Cours comptabilité générale

Guide de formation complet pour tout savoir sur le système comptable OHADA (SYSCOHADA) de A a Z


Télécharger Guide de formation complet pour tout savoir sur le système comptable OHADA (SYSCOHADA) de A a Z

★★★★★★★★★★3.5 étoiles sur 5 basé sur 1 votes.
Votez ce document:

Télécharger aussi :



 
A
D
A
 
O
C
S
SY

1

TABLE DES MATIERES 
 
PREMIERE PARTIE :   OPERATIONS COURANTES 
CHAPITRE 1 : Plan de comptes - subdivisions .11 
Section 1 : Plan de comptes ..12 
Section 2 : Subdivision en sous-comptes 16 
 
CHAPITRE 2 : Achats et ventes de biens et de services ..18 
Section 1 : Opérations brutes 18 
Application 1 : Acquisition de matériels et de fournitures de bureau .19 
Application 2 : Ventes de marchandises et de produits finis 22 
 
Section 2 : Stocks ..22 
 
Application 3 : Inventaire intermittent - régularisation de stock de marchandises ..23 
Application 4 : Inventaire intermittent - régularisation de stock de produits finis 23 
Application 5 : Achat de fournitures de bureau – régularisation en fin d’exercice ..25 
 
Section 3 : Eléments soustractifs de la facture .26 
Application 6 : Remise et retour de marchandises 28 
 
Section 4 : Eléments additifs de la facture .29 
 
CHAPITRE 3 : Autres opérations d’exploitation .33 
Section 1 : Conception et terminologie 33 
Section 2 : Impôts et taxes .35 
Application 7 : Centralisation de la T.V.A 36 
Application 8 : Impôt sur le bénéfice ..37 
 
Section 3 : Subventions d’exploitation et subventions d’équilibre 38 
Application 9 : Produits liés aux subventions d’exploitation et d’équilibre .39 
 
Section 4 : Charges de personnel 40  
Application 10 : Charges de personnel 42 
 
Section 5 : Frais financiers et charges assimilées ..43  
Section 6 : Revenus financiers et produits assimilés 44 
 
CHAPITRE 4 : Opérations de trésorerie ..45 
Section 1 : Conception et terminologie 45 
Section 2 : Modes de règlement autres que par effets .46 
Section 3 : Règlement par effets de commerce 48 
2

Section 4 : Instruments de monnaie  électronique .52 
 
Section 5 : Délais de règlement ..53 
Application 11 : Chèques impayés 55 
Section 6 : Exemple de synthèse .57 
Application 12 : Synthèse sur les instruments de règlement 57 
 
CHAPITRE 5 : Opérations d’investissement et de désinvestissement .59  
Section 1 : Conception et terminologie ..59 
Section 2 : Entrée de l’immobilisation 60 
Section 3 : Immobilisation en service .64 
Application 13 : Amortissement dégressif à taux décroissant 66 
Application 14 : Amortissement par unités d’œuvre ..67 
Section 4 : Décomptabilisation de l’immobilisation 69  
Application 15 : Décomptabilisation d’un matériel informatique 73 
Application 16 : Plus-value à réinvestir .73 
 
CHAPITRE 6 : Régularisations périodiques 75 
Section 1 : Régularisation des stocks 75 
Section 2 : Amortissements ..77 
Application 17 : Dotations aux amortissements .78 
Application 18 : Amortissements dérogatoires ..79 
 
Section 3 : Dépréciations 80 
Application 19 : Dépréciations 83 
 
Section 4 : Provisions pour risques et charges .84 
Application 20 : Provisions ..86 
 
Section 5 : Autres régularisations de charges ..87 
Application 21 : Charges constatées d’avance 88 
Application 22 : Charges à payer ..90 
 
Section 6 : Autres régularisations de produits .92 
Application 23 : Produits constatés d’avance ..93 
Application 24 : Produits à recevoir .94 
 
 
 
 

3

DEUXIEME PARTIE : OPERATIONS ET PROBLEMES  
SPECIFIQUES .97 
CHAPITRE 1 : Frais de recherche et de développement .98 
Application 25 : Frais de recherche et de développement .98 
 
CHAPITRE 2 : Brevets, marques, logiciels, sites internet, coût d’obtention du               
contrat, fonds commercial 100 
Application 26 : Brevets acquis réglés au moyen de redevances périodiques .100 
Application 27 : Marques 103 
Application 28 : Logiciels ..105 
Application 29 : Sites internet ..107 
Application 30 : Coût d’obtention du contrat 108 
Application 31 : Fonds commercial ..110 
 
CHAPITRE 3 : Frais de prospection et d’exploitation des ressources                                
minérales .111 
Application 32 :   Frais de prospection et d’exploitation des ressources minérales .111 
 
CHAPITRE 4 : Approche par composants 113 
Application 33 : Approche par composants .113 
 
CHAPITRE 5 : Frais d’inspections ou de révisions majeures, dépenses de sécurité             
et de mise en conformité ..115 
Application 34 : Frais d’inspections ou de révisions majeures, dépenses de sécurité                
et de mise en conformité 115 
 
CHAPITRE 6 : Coût de démantèlement, d’enlèvement et de remise en état                    

du site ..116 
        Application 35 : Coût de démantèlement, d’enlèvement et de remise en état du site 116 
CHAPITRE 7 : Coût d'emprunts .120 
Application 36 : Coût d’emprunts .120 
 
CHAPITRE 8 : Contrat de location 121 
Application 37 : Contrat de location (location acquisition) ..121 
Application 38 : Contrat de location chez le bailleur (location financement) .126 
 
CHAPITRE 9 : Réserve de propriété .128 
Application 39 : Réserve de propriété - acheteur 128 
Application 40 : Réserve de propriété - vendeur .129 
4

CHAPITRE 10 : Immeubles de placement .133 
Application 41 : Immeubles de placement .133 
 
CHAPITRE 11 : Constructions sur sol d’autrui et contrat de rentes viagères 134 
Application 42 : Construction sur sol d’autrui .134 
Application 43 : Rentes viagères .136 
 
CHAPITRE 12 : Dépréciation des immobilisations ..138 
Application 44 : Dépréciation des immobilisations – évaluation ultérieure .138 
Application 45 : Dépréciation d’un groupe d’actifs immobilisés ..140 
Application 46 : Pertes de valeur suite à une réévaluation .141 
Application 47 : Dépréciations d’immobilisations subventionnées ..141 
 
CHAPITRE 13 : Portefeuille titres ..143 
Application 48 : Acquisition de titres 143 
Application 49 : Versement restant à effectuer sur titres non libérés 144 
Application 50 : Cession de titres de participation .145 
Application 51 : Cession de titres de placement .146 
 
CHAPITRE 14 : Stocks et en-cours de production ..149 
Application 52 : Valorisation de stocks ..150 
Application 53 : Stocks de marchandises 149 
Application 54 : Stocks de matières premières 151 
 
CHAPITRE 15 : Abandons de créances, opérations d’affacturage et de                           
titrisation .153 
Application 55 : Abandons de créances ..153 
Application 56 : Opérations d’affacturage .155 
Application 57 : Opérations de titrisation ..156 
 
CHAPITRE 16 : Capitaux propres et autres fonds propres 158 
Application 58 : Libération intégrale des apports ..158 
Application 59 : Libération fractionnée du capital .160 
Application 60 : Augmentation de capital en numéraire .163 
Application 61 : Augmentation par incorporation de réserves .164 
Application 62 : Réduction de capital par imputation des pertes 164 
Application 63: Réduction de capital par remboursement .164 
Application 64 : Amortissement de capital 164 
Application 65 : Affectation du résultat ..166 
5

CHAPITRE 17 : Subventions et aides publiques 167 
Application 66 : Subventions d’investissement ..167 
Application 67 : Subventions d’exploitation 171 
Application 68 : Subvention d’équilibre .171 
Application 69 : Avances 172 
Application 70 : Dépréciations d’immobilisations subventionnées ..174 
 
 
CHAPITRE 18 : Provisions, passifs éventuels et actifs éventuels 176 
Application 71 : Constitution d’une provision .176 
Application 72 : Estimation d’une provision .177 
Application 73 : Provision pour restructuration ..177 
Application 74 : Provision pour garanties données aux clients 178 
Application 75 : Provision pour litiges .179 
 
CHAPITRE 19 : Attribution gratuite d’actions au personnel salarié et aux  
                             dirigeants de la société ..181
 
Application 76 : Attribution d’actions gratuites par rachat de ses propres actions 181 
Application 77 : Attribution gratuite d’actions par prélèvement sur le résultat ..181 
 
CHAPITRE 20 : Emprunt obligataire ..183 
Application 78 : Emprunt obligataire avec prime de remboursement                    
(remboursement par amortissement constant) ..183 
Application 79 : Emprunt obligataire avec prime de remboursement               
(remboursement in fine) ..186 
Application 80 : Emprunt obligataire convertible en actions 188 
 
CHAPITRE 21 : Engagements de retraite et autres avantages assimilés 191 
Application 81 : Engagements de retraite et autres avantages assimilés .191 
Application 82 : Ecart actuariel 193 
Application 83 : Régimes couverts par des actifs.. 194 
 
CHAPITRE 22 : Opérations en devises et contrats de couverture sur  
                    marchés financiers ..199 
Application 84 : Créances commerciales en devises .199 
Application 85 : Avances et acomptes versés sur commande d’immobilisation,                           
libellés en devise ..201 
Application 86 : Disponibilités en devises .203 
Application 87 : Emprunts affectant plusieurs exercices 203 
6

Application 88 : Position globale de change .207 
Application 89 : Couverture de change fixant définitivement le cours à l’échéance 208 
Application 90 : Couverture de change-opération symétrique .209 
Application 91 : Couverture de change-couverture de transactions futures .211 
 
CHAPITRE 23 : Contrats pluri-exercices ..217 
Application 92 : Contrat bénéficiaire 217 
Application 93 : Contrat déficitaire ..221 
 
CHAPITRE 24 : Abonnement des charges et produits ..224 
Application 94 : Abonnement des charges et produits .224 
 
CHAPITRE 25 : Contrat de concessions de service public ..226 
Application 95 : Contrat de concession de service public .226 
 
CHAPITRE 26 : Groupement d'intérêt économique ..231 
Application 96 : Comptabilisation de la participation aux résultats de GIE 231 
Application 97 : Participation financière au GIE 232 
 
CHAPITRE 27 : Personnel intérimaire 234 
Application 98 : Personnel intérimaire 234 
 
CHAPITRE 28 : Réévaluation des bilans 236 
Application 99 : Réévaluation légale 236 
Application 100 : Réévaluation libre 238 
 
CHAPITRE 29 : Inventaire permanent en comptabilité financière ..241 
Application 101 : Inventaire permanent en comptabilité financière 241 
 
CHAPITRE 30 : Engagements financiers et passifs éventuels ..246 
Application 102 : Engagements financiers et passifs éventuels ..246 
 
CHAPITRE 31 : Evènements postérieurs à la clôture de  l'exercice .248 
Application 103 : Evènements postérieurs à la clôture de l’exercice ..248 
 
CHAPITRE 32 : Opérations faites pour le compte de tiers .250 
Application 104 : Opération en qualité de commissionnaire 250 
Application 105 : Opération en qualité de mandataire .251 
 
CHAPITRE 33 : Opérations faites en commun ..254 
7

Application 106 : Tenue d’une comptabilité autonome de la participation ..254 
Application 107 : Tenue d’une comptabilité de la participation intégrée à la                         
comptabilité du gérant 259 
 
CHAPITRE 34 : Comptabilité autonome par établissement ..262 
Application 108 : Fonctionnement du compte 185 262 
Application 109 : Fonctionnement du compte 184 263 
Application 110 : Opérations de cessions ..264 
Application 111 : Intégration des comptes des établissements dans la                                     
comptabilité de l’entité ..268 
 
CHAPITRE 35 : Contrat de franchise ..270 
Application 112 : Contrat de franchise .270 
 
CHAPITRE 36 : Comptabilité pluri monétaire ..274 
Application 113 Méthode de l’intégration directe et méthode de                                  
l’intégration différée 274 
Application 114 : Méthode de l’intégration mixte .280 
 
CHAPITRE 37 : Opérations spécifiques des entités agricoles 283 
Application 115 : Opérations spécifiques des entités agricoles ..283 
 
CHAPITRE 38 : Fusions et opérations assimilées .285 
Application 116 : Fusion simple .285 
Application 117 : Participation de l’absorbante dans l’absorbée 291 
Application 118 : Participation de l’absorbée dans l’absorbante 295 
Application 119 : Participations réciproques 298 
Application 120 : Apport partiel d’actif ..303 
 
CHAPITRE 39 : Comptes intermédiaires ..305 
Application 121 : Période comparative ..305 
 
CHAPITRE 40 : Liquidation ..307 
Application 122 : Liquidation .307 
 
CHAPITRE 41 : Première application du SYSCOHADA révisé .314 
Application 123 : Frais d’établissement et primes de remboursement 314 
Application 124 : Approche par composants 319 
Application 125 : Engagement de retraite ..321 
Application 126 : Changement de méthode comptable et contrat à long terme ..323 
8

TROISIEME PARTIE : PRESENTATION DES ETATS  
FINANCIERS ANNUELS 327 
CHAPITRE  1 : Préparation des états financiers ..328 
  Section 1 : Principe ..328 
  Section 2 : Bilan 330 
  Section 3 : Compte de résultat 332 
  Section 4 : Tableau des flux de trésorerie .334 
  Section 5 : Notes annexes .341 
 
CHAPITRE 2 : Modèle type d’un jeu complet d’états financiers 343 
  Application 127 : Modèle type d’un jeu complet d’états financiers ..343 
   
QUATRIEME PARTIE : COMPTES CONSOLIDES ET COMBINES ..397 
 
 
CHAPITRE 1 : Périmètre et méthodes de consolidation ..398 
Application 128 : Organigramme du groupe, pourcentages de contrôle,                   
pourcentages d’intérêts et méthodes de .398 
 
Application 129 : Périmètre de consolidation et méthodes de consolidation ..401 
Application 130 : Participations circulaires ..403 
Application 131 : Appréciation du contrôle d’une entité ad hoc 405 
 
  
CHAPITRE 2 : Mise en œuvre des méthodes de consolidation .406 
Application 132 : Consolidation par intégration globale 406 
Application 133 : Consolidation par intégration proportionnelle ..409 
Application 134 : Mise en équivalence 412 
 
 
 
CHAPITRE 3 : Ecart de consolidation .415 
Application 135 : Ecart d’évaluation et d’acquisition positif (intégration globale) ..415 
Application 136 : Ecart d’acquisition positif (entité mise en équivalence) 420 
Application 137 : Ecart d’acquisition négatif (badwill) ..422 
 
 
CHAPITRE 4 : Conversion en unités monétaires locales des états financiers  
établis en devises étrangères ..424 
Application 138 : Conversion en unités monétaires locales des états financiers                
établis en devises étrangères ..424 
 
CHAPITRE 5 : Retraitement et élimination des opérations intergroupes .428 
Application 139 : Opérations de retraitements .428 
Application 140 : Elimination des comptes réciproques et des résultats                                     
intra-groupe .431 
 
9

CHAPITRE 6 : Variations du périmètre de consolidation ..433 
Application 141 : Variation du pourcentage d'intérêt et de contrôle 433 
 
 
CHAPITRE 7 : Comptes combinés .437 
Application 142 : Comptes combinés ..437 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
10

SY
S
C
O

 
GUIDE 
H
A

 
D’APPLICATION 
D
 
A
 

 
 
 
 
PREMIERE PARTIE : 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
11

 
Chapitre 1 
Plan de comptes - subdivisions 
 
 
SECTION 1 : Plan de comptes 
Le  « plan  des  comptes  »  n’est  pas  synonyme  de  «  liste  des  comptes  ».  Le  Plan  comprend, 
outre la liste détaillée des comptes à 2, 3 et 4 chiffres : 
-  la  justification  des  critères  retenus  dans  l’arborescence  des  classes,  des  comptes 
principaux et divisionnaires, 
-  des  indications  sur  la  codification  décimale,  les  constantes  et  les  parallélismes 
retenus. 
1.1. Les Classes 
•  L’Acte uniforme relatif au droit comptable et à l’information financière dispose, en 
son article 18, la distinction, dans la Comptabilité financière, entre les comptes de « 
situation » et les comptes de « gestion » : 
o  les comptes de situation (ou de patrimoine ou de bilan) sont recensés en classes 
1 à 5, 
o  les comptes de gestion (ou de résultat) sont recensés dans les classes 6, 7 et 8. 
•  Dans  les  comptes  de  situation,  les  classes  sont  définies  en  fonction  d’une  lecture 
verticale puis horizontale du bilan : 
o  en lecture « verticale », le « haut » du bilan comprend en principe les postes 
provenant des classes 1 et 2, le « bas » ceux des classes 3, 4 et 5, 
o  en lecture « horizontale », de droite à gauche, le passif synthétise la classe 1 
et  partiellement  les  classes  «  mixtes  »  4  et  5,  l’actif  synthétise  la  classe  2  et 
partiellement les classes 4 et 5. 
BILAN 
                 ACT  IF                                    
                                    PASSIF 
 
 
2- Actif immobilisé 
1-Ressources stables
 
 
3- Stocks 
 
 
  4- Tiers (débiteurs) 
4- Tiers (créditeurs) 
  5- Trésorerie (positive)
5- Trésorerie (négative)
 
12

•  Dans les comptes de gestion, les classes sont définies : 
o  par rapport à la fréquence de l’activité 
§  activité « ordinaire » : 6 et 7 
§  « hors activité ordinaire » : 8 
o  puis,  par  rapport  à  la  place  de  l’opération  dans  le  circuit  économique  de 
l’entité, 
§  en  amont  de  l’entité  :  «  entrant  »  ou  charge  :  classe  6  et  comptes 
impairs de la classe 8 (81, 83, 85, 87, 89), 
§  en aval de l’entité : « sortant » ou produit : classe 7 et comptes pairs de 
la classe 8 (82, 84, 86, 88). 
 
1.2. Les Comptes principaux et divisionnaires 
•  L’article  18  de  l’Acte  uniforme  relatif  au  droit  comptable  et  à  l’information 
financière  dispose :  «  chaque  classe  est  subdivisée  en  comptes  identifiés  par  des 
numéros à deux chiffres ou plus [ ] dans le cadre d’une codification décimale ». 
Chaque  classe  comprend  donc  en  règle  générale  10  comptes  à  deux  chiffres,  que 
nous  appellerons  «  comptes  principaux  »,  dont  le  premier  se  termine  par  0  et  le 
dernier par 9. 
EXEMPLE : 
La classe 5 - Trésorerie, est détaillée en : 
50  -  Titres  de  placement,  51  -  Valeurs  à  encaisser ,  58  -  Régie  d'avances, 
accréditifs  et  virements  internes,  59  -  Dépréciations  et  provisions  pour  risque  à 
court terme
•  Au-delà de deux chiffres, les subdivisions se limitent à 9 positions. 
Chaque compte principal peut être subdivisé en 9 comptes à 3 chiffres, et chacun de 
ses  derniers  en  9  comptes  à  4  chiffres,  tous  appelés  «  comptes  »  (sans  autre 
qualificatif). Le premier numéro se termine alors par 1 et le dernier par 9, le 0 gardant 
son caractère générique sauf 490 et 590. 
13

EXEMPLE : 
Le  compte  24  -  Matériel  est  subdivisé  en  241  -  Matériel  et  outillage  industriel  et 
commercial  245 - Matériel de transport  249 - Matériels et actifs biologiques en 
cours
Le  compte  245  -  Matériel  de  transport  est  subdivisé  à  son  tour  en  2451  -  Matériel 
automobile 2458 - Autres (vélo, mobylette, moto). 
•  Au-delà  de  quatre  chiffres,  la  subdivision  en  sous  comptes  est  laissée  au  choix  de 
l’entité,  dans  le  respect  des  nomenclatures  nationales  ou  régionales  ci-dessous 
exposées. 
1.3. Les Constantes 
Pour  des  raisons  logiques  et  pédagogiques,  des  «  constantes  »  sont  retenues  dans  la 
numérotation des comptes. Ainsi : 
•  le chiffre 8 en troisième ou quatrième position appelle souvent un compte résiduel ou 
«  divers  »,  destiné  aux  opérations  qui  n’ont  pas  trouvé  leur  place  dans  les  sept 
catégories précédentes. 
EXEMPLES : 
168  -  Autres  emprunts  et  dettes,  dans  la  subdivision  de  16  -  Emprunts  et  dettes 
assimilées
2458  –  Autres  matériels  de  transport,  dans  la  subdivision  de  245  -  Matériel  de 
transport
•  Le chiffre 9 en deuxième position appelle un compte de provision, soit : 
o  en gestion, une dotation (69) ou une reprise (79), 
o  en situation (19, 29, 39, 49, 59), une provision ou une dépréciation existante. 
Les comptes 29, 39, 49 et 59 présentent un solde opposé à celui des principaux autres 
comptes de leur classe. 
14

•  Ce caractère « d’opposant » au sens du solde des autres comptes de la même famille 
est également attribué au chiffre 9 figurant en troisième ou quatrième position : 
EXEMPLE : 
- 109 - Apporteurs, capital souscrit, non appelé et 139 - Résultat net : perte présentent 
un solde débiteur, à l'encontre des autres comptes 10 et 13, 
- 409 réunit les fournisseurs débiteurs, à l'opposé des autres comptes 40, 
- 419 réunit les clients créditeurs, à l'opposé des autres comptes 41, 
- 60 x 9 réunit les réductions obtenues non ventilables, à l'opposé des autres comptes 
60 x. 
1.4. Les parallélismes 
Pour les mêmes raisons, une numérotation décimale parallèle est retenue pour des opérations 
de sens contraire, mais de même nature. Ainsi : 
•  en 28 – Amortissements, la numérotation des comptes est parallèle à celle des comptes 
21 à 25
•  en  77  -  Revenus  financiers  et  produits  assimilés,  la  numérotation  est  sensiblement 
parallèle à celle du compte 67 - Frais financiers et charges assimilées
•  en  79  -  Reprises  de  provisions,  la  numérotation  s’inspire  fortement  de  celle  du           
compte 69
 
 
 
 
 
15

SECTION 2 : Subdivision en sous-comptes 
2.1. Du SYSCOHADA au plan comptable d’entité 
•  Comme le SYSCOHADA fournit, en règle générale, des comptes à quatre chiffres, il 
appartient à l’entité de construire son propre « plan comptable d’entité » (P.C.E.), 
o  en retenant les comptes du SYSCOHADA nécessaires à son activité, 
o  et en les subdivisant selon ses besoins. 
•  Cette subdivision obéit à deux impératifs : 
o  une analyse plus fine de la nature de l’opération, sur la base d’au moins deux 
positions  :  le  numéro  de  compte  comportera  alors  six  chiffres,  comme  le 
prévoient de nombreux logiciels. 
 
   
 
 
 
 
UUUU. UU 
 
   
 
 
           SYSCOHADA. nature 
 
 
 
   
La subdivision par nature s’effectue en fonction des nomenclatures. 
EXEMPLE : 
 les  achats  de  papier  pour  photocopieur  sont  enregistrés  en  6047.17(voir  la  nouvelle 
nomenclature P. 1083)  
 
   
6047 = achats fournitures de bureau (dans le SYSCOHADA) 
 
   
 17= papier 
•  Une analyse de la fonction de l’opération, sur la base d’une ou de deux positions : le 
numéro comportera alors sept ou huit chiffres. 
                                                                     UUUU.   UU.    UU 
                                                         SYSCOHADA. nature. fonction 
La subdivision par fonction est liée à la comptabilité analytique de gestion de l’entité, si 
elle existe, ou au souci de déterminer : 
o  des coûts, par regroupement de comptes de charges, 
o  des marges analytiques, après regroupement des comptes de produits. 
Le numéro correspond soit à un centre de frais, soit à une activité déterminée de l’entité. 
16

La subdivision par fonction n’a de sens que dans les comptes de charges et de produits 
(classes 6, 7 et 8). Elle demeure entièrement libre. 
EXEMPLE (SUITE) : 
Si  le  papier  est  destiné  au  service  comptable,  codé  02  dans  l'organigramme,  l'achat 
sera enregistré en 6047.17.02 
2.2. Notion et conditions d’emploi des nomenclatures 
•  Les nomenclatures sont des relevés exhaustifs et codifiés de rubriques d’opérations ou 
d’agents, mis en place par les services nationaux ou régionaux de la Statistique ou de 
la Comptabilité nationale. 
•  L’organisation  comptable  de  l’entité  doit  permettre  de  renseigner  ces  rubriques,  et 
prévoir  en  conséquence  une  subdivision  des  comptes  intéressés  en  sous  comptes 
correspondant  à  ces  rubriques.  Si  des  besoins  de  gestion  exigent  plusieurs  sous 
comptes pour une même rubrique de nomenclature, ces derniers doivent pouvoir être 
regroupés facilement. 
•  La numérotation de ces sous comptes demeure libre, si une grille de passage permet ce 
regroupement. Pour des raisons pédagogiques, le présent guide reprend cependant tel 
quel tous les numéros des nomenclatures citées. 
 
 
 
 
 
 
17

 
Chapitre 2      Achats et ventes de biens et de services 
 
SECTION 1 : Opérations brutes 
1.1. Achats 
Le SYSCOHADA distingue trois types d’achats de biens et de services : 
•  Les  acquisitions  de  biens  durables,  assimilées  à  des  investissements  (terme 
économique)  ou  à  des  immobilisations  (terme  comptable),  seront  exposées  au              
chapitre 5 de la première partie. 
Ils  sont  crédités  au  compte  481  Fournisseurs  d’investissements  ou  404 
Fournisseurs, acquisitions courantes d’immobilisations
•  Les  achats  de  biens  consommables,  crédités  au  compte  401  Fournisseurs 
d’exploitation constituent des charges, enregistrées en 60. Ils concernent les achats du 
«  circuit  ».  Les  achats  sont  inscrits  au  compte  60  pour  le  montant  net  de  taxes 
récupérables  auquel  s’ajoutent  les  frais  accessoires  d’achats.  Ces  frais  accessoires 
peuvent être enregistrés au sous compte achats concerné pour le montant net de taxes 
récupérables : 
o  en 601 des marchandises : biens destinés à être revendus sans transformation, 
o  en 602 des matières premières : biens destinés à être transformés, pour entrer 
dans la composition d’un produit traité ou fabriqué, 
o  en  604  des  matières  consommables  :  biens  destinés  à  être  utilisés  pour 
concourir  à  la  fabrication  ou  à  l’exploitation,  sans  se  retrouver  dans  la 
composition du produit traité ou fabriqué, 
o  en  602  des  fournitures  liées  :  matières  premières  de  valeur  unitaire  non 
significative et servant d’accessoire à d’autres ( ex : vis et boulons), 
o  en 604 des fournitures (non liées) : matières consommables de valeur unitaire 
non significative (ex : crayons, insecticides), 
o  en 608 des emballages non immobilisés, qui sont traités à part. 
18

o  les  frais  accessoires  d’achats  peuvent  être  inscrit  directement  dans  les 
comptes 601, 602, 604, 608 ou dans les compte frais sur achats : 6015, 6025, 
6045, 6085.  
•  Les  achats  de  services  constituent  également  des  charges,  enregistrées  en  61,  62  et 
63 
o  61  :  services  de  transports  (sauf  courrier  et  télécommunications)  de  biens 
vendus, transport de personnels, 
o  621 à 625 : services rattachés aux immobilisations de l’entité, 
o  626 à 638 : services rattachés aux opérations d’exploitation et financières de 
l’entité. 
Ils sont supposés immédiatement consommés. 
 
APPLICATION 1 
Acquisition de matériels et de fournitures de bureau 
 
Enre  
gistrer la facture suivante : 
 
Fournisseur A en région OHADA 
Fabricant de matériel et fournitures en gros 
                                                                                 Doit : Client B en région OHADA 
 
 
 
Facture n°1 
 
Matériel et fournitures de bureau au détail 
   
-
1 caisse enregistreuse à 300                                           =     300 
 
-
10 ordinateurs de bureau à 200                                       =  2 000 
-
100 ramettes de ramettes photocopieur à 5                    =     500 
                                                                                                             ____ 
 
-
Sous total                                                                        =   2 800 
-
Frais de transport 10%                                                    =     280 
 
-
TVA 10%                                                                        =     308 
                                                                                                 
Net à payer                                                                     =  3 388 
 
 
 
Sachant que : 
a) - La caisse enregistreuse est conservée par le détaillant pour son équipement et constitue 
donc une immobilisation à l'achat, relevant de la rubrique 26 de la Nomenclature des Biens et 
Services, 
19

b)  -  Les  ordinateurs  sont  destinés  à  être  revendus  et  constituent  donc  des  marchandises 
(N.B.S. 26). 
 
c) - Le papier photocopieur (N.B.S. 17) est destiné au magasin, donc à la revente, à raison de 
90  paquets.  10  ramettes  constituent  pour  le  client  des  matières  consommables,  considérées 
non stockées. 
d) - la TVA est récupérable. 
Ecritures  
 
                                         _______________           ________________ 

 
2443.26 
 
Matériel bureautique (300 + 10% x 300)                              330 
 
6011.26 
 
Achats marchandise ordinateurs                                        2 000 
 
6015.26 
 
Frais sur achats ordinateurs                                                  200 
 
6011.17 
 
Achats marchandises papier                                                 450 
 
6055.17 
 
Fourniture de bureau non stockables                                     50 
 
6015.17 
 
Frais sur achats papier                                                           50 
         4451                                  T.V.A. récupérable sur immobilisations (330 x 10%)           33 
 
4452 
 
TVA récupérable sur achats                                                 275(1) 
 
                              4812                  Fournisseurs d’investissements A (330 + 33)                                        363 
 
 
  4011.. 
    Fournisseurs A            
3 025 
                                        ______________             ________________ 
 
(1) [(2 000 + 200 + 450 + 50 +50) x 10%] 
Ou 
 
 

 
 
     ________________             ______________ 
 
2443.26 
    Matériel bureautique (300 + 10% x 300) 
330 
 
6011.26 
            Achats marchandise ordinateurs (2000 + 10% x 2000) 
2 200 
 
6011.17 
            Achats marchandises papier (450 + 10% x 450) 
495 
 
6055.17 
                     Fourniture de bureau non stockables (50 + 10% x 50) 
55 
         4451                                T.V.A. récupérable sur immobilisations (330 x 10%)            33 
 
4452 
            TVA récupérable sur achats [(2 200 +495 +55) x 10%] 
275 
 
                              4812                  Fournisseurs d’investissements  A (330 + 33)                                   363 
 
 
   4011..               Fournisseurs A                    
                                        3025                             
 
                                  ________________                   _______________ 
 
 
 
 
 

Remarque :  Pour  faciliter,  l’élaboration  du  tableau  des  flux  de  trésorerie  le 
SYSCOHADA recommande d’utiliser systématiquement comme contrepartie :  
•  des comptes d’achats de biens et services (autres que les immobilisations) le compte 
401 Fournisseur ; 
•   des comptes d’achats d’immobilisations, les comptes 481 ou 404. 
 
 
20

1.2. Ventes 
Les ventes sont enregistrées au crédit du compte principal 70 et au débit d’un compte de 
client. 
Le SYSCOHADA distingue à cet effet : 
•  en 701, les marchandises : biens revendus sans transformation (ou « en l’état ») dans 
le cadre d’une opération commerciale, 
•  en  702  à  704,  les  produits  :  biens  traités  ou  fabriqués  par  l’entité,  dans  le  cadre 
d’une opération agricole, artisanale ou industrielle. Selon leur degré de finition, le plan 
distingue : 
o  en 702, le produit fini, stocké en magasin de fin de cycle de traitement ou de 
fabrication, et vendu, 
o  en  703,  le  produit  intermédiaire,  stocké  en  magasin  après  un  premier 
traitement  ou  fabrication,  et  normalement  destiné  à  une  nouvelle  phase  de 
production, mais parfois vendu séparément, 
o  en 704, le produit résiduel : chute, déchet ou rebut récupérés en atelier ou en 
magasin,  à  n’importe  quel  stade  de  traitement  ou  de  fabrication  du  produit 
principal, et ayant une valeur marchande, 
•  en  705,  les  ventes  de  travaux,  qui  occupent,  dans  le  secteur  du  bâtiment  et  des 
travaux  publics,  une  place  intermédiaire  entre  les  catégories  de  biens  et  de  services, 
comme dans la Nomenclature des Biens et Services (N.B.S.), 
•  en 706, les ventes d’autres services
•  le SYSCOHADA a enfin repris, en 707, la notion hybride de produits accessoires, qui 
groupe, au détriment d’un strict classement par nature, à la fois des biens (ex : 7071 
emballages) et des services (ex : 7073 locations), qui ne correspondent pas à l’objet 
principal de l’entité et présentent donc un caractère accessoire (mais pas occasionnel 
pour autant). 
Certains  produits  ont  toujours,  dans  les  diverses  entités,  un  caractère  accessoire  (ex  :  Bonis 
sur reprises, cessions d’emballages, ou services exploités dans l’intérêt du personnel). 
 
D’autres, accessoires dans la majorité des entités, peuvent constituer l’activité principale de 
certaines filmes (ex : commissions et courtages chez un commissionnaire-courtier ; locations 
dans une société immobilière ; redevances pour brevets dans une société d’ingénierie ); dans 
ce cas, ils sont à classer dans le compte 706 Services vendus
21

 
APPLICATION 2 
Ventes de marchandises et de produits finis 
  Enregistrer la facture n°1 précédente, sachant que le fournisseur 
a)  -  a  lui-même  acheté  la  caisse  enregistreuse  et  le  papier,  qui  constituent  donc  des 
 
 
marchandises, 
 
b) - a fabriqué les ordinateurs, qui sont donc des produits finis. 
 
 
Ecriture 
                                         _______________               ______________ 
 

4111.. 
 
Client B 
 
3 388 
 
 
7011.26 
 
Ventes marchandises 
 
300 
 
 
7021.26 
 
Ventes Produits finis 
 
2 000 
 
 
7011.17 
 
Ventes marchandises 
 
500 
 
 
7071.. 
 
Ports facturés 
 
280 
 
 
4431 
 
TVA facturée sur ventes 
 
308 
                                         ______________                ______________ 
 
 
SECTION 2 : Stocks 
En pure logique comptable, les achats entraînent une entrée en stock dans des comptes de la 
classe 3 et les ventes, une sortie de stock.  
Le SYSCOHADA : 
•  déroge cependant à cette règle dans le temps, en admettant la pratique généralisée de 
l’inventaire intermittent, 
•  la nuance dans l’espace, en supposant la consommation immédiate de certains achats. 
2.1. Méthode d’inventaire 
•  La méthode de l’inventaire intermittent autorise la neutralisation des comptes de la 
classe 3 en cours d’exercice, et leur régularisation en fin d’exercice seulement, par le 
jeu des comptes : 
o  603,  s’il  s’agit  de  marchandises,  de  matières  et  de  fournitures,  d’autres 
approvisionnements, 
o  73, s’il s’agit de produits. 
22

Le nombre d’écritures est donc limité à deux par catégorie : 
o  l’une destinée à annuler le stock initial ou de début d’exercice, 
o  l’autre destinée à constater le stock final ou de fin d’exercice. 
Ces  deux  écritures  peuvent  même  se  ramener  à  une  seule,  constatant  la  variation  de 
l’exercice,  qui  est  soit  une  augmentation  (débit  du  compte  3 ),  soit  une  diminution 
(crédit du compte 3). 
 
APPLICATION 3 
Inventaire intermittent - régularisation de stock de 
 
marchandises 
 
Stock de marchandises :  
10 en début d'exercice, 
 
11 en fin d'exercice (stockage : + 1) 
 
 
Écritures 
                                         _______________              ______________ 
 

6031   
Variations des stocks de marchandises 
10 
 
 
 
31..   
Marchandises 
 
10 
 
 
  (Annulation du stock de début d’exercice) 
                                         ______________                ______________ 
 
31.. 
  Marchandises 
11 
 
 
 
6031          Variations des stocks de marchandises 
 
11 
 
 
 
  (Constatation du stock de fin d’exercice) 
 
 
 
                            ______________                _______________ 
 
 
Ou encore une seule écriture pour la variation de +1 
                                         _______________              ______________ 
 

31..   
Marchandises 
 

 
 
 
6031        Variations des stocks de marchandises 
 

 
 
 
  (Ajustement du stock de fin d’exercice) 
 
 
 
                            ______________                _______________ 
 
 
 
APPLICATION 4 
Inventaire intermittent - régularisation de stock de 
produits finis 

   
Stock de produits finis :  
15 en début d'exercice, 
12 en fin d'exercice (déstockage - 3) 
   
 
 
 
 
 
 

23

Écritures 
                                         _______________              ______________ 
 

736   
Variations des stocks de produits finis 
15 
 
 
 
36..   
Produits finis 
 
15 
 
 
  (Annulation du stock de début d’exercice) 
                                         ______________                ______________ 
 
36.. 
  Produits finis 
12 
 
 
 
736   
Variations des stocks de produits finis 
 
12 
 
 
 
  (Constatation du stock de fin d’exercice) 
 
 
 
                             ______________               _______________ 
 
 
Ou encore une seule écriture pour la variation de -3 
                                          _______________             ______________ 
 

736   
Variations des stocks de produits finis 

 
 
 
36..   
Produits finis 
 

 
 
 
  (Ajustement du stock de fin d’exercice) 
 
 
 
                             ______________               _______________ 
 
Les comptes de gestion 603 figureront dans le Compte de résultat parmi les charges, 
en  soustraction  en  cas  de  stockage,  et  les  comptes  73  parmi  les  produits,  en 
soustraction en cas de déstockage. 
•  Les  mêmes  écritures  sont  prévues  en  cas  d’inventaire  permanent,  mais  elles  sont 
passées en cours d’exercice, à chaque entrée et à chaque sortie. Elles demeurent donc 
également séparées des écritures d’achat et de vente, et les deux méthodes ne différent 
que par la fréquence des écritures, et non pas par leur nature. 
2.2. Opportunité des comptes de stocks 
•  Certains  biens  sont  obligatoirement  «  stockés  »,  à  savoir  qu’ils  transitent  par  un 
compte de la classe 3, en inventaire permanent ou intermittent. Tel est le cas : 
o  des marchandises, achetées en 601, stockées en 31, et revendues en 701, 
o  des matières premières, achetées en 602 et stockées en 32, 
o  des produits finis, stockés en 36 et vendus en 702, 
o  des produits intermédiaires, stockés en 37 et vendus en 703, 
o  des produits résiduels, stockés en 37 et vendus en 704, 
o  les produits en cours, stockés en 34, et normalement non vendus à ce stade. 
 
•  Le SYSCOHADA prévoit que les autres approvisionnements peuvent être : 
o  soit « stockés » en 33, et achetés dans ce cas en 604, 
24

o  soit considérés comme immédiatement consommés, sans inscription dans un 
compte de stock, et enregistrés dans ce cas dans le compte 605 Autres achats
La  décision  incombe  à  l’entité,  en  fonction  de  la  valeur  des  biens,  et  des 
besoins de contrôle de leur consommation. 
EXEMPLE : 
 
L’eau  amenée  par  citerne  en  zone  désertique,  le  carburant  acheté  en  fûts  ou  réservoirs,  les 
fournitures de bureau peuvent être stockés, c’est-à-dire contrôlés en inventaire permanent par 
des mouvements de stocks, si on craint les vols. 
Par contre, le carburant acheté à la pompe par chaque utilisateur de véhicule, les fournitures 
de  bureau  ou  d’entretien  dans  le  cas  habituel  sont  considérés  comme  des  achats                                    
« non stockés ». 
Bien  qu’il  s’agisse  d’une  dérive  de  la  règle,  le  SYSCOHADA  maintient,  en  cas  de  non-
stockage,  la  possibilité  de  régulariser  en  fin  d’exercice  les  achats  supposés  immédiatement 
consommés,  par  la  constatation  d’un  stock  de  fin  d’exercice  enregistré  en  476  Charges 
constatées d’avance. 
 
APPLICATION 5 
Achat de fournitures de bureau – régularisation en 
  
fin d’exercic 
Des  fournitures  de  bureau  ont  été  ache  tées le 27 juin N pour 15, en consommation 
immédiate.  En  fin  d'exercice  N,  il  en  reste  3,  à  consommer  au  cours  de  l'exercice 
 
Écritures 
                                         _______________ 27/06/N______________ 
 

6055   
Fournitures de bureau non stockables 
15 
 
 
 
4011   
Fournisseurs 
 
15 
(Achat ………..) 
                                        ______________   31/12/N ______________ 
 
476 
  Charges constatées d’avance 

 
 
 
6055   
Fournitures de bureau non stockables 
 

(Stock de fin d’exercice) 
 
                            ______________                _______________ 
 
•  En  revanche,  les  matières  et  fournitures  non  «  stockables  »  physiquement  sont 
obligatoirement considérées comme immédiatement consommées. 
25

EXEMPLES : Energie électrique au compteur, eau courante du robinet. 
•  Les Services en cours constatent les montants d’études et de prestations déjà engagés 
et  non  encore  facturés  (cas  de  prestations  d’une  certaine  durée  ;  exemples  :  étude 
d’organisation  ;  transport  international ).  En  fonction  de  l’organisation  de  l’entité, 
ils peuvent être suivis en inventaire permanent, ou seulement constatés en inventaire 
intermittent. 
Compte 35 : Services en cours. 
SECTION 3 : Eléments soustractifs de la facture 
Achats et ventes sont comptabilisés au prix net indiqué sur la facture DOIT. Un retour ou une 
réduction inclus dans cette facture initiale ne sont donc pas enregistrés séparément. Ils le sont, 
en revanche, s’ils font l’objet d’une facture d’AVOIR. 
L’escompte est par contre enregistré dans les deux cas, en principe au moment du règlement. 
Par  contre,  l’escompte  sur  acquisition  d’immobilisations  n’est  pas  enregistré  séparément,  il 
vient directement en déduction du coût d’acquisition de l’immobilisation. 
3.1. Les retours 
Lorsque des marchandises, matières ou fournitures, sont retournées au fournisseur, la facture 
d’avoir  est  simplement  contre-passée  au  crédit  des  comptes  d’achats  et  de  ventes 
correspondants. 
•  Chez le client, les retours sur achats font donc l’objet d’une écriture de type : 
                             _______________               ______________ 
401.   
Fournisseurs dettes en compte                              x 
 
 
60..   
Achats  
x   
                            ______________               _______________ 
 
 
 
•  Chez le fournisseur, l’émission de la facture d’avoir est enregistrée comme suit : 
                             _______________               ______________ 
 70..   
Ventes 
   x 
 
 
411     
Clients 
 
X                                                                                              
______________               _______________ 
26

 3.2. Les réductions commerciales 
Le  rabais  est  défini  comme  une  réduction  pour  défaut  de  qualité  ou  de  conformité.  Il  se 
rapporte au bien acheté ou vendu. 
La remise est une réduction obtenue ou accordée en raison de l’importance de l’opération ou 
de la profession du client. Elle se rapporte à la personne acheteuse. 
La  ristourne  est  une  réduction  calculée  sur  un  ensemble  d’opérations  traitées  durant  une 
période déterminée. Elle rémunère la fidélité de l’acheteur, dans une économie de marché. 
Lorsque la réduction peut être rattachée avec précision à un bien ou à un service suivi dans un 
sous compte, elle est contre-passée, comme le sont les retours. 
Tel doit toujours être le cas chez le fournisseur, qui émet la facture et qui sait donc à quels 
éléments  la  réduction  se  rattache,  même  en  cas  de  ristourne,  car  il  tient  des  statistiques  par 
produit. En conséquence, le SYSCOHADA ne prévoit pas de comptes de « R.R.R. accordés ». 
En revanche, le SYSCOHADA admet que, lorsque la ventilation par catégorie d’achat s’avère 
impossible, le client puisse enregistrer les réductions obtenues dans les comptes à terminaison 
9, soit : 6019 à 6089 pour les réductions obtenues sur des achats de biens 601 à 608 
En revanche, le SYSCOHADA n’a pas prévu de comptes spécifiques de réductions obtenues 
sur les achats de services : elles sont inscrites directement au crédit des comptes 61, 62, 63 (au 
crédit de leurs sous comptes). 
Toutefois, il est toujours possible à l’entité de créer des sous comptes ad hoc, notamment au 
cas  où  l’imputation  détaillée  par  nature  de  service  s’avérerait  impossible.  Par  exemple, 
comptes 619, 629 et 639, etc. 
3.3. Les réductions financières (escompte) 
•  L’escompte de règlement est une réduction due au règlement anticipé par rapport à 
l’échéance  indiquée  ou  au  délai  de  paiement  habituel.  Il  est  calculé  en  pourcentage 
simple  du  montant  net,  à  l’opposé  de  l’escompte  des  effets  de  commerce,  calculé 
prorata temporis. 
•  Considéré comme une opération financière (différente des opérations d’exploitation), 
il  est  enregistré  quel  que  soit  son  mode  de  présentation  (sur  facture  DOIT  en 
diminution, ou sur facture AVOIR), mais, en principe, seulement lors du paiement, en 
673
, s’il s’agit d’un escompte accordé et 773, s’il s’agit d’un escompte obtenu (voir 
chapitre 4, première partie). 
 
27

APPLICATION 6 
 
                                           Remise et retour de marchandises 
Le client B ci-dessus cité a : 
 
-
obtenu immédiatement une remise de 20 % sur le papier, figurant sur la facture I, 
-
ultérieurement  une  remise  de  10  %  sur  la  caisse  enregistreuse,  qui  fait  l'objet 
 
d'une facture d'avoir II, 
 
-
retourné au fournisseur un ordinateur défectueux. 
1. Facture - Fournisseur A en Région OHADA 
 
Fabricant de Matériel et fournitures en gros 
                                                       DOIT Client B en Région OHADA   
 
Matériel et fournitures de bureau au détail 
 
a - 1 caisse enregistreuse à 290 
 
 
 
 
    290 
b - 10 ordinateurs de bureau à 200   
 
 
 
 2 000 
 
c - 100 ramettes de papier photocopieur à 5, réduction 20 % 
    400 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
_____ 
 
             Total   
 
 
 
 
 
 2 690 
 
 
2. Avoir - Fournisseur A 
                                                                        AVOIR Client B 
 
 
g - Remise 10 % sur caisse enregistreuse 
 
 
 
  29 
h - Reprise d'un ordinateur défectueux 
 
 
 
200 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
____ 
                            Total 
 
 
 
 
 
229 
 
Ecritures chez le fournisseur A 
                                         _______________               ______________ 
 

4111..   
Clients B 
 
2 690 
 
 
 
7011.26   
Ventes de marchandises dans la Région 
 
290 
 
 
7021.26   
Ventes de produits finis dans la Région 
 
2 000 
 
 
7011.17   
Ventes de marchandises dans la Région 
 
400
 
                         (Facture de Doit n°…) 
                                         ______________                ______________ 
 
7011.26 
  Ventes de marchandises dans la Région 
29 
 
 
7021.26 
  Ventes de produits finis dans la Région 
200 
 
 
 
4111..   
Clients B 
 
229 
(Facture d’Avoir n°…) 
 
                             ______________               _______________ 
 
28

 
Écritures chez le client B 
                                         _______________               ______________ 
 

2442.26   
Matériel informatique 
290 
 
 
6011.26   
Achats marchandises ordinateurs 
2 000 
 
 
6011.17   
Achats marchandises papier 
360 
 
6055.17   
Achats fournitures de bureau (non stockés) 
40 
                            4812..      Fournisseurs d’investissements                                              290 
 
 
4011..   
Fournisseurs A 
 
2 400 
(Facture de Doit n°…) 
                                         ______________                ______________ 
         4812..                       Fournisseurs d’investissements                                 29 
         4011.. 
  Fournisseurs A 
200 
 
 
 
2442.26   
Matériel informatique 
 
29 
 
 
 
6011.26   
Achats marchandises ordinateurs 
 
200 
(Facture d’Avoir n°…) 
 
                            ______________                _______________ 
 
 
SECTION 4 : Eléments additifs de la facture 
Les  majorations  susceptibles  de  figurer  sur  la  facture  sont  de  quatre  types  :  les  ports  et 
emballages  facturés,  les  emballages  consignés,  les  taxes  sur  le  chiffre  d’affaires  non 
récupérables, et la taxe sur la valeur ajoutée, supposée récupérable. 
4.1. Ports et emballages facturés 
•  Chez le fournisseur, les majorations de facture pour port « avancé » par le vendeur ou 
pour  emballage  perdu  sont  considérées  comme  des  produits  accessoires,  et 
enregistrées en 7071, quel que soit leur mode de calcul (forfaitaire ou au coût réel). 
En raison du principe de non-compensation, il n’y a pas lieu de créditer un compte de 
charge, même si cette dernière vient d’être enregistrée pour le même montant. 
•  Chez  le  client,  ces  majorations  accroissent  le  coût  d’achat  et  doivent  être  ventilées 
dans les comptes d’immobilisations ou d’achats correspondant à l’opération. Elles sont 
enregistrées  dans  les  comptes  de  la  classe  2  immobilisations  ou  les  comptes  60 
Achats
4.2. Emballages consignés 
•  Lorsque  l’emballage  est  récupérable,  que  le  vendeur  le  facture  mais  accepte  de  le 
reprendre après utilisation, le montant de la consignation est enregistré : 
29

o  en 4194 chez le fournisseur, car le prix de consignation constituera une dette 
envers le client, 
                             _______________               ______________ 
41..    
Clients 
                                              X 
 
 
4194   
Clients, dettes pour emballages et  
 
 
   
matériels consignés                                                     X   
                             ______________               _______________ 
 
 
o  en 4094 chez le client, car il constituera une créance sur le fournisseur. 
                             _______________               ______________ 
4094   
Fournisseurs, créances pour emballages et        X 
 
   
matériels à rendre 
 
 
 
40..   
Fournisseurs                                                               X 
             
                             ______________              _______________ 
 
 
•  L’écriture est contre-passée lors du retour de l’emballage, dûment constaté par facture 
d’avoir. Le cas échéant, il est constaté : 
o  un boni chez le fournisseur, enregistré en 7074
                             _______________              ______________ 
4194   
Clients, dettes pour emballages et matériels 
 
   
consignés 
 
brut 
 
 
 
7074   
Bonis sur reprises d’emballages 
 
boni 
 
 
41…   
Clients 
 
net 
                             ______________              _______________ 
 
 
o  un mali chez le client, enregistré en 6224 (car assimilé à une location). 
                             _______________               ______________ 
6224   
Malis sur emballage 
mali 
40..    
Fournisseurs 
 
net 
 
 
 
4094   
Fournisseurs, créances pour  
 
 
   
emballages et matériels à rendre  
 
brut 
                             ______________               _______________ 
L'usage  a  «  francisé  »  les  termes  latins  bonus/malus  au  singulier  et  boni/mali  au 
pluriel, en parlant au singulier d’un boni ou mali, mais au pluriel de bonis ou malis. 
•  En revanche, lorsque l’emballage n’est pas retourné dans les délais d’usage, ou lorsque 
les parties s’accordent sur un non-retour, il est considéré comme : 
o  vendu par le fournisseur, qui réalise le produit en 7074, bien qu’il s’agisse le 
plus souvent d’une « revente en l’état », normalement traitée en 701. 
                             _______________               ______________ 
4194   
Clients, dettes pour emballages et matériels        X 
 
   
consignés 
 
 
 
 
 
7074   
Cessions d’emballages                                                 X   
                             ______________              _______________ 
30

o  acheté par le client, qui réalise la charge en 6082, s’il compte l’utiliser à son 
tour dans ses ventes, ou en majoration du coût d’achat du bien emballé dans le 
cas contraire. 
                             _______________               ______________ 
6082   
Achats d’emballages récupérables non 
 
   
identifiables             

 
 
 
 
4094   
Fournisseurs, créances pour                                            
 
 
   
emballages et matériels à rendre  
 
X
 
 
 
                                  ______________                             _______________ 
 
4.3. Taxes sur le chiffre d’affaires non récupérables 
Les taxes uniques, taxe à la production, taxe sur les prestations de services, taxes spécifiques 
et autres taxes sur le chiffre d’affaires collectées par le vendeur à l’occasion de la facturation 
o  ne  constituent  pas  un  produit  pour  le  fournisseur,  mais  une  dette  envers 
l’administration  fiscale  chargée  du  recouvrement,  et  sont  en  conséquence  portées  au 
crédit d’un compte 446
o  mais constituent pour le client une charge qui majore les coûts d’achat. 
Au  besoin,  l’acheteur  devra  ventiler  la  taxe  globale  dans  les  sous  comptes  ayant  servi  à 
enregistrer les achats. 
4.4. Taxes sur la Valeur Ajoutée (T.V.A.) 
•  Chez  le  fournisseur,  la  taxe  sur  la  valeur  ajoutée  est  enregistrée  par  le  fournisseur 
comme dit ci-dessus, mais dans un compte spécifique réservé à cette importante taxe, 
443
 
L’écriture sera du type : 
                             ___________               ____________ 
41..    
Clients 
 
taxe comprise 
 
 
   
70..   
Ventes 
  hors taxes 
 
   
443.   
Etat, T.V.A. facturée 
 
taxe 
                            ____________             ____________ 
 
31

•  Si le client est autorisé à récupérer la T.VA., il considérera son montant comme une 
créance sur l’État, enregistrée en 445. Dans ce cas la T.V.A. n’affectera pas le montant 
de l’achat. 
                            ____________           _____________ 
   
60..   
Achats 
 
hors taxe 
   
445.   
Etat T.V.A. récupérable 
taxe 
   
 
40..   
Fournisseurs 
  taxe comprise 
                                      ____________              ___________ 
Dans  le  cas  contraire,  la  T.VA.  est  traitée  comme  les  autres  taxes  sur  le  chiffre 
d’affaires. 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
32

 
Chapitre 3      Autres Operations d’exploitation 
 
 
SECTION 1 : Conception et terminologie 
1.1. Principe 
Dans  la  logique  du  «  circuit  de  l’entité  »,  qui  préside  à  la  conception  du  SYSCOHADA, 
l’entité échange : 
•  en aval, des flux de production avec les clients
•  en amont : 
o  des  flux  de  consommation  avec  les  fournisseurs  de  biens  et  services,  y 
compris les services publics ; 
o  des  flux  de  répartition  de  la  valeur  ajoutée  avec  les  agents  constituant  les 
autres facteurs de la production : 
§  les  pouvoirs  publics  (État,  collectivités  publiques  et  organismes 
internationaux) qui apportent l’environnement et la sécurité, 
§  le  personnel  de  l’entité  qui  apporte  le  travail,  et  les  organismes 
sociaux qui l’accompagnent, 
§  les prêteurs qui apportent les capitaux. 
1.2. Flux d’amont ou charges 
Le coût de ces apports à l’entité est enregistré au débit des comptes de charges (classe 6) et 
au crédit des comptes de tiers (classe 4) : 
•  60 à 63 : Consommations de biens et de services, sur la base de factures dues à des 
fournisseurs (40) (voir chapitre précédent), 
•  64 : Impôts et taxes, sur la base de déclarations ou d’avertissements, dus à l’État ou 
aux  collectivités  publiques  (44),  ou  encore  aux  organismes  internationaux  (45)
assimilés par le SYSCOHADA à des consommations de services, 
•  66 : Charges de personnel, sur la base de bulletins de paie et de déclarations, dues au 
personnel (42) et aux organismes sociaux (43)
33

•  67 : Frais financiers et charges assimilées, sur la base de relevés d’agios, d’intérêts ou 
de tableaux d’amortissement, dus aux prêteurs (16 et 56), 
•  65  :  Autres  charges,  lorsque  leur  nature  ne  rentre  pas  clairement  dans  l’une  des 
rubriques  précédentes,  également  rattachées  aux  consommations  par  le 
SYSCOHADA. 
1.3. Flux d’aval ou produits 
Inversement,  lorsque  ces  agents  sont  sources  de  recettes  pour  l’entité,  les  opérations  sont 
enregistrées  au  crédit  d’un  compte  de  produit  (classe  7)  et  au  débit  des  comptes  de  tiers 
(classe 4) : 
•  70 : Ventes, sur la base des factures émises sur des clients (41) (voir chapitre 2), 
•  71 : Subventions d’exploitation, obtenues sur la base de décisions d’attribution auprès 
de  l’État  ou  des  collectivités  publiques  (44),  ou  encore  d’organismes 
internationaux (45)
•  77 : Revenus financiers et produits assimilés, obtenus sur la base de relevés auprès des 
emprunteurs ou dépositaires (27 et 5), 
•  75  :  Autres  produits,  lorsque  leur  nature  ne  rentre  pas  clairement  dans  l’une  des 
rubriques précédentes. 
1.4. Enregistrement 
•  En règle générale, ces opérations sont enregistrées en deux temps : 
o  le flux juridique, lors de la réception (débit classe 6, crédit classe 4) ou de 
l’émission de la pièce comptable (débit classe 4, crédit classe 7), 
o  le flux financier, lors de l’émission du titre de paiement (débit classe 4, crédit 
classe  5)  ou  de  réception  de  l’avis  de  paiement  (débit  classe  5,  crédit               
classe 4)
 
•  Le  SYSCOHADA  autorise  cependant  la  contraction  des  deux  écritures  en  une 
seule, dans une opération traitée au comptantMais il la déconseille même dans ce 
cas, car les entités ont avantage à conserver dans les comptes de tiers la trace de toutes 
les opérations, quelle que soit la modalité de paiement. 
•  En  revanche,  la  contraction  sera  généralisée  dans  le  Système  minimal  de  trésorerie 
(S.M.T.) et dans les comptabilités « recettes-dépenses ». 
 
34

SECTION 2 : Impôts et taxes 
2.1. Droits de douane 
 
Les droits de douane ne sont pas enregistrés dans le compte 64 : 
•  Les  droits  d’entrée  ne  sont  pas  considérés  comme  un  impôt,  mais  comme  une 
composante du coût d’achat de l’immobilisation ou du bien consommable importé : on 
débite les comptes 23, 24 ou 60, et crédite 4426 Etat, droits de douane
Si  l’Administration  accorde  un  délai  de  paiement  sous  forme  d’obligation 
cautionnée, l’entité crédite 4491 Etat, obligations cautionnées
•  En revanche, les droits de sortie éventuels sont mis à la charge du client : débit 41 et 
crédit 4426
2.2. Taxes sur le chiffre d’affaires 
•  Chez  le  fournisseur,  les  taxes  sur  le  chiffre  d’affaires  facturées  au  client  ne 
constituent pas un produit, car le vendeur est censé se substituer au fisc pour percevoir 
ces  taxes.  Elles  sont  enregistrées,  dès  l’émission  de  la  facture,  dans  un  compte  de 
dettes envers l’État (voir 1ere partie du présent ouvrage, chapitre 1, Plan de comptes - 
Subdivisions - Nomenclatures) : 
o  443, s’il s’agit de la taxe sur la valeur ajoutée, 
o  446, s’il s’agit d’une autre taxe sur le chiffre d’affaires. 
 
•  Chez le client, les taxes supportées à l’achat sont traitées comme suit : 
o  s’il  s’agit  d’une  taxe  sur  la  valeur  ajoutée  déductible,  elle  est  enregistrée  au 
débit de 445 Etat, T.V.A. récupérable
o  si la T.VA. n’est pas déductible, ou s’il s’agit d’une autre T.C.A., elle est en 
principe  incorporée  dans  le  coût  d’achat  du  bien  ou  service  acheté.  Si  la 
ventilation  ne  s’avère  pas  possible,  elle  est  enregistrée  par  nature  en  645 
Impôts et taxes indirects
 
•  En fin de période d’imposition, les comptes 443 et 445 sont virés à 444 Etat, T.V.A. 
due ou crédit de T.V.A., dont le solde : 
o  créditeur représente la T.VA. due, compte 4441
o  débiteur représente le crédit éventuel, compte 4449
Les comptes de T.V.A. peuvent être subdivisés par période d’imposition : de 01 à 12 si elle 
est mensuelle, de 1 à 4 si elle est trimestrielle. 
35

 
APP  
LICATION 7  
Centralisation de la T.V.A. 
  a - début avril : T.V.A. du 1er trimestre : récupérable 44 (dont 15 sur immobilisations, 
18 sur achats et 11 sur transport), collectée 60 (dont 35 sur ventes et 6 sur livraisons à 
  soi-même, le solde sur services vendus),  
b  -  début  décembre  :  T.  V.A.  du  4e  trimestre  réduit  à  novembre  et  décembre  : 
récupérable 40 (dont 10 sur immobilisa  tions, 12 sur achats et le solde sur transport), 
facturée 35 (dont 16 sur travaux, 12 sur ventes, le solde sur services vendus). 
 
Écritures  
                                         ______________ Début avril_____________ 
 

4441.1   
Etat, T.V.A. due   
44 
 
 
 
4451.1   
Etat, T.V.A. récupérable sur 
 
 
   
 immobilisations 
 
15 
 
 
4452.1   
Etat, T.V.A. récupérable sur achats 
 
18 
 
 
4453.1   
Etat, T.V.A. récupérable sur transport 
 
11 
                                         ______________     d°        ______________ 
 
4431.1 
  Etat, T.V.A. facturée sur ventes 
35 
 
 
4434.1 
  Etat, T.V.A. facturée sur production livrée 
 
 
  à soi-même 

 
4432.1 
  Etat, T.V.A. facturée sur prestations de  
 
 
  services 
19 
 
 
 
4441.1   
Etat T.V.A. due  
 
60 
 
 
 
  Le solde correspond à la T.V.A à régler : 
 
 
 
   60-44=16 
 
 
 
                            ___________ début décembre ____________ 
 
 
 
4441.4 
  Etat, T.V.A. due 
40 
 
 
 
4451.4   
Etat, T.V.A. récupérable sur 
 
 
   
immobilisations 
 
10 
 
 
4452.4   
Etat, T.V.A. récupérable sur achats 
 
12 
 
 
4453.4   
Etat, T.V.A. récupérable sur transport 
 
18 
                                        ___________       d°               _____________ 
 
 
4433.4 
  Etat, T.V.A. facturée sur travaux 
16 
 
4431.4 
  Etat, T.V.A. facturée sur ventes 
12 
 
 
4432.4 
  Etat, T.V.A. facturés sur prestations de  
 
 
  services 

 
 
 
4441.4   
Etat, T.V.A. due 
 
35 
                                         ____________                    ______________ 
 
4449   
Etat, crédit de T.V.A. à reporter 

 
 
 
4441.4   
Etat, T.V.A. due 
 

 
 
  La TVA à reporter est de : 40-35=5 
                                         ______________                ______________ 
 
 
 
36

2.3. Impôts sur les bénéfices  
Parmi  les  impôts  directs,  les  prélèvements  assis  sur  le  résultat  de  l’entité  ne  sont  pas 
considérés comme un impôt, mais comme une participation au bénéfice. 
•  Ils sont donc enregistrés en fin d’exercice, au compte 891 Impôts sur les bénéfices de 
l’exercice
 
•  En revanche, les acomptes versés en cours d’année représentent une créance sur l’État 
et sont portés au débit du compte 441 Etat, impôt sur les bénéfices
 
•  Ces  comptes  peuvent  être  «  millésimés  »  (subdivisés  par  année  fiscale),  lorsque  les 
échéances de l’année n et son reliquat de l’année (n - 1) s’enchevêtrent. 
APPLICATION 8 
Impôts sur l  
es bénéfices 
a - en février : 1er acompte d'impôt sur  le résultat de n : le quart de 120, représentant 
l'impôt de (n - 2), minimum 35, 
b  -  en  mai  :  2e  acompte  d'impôt  sur  le  résultat de n : le quart de 160, représentant 
l'impôt  sur  le  bénéfice  de  (n  –  1),  ainsi  que  la  régularisation  du  1er  acompte  :               
40 - 35 = 5,  
 
c, d - en septembre et novembre : 3e et 4e acomptes d'impôt sur le résultat (supposé 
constant),  
 
 
e - 31 décembre : constatation de l'impôt dû au titre de l’année n : 180. 
 
 
Écritures 

                                         ____________            a             ___________ 
 

441.n   
Etat, impôt sur les bénéfices 
35 
 
 
 
5    
Trésorerie 
 
35 
                                         ______________      b        ______________   
 
 
 
441.n 
  Etat, impôt sur les bénéfices 
45 
 
 
 
5…   
Trésorerie 
 
45 
                                        ______________      c et d     _____________ 
 
 
 
441.n 
  Etat, impôt sur les bénéfices 
40 
 
 
 
5…   
Trésorerie 
 
40 
                                        ______________       e          _____________ 
 
 
 
891.n 
  Impôts sur les bénéfices de l’exercice 
180 
 
 
 
441.n   
Etat, impôt sur les bénéfices 
 
180 
 
 
  le solde de l’impôt restant à payer s’élève à 
 
 
 
180 – (35+45+40+40) =20 
 
 
                                        ______________                    _____________  
 
37

2.4. Autres impôts 
Les  autres  impôts,  directs  ou  indirects,  à  la  charge  de  l’entité,  ainsi  que  les  droits 
d’enregistrement  sont  enregistrés  selon  leur  nature  au  débit  des  comptes  de  charges  645  et 
646,  et  selon  leur  bénéficiaire  au  crédit  des  comptes  de  tiers  442  et  446,  si  celui-ci  est 
national, 451 et 452, s’il est international ou extérieur à l’État de résidence. 
 
 
2.5. Majoration d’impôts 
Les  majorations  d’impôts  (pénalités,  amendes  et  même  intérêts  de  retard)  sont  enregistrées 
dans 647 Pénalités, amendes fiscales, donc en charges courantes (Activités ordinaires). 
 
SECTION 3 : Subventions d’exploitation et subvention 
d’équilibre 
Les  subventions  d’exploitation  et  les  subventions  d’équilibre  accordées  par  les  pouvoirs 
publics  sont  des  «  ressources  »  susceptibles  de  figurer  en  produits  dans  des  comptes  de  la 
classe 7, si la subvention d’exploitation couvre une activité ordinaire, dans la classe 8, dans le 
cas contraire, et dans celui des subventions d’équilibre. 
•  Le SYSCOHADA distingue : 
o  d’une  part  les  subventions  d’exploitation  assises  sur  des  biens  achetés,  produits  ou 
vendus,  notamment  celles  qui  sont  accordées  par  les  fonds  de  stabilisation, 
enregistrées au crédit des comptes : 
711 Subventions sur produits à l’exportation, 
712 Subventions sur produits à l’importation, 
713 Subventions sur produits de péréquation ; 
Remarque  :  Dans  le  cadre  des  «  Groupes  »,  des  subventions  peuvent  être  reçues 
d’autres sociétés du Groupe. 
o  d’autre  part,  les  subventions  d’exploitation  accordées  à  d’autres  fins,  telles  que  la 
«prime » d’embauche ou de création d’emploi, la participation aux frais de formation, 
38

l’ouverture d’un établissement dans des quartiers défavorisés , enregistrées au crédit 
de 718 Autres subventions d’exploitation et classées par organisme verseur ; 
 
o  enfin,  les  subventions  d’équilibre,  censées  compenser  des  pertes  et  enregistrées  au 
crédit du compte 88 Subventions d’équilibre
 
•  Les  subventions  sont  enregistrées,  dès  réception  de  la  lettre  d’octroi,  au  débit  du 
compte  4495  ou  4496  lorsqu’elles  proviennent  de  l’État  (ou,  à  notre  avis,  d’un 
organisme national), 4582 lorsqu’elles proviennent d’un organisme international. 
 
APP  
LICATION 9 
Produits liés aux subventions d’exploitation et 
d’équilibre 

 
a - aide accordée par le Fonds de soutien aux cultures vivrières exportées : 80 
 
b  -  subvention  accordée  par  l'ONUDI,  en  compensation  de  l'engagement  de  ne  pas 
dépasser les prix fixés par les pouvoirs publics (prestations de service) : 150 
 
c - subvention octroyée par le ministère du Développement rural pour l'ouverture d'une 
agence à l'intérieur du pays : 100 
 
d - subvention accordée par l'Etat pour compenser la perte de l'exercice précédent : 25 
   
 
 
Ecritures 

                                         ____________            a             ___________ 
 

4495   
Etat, subventions d’exploitation à recevoir 
80 
 
 
 
711.        Subventions sur produits à l’exportation 
 
80 
                                         ______________      b        ______________   
 
 
 
4582 
  Organismes internationaux, subventions  
 
 
  à recevoir 
150 
 
 
 
7182   
Autres subv. d’expl. versées par les 
 
 
   
organismes internationaux  
 
150 
                                        ______________      c            _____________ 
 
 
 
4495 
  Etat, subventions d’exploitation à recevoir 
100 
 
 
 
7181   
Autres subv. d’expl. versées par 
 
 
   
l’Etat et les collectivités publiques 
 
100 
                                        ______________       d           _____________ 
 
 
 
4496 
  Etat, subventions d’équilibre à recevoir 
25 
 
 
 
881.   
Etat, subventions d’équilibre 
 
25 
                                         ______________                  _____________  
 
 
39

SECTION 4 : Charges de personnel 
4.1. Rémunération directe 
Sur  la  base  des  bulletins  de  salaires  et  des  décomptes  de  commissions,  les  rémunérations 
versées  aux  salariés  (salaires,  appointements,  traitements,  soldes,  commissions,  primes  et 
indemnités forfaitaires) sont enregistrées pour leur montant brut au crédit de 422 Personnel, 
rémunérations dues, par le débit des comptes 661 à 663
Les retenues sociales ou « cotisations salariales » pratiquées sont ensuite virées de 422 aux 
comptes des organismes sociaux intéressés, 431 à 433, de sorte que le solde de 422 représente 
le salaire net. 
L’indemnité compensatrice de congés payés suit la même règle. 
4.2. Rémunération indirecte 
Sur  la  base  des  bordereaux  déclaratifs  mensuels,  trimestriels  ou  annuels,  les  rémunérations 
indirectes ou « cotisations patronales » sont débitées en 6641 et 6642, et créditées selon leur 
bénéficiaire dans les comptes d’organismes sociaux 431 à 433. 
4.3. Retenue sur salaires 
 
 
Les retenues sur salaires, autres que sociales, sont virées du compte 422 au crédit de : 
o  421 s’il s’agit d’avances ou d’acomptes, 
o  l’avance  est  consentie  au  salarié  avant  toute  prestation,  à  son  arrivée  dans 
l’entité par exemple, 
o  l’acompte  l’est  après  fourniture  de  prestations,  mais  avant  l'établissement  du 
bulletin de paie, en fin de semaine ou de quinzaine par exemple, si la paie est 
mensuelle ; 
o  423 s’il s’agit d’oppositions ou de saisies arrêts ; 
o  447 s’il s’agit d’impôts retenus à la source ; 
de sorte que le compte 422 fasse finalement ressortir le « net à payer ». 
 
40

4.4. Remboursements de frais 
Les  remboursements  de  frais  réels  engagés  par  le  salarié  pour  le  compte  de  l’entité  sont 
débités par nature dans les consommations de biens et services, 60 à 63, même s’ils figurent 
sur le bulletin de paie. 
4.5. Avantages en nature 
Les avantages en nature consentis aux salariés sont également débités par nature, en : 
 
614 Transports du personnel
622 Locations et charges locatives
- 624 Entretien, réparations et maintenance
- 628 Frais de télécommunications
- etc. 
mais  régularisés  globalement  en  fin  d’exercice  par  le  débit  des  comptes  6617  et  6627 
Avantages en nature et le crédit de 781 Transferts de charges d’exploitation
4.6. Rémunération de personnel extérieur 
Les  rémunérations  de  personnel  salarié  extérieur  à  l’entité,  versées  à  titre  d’honoraires  ou 
facturées  par  des  sociétés  de  «  personnel  temporaire  »,  constituent  des  services  extérieurs 
enregistrés en 637 Rémunérations de personnel extérieur a l’entité. Mais en fin d’exercice, 
leur montant global fait l’objet d’un transfert : 
Débit - 667 Rémunération transférée de personnel extérieur,   
Crédit - 637 Rémunérations de personnel extérieur a l’entité,  
de manière qu’elles soient incluses dans les charges de personnel. 
4.7. Rémunération de l’exploitant 
Le  SYSCOHADA  prévoit  également  un  compte  de  rémunération  pour  l’entrepreneur 
individuel (6661 Rémunération du travail de l’exploitant). Son emploi demeure facultatif si 
le  patrimoine  de  l’entité  se  confond  avec  celui  de  l’exploitant.  En  revanche,  ses  charges 
sociales  sont  obligatoirement  enregistrées  en  6662  Charges  sociales  de  l’exploitant 
individuel
41

         
AP  PL 
         
I          
CAT   
I   
O     
N       
10    Charges de personnel 
 
  Bulletin de paie (schématisé) d’un cadre national : 
a - Appointements 
 
                                             110 
b - Prime 
 
   
                                               10 
  Salaire brut   
 
                                             120 
 
c - Cotisation salariale (sécurité sociale)                            -12 
  d - Cotisation salariale (retraite complémentaire)                -7 
Salaire net   
                                                        101 
 
e - Impôt retenu à la source                                                 -5 
  f - Saisie-arrêt         
                                             -20 
g - Acompte versé 
 
                                             -40 
  Net à payer salaire                                                      36 
 
h - Remboursement frais                                                    + 2 
(Sur justificatifs ramettes papier) 
 
  Net à payer   
                                                          38 
 
i - Loyer logement 
 
                                                8 
  j - Cotisation patronale (sécurité sociale)                        18 
k - Cotisation patronale (retraite Complémentaire)             11 
 
Ecritures 
 

Comptabilisation du bulletin de paie 
 
                                         ____________           a et b       ___________ 
 

6611   
Appointements et salaires personnel 
110 
 
6612   
Primes 
 
10 
 
 
 
422.   
Personnel rémunérations dues 
 
120 
                                         ______________     c et d   ______________   
 
 
 
422. 
  Personnel rémunérations dues 
19 
 
 
 
431.   
Sécurité sociale 
 
12 
 
 
432.   
Caisses de retraite complémentaire 
 

                                        ______________     e, f et g   _____________ 
 
 
 
422. 
  Personnel rémunérations dues 
65 
 
 
 
4212   
Personnel acomptes 
 
40 
 
 
4232   
Personnel, saisies arrêts 
 
20 
 
 
447.    
Etat, impôts retenus à la source 
 

                                        ______________       h          _____________ 
 
 
 
6055 
  Fournitures de bureau non stockables 

 
 
 
422.   
Personnel, rémunérations dues 
 

                                         ______________                  _____________  
  
Comptabilisation des charges patronales : 
 
   
 
     ______________                   _____________ 
 
6641 
  Charges sociales sur rémunération  
 
 
  du personnel national 
29 
 
 
 
431.   
Sécurité sociale 
 
18 
 
 
432.   
Caisses de retraite complémentaire 
 
11 
                                        ______________                   _____________ 
 
 
42

Comptabilisation des avantages en nature : loyer 
 
 
•  Réception appel loyer 
 
   
                 ______________                   _____________ 
 
622. 
  Locations et charges locatives 

 
 
 
401.   
Fournisseurs, dettes en compte 
 

                                        ______________                   _____________ 
 
 
 
 
•  en fin d’exercice 
 
   
                 ______________                   _____________ 
 
6617 
  Avantages en nature 

 
 
 
781.   
Transferts de charges d’exploitation 
 

                                        ______________                   _____________ 
 
 
 
 
SECTION 5 : Frais financiers et charges assimilées 
1-  Les  escomptes  accordés  aux  clients  sont  enregistrés  en  673,  même  s’ils  figurent  en 
déduction sur la facture initiale. 
2-  Lorsque  dans  une  société  les  associés  disposent  de  comptes  courants  créditeurs,  les 
intérêts correspondants servis par l’entité sont débités en 6741 ou 6742, selon leur caractère, 
et  crédités  le  cas  échéant  en  4626  Associés,  intérêts  courus.  Les  comptes  462  sont 
subdivisés par associé ou par catégorie d’associés. 
3- Les intérêts des emprunts, y compris la prime d’assurance éventuelle, sont enregistrés en 
671 Intérêts des emprunts. Les agios liés aux découverts bancaires sont inscrits au compte 
6745  Intérêts  bancaires   .  En  revanche,  les  commissions  bancaires  liées  à  un  service 
(tenue de compte, effets de commerce, cartes bancaires, systèmes électroniques) relèvent du 
compte 631 Frais bancaires. 
4- Les intérêts sur obligations cautionnées souscrites en faveur du Trésor sont enregistrés en 
6743.  En  revanche,  les  intérêts  de  retard  de  paiement  d’impôt  relèvent  du  compte  647 
Pénalités et amendes fiscales
5- Les intérêts dus aux tiers autres que les établissements de crédit, les associés ou porteurs 
d’obligations, sont enregistrés en : 
 
6744 s’il s’agit de fournisseurs ou de clients
 
6748 s’il s’agit d’autres prêteurs
43

6- Le SYSCOHADA incorpore aux charges financières les charges assimilées suivantes : 
o  en 672 une fraction de la redevance de crédit-bail ou de location-vente, analysée 
comme un intérêt du prêt consenti par le bailleur, 
o  en 676 les pertes de change supportées, ainsi que les écarts de conversion constatés 
en fin d’exercice sur les disponibilités, 
o  en 6771 les pertes sur cessions de titres de placement
o  en 678 les pertes encourues sur risques financiers
 
SECTION 6 : Revenus financiers et produits assimilés 
1- Les escomptes obtenus des fournisseurs (à l’exception des fournisseurs d’investissements) 
sont enregistrés en 773, même s’ils figurent en déduction sur la facture initiale. 
2- Les revenus mobiliers (intérêts, dividendes) sont enregistrés en : 
-  772 Revenus de participations, s’il s’agit de titres de participation, 
774 Revenus de titres de placement, s’il s’agit de titres de placement. 
Les comptes peuvent être subdivisés selon l’origine nationale ou étrangère de ces revenus. 
3- Les intérêts obtenus sur des montants prêtés par l’entité au personnel ou aux tiers sont 
enregistrés en 771 Intérêts de prêts
4-  Le  SYSCOHADA  incorpore  aux  revenus  financiers  les  produits  assimilés  suivants,  dans 
les conditions décrites ci-dessus pour les charges assimilées : 
- en 776 les gains de change obtenus, ainsi que les écarts de conversion constatés en 
fin d’exercice sur les disponibilités, 
- en 777 les gains sur cessions de titres de placement
- en 778 les gains obtenus sur risques financiers
 
 
 
44

 
Chapitre 4      Operations de trésorerie 
 
 
SECTION 1 : Conception et terminologie 
1.1. Terminologie 
A l’exception du Système minimal de trésorerie (S.M.T.), qui n’enregistre que les recettes et 
les dépenses, le SYSCOHADA prévoit, en Système normal, l’enregistrement séparé : 
- des flux juridiques « a », qui traduisent l’obligation contractée ou le droit constaté, 
sur la base des factures, bulletins de paie, déclarations, etc., 
-  et  des  flux  financiers  «  b  »,  qui  traduisent  les  mouvements  de  trésorerie  qui  en 
résultent (cas général), ou qui les précèdent (cas des avances et acomptes), sur la base 
des  pièces  de  caisse,  chéquiers,  bordereaux,  ordres  de  virement,  extraits  de  compte, 
etc. 
Ces flux financiers donnent lieu à un encaissement chez le créancier, à un paiement chez le 
débiteur, que la pratique réunit dans les termes génériques « règlements » ou « opérations de 
trésorerie » 
1.2. Enregistrement de base 
a)  En règle générale, les flux juridiques sont enregistrés dans des comptes des classes 6-
7-8 et 4, les flux financiers dans ceux des classes 4 et 5, selon le schéma suivant : 
o  En cas de charge et de dépense    6 et 8 (impairs)          classe 4           classe 5   
 
 
 
 
 
 
          a…………………….a 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
   b………………….b 
o  En cas de produit et de recette     7 et 8 (pairs) 
    a…………… a   
 
 
 
 
 
 
 
 
         b………….b 
b)  L’enregistrement  des  flux  financiers  diffère  selon  les  modalités  de  règlement,  dans 
lesquelles il convient de distinguer : 
-    les modes de règlement, par effets de commerce ou autres, 
-    les délais de règlement. 
45

SECTION 2 : Modes de règlement autres que par effets 
2.1. Règlement en espèces 
a) Le règlement en « espèces » s’effectue en pièces et en billets de banque, sur la base des 
pièces de caisse et des tickets de retraits ou de versements bancaires : 
-  au débit d’un compte 57 Caisse, en cas d’entrée ou de recette, 
-  à son crédit, en cas de sortie ou de dépense. 
b) Si l’entité tient plusieurs caisses, le compte principal est subdivisé, par succursale ou 
par bureau. 
c)  Si  elle  est  autorisée  à  détenir  des  devises,  celles-ci  font  l’objet  de  comptes  séparés, 
tenus  en  devises  et  en  unité  monétaire  légale  (F  CFA  par  exemple)  à  cours  fixe,  sous 
réserve de régularisation en fin de période ou d’exercice. 
d) Les espèces peuvent être gérées en « caisse constante » ou variable. 
2.2. Règlement par chèque 
a) En application de la règle de prudence, le débiteur doit enregistrer le chèque signé dès 
son « émission » (c’est-à-dire sa mise en circulation), que la pratique confond avec sa 
«création» (c’est-à-dire sa signature), par une écriture du type : 
 
   
 
     ______________                  _____________ 
4    
  Tiers                                                                       X 
 
   52.. / 53..   
Banques ou établissements financiers  
  
   
et assimilés 
 

                       ______________                  _____________ 
 
 
 
Le SYSCOHADA ne s’oppose cependant pas à la pratique courante de n’enregistrer les 
chèques émis qu’à la réception de l’avis de débit, à condition que la régularisation de fin 
de  période  ou  d’exercice  tienne  compte,  après  état  de  rapprochement,  des  chèques  en 
circulation non encore débités. 
46

b) En revanche, le créancier ne peut enregistrer le chèque reçu dans un compte bancaire 
52 ou 53 qu’à réception de l’avis de crédit. Auparavant le chèque doit transiter par deux 
comptes de « valeurs à encaisser » : 
513 Chèques à encaisser, lorsqu’il arrive dans l’entité, pour limiter les risques de 
détournement interne, 
514 Chèques à l’encaissement, lorsqu’il est adressé à l’établissement financier, en 
général sur bordereau numéroté, pour faciliter les contrôles de transmission et limiter 
les risques de détournement externe. 
Ces comptes peuvent être subdivisés par banque destinatrice des bordereaux. 
Les écritures seront du type : 
  ________Réception du chèque       ___________ 
 
513.   
Chèques à encaisser                                              X 
 
 
 
4    
Tiers 
 

                                        ________Envoi chèque à la banque       _______ 
 
 
 
 
514. 
  Chèques à l’encaissement                                    X 
 
 
 
513.   
Chèques à encaisser 
 
 X 
                                        ________Réception avis de crédit      _________ 
 
 
 52.. / 53.. 
  Banques ou établissements financiers  
 
 
  et assimilés                                                           X 
 
 
 
514   
Chèques à l’encaissement 
 

                                        ______________                   _____________ 
 
 
  
F  Remarque :  Le  SYSCOHADA  admet  cependant  que  cette  ventilation  ne  soit   
effectuée que pour les « en-cours » de fin de période ou d’exercice.  
 
2.3. Règlement par carte bancaire ou de crédit 
a) Le paiement par carte bancaire ou de crédit obéit aux mêmes régies que le paiement 
par chèque. 
b) L’encaissement transite comme suit par le compte 515 Cartes de crédit à encaisser : 
                                        ___Passage en machine de la carte________ 
 

515.   
Cartes de crédit à encaisser                                   X 
 
 
    4 ou 70..   
Tiers ou Ventes 
 

 
                                        ________Réception avis de crédit_________ 
 
 
 52.. / 53.. 
  Banques ou établissements financiers  
 
 
 
  et assimilés  
net 
 
 
6315 
  Commissions sur cartes de crédit 
frais 
 
 
515.   
Cartes de crédit à encaisser 
 
brut 
                                        ______________                   _____________ 
 
 
 
47

2.4. Règlement par virement 
a)  Le  débiteur  qui  signe  un  ordre  de  virement  traite  l'opération  comme  s’il  signait  un 
chèque (voir ci-dessus). 
b)  Le  créancier  n’enregistrera  le  règlement  qu’à  réception  de  l’avis  de  virement  valant 
avis de crédit, même s’il en est avisé auparavant par le débiteur.  
c) Il est rappelé que le « chèque postal », qui n’est à l’origine qu’un « ordre de virement 
postal », est comptabilisé : 
- comme un chèque bancaire, lorsque le créancier reçoit les trois volets, 
- comme un virement bancaire, lorsque celui-ci ne reçoit que le volet « avis de crédit». 
 
