par exemple la cassure d’une ligne de tendance.

 

Période d’observation : (défaut 10)

Normalement, la période d’observation est fixée comme la moitié de la longueur du cycle de l’instrument. Cela veut dire que la ligne Momentum va faire des sommets et des creux en accordance avec les prix.  

7. Moyenne Mobile (Moving Average)

Une moyenne mobile est un indicateur qui montre la valeur moyenne d’un prix sur une certaine période. En d’autres termes, la moyenne mobile est une analyse mathématique de la valeur moyenne d’un prix sur une durée prédéterminée. A mesure que le prix change, sa moyenne mobile s’oriente à la hausse ou à la baisse.  Comme les moyennes mobiles sont des moyennes, elles lissent les prix. C’est pourquoi les moyennes mobiles sont utilisées pour indiquer des tendances ou des renversements de tendances. 

La différence entre les 3 types de moyennes mobiles concerne le poids attribué aux données les plus récentes. Les moyennes mobiles simples accordent une importance égale à chaque prix. Les moyennes mobiles exponentielles et pondérées donnent plus de poids aux prix récents.  Cela signifie que chaque moyenne mobile a son propre caractère, par exemple chaque moyenne mobile va réagir différemment au prix du sous-jacent.

Moyenne Mobile simple

La moyenne mobile simple est la plus utilisée et  la plus populaire des moyennes mobiles. La première raison est la relative facilité à laquelle les moyennes mobiles simples sont calculées. Une moyenne mobile simple est calculée en additionnant les valeurs d’un certain nombre de périodes et ensuite divisées par la somme du total des nombres de valeurs.

Comme les autres moyennes mobiles, la moyenne mobile simple sélectionnée lisse le sousjacent. C’est pourquoi les moyennes mobiles sont utilisées pour indiquer des tendances ou des renversements de tendances. 

Moyenne Mobile pondérée

Comme les autres moyennes mobiles, la moyenne mobile pondérée sélectionnée lisse le sous-jacent. Mais elle est plus sensible aux récentes variations de prix. Lorsque la moyenne mobile simple prend les observations égales dans son calcul, une moyenne mobile pondérée donne une plus grande importance aux observations les plus récentes. 

Moyenne Mobile Exponentielle

La moyenne mobile Exponentielle est similaire à la moyenne mobile pondérée qui ont toutes les deux une réaction plus rapide aux prix les plus récents. Ce qui les différencie est qu’au lieu de supprimer les dernières données de la période sélectionnée, la moyenne mobile exponentielle continue d’en tenir compte. En d’autres termes, une moyenne mobile exponentielle de 5 jours va contenir plus que 5 périodes. Chaque période devient donc progressivement moins significative, mais tient encore compte dans son calcul de toutes les données existantes du prix. La moyenne mobile exponentielle est une autre méthode pondérée de la moyenne mobile pondérée. 

Les utilisations les plus fréquentes des moyennes mobiles :

Identifier une tendance

La méthode d’interprétation la plus populaire d’une moyenne mobile consiste à comparer la relation entre la moyenne mobile des prix d’une devise et les prix de la devise elle-même. Par exemple, si la moyenne mobile descend et que le prix de la devise est en dessous de la moyenne mobile, la devise est considérée comme étant dans une tendance baissière. Le contraire est valable pour une tendance haussière.  Si le prix varie en dessus et en dessous de la moyenne mobile et que la moyenne mobile est stable, le marché n’a pas  de tendance. 

 

Générer des signaux d’achat ou de vente.

Le déclenchement de signaux d’achat ou de vente peut être observée de deux manières. La première entre la relation de la clôture et la moyenne mobile. Si le marché clôture au-dessus de la moyenne mobile, cela génère un signal d’achat. Si le marché clôture au-dessous de la moyenne mobile, cela génère un signal de vente. 

 

La deuxième manière d’utiliser les moyennes mobiles est d’utiliser deux moyennes mobiles, une avec une période d’observation plus courte que l’autre. Des signaux d’achat ou de vente sont générés quand la moyenne mobile courte croise la moyenne mobile longue. Par exemple, si la moyenne mobile courte croise en dessous de la moyenne mobile longue, un signal d’achat est déclenché. Un signal de vente est déclenché quand la moyenne mobile courte croise en dessus de la moyenne mobile longue.

 

Note: Les deux techniques de signaux d’achat et de vente sont plus fiables quand le marché a une tendance. Si le marché n’a pas de tendance, il est possible que ces techniques donnent de faux signaux, vu que le marché a besoin de continuer dans la direction d’un signal d’achat ou de vente pour que la transaction soit profitable. 

Les 3 différents types de moyennes mobiles peuvent être utilisés de la même manière que les autres types de moyennes mobiles, principalement pour identifier une tendance ou un changement de tendance,  

Paramètres

Période moyennée : (défaut 5)

La période exacte moyennée à utiliser dépend de l’utilisation attendue de la moyenne mobile. Si vous utilisez les moyennes mobiles pour identifier une tendance, la durée de la période moyennée devrait refléter la tendance que vous essayez d’identifier. Plus la tendance est longue – plus la période moyenne devrait être élevée. Par exemple, si vous regardez un graphique journalier pour identifier une tendance long terme, vos pouvez utiliser une période moyennée de 200. Pour des tendances court et moyen terme, des périodes de 20 et 50 devrait être utilisées respectivement. 

Si vous utilisez les moyennes mobiles pour générer des signaux d’achat et de vente, une période plus courte qui va réagir plus vite devrait être utilisée. Par exemple, un système de deux moyennes mobiles utilisant un période moyennée de 5 et 20 est utilisable.

Note: En sélectionnant une période moyennée, il faut être attentif à la relation entre la période moyennée, le nombre de signaux générés et le risque associé au signal. Une période moyennée plus longue va générer moins de signaux, mais cela demande un mouvement plus conséquent avant le déclenchement du signal, ce qui sacrifie le potentiel de gains. Une période moyennée plus courte va générer plus de signaux et demande moins de mouvement de prix avant le déclenchement du signal, mais le risque que le signal soit faux augmente.

8. Système Parabolique-(Parabolic Time Price) 

Le système parabolique est un système qui a toujours des positions dans le marché, soit longue, soit courte. Vous devriez clôturer votre position courante et prendre une position inverse chaque fois que le cours croise la ligne parabolique SAR. Le système Parabolique SAR fournit d’excellents points d’entrée et de sortie.  

Le parabolic SAR est souvent utilisé avec une analyse graphique en barre vu que les points d’entrée sont plus facilement identifiables. Si vous êtes long, les points SAR seront en dessous du prix et le signal d’aller court arrivera quand les prix vont croiser les points SAR depuis en dessus. Si vous êtes courts, les points SAR seront en dessus du prix et le signal d’aller long arriveront quand les prix vont croiser les points SAR depuis en dessous. Quand une nouvelle position est prise, les points SAR seront positionnés assez loin du prix pour permettre de jouer des mouvements contre la tendance. Si le marché a une tendance, les points SAR vont bouger avec les prix et progressivement se resserrer si la tendance continue. Ceci est du à l’utilisation d’un facteur d’accélération qui augmente jusqu’à une limite donnée chaque fois qu’un nouvel extrême dans la direction d’une tendance est atteint.

Les utilisations les plus fréquentes du système Parabolique SAR:

- système de Stop and Reverse.

Les signaux de clôturer une position courante et de prendre une position inverse sont déclenchés quand le prix croise les points SAR. Par exemple, si les points SAR sont audessous des prix, vous deviez être long avec un ordre de vendre les positions actuelles et prendre des positions courtes au point SAR. Dès que vous allez être stoppé et pris une position courte, les points SAR seront en dessus du prix et le niveau du Parabolic SAR deviendra le niveau auquel vous devrez clôturer votre position courte et prendre une position longue.

A l’origine, le parabolique SAR était un système qui a toujours une position. Pour avoir des résultats positifs avec ce système, le sous jacent doit être dans une tendance. Si le système Parabolique est utilisé dans un marché qui n’a pas de tendance, il est possible qu’il génère des faux signaux d’achat et de vente.  

 

l’utiliser comme signal d’achat et de vente dans un marché de tendance.

 

En utilisant le parabolique SAR avec une analyse qui indique les tendances comme le MACD, vous devriez seulement prendre des positions longues ou courtes lorsque le marché est dans une tendance haussière ou baissière respectivement.  

 

 

sélectionner un niveau ou placer une limite de perte 

Dès qu’une position a été prise en utilisant une autre méthode de trading, les points paraboliques SAR peuvent être utilisé comme limite de perte de la position.

 

Facteur d’accélération : (défaut 0.02)

Le facteur d’accélération est le taux auquel les points paraboliques SAR vont progressivement se rapprocher du prix chaque fois qu’un nouvel extrême dans la direction de la tendance est atteint. 

