Ebook sur l’electricite automobile


Télécharger Ebook sur l’electricite automobile

★★★★★★★★★★5 étoiles sur 5 basé sur 1 votes.
Votez ce document:

Télécharger aussi :


Ebook sur l’électricité automobile

GÉNÉRALITÉS

 Définition du schéma  :

Un schéma montre comment les différentes parties d'un réseau, d'une installation, d'un ensemble d'appareils sont fonctionnellement reliés et connectés. (Il utilise à cet effet  des  symboles, des traits et des repères)

Classification selon le but envisagé et le mode de représentation   :

Le plan d'implantation : 2.1.1.Exemple :

Ce plan établi par l'architecte indique sur le plan du bâtiment l'emplacement prévu des appareils d'utilisation et de commande,  le passage  de la ligne d'alimentation.  Les liaisons  entre  les appareils de commande et d'utilisation sont représentées par des traits    interrompus.

Ce plan nécessite l'emploi des symboles   particuliers.

Schémas explicatifs :

Ils sont destinés à faciliter l'étude et la compréhension du fonctionnement d'une installation ou partie  d'installation.

Schéma fonctionnel :

Destiné à faire comprendre le fonctionnement. Il représente par des symboles ou des figures  simples  une installation  ou  partie  d'installation  avec ses interdépendances fonctionnelles, mais sans que toutes les liaisons soient   représentées.

Schéma développé :

C'est un schéma d'étude, explicatif ou encore de principe. Il permet une compréhension rapide du fonctionnement d'un équipement ou d'une installation. Il ne tient pas compte de la disposition réelle des  appareils.

Les circuits sont représentés par des traits horizontaux ou verticaux limités par des traits plus épais perpendiculaires figurant les conducteurs   d'alimentation.

Ces schémas se divisent en deux parties  :

       Circuit de puissance  :

 Alimentation des récepteurs ou générateurs traversés par de grosses intensités qui doit être figuré en traits épais.

       Circuit de commande :

Relais bobines, traversés par de faibles intensités,    qui doit être représenté en traits fins.

  Exemple :

Ph           N  Ph             N

Schémas de réalisation :

Ils sont destinés  à guider la réalisation  et la vérification  des connexions d'une installation  ou d'un équipement. Le tracé des connexions intérieures et extérieures peut tenir compte de la disposition des éléments et des dispositifs de  raccordement.

Schémas généraux :

Plusieurs types de schémas peuvent être combinés en un seul dessin qui constitue un  schéma général. Un même document peut constituer le schéma de réalisation et les schémas explicatifs.

Les schémas indiquent la répartition des circuits, la constitution des canalisations, des appareils d'utilisation et de  commande.

Ces schémas peuvent être divisés en deux groupes principaux   :

 Schémas généraux de distribution  :

 Ils sont considérés comme des schémas d'étude. Il ne tiennent pas compte  de  la  disposition réelle des appareils, mais il indiquent, à partir de l'origine du  branchement,  la  répartition des circuits vers les utilisations, la section, le nombre, la nature des conducteurs, le calibre des protection;

Les conducteurs définissant une canalisation, sont représentés par un seul trait, barrés de petits traits obliques indiquant le nombre de   conducteurs.

  Exemple :

 

Schémas généraux de réalisation :

Ils sont réalisés d'après la disposition réelle de l'installation et de l'appareillage. Ils représentent les liaisons entre les récepteurs et l'ensemble de l'appareillage, les dispositifs de protection, et éventuellement la nature des canalisations et leurs mode de    pose.

Ils peuvent être représentés sous deux formes   :

  1.  Forme unifilaire :

Ils indiquent la répartition des circuits et la constitution des canalisations; à cet effet, les conducteurs constituant une canalisation sont représentés par un seul trait barré de petits traits obliques indiquant le nombre de conducteurs de la   canalisation.

Emploi obligatoire des symboles  normalisés.

Cette forme ne montre pas dans le détail les raccordements aux bornes des   appareils.

2.6.2.1.1.   Exemple :

2.6.2.2.  Forme multifilaire :

Cette forme convient pour les schémas de réalisation. Les schémas montrent la répartition des circuits suivant le tracé unifilaire précèdent, mais chaque conducteur est représenté par un trait. Les traits indiquent les liaisons entre les récepteurs et l'ensemble de l'appareillage. Les symboles normalisés permettent tous les raccordements    nécessaires.

