Cours gratuits » Cours finance » Cours Forex » Comment apprendre la trading support avancé

Comment apprendre la trading support avancé

Problème à signaler:

Télécharger



★★★★★★★★★★3.5 étoiles sur 5 basé sur 1 votes.
Votez ce document:

Les meilleures Méthodes de Trading

 

Par Trading Attitude

« Donnez-moi un point d'appui, et un levier, je soulèverai la Terre. »

Archimède

 

Permettez-moi de me présenter. Je m’appelle Michel Liotard, je suis infopreneur, bloggueur, trader, photographe, peintre, un peu sportif, et ingénieur en informatique avec un attrait particulier pour l’intelligence artificielle.

Je suis autodidacte dans de nombreux domaines. J’adore aller plus loin dans la connaissance dans certains domaines. Plus loin que la plupart des gens. Dans l’analyse technique (science qui permet de prendre de bonnes décisions dans l’investissement ou le trading en bourse) j’ai passé des années à analyser des indicateurs techniques et des graphiques. À chercher des ressemblances et des différences. À tester ce qui marche et ce qui ne marche pas.

Cet ouvrage présente une partie de mes découvertes.

  <
p>Si vous lisez cet ebook c’est que vous cherchez à augmenter vos revenus et votre patrimoine. Cela fait déjà de vous quelqu’un d’exceptionnel.

Peu de gens s’intéressent à la bourse. Surtout en France. La bourse a mauvaise presse.

Mais pour qui veut utiliser intelligemment son argent, la bourse est un passage obligé.

Ce ne sont pas les traders et les spéculateurs comme vous et moi qui créent les crises financières. Ce sont les gouvernements et les très grandes banques qui provoquent les crises. Mais c’est une autre histoire.

Vous qui lisez ces lignes, vous avez décidé de mieux gérer votre argent en utilisant des méthodes (l’analyse technique) très efficaces.

Bravo ! Votre démarche est la bonne. Votre chemin sera truffé d’embuches, mais vous tenez entre vos mains les outils qui vont vous faire progresser.

Je ne saurais que vous conseiller de lire et relire chaque partie pour bien les assimiler. Cela ne se fera pas en une seule lecture.

Souvenez-vous, quand vous avez appris à faire du vélo. Au début vous tombiez souvent et vous n’arriviez pas à faire deux mètres sans mettre pied à terre. Il fallait penser à bien placer ses pieds, ses mains, à regarder devant soi, etc.

Puis, avec le temps, vous avez maîtrisé cette activité. Maintenant vous arrivez à faire du vélo sur de grandes distances sans même y penser.

C’est avec la répétition que vous deviendrez un maître trader.

Et, rappelez-vous : petit à petit l’oiseau fait son nid. N’essayez pas de tout appliquer d’un coup. Gravissez la montagne pas à pas.

Je vais vous présenter les caractéristiques des meilleures méthodes de trading.

Si vous voulez aller encore plus loin, j’ai mis au point une formation complète appelée GABI. Je vous dirai comment y accéder dans cet ebook.

Je vous souhaite une excellente lecture, et je vous souhaite aussi de réaliser vos rêves.

 

 

Avant de commencer, je me dois de vous avertir sur les risques liés à l’investissement et le trading en bourse.

Comme tout investissement rapportant plus que le livret A, il y a des risques.

En particulier :

•    Investir sur les actions et produits financiers comporte des risques.

•    N’investissez pas d’argent qui vous est nécessaire pour vivre.

•    L’argent que vous investissez en bourse devrait être de l’argent dont vous n’avez pas besoin.

•    Les performances passées ne présagent pas des performances futures.

•    Les actions et produits financiers cités dans cette formation sont cités à titre indicatif.

•    Ne vous précipitez pas pour les acheter. Vous devez avoir votre propre analyse. ? Toute décision n’engage que la personne qui la prend. N’écoutez pas les conseils des autres : faites-vous votre propre opinion.

•    N’achetez pas au plus haut.

•    N’hésitez pas à prendre vos pertes tôt si une tendance de longue date se retourne ou si vos scénarios ne sont pas validés ou si celles-ci se creusent de plus en plus.

•    Les marchés peuvent être irrationnels.

Investir sur les actions et produits financiers comporte des risques.

N’investissez pas d’argent qui vous est nécessaire pour vivre.

Les performances passées ne présagent pas des performances futures.

Les actions et produits financiers cités dans cette formation sont cités à titre indicatif.

Toute décision n’engage que la personne qui la prend.

 

Et pas l’immobilier ?

Soyons d’accord. Vous voulez gagner de l’argent. Mais pourquoi ne pas choisir l’immobilier ou le business ?

Le business

Monter son entreprise est le meilleur moyen de… Se créer son propre job.

Cela peut-être formateur, vous rapporter de l’argent. Mais tous ne réussissent pas. Ou au prix de beaucoup de travail.

Même l’infoprenariat qui, pourtant, a le plus fort taux de rendement, peut demander beaucoup de travail, d’organisation et de compétences.

Réussir dans la vente en ligne demande beaucoup de travail et de compétences.

C’est une excellente piste pour gagner beaucoup. Mais ce n’est pas donné à tout le monde.

L’immobilier est l’investissement de Monsieur Toulemonde. Mais dégager de forts rendements est difficile.

Le ticket d’entrée est élevé. Si l’on se trompe, cela fait mal.

De plus notre investissement dépend des autres, de l’environnement, de ce que les autorités vont encore inventer comme taxes ou constructions dans le coin. Et avec le crédit on s’en prend pour 10 ans minimum.

D’autre part, les bons plans sont vite connus. Par exemple, l’immobilier locatif touristique est souvent saturé dans les villes où cela fonctionne.

La bourse

Au contraire, en bourse, plus un « lieu » (une action) attire les investisseurs, plus il y a à gagner. Pas de problème de concurrence. Au contraire, la concurrence aide. Car plus de gens achètent une action, plus il y a d’argent à se faire.

Ensuite, les règles du jeu sont relativement simples. L’investisseur long terme peut aussi y consacrer très peu de temps. Quelques minutes par mois seulement.

L’investisseur et le trader en bourse ne dépendent pas d’une localisation, des constructions alentour, de la politique fiscale de la ville, des flux migratoires, du temps, etc.