Une valeur plus grande (petite) que 0.02, veut dire que les points paraboliques SAR vont se rapprocher plus rapidement (lentement) des prix, ce qui va donner moins (plus) de place pour des mouvements de prix contre tendance.

Constant Maximum : (défaut 0.2)

Quand un signal est généré, le facteur d’accélération va utiliser le point de départ d’accélération comme valeur de départ. Chaque fois qu’un nouvel extrême est touché en direction de la tendance, le facteur d’accélération  va être augmenté par la valeur de l’augmentation de l’accélération jusqu’à ce que le facteur d’accélération égale l’accélération maximale. 

Une valeur plus grande (petite) que 0.2 veut dire que les points paraboliques SAR vont se rapprocher plus vite (lentement) du prix, ce qui laisse moins (plus) de place pour des mouvements de prix contre tendance.

9. ROC – Rate of Change

Le Rate of Change est un oscillateur qui mesure la différence entre le prix courant et le prix d’une période présélectionnée antérieure.  Le Rate of change ressemble beaucoup au Momentum vu qu’il compare le prix courant par rapport au prix dans le passé, mais il est calculé différemment. Le Rate of Change divise le prix courant par le prix d’une période de nombres spécifiés dans le passé et qui ensuite multiplie le résultat par 100, tandis que le momentum soustrait le prix courant du prix d’une période de nombres spécifiés dans le passé..

Les utilisations les plus fréquentes du Rate of change :

Identifier des marchés sur achetés (overbought) ou survendus (oversold)

Un marché sur acheté ou survendu est un marché où les prix sont montés ou ont chuté trop rapidement et devrait donc corriger.  Si la ligne Rate of Change bouge à un très haut niveau en dessus de la ligne 100, c’est le signe d’un marché sur acheté. Si la ligne Rate of Change bouge à un très bas niveau en dessous de la ligne 100, c’est un signe de marché sur vendu.  Les signaux de sur achat et de survente sont plus fiables dans des marchés sans tendance où les prix font des séries de hauts et bas identiques.

 

Si le marché a une tendance, les signaux de direction de tendance sont plus fiables. Par exemple, si la tendance est haussière, il est préférable de prendre une position à la hausse : quand les prix redescendent, cela va entraîner un signal de survente et le marché devrait ensuite remonter.

 

Indiquer des divergences haussières et baissières.

Quand le marché est dans une tendance haussière ou baissière, le Rate of Change peut être utilisé pour indiquer qu’une tendance s’affaiblit en signalant une divergence. Une divergence entre la ligne Rate of Change et le prix indique que le mouvement haussier ou baissier s’affaiblit. 

Une divergence baissière se fait jour quand les prix d’un instrument atteignent de nouveaux hauts alors que la ligne Rate of Change ne réussit pas à franchir ses hauts précédents.  Une divergence haussière se fait jour quand les prix d’un instrument atteignent de nouveaux bas alors que la ligne Rate of Change ne réussit pas à franchir ses bas précédents.

Il est important de noter que les divergences indiquent que la tendance s’affaiblit, mais elles n’indiquent pas que la tendance ait changé. La confirmation ou le signal doit venir de l’action d’un prix, par exemple la cassure d’une ligne de tendance.

 

Période d’observation : (défaut 14) 

Normalement, la période d’observation devrait être la moitié de la durée du cycle du sousjacent. Cela veut dire que la ligne Rate of Change va faire des sommets et des creux en corrélation avec les prix.

La période prise en compte dans le calcul du ROC varie de 1 (très volatile) à 200 ou plus (beaucoup moins volatile). Les périodes les plus utilisées correspondent aux ROC à 12 et 25 pour du trading à court et moyen terme. Le ROC 12 est un excellent indicateur de sur achat/survente à court et moyen termes. Plus le ROC est élevé, plus la devise est sur achetée, plus le ROC est bas, plus un rallye semble vraisemblable.

10. RSI – Relative Strength Index 

Développé par J. Welles Wilder et introduit dans son livre New Concepts in Technical Trading Systems, le RSI calcule la différence en valeur entre les clôtures par rapport à une période d’observation. 

Le RSI est l'indicateur de vitesse le plus populaire car un des plus pertinents pour localiser les périodes de sur achat et de survente en fonction de l'horizon d'investissement. Indicateur borné, le RSI calcule le rapport entre la moyenne des hausses et la moyenne des baisses sur les jours de la période considérée avec une approximation mathématique.

Les utilisations les plus fréquentes du RSI sont :

- Identifier des marchés sur achetés (overbought) ou survendus (oversold)

Un marché sur acheté ou survendu est un marché où les prix sont montés ou ont chuté trop rapidement et devrait donc corriger. 

Si la ligne RSI bouge au-dessus de la ligne 70, c’est un signe d’un marché sur acheté. Si la ligne RSI bouge en dessous de la ligne 30, c’est un signe de marché sur vendu. 

Les signaux de sur achat et de survente sont plus fiables dans des marchés sans tendance où les prix font des séries de hauts et bas identiques.

 

Si le marché a une tendance, les signaux de direction de tendance sont plus fiables. Par exemple, si la tendance est haussière, il est préférable de prendre une position à la hausse : quand les prix redescendent, cela va entraîner un signal de survente et le marché devrait ensuite remonter.

 

Si le RSI est au-dessus de 70 et que vous vous attendez à ce que le marché forme un sommet, quand le RSI repasse en dessous de 70 peut être utilisé comme signal de vente. Si vous pensez que le marché forme un creux, vous pouvez acheter après que le RSI repasse audessus de 30.

 Il est préférable d’utiliser ces signaux dans un marché qui n’a pas de tendance.

 

Dans un marché de tendance, les signaux les plus surs sont les signaux en direction de la tendance. Par exemple, si la tendance est haussière, il est préférable de prendre seulement les signaux d’achat après que le RSI repasse au-dessus de 30.

 La raison de prendre des signaux en direction de la tendance est que quand le marché a une tendance, un signal de contre tendance indique plus souvent  un retracement plutôt qu’un renversement de tendance. 

 

- Indiquer des divergences haussières et baissières.

Quand le marché est dans une tendance haussière ou baissière, le RSI peut être utilisé pour indiquer qu’une tendance s’affaiblit en signalant une divergence. Une divergence entre la ligne RSI et le prix indique que le mouvement haussier ou baissier s’affaiblit. 

Une divergence baissière commence quand les prix d’un instrument atteignent de nouveaux hauts alors que le RSI ne réussit pas à franchir ses hauts précédents. 

Une divergence haussière commence quand les prix d’un instrument atteignent de nouveaux bas alors que le RSI ne réussit pas à franchir ses bas précédents.

Il est important de noter que les divergences indiquent que la tendance s’affaiblit, elles n’indiquent pas que la tendance ait changé. La confirmation ou le signal doit venir de l’action d’un prix, par exemple la cassure d’une ligne de tendance.

 

Période d’observation : (défaut 14)

Wilder utilise 14 comme période d’observation, mais les périodes 9 et 7 sont aussi populaires. En diminuant la période d’observation, cela augmente la sensibilité du RSI par rapport aux prix, ce qui en résulte un RSI plus réactif.  Veuillez noter qu’une période d’observation plus courte augmente le nombre de faux signaux. Une période plus longue va générer moins de signaux.



11. STOCHASTIQUE LENT - (SLOW STOCHASTIC)

Les Stochastiques sont un oscillateur développé par George Lane.

Les stochastiques lents sont basé sur les stochastiques mais ont un temps de réaction plus lent et plus lisse par rapport aux mouvements des prix. 

Le stochastique lent est constitué de 2 lignes, KS et %DS.

La ligne KS du stochastique lent est la même que la ligne %D du stochastique. La ligne %DS du stochastique lent est une moyenne mobile simple de la ligne KS du stochastique lent. Cette ligne est plus lisse que la ligne KS et est utilisée pour donner des signaux de sur achat et de sur vente. 

Les stochastiques lents sont les plus utilisés des deux types de stochastiques parce qu’ils sont plus lisses  et qu’ils donnent moins de faux signaux.

Les utilisations les plus fréquentes du stochastique lent :

- Identifier des marchés sur achetés (overbought) ou sur vendus (oversold)

Un marché sur acheté ou survendu est un marché où les prix sont montés ou ont chuté trop rapidement et devrait donc corriger. 

Si la ligne %DS est au-dessus de 80%, cela veut dire que le sous-jacent est près de la fin d’une tendance de la période d’observation, donc un marché sur acheté.

Si la ligne %DS est en dessous de 20%, cela veut dire que le sous-jacent est près de la fin d’une tendance de la période d’observation, donc dans un marché sur vendu.. 

Les signaux de sur achat et de sur vente sont plus fiables dans des marchés sans tendance où les prix font des séries de hauts et bas identiques.

 

Par exemple, si la tendance est baissière, il est préférable de prendre une position à la baisse : quand les prix remontent, cela va entraîner un signal de sur achat et le marché devrait ensuite redescendre.

