Cours gratuits » Cours électricité

Cours d’introduction a l’electricite appliquee

Problème à signaler:


Télécharger Cours d’introduction a l’electricite appliquee



★★★★★★★★★★3.5 étoiles sur 5 basé sur 1 votes.
Votez ce document:

Cours d’introduction à l’électricité appliquée

Introduction

Définition

Un courant électrique est un déplacement de particules chargées dans un milieu conducteur.

Ces particules sont :

  • des électrons dans les condu
cteurs métalliques et, en général, dans les conducteurs solides
  • des ions (positifs ou négatifs) dans les solutions
  • Usages du courant électrique

    • Transport d’énergie à distance pour obtenir d’autres formes d’énergie :    mouvement, son, lumière, chaleur…
    • Transport et traitement d’informations : téléphone, radio, télévision,  ordinateur…

    Effets du courant électrique

     Effet calorifique: le passage d'un courant électrique dans un conducteur s'accompagne d'un dégagement de chaleur.

    • Appareils de chauffage (radiateurs, cuisinières, fer à repasser, chauffe-eau...).
    • ampoules à incandescence. 
    • Fusible. 
    • Echauffement indésirable de tous les appareils électriques et des fils transportant le courant électrique.

    Effet lumineux: Le passage d'un courant électrique peut s'accompagner d'une émission directe de lumière.

    • Tubes d’éclairage, ampoules économiques.
    • Etincelles, éclairs d’orage.
    • Diodes lumineuses (LED : Light Emitting Diode).

    Effet chimique: le passage du courant électrique dans les solutions électrolytiques peut s'accompagner d'une décomposition chimique (électrolyse).

    Effets magnétiques: le courant électrique a des propriétés magnétiques (comme les aimants).

    • Un courant électrique produit un champ magnétique
    • Un fil électrique placé dans un champ magnétique est soumis à une force.

    Grandeurs de base en électricité

    Introduction

    Sur les 2 ampoules sont indiquées 3 grandeurs très importantes en électricité.

    • La différence de potentiel ou tension électrique en volts (V)
    • L’intensité électrique en ampères (A)
    • La puissance électrique en watts (W)
    1. L’intensité  ( I )
    • Elle représente le débit de charges électriques qui traversent le conducteur.

    Un ampère correspond au passage d’une charge de 1 coulomb par seconde.

    (1 coulomb est la charge électrique portée par 6,25 1018 électrons).

    • C’est de l’intensité que dépendent tous les effets d’un courant électrique.
    1. Plus l’intensité dans un fil est grande, plus il s’échauffe
    2. Plus l’intensité dans une ampoule est grande, plus elle éclaire (et plus elle chauffe)
    3. Plus l’intensité dans un fil est grande, plus le champ magnétique produit est important.
    4. Plus l’intensité du courant qui traverse notre corps est grande et plus le risque d’électrocution est grand.
    5. La différence de potentiel ou tension électrique (U)
    • C’est ce qui est nécessaire pour produire un courant électrique.

    Elle est proportionnelle à la force qui s’exerce sur les charges électriques.

    • La différence de potentiel fournie par une pile, entre ses deux bornes, est sa force électromotrice ou  voltage.
    1. La puissance (P) et l’énergie (E)
    • La puissance d’un appareil électrique est l’énergie électrique qu’il consomme par unité de temps.
    • Formules :
    • Unités du Système International :    

    P : puissance de l’appareil en watts (W).

    E : énergie consommée pendant la durée de fonctionnement de
         l’appareil en joules (J).

    t : durée de fonctionnement de l’appareil en secondes (s).

    1. Analogie hydraulique

    On peut comparer un courant électrique circulant dans  un fil conducteur avec un courant d’eau circulant dans une canalisation horizontale. 

    Courant d’eau

    Courant électrique

    Volume d’eau   ( V )

    L’unité de volume est le m³.

    Charge électrique  (q)

    L’unité de charge électrique est le coulomb (C ).