Contrairement à ce que disent certains, quand on a une bonne méthode d’investissement en bourse, on ne dépend que de soi-même. Et pas des autres !

Et les rendements sont meilleurs.

D’une part, parce que certaines actions (REIT ou SIIC en France) donnent sans effort le même rendement que l’immobilier en général : 5% avant impôt.

D’autre part, parce que certaines actions (parfois les mêmes) gagnent en valeur. Mais pas comme l’immobilier qui gagne en valeur grâce à l’inflation : 3% par an.

Une action gagne en valeur parce qu’elle produit de la valeur ajoutée. De plus, à court terme, il y a de la spéculation. Ce qui fait que certaines peuvent gagner 350% en 22 jours !

Cette valeur a gagné 350% en 22 jours

Cette valeur a gagné 1091%

Le seul problème des actions c’est que l’on ne peut pas emprunter pour investir, comme dans l’immobilier.

C’est une bonne chose car l’effet de levier est terrible avec les rendements négatifs qu’il peut y avoir sur ce type d’actif.

Sans effet de levier et avec une bonne méthode d’investissement et de trading, la bourse est un moyen efficace et simple de gagner plus.

Du travail, encore du travail

Mais tout n’est pas magique. Pour avoir de bons rendements il faut travailler. Au moins pour apprendre. Au début.

L’investisseur long terme n’a pas grand-chose à faire hormis de maîtriser les bases. Bases que les gens comme moi peuvent lui inculquer rapidement.

Le trader court terme doit travailler plus. Mais il a aujourd’hui plus que jamais tous les outils en main pour réussir aussi bien que le professionnel. Seuls les montants investis changent.

La vérité est que vous savez toujours ce qu’il faut faire. Ce qui est difficile, c’est de le faire (Général Norman Schwarzkopf)

 

Stan Weinstein est l’auteur d’une des bibles du trader. Dans ce chapitre je reviens sur cet ouvrage déjà ancien mais important pour tout investisseur en bourse.

Le livre de Stan WeinsteinSecrets pour gagner en bourse à la hausse et à la baisseest un grand classique.

Si vous ne l’avez pas lu, vous devez car il vous apprendra à regarder ce qu’il faut dans un graphique historique de façon à ne pas se tromper.

Avec ce livre, que je vais vous résumer, vous apprendrez :

•   Dans quelles phases investir

•   quand ne surtout pas acheter, 

•   quel indicateur utiliser pour investir au bon moment.

Sur un graphique vaut bien des dizaines de prévisions financières.

Weinstein introduit 4 phases. Il n’est pas pertinent d’investir dans certaines de ces phases.

Il va au contraire parler du moment idéal pour acheter en analysant le jeu de l’investisseur et le jeu du trader.

En lisant ce livre vous connaîtrez aussi les structures d’achat et de vente à connaître et son approche exclusive de l’arbre à la forêt (que je partage).

Un chapitre spécial traite de la chasse aux actions exceptionnelles, entendez celles qui réalisent des hausses exceptionnelles.

Il donne les détails qui font qu’un trade réussit.

En gros, sa stratégie est d’utiliser la moyenne mobile pondérée à 30 semaines.

Vous devez acheter quand les cours clôturent au-dessus de cette MM et qu’elle est croissante (sur des graphiques weekly). Cela correspond à la phase 1.

Mais voyons tout de suite le résumé du livre.

Il n’y a rien de plus faux que la croyance qui dit qu’il faut acheter bas et vendre haut en bourse, ou qu’il faut suivre les informations financières.

Weinstein dit que les pros suivent l’action des prix, pas les infos ou les conseils des autres.

Il nous invite à suivre 2 règles :

•    être logique

•    ne pas se baser sur les nouvelles fondamentales et préférer une approche technique

et une philosophie simple :

1.   étudier le graphe d’une action avant de l’acheter ou de la vendre

2.   ne pas acheter un titre quand une bonne nouvelle est publiée

3.   ne pas acheter une action parce qu’elle semble peu onéreuse après une belle claque

4.   ne pas acheter dans une tendance baissière

5.   ne pas garder une valeur qui est dans une tendance négative

6.   ne répétez pas les mêmes erreurs.

Le vocabulaire de l’analyse graphique

Mais avant d’aller plus loin, Weinstein veut que le lecteur et lui parlent un même langage. Il définit donc le vocabulaire de l’analyse chartiste :

•    résistance, support, zone d’appui ou de support

•    zone de transaction ou trading range

•    moyenne mobile (nous utiliseront une moyenne mobile pondérée à 30 semaines sur un graphe hebdomadaire)

•    cassure à la hausse (breakout)

•    cassure à la baisse (breakdown)

•    retour (pullback)

•    courbe de tendance (trendline)

•    tendance baissière (down trend)

•    tendance haussière (uptrend)

•    force relative

•    vente à découvert

Le tout est résumé dans ce schéma :

Source : Weinstein

Les graphiques Mansfield

Nous avons ensuite une présentation des graphiques utilisés par Weinstein. Ce sont des graphes Mansfield. Ne les cherchez pas, c’est vieux ! Un bon ProRealTime ce sera bien mieux.

Il vous faudra un graphique hebdomadaire et une moyenne mobile pondérée à 30 semaines. Si vous n’avez pas de MM pondérée, choisissez une MM exponentielle (MME ou EMA en anglais).

C’est ce qu’utilisera un investisseur. Un trader utilisera plutôt une MM10.

Parmi les points à vérifier, Weinstein note les plus hauts et plus bas sur le long terme.

Weinstein prétend qu’un coup d’œil à un graphique vaut mieux que tout le reste. Et je suis à fond d’accord avec cela.

D’un seul coup on peut identifier 4 phases sur un graphique :

•    la phase 1 de fondation

•    la phase 2 d’avancée

•    la phase 3 zone plafond

•    la phase 4 de chute

Source : Weinstein

Ces phases sont récurrentes en bourse, que ce soit sur le long terme ou sur le (très) court terme. Ce point est très important.

Cependant, vous allez être tenté de le prendre comme une évidence.

Ne sautez pas par dessus cette information. C’est peut-être ce qu’il y a de plus important.