SECTION 3 : Règlement par effets de commerce  
 
3.1. Traites et billets 
a) Le  SYSCOHADA  limite  la  notion  d’effet  de  commerce  aux  traites  (historiquement 
appelées « lettres de change ») et aux billets à ordre, en particulier les billets de fonds. 
La  traite  est  établie  par  le  créancier  «  tireur  ».  Bien  que  l’acceptation  ne  soit  pas  une 
mention obligatoire, celui-ci la fait en général d’abord accepter par le débiteur « tiré », 
avant même de la signer et de l’émettre. En revanche, le billet est établi par le débiteur 
«souscripteur » et adressé au créancier « bénéficiaire ». 
 Mais s’ils diffèrent par leur signataire, traites et billets sont comptabilisés de la même façon : 
o  dans  un  compte  particulier  de  tiers,  402,  412  lors  de  leur  émission,  bien  qu’il 
s’agisse d’une opération de trésorerie, 
o  dans les comptes 51 à 56 lors de leur règlement ou des opérations intermédiaires. 
3.2. Effets à payer et à recevoir 
a)  Lorsque  le  débiteur  accepte  la  traite  ou  souscrit  le  billet,  y  compris  l’obligation 
cautionnée,  
 
 
48

- il transfère la dette commerciale du compte fournisseurs, dettes en compte à 
celui des effets à payer, par une écriture du type : 
                                         _______________                  ____________ 
 
401.   
Fournisseurs, dettes en compte                             X 
 
 
402.   
Fournisseurs, effets à payer 
 

                                        ______________                     ____________ 
 
 
 
481. 
  Fournisseurs d’investissements                             X 
 
 
482.   
Fournisseurs d’investissement, 
 
 
   
 effets à payer 
    X 
                                        ______________                   _____________ 
 
 
-  ou  il  là  constate  à  l’importation  du  bien  soumis  à  droit  de  douane  par 
l’écriture : 
                                         _______________                  ____________ 
 

60..    
Achats  
                                                  X 
 
 
 
4491   
Etat, obligations cautionnées 
 

                                        ______________                     ____________ 
 
 
 Ces comptes 402, 482, 4491 peuvent être subdivisés par échéance. 
- Le règlement de l’effet à l’échéance est constaté comme suit 
                                         _______________                  ____________ 
 

402.   
Fournisseurs, Effets à payer                                  X 
 
482.   
Fournisseurs d’investissements, 
 
 
   
effets à payer 
                                                  X 
 
4494   
Etat, obligations cautionnées                                X 
 
 
52..   
Trésorerie 
 
 X 
                                        ______________                     ____________ 
 
 
 
b)  Lorsque  le  créancier  signe  la  traite  ou  reçoit  le  billet,  il  transfère  la  créance 
commerciale du compte Clients au compte des effets à recevoir, par une écriture du 
type : 
                            _______________                   ____________ 
 
412.   
Clients, effets à recevoir en portefeuille               X 
 
 
 
411.   
Clients 
 

                            ______________                     ____________ 
 
 
4852 
  Créances sur cessions d’immobilisations, 
 
 
  effets à recevoir                                                    X 
 
 
4851   
Créances sur cessions  
 
 
   
d’immobilisations, en compte 
 
  X 
                             ______________                  _____________ 
 
 
Les comptes 412. et 4852 peuvent être subdivisés par échéance
 
49

3.3. Effets à encaisser 
a)  Lorsque  le  créancier  confie  à  l’échéance  l’encaissement  de  l’effet  à  un  tiers,  il 
transfère la créance de change dans un compte transitoire 512 Effets à l’encaissement
sur la base d’un bordereau de remise à l’encaissement : 
                            _______________                   ____________ 
512.   
Effets à l’encaissement                                          X 
 
 
 
412.   
Clients, effets à recevoir 
 

 
 
4852   
Créances sur cessions  
 
 
   
d’immobilisations, effets à recevoir 
 

                            ______________                     ____________ 
 
 
On ne confondra pas ce compte avec 511 Effets à encaisser, qui recense les effets éventuels 
en portefeuille autres que ceux concernant les clients. 
b) Lorsqu’après l’échéance la banque avise le créancier de la bonne fin de l’opération sur 
un  bordereau  d’encaissement  (qui  peut  être  un  duplicata  du  bordereau  de  remise, 
accompagné de l’avis de crédit), celui-ci passe l’écriture suivante : 
                            _______________                   ____________ 
52.. / 53..  
Banques ou établissements financiers 
net 
 
6312 
  Frais sur effets 
   commissions 
 
 
512.   
Effets à l’encaissement 
 
brut 
                            ______________                     ____________ 
 
 
 
3.4. Effets à l’escompte 
a)  Lorsque  le  créancier  négocie  l’effet  avant  l’échéance,  c’est-à-dire  le  remet  à, 
l’escompte, il transfère la créance cambiaire du compte 412 au compte 415, sur la 
base du bordereau de remise à l’escompte : 
                      _______________                   ____________ 
 
415.   
Clients, effets escomptés non échus                       X   
 
 
412.   
Clients, effets à recevoir 
 

                      ______________                     ____________ 
 
 
 
4855 
  Créances sur cessions d’immobilisations, 
  
  effets escomptés non échus                                    X 
  
4852   
Créances sur cessions  
  
   
d’immobilisations, effets à recevoir 
 
 X 
                      ______________                   _____________ 
 
 
 
 
 
50

b)  Lorsque  la  banque  accepte  d’escompter  l’effet,  le  bordereau  d’escompte  est 
enregistré comme suit, compte tenu de l’agio retenu. Le SYSCOHADA admet que 
la totalité de l’agio hors taxe soit considéré comme frais financiers, qu’il s’agisse 
d’escompte ou de commissions et frais. 
                       _______________                  ____________ 
 
52..   
Banques ou établissements financiers 
net 
 
 
675.                       Escomptes des effets de commerce 
agios 
  
565.     Banques, escompte de crédit ordinaire  
 
brut 
  
564.     Banques, escompte de crédit de campagne 
 
brut 
                      ______________                     ____________ 
 
 
 
c)  Après l’échéance, et en cas de bonne fin de l’opération seulement, la créance 
sur le client et la dette envers la banque sont compensées par l’écriture : 
                       _______________                  ____________ 
 
565.   
Banques, escompte de crédit ordinaire                 X 
 
 
564. 
  Banques, escompte de crédit de campagne           X 
  
415.       Clients, effets escomptés non échus 
 

  
4855      Créances sur cessions d’immobilisations,  
  
   
effets escomptés non échus 
 

                      ______________                     ____________ 
 
 
 
Il faut bien noter que : 
-  les effets escomptés non échus restent à l’actif du bilan de l’entité, 
-  le  crédit  accordé  par  la  banque  figure  au  passif  du  bilan  (compte  56)  pour  le 
même montant. 
Par  ce  procédé,  le  compte  «  Clients  »  représente  l’encours  de  créances  (crédits 
Clients) à la date du bilan. 
3.5. Effets impayés 
a) En cas de non-paiement à l’échéance, l’établissement financier retourne au créancier 
l’effet,  que  celui-ci  ait  été  remis  à  l’encaissement  ou  à  l’escompte.  Le  créancier  peut 
alors: 
-  soit transférer à nouveau le montant de 415 en 411, 
-  soit  tirer  une  nouvelle  traite  ou  exiger  un  nouveau  billet,  à  vue  ou  à  échéance 
nouvelle, et reprendre, à partir du compte 415, les écritures ci-dessus décrites. 
b) Le nouvel effet comprendra, outre le principal  
-  les frais de retour récupérés 
o  chez le créancier : débit compte de charges par nature lors de l’engagement 
de la charge et crédit du compte 7078 lors de l’émission du nouvel effet ; 
51

o  chez le débiteur : débit du compte 6312 frais sur effets 
-  les  intérêts  de  retard :  compte  7713  intérêts  sur  créances  diverses  chez  le 
créancier et compte 6744 intérêts sur dettes commerciales chez le débiteur  
-  les  frais  de  «  retraite  »  (timbre  fiscal  éventuel  compris)  compte  7078  autres 
produits accessoires chez le créancier et 6312 frais sur effets chez le débiteur. 
SECTION 4 : Instruments de monnaie électronique 
L’instrument  de  monnaie  électronique  est  constitué  d’une  valeur  monétaire  stockée  sous 
forme  électronique,  y  compris  magnétique,  représentant  une  créance  sur  l’émetteur  qui  est 
remise contre remise de fonds aux fins d’opération de paiement ou de transfert d’argent. Pour 
tout chargement et paiement par instruments de monnaie électronique, l’entité doit réclamer 
un justificatif pour l’enregistrement des écritures suivantes :  
a)  Le chargement de l’instrument de monnaie électronique se fait par une sortie de fonds 
par chèque ou par caisse comme suit : 
                            _______________                   ____________ 
 55..   
Instruments de monnaie électronique                    X 
 
 
  52.. / 53..   
Banques ou établissements financiers  
 

 
 
57..   
Caisses 
 

                            ______________                     ____________ 
 
 
b)  Les frais éventuels relatifs au chargement de l’instrument de monnaie électronique 
seront enregistrés ainsi : 
                             _______________                   ______________ 
6317   
Frais sur instruments, monnaie électronique          X   
 
  52.. / 53..   
Banques ou établissements financiers  
 

 
 
57..   
Caisses 
 

                            ______________                      ______________ 
 
 
c)  Les règlements ou les transferts de fonds par instruments de monnaie électronique sont 
constatés par l’écriture suivante :
                            _______________                    ______________ 
 
4…   
Tiers 
                                                     X   
 
 
55..   
Instruments de monnaie électronique 
 

                            ______________                      ______________ 
 
 
d)  En fin de période, il est indispensable de rapprocher le solde comptable avec le solde 
réel qui pourra être confirmé par l’émetteur de l’instrument de monnaie électronique. 
52

SECTION 5 : Délais de règlement 
Toute opération comporte normalement une échéance ou date de règlement, constatée sur la 
facture, le bulletin de paie, la déclaration, l’avertissement fiscal ou le bordereau. Il convient 
évidemment de prévoir le cas où cette date est modifiée. 
5.1. Règlement anticipé 
a)  En cas de règlement avant l’échéance, le client débiteur peut bénéficier (sur accord du 
fournisseur)  d’une  réduction  financière  appelée  escompte  de  règlement.  Ce  dernier 
diffère de l’escompte des effets de commerce, non seulement par sa nature juridique, 
mais également par son mode de calcul : il est déterminé en pourcentage simple (de 1 
à  3  %  selon  les  usages),  et  non  pas  prorata  temporis  comme  les  intérêts  ;                            
son niveau est cependant corrélé à celui des taux usuels du crédit. Il figure quelquefois 
sur  les  factures,  mais  ne  peut  être  pratiqué  normalement  qu’en  cas  de  règlement 
effectivement anticipé. 
b)  Quel que soit son mode de présentation (sur facture ordinaire ou DOIT en diminution, 
ou sur facture d’AVOIR, ou encore nulle part), l’escompte de règlement est enregistré, 
mais en principe seulement lors du paiement, en 673 s’il s’agit d’un escompte accordé, 
ou  en  773  s’il  s’agit  d’un  escompte  obtenu  pour  les  marchandises,  les  matières 
premières  et  autres  biens  d’approvisionnement  ou  en  classe  2  s ‘il  s’agit  d’un 
escompte obtenu sur un bien immobilier. Si l’opération est soumise à une taxe sur le 
chiffre d’affaires, l’assiette de cette taxe est réduite d’autant, et le montant récupérable 
également. 
 
Ecriture chez le client débiteur s’il s’agit de biens d’exploitation 
                            _______________                    ______________ 
 
401.   
Fournisseurs dettes en compte                                X   
 
 
773.   
Escomptes obtenus  
 
 X 
 
 
445.   
Etat T.V.A. récupérable 
 
 X 
 
 
5…   
Trésorerie 
 
  X 
                            ______________                      ______________ 
 
 
 
 
 
 
 
 
53

Ecriture chez le client débiteur s’il s’agit de biens immobiliers 
                            _______________                    ______________ 
 
481 .   
Fournisseurs d’investissements                                X 
 
404.   
Fournisseurs, acquisitions courantes d’immob. 

 
 
2….   
Immobilisations  
 
 X 
 
 
445.   
Etat T.V.A. récupérable 
 
 X 
 
 
5…   
Trésorerie 
 

                            ______________                      ______________ 
 
 
 
Ecriture chez le fournisseur créancier 
                            _______________                      
 
5      
Trésorerie 
                                                        X 
 
 
673.   
Escomptes accordés                                                   X 
443. 
  Etat T.V.A. facturée                                                   X 
 
446. 
  Etat autres T.C.A.                                                     X 
 
 
411.   
Clients 
 
 X 
                            ______________                      ______________ 
 
 
5.2. Règlement retardé 
a)  Si  un  chèque,  une  carte  bancaire  ou  un  effet  de  commerce  reviennent  impayés, 
l’entité :  
•  débite le compte 6318 Autres frais bancaires (pour les frais d’impayés) par le crédit 
du compte 521 Banques ; 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
6318 
 
Autres frais bancaires 

  
 
 
  
521                                  Banques 

 
 
(Selon bordereau d’impayé) 
 
 
 
 
 
 
 
•  ensuite,  débite  le  compte  413  Clients,  chèques,  effets  et  autres  valeurs  impayés 
(pour  le  montant  principal  majoré  des  frais  d’impayés)  pour  le  crédit  du  compte  51 
Valeurs  à  encaisser  (montant  principal)  et  le  compte  7078  Autres  frais  accessoires 
(récupération des frais d’impayés). 
 
 
 
54

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
4131 
 
Clients, chèques impayés 

  
4132 
 
Clients effets impayés 

  
4133      
Clients, cartes de crédit impayées 

 
  
 
 
 
    51 
                                Valeurs à encaisser 

7078                                 Autres produits accessoires 

 
 
(Imputation du montant principal majoré des frais 
 
d’impayés
 
 
 
 
 
 
 
Le SYSCOHADA n’admet pas la compensation des frais en classe 6.  
b)  Selon  les  conditions  de  vente,  et  l’accord  réalisé  avec  le  client,  la  créance  est  également 
majorée des intérêts de retard, calculés au taux légal ou à un taux contractuel, de l’ancienne 
échéance à la nouvelle date de règlement convenue.  
L’écriture sera : 
                            _______________                    ______________ 
         4131                     Clients, chèques impayés                                           X 
        4132                      Clients, effets impayés                                               X   
 
 
771.   
Intérêts des prêts 
 
X    
                             ______________                     ______________ 
 
 
 
  APPLICATION 11 
Chèques impayés 
 
 Le  client  Gambiss  de  l’entité  Guerdass  a  remis  le  15  décembre  N  un  chèque  de 
 42 500 000  en  paiement  pour  solde.  Le  chèque  est  remis  à  l’encaissement  le  18 
 décembre N. Il revient impayé le 21 décembre N. 
 Les frais d’impayés s’élèvent à 50 000 et sont à la charge du client. 
 
 
 
 
15/12/N   
 
 
513 
 
Chèques à encaisser 
42 500 000 
 
 
 
  
411 
                                Clients 
 42 500 000 
 
 
(Réception du chèque) 
 
 
 
18/12/N   
 
 
514 
 
Chèques à l’encaissement 
42 500 000 
 
 
 
  
513 
                                Chèques à encaisser 
42 500 000 
 
 
(Remise à l’encaissement du chèque) 
 
 
 
 
 
 
 
55

 
 
 
 
21/12/N 
 
 
 
6318 
 
Autres frais bancaires 
50 000 
 
 
 
  
521                                  Banques 
50 000 
 
 
(Selon bordereau d’impayé) 
 
 
 
 
 
 
 
4131 
 
Clients, chèques impayés 
42 550 000 
 
 
 
  
    514                                  Chèques à l’encaissement 
 42 500 000 
7078                                 Autres produits accessoires 
       50 000 
 
 
(Imputation du montant du chèque majoré des frais 
d’impayés) 

 
 
 
 
 
 
 
 
Ces deux écritures peuvent être regroupées en une seule : 
 
 
 
21/12 / N   
 
 
 
 
 
 
 
4131 
 
Clients, chèques impayés 
42 550 000 
  
 
 
  
514                          Chèques à l’encaissement                        
42 000 000 
521                          Banques 
       50 000 
 
 
(Réception du bordereau d’impayé de la banque) 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
56

SECTION 6 : Exemple de synthèse 
 
           
AP    
   
L     
I      
CAT   
I   
O     
N       
12    Synthèse sur les instruments de règlement 
 
 
Une  créance-dette  d’exploitation  (relation  Client/Fournisseur)  de  1  200  T.T.C.  soit         
1 000 H.T. doit être réglée comme suit : 
 
a) La  moitié  est  payée  au  comptant  par  monnaie  électronique,  moyennant  un 
 
escompte de 2 % (T.V.A. 20%). 
b) Le solde l’est par deux traites A et B de même valeur nominale, à échéance de 
 
30 jours (fin du mois 1) et 90 jours (fin du mois 3). 
c) La  traite  A  est  conservée  en  portefeuille,  puis  encaissée  sans  incident  à 
 
l’échéance, moyennant une commission de 5 H.T. 
d) La  traite  B  est  négociée  45  jours  avant  l’échéance,  moyennant  un  taux 
 
d’escompte (plus commission d’endos.) de 8 % et une commission de 5 H.T.  
e) Elle revient impayée, avec des frais de retour de 3. 
 
f) Elle fait l’objet d’une nouvelle traite à 60 jours (fin du mois 5), pour laquelle le 
créancier facture un timbre fiscal de 1 et des intérêts de retard à 12 % l’an. 
 
1. Ecritures chez le client (débiteur) 
                            _______________         a         ______________ 
401.   
Fournisseurs dettes en compte 
600 
 
 
 
773.   
Escomptes obtenus (500 X 2%) 
 
10 
 
 
445.   
Etat T.V.A. récupérable (10 X 20%) 
 

 
 
554.   
Porte-monnaie électronique 
 
588 
                            ______________           b         ______________ 
 
 
401                     Fournisseurs dettes en compte 
600 
 
 
 
402.1   
Fournisseurs, effets à payer au..  
 
300 
 
 
402.3   
Fournisseurs, effets à payer au .. 
 
300 
                            ____________               c          ______________ 
 
 
402.1   
Fournisseurs effet à payer au….. 
300 
 
 
 
5211   
Banques 
 
300 
                            ____________                f         ______________ 
 
 
402.3   
Fournisseurs effets à payer au.. 
300 
 
6744   
Intérêts sur dettes commerciales (300 X 12% X 60/360) 

6312 
  frais sur effets (3+1)  

445. 
  Etat T.V.A. récupérable (3 X 20%) 

 
 
 
402.5   
Fournisseurs effets à payer au.. 
 
311 
                                        ______________                _________________           
     
 
57

2. Ecritures chez le fournisseur (créancier) 
                            _______________         a         ______________ 
513.    
Chèques à encaisser 
588 
 
673. 
  Escomptes accordés (500 X 2%) 
10 
443. 
  Etat T.V.A. facturée (10 X 20%) 

 
 
411.   
clients 
 
600 
                             ________________      a1        ______________  
 514 
  chèques à l’encaissement 
588 
 
 
513.   
Chèques à encaisser 
 
588 
                             ________________      a2      _______________ 
5212 
  Banque Y 
588 
 
 
514.   
Chèques à l’encaissement 
 
588 
                            ______________           b         ______________ 
 
 
4121.1   
Clients, effets à recevoir au.. 
300 
 
4121.3 
  Clients, effets à recevoir au..  
300 
 
 
411.   
Clients 
 
600 
                            ____________               c          ______________ 
 
 
512.   
Effets à l’encaissement 
300 
 
 
 
4121.1   
clients effets à recevoir au.. 
 
300 
                             _____________            c         ______________ 
5212 
  Banques Y 
294 
6312 
  Frais sur effets 

445. 
  Etat, T.V.A. récupérable (5 X 20%) 

 
 
512.   
Effets à l’encaissement 
 
300 
                             ______________           d          _____________ 
415. 
  Clients, effets escomptés non échus 
300 
 
 
4121.3   
Clients, effets à recevoir au.. 
 
300 
                             _______________       d1          _____________ 
5212 
  Banque Y 
291 
675. 
  Escomptes des effets de commerce (300X8%X45/360) +5 

445. 
  Etat T.V.A. récupérable (5 X 20%) 

 
 
565.   
Banques, escompte de crédits ordinaires 
 
300 
                            _______________      e            ______________ 
6312 
  frais sur effets 

 
 
5212   
Banque Y 
 

                             _______________    e1            ______________ 
565. 
  Banques, escompte de crédits ordinaires 
300 
 
 
415.   
Clients, effets escomptés non échus 
 
300 
 
 
  (Si l’opération était dénouée normalement) 
                            ____________                f         ______________ 
 
 
4121.5 
 
Clients, effets à recevoir au.. 
311 
 
 
 
7712   
Intérêts de prêts (300 X 12% X 60/360) 
 

 
 
7078   
Autres produits accessoires (3+1)  
 

 
 
443.   
Etat T.V.A. facturée (3 X 20%) 
 

 
 
415.   
Clients, effets escomptés non échus 
 
300 
                                        ______________                _________________           
     
58

                        Opérations d’investissement et de désinvestissement 
Chapitre 5 
 
 
SECTION 1 : Conception et terminologie 
1.1 Notion d’immobilisation 
a)  Comme l’indique le circuit de l’entité, les opérations d’exploitation étudiées dans les 
trois  chapitres  précédents  ne  sont  possibles  que  si  l’entité  dispose  par  ailleurs  d’une 
infrastructure,  constituée  d’investissements  (terme  économique),  et  pour  laquelle  le 
SYSCOHADA a retenu le terme comptable d’immobilisations. 
b)  Les immobilisations sont ainsi définies comme les « éléments corporels et incorporels 
destinés à servir de façon durable à l’activité de l’entité ». Comme le SYSCOHADA 
prévoit par ailleurs un arrêté annuel des comptes, à l’issue d’un exercice comptable, le 
terme « durable » doit s’entendre au sens « qui dure plus d’une année ». Stricto sensu, 
le taille-crayon ou le câble électrique de raccordement devraient donc être considérés 
comme  des  immobilisations  et  faire  l’objet  d’un  plan  d’amortissement,  puisqu’ils  « 
durent » en règle générale plus d’une année. 
c)  Mais  la  pratique  comptable,  appliquant  en  ce  domaine  le  principe  d’importance 
significative, admet que les biens durables dont la valeur unitaire ne dépasse pas un 
certain seuil soient considérés comme des consommations. Le SYSCOHADA admet 
dans  la  «  terminologie  »  que  «  certains  biens  de  peu  de  valeur  ou  dont  la 
consommation est très rapide peuvent être considérés comme entièrement consommés 
dans l’exercice de leur mise en service, et par conséquent ne peuvent pas être classés 
dans les immobilisations ». Il ne fixe pas, en revanche, de seuil de valeur. 
d)  Par ailleurs, la notion initiale d’immobilisation physique, ou corporelle, a été étendue : 
§  aux  droits  détenus  par  l’entité,  ayant  une  valeur  juridique  et  économique,  mais 
sans consistance physique, et appelés de ce fait « immobilisations incorporelles » : 
brevet, logiciel…. 
§  aux valeurs mobilières, autres titres financiers, et prêts, que l'entité souhaite ou est 
obligée de conserver durant plus d’un an, qui sont certes quelquefois représentés 
par un « titre » en papier (du moins avant leur dématérialisation), mais qui ne sont 
pas  «  corporels  »  pour  autant,  et  que  le  SYSCOHADA  désigne  par  un  terme 
intermédiaire  «  immobilisations  financières  » :  Actions  de  sociétés  que  l'entité 
entend  contrôler,  fonds  de  placement  imposés  à  l'entité,  prêts  au  personnel, 
cautionnements. 
59

1.2. Vie d’une immobilisation 
Pour être « durables », les immobilisations sont néanmoins tributaires des aléas de la vie 
économique : 
-  elles naissent ou entrent : l’entité acquiert les immobilisations ou les produit elle- 
même, à une valeur déterminée ; 
-  elles servent et s’usent : l’entité les met en service, repartit le montant amortissable 
des biens sur leur durée d’utilité et constate éventuellement leur dépréciation; 
-  elles  meurent  ou  sortent  :  l’entité  les  met  au  rebut,  les  détruit,  les  vend  ou  les 
échange. 
 
 
SECTION 2 : Comptabilisation de l’immobilisation 
2.1. Processus de comptabilisation 
a)  Les immobilisations sont enregistrées en classe 2 « comptes d’actif immobilisé », à 
savoir : 
-  les immobilisations incorporelles en 21.. 
-  les immobilisations corporelles dans les comptes 22.. à 24.., 
-  les immobilisations financières dans les comptes 25.. à 27.. 
Lorsque la subdivision à 4 chiffres du SYSCOHADA s’avère insuffisante, l’entité peut 
faire appel à la nomenclature des actifs non financiers.  
L’écriture varie selon le mode d’acquisition. 
b)  Si le bien est acheté auprès d’un tiers, achat précédé d’un acompte, l’écriture sera :  
-  au versement  
                              _______________                   ______________ 
 
25..    
Avances et acomptes versés sur immobilisations       X   
 
 
5…   
Trésorerie 
 

                              ________________                 ______________  
 
 
 
 
 
60

-  à la réception de la facture 
                              _______________                   ______________ 
  
2     
Immobilisations                                                         X 
4451   
Etat, T.V.A. récupérable sur immobilisations          X 
 
 
25..   
Avances et acomptes versées sur immobilisations 
 

 
 
481.   
Fournisseurs d’investissements 
 
  X 
                   404             Four., acquisitions courantes d’immo.                             X 
                              ________________                 ______________  
 
 
c)  Si le bien est produit par l’entité, sur une durée dépassant l’exercice n, l’écriture sera : 
-  à l’issue de N 
                              _______________                   ______________ 
 219.    
Immobilisations incorporelles en cours                         X 
229.    
Aménagement de terrains en cours                             X 
 
239.    
Bâtiments, A.A.I. en cours                                          X 
 
249.    
Matériels et actifs biologiques en cours                     X 
 
 
72..   
Production immobilisée 
 

                         787             Transferts de charges financières                                             X 
                              ___________                             _____________  
 
-  à l’achèvement de N 
                             _______________                   ______________ 
2…     
Immobilisations                                                        X 
4451   
Etat, T.V.A. récupérable sur immobilisations          X 
 
  219.  
 
Immobilisations incorporelles en cours 
 

 
  229. 
 
Aménagement de terrains en cours 
  X 
 
  239. 
 
Bâtiments, A.A.I. en cours 

 
  249. 
 
Matériels et actifs biologiques en cours 
 

             72.. 
         Production immobilisée                                                   X 
             787                    Transfert de charges financières                                        X 
             4434 
          Etat, sur T.V.A. facturée sur production 
 
 
   
 livrée à soi-même 
 

                              ________________                 ______________  
 
d)  Si le bien est acquis à titre gratuit, Il sera enregistré à la valeur actuelle comme suit : 
                              _______________                   ______________ 
  2       
Comptes d’actif immobilisé                                    

 
 
 
148   
 Autres subventions d’investissement (1) 
 
 X 
                              ________________                 ______________  
 
(1)  Lorsque  le  montant  du  bien  acquis  à  titre  gratuit  n’est  pas  significatif  le  compte  841 
Produits HAO constatés peut être utilisé.  
 
61

2.2. Valeur comptabilisée 
a)  L’Acte  uniforme  relatif  au  droit  comptable  prescrit,  en  son  article  36, 
l’enregistrement des biens au coût (historique, constitué : 
-  soit du « coût réel d’acquisition », en cas d’achat, 
-  soit du « coût réel de production », en cas de production immobilisée, 
-  soit de la « valeur d’apport » en cas d’apport en société, 
-  soit de la « valeur actuelle », en cas d’acquisition à titre gratuit, 
-  soit à la « valeur actuelle » de celui des deux éléments dont l’estimation est la 
plus fiable, en cas d’échange.  
b)  Le coût réel d’acquisition est formé, selon l’article 37 dudit Acte Uniforme : 
-  du  prix  d’achat  définitif  indiqué  par  la  facture  net  de  remises  et  de  rabais 
commerciaux, d’escompte de règlement; 
-  des « charges accessoires rattachables directement à l’opération d’achat » : 
§  frais de transport et d’assurances, droits de douane et de transit, 
§  commissions, honoraires d’architecte, 
§  droits d’enregistrement, honoraires de notaires, frais d’actes ; 
-  des  «  charges  d’installation  nécessaires  pour  mettre  le  bien  en  état 
d’utilisation» : préparation, montage et mise en route ; 
-  de l’estimation initiale des coûts relatifs au démantèlement,  à l’enlèvement de 
l’immobilisation et à la remise en état du site sur lequel elle est située si cette 
obligation incombe à l’entité. 
Ces éléments s’entendent taxes comprises si l’entité n’est pas habilitée à déduire la 
T.V.A., mais hors T.V.A. dans le cas contraire. 
c)  Le SYSCOHADA définit comme suit le coût réel de production : 

coût d’acquisition des matières et fournitures consommées, 

charges directes de production, 

charges  indirectes  de  production,  «  dans  la  mesure  où  elles  peuvent  être 
raisonnablement rattachées à la production du bien ». 
 
 
62

Les  coûts  d’emprunt  nécessaires  au  financement  de  l’acquisition  ou  de  la  production 
d’un actif qualifié, immobilisation incorporelle, corporelle ou stock, font partie  du  coût 
du  bien  lorsqu’ils  concernent  la  période  de  production  de  cet  actif,  jusqu’à  la  date 
d’acquisition ou la date de réception définitive. 
d)  La valeur d’apport et la valeur actuelle sont normalement précisées dans les actes 
correspondants. Si non, elles sont évaluées en fonction de l’utilité du bien apporté, 
échangé ou obtenu. 
Tous  les  frais  accessoires  encourus  sont  inclus  dans  le  coût  d’acquisition  ou  de 
production  du  bien  jusqu’à  son  lieu  d’exploitation  et  à  sa  mise  en  état  de 
fonctionner. 
EXEMPLE : 
 
22.. Terrain A 
23.. Bâtiment B 
24.. Matériel C 
acheté 
construit 
acheté 
H.T. 
T.V.A  H.T. 
T.V.A.  H.T. 
T.V.A. 
Coût de production 
 
 
900 
180 
 
 
Prix facturé 
400 
 
 
 
800 
160 
Commission 5% 
20 

 
 
40 

Transport 
 
 
 
 
300 
60 
Assurance 
 
 
 
 

 
Douane 
 
 
 
 
15 
 
Transit 
 
 
 
 
10 

Montage 
 
 
 
 
100 
20 
Mise en route 
 
 
 
 
20 

Honoraires Architecte 
 
 
45 

 
 
Honoraires Notaire 
15 

 
 
 
 
Droits de mutation 
50 
 
 
 
 
 
Cout emprunt jusqu’à réception 
 
 
35 
 
 
 
définitive du bien 
Estimation des coûts relatifs au 
 
 
 
 
 
démantèlement et à la remise en 
200 
état du site 
Total valeur comptabilisée 
485 
7  1 180 
189  1 291 
254 
 
 
          Coût de l’emprunt au-delà de la  réception définitive du bien (compte 671)              70 
 
 
 
 
63

SECTION 3 : Immobilisation en service  
3.1. Mise en service 
a)  L’immobilisation entre dans le patrimoine de l’entité dès son acquisition, sur la base 
de la facture, ou dès sa livraison à elle-même, sur la base d’un constat. Mais elle ne 
coïncide pas nécessairement avec la mise en service. 
b)  La date de mise en service est la date à laquelle l'actif immobilisé est en l'état et en lieu 
d'utilisation prévue par l'entité. Elle n’entraîne en principe aucune écriture comptable, 
mais constitue, en principe, le point de départ de l’amortissement. 
3.2. Amortissement 
    3.2.1. Principes généraux 
a)  L’amortissement consiste pour l’entité à répartir le montant amortissable du bien sur 
sa durée d’utilité selon un plan prédéfini.  
Le montant du bien amortissable s'entend de la différence entre le coût d'entrée d’un 
actif et sa valeur résiduelle prévisionnelle. 
La valeur résiduelle prévisionnelle d'un actif est le montant estimé, à la date de mise 
en service, qu'une entité obtiendrait de la sortie de l'actif, après déduction des coûts de 
sortie estimés. 
b)  La durée d'utilité est définie en fonction de l'utilité attendue de cet actif pour l’entité. 
Tous les facteurs suivants sont pris en considération pour déterminer la durée d’utilité 
d’un actif : 
-  l'usage attendu de cet actif par l'entité, évalué par référence à la capacité ou à la 
production physique attendue de cet actif ; 
-  l'usure physique attendue dépendant notamment des cadences de production et de 
la maintenance ; 
-  l'obsolescence  technique  ou  commerciale  découlant  de  changements  ou 
d'améliorations dans la production ou d’une évolution de la demande du marché 
pour le produit ou le service fourni par l’actif ; 
-  les  limites  juridiques  ou  similaires  sur  l'usage  de  l'actif,  telles  que  les  dates 
d'expiration des contrats de location. 
         
 
64

        3.2.2. Modes d’amortissement 
Différents modes d'amortissement peuvent être utilisés pour répartir de façon systématique le 
montant amortissable d'un actif sur sa durée d'utilité. Ces modes incluent : 
•  le mode linéaire qui conduit à une charge constante sur la durée d'utilité de l'actif ; 
•  le mode dégressif à taux décroissant qui conduit à une charge décroissante sur la durée 
d'utilité de l'actif; 
•  le  mode  des  unités  de  production  ou  unités  d’œuvre  (nombre  de  pièces  produites, 
heures  de  fonctionnement,  nombre  de  kilomètres  parcourus,  nombre  d’heures  de 
travail etc.) qui donne lieu à une charge basée sur l'utilisation ou la production prévue 
de l'actif ; 
•  et tout autre mode mieux adapté.  
Un mode d’amortissement basé sur les revenus générés par l'utilisation de l'actif est interdit 
pour  les  immobilisations  corporelles.  De  même,   l’amortissement  financier   qui  consiste  à 
amortir  une  immobilisation  au  même  rythme  que  le  coût  de  son  financement  n’est  pas 
autorisé. 
                  3.2.2.1. Amortissement dégressif à taux décroissant 
Le  mode  d’amortissement  dégressif  à  taux  décroissant  ou  méthode  SOFTY  (Sum  Of  The 
Year’s  digits)  consiste  à  amortir  l’immobilisation  selon  une  suite  arithmétique  décroissante 
par l’application d’un taux décroissant à la base amortissable.  
L’amortissement dégressif à taux décroissant est utilisé lorsqu’il permet au mieux de traduire 
le rythme de consommation des avantages économiques attendus. Ce mode d'amortissement 
comptable ou économiquement justifié conduit à une charge décroissante sur la durée d'utilité 
de l’immobilisation. 
•  Taux décroissant 
Le taux décroissant (TD) est obtenu en faisant le rapport entre le nombre d’années  restant à 
courir jusqu’à la fin de la durée d’utilité du bien et de la somme des numéros d’ordre de 
l’ensemble des années : 
$%&'() +’-..é)0  ()01-.1 à 3%4(5( 64074’à 8- 95. +) 8- +4(é) +’415851é +4 '5).
!" =
 
:%&&) +)0 .4&é(%0 +’%(+() +) 8;).0)&'8) +)0 -..é)0
65

Ainsi, pour une durée d’utilité   de 5 ans par exemple, on fait la somme des numéros 
d’années :1 + 2 + 3 + 4 + 5 = 15 ; 
et ensuite, on détermine les taux décroissants de la façon suivante : 
Année 1 = 5/15 ; Année 2 = 4/15 ; Année 3 = 3/15 ; Année 4 = 2/15 ; Année 5 = 1/15. 
•  Annuité d’amortissement= base amortissable x taux décroissant de l’exercice. 
La base d’amortissable reste constante d’un exercice à l’autre. 
Remarque : si l’on désigne par n le nombre d’année, V la valeur à amortir et p une année 
quelconque, la dotation aux amortissements de l’année p s’obtient grâce à la formule. 
 Annuité d’amortissement  = <=([email protected]) 
?([email protected])
La suite des dotations est en progression arithmétique décroissante. 
 
 
           
AP    
P   
L     
I      
CAT   
I   
O     
N       
13    Amortissement dégressif à taux décroissant 
 
 
Le  01/01/N,  une  entité  a  acquis  une  machine-outil  dont  le  coût  d’acquisition  est  de 
 
550 000. La valeur résiduelle est estimée à 50 000. La durée d’utilité de la machine est 
estimée à 5 ans. 
 
 
Plan d'amortissement 
Base  
Taux 
Annuité 
Amortissements 
Valeur nette 
Date 
amortissable 
d'amortissement 
d'amortissement 
cumulés 
comptable  
31/12/N 
500 000 
5/15 
166 667(1) 
166 667 
383 333 
31/12/N+1 
500 000 
4/15 
133 333(2) 
300 000 
250 000 
31/12/N+2 
500 000 
3/15 
100 000(3) 
400 000 
150 000 
31/12/N+3 
500 000 
2/15 
66 667(4) 
466 667 
83 333 
31/12/N+4 
500 000 
1/15 
33 333(5) 
500 000 
50 000 (6) 
 
(1) 500 000 x (5/15) = 166 666,67 
ou 2V(n + 1 – p) / n(n + 1) = 2x500 000x(5+1-1) / 5x6 = 166 666,67 
(2) 500 000 x (4/15) = 133 333,33 
(3) 500 000 x (3/15) = 100 000 
(4) 500 000 x (2/15) = 66 666,67 
(5) 500 000 x (1/15) = 33 333,33 
(6) Valeur comptable nette = valeur brute au bilan - amortissements cumulés. 
 
66

                    3.2.2.2. Amortissement par unités d’œuvre 
Ce  mode  d’amortissement  consiste  à  repartir  le  montant  amortissable  en  fonction  d’unités 
d’œuvre  qui  peuvent  être  le  nombre  de  de  produits  fabriqués,  le  nombre  de  kilomètres 
parcourus, le nombre d’heures de fonctionnement d’une machine, nombre d’heure de travail, 
etc. 
L’annuité d’amortissement est obtenue en multipliant la base amortissable par le rapport entre 
le  nombre  d’unités  d’œuvre  consommés  pendant  l’exercice  et  le  nombre  total  d’unités 
d’œuvre prévues. 
Annuité d’amortissement = base amortissable X   ?TUVWX Y′[?\]é^ Y′TX[_WX `T?^TUUé^
]T]ab Y′[?\]é^ Y′TX[_WX CWé_[X^
Le nombre total d’unités d’œuvre prévues est déterminé en fonction de la durée d’utilité de 
l’immobilisation. 
Remarque  :  pour  le  calcul  des  annuités  d’amortissement,  on  n’applique  pas  de  prorata 
temporis car les annuités se calculent en fonction des unités d’œuvre consommés et non en 
fonction du temps ; 
 
           
AP    
P   
L     
I      
CAT   
I   
O     
N       
14   Amortissement par unités d’œuvre 
 
 
Le  01/01/N,  une  entité  a  acquis  une  machine-outil  dont  le  coût  d’acquisition  est  de 
 
550 000. La valeur résiduelle est estimée à 50 000. La durée d’utilité de la machine est 
estimée à 5 ans. 
 
On  vous  indique  que    les  avantages  économiques  attendus  sur  les  5  exercices  sont 
mesurés en fonction des unités fabriquées soit respectivement : 
 
Années 
N+1 
N+2 
N+3 
N+4 
N+5 
Total 
Unités fabriquées 
150 000  250 000 
250 000 
50 000 
50 000 
750 000 
   
Base d’amortissement = 550 000 -50 000 = 500 000 
Base  
Amortissements 
Valeur nette 
Date 
amortissable 
Amortissement 
cumulées 
comptable 
31/12/N 
500 000 
100 000 (1) 
100 000 
450000 
31/12/N+1 
500 000 
166 667 
266 667 
283 333 
31/12/N+2 
500 000 
166 667 
433 334 
116 666 
31/12/N+3 
500 000 
33 333 
466 667 
83 333 
31/12/N+4 
500 000 
33 333 
500 000 
50 000 (2) 
 
(1) (550 000 – 50 000) x 150 000 /750 000 = 100 000.  
(2) Valeur comptable nette = valeur brute au bilan - Amortissements cumulés. 
67

        3.2.3. Comptabilisation 
Pour que l’amortissement n’affecte pas les comptes d’immobilisations 21 à 24 eux-mêmes, le 
SYSCOHADA  préconise  l’amortissement  indirect,  c’est-à-dire  l’utilisation  de  comptes 
d’amortissements qui sont des démembrements des comptes d’immobilisations, sur la base de 
l’écriture suivante: 
                            _______________                    ______________ 
681.    
Dotations aux amortissements d’exploitation            X 
852.   
Dotations aux amortissements H.A.O.                      X 
 
 
28..   
Amortissements 
 
 X 
                            ________________                  ______________  
 
a)  Le  compte  principal  28  est  subdivisé  à  l’image  des  comptes  21  à  24.  Ses  soldes 
créditeurs figureront à l’actif du Bilan, en soustraction. 
b)  En règle générale, les dotations relèvent du compte 681, même si elles concernent un 
exercice antérieur, et cela malgré le principe de la spécialisation des exercices. Seules 
relèvent  du  compte  852  les  dotations  dues  à  la  restructuration  de  l’entité,  ou  à  des 
événements extraordinaires. 
c)  Les  amortissements  dérogatoires  sont  des  provisions  réglementées  ;  ils  ne 
correspondent à une répartition du montant amortissable du bien sur sa durée d’utilité 
et sont enregistrés comme suit : 
                            _______________                    ______________ 
851.   
Dotations H.A.O. aux provisions réglementées        X 
 
 
151.   
Amortissements dérogatoires 
 

                            ________________                  ______________  
 
d)  Toute  modification  significative  dans  l'environnement  juridique,  technique, 
économique  de  l’entité  et  dans  les  conditions  d'utilisation  du  bien  est  susceptible 
d'entraîner  la  révision  du  plan  d'amortissement  en  cours  d'exécution.  En  cas  de 
révision d’un plan d’amortissement (cas a priori très rare), les reprises éventuelles sont 
enregistrées comme suit, selon le cas : 
                            _______________                    ______________ 
28..    
Amortissements                                                    X 
 
 
798.   
Reprises d’amortissements 
 

 
 
862.   
Reprises H.A.O. d’amortissements  
 

                            ________________                 ______________  
 
 
 
68

SECTION 4 : Décomptabilisation de l’immobilisation 
4.1. Principes 
a)  Le  SYSCOHADA  rappelle  d’abord  que  la  décomptabilisation  d’une  immobilisation 
donne en principe lieu à trois écritures :  
-  la comptabilisation de la valeur de sortie, si celle-ci est « supérieure à zéro » au 
compte 82 ; 
-  la constatation de l’amortissement complémentaire pour la période écoulée entre 
l'ouverture de l'exercice et la date de cession du bien ; 
-  l’enregistrement de la décomptabilisation du bien  pour sa valeur nette des seuls 
amortissements  au  compte  81  (car  les  provisions  pour  dépréciation  sont 
«reprises»). 
 
F  Remarque : En pratique, la première écriture est enregistrée en cours d’exercice, 
au  moment  d’établissement  de  la  facture  de  vente.  Les  deux  dernières  sont  en 
général comptabilisées en fin d’exercice, dans le cadre des travaux d’inventaire. 
b)  Les  décomptabilisations  d'immobilisations  considérées  comme  courantes  (fréquentes 
et récurrentes) ne sont pas enregistrées aux comptes 81 et 82, mais dans les comptes 
654 (Valeur comptable) et 754 (Prix de cession) ; exemples : transporteurs ; loueurs de 
matériels   
c)  Le SYSCOHADA distingue ensuite quatre cas de décomptabilisation, résumés dans le 
terme générique de « cession » : la mise au rebut, la destruction, la vente et l’échange. 
 
4.2. Mise au rebut 
a)  L’immobilisation mise au rebut est retirée du patrimoine sans aucune contrepartie. Si 
l’épave est cédée, même pour une somme minime, il s’agit d’une vente, et non d’une 
mise au rebut. 
b)  La comptabilisation se limite donc aux deux opérations suivantes :  
-  l’amortissement complémentaire de l’exercice 
                              _______________                   ______________ 
681.    
Dotations aux amortissements d’exploitation            X 
 
 
28..   
Amortissements 
 

                              ________________                 ______________  
 
69

-  la  détermination  de  la  valeur  nette  après  amortissements,  dans  le  compte  hors 
activité courante 81 ou dans le compte 654 en cas de cession courante (fréquente 
et récurrente) : 
o  la reprise de la valeur brute ou d’entrée 
                              _______________                    ______________ 
81..     
Valeurs comptables des cessions d’immobilisations 
 X 
654.    
Valeur comptable des cessions courantes  
 
   
d’immobilisations 

 
  22.. à 24..   
Actif immobilisé 
 

                              ________________                 ______________  
 
o  le cumul des amortissements pratiqués sur le bien 
                              _______________                   ______________ 
28..     
Amortissements       
 X 
 
  81..  
 
Valeurs comptables des cessions  
 
   
 
d’immobilisations 
 
 X 
 
  654. 
 
Valeur comptable des cessions courantes  
 
   
 
d’immobilisations 
 

                              ________________                 ______________  
 
4.3. Destruction 
Le traitement de l’immobilisation détruite, en général accidentellement, dépend de son 
régime d’assurance. 
a)  Si elle n’est pas assurée, ou si l’assurance ne couvre pas la destruction, elle est traitée 
comme la mise au rebut ci-dessus expliquée. 
b)  Si  l'entité  sinistrée  bénéficie  d’une  indemnité,  l’opération  est  assimilée  à  une  vente, 
l’indemnité d’assurance formant le prix de cession. 
 
4.4. Vente 
a)  En cas de vente, les écritures ci-dessus passées au §1- mise au rebut sont à enregistrer, 
à l’identique, mais sont complétées par l’enregistrement de la créance sur cession : 
 
                             _______________                   ______________ 
485.    
Créances sur cessions d’immobilisations                  X 
 
 
82..   
Produits des cessions d’immobilisations 
 

                             ________________                 ______________  
 
 
 
 

70

ou en cas de cession courante                           
                              __
____________                     ______________ 
414.    
Créances sur cessions d’immobilisations                  X 
 
 
754.   
Produits des cessions courantes  
 
 
   
d’immobilisations 
 

                              ________________                 ______________  
 
b)  La  plus  ou  moins-value  de  cession  n’apparaît  pas  en  comptabilité.  Elle  devra  être 
déterminée par comparaison des soldes correspondants des comptes 82 et 81 ou 754 et 
654. 
4.5. Echange 
a)  Dans  l’opération  d’échange,  l’ancienne  immobilisation  est  remplacée  par  une 
nouvelle, en général moyennant le paiement d’une soulte. L’achat d’un véhicule avec 
reprise d’un ancien peut être assimilé à une opération d’échange dont le supplément de 
prix est important. 
b)  Dans  ces  cas,  il  ne  suffit  évidemment  pas  de  comptabiliser  l’entrée  d’une  nouvelle 
immobilisation  à  la  valeur  correspondant  à  la  soulte.  Il  convient  d’enregistrer 
séparément : 
 
 
-  la vente de l’ancien bien au prix de reprise : 
                              _______________         a         ______________ 
681.    
Dotations aux amortissements                                  X   
 
 
28..   
Amortissements 
 

                              ______________           b         ______________ 
 
 
81..     
Valeurs comptables des cessions d’immobilisations 

 
 
  22.. à 24..   
Actif immobilisé 
 
 X 
                              ____________               d°        ______________ 
 
 
28..     
Amortissements                                                        X   
 
 
81..   
Valeurs comptables des cessions  
 
 
   
d’immobilisations 
 

                              ____________                c        ______________ 
 
 
485.    
Créances sur cessions d’immobilisations                X   
 
 
82..   
Produits des cessions d’immobilisations 
 

                              ______________                _________________           
     
 
 
NB 
: s’il s’agit d’une cession courante, le compte 654 sera utilisé à la place de 81 et 
754 à la place de 82.   

-  l’acquisition du nouveau bien à sa valeur actuelle ( prix de reprise majoré de la 
soulte) : 
                              _______________          d       ______________ 
  
2     
Actif immobilisé   

 
 
481.   
Fournisseurs d’investissements 
 

                              ________________                 ______________  
 
71

4.6. Vente ou échange avec plus-value à réinvestir 
 
a)  La plus-value de cession, constituée de la différence entre les soldes des comptes 82 et 
81 ou des comptes 754 et 654, augmente le résultat, et accroît par conséquent la charge 
d’impôts sur les bénéfices.  
En  vue  d’encourager  les  entités  à  remplacer  d’anciennes  immobilisations  par  de 
nouvelles,  certaines  législations  fiscales  exonèrent  d’impôt  cette  plus-value,  sous 
condition  de  réinvestissement,  dans  un  délai  déterminé,  dans  une  nouvelle 
immobilisation,  dont  la  base  d’amortissement  sera  diminuée  d’autant.  La  mesure 
revient  à  exonérer  d’impôt  un  produit  dans  l’année  n,  mais  à  ne  pas  permettre  la 
déductibilité d’une charge équivalente durant les années postérieures (n + k), donc à 
retarder dans le temps une charge d’impôt. 
b)  Cette  «  plus-value  de  cession  à  réinvestir  »  est  constituée,  comme  toute  «  provision 
réglementée  »,  à  la  fin  de  l’exercice  durant  lequel  la  cession  a  eu  lieu,  sans  que  les 
enregistrements en 81 et en 82 ou encore en 654 et en 754 soient modifiés : 
                       _______________                   ______________ 
 
851.    
Dotations H.A.O. aux provisions réglementées           X 
  
152.   
Plus-values de cession à réinvestir 
 
  X 
                       ________________                 ______________  
Ces  comptes  peuvent  être  subdivisés  par  nature,  ou  par  année  de  formation  de  la  plus-
value. 
c)  Au cours des exercices suivants, la plus-value doit être reprise (comme toute provision 
réglementée) en cas de remploi total ou partiel, par l’écriture suivante : 
                       _______________                   ______________ 
 
152.    
Plus-values de cession à réinvestir                        X 
  
861.   
Reprises H.A.O. de provisions règlementées 
 

                       ________________                 ______________  
 
 
           
AP    
P   
L     
I      
CAT   
I   
O     
N       
15     Décomptabilisation d’un matériel informatique 
 
 
L  e 30 juin N+5, une entité cède  à crédit un matériel informatique acquis  au cours de 
l’  exercice N au prix de 500. Le prix d’achat de ce matériel informatique en N est de 10 
 
000.  Les  amortissements  cumulés  au  30  juin  N+5  s’élèvent  à  9  800  dont  1  800  de 
 
dotation complémentaire. 
 
72

Ecritures de décomptabilisation 
 
 
 
30/06/N+5   
 
 
4852 
 
Créances sur cessions 
 
 
 
 
d’immobilisations  corporelles 
500 
 
                  
 
 
822            Produits des cessions d’immobilisations      
 
500 
 
corporelles 
    
                    
(Prix de vente du matériel informatique) 
 
 
 
31/12/N+5   
 
 
6812 
 
Valeurs nettes comptables des cessions d’immo. 
1 800 
 
 
 
corporelles 
 
 
 
 
28442 
 Amortissement du matériel informatique       
 
1 800 
(Dotation complémentaire) 
 
 
 
d° 
 
 
 
812 
 
Valeurs nettes comptables des cessions d’immo. 
   200 
 
28442 
 
corporelles 
9 800 
 
Amortissement du matériel informatique  
 
 
2442                 Matériel informatique       
 
10 000 
(décomptabilisation du matériel informatique) 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
            
AP    
   
L     
I      
CAT   
I   
O     
N       
16    Plus-value à réinvestir  
 
Un matériel de transport automobile de 1 200 H.T. (T.V.A. de 20 %), acquis le 2/1/N et 
 
amorti  au  taux  linéaire  de  15  %  est  cédé  le  30  septembre  N  +  2  au  prix  de  1 105. 
 
L'entité  prend  l'engagement  de  réinvestir  la  plus-value,  et  acquiert  à  ce  titre  le                       
 
2/1/N + 3 un nouveau matériel de 1 500 H.T., amorti au taux annuel de 25 %. 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
73

Ecritures 
                              _______________     02/01/N ______________ 
2451   
Matériel automobile 
1 200 
4451   
Etat, T.V.A. récupérable sur immobilisations 
240 
 
 
 
4812   
Fournisseurs d’immobilisations 
 
1 440 
                              _____________ 31/12/N et N+1  ____________ 
 
 
6813    
Dotations aux amortissements des immob. 
180 
 
 
 
2845   
Amort. du matériel de transport 
 
180 
                              ____________         30/09/N+2  _____________ 
 
 
6813   
Dotations aux amortissements des immob. 
135 
 
 
2845   
Amort. du matériel de transport 
 
135 
 
 
  180 X 9/12=135 
                              ____________                d°       ______________ 
 
 
2845   
Amort. du matériel de transport 
495 
 
 
 
812.   
Val. Compt. des cessions d’immob. corp. 
 
495 
 
 
  180+180+135=495 
                              ______________           d°        ______________           
     
812         
Val. Compt. des cessions d’immob. corp. 
1200 
 
 
 
2451.   
        Matériel automobile 
 
1200 
 
 
 
 
                              ______________           d°        ______________           
     
4851   
Créances sur cessions d’immobilisations 
1 105 
 
 
 
822.   
Produits des cessions d’immob. corp. 
 
1 105 
                        
31/12/N+2 
851.    
Dotations H.A.O. aux provisions réglementées  
400 
 
 
 
152.   
Plus-values de cession à réinvestir 
 
400 
 
 
  1 105 – (1 200-495) = 
                              ____________         02/01/N+3  _____________ 
 
 
2451   
Matériel automobile 
1 500 
4451   
Etat, T.V.A. récupérable sur immobilisations 
300 
 
 
 
4812   
Fournisseurs d’immobilisations corp. 
 
1 800 
                              ____________        31/12/N+3     ____________ 
 
 
6813    
Dotations aux amortissements des immob. 
375 
 
 
 
2845   
Amort. du matériel de transport 
 
375 
 
 
  1 500 X 25% = 375 
                              ______________       d°        ________________           
     
 
152.    
Plus-values de cession à réinvestir 
100 
  
861.   
Reprises H.A.O. de provisions règlementées 
 
100 
  
  400 X 25% = 100 
 
Remarque : Les deux écritures de sortie du matériel de transport du patrimoine peuvent être 
regroupées en une seule : 
 
 
 
 
 
 
 
30/09/N+2 
812 
 
Val. Compt. des cessions d’immob. corp. 
705 
 
2845 
 
Amort. du matériel de transport 
495 
 
 
 
 
 
 
 
2451 
         Matériel automobile 
 
1 200 
 
 
 
 
 
 
 
       
 
 
 
 
74

 
     Régularisations périodiques 
Chapitre 6 
 
 
Les « écritures d’inventaire » ou « régularisations périodiques » sont passées : 
 
-  à l’issue de chaque période dans le cas où l’entité établit des situations intermédiaires, 
-  au plus tard la fin d’un exercice comptable assimilé par le SYSCOHADA à l’année 
civile. 
Elles consistent à : 
-  régulariser les stocks de l’entité, 
-  constater les dépréciations survenues en cours de période ou d’exercice, 
-  effectuer d’autres régularisations de charges et de produits qui entraînent des créances 
et des dettes. 
 
SECTION 1 : Régularisation des stocks 
1.1. Inventaire intermittent 
a)  Le  SYSCOHADA  reconnaît,  comme  les  autres  plans  comptables,  la  tenue  de 
comptabilité  en  inventaire  intermittent.  Les  stocks  de  fin  de  période  ou  d’exercice 
sont  constatés  par  un  inventaire  physique,  et  substitués  aux  stocks  de  début  de 
période par l’intermédiaire d’un compte de « variation de stock » : 
-  603 pour les biens provenant d’une opération située en amont dans le circuit de 
l’entité  :  marchandises  (6031),  matières  premières  et  fournitures  liés  (6032), 
autres approvisionnements (6033), 
-  73 pour les biens et services provenant d’une opération située en aval dans ledit 
circuit  :  produits  en  cours  (734),  services  en  cours  (735),  produits  finis  (736), 
produits intermédiaires et résiduels (737). 
Ces comptes peuvent être subdivisés par rubriques de nomenclature. 
 
b)  Si le nouveau stock est supérieur à l’ancien, il y a « stockage », et les soldes de ces 
comptes de variations seront créditeurs. 
 
75

EXEMPLE : 
Stock initial : 10, stock final : 12, soit un stockage de 2 
                                                       3… stock              603 ou 73.. variation  
-  report du stock initial   
       10 
-  annulation du stock initial 
 
    10 …………..10 
-  constatation stock final                    12 …………………………..12 
                     
Solde  
 
 
 
 débiteur : 12 
  créditeur : 2 
 
 
On peut aussi « mettre à jour » le stock par le seul enregistrement de la variation de 
l’exercice (ici augmentation de 2) :  
                                                       3… stock              603 ou 73.. variation  
-  report du stock initial   
       10 
-  ajustement du stock final 
         2 ……………………………2 
Solde 
 
 
 
 débiteur : 12 
  créditeur : 2 
 
 
 
 
 
 
c)  Si le nouveau stock est inférieur à l’ancien, il y a « déstockage », et les soldes des 
comptes variations des stocks seront débiteurs. 
 
1.2. Inventaire permanent 
a)  Le SYSCOHADA prévoit également la tenue des comptes en inventaire permanent. 
Il reconnaît ainsi la conception de base qui justifie l’existence de la classe 3 : des 
comptes  «  à  part  entière  »  qui  enregistrent  toutes  les  entrées  et  toutes  les  sorties, 
donc les flux bruts. L’inventaire permanent permet à l’entité de connaître à chaque 
instant : 
-  le montant de ses stocks, 
-  le coût d’achat des marchandises vendues, 
-  le coût des matières premières et fournitures liées engagées dans le processus de 
fabrication. 
b)  Dans cette conception, les achats seraient enregistrés directement en classe 3, et les 
comptes  603  et  73  serviraient  normalement  à  enregistrer  :  les  différences 
d’inventaire constatées en fin de période ou d’exercice : 
-  les manquants au débit, 
-  les excédents au crédit. 
 
76

c)  Cependant, pour ne pas déroger au jeu des comptes d’achats 601, 602, 604 et 608, 
qui intéressent les gestionnaires comme les services statistiques et de vérification 
fiscale, le SYSCOHADA étend le schéma d’écriture de l’inventaire intermittent à 
toutes les entrées en stock, et à toutes les sorties, quel qu’en soit le motif : 
                                                       3… stock              603 ou 73.. variation  
a-  Reports (début d’exercice)                   a 
b-  sorties (consommation, manquants) 

      b………………b   
 
c-  entrées (achats, excédents)                   c…………………………… c 
 
1.3. Charges constatées d’avance   
Le  principe  de  spécialisation  des  exercices  exige  que  la  partie  non  consommée  en  fin 
d’exercice  soit  extraite  des  charges,  et  portée  à  un  compte  d’actif  476  Charges 
constatées d’avance, qui représente une créance sur l’exercice suivant. 
EXEMPLE : 
Des  fournitures  d'entretien  enregistrées  en  cours  d'exercice  pour  60  ne  sont 
consommées que pour les 3/4, et des fournitures administratives facturées 50 que pour 
moitié. 
                                                                            6054                           6055         ___476____   
a-  cumul de l’exercice 
 
       60                        50 
 
 
 
b-  stock final : 60 X 1/4                                     15……………………… 15 
c-  Stock final : 50 /2                                                                      25 …… 25 

 
Charge réelle de l’exercice                   débiteur : 45          débiteur : 25   
 
 
 
 
 
 
 
 
 
SECTION 2 : Amortissements 
2.1. Dotations 
a)  L’article  45  de  l’acte  uniforme  définit  l’amortissement  comme  la  répartition  du 
montant  amortissable  du  coût  du  bien  sur  sa  durée  d’utilité  probable  d'utilisation 
selon un plan prédéfini. 
Cet amortissement est constaté : 

par une dotation, charge non suivie d’une dépense, à l’opposé d’un frais, 

par une diminution de valeur de l’immobilisation correspondante. 
 
77

b)  La dotation est enregistrée, selon son caractère, au débit de : 
-  681  Dotations  aux  amortissements  d’exploitation,  s’il  s’agit  d’une 
immobilisation incorporelle ou corporelle destinée à l’activité courante, 
-  852  Dotations  aux  amortissements  H.A.O.,  si  la  dépréciation  est  due  à  une 
destruction  accidentelle,  à  une  restructuration  de  l’entité  ou  à  un  abandon  du 
bien. 
c)  La diminution de valeur est enregistrée au crédit d’un compte 281 à, 284 s’il s’agit 
d’une  immobilisation  incorporelle  ou  corporelle  (pratique  de  l’amortissement 
indirect). 
Les comptes 28 présenteront un solde créditeur, et figureront à l’actif du bilan en 
soustraction. 
             
AP    
P   
      
I      
CAT   
I   
O     
N       
17    Dotations aux amortissements 
 
En fin d'exercice, il convient d'amortir :  
  a - à 10 % un brevet enregistré pour 50, 
b - à 20 % un matériel de transport acquis le 1er juillet pour 150,  
  c - un matériel industriel acquis pour 50, cumul des amortissements en fin d’exercice 
30, mais mis au rebut, 
d - un ensemble informatique acquis pour 120, déjà amorti à 25 % l'an durant 30 mois, 
  utilisé durant l'année, et abandonné en fin d'exercice à la suite d'une fusion. 
 
 
                              _______________         a        ______________ 
6812   
Dotations aux amort. des immob. incorp. 

 
 
 
2812   
Amortissements des brevets 
 

                              ______________           b         ______________ 
 
 
6813   
Dotations aux amort. des immob. corp. 
15 
 
 
 
2845   
Amortissements du matériel de transport 
 
15 
                              ____________               c         ______________ 
 
 
812     
Val. Compt. des cessions d’immob. corp.                20 
2841                      Amort. du matériel et outillage comm. et indus.        30 
                 2411             Matériel industriel                                                                50 
                              ____________                d        ______________ 
 
 
6813   
Dotations aux amort. des immob. corp. 
30 
 
 
2844   
Amortissements du matériel et mobilier    
 
30 
 
 
  Dotation exercice en cours : 120 X 25% 
                              ______________ exercice N+1    ___________                                
 852.   
Dotations aux amortissements H.A.O. 
15 
 
 
  2844 
 
Amortissements du matériel et mobilier 
 
15 
 
   
Dotation du bien abandonné maintenu dans  
 
   
les immobilisations  
 
 
 
 
                                        ____________                             ____________ 
78

2.2. Amortissements dérogatoires 
a)  Lorsque  la  dotation  fiscalement  autorisée  dépasse  la  dotation  économique,  la 
différence est enregistrée :  
-  au  débit  de  851  Dotations  aux  provisions  règlementées,  qui  est  une  dotation 
H.A.O.,  
-  au  crédit  du  compte  de  Provisions  réglementées  :  151  Amortissements 
dérogatoires,  avec  une  subdivision  adéquate,  permettant  de  suivre  les 
amortissements dérogatoires par catégories d’immobilisation. 
b)  Lorsque  la  dotation  fiscale  devient  inférieure  à  la  dotation  économique,  la 
différence est reprise : 
-   au débit de 151 Amortissements dérogatoires

au  crédit  de  861  Reprises  de  provisions  règlementées,  qui  est  une  reprise 
H.A.O. 
             
AP    
P   
L     
I      
CAT   
I   
O     
N       
18      Amortissements dérogatoires 
 
Un matériel de transport de 600, mis en   service en début d'exercice n, fait l'objet d'un 
amortissement économique linéaire sur 4 ans, mais d'un amortissement fiscal dégressif 
de 40 %. 
 
                                        ___151__         __2845__     ___6313_   ___851_   __861___ 

240 
150                   90                    150         150            90 
 
 
n + 1  144 
150              6                           150         150                                       6 
n + 2  108 
150            42                           150         150                                     42 
n + 3  108 
150            42                           150         150                                     42 
             ___      ___            _____               _______       ______      _______     ______ 
Total ou solde  600 
600                 0                        600         600             90                     90 
 
2.3. Reprises d’amortissement 
a)  les  reprises  d’amortissement  dérogatoires  sont  traitées  comme  dit  ci-dessus,  et 
celles  qui  intéressent  les  plus-values  à  réinvestir  sont  étudiées  au  chapitre  5,               
section 4.  
Attention  !  Malgré  leur  nom,  «  Dotations  et  Reprises  d’amortissements 
dérogatoires  »  sont  des  dotations  et  reprises  de  provisions  (réglementées,  donc 
H.A.O.). 
79

b)  Les  autres  reprises  d’amortissements  éventuelles,  consécutives  à  une  révision  du 
plan d’amortissement initial, font l’objet d’une écriture du type 
                             _______________                   ______________ 
28..    
Amortissements                                                      X 
 
 
798.    
Reprises d’amortissements 
 
X  
                            ________________                 ______________  
Elles ont un caractère tout à fait exceptionnel. 
 
 
SECTION 3 : Dépréciations  
Le  SYSCOHADA  fait  la  distinction  entre  la  dépréciation  et  la  provision  définies  par  les 
articles  46  et  48  de  l’Acte  uniforme  relatif  au  droit  comptable.  Désormais,  les  dotations  ou 
charges pour dépréciations indiqueront d’une perte de valeur d’un élément d’actif alors que 
les dotations ou charges pour provisions constituent un passif externe (dette) dont l'échéance 
ou le montant est incertain. 
3.1. Dotations ou charges pour dépréciations 
a)  L’article 46 de l’Acte uniforme relatif au Droit comptable définit la dépréciation 
comme la perte de valeur d’un actif. A la clôture de chaque exercice une entité doit 
apprécier, s’il existe un quelconque indice qu’un actif a subi une perte de valeur. 
S’il existe un tel indice, l’entité doit estimer la valeur actuelle de l’actif concerné et 
la comparer avec la valeur nette comptable. 
b)  Après la comptabilisation d'une perte de valeur, l'amortissement de l'actif doit être 
calculé sur la base de la valeur comptable brute diminuée de la valeur résiduelle 
prévisionnelle et de la dépréciation. 
c)  Pour les immobilisations, cette dépréciation est constatée par une dotation et pour 
les autres éléments de l'actif, par une charge pour dépréciations 
3.2. Dotations aux dépréciations 
a)   Selon leur caractère, les dotations sont enregistrées au débit des comptes : 
-  691  Dotations  aux  dépréciations  d’exploitation,  s’il  s’agit  d’une 
immobilisation incorporelle (6913) ou corporelle (6914),  
-  697 Dotations aux dépréciations financières, s’il s’agit d’une immobilisation 
financière (6972),  
80

-  853  Dotations  aux  dépréciations  H.A.O.,  si  la  dépréciation  est  due  à  un 
événement extraordinaire ou à la restructuration de l’entité. 
b)   Selon leur nature, les dépréciations correspondantes sont enregistrées au crédit des 
comptes 291 à 297 Dépréciations d’actif immobilisé, qui présenteront un solde 
créditeur  et  figureront  à  l’actif  du  bilan,  en  soustraction,  au  même  titre  que  les 
amortissements. 
3.3. Charges pour dépréciations 
a)   Selon leur caractère, les charges pour dépréciations sont enregistrées au débit des 
comptes :  
-  659  Charges  pour  dépréciations  d’exploitation,  si  elles  intéressent  des 
valeurs d’exploitation (stocks et créances),  
-  679  Charges  pour  dépréciations  financières  (principalement  compte  6795, 
pour dépréciation des titres de placement),  
-  839  Charges  pour  dépréciations  H.A.O.,  si  elles  se  rapportent  à  des 
événements extraordinaires ou de restructuration. 
b)  Selon  leur  nature,  les  provisions  correspondantes  sont  enregistrées  au  crédit  des 
comptes : 
-  391 à 398 Dépréciations des stocks,  
-  490 à 499 Dépréciations (tiers), si elles intéressent des comptes de Tiers,  
-  590  à  599  Dépréciations  (trésorerie),  si  elles  intéressent  des  comptes  de 
Trésorerie. 
Leurs montants figureront à l’actif du bilan, en soustraction des éléments d’actif 
concernés. 
3.4. Reprises de dépréciations 
a)   Le  caractère  réversible  d’une  dépréciation  constituée  en  fin  d’exercice  «  n  » 
entraînera à la fin de « n + 1 » :  
-  soit  une  annulation  systématique  du  montant  à  fin  «  n  »  et  une  nouvelle 
dépréciation calculée à fin « n + 1 », 
81

-  soit  un  ajustement  en  augmentation  ou  en  diminution  pouvant  aller  jusqu’à 
l’annulation. 
b)  L’augmentation  de  la  dépréciation  est  traitée  comme  la  dotation  ou  comme  la 
création de charge pour dépréciations (voir ci-dessus). 
c)  Les diminutions ou les annulations sont traitées comme des reprises, 
-  Reprises de dépréciations : Crédit des comptes de produits, 
o  Reprises « d’exploitation » : 
 
§  7913  Reprises  de  dépréciations  d’exploitation  des  immobilisations 
incorporelles, 
§  7914  Reprises  de  dépréciations  d’exploitation  des  immobilisations 
corporelles. 
o  Reprises « financières » : 
§  7972  Reprises  de  dépréciations  financières  des  immobilisations 
financières. 
 
o  Reprises « H.A.O. » : 
 
§  863 Reprises de dépréciations H.A.O. 
             par le débit des comptes de dépréciations 29. 
-  Reprise de charges pour dépréciations : Crédit des comptes de produits,  
o  Reprises  «  d’exploitation  » :  759  Reprises  de  charges  pour 
dépréciations d’exploitation (7593, sur stocks, 7594 sur créances),  
o  Reprises « financières » :  779  Reprises  de  charges  pour  dépréciations 
financières (7795 sur titres de placement), 
o  Reprises « H.A.O. » : 849 reprises de charges pour dépréciations HAO. 
                           par le débit des comptes de dépréciations 39, 49, 59. 
             
AP    
P   
L     
I      
CAT   
I   
O   
N   
       
19    Dépréciations 
 
Intéressant les exercices : 
« n »  « n + 1 » 
a - Dépréciation du fonds commercial  
 
 
 
 
100 
   150 
b - Dépréciation des titres de participation  (avec influence notable) 
20 
     18 
  c - Dépréciation des stocks de marchandises 
 
 
 
40 
     35   
d - Dépréciation d’une créance de 12 sur le client A 
 
          75 %        50% 
e - Dépréciation d’une créance de 10 sur débiteur divers B                      60%       100 % 
 
f - Dépréciation de titres de placement 
 
 
 
 
17 
    11 
 
82

Ecritures en fin d’exercice « n » 
                              _______________         a         ______________ 
6913   
Dot. aux dépréc. d’exploit. des immo. incorp. 
100 
 
 
2915   
Dépréciations du fonds commercial 
 
100 
                              _____________             b             ____________ 
 
 
6972    
Dotations aux dépréc. des immob. financières 
20 
 
 
 
2963   
Dépréciations des titres de participations 
 
20 
                              ____________               c            _____________ 
 
 
6593   
Charges pour dépréciations sur stocks 
40 
 
 
391.   
Dépréciations des stocks de marchandises 
 
40 
                              ____________           d & e       ______________ 
 
 
6594   
Charges pour dépréciations sur créances 
15 
 
 
 
4912   
Dépréciations des comptes clients 
 

 
 
497.        Dépréciations des comptes débiteurs divers 
 

                              ______________           f          ______________           
     
6795   
Charges pour dépréciations sur titres de placement 
17 
 
 
 
590.   
Dépréciations des titres de placement 
 
17 
                              _____________                            ____________ 
 
 
 
Ecritures en fin d’exercice « n + 1 » 
                              _______________         a         ______________ 
6913    
Dot. aux dépréc. d’exploit. des immo. incorp. 
50 
 
 
2915   
Dépréciations du fonds commercial 
 
50 
                              _____________             b             ____________ 
 
 
2963    
Dépréciations des titres de participations 

 
 
 
7972   
Reprises de dépréc. des immo. financières 
 

                              ____________               c            _____________ 
 
 
391.    
Dépréciations des stocks de marchandises 

 
 
7593       Reprises de charges pour dépréc. sur stocks 
 

                              ____________           d             ______________ 
 
 
4912   
Dépréciations des comptes clients 

 
 
 
7594        Reprises de charges pour dépréc. sur créances 
 

                              ______________           e          ______________           
     
6594   
Charges pour dépréciations sur créances 

 
 
 
497.        Dépréciations des comptes débiteurs divers 
 

                              ______________         f             ______________ 
590.    
Dépréciations des titres de placement 

 
 
 
7795   
Reprises de charges pour dépréc. Fin. sur  
 
 
   
titres de placement 
 

                              _____________                            ____________ 
 
 

Remarque : 
Charges et produits ont été enregistrés ci-dessus dans les comptes à quatre chiffres prévus par 
le SYSCOHADA. Toutefois, pour « servir » le Compte de résultat, l’utilisation de comptes à 
trois chiffres est suffisante : 
Dotations aux dépréc. d’exploitation (691)  
Reprises de depréc. d’exploitation (791
Dotations aux dépréc. financières (697)  
 
Reprises de dépréc. financières (797
83

Dotations aux dépréciations H.A.O. (853)    
Reprises  de  dépréciations  H.A.O.  (863)
 
 
 
et, pour les charges pour dépréciations  ( C.D.) 
Charges pour dépréc. d’exploitation (659)    
Reprises de C.D. d’exploitation (759
Charges pour dépréc.  financières (679)    
Reprises de C.D. financières (779
Charges pour dépréc.  H.A.O. (839)  
 
Reprises de C.D. H.A.O. (849
(Noter le parallélisme des codifications) 
 
SECTION 4 : Provisions pour risques et charges 
4.1. Dotations et charges pour provisions  
a) 
A  l’opposé  des  dépréciations,  attachées  à  la  perte  de  valeur  d’un  élément 
d’actif,  les  provisions  sont  un  passif  externe  (dette)  dont  l'échéance  ou  le 
montant  est  incertain.  Le  terme  «  provision  »  désigne  les  provisions  pour 
risques et charges. Un passif externe est une obligation actuelle de l’entité de 
transférer une ressource économique à la suite d’événements passés.  
Les  dotations  aux  provisions  pour  risques  et  charges  à  plus  d’un  an  sont 
inscrites dans un compte de dotation aux provisions tandis que celles qui sont 
liées  à  un  risque  à  moins  d’un  an  sont  enregistrées  au  compte  charges  pour 
provisions  pour  risques  à  court  terme  selon  l’article  48  de  l’Acte  Uniforme 
relatif au droit comptable. 
b) 
Dans le premier cas, le SYSCOHADA préconise une dotation, enregistrée  
-  au débit de :  
o  6911(risques et charges) s’il s’agit d’une provision d’exploitation,  
o  6971, s’il s’agit d’une provision à caractère financier,  
o  854, s’il s’agit d’une provision hors activités ordinaires ;  
-  au crédit d’un compte de passif, 19 Provisions pour risques et charges
Ce  compte  est  subdivisé  par  nature  de  risque  (191  à  194  et  1983)  ou  de 
charge (195 à 1981, 1984, 1985). 
c) 
Dans le second cas, le SYSCOHADA les considère comme des charges « pour 
dépréciations », classées dans les charges « constatées » :   
-  au débit du compte : 
o  659, s’il s’agit de risques et charges d’exploitation,  
84

o  679, s’il s’agit de risques et charges financiers, 
 
o  839, s’il s’agit de risques et charges hors activités ordinaires (H.A.O.), 
-  au crédit d’un compte de passif  
o  499 Provisions pour risques à court terme (Tiers), qui sera intégré à 
la masse bilantielle des dettes circulantes,  
o  599 Provisions pour risques à caractère financier, intégré lui-aussi, 
par simplification opérée par le SYSCOHADA, dans le passif circulant. 
4.2. Reprises 
a) 
La nature réversible des provisions pour risques et charges constatées à la fin 
de l’exercice « n » entraîne à la fin de l’exercice « n + 1 » : 
-  soit une augmentation de provision, traitée comme une nouvelle dotation 
ou une nouvelle charge pour provisions,  
-  soit  l’ouverture,  en  classes  7  et  8,  de  comptes  de  reprises,  destinés  à 
annuler ou à réduire la provision existante. 
b) 
Les provisions à plus d’un an, enregistrées en 19, sont débitées par le crédit 
de: 
-  7911 (risques et autres charges), s’il s’agit d’une reprise d’exploitation,  
-  7971, s’il s’agit d’une reprise à caractère financier,  
-  864, s’il s’agit d’une reprise hors activités ordinaires. 
c) 
Les provisions à moins d'un an, enregistrées en 499 et 599, sont débitées par 
le crédit de :  
-  759, s’il s’agit d’une charge pour provisions d’exploitation,  
-  779, s’il s’agit d’une charge pour provisions financière,  
-  849, s’il s’agit d’une charge pour provisions hors activités ordinaires. 
 
 
           
AP    
P   
L      
I      
CAT   
I   
O     
N     
20   
      Provisions 
      Intéressant les exercices :    « n »    « n + 1 » 
 
 
a - prov. pour litige avec un ancien salarié (à moins d’un an)  
 
   10        15 
b - prov. pour service après-vente (réduite de 10 %) (à plus d’un an)  
   20        18 
 
c - prov. pour difficulté d’exécution d’un marché,  non prévue dans  
     le devis (à moins d’un an)  
 
 
 
 
 
     0         7 
d - prov. pour dette fournisseurs en $, suite hausse du cours   
 
     3         4 
 
e - prov. pour dette emprunt en monnaie étrangère, suite hausse du cours     11         8 
f - prov. pour indemnités de départ à la retraite   
 
 
 
   27       26 
 
g - prov. pour rappels d’impôts (à plus d’un an) suite changement  
     législation   
 
 
          
 
 
 
     8         0 
h - prov. pour intérêts de retard sur impôts courants (à moins d’un an)  
     1         0 
i - prov. pour pénalités sur impôts courants (à plus d’un an)  
 
     2          85
0  
 

Ecritures en fin d’exercice « N » 
                              _______________         a         ______________ 
6591   
Charges pour prov. pour risques à C.T. d’exploitation 
10 
 
 
4991   
Provisions pour risques à court terme 
 
10 
                              _____________             b             ____________ 
 
 
6911    
Dotations aux provisions d’exploitation 
20 
 
 
 
192   
Prov. pour garanties données aux clients 
 
20 
                              ____________               d            _____________ 
 
 
6591                   Charges pour prov. pour risques à C.T. d’exploitation 

 
 
4991        Prov. pour risques à C.T. d’exploitation 
 

                              ____________               e          ______________ 
 
 
6971   
Dotations aux provisions financières 
11 
 
 
 
194   
Provisions pour pertes de change 
 
11 
                              ______________           f          ______________           
     
6911    
Dotations aux provisions d’exploitation 
27 
 
 
           1961            Prov. pour pensions et obligations similaires 
 
27 
                              _____________             g             ____________ 
 
 
854      
Dotations aux prov. pour risques et charges H.A.O. 

 
 
195        Provisions pour impôts 
 

                              _____________             h             ____________ 
 
 
6591                   Charges pour prov. pour risques à C.T. d’exploitation 

 
 
 
4991   
Provisions pour risques à court terme 
 

                              ____________               i            _____________ 
 
 
6911    
Dotations aux provisions d’exploitation 

 
 
1981   
Provisions pour amendes et pénalités 
 

                              ____________                          ______________ 
 
 
 
Ecritures en fin d’exercice « n + 1 » 
                              _______________         a        ______________ 
6591                   Charges pour prov. pour risques à C.T. d’exploitation 


 
 
4991   
Provisions pour risques à court terme 
 

                              _____________             b            ____________ 
 
 
192      
Prov. pour garanties données aux clients 

 
 
 
7911   
Reprise de provisions d’exploitation 
 

                              _______________         c          _____________ 
6591                   Charges pour prov. pour risques à C.T. d’exploitation 


 
 
4991   
Provisions pour risques à court terme 
 

                              ____________               d          _____________ 
 
 
6591                   Charges pour prov. pour risques à C.T.d’exploitation 

 
          4991        Prov. pour risques à C.T. à caractère d’exploitation 
 

                              ____________               e         ______________ 
 
 
194     
Provisions pour pertes de change 

 
 
 
7971   
Reprises de provisions financières 
 

                              ______________           f         ______________           
     
1961    
Prov. pour pensions et obligations similaires 

 
 
 
7911   
Reprises de provisions d’exploitation 
 

                              _____________             g            ____________ 
 
 
195      
Provisions pour impôts 

 
 
864        Reprises de provisions pour risques H.A.O. 
 

86

                              _____________             h            ____________ 
 
 
4991   
Provisions pour risques à court terme 

 
 
 
7591   
Reprises de provisions pour risques à C.T. 
 

                              ____________               i           _____________ 
 
 
1981    
Provisions pour amendes et pénalités 

 
 
7911   
Reprise de provisions d’exploitation 
 

                              ____________                          ______________ 
 
 
 
SECTION 5 : Autres régularisations de charges 
5.1. Principe  
L’article 59 de l’Acte uniforme dispose que « le résultat de chaque exercice est indépendant 
de celui qui le précède et de celui qui le suit », et qu’il convient « de lui rattacher et de lui 
imputer les événements et opérations qui lui sont propres et ceux-là seulement ». 
Il convient en conséquence de corriger les comptes de charges (classe 6 et comptes principaux 
impairs  de  la  classe  8),  de  manière  qu’ils  n’incluent  que  les  montants  intéressant  l’exercice 
(d’où élimination nécessaire des montants se rattachant à des exercices ultérieurs), mais sans 
aucune omission (d’où addition des montants omis ou non encore enregistrés). 
5.2. Charges constatées d’avance  
a)  Lorsque  des  charges  enregistrées  en  cours  d’exercice  «  n  »  concernent 
partiellement  l’exercice  suivant  «  n  +  1  »  (ou  des  exercices  ultérieurs),  la  partie 
concernant  ce  dernier  doit  être  créditée  par  le  débit  d’un  compte  476  Charges 
constatées d’avance. Au Bilan, ce compte d’actif représentera en quelque sorte la 
créance sur l’exercice suivant. Tel est le cas : 
 
-  des  «  autres  achats  »,  enregistrés  en  605,  en  vue  d’être  immédiatement 
consommés, mais dont une partie subsiste en fait à la fin de l’exercice, 
-  des  charges  périodiques  enregistrées  durant  l’exercice,  mais  dont  la  fin  de 
période est postérieure à la date de clôture : primes d’assurances, abonnements 
souscrits, intérêts d’emprunts payés d’avance. 
b)   En revanche, les achats déjà enregistrés sur facture, mais non encore livrés, n’ont 
pas à être régularisés au niveau des charges, car le bien acheté appartient déjà à 
87

l’entité.  Leur  montant  figurera  après  inventaire  dans  le  compte  38  Stocks  en 
cours de route, en consignation ou en dépôt.  
Attention  !  Les  charges  constatées  d’avance  n’apparaissent  pas  directement  à 
l’actif du Bilan ; elles sont incluses dans les « Autres créances »
c)  Ces régularisations s’effectuent hors T.V.A. récupérable. 
             