    Débit   ( D )

    Le débit est le volume d’eau (V) qui traverse une section de la canalisation par unité de temps (t).

     

    D = V/t

    L’unité de débit est le

    mètre cube par seconde.

    m³/s

    Intensité   ( I )

    L'intensité électrique est la quantité de charges électriques (q) qui traverse une section du conducteur par unité de temps (t).

    I = q / t

    L’unité d’intensité électrique est le

    coulomb par seconde ou ampère (A).

    1 A = 1 C/s

    Différence de pression   ( Dp )

    Pour que l’eau s’écoule d’une extrémité à l’autre d’une canalisation horizontale, il faut qu’il y ait entre ces extrémités une différence de pression.

    L’eau s’écoule de la pression la plus élevée vers la pression la plus basse.

    La pression s’exprime en N/m² ou en Nm/m³ ou en J/m³    (joule par m³ ).

    La pression (p) représente une énergie potentielle par unité de volume.

    En s’écoulant, l’eau perd de l’énergie potentielle de pression.

    L’unité de différence de pression est le  joule par mètre cube ou pascal (Pa).

    1 Pa =  1 J/m³

    Différence de potentiel électrique

    (ou tension électrique) (U)

    Les charges électriques se déplacent dans un conducteur sous l’action de forces électriques.

    Pour qu’elles se déplacent d’une extrémité à l’autre d’un conducteur, il faut qu’il y ait entre ces extrémités une différence de potentiel électrique.

    Le potentiel électrique  représente une énergie potentielle par unité de charge.

    La différence de potentiel électrique  représente une différence d’énergie potentielle par unité de charge.

    U = E / q

    En se déplaçant, les charges électriques perdent de l’énergie potentielle électrique.

    L’unité de différence de potentiel est le

    joule par coulomb ou volt (V).

    1 V =  1 J/C

     Et les ampoules ?

    • Les valeurs indiquées sur les appareils électriques sont les grandeurs nominales, c’est-à-dire celles qui correspondent à une utilisation normale prévue par le fabricant.
    • Pour fonctionner correctement la petite ampoule doit être branchée sur une différence de potentiel de 6V elle est alors parcourue par un courant de0,15 A.
    • Pour fonctionner correctement la grande ampoule doit être branchée sur une différence de potentiel de 240 elle consomme alors l’énergie électrique avec une puissance de 100 W.
    1. Autres caractéristiques d’un courant électrique
    2. Sens du courant électrique

    Comme un objet en chute libre dans le champ de pesanteur, une charge électrique se déplace dans un champ électrique de manière à faire diminuer son énergie potentielle.

    Une charge positive se déplace dans le sens des potentiels décroissants.

    Le sens conventionnel du courant est celui qui correspondrait à un mouvement de charges positives entre le pôle positif et le pôle négatif du générateur.

    Conventionnellement, le courant va du pôle positif vers le pôle négatif du générateur ( du + vers le - )

    Les électrons qui sont chargés négativement se déplacent donc dans le sens contraire du sens conventionnel.

    En électricité, on parle toujours du sens conventionnel du courant électrique.

    Le courant continu

    • Dans un conducteur parcouru par un courant continu, les charges électriques se déplacent à vitesse constante dans un sens bien déterminé, l'intensité du courant est constante.
    • Générateurs de courant continu:  pile, batterie, panneau photovoltaïque…            
    1. Le courant alternatif
    • Dans un conducteur parcouru par un courant alternatif, les charges électriques ont un mouvement d'oscillation (de va-et-vient) sur place.
    • Générateurs de courant alternatif : dynamo, alternateur…
    • La fréquence du courant alternatif est le nombre d'oscillations par seconde.

    L'unité de fréquence est l’hertz (Hz). 

    La fréquence du courant fourni par nos centrales électriques est de 50 Hz.

    • En courant alternatif, les intensités et tensions étant variables, elles sont définies par leur valeur moyenne (moyennes quadratiques).