La phase de fondation

La formation des prix en bourse est la résultante du jeu des intervenants : les acheteurs et les vendeurs. La fondation est une phase pendant laquelle le titre ne chute plus.

En fait, pendant cette période – qui peut durer des mois voire des années – les vendeurs sont devenus rares. Les acheteurs, eux, reviennent peu à peu.

Au bout d’un certain temps, les acheteurs reviennent sur le titre et accumulent. On voit alors les volumes de transaction enfler.

Du côté des indicateurs techniques, la MM30 est plate voire encore légèrement baissière. Les cours, eux, sont sous cette MM, ou oscillent autour.

La phase 2 d’avancée

En fin de phase de fondation, les cours cassent au-dessus de ce long trading range et de la MM30 sur de (très) forts volumes.

Attention : je ne suis pas fan des volumes, cependant, sur un graphique hebdo on voit bien en phase d’accumulation les volumes s’étoffer.

La fin de phase est aussi signalée par un MM30 qui remonte.

On entre alors dans la phase d’avancée.

Cette phase est caractérisée par une MM30 haussière, des cours au-dessus de cette moyenne mobile.

Les acheteurs accourent pour acquérir le titre. La presse sort de bonnes news pour la compagnie, les résultats sont excellents et de plus en plus élevés.

Nous sommes dans la situation d’un titre qui a un fort momentum.

Commentaire : on ne peut pas, cependant, avec cette méthode Weinstein, facilement quantifier la force du mouvement. Même si, nous allons le voir bientôt, on peut faire la différence, seul un indicateur comme le Filtre TA, ou un screener comme le Screener TA de ma formation Swing Trading peuvent très facilement quantifier cette force du momentum.

En fin de phase 2 la pente de la MM diminue. À ce moment il devient dangereux d’acheter.

La phase 3 : le plafond

Autant dans la phase 2 tout menait à la hausse, les cours montaient sagement, autant en phase 3 on assiste à de grandes variations à la hausse comme à la baisse avec de forts volumes.

Weinstein évoque le terme de barattage (= churning en anglais).

Ces mouvements sont dus aux acheteurs qui sont bernés par les informations fondamentales et l’engouement que suscite la société.

Les vendeurs – pour la plupart des gens qui ont acheté bas pendant la phase 1 – réalisent des prises de bénéfices.

Vous vous rappelez, on a les traders qui jouent à court terme et les investisseurs qui jouent sur le long terme.

Les premiers devront sortir tôt. Les seconds pourront attendre un peu plus longtemps tout en allégeant une partie de leur position.

La leçon que Weinstein nous apprend est qu’il ne faut pas acheter dans cette phase, quelles que soient les données (fondamentales, économiques) dont vous disposez.

La phase 4 : la chute

La phase précédente a vu se former un trading range. Quand le support inférieur de ce range est cassé, on entre dans la phase de chute.

D’après Weinstein, on n’a pas besoin avoir une augmentation du volume.

Après la phase 2 il n’y a plus de soutien aux cours. Or l’investisseur est convaincu que la hausse va persister. Tout est là pour le convaincre, mais la réalité est inverse.

L’orientation de la MM à la baisse et le breakdown sont là pour confirmer que la tendance devient baissière.

Il faut vendre.

Et, en tout cas, il ne faut pas acheter en phase 4.

Pour l’investisseur

Un investisseur achètera quand les cours quittent la phase 1 et entrent en phase 2. Si vous avez raté le coche, vous pouvez acheter sur le pull-back éventuel qui peut avoir lieu après le breakout du range de la phase 1.

Pour le trader

Un trader pourra entrer lorsque les cours sont déjà en tendance haussière de la phase 2 et qu’ils se rapprochent de la moyenne mobile pour rebondir.

Comment passer les ordres ?

Weinstein souligne l’utilité des ordres d’achat stop et à plage de déclenchement qui permettent de programmer l’achat lors d’un breakout, mais pas à un niveau trop élevé.

Les structures d’achat et de vente à connaître

Après une discussion sur les différentes études statistiques relatives aux périodes de l’année, aux élections et à la bourse – de fausses idées reçues, Weinstein nous donne des indications sur ce qu’il faut faire et ne pas faire.

À ne pas faire

Acheter en breakout de phase 1 quand les cours sont encore en dessous de la MM, moyenne qui est toujours baissière.

La stratégie de la forêt à l’arbre

Cette stratégie de Weinstein – qui nous explique comment trouver ce qu’il faut acheter  – tient en 3 points :

•    trouver un marché haussier (en fait, il dit que si le marché est baissier il faut passer son chemin)

•    dans ce marché quels sont les secteurs bullishs (télécoms, informatique, industrie, services, …) ?

•    dans ces secteurs haussiers, quelles sont les actions les plus orientées à la hausse ?

Le trading c’est comme le vélo

Cette expression n’est pas de Weinstein mais de moi. Quand on veut profiter de belles tendances, le mieux c’est de ne plus avoir de résistance.

Il faut chercher les échappées belles, comme dans une course de vélos.

Si les cours sont psychologiquement bloqués par des résistances passées (des niveaux de prix antérieurs qui ont psychologiquement marqués les traders) ils ne peuvent pas librement monter.

La meilleure courbe est celle qui progresse dans de nouveaux territoires, en terra incognita

On cherchera donc des sorties de phase 1 avec des résistances éloignées et anciennes.

Le volume

Ensuite, on aura du mal à faire confiance à un breakout qui se fait sans volume. Encore une fois, en hebdo les volumes sont plus fiables que sur du court terme (ça c’est ma vision).

La force relative

La force relative est un indicateur technique un peu particulier qui compare le cours de l’action au cours de l’ensemble du marché, en général un indice.

Il permet de comparer la force du titre par rapport à celle de l’indice.

On s’intéressera à une action en phase 1 si sa force relative augmente. C’est un bon moyen de détecter les actions gagnantes.

Le guide de référence de l’achat

Voici les points importants à retenir pour bien acheter des actions :

•    prendre connaissance de la tendance du marché dans son ensemble

•    trouver les secteurs qui sont les plus haussiers

•    dans chacun de ces secteurs trouver les actions qui sont toujours en phase 1 et qui sont les mieux orientées ; noter le prix à dépasser pour faire un break-out

•    éliminer de cette liste les titres qui ont des résistances trop proches

•    utiliser les force relative pour réduire encore plus la liste

•    placer des ordres stop pour un montant de 50% du montant total au niveau du break-out

•    si le break a lieu et si les volumes ont importants, acheter la seconde moitié de la position sur un pull-back

•    revendre tout de suite si les volumes ne sont pas importants ou s’il n’y a pas d’avancée.