AP    
P   
L      
I      
CAT   
I   
O     
N     
21   
     Charges constatées d’avance 
 
  a - produits d'entretien enregistrés en 6054 pour 20, et consommés à 75 %  
b - fournitures de bureau enregistrées en 6055 pour 30 et consommées à 80 %  
  c - prime annuelle d'assurance automobile échue le 30 avril : 36  
d – abonnement annuel à une revue échu le 31 mars : 16  
  e - intérêts trimestriels payés d'avance le 1er novembre : 3 
f - facture fournisseur déjà enregistrée, mais marchandise non encore livrée : 20 
 
 
Ecritures en fin d’exercice 
                              _______________                   ______________ 
476     
Charges constatées d’avance 
28 
 
 
6054   
Fournitures d’entretien non stockables 
 

 
 
6055   
Fournitures de bureau non stockables 
 

 
 
6252   
Assurances matériel de transport 
 
12 
 
 
6265   
Documentation générale 
 

 
 
6712   
Intérêts auprès établissement de crédit 
 

                              _____________                           ____________ 
 
 
381       
Marchandises en cours de route 
20 
 
 
 
6031   
Variations des stocks de marchandises 
 
20 
                              ____________                            _____________ 
 
 
 
5.3. Charges à payer  
a)  Lorsque apparaissent en fin d’exercice « n » des charges certaines le concernant, 
mais  qui  n’ont  pas  encore  été  enregistrées  faute  de  paiement  ou  de  pièce 
comptable, elles doivent être évaluées et enregistrées :   
•   au débit de comptes de charges intéressés,  
•  au crédit des comptes de la catégorie de tiers auxquels elles sont dues, dans 
un compte divisionnaire à terminaison 8 :  
88


408  Fournisseurs,  factures  non  parvenues,  s’il  s’agit  d’achats  de 
biens et de services livrés, mais non encore connus sur factures,  
-   4818  Fournisseurs  d’investissements,  factures  non  parvenues,  s’il 
s’agit  d’achats  d’immobilisations  livrées,  mais  non  encore  connus  sur 
facture,  
-   4281 et 4286 Personnel, charges à payer, s’il s’agit de congés payés, 
de rappels de salaires, de droits à participation,  

4381  à  4386  Organismes  sociaux,  charges  à  payer,  s’il  s’agit  de 
rappels de cotisation, ou de cotisations assises sur les droits à congé, ou 
à participation s’ils sont imposables,  

4486  Etat,  charges  à  payer,  s’il  s’agit  d’impositions  certaines  mais 
non encore exactement connues, ou de droits de douane dont l’échéance 
est retardée par obligation cautionnée, 

4198  Rabais,  remises,  ristournes,  et  autres  avoirs  à  accorder,  s’il 
s’agit  de  réductions  promises  aux  clients,  mais  non  encore  constatées 
sur facture d’avoir. 
b)   Les  intérêts  courus  sur  emprunts  sont  crédités  en  166  Intérêts  courus,  car  ils 
majorent le montant de la dette financière.  
c)  Il est tenu compte de la T.V.A. probable :  
-  en  général,  au  débit  du  compte  4455  T.V.A.  récupérable  sur  factures  non 
parvenues,  
-  dans le dernier cas, au débit de 4435 T.V.A. facturée sur factures à établir
 
 
 
 
 
 
89

 
           
AP    
P   
L     
I      
CAT   
I   
O     
N     
22   
    Charges à payer 
 
a   - entrée de marchandises (avec bon de livraison uniquement) achetées dans une région 
de l’espace OHADA à un fournisseur du groupe situé dans la même région de l’espace 
OHADA, pour 50 H.T., T.V.A. 10% 
 
b  -  entrée  d'un  matériel  de  transport  automobile  (avec  bon  de  livraison  uniquement)  
pour 100 H.T., T.V.A. 20 % (non récupérable) 
 
c - ristourne sur marchandise promise à un client : 10 H.T., T.V.A. 10 %  
d - droit à congé annuel de salariés nationaux à compter du 1er juin : 7/12e de 240  
 
e - cotisations sociales correspondantes : 25 %  
f - patente à prévoir au titre de l'exercice n : 21 
 
g - obligation cautionnée souscrite pour marchandises importées : 52, dont 3 d'intérêts 
h - intérêts annuels d'emprunt échus les 31 mars : 10 % de 1 000  
 
i - intérêts de retard dus à un fournisseur : 7 
 
Ecritures en fin d’exercice  
                              _______________         a         ______________ 
6013   
Achats de march. aux entités du gpe dans la région 
50 
4455   
Etat T.V.A récupérable sur fact. non parvenues 

 
 
4082   
Fournisseurs groupe fact. non parvenues 
 
55 
                              _____________             b            ____________ 
 
 
2451    
Matériel automobile 
120 
 
 
 
4818   
Fournisseurs d’invest. fact. non parvenues 
 
120 
                              ____________              c           _____________ 
701.  
  Ventes de marchandises 
10 
4435 
  Etat T.V.A. sur factures à établir 

 
 
4198   
R.R.R. et autres avoirs à accorder 
 
11 
                              ____________               d          _____________ 
 
 
6611   
Appointements salaires 
140 
 
 
4281   
Dettes provisionnées pour congés payer 
 
140 
                              ____________               e         ______________ 
 
 
6641                   Charges sociales sur rémunération du pers. nat. 
35 
 
 
 
4382   
Charges sociales sur congés à payer 
 
35 
                              ______________                     ______________           
     
Ecritures en fin d’exercice (suite) 
                                        _____________          f             ______________ 
6412    
Patentes licences et taxes annexes 
21 
 
 
 
4486   
Etat charges à payer 
 
21 
                              _____________             g            ____________ 
 
 
6012    
Achats de marchandises hors région 
49 
6743   
Intérêts sur obligations cautionnées 

 
 
4491   
Etat, obligations cautionnées 
 
52 
                              _____________             h            ____________ 
 
 
90

6712   
Intérêts emprunts auprès des établissements  
 
   
de crédit 
 
75 
 
 
 
1662   
Intérêts courus sur emprunts auprès  
 
 
   
étab. crédit 
 
75 
                              ____________               i           _____________ 
 
 
6744    
Intérêts sur dettes commerciales 

 
 
4086   
Fournisseurs, intérêts courus 
 

                              ____________                         ______________ 
 
 
 
5.4. Charges antérieures 
a)     L’article 61 de l’Acte uniforme stipule que les charges « antérieures », c’est-à-dire 
enregistrées  en  cours  d’exercice  «  n  »,  mais  concernant  l’exercice  «  n  -  1  », 
demeurent incluses dans le résultat « n », ordinaire ou H.A.O., selon leur nature. 
Elles font l’objet d’une mention spécifique les Notes annexes. 
b)   Pour respecter cette disposition, les entités sont amenées : 
-    soit à ouvrir en classe 6 des sous comptes de charges « sur exercices 
antérieures », 
-    soit à dresser en annexe un tableau extra comptable desdites charges. 
5.5. La contre-passation 
a)  Les  charges  constatées  d’avance  seront  contre-passées  au  cours  de  l’exercice 
suivant, dans le cadre :  
-  soit des écritures d’ouverture (contre-passation immédiate),  
-  soit des nouvelles écritures de régularisation de fin d’exercice. 
b)  Les charges à payer peuvent être contre-passées :  
-  également  au  début  ou  à  la  fin  de  l’exercice  suivant  (contre-passation 
immédiate ou différée),  
-  ou  encore  au  fur  et  à  mesure  de  l’arrivée  des  pièces  comptables 
correspondantes (contre-passation progressive).  
Pour  le  contrôle  et  l’analyse  des  flux  de  l’exercice,  la  contre-passation  à 
l’ouverture de l’exercice suivant est vivement recommandée. 
 
 
91

SECTION 6 : Autres régularisations de produits 
6.1. Principe 
L’article 59 de l’Acte Uniforme dispose que « le résultat de chaque exercice est indépendant 
de celui qui le précède et de celui qui le suit », et qu’il convient « de lui rattacher et de lui 
imputer les événements et opérations qui lui sont propres et ceux-là seulement ». 
Il  convient  en  conséquence  de  corriger  les  comptes  de  produits  (classe  7  et  comptes 
principaux  pairs  de  la  classe  8),  de  manière  qu’ils  n’incluent  que  les  montants  intéressant 
l’exercice (d’où élimination des montants se rattachant à des exercices ultérieurs) mais sans 
aucune omission (d’où addition des montants non encore enregistrés). 
6.2. Produits constatés d’avance 
a)   Lorsque des produits enregistrés en cours d’exercice « n » se rapportent partiellement à 
l’exercice suivant « n + 1 », la partie concernant ce dernier doit être débitée par le crédit 
d’un  compte  477  Produits  constatés  d’avance.  Au  Bilan,  ce  compte  de  passif 
représentera en quelque sorte la dette envers l’exercice suivant. Tel est le cas :  
-  des factures déjà émises et enregistrées, alors que la livraison du bien ou du service a 
été retardée, 
 -  des produits périodiques enregistrés durant l’exercice, mais dont la fin de période est 
postérieure  à  la  date  de  clôture  :  abonnements  demandés  aux  clients,  intérêts  de  prêts 
payés d’avance. 
b)  En revanche, les ventes déjà constatées par facture, mais non encore livrées, n’ont pas à 
être régularisées au niveau des produits, car le bien vendu appartient déjà au client. Leur 
coût est à défalquer du stock. 
c)  Ces régularisations s’effectuent hors T.V.A. récupérable
 
 
 
92

 
           
AP    
P   
L      
I      
CAT   
I   
O     
N     
23   
   Produits constatés d’avance 
 
    a - facture client déjà émise, mais marchandise A 1 non livrée : 10 H. T., marge 50 % 
b - facture client groupe, pour service de maintenance du 1/10 au 30/9 : 12 H. T. 
 
c - intérêt semestriel sur titres immobilisés, versé d'avance pour période du 1/11 au 30/4 : 6 
Ecritures en fin d’exercice 
                              _______________       a           ______________ 
6031   
variations des stocks de marchandises 

 
 
3111   
Marchandises A1 
 

                             _____________          b , c            ____________ 
 
 
7063                    Services vendus aux entités du gpe dans la région 

7713   
Intérêts sur créances diverses 

 
 
 
477   
Produits constatés d’avance 
 
13 
                             ____________                            _____________ 
 
 
6.3. Produits à recevoir 
a)  Lorsqu’apparaissent, en fin d’exercice « n », des produits certains le concernant, mais qui 
n’ont pas encore été enregistrés faute de paiement ou de pièce comptable, ils doivent être 
évalués et comptabilisés :  
•  au crédit des comptes de produits intéressés,  
•  au  débit  des  comptes  de  la  catégorie  de  Tiers  qui  les  doivent,  dans  un  compte 
divisionnaire à terminaison 8 (sauf 449) :  
-  4098 Fournisseurs, rabais, remises, ristournes et autres avoirs à obtenir, s’il s’agit 
de  réductions  promises  par  les  fournisseurs,  mais  non  encore  confirmées  sur  facture 
d’avoir,  
-  4181 Clients, factures à établir et 4186 Clients, intérêts courus, s’il s’agit de ventes 
livrées mais non encore facturées,  
-  4858 Créances sur cessions d’immobilisations, factures à établir, s’il s’agit d’une 
vente d’immobilisation,  
-  4287 Personnel, produits à recevoir, s’il s’agit d’une rémunération indue,  
-  4387 Organismes sociaux, produits à recevoir, s’il s’agit d’une cotisation indue,  
-  4493  à  4496  Etat,  fonds  et  subventions  à  recevoir,  s’il  s’agit  d’une  dotation  ou 
d’une subvention attendue de la part des pouvoirs publics nationaux,  
-  458  Organismes  internationaux,  fonds  de  dotation  et  subventions  à  recevoir,  si 
ces éléments sont attendus de la part d’un organisme international. 
93

b)  Les  intérêts  courus  sur  prêts  sont  rattachés  aux  créances  et  titres  qui  les  génèrent,  et 
débités en :  
-  506 Intérêts courus, s’il s’agit de titres de placement, 
-  276 Intérêts courus, s’il s’agit d’autres titres ou de créances.  
c)  Il est tenu compte de la T.V.A. facturée probable :  
-  au  crédit  du  compte  4455  Etat,  T.V.A.  récupérable  sur  factures  non  parvenues
pour l’avoir attendu du fournisseur,  
-  au crédit de 4435 Etat, T.V.A. sur factures à établir, pour la facture à adresser au 
client. 
    
APPLICATION 24 
                                     Produits à recevoir 
 
 
a  -  ristourne  promise  par  un  fournisseur  de  marchandises  (non  ventilable)  :  2  %  de              
 
1 000, T.V.A. 10 % 
b  -  produit  fini  adressé  à  un  client  du  groupe,  mais  facture  non  établie  :  40  H.  T.,          
 
T. V.A. 10 % 
c - terrain à bâtir déjà cédé, mais facture non encore établie : 30 H.T., T.V.A. 20 % 
 
d - retenue de prime à effectuer, sur personnel national : 4 
e - cotisations sociales correspondantes à réduire : 25 % 
 f - subvention d'exploitation à recevoir : Etat 15, Fonds des Nations unies : 25 
 g - intérêts à recevoir : 6 % sur prêt de 100 effectué à un membre du personnel, le 30 
 
juin. 
 
 
 
 
Ecritures en fin d’exercice 
                              _______________         a        ______________ 
4098   
Fournisseurs, R.R.R. et autres avoirs à obtenir 
22 
 
 
 
6019   
R.R.R. obtenus 
 
20 
 
 
4455   
Etat, T.V.A. récupérable sur factures non  
 
 
   
parvenues 
 

                              _____________             b            ____________ 
 
 
4181    
Clients, factures à établir 
44 
 
 
 
7023   
Ventes de produits finis. aux entités du 
 
 
   
 groupe dans la région 
 
40 
 
 
4435   
Etat, T.V.A. sur factures à établir 
 

94

                              ____________               c           _____________ 
 
 
4858   
Créances sur cessions d’immobilisations,  
 
   
factures à établir   
36 
 
 
2221   
Terrain à bâtir 
 
30 
 
 
4435   
Etat, T.V.A. sur factures à établir 
 

                              ____________               d        ______________ 
 
 
4287   
Personnel, produits à recevoir 

 
 
 
6612   
Primes  et gratifications 
 

                              ______________           e         ______________           
     
4387    
Organismes sociaux, produits à recevoir 

 
 
 
6641   
charges sociales sur rémunération du  
 
 
   
personnel national 
 

                              _____________             f             ____________ 
 
 
4495    
Etat, subventions d’exploitation à recevoir 
15 
 
 
7181   
Autres subventions d’exploitations versées 
 
 
   
par l’Etat et les collectivités publiques 
 
15 
                              _____________             d°           ____________ 
 
 
4582   
Organismes internationaux, subventions à  
 
   
recevoir 
 
25 
 
 
 
7182   
Autres subventions d’exploitations versées 
 
 
   
par les organismes internationaux 
 
25 
                              ____________               g          _____________ 
 
 
4287    
Personnel, produits à recevoir 

 
 
7712   
Intérêts de prêts  
 

                              ____________                         ______________ 
 
 
 
6.4. Produits antérieurs 
a)  L’article  61  de  l’Acte  Uniforme  dispose  que  les  produits  «  antérieurs  »,  c’est-à-dire 
enregistrés en cours d’exercice « n », mais concernant l’exercice « n - 1 », demeurent 
inclus  dans  le  résultat  «  n  »,  ordinaire  ou  H.A.O.,  selon  leur  nature.  Ils  font  l’objet 
d’une mention spécifique dans les Notes annexes. 
b)   Pour respecter cette disposition, les entités sont amenées :  
- soit à ouvrir en classe 7 des sous comptes de produits « sur exercices antérieurs »,  
- soit à dresser en annexe un tableau extra comptable desdits produits. 
6.5. La contre-passation 
a)  Les produits constatés d’avance seront contre-passés au cours de l’exercice suivant, dans 
le cadre :  
-  soit des écritures d’ouverture (contre-passation immédiate),  
95

-  soit  des  nouvelles  écritures  de  régularisation  de  fin  d’exercice  (contre-passation 
différée). 
b)  Les produits à recevoir peuvent être contre-passés :  
-  également  au  début  ou  à  la  fin  de  l’exercice  suivant  (contre-passation  immédiate  ou 
différée),  
-  ou  encore  au  fur  et  à  mesure  de  l’arrivée  des  pièces  comptables  correspondantes 
(contre-passation progressive).  
Pour permettre le contrôle et l’analyse des flux de l’exercice (débits et crédits des  
comptes  hors  régularisation  de  contre-passation),  il  est  recommandé  de  procéder 
aux contre- passations à l’ouverture de l’exercice suivant. 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
96

SY
S
C
O

 
GUIDE 
H
 
D’APPLICATION 
A
D

 
A
 

 
 
 
 
DEUXIEME PARTIE : 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
97

 
 
Chapitre 1 
  Frais de recherche et de développement 
 
 
 
      
A   
P   
P   
L  I    
C   
A   
T  I    
O   
N   
      
25      Frais de recherche et de développement 
   
Un  laboratoire  pharmaceutique  a  engagé  au  cours  de  l’année  N  des  dépenses  de 
  recherche et développement pour un montant de 330 000 000 F, se décomposant ainsi : 
• Frais de recherche fondamentale                                            :        30 000 000 F 
 
• Frais de recherche appliquée au médicament P1                    :        90 000 000  F 
 
• Frais  de  développement  du  médicament  P1                 :  210  000  000  F                  
(dont 100 000 000 F de janvier à fin Avril et 110 000 000 F du début Mai à fin 
 
décembre).  
Les conditions d’activation sont réunies  au début du mois de mai. Un brevet pour le 
  médicament P1 a été déposé fin N moyennant 750 000 F de frais de dépôt payés par 
chèque. 
 
La date de début de consommation des avantages économiques est le 01/01/N+1 avec 
 
une durée estimée à 5 ans. 
1. Au titre de l’exercice N 
•  Au cours de l’exercice N, les frais seront enregistrés dans les comptes de charges par nature : 
 
 
 
 
 
 
 
En N 
6… 
 
Comptes de charges par nature 
330 000 000 
 
 
 
 
 
401/521                   Fournisseurs/Banques 
 
330 000 000 
 
 
       
 
 
 
 
 
•  A la clôture de l'exercice N, les frais de développement du médicament P1 qui doivent être 
inscrits à l’actif s'élèvent à  110 000 000 F.  
 
 
 
 
 
 
 
31/12/N 
211 
 
Frais de développement 
110 000 000 
 
 
 
 
 
721        Production immobilisée – Immobilisations  
 
110 000 000 
incorporelles 
 
 
       
d° 
 
 
 
2121 
 
Brevets 
110 750 000 
 
 
 
 
 
211           Frais de développement 
 
110 000 000 
 
5211           Banques 
 
       750 000 
 
 
       
 
 
 
 
98

 
2. Au titre de l’exercice N + 1 
 
•  A la clôture de l'exercice N+1, la dotation aux amortissements est de :                         
110 750 000/5 = 22 150 000. 
 
 
 
 
 
 
 
31/12/N+1 
6812 
 
Dotations aux amortissements des immobilisations 
 
 
 
incorp. 
22 150 000 
 
 
 
2812        Amortissement des brevets 
 
22 150 000 
 
 
       
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
99

 
Chapitre 2              Brevets, marques, logiciels, sites internet, coût d’obtention du 
contrat, fonds commercial 
 
 
APPLICATION 26 
Brevets acquis et réglés au moyen de redevances 
 
périodiques 
Une entité a acquis un brevet le 01/01/N moyennant un versement immédiat de 50 000 
 
KF et de redevances annuelles de 1 % du chiffre d’affaires, payable pendant 3 ans le 
31/12  de  chaque  année.  Le  taux  d’actualisation  est  de  10  %.  Le  chiffre  d’affaires 
 
prévisionnel annuel est de 2 500 000 KF. L’entité pense exploiter ce brevet pendant 10 
ans.  
 
Le chiffre d’affaires hors taxes s’est élevé respectivement à 3 250 000 KF, 2 250 000 
KF et 2 000 000 KF au titre  des exercices N, N+1 et N+2. 
   
 
1. Principe 
La valeur actuelle de certains actifs immatériels tels que les brevets, les marques, le fonds de 
commerce, acquis moyennant le paiement d’une redevance calculée sur un chiffre d’affaires 
pendant une certaine durée peut être estimée : 
•  soit par la valeur actualisée des redevances probables qui seront versées au cours de la 
période prévue (sous condition d’une évaluation fiable des redevances probables) ; 
•  soit par la valeur retenue par les parties pour le paiement des droits d’enregistrement. 
 
En revanche, si les redevances annuelles, généralement assises sur le chiffre d’affaires généré 
par  l’acquéreur  ne  peuvent  être  évaluées  de  façon  suffisamment  fiable,  celles-ci  seront 
comptabilisées en charges (compte 634 Redevances pour brevets, licences, concessions et 
droits similaires) de période sur chacun des exercices au cours duquel elles sont engagées. 
Dans  ce  cas,  seule  la  partie  fixe  de  la  rémunération s’analyse  comme  une  immobilisation 
incorporelle à inscrire à l’actif. 
 
2. Coût du brevet  
a) si le chiffre d’affaires peut être évalué de façon fiable 
Valeur d’entrée = 50 000 + (2 500 000 x 1 %) x  cB(c,ce)fg = 112 170 KF. 
e,ce
 
100

b) si le chiffre d’affaires ne peut pas être évalué de façon fiable 
Valeur d’entrée = 50 000  
 
2.  Comptabilisation des écritures au 01/01/N 
a)  Le chiffre d’affaires peut être évalué de façon fiable  
 
 
 
 
 
 
 
01/01/N 
2121 
 
Brevets 
112 170 
 
 
 
 
 
   521           Banques 
 
50 000 
 
4811           Fournisseurs d’investissements 
 
62 170 
 
 
       
 
 
 
 
 
b)  Le chiffre d’affaires ne peut pas être évalué de façon fiable 
 
 
 
 
 
 
 
01/01/N 
2121 
 
Brevets 
50 000 
 
 
 
 
 
   521           Banques 
 
50 000 
 
 
       
 
 
 
 
 
 
3. Comptabilisation des écritures en 31/12/N, 31/12/N+1 et 31/12/N+2  

a)  Le chiffre d’affaires peut être évalué de façon fiable  
 
 
 
 
 
 
 
31/12/N 
4811 
 
Fournisseurs d’investissements (3 250 000 x 1%) 
32 500 
 
 
 
 
 
   521           Banques 
 
32 500 
 
 
       
 
 
 
 

 
b)  Le chiffre d’affaires ne peut pas être évalué de façon fiable 
 
 
 
 
 
 
 
31/12/N 
6342 
 
Redevances pour brevets (3 250 000 x 1%) 
32 500 
 
 
 
 
 
   521           Banques 
 
32 500 
 
 
       
 
 
 
 
 
 
Dotation aux amortissements  
־  Si le chiffre d’affaires peut être évalué de façon fiable : 112 170 / 10 = 11 217 KF 
 
 
101

 
 
 
 
 
 
 
31/12/N 
6812 
 
Dotations aux amortissements des immobilisations 
 
 
 
incorp. 
11 217 
 
 
 
   2812           Amortissements des brevets 
 
11 217 
 
 
       
 
 
 
 
־  Si le chiffre d’affaires ne pas être  évalué de façon fiable : 50 000/10=5 000 KF 
 
 
 
 
 
 
 
31/12/N 
6812 
 
Dotations aux amortissements des immobilisations 
 
 
 
incorp. 
5 000 
 
 
 
   2812           Amortissements des brevets 
 
5 000 
 
 
       
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
31/12/N+1 
4811 
 
Fournisseurs d’investissements (2 250 000 x 1%) 
22 500 
 
 
 
 
 
   521           Banques 
 
22 500 
 
 
(Chiffre d’affaires évalué de façon fiable) 
 
 
 
 
       
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
31/12/N+1 
6342 
 
Redevances pour brevets (2 250 000 x 1%) 
22 500 
 
 
 
 
 
   521           Banques 
 
22 500 
 
 
(Chiffre d’affaires ne peut pas être évalué de façon 
 
 
fiable) 
    

 
־  Si le chiffre d’affaires est évalué de façon fiable : 112 170 / 10 = 11 217 KF 
 
 
 
 
 
 
 
31/12/N+1 
6812 
 
Dotations aux amortissements des immobilisations 
11 217 
 
 
incorp. 
 
 
 
   2812           Amortissements des brevets 
 
11 217 
 
 
       
 
 
 
 
־  Si le chiffre d’affaires n’est pas évalué de façon fiable : 50 000/10=5 000 KF 
 
 
 
102

 
 
 
 
 
 
 
31/12/N+1 
6812 
 
Dotations aux amortissements des immobilisations 
5 000 
 
 
incorp. 
 
 
 
   2812           Amortissements des brevets 
 
5 000 
 
 
       
 
 
 
 
 
 
-  Si le chiffre d’affaires peut être évalué de façon fiable 
Solde du compte 4811 après le second règlement = 62 170 – (32 500 + 22 500) = 7 170. 
 
 
 
 
 
 
 
31/12/N+2 
4811   
Fournisseurs d’investissements 
  7 170 
 
 
 
 
831 
 
Charges H.A.O. constatées  (20 000 – 7 170) 
12 830 
 
 
 
 
 
 
 
   521           Banques 
 
 
20 000 
 
 
(Chiffre d’affaires évalué de façon fiable) 
 
 
 
 
       
 
 
 
 
־  Si le chiffre d’affaires est évalué de façon fiable : 112 170 / 10 = 11 217 KF 
 
 
 
 
 
 
 
31/12/N+2 
6812 
 
Dotations aux amortissements des immobilisations 
11 217 
 
 
incorp. 
 
 
 
   2812           Amortissements des brevets 
 
11 217 
 
 
       
 
 
 
 
־  Si le chiffre d’affaires n’est pas évalué de façon fiable : 50 000/10=5 000 KF 
 
 
 
 
 
 
 
31/12/N+2 
6812 
 
Dotations aux amortissements des immobilisations 
5 000 
 
 
incorp. 
 
 
 
   2812           Amortissements des brevets 
 
5 000 
 
 
       
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
31/12/N+2 
6342 
 
Redevances pour brevets (2 000 000 x 1%) 
20 000 
 
 
 
 
 
   521           Banques 
 
20 000 
 
 
(Chiffre d’affaires ne peut pas être évalué de façon 
 
 
fiable) 
    
103


 
APPLICATION 27 
   Marques 
 
Une  entité  a  procédé  à  la  création  et  à  l’acquisition  des  marques  dont  les 
caractéristiques sont les suivantes : 
 
-
marque X : développement en interne de la marque au cours de l’exercice N. 
Le coût du développement s’élève à 50 000 KF. 
 
 
-
marque  Y :  acquis  le  1er  Octobre  N-4  pour  100 000  KF  (règlement  le  même 
jour par chèque bancaire). Sa durée d’utilité est indéfinie mais l’entité décide le 
01/01/N+1 d’arrêter cette marque le 31/12/N+2.  
 
U  NB : KF = Kilo-Francs ou Millier de francs. 
 
1. Marque X 
Les dépenses engagées pour créer en interne des marques ne peuvent pas être distinguées du 
coût de développement de l’activité dans son ensemble et le coût ne peut pas être évalué de 
manière  fiable.  En  conséquence,  la  marque  développée  en  interne  ne  peut  pas  être 
immobilisée. Les dépenses doivent être comptabilisées en charges. 
 
2. Marque Y 
•  Ecritures d’acquisition 
 
 
 
 
 
 
 
01/10/N-4 
214 
 
Marques 
100 000 
 
 
 
 
 
4811     Fournisseurs d’investissements – immobilisations 
 
 
incorporelles 
100 000 
 
 
       
 
 
 
 
4811 
 
Fournisseurs d’investissements – immobilisations 
 
 
 
incorporelles  
100 000 
 
 
521            Banques 
 
100 000 
 
 
       
 
 
 
 
 
•  A la clôture des exercices  N-4 à N  
 
La marque n’est pas amortissable car sa durée d’utilité est indéfinie.  
 
 
104

 
•  A la clôture de l’exercice N +1 
 
A partir du 01/01/N+1, la durée d’utilité de la marque devient définie (durée d’utilité 2 ans). 
La dotation aux amortissements de l’exercice N+1 est de  (100 000/2) = 50 000. 
 
 
 
 
 
 
 
31/12/N+1 
6812 
 
Dotations aux amortissements des immobilisations 
 
 
 
incorporelles 
50 000 
 
 
 
2814           Amortissements des marques 
 
50 000 
 
 
       
 
 
 
 
 
 
APPLICATION 28 
    Logiciels 
 
Le responsable du département de contrôle de gestion d’une entité vous communique 
 
le détail des frais hors taxes relatifs à la création d’un logiciel de calcul des coûts par la 
méthode ABC. Les différentes phases de la réalisation de ce logiciel : 
 
• Au cours du quatrième trimestre N – 1 : 
 
־
étude préalable                                                     18 000 000 F 
 
־
analyse fonctionnelle                                           30 000 000 F 
 
־
analyse organique                                                54 000 000 F 
 
• au cours du premier trimestre N : 
 
־
programmation                                                    15 000 000 F 
־
tests et jeux d’essai                                               60 000 000 F 
 
־
documentation pour les utilisateurs                      39 000 000 F 
 
 
La  maintenance  du  logiciel  sera  réalisée  par  le  service  informatique  de  l’entité.  Les 
 
frais  de  maintenance  pour  l’exercice  N  s’élèvent  à  15 000 000  F.  Les  conditions 
 
requises pour l’immobilisation sont remplies. La durée d’utilité prévue est de 5 ans. La 
 
date de mise en service du logiciel est fixée au 1er avril N. 
 
1. Courant quatrième trimestre N-1 
Étude préalable 
 
18 000 000 
Analyse fonctionnelle 
30 000 000 
Analyse organique   
54 000 000 
                             
 
_________ 
Total   
 
          102 000 000 
105

 
                        _________________                ________________ 
 
6… 
  Charges de charges par nature  
102 000 000 
 
  4 …   
Comptes de tiers 
  102 000 000 
                          __________________                ___________________ 
 
 
 
2. A la clôture des comptes au 31/12/N-1  
Coût de production N-1 : Analyse organique = 54 000 000 F 
31/12/N-1 
 
 
 
 
 
 
  
  
  
  
  
  
2193 
Logiciels en cours 
54 000 000 
 
721      Production immobilisée - immobilisation incorporelle  
54   
000 000 
 
 
(Analyse organique) 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
3. Courant premier trimestre N  
Programmation                                 : 15 000 000 
Tests et jeux d’essai                          : 60 000 000 
Documentation pour les utilisateurs : 39 000 000 
                                  Total                114 000 000 
                        _________________                ________________ 
 
6… 
  Charges de charges par nature  
114 000 000 
 
  4 …   
Comptes de tiers 
  114 000 000 
                          __________________                ___________________ 
 
 
 
4. A la fin des travaux le 1/04/N  
Coût de production total du logiciel : 54 000 000 + 114 0000 000 = 168 000 000 F. 
 
 
 
 
 
 
1/04/N 
  
  
  
  
  
  
2131 
Logiciels 
168 000 000 
 
2193             Logiciels en cours 
  54   
000 000 
 
 
 
721             Production immobilisée incorporelle 
 
114 000 000 
 
 
(15 000 000 + 60 000 000 + 39 000 000) 
 
 
  
  
  
 
 
 
 
 
5. Courant exercice N maintenance logiciel  
                        _________________                ________________ 
 
6… 
  Charges de charges par nature                                         15 000 000 
 
 
   
 
  4 …   
Comptes de tiers 
  15 000 000 
                          __________________                ___________________ 
 
 
 
106

6. A l’inventaire au 31/12/N : 
31/12/N 
  
  
  
  
  
  
6812 
Dotations  aux  amortissements  des  immobilisations  25 200 000 
incorporelles 
 2813         Amortissements des logiciels  
25   
200 000 
 
 
(168 000 000 x 1/5 x 9/12) 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
APPLICATION 29 
   Sites internet 
 
Les dirigeants d’une entité ont décidé fin janvier N de créer un site internet servant de 
vitrine  commerciale  à  la  société  et  permettant  aux  clients  de  réaliser  certaines 
 
opérations  en  ligne  (commandes  clients,  règlement  sécurisé).  Les  travaux 
 
correspondants  à  la  création  du  site  sont  confiés  à  des  employés  du  service 
 
informatique de l’entité. Les différentes phases du projet sont résumées comme suit : 
• études préalables réalisées en janvier N : 425 000 F ; 
 
• sélection des fournisseurs en février N : 100 000 F ; 
 
• obtention d’un nom de domaine le 12/03/N : 295 000 F ; 
 
• développement du logiciel d’exploitation nécessaire à la mise en fonctionnalité 
 
du site le 30/04/N : 375 000 F ; 
• développement des logiciels et bases de données : 1 950 000 F; 
 
• développement des codes le 01/05/N : 260 000 F ; 
 
• réalisation d’une documentation technique le 15/10/N : 550 000 F ; 

• enregistrement du site auprès des moteurs de recherche le 25/10/N : 300 000 F. 

Le projet est achevé et mis en service le 1/11/N. la durée d’utilisation est de 5 ans. Les 

coûts activables ont été comptabilisés en charges. 

1. Coût d’entrée du site  

 
Il s’agit d’un site e-commerce qui répond aux critères d’activation des dépenses. 
Les dépenses de recherche (étude de  faisabilité, des coûts de sélection des fournisseurs) sont 
des charges à enregistrer dans les comptes par nature. Elles ne peuvent pas ultérieurement être 
intégrées au coût de développement du site.  
Les  dépenses  liées  à  l’exploitation  du  site  (enregistrement  du  site  auprès  des  moteurs  de 
recherche) sont également constatées en charges.  

107

Eléments 
Montants 
Obtention du nom de domaine et immatriculation 
295 000 
Développement du logiciel d’exploitation 
375 000 
Développement des codes 
260 000 
Développement des logiciels et bases de données 
               1 950 000 
Documentation technique 
550 000 
Coût de production du site                 3 430 000 

 
 
1.  Base  amortissable  =  
3  430  000  –  295  000  =  3 135  000  (hors  nom  de  domaine  non 
amortissable) 
 
 
•  Comptabilisation à la clôture de l’exercice N. 
 
 
 
 
 
 
 
01/11/N 
2132 
 
Sites internet 
3 430 000 
 
 
 
 
 
721         Production immobilisée – Immobilisations  
 
 
incorporelles 
3 430 000 
 
 
 
 
 
 
 
(Coût de production total
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 Dotation aux amortissements de l’exercice N : (3 135 000 / 5) x 2 /12 = 104 500 
 
 
 
 
 
 
 
31/12/N 
6812 
 
Dotations aux amortissements des immobilisations 
 
 
 
incorp. 
104 500 
 
 
 
   2813           Amortissements du site internet 
 
104 500 
 
 
 
 
 
 
 
(Annuité comptable
 
 
 
 
       
 
 
 
 


108

 
APPLICATION 30 
   Coût d’obtention du contrat 
 
Un  fournisseur  de  services,  remporte  un  appel  d’offres  pour  fournir  des  services 
pendant cinq ans à un nouveau client. L’entité a engagé les frais suivants : 
 
Frais juridiques externes (fiscaux)                 :       750 000 F 
 
Frais de déplacement                           
  :      250 000 F 
 
Honoraires avocat et droits d’enregistrement :   9 000 000 F 
Total des coûts encourus                    
 : 10 000 000 F 
 
 
Tous les frais ont été réglés au comptant par chèque bancaire. 
 
Les services sont transférés au client pendant la durée du contrat (cinq ans) et l’entité 
 
prévoit  que  le  contrat  sera  renouvelé  pour  une  durée  de  trois  ans.  Les  honoraires 
 
d’avocat et les droits d’enregistrement seront recouvrés. Les frais juridiques externes 
 
•  A
 l
fi a c
sca lôtu
ux)  ree dle
es l ’e
fr xe
aisr cic
de  
déplacement  ont  été  engagés  indépendamment  du  fait  que  le 
 
contrat a été obtenu.  
 
 
 
•  A la clôture de l’exercice 
L’entité  comptabilise  en  immobilisation  incorporelle  pour  un  montant  de  9  000 000  F  de 
surcoût  nécessaire  à  l’obtention  du  contrat  en  raison  des  honoraires  d’avocat  et  droits 
d’enregistrement versés car elle s’attend à les recouvrer. 
 
 
 
 
 
 
 
31/12/N 
2182 
 
Coûts d’obtention du contrat  
9 000 000 
 
 
 
 
4811 
Fournisseurs d’investissement-
 
 
immobilisations incorp. 
9 000 000 
 
 
 
 
 
 
 
(Activation du coût d’obtention du contrat) 
 
 
 
 
       
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
31/12/N 
4811 
 
Fournisseurs d’investissement – immobilisations 
 
 
 
incorp. 
9 000 000 
 
 
521 
         Banques 
 
9 000 000 
 
 
 
 
 
 
 
(Règlement des commissions activées) 
 
 
 
 
       
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
109

Les 9 000 000 F de surcoût engagés pour l’obtention du contrat sont amortis sur huit ans. En 
effet, l’actif concerne des services transférés au client pendant la durée du contrat (cinq ans) et 
l’entité prévoit que le contrat sera renouvelé pour une durée de trois ans.  
 
 
 
 
 
 
 
31/12/N 
6811 
 
Dotations aux amortissements des immobilisations 
 
 
 
incorp. 
1 125 000 
 
 
 
   2813           Amortissements des autres droits et valeurs 
 
 
similaires 
1 125 000 
 
 
 
 
 
 
 
(9 000 000/8) 
 
 
 
 
       
 
 
 
 
 
 
 
 
APPLICATION 31 
   Fonds commercial 
 
 
Une entité a acquis un fonds de commerce le 1er Juin  N pour une valeur globale de       
250 000 000 F. 
 
 
Une expertise a permis de valoriser les actifs identifiables. Les valeurs de ces actifs 
sont les suivantes :  
 
• un brevet valorisé à 40 000 000 F ; 
 
• le droit au bail pour une valeur de 25 000 000 F ; 
 
• une licence valorisée à 5 000 000 F ; 
 
• un matériel et outillage industriel pour une valeur de 87 500 000 F ; (dont              
27 500 000 d'outillage industriel) 
 
• un matériel automobile valorisé à 50 000 000 F. 
 
Le fonds commercial est constitué par la différence entre le coût global du fonds et la valeur 
des  autres  éléments  identifiés  :  250 000 000  –  (40 000 000  +  25 000 000  +  5  0000  000  + 
87 500 000 + 50 000 000) = 42 500 000. 
 
 
 
 
 
 
01/06/N 
2121 
 
Brevets 
40 000 000 
 
2122 
 
Licences 
  5 000 000 
 
2411 
Matériel industriel 
60 000 000 
2412 
Outillage industriel 
27 500 000 
   215 
Fonds commercial 
42 500 000 
   216 
Droit au bail 
25 000 000 
   2451 
Matériel automobile 
50 000 000 
 
 
 
 
481                                 Fournisseurs d'investissements 
 
250 000 000 
 
 
 
 
 
 
 
110

 
Chapitre 3 
Frais de prospection et d’exploitation des 
ressources minérales 
 
 
 
 
APPLICATION 32 
   Frais de pr  ospection et d’exploitation des ressources 
minérales 
  Une  entité  minière  engage  au  cours  de  l’exercice  N,  des  dépenses  relatives  à  la 
prospection et l'évaluation de ressources minérales suivantes : 
  Le    05  janvier  N,  l’entité  a  engagé  des  dépenses  encourues  liées  à  des  études  de 
recherche  géographiques  et  géologiques  ayant  pour  but  de  déterminer  les  sites 
  susceptibles de renfermer des gisements importants. Ces études ont été effectuées avant 
l’obtention des droits légaux de prospecter. Elles ont  été confié à un cabinet spécialisé 
  et la facture s’élève à 75 000 000 F (règlement par chèque bancaire le 25 Mai N). 
En juin N, il est apparu que la région X constituait un site potentiellement intéressant. 
  Des  démarches  ont  été  entreprises  avec  les  autorités  du  pays  en  question  pour 
l’obtention d’un permis de prospection. 
   Le 20 Octobre N, l’entité a obtenu pour 150 000 000 F le droit de prospecter une zone 
délimitée. Ce droit a été réglé le même jour par chèque bancaire. Le 15 Mars N+1la 
  faisabilité technique et la viabilité commerciale de l'extraction d'une ressource minérale 
ont été établies. 
  L’entité décide d’enregistrer les dépenses d’exploration et d’évaluation des ressources 
 
minérales après obtention des droits d’exploitation en immobilisations incorporelles. 
1. Principe  
Les actifs au titre de la prospection et de l’évaluation doivent être évalués au coût historique 
dans  les  comptes  d’immobilisations  incorporelles  et  corporelles  appropriés.  Si  l’actif  de 
prospection  correspond  à  une  immobilisation  incorporelle,  les  frais  de  prospection  seront 
inscrits dans le compte 2181 Frais de prospection et évaluation des ressources minérales 
L’entité  doit  choisir  l’une  des  deux  méthodes  comptables  d’enregistrement  des  dépenses 
d’exploration  et  d’évaluation  des  ressources  minérales  après  obtention  des  droits 
d’exploitation : 
•  soit enregistrer immédiatement la dépense en charges ; 
•  soit la comptabiliser en immobilisations incorporelles. 
111

2. Règles de comptabilisation 
Ne font pas l’objet d’une activation, les frais encourus avant la prospection et l'évaluation de 
ressources  minérales,  telles  que  les  dépenses  encourues  avant  que  l'entité  n'ait  obtenu  les 
droits légaux de prospecter une zone spécifique (avant le 20 Octobre N : 75 000 000 F) , ni à 
celles encourues après que la faisabilité technique et la viabilité commerciale de l'extraction 
d'une ressource minérale aient été démontrées (après le 15 Mars N+1 ). 
 
3. Comptabilisation des opérations 
 
 
 
 
 
 
 
05/01/N 
6261 
 
Etudes et recherches   
 75 000 000 
 
 
401 
       Fournisseurs  
 
75 000 000 
 
 
 
 
 
 
 
 
25/05/N   
 
 
401 
 
Fournisseurs 
 75 000 000 
 
 
521 
       Banques 
 
75 000 000 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
2181 
 
Frais de prospection et d’évaluation de 
  
 
ressources minérales 
150 000 000 
 
521 
         Banques 
 
150 000 000 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Si l’entité décide de comptabiliser les dépenses en charges : 
 
 
 
 
 
 
 
25/05/N 
6346 
 
Redevances pour concessions 
 150 000 000 
 
 
521 
                              Banques 
 
150 000 000 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
112

 
 
Chapitre 4 
    Approche par composants 
 
 
 
 
APPLICATION 33 
   Approche par composants 
  Une entité a acquis le 02/01/N un bâtiment administratif de 150 000 000 F d’une durée 
  d’utilité de  30 ans. Le coût de l’ascenseur est estimé à 30 000 000 F renouvelable 
après 10 ans. L’ascenseur a été finalement remplacé au bout de 8 ans pour une valeur 
 
de 25 000 000 F. 
 
 
 
 
 

 
1. Décomposition du bâtiment 
En utilisant l’approche par composant, le bâtiment sera décomposé de la façon suivante : 
Bâtiment – structure : 120 000 000 F (150 000 000 – 30 000 000) ; 
Bâtiment – composant ascenseur : 30 000 000 F. 
 
 
2. Comptabilisation de l’acquisition du bâtiment (02/01/N) :  
 
 
 
 
 
 
 
02/01/N 
23131 
 
Bâtiments administratifs - structure 
120 000 000 
 
 
 
23132 
 
Bâtiments administratifs – composant ascenseur 
  30 000 000 
 
 
 
 
 
 
 
   4812           Fournisseurs d’investissements 
 
150 000 000 
 
 
       
 
 
 
 
 
 
 
3. Comptabilisation à la clôture de l’exercice (31/12/N) :  
Dotation aux amortissements du bâtiment - structure :                   120 000 000/30 = 4 000 000 
Dotation aux amortissements du bâtiment – composant ascenseur : 30 000 000/10 = 3 000 000      
                                                                                                                       Total  =  7 000 000 
 
 
 
 
 
 
 
31/12/N 
6813 
 
Dotations aux amortissements des immobilisations 
 
 
 
corpo. 
7 000 000 
 
 
 
283131     Amortissements des bâtiments administratifs –    
 
 
structure 
4 000 000 
 
283132     Amortissements des bâtiments administratifs – 
 
 
composant ascenseur 
3 000 000 
 
 
 
 
 
 
 
 
113

 
 
4. Lors du renouvellement de l’ascenseur 
•  Sortie de l’ancien ascenseur remplacé 
Somme des amortissements pratiqués : 30 000 000 x 1/10 x 8 = 24 000 000 F. 
Valeur nette comptable : 30 000 000 -  24 000 000 = 6 000 000 F. 
 
 
 
 
 
 
 
02/01/N+8 
283132 
 
Amortissements des bâtiments administratifs – 
 
 
 
composant ascenseur  
24 000 000 
 
812 
 
Valeurs comptables des cessions d’immobilisations 
   
 
corp. 
6 000 000 
 
 
 
 
 
 
23132 
 Bâtiments administratifs – composant 
 
 
ascenseur 
30 000 000 
 
 
       
 
 
 
 
 
•  Immobilisation du nouvel ascenseur 
 
 
 
 
 
 
 
02/01/N+8 
23132 
 
Bâtiments administratifs – composant ascenseur 
  25 000 000 
 
 
 
 
 
 
 
   4812           Fournisseurs d’investissements 
 
25 000 000 
 
 
       
 
 
 
 
 
U  Remarque le renouvellement d’un composant peut avoir pour conséquence une 
augmentation de la valeur d’origine de l’immobilisation corporelle. 
 
 
 
 
 
114

 
 
Chapitre 5 
Frais d’inspections ou de revissions majeures, dépenses de 
 
 
sécurité et de mise en conformité 
 
 
 
APPLICATION 34 
   Frais d’inspections ou de révisions majeures, 
 
dépenses de sécurité et de mise en conformité 
 
Une entité a acquis le 02/01/N un matériel industriel d’une valeur de 190 000 000 F. Sa 
durée  d’utilité  est  estimée  à  6  ans.  Le  contrat  d’acquisition  implique  un  contrat  de 
 
révision majeure tous les 2 ans, le coût de la révision est de 10 000 000 F. 
Le matériel industriel sera décomposé (approche par composant) de la façon suivante :  
•  le matériel sera amorti sur une base de 190 000 000 – 10 000 000 = 180 000 000 F 
(considéré comme la structure du matériel) et sur une durée de 6 ans, soit 
 180 000 000 /6 = 30 000 000 F. 
•  la révision majeure est  considérée ici comme un composant qui sera amorti sur une 
base de 10 000 000 et sur une durée de 2 ans soit 10 000 000/2 = 5 000 000 F. 
 
 
 
 
 
 
 
 
02/01/N 
24111 
 
Matériel industriel - structure 
180 000 000 
 
 
 
 
24112 
 
Matériel industriel – composant  
  10 000 000 
 
 
 
 
 
 
 
   4812           Fournisseurs d’investissements 
 
190 000 000 
 
 
       
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
31/12/N 
6813 
 
Dotations aux amortissements des immobilisations 
 
 
 
corpo. 
35 000 000 
 
 
 
284111     Amortissements du matériel industriel – structure 
 
30 000 000 
 
 
 
 
 
 
284112     Amortissements du matériel industriel – 
 
   
composant  
5 000 000 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
115

 
 
           Coût de démantèlement, d’enlèvement                                 
Chapitre 6 
et de remise en Etat du site 
 
 
 
APPLICATION 35 
 Coût de démantèlement, d’enlèvement et de remise 
en état du site 

  Une entité a acquis le 01/01/N un matériel industriel lourd d’une valeur de 200 000 000 
  F. La durée d’utilité du matériel est de 10 ans. Les frais de démantèlement au terme de 
la durée d’utilité s’élèvent actuellement à 8 203 480 F. Le taux d’inflation est de 2% et 
  le taux d’actualisation de 12%. Les travaux de démantèlement ont été effectués au 
cours du mois de février N+10. Le coût effectif de ces travaux s’élève à 10 000 000 F.  
 
1. Coût d’acquisition du matériel 
Le  coût  d’acquisition  du  matériel  est  composé  du  prix  d’acquisition  majoré  de  la  valeur 
actualisée  des frais de démantèlement au taux de 12%. 
2. Coût ajusté de l’effet de l’inflation                                                                        
8 203 480 (1,02)10  = 9 999 996, 345 ~  10 000 000 F. 
3. Valeur actualisée des frais de démantèlement  
10 000 000 (1,12)-10  =  3 219 732 F 
4. Tableau de calcul des provisions pour démantèlement : 
Période 
Coût ajusté actualisé 
Provision pour démantèlement 
Charges de 
désactualisation (3) 
01/01/N 
10 000 000 (1,12)-10 = 3 219 732 
3 219 732 (1)  
 
31/12/N 
10 000 000 (1,12)-9 = 3 606 100 
3 606 100 – 3 219 732 = 386 368 (2) 
386 368 
31/12/N+1  10 000 000 (1,12)-8 = 4 038 832 
4 038 832 - 3 606 100 = 432 732 (4) 
432 732 
31/12/N+2  10 000 000 (1,12)-7 = 4 523 492 
4 523 492 – 4 038 832 = 484 660 
484 660 
31/12/N+3  10 000 000 (1,12)-6 = 5 066 311 
5 066 311 - 4 523 492 = 542 819 
542 819 
31/12/N+4  10 000 000 (1,12)-5 = 5 674 269 
5 674 269 - 5 066 311 = 607 958 
607 958 
31/12/N+5  10 000 000 (1,12)-4 = 6 355 181 
6 355 181 - 5 674 269 = 680 912 
680 912 
31/12/N+6  10 000 000 (1,12)-3 = 7 117 802 
7 117 802 - 6 355 181 = 762 621 
762 621 
31/12/N+7  10 000 000 (1,12)-2 = 7 971 939 
7 971 939 - 7 117 802 = 854 137 
854 137 
31/12/N+8  10 000 000 (1,12)-1 = 8 928 571 
8 928 571 - 7 971 939 = 956 632 
956 632 
31/12/N+9  10 000 000 (1,12)0 = 10 000 000 
10 000 000 - 8 928 571 = 1 071 429 
1 071 429 
TOTAL 
 
10 000 000 
6 780 268 
 
(1) Le montant initial de la provision pour démantèlement au 1er janvier N (3 219 732) est 
incorporé dans le coût de l’immobilisation. 
(2) 3 219 732 x 12% = 386 367,84 386 368.  
116

(3) A la clôture de l’exercice N et les exercices suivants, la provision sera désactualisée 
pour tenir compte de l’écoulement du temps. L’impact de la désactualisation (charges 
de  désactualisation)  est  inscrit  dans  le  compte  6971  Dotations  aux  provisions 
financières pour risques et charges

(4) 3 606 100 x 12% = 432 732. 
Coût d’acquisition du matériel industriel : 200 000 000 + 3 219 732 = 203 219 732 F 
La  nécessité  de  suivre  l’estimation  des  coûts  de  démantèlement  sur  l’ensemble  de  la  durée 
d’utilité  de  l’immobilisation  nécessite  un  suivi  spécifique  de  l’actif  de  démantèlement  à 
inscrire dans un sous compte (approche par composant). 
5. Lors de l'acquisition de l'immobilisation (02/01/N) :  
 
 
 
 
 
 
 
01/01/N 
24111 
 
Matériel industriel – Actif de support 
200 000 000 
 
 
 
 
 
   4812           Fournisseurs d’investissements 
 
200 000 000 
 
 
       
 
 
 
 
 
 
•  Ensuite  pour  l’actif  de  démantèlement,  l’une  des  deux  écritures  peuvent  être 
comptabilisée :    
 
Méthode 1 : 
 
 
 
 
 
 
 
01/01/N 
24112 
 
Matériel industriel – Actif de démantèlement 
3 219 732 
 
 
 
 
 
1984 
         Provisions pour démantèlement et remise en état 
 
3 219 732 
 
 
       
 
 
 
 
 
Méthode 2 : 
 
 
 
 
 
 
 
01/01/N 
6911 
 
Dotations aux provisions d’exploitation  pour 
3 219 732 
 
 
risques et charges 
 
 
1984           Provisions pour démantèlement et remise en état 
 
3 219 732 
 
 
       
01/01/N   
 
 
24112 
 
Matériel industriel – Actif de démantèlement 
3 219 732 
 
 
 
 
 
7911        Reprises de provisions d’exploitation 
 
3 219 732 
 
 
       
 
 
 
 
 
 
 

117

6. A la clôture de l'exercice N 
 
Dotation aux amortissements de l'actif de support : 200 000 000/10         = 20 000 000 
Dotation aux amortissements de l'actif de démantèlement : 3 219 732/10 =     321 973 
                                                                                                          Total =  20 321 973 
L'écriture suivante sera passée : 
 
 
 
 
 
 
 
31/12/N 
6971 
 
Dotations aux provisions financières pour risques 
 
 
 
 
et charges  
386 368 
 
 
1984 
         Provisions pour démantèlement et remise en état 
 
386 368 
 
 
(Charges de désactualisation) 
 
 
 
 
       
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
31/12/N 
6813 
 
Dotations aux amortissements des immobilisations  20 321 973 
 
 
corpo. 
 
 
 
28411 
Amortissements du matériel et outillage - 
 
 
Actif de support 
20 000 000 
 
28412 
Amortissements du matériel et outillage -
 
      
Actif de démantèlement 
321 973 
 
 
(Dotation de l’exercice) 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
7. A la clôture de l'exercice N+9 
 
 
 
 
 
 
 
31/12/N+

6971 
 
Dotations aux provisions financières pour risques 
 
 
 
 
et charges  
1 071 429 
 
 
1984 
         Provisions pour démantèlement et remise en état 
 
1 071 429 
 
 
(Charges de désactualisation) 
 
 
 
 
       
 
 
 
 
6813 
 
Dotations aux amortissements des immobilisations  20 321 973   
 
corpo. 
 
28411 
Amortissements du matériel et outillage - 
 
 
Actif de support 
20 000 000 
 
28412 
Amortissements du matériel et outillage - 
 
      
Actif de démantèlement 
321 973 
 
 
(Dotation de l’exercice) 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

118

8. Au cours du mois de février N+10 
 
 
 
 
 
 
 
02/N+10 
6244 
 
Charges de démantèlement et remise en état 
10 000 000 
 
 
 
 
 
401             Fournisseurs 
 
10 000 000 
 
 
(Travaux de démantèlement) 
 
 
 
 
       
 
 
 
 
 
 
9. A la clôture de l’exercice N+10 

 
 
 
 
 
 
 
31/12/N+10 
1984 
 
Provisions pour démantèlement et remise en état  
10 000 000 
 
 
 
 
7911   Reprises de provisions d’exploitation pour risques 
 
 
7971  et charges 
3 219 732 
 Reprises de provisions financières pour risques et 
 
charges 
6 780 268 
 
 
       
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
119

 
 
Chapitre 7 
    Coût d’emprunts 
 
 
 
APPL ICATION 36 
 Coût d’emprunts 
 
Une entité a contracté le 1er mars N un emprunt remboursable in fine dans 5 ans pour la 
construction d'un immeuble destiné à devenir son siège social. Le montant de l'emprunt 
 
est de 120 000 000 F au taux de 12%. 
 
La construction débute le 1er avril N pour s'achever le 15 novembre N+1. Le montant 
total de la construction s'élève à 120 000 000 F.  
 
N'ayant pas eu à débloquer l'intégralité des fonds immédiatement, l'entité effectue du 
 
1er  mai  N  au  30  septembre  N  des  placements  temporaires  de  trésorerie  générant  les 
 
revenus financiers s'élevant à 800 000 F. 
 
La période de construction débute le 1er avril N et s'achève le 15 novembre N+1, soit 
20 mois. L'emprunt est contracté un mois après le début de la construction.  
 
Détermination du coût d’emprunt 
Intérêts courus au 31 décembre N 
120 000 000 x 12% x 10/12 = 12 000 000 F 
Pour le coût d'emprunt incorporable  à la construction au titre de l'exercice N, il faut retenir 
une durée de 9 mois (du 1er avril N au 31 décembre N). 
Le coût de l'emprunt incorporable à la construction au titre de l'exercice N est : 
120 000 000 x 12% x 9/12 = 10 800 000 F 
Le montant à déduire au titre des intérêts de placement est de 800 000 F. 
Le montant à incorporer au coût de l'actif éligible est en définitif :  
10 800 000 - 800 000 = 10 000 000 F. 
 
 
 
120

 
 
 
Chapitre 8 
    Contrat de location 
 
 
 
APPLICATION 37 
 Contrat de location (location acquisition) 
 
Le 01 Janvier N, une entité finance une machine industrielle via un contrat de crédit-bail. 
 
La valeur de la machine est 450.000 KF. Le contrat consiste en une série de 7 versements 
 
à  terme  échu  de  80.650  KF.  La  durée  d’utilité  de  la  machine  est  de  10  ans.  L’option 
 
d’achat étant très incitative, le locataire compte la lever. Le prix d’achat résiduel est fixé à 
   
51.600 KFLes frais d’installation de la machine qui s’élèvent à 50 000 KF ont été réglés 
 
le 15 janvier N. 
 
 
Hypothèses de fin de contrat : 
 
• Hypothèse1 : levée d’option à la fin du contrat, 
 

 
Hypothèse 2 : non levée d’option à la fin du contrat. 
 
NB : KF millier de franc 
 
1. Qualification du contrat 
Il  s’agit  d’un  contrat  de  location  acquisition  car  le  preneur  est  raisonnablement  certain 
d’exercer l’option (option d’achat est incitative). 
2. Taux d’intérêt implicite 
Le taux d’intérêt implicite (i) se détermine en résolvant l’équation : 
cB([email protected])fi 
450.000 = 80650 x  
  + 51600 (1+i)-7      
h
  
On obtient par tâtonnement dichotomique  un taux d’intérêt implicite   i = 8%. 
 
3. Evaluation initiale de la dette et du coût d’acquisition du bien 
 

•  Dette de location acquisition = 450 000 KF 
•  Coût d’acquisition du matériel : 
         Dette de location acquisition   = 450 000 KF 
          Frais d’installation                 =   50 000 KF 
                                              Total  =  500 000 KF 
121

4. Tableau d’amortissement de la dette de location acquisition 
Ventilation des loyers 
Dette à 
Nature 
Dates 
Loyers 
 
rembourser    
 
Dette 
Intérêts 
(KF) 
  
 
A la signature 
01/01/N 



450 000 
  
 
Échéance 1 
31/12/N 
80 650 
44 650 
36 000 (1) 
405 350 (2)    
 
Échéance 2 
31/12/N+1 
80 650 
48 220 
32 430 
357 130 
  
 
Échéance 3 
31/12/N+2 
80 650 
52 080 
28 570 
305 050 
  
 
Échéance 4 
31/12/N+3 
80 650 
56 245 
24 405 
248 805 
  
 
Échéance 5 
31/12/N+4 
80 650 
60 745 
19 905 
188 080 
  
 
Échéance 6 
31/12/N+5 
80 650 
65 605 
15 045 
122 455 
  
 
Échéance 7 
31/12/N+6 
80 650 
70 855 
9 795 
51 600 
  
 
Levée option 
31/12/N+6 
51 600 
51 600 


  
 
TOTAL 
616 150 
450 000 
166 150 
  
 
  
 
 (1) 450000 x 8% = 36000 
 (2) 450 000 – 44650 = 405 350 
 
5. Comptabilisation 
Au 01/01/N (à la signature), on passe l’écriture suivante : 
 
 
 
 
 
 
 
01/01/N 
2411 
 
Matériel Industriel 
500 000 
 
 
 
 
 
173 
Dettes  de  location  acquisition/crédit-bail 
 
 
mobilier  
450 000 
 
4812       Fournisseurs d’investissements 
 
  50 000 
 
 
       
 
 
 
 
 
 
Le 15 janvier N, on passe l’écriture  de règlement des frais d’installation : 
 
 
 
 
 
 
 
 
15/01/N 
4812 
 
Fournisseurs d’investissements 
50 000 
 
 
 
 
 
521             Banques  
 
50 000 
 
 
 
       
 
 
 
 
 
 
 
 
 
122

 
 
Au 31/12/N, on passe les écritures suivantes : 
 
•  Constatation de la redevance 
 
 
 
 
 
 
 
 
31/12/N 
623 
 
Redevances de location acquisition 
80 650 
 
 
 
 
 
401             Fournisseurs 
 
80 650 
 
 
 
       
 
 
 
 
 
U  NB : Il est recommandé de créditer le compte 401 (même s’il s’agit d’une opération 
d‘investissement) pour ne pas alourdir les retraitements liés au calcul du besoin 
de financement lié aux activités opérationnelles dans le cadre de l’élaboration du 
tableau des flux de trésorerie. 
 
•  Règlement de la redevance 
 
 
 
 
 
 
 
 
31/12/N 
401 
 
Fournisseurs  
80 650 
 
 
 
 
 
521             Banques  
 
80 650 
 
 
 
       
 
 
 
 
 
 
•  Eclatement du montant de la redevance 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
31/12/N 
173 
 
Dettes de location acquisition/crédit-bail 
 
 
 
 
mobilier  
44 650 
 
672 
Intérêts dans loyers de location acquisition 
36 000 
 
 
 
 
 
 
623              Redevances de location acquisition 
 
80 650 
 
 
       
 
 
 
 
 
 
 
 
123

 
•  Dotation aux amortissements du matériel loué inscrit en immobilisations : 
 
Montant de la dotation aux amortissements : 500 000 x 1/10 = 50 000 KF. 
 
 
 
 
 
 
 
 
31/12/N 
6813 
 
Dotation aux amortissements des immobilisations 
 
 
 
 
corporelles  
50 000 
 
 
28411              Amortissements du matériel  Industriel 
 
50 000 
 
 
       
 
 
 
 
 
6. Hypothèse 1 : Levée d’option à la fin du contrat 
 

•  Règlement du prix de levée d’option 
 
 
 
 
 
 
 
 
31/12/N+6 
623 
 
Redevances de location acquisition  
51 600 
 
 
 
 
 
521             Banques  
 
51 600 
 
 
 
       
 
 
 
 
 
•  Retraitement de la levée d’option 
 
 
 
 
 
 
 
31/12/N+6 
173 
 
Dettes de location acquisition/crédit-bail 
 
 
 
 
mobilier  
51 600 
 
 
 
623                    Redevances de location acquisition  
 
51 600 
 
 
       
 
 
 
 
 
•  Amortissement du matériel 
 
 
 
 
 
 
 
31/12/N+6 
6813 
 
Dotation aux amortissements des immobilisations 
 
 
 
 
corporelles  
50 000 
 
 
 
 
 
 
 
28411             Amortissements du matériel  Industriel  
 
50 000 
 
 
 
       
 
 
 
 
 
7. Hypothèse 2 : Remise en cause de l’option : non levée d’option à la fin du contrat. 
A la date prévue pour la levée d’option qui a été remis en cause, il faut constater : 
124

-  la sortie du matériel, qui est repris par la société de crédit-bail, 
-  l’annulation de la dette pour le prix de levée d’option que l’on renonce à payer. 
Tout se passe comme si le matériel est cédé au prix de levée d’option. 
 
•  Eléments de calcul 
 
Cumul des amortissements : 500 000 x 1/10 x 7  = 350 000 
Valeur nette comptable        : 500 000 – 350 000 = 150 000 
Prix de cession (montant de la dette annulée)       = 51 600 
•  Comptabilisation 
-  Dotation aux amortissements du matériel de N+6 
 
 
 
 
 
 
 
31/12/N+6 
6813 
 
Dotation aux amortissements des immobilisations 
 
 
 
 
corporelles  
50 000 
 
 
28411             Amortissements du matériel  Industriel  
 
50 000 
 
 
 
       
 
 
 
 
 
-  Sortie du matériel  
 
 
 
 
 
 
 
31/12/N+6 
812 
 
Valeurs comptables des cessions d’immobilisations  150 000 
 
28411 
 
Amortissements du matériel industriel 
350 000 
 
 
 
           
 
 
2411 
 Matériel  Industriel  
500 000 
 
 
 
       
 
 
 
 
 
-  Constatation du produit de cession et solde de la dette de crédit-bail 
 
 
 
 
 
 
 
31/12/N+6 
173 
 
Dettes de location acquisition/crédit-bail 
 
 
 
 
mobilier  
51 600 
 
 
 
822 
 Produits  des  cessions  d’immobilisations 
 
 
corporelles 
51 600 
 
 
 
       
 
 
 
 
 
 
 
 
 
125

 
 
APPLICATION 38 
 Contrat de location chez le bailleur (location 
 
financement) 
 
 
Le  01/01/N,  une  entité  industrielle  fabrique  et  met  en  location-vente  un  matériel 
 
spécialisé. Cette entité a conclu avec un client un contrat de location-vente d’une durée 
 
 
de 10 ans. La durée d’utilité du matériel spécialisé est également de 10 ans. Le coût de 
 
fabrication du matériel spécialisé loué s’élève à 400 000 KF. Selon les tarifs de l’entité, 
 
  le prix de vente du matériel spécialisé prélevé dans les stocks de produits finis s’élève à 
450 000  KF.  Le  05/01/N,  le  bailleur  acquitte  au  comptant  par  chèque  bancaire  une 
 
commission de 2 000 KF à l’intermédiaire ayant permis de conclure le contrat. 
  Le contrat consiste en une série 10 loyers à terme échu de 70.000 KF. Le premier loyer a 
  été réglé par chèque bancaire le 31/12/N. 
 
 
Le taux d’intérêt implicite du bailleur est de 10%. Le dernier loyer est fixé à 51.570KF. 
 
 
A l’issue de la location, le matériel spécialisé aura une valeur résiduelle nulle. 
 
 
L’entité tient ses comptes de stock selon la méthode de l’inventaire permanent. 
 
 
 
1. Tableau d’amortissement de la créance de location (en KF) 

 
 
 
  Ventilati  
on de l'échéance   
Nature 
Dates 
Loyers 
Créances de location 
Créances 
Intérêts 
A la signature  01/01/N 



450 000 
Échéance 1 
31/12/N 
70 000 
25 000 
45 000 
425 000 
Échéance 2 
31/12/N+1 
70 000 
27 500 
42 500 
397 500 
Échéance 3 
31/12/N+2 
70 000 
30 250 
39 750 
367 250 
Échéance 4 
31/12/N+3 
70 000 
33 275 
36 725 
333 975 
Échéance 5 
31/12/N+4 
70 000 
36 600 
33 400 
297 375 
Échéance 6 
31/12/N+5 
70 000 
40 260 
29 740 
257 115 
Échéance 7 
31/12/N+6 
70 000 
44 290 
25 710 
212 825 
Échéance 8 
31/12/N+7 
70 000 
48 715 
21 285 
164 110 
Échéance 9 
31/12/N+8 
70 000 
53 590 
16 410 
110 520 
Échéance 10  31/12/N+9 
70 000 
58 950 
11 050 
51 570 
Levée option  31/12/N+9 
51 570 
51 570  


TOTAL 
751 570 
450 000 
301 570 
  
 
(1) 450000 x 10% = 45 000. 
 
126

2. Ecritures relatives au contrat de location chez le bailleur 
•  Comptabilisation de la vente 
 
 
 
 
 
 
 
01/01/N 
2714 
 
Créances de location financement/location-vente
450 000 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
702 
Ventes de produits finis 
 
450 000 
 
 
 
       
 
 
 
 
 
•  Décomptabilisation du matériel vendu 
 
 
 
 
 
 
 
 
01/01/N 
736 
 
Variations des stocks de produits finis
400 000 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
361 
          Stocks de produits finis 
 
400 000 
 
 
 
       
 
 
 
 
 
•  Comptabilisation de la commission 
 
 
 
 
 
 
 
05/01/N 
6322 
 
Commissions et courtages sur ventes
2 000 
 
 
 
 
 
 
401 
            Fournisseurs 
 
2 000 
 
 
       
 
 
 
 
401 
 
Fournisseurs
2 000 
 
 
 
 
 
 
521 
          Banques 
 
2 000 
 
 
       
 
 
 
 
 
•  Constatation du premier loyer perçu 
 
 
 
 
 
 
 
31/12/N 
521 
 
Banques
70 000 
 
 
 
 
 
 
2714              Créances de location-financement 
 
25 000 
 
775 
              Intérêts dans loyers de location-financement 
 
45 000 
 
 
       
 
 
 
 
 
 
 
127

 
 
Chapitre 9 
       Réserve de propriété  
 
 
 
 
APPLICATION 39 
 Réserve de propriété - acheteur 
  Une entité a procédé  le 02/01/N à l’acquisition d’un matériel industriel avec clause de 
réserve de propriété d’une valeur de 50 000 000. 
 
Règlement le 01/06/N.  
1. Principe 
Si une entité le désire, elle peut : 
•  dans son « plan comptable d’entité », prévoir une analyse plus fine que celle proposée 
par le SYSCOHADA et scinder ses comptes d’achats, de ventes (et d’immobilisations, 
de stocks) pour identifier les opérations avec clause de réserve de propriété (R/P). 
•  utiliser les comptes de la classe 9 (chez un acheteur, il s’agit d’un engagement donné 
et chez un vendeur, un engagement obtenu). 
En fait, cette analyse peut être surtout utile : 
•  chez  l’acquéreur : pour  identifier  les  biens  acquis  (qui  juridiquement  ne  sont  pas 
encore  sa  propriété)  et  les  distinguer  des  biens  en  propriété  (notion  de  risque).  Par 
ailleurs, cette analyse est aussi utile en cas de risque de faillite, ou de discontinuité de 
l’exploitation. 
•  chez le vendeur : pour identifier ses "créances assorties d'une clause de R/P". 
Ces créances comportent une forte garantie puisqu'elles s'adossent sur la propriété du 
bien vendu, à l'origine de la créance. Toutefois, comme la quasi-totalité des créances 
d'un même vendeur comportent la clause, la distinction perd de ce fait de son intérêt. 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
128

2. Comptabilisation 
 
 
 
 
 
 
 
02/01/N 
24116 
 
Matériel industriel avec clause de réserve de propriété 
 50 000 000 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
4816 
       Fournisseurs d’investissements – Réserve de propriété 
 
50 000 000 
 
 
 
 
 
 
 
 (Acquisition avec clause de réserve de propriété) 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
9183 
 
Contrepartie des engagements accordés 
 50 000 000 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
9083 
       Achats avec clause de réserve de propriété 
 
50 000 000 
 
 
 
 
 
 
 
   (Constatation de l’engagement donné) 
 
 
 
 
  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
01/06/N 
 
4816 
 
Fournisseurs d’investissements – Réserve de propriété 
 50 000 000 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
521 
       Banques 
 
50 000 000 
 
 
 
 
 
 
 
  (Règlement pour solde) 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
9083 
 
Achats avec clause de réserve de propriété  
 50 000 000 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
9183 
       Contrepartie des engagements accordés 
 
50 000 000 
 
 
 
 
 
 
 
   (Annulation de l’engagement donné) 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
01/06/N 
2411 
 
Matériel industriel 
 50 000 000 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
24116 
         Matériel industriel avec clause de réserve de propriété 
 
50 000 000 
 
 
 
 
 
 
 
   (Virement pour solde du compte crédité) 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
APPLICATION 40 
 Réserve de propriété - vendeur 
 
La société SOVAL a vendu  à l'entité MK, 20/12/N, une "chaine d'embouteillage" au 
prix de 100 000 000 F, chaine normalement amortissable en 6 ans. 
 
Elle  a  accordé  à  MK  un  crédit  de  60 000 000  F,  au  31/12/N+1,  après  paiement 
comptant à la livraison de 40 000 000 F.   
 
En difficultés financières, MK n'honore  pas l'échéance du 30/11/N+1 et parait sur le 
point de déposer son bilan. 
 
A l'inventaire du 31/12/N+1, SOVAL apprend que le matériel a été mal entretenu et est 
endommagé, mais est toujours dans l'entité MK. Valeur nette probable de réalisation : 
 
42 000 000 F. 
129

1. Comptabilisation de la vente et de l’engagement reçu 
 
 
 
 
 
 
 
20/12/N 
4116 
 
Clients, réserve de propriété 
 100 000 000 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
701 
         Ventes de marchandises 
 
100 000 000 
 
 
 
 
 
 
 
                                (Facture N°…) 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
9043 
 
Ventes avec clause de réserve de propriété 
 100 000 000 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
9143 
         Contrepartie des engagements obtenus 
 
100 000 000 
 
 
 
 
 
 
 
               (Constatation de l’engagement obtenu) 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
2. Provision à constituer par SOVAL 
Montant de la créance : 60 000 000 
Valeur  probable  de  réalisation  du  bien  après  « revendication »  (sous  déduction  des  frais 
afférents et des frais de cession) : 42 000 000. 
Perte  probable  =  18 000 000  (60 000 000  –  42 000 000),  montant  à  provisionner  (sans  la 
clause de R/P, SOVAL devrait sans doute provisionner beaucoup plus, de 40 à 100 %, selon 
la solvabilité de MK). 
 
 
 
 
 
 
 
31/11/N+1 
4162 
 
Créances douteuses 
60 000 000 
 
 
 
 
 
4116 
      Clients, réserve de propriété 
 
60 000 000 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
31/12/N+1 
6594 
 
Charges pour dépréciations sur créances 
18 000 000 
 
 
 
 
 
4912 
      Dépréciations des comptes clients (créances douteuses) 
 
18 000 000 
 
 
 
 
 
 
 
 
3. Revendication par le vendeur 
Le 20 février N+2, SOVAL obtient du tribunal la restitution du bien, à la suite de son action 
en revendication. A cette date, la valeur probable de réalisation du matériel (nette des frais de 
revente) est estimée à 37 000 000. 
130

Le  10  avril  N+2,  la  chaine  est  effectivement  revendue,  au  prix  net  de  40 000  000;  la 
comptabilité analytique montre que les frais de revente ont été de 2 000 000. 
•  Retour du bien 
Il faut entrer le bien à sa « valeur actuelle », en l'absence du contrat. 
 
 
 
 
 
 
 
20/02/N+2 
601 
 
Achats marchandises  
37 000 000 
 
 
 
 
 
4162                            Créances douteuses 
 
37 000 000 
 
(Reprise du matériel au client MK sur base de sa valeur actuelle) 
 
 
 
 
 
 
 
 
•  Revente finale (insuffisante) 
 
 
 
 
 
 
 
10/04/N+2 
521 
 
Banques  
40 000 000 
 
 
 
 
 
701 
      Ventes de marchandises  
 
40 000 000 
 
(Prix de cession) 
 
 
 
 
 
 
 
 
4. Montant effectivement récupéré 
Il est de 40 000 000 – 2 000 000 (frais commerciaux) = 38 000 000 
Il convient donc de corriger la valeur d'entrée du 20/2, estimée alors à 37 000 000, elle s'avère 
égale à 38 000 000 qui est le « prix définitif » de la reprise du bien. 
 
 
 
 
 
 
 
10/04/N+2 
601 
 
Achats de marchandises  
1 000 000(1) 
 
 
 
 
 
4162 
          Créances douteuses 
 
1 000 000 
 
(Rectification de la valeur d'entrée du 20/2)  
 
 
 
 
 
 
 
 
(1)  40 000 000 – 2 000 000 – 37 000 000 = 1 000 000 
 
5. Compte « créances douteuses » à cette date : 
      4162 « Créances douteuses »MK 
30/11/N+1 .  60  000 000  37 000 000 (revendication) 20/2 
                                              1 000 000  (revendication) 10/4 
                                            38 000 000 
                  Solde débiteur 22 000 000 
131

6. Inventaire fin N+2 :  
D'après  le  syndic,  les  créances  chirographaires  pourront,  dans  la  faillite  MK,  récupérer 
environ 30% de leurs créances. 
D'où perte probable 70% soit 22 000 000 x 0,7 = 15 400 000.  
La provision de 18 000 000 sera donc à réduire de 2 600 000. 
•  Revue finale (supérieure au restant dû) 
Prix de revente le 10/04 : 65 000 000 : frais  commerciaux de revente estimés 3 000 000. 
Montant récupéré : 65 000 000 - 3 000 000 = 62 000 000. 
Il faut corriger en conséquence la valeur d'entrée du 20/02, qui est à majorer de 37 000 000 à 
62 000 000 (+25 000 000) 
 
 
 
 
 
 
 
14/04/N+2 
601 
 
Achats de marchandises  
25 000 000 
 
 
 
 
 
4162 
      Créances douteuses 
 
25 000 000 
 
(Valeur de reprise matériel MK revendiqué) 
 
 
 
 
 
 
 
 
D'où le solde du compte 4162 qui se présente comme suit : 
                    Créances douteuses MK 
                       60 000 000   37 000 000 
                                            25 000 000 
                                            62 000 000 
                  Solde créditeur 2 000 000 
 
 
 
 
 
 
 
31/04/N+2 
4162 
 
Créances douteuses MK 
2 000 000 
 
 
 
 
521 
      Banque X 
 
2 000 000 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
132

 
 
Chapitre 10        Immeubles de placement 
 
 
 
 
 
APPLICATION 41 
 Immeubles de placement 
  Une entité vient d’acheter à crédit un immeuble de 4 étages pour 200 000 000 F. Elle 
occupe  le  premier  étage  pour  ses  besoins  administratifs  et  loue  les  autres  étages  à 
  d’autres entités. 
 
1. Analyse de l’opération 
Si les différentes parties du bien peuvent être vendues séparément (ce qui est manifestement 
le cas ici) alors, on peut utiliser l’approche par composants.  
On  comptabilise  ainsi  un  quart  de  200  000  000  F  soit  50  000  000  F  en  immobilisations 
corporelles,  et  trois  quart  de  200  000  000  F  soit  150  000  000  F    en  tant  qu’immeuble  de 
placement. 
Dans le cas où les différentes parties du bien ne peuvent pas être vendues séparément, alors le 
bien  n’est  comptabilisé  en  tant  qu’immeuble  de  placement  qu’à  la  condition  que  son 
utilisation pour des activités ordinaires soit minoritaire par rapport à son caractère locatif ou 
de valorisation du capital.  
2. Comptabilisation 
Lors de l’acquisition de l’immeuble, l'écriture suivante sera passée : 
 
 
 
 
 
 
 
31/12/N+10 
2313 
 
Bâtiments  administratifs et commerciaux 
 50 000 000 
 
 
 
 
 
 
2315 
 
Bâtiments - immeubles de placement  
150 000 000 
 
 
 
 
 
4812 
       Fournisseurs d’investissements 
 
200 000 000 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
133

 
Co  
nstructions sur sol d’autrui et                     
Cha
 
pitre 11   
contrat de rentes viagères 
 
 
APPLICATION 42 
Construction sur sol d’autrui  
L’entité AUTRUAS a fait construit courant N un atelier industriel sur un terrain dont 
  elle est locataire.  Le coût total de l’atelier industriel s’élève à  60 000 000 F. Les 
travaux  sont  achevés  et  facturés    le  01/10/N. La durée  d’utilité  de  l’atelier  est  de  15 
  ans. Le bail expire dans   15 ans. A l’expiration du bail, l’entité AUTRUAS percevra 
 
une indemnité d’éviction de 10 000 000 F.  
 
 
 
1. Comptabilisation des écritures en N  
 
 
 
 
 
 
 
01/10/N 
232 
 
Bâtiments industriels sur sol d’autrui 
60 000 000 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
4812 
   Fournisseurs d’investissements – immobilisations corporelles 
 
60 000 000 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
La durée d’utilité du  bâtiment industriel correspond à la durée du bail : 15 ans. 
Dotation aux amortissements de N : [(60 000 000 – 10 000 000) /15] x 3 / 12 = 833 333 
 
 
 
 
 
 
 
31/12/N 
6813 
 
Dotations aux amortissements des immobilisations corporelles 
833 333 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
2832 
 Amortissement bâtiment industriel sur sol d’autrui   
 
833 333 
 
 
 
 
 
 
 
(Annuité comptable
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
2. Comptabilisation chez l’entité AUTRUAS à l’expiration du bail        
 
 
 
 
 
 
 
01/10/N+15 
521 
 
Banques 
10 000 000 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
822 
 Produits des cessions d’immobilisations corporelles 
 
10 000 000 
 
 
 
 
 
 
 
(Facture n° ) 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
134

 
 
 
 
31/12/N+15   
 
 
6813 
 
Dotations aux amortissements des immobilisations corporelles 
3 333 333 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
2832 
 Amortissement bâtiment industriel sur sol d’autrui   
 
3 333 333 
 
 
 
 
 
 
 
(Annuité comptable : (60 000 000 – 10 000 000)/15) 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
31/12/N+15   
 
 
812 
 
Valeurs comptables des cessions d’immobilisations corporelles 
10 000 000 
 
 
 
 
 
 
 2832 
 
Amortissement bâtiment industriel sur sol d’autrui 
50 000 000 
 
 
 
 
 
 
 
 
              [(60 000 000 – 10 000  000) / 15] x 15 
 
 
 
 
 
 
 
 
232 
     Construction sur sol d’autrui    
 
60 000 000 
 
 
 
 
 
 
 
(Décomptabilisation du bâtiment
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
3. Comptabilisation chez le propriétaire du terrain à l’expiration du bail  
1er cas : une indemnité d’éviction est prévue au contrat  
 
 
 
 
 
 
 
01/10/N+15 
231 
 
Bâtiments, installations techniques et agencements 
10 000 000 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
521 
 Banques   
 
10 000 000 
 
 
 
 
 
 
 
(Indemnité versée à l’expiration du bail) 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
2e cas : aucune indemnité d’éviction n’est prévue au contrat. La valeur actuelle est de 10 000 000 F 
 
 
 
 
 
 
 
01/10/N+15 
231 
 
Bâtiments, installations techniques et agencements 
10 000 000 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
841 
 Produits HAO constatés 
 
10 000 000 
 
 
 
 
 
 
 
(Indemnité non versée à l’expiration du bail) 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
U  Remarque : Lorsqu’il s’agit d’un bien d’une valeur actuelle jugée significative par la direction de 
l’entité,  il  est  recommandé  d’utiliser  le  compte  148  Autres  subventions  d’investissement  au  lieu  du 
compte 841 Produits HAO constatés afin d’étaler le produit sur la période d’amortissement du bien. 
 
 
 
 
135

 
 
APPLICATION 43 
Rentes viagères 
 
Une entité  a acquis le 1er Octobre N, un ensemble immobilier à usage administratif et 
 
commercial évalué  à 350 000000 (dont 50 000 000 pour le terrain le 1er  Octobre N). 
 
Cette  acquisition  donne  lieu  à  un  versement  initial  (bouquet)  de  110  000  000    et  le 
 
solde faisant l'objet d'une rente viagère  annuelle de 20 000 000  payable le 1er Octobre 
 
de chaque année. 
La durée d'utilité du bâtiment est 30 ans. 
 
Considérons les hypothèses suivantes  
 
Hypothèse 1 : Décès du crédirentier le 15/12/N+5 
Hypothèse 2 : Décès du crédirentier le  10/11/N+ 14 
 
1. Au titre des exercices N et N+1, les écritures suivantes seront passées : 
•  Exercice  N 
 
 
 
 
 
 
 
01 / 10 / N 
2232 
 
Terrains bâtis 
   50 000 000 
 
2313 
 
Bâtiments Administratifs et Commerciaux 
300 000 000 
 
 
 
 
521 
                               Banques 
 
  110 000 000 
1681 
                               Rentes viagères capitalisées 
  240 000 000 
 
 
 
 
31/ 12 /N   
 
 
6813 
 
Dotations aux amortissements des immobilisations corporelles 
2 500  000 
 
 
 
  
2831 
                                Amortissements des bâtiments 
 2 500 000 
(Opération de dotation 300 000 000 x 1/30 x 3/12) 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
•  Exercice  N+1 
 
 
 
01/ 10 /N+1   
 
 
 
 
 
 
 
1681 
 
Rentes viagères capitalisées 
20 000 000 
  
 
 
  
521 
                                Banques 
20 000 000 
 
 
 
 
31/12/N+1   
 
 
6813 
 
Dotations aux amortissements des immobilisations corporelles 
10 000  000 
 
 
 
  
2831 
                                Amortissements des bâtiments 
 10 000 000 
 (Opération de dotation 300 000 000 x 1/30) 
 
 
 
 
 
 
 
 
136

 
2. Hypothèse 1 : Décès du crédirentier le 15/12/N+5 
 
•  A la date  du 15/12/ N+5 : 
 
ü  le débirentier a effectué 5 versements pour un montant total de : 20 000 000 x 5                             
= 100 000 000 
 
ü  le solde du compte 1681 Rentes viagères capitalisées : 240 000 000 - 100 000 000                             
= 140 000 000 
Ce compte doit être soldé avec, en contrepartie, la constatation d'un produit hors activités 
ordinaires. 
 
 
 
15/12 /N+5   
 
 
 
 
 
 
 
1681 
 
Rentes viagères capitalisées 
140 000 000 
  
 
 
  
841 
                                Produits HAO constatés 
140 000 000 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
3. Hypothèse 2 : Décès du crédirentier le  10/11/N+ 14 
•  Exercice  N+12 
A la date du 01/10/N+12, le débirentier a effectué 12 versements pour un montant total de :  
20 000 000  x 12 =  240 000 000. 
Au  01/10/N+13  et  au  01/10/N+14,  le  compte  1681  Rentes  viagères  capitalisées  est  soldé. 
Les versements effectués sont comptabilisés en charges HAO. 
 
 
 
01/10/N+13   
 
 
 
 
 
 
 
831 
 
Charges HAO  constatées 
20 000 000 
  
 
 
  
521 
                                Banques 
20 000 000 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
01/10/N+14   
 
 
 
 
 
 
 
831 
 
Charges HAO  Constatées 
20 000 000 
  
 
 
  
521 
                                Banques 
20 000 000 
 
 
 
 
 
 
 
 
U    NB :  Lorsqu’il  s’agit  d’un  mode  de  financement  lié  aux  activités  ordinaires  de 
l’entité, les comptes 6781 et 7781 seront utilisés au lieu des comptes 831 et 841. 
137

 
 
 
Chapitre 12        Dépréciations des immobilisations 
 
 
 
 
 
APPLICATION 44 
Dépréciation des immobilisations-évaluation 
 
ultérieure 
Un matériel industriel d'une valeur brute de 30 000 000 F est acquis le 01 janvier de 
  l'année N-1 et est amorti sur une période de 6 ans. La dotation aux amortissements 
annuelle est de 5 000 000F (30 000 000/6). Après deux années d'utilisation, la valeur 
  nette comptable est donc de 20 000 000 F [30 000 000 – (2 x 5000 000)].  
 
A la clôture de l’exercice N, un test de dépréciation a été réalisé suite au constat d’un 
indice de perte de valeur. La valeur actuelle du matériel industriel à l’issue du test a été 
 
estimée à 8 000 000 F. 
 
A la clôture de l’exercice N+2, suite à une modification du marché, il apparaît que la 
 
valeur actuelle s'établit désormais à 9 000 000 F. 
1. Plan d’amortissement initial 
Nature de l’immobilisation : matériel industriel n°…        Date de mise en service : 01/01/N-1 
Durée d’utilité : 6 ans                                                          Valeur au bilan : 30 000 000 F 
Rythme d’amortissement : linéaire                                      Base amortissable : 30 000 000 F 
Amortissements 
VNC à la 
Années 
Base 
clôture de 
amortissable 
Dotation de l’exercice 
Cumul à la clôture 
l’exercice 
N-1 
30 000 000 
30 000 000 x 1/6 = 5 000 000 
  5 000 000 
25 000 000 

30 000 000 
                            5 000 000 
10 000 000 
20 000 000 
N+1 
30 000 000 
                            5 000 000 
15 000 000 
15 000 000 
N+2 
30 000 000 
                            5 000 000 
20 000 000 
10 000 000 
N+3 
30 000 000 
                           5 000 000 
25 000 000 
  5 000 000 
N+4 
30 000 000 
                           5 000 000 
30 000 000 

TOTAL 
 
                          30 000 000 
 
 
 
 
 
138

2. Conséquences du test de dépréciation 
A la clôture de l’exercice N, une perte de valeur de 12 000 000 F (20 000 000 – 8 000 000) est 
comptabilisée  de  sorte  que  la  nouvelle  valeur  nette  comptable  s'établit  en  fin  d'année  N  à 
8 000  000  F.  La  nouvelle  charge  d'amortissement  annuelle  s'élève  à  2  000  000  F                      
(8 000 000/4), soit 8 000 000 F amorti sur la durée résiduelle de 4 ans (6 ans -2 ans).  
En fin N+2, la valeur nette comptable s'élève à 4 000 000 F, soit 8 000 000 F diminué de 2 x 
2 000  000  F.  A  la  suite  d'une  modification  du  marché,  il  apparaît  que  la  valeur  actuelle 
s'établit  désormais  à  9 000  000  F.  La  valeur  nette  comptable  de  l'actif  sur  base  historique 
s'élève  à  10 000  000  F  soit  30 000  000  F  -  (4  x  5 000  000).  Par  conséquent,  l’entité  peut 
reprendre la perte de valeur à hauteur de 5 000 000 F (9 000 000 - 4 000 000), car le montant 
de 9 000 000F est inférieur à 10 000 000 F (le plafond à ne pas dépasser). La nouvelle valeur 
comptable après amortissement et reprise de perte de valeur s'établira à 9 000 000. 
La  nouvelle  charge  d'amortissement  annuelle  s'élève  à  4  500  000  F    (9 000  000/2),  soit                     
4 500 000 F amorti sur la durée résiduelle de 2 ans (6 ans - 4 ans).  
 