    On les appelle intensité et tension efficace.

    1. Vitesse du courant électrique

    L'allumage d'une ampoule ou la mise en route d'un appareil se fait instantanément, lorsqu’on actionne l'interrupteur.

    Les électrons se mettent tous en mouvement pratiquement au même instant car le champ électrique se propage dans le conducteur à une vitesse extrêmement grande.

    Par contre, la vitesse du mouvement des électrons qui constitue le courant électrique est extrêmement faible.

    Dans un fil de cuivre de 1 mm² de section parcouru par un courant de1 A, les électrons se déplacent à la vitesse 0,06 mm/s.  (Plus de 4 heures pour parcourir1 mètre)        

    1. Le circuit électrique
    2. Circuit élémentaire  

    Il comporte:

    • un générateur (deux bornes): il  fournit  le courant électrique.
    • un récepteur (deux bornes): il  utilise  le courant électrique pour produire un autre forme d’énergie.
    • des fils conducteurs reliant les bornes du récepteur avec celles du générateur.
    • un interrupteur (facultatif).

    circuit électrique d’une lampe de poche

    • Un circuit est fermé lorsque les deux bornes du générateur sont reliées par une suite ininterrompue de conducteurs (fils + récepteurs). 
      Il est  ouvert dans le cas contraire.

    Pour qu'un circuit électrique soit parcouru par un courant, il doit être fermé.

    b)   Association en  série

    Des récepteurs sont placés en série quand ils sont connectés bout à bout.

                            trois ampoules identiques

                            placées en série.

    • Les ampoules éclairent toutes avec le même éclat, quel que soit leur nombre.         

    L’intensité du courant est identique dans tous les récepteurs placés en série.

    • Plus on branche d’ampoules en série, moins elles éclairent.

    La différence de potentiel se répartit entre les différents récepteurs placés en série.

    • Si on dévisse une des ampoules, elles s’éteignent toutes les trois puisque le circuit est alors ouvert.
    • Les différences de potentiel s’additionnent :      

     Exemples:

    • Les ampoules de certaines guirlandes de Noël sont placées en série. Une seule ampoule clignotante suffit à faire clignoter la guirlande toute entière.
    • Un fusible est placé en série avec l'appareil à protéger. Lorsque l’intensité du courant qui alimente l’appareil est trop importante, le fusible fond, le circuit est ouvert et le courant est coupé.
    • Un ampèremètre, qui mesure l'intensité du courant dans un récepteur, doit être placé  en série dans le circuit. 
      Il  est alors parcouru parle même courant que le récepteur.

    c)   Association en  parallèle

    Des récepteurs sont placés en parallèle (ou en "dérivation") quand on relie entre elles, d'une part, toutes les bornes par où "entre" le courant et, d'autre part, toutes les bornes par où il "sort".

    trois ampoules identiques placées en parallèle

     Les ampoules étant toutes connectées entre les deux mêmes points, la différence de potentiel est identique pour tous les récepteurs placés en parallèle.

    • Toutes les ampoules éclairent normalement quel que soit leur nombre.
    • Dévisser une des ampoules n’empêche pas les autres de fonctionner.
    • Les intensités s’additionnent.    

    Exemples:   

    • Tous les appareils d'une installation domestique (lampes, frigo, cuisinière, ordinateur...) sont branchés en parallèle.            

    Que se passerait-il s’ils étaient placés en série ?           

    • Un voltmètre, qui mesure la différence de potentiel entre deux bornes d’un récepteur,  doit être placé 
      en parallèle avec celui-ci pour être soumis à la même différence de potentiel.
    1. Energie, puissance, coût…
    2. Définition

    Un récepteur électrique consomme de l’énergie électrique.

    La puissance (P) électrique d’un récepteur est l’énergie (E) qu’il consomme par unité de temps.

    E = P t

     

    1. Relation entre P, U, I

    La différence de potentiel électrique  représente une différence d’énergie potentielle électrique par unité de charge.