 

Générer des signaux d’achat et de vente.

Pour des signaux d’achat et de vente, les conditions suivantes doivent être remplies chronologiquement

1.      Les lignes KS et %DS sont au-dessus de 80 ou en dessous de 20.

2.      Les lignes KS et %DS croisent

3.      Les lignes KS et %DS bougent en dessous de 80 ou au-dessus de 20.

 

Indiquer des divergences haussières et baissières.

Quand le marché est dans une tendance haussière ou baissière, le Stochastique lent peut être utilisé pour indiquer qu’une tendance s’affaiblit en signalant une divergence. Une divergence entre les lignes Stochastique lent et le prix indique que le mouvement haussier ou baissier s’affaiblit. 

Une divergence baissière commence quand les prix d’un instrument atteignent de nouveaux hauts alors que les lignes Stochastique lent ne réussissent pas à franchir ses hauts précédents.  Une divergence haussière commence quand les prix d’un instrument atteignent de nouveaux bas alors que les lignes Stochastique lent ne réussissent pas à franchir ses bas précédents. Il est important de noter que les divergences indiquent que la tendance s’affaiblit, elles n’indiquent pas que la tendance ait changé. La confirmation ou le signal doit venir de l’action d’un prix, par exemple la cassure d’une ligne de tendance.

 

Période d’observation pour KS : (défaut 5)

%K est utilisé pour calculer %K lent, mais n’est pas relié. 

Période moyennée du KS lent : (défaut 5)

C’est la même que %D du stochastique. La période moyennée et le nombre d’observation de %K utilisé dans la moyenne mobile.

Période moyennée du %DS :  (défaut 3)

C’est le nombre d’observations utilisées dans la moyenne mobile du %K Slow. Plus la valeur est petite, plus la ligne %DS va être proche du %K.

12. Déviation Standard (Standard Deviation) 

Le Standard Deviation est utilisé pour déterminer la volatilité d'une devise. Plus une devise est volatile, plus elle a de chance d'augmenter ou de chuter. 

La volatilité par le Standard Déviation est calculée en utilisant la Moyenne Mobile de la devise. Il est ainsi possible d'observer les écarts entre le cours et sa moyenne mobile. Plus le standard déviation est élevé, plus la volatilité est élevée. Au contraire, un standard déviation peu élevé signifiera que les cours ne s'éloignent que très peu de sa Moyenne Mobile.

 

13. STOCHASTIQUE (STOCHASTIC)

Les Stochastiques sont un oscillateur développé par George Lane.

Le Stochastique se compose de 2 lignes, K et %D:

La ligne K mesure, sous forme de pourcentage, où est la clôture actuelle en relation avec le plus bas d’une période d’observation. Elle est montrée sur une échelle de 0 à 100.. La ligne %D est une moyenne mobile simple de K. Comme c’est une moyenne mobile, cette ligne est plus lisse que K, elle est utilisée pour donner des signaux de sur achat et de sur vente.

Les stochastiques sont les moins utilisés des deux types de stochastiques parce qu’ils réagissent plus vite  et qu’ils donnent plus de faux signaux.

Les utilisations les plus fréquentes du Stochastique sont :

- Identifier des marchés sur achetés (overbought) ou sur vendus (oversold)

Un marché sur acheté ou survendu est un marché où les prix sont montés ou ont chuté trop rapidement et devrait donc corriger. 

Si la ligne %D est au-dessus de 80%, cela veut dire que le sous-jacent est près de la fin d’une tendance de la période d’observation, donc un marché sur acheté.

Si la ligne %D est en dessous de 20%, cela veut dire que le sous-jacent est près de la fin d’une tendance de la période d’observation, donc dans un marché sur vendu.. 

Les signaux de sur achat et de sur vente sont plus fiables dans des marchés sans tendance où les prix font des séries de hauts et bas identiques

 

Par exemple, si la tendance est haussière, il est préférable de prendre une position à la hausse : quand les prix redescendent, cela va entraîner un signal de sur vente et le marché devrait ensuite remonter.

 

-   Générer des signaux d’achat et de vente.

Pour des signaux d’achat et de vente, les conditions suivantes doivent être remplies chronologiquement

1        Les lignes K et %D sont au-dessus de 80 ou en dessous de 20.

2        Les lignes K et %D croisent

3        Les lignes K et %D bougent en dessous de 80 ou au-dessus de 20.

 

-   Indiquer des divergences haussières et baissières.

Quand le marché est dans une tendance haussière ou baissière, le Stochastique peut être utilisé pour indiquer qu’une tendance s’affaiblit en signalant une divergence. Une divergence entre les lignes Stochastique et le prix indique que le mouvement haussier ou baissier s’affaiblit. 

Une divergence baissière commence quand les prix d’un instrument atteignent de nouveaux hauts alors que les lignes Stochastiques ne réussissent pas à franchir ses hauts précédents.  Une divergence haussière commence quand les prix d’un instrument atteignent de nouveaux bas alors que les lignes Stochastiques ne réussissent pas à franchir ses bas précédents. Il est important de noter que les divergences indiquent que la tendance s’affaiblit, elles n’indiquent pas que la tendance ait changé. La confirmation ou le signal doit venir de l’action d’un prix, par exemple la cassure d’une ligne de tendance.

 

Période d’observation de K : (défaut 5)

Le nombre d’intervalles dans la période utilisée pour sélectionner les haut et les bas. Une valeur plus grande par défaut va résulter une ligne %K plus lisse et moins sensible. 

Période moyennée de %D  : (défaut 3)

La période moyennée est le nombre d’observations de la ligne K utilisées dans la moyenne mobile. Plus la valeur est petite, plus la ligne %D va se rapprocher de K.

VII.Marché Spot et à terme

1. Spot (Au comptant)

Définition : Echange de deux monnaies à un taux de change fixé avec une livraison au comptant. La livraison au comptant est considérée comme deux jours ouvrables, excepté pour le Dollar Canadien, qui est un jour ouvrable.

Exemple :

Aujourd’hui : 8 Décembre 

Client X achète EUR/USD 1’000’000.— pour livraison au comptant à 0.9950.

Livraison : 10 Décembre. 

 

2. Demande/Offre

Les prix demandés et offerts sont quotés en terme de la monnaie de base. 1 unité de base est le nombre d’unité de l’autre monnaie.

Exemple :

EUR/USD : 1.1853/56

Demande : 1.1853 est le prix auquel le teneur de marché (Realtime Forex) achète la monnaie de base (Euro) et le client vend la monnaie de base (Euro). 

OFFRE : 1.1856 est le prix auquel le teneur de marché (Realtime Forex) vend la monnaie de base (Euro) et le client achète la monnaie de base (Euro). 

Exemple d’une transaction au comptant (spot transaction) :

Client : « Bonjour, client x référence x, que vaut l’EUR/USD Spot pour 1 Mios SVP ?”.

RTFX : “EUR/USD vaut 1.1853/56”.

Client : « A 1.1856, j’achète 1 Mios Eur/USD ».

RTFX : “OK, à 1.1856 vous avez acheté 1 Mios Euro contre USD valeur Spot 10 décembre”.

3. Transaction/marché à Terme

Une transaction à terme est un échange de deux monnaies à un prix prédéterminé à une date autre qu’au comptant. 

Un achat/vente à terme est un échange de deux monnaies à un prix prédéterminé pour une livraison dans le futur. (Au comptant + Prix à terme).

Le calcul d’un prix à terme est composé du prix au comptant et du différentiel de taux d’intérêt : 

Aujourd’hui : 8 Décembre 2003 Prix EUR/USD au comptant (spot) 1.1853/56 (Valeur Spot 10 Décembre)

Client x veut acheter 1 Mio EUR/USD à 1 mois :

Spot EUR/USD 

1.1853/56

1 Mois              

15 – 12 (Déport)

Prix à Terme   

1.1838 / 1.1844 

Exemple d’une transaction à terme  :

Client : « Bonjour, client x référence x, que vaut l’EUR/USD à 1 mois SVP ? ».

RTFX : “EUR/USD à 1 Mois vaut 1.1838/44”.

Client : “A 1.1844, j’achète 1 Mios EUR/USD ”.

RTFX : “OK à 1.1844 vous avez acheté 1 mio Euro contre USD valeur 10 Janvier 2004

4. FX Swap

Une transaction à terme est un échange de deux monnaies à un prix prédéterminé à une date autre qu’au comptant.

Un FX Swap est un accord de faire un premier échange de devises valeur spot avec l’opération inverse de cet échange mais avec une date dans le futur. En fait, c’est la combinaison d’une opération spot et d’une opération à terme. La différence par rapport à une transaction à terme est que pour le Swap, il y a deux livraisons. 