3. Plan d’amortissement révisé 
Nature de l’immobilisation : matériel industriel n°…        Date de mise en service : 01/01/N-1 
Durée d’utilité : 6 ans                                                          Valeur au bilan : 30 000 000 F 
Rythme d’amortissement : linéaire                                      Base amortissable : 30 000 000 F 
Amortissements 
Dépréciations 
VNC à la 
Années 
Base 
Dotation de 
Cumul à la 
Dotations  Reprises  clôture de 
amortissable 
clôture 
l’exercice 
l’exercice 
N-1 
30 000 000 
30 000 000 x 1/6 = 
5 000 000 
 
 
25 000 000 
5 000 000 

30 000 000 
5 000 000 
10 000 000 
12 000 000 
 
8 000 000 
N+1 
8 000 000 
2 000 000 
12 000 000 
 
 
6 000 000 (1) 
N+2 
8 000 000 
2 000 000 
14 000 000 
 
5 000 000 
9 000 000 
N+3 
9 000 000 
4 500 000 
18 500 000 
 
 
5 000 000 
N+4 
9 000 000 
4 500 000 
23 000 000 
 
 

TOTAL 
 
23 000 000 
 
12 000 000  5 000 000 
 
(1) 8 000 000 – 2 000 000 = 6 000 000. 
Dans ce même exemple, si la valeur actuelle était de 13 000 000, l’entité limitera la reprise de 
perte de valeur à 6 000 000 (10 000 000 -4 000 000) de sorte que la nouvelle valeur comptable 
s'établisse  à  10 000 000  pour  éviter  que  la  reprise  de  la  perte  de  valeur  n’entraine    pas 
finalement une réévaluation du matériel. 
139

 
APPLICATION 45 
Dépréciation d’un groupe d’actifs  immobilisés 
  La valeur nette comptable des différents éléments d’un groupe d’actifs immobilisés 
d’une valeur globale de 260 000 000 F à fin décembre N se présente comme suit : 
 
• Fonds commercial       :    20 000 000 F 
• Terrains bâtis              :    50 000 000 F 
 
• Immeuble industriel   :   150 000 000 F 
 
• Camions                      :    40 000 000 F 
Un test d'évaluation a été effectué au 31 décembre N et il a révélé que la valeur actuelle 
  du groupe d’actifs immobilisés dans sa globalité est de 200 000 000 F.  
 
1. Calcul de la dépréciation de la valeur globale du groupe d'actifs immobilisés.  
 
La perte de valeur globale du groupe d'actifs immobilisés étant égale à la différence entre la 
valeur  nette  comptable  du  groupe  d'actifs  immobilisés  et  la  valeur  actuelle  globale.  Cette 
dépréciation s'élève à  260 000 000  - 200 000 000 = 60 000 000.  
2. Ventilation de la dépréciation globale  
 
La dépréciation globale est d'abord affectée au fonds commercial, soit 20 000 000. La valeur 
du fonds commercial après dépréciation est donc de 0. La dépréciation ne pourra jamais être 
reprise ultérieurement.  
Le solde de la perte de valeur, soit 40 000 000 F (60 000 000 – 20 000 000), devra être affecté 
proportionnellement à la valeur nette comptable de chacun des autres actifs identifiés d’une 
valeur globale de : 50 000 000 + 150 000 000 + 40 000 000 = 240 000 000 F, soit :  
•  Terrains bâtis            :   40 000 000 x 50 000 000 / 240 000 000     =   8 333 333 F 
•  Immeuble industriel :   40 000 000 x 150 000 000 / 240 000 000    = 25 000 000 F 
•  Camions                   :    40 000 000 x  40 000 000 / 240 000 000    =    6 666 667 F 
                                                                                                       Total       = 40 000 000 F 
 
 
 
140

3. Comptabilisation 
L'écriture suivante sera passée : 
 
 
 
 
 
 
 
31/12/N 
6913 
 
Dotations aux dépréciations des immobilisations incorporelles 
20 000 000 
 
 
 
 
 
 
6914 
 
Dotations aux dépréciations des immobilisations corporelles 
40 000 000 
 
 
 
 
 
 
 
2915 
             Dépréciations du fonds commercial 
 
20 000 000 
 
 
 
 
 
 
2923 
             Dépréciations des terrains bâtis 
 
  8 333 333 
 
 
 
 
 
 
2931 
             Dépréciations des bâtiments industriels, agricoles, 
 
25 000 000 
administratifs et commerciaux sur sol propre 
 
 
 
 
 
 
2945 
             Dépréciations du matériel de transport 
 
6 666 667 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
APPLICATION 46 
Pertes de valeur suite à une réévaluation 
  Au  31/12/N,  un  bâtiment  industriel  d'une  entité  a  subi  une  perte  de  valeur  de                      
15  000 000  F.  Cet  immeuble  avait  fait  l’objet  d’une  réévaluation  libre.  La  valeur 
  comptable réévaluée du bâtiment est de 100 000 000 F avant la constatation de la perte 
de  valeur.  L'écart  de  réévaluation  figurant  parmi  les  capitaux  propres  est  de                            
 
6 000 000 F
 
•  A la clôture de l’exercice N : 
 
 
 
 
 
 
 
31/12/N 
1062 
 
Écarts de réévaluation libre  
6 000 000 
 
 
 
6914 
 
Dotations aux dépréciations des immobilisations corporelles 
9 000 000 
 
 
 
 
 
 
 
2931 
                     Dépréciations des bâtiments industriels 
 
15 000 000 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
     
A   
P   
P   
L   
I   
C   
A    
TI      
O   
N      
47     Dépréciations d’immobilisations subventionnées  
  La valeur nette comptable d'un matériel industriel est de 20 000 000 F. Ce matériel a été 
  financé par une subvention. Le solde du compte de subvention d’investissement non 
encore rapporté au compte résultat est de 12 000 000 F. Suite au constat d'un indice de 
  perte de valeur, ce matériel a fait l'objet d'un test de dépréciation. Le test de dépréciation 
indique que la valeur actuelle du matériel est de 6 000 000 F.  
 
141

La dépréciation peut être déterminée de deux façons différentes :  
 
1. Première méthode :  
Montant de la dépréciation = (VNC - solde du compte de Subvention) - valeur actuelle  
                                   = (20 000 000 - 12 000 000) - 6 000 000 = 2 000 000 F 
 
 
 
 
 
 
 
31/12/N 
6914 
 
Dotations aux dépréciations des immobilisations corporelles 
2 000 000 
 
 
 
 
 
 
 
2941 
                     Dépréciations du matériel 
 
2 000 000 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
L'impact sur le résultat de l'exercice est donc une diminution du résultat de 2 000 000 F
 
2. Deuxième méthode : 
Montant de la dépréciation = VNC - valeur actuelle    
                                    = 20 000 000 - 6 000 000 = 14 000 000 F 
 
 
 
 
 
 
 
31/12/N 
6914 
 
Dotations aux dépréciations des immobilisations corporelles 
14 000 000 
 
 
 
 
 
 
 
2941 
                     Dépréciations du matériel 
 
14 000 000 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
31/12/N 
1411 
 
Subventions d’équipement 
12 000 000 
 
 
 
 
 
 
 
799 
                     Reprises de subventions d’investissement 
 
12 000 000 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
L'impact net sur le résultat de l'exercice est donc une diminution de 2 000 000 F du résultat de 
l’exercice  (charge  liée  à  la  dépréciation    de  14  000  000  –  produit  lié  à  la  reprise  de  la 
subvention  de 12 000 000). 
 
 
 
3. Conclusion :  
On constate que les deux méthodes ont le même impact sur le résultat de l’exercice. 
 
 
142

 
 
Chapitre 13        Portefeuille titres  
 
 
 
 
      
A   
P   
P   
L   
I   
C   
A    
TI      
O   
N      
48     Acquisition de titres  
 
Une entité  a procédé à l'acquisition de certains titres durant le mois de juin  N. Une 
commission de 1,5% du montant de chaque transaction a été prélevée par l'intermédiaire 
 
financier. Les règlements ont été effectués par virement bancaire. 
 
• 5 juin : acquisition de 5 000 actions SICAV (titres cotés) à un cours unitaire de          
 
12  000  F.  Les  dirigeants  anticipent  une  forte  hausse  à  court  terme  des  actions 
SICAV (Sociétés d’Investissement de Capital Variable) ; 
 
• 9  juin  :  prise  de  participation    à    hauteur  de  80%  du  capital  d'une  entité  non 
cotée; valeur unitaire des 2500 actions acquises : 16 000  F ; 
 
• 16  juin  :  souscription  de  1  500  obligations  émises    à  20  000  F  l'une.  Ces 
obligations sont destinées à être conservés durablement en vue d'une rentabilité 
 
intéressante dans le cadre d'une stratégie globale de gestion du portefeuille ; 
 
• 24 juin : acquisition de bons du Trésor pour un montant de 3 000 000 F, en vue 
d'un placement à court terme ; 
 
• 30  juin  :  acquisition  de  1  000  actions  cotées  à  18  000  F  l'une.  Ces  actions 
représentent 2% du capital de la société émettrice. Les dirigeants de l'entité ont 
 
 
 
 
 
 
l'intention de conserver durablement ces titres. 
 
 
 
 
 
05/06/N 
5022 
 
Actions cotées (5 000 x 12 000)  
60 000 000 
 
5026 
 
Frais d'acquisition des actions (60 000 000 x 1,5%) 
     900 000 
 
 
 
521 
                    Banques  
 
60 900 000 
(Acquisition de titres SICAV) 
 
 
 
09/06/N 
 
 
 
261 
 
Titres de participation dans les sociétés sous contrôle exclusif 
40 600 000 
 
 
 
 
 
 
521 
                  Banques (2500 x 16 000) + 1,5% (2500 x 16 000) 
 
40 600 000 
(Acquisition de titres de participation) 
 
 
 
16/06/N 
 
 
 
2741 
 
Titres immobilisés de l'activité de portefeuille (T.I.A.P) 
30 450 000 
 
 
 
 
 
 
521 
                  Banques (1500 x 20 000) + 1,5% (1500 x 20 000) 
 
30 450 000 
(Acquisition de TIAP) 
 
 
 
 
 
 
 
 
143

 
 
 
24/06/N 
 
 
 
5011 
 
Titres du Trésor à court terme 
3 000 000 
 
5016 
 
Frais d'acquisition des titres de Trésor (3 000 000 x 1,5%) 
     45 000 
 
 
 
521 
                  Banques  
 
3 045 000 
(Acquisition de bons de Trésor) 
 
 
 
30/06/N 
 
 
 
2746 
 
Titres immobilisés – Actions 
18 270 000 
 
 
 
      
 
 
521 
                    Banques (1 000 x 18 000) + 1,5%(18 000 000) 
 
18 270 000 
(Acquisition de titres SICAV) 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
     
A   
P   
P     
LI   
C   
A    
TI     
O   
N      
49     Versement restant à effectuer sur titres non libérés  
 
L'entité  A  a  souscrit  20  000    actions  émises  par l'entité  B.  Ces  titres  de  10  000  F  de 
 
nominal, sont émis avec une prime  d'émission de 2 000 F et sont libérés de moitié à la 
 
souscription  le  1er  mai  N.  L'entité  A  paie  immédiatement  par  virement  bancaire  sa 
 
souscription et 1 000 000 F de frais sur l'opération. Ces titres constituent pour elle des 
titres immobilisés. 
 
 
•  Journal  de la société A 
 
 
 
 
 
 
 
01/05/N 
2746 
 
Titres immob. actions 20 000 x (10 000 +2 000) + 1 000 000  
241 000 000 
 
 
 
                  
 
 
 
472 
Versement restant à effectuer sur titres non libérés    
 
100 000 000 
521 
       Banques     (20 000 x ((10 000/2) + 2 000) + 1 000 000     
141 000 000 
  (Souscription au capital de B) 
 
 
 
 
 
 
 
 
Le 30/09/N, l'entité B appelle la deuxième moitié de la souscription. La société A procède à 
un virement bancaire le 8 novembre. 
 
 
 
 
 
 
 
08/11/N 
472 
 
Versement restant à effectuer sur titres non libérés    
100 000 000 
 
 
 
                  
 
 
 
521 
Banques   
 
100 000 000 
(Libération deuxième moitié titres B) 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
144

       A  P  P     
LI   
C   
A    
TI     
O   
N      
50     Cession de titres de participation 
  Titres immobilisés détenus par l'entité COCO, valeur d'origine : 50 000 000 F. 
 
• Dépréciation existante : 6 000 000 F 
• Prix de cession au 15/08/N du portefeuille à crédit : 48 000 000 F. 
 
1. Ecritures de cession des titres de participation :  
 
 
 
 
 
 
 
15/08/N 
816 
 
Valeurs comptables des cessions d'immo. financières 
50 000 000 
 
 
 
                  
 
 
 
274 
                 Titres immobilisés          
 
50 000 000 
(Sortie de titres immobilisés du patrimoine) 
 
 
 
 
 
 
 
4856 
 
Créances sur cessions d'immobilisations financières 
48 000 000 
 
 
 
                  
 
 
 
826 
          Produits des cessions  d'immobilisations financières 
 
48 000 000 
(Cession des titres immobilisés) 
 
 
 
 
 
 
 
2974 
 
Dépréciations des titres immobilisés                 
6 000 000 
 
 
 
 
 
 
7972 
      Reprises de dépréciations des immobilisations financières      
 
6 000 000 
(Reprise de provision sur titres cédés) 
 
 
 
 
 
 
 
 
2. Impact sur le compte de résultat 
Charges  
       Produits  
 
Financiers  
Reprise de provision                        6 000 000 
HAO 
HAO 
VC des cessions                            50 000 000  Produit de cession                         48 000 000 
 
Incidence sur le résultat global : 4 000 000 :  
                                                                     + 6 000 000 sur le résultat financier 
                                                                      - 2 000 000 sur le résultat HAO 
 
145


     
A   
P   
P      
LI   
C   
A    
TI     
O   
N      
51     Cession de titres de placement 

L'entité D possède le 01/09/N dans son portefeuille 3 000 titres de placement  de l'entité 
  F acquis au cours des exercices N-1 et N : 
- 01/04/N-1 : acquisition de 1 000 titres à 12 000 F l'un ; 
  - 01/09/N-1 : acquisition de 500 titres à 12 500 F l'un ; 
- 01/04/N : acquisition de 1 200 titres à 11 000 F l'un ; 
  - 01/07/N : acquisition de 300 titres à 10 000 F l'un. 
  En décembre N-1, le cours moyen en bourse de ce titre était de 12 050 F. 
Elle cède à crédit au 01/09/N,  2 500 titres au prix global de 29 000 000 F. 
 
1. Evaluation des titres 
•  Au 31/12/N-1, la valeur d'entrée des titres était de :  
(1 000 x 12 000) + (500 x 12 500) = 18 250 000 F 
La valeur de ces titres à la même date était de : 1 500 x 12 050 = 18 075 000 F 
En conséquence, l'entité constate une dépréciation de son portefeuille à la clôture de l'exercice 
N-1 : 18 250 000 - 18 075 000 = 175 000 F. 
2. Comptabilisation 
 
 
 
 
 
 
 
31/12/N-1 
6795 
 
Charges pour dépréciations sur titre de placement 
175  000 
 
 
 
                  
 
 
 
590 
                 Dépréciations de titres de placement          
 
175  000 
(Dépréciation titres de placement) 
 
 
 
 
 
 
 
 
3. Cession des titres 
Au 01/09/N, l'entité a cédé 2 500 titres ; il importe d'évaluer la valeur d'entrée de ces titres. 
Pour cela, deux méthodes  possibles, selon l'article 44 de l’Acte uniforme :  
•  Méthode P.E.P.S. : "premier entré, premier sorti" :  
Les  titres  cédés  sont  donc  ceux  acquis  le  01/04/N-1  (1  000  titres),  ceux  acquis  le  01/09/N-
1(500 titres), plus 1 000 titres sur les 1 200 acquis le 01/04/N. 
146

D'où une évaluation à :  
1 000 x 12 000 = 12 000 000 
  5 00 x 12 500 =   6 250 000 
1 000 x 11 000 = 11 000 000 
                            29 250 000 
Ecritures au journal de l'entité 
 
 
 
 
 
 
 
01/09/N 
4721 
 
Créances sur cession de titres de placement 
29 000 000 
 
6771 
 
 Perte sur cessions des titres de placement                 
      250 000 
 
 
 
50 
                 Titres de placement          
 
29 250 000 
(Cession de titres de placement) 
 
 
 
 
 
 
 
 
Après cette opération, la valeur d'entrée  du portefeuille titres en comptabilité ressort à : 
200 x 11 000 = 2 200 000 
300 x 10 000 = 3 000 000 
                         5 200 000 
La dépréciation éventuelle sera ajustée à la clôture de l'exercice N (augmentée, réduite ou 
annulée). 
•  Méthode du coût moyen pondéré 
La valeur totale d'acquisition du portefeuille est de :  
1 000 x 12 000 = 12 000 000 
     500 x 12 500 = 6 250 000 
 1 200 x 11 000 = 13 200 000 
       300 x 10 000 = 3 000 000 
                              34 450 000 
jk kle eee
                       Soit  
 = 11 483,3333 par titre 
j eee
 
 
 
147

La valeur globale des titres sortis est donc de :  
 
jk kle eee m n lee = 28 708 333 (ou 11 483,3333 x 2 500). 
j eee
•  Ecriture au journal de l'entité 
 
 
 
 
 
 
 
01/09/N 
4721 
 
Créances sur cession de titres de placement 
29 000 000 
 
 
 
 
       
 
 
50 
                 Titres de placement   
 
28 708 333 
777 
                 Gains sur cessions de titres de placement                       
      291 667 
(Cession de titres de placement) 
 
 
 
 
 
 
 
  
Après cette opération, la valeur du portefeuille titres en comptabilité ressort à :  
34 450 000 - 28 708 333 = 5 741 667 ou 11 483,3333 x 500 = 5 741 667. 
La dépréciation éventuelle sera ajustée à la clôture de l'exercice N en fonction de la valeur du 
portefeuille à cette date (augmentation, diminution ou annulation). 
•  Conclusion :  
L'utilisation  de  l'une  ou  l'autre  des  deux  méthodes  proposées  par  l’Acte  uniforme  a  une 
influence non négligeable sur : 
-  le résultat de la période ; 
-  l'évaluation des actifs restants. 
Il importe donc de respecter le postulat de la permanence des méthodes pour l'ensemble des 
opérations concernant le portefeuille titres. 
 
 
 
 
 
148

 
 
Chapitre 14        Stocks et en-cours de production 
 
 
 
 
      
A   
P   
P      
LI   
C   
A    
TI     
O   
N      
52     Valorisation de stocks 
 Une entité fabrique un produit P1 selon une capacité normale de production mensuelle 
de 5 000 unités. En décembre N la production effective a été de 4 000 unités, générant 
 les coûts suivants :  
• matières premières                                   : 3 500 000 F; 
  • main d'œuvre directe                                : 2 200 000 F; 
  • frais généraux variables de production    : 1 500 000 F; 
• frais généraux fixes de production           : 1 000 000 F; 
  • frais d'administration générale                  :   500 000 F; 
• frais de stockage des produits finis           :   100 000 F. 
 Le stock final est de 1 000 unités correspondant à une partie de la production du mois de 
 décembre N. 
Le stock initial s'élevait à 2 750 000 F.  
 
L'entité valorise ses stocks selon la méthode FIFO. 
 
1. Coût de production du stock de produits finis 
Le stock est évalué au coût de production qui comprend :  
-  matières premières                                                                             : 3 500 000 
-  main d'œuvre directe                                                                          : 2 200 000 
-  frais généraux variables de production                                              : 1 500 000 
-  frais généraux fixes de production : 1 000 000 x  80%(1) =               :    800 000  
                                                         
                                                        Coût total de production            8 000 000                

En revanche, les frais suivants qui ne concourent pas au processus de production doivent être 
constatés en charges :  
-  frais d'administration générale ; 
-  frais de stockage des produits finis. 
(1)  Coefficient d'imputation rationnelle des charges fixes : 4 000/5000 = 0,8. Les frais fixes 
sont imputés dans la limite du rapport production réelle/production normale. 
149

L'impact de la sous-activité de décembre sur le résultat de l'exercice N : 
Coût de la sous-activité ou coût de chômage   = 1 000 000 x 20% = 200 000 F. Cette charge 
minore le résultat de l'exercice N. 
 
2. Montant du stock final   
Le stock final de produits P1 de  1 000  unités correspond à une partie de la production de 
décembre N. Il est donc valorisé au coût unitaire  de 2 000 (8 000 000/4 000), soit un stock 
final total de 1 000 x 2 000 = 2 000 000 F. 
 
3. Comptabilisation  
 
 
 
 
 
 
 
31/12/N 
736 
 
Variations des stocks de produits finis 
2 750 000 
 
 
 
 
36 
                            Stocks de produits finis 
 
2 750 000 
(Annulation du stock initial)  
 
 
 
 
 
 
 
36 
 
Stocks de produits finis 
2 000 000 
 
 
 
 
736 
Variations des stocks de produits finis 
 
2 000 000 
 (Constatation du stock final)  
 
 
 
 
 
 
 
 
     
A   
P   
P      
LI   
C   
A    
TI     
O   
N   5 
53          Stocks de marchandises 
 
Une entité dispose d’un stock de marchandises acquis pour 10 000 000. Les frais restant 
 
à supporter (frais de commercialisation) sont estimés à 2 000 000.  
 
Hypothèse 1 : 
 
 
Le prix de vente probable du stock est estimé à 10 500 000. Un contrat de vente ferme a 
 
été conclu pour le prix de 11 500 000. 
 
 
Hypothèse 2 : 
 
Un contrat de vente ferme a été conclu pour le prix de 13 500 000. 
 
 
 
 
 
 
150

1. Hypothèse 1 : 
La valeur nette de réalisation est de 11 500 000 – 2 000 000 = 9 500 000. Une dépréciation de 
500 000 (10 000 000 – 9 500 000) doit donc être constatée. Si le stock n'avait pas fait l'objet 
d'un contrat de vente ferme, la dépréciation à constater aurait été de 1 500 000 (la valeur nette 
de réalisation étant de 10 500 000 – 2 000 000 = 8 500 000). 
 
 
 
 
 
 
 
31/12/N 
6593 
 
Charges pour dépréciations de stocks 
500 000 
 
 
 
 
 
 
 
391 
                     Dépréciations des stocks de marchandises 
 
500 000 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
2. Hypothèse 2 : 
Dans ce cas, la valeur nette de réalisation est de 13 500 000 – 2 000 000 = 11 500 000. La 
valeur actuelle du stock (11 500 000) est supérieure au coût d’entré (10 000 000). Cette plus-
value latente n’est pas comptabilisée en vertu de la convention de prudence. 
 
       
AP   
P     
LI   
C   
A    
TI     
O   
N      
54     Stocks de matières premières 
 
Une  entité  dispose  d’un  stock  de  matières  premières  dont  le  coût  d’entrée  est  de          
 
10 000  F  (9 600  unités).  Ce  coût  égal  au  prix  d’achat  +  12  %    de  charges  directes 
d’achat.  Les   prix  d’achat  de  ces  matières  premières  sont  en  forte  baisse  et  estimés  à 
 
7 000 à la suite d’une chute des cours. Cette chute des cours va se répercuter sur les prix 
de vente des produits fabriqués avec ce stock, qui seront vendus avec une perte notable. 
 
1. Continuité d’exploitation 
En cas de baisse du coût des matières premières et des approvisionnements : 
•  il  n’y  a  pas  à  déprécier  le  stock  de  ces  matières  s’il  apparaît  que  les  produits  finis 
correspondants seront vendus à un prix au moins égal à leur coût de revient (absence 
de perte) ; et ce, même si le prix de vente probable est en baisse par rapport au prix de 
vente initialement prévu ; 
•  en  revanche,  si  la  vente  des  produits  finis  est  déficitaire,  la  valeur  actuelle  devient 
inférieure à la valeur d’entrée. Dans un tel cas, il sera difficile d’imputer sur les seules 
matières premières (et approvisionnements) la perte constatée sur les ventes (qui peut 
avoir, pour partie, d’autres causes) ; c’est la raison pour laquelle, on retiendra le plus 
souvent le coût actuel de remplacement des matières premières et approvisionnements. 
151

Dans ce cas, on estimera ainsi la valeur actuelle du stock : 
-  coût d’achat (de remplacement)                             7 000 
-  charges accessoires directes (12%)                           840 
                                
                              Coût actuel d’achat                 7 840 
Valeur d’entrée :                        10 000 x 9 600 =               96 000 000 
Valeur « actuelle » du stock :      7 840 x 9 600 =               75 264 000 
                                                   Dépréciation :                   20 736 000 
 
 
 
 
 
 
 
31/12/N 
6593 
 
Charges pour dépréciations de stocks 
20 736 000 
 
 
 
 
 
 
 
392 
          Dépréciations des stocks de matières premières 
 
20 736 000 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
U    Remarque :  Si  la  perte  finale  sur  les  produits  fabriqués  devait  être  sensiblement 
inférieure  à  ce  montant  (par  exemple  12 000 000),  on  pourrait  retenir 
comme valeur actuelle du stock 96 000 000 – 12 000 000 = 84 000 000. 
 
2. Absence de continuité d’exploitation 
Dans ce cas, les matières premières (et approvisionnements) devront être cédées ; il faut donc 
prendre en considération leur valeur probable nette de réalisation : 
                                      Prix de cession – Frais de vente. 
 
 
 
 
 
 
152

 
 
Chapitre 15 
     Abandons de créances, Operations        
 
 
d’affacturage et de titrisation 
 
 
     
A   
P   
P      
LI   
C   
A    
TI     
O   
N      
55     Abandons de créances 
  Opération 1 :  
  Une  entité  constate  qu'un  de  ses  clients  stratégiques  est  confronté  à  une  situation 
financière  difficile.  Désirant  conserver  un  débouché  important  dans  ce  secteur,  elle 
  consent le 30 septembre N l'abandon d'une créance de 10 000 000 F. 
  Opération 2 : 
  Une entité mère détient 80 % du capital d'une filiale dont les difficultés financières se 
sont  accentuées  au  début  de  l'exercice  N.  pensant  que  ces  difficultés  n'étaient  que 
  provisoires, l'entité mère n'a pas provisionné ses titres au 31 décembre N-1. Ceux-ci 
figurent au bilan pour leur valeur d'acquisition en N-2 soit 12 000 000 F. Cette créance 
  est née à l'occasion d'un prêt à long terme octroyé à la filiale. 
 
A la date de l’abandon au 30 juin N, une situation intermédiaire a révélé des capitaux 
  propres négatifs d'un montant de 20 000 000.  
 
1. Opération 1 :  
Il s'agit d'un abandon à caractère commercial car il existe une relation de nature commerciale 
entre les deux entités (fournisseur- client). 
 
•  Chez le fournisseur : 
L'abandon de créance est inscrit en charges HAO.  
 
 
 
 
 
 
 
30/09/N 
836 
 
Abandons de créances consentis 
10 000 000 
 
 
 
 
 
411 
               Clients  
 
10 000 000 
(Constatation de l'abandon de créance) 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
153

•  Chez le client :  
 
L'abandon de créance est inscrit en produits  HAO. 
 
 
 
 
 
 
 
30/09/N 
401 
 
Fournisseurs  
10 000 000 
 
 
 
 
 
846 
      Abandons de créances obtenus 
 
10 000 000 
(Constatation de l'abandon de créance) 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
2. Opération 2 :  
 
Il s'agit d'un abandon à caractère financier car la nature de la créance est financière et il existe 
un lien financier entre les deux entités (mère- filiale). 
 
 
•  Chez l'entité mère  
 
 
 
 
 
 
 
30/06/N 
836 
 
Abandons de créances consentis 
12 000 000 
 
 
 
 
 
277 
      Créances rattachées à des participations 
 
12 000 000 
(Constatation de l'abandon de créance par l'entité mère) 
 
 
 
 
 
 
 
 
•  Chez la filiale  
 
 
 
 
 
 
 
30/06/N 
181 
 
Dettes liées à des participations  
12 000 000 
 
 
 
 
 
846 
                                 Abandons créances obtenus  
 
10 000 000 
 
(Constatation de l'abandon de créance par la mère) 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
154

 
 
       
A   
P   
P      
LI   
C   
A    
TI     
O   
N      
56     Opérations d’affacturage 
  Opération 1 : Affacturage classique 
Une entité cède le 01/07/N à une entité d'affacturage des créances pour un montant de 
  28 500 000 F.  
 
Le 3 Juillet elle reçoit le bordereau d'affacturage correspondant au financement effectué 
 
par  chèque.  La  commission  d'affacturage  s'élève  à  250 000.  La  commission  de 
 
financement est de 200 000. 
 
Opération 2 : Affacturage inversé 
 
 
Une  entité  A  demande  à  une  entité  d’affacturage  (factor)  de  régler  immédiatement 
 
(avant échéance), un  de ses fournisseurs du nom de Tartapillon qui a des problèmes de 
trésorerie, sa dette envers ce dernier. Le montant de la dette  s’élève à 20 000 000 F. Les 
 
conditions  mentionnées  sur  la  facture  ne  sont  pas  modifiées.  La  convention 
 
d’affacturage  inversé  prévoit  une  clause  de  transfert  de  la  dette  commerciale  en  une 
 
dette envers le factor. 
 
 
 Le  factor  procède    le  01/07/N  à    un  virement  bancaire  sur  le  compte  du  fournisseur 
 
Tartapillon avec une déduction d’une commission de financement   de 1000 000 F. A 
 
l’échéance, le 30 septembre N, l’entité A règle au factor le montant de sa dette envers 
Tartapillon et supporte une  commission d’affacturage de 20 000. 
Opération 1 : Affacturage classique 
•  Comptabilisation des opérations 
 
 
 
01/07/N 
 
 
 
4716 
 
Compte d’affacturage 
28 500 000 
 
 
  
 
411 
                Clients 
28 500 000 
 
  (Avis d'achat du factor n°
 
 
 
03/07/N 
 
 
 
521 
 
Banques  
28 050 000 
 
6314 
 
Commissions d’affacturage 
     250 000 
 
6745 
 
Intérêts bancaires et sur opérations de financement (escompte…) 
     200 000 
 
 
 
 
4716                       Compte d’affacturage 
28 500 000 
   
(Bordereau n° ) 
 
 
 
 
 
 
 
 
155

Opération 2 : Affacturage inversé 
•  Comptabilisation des opérations chez Tartapillon 
 
 
 
 
 
 
 
01/07/N 
521 
 
Banques 
19 000 000 
 
6745 
 
Intérêts bancaires et sur opérations de financement 
   1 000 000 
 
 
 
411 
      Clients 
 
20 000 000 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
•  Comptabilisation des opérations chez  l’entité A 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
01/07/N 
401 
 
Fournisseurs 
20 000 000 
 
 
 
 
        
 
 
4716 
                Compte d’affacturage 
 
20 000 000 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
30/09/N 
4716 
 
Compte d’affacturage  
20 000 000 
 
6314 
 
Commissions d’affacturage 
       20 000 
 
 
 
521 
                Banques 
 
20 020 000 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
       A  P  P     
LI   
C   
A    
TI     
O   
N      
57     Opérations de titrisation 
  Une  entité  T  a  cédé  le  01/04/N  des  créances  clients  d’une  valeur  nominale  de  de 
  80 000 000 F à un fonds commun de titrisation de créances (FCTC).  
Le  10/04/N,  l’entité  T  reçoit  un  virement  bancaire  d’un  montant  de  70 000 000 
  représentant le prix de cession des créances. 
 
 
156

 
 
 
 
01/04/N 
 
 
 
4716 
 
Compte de titrisation (1) 
80 000 000 
 
 
  
 
411 
                Clients 
80 000 000 
 
(Pour cession de la créance au FCTC
 
 
 
10/04/N 
 
 
 
521 
 
Banques  
70 000 000 
 
6782 
 
Pertes sur opérations financières 
10 000 000 
 
 
 
 
 
4716                       Compte de titrisation 
80 000 000 
   
(Encaissement des créances cédées) 
 
 
 
 
 
 
 
(1)Le SYSCOHADA recommande d’utiliser le compte 4716 pour constater les créances sur 
les sociétés d’affacturage (factor) et les fonds commun de titrisation de créances (FCTC). 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
157

 
 
 
Chapitre 16        Capitaux propres et autres fonds propres 
 
 
 
 
                       
APPLICATION   58       Libération intégrale des apports  
Une entité est constituée le 19 septembre N avec un capital de 300 000 000 F divisé en 
 
30  000  actions  de  10  000  F.  Un  associé  X  effectue  un  apport  en  nature  qui  se 
décompose comme  suit :   
 
• Licences                    :   30 000 000 
 
• Terrain bâtis              :   20 000 000 
• Bâtiment industriel   : 150 000 000 
 
• Matériel industriel    :   50 000 000 
 
• Créances clients        :   40 000 000 
• Emprunt bancaire     :   50 000 000 
 
Les autres associés souscrivent des actions de numéraires à libérer intégralement à la 
 
constitution.  
Les  apports  en  numéraire  sont  versés  au  notaire  le  20  septembre.  Le  30  septembre, 
 
l'entité est immatriculée et le notaire verse les fonds sur le compte bancaire de l'entité, 
sous  déduction  de  5  000  000  F  au  titre  de  ses  honoraires  et  de  500  000  F  de  frais 
 
d'actes.  
 
1. Valeur des apports 
L'actif  net apporté  par  l'associé X s'élève à :  
-  Licence                                    :        30 000 000 
-  Terrain bâtis                            :         20 000 000 
-  Bâtiment industriel                  :       150 000 000 
-  Matériel industriel                   :         50 000 000 
-  Créance client                          :        40 000 000 
Total actif apporté                 =       290 000 000 
-  Emprunt bancaire                    :       - 50 000 000 
Actif net apporté                    =      240 000 000 
158

 
Les autres associés ont donc apporté : 300 000 000 - 240 000 000 = 60 000 000. 
2. Ecritures de constitution 
 

•  Promesses d'apports :  
 
 
 
 
 
 
 
19/09/N 
4611 
 
Apporteurs, apports en nature 
240 000 000 
 
4612 
 
 Apporteurs, apports en numéraire               
  60 000 000 
 
 
 
1011 
                       Capital souscrit, non appelé       
 
300 000 000 
(Promesses d'apport) 
 
 
 
 
 
 
 
4613 
 
Apporteurs, capital appelé, non versé  
300 000 000 
 
 
 
                  
 
 
 
4611 
          Apporteurs, apports en nature 
 
240 000 000 
4612 
          Apporteurs, apports en numéraire               
   60 000 000 
(constatation de l'exigibilité de la créance sur les apporteurs) 
 
 
 
 
 
 
 
1011 
 
Capital souscrit, non appelé       
300 000 000 
 
 
 
  
   
 
 
1012 
                       Capital souscrit, appelé, non versé     
 
300 000 000 
(Constatation de l'appel du capital) 
 
 
 
 
 
 
 
 
•  Réalisation des apports  
 
 
 
 
 
 
 
20/09/N 
2122 
 
Licences  
    30 000 000     
 
2231 
 
Terrains bâtis 
    20 000 000 
 
2311 
Bâtiment industriel   
  150 000 000 
2411 
Matériel industriel 
     50 000 000 
4111 
Clients     
     40 000 000 
          
 
162 
                       Emprunts auprès des établissements de crédit 
 
  50 000 000 
4613 
                       Apporteurs, capital appelé, non versé 
240 000 000 
 
             
   
(Réalisation des apports en nature) 
 
 
 
 
 
 
 
4732 
 
Mandataires - Notaire 
60 000 000 
 
 
 
 
4613 
                    Apporteurs, capital appelé, non versé               
 
60 000 000    
(Réalisation des apports en numéraire) 
 
 
 
 
 
 
 
1012 
 
Capital souscrit, appelé non versé           
300 000 000 
 
 
 
  
   
 
 
1013 
                       Capital souscrit, appelé, versé, non amorti     
 
300 000 000 
(Reclassement du  capital) 
 
 
 
30/06/N 
 
 
 
521 
 
Banques 
54 500 000     
 
6324 
 
Honoraires des professions règlementées    
   5 000 000 
 
6325 
Frais d'actes et de contentieux 
     500 000 
 
 
                        
 
 
4732 
                       Mandataires -  Notaire  
60 000 000 
(versement des fonds sur le compte bancaire de l'entité) 
 
 
 
 
 
 
 
159

 
U    NB :  Dans  le  cas  où  les  dates  de  promesse  et  de  réalisation  des  apports  sont 
concomitantes, il est possible de regrouper les étapes de promesse et de réalisation 
des  apports.  Seules  les  écritures  relatives  au  versement  par  le  notaire  sous 
déduction des frais ne changeront pas. 
 
 
 
 
 
 
 
19/09/N 
4613 
 
Apporteurs, capital appelé, non versé           
300 000 000 
 
 
 
  
   
 
 
1012 
                       Capital souscrit, appelé, non versé     
 
300 000 000 
(Constatation de l’appel) 
 
 
 
20/06/N 
 
 
 
2122 
 
Licences  
    30 000 000     
 
2231 
 
Terrains bâtis 
    20 000 000 
 
2311 
 Bâtiment industriel   
  150 000 000 
2411 
Matériel industriel 
     50 000 000 
4111 
Clients  
     40 000 000 
4732 
 Mandataires - Notaire     
60 000 000 
        
 
162 
                       Emprunts auprès des établissements de crédit 
 
  50 000 000 
4613 
                       Apporteurs, capital appelé, non versé 
300 000 000 
 
      
     
 
(Réalisation des apports) 
 
 
 
 
 
 
 
1012 
 
Capital souscrit, appelé, non versé           
300 000 000 
 
 
 
 
 
1013 
                    Capital souscrit, appelé, versé, non amorti     
 
300 000 000    
(Reclassement du capital) 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
       
A   
P   
P      
LI   
C   
A    
TI     
O   
N      
59    Libération fractionnée du capital 
A la date de création d’une entité le 15 novembre N, tous les apporteurs ont souscrit  en 
  numéraire  les  2500  actions  de  valeur  nominale  10 000  F.  Les  actions  doivent  être 
  libérées de la moitié  à la souscription  du capital. Le 30 novembre, tous les versements 
ont été effectués sur un compte bancaire. 
  Le conseil d'administration de l'entité  appelle la deuxième moitié du capital le 10 mars 
N+1  avec  la  date  limite  de  versement  le  15  avril  N+1.  A  ce  moment,  tous  les 
  actionnaires se sont exécutés. 
 
 
160

 
•  Etape 1 : promesses d'apports 
 
 
 
 
 
 
 
15/11/N 
4612 
 
Apporteurs, apports en numéraire  (2500 x 10 000)             
25 000 000 
 
 
 
 
1011 
                       Capital souscrit, non appelé       
 
25 000 000 
(Promesses d'apport) 
 
 
 
 
 
 
 
 
•  Etape 2 : appel de la première moitié du capital 
 
 
 
 
 
 
 
15/11/N 
1011 
 
Capital souscrit, non appelé                     
12 500 000 
 
 
 
 
1012 
                       Capital souscrit, appelé, non versé      
 
12 500 000 
(Appel de la première moitié du capital) 
 
 
 
 
 
 
 
109 
 
Apporteurs, capital souscrit, non appelé   
12 500 000 
 
4613 
 
 Apporteurs, capital appelé, non versé 
12 500 000 
 
            
 
4612 
                           Apporteurs, apports en numéraire                                   
25 000 000 
(Appel de la première moitié du capital) 
 
 
 
 
 
 
 
 
U  NB Les deux écritures précédentes peuvent être passées en une seule écriture. 
 
 
 
 
 
 
 
15/11/N 
109 
 
Apporteurs, capital souscrit, non appelé   
12 500 000 
 
4613 
 
Apporteurs, capital appelé, non versé 
12 500 000 
 
 
 
 
 
 
 
1011 
                      Capital souscrit, non appelé       
 
12 500 000 
1012 
Capital souscrit, appelé, non versé      
12 500 000 
(Promesses d'apport) 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
•  Etape 3 : réalisation des apports 
 
 
 
 
 
 
 
30/11/N 
521 
 
Banques                     
12 500 000 
 
 
 
 
4613 
                       Apporteurs, capital appelé, non versé 
 
12 500 000 
(Réalisation des apports) 
 
 
 
 
 
 
 
1012 
 
Capital souscrit, appelé, non versé                 
12 500 000 
 
 
 
 
 
 
1013 
                           Capital souscrit, appelé, versé, non amorti     
 
12 500 000 
(Reclassement du capital) 
 
 
 
 
 
 
 
 
161

 
Le bilan au 30 novembre se présentera ainsi :  
Actif 
Passif 
 
 
Capital  
   25 000000 
Trésorerie - Actif 
12 500 000  Apporteurs capital non appelé  - 12 500 000 
                                       Total   12 500 000                                          Total     12 500 000 
 

•  Etape 4 : appel de la deuxième moitié du capital 
 
 
 
 
 
 
 
10/03/N+1 
4613 
 
Apporteurs, capital appelé, non versé                     
12 500 000 
 
 
 
 
109 
                       Apporteurs, capital souscrit, non appelé 
 
12 500 000 
(Appel  de la deuxième moitié du capital) 
 
 
 
 
 
 
 
1011 
 
Capital souscrit, non appelé  
12 500 000 
 
 
 
 
 
 
1012 
                           Capital souscrit, appelé, non versé     
 
12 500 000 
(Appel  de la deuxième moitié du capital) 
 
 
 
15/04/N+1   
 
 
521 
 
Banques                      
12 500 000 
 
 
 
 
4613 
                     Apporteurs, capital appelé, non versé 
 
12 500 000 
(Appel  de la deuxième moitié du capital) 
 
 
 
 
 
 
 
1012 
 
Capital souscrit, appelé, non versé 
12 500 000 
 
 
 
 
 
 
1013 
                           Capital souscrit, appelé, versé, non amorti   
 
12 500 000 
(Reclassement du capital) 
 
 
 
 
 
 
 
 
Le bilan après l'appel de la deuxième moitié se présentera comme suit :  
Actif 
Passif 
Trésorerie – Actif 
25 000 000      Capital                                      25 000000   
                                      
 
 
 
                                         Total   25 000 000                                          Total   25  00 000 
 
 
 
 
162

 
       
A   
P   
P      
LI   
C   
A    
TI     
O   
N      
60    Augmentation de capital en numéraire 
Une  entité  procède  à  une  augmentation  de    son  capital  de  5  000  actions  de  valeur 
  nominale de 10 000 F, au prix d'émission de 15 000 F. La totalité des fonds est appelée 
  dès la souscription. Les souscriptions sont reçues du 1er au 8 mai N par le notaire. 
L'augmentation de capital est constatée le 9 mai. Les fonds sont versés le 10 mai sur le 
  compte bancaire de l’entité. 
•  Souscription des apporteurs :  
 
 
 
 
 
 
 
08/05/N 
4732 
 
Mandataires - Notaire                     
75 000 000 
 
 
 
 
4615 
      Apporteurs, versements reçus sur augmentation de capital 
 
75 000 000 
(Souscriptions : 5 000 x 15 000) 
 
 
 
 
 
 
 
 
•  Augmentation du capital :  
-  Capital social       : 5 000 x 10 000                  = 50 000 000 
-  Prime d’émission : 5000 x (15 000 – 10 000) = 25 000 000 
 
 
 
 
 
 
 
09/05/N 
4615 
 
Apporteurs - versements reçus sur augmentation de capital                 
75      
000 000 
 
 
 
 
1013 
                     Capital souscrit - appelé, versé, non amorti 
 
50 000 000 
1051 
                     Primes d'émission  
25 000 000 
(augmentation du capital) 
 
 
 
 
 
 
 
 
•  Versement des fonds : 
 
 
 
 
 
 
 
10/05/N 
521 
 
Banques                      
75 000 000 
 
 
 
 
4732 
                           Mandataires - Notaire                     
 
75 000 000 
(virement de fonds suite à l'augmentation de capital) 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
163

 
       A  P  P     
LI   
C   
A    
TI     
O   
N   6 
61     Augmentation par incorporation de réserves 
  Une  entité  procède  à  une  augmentation  de  capital  par  incorporation  de  réserves  le              
1er  avril N. A cet effet, 2 000 actions gratuites d’une valeur nominale de 10 000 F ont 
  été distribuées aux  associés.  Cette  somme distribuée a  été prélevée sur les réserves 
facultatives de l’entité. 
 
 
 
 
 
 
 
 
01/04/N 
1181 
 
Réserves facultatives                  
20 000 000 
 
 
 
 
1013 
                     Capital souscrit, appelé, versé, non amorti   
 
20 000 000 
 
(Distribution de 2 000 actions gratuites) 
 
 
 
 
 
 
 
 
       A  P  P     
LI   
C   
A    
TI     
O   
N      
62     Réduction de capital par imputation des pertes 
Une entité a décidé à l’assemblée générale extraordinaire tenue le 10 juin N de procéder 
  à une réduction de capital par imputation des pertes sur le capital. Dans les capitaux 
propres figurant au bilan, les pertes reportées à nouveau s’élèvent à 80 000 000. 
 
 
 
 
 
 
 
 
10/06/N 
1013 
 
Capital souscrit, appelé, versé, non amorti   
80 000 000 
 
 
 
 
1291 
          Perte nette à reporter            
 
80 000 000 
 
(Apurement des pertes) 
 
 
 
 
 
 
 
 
       A  P  P     
LI   
C   
A    
TI     
O   
N      
63    Réduction de capital par remboursement 
  Une entité dont le capital est composé de 5 000 actions de valeur nominale 10 000 F 
décide lors d’une assemblée générale extraordinaire tenue le 1er octobre N, de procéder 
  à une réduction de capital par remboursement de la moitié de la valeur nominale de 
l’action. Les remboursements aux associés ont été effectués le 1er novembre N. 
164

 
 
Montant de la réduction du capital : 5 000 x (10 000 x 1/2) = 25 000 000.  
 
 
 
 
 
 
 
01/10/N 
1013 
 
Capital souscrit, appelé, versé, non amorti   
25 000 000 
 
 
 
 
4619 
          Apporteurs, capital à rembourser            
 
25 000 000 
 
(Réduction de capital) 
 
 
 
01/11/N 
 
 
 
4619 
 
Apporteurs, capital à rembourser   
25 000 000 
 
 
 
 
521 
           Banques            
 
25 000 000 
 
(Remboursement aux associés) 
 
 
 
 
 
 
 
     
A   
P   
P     
LI   
C   
A    
TI     
O   
N      
64    Amortissement de capital 
Une  entité  dont  le  capital  est  composé  de  7 500 actions  de  valeur  nominale  10 000  F 
entièrement  libéré  décide  le  1er  août  d’amortir  ses  actions  de  la  moitié  de  la  valeur 
nominale.  Les  sommes  remboursées  sont  prélevées  sur  les  réserves  diverses  le  même 
jour. 
 
Montant de l’amortissement du capital : 7 500 x (10 000 x ½) = 37 500 000. 
 
 
 
 
 
 
 
01/08/N 
1013 
 
Capital souscrit, appelé, versé, non amorti   
37 500 000 
 
 
 
 
1014 
          Capital souscrit, appelé, versé, amorti   
 
37 500 000 
 
(Constatation de l’amortissement) 
 
 
 
 
 
 
 
1188 
 
Réserves diverses   
37 500 000 
 
 
 
 
4619 
          Apporteurs, capital à rembourser            
 
37 500 000 
 
(Capital à rembourser
 
 
 
 
 
 
 
4619 
 
Apporteurs, capital à rembourser   
37 500 000 
 
 
 
 
521 
           Banques            
 
37 500 000 
 
(Remboursement aux associés) 
 
 
 
 
 
 
 
165


     
A   
P   
P     
LI   
C   
A    
TI     
O   
N      
65    Affectation du résultat 
  Une entité décide lors de l’assemblée générale ordinaire tenue le 10 juin N  d’affecter le 
résultat de l’exercice N-1 en instance d’affectation s’élevant à 150 000 000 de la façon 
  suivante : 
 
• Réserve légale                       : 15 000 000 
• Réserve statutaire                  : 20 000 000 
 
• Réserves facultatives             : 25 000 000 
• Dividendes                             : 89 000 000 
 
• Report à nouveau créditeur :      1 000 000 
 
 
 
 
 
 
 
  Les di  
videndes ont été effectivem ent versés aux associés le 30 Juin N. 
 
 
 
 
 
 
10/06/N 
1301 
 
Résultat en instance d’affectation : Bénéfice 
150 000 000 
 
 
 
 
 
111 
      Réserve légale 
 
15 000 000 
112 
      Réserve statutaire 
20 000 000 
1181 
      Réserves facultatives 
25 000 000 
465 
      Associés – Dividendes à payer 
89 000 000 
121 
      Report à nouveau créditeur 
   1 000 000 
 
 
(Affectation du résultat selon décision de l’A.G.O.) 
 
 
 
30/06/N 
 
 
 
465 
 
Associés - Dividendes  à payer 
89 000 000 
 
 
 
 
521 
           Banques            
 
89 000 000 
 
(Mise en paiement des dividendes) 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
166

 
 
 
Chapitre 17               Subventions et aides publiques  
 
 
 
 
       
A   
P   
P      
LI   
C   
A    
TI     
O   
N      
66    Subventions d’investissement 
L’entité  X  obtient  le  25  mars  N  de  l'Etat    une  subvention  d'équipement  de                    
  260 000 000 F pour l'acquisition d'un terrain nu destiné au stockage de matières le long 
de l'usine actuelle et la construction d’un hangar. Elle a également bénéficié de la part 
  du  Conseil  régional  de    l'acquisition  d'un  véhicule  de  transport  d'une  valeur  de                 
12 000 000  F. 
  Le véhicule est remis le 1er avril  N et la subvention est reçue le 12 mai N par virement 
  bancaire. Un terrain est acheté à 120 000 000 F le 1er octobre N et le hangar d'une valeur 
de 480 000 000 F est acquis, payé et mis en service le 1er juillet N+1. 
  L'amortissement de la construction se fait sur 15 ans et celui du matériel de transport sur 
  5 ans. L'entité clôture son exercice chaque année au 31 décembre. Le 31/12/N+4 le 
bâtiment est vendu pour  540 000 000 F. 
   
 
•  Ecritures au journal de l'exercice N :  
 
 
 
 
 
 
 
25/03/N 
4494 
 
Etat, subventions d'investissement à recevoir 
272 000 000 
 
 
 
                  
 
 
 
1411 
                 Subventions d'équipement - Etat   
 
260 000 000 
1412 
                 Subventions d'équipement - Région   
  12 000 000 
(Octroi des subventions) 
 
 
 
01/04/N 
 
 
 
245 
 
Matériel de transport 
12 000 000 
 
 
 
                  
 
 
 
4494 
          Etat, subventions d'investissement à recevoir      
 
12 000 000 
(Entrée de véhicule dans le patrimoine) 
 
 
 
12/05/N 
 
 
 
521 
 
Banques  
260 000 000 
 
 
 
                  
 
 
 
4494 
          Etat, subventions d'investissement à recevoir      
 
260 000 000 
(Réception des fonds) 
 
 
 
 
 
 
 
167

 
 
 
 
01/10/N 
 
 
 
222 
 
Terrains nus 
120 000 000 
 
 
 
                  
 
 
 
4812 
          Fournisseurs d'investissement, immo. corporelles  
 
120 000 000 
(Acquisition du terrain) 
 
 
 
01/10/N 
 
 
 
4812 
 
Fournisseurs d'investissement, immo. corporelles  
120 000 000 
 
 
 
                  
 
 
 
521 
          Banques       
 
120 000 000 
(Règlement) 
 
 
 
 
 
 
 
 
Analyse des amortissements  et des subventions à la clôture de l'exercice N :  
Véhicule :  
•  amortissements sur 5 années à compter de l'entrée dans le patrimoine de l'entité;  
•  la subvention couvre la totalité de la valeur du véhicule, la reprise annuelle sera donc 
égale au montant de l'amortissement. 
 
               Exercice N     :   12 000 000 x 1/5 x 9/12 = 1 800 000 
               Exercice N+1 :   12 000 000 x 1/5           = 2 400 000 
 
Terrain :  
•  l'immobilisation n'est pas amortissable, la subvention sera donc reprise sur 10 ans en 
l’absence d’une clause d’inaliénabilité. La reprise de chaque amortissement est égale 
au 1/10 du montant de la subvention. 
•  la  subvention  totale  de  260  000  000  couvre  le  terrain  de  120  000  000    et  la 
construction  de  480  000  000,  soit  une  proportion  de  260/600  ou  encore  26/60e  ou 
13/30e 
Part du terrain  subventionnée :                                            120 000 000 x 13/30 = 52 000 000 
Montant de la reprise en N et sur les exercices suivants :      52 000 000 x 1/10     = 5 200 000 
Construction : 
•  amortissement du bien sur 15 ans à compter de la mise en service ; 
•  reprise de la subvention au même rythme ; 
•  Part subventionnée : 480 000 000 x 13/30e = 208 000 000 ou                                        
260 000 000 – 52 000 000 = 208 000 000. 
168

Amortissement de l'exercice N+1 :        480 000 000 x 1/15 x 6/12 = 16 000 000. 
Amortissement des exercices suivants : 480 000 000 x 1/15 = 32 000 000. 
Montant  de  la  reprise  de  subvention  de  l’exercice  N+1  :  208 000 000  x  1/15  x  6/12  = 
6 933 333 ou 16 000 000 x 13/30 =  6 933 333. 
Montant de la reprise de subvention des exercices suivants : 208 000 000 x 1/15 = 13 866 667 
ou 32 000 000 x 13/30 = 13 866 667. 
•  Ecritures au journal au 31/12/N :  
 
 
 
 
 
 
 
31/12/N 
6813 
 
Dotations aux amortissements des immo. corporelles 
1 800 000 
 
 
 
                  
 
 
 
2845 
                 Amortissements du matériel de transport          
 
1 800 000 
(Amortissement du véhicule pour l'exercice N) 
 
 
 
 
 
 
 
1412 
 
Subventions d'équipement  - Région 
1 800 000 
 
 
 
                  
 
 
 
799 
          Reprises de subventions d'investissement      
 
1 800 000 
(Reprise de la subvention sur véhicule) 
 
 
 
 
 
 
 
1411 
 
Subventions d'équipement - Etat                  
5 200 000 
 
 
 
 
 
 
799 
          Reprises de subventions d'investissement      
 
5 200 000 
(Reprise de la subvention sur terrain) 
 
 
 
 
 
 
 
 
•  Ecritures au journal de l’exercice N+1 :  
 
 
 
 
 
 
 
01/07/N+1 
231 
 
Bâtiments industriels, agricoles et commerciaux 
480 000 000 
 
 
 
                  
 
 
 
4812 
                 Fournisseurs d'investissement, immo. corporelles 
 
480 000 000 
(Acquisition d'un hangar) 
 
 
 
 
 
 
 
4812 
 
Fournisseurs d'investissement, immo. corporelles                  
480 000 000 
 
 
 
 
 
 
521 
          Banques       
 
480 000 000 
(Règlement du hangar) 
 
 
 
31/12/N+1   
 
 
6813 
 
Dotations aux amortissements des immo. corporelles                   2 400 000 
 
 
 
 
 
 
2845 
          Amortissements du matériel de transport      
 
2 400 000 
(Amortissement du véhicule pour l'exercice N+1) 
 
 
 
 
 
 
 
1412 
 
Subventions d'équipement – Région 
2 400 000 
 
 
 
                  
 
 
 
799 
                 Reprise de subventions d'investissement 
 
2 400 000 
(Reprise de la subvention pour l'exercice N+1) 
 
 
 
 
 
 
 
 
169

 
 
 
31/12/N+1   
 
 
6813 
 
Dotations aux amortissements  des immo. corporelles                 16 000 000 
 
 
 
 
 
 
2831 
    Amortissements des bâtiments industriels, agri et com.       
 
16 000 000 
(Amortissement du bâtiment pour l'exercice n+1) 
 
 
 
31/12/N+1   
 
 
1411 
 
Subventions d'équipement  - Etat                   
6 933 333 
 
 
 
 
 
 
799 
          Reprises de subventions d'investissement      
 
6 933 333 
(Reprise de la subvention sur construction) 
 
 
 
 
 
 
 
1411 
 
Subventions d'équipement  - Etat                   
5 200 000 
 
 
 
 
 
 
799 
          Reprises de subventions d'investissement      
 
5 200 000 
(Reprise de la subvention sur terrain) 
 
 
 
 
 
 
 
 
•  Analyse de la cession du bâtiment le 31/12/N+4 :  
Prix d'acquisition de la construction :                                                                    480 000 000  
Montant des amortissements pratiqués : (16 000 000 + 32 000 000 x 3 ans) :   - 112 000 000 
Valeur comptable nette                                                                                   =  368 000 000 
 
Subvention d'origine :                                                                                            208 000 000 
Montant de la subvention reprise (6 933 333 + 13 866 667 x 2 ans) :                  - 34 666 667 
Montant de la subvention restant à reprendre (avant la reprise N+4) :        173 333 333 
•  Ecritures d'amortissement et de cession du bâtiment :  
 
 
 
 
 
 
 
31/12/N+4 
6813 
 
Dotations aux amortissements  des immo. corporelles                               
32 
 
000 000 
 
 
 
 
 
 
2831 
           Amortissements des bâtiments industriels, agri et com. 
 
32 000 000 
(Amortissement du bâtiment pour l'exercice N+4) 
 
 
 
 
 
 
 
812 
 
Valeurs comptables des cessions d'immobilisations  
368 000 000 
 
2831 
 
Amortissements des bâtiments industriels, agri et com.                 112 000 000 
 
 
231 
                    Bâtiments industriels, agricoles et commerciaux.       
 
480 000 000 
(Cession du hangar) 
 
 
 
31/12/N+1   
 
 
485 
 
Créances  sur cessions d'immobilisations                  
540 000 000 
 
 
 
 
 
 
822 
          Produits de cessions d'immobilisations corporelles    
 
540 000 000 
(Valeur de cession du hangar) 
 
 
 
 
 
 
 
1411 
 
Subventions d'équipement  - Etat                   
173 333 333 
 
 
 
 
 
 
799 
          Reprises de subventions d'investissement      
 
173 333 333 
(Reprise de la subvention sur construction) 
 
 
 
 
 
 
 
 
170

 
     
A   
P   
P     
LI   
C   
A    
TI     
O   
N      
67     Subventions d’exploitation 
 
L'entité  AFRICAR  exploite  un  réseau  de  bus  rapides  et  d'autocars  dans  une  province 
 
éloignée de la capitale du pays. Elle  s'alimente en carburant aux pompes locales d'un 
 
groupe privé de distribution et paye en conséquence le prix public, contrairement aux 
 
entités de la capitale  qui s'alimentent à des prix hors taxes auprès de stations-services 
nationalisées.  L'Etat lui rembourse donc annuellement la taxe pétrolière payée pour ses 
 
acquisitions  de  carburant.  D'autre  part,  la  région  lui  impose  le  transport  gratuit  des 
 
élèves  internes  des  lycées  de  la  région,  chaque  vendredi,  de  l'établissement  scolaire 
 
jusqu'à leur domicile et inversement chaque lundi matin.  
 
A  l'issue  de  l'année,  il ressort  que  l'entité  a  acquis  800  000  litres  de  carburant  grevés 
 
d'une  taxe  de  120  F  au  litre  et  transporté  gratuitement  des  élèves  sur  son  réseau 
 
représentant 390 000 voyages habituellement facturés 250 F chacun. 
 
•  Ecritures à la clôture de l'exercice N :  
 
 
 
 
 
 
 
31/12/N 
4495 
 
Etat, subventions d'exploitation à recevoir                                    96 000 000 
 
 
 
 
 
 
6042 
            Achat de matières combustibles (800 000 x 120) 
 
96 000 000 
(Subvention d'exploitation remboursement taxe pétrolière) 
 
 
 
 
 
 
 
4495 
 
Etat, subventions d'exploitation à recevoir                                    97 500 000 
 
 
 
 
 
 
71 
          Subventions d'exploitation                                   
 
97 500 000 
(Subvention pour  transport lycéens : 250 x 390 000) 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
     
A   
P   
P     
LI   
C   
A    
TI     
O   
N      
68    Subventions d’équilibre 
 
 
L'entité  AFRICAREO  a  pour  objet  l'exploitation  d'un  aéroport  international  dans  la 
 
capitale  d'un  Etat.  Son  activité  au  cours  de  l'exercice  N  se  termine  par  un  résultat 
d'exploitation déficitaire de 450 000 000 F. Afin de permettre la poursuite de l'activité 
 
de  l'entité,  et  dans  l'intérêt  national,  l'Etat  lui  accorde  une  subvention  d’équilibre  de       
 
400 000 000 F. 
 
 
171

•  Ecritures au journal à la clôture de l'exercice N :  
 
 
 
 
 
 
 
31/12/N 
4496 
 
Etat, subventions d'équilibre à recevoir                                   
400 000 000 
 
 
 
 
 
 
88 
            Subventions d'équilibre 
 
400 000 000 
(Subvention d'équilibre de l'exercice N) 
 
 
 
 
 
 
 
 
U  NB La subvention d'équilibre, contrairement à son appellation, peut ne pas couvrir 
totalement  le  déséquilibre  de  l'exploitation  et  donc  ne  pas  assurer  totalement 
l'équilibre. 
 
     
A   
P   
P     
LI   
C   
A    
TI     
O   
N      
69    Avances 
 
Une entité a reçu de son gouvernement une avance de 600 000 000 F pour la mise au 
point d'une variété de coton en couleur le 30/09/N. la décision d'accorder cette avance 
 
stipule :  
 
1. qu'en  cas  de  succès  avant  le  31/12/N+3  l'entité  devra  rembourser  à  l'Etat  une 
somme de 740 000 000 F en trois versements  comprenant chacun un tiers de 
 
l'avance  plus  des  intérêts  :  220  000  000  F  le  30/09/N+4,  250  000  000  F  le 
30/09/N+5 et 270 000 000 F le 30/09/N+6 ; 
 
2. qu'au  cas  contraire,  l'avance  sera  transformée  totalement  ou  partiellement    en 
 
subvention selon la convention suivante :  
- succès en N+4, remboursement de 400 000 000  en deux versements égaux 
 
au 30/09//N+5 et N+6 ; 
- Succès en N+5, remboursement de 200 000 000 F au 30/09/N+6 ; 
 
- Succès au-delà de N+5 ou échec, pas de remboursement. 
Ecritures au journal :  
•  A l'encaissement de l'avance par l'entité : 
 
 
 
 
 
 
 
30/09/N 
521 
 
Banques  
600 000 000 
 
 
 
 
163 
                    Avances reçues de l'Etat 
 
600 000 000 
(Encaissement avance de l'Etat) 
 
 
 
 
 
 
 
 
172

•  Hypothèses de remboursement :  
 
 
 
 
 
 
 
30/09/N+4 
163 
 
Avances reçues de l'Etat 
200 000 000 
 
6748 
 
Intérêts sur dettes diverses 
  20 000 000 
 
 
 
521 
          Banques            
 
220 000 000 
(Remboursement  avance de l'Etat) 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
30/09/N+5 
163 
 
Avances reçues de l'Etat 
200 000 000 
 
6748 
 
Intérêts sur dettes diverses 
  50 000 000 
 
 
 
521 
          Banques            
 
250 000 000 
(Remboursement  avance de l'Etat) 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
30/09/N+6 
163 
 
Avances reçues de l'Etat 
200 000 000 
 
6748 
 
Intérêts sur dettes diverses 
  70 000 000 
 
 
 
521 
          Banques            
 
270 000 000 
(Remboursement  avance de l'Etat) 
 
 
 
 
 
 
 
 
•  Succès en N+4, remboursement de 400 000 000  en deux versements égaux au 
30/09//N+5 et N+6 ; 
 
 
 
 
 
 
 
30/09/N+5 
163 
 
Avances reçues de l'Etat 
300 000 000 
 
 
521 
          Banques  
 
200 000 000 
 
71 
          Subventions d'exploitation          
 
100 000 000 
(Remboursement  avance de l'Etat) 
 
 
 
 
 
 
 
 
Idem au 30/09/N+6 
•  Succès en N+5, remboursement de 200 000 000 F au 30/09/N+6 ; 
 
 
 
 
 
 
 
30/09/N+6 
163 
 
Avances reçues de l'Etat 
600 000 000 
 
 
521 
                 Banques  
 
200 000 000 
 
71 
          Subventions d'exploitation          
 
400 000 000 
(Remboursement  avance de l'Etat) 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
173

•  Succès au-delà de N+5 ou échec pas de remboursement 
 
 
 
 
 
 
 
30/09/N+6 
163 
 
Avances reçues de l'Etat 
600 000 000 
 
 
 
                  
 
 
 
71 
          Subventions d'exploitation          
 
600 000 000 
(Remboursement  avance de l'Etat) 
 
 
 
 
 
 
 
 
       
A   
P   
P      
LI   
C   
A    
TI     
O   
N      
70    Dépréciations d’immobilisations subventionnées 
  La valeur nette comptable d'un matériel est de 20 000 000 F. Ce matériel a été financé 
par  une  subvention.  Le  solde  du  compte  de  subvention  d’investissement  non  encore 
 
rapporté au compte résultat est de 12 000 000 F. Suite au constat d'un indice de perte de 
valeur, ce matériel a fait l'objet d'un test de dépréciation. Le test de dépréciation indique 
 
que la valeur actuelle du matériel est de 6 000 000 F. 
 
1. Principe 
La dépréciation d’une immobilisation subventionnée peut être déterminée de deux façons : 
•  comparaison  de  la  valeur  actuelle  de  l'immobilisation  à  sa  valeur  nette  comptable 
minorée  des  subventions  d'investissement  non  encore  reprises  en  résultat.  Par 
conséquent, le rythme de reprise des subventions n'est pas modifié. 
•  comparaison de la valeur actuelle de l'immobilisation à la valeur nette comptable sans 
tenir  compte  des  subventions  d'investissement.  Dans  ce  cas,  le  montant  des 
subventions  restant  inscrit  dans  les  capitaux  propres  doit  être  repris  à  hauteur  de  la 
dépréciation afin que l’impact sur le résultat soit le même dans les deux approches. 
2. Modalités de calcul et comptabilisation des dépréciations 
La dépréciation peut être déterminée de deux façons différentes :  
Première méthode :  
Montant de la dépréciation = (VNC - solde du compte de Subvention) - valeur actuelle  
                                   = (20 000 000 - 12 000 000) - 6 000 000 = 2 000 000 F 
La  dépréciation  sera  constatée  dans  un  compte  de  charge  (compte  6914  Dotations  pour 
dépréciations des immobilisations corporelles.) pour un montant de 2 000 000 F.  
L'impact sur le résultat de l'exercice est donc une diminution du résultat de 2 000 000 F
174

Deuxième méthode : 
Montant de la dépréciation = VNC - valeur actuelle  
                                    = 20 000 000 - 6 000 000 = 14 000 000 F 
Le montant de la reprise de la subvention est de 12 000 000 F. Cette reprise sera constatée 
dans un compte de produit (compte 799 Reprises de subventions d’investissement).
L'impact net sur le résultat de l'exercice est donc une diminution de 2 000 000 F du résultat de 
l’exercice  (charge  liée  à  la  dotation  aux  amortissements    de  14  000  000  –  produit  lié  à  la 
reprise de la subvention  de 12 000 000). 
 
Conclusion  :  on  constate  que  les  deux  méthodes  ont  le  même  impact  sur  le  résultat  de 
l’exercice. 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
175

 
 
           Provisions, passifs éventuels                                                 
Chapitre 18 
et actifs Eventuels 
 
 
 
 
 
 APPLICATION 71 
Constitution d’une provision 
 
 
Opération 1 : Un magasin de détail a une politique de remboursement des achats pour 
les  clients  non  satisfaits,  même  s'il  n'existe  aucune  obligation  légale  de  le  faire.  Sa 
 
politique de remboursement est généralement connue.  
 
 
Opération  2 :  En  vertu  d'une  nouvelle  législation,  une  entité  doit  installer  dans  ses 
usines  des  filtres  à  fumée  à  partir  du  30  mars  N.  L'entité  n'a  pas  encore  installé  de 
 
filtres  à  fumée.  Des  pénalités  et  amendes  sont  prévues  en  cas  de  non-respect    de  la 
législation. 
 
 
 
 
 
•  Opération 1 
Le fait générateur d'obligation est la vente des produits qui génère une obligation puisque le 
comportement  du  magasin  a  créé  une  attente  légitime  de  la  part  des  clients  d'un 
remboursement des achats par l'entité. L'obligation se traduira probablement par une sortie de 
ressources égale à la proportion de marchandises retournées pour remboursement. 
 
•  Opération 2  
Une provision doit être constituée, égale à la meilleure estimation des pénalités ou amendes. 
En  effet,  une  obligation  de  payer  des  pénalités  ou  amendes  liées  au  non-respect  de  la 
législation peut survenir, car le fait générateur d'obligation est survenu (le non-respect de la 
législation  par  l'entité).  L'évaluation  de  la  probabilité  d'encourir  des  pénalités  ou  amendes 
liées au non-respect de la législation dépend des détails de la loi et de la rigueur de son régime 
d'application.  
 
 
 
 
 
 
176

 
APPLICATION 72 
Estimation d’une provision 
  Une entité vend des appareils électroménagers avec une garantie d'un an. Au cours de 
l'exercice N, 35 000 appareils ont été cédés. D'après les statistiques internes de l'entité : 
 
• 70% de ces appareils ne subiront pas de panne au cours de l'année suivant leur 
 
vente ; 
• 30% nécessiteront une intervention de 1 400 F par appareil. 
 
 
La  valeur  attendue  du  coût  des  réparations  couvertes  par  la  garantie,  à  provisionner  à  la 
clôture de l'exercice N, s'élève à 14 700 000 [(35 000 x  70% x 0) + (35 000 x 30% x 1 400)]. 
 
 
APPLICATION 73 
Provision pour restructuration 
 
Les  dirigeants  d’une  entité  ont  préparé  un  plan  de  restructuration.  Le  conseil 
d'administration  a  approuvé  le  plan  qui  prévoit  la  fermeture  d’une  dizaine  de 
 
succursales installées sur toute l’étendue du territoire national. 
Hypothèse 1 : 
 
La direction attend des informations pour finaliser la liste des succursales concernées. 
 
Elle a annoncé ses intentions publiquement aux représentants du personnel de l'entité. 
 
 
Hypothèse 2 : 
 
Le plan de restructuration a été formalisé et détaillé. 
 
La direction a manifesté ses intentions publiquement aux représentants du personnel de 
 
l'entité Le budget relatif à cette opération de restructuration  se présente comme suit : 
 
• coût de formation du personnel conservé          :   35 000 000 
 
• coût des licenciements                                       : 120 000 000 
 
• déménagements de matériels réutilisables        :      1000 000 
 
 
 
 
177

Hypothèse 1 
 
L'obligation implicite de restructurer existe uniquement si l'entité a établi un plan formalisé et 
détaillé et annoncé aux personnes concernées les principales caractéristiques du plan. 
Or le plan de restructuration n'est pas assez détaillé puisque n'y figure notamment pas encore 
la  liste  des  succursales  concernées.  Par  conséquent,  aucune  provision  ne  doit  être 
comptabilisée. 
Hypothèse 2 
 
Un plan formalisé et détaillé de restructuration existe et le personnel a été informé. Ce qui a 
pour effet de créer, chez les personnes concernées, une attente fondée que l'entité mettra en 
œuvre  la  restructuration,  soit  en  commençant  à  exécuter  le  plan,  soit  en  leur  annonçant  ses 
principales caractéristiques. 
Le  montant  de  la  provision  pour  restructuration  ne  doit  inclure  que  les  dépenses  liées  à  la 
restructuration, c'est-à-dire qui sont nécessairement entrainées par celle-ci et qui ne sont pas 
liées aux activités poursuivies. En conséquence, la provision ne doit couvrir que le coût des 
licenciements qui s’élève à 120 000 000. 
 
APPLICATION 74 
Provision pour garanties données aux clients 
 
L'entité  P  importe  et  distribue  dans  l’espace  OHADA  des  magnétoscopes  en 
 
provenance de Singapour. 
 
Ces appareils sont garantis un an, pièces et main-d’œuvre. 
 
Au cours des douze premiers mois de diffusion d'un nouveau modèle, il a été relevé les 
éléments suivants :  
 
• Nombre d'appareils importés                                                       9 600  
 
• Nombre d'appareils vendus                                                          9 000 
 
• Nombre d'appareils sous garantie revenus en réparation                180 
 
• Coût moyen d'une réparation (main-d’œuvre, transport)                         40 000 F 
• Coût des pièces remplacées                                                                 4 500 000 F 
 
L’entité  a vendu au cours de l’exercice N 12 000 appareils (1 000 par mois). 
 
 
 
 
178

Statistiquement, le nombre  d'appareils retournés est de 180/9000 = 2% 
Coût moyen d'une pièce remplacée : 4 500 000/180 = 25 000 F 
Coût moyen d'une réparation sous garantie : 40 000 + 25 000 = 65 000 F 
Nombre d'appareils susceptibles de revenir en réparation : 12 000 x 2% = 240 
Coût global prévisionnel de ces réparations : 240 x 65 000 = 15 600 000 F. 
L'entité  devra  donc  constituer  une  provision  pour  garanties  données  aux  clients  de                             
15 600 000 F pour ce modèle. 
 
 
 
 
 
 
 
31/12/N 
6911 
 
Dotations aux provisions pour risques et charges 
15 600 000 
 
 
 
 
 
 
192 
                       Provisions pour garanties données aux clients 
 
15 600 000 
 
   (Provision pour litige livraison)  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
APPLICATION 75 
Provision pour litiges 
 
Au cours de l'exercice N, naissance d'un litige entre l'entité et un client à cause d'une 
 
livraison défectueuse. 
 
Une provision pour litiges de 10 000 000 F est constituée à la clôture de l'exercice N.  
 
Elle est considérée comme la couverture d'un risque d'exploitation. 
 
A la fin de N+1, le litige reste en suspens, le risque est évalué à 15 000 000 F.  
 
En mars N+2 la procédure se termine par l'obligation à l'entité de verser une indemnité 
 
de  12  000  000  F  au  client  et  de  payer  des  honoraires  pour  un  montant  de                          
2 000 000 F. 
 
•  Constitution d'une provision pour litige 
 
 
 
 
 
 
 
31/12/N 
6911 
 
Dotations aux provisions pour risques et charges 
10 000 000 
 
 
 
 
 
 
191 
                       Provisions pour litiges 
 
10 000 000 
 
(Provision pour litige livraison)  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
179

•  Réajustement de la provision (en hausse) 
A la fin de N+1, le litige reste en suspens, le risque est évalué à 15 000 000 F. La provision 
est réajustée de 5 000 000 F (15 000 000 - 10 000 000). 
 
 
 
 
 
 
 
31/12/N+1 
6911 
 
Dotations aux provisions pour risques et charges 
5 000 000 
 
 
 
 
 
 
191 
                       Provisions pour litiges 
 
5 000 000 
 
(Ajustement provision pour litige livraison)  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
•  Règlement du litige  
En  mars  N+2  la  procédure  se  termine  par  l'obligation  à  l'entité  de  verser  une  indemnité  de                
12 000 000 F au client et de payer des honoraires pour un montant de 2 000 000 F. 
 
 
 
 
 
 
 
03/N+2 
6588 
 
Autres charges diverses 
12 000 000 
 
6324 
 
Honoraires  
   2 000 000 
 
 
521  
                       Banques  
 
14 000 000 
 
(Indemnité pour livraison défectueuse)  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
•  Utilisation de la provision 
En fin d'exercice N+2, la provision existante est réintégrée dans les produits. 
 
 
 
 
 
 
 
31/12/N+2 
191 
 
Provisions pour litige 
15 000 000 
 
 
 
 
 
 
7911 
                   Reprises de provisions d'exploitation pour risques 
 
15 000 000 
 
  (Reprise provision pour litige livraison)  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
•  Incidence sur les résultats 
Exercice N sur l'exploitation (charge)                                                                - 10 
Exercice N+1 sur l'exploitation (charge)                                                           -   5 
Exercice N+2 sur l'exploitation (charge)                                                           - 14 
Exercice N+2 sur l'exploitation (produit : reprise sur provisions                     + 15 
Incidence totale sur l'exploitation                                                                      - 14 
 
180

 
 
      Attribution gratuite d’actions au personnel  salarié et aux 
Chapitre 19 
dirigeants de la société 
 
 
 
 
 
 
APPLICATION 76 
Attribution d’actions gratuites par rachat de ses 
propres actions 

 
Une  entité  décide  d’attribuer  des  actions  gratuites  à  ses  dirigeants  par  rachat  de  ses 
propres actions à la bourse. Le 15 Mai N, l’entité a racheté 1000 actions au cours de 
 
15 000  F.  Le  20  Mai  N,  les  actions  rachetées  ont  été  attribuées  aux  dirigeants  à  la 
valeur nominale de l’action qui s’élève à 12 000 F (règlement des dirigeants par chèque 
 
bancaire le même jour). 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
15/05/N 
5021 
 
Actions propres   
 15 000 000 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
521 
       Banques 
 
15 000 000 
 
 
(rachat d’actions propres : (1000 X 15000
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
20/05/N   
 
 
521 
 
Banques (1 000 x 12 000) 
 12 000 000 
 
6772 
 
Malis provenant d’attribution gratuite d’actions aux dirigeants 
   3 000 000 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
5021 
       Actions propres   
 
15 000 000 
 
(règlement des dirigeants
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
APPLICATION 77 
Attribution gratuite d’actions par prélèvement sur le 
résultat 

 
Une entité décide d’attribuer des actions gratuites à ses salariés par prélèvement sur le 
 
résultat en instance d’affectation. Le 15 Mai N, l’assemblée générale ordinaire décide 
 
d’affecter  une  somme  de  30 000 000  sous  forme  d’attribution  gratuite  d’actions  au 
personnel salarié. Le 20 Mai N, le conseil d’administration procède à une augmentation 
 
de capital par attribution gratuite d’actions au personnel salarié. 
 
181

 
 
 
 
 
 
 
15/05/N 
1301 
 
Résultat en instance d’affectation 
 30 000 000 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
1132 
     Réserves d’attribution gratuite d’actions au personnel salarié  
 
30 000 000 
 
 
 
(Constitution de la réserve d’attribution d’actions gratuites
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
20/05/N   
 
 
1132 
 
Réserves d’attribution gratuite d’actions au personnel salarié  
 30 000 000 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
1013 
       Capital, souscrit, appelé, versé, non amorti 
 
30 000 000 
 
(Augmentation de capital par attribution gratuite d’actions
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
182

 
 
Chapitre 20        Emprunt obligataire 
 
 
 
APP  
LICATION 78  
Emprunt obligataire avec prime de remboursement 
(remboursement par amortissement constant) 

 
Le 1er janvier N, une société a émis un emprunt obligataire aux conditions  suivantes: 
 
• nombre  d'obligations émises : 10 000 
• valeur nominale : 5 000 
    • prix d'émission: 4 900 
 
• prix de remboursement: 5100 
 
• taux d'intérêt : 5% 
• modalité de remboursement: amortissements constants sur 4ans 
 
• frais d'émissions : 750 000 
 
• date des échéances : 31 décembre  des années N, N+1, N+2 et N+3. 
1. Principes 
•  Prime de remboursement des obligations 
Lors de l’émission de l’emprunt obligataire, la dette constatée représente le prix d’émission de 
l’obligation.  La  prime  de  remboursement  des  obligations  représentant  la  différence  entre  le 
prix de remboursement et le prix d’émission est étalée sur la durée de l’emprunt, au prorata 
des intérêts courus. Les primes de remboursement sont enregistrées à l’échéance au débit du 
compte  6714  Primes  de  remboursement  des  obligations  par  le  crédit  du  compte  1661 
Intérêts  courus  sur  emprunts  obligataires.  Toutefois, les  primes  afférentes  à  la fraction 
d'emprunts  remboursées ne  peuvent  en  aucun  cas  être  maintenues  en  hors  bilan.  En 
conséquence, le SYSCOHADA recommande : 
-  pour un emprunt obligataire avec prime de remboursement dont le remboursement est 
effectué par amortissements constants, dégressifs ou annuités constantes, la prime de 
remboursement  est  étalée  sur  la  durée  de  l’emprunt  au  prorata  du  nombre 
d’obligations échues.  
183

-  par  contre,  lorsqu’il  s’agit  d’un  emprunt  obligataire  avec  prime  de  remboursement 
dont le remboursement est in fine, la prime de remboursement doit être étalée sur la 
durée de l’emprunt au prorata des intérêts courus. 
 
•   Frais d'émission des emprunts 
L’ensemble des frais liés à l’émission d’un emprunt (publicité, impression des titres, 
commissions bancaires…) constitue des « Frais d’émission des obligations ». Ils sont 
comptabilisés en charge de l’exercice dans lequel les frais sont engagés  au débit du  
compte  6316 Frais d’émission d’emprunts par le crédit du compte de trésorerie. 
2. Souscription et réception des fonds 
 
 
 
 
 
 
 
01/01/N 
47131 
 
Obligataires-obligations à placer (10 000 x 4900) 
49 000 000 
 
 
 
 
 
 
 1611 
                                   Emprunts obligataires ordinaires 
49 000 000 
 (Ouverture de la souscription) 
 
 
 
 
 
 
 
47132 
 
Obligataires, compte de souscription 
49 000 000 
 
 
 
 
47131                            Obligataires-obligations à placer  
 
49 000 000 
(Souscription de l’emprunt) 
 
 
 
 
 
 
 
521 
 
Banques 
49 000 000 
 
 
 
  
 
 
 47132              Obligataires, compte de souscription 
49 000 000 
  (Versement des fonds) 
 
 
 
 
 
 
 
 
U  NB Il est possible de regrouper les écritures d’émission et de libération (versement des 
fonds) lorsque par exemple, une ou plusieurs banques (ou un fonds d’investissement) 
souscrivent à  l’ensemble des obligations à placer de manière ferme. Dans ce cas, l’écriture 
unique devient : 
 
 
 
01/01/N 
 
 
 
 
521 
 
Banques 
49 000 000 
 
 
 
                        
 
 
 1611 
                            Emprunts obligataires ordinaires 
49 000 000 
 (émission de 10 000 obligations à 4900) 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
184

3. Constatation des frais d'émission  
 
 
 
01/01/N 
 
 
 
 
6316 
 
Frais d’émission d’emprunts  
750 000 
 
 
 
                                  
 
 
 521 
                  Banques 
750 000 
                          (Frais d’émission) 
 
 
 
 
 
 
 
 
4. A  la clôture de l'exercice N 
•  Tableau de remboursement de l'emprunt  
Coupon d'intérêt : 10 000 x 5% =  500 
Nombre 
Amortissement 
Charges 
Annuités 
Exercices 
d'obligations 
d'intérêts   
Nombre 
valeur 
versées 
vivantes 
d'obligations 
 
   
 
 

10 000 
    5 000 000 (1) 
    2 500 (2) 
  12 750 000 (3)   17 750 000 (4) 
N+1 
  7 500 
3 750 000 
2 500 
12 750 000 
16 500 000 
N+2 
  5 000 
2 500 000 
2 500 
12 750 000 
15 250 000 
N+3 
 2 500 
1 250 000 
2 500 
12 750 000 
14 000 000 
12 500 000 
     10 000 
51 000 000 
63 500 000 
 
 
(1) : 500 x 10 000 =  5 000 000 
(2) : 10 000 / 4 = 2500 

(3) : 2 500 x 5 100 = 12 750 000 
(4) : 12 750 000 + 5000 000  = 17 750 000 
•  Tableau de paiement des primes de remboursement 
Prime de remboursement des obligations à payer: 10 000 x (5100 - 4 900) = 2 000 000. 
Les primes de remboursement non échues doivent être inscrites dans les engagements hors 
bilan. 
Exercices 
Primes de remboursement à payer 
 
 

(5100 - 4 900) x 2 500          =    500 000 
N+1 
(5100 - 4 900)  x 2 500         =    500 000 
N+2 
(5100 - 4 900) x 2 500          =    500 000 
N+3 
(5100 - 4 900)  x 2 500         =    500 000
 
Total :           =  2 000 000 
 
 
 
 
 
 
 
185

•  Règlement de la première annuité 
 
 
 
 
 
 
 
31/12/N 
1611 
 
Emprunts obligataires ordinaires 
12 250 000 (1) 
 
6711 
 
Charges d'intérêts 
  5 000 000 
 
6714 
  
Prime de remboursement des obligations 
   500 000 
 
 
521 
                                   
17 750 000 
                        Banques 
   (Paiement de la première annuité) 
 
 
 
 
 
 
 
 
(1) 12 750 000 – 500 000 
5. A  la clôture de l'exercice N+1 
•  Règlement de la deuxième annuité 
 
 
 
31/12/N+1   
 
 
 
1611 
 
Emprunts obligataires 
12 250 000 
 
6711 
 
Charges d'intérêts 
    3750 000 
 
6714 
  
Prime de remboursement des obligations 
      500 000 
 
 
521 
 
16 500 000 
 
                        Banques 
 (Paiement de la deuxième annuité) 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
APPLICATION 79 
Emprunt obligataire avec prime de remboursement 
 
(remboursement in fine) 
 
Une entité a émis un emprunt obligataire le 01/01/N pour un montant de 50 000 000 F 
 
 
(5 000  obligations  de  valeur  nominale  10 000  F  au  prix  d’émission  de  9  500  F) 
remboursable in fine le 31/12/N+4 à 10 500 F par obligation. Les intérêts, payables à 
 
terme échu le 31/12 de chaque année, sont calculés au taux annuel de 6%. 
 