Les patterns

Des patterns chartistes comme les têtes-épaules inversées et les double bottoms peuvent aussi permettre de détecter les bons départs de tendance.

Les OPA

Par périodes, en bourse, il y a un certain nombre d’OPAs. Les gains sont assurés, mais seulement si vous restez logique et que vous respectez ce que nous avons vu jusque-là :

•    ne pas acheter en fin de phase 2, en phase 3 ou 4

•    ne pas acheter trop haut.

Donc, s’il y a des rumeurs d’OPA sur des titres, avant tout, regardez les graphiques.

La structure de triple confirmation

Weinstein nous donne aussi une méthode en trois points qui garantit (d’après lui) de trouver d’excellentes opportunités.

Voici ces trois points :

•    de forts volumes avant et pendant le breakout (en fin de phase 1)

•    une force relative qui affleure le zéro et qui passe clairement au-dessus au break

•    des prix qui grimpent rapidement sur le breakout.

Remarque : il me semble plus simple de suivre le Filtre TA ; il y a une seule courbe. Les patterns dont parle Weinstein sont aussi décrits dans ma formation Trading de News.

Cela ressemble aussi à la méthode Dan Zanger.

La vente est le moment le plus important du trading et de l’investissement. Mais vendre trop tôt n’est pas bon pour votre portefeuille. Weinstein consacre tout un chapitre sur cette opération importante.

Ce qu’il ne faut pas faire en vendant

Voici une liste de choses à ne pas faire :

•    Refuser de vendre parce que cela va entraîner trop d’impôts

•    Vendre parce que le titre ne verse pas assez de dividendes

•    Conserver une valeur parce que son PER est faible

•    Vendre une action parce que son PER est trop élevé (mais que le graphique donne de bons signaux)

•    Faire des moyennes à la baisse

•    Rechigner à vendre parce que le marché est haussier : si une action est mal barrée, vendez-la

•    Attendre la prochaine reprise pour vendre : si le graphique dit de vendre il faut vendre

•    Conserver une valeur parce qu’elle est de qualité (combien de fois je me suis fait avoir à ce petit jeu-là !)

Nous allons voir maintenant comment bien vendre.

Vendre : la bonne méthode pour l’investisseur

Un investisseur ne sera jamais sans un ordre stop. Weinstein explique comment placer en pratique les ordre stop loss pour se protéger.

Pour le trader…

Le trader utilisera les stops de protection, mais de façon plus agressive.

Générer plus de profits

Si vous voulez gagner plus il faudra utiliser les lignes de tendance (les supports). En phase 2 les actions rebondissent sur une ligne de tendance (il faut 3 contacts pour valider une ligne).

Pour suivre plus longtemps la valeur il suffira de rester tant que la ligne n’est pas brisée. On pourra même renforcer la position sur les rebonds.

Encore quelques considérations

Weinstein vous apprendra aussi à mesurer vos gains potentiels grâce à la règle de la balançoire.

Ensuite il insiste sur le fait qu’en bourse il faut apprendre à perdre. On ne peut pas gagner tout le temps.

Enfin, il faut absolument se protéger avec des stops de façon à ne pas trop redonner de ses gains : ne dites plus jamais « pas vendu pas perdu ».

D’après Weinstein, peu de traders utilisent la vente à découvert pour gagner en bourse.

Tout d’abord l’auteur de « Secrets pour gagner en bourse à la hausse et à la baisse » rappelle les fausses raisons que l’on trouve toujours pour avoir peur de vendre à découvert.

Parmi ces raisons il cite le fameux « on peut tout perdre ». Il répond à cela que des actions qui montent toujours plus haut c’est très rare.

Je ne suis pas d’accord. Si l’on vend à découvert avec un effet de levier, les OPAs sur les valeurs ce n’est pas rare. La vente à découvert mal faite peut être très dangereuse.

Mais parlons maintenant des choses à ne pas faire en VAD :

•    vendre à découvert parce que le titre semble surévalué, notamment avec un PER très élevé

•    VAD parce que le titre est monté trop haut

•    quand le titre paraît tellement évident à vendre

•    quand les cours sont au-dessus de la moyenne mobile et que celle-ci est croissante

•    quand le titre a un marché trop étroit

•    si le titre fait partie d’un secteur haussier ? ne pas utiliser de stop de protection.

Comment bien vendre à découvert ?

La vente à découvert bien faite est symétrique à l’achat, SAUF sur un point :

•    le marché doit être peu orienté, pas franchement bullish, même s’il n’est pas obligatoire qu’il soit baissier

•    le secteur ne doit pas se trouver parmi les plus dynamiques

•    la situation particulière de l’action : fin de phase 3, début de phase 4 ou phase 4 pour les traders (court terme)

•    une force relative faiblarde : pas positive et haussière

•    des volumes… par forcément en hausse – c’est là la différence ?     peu de supports pour soutenir les cours.

On pourra aussi utiliser les têtes-épaules, les doubles tops et les lignes de tendances baissières.

Comment réduire le risque encore plus ?

Si vous voulez prendre moins de risques en tradant à la baisse, alors Stan vous conseille d’utiliser les options vanilles (pas les options binaires).

Ma formation Gambit de trading à la baisse vous aidera à trouver les actions ou autres valeurs idéales pour la vente à découvert.

Ce chapitre est à mon goût pas très intéressant. Il a pour objectif de montrer comment trouver les marchés les plus bullishs.

Weinstein cite l’analyse par phases (les fameuses phases 1, 2,3 et 4) sur le graphique d’un indice.

Il cite aussi la ligne Advance / Decline qui calcule le rapport entre le nombre de titres qui montent par rapport au nombre de titres qui baissent.

Personnellement il utilise la moyenne mobile à 200 jours de l’A/D.

Vous pourrez trouver cet indicateur sur certaines plateformes ou sur certains sites.