Exemple d’un FX Swap :

        Prix Spot                                 122.75/80

         Prix terme 3 mois                   48/44 (Déport)

Client : « Bonjour, client x référence x, que vaut le swap USD/JPY 3 mois SVP ? »

RTFX : “Swap USD/JPY 3 Mois vaut – 48 à - 44”.

Client : « OK, à – 48, j’achète et je vends 1 Mios USD/JPY » 

RTFX : “OK vous avez acheté et vendu 1 Mios USD/JPY à – 48, Vous avez acheté 1 Mios USD/JPY à 122.75 valeur Spot 10 Décembre 2003 et vendu 1 Mios USD/JPY à 122.27 valeur 10 Mars 2004”

Remarque : Il n’y a pas d‘exposition/risque spot pour les Swaps.

5. Report/Déport

Report/Déport est le différentiel de taux d’intérêt entre deux monnaies. 

Report/Prime  :

Il y a un report quand le prix du Swap est positif (le prix à terme est plus grand que le prix Spot). C’est quand le taux d’intérêt de la monnaie de base est plus bas que la seconde monnaie quotée. 

Exemple du USD/CAD

US Dollar 3 Mois taux d’intérêt          

1.25 pct 

Canadian Dollar 3 Mois taux d’intérêt

2.75 pct.

Le Swap USD/CAD 3 Mois vaut 54 / 58.

Déport :

Il y a un déport quand le prix du Swap est négatif (le prix à terme est plus petit que le prix Spot). C’est quand le taux d’intérêt de la monnaie de base est plus haut que la seconde monnaie quotée. 

Exemple de EUR/USD

        Euro 3 Mois taux d’intérêt                              2.65 pct

        US Dollar 3 Mois taux d’intérêt                     1.30 pct

Le Swap EUR/USD 3 Mois vaut – 38.5 / - 33.

6. Calcul du Report/Déport 

Un client veut vendre 3 Mios d’Euro contre Dollars à 3 Mois.

Date de la transaction 

11 Février

Date Valeur Spot         

13 Février

Spot EUR/USD            

1.0710/14

USD 3 Mois taux d’intérêt

1.25 / 1.35 %

EUR 3 Mois taux d’intérêt

2.60 / 2.70 %

Echéance                      

90 jours (13 Mai)

Comment calculer le prix à terme demandé EUR/USD 3 Mois ?

1 ère méthode :

Points à terme          =        Spot * (1 + (TDM * n/360))

                                                                                                                        - Spot       

                   (1 + (TMB * n/360))

TDM = Taux d’intérêt de la Deuxième Monnaie

TMB = Taux d’intérêt de la Monnaie de Base

Points à terme          =           1.0710 * (1 + (0.0125 * 90/360))    

- 1.0710    

                                                (1 + (0.027  * 90/360))

 

SWAP =    -  0.00385 

Taux à terme   = 1.0710 – 0.00385 = 1.06715

Méthode alternative :

 

                Emprunter                                            

Placer                           

                EUR 3’000’000                      Spot 1.0710

USD 3’213’000

                90 jours à 2.70 %                                 

90 jours à 1.25 %

                Intérêt = EUR 20'250                           

Intérêt = USD 10'040.625

                TOTAL EUR 3'020'250.--                   

3’223’040.625

TOTAL USD 3'223'040.625

                Taux à terme   =                                                   

= 1.06715

                                                            3’020’250.—

Client vend 3 mios Euro contre USD à 1.06715 à 3 mois Valeur 13 Mai.

Un client veut acheter 3 mios Euro contre USD à 3 Mois.

Date de la transaction 

11 Février

Date Valeur Spot         

13 Février

Spot EUR/USD            

1.0710/14

USD 3 Mois taux d’intérêt

1.25 / 1.35 %

EUR 3 Mois taux d’intérêt

2.60 / 2.70 %

Echéance                      

90 jours (13 Mai)

Comment calculer le prix à terme offert EUR/USD 3 Mois ?

1 ère Méthode :

Points à terme     =        Spot * (1 + (TDM * n/360))         

 

                                                (1 + (TMB * n/360))

TDM = Taux d’intérêt de la Deuxième Monnaie TMB = Taux d’intérêt de la Monnaie de Base

Points à terme =          1.0714 * (1 + (0.0135 * 90/360))   

            - Spot       

    (1 + (0.026  * 90/360))

SWAP =    -    0.0033

Taux à terme = 1.0714 – 0.0033 = 1.0681

Méthode alternative :

                Placer                                                   

                EUR 3’000’000                      Spot 1.0714

                90 jours à  2.60 %                                

                Intérêt = EUR 19500                            

                TOTAL EUR 3'019’500.--                  

3’225’047.925

                Taux à terme =                                                                 

3’019’500.--

- 1.0714

Emprunter                                

USD 3’214’200

90 jours à 1.35 %

Intérêt = USD 10’847.925

TOTAL USD 3’225’047.925

=       1.0681

     

Le client achète 3 Mios Euro contre USD à 1.0681 Valeur 13 Mai.

Principaux Chiffres Economiques

1. Atlanta Fed Index 

La Fed d’atlanta (une des 12 Fed Régionales) envoie un questionnaire à 500 entreprises industrielles pour les interroger sur les prévisions de leur activité, les carnets de commandes, les stocks, etc… Elle calcule un indicateur qui est publié mensuellement, vers la moitié du mois suivant et qui donne des renseignements sur l’évolution de la conjoncture dans une importante région des USA (le Sud-Est).

2. Balance Commerciale (Trade Balance/International Trade)

La balance commerciale représente la différence entre l’ensemble des exportations (total des biens et des services exportés) et l’ensemble des importations (total des biens et des services importés). Tous les pays publient mensuellement les données de leur balance commerciale. Les opérateurs analysent avec beaucoup d’attention les balances et surtout les composantes des balances commerciales des principaux pays pour obtenir une indication sur la conjoncture et sur l’évolution des devises.

En période de crise :  

Si la balance commerciale est excédentaire (plus d’exportations que d’importations !), cela signifie que les entreprises exportent plus et augmentent ainsi leurs chiffres d’affaires. Cette période de redressement est souvent accompagnée d’un taux de change favorable. Attention, un taux de change favorable est synonyme d’une monnaie faible ! Or une monnaie trop faible, même si elle est bénéfique pour les exportations, n’est pas bonne pour l’économie. En effet, une monnaie trop faible s’accompagne d’une fuite des capitaux vers l’étranger.  

Si, au contraire, la balance commerciale est déficitaire (plus d’importations que d’exportations !), les entreprises produisent et exportent moins ce qui renforce encore plus la crise. La Banque Centrale peut jouer sur le taux d’intérêt ou le taux de change pour renverser le consensus économique.  

En période de croissance

Si la balance commerciale est excédentaire, l’économie fonctionne bien mais attention au niveau du taux de change. 

Si, au contraire, la balance commerciale est déficitaire, la production intérieure est inférieure à la consommation. 

Aux Etats-Unis, par exemple, la balance commerciale est déficitaire : les américains consomment beaucoup plus qu’ils ne produisent et sont ,par conséquent, de plus en plus endettés. Leur monnaie référence leur permet d’être « dans le rouge » sans trop s’en préoccuper ! 

3. Balance des paiements/Compte courant (Current Account)

La Balance des paiements est un indicateur des conditions financières d’un pays, qui est moins regardé à cause de la structure comptable de la balance elle-même ; mais elle peut quand même donner des indications sur la stabilité d’une devise. Quant au compte courant, il est la mesure du commerce international d’un pays, en biens, services et transferts unilatéraux. Publié sur une base trimestrielle, avec les chiffres des exportations et importations, il montre les tendances du commerce extérieur.

4. Beige Book 

Le Beige Book est un document rédigé par les économistes des différentes Fed régionales avant chaque réunion du FOMC. Ce rapport est un document de travail qui fait la synthèse des dernières informations économiques collectées dans les 12 districts. Ce papier est très prisé par les marchés parce que c’est une radiographie détaillée des USA (environ 30 % du PNB mondial) et peut donner des indications sur les choix de politique monétaire de la FED.

5. Blue Book

Les membres du FOMC reçoivent une douzaine de jours avant leur réunion le Beige Book, le Green Book et 4 jours avant la réunion du FOMC, ils reçoivent le Blue Book qui est un document préparé par le/les haut(s) responsable(s) de la FED qui analysent les options de politique monétaire en fonction des dernières informations disponibles et des prévisions à moyen terme. Par exemple Mr. Kohn, nommé par Bush comme membre du FOMC, était habitué à rédiger le Blue Book en qualité d’advisor.

6. BTM/SCHROEDER Index

Le BTM/Schroeder Retail Chain Store Index est un indice calculé sur les ventes des grandes chaînes de distribution aux USA. L’indice, qui tient compte des informations de 80 chaînes, est publié chaque fin de semaine (donnée de la semaine précédente). Il est un important indicateur du niveau de la consommation privée.