2.6.2.2.1.   Exemple :

Schéma en faisceau :

Cette  présentation est  adoptée  pour  simplifier  certain  plan  de   détail  dont  la représentation graphique est difficilement réalisable : équipement automatique par exemple.

Un trait unique représente l'ensemble des conducteurs et porte le nom de   faisceau.

On ne trace pas de traits obliques sur le faisceau pour indiquer le nombre  de conducteurs qu'il contient, mais l'extrémité de chacun est repérée par une lettre ou un chiffre.

On ne représente pas les éléments divers des appareils, mais uniquement, pour chacun, un volume renfermant les bornes de   raccordement.

Schéma  multifilaire

COMMANDE D'UN CIRCUIT ÉLECTRIQUE D'UN SEUL ENDROIT

Montage dit " simple allumage "

APPLICATIONS :

 Ce montage est employé chaque fois que l'on désire commander une ou plusieurs lampes (ou des prises de courant), d'un endroit.

Eclairage d'une petite pièce généralement à une seule entrée : cuisine, WC,  débarras,  cabine téléphonique.

Commande de prises de courant sur lesquelles pourront venir se brancher : lampadaire, applique.

Alimentation de lampe de chevet, de bureau. Dans ces cas on peut  employer  un interrupteur à fil souple remplissant le même rôle qu'un interrupteur    ordinaire.

Le montage simple allumage peut-être  utilisé  pour  l'éclairage  intermittent  de  WC,  cabines téléphoniques, généralement la lampe  est  commandée  par  une  targette  électrique  formant également verrou de fermeture de   porte.

  1. FONCTION A REMPLIR :

Etablir et interrompre un circuit électrique, d'un endroit, à l'aide d'un  appareil  à commande manuelle.

  1. SCHÉMA DEVELOPPÉ :

 

EXEMPLE :

Installation d'une lampe centrale dans une cuisine, commandée de la porte d'entrée par un interrupteur unipolaire, et d'une prise de courant située à la porte   d'entrée.

Schéma unifilaire

Schéma multifilaire

COMMANDE SIMULTANEE OU SÉPARÉE DE DEUX CIRCUITS ÉLECTRIQUES DIFFÉRENTS D'UN SEUL ENDROIT

Montage dit "Double  allumage"

  1. APPLICATIONS :

Ce montage est utilisé pour commander deux éclairages différents dans un même local : lustre de salle à manger, éclairage des vitrines de magasin, étalage,   etc…

Chaque circuit commandé peut comprendre plusieurs lampes branchées en    dérivation.

  1. FONCTION A REMPLIR :

Etablir ou interrompre ensemble ou séparément deux circuits différents d'un endroit avec un appareil à commande  manuelle.

  1. SCHÉMA DEVELOPPÉ :

COMMANDE D'UN CIRCUIT ÉLECTRIQUE DE DEUX ENDROITS

 Montage dit "va-et-vient  "

 APPLICATION :

Ce montage est utilisé pour commander des lampes de deux endroits différents, pièce à deux entrées, couloir.

FONCTION A REMPLIR :

Etablir et interrompre un circuit électrique de deux endroits différents avec des appareils    à commande manuelle.

SCHÉMA DEVELOPPÉ :

EXEMPLE :

Installation de deux lampes situées dans un couloir et commandées ensemble de la porte d'entrée (coté palier) et de la porte  chambre.

Schéma  multifilaire

COMMANDE D'UN CIRCUIT ÉLECTRIQUE DE PLUSIEURS ENDROITS

Montage dit "cage d'escalier"

 BUT DU MONTAGE :

Etablir ou interrompre un circuit électrique d'un nombre quelconque    d'endroits.

SCHÉMAS DEVELOPPÉS :

Le schéma va et vient permet la commande d'un circuit de deux endroits différents. Le troisième, ou énième points de commande ne peut être situé que sur les deux fils navettes.

L'appareil utilisé doit permettre l'inversion des fils   navettes.

APPAREILS UTILISÉS : 

Un interrupteur et autant de commutateur (Va et Vient) qu'il y a de lampes moins une.

FONCTIONNEMENT  

Avec l'interrupteur simple allumage on allume la première lampe ; puis en manoeuvrant  le commutateur suivant on éteint la première lampe et on allume la suivante et ainsi de suite.

Pour revenir au point de départ on effectue les opérations en sens   inverse.

NOTA :

Ce montage est souvent utilisé avec deux lampes dans les laboratoires    photo.