 
 
1. Tableau de remboursement d’un emprunt remboursable in fine 
L’emprunt  est  remboursé  en  totalité  au  terme  de  la  durée  du  contrat.  Les  échéances  ne 
comportent  alors  que  les  intérêts  calculés  sur  le  montant  total  de  l’emprunt.  La  dernière 
annuité  de  l’emprunt  est  composée  du  dernier  intérêt  et  du  remboursement  en  bloc  du 
principal. 
 
 
186

•  Tableau de remboursement de l'emprunt  
Coupon d'intérêt : 10 000 x 6% =  600 
Nombre 
Amortissement 
Charges 
Annuités 
Exercices 
d'obligations 
d'intérêts   
Nombre 
valeur 
versées 
vivantes 
d'obligations 
 
 
 
 
  
31/12/N 
5 000 
    3 000 000 (1)            - 

  3 000 000  
31/12/N+1         5 000 
3 000 000 


  3 000 000 
31/12/N+2 
5 000 
3 000 000 


  3 000 000 
31/12/N+3 
5 000 
3 000 000 

-   
  3 000 000 
31/12/N+4 
5 000 
3 000 000 
5 000 
52 500 000 (2)   55 500 000 (3) 
 
15 000 000 
 52 500 000 
 67 500 000 
 
 
(1) : 600 x 5000 =  3 000 000 
(2) : 5000 x 10500 = 52 500 000 
(3) : 3 000 000 + 52 500 000 = 55 500 000 
1. Souscription et réception des fonds 
 
 
 
 
 
 
 
01/01/N 
47131 
 
Obligataires-obligations à placer  (5000 x 9500) 
47 500 000  
 
 
 
 
 
 
 1611 
                                   Emprunts obligataires ordinaires 
47500 000 
 (Ouverture de la souscription) 
 
 
 
 
 
 
 
47132 
 
Obligataires, compte de souscription 
47 500 000 
 
 
 
 
47131                            Obligataires-obligations à placer  
 
47 500 000 
(Souscription de l’emprunt) 
 
 
 
 
 
 
 
 
521 
 
Banques 
47 500 000 
 
 
 
  
 
 
 47132              Obligataires, compte de souscription 
47 500 000 
  (Versement des fonds) 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
187

2. A  la clôture de l'exercice N 
•  Tableau de rattachement des primes de remboursement 
Prime de remboursement des obligations : 5000 (10500 -9500) = 5 000 000. 
Exercices 
Rattachement des primes de remboursement 
  
 

5 000 000 x 3 000 000/15 000 000    =    1 000 000 
N+1 
5 000 000 x 3 000 000/15 000 000    =    1 000 000 
N+2 
5 000 000 x 3 000 000/15 000 000    =    1 000 000 
N+3 
5 000 000 x 3 000 000/15 000 000    =    1 000 000 
N+4 
5 000 000 x 3 000 000/15 000 000    =    1 000 000
 
              Total :           =    5 000 000 
 
•  Règlement de la première annuité 
 
 
 
31/  
12/N 
 
 
 
6711 
 
Charges d'intérêts 
3 000 000 
 
 
 
                                   
   
 
 521 
                        Banques 
 
3 000 000 
(Paiement de la première annuité) 
 
 
 
 
 
 
 
 
•  Rattachement de la prime de remboursement 
 
 
 
 
 
 
 
 
6714 
 
Primes de remboursement des obligations  
1 000 000 
 
 
 
                                    
 
 
1661 
             Intérêts courus sur emprunts obligataires  
1 000 000 
 (Rattachement  de la prime de remboursement) 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
     
A   
P   
P   
L   
I   
C   
A    
TI      
O   
N      
80      Emprunt obligataire convertible en actions  
 
Une entité émet, le 01 /01/N, 25 000 obligations de 15 000 F convertibles en actions à 
 
chaque date anniversaire de l'émission à partir de 2 ans ou remboursables en numéraire 
 
au  terme  de  6  ans.  Les  obligations  sont  émises  à  13 000  F.  Elles  sont  totalement 
souscrites  le  même  jour  en  prise  ferme  par  des  fonds  d’investissement.  Le  rapport 
 
d'échange se fait sur la base de quatre obligations de valeur nominale 10 000 F contre 
 
trois  actions.  Le  01/01/  N+2,  les  porteurs  de  4  000  obligations  demandent  leur 
 
conversion  en  actions  et  aucune  obligation  n’a  été  remboursée.  L’entité  décide  de 
provisionner la prime totale. 
 
 
 
188

1. Principes 
Lors de l’émission de l'emprunt, seul le prix d'émission est constaté dans le compte 1612 
Emprunts  obligataires  convertibles  et  la  prime  de  remboursement  n'est  pas 
comptabilisée,  ni  étalée.  Une  provision  pour  risque  de  devoir  payer  la  prime,  en  cas  de 
remboursement  en  numéraire,  est  constatée  à  la  clôture  de  l'exercice  d'émission  de 
l'emprunt  au  débit  de  69  Dotation  aux  provisions  par  le  crédit  de  19  Provisions  pour 
risques et charges. Elle est reprise en cas de conversion des obligations en actions par le 
débit du compte 19 et le crédit du compte 79
Son montant correspond soit à la prime totale, soit est évalué en fonction de la probabilité 
de non-conversion, en fonction de l'état du marché.  
Pour  les  obligations  qui  ont  fait  l’objet  de  remboursement,  la  quote  part  de  la  provision 
rattachée à ces obligations doit être reprise et la prime de remboursement doit être inscrite 
au débit du compte 6714 Primes de remboursement des obligations.  
2. Ecritures au titre de l’exercice N 
 
 
 
 
 
 
 
01/01/N 
 
 
 
 
521 
 
Banques                        
325 000 000 
 
 
 
 
 
1612 
                   Emprunts obligataires convertibles 
 
325 000 000 
(Emission de 25 000 obligations à 13000) 
 
 
 
31/12/N 
 
 
 
6971 
 
Dotations aux provisions financières  pour risques et charges                       
50 000   
000 
 
 
 
 
1988 
      Autres provisions pour divers risques et charges 
50 000 000 
(Risque de paiement de la prime de remboursement) 
25 000 x (15 000 -13 000
)  
 
 
 
 
 
 
 
 
3. Ecritures de conversion des obligations en actions 
Le  01/01/  N+2,  4000  obligations  ont  été  converties  représentant 3000  (4  000  x  3/4)  actions 
créées, soit une augmentation de capital  de 3000 x 10 000 F = 30 000 000 F.  
En conséquence, la prime de conversion est de : (4 000 x 13 000) - 30 000 000 = 22 000 000. 
 
 
 
 
 
 
01/01/N+2 
 
 
 
 
 
1612 
 
Emprunts obligataires convertibles (4000 x 13 000) 
52 000 000 
 
 
 
 
 
 
 
1013 
          Capital souscrit, appelé, versé, non amorti 
 
30 000 000 
 
1054 
          Prime de conversion  
 
22 000 000 
          (Conversion de 4000 obligations en actions) 
 
 
 
 
 
 
 
 
189

En fin d'exercice, la provision est reprise pour le montant correspondant aux 4 000 obligations 
converties: 4 000 x (15 000 -13 000) = 8 000 000 
 
 
 
 
 
 
 
31/12/N+3 
 
 
 
1988 
 
Autres  provisions divers pour risques et charges                      
8 000 000 
 
 
                
 
 
7971 
Reprises de provisions et dépréciations  financières pour 
 
8 000 000 
risques et charges 
 
    (Provision relative aux 4000 obligations converties) 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
190

 
Chapitre 21 
                    Engagements de retraite et autres        
 
 
avantages assimilés 
 
                       
APPLICATION 
 81 
Engagements de retraite et autres avantages 
assimilés 

 
• Age à la date d’embauche du salarié Alpha = 25 ans 
 
• Date de départ à la retraite = 60 ans 
• Date d’embauche : 01/01/N 
 
• Salaire moyen actuel calculé sur les 12 derniers mois de service au 31/12/N :       
2 000 000 F 
 
• Taux de progression des salaires : 5%  
• Taux d'intérêt de l’emprunt obligataire émis par  l’Etat (taux d’actualisation) : 
 
5,85% 
• Probabilité de présence : 98,31% 
 
• Probabilité de survie selon la table de mortalité : 79% 
 
• Taux de charges fiscales et sociales : 10%. 
La convention collective stipule qu'à la date de départ à la retraite, le salarié bénéficiera 
 
de 40 % du salaire moyen calculé sur les 12 derniers mois. 
1. Calcul de la valeur actuelle de l'obligation au 31/12/N 
•  Indemnité future = 2 000 000 (1,05) 34 x 40% x (1/35)   = 120 077 F 
•  Ancienneté actuelle / ancienneté totale = 1 / 35 
•  Probabilité d’atteinte d’âge de la retraite = (0,9831) x (0,79) = 0,77 
•  Facteur d’actualisation = (1,0585)-34 
•  Valeur actuelle de l’obligation au 31/12/N : 
      = [(2 000 000) (1,05)34 x 40% x1/35] x 0,77 x (1,0585)-34  x (1,1) = 14 718 F. 
 
 
 
 
 
191

2.  Comptabilisation  de  la  valeur  actuelle  de  l’obligation  au  31/12/N d’une  valeur  de 
14 718  F 
 
A la clôture de l'exercice N, l'écriture suivante sera passée : 
 
 
 
 
 
 
 
31/12/N 
6911 
 
Dotations aux provisions d’exploitation pour risques et charges 
14 718 
 
 
 
 
 
 
 
1961 
 Provisions pour pensions et obligations similaires – 
 
14 718 
engagement de retraite 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
3. Calcul de la valeur actuelle de l'obligation au 31 /12/ N+1 
•  Rappel du mode de calcul de la valeur actuelle de l’obligation au 31/12/N : 
      = [(2 000 000) (1,05)34 x 40% x1/35] x 0,77 x (1,0585)-34  x (1,1) = 14 718 F 
 
•  Valeur actuelle de l’obligation au 31/12/N+1     
           = [(2 000 000 x1, 05) (1,05)33x 40% x 2/35] x 0,77 x (1,0585)-33 x (1,1) = 31 158,2 
           ≈ 31 158 F 
4. Calcul de la variation de l'obligation et de ses composantes au 31/12/N+1 (en l’absence 
de changement d’hypothèse actuarielle) 
•  Variation de l’obligation = 31 158 – 14 718 = 16 440 F 
•  Composante de la variation de l’obligation : 
ü  Le coût des services rendus au cours de l'exercice 
            = [(2 000 000 x1, 05) (1,05)33 x 40% x 1/35] x 0,77x (1,0585)-33  x (1,1) = 15 579,12 
             ≈ 15 579 F. 
ü  Le coût financier = 14718 x 5,85% = 861,003 ≈ 861 F 
   Vérification  de la variation de l’obligation = 31 158 - 14 718 =16 440 F 
                                                                       = 15 579 + 861     = 16 440 F. 
 
 
 
 
192

5.  Comptabilisation  de  la  variation  de  la  valeur  actuelle  de  l’obligation  au  31/12/N+1 
d’une valeur de 16 440 F 
A la clôture de l'exercice N+1, l'écriture suivante sera passée : 
 
 
 
 
 
 
 
31/12/N+1 
6911 
 
Dotations aux provisions d’exploitation pour risques et charges 
15 579 
 
 
 
 
 
 
6971 
 
Dotations aux provisions financières pour risques et charges 
      861 
 
 
 
 
 
 
 
1961 
 Provisions pour pensions et obligations similaires – 
 
16 440 
engagement de retraite 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
APPLICATION 82 
Ecart actuariel 
  Valeur actuelle de l'obligation au 31 /12/ N = 14 718 F. 
Le coût des services rendus au cours de l'exercice N+1 = 15 579 F. 
  Le coût financier = 861 F. 
 
Valeur actuelle de l’obligation attendue au 31/12/N+131 158 F            
   [(2 000 000 x1, 05) (1,05)33x 40% x 2/35] x 0,77 x (1,0585)-33 x (1,1) = 31 158. 
 
 
Le taux d’actualisation est passé de 5, 85% à 6%. 
 
1. Valeur actuelle de l’obligation au 31/12/N+1 avec un taux d’actualisation de 6%           
 [(2 000 000 x1, 05) (1,05)33x 40% x 2/35] x 0,77 x (1,06)-33 x (1,1) = 29 736. 
 
2. Calcul de l’écart actuariel 
Valeur actuelle de l'obligation au 31 /12/ N                                                       :    14 718 F. 
Coût des services rendus au cours de l'exercice N+1                                        : + 15 579 F. 
Coût financier                                                                                                     : +      861 F. 
Valeur actuelle de l’obligation attendue au 31/12/N+1                                     =   31 158 F            
 
Valeur actuelle de l’obligation au 31/12/N+1 (taux d’actualisation de 6%) :      -  29 736 F. 
Ecart actuariel (31 158 – 29 736)                                                                     =     1 422 F. 
L’écart actuariel correspond ici à un gain actuariel. 
 
193

Il est aussi possible de déterminer l’écart actuariel de la façon suivante : 
Valeur actuelle de l’obligation au 31/12/N+1 (taux d’actualisation de 6%) :         29 736 F. 
Valeur actuelle de l'obligation au 31 /12/ N                                                       : - 14 718 F. 
 
Variation de l’obligation au 31/12/N+1                                                             =    15 018 F. 
Coût des services rendus au cours de l'exercice N+1                                        : -  15 579 F. 
Coût financier                                                                                                     : -       861 F. 
Ecart actuariel :                                                                                              = -     1 422 F. 
 

Remarque : Dans cette approche, le signe (-) traduit un gain actuariel.
 
3. Comptabilisation de l’écart actuariel 
 
 
 
 
 
 
 
31/12/N+1 
1961 
 
Provisions pour pensions et obligations similaires – 
1 422 
 
engagement de retraite 
 
 
 
 
 
 
7971 
 Reprises de provisions financières pour risques et charges 
 
1 422 
 
 
 
 
 
 
 
                                (Pour gain actuariel) 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
       
AP   
P   
L   
I     
CA    
TI      
O   
N      
83      Régimes couverts par des actifs  
Pour  assurer  la  couverture  de  son  engagement  de  retraite,  une  entité  souscrit  à  une 
 
police d’assurance le 31 décembre  N. La prime annuelle d’assurance versée par chèque 
bancaire au 31/12/N est de 10 000. A la clôture de l’exercice N, la valeur actuelle de 
 
l'obligation relative aux indemnités de départ à la retraite s’élève à 14 718 F.  
A la date de départ à la retraite au 31/12/N+34 : 
 
-
valeur actuelle de l’obligation = 4 202 678 ; 
-
valeur actuelle des primes d’assurances versées = 3 200 000. 
 
Le 1er janvier N+35, la compagnie d’assurance effectue directement sur le compte du 
salarié  (personnel  local)  un  virement  bancaire  d’une  valeur  de  3 200  000  au  titre  des 
 
indemnités  de  départ  à  la  retraite  et  l’entité  lui  verse  le  complément  par  chèque 
 
bancaire. 
 
 
194

1. Principes 
Lorsqu'une  entité  fait  le  choix  de  couvrir  son  engagement  de  retraite  par  une  police 
d'assurance  ou des actifs. L’obligation juridique ou implicite de l’entité de combler ou pas le 
paiement  des  indemnités  de  fin  de  carrière  au  personnel  détermine  le  mode  de 
comptabilisation.    
•  Lorsqu’un contrat d’assurance est souscrit au nom d’un participant ou d’un groupe de 
participants  au  régime  et  que  l’entité  n’a  pas  d’obligation  juridique  ou  implicite  de 
combler les pertes sur le contrat, elle n’a pas l’obligation de payer les prestations aux 
membres du personnel, le paiement de celles-ci relevant de la seule responsabilité de 
l’assureur. Le paiement de primes fixes en application d’un tel contrat correspond en 
substance au règlement de l’obligation au titre des avantages du personnel et non à un 
placement pour satisfaire à cette obligation. En conséquence, l’entité n’a plus ni actif, 
ni passif. Il convient d'enregistrer les cotisations au débit du compte 6686 Assurances 
retraite  et  fonds  de  pension  par  le  crédit  du  compte  4332  Assurances  retraite  et 
fonds de pension.  
 
•  Lorsque  l’entité  finance  ses  obligations  d’indemnités  de  fin  de  carrière  par  la 
souscription  d’un  contrat  d’assurance  ou  d’un  fonds  de  pension  selon  lequel  elle 
conserve une obligation juridique ou implicite (directement, ou encore indirectement 
du fait du régime, à cause du mécanisme d’établissement des primes futures ou du fait 
que l’assureur est une partie liée).  L’une des deux méthodes de comptabilisation  peut 
être retenue : 
 
METHODE 1 : L’entité peut  comptabiliser  les cotisations et les primes versées au fonds de 
retraite  au  débit  du  compte  6686  Assurances  de  retraite  et  fonds  de  pension.    En 
contrepartie,  la  provision  pour  retraite  (compte  principal  196  Provisions  pour  pensions  et 
obligations  similaires)  est  reprise  pour  ne  faire  apparaître  au  bilan  que  le  montant  de 
l'engagement  non  couvert.  De  façon  pratique,  la  provision  pour  retraite  est  comptabilisée  à 
concurrence du montant de l’engagement non couvert. 
195

Par  ailleurs,  à  la  date  de  départ  à  la  retraite,  les  versements  des  retraites  aux  salariés 
effectués directement par l’entité sont comptabilisés de la façon suivante : 
 
•  le  compte  6618  ou  6628  «  Autres  rémunérations  directes  »  est  débité 
par le crédit d'un compte de dette envers les salariés ou d'un compte de 
trésorerie ; 
•  en contrepartie d'une reprise de la provision pour retraite. 
METHODE 2 : les primes versées au fonds ou à l’assurance sont assimilées à un actif 
Dans ce cas, il convient :  
-  d'enregistrer son  droit  à  remboursement  en  tant  qu’actif  distinct  :  les 
versements au débit du compte 1962 Actif régime de retraite par le crédit du 
compte de Trésorerie ;  
-  à  la  clôture  de  l’exercice,  il  faut  procéder  à  une  dotation  aux  provisions  au 
débit des comptes 6911 et 6971 par le crédit du compte 1961 Provisions pour 
pensions et obligations similaires-engagement de retraite,
 pour le montant 
global des engagements ;  
-  lors du paiement des prestations aux bénéficiaires directement par le fonds ou 
l’assurance, la provision devient sans objet et le compte 1961 Provisions pour 
pensions  et  obligations  similaires-engagement  de  retraite  
est  repris  par  le 
compte  7911  Reprises  de  provisions.  Ensuite,  le  compte  6618  Autres 
rémunérations directes
 est débité par le crédit du compte 1962 Actif régime 
de retraite 
du montant des versements effectués ; 
-  Mais  lorsque  le  fonds  de  pension  ou  l’assurance  verse  le  montant  des 
prestations plutôt à l’entité, il convient de passer les écritures suivantes :  
§  lors du versement des prestations à l’entité, le compte de trésorerie est 
débité  par  le  crédit  du  compte  1962  Actif  régime  de  retraite.  Le 
compte  1961  Provisions  pour  pensions  et  obligations  similaires- 
engagement  de  retraite  
devenu  sans  objet  est  repris  par  le  compte 
7911 Reprises de provisions 
§  ensuite, lorsque l’entité reverse au personnel les prestations reçues du 
fonds  de  pension  ou  de  l’assurance,  le  compte  6618  Autres 
rémunérations  directes
  est  débité  par  le  crédit  d’un  compte  de 
trésorerie ou du compte personnel. 
 
 
 
 
 
 
 

196

METHODE 1 : les primes versées au fonds ou à l’assurance sont comptabilisées en     
                          charges 

 
ü  Au titre de l’exercice N : 
 
 
 
 
 
 
 
31/12/N 
6686 
 
Assurance  retraite et fonds de pensions 
10 000 
 
 
 
 
 
 
 
521 
                  Banques 
 
10 000 
(Versement des primes à l’assurance) 
 
 
 
31/12/N 
 
 
 
6911 
 
Dotations aux provisions d’exploitation pour risques et 
   4 718 
 
 
 
charges (14 718 – 10 000) 
 
 
 
 
1961 
Provisions pour pensions et obligations similaires-
 
4 718 
engagement de retraite 
(Complément d’engagement de retraite à la clôture) 
 
 
 
 
 
 
 
 
ü  Au titre de l’exercice N+35 
 
 
 
01/01/N+35   
 
 
6618 
 
Autres rémunérations directes  (4 202 678 – 3 200 000)                  1 002 678 
 
 
 
 
 
 
521 
          Banques 
 
1 002 678 
 
                    
    
(Complément d’indemnités de départ à la retraite réglé par l’entité) 
 
 
 
31/12/N+35   
 
 
1961 
 
Provisions pour pensions et obligations similaires – 
1 002 678 
 
 
 
engagement de retraite  
 
 
 
 
           
 
1 002 678 
7911 
Reprises de provisions d’exploitation pour risques et 
    
 
charges 
                    
(Reprises de provisions) 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
•  METHODE 2 : les primes versées au fonds ou à l’assurance sont assimilées à un 
actif 
 

ü  Au titre de l’exercice N : 
 
 
 
 
31/12/N 
 
 
 
1962 
 
Provisions pour pensions et obligations similaires – Actif de 
   10 000 
 
 
 
régime de retraite  
 
 
 
 
521 
                  Banques 
 
10 000 
(Versement des primes à l’assurance) 
 
 
 
d° 
 
 
 
6911 
 
Dotations aux provisions d’exploitation pour risques et 
14 718 
 
 
 
charges 
 
 
            
 
1961 
          Provisions pour pensions et obligations similaires – 
 
14 718 
 
engagement de retraite                    
    
(Complément d’engagement de retraite à la clôture) 
 
 
 
 
 
 
 
197

 
ü  Au titre de l’exercice N+35 
•  Prestations versées directement aux bénéficiaires par le fonds ou l’assurance 
Lors du versement des fonds par l’assurance au salarié et du complément d’indemnités réglé par 
l’entité : 

 
 
 
 
 
 
 
01/01/N+35 
6618 
 
Autres rémunérations directes 
4 202 678 
 
 
 
 
 
 
1962 
           Provisions pour pensions - Actif de régime de retraite 
 
3 200 000 
521 
           Banques                          
1 002 678 
 
 
 
 
 
 
 
 
A la clôture de l’exercice N+35 
 
 
 
31/12/N+35   
 
 
1961 
 
Provisions pour pensions et obligations similaires – 
4 202 678 
 
 
 
engagement de retraite              
 
 
 
           
 
 
7911 
                 Reprises de provisions                    
4 202 678    
 
(Reprises de provisions) 
 
 
 
 
 
 
 
 
•  le fonds de pension ou l’assurance verse le montant des prestations plutôt à 
l’entité  
 
 
 
 
01/01/N+35   
 
 
521 
 
Banques 
3 200 000 
 
 
 
 
 
 
  1962 
Actif de régime de retraite 
 
3 200 000 
 
 (Lors du versement des fonds par l’assurance à l’entité) 
 
 
 
d° 
 
 
 
6618 
 
Autres rémunérations directes   
4 202 678 
 
 
 
 
 
 
521 
          Banques 
 
4 202 678 
 
                    
    
(Indemnités de départ à la retraite réglé par l’entité) 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
31/12/N+35   
 
 
1961 
 
Provisions pour pensions et obligations similaires – 
 
 
 
 
engagement de retraite              
4 202 678 
 
 
 
           
 
 
7911 
                 Reprises de provisions                    
4 202 678    
 
(Reprises de provisions) 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
198

 
 
Chapitre 22 
Operations en devises et contrats de couverture sur 
marchés financiers 
 
 
 
 
APPLICATION 84 
Créances commerciales en devises 
 
Une entité exporte le 10/12/N de la marchandise à un client à Rio de Janeiro 250 000 
real. La facture a été réglée le 15 février N+1. 
 
L’évolution du cours de la devise se présente comme suit : 
• Le 10/12/N : 1 réal brésilien = 190 F ; 
 
• Le 31/12/N : 
 
- Hypothèse 1 : 1 real brésilien = 180 F ; 
- Hypothèse 2 : 1 real brésilien = 210 F. 
 
• Le 15/02/N+1 :  
- Hypothèse 1 : 1 real brésilien = 175 F ; 
 
- Hypothèse 2 : 1 real brésilien = 215 F. 
 
 
1. A la facturation  
 
 
 
 
 
 
 
10/12/N 
411 
 
Clients (1) 
 47 500 000 
 
 
 
  
 
 
701 
          Ventes de marchandises 
47 500 000 
 
 (Vente de marchandises) 
 
 
 
 
 
 
 
 
(1) 
250 000 x 190 = 47 500 000. 
 
2. A la clôture de l’exercice  
•  Hypothèse 1 
 
 
 
 
 
 
 
31/12/N 
4781 
 
Ecart de conversion – actif, diminution des créances 
 2 500 000 
 
 
 
d’exploitation (1)   
 
 
 
  
 
411 
          Clients 
2 500 000 
 
(Perte latente) 
 
 
 
 
 
 
 
 
(1) 
250 000 x (190 – 180) = 2 500 000. 
199

 
 
 
 
 
 
 
31/12/N 
6591 
 
Charges pour provisions sur risques à court terme  
 2 500 000 
 
 
 
           
 
 
4911     Provisions pour risques à court terme sur opérations d’exploitation 
2 500 000 
 
(Provisions) 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
01/01/N+1 
411 
 
Clients  
 2 500 000 
 
 
  
 
 
4781 
 Ecart de conversion – actif, diminution des créances 
2 500 000 
 
d’exploitation   
 
(Contrepassation de l’écart de conversion) 
 
 
 
 
 
 
 
 
•  Hypothèse 2 
 
 
 
 
 
 
 
31/12/N 
411 
 
Clients (1) 
5 000 000 
 
 
 
  
 
 
4791 
Ecart de conversion – passif, augmentation des créances 
5 000 000 
d’exploitation 
 
(Gain latent) 
 
 
 
 
 
 
 
 
(1) 
250 000 x (210 – 190) = 5 000 000. 
 
 
 
 
 
 
 
01/01/N+1 
4791 
 
Ecart de conversion - passif, augmentation des créances 
 5 000 000 
 
 
d’exploitation  
 
 
 
  
 
411 
            Clients 
5 000 000 
 
 
(Contrepassation de l’écart de conversion) 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
3. Lors du règlement  
•  Hypothèse 1 
 
 
 
 
 
 
 
15/02/N+1 
521 
 
Banques (250 000 x 175) 
  43 750 000 
 
656 
 
Pertes de change sur créances et dettes commerciales 
    3 750 000 
 
 
          
 
411 
           Clients (250 000 x 190) 
47 500 000 
 
(Règlement facture) 
 
 
 
 
 
 
 
200

 
 
 
31/12/N+1   
 
 
4911 
 
Provisions pour risques à court terme sur opérations d’exploitation  
 2 500 000 
 
 
                      
 
 
7591         Reprises de charges de provisions sur risques à court terme 
 
 
2 500 000 
(Reprise de la provision) 
 
 
 
 
 
 
 
 
•  Hypothèse 2 
 
 
 
 
 
 
 
15/02/N+1 
521 
 
Banques (250 000 x 215) 
53 750 000 
 
 
 
  
 
 
411 
      Clients (250 000 x 190) 
47 500 000 
756 
Gains de change sur créances et dettes commerciales 
  6 250 000 
(Règlement facture) 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
APPLICATION 85 
Avances et acomptes versés sur commande 
d’immobilisation, libellés en devise 

 
Le  15  novembre  N,  l'entité  verse  un  acompte  de  50  000  $.  Lors  de  la  réception  du 
matériel industriel le 10 décembre N, la facture du  fournisseur s'élève à 300 000 $. Le 
 
solde de la facture a été réglé le 20  mars N+1.  
  L'évolution du cours du dollar se présente comme suit :  
 
• 15 novembre N : 1$ = 620 F 
 
• 10 décembre N : 1$ = 600 F 
 
• 31 décembre N : 1$ = 585 F 
• 20 mars N+1 :    1$ = 580 F 
 
1. Comptabilisation de l’acompte versé 
Montant de l'acompte : 50 000 x 620 = 31 000 000 F 
 
 
 
 
 
 
 
15/11/N 
252 
 
Avances et acomptes versés sur immobilisations corporelles 
31 000 000   
 
 
 
 
 
 
521 
                       Banques        
 
31 000 000 
(Acompte versé) 
 
 
 
 
 
 
 
 
201

2. Facturation 
Montant de la facture : 50 000 x 620 + (300 000 - 50 000) x 600  = 181 000 000 F 
 
 
 
 
 
 
 
10/12/N 
2411 
 
Matériel industriel 
181 000 000   
 
 
 
 
 
 
252 
    Avances et acomptes versés sur immobilisations corporelles 
 
  31 000 000 
4812 
    Fournisseurs d'investissements - Immobilisations corporelles 
150 000 000 
        
(Facture n° .) 
 
 
 
 
 
 
 
 
3. A la clôture de l'exercice N  
 
Montant de l'écart de conversion : 250 000 x (600 - 585) = 3 750 000 F (gain latent) 
 
 
 
 
 
 
 
31/12/N 
4812 
 
Fournisseurs d'investissements – Immobilisations corporelles  
3 750 000 
 
 
 
 
 
4793 
 Ecart de conversion – Passif, diminution des dettes 
 
  3 750 000 
d’exploitation 
 
 
(Ecart de conversion passif) 
 
 
 
 
 
 
 
 
4. Contrepassation au 01 janvier N+1  
 
 
 
 
 
 
 
01/01/N+1 
4793 
 
Ecart de conversion – Passif, diminution des dettes 
3 750 000 
 
 
 
d’exploitation 
 
 
 
 
4812 
    Fournisseurs d'investissements – Immobilisations corporelles 
 
  3 750 000 
(Contrepassation de l'écart de conversion passif) 
 
 
 
 
 
 
 
 
5. Règlement le 20 mars N+1 
 
 
 
 
 
 
 
20/03/N+1 
4812 
 
Fournisseurs d'investissements - Immobilisations corporelles  
150 000 000 
 
 
 
 
 
521 
          Banques (250 000 x 580) 
 
145 000 000   
756 
Gain de change sur créances et dettes commerciales 
    5 000 000 
(250 000 x (600 - 580) 
(Règlement pour solde) 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
202

                       
APPLICATION   
86 
Disponibilités en devises 
Une entité acquiert, le 1 octobre N, 50 000 $. Du 1er octobre au 31 décembre, 45 000 $ 
  ont été utilisés. Le 31 décembre N, 5 000 $ restent disponibles dans le compte banque 
en devises de l’entité. 
  L’évolution du cours du dollar se présente comme suit : 
 
• 1er octobre N : 1$ = 620 F ; 
• 31 décembre N : 1$ = 570 F. 
 
 
 
 
 
 
 
01/10/N 
5215 
 
Banques en devises (1) 
 31 000 000 
 
 
 
  
 
 
 521 
          Banques 
31 000 000 
(Achat de devises) 
 
 
 
 
 
 
 
 
(1) 
50 000 x 620 = 31 000 000. 
 
 
 
 
 
 
 
31/12/N 
676 
 
Pertes de change financières (2) 
 250 000 
 
 
 
  
 
 
 5215 
          Banques en devises 
250 000 
(Pertes de change) 
 
 
 
 
 
 
 
 
(2) 
5 000 (620 – 570) = 250 000. 
 
APPLICATION 87 
Emprunts affectant plusieurs exercices (article 56) 
 
Une  entité  a  contracté  un  emprunt  auprès  d’une  banque  de  300 000  $  le  01/08/N, 
 
remboursable par amortissements constants sur 2 ans au taux d’intérêt annuel de 8%.  
L'évolution du cours du dollar se présente comme suit :  
 
• 01 août N : 1$ = 620 F 
 
• 31 décembre N : 1$ = 625 F 
 
• 01 août N+1 : 1$ = 635 F 
 
• 31 décembre N+1 : $ = 622 F 
 
 
 
203

 
 
 
 
 
 
 
01/08/N 
521 
 
Banques (300 000 x 620) 
 186 000 000 
 
 
 
  
 
 
162 
              Emprunts auprès des établissements de crédit  
186 000 000 
 
(Avis de crédit) 
 
 
 
 
 
 
 
 
•  Au 31/12/N  
A la date de l’opération, le montant de l’emprunt est de 300 000 x 620 = 186 000 000. A la 
date de clôture, il est de : 300 000 x 625 = 187 500 000, soit une augmentation de la dette, 
représentant une perte latente de 1 500 000. 
Intérêts courus non échus : (300 000 x 625) x 8% x 5/12 = 6 250 000. 
 
 
 
 
 
 
 
31/12/N 
4784 
 
Ecart de conversion – actif, augmentation des dettes financières 
 1 500 000 
 
 
 
  
 
 
162 
              Emprunts auprès des établissements de crédit 
1 500 000 
 
(Perte latente) 
 
 
 
 
 
 
 
 
En application de l’article 56 de l’Acte uniforme relatif au droit comptable, cette perte latente 
attachée à une opération d’emprunt affectant plusieurs exercices doit être étalée sur la durée 
restant  à  courir  jusqu’au  terme  des  remboursements  le  01/08/N,  soit  dans  1  an  7  mois                
(19 mois). 
-  Montant de la provision  
Montant de la perte latente différée : 1 500 000 x 19/24 = 1 187 500 
Montant de la perte latente à provisionner : 1 500 000 – 1 187 500 = 312 500 
Le montant de la provision peut être aussi obtenu directement de la façon suivante :          
1 500 000 x 5/24 = 312 500. 
 
 
 
31/12/N 
 
 
 
6971 
 
Dotations aux provisions pour risques et charges 
312 500 
 
 
 
  
 
 
194 
              Provisions pour pertes de change 
312 500 
 
(Constatation de la provision pour perte de change) 
 
 
 
 
 
 
 
 
204

 
 
 
 
 
 
 
31/12/N 
6712 
 
Intérêts des emprunts auprès des établissements de crédit 
6 250 000 
 
 
 
  
 
 
1662       Intérêts courus sur emprunts auprès des établissements de crédit 
6 250 000 
 
(Intérêts courus non échus) 
 
 
 
 
 
 
 
 
•  Au 01/01/N+1  
 
 
 
 
 
 
 
01/01/N+1 
1662 
 
Intérêts courus sur emprunts auprès des établissements de crédit 
6 250 000 
 
 
 
  
 
 
6712       Intérêts des emprunts auprès des établissements de crédit 
6 250 000 
 
(Contrepassation des intérêts courus non échus) 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
01/01/N+1 
162 
 
Emprunts auprès des établissements de crédit  
 1 500 000 
 
 
 
  
 
 
4784      Ecart de conversion – actif, augmentation des dettes financières 
1 500 000 
 
               
(Contrepassation de la perte latente) 
 
 
 
 
 
 
 
 
•  A l’échéance 
 
Amortissement de l’emprunt = 300 000/2 = 150 000 
                                               =  150 000 x 635 = 95 250 000 > (150 000 x 620 = 93 000 000) 
L’augmentation de la dette représente une perte de change de 2 250 000                               
(95 250 000 – 93 000 000) 
Intérêts = (300 000 x 635) x 8% = 15 240 000 F 
Annuité = 95 250 000 + 15 240 000 = 110 490 000 F 
 
 
 
 
 
 
 
01/08/N+1 
162 
 
Emprunts auprès des établissements de crédit  
93 000 000 
 
6712 
 
Intérêts des emprunts auprès des établissements de crédit 
15 240 000 
 
676 
 
Pertes de change financières 
  2 250 000 
 
 
 
  
 
521 
                            Banques 
110 490 000 
               
(Paiement de l’annuité) 
 
 
 
 
 
 
 
 
205

•  Au 31/12/N+1 
Montant de l’emprunt = (300 000 – 150 000) x 622 
                                     = 93 300 000 > (150 000 x 620 = 93 000 000) 
L’augmentation de la dette représente une perte latente de 93 300 000 – 93 000 000 = 300 000 
Intérêts courus non échus : (300 000 – 150 000) x 622 x 8% x 5/12 = 3 110 000. 
 
 
 
 
 
 
 
31/12/N+1 
4784 
 
Ecart de conversion – actif, augmentation des dettes financières 
 300 000 
 
 
 
  
 
 
162 
              Emprunts auprès des établissements de crédit 
300 000 
 
(Perte latente) 
 
 
 
 
 
 
 
 
Montant de la provision  
Montant de la perte latente différée : 300 000 x 7 (24 mois – 17 mois)/24 = 87 500 
Montant  devant  être  couvert  par  une  provision :  300  000  –  87  500  =  212 500  ou  encore 
300 000 x 17/24 = 212 500. 
Or  il  existe  déjà  une  provision  de  312 500.  Il  faut  donc  procéder  à  une  diminution  de 
provisions (reprise de provision) de 312 500 – 212 500 = 100 000. 
 
 
 
31/12/N+1   
 
 
194 
 
Provisions pour pertes de change  
100 000 
 
 
 
  
 
 
7971        Reprises de provisions pour risques et charges 
100 000 
               
 
(Reprise de la provision pour perte de change) 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
31/12/N+1 
6712 
 
Intérêts des emprunts auprès des établissements de crédit 
3 110 000 
 
 
 
  
 
 
1662       Intérêts courus sur emprunts auprès des établissements de crédit 
3 110 000 
 
(Intérêts courus non échus) 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
206

 
APPLICATION 88 
Position globale de change (article 57) 
  Une entité prête à  sa filiale un montant de 100 000 $ le 01/09/N, remboursable le 
31/03/N+2 et elle emprunte auprès d’une banque 80 000 $, remboursable le 31/03/N+2.  
  L’évolution du cours du dollar se présente comme suit : 
• 1er septembre N : 1$ = 620 F ; 
 
• 31 décembre N : 1$ =  550 F. 
 
 
1. Analyse de l’opération de prêt à la clôture de l’exercice N 
A la date de l’opération, le montant du prêt est de 100 000 x 620 = 62 000 000.  
A la date de clôture de l’exercice, l’écart de conversion-actif  est de : 100 000 x (620 – 550)              
= 7 000 000. Cet écart correspond à une diminution de la créance, soit une perte latente de 
7 000 000. 
 
 
 
 
 
 
 
31/12/N 
4782 
 
Ecart de conversion – actif,  diminution des créances 
 7 000 000 
 
 
 
financières 
 
 
 
  
 
277 
              Créances rattachées à des participations  
7 000 000 
 
(Perte latente) 
 
 
 
 
 
 
 

2. Analyse de l’opération d’emprunt 
 
A  la  date  de  l’opération,  le  montant  de  l’emprunt  est  de  80  000 x  620  =  49 600  000.                                
A la date de clôture, l’écart de conversion-passif est de : 80 000 x (620 – 550) = 5 600 000. 
Cet écart correspond à une diminution de la dette soit un gain latent. 
 
 
 
 
 
 
 
31/12/N 
162 
 
Emprunt auprès des établissements de crédit 
 5 600 000 
 
 
 
  
 
 
4794 
    Ecart de conversion-passif, diminution des dettes financières   
5 600 000 
 
(Gain latent) 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
207

La provision pour pertes de change doit être constituée à concurrence du risque non couvert, à 
savoir 7 000 000 – 5 600 000 = 1 400 000. 
 
 
 
 
 
 
 
31/12/N 
6971 
 
Dotations aux provisions pour risques et charges 
1 400 000 
 
 
 
  
 
 
194 
              Provisions pour pertes de change 
1 400 000 
 
(Constatation de la provision pour perte de change) 
 
 
 
 
 
 
 
 
APPLICATION 89 
Couverture de change fixant définitivement le cours 
 
à l’échéance 
Une entité a acquis le 05/12/N des marchandises de 250 000 $,  cours 1 $ = 620 F. Le 
 
règlement  est  prévu  pour  le  05/02/N+1.  Craignant  une  hausse  du  cours  du  dollar, 
 
l’entité a négocié et obtenu à la date du 01/12/N une garantie auprès de la centrale de 
trésorerie  du  groupe.  Le  cours  de  change  garanti  à  terme  (05/12/N+1)  est  de                   
 
1 $ = 650 F. 
 
1. Principe 
Selon les dispositions de l’article 58-3 de l’Acte uniforme relatif au droit comptable, lorsque 
les  couvertures  fixent  définitivement  le  cours  de  la  monnaie  étrangère  à  l’échéance, 
l’incertitude disparaît totalement. La valeur des créances ou des dettes en monnaies étrangères 
à  l’échéance  est  connue.  La  couverture  transforme  les  créances  et  les  dettes  en  monnaies 
étrangères en créances et dettes en monnaie de l’Etat partie ayant cours légal. 
 
Sont concernés :  
-  les  transactions  matérialisant  une  garantie  interne  de  taux  de  matières  premières  ou  de 
change  entre  une  centrale  de  trésorerie  et  une  autre  entité  d’un  même  groupe  (à 
l’exclusion donc des instruments financiers à terme) ; 
-  ou encore des garanties équivalentes contractées avec des organismes d’assurance pour le 
commerce extérieur. 
 
La  date  de  mise  en  place  de  la  couverture  a  toutefois  une  incidence  sur  le  traitement 
comptable à effectuer : 
•  si  la  couverture  est  mise  en  place  avant  l’opération,  les  créances  et  les  dettes  sont 
enregistrées au cours fixé par l’instrument de couverture. Il n’y a donc pas d’écart de 
conversion, ni de provision à constater. Le résultat financier n’est pas affecté ; 
208

•  lorsque  la  couverture  est  prise  après  l’opération,  tant  que  celle-ci  n’est  pas  mise  en 
place, les écarts de conversion et les provisions nécessaires sont comptabilisés comme 
mentionné  aux  articles  54  et  suivants.  Lors  de  la  réalisation  de  la  couverture,  les 
créances et dettes sont converties au cours de couverture. Les écarts, constatés entre la 
valeur  d’origine  des  créances  et  des  dettes  et  leur  évaluation  au  cours  de  couverture 
sont comptabilisés en résultat financier. Les éventuelles provisions sont reprises. 
 
2. Comptabilisation des opérations 
 
 
 
 
 
 
 
 
05/12/N 
601 
 
Achats de marchandises (250 000 x 650) 
162 500 000 
 
 
 
  
 
 
401 
              Fournisseurs 
162 500 000 
 
(Achat de marchandises) 
 
 
 
05/02/N+1   
 
 
401 
 
Fournisseurs 
162 500 000 
 
 
 
  
 
 
521 
              Banques 
162 500 000 
 
(règlement de la dette) 
 
 
 
 
 
 
 
 
       A  P  P     
LI   
C   
A    
TI     
O   
N      
90      Couverture de change-opération symétrique 
Une entité a réalisé, pendant l'exercice N, certaines opérations avec les Etats-Unis:  
  Achat de marchandises pour 100 000 USD (dollars), le 1er  décembre N, payable en 
  dollars le 10 février N+1. En couverture de change, l'entité souscrit le 10 décembre N 
un prêt en devises, de même terme, de 75000 USD. 
  Cours du dollars USD en Francs 
1er juillet N 
1$ = 595 F 
  1er décembre N 
1$ = 600 F 
  10 décembre N 
1$ = 610 F 
31 décembre N 
1$ = 625 F 
    
 
 
 
209

1. Comptabilisation initiale des opérations                            
 
 
 
 
 
 
 
 
 
01/12/N 
601 
 
Achats de marchandises (100 000 x 600) 
60 000 000 
 
 
 
  
 
 
401 
                Fournisseurs 
60 000 000 
 
(Achat de marchandises) 
 
 
 
10/12/N 
 
 
 
271 
 
Prêts (75 000 x 610) 
45 750 000 
 
 
 
  
 
 
521 
              Banques 
45 750 000 
 
(Décaissement du prêt) 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
2. A la clôture de l’exercice N                            
•  Ecart  de  conversion  sur  la  dette  fournisseur :  100 000  x  (625  –  600)  =  2 500 000.                
Il s’agit d’un écart de conversion-actif (perte de change latente). 
•  Ecart de conversion sur le prêt : 75 000 (625 – 610) = 1 125 000. 
Il s’agit d’un écart de conversion-passif (gain de change latent). 
La  perte  de  change  latente  d’une  valeur  de  2 500 000  constatée  sur  l’élément  couvert  est 
compensée par un gain de change latent de 1 125 000 constaté sur l’élément de couverture. La 
provision  pour  perte  de  change  est  donc  limitée  à  un  montant  de  2 500 000  –  1 125 000                  
= 1 375 000. 
 
 
 
 
31/12/ N 
 
 
 
 
 
 
 
4783 
 
Ecarts de conversion – actif, augmentation des dettes 
2 500 000 
 
 
d’exploitation                        
 
 
 
 
401 
                  Fournisseurs 
2 500 000 
          
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
271 
 
Prêts 
1 125 000 
 
 
 
4792 
Ecart de conversion – passif, augmentation des 
1 125 000 
créances financières 
          
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
4788 
 
Écarts de conversion –Actif, différences compensées par 
 
 
couverture de change                
1 125 000 
 
 
 
 
4783 
Écarts de conversion –Actif, augmentation des dettes 
1 125 000 
d’exploitation 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
6591 
 
Charges pour provisions sur risques à court terme  
1 375 000 
 
 
 
 
 
4991 
Provisions pour risques à court terme sur opérations 
 
1 375 000 
d’exploitation 
 
 
 
 
 
 
 
210

  APPLICATION 91  Couverture  de  change-couverture  de  transactions 
futures 
 Une  entité  prévoit  une  vente  à  l'export  de  400 000  $  pour  le  premier  semestre  de 
l'année N+1. Le 1/05/N, elle décide de se couvrir par une vente à terme de 400 000$ à 
 échéance le 30 avril N+1. La vente est réalisée le 31/07/N+1 et la créance réglée le 
 10/02/N+ 2. L’entité a opté pour l’étalement du report/déport. 
Les cours s'établissent comme suit :   
 1er mai N : 1$ = 600 F (cours au comptant) et 590 (cours à terme) ; 
 31 décembre N : 1$ = 580 F ; 
30 avril N+1 : 575 $ ; 
 31 juillet N+1 : 1$ = 550 F ;   
 31 décembre N+1 : 530 F ; 
10 février N+2 : 1$ = 515 F. 
1. Principes généraux 
•  Comptabilisation des contrats qualifiés de couverture 
Selon l’article 58-2 de l’Acte uniforme, les contrats qualifiés de couverture sont identifiés et 
traités comptablement en tant que tels dès leur origine et conservent cette qualification jusqu’à 
leur échéance ou dénouement. 
Les variations de valeur de ces contrats ou options, constatées sur les marchés organisés, sont 
enregistrées dans un compte d’attente libellé 54 Instruments de trésorerie,  puis rapportées 
au  compte  de  résultat  sur  la  durée  de  vie  résiduelle  de  l’élément  couvert  en  charges  ou 
produits  financiers  ou  de  manière  symétrique  au  mode  de  comptabilisation  des  produits  et 
charges sur cet élément. 
Les  comptes  4786  Différences  d’évaluation  sur  instruments  de  trésorerie  –  ACTIF  et 
4797  Différences  d’évaluation  sur  instruments  de  trésorerie  –  PASSIF  enregistrent  les 
différences  d’évaluation  en  contrepartie  du  compte  54  Instruments  de  trésorerie.                   
Ces  comptes  enregistrent  également  les  gains  ou  pertes  sur  instruments  de  couverture  en 
attente d’imputation en résultat de manière symétrique avec l’élément couvert.  
 
211

•  Comptabilisation des frais de couverture 
o  Primes d'options soultes et équivalents 
 A leur versement, les primes d'options sont comptabilisées dans un compte 54  instruments 
de trésorerie. Elles peuvent ensuite, au choix de l'entité : 
-  soit être étalées dans le compte de résultat sur la période de couverture  au débit du 
compte 6784 Pertes sur instrument de trésorerie 
-  soit  être  différées  et  constatées  en  résultat  symétriquement  au  résultat  de  l'élément 
couvert, c'est-à-dire au même rythme que l'effet de couverture. 
o  Report/déport des dérivés à terme de change 
Le report/déport représente l'écart entre le cours comptant et le cours à terme.  
Lorsqu’il  s’agit  de  couvertures  quasi-parfaites  de  transactions  futures (par  exemple,  stock, 
acquisition d'immobilisation …), le report/déport est : 
-  soit étalé dans le compte de résultat sur la période de couverture, dans un compte 6784 
Pertes sur instrument de trésorerie ; 
-  soit constaté en résultat symétriquement au résultat de l'élément couvert ; 
-  par  contre,  pour  les  autres  types  de  couvertures (créances  et  dettes,  couvertures  non 
parfaites),  il  est obligatoirement  étalé sur  la  période  de  couverture,  dans  un  compte 
6784 Pertes sur instrument de trésorerie. 
o  Autres frais de couverture 
Les autres frais de couverture tels que les frais de dossier et commissions peuvent : 
-  soit constaté en résultat symétriquement au résultat de l'élément couvert ; 
-  soit étalé dans le compte de résultat sur la période de couverture, dans un compte 6784 
Pertes sur instrument de trésorerie. 
 
o  Dépôt de garantie (déposit) 
Les  dépôts  de  garantie  sont  enregistrés  au  débit  du  compte  2758  Autres  dépôts  et 
cautionnements par le crédit du compte de trésorerie. 
 
 
212

•  Cas particuliers des couvertures liées aux matières premières 
Dans le cas des matières premières, l'écart entre le cours comptant et le cours à terme n'est pas 
composé  exclusivement  d'un  écart  de  taux  d'intérêt  (composante  financement),  mais  intègre 
différentes composantes particulières liées notamment aux coûts de stockage, de transport et 
d'assurance, à la saisonnalité ainsi qu'à l'effet de l'offre et de la demande. 
En conséquence, cet écart ne peut pas être étalé, mais plutôt  intégré dans le coût des matières 
couvertes. 
Le report/déport des dérivés sur matières premières est constaté en résultat symétriquement au 
résultat de l’élément couvert. 
 
•  Autres opérations de couverture 
Selon l’article  58-2 de l’Acte uniforme, les variations de valeur des contrats négociés sur les 
marchés  organisés,  constatées  par  la  liquidation  quotidienne  des  marges  débitrices  et 
créditrices, sont portées au compte de résultat en charges ou produits financiers. 
Toutefois,  le  SYSCOHADA  admet  également  une  comptabilisation  du  résultat  de  la 
couverture de manière symétrique au mode de comptabilisation des produits et charges liés à 
l’élément couvert. 
Les variations de valeur des options constatées lors de transactions de gré à gré, sont inscrites 
à  des  comptes  transitoires  54  Instruments  de  trésorerie,  en  attente  de  régularisation 
ultérieure: 
-  à l’actif du bilan pour les variations qui correspondent à une perte latente, 
-  au passif du bilan pour les variations qui correspondent à un gain latent. 
Les gains latents n’interviennent pas dans la formation du résultat. 
Lorsque l’ensemble des transactions de gré à gré engendre une perte latente, celle-ci entraîne 
la constitution d’une provision. 
•  Position ouverte isolée  
 
-  Caractéristiques :  les  positions  ouvertes  isolées    sont  toutes  les  opérations  non 
qualifiées de couverture comme par exemple les instruments financiers souscrits dans 
un but purement spéculatif. 
 
213

-  Comptabilisation : 
§  pour les gains et pertes réalisés : ils sont comptabilisés au crédit du compte 776 
Gains de change financiers (s’il s’agit d’un gain) et au débit du compte  676  
Pertes de change financières (s’il s’agit d’une perte) ; 
§  pour les gains et pertes latents :  
o  une  perte  latente  est  inscrite  au  débit  du  compte  4786  Différences 
d’évaluation sur instruments de trésorerie – ACTIF par le crédit du 
compte 54 Instruments de trésorerie. Par application de la convention 
de prudence, une provision doit être constatée en résultat financier,  
o  un  gain  latent est  inscrit  au  crédit  du  compte  4797  Différences 
d’évaluation sur instruments de trésorerie – PASSIF par le débit du 
compte  54  «  Instruments  de  trésorerie.  Par  application  de  la 
convention  de  prudence,  les  gains  latents  n'interviennent  pas  dans  la 
formation du résultat. 
 
2. Qualification de la relation de couverture  
Les créances clients liées aux ventes sont éligibles en tant qu'éléments couverts. La vente à 
terme de devises est également éligible en tant qu'instrument de couverture. 
•  A la souscription du contrat : le montant nominal du contrat n'est pas comptabilisé. 
 
•  A la clôture N :  
Montant du report/déport : 400 000 x (600 – 590) = 4 000 000. 
Etalement du report/déport : 4 000 000 x 8/12 
= 2 666 667. 
 
 
 
 
31/12/N 
 
 
 
6784 
 
Pertes et charges sur instruments de trésorerie 
2 666 667 
 
 
  
 
54 
                     Instruments de trésorerie 
2 666 667 
 
(Etalement du report/déport à payer) 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
214

3. Au dénouement de la vente à terme : 
Résultat de couverture : 400 000 x (600 – 575) = 10 000 000. 
Report/déport : 4 000 000 x 4/12 = 1 333 333. 
 
  
 
 
30/04/N+1   
 
 
521 
 
Banques 
10 000 000 
 
 
  
 
4797 
            Différences d’évaluation sur instruments de trésorerie 
10 000 000 
 
                                (Résultat de couverture) 
 
 
 
 
 
 
 
  54 
 
Instruments de trésorerie  
2 666 667 
 
6784 
 
Pertes et charges sur instruments de trésorerie  
1 333 333 
 
 
 
 
 
 
 
521 
              Banques 
4 000 000 
   
                          (Résultat latent de couverture des achats) 
 
 
 
 
 
 
 
 
4. A la vente : 
Vente en devise : 400 000 x 550 = 220 000 000. 
 
  
 
 
31/07/N+1   
 
 
411 
 
Clients 
220 000 000 
 
 
  
 
70 
           Ventes de marchandises 
220 000 000 
 
(Vente en devise) 
 
 
 
 
 
 
 
 
Inscription du résultat de couverture en résultat d’exploitation (compte 756) : 10 000 000. 
 
 
  
 
 
31/07/N+1   
 
 
4797 
 
Différences d’évaluation sur instruments de trésorerie  
10 000 000 
 
 
            
 
756 
                Gains de change sur créances et dettes commerciales             
10 000 000 
 
(Résultat de couverture) 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
215

5. A la clôture N+1 et à la réouverture au 1er janvier N+2 : 
Ecart latent de change : 400 000 x (550 -530) = 8 000 000. 
 
 
 
31/12/N+1   
 
 
4781 
 
Ecart de conversion-actif, Diminution des créances d’exploitation 
8 000 000 
 
 
  
 
411 
            Clients 
8 000 000 
 
(Ecart de conversion actif) 
 
 
 
 
 
 
 
6591 
 
Charges pour provisions sur risques à court terme 
8 000 000 
 
 
 
 
 
 
 
4991   Provisions pour risques à court terme sur opérations d’exploitation 
8 000 000 
   
(Provisions) 
 
 
 
01/01/N+2   
 
 
411 
 
Clients 
8 000 000 
 
 
 
 
 
 
 
4781    Ecart de conversion-actif, Diminution des créances d’exploitation 
8 000 000 
  
   
(Contrepassation) 
 
 
 
 
 
 
 
 
6. Au règlement de la facture : 
 
 
 
10/02/N+2   
 
 
521 
 
Banques 
206 000 000 
 
656 
 
Perte de change sur créances et dettes commerciale 
  14 000 000 
 
 
  
 
411 
            Clients 
220 000 000 
 
(Règlement de la facture) 
 
 
 
 
 
 
 
4991 
 
Provisions pour risques à court terme sur opérations d’exploitation  
8 000 000 
 
 
 
 
 
 
 
7591             Reprise de charges pour provisions sur risques à court terme 
8 000 000 
   
(Reprise de provisions) 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
216

 
Chapitre 23 
Contrats pluri-exercices 
 
 
 
 
 
APPLICATION 92 
Contrat bénéficiaire 
Une  entité  s’est  engagée  par  contrat    à  construire  un  ouvrage.  Le  contrat  prévoit  sa 
  réalisation  sur  une  période  de  à  22  mois.  On  vous  communique  les  informations 
  concernant la réalisation de cet ouvrage :  
• Coût total de production total estimé par les services technique       : 750 000 000 F 
  • Coût de production engagé à la clôture des comptes de l'exercice N : 450 000 000 F 
• Prix de vente prévu                                                                               : 925 000 000 F 
  Le 30 Octobre N+1, le prix prévu est facturé au client local, le coût de production 
prévisionnel ayant été correctement prévu par les services techniques.  
  Le taux de TVA est fixé théoriquement à 18%. 
Hypothèse  1  :  l’entité  est  en  mesure  d’évaluer  le  résultat  à  terminaison  de  manière 
 
fiable. 
Hypothèse  2  :  l’entité  n’est  pas  en  mesure  d’évaluer  le  résultat  à  terminaison  de 
 
manière fiable. 
 
1. Hypothèse 1: l’entité est en mesure d’évaluer le résultat à terminaison de manière  
                       fiable (méthode à l’avancement). 

Lorsque  l’entité  est  en  mesure  d’évaluer  le  résultat  à  terminaison  de  manière  fiable,  la 
méthode  préconisée  par  le  SYSCOHADA  est  la  méthode  à  l’avancement  qui  consiste  à 
comptabiliser le chiffre d’affaires et le résultat au fur et à mesure de l’avancement du contrat. 
Le résultat à terminaison du contrat est estimé à 925 000 000 –750 000 000 = 175 000 000 F. 
 
•  A la clôture de l’exercice N 
Le pourcentage d’avancement du contrat est estimé à : 450 000 000/750 000 000 = 60 %. 
La quote-part du résultat à rattacher à l’exercice N (résultat partiel) est donc de : 
175 000 000 x 60% = 105 000 000 F. 
Le chiffre d’affaires partiel est de : 925 000 000 x 60% = 555 000 000 F. 
 
 
217

Le chiffre d’affaires partiel peut être déterminé aussi de la façon suivante : 
 
• Coût de production engagé à la clôture des comptes de l'exercice N   : 450 000 000  
• Quote-part du résultat à rattacher à l’exercice N Résultat partiel         : 105 000 000                                                                                      
                                                                              Chiffre d’affaires partiel   =  555 000 000 
 
Dès lors qu’aucune facturation intermédiaire n’a été enregistrée au cours de l’exercice N, il 
convient de constater à la clôture de l’exercice N, un produit à recevoir dont la valeur hors 
taxe est égale au montant du chiffre d’affaires partiel. 
 
 
 
 
 
 
 
31/12/N 
4181 
 
Clients, factures à établir 
654 900 000 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
7051 
          Travaux facturés dans la région 
       
555 000 000 
 
 
 
 
 
 
4435 
       Etat, TVA sur facture à établir (1) 
 
 99 900 000 
 
 
 
 
 
 
 
     (Chiffre d’affaires à l’avancement) 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
(1)  555 000 000 x 18% = 99 900 000. 
 
•  Incidence sur le compte de résultat de l’exercice N : 
Extrait du compte de résultat N 
Charges 
Produits 
Charges imputées au contrat          450 000 000 
Travaux facturés             555 000 000   
 
 
                        Résultat                 105 000 000 
            
                                                 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
01/01/N+1 
7051 
 
Travaux facturés dans la région  
555 000 000 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
4435 
 
Etat, TVA sur facture à établir           
99 900 000       
 
 
 
 
 
 
 
4181 
     Clients, factures à établir 
 
 654 900 000 
 
 
 
 
 
 
 
 (Contrepassation du chiffre d’affaires à l’avancement
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
U    NB :  L’écriture  de  contrepassation  du  chiffre  d’affaires  à  l’avancement  peut  être 
enregistrée le 30 Octobre N+1, date de livraison de l’ouvrage. 
 
218

 
 
 
 
 
 
 
30/10/N+1 
4111 
 
Clients 
1 091 500 000 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
7051 
          Travaux facturés dans la région 
       
925 000 000 
 
 
 
 
 
 
4433 
       Etat, TVA facturée sur travaux 
 
 166 500 000 
 
 
 
 
 
 
 
(Chiffre d’affaires à l’avancement) 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
•  Incidence sur le compte de résultat de l’exercice N+1 : 
                                              Extrait du compte de résultat N+1 
Charges 
Produits 
Charges imputées au contrat          300 000 000  Travaux facturés                       370 000 000   
    (750 000 000 – 450 000 000) 
   (925 000 000 – 555 000 000) 
                                  
            
                                     Résultat      70 000 000                                   
 
L'incidence  de  cette  méthode  de  comptabilisation  sur  le  résultat  des  deux  exercices  est  de  : 
105 000 000 + 70 000 000 = 175 000 000 au total, soit le résultat global du contrat.  
2.  Hypothèse  2  :  l’entité  n’est  pas  en  mesure  d’évaluer  le  résultat  à  terminaison  de 
manière fiable (méthode à l’achèvement). 
 
Lorsque l’entité n’est pas en mesure d’évaluer le résultat à terminaison de manière fiable, la 
méthode  préconisée  par  le  SYSCOHADA  est  la  méthode  à  l’achèvement  qui  consiste  à 
comptabiliser un chiffre d’affaires limité au montant des charges ayant concouru à l’exécution 
du contrat au cours de l’exercice. 
 
 
 
 
 
 
 
31/12/N 
4181 
 
Clients, factures à établir 
531 000 000 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
7051 
          Travaux facturés dans la région 
       
450 000 000 
 
 
 
 
 
 
4435 
       Etat, TVA sur facture à établir 
 
  81 000 000 
 
 
 
 
 
 
 
 (Chiffre d’affaires à l’avancement) 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
219

•  Incidence sur le compte de résultat de l’exercice N : 
Extrait du compte de résultat N 
Charges 
Produits 
Charges imputées au contrat          450 000 000 
Travaux facturés             450 000 000   
 
 
                        Résultat                                   0 
            
                                               
 
 
•  Incidence sur le compte de résultat de l’exercice N : 
 
 
 
 
 
 
 
01/01/N+1 
7051 
 
Travaux facturés dans la région  
450 000 000 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
4435 
 
Etat, TVA sur facture à établir           
  81 000 000       
 
 
 
 
 
 
 
4181 
     Clients, factures à établir 
 
 531 000 000 
 
 
 
 
 
 
 
 (Contrepassation du chiffre d’affaires à l’avancement
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
30/10/N+1 
4111 
 
Clients 
1 091 500 000 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
7051 
          Travaux facturés dans la région 
       
925 000 000 
 
 
 
 
 
 
4433 
       Etat, TVA facturée sur travaux 
 
 166 500 000 
 
 
 
 
 
 
 
(Chiffre d’affaires à l’avancement
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
•  Incidence sur le compte de résultat de l’exercice N+1 : 
                                              Extrait du compte de résultat N+1 
Charges 
Produits 
Charges imputées au contrat         300 000 000  Travaux facturés                       475 000 000   
    (750 000 000 – 450 000 000) 
(925 000 000 – 450 000 000) 
           
                                   Résultat      175 000 000                                   
 
L'incidence  de  cette  méthode  de  comptabilisation  sur  le  résultat  des  deux  exercices  est  de  :                
0 + 175 000 000 = 175 000 000 au total, soit le résultat global du contrat.  
 
 
220

 
APPLICATION 93 
Contrat déficitaire 
 
Une entité est spécialisée dans la construction immobilière et les travaux publics. Les 
données relatives à un contrat en cours au 31 décembre N sont les suivantes :  
 
 
Caractéristiques du contrat 
Montant 
 
 
Prix de vente prévisionnel 
120 000 000 
 
 
Coûts prévisionnels au 31/12/N-1 
125 000 000 
 
 
Coût cumulé des travaux au 31 décembre N-1 
  60 000 000 
 
Coût cumulé des travaux en N 
 125 000 000 
 
 
 
 
L’ouvrage a été livré et facturé le 20 décembre N. L’entité est en mesure d'estimer de 
 
 
façon fiable le résultat à terminaison. Le taux de TVA est théoriquement de 18%. 
 
 
1. Nature du contrat  
A la clôture de l'exercice N-1, le coût de revient prévisionnel s'élève à 125 000 000 et le prix 
de vente prévisionnel à 120 000 000. Le résultat du contrat est de -5 000 000 (120 000 000 - 
125 000 000). Il s’agit d’un contrat déficitaire. 
Une perte à terminaison de  5 000 000 doit être prise en compte à la clôture de l'exercice N-1. 
2. Enregistrement des écritures en N-1 et N 
•  Exercice N-1 
Pourcentage d'avancement : 60 000 000/125 000 000 = 48% 
Le chiffre d'affaires à l'avancement s'élève à : 120 000 000 x 48% = 57 600 000 
La quote-part de perte qui est rattachée à l'exercice N-1 s'établit à :  
57 600  000  –  60  000  000  =  -  2 400  000.  Elle  correspond  à  la  différence  entre  le  chiffre 
d'affaires à l'avancement (57 600 000) et les charges engagées au cours de l'exercice 
N-1 (60 000 000). Elle représente aussi 48% de la perte prévisionnelle soit : 48% x 5 000 000 
= 2 400 000. 
La  perte  non  encore  réalisée  s’élève  à :  5  000  000  –  2 400 000  =  2 600 000  ou  encore 
5 000 000  x  52%  (100%-48%)  =  2  600    000.  Cette  perte  donne  lieu  à  la  constitution  d'une 
provision pour  pertes sur marchés à achèvement futur.  
 
221

 
 
 
 
 
 
 
31/12/N-1 
4181 
 
Clients, factures à établir 
67 968 000 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
7051 
          Travaux facturés dans la région 
       
57 600 000 
 
 
 
 
 
 
4435 
       Etat, TVA sur facture à établir (57 600 000 x 18%) 
 
10 368 000 
 
 
 
 
 
 
 
 (Chiffre d’affaires à l’avancement
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
31/12/N-1 
6911 
 
Dotations aux provisions pour risques et charges 
2 600 000 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
193 
       Provisions pour pertes sur marchés à achèvement futur    
 
2 600 000 
 
 
 
 
 
 
 
(Chiffre d’affaires à l’avancement
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
•  Incidence sur le compte de résultat de l’exercice N-1 : 
Extrait du compte de résultat N-1 
Charges 
Produits 
Charges imputées au contrat                   60 000 000  Travaux facturés                57 600 000   
Dotations aux provisions d’exploitation   2 600 000                    
 
 
 
   Résultat (perte)               5 000 000 
  
                                                         
 
 
•  Exercice N : 
 
 
 
 
 
 
 
01/01/N 
7051 
 
Travaux facturés dans la région  
57 600 000 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
4435 
 
Etat, TVA sur facture à établir           
10 368 000       
 
 
 
 
 
 
 
4181 
     Clients, factures à établir 
 
 67 968 000 
 
 
 
 
 
 
 
 (Contrepassation du chiffre d’affaires à l’avancement
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
20/12/N 
4111 
 
Clients 
141 600 000 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
7051 
          Travaux facturés dans la région 
       
120 000 000 
 
 
 
 
 
 
4433 
       Etat, TVA facturée sur travaux 
 
 21 600 000 
 
 
 
 
 
 
 
 (Chiffre d’affaires à l’avancement
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
222

 
 
 
31/12/N 
 
 
 
193 
 
Provisions pour pertes sur marchés à achèvement futur 
2 600 000 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
7911 
       Reprises sur provisions  pour risques et charges 
 
2 600 000 
 
 
 
 
 
 
 
(Reprise de la provision pour pertes sur marchés à 
 
 
achèvement futur   
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
•  Incidence sur le compte de résultat de l’exercice N : 
                                               Extrait du compte de résultat N 
Charges 
Produits 
Charges imputées au contrat       65 000 000(1) 
Travaux facturés :                                  62 400 000 (2) 
 
Reprises sur provisions d'exploitation :   2 600 000 
Résultat                                                        0 
 
                                                    
 (1) 125 000 000 – 60 000 000 
(2) 120 000 000 -  57 600 000 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
223

 
Chapitre 24 
Abonnement des charges et produits 
 
 
 
 
APPLICATION 94 
Abonnement des charges et produits 
 
Dans  le  but  de  parvenir  plus  facilement  à  l’élaboration  de  documents  financiers 
 
mensuels,  une  entité  a  adopté  un  système  d’étalement  mensuel  des  charges  et  des 
produits.  L’entité  paie  à  la  fin  de  chaque  trimestre  des  redevances  de  maintenance.        
 
La prévision de charge de l’année N était au 1er janvier de 2 400 000 FHT. 
En  définitive,  la  facturation  effectuée  au  titre  du  premier  trimestre  par  la  société  de 
 
maintenance est de 780 000F HT le 31 mars N. 
Ne pas tenir compte de la TVA. 
 
 
1. Ecritures des mois de janvier et de février 

 
 
 
 
31/01/N 
 
 
 
 
  
  
  
  
 
  
  
  
  
6243 
 
Maintenance 
200 000 
 
 
4746 
Répartition périodique des charges 
 
200 000 
 Abonnement : 2 400 000 / 12 
  
  
     
  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
2. Ecritures du mois de mars  
 
En mars, il y a lieu de constater à la fois l’abonnement de la charge et la facturation : 
 
 
 
31/03/N 
 
 
 
 
  
  
  
  
 
  
  
  
  
6243 
 
Maintenance 
200 000 
 
 
4746 
Répartition périodique des charges 
 
200 000 
 
 
  
 
 
  
  
 
 
 
 
  
  
 
  
  
 
 
4746 
 
Répartition périodique des charges 
780 000 
 
 
4011 
Fournisseurs 
 
780 000 
  
  
                                              
  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
3. Ecritures du mois d’avril  

Pour l’étalement de la charge, il y a lieu de constater dorénavant à la fin de chaque mois une 
redevance de 220 000 calculée comme suit : 
Montant annuel : 2 400 000 + [780 000 – (200 000 x 3)]  =  2 580 000 
Déjà imputé       : 200 00 x 3        
                                 =   -  600 000 
Reste à imputer                                                                   =    1 980 000 
224

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
31/04/N 
 
 
 
 
  
  
  
  
 
  
  
  
  
6243    
Maintenance 
220 000    
  
4746 
Répartition périodique des charges 
  
220 000 
(Abonnement 1 980 000 / 9) 
  
  
     
  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
225

 
 
Chapitre 25 
Contrat de concessions de service public 
 
 
 
 
 
    
A   
P    
P   
L   
I   
C     
A   
T   
I   
O     
N      
95   
         Contrat de concession de service public 
  Première partie : Contrat de partenariat public/privé 
Dans le cadre d'un accord de partenariat public privé avec une collectivité territoriale, 
  un opérateur privé doit financer, construire, assurer la maintenance et exploiter un pont 
  à péage pendant 10 ans.  
Ø Pendant la phase de construction : 
  Les coûts des travaux de construction s’élèvent à 400 000 000. Pendant la phase de la 
construction,  les  dépenses  de  construction  encourues  seront  enregistrées  dans  les 
 
comptes  de  charges  par  nature.  La  fraction  des  redevances  correspondant  à  la  seule 
 
prestation de construction s’élève à 420 000 000. 
 
 
Ø Pendant la   phase post construction : 
La redevance annuelle de fin de période de l’exercice N s’élève à 72 000 000 et a été 
 
réglée au comptant au 31/12/N. Cette redevance est décomposée de la façon suivante :  
 
 
• quote-part de la fraction des redevances annuelles correspondant à la seule prestation 
 
de construction d’un montant de  42 000 000 ; 
• la fraction de la redevance annuelle correspondant au coût du financement supporté 
 
par  le  partenaire  privé  refacturé  à  la  collectivité  territoriale  d’une  valeur  de                
 
5 000 000 ; 
• la fraction de la redevance représentative des prestations post construction rendues 
 
par le partenaire privé s’élèvent à 25 000 000. 
 
Les  droits  de  passage  sont  collectés  (en  espèces)  par  l’entité  pour  le  compte  de  la 
 
collectivité territoriale. 
 En fin d’exercice, les droits annuels collectés sont reversés à la collectivité territoriale 
 
(par virement bancaire) sous déduction du montant des redevances annuelles. 
 
 La recette de la première journée d’exploitation, le 01/01/N  s’élève à 475 200. A la fin 
de la première année d’exploitation, le total des recettes annuelles figurant sur le relevé 
 
des certificats de passage  s’élève à 135 000 000. 
 
226

 
                                            
Deuxième partie : Biens « retour » et biens de « remise » 

 
Opération 1 : Un Etat partie a concédé pour une durée de 10 ans au Port Autonome  un 
 
ensemble immobilier composé d’un terrain d’une valeur de 50 millions et d’un bâtiment 
 
de 100 millions le 02/01/N. 
 
Opération  2  :  Le  Port  Autonome  a  acquis  du  matériel  lourd    au  titre  du  contrat  de 
 
concession d’une valeur HT de 120 millions (durée  d’utilité : 10 ans) le 01/10/N. Le 
 
matériel lourd sera rétrocédé à l’Etat  partie à la fin du contrat. Le taux de TVA 18%. 
 
 
Première partie : 
1. Principes 
La  démarche  de  comptabilisation  des  opérations  relatives  à  l’exécution  des  contrats  de 
partenariat public privé peut se résumer en deux grandes phases : 
•  phase de construction ; 
•  phase post construction. 
 
1.1. Comptabilisation en phase de construction 
Les  prestations  de  constructions  accomplies  par  le  partenaire  privé  sont  comptabilisées 
comme s'il était une entité  relevant du secteur des bâtiments et travaux publics. Ainsi donc : 
•  les  coûts  de  construction  supportés  par  le  partenaire  privé  sont 
comptabilisés conformément aux dispositions relatives aux contrats pluri-exercices ; 
•  le  chiffre  d'affaires  du  partenaire  privé  est  aussi  comptabilisé conformément  aux 
dispositions relatives aux contrats pluri-exercices. Pendant la phase de construction, le 
chiffre  d’affaires  correspond  à  la  fraction  des  redevances  relatives  à  la  prestation  de 
construction,  à  l'exclusion  des  coûts  de  financement  inclus  dans  la  redevance.  Il  est 
enregistré au débit du compte 2734 Créances sur le concédant factures à l'issue de la 
phase de construction en attendant l'émission des factures de redevances. 
 
 
 
227

1.2. Comptabilisation en phase post construction 
A la fin de la construction, les factures de redevances sont émises jusqu'au terme du contrat. 
Elles sont enregistrées au débit du compte client 411 par les contreparties suivantes : 
•  au crédit du compte 2734 Créances sur le concédant factures, pour la fraction des 
redevances  correspondant  à  la  seule  prestation  de  construction,  afin  de  solder  ce 
compte ; 
•  au crédit du compte de résultat en résultat financier compte 77 pour la fraction des 
redevances  correspondant  au  coût  du  financement  supporté  par  le  partenaire  privé 
refacturé à la collectivité publique ; 
•  au  compte  de  résultat  en  chiffre  d'affaires  compte  706  pour  les  redevances 
représentatives des prestations post construction rendues par le partenaire privé. 
 
Par  ailleurs,  pendant  la  phase  d’exploitation  du  contrat  de  concession  de  service  public, 
lorsque le contrat prévoit la collecte de droits de passage ou autres droits auprès des usagers 
par  le  partenaire  privé  au  profit  de  la  collectivité  publique,  il  faut  passer  les  écritures 
suivantes :  
•  lors de la collecte des droits : le compte de trésorerie est débité par le crédit du compte 
4731 Mandants, collectivité publique ; 
•  lors  du  reversement  des  droits  collectés  à  la  collectivité  publique  :  le  compte  4731 
Mandants,  collectivité  publique  est  débité  pour  solde  par  le  crédit  du compte  de 
trésorerie. 
 
2. Comptabilisation 
Ø  Comptabilisation en phase de construction 
 
 
 
En cours 
 
 
 
6… 
 
Compte de charges par nature 
400 000 000 
 
 
  
 
401/521                  Fournisseur/Banques 
400 000 000 
 
(Coût des travaux) 
 
 
 
A la fin 
 
 
 
2734 
 
Créances sur le concédant  
420 000 000 
 
 
 
                     Travaux facturés 
 
 
  
 
705 
 
(Comptabilisation du chiffre d’affaires
 
420 000 000 
 
 
 
 
 
 
 
 
228

Ø  Comptabilisation en phase post construction 
 
 
 
01/01/N 
 
 
 
571 
 
Caisse 
475 200 
 
 
  
 
4731 
                Mandants, collectivité territoriale 
475 200 
 
(recette journalière collectée pour le compte de la collectivité 
territoriale) 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Le total des recettes annuelles s’élève à 135 000 000. A la clôture de l’exercice N, le solde du 
compte 4731 est donc créditeur d’une valeur de 135 000 000. 
 
 
 
 
 
 
 
 
411 
 
Clients 
72 000 000 
 
 
  
 
2734 
                Créances sur le concédant  
42 000 000 
706 
                Services vendus 
25 000 000 
7713 
                Intérêts sur créances diverses 
  5 000 000 
 
(Constatation de la redevance
 
 
 
03/07/N 
 
 
 
4731 
 
Mandants, collectivités territoriales  
135 000 000 
 
 
 
 
 
 
 
411 
                     Clients 
 
72 000 000 
521 
                     Banques 
63 000 000 
   
(Reversement des droits de passage sous déduction des 
redevances annuelles
 
 
 
 
 
 
 
 
Deuxième partie  
Ø     Opération 1 :  
Il s’agit d’un  bien "de retour" : biens mis en concession par le concédant et qui doivent lui 
revenir  en  fin  de  concession.  L’entité  n’ayant  pas  le  contrôle  de  l’immobilisation  selon  les 
dispositions du cadre conceptuel, celle-ci n’entre pas dans le patrimoine du Port Autonome. 
Toutefois,  une  mention  dans  être  portée  dans  les  Notes  annexes,  au  titre  des  engagements 
obtenus. 
Ø  Opération 2 :  
Il s’agit d’un bien de "remise" : biens mis en concession  par le concessionnaire,  qui,  selon 
les  contrats, doivent être remis gratuitement au concédant en fin de concession. 
229

Cette  immobilisation  entre  dans  le  patrimoine  du  Port  Autonome  et  a  fera  l’objet  d’un 
amortissement sur sa durée d’utilité  qui  ne peut pas excéder raisonnablement  la durée du 
contrat de concession. 
 
Amortissement du matériel lourd :  
120 000 000 x 10% x 3/12 = 3 000 000 
 
 
 
 
 
 
 
01/10/N 
2411 
 
Matériel industriel 
120 000 000 
 
4451 
 
TVA déductible sur immobilisation 
  21 600 000 
 
 
  
 
4812 
                Fournisseurs d’immobilisations corporelles  
141 600 000 
 
                 
 
 
 
 
31/12/N 
 
 
 
6813 
 
Dotations aux amortissements des immobilisations corporelles 
3 000 000 
 
 
 
 
 
 
 
28411                      Amortissement du matériel industriel 
 
3 000 000 
  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Lors de la rétrocession du bien  à l’Etat  à la fin du contrat : 
־  Cumul des amortissements du matériel industriel au terme du contrat   : 120 000 000. 
־  Valeur d’origine du matériel : 120 000 000. 
־  Valeur nette comptable du matériel : 120 000 000 – 120 000 000 = 0.               
 
 
 
01/01/N 
 
 
 
28411 
 
Amortissement du matériel 
120 000 000 
 
 
  
 
2411 
                Matériel industriel 
120 000 000 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
230

 
 
Chapitre 26 
Groupement d’intérêt économique  
 
 
 
 
                      
APPLICATION  96 
Comptabilisation de la participation aux résultats de 
GIE 

 
L'entité C participe à deux GIE : le GIPCV (Groupement d'Intérêt des Producteurs de 
 
Cacao  de  la  Vallée)  où  elle  possède  un  tiers  des  parts  et  le  GITRV  (Groupement 
d'Intérêt des Transporteurs Routiers de la Vallée), dont elle a souscrit 25% des parts. A 
 
la  clôture  de  l'exercice  N,  le  GIPCV  est  bénéficiaire  de  3  millions  de  francs  et 
l'Assemblée décide l'affectation de ce bénéfice aux comptes courants des participants. 
 
Le  GITRV  est  déficitaire  de  8  000  000  de  F.  Lors  de  la  réunion  d'approbation  des 
 
comptes,  les  participants  ont  décidé  que  la  perte  devait  être  considérée  comme 
 
définitive et donc apurée par le versement d'un complément de cotisation. 
 
1. Comptabilisation chez l’entité C 
•  Opération avec le GIPCV  
L’entité C va donc constater dans les écritures de N+1 cette participation aux résultats :  
 
 
 
 
 
 
 
 
4631 
 
Associés (1),   opérations faites en commun et GIE 
1 000 000 
 
 
 
 
 
772 
                           Revenus de participations (3 000 000 x 1/3)  
 
1 000 000 
 (quote-part acquise dans le résultat du groupe GIPCV) 
 
 
 
 
 
 
 
 
 (1) Il est possible de remplacer Associés par « Groupe GIPCV » 
•  Opération avec le GITRV  
Ecritures chez C au cours de l'exercice N (après approbation des comptes du GIE) : 
 
 
 
 
 
 
 
 
621 
 
Sous-traitance générale (8 000 000 X 25%) 
2 000 000 
 
 
 
 
4631 
            Associés (1),  opérations faites en commun et GIE 
 
2 000 000 
 
 
 
 
 
 
 
 
(1) Il est possible de remplacer Associés par « Groupe GITRV » 
La comptabilisation de la perte du GIE n'a pu intervenir dans l’entité  C qu'après arrêté des 
comptes du GIE (c'est-à-dire au cours de l'exercice N+1). 
231

Toutefois, l'entité  C se doit de constater cette perte à la clôture de son exercice N par la 
création d'une charge pour dépréciation :   
 
 
 
 
 
 
 
 
659 
 
Charges pour dépréciations 
2 000 000 
 
 
 
 
4963 
Dépréciations des comptes associés, opérations faites en 
 
2 000 000 
commun et GIE  
 
 
 
 
 
 
 
 
2. Comptabilisation chez le G.I.E. 
 
•  Dans la comptabilité du GIPCV  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
1301 
 
Résultat en instance d’affectation : Bénéfice 
1 000 000 
 
 
 
 
 
4631 
    Associés, Entité C opérations faites en commun et GIE  (1)                     
 
 
1 000 000 
 
 
 
 
 
 
 
 
(1) Dans la comptabilité du GIE, il est recommandé de créer des sous-comptes des  comptes 4631 et 4636  au 
nom de chacun des membres du GIE. 
•  Dans la comptabilité du GITRV 
 
 
 
 
 
 
 
 
4631 
 
Associés, Entité C,  opérations faites en commun et GIE  
2 000 000 
 
 
 
 
706 
             Services vendus  
 
2 000 000 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
APPLICATION 97  
Participation financière au GIE 
 
L'entité  D  décide  de  participer  à  la  création  d'un  GIE  le  01/04/N.  Ce  GIE  a  pour 
vocation la commercialisation à l'étranger de produits fabriqués par plusieurs entités 
 
 de productions établies sur une zone industrielle. L'entité  D, participante à hauteur de 
25%  des  parts,  verse,  outre  les  40  000  000  F  de  participation,  une  avance  pour  le 
 
démarrage de ses activités de 10 000 000 F.  
 
1. Comptabilisation chez l’entité D 
 
 
 
 
 
 
 
01/04/N 
266 
 
Parts dans des GIE 
40 000 000 
 
277 
 
Avances à des GIE  
10 000 000 
 
 
 
 
 
 
 
521 
                             Banques  
 
50 000 000 
(Apports en capital et avances stables) 
 
 
 
 
 
 
 
 
232

2. Comptabilisation chez le G.I.E. 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
01/04/N 
521 
 
Banques 
50 000 000 
 
 
 
 
 
101 
             Capital social  
 
40 000 000 
 
168 
             Autres emprunts et dettes 
 
10 000 000 
 
 
 
 
 
 (Apports en capital et avances stables) 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
233

 
 
Chapitre 27 
Personnel intérimaire 
 
 
 
 
 
APPLICATION 98 
Personnel intérimaire 
Une entité filiale d’un groupe a engagé durant l'exercice N les charges suivantes, entre 
 
autres :  
 
• location de personnel pour une durée de 6 mois auprès                    6 000 000                                    
d’une société de travail temporaire.  
 