7. Challenger Report

Cette société de recherche est spécialisée dans le marché du travail et publie mensuellement des statistiques sur tous les licenciements annoncés dans le secteur privé. Les données ne sont pas corrigées des variations saisonnières et donnent une information précieuse sur le chômage, car elles anticipent les statistiques officielles du Ministère du Travail.

8. Chicago Purchasing Managers’ Index (Chicago PMI)

Cet indice de diffusion est calculé en tenant compte des réponses de 200 « directeurs d’achats » localisés dans la région de Chicago – centre très important dans le secteur de la distribution, vu sa localisation géographique. Le questionnaire interroge les « Purchasing Managers » sur les nouvelles commandes, l’emploi, les stocks, les prix payés, la production, etc…

9. Commandes de biens durables (Durable Goods Orders)

Les biens durables concernent tous les biens achetés dans le but d'être utilisés pendant plusieurs années. Il s'agit notamment des machines, outils ou encore des automobiles. Cet indicateur est certes un bon indicateur pour connaître l'évolution à venir de la production (la commande peut précéder de plusieurs mois la production effective du bien) mais il est également un bon indicateur de la confiance que les acteurs économiques témoignent dans l'avenir économique et la croissance du pays. En effet, les dépenses en biens durables ayant des influences sur plusieurs années sont prises le plus souvent dans un climat de confiance et de croissance attendue. Dans le cas contraire, les acteurs économiques n'hésiteraient pas à reporter voire à annuler leur décision d'achat. 

Pour être significatif, deux secteurs utilisés dans le "Durable Goods Orders" doivent être supprimés à savoir : l'armement et les transports. En effet, ces 2 secteurs sont extrêmement volatiles et la forte hausse d'un des secteurs peut obérer une baisse ou un ralentissement global des commandes de biens durables. 

10. Confiance des ménages (Consumer Confidence)

Le « patronat » américain (CB) réalise une enquête mensuelle sur un échantillon de 5'000 participants (consommateurs finaux) lesquels sont interrogés sur leur situation économique (emploi, revenus, consommation) et sur les perspectives au cours des six mois suivants. 

Cette étude conduit à la publication, tous les derniers mardis du mois, du Conference Board Index, qui se décompose en deux sous-indices : le sous-indice de l'appréciation des consommateurs des conditions présentes de l'économie et le sous-indice des perspectives futures. Le deuxième sousindice compte pour 60% de l'indice global.

Parallèlement au Conference Board, l'Université du Michigan publie également un indice de confiance des ménages, le Michigan Consumer Sentiment, à la seule différence que celui-ci est publié tous les deuxièmes vendredis du mois avec une estimation préliminaire et une finale. Du fait qu'il soit publié plus tôt, l'indice de confiance de l'Université du Michigan est un indicateur avancé de la confiance des ménages mesurée par le Conference Board.

11. Confederation of British Industry Surveys & Trends

La confederation of British Industry (CBI) publie tous les trois mois une enquête (survey) sur la situation britanique, qui répond à un questionnaire sur 17 sujets ; une autre enquête mensuelle (Monthly Trend) est publiée avec la réponse à 5 questions, posées seulement à un échantillon d’entreprises industrielles.

Cet indicateur n’est pas corrigé des variations saisonnières, mais donne une bonne indication sur l’évolution de la production industrielle britannique.

12. Consommation des ménages (Consumer Spendings)

La consommation des ménages aux Etats-Unis, à l'exemple d'autres pays développés, représente une part importante de l'économie américaine, soit près de 60%. C'est un indicateur très important de la vigueur de l'économie. Cette statistique est publiée tous les trimestres par le Département du commerce en même temps que le produit intérieur brut mais également mensuellement. 

Il existe un indicateur avancé de la consommation des ménages : les ventes de détail mensuelles ou Retail sales. Elles représentent 40% de la consommation globale des américains. Cependant, il doit être manié avec prudence car il prend en compte des composantes très volatiles. Parmi ces composantes volatiles, nous pouvons citer l'automobile (sujette à de fortes variations de prix d'un mois sur l'autre), le gaz et les produits alimentaires.

Cet indicateur est publié par le Département du commerce généralement au milieu du mois suivant la période considérée.

13. Constructions de maisons neuves (Housing Starts)

Le nombre de constructions neuves est un bon indicateur de confiance des ménages américains. Cet indicateur, mensuel, nécessite toutefois un lissage sur plusieurs mois. En effet, les mois d'hiver sont naturellement moins favorables à la construction de maisons neuves, ce qui se comprend aisément à cause des conditions climatiques. 

 La plupart des constructions étant financée par voie de crédit, le "housing starts" reflète également le niveau global des crédits accordés. Une hausse des crédits est favorable à l'économie dans son ensemble (dans le cas d'une économie non sur endettée).

14. Green Book 

Environ 5 jours avant chaque réunion du FOMC, les économistes de la FED de Washington envoient aux membres du FOMC un document réservé (non public contrairement au Beige Book) avec les prévisions de l’économie américaine, dans le cadre de l’économie mondiale.

15. Help Wanted Index

Le Help Wanted Index est un indicateur assez récent qui indique le nombre des annonces d’advertising de type « help-wanted », publiés dans les 51 grands journaux US. Il est alors une bonne référence de la puissance du marché du travail.

16. IFO Index 

L’Institute fuer Wirtschaftsforschung (IFO) est un important Institut de recherches économiques basé à Francfort qui publie mensuellement une radiographie de la situation économique allemande. Cet indice est obtenu en interrogeant 3200 entreprises manufacturières, 800 entreprises dans le secteur des travaux publics et de la construction, 550 qui opèrent dans le commerce de gros et 500 entreprises spécialisées dans la distribution au détail. Les questions visent la situation présente et celle qui est anticipée au cours des six mois suivants et l’indice est calculé sur une base de 100 (moyenne de la valeur de l’indice en 1991). L’indice IFO est très regardé par les marchés car il donne une indication claire de l’évolution de l’économie allemande qui pèse plus de 1/3 dans la production du PNB de l’Euro Zone. D’autres instituts de recherches européens publient des indices semblables pour les autres pays, mais il ont une importance moindre en considérant le poids des PNB des différents pays. 



17. Indice des prix à la consommation - IPC (Consumer Price Index - CPI)

Le "Consumer Price Index" (CPI) ou indice des prix à la consommation mesure le coût d'un panier donné de biens et services marchands au consommateur final. C'est un indicateur avancé de l'inflation.

Dans ce panier de biens et services, on retrouve des composantes très volatiles que sont les prix de produits alimentaires et de l'énergie, qui peuvent varier au gré des saisons et des évènements géopolitiques. Il convient donc de prendre également en compte les prix à la consommation hors énergie et alimentation ou Core CPI (CPI Ex-Food & Energy)

Cependant, l'exclusion de l'énergie et de l'alimentaion n'enlève pas complètement sa volatilité à l'indice des prix à la consommation. En effet, des composantes comme les prix des machines, du tabac, du transport aérien et des véhicules sont souvent sujets également à d'importantes variations d'un mois sur l'autre.

Le CPI et le Core CPI sont publiés par le Département du travail au milieu du mois suivant le mois considéré.

Deux cas peuvent se présenter :  

En période de crise 

Si le CPI est supérieur au consensus (i.e. à la prévision du marché) alors on est en période de retournement de cycle. On a donc une période de profitabilité qui risque d’arriver. Ce retournement, s'il a lieu, est bénéfique pour le marché et tout particulièrement pour le marché actions.  

Si le CPI est inférieur au consensus alors la banque centrale, pour éviter un renforcement de la crise, peut baisser ses taux pour essayer de renverser la tendance.  

En période de croissance 

Si le CPI est supérieur au consensus, on est alors en présence de risques inflationnistes. Pour calmer le marché, la Banque centrale peut resserrer les taux en les rehaussant. 

18. Indice des prix à la Production (PPI ou Producer Price Index) 

Contrairement au CPI qui mesure l'inflation par le consommateur final, le PPI calcule la variation des prix de biens de production. Il s'agit notamment des secteurs minier, manufacturier, du gaz, de l'électricité, du secteur agricole et autres matières premières.

19.ISM ou Institut of Supply Management (ex NAPM ou National

Association Purchasing Management Index) 

Indice spécifique aux Etats-Unis, l'ISM donne un niveau de prix à l'achat de différents secteurs. ISM Manufacturier : calculé mensuellement sur la base d’un échantillon de 300 entreprises de 20 secteurs manufacturiers différents, auxquelles on demande de préciser les conditions actuelles et futures dans 6 mois sur six sujets différents comme le niveau des commandes, prix d’achat, production, emploi, livraison des distributeurs, niveau des stocks. L’indice est publié avec ses différentes composantes pour fournir des informations sur l’emploi, les prix et la conjoncture en général. Il est donc très suivi par les marchés.