    Cette énergie est consommée par le récepteur qui la transforme en une autre forme d’énergie.

    L'intensité électrique est la quantité de charges électriques (q) qui traverse une section du conducteur par unité de temps (t).

    On multiplie ces deux relations

    1. Unités d’énergie     (E= P t)
    • Système International des Unités

    P en watts (W)        t en secondes (s)               E en joules (J)   


    1 J =  1 W x 1 s

    • Unités utilisées fréquemment en électricité 

    P en kilowatts (kW)                       en heures (h)        E en kilowattheures (kWh)   

    1 kWh =  1 kW x 1 h

      1 kWh = 3.600.000 J =  3,6 MJ


    1. Coût de l’énergie électrique
    2. Quelques puissances (en watts)
    • On paie l’énergie électrique que l’on consomme.
    • L’unité d’énergie utilisée dans les factures est le kilowattheure.
    • Un kWh coûte actuellement environ 0,075 € (tarif normal).

    Ampoule à filament

    20 - 100

    Ampoule économique = ampoule classique 60W

    4- 20

    Lampadaire halogène

    300

    TV

    40-150

    Radio ou chaîne Hi-Fi

    55-500

    Ordinateur (portable ou bureau)

    80-360

    Aspirateur

    700-1000

    Sèche-cheveux

    300-1000

    Four micro-ondes

    700-2100

    Lessiveuse

    500-3000

    Cuisinière

    1000-10000

    Radiateur électrique

    500-3000

    Climatiseur

    800-5000

    Petit-chauffe eau électrique

    1500-6000

    Frigo

    80-150

    Rasoir

    10

    Tihange 3

    1020 MW

    1. Rendement d’un appareil électrique

    Un appareil électrique consomme de l’énergie électrique fournie par le générateur et produit de l’énergie sous d’autres formes.

    Tous les appareils (moteur, ampoule, amplificateur, télévision, ordinateur...) s’échauffent.

    Pour les appareils qui ne sont pas destinés à chauffer, la chaleur produite est  de l’énergie perdue.

    Le rendement ( h ) d’un appareil électrique est le rapport entre la puissance utile qu’il fournit et la puissance totale qu’il consomme.

     h = Putile  / Pconsommée

     

    Le rendement d’un appareil de chauffage est de 100%.

    Le rendement d’une lampe à incandescence ne dépasse pas 5%.

    1. Les récepteurs calorifiques

    a)   Introduction

    Un récepteur calorifique est un récepteur qui transforme l'énergie électrique intégralement en chaleur; on l'appelle résistor.

    (Dans le langage courant on emploie  souvent le terme « résistance »)

    Un résistor est souvent constitué d’un simple fil conducteur de longueur plus ou moins grande.

    1. Exemples:
    • Le filament d’une ampoule électrique à incandescence est un mince fil de tungstène (symbole chimique W). Porté à une température de plus de 2500 °C, il émet une lumière blanche.

    Tous les appareils de chauffage électrique comportent un résistor comme élément chauffant.                          

    • On trouve un grand nombre de résistors comme composants électroniques dans les circuits électriques des amplificateurs, télévisions, ordinateurs, etc... 
    • Représentations symboliques:

    c)   Loi d’Ohm

    • Le montage ci-contre permet de mesurer l’intensité du courant dans un résistor pour différentes valeurs de la différence de potentiel qu’un lui applique.

    On constate que, pour chaque résistor, le rapport U/I  est sensiblement constant.

    La différence de potentiel (U) et l’intensité (I) sont deux grandeurs proportionnelles.

    • Le cas d’une ampoule :

    On constate que le rapport U/I n’est pas constant, il augmente lorsque l’intensité du courant augmente.

    On constate aussi que la température de l’ampoule augmente de façon importante au cours de l’expérience. Dans le premier cas, la température restait pratiquement constante pendant les mesures.