Mon avis est que cela ne sert pas à grand-chose. Un outil simple comme le Screener TA appliqué à un marché (Nasdaq, Nyse, France) permet de trouver rapidement les actions ayant le plus de momentum.

Ce chapitre parle de fonds d’investissements – je n’en dirai pas plus – et d’options.

Weinstein nous donne quelques conseils sur les options :

•    n’acheter des calls que sur des titres en phase 2 ou quasiment en train de passer en phase 2

•    il faut être très sélectif avec les options : les meilleurs titres, ayant pignon sur rue et avec le plus gros potentiel

•    l’échéance de l’option doit être assez éloignée

•    l’option dit être à la monnaie ou dans la monnaie (voir ma formation Fiches du trader Débutant pour comprendre tout cela) ?         utiliser des stops de protection serrés.

Voici en conclusion de ce résumé la méthode en quelques lignes :

•    utiliser le chapitre 8 et les indicateurs de marché pour trouver le bon marché ?     sélectionner un secteur qui a le vent en poupe

•    retenir les titres qui ont le plus de chance de décoller : 

o    pour investir il faudra choisir l’entrée en phase 2 o pour trader il faudra jouer la continuation de la phase 2

o    n’ayez pas des stop loss trop lointains (hausse trop rapide avant l’achat) et assurez-vous d’en avoir

o    pas de vente en phases 1 ou 2 o         pas d’achat en phase 3 ou 4

o    ne pas chercher à deviner quand un creux va se former o    pas besoin de toujours être dans le marché

o    acheter la force de la phase 2 et vendez la faiblesse de la phase 4 o toujours entendre le signal des phases et du graphique

Cet ouvrage est un grand classique qu’il faut absolument lire. L’idée générale du livre est exactement ce qu’il faut comprendre en bourse.

Les plus :

•    une méthode éprouvée

•    de nombreux exemples

•    de petits QCM corrigés pour tester ses connaissances

Les moins :

•    graphiques vieux et introuvables

•    une méthode essentiellement moyen et long terme

•    aucun moyen de trouver automatiquement les bonnes valeurs

 

Aujourd’hui il est possible en tant que particulier d’utiliser la meilleure méthode de trading en bourse. Que l’on soit débutant ou expert. Nous allons voir ce que la meilleure méthode de trading doit permettre de faire.

Après je vous montre quelle est cette méthode de trading si efficace. Nous verrons aussi pourquoi elle si efficace.

Il serait trop long de développer cela ici. Mais soyez assuré que quand une action a suffisamment de force… On appelle cela le momentum… Elle continue de monter quelques semaines, voire quelques mois.

Comme Kering ci-dessous.

L’action Kering connait une tendance haussière longue de plusieurs mois

On ne peut pas éviter les faux signaux. Une bonne méthode de trading génère des faux signaux peu nombreux. Et les pertes sur ces faux signaux sont faibles. Comparées aux gains.

Sur le graphique ci-dessous le faux signal du milieu, sur l’indicateur vert, fait perdre peu comparé aux gains de gauche et de droite.

Une perte doit être faible par rapport aux gains générés par la méthode de trading

Tel un business angel, vos gains doivent fortement compenser vos pertes.

Ce qui fait que l’on gagne beaucoup c’est que l’on reste longtemps dans le trade. Insensible au bruit du marché. Sur le premier graphique de Kering on le voit. L’indicateur orange permet de rester plusieurs mois.

La stratégie de trading la plus efficace apporte des tas d’opportunités. Elle ne se limite pas à une valeur. Une unité de temps. Un marché.

Le Screener TA est la clé pour trouver des tas d’occasions en bourse.

Le Screener TA : chasseur de tendance

Une telle méthode ne doit pas être basée sur un « truc » statistique. Elle doit se baser sur les fondements des marchés. Leur structure même.

Elle ne doit pas overfitter une certaines courbe.

Mais les expliquer toutes.

Elle doit fonctionner tout le temps. Hier. Aujourd’hui. Demain. Après-demain.

Parfois une action bondit de plus de 300% en quelques jours. Elle doit permettre de se trouver, de temps en temps, dans les bons coups.

Comme dans le cas de SIEBERT.

350% en 16 jours : un beau swing !

Une telle méthode vous fait entrer systématiquement dans les swings gagnants.

Ce qui se conçoit bien s’énonce clairement. Une bonne méthode doit être simple.

S’il y a des tas de règles et exceptions… Si des tas d’exemples sont nécessaires…

Alors ce n’est pas bon.

Un principe unique comme la Cohérence doit guider le trader. Il peut alors s’éduquer seul en observant et testant. C’est l’acquisition de l’expérience.

Momentum, Cohérence. Deux règles simples, visuelles. Immuables. Et faciles à vérifier sur un graphique.

J’ai spécialement conçu une méthode optimale. Puisque par construction elle répond à toutes ces caractéristiques.

Vous pouvez maintenant en profiter vous aussi.

Si cela vous intéresse vous pouvez en apprendre un peu plus en cliquant sur le bouton ci-dessous :

 

Je vais vous présenter les meilleures stratégies de trading pour bien investir en bourse. Sur le court et le long terme. Cet article va vous présenter les 4 meilleures stratégies de trading. Les plus efficaces.

C’est maintenant officiel. À part le business (créer votre société), la bourse est le meilleur investissement. Jamais avec l’immobilier on a pu générer des millions avec 10 000 euros. En bourse c’est possible.

Attention ! Ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit.

Ce n’est pas facile.

Mais investir avec succès dans l’immobilier c’est encore plus difficile :

•    Le ticket d’entrée est élevé. Si on se plante, on  se plante bien !

•    C’est long. Cela prend des années.

•    On s’endette sur le long terme : on n’est plus mobile.

•    Les rendements sont faibles.

En général, vous arrivez sur un marché bouché. Les locations meublées touristiques c’est saturé. Et vous en prenez pour plusieurs années !

Sur les marchés financiers, quand on a une bonne stratégie de trading, on s’en sort toujours.

Elle fonctionne toujours

Quoi qu’en disent les gens qui n’y connaissent rien… Quand une bonne stratégie d’investissement fonctionne, elle fonctionne tout le temps.

Vous ne dépendez que de vous

De même, vous ne dépendez pas des autres.