ISM Non Manufacturier : Il couvre 370 entreprises US dans 60 secteurs (comme l’agriculture, les mines, les constructions, le transport, les communications, les commerces de gros et de détail). Il est un indice de non-composite, également très suivi par les marchés financiers.

Contrairement au CPI ou au PPI, l'ISM est le résultat d'une étude réalisée auprès des directeurs d'achats de grandes entreprises. Il ne s'agit pas d'une statistique industrielle ou économique.  Cet indice permet aux analystes d'anticiper la santé économique à venir de l'économie américaine. Un indice supérieur à 50 s'observe dans un pays en croissance. Inférieur à 50, le pays se dirige vers un état de récession.

20. Masse Monétaire M3

Les Banques centrales publient mensuellement plusieurs statistiques sur les différents agrégats de la Masse monétaire (M1, M2, M3, etc..). La stastistique la plus suivie par les marchés est la M3 publiée par l’ECB (Banque Centrale Européenne). Celle-ci est une des variables importantes que l’ECB utilise pour déterminer sa politique monétaire. La masse monétaire est un indicateur de la liquidité et donc des risques d’inflation qui influencent les décisions monétaires.

21. NY Fed Manufacturing

C’est l’indice publié par la Fed de NY qui interroge 175 firmes de la région de New York sur les conditions économiques de leurs secteurs et de leur activité. Calculé mensuellement comme la différence entre les réponses positives (Amélioration de la situation) et négative (détérioration) des interviewés (leaders de l’industrie). Une valeur positive indique une amélioration à prévoir dans les 6 mois qui suivent. C’est un indice avec une forte composante industrielle, vu la structure de l’Etat de NY. De plus, il est en forte correlation avec le Philadelphia Fed Index et donne une bonne indication sur le Chicago PMI.

22. Personal Income and Comsumption

Les statistiques sur la consommation et les revenus des consommateurs sont extrêmement importantes pour prendre le puls de la conjoncture, surtout en tenant compte du poids de la consommation privée dans l’économie américaine (environ 2/3 du PNB) et dans les économies européennes (plus de 55 %).

23. Philadelphia Fed Index

C’est un indice calculé par la Fed de Philadelphie dans son district, sur un échantillon de 120 grandes entreprises qui sont interrogées sur les conditions économiques de leurs secteurs et de chaque entreprise. Cet indice est publié avant le PM de Chicago et donne une indication sur la conjoncture, même si la corrélation entre l’indice de Chicago et l’indice ISM national est beaucoup plus forte.

24. PMI (Purchasing Managers Index)

Ce sont des indices des directeurs d’achats qui anticipent l’évolution du secteur manufacturier. Fourni par Reuters en association avec différents organismes nationaux, ils sont construits selon le modèle instauré par la NAPM américaine et publiés en Grande-Bretagne, France, Allemagne sur une base mensuelle. Leur caractère psychologique relève de l’état de confiance du secteur en question et permet de faire une première image chaque mois sur l’intégralité des secteurs économiques.

25. Production industrielle (Industrial Production)

Chiffre de grande importance, car il anticipe le résultat du mois, la Production Industrielle montre le volume d’activité détaillé sur le secteur manufacturier, les mines et les secteurs d’intérêt publics, ainsi que sur différents marchés et secteurs industriels, sans compter les services ou les constructions. Aux USA, la PI est publiée vers le milieu du mois suivant : une valeur en hausse fait craindre une hausse des taux d’intérêts. 

La PI s’accompagne d’une autre mesure économique : l’utilisation des capacités, calculée comme rapport en poucentage entre la production effective et potentielle du secteur concerné. Une valeur en hausse et surtout supérieure à 84 % indique une hausse possible des prix du secteur, afin de satisfaire la demande supplémentaire avec des capacités de production limitées.

Au Japon, la publication de la production industrielle (en fin de mois suivant) s’accompagne aussi d’autres indicateurs comme les stocks et les livraisons d’entreprises, ainsi que d’une prévision à 2 mois ce qui fait que ce rapport est si important et suivi par les marchés.

Par contre, pour la Grande-Bretagne, la PI (publiée entre le 5-11 du 2ème mois suivant) n’a qu’un importance modeste, de même que la PI allemande (sortie entre 1-9 du 2ème mois vuivant) qui inclut les constructions mais qui est soumise aux importantes révisions d’ordre statistique.

26. Produit Intérieur Brut – PIB (GDP ou Gross Domestic Product) 

Sans doute, la statistique la plus connue au niveau mondial. Le GDP (ou PIB) désigne la production en services et en biens des pays. Cet indicateur permet notamment de comparer la "richesse" des pays. Comme avec le P.I.B., le GDP peut être scindé en plusieurs grands agrégats tels que les dépenses de consommation, les investissements des institutionnels ou bien encore les constructions résidentielles. L'analyse détaillée de chacun de ces agrégats apportera davantage de renseignements que l'étude de la statistique globale. 

Interprétation :

On ne cherche pas à donner le montant exact du PIB. On calcule plutôt la croissance de celui-ci en pourcentage. 

Que l’on soit en période de crise comme en période de croissance, une variation positive de l’indice est bonne si elle n’est pas excessive. 

Une variation excessive à la hausse comme à la baisse pourrait engendrer soit une aggravation de la crise soit une augmentation des pressions inflationnistes.

27. Red Book

Publié chaque mardi à 14.55 CET, ce rapport montre les ventes de détail de quelques 30 grands magasins US, réalisées la semaine passée et par rapport au mois précédent. C’est toujours une prévision qui compte pour la demande des ménages, mais une mesure assez volatile, compte tenu des mois plus ou moins importants pour le commerce de détails.

28. Tankan

C’est la star des statistiques japonaises, car la plus complète et la meilleure à anticiper de l’évolution des conditions économiques du pays. Il sort au début du mois suivant la fin du trimestre de référence et il fournit une image d’ensemble très pertinente pour l’actualité mais aussi pour l’avenir à court terme. Le Tankan est calculé sur la base d’une enquête auprès de 9'600 grandes entreprises cotées en Bourse. Elle répondent à 7 catégories de questions, soit de type indice de prix et du rapport offre/demande, soit de nature quantifiable, comme l’état de la production et des secteurs manufacturiers et non-manufacturiers. Les marchés s’y intéressent comme indication de la politique monétaire future de la BOJ (Bank of Japan). Une valeur plus forte que prévue de l’indice de diffusion témoigne d’un revirement inattendu de l’économiqe japonaise et de la possibilité que les taux de la BOJ ne baissent plus (ou même qu’ils repartent  à la hausse) pour prévenir le risque inflationniste.

29. Taux de chômage (Unemployment Situation) 

Les chiffres de l'emploi aux Etats-Unis sont issus de deux enquêtes différentes, le Household Survey et le Establishment Survey, conduites par le Département du travail.

Le "Household Survey" (enquête auprès des ménages), réalisée auprès de 60.000 ménages, aboutit à la publication du taux de chômage mensuel ou Unemployment Rate

Le "Establishment Survey" (enquête auprès des entreprises), réalisée auprès de 375.000 entreprises, détermine le nombre de créations ou de destructions d'emplois mensuelles, appelé Nonfarm Payrolls. Ces deux statistiques sont des indicateurs clé de l'activité économique outre-Atlantique. Les marchés leur accordent une importance particulière afin de déterminer la tendance dans les différents secteurs de l'économie. Par ailleurs, les données relatives au secteur manufacturier font l'objet d'une attention particulière sachant que ce dernier, en cas de bonne orientation, augure toujours le début d'un cycle économique.

Les chiffres de l'emploi sont publiés tous les premiers vendredis du mois suivant la période concernée.

Interprétation :

Ses variations permettent de suivre l’évolution de la conjoncture économique. 

En effet, dans une période de croissance, si le taux de chômage est élevé, une baisse de ce dernier est positive et renforce l’économie en question. Si, au contraire, le taux de chômage est déjà faible et diminue à nouveau, cela peut paraître positif (surtout pour l’emploi !) mais cela ne peut engendrer que des pressions inflationnistes. 

Dans une période de crise, une hausse du taux de chômage ne peut que renforcer la crise alors qu’une baisse permet d’inverser le consensus.

30. Ventes de détails (Retail sales)

C’est un indicateur très suivi par les marchés car il représente une première estimation de la valeur de la consommation des ménages, moteur principal de la croissance économique. Il se calcule chaque mois, à partir de données de quelques 13'000 commerçants de détail aux USA et se publie entre le 1115 du mois suivant. 

31. ZEW

Le Zew est un sondage organisé par le centre homonyne de recherche économique européenne de Mannheim sur un échantillon de 350 analystes et investisseurs institutionnels. C’est un indicateur de confiance des investisseurs (investors confidence) qui concerne les 6 prochains mois. Il est calculé chaque mois comme la différence entre les réponses positives et négatives des participants à l’enquête et il est publié depuis 1992 vers le 15 du mois qu’il concerne. S’agissant d’un indice psychologique, son amélioration ne doit pas être prise comme un signe de relance économique, mais plutôt comme une mesure des attentes des investisseurs au sujet de la croissance économique. Il est un précurseur du principal indice allemand de Business expectations, celui de l’institut IFO.