CONTRÔLE DE FONCTIONNEMENT D'UNE  INSTALLATION ÉLECTRIQUE

Montage dit : "Lampe  témoin"

 APPLICATIONS :

 Ce montage est utilisé pour le contrôle de la mise sous tension des circuits d'éclairage    non visibles du point de commande : caves et greniers, penderies, WC, chambres   frigorifiques.

  1. FONCTION A REMPLIR :

 Etablir et interrompre, d'un endroit, avec un appareil à commande manuelle le circuit d'une lampe témoin, lorsque le circuit d'éclairage est fermé ou   ouvert.

  1. SCHÉMA DEVELOPPÉ :

 

La lampe témoin peut être branchée en série dans le circuit dans le cas de faibles puissances installées, et en dérivation dans le circuit dans le cas des puissances   importantes.

APPAREILS UTILISÉS :

 
EXEMPLE :

Installation de deux lampes d'éclairage dans une chambre frigorifique. Ces lampes seront commandées et contrôlées par un interrupteur à lampe témoin (dérivation) situé à l'extérieur de cette chambre frigorifique

Schéma  unifilaire Schéma  multifilaire

COMMANDE D'UN CIRCUIT ÉLECTRIQUE DE PLUSIEURS ENDROITS AVEC UN APPAREIL A COMMANDE ÉLECTRIQUE "TELERUPTEUR"

 FONCTION A REMPLIR :

Établir et interrompre un circuit principal de plusieurs endroits par la commande manuelle  d'un interrupteur à commande  électrique.

SCHÉMA DEVELOPPÉ :



  1.          Alimentation du circuit principal d'utilisation et du circuit de commande par la même source d'alimentation (secteur 220 V)exemple. 
  2.        Alimentation du circuit principal d'utilisation distincte de l'alimentation du de commande.

Le circuit de commande est alimenté en très basse tension (utilisation d'un transformateur de tension : Exemple : Primaire 220 V. Secondaire   6-12-24V)

Le circuit d'utilisation doit toujours être alimenté par la tension du   secteur.

APPAREILS UTILISÉS :

Télérupteur

APPLICATIONS :

 Ce montage est utilisé pour l'éclairage des escaliers, des grandes salles ou l'on pénètre par plusieurs points, dans les écoles, les hôpitaux,  les  banques. Il permet de commander par    boutons poussoirs, d'un nombre illimité de points. Il remplace avantageusement tous systèmes   de commutateurs 6 et 7 et permet de faire l'installation des boutons en très basse tension.

EXEMPLE :

 

Schéma multifilaire

COMMANDE D'UN CIRCUIT ÉLECTRIQUE DE PLUSIEURS ENDROITS AVEC UN APPAREIL  A COMMANDE ÉLECTRIQUE DONT L'OUVERTURE EST AUTOMATIQUE

ET RETARDÉE MINUTERIE

 FONCTION A REMPLIR :

De plusieurs endroits :

  • Etablir un circuit principal par commande manuelle d'un interrupteur à commande électrique.
  • Interrompre automatiquement (sans intervention manuelle) ce circuit, après un temps préréglé.
  1. SCHÉMA DEVELOPPÉ :

 Minuterie à balancier 2.1.1.Montage avec effet :

Permet pendant le fonctionnement de commander à nouveau pour obtenir    la temporisation maximum de  réglage.

APPLICATION :

Pour éviter que les lampes d'éclairage ne restent, par oubli, constamment allumées, on les commande par une minuterie. Ce montage est principalement utilisé pour l'éclairage des   escaliers d'immeuble.

On peut adjoindre à la minuterie un commutateur permettant les combinaisons électriques suivantes :

-         Position "Minuterie" : Fonctionnement de l'installation d'éclairage sur minuterie, la nuit, aux heures de passage (après 22 heures par   exemple).

-         Position "Fixe" : Lampes d'éclairage branchées directement sur secteur aux heures passagères (rentrée des locataires entre 18 et 22 h, par   exemple).

-         Position "Arrêt" : L'installation est coupée dans la  journée.

Ce montage est utilisé dans les cages d'escalier d'immeubles importants lorsqu'il y a un concierge de surveillance. Il évite le fonctionnement continuel de la minuterie aux heures fixes d'entrées et de sorties des locataires. Il permet la coupure du circuit minuterie pendant le jour et son fonctionnement aux heures  creuses.

EXEMPLE :

Installation de trois lampes situées dans l'escalier (une par étage) d'un immeuble et d'une lampe dans le couloir fonctionnant avec une   minuterie.