 
 
• facturation par la société mère du groupe du personnel détaché       8 400 000 
 
• facturation des prestations du gardien                                                 720 000 
 
 
1. Principe 
Le personnel intérimaire, détaché ou prêté  est le personnel salarié d'une entité qui le met à la 
disposition  d’une  autre  entité  utilisatrice  des  services  pour  une  durée  déterminée.  L’entité 
prestataire du service (employeur du personnel extérieur) peut être : 
•  une entité de travail temporaire ; 
•  une  autre  entité  industrielle  ou  commerciale,  appartenant  généralement  au  même 
groupe. 
 
En  vertu  du  principe  de  la  prééminence  de  la  réalité  sur  l’apparence  juridique : 
 
•  en  cours  d'exercice,  l'entité  utilisatrice  enregistre  les  factures  reçues  de  l’entité  de 
travail  temporaire  (ou  des  autres  entités  employeurs)  au  débit  du  compte  637 
Rémunérations de personnel extérieur à l’entité; 
•  à la clôture de l'exercice, le compte 637 est viré, pour solde, au débit du compte 667 
Rémunération transférée de personnel extérieur. 
Les rémunérations des autres prestataires de services non-salariés d'une autre entité, ou non 
mis  à  disposition  par  une  autre  entité  doivent  être  enregistrées  au   compte  6327 
Rémunérations  des  autres  prestataires  de  services  ou  au  compte  6324  Honoraires  des 
professions réglementées. 
 
 
 
234

2. Comptabilisation des opérations 
•  Au cours de l’exercice 
 
 
 
 
 
 
 
 
6371 
 
Rémunérations de personnel intérimaire                  
6 000 000 
 
 
 
 
 
 
4011 
                Fournisseurs 
 
6 000 000 
  (Facturation de la société de travail temporaire) 
 
 
 
 
 
 
 
6372 
 
Rémunérations de personnel détaché                
8 400 000 
 
 
 
 
 
 
4012 
                Fournisseurs Groupe          
 
8 400 000 
(Facturation de la société mère pour personnel détaché
 
 
 
 
 
 
 
6327 
 
Rémunérations des autres prestataires de services 
720 000 
 
 
 
                  
 
 
 
4011 
                       Fournisseurs 
 
720 000 
(Facturation du gardien) 
 
 
 
 
 
 
 
 
•  A la clôture de l’exercice N 
Montant transféré en charges de personnel à la clôture de l’exercice : 6 000 000 + 8 400 000      
= 14 400 000. 
 
 
 
 
 
 
 
31/12/N 
6671 
 
Rémunération transférée de personnel intérimaire      
6 000 000 
 
6672 
 
Rémunération transférée de personnel détaché                      
8 400 000 
 
 
 
 
 
 
 
6371 
           Rémunérations de personnel intérimaire   
 
6 000 000 
 
6372 
           Rémunérations de personnel détaché 
 
8 400 000 
 
 
 
 
 
 
 
 
•  Impact du retraitement sur le compte de résultat de l’exercice 
 
-  sur la valeur ajoutée : les services extérieurs diminuent de 14 400 000 tandis que la 
valeur ajoutée augmente d’autant. 
-  sur  l’excédent  brut  d’exploitation :  l’EBE reste  inchangé,  car  les  charges  de 
personnel  sont-elles  mêmes  augmentées  de  14 400  000.  Par  conséquent,  la  C.A.F.G 
restera également le même. 
 
 
 
 
235

 
Chapitre 28 
Réévaluation des bilans 
 
 
 
APPLICATION 99 
Réévaluati  
on légale 
Une entité procède au 31 décembre N à   une réévaluation légale de ses immobilisations 
corporelles et financières. Parmi celles-ci figure un ensemble immobilier acquis le 1er 
 
janvier N-4, dont les caractéristiques sont les suivantes :  
 
• coût d'acquisition du terrain : 100 000 000 F ; 
 
• coût  d'acquisition  du  bâtiment  industriel  :  300  000  000  F,  (durée  d'utilité           
30 ans) ; 
 
• coût d'acquisition des titres de pa rticipation (contrôle exclusif) : 25 000 000  F ; 
La  valeur  actuelle  de  l'ensemble  immobilier  au  31  décembre  N  est  estimée  à                 
 
525 000 000 F, dont 150 000 000 F pour le terrain et 375 000 000 pour le bâtiment. 
 
La valeur actuelle des titres de participation s'élève à 28 000 000 F. 
Indice de réévaluation : 1, 2. 
 
 
1. Calcul des écarts de réévaluation 
L'impact de la réévaluation peut être récapitulé dans le tableau suivant :  
Ecart de 
Valeur 
Postes  
VNC avant réévaluation (I) 
réévaluation            
réévaluée (II) 
(II – I) 
Terrain  
100 000 000 
120 000 000 (1) 
20 000 000 
Valeur d’origine                                              : 300 000 000    360 000 000 (a) 
60 000 000 
Bâtiment 
∑ amortissements : 300 000 000 x 1/30 x 5 = 50 000 000 
10 000 000 
industriel  
60 000 000(b) 
VNC               : 300 000 000 – 50 000 000 = 250 000 000 
  300 000 000 (2) 
50 000 000 
Titres de 
25 000 000 
   28 000 000 (3) 
  3 000 000 
participation 
Total  
375 000 000 
448 000 000 
73 000 000 
 
(1)  Valeur  indiciaire  =  100 000 000  x  1,2  =  120 000 000  inférieure  à  la  valeur  actuelle  de 
150 000 000. On retient donc la plus faible des deux valeurs qui est ici la valeur indiciaire de 
120 000 000. 
(2)  Valeur  indiciaire  =  250 000 000  x  1,2  =  300 000 000  inférieure  à  la  valeur  actuelle  de 
375 000 000. On retient donc la plus faible des deux valeurs qui est ici la valeur indiciaire de 
300 000 000.  En  conséquence,  la  valeur  d’origine  et  la  somme  des  amortissements  du 
bâtiment seront réévaluées à la valeur indiciaire. 
(a) Valeur d’origine réévaluée du bâtiment : 300 000 000 x 1,2 = 360 000 000. 
236

(b) Somme des amortissements réévaluées du bâtiment : 50 000 000 x 1,2 = 60 000 000. 
(3)  Valeur  indiciaire  =  25  000 000  x  1,2  =  30  000 000  supérieure  à  la  valeur  actuelle  de 
28 000 000.  On  retient  donc  la  plus  faible  des  deux  valeurs  qui  est  ici  la  valeur  actuelle  de 
28 000 000. Ce qui correspond à un indice de réévaluation de 28 000 000/25 000 000 = 1,12. 
2. Comptabilisation des écarts de réévaluation 
•  A la clôture de l'exercice N : 
 
 
 
 
 
 
31/12/N 
223 
 
Terrains bâtis 
    20 000 000 
 
261 
 
Titres de participation dans des sociétés sous contrôle 
    3 000 000 
 
exclusif 
 
1061 
      Ecarts de réévaluation légale  
 
23 000 000 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
31/12/N 
2311 
 
Bâtiments industriels 
     60 000 000 
 
 
 
 
     
 
28311       Amortissement de bâtiments industriels 
10 000 000 
 
1061 
      Ecarts de réévaluation légale 
 
50 000 000 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
•  A la clôture de l'exercice N+1 : 
 
Il faut procéder à l'amortissement du bâtiment industriel sur une base réévaluée :  
•  Valeur nette comptable réévaluée: 300 000 000  
•  Durée d'utilité résiduelle: 30 - 5 = 25 ans 
•  Dotation aux amortissements: 300 000 000 x 1/25 = 12 000 000 
 
 
 
 
 
 
31/12/N+1 
6813 
 
Dotations aux amortissements des immobilisations corporelles 
12 000 000 
 
 
 
 
 
2831 
                Amortissements des bâtiments industriels 
 
12 000 000 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Remarque :  Toutefois,  lorsque  la  législation  fiscale  impose  dans  un  Etat  partie  de 
l’OHADA,  la  neutralité  fiscale  de  l’opération,  le  compte  154  Provision  spéciale  de 
réévaluation doit être crédité au  lieu du compte 1061. Ecarts de réévaluation légale 
du même montant. 
 Dans  le  cas  où  l’écart  de  réévaluation  a  été  comptabilisé  au  crédit  du  compte  154 
Provision  spéciale  de  réévaluation,  l’entité  doit  procéder,  à  la  clôture  de  chaque 
exercice,  à  la  reprise  de  provision  spéciale  de  réévaluation  à  concurrence  du 
supplément de la dotation aux amortissements dégagé annuellement, sur les éléments 
d’actif réévalués par le bais du compte 861 Reprises de provisions réglementées.  
237

 
 
 
 
 
 
31/12/N 
2311 
 
Bâtiments industriels 
     60 000 000 
 
 
 
 
     
 
28311       Amortissement de bâtiments industriels 
10 000 000 
 
154 
      Provision spéciale de réévaluation  
 
50 000 000 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
•  A la clôture de l'exercice N+1 : 
Supplément de la dotation aux amortissements : 
-  Dotations aux amortissements réévaluées          : 300 000 000 x 1/25 = 12 000 000. 
-  Dotations aux amortissements non réévaluées   : 300 000 000 x 1/30 = 10 000 000. 
                     Supplément de dotations aux amortissements                 =   2 000 000. 
 
 
 
 
 
 
31/12/N+1 
6813 
 
Dotations aux amortissements des immobilisations corporelles 
12 000 000 
 
 
 
 
 
2831 
                Amortissements des bâtiments industriels 
 
12 000 000 
 
 
 
 
 
 
 
154 
 
Provision spéciale de réévaluation  
 2 000 000 
 
 
 
 
861 
               Reprises de provisions réglementées 
 
 2 000 000 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
On constate effectivement que l’impact de ces deux écritures sur le résultat de l’exercice N+1 
est de 10 000 000 (12 000 000 – 2 000 000). 
 
 
       
A   
P   
P    
LI    
C   
A   
T   
I    
O   
N   
      
100   
        Réévaluation libre 
  Une entité a procédé à la réévaluation libre de l’ensemble de ses immobilisations à la 
  clôture de l’exercice N. Parmi ses immobilisations figure un bâtiment acquis le 2 janvier 
N-5 pour un montant de 150 000 000 F est amorti linéairement sur 30 ans. La valeur 
  actuelle à la clôture de l’exercice N est de 135 000 000 F. 
 
 Méthode 1: Réévaluation par ajustement des amortissements proportionnellement à la 
 
modification de la valeur brute comptable. 
 
Méthode  2 :  Réévaluation  par  élimination  du  cumul  des  amortissements  et 
 
enregistrement de la valeur réévaluée. 
 
 
 
238

1. Calcul de l’écart de réévaluation 
A  la  date  de  clôture  au  31/12/N,  le  montant  des  amortissements  cumulés  s'élève  à                 
30 000 000F (150 000 000 x 6/30 = 30 000 000). La valeur nette comptable du bâtiment est 
donc de 120 000 000 F  (150 000 000 – 30 000 000). 
La  valeur  actuelle  à  cette  date  est  de  135 000  000  F,  soit  une  hausse  de  valeur  nette  de 
15 000 000 F (135 000 000 – 120 000 000) représentant l’écart de réévaluation.  
Cette  hausse  correspond  à  une  valeur  brute  réévaluée  de  168 750 000  F  [135 000 000  x 
(30/24)] diminuée des amortissements réévalués pour 33 750 000 F [168 750 000 x (6/30)]. 
 
2. Méthode 1 : Réévaluation par ajustement des amortissements proportionnellement à la 
modification de la valeur brute comptable 
 
 
 
31/12/N 
 
 
 
23 
 
Bâtiments (168 750 000 – 150 000 000) 
18 750 000 
 
 
  
 
283 
             Amortissement des bâtiments (33 750 000 – 30 000 000) 
  3 750 000 
1062 
             Ecarts de réévaluation libre  
15 000 000 
 
(Réévaluation par ajustement des amortissements
 
 
 
 
 
 
 
 
3. Méthode 2 : Réévaluation par élimination du cumul des amortissements et enregistrement 
de la valeur réévaluée 
Lorsque  l’entité  opte  pour  la  méthode  2,  les  écritures  à  constater  sont  scindées  en  deux 
étapes : 
-  Annulation des amortissements comptabilisés antérieurement ; 
-  comptabilisation de l’écart de réévaluation. 
Etape 1 : Annulation des amortissements comptabilisés antérieurement 
 
 
 
 
 
 
 
283 
 
Amortissement des bâtiments 
30 000 000 
 
 
 
 
23 
              Bâtiments 
30 000 000 
 
 
 
 
(Annulation des amortissements et écarts de réévaluation) 
 
 
 
 
 
 
 
 
Cette  première  écriture  a  pour  conséquence  d’annuler  le  cumul  des  amortissements 
antérieurs. 
 
 
239

Etape 2 : Comptabilisation de l’écart de réévaluation 
 
 
 
 
 
 
 
23 
 
Bâtiments 
15 000 000 
 
 
  
 
1062 
                  Ecarts de réévaluation libre  
  15 000 000 
 
(Ecarts de réévaluation
 
 
 
 
 
 
 
 
Cette  deuxième  écriture  a  pour  conséquence  de  ramener  la  valeur  d’origine  du  bâtiment  à 
hauteur de la valeur réévaluée car elle a été précédemment minorée à l’étape 1 de 30 000 000 
(représentant le cumul des amortissements antérieurs). 
 
VErification :  
Solde du compte 23. Bâtiments (150 000 000 – 30 000 000 + 15 000 000) = 135 000 000 F. 
Solde du compte 283. Amortissement des bâtiments (30 000 000 – 30 000 000) = 0. 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
240

 
 
Chapitre 29 
Inventaire permanent en comptabilité financière 
 
 
 
 
                       
APPLICATION   
101 
Inventaire permanent en comptabilité financière 
Une entité possède  au 1er janvier N un stock de marchandises M, s'élevant à 3 820 
kilos à 800 F  le kilo. 
 
Au cours du mois de janvier, les mouvements suivants ont eu lieu :  
 
05/01/N : vente de 80 kg de M pour 93 000 F au comptant; escompte de 2% 
07/01/N : achat de 820 kg de M à crédit : 513 300 F; frais de port : 31 500 F 
 
08/01/N : vente de M au comptant : 1 491 kg d'une part et 2 550 kg d'autre part, pour 
un montant global de 5 000 000 F, escompte accordé de 3% 
 
16/01/N : achat de marchandises M au comptant : 120 kg pour 120 240 F, moins une 
 
remise de 4% et escompte de règlement de 1% 
20/01/N : vente de 150 kg de M pour 165 000 F moins remise de 5% 
 
25/01/N : facture  d'achat d'un fournisseur 
 
140 kg de marchandise M brut                      120 000 
Remise 5%                                                      -  6 000 
 
Net commercial                                              114 000 
 
Escompte 2%                                                   - 2 280 
Total                                                               111 720 
 
Consignation d'emballages                              28 000 
Net à payer                                                    139 720 
 
30/01/N : règlement par  le client de la vente du 20 janvier. 
 
L'entité pratique l'inventaire permanent et les stocks sont valorisés selon la méthode du 
 
coût moyen unitaire pondéré (CMUP), recalculé après chaque entrée de marchandises. 
Toutes les opérations d'achats-ventes ont été réalisées dans la région. 
 
 
 
241

 
 
 
 
 
 
 
05/01/N 
4111 
 
Clients (93 000 – 1860) 
91 140 
 
673 
 
Escomptes accordés (93 000 x 2%) 
  1 860 
 
 
 
 
 
 
 
7011 
                           Ventes de marchandises dans la région 
 
93 000 
(Facture n° ..) 
 
 
 
 
 
 
 
571 
 
Caisse siège social 
91 140 
 
 
 
 
 
4111 
                             Clients  
 
91 140 
(Règlement de facture n° .) 
 
 
 
 
 
 
 
6031 
 
Variations des stocks  de marchandises 
64 000 
 
 
 
 
 
311 
      Stocks de marchandises 
 
64 000 
(Sortie 80 kg x 800 F) 
 
 
 
 
 
 
 
  
 
 
 
 
 
 
 
07/01/N 
6011 
 
Achats de marchandises dans la région 
513 300 
 
6015 
 
Frais sur achats - Transports (1) 
   31 500 
 
 
 
 
 
 
 
4011 
                           Fournisseurs 
 
544 800 
(Facture n° ..) 
 
 
 
 
 
 
 
311 
 
Stocks de marchandises 
544 800 
 
 
 
 
 
6031 
                             Variations des stocks de marchandises 
 
544 800 
(Entrée 820 kg x 664,39 F) 
 
 
 
 
 
 
 
 
(1) L'entité peut créer des sous comptes du compte 6015 Frais sur achats ou intégrer les frais 
sur achats au compte 6011 achats de marchandises. 
 
 
 
 
 
 
 
08/01/N 
4111 
 
Clients (5 000 000 – 150 000) 
4 850 000 
 
673 
 
Escomptes accordés (5 000 000 x 3%) 
   150 000 
 
 
 
 
 
 
 
7011 
                           Ventes de marchandises dans la région 
 
5 000 000 
(Facture n° ..et n° ..) 
 
 
 
 
 
 
 
521 
 
Banques 
4 850 000 
 
 
 
 
 
4111 
                             Clients  
 
4 850 000 
(Règlement de facture n° .) 
 
 
 
 
 
 
 
6031 
 
Variations des stocks  de marchandises 
3 134 257 
 
 
 
 
 
311 
      Stocks de marchandises 
 
3 134 257 
(Sortie 4 041 kg x 775,614(1)) F 
 
 
 
 
 
 
 
 
(1) : j elo eee  pee m jpne Bok [email protected] pee =    j ljo pee = 775,614 
(j [email protected])
k loe
242

 
 
 
 
 
 
 
16/01/N 
6011 
 
Achats de marchandises dans la région (1) 
115 430 
 
 
 
 
    
 
4011 
        Fournisseurs  
115 430 
 
 
 (Facture n° ..) 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
4011 
 
Fournisseurs  
115 430 
 
 
 
 
571 
                   Caisse siège social  
 
114 276 
773 
                   Escomptes obtenus     
    1 154 
(Règlement facture n° ..) 
 
 
 
 
 
 
 
311 
 
Stocks de marchandises 
115 430 
 
 
 
 
 
6031 
                             Variations des stocks de marchandises 
 
115 430 
(Entrée 120 kg x 961,92 F) 
 
 
 
 
 
 
 
 
(1)   Achat de marchandises : 120 240 
                           Remise 4% :     4 810 
                  Net commercial :   115 430 
                     Escompte 1% :       1 154 
                                  Total :   114 276 
 
 
 
 
 
 
 
20/01/N 
4111 
 
Clients  
156 750 
 
 
 
 
 
 
7011 
                           Ventes de marchandises dans la région 
 
156 750 
(Facture n° ..) 
 
 
 
 
 
 
 
6031 
 
Variations des stocks  de marchandises 
121 590 
 
 
 
 
 
311 
      Stocks de marchandises 
 
121 590 
(Sortie 150 kg x 810,599 F (2)) 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
(2) : j ljo peeBc clo kkcBc vww pco @ ccl jke =    lcw vwj = 810,599 
(k loeBc kvcBn [email protected])
ojv
 
 
 
 
 
 
 
25/01/N 
6011 
 
Achats de marchandises dans la région 
114 000 
 
4094 
 
Fournisseurs créances pour emballages à rendre 
  28 000 
 
 
 
 
 
 
 
773 
                           Escomptes obtenus  
 
    2 280 
4011 
                           Fournisseurs 
139 720 
(Facture n° ..) 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
243

 
 
 
25/01/N 
 
 
 
311 
 
Stocks de marchandises  
114 000 
 
 
 
 
6031 
                             Variations des stocks  de marchandises 
 
114 000 
(Entrée 140 kg x 814,286 F) 
 
 
 
 
 
 
 
521 
 
Banques  
156 750 
 
 
 
 
4111 
                              Clients  
 
156 750 
(Règlement facture n° ) 
 
 
 
 
 
 
 
 
•  Comptes à la fin de janvier N 
31 Stocks de marchandises M 
Dates  
Calcul  
Montant  
Dates  
Calcul  
Montant  
01/01  3 820 x 800                     
3 056 000 
05/01 
80 x CMUP 1                      64 000 
 
CMUP 1 = 800 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
07/01  820 x 664,39                       
544 800 
08/01 
1 491 x CMUP 2 
1 156 441 
 
CMUP 2 = 775,614 (1) 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
16/01  120 x 961,92                       
115 430 
08/01 
2 550 x CMUP 2           
1 977 816 
 
CMUP 3 = 810,599 (2) 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
25/01  140 x 814,286                     
114 000 
20/01 
150 x CMUP 3 
121 590 
 
CMUP 4 =  811,42 (3) 
 
 
 
 
 
 
 
 
SD 629 x 811,42 
510 383 
 
 
 
 
 
   
 
Total  
3 830 230 
 
Total  
3 830 230 
 
(1) : j elo eeeBok [email protected] pee =    j ljo pee = 775,614 
(j [email protected])
k loe
(2) : j ljo peeBc clo kkcBc vww pco @ ccl jke =    lcw vwj = 810,599 
(k loeBc kvcBn [email protected])
ojv
(3) : lcw vwjBcnc [email protected] eee =   lce jpj = 811,42 
([email protected])
onv
 
6031 Variations des stocks de marchandises 
Dates  
Montant  
Dates  
Montant  
05/01 
     64 000 
07/01 
       544 800 
08/01 
3 134 257 
16/01 
        115 430 
20/01 
  121 590 
25/01 
        114 000              
SD 2 545 617 
Total  
3 319 847 
Total  
     3 319 847 
 
 
244

                                                  6011 Achats de marchandises 
Dates  
Montant  
Dates  
Montant  
 
 
07/01 
513 300          
 
 
16/01 
115 430 
 
 
25/01 
114 000 
 
SD 742 730 
Total  
742 730 
 
742 730 
 
 
7011 Ventes de marchandises 
Dates  
Montant  
Dates  
Montant  
 
 
05/01 
93 000 
 
 
08/01 
5 000 000 
 
 
20/01 
156 750  
 
SC 5 249 750  
Total  
5 249 750  
Total  
5 249 750 
 
A la clôture de la période, il y a lieu de mettre en conformité le stock théorique (629 kg) avec 
le stock réel qui doit être inventorié. 
Supposons que l'inventaire donne 625 kg 
 
 
 
 
 
 
 
31/01/N 
6031 
 
Variation de stocks marchandises 
3 246 
 
 
 
 
 
311 
                              Stocks de marchandises 
 
3 246 
(Ecart sur stock à l'inventaire : 4 X 811,42 = 3 246 F) 
 
 
 
 
 
 
 
 
  
 
 
 
 
 
 
 
 
245

 
 
Chapitre 30 
Engagements financiers et passifs Eventuels 
 
 
 
 
APPLICATION 102 
Engagements financiers et passifs éventuels 
 
Une  entité  B,  filiale  de  la  société  mère  A,  obtient  le  15/04/N,  un  prêt  bancaire  de 
100 000 000 F grâce à la caution de l’entité mère A. Le prêt est remboursé en bloc le 
 
15/07/N+2. 
 
1. Comptabilisation chez la société mère A : 
Un engagement de 1a garantie donné à la banque implique soit uniquement une information 
dans les Notes annexes en tant qu’engagement financier donné, soit une information dans les 
Notes  annexes  et  une  comptabilisation  dans  les  comptes  annuels.  L’engagement  financier 
donné  sera  comptabilisé  dans  les  sous  comptes    du  compte  906  engagements  de  garantie 
accordés. 
 
 
 
 
 
 
 
15/04/N 
9162 
 
Contrepartie  des engagements accordés - cautions  
100 000 000 
 
 
 
 
9062 
                             Cautions, garanties accordés 
 
100 000 000 
(Caution donnée à notre filiale B) 
 
 
 
15/07/N+2   
 
 
9062 
 
Cautions, garanties accordées 
100 000 000 
 
 
 
 
9162 
                     Contrepartie des engagements donnés - cautions  
 
100 000 000 
(Annulation de la caution donnée à notre filiale B) 
 
 
 
 
 
 
 
 
2. Comptabilisation chez la filiale B : 
Un  engagement  de  garantie  reçu  de  l'entité  mère  implique  soit  uniquement  une  information 
dans les notes  annexes en tant qu’engagement financier reçu, soit une information dans les 
notes annexes et une comptabilisation dans les comptes annuels. L’engagement financier reçu 
sera comptabilisé dans les sous comptes  du compte 902 engagements de garantie obtenus. 
 
246

 
 
 
 
 
 
 
15/04/N 
 
9022 
 
Cautions, garanties obtenues 
100 000 000 
 
 
 
 
9122 
                    Contrepartie des engagements obtenus - Cautions 
 
100 000 000 
(Caution reçue de la mère A) 
 
 
 
15/07/N+2   
 
 
9122 
 
Contrepartie des engagements obtenus – Cautions 
100 000 000 
 
 
 
 
9022 
                             Cautions, garanties obtenues 
 
100 000 000 
(Annulation de la caution reçue de la mère A) 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
247

   
Chapitre 31 
Événements postérieurs à la clôture de l’exercice 
 
 
 
APPLICATION 103 
Evènements postérieurs à la clôture de l’exercice 
Opération 1 : 
  Une entité évalue au 31 décembre N ses stocks marchandises en utilisant la méthode 
FIFO à 200 000 000 dans une situation de récession et d’autres tendances négatives du 
  marché. Ces stocks dépréciés n’ont pas pu être vendus au mois de janvier N+1. L’entité 
vend  enfin  le  05  février  N+1  ses  stocks  de  marchandises  pour  140 000 000.  La  date 
  d’arrêté  des comptes est le 15 Mars N+1. 
  Opération 2 : 
Une  entité  clôt  son  exercice    le  31/12/N.  Un  incendie  survient    fin  janvier  N  +  1  et 
  détruit un atelier représentant 20 % de la capacité de production. Les dommages sont 
estimés à 150 000 000 F mais ne remettent pas en cause la continuité d'exploitation. 
  Opération 3 : 
Une  entité  clôt  son  exercice  le  31/12/N.  En  février  N  +  1  débute    un  litige  peu 
  important résultant d'événements survenus après la date de clôture. La date d’arrêté  
des comptes de cette entité est le 20 Avril N+1. 
  Opération 4 : 
Un litige au tribunal de travail est provisionné au passif du bilan au 31/12/N pour un 
  montant de 50 000 000 F. Le conseil d’administration de l’entité a arrêté  les comptes  
le 15/04/N+1. Une décision du tribunal intervient le 30/05/N+1 condamnant la société 
  à verser 75 000 000 F. 
Opération 5 : 
  Une entité détenant un portefeuille de titres à la clôture de l’exercice constate une chute 
des cours de bourse début N+1. 
   
1. Opération 1 : 
La perte probable de 60  000 000 F (200 000 000 – 140 000 000) doit être comptabilisée dans 
les comptes de l’exercice N au 31 décembre parce qu’elle intervient avant la date d’arrêté des 
comptes. Ainsi, il convient de constater une dépréciation des stocks dans les comptes annuels 
de l’exercice N pour un montant (supplémentaire) de 60 000 000 F. 
248

2. Opération 2 : 
L'incendie  n'a  aucun  lien  avec  la  situation  à  la  date  de  clôture  (évènement  indiquant  une 
situation  postérieure  à  la  clôture  de  l’exercice)  et  ne  remet  pas  en  cause  la  continuité 
d'exploitation  :  il  ne  donne  pas  lieu  à  un  ajustement  des  comptes  annuels  de  l’exercice  N. 
Cependant, l'événement étant significatif, une information les notes annexes est nécessaire. 
3. Opération 3 : 
Le  litige  n'a  aucun  lien  avec  la  situation  à  la  date  de  clôture  et  n'est  pas  d'une  importance 
significative.  Il  ne  donne  donc  pas  lieu  à  un  ajustement  dans  les  comptes  annuels,  ni  à  une 
information  dans  les  notes  annexes  de  l’exercice  N.  Mais  une  information  doit  être  fournie 
dans le rapport de gestion de l’exercice N. 
4. Opération 4 : 
Cette décision du tribunal en date du 30/05/N+1 ne constitue pas un événement postérieur à la 
période de l’exercice dès lors qu’elle intervient postérieurement à la date d’arrêté des comptes 
le 15/04/N+1. En conséquence, les états financiers N ne doivent pas être ajustés. 
5. Opération 5 : 
Une  chute  brutale  début  N+1  des  cours  de  bourse  en  pleine  période  d’arrêté  des  comptes 
annuels de l’exercice N n’affecte pas l’évaluation des actifs. En effet, l’événement est relatif à 
l’année N+1 et ne remet pas en cause la valeur actuelle du cours des titres au 31 décembre. 
Toutefois,  dès  lors  que  les  incidences  sur  l’activité,  de  la  chute  des  cours  sont  jugées 
significatives, l’entité doit les expliquer et si possible les quantifier dans les notes annexes de 
l’exercice N. 
 
 
 
 
 
249

 
 
Chapitre 32 
Operations faites pour le compte de tiers         
 
 
 
 
                       
APPLICATION   104  Opération en qualité de commissionnaire 
L'entité  X  demande  à  l'entité  Y  d'acheter  pour  son  compte  sur  un  marché  local  200 
 
tonnes  de  coton  de  qualité  supérieure,  étant  entendu  que  Y  agit  en  qualité  de 
commissionnaire et sera rémunéré par une commission de 5%. 
 
Le  15/06,  Y  achète  à  CENTRAFRICTON  200  tonnes  au  prix  de  40  000  F  la  tonne. 
Elles sont livrées le 25/06 à X. 
 
 
1. Principe 
•  Comptabilisation chez l'intermédiaire 
Les opérations traitées pour le compte de tiers, au nom de l'entité, sont comptabilisées selon 
leur nature dans les charges et les produits de 1'entité. L'intermédiaire doit donc comptabiliser 
toutes les opérations qu'il réalise dans son compte de résultat. 
Sa commission n'apparait pas directement. En effet, sa rémunération est, en réalité, constituée 
par la marge qu'il réalise sur les transactions dans lesquelles il s'entremet (ventes - achats). 
•  Comptabilisation chez le  commettant  
Le  commettant  doit  enregistrer  dans  son  compte  de  résultat,  les  opérations  réalisées  en  son 
nom seul, c'est-à-dire, en charges, les achats effectués avec l’intermédiaire et, en produits, les 
ventes réalisées avec les tiers. 
Les écritures à passer chez le commettant sont les suivantes : 
-  à la vente, le commettant enregistre dans ses comptes de ventes le montant de la vente 
nette  de  commission  qu'il  est  réputé  faire  à  l'intermédiaire.  Ce  montant  doit 
correspondre au montant figurant dans les achats chez l'intermédiaire. La commission 
est enregistrée au compte 6322 commissions et courtage sur vente
-  à l'achat, le commettant enregistre dans ses comptes d'achats le montant de l'achat (y 
compris le montant de la commission) qu'il est réputé faire à l'intermédiaire. 
 
250

2. Ecritures comptables chez Y :  
 
 
 
 
 
 
 
15/06/N 
601 
 
Achats de marchandises 
8 000 000 
 
 
 
                  
 
 
 
401 
                 Fournisseurs, dettes en compte X          
 
8 000 000 
 
 
 
 
 
 
 
411 
 
Clients X 
8 400 000 
 
 
 
                  
 
 
 
701 
          Ventes de marchandises      
 
8 400 000 
 
 
 
 
 
 
 
 
Le résultat de l'opération n'apparait dans la comptabilité de l'entité X que par la différence au 
sein  du  compte  « Résultat  net  de  l'exercice »  entre  les  ventes  :  8  400  000,  et  les  achats  :               
8 000 000. 
 
APPLICATION 105 
Opération en qualité de mandataire 
 
 
Reprenons  l'application  figurant  ci-dessus  dans  le  cadre  d'un  commissionnaire  en 
 
supposant maintenant que l'entité Y est mandataire de l'entité X. 
 
 
Le 22 juin, l'entité Y paie le transporteur Z pour effectuer la livraison dans les entrepôts 
 
de X. Montant : 180 000 F. 
 
 
1ere hypothèse : le transport est inclus dans le montant de la commission perçue par Y :  
 
2e hypothèse : X doit rembourser Y franc pour franc :  
 
1. Principe 
•  Comptabilisation chez le mandataire 
Les opérations traitées par l’entité en qualité de mandataire sont enregistrées dans le compte 
4731  Mandant,  opérations  faites  pour  le  compte  de  tiers,  et  seule  la  rémunération  du 
mandataire est comptabilisée dans le résultat. 
-  Opérations faites pour le compte du mandant  
Elles sont enregistrées dans le compte financier du mandant (compte 4731).  
Ce compte doit être une subdivisé, car le mandataire peut être amené à enregistrer à la fois des 
créances et des dettes vis-à-vis du mandant. 
251

Les opérations d'achat pour le compte du mandant sont débitées au compte 4731 Mandant, 
opérations faites pour le compte de tiers par le crédit du compte 4712 Créditeurs divers, 
ouvert au nom de chaque fournisseur. 
Les  opérations  de  vente  pour  le  compte  du  mandant  sont  débitées  par  le  compte  4711  
Débiteurs divers, ouvert au nom de chaque client, par le crédit du compte 4731 Mandant, 
opérations faites pour le compte de tiers. 
Les avances et frais engagés peuvent être enregistrés dans le compte 4731
-  Rémunération du mandataire  
Lorsque  l’activité  de  mandataire  constitue  l'activité  principale  (ou  une  des  activités 
habituelles) de l'entité, elle est portée au compte 706 " Services vendus "
En  revanche,  lorsque  les  opérations  de  mandataire  présentent  un  caractère  accessoire  ou 
occasionnel, elles sont enregistrées au compte 7072 Commissions et courtages ou elles sont 
ventilées en fonction de leur nature. 
2. Comptabilisation des opérations d’achats-ventes 
 
Chez Y, l'achat du lot de coton sera porté à un compte 47. 
 
 
 
 
 
 
 
15/06/N 
4731 
 
Mandant Xopérations faites pour le compte de tiers 
8 000 000 
 
 
 
                  
 
 
 
4712 
                 Créditeurs divers CENTRAFRICTON   
 
8 000 000 
(Acquisition pour le compte de X) 
 
 
 
25/06/N 
 
 
 
4712 
 
Créditeurs divers CENTRAFRICTON   
8 000 000 
 
 
 
                  
 
 
 
4731 
  Mandant X, opérations faites pour le compte de tiers     
 
8 000 000 
(Dénouement de l'opération avec X) 
 
 
 
 
 
 
 
411 
 
Clients X 
400 000 
 
 
 
                  
 
 
 
706 
          Services vendus   
 
400 000 
(Prestation vendue à X) 
 
 
 
 
 
 
 
 
2. Comptabilisation du transport 
En cas de débours divers pour X (transports, frais de douane), la totalité des montants serait 
portée au compte 4731, l'entité X devant soit payer directement les prestataires de service au 
dénouement de l'opération, soit rembourser le mandataire franc pour franc. 
252

1ere hypothèse 
Le transport est inclus dans le montant de la commission perçue par Y :  
 
 
 
 
 
 
 
22/06/N 
6015 
 
Frais sur achats  
180 000 
 
 
 
                  
 
 
 
521 
                 Banques locales       
 
180 000 
(Transporteur Z pour le compte de X) 
 
 
 
 
 
 
 
 
2e hypothèse 
X doit rembourser Y franc pour franc :  
 
 
 
 
 
 
 
22/06/N 
4731 
 
Mandant X, opérations faites pour le compte de tiers     
180 000 
 
 
 
                  
 
 
 
521 
                 Banques locales       
 
180 000 
(Transporteur Z pour le compte de X) 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
253

 
Chapitre 33 
Operations faites en commun  
 
 
                        
APPLICATION 106   Tenue d’une comptabilité autonome de la 
 
participation 
Deux entités A et B ont décidé la création d'une société en participation. Les droits et 
 
obligations  sont  fixés  dans  la  proportion  de  trois  quarts  pour  l’entité  A  et  d'un  quart 
pour l’entité B. 
 
L’entité A est désignée comme gérant de la SP. Elle tient une comptabilité autonome 
de la participation pour les comptes de gestion. 
 
Les opérations suivantes ont été constatées au cours du mois de janvier N :  
 
04/01 : virement par B d'une somme de 3 000 000 F pour financer des opérations de 
participation. 
 
07/01  :  acquisition  d'un  matériel  commercial  destiné  à  l'activité  en  participation  d'un 
montant de 16 000 000 F. Paiement en mars N. 
 
09/01 : achat de marchandises à crédit : 1 200 000 F pour le compte de la participation. 
11/01 : vente de marchandises au comptant pour 800 000 F. Règlement  par banque. 
 
13/01  :  frais  de  transport  sur  vente  payés  par  chèque,  pour  le  compte  de  la 
participation : 220 000 F. 
 
15/01 : facturation à la participation de divers frais avancés par l’entité A (téléphone     
74 000 F et affranchissements 38 000 F). 
 
20/01 : expédition à B du solde des marchandises (600 000 F). 
24/01 : vente par B des marchandises : 1 000 000 F. 
 
31/01 : B remet à A un chèque pour solde des opérations financières de la participation 
en janvier N.  
 
NB : Toutes écritures en milliers de Francs. 
 
 
 
 
 
 
 
 
254

1. Comptabilité de la participation chez  A (gérant) 
On suppose que seuls les comptes de gestion sont tenus de façon autonome. 
 
 
 
 
 
 
 
04/01/N 
188 
 
Comptes de liaison des sociétés en participation 
3  000 
 
 
 
 
 
4631 
                  Associé B, opérations faites en commun et GIE 
 
3  000 
 
(Virement de B pour le compte de la participation) 
 
 
 
 
 
 
 
 
07/01/N 
(Néant; l'opération ne met pas en cause des comptes de gestion ou des comptes concernant la 
participation

 
 
 
 
 
 
 
09/01/N 
601 
 
Achats de marchandises 
1 200 
 
 
 
 
 
188 
      Comptes de liaison des sociétés en participation 
 
1 200 
 
(Achats de marchandises pour le compte de la participation) 
 
 
 
11/01/N 
 
 
 
188 
 
Compte de liaison des sociétés en participation 
800 
 
 
 
 
 
701 
                  Ventes de marchandises 
 
800 
 
(Ventes de marchandises pour le compte de la participation) 
 
 
 
13/01/N 
 
 
 
612 
 
Transports sur ventes  
220 
 
 
 
 
 
188 
                  Comptes de liaison des sociétés en participation 
 
220 
 
(Transports sur ventes de marchandises pour le compte de la 
participation) 

 
 
 
15/01/N 
 
 
 
628 
 
Frais de télécommunications 
74 
 
616 
 
Transports de plis 
38 
 
 
 
 
 
 
 
188 
                  Comptes de liaison des sociétés 
 
112 
(Frais divers facturés à la participation par le gérant) 
 
 
 
 
 
 
 
 
20/01/N  
(Néant) 
 
 
 
 
 
 
255

 
 
 
 
 
 
 
24/01/N 
4631 
 
Associé B, opérations faites en commun et GIE 
1 000 
 
 
 
 
 
701 
                  Ventes de marchandises 
 
1 000 
(Ventes de marchandises effectuées par B) 
 
 
 
31/01/N 
 
 
 
188 
 
Comptes de liaison des sociétés en participation 
2 000 
 
 
 
 
 
4631 
                  Associé B, opérations faites en commun et GIE 
 
2 000 
(Chèque de B pour solde des opérations de la participation 
en janvier N) 

 
 
 
 
 
 
 
 
•  Compte de l'associé B dans la comptabilité de la participation (en milliers de 
Francs) 
   Débit              Compte de l’associé B                      Crédit     
             07/01       4 000                         04/01           3000 
             24/01       1 000 
                                                   Solde  au 31/01      2 000 
 Total                   5 000 

 Total                  5 000 
 
•  Résultat des opérations de janvier N (d'après les comptes de la SP tenus par le 
gérant 
09/01 
Achats  
1 200 
 
11/01 
Ventes 
 
800 
13/01 
Charges 
220 
 
15/01 
Charges  
112 
 
24/01 
Ventes  
 
1 000 
 
 
1 532 
1 800 
Résultat  
 
268 
 
 
Part de A dans le résultat :                                              Part  de B dans le résultat :  
268 x 3/4 = 201                                                                          268 x 1/4 = 67 
 
•  Ecritures pour solde des comptes de gestion 
(en supposant une clôture des opérations de gestion au 31/01/N) 
 
 
 
 
 
 
 
31/01/N 
701 
 
Ventes  
1 800 
 
 
 
 
 
601 
                  Achats de marchandises 
 
1 200 
612 
                  Frais de transport sur ventes  
   220 
616 
                 Transports de plis  
    38 
628 
                  Frais de télécommunications 
    74 
188 
                  Comptes de liaison des sociétés en participation 
  268 
 
 
 
 
 
 
 
 
256

2. Comptabilité propre au gérant A 
 
 
 
 
 
 
 
04/01/N 
521 
 
Banques  
3 000 
 
 
 
 
188 
                  Compte de liaison des société en participation 
 
3 000 
Virement  de B pour le compte de la participation  
 
 
 
07/01/N 
 
 
 
2413 
 
Matériel commercial 
16 000 
 
 
 
 
4812 
         Fournisseurs d'investissements – Immobilisations corp. 
 
16 000 
(Acquisition d'un matériel pour le compte de la participation)  
 
 
 
 
 
 
 
4631 
 
Associé B, opérations faites en commun et GIE 
4 000 
 
 
 
 
182 
                     Dettes liées à des sociétés en participation 
 
4 000 
(Part de b dans l'immobilisation acquise)  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
09/01/N 
188 
 
Comptes de liaison des sociétés en participation 
1 200 
 
 
 
 
401 
                              Fournisseurs, dettes en compte 
 
1 200 
 
(Acquisition de marchandises pour le compte de la 
participation)  

 
 
 
11/01/N 
 
 
 
521 
 
Banques 
800 
 
 
 
 
188 
              Comptes de liaison des sociétés en participation 
 
800 
 
(Vente de marchandises pour le compte de la participation)  
 
 
 
13/01/N 
 
 
 
188 
 
Comptes de liaison des sociétés en participation 
220 
 
 
 
 
 
521 
                                    Banques 
 
220 
 
(Transport sur vente de marchandises pour le compte de la 
participation)  

 
 
 
15/01/N 
 
 
 
188 
 
Comptes de liaison des sociétés en participation 
112 
 
 
 
 
 
781 
                                          Transferts de charges d'exploitation 
 
112 
 
(Facturation de frais à la participation)  
 
 
 
 
 
 
 
 
20/01/N  
(Néant) 
24/01/N 
(Néant) 
 
257

 
 
 
 
 
 
 
31/01/N 
521 
 
Banques 
2 000 
 
 
 
 
 
188 
                Comptes de liaison des sociétés en participation 
 
2 000 
  
(Chèque de B pour solde des opérations de la participation)  
 
 
 
 
 
 
 
188 
 
Comptes de liaison des sociétés en participation  
268 
 
 
 
 
 
752 
           Quote-part de résultat sur opérations faites en commun 
 
201 
 
           
 
4631 
           Associé B, opération faites en commun et GIE 
67 
 
(Réparation du résultat de janvier N entre les participants de la S.P)  
 
 
 
 
 
 
 
 
3. Comptabilité chez B (non-gérant) en milliers de  F  
 
 
 
 
 
 
 
04/01/N 
4631 
 
Associé A, opérations faites en commun et GIE 
3 000 
 
 
 
 
 
521 
                                          Banques  
 
3 000 
 
(versement par virement bancaire en faveur de la participation)  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
07/01/N 
2773 
 
Créances rattachées à des sociétés en participation 
4 000 
 
 
 
 
 
4631 
                             Associé A, opérations faites en commun et GIE 
 
4 000 
 
(Acquisition d'une immobilisation par le gérant de la S.P. part de B)  
 
 
 
 
 
 
 
 
20/01/N (Néant) 
 
 
 
 
 
 
 
24/01/N 
521 
 
Banques  
1 000 
 
 
 
 
 
4631 
                          Associé A, opérations faites en commun et GIE 
 
1 000 
 
(Vente pour le compte de la SP)  
 
 
 
31/01/N 
 
 
 
 
 
 
 
31/01/N 
 
 
 
4631 
 
Associé A, opérations faites en commun et GIE 
2 000 
 
 
 
 
521 
            Banques 
 
2 000 
 
(Solde des opérations de la participation en janvier N) 
 
 
 
 
 
 
 
4631 
 
Associé A, opérations faites en commun et GIE 
67 
 
 
 
 
752 
          Quote-part de résultat sur opérations faites en commun 
 
67 
 
(Part de résultat sur les opérations de janvier N en SP) 
 
 
 
 
 
 
 
 
258

 
APPLICATION 107   Tenue d’une comptabilité de la participation 
 
intégrée à la comptabilité du gérant 
Reprenons le cas de la S.P constituée entre les mains des entités A et B. 
 
A  est  gérant.  Les  droits  et  obligations  sont  toujours  fixés  dans  la  proportion  de  trois 
quarts pour l’entité A et d'un quart pour l’entité B. 
 
A tient la comptabilité de la S.P. à l'intérieur de sa propre comptabilité en utilisant des 
comptes, par exemple: 
 
06 Exploitation en S.P- charges 
 
07 Exploitation en S.P produits 
Reprenons  les  opérations  du  mois  de  janvier  N,  présentées  dans  l’application 
 
précédente. 
 
1. Comptabilité chez A (tenue en milliers de F) 

 
 
 
 
 
 
 
04/01/N 
521 
 
Banques  
3 000 
 
 
 
 
 
4631 
                       Associé B, opérations faites en commun et GIE 
 
3 000 
(Virement de B pour le compte de la participation)  
 
 
 
07/01/N 
 
 
 
2413 
 
Matériel commercial 
16 000 
 
 
 
 
 
4812 
           Fournisseurs d'investissements – Immobilisations corp. 
 
16 000 
 (Acquisition d'un matériel pour le compte de la 
participation)  

 
 
 
 
 
 
 
4631 
 
Associé B, opérations faites en commun et GIE 
4 000 
 
 
 
 
182 
           Dettes liées à des sociétés en participation 
 
4 000 
 
 (part de B dans l'immobilisation acquise)  
 
 
 
 
 
 
09/01/N 
 
 
 
188 
 
Comptes de liaison des sociétés en participation 
1 200 
 
 
 
 
 
401 
            Fournisseurs, dettes en compte 
 
1 200 
(Achats de marchandises pour le compte de la participation)  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
259

 
 
 
11/01/N 
 
 
 
521 
 
Banques 
800 
 
 
 
 
 
07 
                Exploitation en S.P- produits 
 
800 
(Ventes de marchandises pour le compte de la participation)  
 
 
 
13/01/N 
 
 
 
06 
 
Exploitation en S.P - charges 
220 
 
 
 
 
 
521 
                                      Banques 
 
220 
(Transports sur ventes de marchandises pour le compte de la 
participation)  

 
 
 
15/01/N 
 
 
 
06 
 
Exploitation en S.P - charges 
112 
 
 
 
 
 
781 
                                      Transferts de charges 
 
112 
(Facturation de frais à la participation)  
 
 
 
24/01/N 
 
 
 
4631 
 
Associé B, opérations faites en commun et GIE 
1 000 
 
 
 
 
 
07 
                                      Exploitation en S.P - produits 
 
1 000 
(Vente de marchandises effectuée par B)  
 
 
 
31/01/N 
 
 
 
521 
 
Banques 
2 000 
 
 
 
 
 
4631 
             Associé B, opérations faites en commun et GIE 
 
2 000 
(Chèque de B pour solde des opérations de la participation en 
janvier N)  

 
 
 
 
 
 
 
 
Résultat des opérations en participation 
Charges 
Produits 
1 200 
  800 
  220 
1 000 
  112 
1532 
1 800 
 
Résultat : 1 800 - 1 532 = 268 
Part de B dans le résultat 
          268 x 1/4 = 67 
 
Part de A dans le résultat 
 
 
268 x 3/4 = 201 
 
En supposant une clôture des opérations de gestion au 31/01/N : 
 
•  Dans la comptabilité unique de A 
 
 
 
 
 
 
 
31/01/N 
07  
 
Exploitation en S.P – produits 
1 800 
 
 
 
 
 
06 
           Exploitation en S.P – charges 
 
1532 
4631 
           Associé B, opérations faites en  commun et GIE 
    67 
752 
           Quote-part de résultat sur opérations faites en commun 
  201 
 (Répartition du résultat de janvier N entre les participations 
de la S.P)  

 
 
 
 
 
 
 
 
260

2. Comptabilité chez B (non-gérant, en milliers de F) 
 
 
 
 
 
 
 
04/01/N 
4631 
 
Associé A, opérations faites en commun et GIE 
3 000 
 
 
 
 
 
521 
                                      Banques 
 
3 000 
(Versement par virement bancaire en faveur de la 
participation)  

 
 
 
07/01/N 
 
 
 
2773 
 
Créances rattachées à des sociétés en participation 
4 000 
 
 
 
 
 
4631 
                    Associés A, opérations faites en commun et GIE 
 
4 000 
(Acquisition d'une immobilisation par le gérant de la S.P part 
de B)  

 
 
 
 
 
 
 
 
20/01/N  
(Néant) 
 
 
 
 
 
 
 
24/01/N 
521 
 
Banques 
1 000 
 
 
 
 
 
4631 
                     Associés A, opérations faites en commun et GIE 
 
1 000 
(Vente pour le compte de la S.P)  
 
 
 
31/01/N 
 
 
 
4631 
 
Associés A, opérations faites en commun et GIE 
2 000 
 
 
 
 
521 
                                      Banques 
 
2 000 
(Solde des opérations de la participation en janvier N)  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
31/01/N 
4631 
 
Associés A, opérations faites en commun et GIE 
67 
 
 
 
 
752 
          Quote-part de résultat sur opérations faites en commun 
 
67 
(Part de résultat sur les opérations de janvier N en S.P)  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
261

 
 
Chapitre 34 
Comptabilité autonome par établissement     
 
 
 
 
                       
APPLICATION   108   Fonctionnement du compte 185 
L’entité E possède une succursale S, située dans une province éloignée.  
 
Dans la comptabilité du siège E figurera un compte : 
• 1851 « Comptes permanents non bloqués succursale S » 
 
Dans la comptabilité de la succursale S figurera le compte : 
• 1852 « Comptes permanents non bloqués siège». 
 
Le 25/06/N, la succursale en rupture de fonds demande au siège de lui faire parvenir 
une somme de 5 000 000 F pour faire face à un certain nombre de règlements. 
 
1. Principe 
Chaque  succursale  peut  être  plus  ou  moins  autonome.  Lorsque  l'autonomie  accordée  est 
totale, un compte de liaison particulier sert de compte capital à l'établissement :  
184 "Comptes permanents bloqués des établissements et succursales" 
Ce compte est débité au siège du montant des fonds mis à la disposition de la succursale; il est 
crédité au niveau de la succursale du montant des fonds reçus. 
2. Au niveau du siège  
Au niveau de l’entité, il n’y a aucun mouvement puisque seule une somme en espèces va être 
déplacée physiquement d’un lieu à un autre. Le total des liquidités de l’entité reste inchangé. 
 
 
 
 
 
 
25/06/N 
1851 
 
Comptes permanents non bloqués succursale S  
5 000 000 
 
 
 
 
571 
                Caisse siège sociale 
 
5 000 000 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
3. Au niveau de la succursale  
Au  niveau  de  chacune  des  comptabilités,  siège  et  succursale,  ce  mouvement  devra  être 
constaté s’il y a autonomie des comptabilités. 
 
 
262

 
 
 
 
 
 
25/06/N 
572 
 
Caisse succursale  
5 000 000 
 
 
 
 
1852 
                    Comptes permanents non bloqués siège 
 
5 000 000 
 
 
 
 
 
 
 
 
Globalement, les opérations comptabilisées se neutralisent au niveau de l’entité. 
 
 
APPLICATION 109 
Fonctionnement du compte 184 
  Le 01/12/N, l’entité G décide d’ouvrir une succursale. A cet effet, elle acquiert un 
fonds de commerce (réglé à 50% à crédit et à 50% au comptant sur le compte Banque), 
  comprenant : 
• les éléments incorporels  
24 000 000 F 
 
• des constructions                   84 000 000 F (dont 12 000 000 de terrain) 
• du matériel de bureau  
20 000 000 F 
  Elle  vire  en  outre  7  000 000  F  au  compte  bancaire  de  la  succursale  ouvert  à 
ECOBANK. 
 
•  Opérations au journal de la succursale : 
 
 
 
 
 
 
 
01/10/N 
215 
 
Fonds commercial 
24 000 000 
 
 
 
 
 
 
223 
 
Terrains bâtis 
12 000 000 
 
 
 
 
 
 
231 
 
Bâtiments sur sol propre 
72 000 000 
 
 
 
 
 
 
2441 
 
Matériel de bureau 
20 000 000 
 
 
 
 
 
 
521 
 
Banques 
  7 000 000 
 
 
 
 
 
 
 
184 
Comptes permanents bloqués de la succursale 
 
135 000 000 
 
 
 
 
 
 
 
(Création de la succursale
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
•  Opérations au journal du siège 
 
 
 
 
 
 
01/10/N 
184 
 
Comptes permanents bloqués de la succursale  
135 000 000 
 
 
 
 
162 
              Emprunts et dettes auprès des établissements de crédit 
 
67 500 000 
   
 
 
 
 
 
521 
              Banques 
 
67 500 000 
 
 
(Ouverture de la succursale
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
263

On constate que, en cas de regroupement des comptabilités après cette opération, le compte 
184,  créditeur  dans  la  comptabilité  de  la  succursale  et  débiteur  du  même  montant  dans  la 
comptabilité du siège, s’annulerait. 
 
APPLICATION 110   Opérations de cessions 
 
Reprenons le cas de l’entité G qui vient d’ouvrir une succursale le 01/12/N. 
Les opérations suivantes ont eu lieu au cours du mois de décembre N :  
 
• Opérations réalisées en décembre par le siège au profit de la succursale :  
a – virement bancaire de 18 900 000 ; 
 
b – envoi de marchandises prélevées sur le stock du siège : coût 27 200 000 ; 
c  –  achats  de  marchandises  à  crédit  envoyées  directement  par  le  fournisseur  à  la 
 
succursale : 5 000 000. 
  
• Opérations réalisées en décembre par la succursale :  
 
d – achat comptant de marchandises réglées par banque : 16 400 000 ; 
e – retrait de la banque pour alimenter la caisse : 8 000 000 ; 
 
f – paiement du loyer : 1 400 000 et de la prime d’assurance : 900 000 par caisse ; 
g – livraison de marchandises au siège : coût 6 800 000 ; 
 
h – paiement par chèque de la taxe foncière : 800 000 ; 
 
i – ventes de marchandises par banque : 31 800 000 ; 
j – le stock final de marchandises a été évalué à 600 000. 
 
1. Ecritures au journal de la succursale 
 
 
 
 
 
 
 
décembre N 
521 
 
Banques 
18 900 000 
 
 
 
 
 
 
 
185 
Comptes permanents non bloqués du siège 
 
18 900 000 
 
 
(Opération a
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
186 
 
Comptes de liaison charges 
27 200 000 
 
 
 
 
 
 
 
185 
Comptes permanents non bloqués du siège 
 
27 200 000 
 
 
(Opération b
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
601 
 
Achats de marchandises 
5 000 000 
 
 
 
 
 
 
 
185 
Comptes permanents non bloqués du siège 
 
5 000 000 
 
 
(Opération c
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
601 
 
Achats de marchandises 
16 400 000 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
521 
Banques 
 
16 400 000 
 
 
(Opération d
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
264

 
 
 
 
 
 
 
décembre N   
572 
 
Caisse succursale 
8 000 000 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
521 
Banques 
 
8 000 000 
 
 
(Opération e
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
622 
 
Locations et charges locatives 
1 400 000 
 
 
 
 
 
 
625 
 
Prime d’assurance 
   900 000 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
572 
Caisse succursale 
 
2 300 000 
 
 
(Opération f
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
185 
 
Comptes permanents non bloqués du siège 
6 800 000 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
187 
Comptes de  liaison produit 
 
6 800 000 
 
 
(Opération g
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
641 
 
Impôts et taxes directs 
800 000 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
521 
Banques 
 
800 000 
 
 
(Opération h
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
521 
 
Banques 
31 800 000 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
701 
  Ventes de marchandises 
 
31 800 000 
 
 
(Opération i
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
311 
 
Stocks de marchandises 
600 000 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
6031 
Variations des stocks de marchandises 
 
600 000 
 
 
(Opération j
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Après  ces  opérations,  à  la  clôture  de  l’exercice  N,  la  succursale  va  passer  les  écritures  de 
régulation et de dotation qui la concernent, puis établir une balance de clôture. On supposera 
que les seules écritures concernent l’amortissement des constructions (300 000) et du matériel 
et mobilier de bureau (200 000). 
 
 
 
 
 
 
 
décembre N 
6813 
 
Dotations aux amortissements d’exploitation 
500 000 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
2831 
Amortissements des bâtiments 
 
300 000 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
2844 
    Amortissements du matériel et mobilier  
 
200 000 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
(Dotation de l’exercice
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
265

2. Ecritures au journal du siège 
 
 
 
 
 
 
 
décembre N 
185 
 
Comptes permanents non bloqués de la succursale 
18 900 000 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
521 
Banques  
 
18 900 000 
 
 
 
 
 
 
 
(Opération a
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
185 
 
Comptes permanents non bloqués du siège  
27 200 000 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
187 
Comptes de liaison produits 
 
27 200 000 
 
 
 
 
 
 
 
(Opération b
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
185 
 
Comptes permanents non bloqués du siège 
 5 000 000 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
401 
Fournisseurs, dettes en compte 
 
5 000 000 
 
 
 
 
 
 
 
(Opération c
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
186 
 
Comptes de liaison charges  
6 800 000 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
185 
Comptes permanents non bloqués du siège 
 
6 800 000 
 
 
 
 
 
 
 
(Opération g) 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
3. Situation comptable et compte de résultat de l’établissement 
•  Principe 
La situation comptable de l'établissement (éventuellement étendue jusqu'au Bilan) est établie 
à partir de la balance des comptes de situation ouverts dans l'établissement. 
Le  compte  de  résultat,  éventuellement  réduit  aux  éléments  d'exploitation,  de  chaque 
établissement  s'obtient  par  la  totalisation  des  divers  postes  des  comptes  de  charges  et  de 
produits  et  des  comptes  186  "Comptes  de  liaison  charges"  et  187  "Compte  de  liaison 
produits". 
 
 
 
266

•  Balance de clôture de la succursale  
N° 
Libellés 
Mouvements 
Soldes 
Cpte 
 
 
Débit 
Crédit 
Débiteur  Créditeur 
184  Comptes permanents bloqués de la succ. 
 
135 000 000 
 
135 000 000 
185  Comptes permanents non bloqués du siège 
6 800 000 
51 100 000 
 
44 300 000 
186  Comptes de liaison charges 
27 200 000 
 
27 200 000 
 
187  Comptes de liaison produits 
 
6 800 000 
 
6 800 000 
215  Fonds commercial 
24 000 000 
 
24 000 000 
 
223  Terrains bâtis 
12 000 000 
 
12 000 000 
 
231  Bâtiments sur sol propre 
72 000 000 
 
72 000 000 
 
244  Matériel et mobilier 
20 000 000 
 
20 000 000 
 
2831  Amortissements des bâtiments 
 
300 000 
 
300 000 
2844  Amortissements du matériel et mobilier 
 
200 000 
 
200 000 
311  Stocks marchandises 
     600 000 
 
     600 000 
 
521  Banques 
57 700 000 
25 200 000 
32 500 000 
 
572  Caisse 
  8 000 000 
2 300 000 
   5 700 000 
 
601  Achats de marchandises 
21 400 000 
 
21 400 000 
 
6031  Variations des stocks marchandises 
 
600 000 
 
600 000 
622  Locations et charges locatives 
1 400 000 
 
1 400 000 
 
625  Primes d’assurances 
   900 000 
 
   900 000 
 
641  Impôts et taxes directs 
   800 000 
 
   800 000 
 
681  Dotations aux amortissements 
   500 000 
 
   500 000 
 
701  Ventes de marchandises 
 
31 800 000 
 
31 800 000 
 
 
 
 
 
 
 
Total 
253 300 000 
253 300 000 
219 000 000 
219 000 000 
 
•  Compte de résultat de la succursale 
Charges 
Produits 
Postes 
Montants 
Postes 
Montants 
601      Achats marchandises 
21 400 000 
701  Ventes de marchandises  31 800 000 
6031  Variations des stocks marchandises 
-  600 000 
 
 
622     Locations et charges locatives 
  1 400 000 
 
 
625     Primes d’assurances 
     900 000 
 
 
641     Impôts et taxes directs 
     800 000 
 
 
681     Dotations aux amortissements 
     500 000 
 
 
Solde (Bénéfice) 
  7 400 000 
 
 
TOTAL 
31 800 000 
TOTAL 
31 800 000 
 
 
 
 
267

 
APPLICATION 111 
Intégration des comptes des établissements dans la 
comptabilité de l’entité 

  Suite de l’application 3. 
 
1. Principe 
Le siège de l'entité est chargé à la clôture de chaque période comptable, de la réincorporation 
des comptes des établissements dans une même comptabilité. 
Dans la comptabilité  de l'établissement, les totaux de tous les comptes sont virés au compte 
de liaison 185 (avec le siège). 
Par ailleurs, les comptes 186 et 187 présentent des soldes qui s'annulent : les sommes portées 
au crédit du compte 187 par les établissements fournisseurs et les sommes inscrites au débit 
du compte 186 par les établissements clients s'équilibrent entre elles. 
Dans  la  comptabilité  du  siège,  le  compte  de  liaison  de  l'établissement  est  soldé  par  des 
écritures  faisant  apparaître  les  totaux  des  comptes  de  l'établissement  dans  les  comptes 
analogues ouverts au siège. 
Les opérations internes se trouvent ainsi annulées (les comptes 185, 186 et 187 sont soldés) et 
le résultat provenant de l'activité de l'établissement se trouve compris dans le résultat global 
de l'entité. 
2. Ecritures de clôture de la comptabilité dans la succursale 
 
 
 
 
 
 
 
31/12/N 
185 
 
Comptes permanents non bloqués du siège 
219 500 000 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
186 
Comptes de liaison charges 
 
27 200 000 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
215 
    Fonds commercial 
 
24 000 000 
 
 
 
 
 
 
223 
    Terrains bâtis 
 
12 000 000 
 
 
 
 
 
 
231 
     Bâtiments sur sol propre 
 
72 000 000 
 
 
 
 
 
 
244 
     Matériel et mobilier 
 
20 000 000 
 
 
 
 
 
 
311 
     Stocks de marchandises 
 
     600 000 
 
 
 
 
 
 
521 
     Banques 
 
32 500 000 
 
 
 
 
 
 
572 
     Caisse  
 
   5 700 000 
 
 
 
 
 
 
601 
     Achats de marchandises 
 
 21 400 000 
 
 
 
 
 
 
622 
      Locations et charges locatives 
 
   1 400 000 
 
 
 
 
 
 
625 
      Primes d’assurances 
 
      900 000 
 
 
 
 
 
 
641 
       Impôts et taxes directs 
 
      800 000 
 
 
 
 
 
 
681 
       Dotations aux amortissements 
 
      500 000 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
268

 
 
 
31/12/N 
 
 
 
187 
 
Comptes de liaison produits 
6 800 000 
 
 
 
 
 
 
2831 
 
Amortissements des bâtiments 
   300 000 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
2844 
 
Amortissements du matériel et mobilier 
   200 000 
 
 
 
 
 
 
6031 
 
Variation des stocks de marchandises 
   600 000 
 
 
 
 
 
 
701 
 
Ventes de marchandises 
 31 800 000 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
185 
       Comptes permanents non bloqués du siège 
 
39 700 000 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Le siège peut alors reprendre la balance de la succursale dans sa propre comptabilité à 
la clôture de l’exercice.
 
L’ensemble des opérations de la succursale se retrouve ainsi intégré à la comptabilité de 
l’entité.
 
 
3. Ecritures dans le journal du siège au 31/12/N 
 
 
 
 
 
 
 
31/12/N 
215 
 
Fonds commercial 
24 000 000 
 
 
 
 
 
 
223 
 
Terrains bâtis 
  12 000 000 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
231 
 
Bâtiments sur sol propre 
72 000 000 
 
 
 
 
 
 
244 
 
Matériel et mobilier 
20 000 000 
 
 
 
 
 
 
311 
 
Stocks de marchandises 
     600 000 
 
 
 
 
 
 
521 
 
Banques 
32 500 000 
 
 
 
 
 
 
572 
 
Caisse  
  5 700 000 
 
 
 
 
 
 
187 
 
Comptes de liaison  produits 
27 200 000 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
186 
      Comptes de liaison charges 
 
    6 800 000 
 
 
 
 
 
 
185 
      Comptes permanents non bloqués de la succursale 
 
179 300 000 
 
 
 
 
 
 
139 
       Résultat net de la succursale : Perte 
 
    7 400 000 
 
 
 
 
 
 
2831 
       Amortissements des bâtiments 
 
       300 000 
 
 
 
 
 
 
2844 
       Amortissements du matériel et mobilier 
 
       200 000 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
(Réintégration des comptes de la succursale
 
 
 
 
 
 
 
 
 
131 
 
Résultat net de la succursale 
  7 400 000 
 
 
 
 
 
 
601 
 
Achats de marchandises 
21 400 000 
 
 
 
 
 
 
622 
 
Locations et charges locatives 
   1 400 000 
 
 
 
 
 
 
625 
 
Primes d’assurances 
     900 000 
 
 
 
 
 
 
641 
 
Impôts et taxes directs 
    800 000 
 
 
 
 
 
 
681 
 
Dotations aux amortissements 
    500 000 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
6031 
       Variation des stocks de marchandises 
 
      600 000 
 
 
 
 
 
 
701 
       Ventes de marchandises 
 
31 800 000 
 
 
 
 
 
 
 
 
(Réintégration des comptes de la succursale
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Les comptes 185, 186 et 187 sont soldés (comptes réciproques). 
269

 
 
Chapitre 35 
Contrat de franchise 
 
 
 
 
 
APPLICATION 112 
Contrat de franchise 
 
Une  entité  X  a  pour  activité  principale  l’exploitation  de  sa  marque  et  de  son  savoir-
 
faire par l’intermédiaire d’une chaine de franchisage. Le 02 Janvier N, l’entité X signe 
 
un contrat de franchise avec une entité Y sur une durée de 20 ans. Le 15 Janvier N, 
 
l’entité  X  adresse  à  son  franchisé  une  facture  relative  au  droit  d’entrée  s’élevant  à 
140 000 000 F. Ce droit d’entrée se décompose comme suit : 
 
• frais d’aménagement de bureaux                                                     : 40 000 000 F 
 
• droit d’utilisation de la marque et du savoir-faire du franchiseur : 100 000 000 F. 
 
La  facture  a  été  réglée  le  30  Janvier  N  par  virement  bancaire  sur  le  compte  du 
 
franchiseur. 
Le  contrat  de  franchise  prévoit  également  le  versement  d’une  redevance  annuelle 
 
payable  à  terme  échu  représentant  5%  du  chiffre  d’affaires  annuel  réalisé  au  titre  de 
 
chaque exercice. Une facture liée à la redevance annuelle est adressée le 10 janvier de 
 
chaque  année  au  franchisé  et  le  montant  de  la  redevance  est  basé  sur  le  chiffre 
 
d’affaires réalisé au cours de l’exercice précédent. La première facture a été envoyée 
au franchisé le 10 Janvier N+1 et réglée le 16 Février N+1 par virement bancaire. Le 
 
chiffre d’affaires annuel de l’exercice N s’élève à 200 000 000 F. 
 
La durée d’utilité des aménagements de bureaux est de 10 ans. 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
270

1. Comptabilisation chez le franchisé 
•  Au titre de l’année N 
 
 
 
 
 
 
 
15/01/N 
2184 
 
Coûts de franchise  
100 000 000 
 
    
 
 
 
 
4811 
   Fournisseurs d’investissements – Immobilisations incorporelles 
 
100 000 000 
(Acquisition du droit d’utilisation de la marque) 
 
 
 
 
 
 
 
235 
 
Aménagements de bureaux  
40 000 000 
 
 
 
 
4812 
   Fournisseurs d’investissements – Immobilisations corporelles 
 
40 000 000 
 (Frais d’aménagements de bureaux) 
 
 
 
30/01/N 
 
 
 
4811 
 
Fournisseurs d’investissements – Immobilisations incorporelles  
100 000 000 
 
 4812 
 
Fournisseurs d’investissements – Immobilisations corporelles 
  40 000 000 
 
 
 
 
 
 
 
521 
                   Banques 
 
140 000 000 
(Pour règlement) 
 
 
 
 
 
 
 
 
•  A la clôture de l’exercice N 
 
־  Redevance de l’exercice N : 200 000 000 x 5% = 10 000 000. 
 
־  Dotation aux amortissements : 
Amortissements des coûts de franchise                 : 100 000 000 x 1/20 x11, 5/12 = 4791 667 
Amortissements des aménagements de bureaux   : 40 000 000 x 1/10 x11, 5/12   = 3 833 333 
 
 
 
 
 
 
 
 
31/12/N 
634 
 
Redevances pour brevets, licences, concessions et droits similaires  
10 000 000 
 
    
 
 
 
408 
   Fournisseurs, factures non encore parvenues 
 
10 000 000 
(Selon régularisation) 
 
 
 
 
 
 
 
6812 
 
Dotations aux amortissements des immobilisations incorporelles  
4 791 667 
 
6813 
 
Dotations aux amortissements des immobilisations  corporelles 
3 833 333 
 
 
 
   
 
 
28184                 Amortissements des coûts de franchise 
4 791 667 
2835                 Amortissements des aménagements de bureaux 
3 833 333 
 (Dotation aux amortissements) 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
271

•  Au titre de l’exercice N+1 : 
 
 
 
 
 
 
 
01/01/N+1 
408  
 
Fournisseurs, factures non encore parvenues  
10 000 000 
 
    
 
 
 
634 
 Redevances pour brevets, licences, concessions et droits similaires 
 
10 000 000 
(Contrepassation) 
 
 
 
10/01/N+1   
 
 
634 
 
Redevances pour brevets, licences, concessions et droits similaires 
10 000 000 
 
 
 
 
 
4011     
Fournisseurs 
 
10 000 000 
 
 (Constatation de la redevance) 
 
 
 
 
16/02/N +1   
 
 
4011 
 
Fournisseurs  
10 000 000   
  
 
  
 
521 
                   Banques 
 
10 000 000 
(Pour règlement) 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
•  Comptabilisation chez le franchiseur 
 
-  Au titre de l’année N 
 
 
 
 
 
 
 
15/01/N 
411 
 
Clients 
140 000 000 
 
    
 
 
 
 
706 
         Services vendus 
 
140 000 000 
(Constatation du droit d’entrée) 
 
 
 
30/01/N 
 
 
 
521 
 
Banques  
140 000 000 
 
 
 
 
411 
          Clients 
 
140 000 000 
 (Règlement du droit d’entrée) 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
-  A la clôture de l’exercice N 
 
 
 
 
 
 
 
31/12/N 
4181 
 
Clients, factures à établir 
10 000 000 
 
    
 
 
 
 
706 
         Services vendus 
 
10 000 000 
(Selon régularisation) 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

272

-  Au titre de l’exercice N+1 : 
 
 
 
 
 
 
 
 
01/01/N+1 
706  
 
Services vendus 
10 000 000 
 
    
 
 
 
4181                    Clients, factures à établir 
 
10 000 000 
(Contrepassation) 
 
 
 
10/01/N+1   
 
 
411 
 
Clients 
10 000 000 
 
 
 
 
 
706 
                  Services vendus  
 
10 000 000 
 
(Constatation de la redevance) 
 
 
 
 
16/02/N +1   
 
 
521 
 
Banques 
10 000 000   
  
 
  
 
411 
                   Clients 
 
10 000 000 
(Pour règlement) 
 
 
 
 
 
 
 
 
    
 
 
 
 
 
 
 
 

 
 
 
 
 
 
 
 
273

 
 
Chapitre 36 
Comptabilité pluri monétaire                                
 
 
 
                          
ü
PPLICATION 113    Méthode  de  l’intégration  directe  (méthode  dite 
 
également  mono  monétaire)  et  méthode  de 
l’intégration différée 

 
 
Comptabilisation  d'opérations  faites  avec  l'étranger  par  application  de  la  méthode  de 
l'intégration directe :  
 
3 mars N : achat de marchandises à la firme Princeton (USA) pour une valeur de 1 000 
dollars, payable fin mai par traite (cours du dollar = 520 F), 
 
30 avril N : vente au comptant  des marchandises ci-dessus pour 800 000F, 
18 mai  N : achat de 1 000 dollars au cours de 517 F, 
 
31 mai N : règlement de la traite (cours du dollar = 522 F). 
 
 
1. Méthode de l’intégration directe (méthode dite également mono monétaire) 
•  Principe 
Elle  est  utilisée  lorsqu’il  n’y  a  qu’un  petit  nombre  d’opérations  réalisées  dans  une  seule 
monnaie étrangère. 
La comptabilité n'est tenue qu'en francs. Deux solutions sont possibles pour la conversion des 
opérations :  
־  toutes les sommes en monnaies étrangères sont immédiatement converties sur la base 
du cours du jour de la devise à la date de l'opération ; 
־  toutes les sommes en monnaies étrangères sont immédiatement converties sur la base 
d'un cours fixe choisi pour toute une période (cours standard). 
Dans  les  deux  cas,  le  solde  en  devises  à  la  clôture  de  l'exercice  est  ajusté  en  fonction  du 
dernier cours officiel de chacune de ces devises. 
Lorsque l'opération avec l'étranger est terminée et réglée, on peut calculer le résultat de cette 
opération en retenant la perte de change (compte 676 ou 656 du PCGO) ou le gain de change 
(compte 776 ou 756 du PCGO) apparu du fait de la variation de la devise entre la date de la 
naissance de l'opération et la date du règlement ou la date de la couverture de change, le cas 
échéant. 
274

•  Comptabilisation sur  la base du cours du jour de la devise à la date de 
l’opération 
 
 
 
 
 
 
 
03/03/N 
601 
 
Achats de marchandises (1 000 x 520) 
520 000 
 
 
 
  
   
 
 
401 
                       Fournisseur Princeton, dettes en compte       
 
520 000 
(Facture Princeton) 
 
 
 
 
 
 
 
401 
 
Fournisseur Princeton, dettes en compte 
520 000 
 
 
 
         
   
 
 
402 
                       Fournisseurs, effets à payer       
 
520 000 
(Règlement fournisseur par traite) 
 
 
 
30/04/N 
 
 
 
5211 
 
Banques en monnaie nationale 
800 000 
 
 
 
   
 
 
701 
                       Ventes de marchandises       
 
800 000 
(Ventes au comptant) 
 
 
 
18/05/N 
 
 
 
5215 
 
Banques en devises (1 000 x 517) 
517 000 
 
 
 
   
 
 
5211 
                       Banques en monnaie nationale 
 
517 000 
(Achat de devises) 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
31/05/N 
 
 
 
402 
 
Fournisseurs, effets à payer (1 000 x 522) 
522 000 
 
 
 
   
 
 
5215 
                       Banques en devises  
 
522 000 
(Paiement traite en devises) 
 
 
 
 
 
 
 
5215 
 
Banques en devises 
5 000 
 
 
 
   
 
 
776 
                       Gains de change financiers  
 
5 000 
(Clôture du compte en dollars : ((522 – 517) X 1000) 
 
 
 
 
 
 
 
656 
 
Pertes de change sur dettes commerciales 
2 000 
 
 
 
   
 
 
402 
                       Fournisseurs, effets à payer 
 
2 000 
(Pertes sur compte fournisseur en devise :((522 – 500) X 1000) 
 
 
 
 
 
 
 
 
•  Détermination du résultat 
Ventes de marchandises                                800 000 
Gains de change                                        +      5 000 
Achats de marchandises                            -  520 000 
Pertes de change                                       -       2 000 
Résultat (bénéfice)                                        283 000  
 
 
275

•  Comptabilisation sur la base d’un cours fixe (cours standard) 
Cours fixe de 507 francs pour un dollar US pendant le premier semestre N 
 
 
 
 
 
 
 
03/03/N 
601 
 
Achats de marchandises (1 000 x 507) 
507 000 
 
 
 
  
   
 
 
401 
                       Fournisseur Princeton, dettes en compte       
 
507 000 
(Facture Princeton) 
 
 
 
 
 
 
 
401 
 
Fournisseur Princeton, dettes en compte 
507 000 
 
 
 
         
   
 
 
402 
                       Fournisseurs, effets à payer       
 
507 000 
(Règlement fournisseur par traite) 
 
 
 
30/04/N 
 
 
 
5211 
 
Banques en monnaie nationale  
800 000 
 
 
 
   
 
 
701 
                       Ventes de marchandises       
 
800 000 
(Ventes au comptant) 
 
 
 
18/05/N 
 
 
 
5215 
 
Banques en devises (1 000 x 517) 
517 000 
 
 
 
   
 
 
5211 
                       Banques en monnaie nationale 
 
517 000 
(Achat de devises) 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
31/05/N 
 
 
 
 
402 
 
Fournisseurs, effets à payer (1 000 x 507) 
507 000 
 
 
 
   
 
 
5215 
                       Banques en devises  
 
507 000 
(Paiement traite en devises) 
 
 
 
 
 
 
 
676 
 
Pertes de change financières (517 000 – 507 000) 
10 000 
 
 
 
   
 
 
5215 
                       Banques en devises 
 
10 000 
(clôture du compte en dollars) 
 
 
 
 
 
 
 
 
•  Détermination du résultat  
Ventes de marchandises                                800 000 
Achats de marchandises                            -   507 000 
Pertes de change                                       -      10 000 
Résultat (bénéfice)                                         283 000  
On constate donc que le choix de la comptabilisation selon le cours du jour ou selon un cours 
fixe  est  neutre  sur  le  résultat  de  l'opération,  mais  il  ne  l'est  pas  quant  à  la  répartition  de  la 
valeur sur les éléments composants du résultat (ici achats et différences de change). 
 
276

2. Méthode de l'intégration différée 
•  Principe 
Elle  est  conseillée  dès  que  les  opérations  avec  l'étranger  prennent  une  certaine  ampleur 
(plusieurs monnaies étrangères en cause, de nombreuses opérations). 
Cette  méthode  s'apparente  à  celle  utilisée,  pour  la  comptabilité  u  succursales.  Outre  la 
comptabilité normale en francs, l'entité tient autant de comptabilités auxiliaires distinctes qu'il 
y  a  de  catégories  de  monnaies  étrangères  entre  les  comptabilités  en  monnaies  différentes, 
deux ou plusieurs comptes de liaison :  
•  dans  les  comptabilités  en  monnaies  étrangères,  ce  compte  de  liaison  s'intitulera 
"Comptabilité francs"; 
•  dans  la  comptabilité  en  francs,  ces  comptes  de  liaison  s'intituleront  "Comptabilité 
dollars", "Comptabilité livres sterling"", "Comptabilité francs français", etc. 
 
Les  opérations  ne  faisant  jouer  que  des  comptes  en  francs  sont  comptabilisées,  comme  à 
l'ordinaire, dans la comptabilité en francs. 
Les opérations  faites avec l'étranger n'ayant pas de contrepartie immédiate en francs, c'est-à-
dire les opérations correspondant à une entrée ou à une sortie des monnaies étrangères et ne 
faisant pas jouer  directement la comptabilité en francs, sont enregistrées dans la comptabilité 
en  monnaies  étrangères.  Les  opérations  faisant  intervenir  la  comptabilité  en  francs  et  une 
comptabilité  en  monnaie  étrangère  sont  enregistrées  en  partie  double  dans  les  deux 
comptabilités. La liaison entre les deux comptabilités est assurée par :  
•  le  compte  de  liaison  "Comptabilité  francs"  dans  la  comptabilité  en  monnaies 
étrangères, 
•  le  compte  de  liaison    "Comptabilité  devises"  dans  la  comptabilité  en  francs,  le 
SYSCOHADA suggère l'utilisation de sous -comptes du compte 184 
En    d'exercice,  on  procède  à  l'intégration  des  comptabilités  en  monnaies  étrangères  dans  la 
comptabilité en francs. Les comptes tenus en devises sont préalablement convertis en francs 
sur la base des cours au jour de l'inventaire; ce sont ces soldes convertis qui figurent dans la 
balance  de vérification avant l'écriture d'inventaire. 
Mais on peut également procéder à l'intégration d'une comptabilité en monnaie étrangère en 
cours d'année si l'on veut déterminer le résultat d'opérations faites avec l'étranger. 
 
277

•  Ecritures au journal  
 
־  Comptabilité en dollars 
 
 
 
 
 
 
 
03/03/N 
601 
 
Achats de marchandises 
1 000 
 
 
 
  
   
 
 
401 
                       Fournisseur Princeton, dettes en compte       
 
1 000 
(Facture Princeton) 
 
 
 
 
 
 
 
401 
 
Fournisseur Princeton, dettes en compte 
1 000 
 
 
 
         
   
 
 
402 
                       Fournisseurs, effets à payer       
 
1 000 
(Règlement fournisseur par traite) 
 
 
 
 
 
 
 
 
30/04/N : Néant 
 
 
 
 
 
 
 
18/05/N 
5215 
 
Banque en devises 
1 000 
 
 
 
  
   
 
 
1853 
                       Comptabilité en francs       
 
1 000 
(achat de devises) 
 
 
 
 
 
 
 
402 
 
Fournisseurs, effets à payer       
1 000 
 
 
 
         
   
 
 
5212 
                       Banque, comptes en dollars 
 
1 000 
(Paiement traite en devises) 
 
 
 
 
 
 
 
 
־  Comptabilité en francs 
03/03/N : Néant 
 
 
 
 
 
 
 
30/04/N 
5211 
 
Banque, comptes en francs 
800 000 
 
 
 
  
   
 
 
701 
                       Ventes de marchandises       
 
800 000 
(Ventes au comptant) 
 
 
 
18/05/N 
 
 
 
1852 
 
Comptabilité  dollars  
517 000 
 
 
 
         
   
 
 
5211 
                       Banque, comptes en francs 
 
517 000 
(Achat de devises) 
 
 
 
 
 
 
 
  
31/05/N : Néant 
 
 
278

•  Détermination du résultat 
En fin de période, les comptabilités en devises sont intégrées dans la comptabilité en francs. 
Ici, la comptabilité en dollars est transférée dans la comptabilité en francs (transfert des soldes 
des comptes tenus en monnaie étrangère traduits en francs en utilisant le cours à fin mai : 522 
francs). 
 
 
 
 
 
 
 
31/05/N 
601 
 
Achats de marchandises 
522 000 
 
 
 
  
   
 
 
1853 
                       Comptabilité francs       
 
522 000 
(Transfert de comptabilité en dollars) 
 
 
 
 
 
 
 
 
Les deux comptes de liaison sont ensuite soldés l'un par l'autre, le solde représentant soit une 
perte de change, soit un gain de change. 
 
 
 
 
 
 
 
 
31/05/N 
1853 
 
Comptabilité francs       
522 000 
 
 
 
   
 
 
1852 
                       Comptabilité dollars 
 
517 000 
756 
                       Gains de change sur  dettes commerciales     
    5 000 
(Pour solde des comptes de liaison) 
 
 
 
 
 
 
 
 
•  Détermination du résultat des opérations : 
Ventes de marchandises                                800 000 
 
Gains de change                                        +      5 000 
Achats de marchandises                             -  522 000 
Résultat (bénéfice)                                         283 000 
 Le résultat obtenu est évidemment identique à celui calculé dans le cadre de la méthode de 
l'intégration directe. 
 
 
 
 
 
279

 
APPLICATION 114 
Méthode de l’intégration mixte 
 
Une  entité    établie  dans  l’espace  OHADA  réalise,  en  plus  de  ses  opérations  dans  la 
 
zone, quelques ventes aux Etats-Unis. 
 
Elle a effectué les opérations suivantes avec l'étranger :  
 
1. Vente à terme aux Etats-Unis                              :   1 000 $, cours du dollar 507 
 
2. Règlement total de cette vente                             :   1 000 $, cours du dollar 510 
 
3. Nouvelle vente à terme aux Etats-Unis                :   1 200 $, cours du dollar 508 
4. Règlement partiel de cette vente                          :     900 $, cours du dollar 511 
 
5. Règlement de frais de déplacement                     :     300 $, cours du dollar 509 
 
6. Troisième vente à terme aux Etats-Unis              :   1 400 $, cours du dollar 512 
 
 
1. Principe 
Cette méthode fait intervenir : 
•  une comptabilité des monnaies étrangères en parties simples ; 
•  une comptabilité des francs en partie double (comptabilité ordinaire). 
Pour les écritures passées en partie simple, il est conseillé d'indiquer  la position du compte 
(débiteur ou créditeur) afin d'éviter toute confusion. 
 