    • Enoncé de la loi d’Ohm

    A température constante, l'intensité du courant dans un résistor et la différence de potentiel entre ses bornes sont proportionnelles

    d)   Résistance

    • Le rapport U/I,  s’appelle « résistance électrique »      
    • La résistance électrique d'un résistor est le rapport entre la différence de potentiel appliquée entre ses extrémités et l'intensité du courant qui le parcourt.

     

    R s'exprime en V/A ou ohm   (W).

       U = RI

     

    • La loi d'Ohm peut donc s'écrire:

       I = U/R

     

    • On a aussi :

    L’intensité du courant dans un résistor soumis à une différence de potentiel donné est inversement proportionnelle à sa résistance. Plus la résistance est grande, plus l’intensité du courant est faible.

    La résistance électrique mesure bien la résistance au passage du courant électrique.

    • L’expérience de l’ampoule permet de conclure que la résistance d’un conducteur métallique augmente lorsque sa température augmente.

    ·         Mesure directe d’une résistance 
    avec un ohmmètre

    Association de résistors

    1. Résistance  équivalente

    La résistance équivalente d'un groupement de résistors est la résistance du résistor unique qui, soumis à la même différence de potentiel que le groupement, serait parcouru par un courant de même intensité.

    U: différence de potentiel aux bornes

         du groupement.

    I: intensité du courant dans

        le groupement.

                            Réq = U/I

    1. Association  en série

    On a:              U = Réq I        et           U = U1 + U2 + U3

    On applique la loi d’Ohm pour chaque résistor:     

                                       U1 = R1 I      U2 = R2 I      U3 = R3 I

    U = U1 + U2 + U  R1 I  +  R2 I  +  R3 I    =    ( R1 + R2 + R3 ) I  =  Réq I    

     Réq = R1 + R2 + R3

     

    Donc:                       

    Pour un nombre quelconque  de résistors:

     Réq = S Ri

     

    Pour n résistors de résistance R en série :         Réq = n R

    1. Association en  parallèle

    On a              I = U / Réq      et       

                            I = I1 + I2 + I3

    On applique la loi d'Ohm pour chaque résistor:

    i1 = U / R1     i2 = U / R2     i3 = U / R3 

    Pour un nombre quelconque  de résistors:

    Pour  n résistors de résistance R en parallèle: 

    1. Quelques conséquences
    2. La résistance équivalente d'un groupement en série est plus grande que la plus grande des résistances du groupement.
    3. Ajouter, en série, avec un groupement, un résistor dont la résistance est beaucoup plus petite que celle du groupement modifie de façon négligeable la résistance de l’ensemble.
    • association en série

    Par exemple, un résistor de 10 W placé en série avec un résistor de  10.000 W donne à l’ensemble une résistance de 10.010 W

    1. Pour cette raison, un ampèremètre, toujours placé en série, doit avoir une résistance la plus faible possible pour ne pas modifier de façon sensible la résistance du circuit que l’on étudie.
    2. La résistance équivalente d'un groupement de résistors en parallèle est plus petite que la plus petite des résistances du groupement.
    3. Ajouter, en parallèle à un groupement, un résistor dont la résistance est beaucoup plus grande que celle du groupement modifie de façon négligeable la résistance de l’ensemble.
    • association en parallèle

    Par exemple, un résistor de 10000 W placé en parallèle avec un résistor de  10 W donne à l’ensemble une résistance équivalente de  9,99 W.

    1. Pour cette dernière raison, un voltmètre, toujours placé en parallèle, doit avoir une résistance la plus grande possible pour ne pas modifier de façon sensible la résistance du circuit que l’on étudie.
    2. Association mixte

    Pour trouver la résistance équivalente, on applique les règles d’association série et parallèle aux différents groupements et sous-groupements de résistors.