Là encore, les ignares (et ils sont nombreux dans ce domaine) disent que le marché est plus fort.

Qu’il faut rester humble.

Qu’on ne décide pas.

Qu’il faut faire avec le marché.

Que nenni !

Mettez les statistiques en votre faveur

En bon data scientist, je l’ai constaté maintes fois. Quand les probabilités sont dans votre poche, rien ne peut arrêter votre succès.

Et pour cela, il y a des outils. Des outils appelés indicateurs techniques.

Plus dans quelques lignes quand nous aborderons les meilleures stratégies de trading.

Que vous soyez un scalpeur ou un investisseur, il y a une des meilleures stratégies pour vous.

Ces méthodes de trading ou d’investissement s’appliquent à tout style de trading.

Mais découvrons-les.

La meilleure stratégie pour investir sur le long terme est la suivante.

1.   Sélectionner des actions qui passent 80% de leur temps à monter.

2.   Entrer sur un signal de début de rallye haussier.

3.   Gérer vos positions : pyramider ou alléger.

4.   Surveiller une éventuelle fin de tendance.

L’action Essilor est dans ce cas. À l’heure ou j’écris elle vient de dépasser à nouveau son plus haut historique. Elle fait cela depuis des décennies.

Mais vous avez des actions encore plus dynamiques. Comme Amazon ou Netflix.

Voici une stratégie d’investissement alternative.

1.   Sélectionner des actions qui versent un dividende supérieur à 5% par an.

2.   Ne garder que celles dont le cours reste stable ou progresse sur plusieurs années.

3.   Entrer sur un signal de retournement dans un creux.

4.   Gérer vos positions : alléger quand la plus-value dépasse plusieurs années de dividendes.

5.   Surveiller une éventuelle dégradation de ces conditions.

Mes formations Livret 7A et Cash Flow vous aideront à trouver ces actions. C’est un peu plus technique.

Que diriez-vous d’une action qui progresse de 80% en deux ans tout en versant 9% de rendement en dividendes ?

Trader en bourse sur du court terme demande plus de temps et de travail. Cependant cela peut être très rémunérateur.

Par exemple, en 22 jours cette valeur a offert une plus-value de 358% !

 

Le trading court terme peut vous faire gagner rapidement pas mal d’argent

L’une des meilleures stratégies de trading court terme est la suivante.

1.   Sélectionner les actions qui ont le plus fort momentum.

2.   Ne garder que celles qui les plus faibles corrections.

3.   Entrer sur un signal de départ de rallye haussier.

4.   Gérer vos positions : alléger en fin de rallye ou pas.

5.   Surveiller un éventuel retournement de tendance.

Le fort momentum et les faibles corrections permettent de réduire le risque en cas de mauvais signal.

Grâce à mon système de Rotation du Momentum (TM) vous serez capable de trouver mois après mois de telles actions.

Le meilleur outil pour ce faire est le Screener TA.

Le graphique ci-dessous illustre cela sur l’action MasterCard. Action éligible également à la stratégie de long terme n°1.

Les barres orange et vertes montrent les signaux d’achat (premières barres).

 

Action pour le long terme et le court terme, Mastercard et le momentum

Une stratégie de trading court terme alternative est la suivante.

1.   Sélectionner les actions qui terminent un « creux » et sont plutôt en trading range. Ou en tendance haussière douce.

2.   Attendre le maximum de Cohérence de début de hausse.

3.   Entrer sur le signal de Cohérence.

4.   Vendre en fin de swing haussier.

Cette stratégie de trading est plus technique. Elle requiert, pour bien fonctionner, des indicateurs techniques comme les Indicateurs de Cohérence ou le Tarrow.

Illustrons cela par l’action Maurel et Prom. Les flèches indiquent les signaux d’achat et de vente.

L’indicateur TARROW parfait pour les trading ranges

 

Découvrons mon concept de rotation du momentum.

Le momentum et toute la littérature à son sujet m’ont donné des idées. Plutôt que de créer une formation qui vend à prix d’or ce que l’on peut trouver sur internet sur la gestion de portefeuille avec le momentum j’ai cherché à améliorer ce que j’avais déjà mis en place.

J’ai trouvé un moyen de classer les actions en fonction de leur momentum, ce qui permet de sélectionner les meilleures actions :

•    celles qui montent le plus

tout en réduisant le risque :

•    car on n’utilise que les actions littéralement aspirées vers le haut.

De l’inspiration à l’amélioration

Ce système s’appelle le Critere TA. Il est intégré au Screener TA. Plus le Critere TA est élevé, plus l’action est orientée à la hausse pour un certain moment.

Et c’est marrant que certains ressortent de vieilles stratégies de gestion de portefeuille relookées, home stagées, je dirais. C’est la boucle qui se referme, car, justement j’ai mis au point la notion de

Rotation du Momentum

Vous connaissez certainement la rotation des secteurs. C’est compliqué car il faut savoir dans quel secteur sont les actions, puis trouver celle qui performe le plus dans le secteur.

Si vous utilisez ProRealTime, il n’y aucun moyen de relier secteurs et actions.

J’ai donc adapté cette notion de rotation des secteurs au momentum, mais sans secteur. Juste sur les actions.

On va chercher les actions qui ont le plus fort momentum à un moment donné sur un marché.

Prenez le Nasdaq. Il y a quasiment toujours des actions performantes. Certaines connaissent des hausses de 400% en quelques mois seulement. Et même plus, je vous en parle dans quelques instants.

Imaginez donc ce que vous pourriez gagner si vous ne jouez que sur des actions qui montent avec force. Des actions qui bondissent de 40, 100, 200, 400, 1000%. Tout le temps.

C’est ce que j’appelle la rotation du momentum.

La rotation du momentum : être toujours sur les bons coups

Découvrez comment appliquer la rotation du momentum en vrai avec mon Screener TA et les Indicateurs de Cohérence en cliquant sur le bouton ci-dessous :


 

Ma méthode permet tous les types de trading (creux, VAD, suivi de tendance, swing trading, …) mais, pour simplifier, je ne vais vous parler que du swing trading et du suivi de tendance.

La première étape est de trouver les actions qui ont le plus de probabilités de monter fortement. J’utilise le Screener TA.