2. Comptabilisation 
Les écritures au journal de l'entité, sachant qu'elle utilise la méthode de "l'intégration mixte", 
se présente comme ci-dessous : 
 
 
 
 
 
 
 
03/03/N 
411 
 
Clients US  
507 000 
 
 
 
  
   
 
 
701 
                       Ventes de marchandises   (1 000 $ à 507)     
 
507 000 
(Vente aux USA) 
 
 
 
 
 
 
 
5215 
 
Banques en devises 
510 000 
 
 
 
         
   
 
 
411 
                       Clients US (1 000 $ à 510) 
 
510 000 
(Règlement client US) 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
280

 
 
 
30/04/N 
 
 
 
411 
 
Clients US  
609 600 
 
 
 
   
 
 
701 
                       Ventes de marchandises   (1 200 $ à 508)    
 
609 600 
(Ventes aux USA) 
 
 
 
18/05/N 
 
 
 
5215 
 
Banques en devises  
459 900 
 
 
 
   
 
 
411 
                       Clients US (900 $ à 511) 
 
459 900 
(Règlement client US) 
 
 
 
31/15/N 
 
 
 
6384 
 
Missions   
152 700   
 
 
 
 
 
5215 
                       Banques en devises  (300$ à 509)  
 
152 700 
(Frais de déplacement en $) 
 
 
 
 
 
 
 
411 
 
Clients US  
716 800 
 
 
 
   
 
 
701 
                       Ventes de marchandises 
 
716 800 
(Vente aux USA) 
 
 
 
 
 
 
 
 
•  3. Analyse des comptes "Clients US" et "Banques dollars" 
Supposons  que  le  cours  du  dollar  au  jour  de  l'inventaire  s'élève  à  510  F,  nous  pouvons 
calculer les différences de change sur les comptes "Clients US" et "Banques dollars" :  
•  Compte "Clients US" 
 

Francs  
 

Francs  
1 à ventes  
1 000 
507 000 
2 par banque  
1 000 
510 000 
3 à ventes 
1 200 
609 600 
4 par banque  
900 
459 900 
6 à ventes  
1 400 
716 800 
Solde en dollars 
1 700 
867 000 
Soldes en francs 
 
     3 500 
 
 
 
 
3 600 
1 836 900 
 
3 600 
1 836 900 
 
Solde en dollars : 3 600 - 1 900              =       1 700 
Solde en francs : 1 833 400 - 969 900     =   863 500 
Le cours du dollar au jour de l'inventaire étant de 510, le solde réel des $ s'élève à :  
1 700 x 510  = 867 000 
La différence de conversion s'élève donc à 867 000 - 853 500 = 3 500 F 
Ces 3 500  F sont ajouter au début du compte "Clients US" 
Débit :    1 833 400                            Crédit :                         969 000 
             +       3 500                           + solde réel de $          867 000 
               1 836 900                                                             1 836 900 
281

•  Compte "Banques dollars" 
 

Francs  
 

Francs  
2 - à clients 
1 000 
510 000 
5 par missions  
300 
152 700 
4 - à clients 
900 
459 900 
Solde en dollars   
1 600 
816 000 
 
 
 
Solde en francs 
 
    1 200 
 
 
969 900 
 
 
969 900 
 
Solde en dollars : 1 900 - 300                     =     1 600 
Solde en francs : 969 900 - 152 700           = 817 200 
Le cours du dollar au jour de l'inventaire étant de 510, le solde réel des dollars s'élève à :  
1 600 x 510 = 816 000 
La différence de conversion s'élève à 817 200 - 816 000 = 1 200 
Ces 1 200 F sont à ajouter au crédit du compte "Banques dollars" :  
Débit : 969 900                               Crédit :                            152 700 
                                                       + (solde réel de $)            816 000 
                                                                                               +   1 200 
                                                                                                969 900 
•  Ecritures au journal 
 
 
 
 
 
 
 
31/12/N 
411 
 
Clients US  
3 500 
 
 
 
  
   
 
 
4791 
                       Ecarts de conversion passif     
 
3 500 
(Différence de conversion) 
 
 
 
 
 
 
 
676 
 
Pertes de change         
1 200 
 
 
 
   
 
 
5215 
                       Banques en devises 
 
1 200 
(Ajustement compte Banque dollars) 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
282

 
 
                 Operations spécifiques des entités            
Chapitre 37 
agricoles 
 
 
 
 
 
APPLICATION 115 
Opérations spécifiques des entités agricoles 
 
L’exploitant d’une exploitation d’agriculture et d’élevage vous demande de lui préciser 
un certain nombre de points comptables restés en suspens.  
 
 
Opération 1 : 
Le 01 janvier N, des dépenses pour une valeur de 362 000 ont été engagés pour l’achat 
 
de fumures et autres apports organiques (achat à crédit). 
 
 
Opération 2 : 
Des  plants  d’hévéa  ont  été  plantés  depuis  le  2  janvier  N-5.  Le  1er  janvier  N,  la 
 
plantation est entrée en production. On estime que la production du latex sera à plein 
rendement  pendant  40  ans.  La  valeur  de  la  plantation  d’hévéa  est  estimée  à                  
 
150 000 000.  
 
Opération 3 : 
 
L’exploitant  disposant  aussi  d’un  verger  de  fruits,  a  prélevé  sur  la  production  de 
l’exploitation  pour  sa  propre  consommation  des  fruits  d’une  valeur  de  50 000,  le 
 
01/03/N.  
 
 
Opération 4 : 
Une  vache  laitière  achetée  le  1/07/N  à  800000  a  été  cédée  le  01/07/N+2  au  prix  de 
 
1 000 000.  La  ferme  procède  de  façon  récurrente  à  de  telle  cession.  On  estime  la 
période de production de lait de la vache à 8 ans. 
 
•  Opération 1 
 
 
 
 
 
 
 
 
01/01/N 
2245 
 
Amélioration du fonds 
362 000 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
4812 
 Fournisseurs d’investissement 
 
362 000 
 
 
 
 
 
 
 
(Achat de fumures) 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

283

•  Opération 2 
 
 
 
01/01/N 
 
 
 
 
 
 
 
 
 2465 
 
Plantations agricoles 
150 000 000 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
2496 
     Actifs biologiques en cours    
 
150 000 000 
 
 
 
 
 
 
 
(Entrée en production du verger) 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
31/12 /N 
 
 
 
6813 
 
Dotation aux amortissements des immobilisations 
3 750 000 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
2846 
  Amortissements des actifs biologiques   
 
3 750 000 
 
 
 
 
 
 
 
(Dotation de l’exercice (150 000 00/40)) 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
•  Opération 3 
 
 
 
01/03/N 
 
 
 
1047 
 
Prélèvement autoconsommation 
50 000 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
724 
 Production auto - consommée 
 
50 000 
 
 
 
 
 
 
 
(Autoconsommation) 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
•  Opération 4 
Dotation complémentaire du  01/ 01/N+2 au 01/07/N+2 : 800 000 x 1/8 x 6/12 = 50 000 
Cumul des amortissements                                           : 800 000 x 1/8 x 24/12 = 200 000 
Calcul de la valeur comptable nette : VNC                       : 800 000 – 200 000 = 600 000 
  
 
 
 
 
 
 
01/01/N 
6813 
 
Dotation aux amortissements des immobilisations 
50 000 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
2846 
     Amortissement des actifs biologiques 
 
50 000 
 
 
 
 
 
 
 
(Dotation complémentaire (800 000/8 x 6/12)) 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
01/01/N 
 
 
 
 
 
 
 
 
654 
 
Valeurs comptables des cessions courantes d’immobilisations 
600 000 
 
2846 
 
Amortissement des actifs biologiques 
200 000 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
2462 
     Cheptel, animaux reproducteurs 
 
800 000 
 
 
 
 
 
 
 
(Sortie du bien) 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
01/03/N 
 
 
 
414 
 
Créances sur cessions courantes d’immobilisations 
1 000 000 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
754 
 Produits des cessions courantes d’immobilisations   
 
1 000 000 
 
 
 
 
 
 
 
(Prix de cession) 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
284

 
Chapitre 38 
Fusions et opérations assimilées 
 
                       
APPLICATION  116  Fusion simple 
L'entité  A,  au  capital  de  10  000  parts  de  5  000  F  de  nominal,  absorbe  l'entité  B,  au 
 
capital de 6 000 parts de 10 000 F  de nominal, dont le bilan est le suivant: 
 
ACTIF 
Brut 
Amort/Dép. 
Net 
PASSIF 
Net 
Actif  Immobilisé 
  
  
  
Capitaux Propres    
Frais de développement      6 000 000        3 000 000           3 000 000    Capital 
  60 000 000 
 
Terrains bâtis 
   30 000 000                   -           30 000 000    Réserves 
  12 500 000    
Bâtiments adm. & cciaux     60 000 000       20 000 000        40 000 000    
  
 
Matériels industriels 
   20 000 000        10 500 000         9 500 000    Dettes financières     
Actif circulant 
  
  
  
Emprunts 
  40 000 000    
 
Stocks de Marchandises     15 000 000    
    15 000 000    
  
Créances clients 
    5 000 000      
      5 000 000    
  
 
Trésorerie Actif 
Banques 
   10 000 000    
    10 000 000    
  
Totaux 
 146 000 000       33 500 000      112 500 000    Totaux 
112 500 000 
 
 
Les  valeurs  réelles  des  terrains  et  des  bâtiments  sont  de  37  500 000  F    et  de                    
 
50 000 000 F. La valeur des autres éléments correspond aux valeurs comptables.  
 
La valeur de l’action de l’entité absorbante A est de 9 000 F. La parité d’échange sera 
 
déterminée  à  partir  de  la  valeur  des  parts  sociales  de  chaque  entité  selon  le  traité  de 
 
fusion. 
Coûts externes liés à l’opération de fusion (règlement par chèque bancaire) :  
 
• honoraires des conseils : 15 000 000F. 
• commissions bancaires : 1 000 000 F. 
1. Principes  
•  Détermination de la valeur des apports 
Lorsque l'opération de fusion ou assimilée a pour conséquence une prise de contrôle, dans la 
logique des comptes consolidés, il convient de traiter cette opération comme une acquisition à 
la valeur réelle.  
285

En revanche, lorsque l’opération  de fusion correspond à l'absorption par une entité, d'une ou 
de plusieurs de ses filiales détenues en permanence à 100 %, les apports doivent  être 
évalués à la valeur comptable. 
•  Comptabilisation des opérations de fusion 
Les entités n'ont pas de choix entre valeur réelle et valeur comptable, la valeur à retenir étant 
imposée par les règles comptables. La comptabilisation des opérations de fusion nécessite au 
préalable la réalisation des travaux préparatoires suivants :  
־  évaluer  les  apports  à  partir  des  méthodes  d’évaluation  (méthodes  patrimoniales, 
méthodes basées sur les flux, approches mixtes, approches des multiples comparables, 
méthodes basées sur la création de valeur) ; 
־  déterminer la valeur des titres  des entités participant à l’opération de fusion ; 
־  calculer  la parité d’échange des titres ; 
־  déterminer  le nombre de titres à émettre pour rémunérer les apports ; 
־  procéder au  partage. 
Lorsque  les  apports  sont  enregistrés  à  la  valeur  réelle,  les  actifs  immatériels  (droit  au  bail, 
procédés, marques etc…) apportés selon le traité de fusion qui ne figurent pas dans le bilan de 
l’entité  absorbée,  sont  inscrits  au  débit  du  compte  215  Fonds  commercial  de  l’entité 
absorbante. 
Dans le cas d’une fusion où les apports sont évalués à la valeur comptable, il doit être procédé 
à la ventilation de la valeur nette comptable, entre la valeur d’origine, les amortissements et 
les dépréciations. 
 
•  Rapport ou parité d’échange 
La parité est égale au rapport des valeurs d’échange des titres. 
|-8)4( +;é3}-.~) +)0 151()0 +) 8).151é -'0%('éé
Parité d’échange = 
 
|-8)4( +é3}-.~) +)0 151()0 +) 8).151é -'0%('-.1)
•  Comptabilisation chez l’entité absorbante  
L’augmentation de capital de l’entité absorbante (fusion absorption) ou la constitution de la 
nouvelle entité (fusion réunion) ou l’augmentation de capital, est effectuée en  trois phases : 
-  promesse des apports, 
-  réalisation des apports, 
-  constatation des frais relatifs à la fusion. 
286

Les  coûts  externes,  directement  liés  à  l’opération  de  fusion  (honoraires  des  conseils, 
commissions  bancaires,  frais  relatifs  aux  formalités  légales,  frais  de  communication  et 
publicité  etc…),  constituent  selon  le  Système  comptable  OHADA  des  frais  d’émission  de 
titres. Les coûts externes  peuvent être : 
-  comptabilisés en charges de l'exercice ; 
-  ou imputés sur la « Prime de fusion ». 
•  Comptabilisation chez l’entité absorbée  
La fusion entraînant la dissolution de l’entité absorbée, il faut constater dans les comptes : 
־  le  transfert  du  patrimoine  (actifs  et  dettes)  et  la  constatation  de  la  créance  qui  en 
résulte ; 
־  la rémunération des apports ; 
־  la constatation des droits des apporteurs sur l’actif net ; 
־  le désintéressement des apporteurs (entité absorbée). 
 
2. Modalités de l’opération de fusion 
Lorsque l'opération de fusion a pour conséquence une prise de contrôle, il convient de traiter 
cette opération comme une acquisition à la valeur réelle.  
 
•  Etape n° 1 : Evaluation des apports de l'entité absorbée : 
־  Méthode 1 : Détermination à partir de l’actif réel 
 
Frais développement :                                                     3 000 000 
Terrains bâtis                                                                 37 500 000 
Bâtiments Adm. & cciaux                                             50 000 000 
Matériels industriels :                                                      9 500 000 
Stocks Marchandises                                                     15 000 000 
Créances clients                                                               5 000 000 
Banque 
                                                                10 000 000 
                               
                 Total de l'actif apporté :                             130 000 000 
                      Emprunts : 
                                      - 40 000 000 
 
Valeur de l'actif net apporté :                                     90 000 000 
 
 
 
 
 
 

287

־  Méthode 2 : Détermination à partir de des capitaux propres 
 
Capitaux propres 
•  Capital                                                                                               60 000 000 
•  Réserves                                                                                            12 500 000 
Plus-values 
•  Sur terrains     (37 500 000 – 30 000 000)                                           7 500 000 
•  Sur bâtiments (50 000 000 – 40 000 000)                                          10 000 000 
 
Valeur de l’actif net apporté :                                                                      90 000 000 
 
 
Valeur d’une part sociale de l’entité absorbée :        90 000 000/ 6 000 = 15 000 F 
 
 
•  Etape n°2 : détermination du rapport d'échange 
cl eee
l
Le  rapport  d'échange  est  le  suivant  : 
  =        soit  une  parité  de  5  actions  A  contre                        
v eee
j
3 actions de B. 
 
•  Etape n° 3 : Détermination du nombre de titres à  émettre par l'entité absorbante  
 
 
Nombre de titres B à échanger = 6 000 titres. 
Rapport d'échange = 5 parts A contre 3 parts B 
l
Nombre de titres à émettre = 6 000 x   = 10 000 titres A à émettre. 
j
 
 
-  Etape n° 5 : Détermination de l'augmentation de capital 
Augmentation de capital = 10 000 titres émis x 5 000  de valeur nominale = 50 000 000F. 
 
 
-  Etape n° 6 : Calcul de la prime de fusion 
 
 
L’apport net de 90 000 000 étant rémunéré par une augmentation de capital de 50 000 000 F, 
la prime de fusion s'élève à 40 000 000 F (90 000 000 – 50 000 000). 
 
 
 
 
 
288

3. Comptabilisation chez l’entité absorbante 
•  Etape n° 1 : Augmentation de capital 
 
 
 
 
 
 
 
 
4614 
 
Apporteurs, entité absorbée B, compte d’apports 
90 000 000 
 
 
 
 
 
1013 
 Capital souscrit, appelé, versé non amorti                            
   50 000 000 
1053 
Primes de fusion 
   40 000 000 
 
 
 
 
 
 
 
 
•  Etape n° 2 : Réalisation des apports 
 
 
 
 
 
 
 
 
211 
 
Frais de développement 
  3 000 000 
 
2232 
 
Terrains  Bâtis 
37 500 000 
 
2323 
Bâtiments Administratifs et commerciaux 
50 000 000 
2411 
Matériels industriels 
   9 500 000 
311 
Stocks de Marchandises 
15 000 000 
411 
Clients 
   5 000 000 
521 
Banques  
10 000 000 
 
 
162 
      Emprunts et dettes auprès des établissements de crédit 
 
  40 000 000 
4614 
      Apporteurs, entité absorbée B, compte d’apports 
  90 000 000 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
•  Etape n° 3: Comptabilisation des frais relatifs à la fusion 
Option 1 : Comptabilisation des frais en charge de l’exercice 
 
 
 
 
 
 
 
 
6324 
 
Honoraires des professions règlementées  
15 000 000 
 
6318 
 
Autres frais bancaires 
  1 000 000 
 
 
 
       
 
    
521 
       Banques 
   16 000 000 
 
 
 
 
 
 
 
 
Option 2 : Imputation des frais sur la prime de fusion 
 
 
 
 
 
 
 
 
1053 
 
Primes de fusion 
16 000 000 
 
 
 
       
 
    
521 
       Banques 
   16 000 000 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
289

3. Comptabilisation chez l’entité absorbée 
•  Détermination du résultat de fusion 
Valeur 
Valeur 
Résultat de 
Eléments apportés 
nette 
d'apport 
fusion 
comptable 
Terrains  Bâtis: 
37 500 000 
30 000 000 
+ 7 500 000 
Bâtiments Administratifs et cciaux 
50 000 000 
40 000 000 
+10 000 000 
Total de l'actif apporté : 
87 500 000 
70 000 000 
+ 17 500 000 
 
 
-  Etape n° 1 : Réalisation des apports 
 
 
 
 
 
 
 
 
4718 
 
Apport, compte de fusion, entité A 
90 000 000   
 
2811 
 
Amortissements des frais de Développement 
  3 000 000 
 
2831 
Amortissements  des bâtiments adm &cciaux 
20 000 000 
 
2841 
Amortissements Matériels industriels 
10 500 000 
 
162 
Emprunts 
40 000 000 
 
 
 
  
 
 
 
1381 
     Résultat de fusion 
 
17 500 000 
211 
     Frais de développement 
  6 000 000 
2232 
     Terrains bâtis 
30 000 000 
2323 
     Bâtiments Administratifs et commerciaux 
60 000 000 
2411 
     Matériels industriels 
20 000 000 
311 
     Stocks de Marchandises 
15 000 000 
411 
     Clients 
  5 000 000 
521 
     Banques  
10 000 000 
 
 
 
 
 
 
  
 
Etape n° 2 : Rémunération des apports 
 
 
 
 
 
 
 
 
502 
 
Actions 
90 000 000 
 
                           
 
4718 
                    Apport, compte de fusion, entité A 
90 000 000 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Etape n° 3 : Constatation des droits des associés sur l’actif net apporté 
 
 
 
 
 
 
 
 
1013 
 
Capital souscrit, appelé, versé non amorti 
60 000 000 
 
11 
 
Réserves  
12 500 000 
 
1381 
Résultats de fusion 
17 500 000 
 
 
4618 
      Apporteurs, titres à échanger 
 
90 000 000 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
290

Etape n° 4 : Désintéressement des associés de l’entité B 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
4618 
 
 
Apporteurs, titres à échanger 
 
90 000 000 
 
 
502 
90 000 000 
                          Actions 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
APPLICAT  
ION 117 
Participation de l’absorbante dans l’absorbée 
 
L'entité A, au capital de 10 000 titres de 10 000 de valeur nominale, absorbe l'entité B, 
au capital de 5 000 titres de 10 000.  
 
L'entité A détient 40%  de l'entité B. 
Les bilans simplifiés des deux entités sont les suivants : 
 
BILAN entité A 
ACTIF 
MONTANTS 
PASSIF 
MONTANTS 
 
Matériels industriels 
90 000 000 
Capital 
100 000 000 
Titres B 
10 000 000 
Réserves 
  30 000 000 
 
Créances clients 
60 000 000 
Emprunts 
  30 000 000 
Total 
160 000 000 
Total 
160 000 000 
 
 
BILAN entité B 
 
ACTIF 
MONTANTS 
PASSIF 
MONTANTS 
Matériels industriels 
 37 000 000 
Capital 
 50 000 000 
 
 
    
Réserves 
   2 000 000 
Créances clients 
 18 000 000 
Emprunts 
   3 000 000 
 
 Total 
 55 000 000 
Total 
55 000 000 
 
Tous  les  éléments  du  bilan  sont  correctement  évalués  à  l'exception  des  matériels 
 
industriels dont les valeurs réelles sont les suivantes : 
- pour l'entité A  : 230 000 000 
 
- pour l'entité  B   : 85 000 000. 
 
L’entité  absorbante  renonce  à  émettre  des  titres  qui  devraient  lui  revenir  (fusion-
renonciation). 
 
 
 
 
291

1. Fusion – renonciation 
La fusion - renonciation consiste, pour l’entité absorbante,  à renoncer à  émettre les  titres qui 
devraient    lui    revenir.    L'augmentation  de  capital  ne  rémunère    donc  que  les    actionnaires    
extérieurs. L’entité absorbante doit constater : 
•  une augmentation de capital qui rémunère les autres apporteurs de l’entité absorbée, 
•  l’annulation des titres de l’entité absorbée détenus par l’entité absorbante. 
Les titres étant éliminés pour leur valeur nette comptable, il  se dégage  un  écart  appelé  « 
plus  ou moins-value de fusion ou encore boni ou mali de fusion » égal à la différence  entre  
la quote-part de l'apport  représentée par les  titres annulés et leur  valeur  nette comptable. 
Cet écart est considéré comme une prime de fusion à inscrire dans le compte 1053 Prime de 
fusion
2. Modalités de l’opération de fusion 
•  Etape n° 1 : Détermination du rapport d'échange 
Compte tenu de la participation de l'entité A dans l'entité B, il convient de déterminer dans un 
premier temps la valeur du titre B, puis celle du titre A pour déterminer le rapport d'échange. 
 
Entité B 
Entité A 
Immobilisations 
85 000 000 
Immobilisations 
230 000 000 
 
 
Titres B(1) 
  40 000 000 
Créances clients 
18 000 000 
Créances clients 
 60 000 000 
Total de l'actif 
103 000 000 
Total de l'actif 
330 000 000 
Emprunts 
 - 3 000 000 
Emprunts 
  -30 000 000 
Actif net 
300 000 000 
Actif net 
 100 000 000 
Nombre de titres A 
        10 000 
Nombre de titres B 
         5 000 
Valeur du titre A 
        30 000 
Valeur du titre B 
       20 000 
  (1) 40% x 5000 titres x 20 000 
 
Les valeurs d'échange sont de 30 000 pour A et de 20 000 pour B. 
ne eee
n
Rapport d'échange = 
  =         soit 2 actions A contre 3 actions B. 
je eee
j
 
 
 
 
292

•  Etape n°2 : Détermination de l'augmentation de capital et traitement des titres B. 
 
Valeur de l'apport 
 
100 000 000 
 
  Part  à rémunérer par échange  de titres: 
Part  revenant à l'entité A en contrepartie de 
100 000 000 x 60% = 60 000 000 
l'annulation  des titres B qu'elle détient : 
 

100 000 000 x 40% = 40 000 000 
 
Nombre de titres à échanger :                  
 
60% x 5000 titres B = 3000 titres B                
 
Rapport d'échange :                                       
2 actions A contre 3 actions B                      Valeur des titres B à annuler    : 40 000 000 
 
  Nombre de titre à émettre :                           
Coût d’acquisition des titres B : 10 000 000 
 
3 000 x 2/3 = 2 000 titres A 
                         Boni de fusion : 30 000 000 
 
Augmentation de capital :                              
2 000 x 10 000  = 20 000 000 
 
Prime de fusion :                                          
 
60 000 000 - 20 000 000 = 40 000 000 
 
3. Comptabilisation chez l’entité absorbante 
•  Etape n°1: Augmentation de capital et annulation des titres B détenus par l'entité A 
 
 
 
 
 
 
 
 
4614 
 
Apporteurs, entité absorbée B, compte d’apports  
100 000 000 
 
 
 
 
1013 
     Capital souscrit, appelé, versé non amorti 
 
 20 000 000 
1053 
      Prime de fusion (1) 
 70 000 000 
26 
      Titres de participation (entité B) 
 10 000 000 
 
 
 
 
 
 
  
 
(1) Le compte 1053 "Prime de fusion " comprend deux éléments distincts : 
- boni de fusion réalisé par l'entité A sur l'annulation des titres B   qu’elle détenait 30 000 000 
- la prime de fusion proprement dite sur échange des autres titres   B                       40 000 000  
                                                                                                                                     70 000 000 
Les titres B détenus par l'entité A sont annulés pour leur valeur dans la comptabilité de l'entité 
A, soit 10 000 000  figurant au bilan de l'entité A. 
293

•  Etape n° 2 : Réalisation des apports 
 
 
 
 
 
 
 
 
2411 
 
Matériels Industriels 
85 000 000 
 
411 
 
Clients 
18 000 000 
 
 
 
162 
            Emprunts et dettes auprès des établissements de crédit 
 
    3 000 000 
4614 
            Apporteurs, entité absorbée B, compte d’apports 
100 000 000 
 
 
 
 
 
 
 
 
4. Comptabilisation chez l’entité absorbée B 
 
•  Etape n° 1 : Réalisation des apports et constatation du résultat de fusion dans le 
compte 1381 "Résultat de fusion" 
 
 
 
 
 
 
 
 
4718 
 
Apport, compte de fusion, entité A 
100 000 000     
 
162 
 
Emprunts 
    3 000 000 
 
 
 
 
 
1381 
     Résultat de fusion 
 
   48 000 000 
2231 
      Matériels Industriels 
   37 000 000 
411 
      Clients 
   18 000 000 
 
 
 
 
 
 
  
 
•  Etape  n°  2  :  Rémunération  des  apports  (réception  des  titres  émis  par  l'entité 
absorbante) 
La rémunération concerne uniquement les 60 % de l'apport revenant aux autres actionnaires 
que l'entité A. L'entité B reçoit 2 000 titres A d'une valeur unitaire de 30 000, soit 60 000 000. 
 
 
 
 
 
 
 
 
502 
 
Actions 
60 000 000 
 
 
                         
 
4718 
                  Apport, compte de fusion, entité A 
60 000 000 
 
 
 
 
 
 
 
 
•  Etape n° 3 : Constatation des droits des actionnaires 
La fraction de l'apport revenant à l'entité A en tant qu'actionnaire de l'entité B doit être mise 
en évidence. Le compte 4718 d’un montant de 40 000 000 (100 000 000 – 60 000 000) doit 
être soldé. 
 
 
 
 
 
 
 
 
101 
 
Capital social 
50 000 000 
 
11 
 
Réserves  
 2 000 000 
 
1381 
Résultats de fusion 
48 000 000 
 
 
4618 
                  Apporteurs, titres à échanger 
 
60 000 000 
4718 
                  Apport, compte de fusion, entité A 
40 000 000 
 
 
 
 
 
 
 
 
                   
294

•  Etape n° 4 : Désintéressement des actionnaires 
Les actionnaires de l'entité B, autres que l'entité A, reçoivent les 2 000 titres A en échange de 
leur 3 000 titres B. 
 
 
 
 
 
 
 
 
4618 
 
Apporteurs, titres à échanger 
60 000 000 
 
 
                              
 
502 
           Actions 
60 000 000 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
APPLICATION 118 
Participation de l’absorbée dans l’absorbante  
 
L'entité A, au capital de 10 000 titres de 10 000 F de valeur nominale, absorbe l'entité 
 
B, au capital de 5 000 titres de 10 000 F.  
 
L'entité B détient 20%  des titres de l'entité A. 
Les bilans simplifiés des deux entités sont les suivants : 
 
BILAN entité A 
 
ACTIF 
MONTANTS 
PASSIF 
MONTANTS 
 
Matériels industriels 
41 000 000 
Capital 
100 000 000 
 
 
Réserves 
    1 000 000 
 
Créances clients 
63 000 000 
Emprunts 
    3 000 000 
 
Total 
 104 000 000 
Total 
104 000 000 
 
 
 
 
BILAN entité B 
ACTIF 
MONTANTS 
PASSIF 
MONTANTS 
 
Matériels industriels 
 40 000 000 
Capital 
 50 000 000 
 
Titres A 
   5 000 000 
Réserves 
   1 000 000 
 
Créances clients 
 21 000 000 
Emprunts 
 15 000 000 
 Total 
 66 000 000 
Total 
66 000 000 
 
 
Tous  les  éléments  du  bilan  sont  correctement  évalués  à  l'exception  des  matériels 
 
industriels dont les valeurs réelles sont les suivantes : 
 
- pour l'entité A    : 60 000 000 
 
- pour l'entité  B   : 60 000 000. 
 
 
 
295

1. Modalités de l’opération de fusion 
•  Etape n° 1 : détermination du rapport d'échange 
Compte tenu de la participation de l'entité B dans l'entité A, il convient de déterminer dans un 
premier temps la valeur du titre A, puis celle du titre B pour déterminer le rapport d'échange. 
Entité A 
Entité B 
Matériels industriels 
     60 000 000 
Matériels industriels 
   60 000 000 
 
 
Titres A(1) 
 24 000 000                                                              
Créances clients 
  63 000 000 
Créances clients 
21 000 000 
Total de l'actif 
123 000 000 
Total de l'actif 
 105 000 000 
Emprunts 
 - 3 000 000 
Emprunts 
  -15 000 000 
Actif net 
120 000 000 
Actif net 
   90 000 000 
Nombre de titres A 
         10 000 
Nombre de titres B 
            5 000 
Valeur du titre A 
         12 000 
Valeur du titre B 
          18 000 
(1) 20% x 10 000 titres x 12000   
 
Les valeurs d'échange sont de 12 000  pour A et de 18 000  pour B,  
cp eee
j
Rapport d'échange = 
  =       soit 3 actions A contre 2 actions B. 
cn eee
n
•  Etape n°2 : Caractéristiques techniques de l'opération 
 
Nombre de titres à échanger : 
                                          5 000 titres B 
Nombre de titre à émettre :                                 5 000 x 3/2 = 7 500 titres A 
Augmentation de capital : 
                              7 500 x 10 000 = 75 000 000 
 
Prime de fusion : 
                          90 000 000 - 75 000 000 = 15 000 000 
 
2. Comptabilisation chez l’entité absorbante 
•  Etape n° 1 : Rémunération des apports par augmentation de capital 
 
 
 
 
 
 
 
 
4614 
 
Apporteurs, entité absorbée B, compte d’apports  
90 000 000 
 
 
                    
 
 
1013 
                       Capital souscrit, appelé, versé non amorti 
75 000 000 
1053 
                        Prime de fusion 
15 000 000 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
296

•  Etape n° 2 : Réalisation des apports 
 
 
 
 
 
 
 
 
2411 
 
Matériels Industriels 
  60 000 000 
 
5021 
 
Actions propres entité A 
  24 000 000 
 
411 
 
Clients 
   21 000 000 
 
 
 
 
162 
                   Emprunts 
 
    15 000 000 
4614 
                   Apporteurs, entité absorbée B, compte d’apports 
    90 000 000 
 
 
 
 
 
 
 
 
•  Etape n° 3 : Annulation des titres A apportés par l'entité B par réduction de capital  
Réduction de capital : 2 000 titres (20% x 10 000) x 10 000  de valeur nominale  = 20 000 000 
Imputation sur 1a prime de fusion :                   24 000 000 - 20 000 000 = 4 000 000  
 
 
 
 
 
 
 
 
101 
 
Capital souscrit, appelé, versé non amorti 
20 000 000 
 
1053 
 
Prime de fusion 
  4 000 000 
 
  
 
 
5021 
                    Actions propres entité A  
24 000 000 
 
 
 
 
 
 
 
 
Au final, la prime de fusion s'élève à 15 000 000 - 4 000 000 = 11 000 000. 
 
3. Comptabilisation chez l’entité absorbée B 
•  Etape n° 1 : Réalisation des apports et constatation du résultat de fusion dans le 
compte 1381 " Résultat de fusion " 
 
 
 
 
 
 
 
 
4718 
 
Apport, compte de fusion, entité A 
90 000 000  
 
162 
 
Emprunts et dettes auprès des établissements de crédit 
 15 000 000 
 
 
 
   
 
1381 
      Résultat de fusion 
 
    39 000 000    
2411 
      Matériels industriels 
    30 000 000 
263 
Titres de participation dans des sociétés conférant une 
    15 000 000 
 
influence notable 
    
411 
      Clients 
 21 000 000 
 
 
 
 
 
 
  
 
•  Etape n° 2 : Rémunération des apports (réception des titres émis par l'entité 
absorbante) 
L'entité B reçoit 7 500 titres A d'une valeur unitaire de 12 000, soit 90 000 000. 
 
 
 
 
 
 
 
 
502 
 
Actions, entité  A 
90 000 000 
 
 
                              
 
4718 
                    Apport, compte de fusion, entité A 
90 000 000 
 
 
 
 
 
 
 
297

•  Etape n° 3 : Constatation des droits des actionnaires 
 
 
 
 
 
 
 
 
101 
 
Capital social 
50 000 000 
 
111 
 
Réserves  
   1 000 000 
 
1381 
Résultats de fusion 
39 000 000 
 
 
       
 
 
4618 
Apporteurs, titres à échanger 
90 000 000 
 
 
 
 
 
 
 
 
•  Etape n° 4 : Désintéressement des actionnaires 
Les actionnaires de l'entité B reçoivent les 7 500 titres A en échange de leur 5 000 titres B. 
 
 
 
 
 
 
 
4618 
 
Apporteurs, titres à échanger                       
 
 
90 000 000 
 
 
 
 
502 
                     Actions, entité A 
90 000 000 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
APPLICATION 119 
Participations réciproques 
 
L'entité A, au capital de 10 000 titres de 10 000 de valeur nominale, absorbe l'entité B, 
 
au capital de 5 000 titres de 10 000, à l’occasion d’une fusion-renonciation. L’entité A 
 
détient 10% du capital de l’entité B, soit 500 titres B.  
L'entité B détient 5%  du capital de l'entité A, soit 500 titres A. 
 
 
 
BILAN entité A 
ACTIF 
MONTANTS 
PASSIF 
MONTANTS 
 
Matériels industriels 
75 000 000 
Capital 
100 000 000 
 
Titres B 
   5 000 000 
Réserves 
   60 000 000 
 
Créances clients 
140 000 000 
Emprunts 
   60 000 000 
 
Total 
  220 000 000 
Total 
220 000 000 
 
 
 
BILAN entité B 
 
ACTIF 
MONTANTS 
PASSIF 
MONTANTS 
Matériels industriels 
  61 000 000 
Capital 
  50 000 000 
 
Titres A 
     9 000 000 
Réserves 
  30 000 000 
 
Créances clients 
   70 000 000 
Emprunts 
  60 000 000 
 
 Total 
 140 000 000 
Total 
140 000 000 
 
 
Tous  les  éléments  du  bilan  sont  correctement  évalués  à  l'exception  des  matériels 
 
industriels dont les valeurs réelles sont les suivantes : 
- pour l'entité A    : 105 000 000 
 
- pour l'entité  B   : 130 000 000. 
298

1. Modalités de l’opération de fusion 
•  Etape n° 1 : Détermination du rapport d'échange 
Compte  tenu  des  participations  réciproques,  la  détermination  des  valeurs  de  chaque  titre 
nécessite la résolution d'un système de deux équations à deux inconnues. 
Entité A 
Entité B 
Matériels 
 105 000 000 
Matériels Industriels 
130 000 000 
Titres B 
       500 B 
Titres A 
       500 A 
Créances clients 
  140 000 000 
Créances clients 
     70 000 000 
Total de l'actif 
500 B + 245 000 000 
Total de l'actif 
500 A + 200 000 000 
Emprunts 
   -60 000 000 
Emprunt 
   -60 000 000 
Actif net 
500 B + 185 000 000  
Actif net 
500 A + 140 000 000 
Nombre de titres A 
      10 000 
Nombre de titres B 
      5 000 
Valeur du titre A 
         20 000 
Valeur du titre B 
         30 000 
 
 
 
Soit à résoudre le système suivant : 
10 000 A = 500 B + 185 000 000          dont les solutions sont les suivantes         A = 20 000 
5 000 B = 500 A + 140 000 000                                                                               B = 30 000 
Les valeurs d'échange sont de 20 000  pour A et de 30 000  pour B. 
je eee
j
Rapport d'échange = 
  =        soit 3 actions A contre 2 actions B. 
ne eee
n
 
•  Etape n° 2 : Caractéristiques techniques de l'opération 
L'apport réalisé par l'entité B s'élève à 500 x 20 000 + 1 40 000 000 = 150 000 000.  
 
 
 
 
 
 
 
 
299

Modalités de rémunération de l'apport : 
 
 
Valeur de l'apport 
 
150 000 000 
 
  Part  à rémunérer par échanges  de titres: 
Part  revenant à l'entité A en contrepartie de 
150 000 000 x 90% = 135 000 000 
l'annulation  des titres B qu'elle détient : 
 

150 000 000 x 10% = 15 000 000 
 
Nombre de titres à échanger :                  
 
90% x 5 000 titres B = 4 500 titres B                
 
  Nombre de titre à émettre :                           
Valeur des titres B à annuler    : 15 000 000 
4 500 x 3/2 = 6 750 titres A 
 
Coût d’acquisition des titres B :   - 5 000 000 
Augmentation de capital :                          
 
                            Boni de fusion : 10 000 000 
6 750 x 10 000  = 67 500 000 
 
Prime de fusion :                                          
135 000 000 - 67 500 000 = 67 500 000 
 
 
2. Comptabilisation chez l’entité absorbante 
 
•  Etape n°1: Augmentation de capital et annulation des titres B détenus par l'entité A 
 
 
 
 
 
 
 
 
4614 
 
Apporteurs, entité absorbée B, compte d’apports  
150 000 000 
 
 
 
 
 
101 
     Capital social 
 
 67 500 000 
1053 
      Prime de fusion (1) 
 77 500 000 
268 
      Autres titres de participation, titres B 
   5 000 000 
 
 
 
 
 
 
  
 
(1) Le compte 1052 "Prime de fusion " comprend deux éléments distincts : 
• boni de fusion réalisé par l'entité A sur l'annulation des titres B qu'elle détenait : 10 000 000 
                                                                                                                       
• la prime de fusion proprement dite sur échange des autres titres                             67 500 000  
                                                                                                                                     77 500 000 
 
Les titres B détenus par l'entité A sont annulés pour leur valeur dans la comptabilité de l'entité 
A, soit 5 000 000  figurant au bilan de l'entité A. 
300

•  Etape n° 2 : Réalisation des apports 
 
 
 
 
 
 
 
 
2411 
 
Matériels Industriels 
130 000 000 
 
411 
 
Clients 
  70 000 000 
 
5021 
Actions propres entité A  
   10 000 000 
 
 
 
162 
            Emprunts et dettes auprès des établissements de crédit 
 
    60 000 000 
4614 
            Apporteurs, entité absorbée B, compte d’apports 
  150 000 000 
 
 
 
 
 
 
 
 
•  Etape n° 3 : Annulation des titres A apportés par l'entité B par réduction de capital  
Réduction de capital : 500 titres x 10 000  de valeur nominale         = 5 000 000   
Imputation sur 1a prime de fusion :            10 000 000 - 5 000 000 = 5 000 000  
 
 
 
 
 
 
 
 
101 
 
Capital social  
5 000 000 
 
10523 
 
Prime de fusion 
5 000 000 
 
  
                       
 
5021 
                  Actions propres entité A  
10 000 000 
 
 
 
 
 
 
 
 
Au final, la prime de fusion s'élève à 77 500 000 - 5 000 000 = 72 500 000. 
 
3. Comptabilisation chez l’entité absorbée  
•  Etape  n°  1  :  réalisation  des  apports  et  constatation  du  résultat  de  fusion  dans  le 
compte 1381" Résultat de fusion " 
 
 
 
 
 
 
 
 
4718 
 
Apport, compte de fusion, entité A 
150 000 000  
 
162 
 
Emprunts et dettes auprès des établissements de crédit 
60 000 000 
 
 
 
 
 
1381 
      Résultat de fusion 
 
   70 000 000    
2411 
      Matériels industriels 
    61 000 000 
268 
      Autres titres de participation, titres A 
     9 000 000 
411 
      Clients 
    70 000 000 
 
 
 
 
 
 
  
•  Etape n° 2 : Rémunération des apports (réception des titres émis par l'entité 
absorbante) 
La rémunération concerne uniquement  les 90% de l'apport revenant aux autres actionnaires 
que l'entité A. 
L'entité B reçoit 6 750 titres A d'une valeur unitaire de 20 000, soit 135 0000 000. 
301

 
 
 
 
 
 
 
 
502 
 
Actions, titres A 
1 35 000 000 
 
                      
 
4718 
                Apport, compte de fusion, entité A 
135 000 000 
 
 
 
 
 
 
 
 
•  Etape n° 3 : Constatation des droits des actionnaires 
La fraction de l'apport revenant à l'entité A en tant qu'actionnaire de l'entité B doit être mise 
en évidence. Le compte 4718 d’un montant de 15 000 000 (150 000 000 – 135 000 000) doit 
être soldé. 
 
 
 
 
 
 
 
 
1013 
 
Capital souscrit, appelé, versé, non amorti 
50 000 000 
 
11 
 
Réserves  
30 000 000 
 
1381 
Résultat de fusion 
70 000 000 
 
 
4618 
             Apporteurs, titres à échanger 
 
135 000 000 
4718 
             Apport, compte de fusion, entité A 
  15 000 000 
 
 
 
 
 
 
 
 
Etape n° 4 : Désintéressement des actionnaires 
Les actionnaires de l'entité B, autres que l'entité A, reçoivent les 6 750 titres A en échange de 
leur 4 500 titres B. 
 
 
 
 
 
 
 
 
4618 
 
Apporteurs, titres à échanger 
135 000 000 
 
 
                                
 
502 
                  Actions, titres A 
135 000 000 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
302

 
APPLICATION 120 
Apport partiel d’actif  
  Une entité Y propose à une entité X au capital  de 150 000 000 F (15000 actions de        
10  000)  de  lui  apporter  une  branche  de  son  activité  sous  forme  d'un    apport  partiel 
  d'actif. 
Informations comptables de la branche d'activité de l'entité Y. 
 
Valeur nette au bilan au 31/12/N 
Fonds commercial 
Néant 
  Matériels industriels 
45 000 000 
Stocks de métaux 
  36 000 000 
  Créances (1) 
  34 140 000 
Dettes fournisseurs 
  12 820 000 
   (1) Valeur brute du poste 35 580 000, une créance de 7 200 000 peut être considérée  
comme compromise,  le client étant en liquidation  judiciaire. Elle est dépréciée à 80% 
  La valeur d'apport sera établie en se fondant sur les valeurs  nettes au bilan au 31/12/N 
  de  tous  les  postes,  hormis  les  éléments  incorporels  du  fonds  commercial  qui  sont 
évalués  à  25  000  000  F.  L'apport  sera  rémunéré  par  des  actions  X  émises  15  000  F 
  l'une. L'apport a été fait  la valeur réelle. 
 
1. Principe 
Pour  l’entité    bénéficiaire  de  l’apport,  l’opération  s’analyse  comme  une    augmentation  de 
capital    (ou,  si    la    bénéficiaire    est  créée  à  cet  effet,    une      constitution  de  société).  Les 
éléments  sont    repris    pour    la  valeur    figurant    dans    l'acte  d'apport,    la  différence    entre 
l'apport net et l'augmentation  de capital  étant inscrite  au compte 1052  Primes  d'apport
 
2. Valeur de l'apport partiel 
 
Fonds commercial       :                                                     =   25 000 000 
Matériels industriels    :                                                     =   45 000 000 
Stocks  Marchandises   :                                                    =   36 000 000 
Créances (1):                                                                      =  29 820 000  
Dettes fournisseurs       :                                                   =  - 12 820 000 
                     Total actif net apporté :                              = 123 000 000 
 
(1) : 35 580 000 - (7200 000 x 80%) =29 820 000 
 
303

3. Nombre d'actions à émettre 
Il faut créer  123 000 000 / 15 000 = 8 200 actions nouvelles. 
 
4. Comptabilisation chez  l’entité  bénéficiaire de l’apport 
 
 
 
 
 
 
 
 
4614 
 
Apporteurs, entité Y, compte d’apports 
123 000 000  
 
 
 
                      
 
  
1013        Capital souscrit, appelé, versé non amorti (8200 x 10 000) 
82 000 000 
1052 
     Prime d'apport : 8200 x (10 000 – 5000) 
41 000 000 
 (Emission de 8200 actions nouvelles) 
 
 
 
 
 
 
 
215 
 
Fonds commercial 
25 000 000 
 
2411 
 
Matériels industriels 
45 000 000 
 
311 
Stocks de marchandises 
36 000 000 
 
411 
Clients (35 580 000 – 7 200 000) 
28 380 000 
 
4162 
Créances douteuses 
    7200 000 
 
 
 
401 
      Fournisseurs 
 
 12 820 000 
4912 
      Dépréciation des créances douteuses  7200 000 x 80% 
    5 760 000 
4614 
      Apporteurs, entité Y, compte d’apports 
123 000 000 
 
(Liquidation des apports) 
  
 
 
 
 
 
 
 
  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
304

 
 
Cha
 
pitre 39 
Comptes intermédiaires 
 
 
APPLICATION 121 
Période comparative 
  Une entité  clôture ses états financiers annuels au 31 Décembre N et décide de préparer 
  pour la première fois des états financiers intermédiaires au 30 juin N.  
 
   
Période en cours 
Période comparative 
Bilan 
  Période clôturant le :  
30 Juin N 

Compte de résultat 
  -Sur 6 mois  
1er janvier N au 30 juin N 

 
Tableau de flux de trésorerie 
-sur 6 mois  
1er janvier N au 30 juin N 

 
 
 
1. Principe  
•  Contenu des états financiers 
Les présentes dispositions recommandent aux entités qui publient des comptes intermédiaires 
de préparer les mêmes états de synthèse que ceux établis à la clôture de l'exercice. 
Un jeu complet d’états financiers intègre :  
(a) un Bilan ; 
(b) un Compte de résultat ; 
(c) un Tableau des flux de trésorerie ;  
(d) des Notes annexe. 
•  Respect du principe de la comparabilité des comptes annuels 
Pour assurer la comparabilité, les comptes intermédiaires comportent : 
-  le bilan à la fin de la période intermédiaire concernée et le bilan à la date de clôture de 
l'exercice précédent ; 
 
305

-   le  compte  de  résultat  cumulé  du  début  de  l'exercice  à  la  fin  de  la  période 
intermédiaire,  le  compte  de  résultat  pour  la  même  période  de  l'exercice  précédent, 
ainsi que le compte de résultat de l'exercice précédent. 
-  le tableau des variations de capitaux propres cumulées du début de l'exercice à la fin 
de la période intermédiaire, ainsi que le tableau des variations de capitaux propres de 
l'exercice précédent ; et 
-  un tableau des flux de trésorerie cumulés du début de l'exercice à la fin de la période 
intermédiaire, ainsi que le tableau des flux de l'exercice précédent. 
 En cas de changement de méthode comptable décidé au cours de l'exercice et reflété dans les 
comptes  intermédiaires  publiés,  l'information  comparative  présentée  doit  être  retraitée  pro-
forma. 
2. Détermination des périodes comparatives 
 
Période en cours 
Période comparative 
Bilan 
Période clôturant le :  
30 Juin N 
30 Juin N-1 
Compte de résultat 
-Sur 6 mois  
1er janvier N au 30 juin N 
1er janvier N-1 au 30 juin N-1 
Tableau de flux de trésorerie 
-sur 6 mois  
1er janvier N au 30 juin N 
1er janvier N-1 au 30 juin N-1 
 
 
 
 
 
 
 
 
306

 
 
Chapitre 40 
Liquidation  
 
 
 
     
A  
P    
P    
LI   
C    
A   
T   
I    
O   
N       
122    
     Liquidation 
  Une entité dont le bilan est présenté ci-dessous décide d’arrêter son activité au 25/01/N. 
  Actif 
Brut 
Amort/dép. 
Net 
Passif 
Net 
Bâtiments indus. 
40 000 000  26 500 000  13 500 000  Capital 
20 000 000 
  Matériel indus.  20 000 000  15 000 000    5 000 000  Réserves 
14 000 000 
Stocks de m/ses 
  7 500 000    3 450 000 
  4 050 000  Fournisseurs 
17 000 000 
Créances clients 
22 500 000    3 900 000 
18 600 000   
 
  Banques 
  9 850 000 
 
  9 850 000   
 
Total 
99 850 000  48 850 000 
51 000 000  Total 
51 000 000 
 
Les actifs sont réalisés aux conditions suivantes : 
 
 
Immobilisations : 
 
-
Matériel industriel                                4 500 000 F 
-
Bâtiments  industriel                           25 000 000 F 
 
Stocks de marchandises                                   3 750 000 F 
 
Les créances douteuses dont le nominal est de 11 500 000 F règlent  8 500 000 F. 
 
Les  autres  clients  règlent  le  nominal  de  11 000 000  F  sous  déduction  de  1  500 000  F 
 
d’escomptes accordés. 
 
Les frais de liquidation se sont élevés à 3 000 000 F. 
 
 
 
1. Principe  
Le plan comptable général du Système comptable OHADA préconise une nomenclature des 
comptes spécifiques pour l’enregistrement des opérations de liquidation :  
837 : Charges liées aux opérations de liquidation  
847 : Produits liés aux opérations de liquidation  
1374 : Résultat de liquidation  
 
 
307

•  Fonctionnement des comptes spécifiques 
 
־  Compte 837 : Charges liées aux opérations de liquidation  
Ce compte enregistre les charges et pertes constatées sur la réalisation de l’actif et le paiement 
du passif exigible ainsi que les frais de liquidation. 
־  Compte 847 : Produits liés aux opérations de liquidation  
Ce compte enregistre les produits et profits constatés sur la réalisation de l’actif et le paiement 
du passif exigible ainsi que l’annulation des provisions. 
־  Compte 1374 : Résultat de liquidation  
 
Il enregistre le résultat lié aux opérations de liquidation qui représente la différence entre les 
produits liés aux opérations de liquidation (compte 847), et les charges liées aux opérations 
de liquidation (compte 837).  
Toutefois, il est admis par souci de simplification d’utiliser directement le compte 
1374  Résultat de liquidation sans transiter par les comptes de charges et produits liés aux 
opérations de liquidation. 
2. Première méthode : utilisation directe du compte 1384 Résultat de liquidation 
•  Ecritures de liquidation comptabilisées dans les livres de l’entité 
־  Cession du bâtiment industriel 
 
 
 
 
 
 
 
521 
 
Banques (1) 
25 000 000 
 
 
  
 
1384 
               Résultat de liquidation (a) 
25 000 000 
 
(Cession du bâtiment industriel) 
 
 
 
 
 
 
 
1384 
 
Résultat de liquidation (b) 
13 500 000 
 
2831 
 
Amortissements des bâtiments industriels 
26 500 000 
 
 
 
 
 
 
 
231 
       Bâtiments industriels 
40 000 000 
   
(Sortie du bâtiment industriel) 
 
 
 
 
 
 
 
־  Cession du matériel industriel 
 
 
 
 
 
 
 
521 
 
Banques (2) 
4 500 000 
 
 
  
 
1384 
               Résultat de liquidation (c) 
4 500 000 
 
(Cession du matériel industriel) 
 
 
 
 
 
 
 
1384 
 
Résultat de liquidation (d) 
     5 000 000 
 
2841 
 
Amortissements du matériel  industriel  
   15 000 000 
 
 
 
 
 
 
 
2411 
      Matériel industriel 
20 000 000 
   
(Sortie du matériel industriel) 
 
 
 
 
 
 
 
308

־  Cession des stocks 
 
 
 
 
 
 
 
521 
 
Banques (3) 
3 750 000 
 
 
  
 
1384 
               Résultat de liquidation (e) 
3 750 000 
 
(Cession des stocks) 
 
 
 
 
 
 
 
 
1384 
 
Résultat de liquidation (f) 
4 050 000 
 
391 
 
Dépréciation des stocks de marchandises 
3 450 000 
 
 
 
 
 
 
 
311 
                     Stocks de marchandises 
7 500 000 
 (Sortie des stocks) 
 
 
 
 
 
 
 
 
־  Encaissement des créances 
 
 
 
 
 
 
 
521 
 
Banques (4) 
8 500 000 
 
 
  
 
4162 
               Créances douteuses 
8 500 000 
 
(Règlement Créances douteuses) 
 
 
 
 
 
 
 
 
4912 
 
Dépréciation des créances douteuses 
3 900 000 
 
 
  
 
1384 
               Résultat de liquidation (g) 
3 900 000 
 
(Reprise de dépréciations) 
 
 
 
 
 
 
 
1384 
 
Résultat de liquidation (h) 
3 000 000 
 
 
 
 
 
 
4162 
              Créances douteuses  
3 000 000 
(Perte sur créances douteuses) 
 
 
 
 
 
 
 
521 
 
Banques (5) 
 9 500 000 
 
1384 
 
Résultat de liquidation (escomptes) (i) 
 1 500 000 
 
 
                
 
411 
              Clients  
11 000 000 
 
(Règlement des autres clients sous escompte
 
 
 
 
 
 
 
 
־  Règlement des dettes fournisseurs 
 
 
 
 
 
 
 
401 
 
Fournisseurs 
17 000 000 
 
 
 
 
 
521  
                 Banques (6) 
17 000 000 
 
                
 
(Règlement des dettes fournisseurs) 
 
 
 
 
 
 
 
 
־  Règlement des frais de liquidation 
 
 
 
 
 
 
 
1384 
 
Résultat de liquidation (j) 
3 000 000 
 
 
 
 
 
521 
                 Banques (7) 
3 000 000 
 
                
 
(Règlement des frais de liquidation
 
 
 
 
 
 
 
 
309

־  Bilan de clôture 
Le compte de résultat de liquidation se présente comme suit : 
1384   Résultat de liquidation 
(b) 
13 500 000 
(a) 
25 000 000 
(d) 
  5 000 000 
(c)  
  4 500 000 
(f) 
  4 050 000 
(e) 
  3 750 000 
(h)   
  3 000 000 
(g)  
  3 900 000 
(i) 
  1 500 000 
 
 
(j) 
  3 000 000 
 
 
 Solde créditeur 
  7 100 000 
 
 
 
 
 
 
                                      37 150 000                                                           37 150 000 
 
 
Le compte « Banques » se présente comme suit : 
521 Banques 
(Solde initial au bilan)    9 850 000 
(6) 
17 000 000 
(1) 
25 000 000 
(2) 
  4 500 000 
(7)  
  3 000 000 
(3) 
  3 750 000 
 
 
(4)   
  8 500 000 
 
 
(5)  
  9 500 000 
 
 
 
 
 
 
 
 
 Solde débiteur 
41 100 000 
 
 
 
 
                                      61 100 000                                                           61 100 000 
 
Le bilan de clôture se présente ainsi : 
ACTIF 
MONTANTS 
PASSIF 
MONTANTS 
Banques 
41 100 000 
Capital 
20 000 000 
 
 
Réserves 
14 000 000 
 
 
Résultat de liquidation (boni) 
  7 100 000 
TOTAL 
41 100 000 
TOTAL 
41 100 000 
 
•  Ecritures de partage  
L’opération de partage se déroule en deux étapes : 
-  Restitution du capital aux associés et répartition du boni de liquidation 
 
 
 
 
 
 
 
101 
 
Capital social 
20 000 000 
 
11 
 
Réserves 
14 000 000 
 
1384 
 
Résultat de liquidation 
  7 100 000 
 
 
 
 
 
 
4619 
                     Apporteurs, capital à rembourser 
41 100 000 
   
 
 
 
 
 
 
 
 
 
310

-  Remboursement des associés par le crédit des comptes de trésorerie 
 
 
 
 
 
 
 
4619 
 
Apporteurs, capital à rembourser 
41 100 000 
 
 
 
 
 
 
 
521 
                Banques 
41 100 000 
  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
3. Deuxième méthode : inscription préalable en charges et produits H.A.O. 
Dans cette méthode, les écritures sont passées en deux étapes : 
־  1ère étape : les opérations de liquidation sont enregistrées au préalable dans les comptes 
de charges et produits H.A.O. 
־  2e étape : les produits et charges H.A.O. sont regroupés en résultat de liquidation. 
 
•  Ecritures de liquidation comptabilisées dans les livres de l’entité 
1ère étape : 
-  Cession du bâtiment industriel 
 
 
 
 
 
 
 
521 
 
Banques  
25 000 000 
 
 
  
 
847 
           Produits liés aux opérations de liquidation 
25 000 000 
 
(Cession du bâtiment industriel
 
 
 
 
 
 
 
837 
 
Charges liées aux opérations de liquidation 
13 500 000 
 
2831 
 
Amortissements des bâtiments industriels 
26 500 000 
 
 
 
 
 
 
 
231 
       Bâtiments industriels 
40 000 000 
   
(Sortie du bâtiment industriel
 
 
 
 
 
 
 
-  Cession du matériel industriel 
 
 
 
 
 
 
 
521 
 
Banques  
4 500 000 
 
 
  
 
847 
               Produits liés aux opérations de liquidation 
4 500 000 
 
 
(Cession du matériel industriel) 
 
 
 
 
 
 
 
837 
 
Charges liées aux opérations de liquidation 
     5 000 000 
 
2841 
 
Amortissements du matériel  industriel  
   15 000 000 
 
 
 
 
 
 
 
2411 
      Matériel industriel 
20 000 000 
   
(Sortie du matériel industriel
 
 
 
 
 
 
 
 
 
311

-  Cession des stocks 
 
 
 
 
 
 
 
521 
 
Banques  
3 750 000 
 
 
  
 
847 
               Produits liés aux opérations de liquidation 
3 750 000 
 
 
 
(Cession des stocks) 
 
 
 
 
 
 
 
837 
 
Charges liées aux opérations de liquidation 
4 050 000 
 
391 
 
Dépréciation des stocks de marchandises 
3 450 000 
 
 
 
 
 
 
 
311 
                     Stocks de marchandises 
7 500 000 
 (Sortie des stocks) 
 
 
 
 
 
 
 
 
-  Encaissement des créances 
 
 
 
 
 
 
 
521 
 
Banques  
8 500 000 
 
 
  
 
4162 
               Créances douteuses 
8 500 000 
 
(Règlement Créances douteuses
 
 
 
 
 
 
 
 
4912 
 
Dépréciation des créances douteuses 
3 900 000 
 
 
  
 
847 
               Produits liés aux opérations de liquidation 
3 900 000 
 
(Reprise de dépréciations) 
 
 
 
 
 
 
 
837 
 
Charges liées aux opérations de liquidation 
3 000 000 
 
 
 
 
 
 
4162 
              Créances douteuses  
3 000 000 
(Perte sur créances douteuses
 
 
 
 
 
 
 
521 
 
Banques  
 9 500 000 
 
837 
 
Charges liées aux opérations de liquidation 
 1 500 000 
 
 
                
 
411 
              Clients  
11 000 000 
 
(Règlement des autres clients sous escompte) 
 
 
 
 
 
 
 
 
-  Règlement des dettes fournisseurs 
 
 
 
 
 
 
 
401 
 
Fournisseurs 
17 000 000 
 
 
 
 
 
521  
                 Banques  
17 000 000 
 
                
 
(Règlement des dettes fournisseurs
 
 
 
 
 
 
 
 
-  Règlement des frais de liquidation 
 
 
 
 
 
 
 
837 
 
Charges liées aux opérations de liquidation 
3 000 000 
 
 
 
 
 
521 
                 Banques (7) 
3 000 000 
 
                
 
(Règlement des frais de liquidation
 
 
 
 
 
 
 
 
 
312

 
 
 
 
 
 
 
847 
 
Produits liés aux opérations de liquidation (2)  
37 150 000 
 
 
 
                             
   
 
 
1384 
                  Résultat de liquidation (3) 
  7 100 000 
 
837 
                  Charges liées aux opérations de liquidation (1) 
30 050 000 
 
                
(Pour solde) 
 
 
 
 
 
 
 
 
(1)  13 500 000 + 5 000 000 + 4 050 000 + 3 000 000 + 1 500 000 + 3 000 000 = 30 050 000 
(2)  25 000 000 + 4 500 000 + 3 750 000 + 3 900 000 = 37 150 000 
(3)  37 150 000 – 30 050 000 = 7 100 000 
 
U  NB le traitement comptable de la suite des opérations  (bilan de clôture et écritures de 
partage) reste identique. 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
313

 
 
Chapitre 41 
Première application du SYSCOHADA révisé 
 
 
 
 
         
A   
P   
P    
LI     
C   
A   
T   
I    
O   
N         
123   
      Frais d’établissement et primes de remboursement 
Opération 1 : Frais de constitution 
  Une entité est créée le 1er  Janvier 2017. Les frais de constitution payés au comptant par 
  chèque bancaire sont les suivants : 
Honoraires du notaire   : 5 000 000 F 
  Frais d’actes                    : 100 000 F 
Droit d’enregistrement :    900 000 F 
  L’entité décide d’immobiliser et d’amortir les frais de constitution sur 4 ans. 
 
Le  1er  janvier  2018,  date  de  première  application  du  SYSCOHADA  révisé,  l’entité 
  décide d’étaler le solde du compte frais d’établissement sur la période restant à amortir. 
 
  Opération 2 : Primes de remboursement des obligations 
Une  entité  émet  le  01/01/2017  un  emprunt  de  300 000 000  F  constitué  de  3  000 
  obligations de 100 000 F, émises à 95 000 F le titre. Le remboursement doit se faire à 
110 000 F. 
  Le taux d’intérêt est de 10% et le remboursement se fera est in fine le 31/12/2020. 
La prime de remboursement sera  amortie sur 4 ans. 
 
1. Opération 1 : 
 
•  Principe 
Les comptes charges immobilisées (sauf les primes de remboursement des obligations et les 
frais de prospection) enregistrés antérieurement à la révision du SYSCOHADA doivent être 
virés au compte 4751 Compte transitoire lié à la révision du SYSCOHADA, compte actif
Ensuite, le compte 4751 doit être repris sur l’exercice ou étalé sur la période restant à amortir 
sans dépasser cinq (5) ans par le biais des comptes de charges par nature concernés. 
 
 
 
 
314

•  Rappel des écritures antérieures: les écritures qui ont été passées sont les suivantes : 
 
 
 
01/01/2017   
 
 
6324 
 
Honoraires des professions règlementées  
5 000 000 
 
6325 
 
Frais d'actes et de contentieux 
  100 000 
 
646 
 
Droit d’enregistrement                         
  900 000 
 
 
 
             
 
4011 
                           Fournisseurs 
6 000 000 
 
              
(Pour frais de constitution
 
 
 
 
 
 
 
4011 
 
Fournisseurs 
6 000 000 
 
 
 
             
   
 
 
521 
                          Banques  
  
6 000 000 
 
 
              
 
(Règlement des frais de constitution
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
31/12/2017 
2011 
 
Frais de constitution 
6 000 000 
 
 
 
                             
   
 
781 
               Transferts de charges d’exploitation 
6 000 000 
 
              
(Transfert de charges) 
 
 
 
 
 
 
 
6811 
 
Dotations aux amortissements des charges immobilisées 
1 500 000 
 
 
 
             
   
 
 
2011 
                       Frais de constitution 
  
1 500 000 
 
 
              
 
(Amortissement : 6 000 000/4
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
-  Solde du compte 2011 au 1er janvier 2018 : 6 000 000 – 1 500 000 = 4 500 000. 
-  Durée restant à courir : 3 ans (4 – 1). 
-  Montant des charges par nature à étaler : 
o  6324   Honoraires des professions règlementées   5 000 000 x 3/4 = 3 750 000 
o  6325   Frais d'actes et de contentieux                       100 000 x 3/4 =     75 000 
o  646    Droit d’enregistrement                                    900 000 x 3/4 =   675 000 
                                                  Total à étaler :                                                       =  4 500 000 
•  Ecritures au 1er janvier 2018 (bilan d’ouverture) 
 
 
 
01/01/2018   
 
 
4751 
 
Compte transitoire, ajustement spécial lié à la révision du 
4 500 000 
 
 
 
SYSCOHADA - compte actif 
   
 
 
 
             
  
 
 
2011 
                       Frais de constitution 
4 500 000 
 
              
 
(Bilan d’ouverture
 
 
 
 
 
 
 
 
 
315

•  Ecritures au 31 décembre 2018  
 
 
 
31/12/2018   
 
 
6324 
 
Honoraires des professions règlementées    (3 750 000 x 1/3)         
1 250 000  
 
6325 
 
Frais d'actes et de contentieux                         (75 000 x 1/ 3) 
     25 000 
 
646 
 
Droit d’enregistrement                                   (675 000 x 1/3) 
   225 000 
 
 
 
 
 
 
4751       Compte transitoire, ajustement spécial lié à la révision du 
1 500 000 
 
 
SYSCOHADA -     compte actif 
 
 
 
              
(Etalement des frais de constitution
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
        
•  Ecritures au 31 décembre 2019 
 
 
 
31/12/2019   
 
 
6324 
 
Honoraires des professions règlementées    (3 750 000 x 1/3)         
1 250 000  
 
6325 
 
Frais d'actes et de contentieux                         (75 000 x 1/ 3) 
     25 000 
 
646 
 
Droit d’enregistrement                                   (675 000 x 1/3) 
   225 000 
 
 
 
 
 
 
4751      Compte transitoire, ajustement spécial lié à la révision du 
1 500 000 
 
 
SYSCOHADA -       compte actif 
 
 
 
              
(Etalement des frais de constitution
 
 
 
 
 
 
 
 
•     Ecritures au 31 décembre 2020 
 
 
 
31/12/2020   
 
 
6324 
 
Honoraires des professions règlementées    (3 750 000 x 1/3)         
1 250 000  
 
6325 
 
Frais d'actes et de contentieux                         (75 000 x 1/ 3) 
     25 000 
 
646 
 
Droit d’enregistrement                                   (675 000 x 1/3) 
   225 000 
 
 
 
 
 
 
4751 
   Compte transitoire, ajustement spécial lié à la révision du 
1 500 000 
 
 
SYSCOHADA -     compte actif 
 
 
 
              
(Etalement des frais de constitution
 
 
 
 
 
 
 
 
 
•  Solde du 4751 au 31 décembre 2020 
                                  D                       4751                     C 
                                          4 500 000                1 500 000 
                                                                         1 500 000 
                                                                         1 500 000  
                              Total : 4 500 000               4 500 000 
 
316

2. Opération 2 : 
 
•  Principe 
 
Le compte 206 Primes de remboursement des obligations, doit être crédité par le débit du 
compte 161 Emprunts obligataires. Au fur et à mesure du remboursement des obligations, 
les  primes  de  remboursement  échues  sont  enregistrées  au  débit  du  compte  6714  Primes  de 
remboursement des obligations, ou au prorata des intérêts courus en cas de remboursement 
in fine des obligations. 
 Les  primes  de  remboursements  non  échues,  sont  inscrites  dans  les  Notes  annexes  en 
engagements hors bilan. 
 
•  Rappel des écritures antérieures: les écritures qui ont été passées sont les suivantes : 
 
 
 
01/01/2017   
 
 
521 
 
Banques (95 000 x 3 000) 
285 000 000 
 
206 
 
Primes de remboursement des obligations (110 000 – 95 000) x 3 000 
  45 000 000 
 
 
 
              
  
 
 
 
             
 
1611                    Emprunts obligataires ordinaires (110 000 x 3 000) 
330 000 000 
 
              
(Emission emprunt obligataire
 
 
 
31/12/2017   
 
 
6872 
 
Dotations aux amortissements des primes de remboursement  
11 250 000 
 
 
 
             
   
 
 
206                      Primes de remboursement des obligations        
  
11 250 000 
 
 
       
 
(Amortissement = 45 000 000/4) 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
•  Ecritures au 1er janvier 2018 (bilan d’ouverture) 
 
-  Solde du compte 206 au 01/01/2018 : 45 000 000 – 11 250 000 = 33 750 000 
-  Durée restant à courir : 3 ans (4 – 1). 
-  Tableau des intérêts courus : 
Période 
Emprunt 
Intérêts 
 
2017 
300 000 000 
30 000 000 
 
2018 
300 000 000 
30 000 000 
 
2019 
300 000 000 
30 000 000 
90 000 000 
2020 
300 000 000 
30 000 000 
 
 
Montant annuel du solde du compte 206 Primes de remboursement des obligations rattaché à 
chaque exercice : 33 750 000 x 30 000 0000/90 000 000 = 11 250 000. 
 
 
317

 
 
 
01/01/2018   
 
 
1611 
 
Emprunts obligataires ordinaires 
33 750 000 
 
 
 
             
   
 
 
206 
                       Primes de remboursement des obligations 
  
33 750 000 
 
 
              
 
                                  (Bilan d’ouverture
 
 
 
 
 
 
 
 
 
•     Ecritures au 31 décembre 2018  
 
 
 
 
31/12/2018   
 
 
6714 
 
Primes de remboursement des obligations 
11 250 000 
 
 
 
             
   
 
 
1661 
                      Intérêts courus sur emprunts obligataires  
  
11 250 000 
 
 
              
 
                   (Rattachement de la prime de remboursement) 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

•     Ecritures au 31 décembre 2019  
 
 
 
 
31/12/2019   
 
 
6714 
 
Primes de remboursement des obligations 
11 250 000 
 
 
 
             
   
 
 
1661 
                       Intérêts courus sur emprunts obligataires 
  
11 250 000 
 
 
              
 
                   (Rattachement de la prime de remboursement
 
 
 
 
 
 
 
 
 
•     Ecritures au 31 décembre 2020  
 
 
 
 
31/12/2020   
 
 
6714 
 
Primes de remboursement des obligations 
11 250 000 
 
 
 
             
   
 
 
1661 
                       Intérêts courus sur emprunts obligataires 
  
11 250 000 
 
 
              
 
                    (Rattachement de la prime de remboursement) 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

318

NOTE 8A: TABLEAU D’ETALEMENT DES CHARGES IMMOBILISEES  
Désignation entité : XXX                                                                                Exercice clos le 31-12-2018  
Numéro d’identification : N° 000                                                                   Durée (en mois) : 12 mois 
NOTE8A 
TABLEAU D’ETALEMENT DES CHARGES IMMOBILISEES 
Charges à repartir 
Primes de 
Frais 
Libellés 
sur plusieurs 
remboursement des 
d'établissement 
exercices 
obligations 
Montant global à étaler 
au 1er janvier 2018 
 4 500 000 
  
33 750 000  
Durée d'étalement 
retenue 
3 ans  
  
3 ans  
Comptes   Montants  Comptes  Montants  Comptes  Montants 
Exercice 2018 
6324 
 1 250 000  60  
6714 
11 250 000
6325 
      25 000  61  
 
 
646 
    225 000  62  
 
 
Total exercice 2018 
    1 500 000    
6714 
11 250 000 
Total exercice 2019 
  
 1 500 000    
6714 
11 250 000 
Total exercice 2020 
  
 1 500 000    
6714 
11 250 000 
TOTAL GENERAL 
    4 500 000    


33 750 000
 
         
A   
P   
P    
LI    
C   
A   
T   
I    
O   
N   
      
124   
     Approche par composants 
Une  entité  a  acquis  le  01  janvier  2008  (depuis  10  ans)  un  matériel  industriel  d’une 
  valeur de 500 000 000 amortissable sur 20 ans. Au 31 décembre 2017, les données 
relatives à ce matériel sont les suivantes :                  
  Valeur brute : 500 000 000 
C  umul des amortissements : 250 000 000 
Valeur nette comptable : 250 000 000 
  En  fonction  de  données  actuelles  ressortant  d’études  techniques,  la  valeur  nette  
du  composant  représente 25% avec une durée résiduelle d’amortissement de 5 ans, et 
  celle de la structure est de 75%. 
  La durée d’amortissement de la structure n’est pas modifiée (10 ans). 
 
 
319

1. Principe 
La méthode retenue pour le retraitement des immobilisations décomposables existant au bilan 
d’ouverture, est celle de la réallocation des valeurs nettes comptables. 
Cette  méthode  consiste  à  ne  pas  modifier  la  valeur  nette  comptable  globale  de  chaque 
immobilisation, mais à la répartir entre les différents composants. 
Pour  cela,  il  faut  déterminer  les  valeurs  nettes  comptables  théoriques  (VNC)  auxquelles  on 
aurait abouti, si les composants avaient été reconnus dès l’origine. Il est possible pour cela de 
se  référer  aux    prix  sur    les    marchés      des  biens  d’occasion.  A  défaut  d'une  référence  aux 
biens  d'occasion,  ce  calcul  peut  être  effectué  en  prenant  les  composants  d'un  bien  neuf 
auxquels  on  applique  les  amortissements  qui  auraient  été  pratiqués  depuis  l'acquisition  du 
bien (y compris l’impact de l’effet de l’inflation). 
Le pourcentage de répartition des VNC ainsi déterminé est ensuite appliqué aux valeurs brutes 
et  aux  amortissements  pour  la  présentation  du  bilan.  Les  valeurs  brutes  ainsi  ventilées 
constitueront    les  nouvelles  bases    amortissables.  Le  passage  aux  durées  probables 
d’utilisation pour les amortissements se fait de façon prospective. 
Cette méthode n’a aucun impact sur les capitaux propres. 
 
2. Ecritures au 1er janvier 2018 (bilan d’ouverture) 
Les valeurs brutes et les amortissements constatés doivent être ventilés comme suit : 
Eléments
Immobilisation 
Structure 
Composant 
Valeur brute
125 000 000 
500 000 000
    375 000 000 
(500 000 000 x75%)
(500 000 000 x 25%)
Cumul des amortissements
62 500 000 
250 000 000
187 500 000 
(250 000 000 x 75%)
(250 000 000 x 25%)
Valeur nette comptable 
62 500 000 
250 000 000
187 500 000 
(250 000 000 x 75%)
(250 000 000 x 25%)
Amortissement   annuel à 

18 750 000                
12 500 000                 
compter de la réallocation 
(187 500 000/10)
(62 500 000/5)

Ces bases, 187 500 000 et 62 500 000, seront amorties sur les nouvelles durées résiduelles restant 
à  courir  sans  correction  des  amortissements  antérieurement  pratiqués,  soit  5  ans  pour  le 
composant.  La  durée  résiduelle  du  la  structure  est  maintenue  à  10  ans.  Ainsi,  l’annuité 
d’amortissement passera de 25 000 000 (500 000 000/20) à 31 250 000 (12 500 000+18 750 000). 
 
320

 
 
 
 
 
 
 
01/01/2018 
23111 
 
Bâtiments industriels – structure 
  375 000 000 
 
 
 
 
23112 
 
Bâtiments industriels – composant  
  125 000 000 
 
 
 
 
 
 
 
   2311 
         Bâtiments industriels 
 
500 000 000 
 
 
       
 
 
 
 
28311 
 
Amortissements des Bâtiments industriels 
250 000 000 
 
 
 
 
 
28311
        Amortissements des Bâtiments industriels – structure 
 
187 500 000 
 
 
 
283112 
        Amortissements des Bâtiments industriels - composant 
62 500 000 
 
 
       
 
 
 
 
 
3. Ecritures au 31 décembre 2018  
 
 
 
 
 
 
 
31/12/2018 
68131 
 
Dotations aux amortissements des immobilisations corpo. 
31 250 000 
 
 
 
 
 
 
283111     Amortissements des bâtiments administratifs - structure 
 
18 750 000 
 

 
 
 
 
283132     Amortissements des bâtiments administratifs – composant  
 
12 500 000 
 
 
 
 
 
 
 
 
       A  P  P     
LI   
C     
A   
TI     
O   
N    
      
125   
    Engagement de retraite 
  Une entité faisant appel public à l’épargne a confié à un actuaire l’évaluation de ses 
engagements  de  retraite  conformément  aux  nouvelles  dispositions  du  SYSCOHADA 
révisé. L’évaluation des indemnités de départ à la retraite se présente comme suit : 
   
- cumul au 31/12/2017 : 75 000 000 (évalués et non comptabilisés antérieurement) ; 
 
- cumul au 31/12/2018  : 90 000 000. 
Pour  sa  première  année  d’application  des  nouvelles  dispositions  du  SYSCOHADA, 
  l’entité décide d’étaler  de façon linéaire sur 5 ans, la partie de l’indemnité relative aux 
engagements antérieurs non comptabilisés. 
 
1. Principe 
 
La  première  année  d’application  de  la  comptabilisation  des  indemnités  de  fin  de  carrière,           
(à inscrire au crédit du compte 196 Provisions pour pensions et obligations similaires par le 
débit  du  compte  4751  Compte  transitoire,  ajustement  spécial  lié  à  la  révision  du 
SYSCOHADA  –  compte  actif),  doit  être  considérée  comme  un  changement  de  méthode 
comptable. Le retraitement doit être en principe rétrospectif. Les engagements antérieurs non 
comptabilisés (montant net de l’effet d’impôt), sont affectés directement aux postes report à 
nouveau. 
 
321

Toutefois, l’entité peut aussi recourir à deux autres méthodes de comptabilisation qui sont les 
suivantes :  
-  comptabilisation de la totalité de la charge à la fin du premier exercice d’application ; 
-  étalement  de  la  partie  de  l’indemnité  relative  aux  engagements  antérieurs  non 
comptabilisés de façon linéaire, sur une durée maximum de cinq (5) ans. 
2. Ecritures au 1er janvier 2018 (bilan d’ouverture) 
 
 
 
 
 
 
 
01/01/2018 
4751 
 
Compte transitoire, ajustement spécial lié à la révision du 
75 000 000 
 
SYSCOHADA - compte actif 
 
 
 
 
 
 
 
196 
Provisions pour pensions et obligations similaires – engagement 
 
75 000 000 
de retraite 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
3. Ecritures au 31 décembre 2018  
 
•  Constatation des engagements de retraite nés au cours de l’exercice 2018 : 
־  Variation  de  l’obligation  au  31  décembre  2018 :  90 000 000  –  75 000 000                             
= 15 000 000. 
־  Coût financier : 75 000 000 x 6% = 4 500 000. 
־  Coût  des  services  rendus  au  cours  de  l’exercice  2018 :  15 000 000  –  4 500 000                        
= 10 500 000 
 
 
 
 
 
 
 
31/12/2018 
6911 
 
Dotations aux provisions d’exploitation pour risques et charges 
10 500 000 
 
 
 
 
 
 
6971 
 
Dotations aux provisions financières pour risques et charges 
 4 500 000 
 
 
 
 
 
 
 
1961 
 Provisions pour pensions et obligations similaires – 
 
15 000 000 
engagement de retraite 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
•  Etalement des engagements antérieurs : 
־  Montant de l’étalement : 75 000 000/5 = 15 000 000. 
 
 
 
 
 
 
 
31/12/2018 
6911 
 
Dotations aux provisions d’exploitation pour risques et charges 
15 000 000   
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
4751 
Compte transitoire, ajustement spécial lié à la révision du  
15 000 000 
SYSCOHADA -     compte actif 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
322

 
APPLICATION 126   Changement de méthode comptable et contrat à long         
 
 terme 
 
Une  entité  spécialisée  dans  l'installation  et  la  maintenance  de  panneaux  solaires,  
 
utilisait la méthode à l’achèvement pour le traitement comptable de ses contrats à long 
terme jusqu’au 31 décembre2017. 
 
 
Au premier janvier 2018 date de première application de SYSCOHADA révisé, elle a 
l'obligation de passer  à la méthode à l’avancement. 
 
Les caractéristiques du contrat dont l'exécution est en cours sont les suivantes: 
 
 
Eléments 
31/12/2017 
31/12/2018 
Prix de vente prévisionnel 
12 000 000 
12 000 000 
 
Produits  contractuels  (facturations  intermédiaires 

1 250 000 
 
pendant l'exercice) 
Coût des prestations exécutées pendant l'exercice (1) 
2 500 000 
2 000 000 
 
Coût total prévisionnel de revient 
7 500 000 
9 000 000 (2) 
 
 
(1) Ces travaux sont tous acceptés par le cocontractant. 
 
(2)  Montant  ré-estimé  avec  fiabilité,  compte  tenu  des  informations  disponibles  et  de 
 
l'avancement du contrat. 
L'entité  décide  d'imputer  les  produits  non  enregistrés  antérieurement  au  résultat  de 
 
l'exercice 2018.   
 
1. Principe  
 
Pour les entités qui utilisaient la méthode des bénéfices partiels à l'inventaire, ou la méthode 
à l’achèvement avec constatation d’un stock en cours (ne répondant pas aux nouvelles règles 
de  comptabilisation),  les  comptes  475  Créances  sur  travaux  non  encore  facturables  et 
34/35 Produits en cours/Services en cours, inscrits à l’actif du bilan d’ouverture, doivent 
être  soldés.  En  effet,  le  comptes  475  doit  être  crédité  par  le  compte  4751  Compte 
transitoire,  ajustement  spécial  lié  à  la  révision  du  SYSCOHADA  –  compte  d’actif,  et 
rapporté soit globalement, soit par fractions égales sur une durée de cinq (5) ans par le débit 
du  compte  651  Pertes  sur  créances  clients  et  autres  débiteurs.  Les  comptes  34/35 
323

constitués  selon  la  méthode  d’achèvement,  ou  d’avancement  en  fin  d’exercice  doivent  être 
crédités par le débit du compte 4181 Clients factures à établir.  
 
2. Rappel des écritures au 31/12/2017 sur le contrat en cours. 
 
 
 
 
 
 
 
 
31/12/2017 
352 
 
Prestations de services  encours                      
2 500 000 
 
 
 
 
         
 
 
7352 
            Variations de prestations de services encours 
 
2 500 000 
  
(Selon travaux en cours) 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
3. Ecritures au 1er janvier 2018 (bilan d'ouverture) 
 

 
 
 
 
 
 
01/  
01/2018   
 
 
4181 
 
Clients, factures à établir 
2 500 000 
 
 
 
       
 
 
 
352 
       Prestations de services en cours 
 
2 500 000 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
(Changement de méthode comptable) 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
324

 
 
 
SY
 
S
C

 
O
 
GUIDE 
H
A

 
D’APPLICATION 
D
A

 
 
 
 
 
TROISIEME PARTIE : 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
325

 
 
 
Chapitre 1             Préparation des états financiers 
 
 
 
  
SECTION 1 : Principe 
1.1. Notion d’états financiers 
a) En pure logique comptable, la synthèse pourrait se satisfaire d’un simple regroupement de 
tous les comptes utilisés au cours de la période ou de l’exercice en deux comptes collectifs : 
-  « gestion » ou « résultat », regroupant les comptes des classes 6, 7 et 8, 
-  « patrimoine » ou « Bilan », regroupant ceux des classes 1 à 5. 
L’ensemble de ces deux comptes correspondrait à la balance générale, après inventaire. 
Mais de tels comptes ne seraient guère plus lisibles que la balance, en raison du grand nombre 
de lignes utilisées, et demeureraient par ailleurs hermétiques aux non-comptables, auxquels ils 
ne fourniraient aucune indication sur la gestion. 
b) L’article 23 de l’Acte uniforme prévoit donc, au titre de la synthèse annuelle, des « états 
financiers » qui devront être « arrêtés au plus tard dans les quatre mois qui suivent la date de 
clôture de l’exercice ». 
Le terme retenu, «états financiers», n’est à rapprocher ni des « éléments financiers » (comptes 
principaux 67 et 77), ni des comptes de Trésorerie de la classe 5. Il dérive de la terminologie 
anglo-saxonne, dans laquelle la Comptabilité générale est appelée « financière » («financial 
accounting»), bien qu’elle traduise à la fois les flux juridiques et les flux financiers, et que sa 
synthèse figure alors dans des états « financiers » («financial statements»). 
1.2. Eléments communs aux états financiers 
a)  Si certains de ces états conservent à première vue la structure d’un compte, avec des soldes 
débiteurs à gauche et des soldes créditeurs à droite, ils forment en fait des tableaux, constitués 
de « postes ». Ces postes ne sont pas « chiffrés » dans une numérotation décimale, comme les 
comptes, mais « lettrés », c’est à dire identifiés par des groupes de deux lettres. 
326

 
EXEMPLE : Dans le Bilan, les postes sont lettrés de AD à DZ. 
b) Ces postes : 
-  correspondent en règle générale à un compte principal. Exemple : au Bilan, les postes 
BQ et BR traduisent les soldes des comptes 50, et 51. ; 
-  mais contractent quelquefois plusieurs comptes principaux. Exemple : dans le Compte 
de résultat, le poste RH « Services extérieurs » contracte tous les comptes 62.. et 63.. ; 
-  et développent souvent, en revanche, le contenu d’un seul compte principal. Exemple : 
le compte 60.. est développé sur six postes, RA à RF
 
d) 
Dans tous les états financiers, les postes sont regroupés en « rubriques », elles-mêmes 
réunies en « masses » identifiées par des sous-totaux. Exemple : au Bilan, les postes AJ à AN 
sont  regroupés  dans  une  «  rubrique  »  d'immobilisations  corporelles,  qui  entre  dans  la  « 
masse » de l'ACTIF IMMOBILISÉ. 
e)  En sus des informations fournies par les comptes de l’exercice intéressé « n », les états 
financiers rappellent également les informations correspondantes de l’exercice précédent, 
appelé « n - 1 », en vue de faciliter au lecteur la comparaison d’une année sur l’autre. 
1.3. Eléments distinctifs 
a) L’article 8 de l’Acte uniforme prescrit quatre états financiers : 

le Bilan (postes AD à DZ), 

le Compte de résultat (postes RA à TO et XA à XI), 

le Tableau des flux de trésorerie (postes FA à FQ et ZA à ZH), 

les Notes annexes (postes non lettrés). 
Les états financiers forment un tout indissociable et décrivent de façon régulière et sincère les 
évènements, opérations et situations de l’exercice. 
Les  Notes  annexes  ne  sont  pas  à  considérer  comme  un  appendice,  mais  comme  un  état 
financier « à part entière », ayant la même importance que les trois autres états. 
 