    Les résistors R1 et R2 sont en série et sont équivalents au résistor R12

    R12 = 25  + 5  = 30 W

    Les résistors R12 et R 3 sont en parallèle et sont équivalents au résistor R123

    1/R123  = 1/30  + 1/20 = 1/12W   Þ     R123 = 12 W

    Les résistors R123 et R4 forment le groupement total, ils sont en série.

    Réq =  12 W+ 9 W = 21 W

    1. Résistivité

    a)   Loi de Pouillet

    Soit un fil conducteur homogène, de section constante S, de longueur L de résistance R.

    Un conducteur identique mais de longueur 2L équivaut à 2 conducteurs de longueur L placés en série.

    Sa résistance vaut donc 2R.

    Quand on double la longueur d’un conducteur, on double sa résistance.

    La résistance d'un conducteur homogène de section constante est proportionnelle à sa longueur.

    Un conducteur identique mais de section 2S équivaut à 2 conducteurs de section S placés en parallèle.

    Sa résistance vaut donc R/2.

    Quand on double la section d’un conducteur, on divise sa résistance par deux.

    La résistance d'un conducteur homogène de section constante est inversement proportionnelle à sa section.

                            Loi de Pouillet:                  

    La constante de proportionnalité  (rhô) est la résistivité du matériau

    en   W x m     (ohm fois mètre)

    1. Quelques résistivités à 20 °C en  W x m

    Argent

    1,6 x 10-8

    Fer

    9,6 x 10-8

    Cuivre

    1,7 x 10-8

    Graphite (C)

    3500  x 10-8

    Aluminium

    2,8 x 10-8

    Eau pure

    5 x 103

    Tungstène

    5,6 x 10-8

    Verre ordinaire

    9 x 1011

    c)   Influence de la température

    • La résistivité des métaux purs augmente quand la température augmente.
    • La résistivité des semi-conducteurs (carbone, silicium, germanium) diminue quand leur température augmente.
    • La résistivité des alliages varie très peu.

    La résistivité évolue à peu près linéairement avec la température q:

     

       r = ro ( 1 + a q )        

     

     

                                                                           ro : résistivité à0°C

    Pour les métaux:     a »  4 x 10-3 / °C      (4,5 pour  W;   5 pour Fe)

    Pour le graphite:   a » -3 x 10-4 / °C

    d)   Supraconductivité

    La résistivité de nombreux métaux et alliages tombe brutalement à zéro quand ils sont est refroidis à une température très basse, proche du zéro absolu.

    L’application la plus courante est la réalisation d’électro-aimants supraconducteurs produisant des champs magnétiques de plusieurs teslas (jusqu’à 10 T).

    On les utilise, par exemple, dans le domaine de l’imagerie médicale et des accélérateurs de particules.

    e)   Les thermistors

    Ce sont des composants électroniques dont la résistance augmente ou diminue fortement quand la température augmente.

    • Stabilisation de la température de certains appareils chauffants (plaques de cuisinières, percolateurs, machines à laver...).  
       
    • Mesure des températures.  

    L’effet Joule

    1. Définition

    Effet Joule: dissipation de chaleur dans un conducteur parcouru par un courant électrique.

    1. Formules

    Soit un résistor de résistance R, soumis à une différence de potentiel U,

    parcouru par un courant d’intensité I, produisant une quantité de chaleur Q,

    avec une puissance P, pendant un temps t.

    On a:                         U = RI                        P = UI                             Q = P t

    Donc aussi: 

    1. Applications utiles
    2. Cuisinière, lessiveuse, sèche-cheveux, grille-pain, four, fer à souder, fer à repasser, radiateur, percolateur......                                            
    3. Les appareils de chauffage sont, dans une maison, les plus gros consommateurs d'énergie électrique.
    4. Ces appareils sont d’autant plus puissants que leur résistance électrique est faible. 
      (P = U²/R)
    5. Le filament d'une ampoule émet une lumière blanche parce qu’il  est porté à une température très élevée (2.500 °Cou plus).
    • Appareils destinés à produire de la chaleur                   
    • Ampoules à  incandescence                         

    Il est en tungstène (température de fusion  ±3.400 °C).