Ce Screener permet de trouver facilement les actions les mieux orientées du marché, ici le Nasdaq.

Ce sont les actions qui ont le plus de chances de monter à court terme. Et cela peut durer des mois !

Une fois que ces actions sont repérées, il faut les sélectionner pour choisir les meilleures !

L’étape suivante est de sélectionner les meilleurs profils. Les meilleurs profils sont sélectionnés grâce à mes Indicateurs de Cohérence. Ce sont des filtres qui permettent de rester dans la tendance. En effet, un des problèmes les plus communs est d’être sorti trop tôt d’une tendance qui va générer 200% de plus-value.

Ensuite, il faut monter dans le train en marche. Mais mieux vaut le faire au bon moment. Même si on est pratiquement assuré que l’action va monter si les Indicateurs de Cohérence sont dans la bonne configuration.

On va pratiquer du swing trading en tendance moyen / long terme. C’est le plus sûr en trading !

Là encore, les Indicateurs de Cohérence vont nous aider super efficacement ! Car ils sont capables de détecter les creux et les endroits où les cours vont rebondir.

Enfin, les Indicateurs de Cohérence permettent aussi de sortir quand le mouvement s’essouffle.

Mes indicateurs sont VRAIMENT innovants. Seuls les membres de ma formation GABI y ont accès. Je n’ai pas copié une méthode hyper connue. Vous ne trouverez pas cela ailleurs.

Je ne montre que les indicateurs suivants qui sont une binarisation de mes indicateurs.

Il serait trop long de tout détailler. Les outils de la méthode sont à la fois originaux (pas de copie de choses connues) et puissants.

Prenons l’indicateur TARROW : la flèche verte sous les prix indique un plus bas.

Si vous combinez cet indicateur technique avec des actions volatiles ou à fort momentum et mes Indicateurs de Cohérence, cela donne de grosses plusvalues.

Voici 2 exemples. Regardez notamment les flèches vertes en bas à gauche. Et les barres orange.

Cette action a connu une hausse de 620 % presque entièrement suivie par mes indicateurs

On croirait la même. Mais non, le Screener TA permet de trouver ces actions. 624% de hausse.

Cela semble magique. C’est impressionnant mais cela n’arrive pas tout le temps. Il faut surtout pouvoir rester dans le trade et ne pas avoir peur. Ce qui nous ferait sortir trop tôt. Heureusement mes filtres aident à rester dans le trade.

Ma méthode c’est aussi :

•    Trouver les points plus bas.

•    Déterminer avec une forte probabilité quand les cours vont remonter.

•    Détecter le début et la fin des swings.

Dans toutes les conditions. Sur tout actif.

Vous l’avez vu, ma méthode est une excellente méthode. Une méthode holistique qui pourra vous accompagner pendant des années. Vous disposerez des meilleurs outils.

Vous n’avez plus qu’un pas à faire pour en profiter.

C’est ici que ce parcours s’achève. J’ai eu plaisir à lever un petit peu le voile pour vous.

J’espère que cela vous inspirera.

N’hésitez pas à partager autour de vous ce document.

 

Ma méthode, qui est la base du Trading 3.1, repose sur 17 notions scientifiques. Je ne vous en ai pas parlé jusqu’ici pour ne pas vous assommer. Mais vous avez tout loisir de les découvrir ici.

Je ne vous parle pas de méthodes existantes ou de pratiques déjà anciennes. Je n’adapte pas ce que j’ai lu par ailleurs : trading de news, chartisme, etc. Je vous parle de choses nouvelles. Des choses que l’on ne voit nulle part ailleurs.

Pourquoi ?

La plupart des intervenants en bourse :

•    soit gèrent l’argent des autres et se goinfrent de commissions

•    soit ont leur petite méthode gagnante et en restent-là. Ou la vendent. À prix d’or.

•    soit revendent les idées des autres. À prix d’or.

Et vous, là-dedans, vous faites comment pour apprendre à trader ou investir ?

Petit rappel :

•    ce sont les vendeurs de pelles et de pioches qui font fortune. Rarement ceux qui partent chercher de l’or.

Le Trading 3.1 est, au contraire, une nouveauté.

Mon but en analyse technique c’est de comprendre comment les marchés fonctionnent. Et trouver des indicateurs qui fonctionnent tout le temps.

J’ai cherché 20 ans.

J’en ai bouffé des graphiques !

J’ai essayé plein de choses !

Donc quand je vous dis que quelque chose ne fonctionne pas bien, je sais de quoi je parle.

Bon, même si on en apprend tous les jours.

La plupart du temps où quelque chose de compliqué fonctionne cela relève plutôt de l’habileté que de l’outil. On peut très bien peindre avec les pieds, mais ce sera plus difficile pour quiconque essaie.

Chut… Je parle tout bas pour qu’on n’entende pas trop. Parfois j’ai fait des choses… Qui s’apparentent plutôt à de la magie. Vous ne me croiriez pas si je vous le disais.

Pour la plupart des gens c’est de la magie.

Mais je suis persuadé que cela m’a aidé à tout mettre en place.

Car j’ai stagné des années. Et puis, avec ces pratiques « stranges »…

Eurêka ! Tout s’est mis en place. Le Trading 3.1 était né.

Il m’a fallu encore quelques années pour apprendre ce que j’avais créé. En fait, je crois bien que c’est une voix qui m’a fait découvrir cela.

Cela tombe bien, parce que je lui avais demandé. J’ai été longtemps sourd à ses indications.

J’ai donc mis longtemps à tout rendre intelligible par d’autres personnes.

Ce n’est peut-être pas pour rien que je me suis dirigé sans trop  savoir pourquoi vers la science.

Car quand j’ai eu l’idée d’appliquer certaines notions scientifiques (et particulièrement dans le traitement du signal – alors que cela ne m’a plus jamais servi après dans mon travail) que le déclic s’est fait.

Ce que j’avais appris à l’école et qui me déplaisait… Allait me servir en bourse.

Nous voilà aujourd’hui avec ce truc. Quasiment unique au monde.

Je vais vous lister les notions scientifiques qui ont donné naissance au Trading 3.1.

Jusque-là, rien de nouveau. Les marchés sont fractals. OK. Donc, les indicateurs créés fonctionnent sur toutes les UT.

