Le statut des modeles en economie comportementale


Télécharger Le statut des modeles en economie comportementale

★★★★★★★★★★5 étoiles sur 5 basé sur 1 votes.
Votez ce document:

Télécharger aussi :


Le statut des modeles en economie comportementale

 Théorie économique standard

– Tous les individus sont rationnels: Hypothèse de rationalité

– Tout individu a des préférences ordonnées et transitives et fait en permanence des arbitrages entre différents choix possibles pour maximiser sa satisfaction

–  choix de la meilleure action possible

– Si une erreur advient (comportement irrationnel), les forces du marché ramènent sur le chemin de la rationalité

 La rationalité apporte les fondements des théories économiques, de leurs prédictions et recommandations

Economie comportementale

 Irrationalité mais « irrationalité prévisible » (« predictably irrational », D. Ariely, 1998)

– Hypothèse de rationalité constamment violée dans les faits

– Comportements irrationnels non aléatoires mais systématiques: erreurs répétées

 Economie comportementale

– Développée pour répondre aux faiblesses de la théorie économique standard: prise en compte de l’irrationalité prévisible des individus

– Modifier et enrichir la théorie économique en introduisant des notions psychologiques (perception du risque, du temps, de l’information, confiance, préférences pour inégalité, réciprocité…)

 Conclusions théoriques et préconisations pratiques qui améliorent prédictions des comportements individuels et d’efficacité des politiques publiques

Economie comportementale

 Expérimentation

– Société complexe: forces multiples qui influencent simultanément les décisions

– Difficile d’isoler l’effet de chaque force sur les comportements

– Expérimentation permet d’isoler chaque force et d’étudier ses effets en détails

– Economie expérimentale: reconstitution d’une situation économique simplifiée dans un environnement contrôlé

– En laboratoire ou de terrain

Economie comportementale et comportements alimentaires

 Innovation dans secteur agro-alimentaire

– Pour qu’elle soir adoptée, il faut toucher le consommateur et observer un changement de ses préférences ou habitudes

– Modification des habitudes difficile

 Diffusion d’innovations difficile

 Difficultés accrues dans le secteur agro-alimentaire

– Perception des risques: « Si le téléphone portable était un sandwich alors il n’y aurait pas de marché du téléphone portable »

– Choix temporels (santé)

– Contexte de consommation spécifique: information incomplète et diffuse

 Une compréhension précise des comportements des consommateurs est nécessaire pour bien appréhender l’impact d’une innovation (changement de stratégie produit ou nouvelle réglementation)

 Travaux encore rares pour décisions relatives à l’alimentation

PRISE EN COMPTE DU RISQUE

Prise en compte du risque dans la théorie économique

 La fonction d’utilité

– Elle associe à chaque panier de consommation x un nombre u(x) = utilité rapportée au consommateur par le panier de consommation x

– Elle classe les paniers de biens en fonction des préférences du consommateur

 Théorie de l’espérance d’utilité

– Proposée par Bernouilli (1798); réinterprétée par von Neumann et Morgenstern (1944)

– Basée sur valeur monétaire espérée, mais fonction d’utilité utilisée pour montrer l’utilité marginale décroissante

– La valeur monétaire espérée est la somme des probabilités multipliées par le revenu

– Théorie de l’utilité espérée (Von Neumann et Morgenstern)

– Utilité du revenu monétaire plutôt que le revenu monétaire lui-même

Théorie de l’espérance d’utilité

 Refléter préférences vis-à-vis du risque des consommateurs

 Loterie: 50%

 0€; 50%

 10000€

– Gain moyen de la loterie: 5000€

– Individus neutres au risque indifférents entre recevoir 5000€ et participer à cette loterie

– Individus averses au risque préfèrent recevoir 5000€

 Fonction d’utilité concave

 Jouer à la loterie leur rapporte 50

 Recevoir 5000€ leur rapporte 70>50

Fonction d’utilité

Irrationalité

 Comportements des consommateurs vis-à-vis du risque pas toujours conformes à théorie de l’espérance d’utilité

 Expérience 1 : Paradoxe d’Allais (1953)

 Choix 1:

– Loterie A: 100%  2400€

– Loterie B: 33%  2500€; 66%  2400€; 1%  0€

 Choix 2:

– Loterie C: 34%  2400€; 66%  0€

– Loterie D: 33%  2500€; 67%  0€

 Choix incohérent car C et D équivalents à A et B auxquelles on a éliminé

66% de chances de recevoir 2400€

 Discontinuité dans aversion au risque: surestimation des résultats certains

AB (82%)

DC

(83%)

Irrationalité

 Expérience 2 : Paradoxe d’Allais (1953)

 Choix 1:

– Loterie A: 100%  3000€

– Loterie B: 80%  4000€

 Choix 2:

– Loterie C: 25%  3000€

– Loterie D: 20%  4000€

 Choix incohérents car C et D équivalents à A et B multipliées par 0.25

 Déformation des probabilités: surpondération des faibles probabilités

AB (80%)

DC (65%)

Irrationalité

 Expérience 3: Kahneman et Tversky (1979)

 Choix 1:

– Loterie A: 100%  3000€

– Loterie B: 80%  4000€; 20%  0€

 Choix 2:

– Loterie C: 100%  - 3000€

– Loterie D: 80%  - 4000€; 20%  0€

 Choix incohérents car choix 1 montre aversion au risque et choix 2 montre goût pour le risque

 Valorisation asymétrique des gains et pertes: réponse aux pertes plus extrême que réponse aux gains

AB (80%)

DC (92%)

« Prospect Theory » (Kahneman et Tversky, 1979)

 Théorie

– Fonction de déformation des probabilités:

(p)



– Fonction valeur: v(x)

 Déformation des probabilités

– Surpondération des faibles probabilités

– Explique résultats dans expériences 1 et 2

 « Prospect Theory » (Kahneman et Tversky, 1979)

 Fonction valeur

– Réponse aux pertes plus extrême que réponse aux gains

– Forme en S de la fonction valeur donne aversion au risque pour gains et goût pour le risque pour pertes

– Explique résultats dans expérience 3

Comportements alimentaires

 Discontinuité dans aversion au risque/Déformation des probabilités

– Préférence des consommateurs pour situations sans risque

 Consommateurs adhèrent facilement aux petites innovations (recette, emballage) qui ne sont pas risquées

 Consommateurs plus méfiants vis-à-vis des innovations majeures (OGM) car beaucoup plus risqué et risques associés difficilement quantifiables

 Entreprises: affichage de refus des OGM très rapide pour ne pas générer actions de rejet plutôt que par crainte de porter atteinte à santé des consommateurs

 Valorisation asymétrique des gains et pertes

– Recherche du gain maximal ou du gain certain dans domaine des gains et de la probabilité la plus faible de perdre dans domaine des pertes

 Si innovation avec risque de déclencher une maladie chronique, consommateurs minimisent probabilité de contracter cette maladie

 Entreprises: innovations sans le faire savoir pour éviter risque de rejet (radiations ionisantes qui ont amélioré sécurité des aliments mais consommateurs craignent de récupérer de la radioactivité)

PRISE EN COMPTE DU TEMPS

Prise en compte du temps dans la théorie économique

 Théorie

– Fonction d’utilité: u(x)

– Facteur d’escompte:

≤1)

– Prise en compte de l’impatience/préférence pour le présent des individus

– Individus préfèrent récompenses immédiates et retarder les coûts

Irrationalité

 Comportements des consommateurs vis-à-vis du temps pas toujours conformes à théorie économique standard

 Expérience 1: Ariely et Wertenbroch (2002)

 Dans un cours sur 12 semaines: 3 rapports à rendre

– Choisissez la date limite de rendu pour chaque rapport (pénalité si retard et aucun avantage si avance)

 Je rendrai le 1er rapport la semaine ______________

 Je rendrai le 2nd rapport la semaine ______________

 Je rendrai le 3ème rapport la semaine ______________

– Si rationnel: dernière semaine du semestre pour les 3 rapports

– Si irrationnels et conscients de cette irrationalité: utilisation des dates limites travailler régulièrement et plus tôt sur les rapports

 Etudiants sujets à procrastination et conscients de ce biais comportemental

Pré-engagement

Irrationalité

 Incohérence temporelle

– Préférences pour choix futurs dynamiquement incohérentes car modification des préférences quand la date approche

 Préférence pour une gratification présente, défaillance de contrôle de soi

 Problème de procrastination

 On promet de faire un régime mais on regarde la carte des desserts

 On promet de contrôler notre cholestérol mais on reporte notre rendez-vous

 On prend un abonnement sportif mais on ne va pas à la salle de sport

 Solution: pré-engagement

 Procrastination coûteuse pour les individus?