MINUTERIES ÉLECTRONIQUES

Les minuteries électroniques offrent de grandes possibilités dans leur fonctionnement. Elles permettent en général, quelque soit le fabricant, et selon la position d'un commutateur disposé sur leur capot les fonctionnements suivantes  :

  • L'arrêt total;
  • Le fonctionnement en minuterie;
  • Lampes bloquées en permanence.

Elles permettent souvent en plus, avec ou sans blocs additifs les fonctions suivantes    :

  • Préavis d'extinction : Baisse de l'éclairage 20 à 40 secondes avant l'extinction, permettant éventuellement un réarmement par une nouvelle pression sur un bouton poussoir.
  • Fonctionnement en veilleuse : chaque point lumineux peut fonctionner soit en éclairage normal (fonction minuterie), soit en dehors de ses moments en éclairage veilleuse  (lampes à incandescence sous voltées).

SCHÉMAS DEVELOPPÉS

 EXEMPLES 1 :

Toutes les minuteries électroniques sont raccord ées entre phase et neutre. Elles peuvent également être commandées par boutons poussoirs lumineux, dont le nombre maxi est fixé   par le fabricant. La distribution lampe boutons poussoirs, se fait avec neutre commun (3 fils)

EXEMPLES 2 :

La distribution lampe boutons poussoirs se fait en 4 fils (pas de point   commun).

EXEMPLES 3 :

Montage minuterie plus commande séparée d'une   lampe.

Montage permettant, par action sur le commutateur C, d'isoler la commande par minuterie et de mettre en allumage permanent, une ou plusieurs   lampes.

N           Ph

TUBES FLUERESCENTS

 BUT :

Branchement en basse tension des tubes fluorescents et de leurs   appareillages.

  1. SCHÉMAS DEVELOPPÉS :

            Allumage différé :

 Par relais  d'amorçage ou starter, dont le rôle est de produire une surtension   d'amorçage.

Alimentation par inductance.

Alimentation par autotransformateur à fuite.

Allumage instantané :

Par inductance et petit autotransformateur de chauffage. Les électrodes sont soumises à une tension de préchauffage qui les amène à une température déterminée pour provoquer l'amorçage en une seconde.

Ph N

Alimentation par inductance et électrode   auxiliaire.

Trait conducteur isolé favorise l'ionisation par éffet de capacité.

Les électrodes auxiliaires produisent avec les électrodes principales un arc

R          localisé.Le courant est limité par la résistance R.

Alimentation par électrodes auxiliaires et autotransformateur d'alimentation.

C : Condensateur dont le rôle est de relever le cosinus ? de l'installation, le condensateur déphase le courant I2 en avant sur la tension U dans la lampe L2, l'inductance S1 déphase le courant I1 en arrière sur la tension U dans la lampe L1 ; conséquence : Les deux courants I1 et

I2 seront déphasés de 90° environ, et le cosinus F global voisin de l'unité. L'effet stroboscopique sera atténué  ;

S'2 : Inductance complémentaire placée en série dans le circuit du starter ; l'introduction du condensateur dans le circuit d'alimentation de la lampe L2 provoque une diminution de surtension qui était nécessaire à l'amorçage de l'arc. L'inductance S'2 compense cette   diminution de surtension.

  1.         instantané.

CHAPITRE III          SIGNALISATION

SIGNALISATION

PRÉLIMINAIRES :

Rôle de la signalisation, Problème  général :

Le développement de la signalisation est lié à l'évolution sans cesse croissante des solutions d'automatisme appliqué à la commande du matériel   électrique.

Son rôle est de transmettre à distance des renseignements ou des ordres de commande sous forme de signaux.

De l'application usuelle (appel pour une demande d'ouverture de porte) jusqu'aux applications scientifiques, elle est devenue   indispensable.

Dans les commandes centralisées, des voyants lumineux, placés sur un schéma unifilaire de l'installation, indiquant la position d'ouverture ou de fermeture des   appareils.

Les circulations routières ou ferroviaires exigent une signalisation présentant une garantie absolue de sécurité.

Le problème consiste à rendre, suivant les cas d'utilisation, la signalisation   audible.

            Dispositifs de signalisation  :

Tous les dispositifs agissent sur un signal, qui peut être   :

  • Sonore;
  • Visuel;
  • Sonore et visuel.

 Les dispositifs de commande sont à action directe ou indirecte (relais) sur les signaux, ils peuvent être mise en service par  :

  • Une  intervention manuelle.
  • Une  intervention automatique.