On ne peut pas appliquer de concepts mathématiques simples si la courbe des prix n’est pas continue. Il faut que les bougies soient propres. Pas de longues mèches et de petits corps. Pas de gaps dans tous les sens. Etc.

Cela se complique. La continuité uniforme est une qualité de certaines courbes. Nous allons rechercher des valeurs dont les prix sont « suffisamment » continus. Pour moi cela veut dire « propres » et liquides.

Là, vous connaissez ?! Les sommets, les plus bas, les points d’inflexion, tout cela c’est la dérivation.

Là on entrer dans le domaine du traitement du signal. Ma spécialisation en école d’ingénieur.

Quand vous écoutez la radio, votre appareil doit se concentrer sur une seule fréquence. En trading, parfois il faut faire pareil.

Je vous montrerez, si vous le voulez bien, comment faire.

Que croyez-vous qu’il se passe quand un marché de bulle se met en place ? La hausse appelle la hausse. Il y a une rétroaction positive.

Et cela met en place ce que les ingénieurs appellent un système instable. Qui conduit à un krach.

Les gens qui écrivent du papier sur la bourse parlent de psychologie de masse pour tenter d’expliquer les bulles et les krachs.

Pas du tout. Il s’agit de la théorie du chaos.

La science nous dit que de nombreux phénomènes naturels ont un profil en cloche. La courbe de Gauss.

Plus précisément ce sont leurs occurrences qui ont ce profil.

La science dit aussi que 95% du temps on est dans 2 écarts-types.

Alors, qu’est-ce qui arrive quand on est en dehors ? Hein ? Des situations particulières… Le black Swan. Ou phénomènes de queue.

Nous verrons comment les gérer. Notamment avec le retour à la moyenne. Mais pas seulement.

Le black swan m’amène tout naturellement à l’inférence bayesienne. Un de mes concepts préférés !

C’est une histoire de cygne ou de corbeaux…

C’est surtout une façon assez nouvelle de traiter la bourse.

Toujours du traitement du signal. Le filtrage permet de supprimer le bruit. Ou de ne garder que lui !

On change de cadre. En PNL on appelle cela le recadrage.

Je vous épargne les implications de la PNL !!

Je parle ici du filtrage passe-bas.

La théorie financière parle très souvent d’indépendance au passé. Les chaînes de Markov souvent évoquées en finance théorique disent à peu près cela.

Les cours de demain sont indépendants de ceux du passé.

En fait, c’est une simplification mathématique.

Mais il suffit de prendre un peu de recul pour voir que les cours dépendent du passé. En haut d’une bulle haussière la moindre mauvaise nouvelle n’a pas du tout le même impact qu’en marché flat après une baisse.

Monsieur Fourier nous permet aujourd’hui de décomposer quasiment n’importe quelle courbe en une superposition de différentes courbes périodiques.

Cela implique que :

        ?    toute courbe de prix peut être décomposée en différents cycles.

Les mathématiciens aiment bien linéariser les choses. Pourquoi ?

Parce que les calculs deviennent beaucoup plus simples. Grâce à l’algèbre linéaire.

Or, une courbe de bourse peut-être décomposée en différentes courbe périodique, cycliques. Des sinusoïdes, quoi !

Et si l’on agrandit une sinusoïde, on voit apparaître :

•    Des sommets, des inflexions, des fonds (dérivation).

•    Des parties rectilignes (linéarisation).

Ces dernières, en bourse, nous les appelons :

•    des tendances !

Il y a donc dans les cours de bourse, à tout niveau (UT et fractalité) :

•    des tendances ?          et des cycles.

Il ne reste plus qu’à les découvrir.

La diagonalisation cela consiste à simplifier une matrice pour faciliter les calculs. Une matrice c’est une représentation pratique d’une fonction linéaire (linéarisation).

La boucle est bouclée.

J’ai appliqué la notion de diagonalisation. Mes Indicateurs de Cohérence peuvent être vus comme les sous-espaces vectoriels propres de l’application linéaire approchant la courbe des prix localement à toute UT (donc sur tout le graphe).

Je vous ai perdu ?!

Pourtant, c’est important. C’est la base des méthodes Creux TA et de Swing Trading.

On ne change pas la trajectoire d’un pétrolier ou d’un super tanker comme cela. Il faut appliquer une certaine force pour changer sa direction.

Dans une longue et puissante tendance, en bourse, c’est pareil. On retrouve l’inférence bayesienne. Il faut observer quelque chose d’assez puissant pour changer la donne.

En mécanique du solide on appelle cela l’inertie, le momentum.

Et c’est ce que nous voulons exploiter dans le swing trading.

Qu’est-ce qui a fait tomber la pomme de Newton ? L’énergie potentielle emmagasinée dans la pomme par la gravitation.

De même, quand on tend un élastique, il a tendance à vouloir reprendre sa forme.

En bourse cela signifie qu’on privilégie toujours le retour à la moyenne. Et donc que les hauteurs comme les creux sont des situations instables.

La mécanique statique et la mécanique dynamique nous enseignent qu’une seule force peut tout changer.

Et c’est en lien avec les phénomènes boursiers bien connus de l’accumulation et distribution.

On parle beaucoup d’intelligence artificielle en ce moment. Et de deep learning.

Pour faire vite, le deep learning c’est :

•    Faire bouffer à un algorithme des millions de patterns.

•    Lui faire apprendre à reconnaître les bons en fonction du résultat attendu.

Le truc différenciant c’est qu’il apprend tout seul à partir de millions d’exemples.

Et, tenez-vous bien, c’est exactement ce que j’ai fait pendant des années. Sauf que le réseau de neurones, c’était le mien.

Aujourd’hui, je vais me lancer dans l’apprentissage du deep learning pour apprendre à un algorithme à faire automatiquement ce que je fais « manuellement » !

Je suis cependant très satisfait de ce que j’ai réussi à mettre en place. C’est déjà (sans deep learning) très satisfaisant.

Et j’espère le partager avec un maximum de personnes.

C’est encore confidentiel !

Je n’ai jamais rien vu de tel ailleurs !

Si vous aussi vous voulez entrer dans le Secret, il n’y a qu’une chose à faire.

Devenir membre de GABI :

 

   

2