 Pré-engagement volontaire vs Engagement imposé?

Irrationalité

 Expérience 2: Ariely et Wertenbroch (2002)

 Dans un cours sur 12 semaines: 3 rapports à rendre

– Classe 1: Choisissez la date limite de rendu pour chaque rapport

– Classe 2: Pas de date limite de rendu des rapports

– Classe 3: Dates limites imposée pour chaque rapport à 4, 8 et 12 semaines

 Procrastination coûteuse

 Opportunité de pré-engagement améliore comportements et résultats

 Limiter liberté est la meilleure façon de limiter procrastination

 « Time-inconsistent preferences model »

(O’Donogue et Rabin, 1999)

 Incohérence temporelle

– Activité coûteuse à court terme mais bénéfique à long terme

– Forte impatience des individus

– Défaillance du contrôle de soi

– Evaluation différente des choix possibles en fonction de date de prise de décision

– Date

 avant date t

=1 si les individus ne sont pas soumis à la procrastination (ou pas conscients de ce biais comportemental)

– Plus d’importance donnée à une période quand l’individu se trouve effectivement à cette période plutôt que lorsqu’il se trouve à n’importe quelle période antérieure

Comportements alimentaires

 Incohérence temporelle

– Forte impatience des individus, défaillance du contrôle de soi, mauvaise perception des conséquences à long terme (myopie)

– Consommateurs sujets à procrastination et addiction

 Consommateurs pas prêts à modifier leurs habitudes quand innovations trop importantes générant coûts immédiats trop forts (ou perçus comme tels)

 Refus de réduction forte de consommation de sucre, sel, graisse: « demain je commence mon régime »

 Rejet d’un produit innovant car trop coûteux aujourd’hui

 Entreprises: incitées à privilégier les innovations incrémentales dans le goût des aliments

 Coca-Cola: réduction progressive du sucre sur sa marque FANTA

 Mc Donald: programme de réduction des acides gras dans les huiles de friture

 Unilever: révision complète des recettes de ses produits afin d’améliorer le bilan nutritionnel

 Politiques publiques: Campagnes d’éducation (messages du PNNS « Pour votre santé, mangez 5 fruits et légumes par jour », « Mangez, bougez »)

PRISE EN COMPTE DE L’INFORMATION

Prise en compte de l’information dans la théorie économique

 Théorie

– Asymétries d’information

– Problèmes de recherche d’information: information non disponible ou recherche trop coûteuse

– Akerlof (1970); Rothschild et Stiglitz (1976); Spence (1973)

Irrationalité

 Perception de l’information peut être biaisée, notamment à cause de l’existence d’attributs multifactoriels

 Ancrage: mémoire des prix, des goûts, des décisions passées

 Agrégation de l’information

– Effet de statu quo

– Cascades informationnelles



 Etiquetage et effet de halo

Ancrage

 Expérience 1: Ariely, Loewenstein et Prelec (2003)

– Ecrire 2 derniers chiffres de numéro de sécurité sociale

– Dire si prêt ou non à payer ce prix pour une série de produits

– Faire offre pour une enchère pour ces produits: celui avec l’offre la plus élevée achète le produit au prix de son offre

 Prix initiaux établis  influence sur prix présents et futurs

 Prix des autres produits dans la même catégorie établis relativement à l’ancrage

N° SS 80-100  56$ en moyenne

N° SS 1-20  16$ en moyenne

 Prix de 216% à 346% plus élevés

Ancrage

 Sur un marché, la relation offre/demande est fonction des préférences, mais aussi de la mémoire des consommateurs

 Processus transformant notre première décision en habitudes de longterme

 Choix dépendent de décisions arbitraires à un moment donné

 Reconsidération des choix antérieurs pour être ouvert à de nouvelles décisions/ opportunités, comme innovations

 Ancrages viennent de suggestions de la part des producteurs: prix, promotions, introduction des produits

 Mise en place de taxe sur un produit et subvention sur autre

– Taxe/subvention modifie décisions si mémoire des prix

– Effet de court terme plus fort qu’effet de long terme car nouvel ancrage formé à long terme