Les automates ont une action subordonnée qui est fonction de la variation   :

  • D'une grandeur physique à  contrôler.

Exemple :

 Température (maximum ou minimum – dilatation des solides, liquides ou gaz) Temps (horloges horaires ou systèmes chronométriques)

Pression (liquides ou gaz)

D'une grandeur électrique (intensité, tension, résistance,   éclairement)

       Principaux appareils utilisés  :

  1.  D'alimentation : piles, accumulateurs, transformateurs,  magnéto.
  2.  De commande : boutons poussoirs, contacts à fermeture ou à ouverture, clés, relais, détecteurs (automates) thermostats, manostats, cellule photoélectrique, etc.

COMMANDE D'UNE SONNERIE D'UN SEUL ET DE PLUSIEURS ENDROITS 

  1. APPLICATIONS :

Le montage d'une sonnerie commandée d'un endroit est utilisé dans les habitations particulières (entrée d'un pavillon, d'un appartement, d'un magasin). Les logements en copropriété, les véhicules de transport en commun,   etc.…

La commande de plusieurs endroits peut être utilisée pour la commande de l'arrêt dans un véhicule de transport en commun, par  exemple.

  1. FONCTION A REMPLIR :

 Etablir et interrompre momentanément un circuit par simple impulsion, d'un ou de plusieurs endroits, à l'aide d'un appareil à commande   manuelle.

  1. SCHÉMA DEVELOPPÉ :

Alimentation par transformateur abaisseur de tension, la sonnerie et le poste de commande sont toujours placés sur la très basse   tension.

            Commande d'un seul endroit  :

Shéma multifilaire

COMMANDE DE PLUSIEURS SONNERIES

 *SIMULTANÉMENT  D'UN  MÊME POINT

*SÉPARÉMENT D'UN MÊME  POINT

SCHÉMAS DEVELOPPÉS :

  1. Commande de plusieurs sonneries simultanément d'un mê point.
  1. de plusieurs sonneries séparément d'un même  point.

EXEMPLE :

Trois sonneries réparties dans l'atelier d'électricité sont commandées simultanément par l'intermédiaire d'un bouton poussoir situé à la porte d'entrée du   bureau. 

Atelier

Bureau

Schéma architectural

Schéma multifilaire

SONNERIE COMMANDÉE PAR RELAIS

 BUT DU MONTAGE :

Commander une ou plusieurs sonneries  simultanément par l'intermédiaire d'un   relais.

SCHÉMAS DEVELOPPÉS :

Branchement aux bornes de deux sources d'alimentation de nature différente.

Branchement d'une sonnerie dont le fonctionnement est rendu continu par relais.



Même Source d'alimentation pour le circuit de commande et le circuit de   puissance

Sonnerie commandée par relais   temporisé.

GACHE ÉLECTRIQUE

BUT DU MONTAGE :

 Commander à distance l’ouverture d’une porte : De l’extérieur d’un immeuble, demander par un appel sonore l’ouverture de la porte. La gâche est commandée à distance, de l’intérieur,  par le personnel de service.

SCHÉMAS DEVELOPPÉS :

EXEMPLE :

Entrée d’une clinique.

Schéma unifilaire

Ph N

Schéma multifilaire

TABLEAU ANNONCIATEUR A VOYANTS MÉCANIQUES

 BUT DU MONTAGE :

Commander de plusieurs endroits une signalisation sonore temporaire, et, sur un tableau, une signalisation visuelle mécanique indiquant l’origine de   l’appel.

  1. SCHÉMA DEVELOPPÉ :

 

EXEMPLE :

Branchement d’un tableau annonciateur à trois voyants dans un   hôtel. 

Schéma  architectural

Schéma multifilaire

TABLEAU ANNONCIATEUR A VOYANTS LUMINEUX

FONCTION A REMPLIR :

  • Appel.  Il doit provoquer :

a/ La signalisation lumineuse continue sur le tableau. b/ La signalisation acoustique  temporaire.

  • Extinction. La signalisation lumineuse doit être effacée après le service par le personnel qualifié.

SCHÉMA DEVELOPPÉ :

EXEMPLE :

NB : L’extinction doit se faire du lieu d’appel par l’introduction d’un  JACK

Branchement d’un tableau annonciateur à trois voyants lumineux dans un   hôtel.