    1. L'ampoule est remplie d'argon, qui empêche la combustion du filament par l’oxygène.                 
    2. Le filament s'amincit lentement par sublimation. La durée de fonctionnement de l'ampoule est d’environ 1000 h.
    3. Le rendement lumineux des ampoules à incandescence est faible, il ne dépasse pas 5%.


    Fusible         

    1. C’est un coupe-circuit destiné à protéger un appareil ou une installation électrique. 
      Placé en série dans le circuit, il interrompt le passage du courant quand celui-ci dépasse l’intensité maximale permise (indiquée sur le fusible.
    2. Il comporte fil ou d'une lamelle métallique qui fond quand l’intensité dépasse la valeur prescrite. Il doit alors être remplacé.

    Fusible de protection d’un appareil électrique

     ( ± 3cm de long)

    Fusible de protection d’une installation électrique domestique

     

     

     

     

    Effets indésirables

    • Tous les appareils électriques non calorifiques sont victimes de l'effet Joule. (Moteurs, télévision, ordinateur, transformateur,...)      
      L'effet Joule réduit le rendement de ces appareils et impose parfois qu'ils soient protégés contre une élévation néfaste de température. (Ventilation, aération...)
    • Les fils d'une installation électrique s’échauffement. 
      Il faut leur donner un diamètre suffisant pour limiter l’élévation de température. 
      Des normes légales sont imposées.
    • Le transport de l'électricité de longues distances produit des pertes d’énergie par effet Joule.
      Ces pertes peuvent être réduites en employant des lignes à haute tension. 
      En effet, la relation P=UI indique qu’à puissance égale, l’intensité est d’autant plus faible que la tension utilisée est élevée.
    • L'effet Joule peut produire des brûlures graves chez les personnes victimes d'un accident électrique.

    Les générateurs

    1. Introduction

    Un générateur fournit un courant électrique et donc de l'énergie électrique au circuit extérieur sur lequel il est branché.

     Force électromotrice

    • La force électromotrice (e) d'un générateur est la différence de potentiel électrique entre ses bornes en circuit ouvert, c'est-à-dire lorsqu'il ne produit aucun courant.
      Elle se mesure en volts.
    • Dans le langage courant on utilise fréquemment le terme "voltage" au lieu de force électromotrice.

    Résistance interne

    • Mesures
    1. Le montage ci-dessous permet de mesurer la tension électrique entre les bornes d'un générateur (par exemple, une pile) pour différentes intensités du courant dans le circuit extérieur
    2. Lorsque l'intensité du courant est nulle la différence de potentiel mesurée est la force électromotrice e du générateur.
    3. Quand on diminue progressivement la résistance du circuit extérieur, l’intensité augmente.
      La différence de potentiel aux bornes du générateur diminue alors de façon linéaire.
    4. Quand le générateur est « court-circuité » par un simple fil électrique, la différence de potentiel est quasi-nulle.
      L’intensité est alors maximale (Imax)
    5. Ci-contre un circuit comportant un générateur fournissant une différence de potentiel U0 fixe, associé à une résistance r placée en série.
      L’ensemble fournit un courant I à un circuit extérieur  de résistance variable.
    6. La différence de potentiel U aux bornes de l’ensemble vaut (loi d’Ohm):
    • Théorie

                                                   U = U0 - r I

    1. Le graphique de la différence de potentiel U en fonction de l’intensité I est identique à celui, obtenu expérimentalement avec un générateur
    2. Conclusion : la diminution de la différence de potentiel aux bornes d’un générateur quand le courant qu’il fournit augmente est due à sa propre résistance, qui se manifeste lorsque le courant le traverse.
      Cette résistance est sa résistance interne  r.