 

Options

1. Introduction

Le marché des options peut être divisé en trois parties :

 Bourse des options  

Philadelphia Stock Exchange

International Monetary Market (IMM)

London International Financial Futures Exchange (LIFFE)

Marché à Terme International de France (MATIF

  Bourse des options

Marché de gré à gré (OTC).

Toutes les grandes banques, ainsi que Realtime Forex, offrent des options OTC

 Warrants

Les différences importantes entre la Bourse des options/warrants et les options OTC :

Bourse des options/warrants

 

Options Over-the-Counter (OTC)

-       Les prix d’exercices, les dates  d’échéance et les montants nominaux  sont imposés.

-       Commissions et frais de livraison.

-       Le risque de crédit est la bourse.  - La durée de vie de l’option ne dépasse pas en général 12 mois.

-     On peut choisir librement les prix d’exercices, les dates d’échéance et les montants nominaux.

-     Pas de frais.

-     Le risque de crédit est la contrepartie. - Il est possible d’obtenir des options d’une durée de vie jusqu’à 5 ans.

2. Définition d’une option

Une option est un contrat qui confère à son détenteur le droit et non l’obligation d’acheter (option Call) ou de vendre (option Put) un sous-jacent à un prix (strike) et à une date prédéterminée d’avance (échéance).

Pour acquérir ce droit, l’acheteur de l’option paie une prime.

Le contrat d’option spécifie la période durant laquelle son détenteur peut choisir d’exercer son droit.

Il existe deux types d’options :

      Les options américaines qui peuvent être exercées en tout temps jusqu’à la date d’expiration.

                    Les options européennes qui ne peuvent être exercées qu’à la date d’expiration.

3. Négoce des options

L’acheteur d’une option possède le droit, mais nullement l’obligation, d’acheter ou de vendre un sous-jacent à un prix et à une date prédéterminée.

Le vendeur d’une option a l’obligation d’exécuter le contrat ; il est exposé à un risque illimité

Les deux types d’option :

 

Droit d’achat

CALL

Droit de vente

PUT

doit payer une prime

Se réserve le droit d’acheter un sous-

jacent

Se réserve le droit de vendre le sous-jacent

encaisse une prime

S’engage à livrer un sous-jacent

S’engage à recevoir un sous-jacent

L’ACHETEUR

LE VENDEUR

ACHAT D’UNE OPTION

                  CALL

                  PUT

 

             Anticipation

Hausse du cours du      sous-jacent

Baisse du cours du      sous-jacent

 

                   Droit

Achat du sous-jacent au prix du strike

Vente du sous-jacent au prix du strike

 

Obligation

Paiement de la prime

Paiement de la prime

 

 

                  Risque

Limité à la prime

Limité à la prime

             

VENTE D’UNE OPTION

                  CALL

                  PUT

 

             Anticipation

Baisse ou stabilité du cours du sous-jacent

Hausse ou stabilité du cours du sous-jacent

 

                   Droit

Encaissement de la prime

Encaissement de la prime

 

Obligation

Livrer le sous-jacent

Prendre livraison du         sous-jacent

 

 

                  Risque

Illimité

Illimité

             

4. Valeur d’une option

La prime d’une option est composée de la Parité et de la Valeur d’opportunité.

La parité d’une option est la différence entre le strike et le forward du sous-                   jacent à la date d’échéance de l’option.

Valeur d’opportunité est composée du Temps et de la Volatilité. 

Temps : plus la durée de l’option est longue, plus la valeur de l’option est élevée. Volatilité : Probabilité d’atteindre un niveau déterminé. Plus la volatilité est grande, plus les chances d’atteindre un niveau seront grandes et par conséquent, plus la prime de l’option sur ce sous-jacent sera élevée.

Quel sera l’impact sur l’option Call, respectivement Put, lors d’une modification des éléments suivants ? (les autres variables demeurent inchangées)

Une augmentation de :

Variable

L’effet sur le prix est …

CALL                                    PUT

Echéance

+

+

Prix au comptant (SPOT)

+

-

Prix de base (Strike)

-

+

Volatilité

+

+

Base (points à terme)

-

+

Les modèles d’évalutation des options le modèle Black-Scholes et le Modèle Binominal.

Les autres modèles d’évalutation des options, utilisés dans le marché, dérivent directement des 2 modèles cités ci-dessus.

Le Point de Break even est le niveau du cours à partir duquel on commence à réaliser un gain :

Call : Strike + Prime d’achat de l’option

        Put : Strike – Prime d’achat de l’option.       

5. Les Grecques

 

Le mythe des «  Grecques »

Delta : 

Delta Hedge ou Hedge Ratio.

Le Delta mesure la sensabilité de la prime de l’option pour une modification d’une unité du sous-jacent (Spot).¨

Gamma :

Le Gamma mesure le changement du Delta pour une modification d’une unité du sous-jacent (Spot).

Tau :

Le Tau mesure le changement de la prime de l’option pour une modification d’une unité de la volatilité.

Teta :

Le Teta mesure le changement de la prime de l’option pour une réduction de la durée de l’option d’un jour.

Rho : 

Le Rho mesure l’effet d’un changement de taux d’intérêt.

        a.         Le Delta

Le Delta indique dans quelle mesure la valeur d’une option varie par rapport au prix du sous-jacent. En principe, le Delta est donné en pourcentage (0.5 = 50 %).

Exemple d’un Call :

        Prix du sous-jacent     Valeur de l’option       Variation                     Delta

           1.2200

            1.2300  1.2400

0.0150 0.0200

0.0250

- 0.0050

N/A

+ 0.0050

.50

        b.         Le Gamma

Le Gamma permet de mesurer la sensibilité du Delta d’une option par rapport à une modification du spot. 

Le Gamma se réfère normalement à une modification du spot de 1 %.

Exemple :

Long Call EUR/USD, 1 Million, 1 Mois, Strike 1.2200, delta 50.

-    La position du Delta net de cette option est Long EUR/USD 500’000.— avec un cours spot de 1.2250 (0.5 X 1 Million).

-    Lors d’une hausse du spot de environ 3 % à 1.2600, la position du Delta net deviendra alors Long EUR/USD 800'000.— (0.80 X 1 Million).

Donc, le Gamma de cette option est long EUR/USD 100'000.— ((8 Millions – 5 Milions)/3)).

        c.         Le Tau/Vega

La Volatilité implicite est mesurée par l’importance du Tau/Vega de l’option. Le Tau est fréquement exprimé par rapport à la modification de la valeur absolue de l’option pour une modification d’une unité de volatilité.

Exemple :

Strike 1.2500, 3 Mois, 1 Million..

Spot EUR/USD

Long Call

Volatilité

Tau

1.2000              

6’820 USD

11 % 

1470

1.2000              

8’290 USD

12 % 

1540

        d.         Le Theta

Le Theta mesure le changement de la prime de l’option pour une réduction de la durée de l’option d’un jour.

Exemple :

Strike 1.2500, 3 Mois, 1 Million.

Spot EUR/USD

Long Call

Durée

Theta

1.2000              

6’820 USD

90         

-88

1.2000              

6’732 USD

89         

-89

Exercice : Call EUR/USD 

Long Call 1.2500 EUR/USD at 0.0125 USD pips   (prime de USD 12’500)

Spot                  

1.2160

   

Swap                

- 0.0020

   

Volatilité          

10.5 %

   

Montant            

1 Million

   

Maturité           

91 Jours

   

USD rate          

1.5 %

   Delta  

Gamma        

Theta           

Tau                

+ 0.30            

+ 0.06            

- 0.0001       

+ 0.0021        

Calculer la nouvelle prime et le nouveau delta de l’option si le prix spot baisse de 100 point, la volatilité augmente de 2 % et la durée dinimue de 46 jours.

        Delta              (-0.0100) x 0.30          =          - 0.0030           Delta

        Theta             46 x (-0.0001)             =          - 0.0046           Theta

        Tau                  2 x 0.0021                   =          + 0.0042          Tau

- 0.0034

La nouvelle prime de l’option sera donc de 

91         

(125 – 34).

Le nouveau Delta sera donc de                     

+ 0.27 

(0.30 – 0.03)

6. Volatilité

La volatilité est composée comme suit :



Analyses fondamentales/techniques (Nouvelles financières/politiques, analyses graphiques)

Différentes attentes des acteurs du marché

Achat et Vente par les acteurs du marché

 

Volatilité

La volatilité implicite est un intrument traité et coté dans le marché. Il n’y a pas nécessairement de corrélation entre la volatilité implicite et la volatilité actuelle (mouvements observés par le spot),

Elle réagit en fonction de :

-  L’interprétation du marché sur les changements présents et futurs du spot,

-  L’offre et la demande actuelle du marché des options, 

-  Les incertitudes politiques,

-  Etc…

Nous n’observons pas de courbes particulières pour les volatilités, à l’inverse des taux d’intérêts qui ont, nomalement, une courbe avec une pente positivie, dû à l’effet des intérêts composés.