CHAPITRE IV CONTACTEURS ELECTROMECANIQUES

CONTACTEURS AUXILIAIRES

Ces appareils ont un faible pouvoir de coupure occasionnel. Leurs contacts sont utilisés pour alimenter des circuits de commande du type résistant (cos f=1) et selfiques (bobines de contacteurs dont le cos f  est de l’ordre de 0,4).

Ces contacts peuvent couper des intensités maximales de 8 à 6A pour cos f =1 et de 5 à 3A pour cos f=0,4 suivant les tensio ns alternatives d’utilisation   (48-110-220-380V).

CONSTITUTION DU CONTACTEUR AUXILIAIRE :

Les fonctions de verrouillage et d’asservissement sont assurées par quatre contacts principaux montés sur l’une des trois  variantes.

4 contacts à fermeture (4F)   4 contacts (2F+2"O")

4 co,ntacts (3F+1"O")

ADJONCTIONS POSSIBLES :

 Quatre contacts auxiliaires au  maximum.

Ces contacts peuvent présenter certains variantes suivant les  constructeurs.

  • Contacts à fermeture « F » fonctionnant en même temps que les contacts   principaux.
  • Contacts à ouverture « O » fonctionnant avant les contacts principaux à fermeture pour assurer en toutes sécurité le  verrouillage.
  • Contacts à ouverture « O » fonctionnant après les contacts principaux à   fermeture.

 fonction  temporisation réglable.

Ce bloc se fixe sur le contacteur  auxiliaire.

Temporisation Travail (direct)         Temporisation Repos (inverse)

  1. fonction mémoire.

13

23

33

43

14

24

34

44


L’adjonction d’un bloc mémoire (B) permet de transformer le contacteur auxiliaire en contacteur auxiliaire à accrochage mécanique ce qui permet de garder les ordres reçus en cas de manque de courant. Une impulsion électrique sur la bobine A provoque sa fermeture et son blocage mécanique, une impulsion sur B commande l’ouverture de A. On peut ajouter sur B   deux contacts complémentaires.

 fonction bascule.

Un bloc bascule purement mécanique se fixe et s’accroche sur deux contacteurs auxiliaires montés cote à cote. L’action sur une vis permet d’obtenir deux possibilités de fonctionnement.

 Vis bloquée : fonction mémoire.

13

23

33

43

13

23

33

43

A

B

14

24

34

44

14

24

34

44

A2

A2

vis bloquée

Une impulsion sur la bobine du contacteur auxiliaire A provoque sa fermeture et son accrochage mécanique. Une impulsion sur la bobine du contacteur B   commande :

  • Le verrouillage du contacteur A qui s’ouvre  ;
  • La fermeture du contacteur B que pendant la durée d’impulsion sur sa   bobine.

C’est un système à mémoire effaçable dont le fonctionnement est analogue à celui du bloc mémoire précédent, avec l’avantage de disposer de quatre contacts   supplémentaires.

Vis débloquée (dévissée à fond) : fonction  bascule.

13

23

33

43

13

23

33

43

A

B

14

24

34

44

 

A2

14

24

34

44

 

A

Une impulsion sur la bobine du contacteur auxiliaire A   commande :

  • Le verrouillage du contacteur auxiliaire B qui s’ouvre  ;
  • La fermeture du contacteur auxiliaire A et son accrochage   mécanique.

Une impulsion sur la bobine du contacteur B commande l’opération    inverse.

COMMANDE DES CONTACTEURS ET DISCONTACTEURS

 COMMANDE EXTERIEURE D’UN SEUL ENDROIT :

PAR INTERRUPTEUR OU AUTOMATES 1.1.1.But du montage :

Commander électromécaniquement d’un seul endroit la fermeture et l’ouverture d’un contacteur ou d’un discontacteur.

Schéma de principe  :

 Circuit de puissance.

L’organe de coupure est constitué par un contact fixe et par un élément   mobile.

L’organe de protection est représenté par un relais thermique, son action mécanique transmise par la liaison provoque l’ouverture d’un contact. Ce contact normalement fermé peut-être à accrochage et se réarme  manuellement.

3

  4          3     

4

3

 

4

1

  2         1      

2

1

2

Circuit de commande.

 Il doit assurer : Par la fermeture ou l’ouverture de l’interrupteur qui constitue le poste de commande, la mise sous tension de la bobine, organe moteur, qui provoquera la fermeture ou l’ouverture du circuit  principal.

Le contact du relais de protection doit être inséré en série dans le   circuit.



1795