Agrégation de l’information – Effet de statu quo

 Expérience 2: Madrian et Shea (2001)

– Expérience naturelle sur participation à un plan de retraire

– Avant 01.04.98, option par défaut: non-participation au plan de retraite

– Après 01.04.98, option par défaut: participation à hauteur de 3% du salaire au plan de retraire

 Individus préfèrent éviter de faire un choix et choisir l’option désignée par défaut

Avant

Non-participation 63%

Participation 1-2% 3%

Participation 3% 4%

Participation

≥ 4% 40%

Après

14%

1%

65%

20%

Agrégation de l’information – Effet de statu quo

 Préférence pour le statu quo

– Consommateurs soumis à trop d’information ou trop d’alternatives préfèrent la décision désignée par défaut

 Limiter coûts psychologiques liés à prise de décision

 Nombre d’individus choisissant option par défaut augmente avec nombre d’alternatives

 Consommateurs suivent leurs habitudes si innovation signalée et complexe

 Entreprises/politiques publiques: pour innovation plus facilement acceptée, information devrait porter sur l’absence d’innovation

 Eco-label: effet plus fort de label négatif que positif (Grankvist et al., 2004)

 Label OGM: si nombre de consommateurs contre OGMs faible, label « ne contient pas » plutôt que « contient » (Crespi et Marette, 2003)

Agrégation de l’information – Cascades informationnelles

 Expérience 3: Anderson et Holt (1997)

– Deux urnes: Urne A: a, a, b et Urne B: a, b, b

– Une urne choisie par l’expérimentateur

– 6 individus doivent trouver quelle urne a été choisie

– Individus jouent séquentiellement

– Chaque individu tire une boule dans l’urne choisie et observe choix de l’individu précédent puis émet son pronostic

 Individus considèrent l’information reçue par l’observation des décisions des autres plus importante que leur information privée

Dans 70% des cas: Individus préfèrent suivre le comportement des autres plutôt que se fier à leur information privée

Agrégation de l’information – Cascades informationnelles

 Cascades informationnelles

– Individus préfèrent suivre le comportement des autres plutôt que suivre leur information privée

– Coûteux de traiter toute l’information disponible (Bikhchandani, et al., 1992)

– Application à de nombreux domaines (vote, marché financier…), surtout quand décisions sont binaires: choisir ou non d’acheter un produit innovant

 Innovations soumises aux cascades informationnelles: positives ou négatives

 Leaders d’opinion peuvent engager mouvement de foule

 Entreprises: hypersensibilité face aux rumeur qui instaure instabilité des marchés

 Politiques publiques: révélation d’information pour casser une cascade informationnelle et éventuellement provoquer la prise de décision « optimale »

Etiquetage et effet de halo

 Nombreuses expériences sur étiquetage: Chandon et Wansink (2012)

– Actions de signal de la part des entreprises (nom de marque, logo, information sur ingrédients, composition en nutriments…) modifient perceptions gustatives des consommateurs et niveau d’appréciation du produit

– Individus plus attentifs à indications simples et sur devant du paquet

– Mais effet d’informations nutritionnelles sur alimentation pas clair

 Mise en place d’indicateurs de calories à Starbucks: baisse des calories moyennes par transaction de 6% et effet persistant dans le temps

 USA: pays avec le plus d’allégations sur nourriture avec peu de calories mais où les individus consomment le plus de calories

– Allégations nutritionnelles (« faible teneur en graisses », « riche en Omega 3 »), de santé (« favorise l’immunité »), vague (« meilleur pour vous »)

 Allégation spécifique sur la santé généralement suffisant pour que le produit soit rangé dans catégorie « bon » ou « sain »: généralisations erronées (Andrews et al., 1998)

 Sandwichs chez Subway (fast-food avec allégation « sain ») perçu comme contenant 21.3% de calories en moins que sandwichs avec le même niveau de calories chez McDonald’s (fast-food sans allégation « sain »)

Etiquetage et effet de halo

 Effet de halo

– Consommateurs sensibles à information saillante

– Consommateurs se concentrent sur cette information et attribuent une qualité globale au produit en oubliant d’autres attributs (Thorndike, 1920)

 Pour une meilleure acceptabilité de l’innovation, elle ne doit pas être saillante mais associée à autres attributs positifs

 Entreprises: mauvais attributs jamais mis en évidence



290