Sur le court terme (1 ou 2 semaines …), nous observons un plus grand écart entre le minimum et le maximum de la volatilité implicite à l’inverse du long terme  (9 ou 12 mois …)

7. Les options exotiques

Pourquoi utiliser des options exotiques ?

-    les produits correspondent mieux aux souhaits particuliers des clients.

-    les clients ont des vues très précises

-    grande disparité entre les vues des acteurs du marché et les modèles mathématiques de « pricing » d’options.

Les options exotiques :

Options Barrières :

-    Knock Out / Knock In

-    Kick Out / Kick In

-    Kick Out with Rebate

-    Double Knock Out (DNO)

Options Payout

-    Double Lock Out

-    Lock Out / Lock In

-    Digital

8. Options Barrières 

Une option Barrière est un option standard (Call ou Put) avec des Outstrikes/Instrikes situés dans la direction “out-of-the-money/in-the-money” de l’option.

Si le spot touche un Outstrike, l’option cesse immédiatement d’exister.

Si le spot touche un Instrike, l’option entre en vigueur et se comporte comme l’option standard.

Le prix d’une option barrière est basé sur la valeur espérée de son gain futur, mais en tenant compte du fait que le spot ne doit pas atteindre l’outstrike avant l’échéance.

Les options barrières sont affectées par le spot, le strike, les barrières, les taux d’intérêt, la durée et la volatilité implicite, mais d’une manière différente que les options standard.

La gestion des risques est différente que pour les options standard.

        a.         L’option Knock out

C’est une option standard, qui cesse immédiatement d’exister et perd sa valeur si, pendant la durée de vie de l’option, le spot atteint ou dépasse un Outstrike.

L’outstrike est situé dans la partie « out-of-the-money » de l’option.

Etant donné que l’option Knock Out peut perdre sa valeur à tout moment, elle est moins chère qu’une option standard comparable.

Exemple :

        Long Call EUR/USD 1.2500 3 Mois                                      Prime = 125 pips

        Long Call EUR/USD 1.2500 3 Mois Knock Out 1.2200       Prime = 110 pips

L’option Knock Out est moins chère que l’option standard équivalente. Cette réduction du prix dépend de la localisation de l’outstrike.

Si pendant la durée de vie de l’option, on touche 1.2200, l’option ne vaut plus rien, l’acheteur a perdu sa prime.

Si l’Outsrike n’est pas atteint, l’option se comporte comme l’option standard.

        b.         L’option Knock/Kick In

L’option Knock/Kick In est une option standard qui entre en vigueur seulement si, pendant la durée de vie de l’option, le spot atteint un Instrike.

L’Instrike de l’option Knock In se situe dans la partie « out-of-the-money » de l’option. L’Instrike de l’option Kick In se situe dans la partie « in-the-money » de l’option.

L’option Knock/Kick In est moins chère que l’option standard. Cette réduction du prix dépend de la localisation de l’Instrike.

Si pendant la durée de vie de l’option, on touche l’Instrike, l’option entre en vigueur. Si l’Instrike est atteint, l’option se comporte comme une option standard.

        c.         L’option Kick Out

L’option Kick Out est une option standard, qui cesse immédiatement d’exister et perd sa valeur si, durant sa durée de vie, le spot atteint ou dépasse ou Outstrike.

L’Outstrike est situé dans la partie « in-the-money » de l’option.

Etant donné que l’option Kick Out peut perdre sa valeur à tout moment et qu’elle a un potentiel de gain limité, elle est moins chère qu’une option standard comparable. L’acheteur de cette option est short/court Tau, c’est-à-dire que l’option gagne de la valeur si la volatilité baisse et perd de la valeur si la volatilité augmente.

Les options Kick Out ont une valeur-temps positive (long Theta), c’est-à-dire que l’option gagne de la valeur quand on se rapproche de l’échéance. L’option Kick out est à déconseiller pour le hedging.

        d.         L’option Kick Out with Rebate

L’option Kick Out with Rebate est une option du type Kick Out, qui cesse immédiatement d’exister lorsque le spot atteint ou dépasse l’Outstrike et qui repaye alors, un montant prédéterminé à l’acheteur. En général, ce montant correspond à la prime payée par l’acheteur.

Cette option est évidemment plus chère que l’option Kick Out.

        e.         L’option Double Knock Out (DKO) ou Double No Touch (DNT)

L’option Double Knock Out est une option standard qui possède deux outstrikes. Un des outstrikes se trouve dans la direction « in-the-money » et l’autre dans la direction « outthe-money ».

Si durant la vie de l’option le prix spot atteint l’un ou l’autre de ces outstrikes, l’option perd sa valeur immédiatement et cesse d’exister.

Puisque l’option Double Knock Out peut perdre sa valeur à la suite de mouvements dans les deux directions, elle est encore moins chère que l’option Kick Out.

Utilisation :

Supposition (spot 1.2200) : Le client attend un EUR/USD légèrement plus haut, mais ne pense pas qu’il va atteindre 1.1700 ou 1.2700.

Stratégie : Achat d’un Call 1.2200 EUR/USD avec des outstrikes à 1.1700 et 1.2700, durée 3 mois, montant 1 Million, prime 45 USD Pips. 

DKO est généralement environ 80 % moins chère qu’une option standard.

DKO est généralement environ 30 % moins chère qu’une option  Kick Out.

Si le Spot atteint 1.1700 ou 1.2700 durant les 3 mois, l’option perd toute sa valeur et cesse d’exister.

Si les Outstrikes ne sont pas atteints, l’option DKO se comporte à l’échéance comme une option standard.

La valeur du DKO augmente, si la volatilité baisse – short/court volatilité (short/court Tau).

La valeur du DKO augmente, quand le temps passe – Long time decay.

Peut-être calculée sur mesure pour répondre aux besoins précis de la clientèle.

9.Les options payout

        a.         Lock Out

L’option Lock Out paye le jour de l’échéance un montant précédemment fixé (Payout) si, et seulement si, le spot n’a pas touché un Outstrike pendant la durée de vie de l’option.

Exemple :

Spot 1.2200, achat d’une option Lock Out 1.2600 avec un Payout d’USD 10'000 durée 3 mois. La prime est de USD 4'000.—

Si le Spot touche 1.2600, l’option est instantanément annulée. Dans le cas contraire, l’acheteur est crédité de USD 10'000 à l’chéance.

La ratio payout/Prime = 10 :4 dans ce cas.

L’acheteur a une vue stable à légèrement baissière sur le spot..

Cette stratégie prend de la valeur si la volatilité baisse – Short/court Tau.

Cette stratégie prend de la valeur quand le temps passe – Long time decay.

        b.         Double Lock Out

L’Option Double Lock Out paye le jour de l’échéance un montant précédemment fixé (Payout) si, et seulement si, le spot n’a pas touché l’un des deux Outstrikes pendant la durée de vue de l’option.

Exemple :

Spot 1.2200,  achat d’une option Double Lock Out 1.2600 – 1.1800 durée 3 Mois avec un Payout de USD 10’000. La prime est de USD 3'000.—

Si l’EUR/USD touche 1.2600 ou 1.1800, l’option est instantanément annulée. Dans le cas contraire, l’acheteur est crédité de USD 10'000.— à l’échéance de l’option.

Le ratio Payout/Prime = 10 :3 dans ce cas.

L’acheteur s’attend à un spot stable.

Cette stratégie prend de la valeur si la volatilité baisse – Short/Court volatilité. Cette stratpgée prend de la valeur quand le temps passe – Long Time Decay.

        c.         L’option Lock In/Double Lock In

L’option Lock In paye le jour de l’échéance un montant précédemment fixé (Payout)* si, et seulement si, le spot touche un ou deux Instrikes (Double Lock In) précédemment fixé (s), pendant la durée de vie de l’option.

*Les options One Touch rapportent le Payout, immédiatement après avoir touché le Instrike (valeur 2 jour) et non à l’échéance comme le Lock In.

Si le Spot touche l’Instrike pendant la durée de vie de l’option, l’acheteur de l’option reçoit le payout. Dans le case contraire, il paie la prime.

L’acheteur a une vue haussière/baissière sur le spot.

Cette stratégie prend de la valeur si la volatilité augment – Long volatilité.

Cette stratégie perde de la valeur quand le temps passe – Short time decay.

        d.         Digital

L’option Digital paie le jour de l’échéance un montant prédéterminé (Payout) si, et seulement si, le taux de change est au-dessus ou en-dessous du strike à l’échéance de l’option.



80