                            Donc :                U = e - r I  

    1. Formules

       e = U + r I

    Un générateur est  caractérisé par:

    1. sa force électromotrice e   (en volts)
    2. sa résistance interne   r   (en  ohms)
    • Si le circuit extérieur est un résistor ou une association de résistors de résistance R.

     e = ( R + r) I

                U = R I

    •    En multipliant par I on obtient des puissances              eI = U I + r I²
    1. eI :  puissance totale produite par le générateur
    2. U I :  puissance fournie au circuit extérieur
    3. r I² :  puissance perdue dans le générateur sous forme de chaleur
    4. Si on  relie les deux bornes d'un générateur par un simple fil conducteur la résistance du circuit extérieur et donc la tension aux  bornes du générateur sont pratiquement  nulles. 
      Le courant fourni est alors maximal.         Imax  = e / r
    • Court-circuit 

     

    1. Le court-circuitage de certains générateurs de faible résistance interne (dynamo, batterie), produit un courant de très forte intensité qui peut les détériorer rapidement.

    Quelques chiffres

    • La résistance d’une pile est de l’ordre de 1 à quelques W.
    • La résistance d’une batterie est très faible (» 0,01W)


    Association de générateurs

    • En  série
    1. De nombreux appareils fonctionnent avec plusieurs piles. Celles-ci sont généralement placées en série, la borne positive de l'une étant reliée à la borne négative de la suivante.
    2. Les forces électromotrices s'additionnent.
    3. Les résistances internes, placées en série, s'additionnent.
    4. Le groupement de générateurs ci-dessous est équivalent à un générateur unique:  
    • de force électromotrice:                                                            

    e = e1 + e2 + e3

    • de résistance interne:

    r = r1 + r2 + r3

    • En  opposition
    1. Si on "retourne" un des trois générateurs ci-dessus, il est alors placé en opposition, sa force électromotrice se soustrait de celle des autres.                                                   
    2. Le groupement de générateurs ci-dessous est équivalent à un générateur unique:  
    • de force électromotrice:                                                            

    e = e1- e2 + e3

    • de résistance interne:

    r = r1 + r2 + r3

    1. La position des bornes + et - du groupement dépend des forces électromotrices en présence ( ici e1 + e3 > e2  ).
    2. Deux générateurs identiques placés en opposition ont une force électromotrice résultante nulle.

    En  parallèle

    1. Des générateurs sont groupés en parallèle lorsque sont reliés entre eux, d'une part, tous les pôles positifs et, d'autre part, tous les pôles négatifs.
    2. On ne groupe, en parallèle, que des générateurs de même force électromotrice.
    3. La force électromotrice du groupement est la même que celle des générateurs.
    4. Les résistances internes sont en parallèle. 
      La résistance interne d’un groupement de générateurs identiques est égale à la résistance interne de chaque générateur divisée par le nombre de générateurs.
    5. Le groupement de générateurs ci-contre est équivalent à un générateur unique:                    
    6. Ce groupement peut fournir des intensités plus élevées qu’un générateur unique.
      Dans le cas de piles ou d'accumulateurs il multiplie la durée de fonctionnement.
    • de force électromotrice:                             
    • de résistance interne:

    Question :Pourquoi des générateurs montés en parallèles doivent-ils avoir la même force électromotrice ?

    11. Les récepteurs non calorifiques

    1. Introduction
    2. Une cuve électrolytique, un accumulateur que l'on recharge, produisent de l'énergie chimique.
    3. Un moteur électrique produit de l'énergie mécanique.
    4. Un transformateur produit de l'énergie électrique.
    • Un récepteur non calorifique est un récepteur qui produit, à partir de l'énergie électrique, de l'énergie autre que l'énergie calorifique.
    • Ces récepteurs subissent aussi  l'effet Joule, ils s’échauffent et une partie de l'énergie électrique est perdue sous forme de chaleur à cause de leur résistance interne   ( r’ ).

    Le moteur électrique

    Expériences

    1. On branche le moteur au générateur et on l’empêche de tourner.
      Le moteur se comporte alors comme un simple résistor dont la rés


    283