327

b) 
Des grilles de correspondance postes/comptes ont été conçues : 
-  le passage des numéros de comptes aux lettres des postes est indiqué dans la balance 
servant d’exemple de synthèse, en section 6 ci-dessous. 
-  le contenu de chaque poste est exprimé en numéros de compte, dans les tableaux de 
correspondance Postes/Comptes du  Plan comptable général OHADA titre IX  
chapitre 7. 
c) 
La problématique du classement des postes et des rubriques, et de leur regroupement 
par masse, a fait l’objet de nombreux débats, en vue de concilier les approches des différents 
utilisateurs des états financiers : gestionnaires, actionnaires, fiscalistes, statisticiens, etc. 
La solution retenue diffère selon les états financiers, et est exposée dans chacune des sections 
suivantes. 
 
SECTION 2 : Bilan 
2.1. Fonction 
Selon l’article 29 de l’Acte uniforme, « le Bilan décrit séparément les éléments d’actif et les 
éléments de passif constituant le patrimoine de l’entité. Il fait apparaître, de façon distincte, 
les capitaux propres ». 
Sur  cette  base,  le  SYSCOHADA  préconise  un  tableau  dont  la  composition  obéit  aux 
considérations suivantes. 
2.2. Logique comptable 
Le Bilan du SYSCOHADA ne renie pas, pour l’essentiel, ses origines de compte collectif : il 
recense bien les soldes des comptes de patrimoine contenus dans les classes 1 à 5. 
a) Une lecture horizontale montre que le Bilan présente : 
-  à gauche (actif) les soldes débiteurs, 
-  à droite (passif) les soldes créditeurs. 
 
328

b) Une lecture verticale révèle : 
 
-  d’abord dans le « haut de Bilan » : 
o  un « actif immobilisé » reprenant les comptes de la classe 2, 
o  un  «  passif  interne  ou  capitaux  propres  »  et  des  «  dettes  financières  » 
enregistrées en classe 1 ; 
-  puis dans le « bas de Bilan » : 
 
o  un « actif circulant », reprenant les soldes débiteurs des comptes des classes 3 
et 4, et un « actif de Trésorerie », reprenant les soldes débiteurs des comptes de 
la classe 5,  
o  un « passif circulant », reprenant les soldes créditeurs des comptes de la classe 
4, et un « passif de Trésorerie » reprenant les soldes créditeurs des comptes de 
la classe 5. 
2.3. Aménagements 
Mais pour améliorer sa lisibilité et mieux traduire la situation patrimoniale, le SYSCOHADA 
corrige cette rigidité comptable par plusieurs aménagements : 
a) En lecture horizontale, de gauche à droite : 
-  les  comptes  d’amortissements  (28)  et  de  dépréciations  (29  à  59),  à  solde  créditeur, 
figurent à l’actif en soustraction et non au passif ; 
-  les comptes 12 Report à nouveau et 139 Résultat net de l’exercice figurent toujours 
au passif : 
o  en addition, si leurs soldes sont créditeurs, 
o  en soustraction, si leurs soldes sont débiteurs. 
b) 
En lecture verticale, les postes sont classés dans un ordre « fonctionnel » tant à l’actif 
qu’au passif. Mais le SYSCOHADA introduit un décalage : les écarts de conversion (comptes 
478 et 479) sont placés au pied du Bilan, et non pas dans la masse des éléments circulants, en 
raison de leur caractère probable seulement. 
 
 
 
329

2.4. Tracé 
L’entité peut présenter le bilan soit : 
-  sur  une  seule  page  en  mode  paysage  (plan  comptable  général  OHADA  Titre  IX, 
chapitre 4); 
-  sur deux pages une page regroupant l’actif et l’autre le passif (plan comptable général 
OHADA Titre IX, chapitre 4). 
 
SECTION 3 : Compte de résultat 
3.1. Fonction 
Selon l’article 29 de l’Acte uniforme, le Compte de résultat récapitule en liste les produits et 
les charges, qui font apparaître par cascade les résultats intermédiaires et, in fine, le bénéfice 
net ou la perte nette de l’exercice. 
Sur  cette  base,  le  SYSCOHADA  préconise  un  tableau,  dont  la  composition  obéit  aux 
considérations suivantes. 
3.2. Logique comptable et aménagements 
Le  SYSCOHADA  a  retenu  la  présentation  du  Résultat  «  en  liste  ».  Cette  présentation  a 
l’avantage  mettre  en  évidence  en  cascade  les  soldes  intermédiaires  retenus  par  le  plan 
comptable général. 
Pour améliorer l’information et faciliter sa lecture aux non-comptables, le Compte de résultat 
présente des soldes qui peuvent être regroupés en cinq points : 
-  la marge commerciale 
-  le chiffre d’affaires, 
-  les  résultats  intermédiaires  des  activités  ordinaires  subdivisées  en  activité 
d’exploitation et activité financière ; 
-  le résultat des activités extraordinaires dénommées hors activités ordinaires ; 
-  le résultat net de l’exercice. 
a)  la  marge  commerciale  permet  de  distinguer  les  opérations  commerciales  des 
opérations artisanales ou industrielles et des prestations de services.  
330

Elle est déterminée par la différence entre les postes TA (compte 701) et le poste RA 
(comptes  601)  complété  par  le  poste  RB  (compte  6031)  en  addition  si  le  solde  est 
débiteur (déstockage) ou en soustraction si le solde est créditeur (stockage) ; 
b)  le chiffre d’affaires est défini par le total des ventes de la période ou de l’exercice, 
correspond normalement à la sommation des  postes TA à TD (comptes 70 ventes) ; 
c)  les résultats intermédiaires des activités ordinaires 
§  la Valeur ajoutée est obtenue par la différence  entre  
1)  le chiffre d’affaires (compte 70), les autres produits regroupés dans les postes 
TE, à TI (comptes 73, 72, 71, 75, 781)  
et  
2)  les postes d’achats RA, RC, RE (comptes 601 à 608) complétés par des postes 
de  variation  de  stocks  RB,  RD,  RF  (comptes  603)  en  addition  si  le  solde  est 
débiteur (déstockage) ou en soustraction si le solde est créditeur (stockage)  et 
les  autres  consommations  intermédiaires  des  postes  RG  à  RJ                            
(comptes 61 à 65) ; 
ü  l’excédent  brut  d’exploitation,  obtenu  après  déduction  du  poste  RK  (compte  66 
charges  de  personnel),  représente  le  résultat  obtenu  par  l’unité  de  production, 
avant  prise  en  considération  des  politiques  d’amortissement  et  financière  de 
l’entité.  Il  constitue  également  le  point  de  départ  du  calcul  de  la  capacité 
d’autofinancement par la méthode soustractive ; 
ü  le résultat d’exploitation, obtenu après prise en compte des reprises d’exploitation, 
poste TJ (comptes 791, 798, 799) et dotations d’exploitation, poste RL (comptes 
681, 691), c’est-à-dire de la totalité des éléments d’exploitation ; 
ü  le  résultat  financier,  qui  mesure  l’incidence  de  la  politique  financière  de  l’entité 
est obtenu par la différence entre : 
o  les revenus financiers, postes TK à TM (comptes 77, 797, 787)  
et  
o  les charges financières postes RM et RN (comptes 67 et 697), 
ü  le résultat des activités ordinaires résulte de la somme du résultat d’exploitation et 
du résultat financier ;  
d)  le résultat hors activités ordinaires, qui représente les opérations extraordinaires est 
obtenu par différence entre  
 
331

§  les produits HAO, postes TN et TO (comptes 82, 84, 86, 88) 
et 
§   les charges HAO, postes RM et RN (comptes 81, 83, 85)  
e)  le  résultat  net  de  l’exercice  qui  représente  la  rémunération  des  propriétaires  de 
l’entité est obtenue par la somme algébrique du résultat des activités ordinaires et du 
résultat  HAO  amputée  de  la  participation  éventuelle  des  travailleurs,  poste  RQ 
(compte 87) et des impôts sur le résultat, poste RS (compte 89). 
 
Ces soldes intermédiaires peuvent être déterminés : 
§  de manière comptable, par virement successif des comptes des classes 6, 7 et 8 dans 
les comptes 132 à 138, 
§  par le calcul, lors de l’établissement du compte de résultat, tous les comptes de gestion 
étant alors directement virés au Compte de résultat 131 ou 139. 
S’il  est  souhaitable  que  les  soldes  intermédiaires  de  gestion  soient  créditeurs,  il  faut 
évidemment  envisager  le  cas  contraire  d’un  solde  débiteur,  constatant  une  perte.  Pour 
améliorer  la  lisibilité  du  compte  de  résultat,  le  SYSCOHADA  préconise  dans  les  deux  cas 
l’inscription du solde, en l’affectant du signe + en cas d’excédent (solde créditeur), et du signe 
- en cas de déficit (solde débiteur). 
3.3. Tracé 
Il est présenté au plan comptable général, Titre IX, chapitre 4. 
SECTION 4 : Tableau des flux de trésorerie 
Selon  l’article  29  de  l’Acte  uniforme  de  l’acte  uniforme  relatif  au  droit  comptable  et  à 
l’information financière, le Tableau de flux de trésorerie retrace les mouvements « entrée » ou 
« sortie » de liquidités de l’exercice. 
Une  synthèse  des  mouvements  patrimoniaux  fournira  une  information  sur  la  variation  de  la 
trésorerie de l’entité au cours de l’exercice du 1er janvier au 31 décembre.   
Le SYSCOHADA distingue trois catégories de flux de trésorerie : 
 
332

§  flux de trésorerie des activités opérationnelles ; 
§  flux de trésorerie des activités d’investissement ; 
§  flux de trésorerie des activités de financement. 
4.2. Concept 
4.2.1. Principe de base 
Le  mode  opératoire  relatif  à  la  détermination  des  flux  de  trésorerie  peut  être  résumé  de  la 
façon suivante : 
 
 
Déterminer la variation comptable des postes de bilan et compte de résultat :  
 
• Postes du bilan = variation entre N et N-1 (augmentation ou diminution)  
Etape 1 
• Postes  du  compte  de  résultat =  la  variation  entre  N  et  N-1  correspond 
 
directement à  la charge ou au produit de l’exercice. 
 
 
Déterminer les  flux de trésorerie potentiels (flux encaissables ou décaissables) = 
 
• Variation comptable des postes de bilan et compte de résultat  
Etape 2 

 
+/-  Non-flux  ou  flux  fictifs (exclure  toute  variation  n'ayant  pas  un 
caractère  monétaire  (par  exemple :  amortissements,  provisions  et 
dépréciations  ) 
 
 
 
 Déterminer les flux de trésorerie (flux encaissés ou décaissés) = 
  Etape 3 
• Flux de trésorerie potentiels  
• +/- Variation des décalages de trésorerie (créances et dettes). 
 
 
 
4.2.2. Principales composantes du tableau de flux de trésorerie 
Selon l’article 32, le Tableau de flux de trésorerie fait apparaître : 
•  la trésorerie nette en début d’exercice (poste ZA),  
•  les flux de trésorerie provenant des activités opérationnelles (postes FA à FE), 
•  les flux de trésorerie provenant des investissements (postes FF à FJ),  
•  les flux de trésorerie provenant des capitaux propres (postes FK à FN),  
•  les flux de trésorerie provenant des capitaux étrangers (postes FO à FQ) et  
•  la trésorerie nette en fin d’exercice (poste ZH). 
333

4.2.3. Principaux  retraitements 
D’une  manière  générale,  les  retraitements  opérés  pour  l’obtention  de  ces  différentes 
catégories de flux sont les suivants : 
  4.2.3.1. Trésorerie de début exercice : il est obtenu par la différence entre la trésorerie-actif 
de  N-1  (corrigée  de  la  variation  du  compte  472  versements  restant  à  effectuer  sur  titres  de 
placement non libérés de l’année N-1) et la trésorerie passif de l’année N-1.  
 4.2.3.2.  Flux  provenant  des  activités  opérationnelles :  Le  compte  de  résultat  fournit  des 
soldes  intermédiaires  de  gestion,  le  regroupement  de  postes  ci-dessus  décrits  permet  de 
dégager  dans  le  Tableau  des  flux  de  trésorerie  des  «  soldes  financiers  »  intermédiaires.  Le 
SYSCOHADA en retient cinq : 
a) la capacité d’autofinancement globale (.) de l’exercice résulte : 
•  de  l’excédent  brut  d’exploitation  (poste  XD  du  compte  de  résultat  de  l’exercice) 
corrigé  par  un  rajout  du  solde  des  valeurs  comptables  des  cessions  courantes 
d’immobilisation (solde débiteur du compte 654 de la balance de fin de l’exercice) et 
par  une  déduction  des  produits    des  cessions  courantes  d’immobilisations  (solde 
créditeur du compte 754 de la balance de fin de l’exercice),  
•  du résultat financier (poste XF du compte de résultat de l’exercice),   
•  des autres produits HAO (poste TO du compte de résultat de l’exercice),  
•  des autres charges HAO (poste RP compte de résultat de l’exercice),   
•  de la participation des travailleurs (poste RQ du compte résultat de l’exercice)  
•  et des impôts sur le résultat (poste RS du compte de résultat de l’exercice).  
Elle  est  calculée  à  partir  des  produits  et  des  charges  comptabilisés  et  non  à  partir  des 
encaissements  et  décaissements  correspondants  enregistrés  au  cours  de  l’exercice.    Il  s’agit 
d’une  trésorerie  potentielle  disponible  sur  l’exercice  pour  financer  l’investissement  et 
éventuellement  pour  rémunérer  les  propriétaires  de  l’entité.  Des  corrections  sont  donc 
nécessaires  pour  passer  de  la  CAFG  aux  flux  de  trésorerie  provenant  des  activités 
opérationnelles. La CAFG est ainsi corrigée de la variation du besoin de financement lié aux 
activités opérationnelles ; 
334

b) la variation du besoin de financement liée aux activités opérationnelles résulte, après 
annulation de la correction de la créance et/ou de la dette de l’écart de conversion s’il y a lieu, 
de la variation : 
-  de  l’actif  circulant  HAO  (poste  BA  des  bilans)  à  l’exclusion  de  la  variation 
créances liées aux immobilisations, comptes 485 ; 
-  des stocks et encours (poste BB des bilans) ; 
-  des  créances  et  emplois  assimilés  (poste  BG  des  bilans)  à  l’exclusion  de  la 
variation :  
o  des créances liées aux immobilisations, compte 414, 
o  des  créances  des  apporteurs  de  capital  propre,  compte  467 
apporteurs restant dû sur capital appelé, 
o  des  fonds  à  recevoir  des  fonds  de  dotation  et  des  subventions 
d’investissement, compte 458, organismes internationaux, fonds 
de  dotation  et  subventions  à  recevoir  et  4494  Etat  subvention 
d’investissement à recevoir ;  
o  du  compte  transitoire,  ajustement  spéciale  lié  à  la  révision  du 
SYSCOHADA compte 4751 ; 
-  du passif circulant (poste DP des bilans) à l’exclusion de la variation   
o  des dettes liées aux immobilisations, comptes 404,  481, 482,  
o  des  dettes  des  apporteurs  de  capitaux  propres,  compte  467 
Apporteurs restant dû sur capital appelé, 
o  du  compte  transitoire,  ajustement  spéciale  lié  à  la  révision  du 
SYSCOHADA compte 4752, 
o  des  dettes  liées  au  titre  de  placement,  compte  472  versements 
restant à effectuer sur titres non libérés ; 
4.2.3.3.  Flux  de  trésorerie  provenant  des  activités  d’investissement :  le  SYSCOHADA 
détermine  la  trésorerie  affectée  aux  acquisitions  ou  provenant  de  la  cession  des 
immobilisations.  Les  immobilisations  acquises  ou  cédées  à  crédit  doivent  être  corrigées  du 
montant  des  dettes  et  des  créances  si  l’entité  bénéficie  ou  octroie  un  crédit  partiel  du 
financement. 
Toute variation d’immobilisations qui n’a pas généré de flux de trésorerie ne figurera 
pas dans les flux de trésorerie. 
335

a)  Les  acquisitions  d’immobilisations  peuvent  être  déterminées  à  l’aide  du  Bilan  par  la 
sommation de : 
•  variation des immobilisations nettes, incorporelles (poste AD), corporelles (poste AI) 
financières (poste AN) des bilans des deux exercices successifs, 
•  les  dotations  aux  amortissements  et  aux  dépréciations  ainsi  que    la  valeur  nette  de 
cession des immobilisations de l’exercice. 
De cette somme seront déduits : 
-  le  montant  de  la  réévaluation  libre  ou  légale  des  immobilisations 
(montant enregistré au crédit des comptes 106 Ecart de réévaluation et 
154 Provision spéciale de réévaluation au cours de l’exercice) inscrit en 
contrepartie des comptes d’immobilisations corporelles et financières ; 
-  le montant de la provision pour démantèlement ou remise en l’état d’un 
site inscrit en contrepartie d’un compte d’immobilisation, 
-  le  montant  des  acquisitions  d’immobilisations  financées  par  une  dette 
de  location-acquisition  (contrat  de  location  chez  le  preneur :  location-
acquisition) car n’ayant fait l’objet d’aucun décaissement, 
-  le montant des créances à long terme inscrit au débit du compte 2714 
Créances  de  location  financement/location-vente  (contrat  de 
location-vente  chez  le  bailleur :  location-financement)  car  n’ayant  fait 
l’objet  d’aucun  décaissement.  En  revanche,  la  part  de  l’encaissement 
relative au remboursement de la créance de location (crédit du compte 
2714  Créances  de  location  financement/location-vente)  est 
considérée comme un remboursement d’immobilisation financière.  
b) Le décaissement lié aux acquisitions d’immobilisations est obtenu : 
-  en  cas  d’achat  d’immobilisations  au  comptant,  par  le  montant 
de l’investissement acquis reconstitué ci-dessus,  
-   en cas d’achat d’immobilisations financé  en partie à crédit par 
la  déduction  de  la  dette  fournisseurs  d’investissements  du 
montant  des  biens  acquis  reconstitué  ci-dessus.  La  dette 
fournisseurs d’investissement peut être déterminée à l’aide des 
336

comptes 481 fournisseurs d’investissements et 404 Fournisseurs 
acquisitions courantes immobilisations ; 
-   En  cas  d’acquisition  d’immobilisations  à  l’aide  d’avances  et 
acomptes  par  la  déduction  des  fonds  versés  antérieurement  au 
dernier  exercice.  Ils  sont  déterminés  à  l’aide  du  compte  25 
Avances et Acomptes versés sur immobilisations. 
-  En  cas  paiement  de  dettes  fournisseurs  relatives  aux 
immobilisations acquises au cours des exercices précédents, par 
le montant du paiement au cours de l’exercice. Il est reconstitué, 
à  l’aide  des  comptes  481  fournisseurs  d’investissements,  482 
fournisseurs  d’investissements,  effets  à  payer  et  404 
Fournisseurs  acquisitions  courantes  immobilisations  de 
l’exercice  à  l’exclusion  de  toute  somme  relative  au  virement 
interne  du  compte  fournisseurs  dettes  en  compte,  au  compte 
fournisseurs effets à payer ; 
-  En  cas  de  versement  d’avances  et  d’acomptes  sur 
immobilisations, par le montant des avances et acomptes versés 
au cours du dernier exercice. Il est déterminé à l’aide du compte 
25 Avances et acomptes versés sur immobilisations.  
c) L’encaissement lié aux cessions d’immobilisations sera reconstitué : 
-  en  cas  de  paiement  comptant,  par  le  crédit  des  comptes  82 
Produits  des  cessions  d’immobilisations ou  754  produits  des 
cessions courantes d’immobilisations ;  
-  en cas de paiement en partie à crédit, par la différence entre le 
crédit 
des 
comptes 
82 
Produits 
des 
cessions 
d’immobilisations ou  754  produits  des  cessions  courantes 
d’immobilisations et le débit du mouvement débit de la balance 
du  dernier  exercice  des  comptes    485  créances  sur  cession 
d’immobilisations  et  414  Créances  sur  cessions  courantes 
d’immobilisations ; 
 
337

-  en cas de paiement de la créance sur cessions d’immobilisations 
des exercices précédents, à l’aide des comptes 485 créances sur 
cession  d’immobilisations  et  414  Créances  sur  cessions 
courantes d’immobilisations.    
 
4.2.3.4. Flux de trésorerie provenant des capitaux propres : le SYSCOHADA détermine la 
trésorerie provenant ou prélevée par les propriétaires de l’entité. Il s’agit :  
  a) d’augmentation de capital par apport nouveau, il est obtenu par la variation : 
§  des comptes de la classe 10 capital à l’exclusion des comptes 106 écarts 
de réévaluation et 109 apporteurs capital souscrit non appelé, 
§  du compte 467 Apporteurs restant dû sur capital appelé, 
§  du  compte  4581  organismes  internationaux,  fonds  de  dotation  à 
recevoir ;   
b) subvention d’investissement, il est obtenu à l’aide : 
•  de la variation du compte 14 Subvention d’investissement (à l’exclusion de 
la quote part virée au résultat au cours de l’exercice), 
•  de  la  variation  des  comptes  4582  Organismes  internationaux,  subvention 
d’investissement  à  recevoir et  4494  Etat  subvention  d’investissement  à 
recevoir ; et  
•  des avances reçues sur subvention.   
c)  prélèvement  sur  le  capital,  il  est  obtenu  par  la  variation  des  comptes  de  la  classe  10 
capital à l’exclusion des comptes 106 écarts de réévaluation et 109 apporteurs capital souscrit 
non appelé ; 
d)  dividendes  versés :  il  est  obtenu  à  l’aide  du  mouvement  débit  du  compte  465  Associés, 
dividendes  à  payer  (à  l’exception  des  mouvements  inscrits  au  débit  du  compte  465  ne 
traduisant pas un flux de trésorerie comme par exemple le paiement de dividendes en actions).  
 
4.2.3.5. Flux de financement provenant des capitaux étrangers : il est obtenu à l’aide de la 
variation des comptes 16 Emprunts et dettes assimilés, et 18 Dettes liées à des participations 
(à l’exception des intérêts courus). Les dettes de location acquisition (compte 17) ne sont pas 
retenues car elles ne font pas l’objet d’un encaissement. En revanche, la part du décaissement 
relative au remboursement de la dette (débit du compte 17 Dettes de location acquisition) est 
considérée comme un remboursement de dettes financières.  
338

4.2.3.6. Trésorerie de fin d’exercice : il est obtenu par la différence entre la trésorerie-actif 
de l’année N (corrigée de la variation du compte 472 versements restant à effectuer sur titres 
de placement non libérés de l’année N) et la trésorerie passif de l’année N.  
4.3. Tracé 
Il est présenté au plan comptable général, Titre IX, chapitre 5. 
SECTION 5 : Notes annexes 
5.1. Justification 
Selon l’article 29 de l’Acte uniforme, les Notes annexes complètent et précisent l’information 
donnée par les autres états financiers.  
Les Notes annexes constituent un état financier qui a la même valeur que les trois autres états 
financiers du SYSCOHADA (Bilan, Compte de résultat et Tableau de variation des flux de 
trésorerie).  
5.2. Contenu 
Selon  l’article  33  de  l’Acte  uniforme,  les  Notes  annexes  contiennent  des  informations 
complémentaires à celles qui sont présentés dans le Bilan, le Compte de résultat et le Tableau 
de  flux  de  trésorerie.  Les  Notes  annexes  fournissent  des  descriptions  narratives  ou  des 
décompositions  d’éléments  présentés  dans  les  autres  états  financiers,  ainsi  que  des 
informations relatives aux éléments qui ne répondent pas aux critères de comptabilisations des 
autres états financiers. 
Elle tient compte de toutes les informations utiles à la prise de décision. 
Des  informations  déjà  portées,  au  Bilan,  au  Compte  de  résultat,  et  au  Tableau  des  flux  de 
trésorerie, n’ont pas à être reprises dans les Notes annexes. 
Chaque élément des états financiers de synthèse doit faire l'objet d'une référence croisée vers 
l'information liée figurant dans les notes.  
 
339

Les Notes annexes doivent comporter obligatoirement une déclaration explicite de conformité 
au Plan Comptable OHADA (PCGO). Les états financiers ne doivent être déclarés conformes 
au  SYSCOHADA  que  s’ils  sont  conformes  à  toutes  les  dispositions  relatives  au  Système 
comptable OHADA et à l’Acte uniforme. 
5.3. Tracé 
Trente-six modèles de Notes sont présentés au plan comptable général, Titre IX, chapitre 6. 
Les modèles non documentés ne doivent pas être joints aux états financiers, leur contenu peut 
être amélioré par l’entité.  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
340

 
 
Chapitre 2          MODELE TYPE D’un jeu complet d’Etats  financiers 
 
 
       
A   
P   
P    
L   
I   
C   
A     
TI    
O   
N           
127       Modèle type d’un jeu complet d’états financiers 
                                            
 
 La  direction  financière  d’une  entité  vous  propose  à  partir  de  sa  balance  après 
inventaire, le premier jeu complet d’états financiers conforme au SYSCOHADA et à 
 
l’Acte uniforme relatif au droit comptable et à l’information financière. 
Renseignements divers sur l’entité : 
 
Dénomination sociale : SYSTEME COMPTABLE OHADA 
Sigle usuel : SYSCOHADA 
 
Adresse : 2B 234 OHADA 
N° d’identification : GB 567 TE 
 
Greffe : XX 
N° Registre du commerce : 7865 K 45 
 
N° Répertoire des entités : 7869 TGO 
 
N° Code importateur : 7865438 
N° de caisse sociale   : 34 560 
 
Code activité principale : 9087655 
Date d’arrêté des comptes : 30 Avril N+1 
 
Durée de l’exercice : 12 mois (année civile) 
 
 
 
 
 
 
 
341


CONDITIONS DE RECEVABILITE
Entités utilisant des imprimés : 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
• N'utiliser que des imprimés normalisés 
 
 
 
 
 
• Remplir chaque page de façon parfaitement lisible sans décalage de lignes 
 
 
• Ne créer aucune rubrique 
 
 
 
 
 
 
• Eviter toute surcharge et donner les explications sur une feuille séparée 
 
 
• N'utiliser que les codes indiqués dans les tables 
 
 
 
 
• N'utiliser que des imprimés en noir et blanc 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Entités produisant les états financiers à l'aide de l'outil informatique : 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
• Reproduire à l'identique la contexture des imprimés normalisés 
 
 
• Fournir une liasse comprenant à la fois : la fiche d'identification et renseignements divers  
   et les états financiers correspondant au système comptable 
 
 
 
• Ne créer aucune rubrique 
 
 
 
 
 
 
• N'utiliser que les codes indiqués dans les tables 
 
 
 
 
• N'utiliser que des imprimés en noir et blanc 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Etats financiers : 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Les rubriques et les postes du Bilan, du Compte de résultat et des Flux de trésorerie 
ainsi que les Notes non chiffrées peuvent être supprimés.   
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
342

BALANCE N-1
N° 
SOLDE N-2 
MOUVEMENT N-1 
SOLDE N-1 
INTITULES 
CPTE 
DEBITEUR  CREDITEUR 
DEBIT 
CREDIT 
DEBITEUR  CREDITEUR 
101300  Capital souscrit, appelé, versé, non amorti 
100 000 000 
100 000 000 
 
 
 
 
111000  Réserve légale 
20 000 000 
20 000 000 
 
 
 
 
120000  Report à nouveau 
20 818 799 
26 631 518 
47 450 317 
 
 
 
131000  Résultat net 
66 631 518 
66 631 518 
 
 
 
 
165200  Cautionnements reçus 
2 200 000 
2 200 000 
 
 
 
 
196000  Provision pour pensions et obligations assimilées 
47 553 935 
3 771 900 
11 082 662 
54 864 697 
 
 
213000  Logiciels 
1 050 000 
1 050 000 
 
 
 
 
215000  Fonds commercial 
1 600 000 
1 600 000 
 
 
 
 
223000  Terrains bâtis 
12 500 000 
12 500 000 
 
 
 
 
229000  Aménagement de terrain en cours 
22 673 950 
22 673 950 
 
 
 
 
231100  Bâtiments industriels sur sol propre 
55 000 000 
55 000 000 
 
 
 
 
232100  Bâtiments industriels sur sol d’autrui 
231 411 100 
231 411 100 
 
 
 
 
235100  Installations générales 
60 263 648 
60 263 648 
 
 
 
 
238000  Autres installations et agencements 
11 064 619 
11 064 619 
 
 
 
 
241100  Matériel industriel 
74 507 291 
17 153 112 
350 000 
91 310 403 
 
 
244100  Matériel de bureau 
1 325 000 
1 325 000 
 
 
 
 
244200  Matériel informatique 
6 867 703 
6 867 703 
 
 
 
 
244400  Mobilier de bureau 
4 968 900 
4 968 900 
 
 
 
 
245100  Matériel automobile 
54 050 000 
54 050 000 
 
 
 
 
272800  Autres prêts au personnel 
1 245 000 
682 000 
1 927 000 
 
 
 
275000  Dépôts et cautionnement électricité 
1 238 776 
276 379 
179 865 
1 335 290 
 
 
275300  Dépôts et caution. Eau 
87 068 
87 068 
 
 
 
 
275500  Dépôt/téléphone télex télécopie 
449 300 
449 300 
 
 
 
 
275800  Autres dépôts et cautionnements 
750 000 
750 000 
 
 
 
 
276200  Prêt amicale personnel 
1 000 000 
1 000 000 
 
 
 
 
283210  Amortissement des bâtiments indust. 
140 579 277 
9 734 682 
150 313 959 
 
 
 
283510  Amortissement des instal. Générales 
71 310 267 
18 000 
71 328 267 
 
 
 
284110  Amortissement du matériel indust. 
53 005 415 
58 333 
7 356 831 
60 303 913 
 
 
284410  Amortissement du matériel de bureau 
1 325 000 
1 325 000 
 
 
 
 
284420  Amortissement du matériel informatique 
5 733 437 
441 600 
6 175 037 
 
 
 
284440  Amortissement du mobilier de bureau 
4 283 140 
298 880 
4 582 020 
 
 
 
284510  Amortissement du matériel automobile 
47 407 500 
6 455 000 
53 862 500 
 
 
 
321100  Stock de matières premières 
10 552 040 
7 721 440 
10 552 040 
7 721 440 
 
 
335100  Stocks emballages 
6 262 346 
8 146 993 
6 262 346 
8 146 993 
 
 
401100  Fournisseurs 
76 549 980  562 421 027  526 454 947 
40 583 900 
 
 
408100  Fournisseurs fac non parvenues 
8 071 358 
54 500 645 
60 428 763 
13 999 476 
 
 
408110  Fac. Non parvenues eau 
782 702 
782 702 
 
 
 
 
408120  Fac. Non parvenues téléphone 
415 200 
415 200 
 
 
 
 
408130  Fac. Non parvenues électricité 
3 257 358 
3 257 358 
 
 
 
 
408140  Fac. Non parvenues transporteur 
637 437 
14 451 330 
13 813 893 
 
 
 
408150  Fac. Non parvenues avocats 
1 310 830 
1 310 830 
 
 
 
 
343

SOLDE N-2 
MOUVEMENT N-1 
SOLDE N-1 
N° 
INTITULES 
CPTE 
DEBITEUR  CREDITEUR 
DEBIT 
CREDIT 
DEBITEUR  CREDITEUR 
409100  Fournisseurs, avances et acomptes 
1 433 750 
733 750 
700 000 
 
 
 
411100  Clients 
114 098 863 
1 906 855 340  1 880 270 370  140 683 833 
 
 
416200  Créances douteuses 
31 677 520 
31 677 520 
 
 
 
 
419800  R. R. Ristournes & avoirs à accorder 
948 441 
948 441 
 
 
 
 
421000  Personnel avances & acomptes 
675 000 
5 362 000 
5 344 500 
692 500 
 
 
421400  Frais médicaux 
1 162 554 
1 935 977 
2 510 745 
587 786 
 
 
422000  Personnel rémunérations dues 
130 502 753 
131 486 004 
983 251 
 
 
 
423200  Personnel saisies- arrêts 
 
40 000 
480 000 
480 000 
 
40 000 
427000  Personnel dépôts 
55 000 
166 500 
184 000 
72 500 
 
 
428001  Pers locaux congés à payer 
2 303 892 
2 303 892 
3 057 458 
3 057 458 
 
 
428002  Pers non nat congés à payer 
1 351 085 
1 351 085 
955 634 
955 634 
 
 
431000  Caisse sécurité sociale 
979 255 
7 316 170 
7 112 818 
775 903 
 
 
431300  Caisse de retraite 
1 161 181 
13 328 375 
13 417 004 
1 249 810 
 
 
433110  Mutuelle de sante 
587 724 
3 657 726 
3 540 003 
470 001 
 
 
438200  Charges sociales / congés 
506 047 
506 047 
508 585 
508 585 
 
 
441100  Etat impôt sur les sociétés 
9 098 000 
9 098 000 
23 411 413 
23 411 413 
 
 
442100  Etat impôts et taxes 
2 752 200 
114 048 
574 992 
3 213 144 
 
 
443200  Tva facturée / prestation services 
54 049 
252 049 
287 781 
89 781 
 
 
447000  Etat impôts retenue à la source personnel 
596 627 
12 424 778 
12 894 469 
1 066 318 
 
 
447200  Etat retenue à la source prestataire 
90 750 
870 129 
895 879 
116 500 
 
 
462001  Compte courant associés 
10 336 159 
40 643 970 
40 246 770 
9 938 959 
 
 
471100  Débiteurs divers 
10 000 000 
10 650 000 
200 000 
450 000 
 
 
471300  Créditeurs divers 
530 000 
4 120 000 
4 300 000 
710 000 
 
 
476000  Charges constatées d'avance 
2 255 622 
5 310 480 
6 168 003 
1 398 099 
 
 
477000  Produits constatés d'avance 
1 056 000 
1 056 000 
 
 
 
 
481800  Fours d'invest. Fnp 
399 942 
399 942 
 
 
 
 
482000  Frs invest. effets à payer 
1 218 333 
1 218 333 
 
 
 
 
485100  Créances sur cessions d’immobilisations 
620 000 
240 000 
380 000 
 
 
 
491000  Dépréciations comptes clts 
31 677 520 
31 677 520 
 
 
 
 
521400  Banques 
18 485 559 
1 864 651 283  1 814 012 866 
69 123 976 
 
 
571100  Caisse 
15 109 845 
164 971 903 
174 621 567 
5 460 181 
 
 
585000  Virements de fonds 
 
 
155 673 628 
155 673 628 
 
 
602100  Achats matières premières 
955 664 862 
1 079 390  954 585 472 
 
 
 
603201  Variation stock  matières premières 
10 552 040 
7 721 440 
2 830 600 
 
 
 
603302  Variation stock emballage 
6 262 346 
8 146 993 
1 884 647 
 
 
 
604200  Achats carburant 
12 683 576 
12 683 576 
 
 
 
 
604300  Produits d'entretien 
1 144 000 
1 144 000 
 
 
 
 
605100  Eau 
6 125 987 
1 466 738 
4 659 249 
 
 
 
605200  Electricité 
36 907 753 
15 147 134 
21 760 619 
 
 
 
605300  Autres énergies gaz 
6 618 773 
6 618 773 
 
 
 
 
605400  Fourniture entretien non stockables 
2 249 226 
69 600 
2 179 626 
 
 
 
344

SOLDE N-2 
MOUVEMENT N-1 
SOLDE N-1 
N° 
INTITULES 
CPTE 
DEBITEUR  CREDITEUR 
DEBIT 
CREDIT 
DEBITEUR  CREDITEUR 
605500  Fourniture de bureau 
5 047 450 
12 500 
5 034 950 
 
 
 
605600  Achats de petit matériel & outillage 
11 441 377 
11 441 377 
 
 
 
 
605700  Achats d'études prestations service 
505 000 
505 000 
 
 
 
 
605800  Petits équipements 
420 025 
420 025 
 
 
 
 
608100  Emballages perdus 
101 311 095 
19 000  101 292 095 
 
 
 
612000  Transports sur ventes 
346 376 807 
18 382 446  327 994 361 
 
 
 
616000  Transport de plis 
86 870 
86 870 
 
 
 
 
618100  Voyages et déplacements 
 
 
306 500 
 
306 500 
 
618300  Transports administratifs 
685 825 
685 825 
 
 
 
 
622200  Location de bâtiments 
8 513 500 
350 000 
8 163 500 
 
 
 
622300  Location véhicules et parking 
14 162 750 
1 442 750 
12 720 000 
 
 
 
622800  Location machines 
2 299 377 
49 118 
2 250 259 
 
 
 
624200  Entretiens & réparations biens mobiliers 
3 570 579 
295 547 
3 275 032 
 
 
 
624300  Maintenance machines 
5 110 000 
5 110 000 
 
 
 
 
624330  Hygiène et services assimilés 
390 000 
390 000 
 
 
 
 
624800  Autres entretiens et réparations 
931 113 
931 113 
 
 
 
 
625100  Assurances multirisques 
1 459 236 
1 459 236 
 
 
 
 
625200  Assurances matériel de transport 
981 248 
981 248 
 
 
 
 
626500  Documentation générale 
30 000 
30 000 
 
 
 
 
627100  Annonces insertion 
200 000 
200 000 
 
 
 
 
628100  Frais de téléphone 
6 203 750 
1 837 900 
4 365 850 
 
 
 
628800  Autres frais télécommunications 
1 012 400 
155 000 
857 400 
 
 
 
631800  Frais bancaires 
3 117 023 
3 117 023 
 
 
 
 
631810  Frais virements/règlement clients 
9 611 023 
9 611 023 
 
 
 
 
632400  Honoraires 
3 000 000 
1 000 000 
2 000 000 
 
 
 
632410  Honoraires analyses 
4 050 900 
899 480 
3 151 420 
 
 
 
632800  Certificat de salubrité 
1 725 285 
1 725 285 
 
 
 
 
632801  Droit entrée port 
140 990 
140 990 
 
 
 
 
635100  Cotisations 
90 000 
90 000 
 
 
 
 
635101  Cotisation syndicat patronal 
200 000 
200 000 
 
 
 
 
638300  Réceptions 
18 000 
18 000 
 
 
 
 
646800  Autres droits 
 
 
35 000 
 
35 000 
 
647800  Autres amendes pénales & fiscales 
75 000 
75 000 
 
 
 
 
658800  Autres charges diverses 
67 670 
67 670 
 
 
 
 
661100  Salaires bruts nationaux 
85 757 833 
85 757 833 
 
 
 
 
661300  Congés payés au pers. nat. 
10 273 495 
2 303 892 
7 969 603 
 
 
 
661800  Autres rémunérations directes 
46 989 030 
46 989 030 
 
 
 
 
662100  Salaires bruts non nationaux 
28 414 973 
1 351 085 
27 063 888 
 
 
 
663100  Indemnités de logement 
3 216 000 
3 216 000 
 
 
 
 
663400  Primes de transport 
5 360 307 
5 360 307 
 
 
 
 
663800  Autres indemnités & avantages divers 
4 776 437 
4 776 437 
 
 
 
 
345

SOLDE N-2 
MOUVEMENT N-1 
SOLDE N-1 
N° 
INTITULES 
CPTE 
DEBITEUR  CREDITEUR 
DEBIT 
CREDIT 
DEBITEUR  CREDITEUR 
664000  Charges sociales 
5 000 821 
5 000 821 
 
 
 
 
664120  Charges de sécurité sociale-permanents 
2 762 138 
176 400 
2 585 738 
 
 
 
664121  Charges de sécurité sociale- journaliers 
4 522 558 
4 522 558 
 
 
 
 
664130  Charges sociales caisse retraite 
8 386 885 
329 647 
8 057 238 
 
 
 
664140  Charges sociales mutuelle de sante 
1 770 020 
1 770 020 
 
 
 
 
664200  Charges sociales non nationaux 
513 033 
513 033 
 
 
 
 
664800  Autres charges sociales 
800 000 
800 000 
 
 
 
 
668400  Médecine du travail et pharmacie 
662 735 
 
 
 
662 735 
 
668500  Equipements personnel 
3 807 010 
3 807 010 
 
 
 
 
681300  Dotations aux amorts biens corporels 
47 569 542 
23 264 549 
24 304 993 
 
 
 
691000  Dotations aux provisions pour risques 
11 082 662 
3 771 900 
7 310 762 
 
 
 
702200  Ventes produits finis  
 
 
  1 872 894 148 
  1 872 894 148 
702201  Avoir / ventes produits finis 
14 316 453 
14 316 453 
 
 
 
 
702902  Remise / ventes produits finis 
1 153 585 
1 153 585 
 
 
 
 
706100  Location villa 
2 112 000 
14 916 000 
12 804 000 
 
 
 
707800  Autres produits accessoires 
1 400 000 
1 400 000 
 
 
 
 
707810  Autres produits 
198 780 
198 780 
 
 
 
 
758800  Autres produits divers 
347 132 
11 833 669 
11 486 537 
 
 
 
781000  Transfert de charges 
3 216 000 
3 216 000 
 
 
 
 
781200  Transfert charges fret 
2 601 880 
2 601 880 
 
 
 
 
812000  Valeur comptable des cessions d'immobilisation 
350 000 
58 333 
291 667 
 
 
 
822000  Produits de cession immob corporelles 
350 000 
350 000 
 
 
 
 
891000  Impôt / bénéfices 
23 411 413 
23 411 413 
 
 
 
 
TOTAUX COMPTES DE BILAN 
743 900 145 
743 900 145 
6 971 264 571  6 971 264 571  2 613 872 627  2 613 872 627 
346

BALANCE N
SOLDE N-1 
MOUVEMENT N 
SOLDE N 
N° 
INTITULES 
CPTE 
DEBITEUR  CREDITEUR 
DEBIT 
CREDIT 
DEBITEUR  CREDITEUR 
101100  Capital souscrit, non appelé 
200 000 000 
300 000 000 
100 000 000 
 
 
 
101200  Capital souscrit, appelé, non versé 
200 000 000 
200 000 000 

 
 
 
101300  Capital souscrit, appelé, versé non amorti 
100 000 000 
200 000 000 
300 000 000 
 
 
 
106200  Ecarts de réévaluation 
3 500 000 
3 500 000 
 
 
 
 
109000  Apporteurs, capital souscrit, non appelé 
300 000 000 
200 000 000  100 000 000 
 
 
 
111000  Réserve légale 
20 000 000 
20 000 000 
 
 
 
 
120000  Report à nouveau 
47 450 317 
90 000 000 
118 619 674 
76 069 991 
 
 
131000  Résultat net 
118 619 674  118 619 674 
 
 
 
 
141600  Subvention d’investissement 
2 000 000 
2 000 000 
 
 
 
 
154000  Provisions spéciales de réévaluation 
 
 
 
40 000 000 
 
40 000 000 
162000  Emprunt bancaire 
7 500 925 
100 000 000 
92 499 075 
 
 
 
165200  Cautionnements reçus 
2 200 000 
2 200 000 
 
 
 
 
196000  Provisions pour pensions et obligations similaires 
54 864 697 
6 701 530 
13 953 199 
62 116 366 
 
 
213000  Logiciels 
1 050 000 
2 000 000 
3 050 000 
 
 
 
215000  Fonds commercial 
1 600 000 
1 600 000 
 
 
 
 
223000  Terrains bâtis 
12 500 000 
3 500 000 
16 000 000 
 
 
 
229000  Aménagement de terrain en cours 
22 673 950 
22 673 950 
 
 
 
 
231100  Bâtiments industriels sur sol propre 
55 000 000 
23 000 000 
78 000 000 
 
 
 
232100  Bâtiments industriels sur sol d’autrui 
231 411 100 
432 000 000 
663 411 100 
 
 
 
235100  Installations générales 
60 263 648 
1 000 000 
61 263 648 
 
 
 
238000  Autres installations et agencements 
11 064 619 
1 000 000 
12 064 619 
 
 
 
241100  Matériel industriel 
91 310 403 
17 694 000 
40 023 276 
68 981 127 
 
 
244100  Matériel de bureau 
1 325 000 
5 075 000 
140 000 
6 260 000 
 
 
244200  Matériel informatique 
6 867 703 
1 199 000 
5 829 703 
2 237 000 
 
 
244400  Mobilier de bureau 
4 968 900 
500 000 
5 468 900 
 
 
 
245100  Matériel automobile 
54 050 000 
22 000 000 
76 050 000 
 
 
 
252000  Avance acompte sur immobilisation 
25 000 000 
5 000 000 
20 000 000 
 
 
 
272800  Autres prêts au personnel 
1 927 000 
1 927 000 
 
 
 
 
275000  Dépôts et cautionnement électricité 
1 335 290 
401 175 
730 043 
1 006 422 
 
 
275300  Dépôts et caution. Eau 
87 068 
87 068 
 
 
 
 
275500  Dépôt/téléphone télex télécopie 
449 300 
200 000 
649 300 
 
 
 
275800  Autres dépôts et cautionnements 
750 000 
750 000 
 
 
 
 
283210  Amortissement des bâtiments industriels 
150 313 959 
9 734 682 
160 048 641 
 
 
 
283510  Amortissement des instal. Générales 
 
71 328 267 
 
 
 
71 328 267 
284110  Amortissement du matériel industriel 
60 303 913 
40 023 276 
8 385 232 
28 665 869 
 
 
284410  Amortissement du matériel de bureau 
1 325 000 
140 000 
4 833 
1 189 833 
 
 
284420  Amortissement du matériel informatique 
6 175 037 
5 829 703 
496 917 
842 251 
 
 
284440  Amortissement du mobilier de bureau 
4 582 020 
260 480 
4 842 500 
 
 
 
284510  Amortissement du matériel automobile 
53 862 500 
377 500 
54 240 000 
 
 
 
311000  Stock marchandises 
5 000 000 
5 000 000 
 
 
 
 
347

SOLDE N-1 
MOUVEMENT N 
SOLDE N 
N° 
INTITULES 
CPTE 
DEBITEUR  CREDITEUR 
DEBIT 
CREDIT 
DEBITEUR  CREDITEUR 
321100  Stock de matières premières 
7 721 440 
57 881 451 
57 775 035 
7 827 856 
 
 
335100  Stocks emballages 
8 146 993 
76 874 255 
79 288 966 
5 732 282 
 
 
401100  Fournisseurs 
40 583 900 
579 308 293 
565 419 408 
26 695 015 
 
 
408100  Fournisseurs fac. Non parvenues 
15 310 306 
117 810 569 
114 015 470 
11 515 207 
 
 
409100  Fournisseurs, avances et acomptes 
700 000 
4 007 612 
3 850 000 
857 612 
 
 
411100  Clients 
140 683 833 
2 068 782 537  2 073 205 069  136 261 301 
 
 
416200  Créances douteuses 
31 677 520 
31 677 520 
 
 
 
 
421000  Personnel avances & acomptes 
692 500 
 
20 740 622 
6 330 272 
15 102 850 
 
421300  Personnel frais avances 
587 786 
2 856 452 
1 625 425 
1 818 813 
 
 
422000  Personnel rémunérations dues 
983 251 
106 926 551 
106 078 239 
134 939 
 
 
423200  Personnel saisies- arrêts 
40 000 
520 000 
480 000 
 
 
 
424200  Allocations familiales 
56 700 
56 700 
 
 
 
 
427000  Personnel dépôts 
72 500 
197 000 
186 500 
62 000 
 
 
428101  Pers locaux congés à payer 
3 057 458 
3 057 458 
2 690 099 
2 690 099 
 
 
428102  Pers non national congés à payer 
955 634 
955 634 
956 541 
956 541 
 
 
431000  Caisse sécurité sociale 
775 903 
7 301 357 
7 148 050 
622 596 
 
 
431300  Caisse de retraite 
1 249 810 
13 665 738 
13 921 213 
1 505 285 
 
 
433110  Mutuelle de sante 
470 001 
3 704 942 
3 539 940 
304 999 
 
 
438200  Charges sociales / congés 
508 585 
508 585 
479 581 
479 581 
 
 
441100  Etat impôt sur les sociétés 
23 411 413 
23 411 413 
31 102 200 
31 102 200 
 
 
442100  Etat impôts et taxes 
3 213 144 
456 192 
3 669 336 
 
 
 
443200  Etat tva facturée 
89 781 
316 062 
226 281 
 
 
 
444100  Etat tva due 
226 281 
226 281 
 
 
 
 
447000  Etat impôts retenue à la source 
1 182 818 
15 162 688 
15 120 541 
1 140 671 
 
 
462000  Compte courant associés 
9 938 959 
33 999 957 
4 060 998 
20 000 000 
 
 
465000  Associés dividendes à payer 
90 000 000 
90 000 000 
 
 
 
 
467000  Apporteurs restant dû sur capital appelé 
200 000 000 
200 000 000 
 
 
 
 
471100  Débiteurs divers  
450 000 
13 050 
463 050 

 
 
471300  Créditeurs divers 
710 000 
3 330 000 
3 240 000 
620 000 
 
 
476000  Charges constatées d'avance 
1 398 099 
6 817 087 
6 951 322 
1 263 864 
 
 
477000  Produits constatés d'avance 
10 560 000 
10 560 000 
 
 
 
 
478100  Ecart conversion créances clients 
 
 
15 000 000 
 
15 000 000 
 
479400  Ecart conversion emprunts 
2 500 925 
2 500 925 
 
 
 
 
481200  Frs invest. Immobilisation corporelle 
7 000 000 
163 250 000 
156 250 000 
 
 
 
481800  Frs invest. Fnp 
399 942 
399 942 
 
 
 
 
488000  Autres créances HAO 
2 000 000 
2 000 000 
 
 
 
 
485100  Créances sur cessions d’immobilisations 
380 000 
240 000 
140 000 
 
 
 
491000  Dépréciations comptes clients 
31 677 520 
31 677 520 
 
 
 
 
521400  Banques 
69 123 976 
2 247 552 500  2 195 523 485  121 152 991 
 
 
571100  Caisse 
5 460 181 
141 403 437 
144 919 482 
1 944 136 
 
 
585000  Virements de fonds 
144 502 048 
144 502 048 
 
 
 
 
348

SOLDE N-1 
MOUVEMENT N 
SOLDE N 
N° 
INTITULES 
CPTE 
DEBITEUR  CREDITEUR 
DEBIT 
CREDIT 
DEBITEUR  CREDITEUR 
601100  Achats marchandises 
  
  
75 000 000 
75 000 000 
 
 
602100  Achats matières dans la région 
  
   924 957 492 
1 770 650  923 186 842 
 
602210  Achats fournitures 
  
  
5 116 850 
5 116 850 
 
 
603100  Variations stocks de marchandises 
  
  
5 000 000 
5 000 000 
 
 
603201  Variation stocks matières premières 
  
  
57 775 035 
57 881 451 
106 416 
 
603302  Variation stocks emballages 
  
  
79 288 966 
76 874 255 
2 414 711 
 
604200  Achats carburant 
  
  
21 691 425 
10 431 949 
11 259 476 
 
605100  Eau 
  
  
10 895 715 
5 387 895 
5 507 820 
 
605200  Electricité 
  
  
56 706 955 
32 760 604 
23 946 351 
 
605400  Fourniture entretien non stockables 
  
  
4 268 103 
285 000 
3 983 103 
 
605500  Fourniture de bureau  
  
  
4 480 500 
207 000 
4 273 500 
 
605600  Achats de petit matériel & outillage 
  
  
13 718 052 
13 718 052 
 
 
605700  Achats d'études prestations service 
  
  
12 000 
12 000 
 
 
608100  Emballages perdus 
  
   132 571 022 
37 004 365 
95 566 657 
 
612000  Transports sur ventes 
  
   343 513 892 
19 987 821  323 526 071 
 
618100  Voyages et déplacements 
  
  
3 958 126 
3 958 126 
 
 
618300  Transports administratifs 
  
  
1 662 475 
1 662 475 
 
 
622200  Location de bâtiments 
  
  
8 750 000 
350 000 
8 400 000 
 
622300  Location véhicules et parking 
  
  
15 080 000 
2 955 000 
12 125 000 
 
622800  Location de machines 
  
  
682 298 
399 400 
282 898 
 
624100  Entretiens & réparations biens immobiliers 
  
  
1 951 316 
1 951 316 
 
 
624200  Entretiens & réparations biens mobiliers 
  
  
4 392 302 
720 054 
3 672 248 
 
624300  Maintenance 
  
  
6 460 000 
650 000 
5 810 000 
 
624330  Hygiène et services assimilés 
  
  
585 000 
585 000 
 
 
625100  Assurances multirisques 
  
  
2 796 869 
1 378 167 
1 418 702 
 
625200  Assurances matériel de transport 
  
  
2 660 291 
1 617 217 
1 043 074 
 
628100  Frais de téléphone 
  
  
10 693 350 
4 187 100 
6 506 250 
 
628800  Autres frais télécommunications 
  
  
1 207 400 
397 000 
810 400 
 
631800  Frais bancaires 
  
  
2 012 656 
2 012 656 
 
 
631810  Frais virements/règlement clients 
  
  
6 417 410 
6 417 410 
 
 
632400  Honoraires expert-comptable 
  
  
22 500 000 
6 600 000 
15 900 000 
 
632401  Honoraires notaires 
  
  
1 500 000 
 
1 500 000 
 
632410  Honoraires analyses 
  
  
2 049 080 
647 560 
1 401 520 
 
632500  Frais d'acte et de contentieux 
  
  
46 680 
46 680 
 
 
632800  Certificat de salubrité 
  
  
2 277 000 
2 277 000 
 
 
632801  Droit d’entrée port 
  
  
129 375 
129 375 
 
 
634800  Autres redevances 
  
  
48 000 
48 000 
 
 
635101  Cotisation syndicale patronale 
  
  
400 000 
200 000 
200 000 
 
638300  Réceptions 
  
  
31 500 
31 500 
 
 
638900  Prestations diverses 
  
  
30 300 
30 300 
 
 
646100  Droits enregistrement aug. Capital 
  
  
3 000 000 
3 000 000 
 
 
349

SOLDE N-1 
MOUVEMENT N 
SOLDE N 
N° 
INTITULES 
CPTE 
DEBITEUR  CREDITEUR 
DEBIT 
CREDIT 
DEBITEUR  CREDITEUR 
646200  Droits de timbres  
  
  
10 200 
  
10 200 
  
646400  Vignettes 
  
  
35 000 
  
35 000 
  
647200  Pénalités TVA 
  
  
90 000 
  
90 000 
  
651100  Pertes sur créances clients 
  
  
4 150 956 
  
4 150 956 
  
658200  Dons  
  
  
100 000 
  
100 000 
  
658800  Autres charges diverses 
  
  
12 973 
  
12 973 
  
661100  Salaires bruts nationaux 
  
  
101 601 787 
   101 601 787 
  
661300  Congés payés au personnel  national. 
  
  
7 690 099 
3 057 458 
4 632 641 
  
661800  Autres rémunérations directes 
  
  
45 353 580 
  
45 353 580 
  
662100  Salaires bruts non nationaux 
  
  
26 964 127 
  
26 964 127 
  
662300  Congés payés au personnel .non national 
  
  
956 541 
955 634 
907 
  
663100  Indemnités de logement 
  
  
3 216 000 
  
3 216 000 
  
663400  Primes de transport 
  
  
5 407 994 
  
5 407 994 
  
663800  Autres indemnités & avantages divers 
  
  
4 651 183 
  
4 651 183 
  
664120  Charges de sécurité sociale - permanents 
  
  
2 588 506 
171 878 
2 416 628 
  
664121  Charge de sécurité sociale - journaliers 
  
  
4 728 850 
  
4 728 850 
  
664130  Charges sociales -  caisse retraite 
  
  
8 662 975 
336 707 
8 326 268 
  
664140  Charges sociales - mutuelle 
  
  
1 739 939 
  
1 739 939 
  
664200  Charges sociales -  caisse retraite complémentaire 
  
  
9 164 992 
2 893 292 
6 271 700 
  
664800  Autres charges sociales 
  
  
800 000 
  
800 000 
  
668400  Médecine du travail et pharmacie 
  
  
2 929 779 
1 241 500 
1 688 279 
  
668500  Equipements personnel 
  
  
417 210 
  
417 210 
  
671200  Intérêt emprunts 
  
  
3 500 000 
  
3 500 000 
  
681300  Dotations aux amortissements biens corporels 
  
  
41 555 720 
22 296 076 
19 259 644 
  
691100  Dotations aux provisions pour risques 
  
  
13 953 199 
6 701 530 
7 251 669 
  
701100  Ventes marchandises 
  
  
   110 000 000 
  
110 000 000 
702200  Ventes produits finis  
  
  
   1 941 053 121 
   1 941 053 121 
702600  Retour produits finis 
  
  
1 112 590 
  
1 112 590 
  
702901  Remises et ristournes / ventes produits finis 
  
  
21 795 786 
  
21 795 786 
  
706100  Location villa 
  
  
  
12 672 000 
  
12 672 000 
707800  Locations groupe électrogène 
  
  
  
1 130 000 
  
1 130 000 
722100  Production immobilisée 
  
  
  
4 500 000 
  
4 500 000 
756000  Gains de change sur créances commerciales 
  
  
  
1 081 031 
  
1 081 031 
758000  Indemnités assurances 
  
  
  
2 355 947 
  
2 355 947 
773000  Escomptes obtenus 
  
  
  
7 500 000 
  
7 500 000 
781000  Transfert de charges 
  
  
  
3 233 550 
  
3 233 550 
812000  Valeur comptable des cessions d'imm 
  
  
45 992 979 
45 992 979 
  
  
822000  Produits de cession immob corporelles 
  
  
  
127 119 
  
127 119 
845000  Dons et libéralités obtenus 
  
  
  
2 000 000 
  
2 000 000 
891000  Impôt / bénéfices 
  
  
31 102 200 
  
31 102 200 
  
TOTAUX COMPTES DE BILAN 
825 656 309 
825 656 309  9 736 437 162  9 736 437 162  3 382 628 833  3 382 628 833 
350

PAGE DE GARDE
REPUBLIQUE :  
  
  
  
  
  
  
  
MINISTERE :  
  
 
DIRECTION :  
  
  
 
  
    
       
   
 
 
 
 
  
 
       
   
 
 
 
 
   CENTRE DE DEPOT DE :   Fisc  
  
 
  
  
    
       
   
 
 
 
 
  
    
       
   
 
 
 
 
  
 
       
   
 
 
 
 
  
ETATS FINANCIERS NORMALISES 
  
  
SYSTEME COMPTABLE OHADA (SYSCOHADA) 
  
  
  
  
 
   
 
 
 
  
  
 
       
   
 
 
 
 
  
EXERCICE CLOS LE :  
31 décembre N 
  
  
  
 
 
 
  
 
   
 
 
 
  
  
 
       
   
 
 
 
 
  
  
 
       
   
 
 
 
 
  
DESIGNATION DE L'ENTITE 
  
  
  
 
       
   
 
 
 
 
   DENOMINATION SOCIALE :  
SYSTEME COMPTABLE OHADA 
  
   (ou nom et prénoms de l'exploitant) 
  
   
   
 
 
 
 
     
  
  
 
       
   
 
 
 
 
   SIGLE USUEL :  
SYSCOHADA 
  
  
  
 
       
   
 
 
 
 
   ADRESSE COMPLETE :   2B 234 OHADA 
           
     
  
  
  
  
  
  
  
 
       
   
 
 
 
 
   N° IDENTIFICATION FISCALE :   GB 567 TE             
     
  
  
  
  
  
  
  
 
       
   
 
 
 
 
  
  
 
       
   
 
 
 
 
  
SYSTEME NORMAL 
  
  
  
 
       
   
 
 
 
 
  
  
 
       
   
 
 
 
 
  
Documents déposés 
Réservé à la Direction Générale des Impôts 
  
  
 
    
 
       
   
 
 
 
  
Date de dépôt 
  
Fiche d'identification et renseignements divers 
 
 
   Bilan 
  
  
 
30 avril N+1 
   Compte de résultat 
  
  
 
   Tableau des flux de trésorerie 
  
Nom de l'agent de la DGI ayant réceptionné le dépôt    
 
   Notes annexées 
  
  
 
     
     
  
    
  
   
  
  
  
 
     
  
  
 
   Nombre de pages déposées par exemplaire :  
  
Signature de l'agent et cachet du service 
  
 
   Nombre d'exemplaires déposés :  
  
  
 
  
     
  
 
  
  
 
       
   
 
 
 
 
     
           
     
  
  
  
  
  
351


FICHE R1
Dénomination sociale de l'entité :  
SYSTEME COMPTABLE OHADA
Sigle usuel : SYSCOHADA
Adresse : 
2B 234 OHADA
N° d'identification fiscale : GB 567 TE
Exercice clos le : 31 decembre N
Durée (en mois) : 12
ZA
EXERCICE COMPTABLE : 
DU : 
1er janvier N
AU : 
31 decembre N
ZB
DATE D'ARRETE EFFECTIF DES COMPTES :
30 avril N+1
ZC
EXERCICE PRECEDENT CLOS LE :
31/12/N-1
DUREE EXERCICE PRECEDENT EN MOIS :
12
ZD
XX
7865 K 45
7869 TGO
Greffe
N° Registre du Commerce
N° Répertoire des entités
ZE
34 560
7865438
9087655
N° de caisse sociale
N° Code Importateur
Code activité principale
ZF
SYSTEME COMPTABLE OHADA
SYSCOHADA
Désignation de l'entité
Sigle
ZG
1234567899
898777
Kola
N° de téléphone
email
Code
Boite postale
Vile
ZH
56 rue OCAM Kola
Adresse géographique complète (Immeuble, rue, quartier, vile, pays)
ZI
Fabrication de  meubles
Désignation précise de l'activité principale exercée par l'entité
Monsieur ABC  Directeur général même adresse que société
Nom, adresse et qualité de la personne à contacter en cas de demande d'informations complémentaires
Monsieur Comptable inscrit à ONECCA domicilié 56 rue Ohé 
Nom du professionnel salarié de l'entité ou
nom, adresse et téléphone du cabinet comptable ou du professionnel INSCRIT A L'ORDRE NATIONAL
DES EXPERTS COMPTABLES ET DES COMPTABLES AGREES ayant établi les états financiers
Visa de l'Expert comptable ou du  Comptable agréé
Non
Non
Oui
Etats financiers approuvés par l'Assemblée
Générale (cocher la case)
ABC
Domiciliations bancaires :
Nom du signataire des états financiers
Banque
Numéro de compte
Directeur général
Banque Verte 
678899000
Qualité du signataire des états financiers
Banque Jaune
9876544333
30/04/N+1
Date de signature
Signature
352


FICHE R2
Désignation entité : SYSTEME COMPTABLE OHADA                    Exercice clos le 31-12-N                                                                                                                                                        
Numéro d’identification :       GB 567 TE                                               Durée (en mois) 12                                                                                                                                                                                                                                                                                              

  
     
  
  
  
  
              
Contrôle de l'entité (cocher la case) 
ZK 
ZQ 
   Forme juridique (1) : 
0  1    
  
Entité sous contrôle public 
 
   
 
  
  
  
   
 
 
 
 
   
   
 
ZL 
   Régime fiscal (1) : 
0  1 
  
ZQ  Entité sous contrôle privé national   
 
 
   
 
  
  
  
  
   
 
 
   
   
 
ZM 
ZS 
   Pays du siège social (1) : 
0  7    
  
Entité sous contrôle privé étranger 
 
 
   
 
  
  
  
     
   
 
 
   
ZN 
   Nombre d'établissements dans le pays : 
0  1    
     
  
 
   
  
  
  
     
  
   
 
 
   
ZO 
   Nombre d'établissements hors du pays pour 
  
     
  
 
 
 
   
  
lesquels une comptabilité distincte est tenue :  0  0 
     
  
 
 
 
   
  
     
  
   
 
 
 
 
   
ZP 
Première année d'exercice dans le pays : 
1  9  4  5    
     
  
 
 
  
     
  
  
  
  
                 
  
 
   
 
 
 
 
 
 
 
 
 
   
 
 
 
 
ACTIVITE DE L'ENTITE 
 
   
 
 
 
 
 
 
 
 
 
   
 
 
 
 
  
     
  
  
Code nomenclature  
Chiffre d'affaires HT 
% activité 
Désignation de l'activité (2)  
d'activité (1) 
(CA HT) 
dans le CA 
  
     
  
  
                          
HT  
 
  
  
  
  
fabrication de meubles 
C  3  1  0  0 
 
2 041 946 745 
100,00% 
 
 
  
  
  
  
  
  
  
  
Divers 
  
  
  
  
TOTAL 
  
  
  
     
  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
   
 
 
 
(1) NOTE 36 
(2) Lister de manière précise les activités dans l'ordre décroissant du , ou de la valeur ajoutée (V.A). 
 
  
     
  
  
  
  
                    
  
  
  
  
353


FICHE R3
Désignation entité : SYSTEME COMPTABLE OHADA                    Exercice clos le 31-12-N                                                                                                                                                        
Numéro d’identification :       GB 567 TE                                               Durée (en mois) 12                                                                                                                                                                                                                                                                                              

DIRIGEANTS (1) 
 
 
 
 
 
 
 N° identi  fication   Adresse  
 (BP, ville, 
Nom 
Prénoms 
Qualité 
fiscale 
pays) 
  
  
  
  
  
ZAU  
POPO 
PCA 
  
56 rue voilà 
ABC 
DADA 
DG 
  
98 rue ici 
  
  
  
  
  
(1) Dirigeants = Président Directeur Général, Directeur Général, Administrateur 
Général, Gérant, Autres 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
  MEM  
BRES DU   CONS  
EIL D'AD  
MINIS  
TRATION 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 Adresse  
 (BP, ville, 
Nom 
Prénoms 
Qualité 
pays) 
  
  
  
  
ZAU 
POPO 
PCA 
56 rue voilà 
ABC 
DADA 
DG 
98 rue ici 
DIDU 
FAFA 
Administrateur 
34 rue à toi 
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
354


FICHE R4
 
Désignation entité : SYSTEME COMPTABLE OHADA                    Exercice clos le 31-12-N                                                                                                                                                        
Numéro d’identification :       GB 567 TE                                               Durée (en mois) 12                                                                                                                                                                                                                                                                                             

NOTES
INTITULES
A
N/A
NOTE 1
DETTES GARANTIES PAR DES SURETES REELLES
X
NOTE 2
INFORMATIONS OBLIGATOIRES
X
NOTE 3A
IMMOBILISATION BRUTE
X
NOTE 3B
BIENS PRIS EN LOCATION ACQUISITION
X
NOTE 3C
IMMOBILISATIONS : AMORTISSEMENTS
X
NOTE 3D
IMMOBILISATIONS : PLUS-VALUES ET MOINS VALUE DE CESSION
X
NOTE 3E
INFORMATIONS SUR LES REEVALUATIONS EFFECTUEES PAR L'ENTITE
X
NOTE 3F
TABLEAU D'ETALEMENT DES CHARGES IMMOBILISEES
X
NOTE 4
IMMOBILISATIONS FINANCIERES
X
NOTE 5
ACTIF CIRCULANT ET DETTES CIRCULANTES HAO
X
NOTE 6
STOCKS ET ENCOURS
X
NOTE 7
CLIENTS 
X
NOTE 8
AUTRES CREANCES
X
NOTE 9
TITRES DE PLACEMENT
X
NOTE 10
VALEURS A ENCAISSER
X
NOTE 11
DISPONIBILITES
X
NOTE 12
ECARTS DE CONVERSION ET TRANSFERTS DE CHARGES
X
NOTE 13
CAPITAL : VALEUR NOMINALE DES ACTIONS OU PARTS
X
NOTE 14
PRIMES ET RESERVES
X
NOTE 15A
SUBVENTIONS ET PROVISIONS REGLEMENTEES
X
NOTE 15B
AUTRES FONDS PROPRES
X
NOTE 16A
DETTES FINANCIERES ET RESSOURCES ASSIMILEES
X
NOTE 16B
ENGAGEMENTS DE RETRAITE ET AVANTAGES ASSIMILES (METHODE ACTUARIELLE)  
X
NOTE 16B bis ENGAGEMENTS DE RETRAITE ET AVANTAGES ASSIMILES (METHODE ACTUARIELLE)
X
NOTE 16C
ACTIFS ET PASSIFS EVENTUELS
X
NOTE 17
FOURNISSEURS D'EXPLOITATION
X
NOTE 18
DETTES  FISCALES ET SOCIALES
X
NOTE 19
AUTRES DETTES ET PROVISIONS POUR RISQUES A COURT TERME
X
NOTE 20
BANQUES, CREDIT D'ESCOMPTE ET DE TRESORERIE
X
NOTE 21
CHIFFRE D'AFFAIRES  ET AUTRES PRODUITS
X
NOTE 22
ACHATS
X
NOTE 23
TRANSPORTS
X
NOTE 24
SERVICES EXTERIEURS
X
NOTE 25
IMPOTS ET TAXES
X
NOTE 26
AUTRES CHARGES
X
NOTE 27A
CHARGES DE PERSONNEL
X
NOTE 27B
EFFECTIFS, MASSE SALARIALE ET PERSONNEL EXTERIEUR
X
NOTE 28
PROVISIONS  ET DEPRECIATIONS INSCRITES AU BILAN
X
NOTE 29
CHARGES ET REVENUS FINANCIERS
X
NOTE 30
AUTRES  CHARGES ET PRODUITS HAO
X
NOTE 31
REPARTITION DU RESULTAT ET AUTRES ELEMENTS CARACTERISTIQUES DES 
X
NOTE 32
PRODUCTION DE L'EXERCICE
X
NOTE 33
ACHATS DESTINES A LA PRODUCTION
X
NOTE 34
FICHE DE SYNTHESE DES PRINCIPAUX INDICATEURS FINANCIERS
X
NOTE 35
LISTE DES INFORMATIONS SOCIALES, ENVIRONNEMENTALES ET SOCIETALES A FOURNIR
X
NOTE 36
TABLES DES CODES
X
A : Applicable                  N/A : Non applicable. 
Par exemple pour une entité qui n'a pas de stocks et en-cours, elle doit cocher à l'intersection ('ligne NOTE6' & 'colonne N/A')
355

BILAN AU 31 DECEMBRE N
EXERCICE 
EXERCICE 
EXERCICE 
EXERCICE au 31/12/ N 
AU         
AU      
AU   
REF 
ACTIF 
Note  
31/12/N-1 
REF 
PASSIF 
Note  
31/12/N 
31/12/N-1 
AMORT et 
BRUT 
DEPREC 
NET 
NET 
NET 
NET 
AD  IMMOBILISATIONS INCORPORELLES 

4 650 000 

4 650 000 
2 650 000  CA  Capital  
13 
400 000 000 
100 000 000 
AF 
Brevets, licences, logiciels et  droits similaires 
3 050 000 
3 050 000 
1 050 000  CB  Apporteurs capital non appelé      (-) 
13 
-100 000 000 
 
 
 
AG  Fonds commercial et droit au bail 
1 600 000 
1 600 000 
1 600 000  CD  Ecarts de réévaluation 
3e 
3 500 000 
 
 
 
AI 
IMMOBILISATIONS CORPORELLES 

1 012 410 344 
321 157 361 
691 252 983 
203 544 627 
CE 
Réserves indisponibles 
14 
20 000 000 
20 000 000 
Terrains (1)               
AJ 
38 673 950 
38 673 950 
35 173 950 
(1) dont Placement 
 
CF 
Report à nouveau       (+ ou -) 
14 
76 069 991 
47 450 317 
……………. 
 
Bâtiments                     
AK 
741 411 100  160 048 641  581 362 459  136 097 141  CG  Résultat net de l'exercice (bénéfice + ou perte -) 
  
215 389 710 
118 619 674 
(1) dont Placement 
……………. 
 
AL 
Aménagements, agencements et installations 
73 328 267 
71 328 267 
2 000 000 
0  CH  Subventions d'investissement 
15 
2 000 000 
 
 
AM  Matériel, mobilier et actifs biologiques 
82 947 027 
35 540 453 
47 406 574 
32 086 036  CJ  Provisions réglementées 
15 
40 000 000 
 
 
TOTAL CAPITAUX PROPRES ET RESSOURCES 
AN  Matériel de transport 
76 050 000 
54 240 000 
21 810 000 
187 500  CP 
  
656 959 701 
286 069 991 
 
ASSIMILEES 
AVANCES ET ACOMPTES VERSES SUR 
AP 

20 000 000 
20 000 000 
DA  Emprunts et dettes financières diverses 
16 
94 699 075 
2 200 000 
IMMOBILISATIONS 
 
 
AQ  IMMOBILISATIONS FINANCIERES 

4 419 790 

4 419 790 
4 548 658  DC  Provisions pour risques et charges 
16 
62 116 366  54 864 697 
TOTAL DETTES FINANCIERES ET RESSOURCES 
AS 
Autres immobilisations financières 
4 419 790 
4 419 790 
4 548 658 
 
DD 
 
ASSIMILEES 
  
156 815 441 
57 064 697 
AZ  TOTAL ACTIF IMMOBILISE 
1 041 480 134 
321 157 361 
720 322 773 
210 743 285  DF 
TOTAL RESSOURCES STABLES 
  
813 775 142 
343 134 688 
 
BA  ACTIF CIRCULANT HAO 

2 140 000 
2 140 000 
380 000  DH  Dettes circulantes HAO 

156 649 942 
399 942 
 
BB 
STOCKS ET ENCOURS 

18 560 138 
18 560 138 
15 868 433  DI  Clients, avances reçues 

 
 
 
BG  CREANCES ET EMPLOIS ASSIMILES 
206 981 960 
31 677 520  175 304 440  144 512 218 
 
DJ 
Fournisseurs d'exploitation 
17 
38 210 222  55 894 206 
BH  Fournisseurs avances versées 
17 
857 612 
857 612 
700 000  DK  Dettes fiscales et sociales 
18 
42 668 247  36 010 298 
 
BI 
Clients 

167 938 821 
31 677 520  136 261 301  140 683 833  DM  Autres dettes 
19 
620 000  10 648 959 
BJ 
Autres créances 

38 185 527 
38 185 527 
3 128 385  DN  Provisions pour risques a court terme 
19 
 
 
 
BK  TOTAL ACTIF CIRCULANT 
227 682 098 
31 677 520 
196 004 578 
160 760 651  DP 
TOTAL PASSIF CIRCULANT 
  
238 148 411 
102 953 405 
 
BS 
Banques, chèques postaux, caisse et assimilés 
11 
123 097 127 
123 097 127 
74 584 157  DR   Banques, établissements financiers et crédits de trésorerie 
  
 
 
 
BT 
TOTAL TRESORERIE ACTIF 
 
123 097 127 

123 097 127 
74 584 157  DT  TOTAL TRESORERIE PASSIF  
  


BU  Ecart de conversion-Actif 
12 
15 000 000 
15 000 000 
DV  Ecart de conversion-Passif 
12 
2 500 925 
 
 
 
BZ 
TOTAL GENERAL 
1 407 259 359 
352 834 881  1 054 424 478 
446 088 093  DZ  TOTAL GENERAL 
  
1 054 424 478 
446 088 093 
 
356

 COMPTE DE RESULTAT DE L'EXERCICE DU 1ER JANVIER N AU 31 DECEMBRE N
 
Désignation entité : SYSTEME COMPTABLE OHADA                    Exercice clos le 31-12-N                                                                                                                                                        
Numéro d’identification :       GB 567 TE                                               Durée (en mois) 12               

EXERCICE 
EXERCICE 
AU           AU   31/12/N-
REF 
LIBELLES 
  
  
NOTE 
31/12/N 

NET 
NET 
TA 
Ventes de marchandises 
A  + 
21 
110 000 000 

RA 
Achats de marchandises 
  
-     22 
-75 000 000 

RB 
Variation de stocks de marchandises                                                      -   
/+                                                      

5 000 000 
  
XA 
MARGE  COMMERCIALE   (Somme TA à RB)    
  
40 000 000 

TB 
Ventes de produits fabriqués 
B  + 
21 
1 918 144 745 
1 857 424 110 
TC 
Travaux, services vendus 
C  + 
21 
12 672 000 
12 804 000 
TD 
Produits accessoires 
D  + 
21 
1 130 000 
1 598 780 
XB 
        CHIFFRE D'AFFAIRES (A + B + C + D)    
  
  
2 041 946 745 
1 871 826 890 
TF 
Production immobilisée 
  

21 
4 500 000 

TH 
Autres produits 
  

21 
3 436 978 
11 486 537 
TI 
Transferts de charges d'exploitation  
  

12 
3 233 550 
5 817 880 
RC 
 Achats de matières premières et fournitures liées 
  
 - 
22 
-928 303 692 
-954 585 472 
RD 
Variation de stocks de matières premières et fournitures liées                                                               
   -/+    
106 416 
-2 830 600 
RE 
Autres achats 
  
 - 
22 
-158 266 959 
-161 120 517 
RF 
Variation de stocks d’autres approvisionnements                                                               
    -/+   

-2 414 711 
1 884 647 
RG 
Transports 
  
 - 
23 
-329 146 672 
-329 073 556 
RH 
Services extérieurs 
  
 - 
24 
-72 599 329 
-60 787 379 
RI 
 Impôts et taxes 
  
 - 
25 
-3 135 200 
-110 000 
RJ 
Autres charges 
  
 - 
26 
-4 263 929 
-67 670 
XC               VALEUR AJOUTEE    (XB +RA+RB) + (somme TE à RJ)     
  
  
485 093 197  382 440 760 
RK 
Charges de personnel 
  
 - 
27 
-218 217 093 
-208 852 251 
XD 
      EXCEDENT BRUT D'EXPLOITATION (XC+RK)       
  
266 876 104  173 588 509 
RL 
Dotations aux amortissements aux provisions et dépréciations 
  
 - 
3C&28 
-26 511 313 
-31 615 755 
XE 
       RESULTAT D'EXPLOITATION (XD+TJ+ RL)       
  
240 364 791  141 972 754 
TK  Revenus financiers et assimilés 
   
29 
7 500 000 

RM  Frais financiers et charges assimilés 
    - 
29 
-3 500 000 

XF 
RESULTAT  FINANCIER  (somme TK à RN)       
  
4 000 000 

XG 
RESULTAT  DES ACTIVITES ORDINAIRES (XE+XF)       
  
244 364 791  141 972 754 
TN  Produits des cessions d'immobilisations 
    + 
3D 
127 119 
350 000 
TO  Autres Produits HAO   
 + 
30 
2 000 000 

RO  Valeurs comptables des cessions d'immobilisations 
    - 
3D 

-291 667 
      RESULTAT HORS ACTIVITES ORDINAIRES 
XH 
  
  
  
2 127 119 
58 333 
(somme TN à RP)  
RS 
 Impôts sur le résultat 
  
 - 
  
-31 102 200 
-23 411 413 
XI 
RESULTAT NET (XG+XH+RQ+RS)       
  
215 389 710  118 619 674 
357

TABLEAU DES FLUX DE TRESORERIE
 
Désignation entité : SYSTEME COMPTABLE OHADA                    Exercice clos le 31-12-N                                                                                                                                                        
Numéro d’identification :       GB 567 TE                                               Durée (en mois) 12               

EXERCICE 
EXERCICE 
REF 
LIBELLES 
Note 

N-1 
Trésorerie nette au 1er janvier 
ZA   (Trésorerie actif N-1 - Trésorerie passif N-1) 

  
74 584 157  33 595 404 
  
Flux de trésorerie provenant des activités opérationnelles 
  
  
 
 
FA    Capacité d'Autofinancement Globale (CAFG) 
  
  
241 773 904  150 177 096 
FB  -  Variations de l'actif circulant HAO  
  
  
-2 000 000 
 
FC  - Variation des stocks 
  
  
-2 691 705 
945 953 
FD  Variation des créances et emplois assimilés 
  
  
-45 792 222  -25 371 738 
FE  - Variation du passif circulant 
  
  
-21 054 994  -27 602 541 
Variation du BFG lié aux opérations opérationnelles                   
  
  
  
(FB+FC+FD+FE) : 71 538 921 / 52 028 326 
 
 
ZB  Flux de trésorerie provenant des activités opérationnelles (somme FA à FE) 
B    
170 234 983  98 148 770 
  
Flux de trésorerie provenant des activités d’investissements 
  
  
 
 
Décaissements liés aux acquisitions d'immobilisations 
FF 
  
  
-2 000 000 

incorporelles 
FG  Décaissements liés aux acquisitions d'immobilisations corporelles 
  
  
-327 218 000 
-17 971 503 
FH  Décaissements liés aux acquisitions d'immobilisations financières 
  
  
-601 175 
-958 379 
FI 
+ Encaissements liés aux cessions d’immobilisations incorporelles et corporelles        
367 119 
590 000 
FJ  + Encaissements liés aux cessions d’immobilisations financières 
  
  
730 043 
1 179 865 
ZC  Flux de trésorerie provenant des opérations  d’investissement (somme FE à FJ) 
C    
-328 722 013 
-17 160 017 
  
Flux de trésorerie provenant du financement par les capitaux propres 
  
  
 
 
FK   +  Augmentations de capital par apports nouveaux 
  
  
200 000 000 

FL  Subventions d'investissement 
  
  
2 000 000 

FN  Distribution de dividendes 
  
  
-90 000 000  -40 000 000 
ZD  Flux de trésorerie provenant des capitaux propres (somme FK à FN)             
D                          
112       
000 000 
-40 000 000 
  
Trésorerie provenant du financement par les capitaux étrangers 
  
  
 
 
FO   + Emprunts 
  
  
100 000 000 

FQ  Remboursements des emprunts et autres dettes financières 
  
  
-5 000 000 

ZE  Flux de Trésorerie provenant des capitaux étrangers (somme FO à FQ) 
E    
95 000 000 

ZF  Flux de trésorerie provenant des activités de financement (D+E) 
F    
207 000 000  -40 000 000 
ZF  VARIATION DE LA TRÉSORERIE NETTE DE LA PÉRIODE (B+C+F) 
G    
48 512 970  40 988 753 
Trésorerie nette au 31 Décembre (G+A) 
ZH 

  
123 097 127  74 584 157 
Contrôle : Trésorerie actif N - Trésorerie passif N  
358


NOTE 1 : DETTES GARANTIES PAR DES SURETES REELLES
Désignation entité : SYSTEME COMPTABLE OHADA                    Exercice clos le 31-12-N                                                                                                                                                        
Numéro d’identification :       GB 567 TE                                               Durée (en mois) 12               

SURETES REELLES 
LIBELLES 
Note 
Montant brut 
Gages/ 
Hypothèques  Nantissements  autres 
Dettes financières et 
  
  
  
  
  
ressources assimilées : 
Emprunts et dettes des 
  
100 000 000 
TF: 456N23 
  
  
établissements de crédit  
TOTAL  
  
  
  
  
  
 
Commentaire :
   
 
Il s’agit d’une hypothèque sur l'ensemble immobilier sis à Kalala Titre foncier n° 456N23 
pour garantir l'emprunt octroyé par l'entité financière London City le 13/08/N. 
359


NOTE 2 : INFORMATIONS OBLIGATOIRES
Désignation entité : SYSTEME COMPTABLE OHADA                    Exercice clos le 31-12-N                                                                                                                                                        
Numéro d’identification :       GB 567 TE                                               Durée (en mois) 12               

A - DECLARATION DE CONFORMITE AU SYSCOHADA 
Les états financiers sont établis en conformité avec le Système comptable OHADA et l'Acte 
uniforme relatif au droit comptable et à l'information financière.  
B - REGLES ET METHODES COMPTABLES 
Les états financiers ont été confectionnés dans le respect des postulats, des conventions et des 
règles d'évaluation édictés par le SYSCOHADA et l'Acte Uniforme. 
C- DEROGATION AUX POSTULATS ET CONVENTIONS COMPTABLES 
Respect de tous les postulats et conventions comptables sans aucune dérogation. 
D - INFORMATIONS COMPLEMENTAIRES RELATIVES AU BILAN, AU 
COMPTE DE RESULTAT ET AU TABLEAU DES FLUX DE TRESORERIE 
Pas d'informations complémentaires relatives aux autres états financiers. 
360

NOTE 3A : IMMOBILISATION BRUTE
Désignation entité : SYSTEME COMPTABLE OHADA                    Exercice clos le 31-12-N 
                                                Numéro d’identification :       GB 567 TE                                               Durée (en mois) 12
                      SITUATIONS ET MOUVEMENTS 

AUGMENTATIONS  B 
DIMINUTIONS  C 
D = A + B - C 
MONTANT  
Acquisitions 
Virements 
Suite à une  
Cessions 
Virements 
MONTANT 
  
BRUT  
Apports 
  
réévaluation 
Scissions 
de 
BRUT A LA 
  
A L'OUVERTURE 
Créations 
poste à poste 
pratiquée 
Hors  
poste à poste 
CLOTURE 
  
DE L'EXERCICE 
  
  
au cours 
service 
  
DE 
RUBRIQUES 
  
  
  
de l'exercice 
  
  
L'EXERCICE 
IMMOBILISATIONS INCORPORELLES 
2 650 000 
2 000 000 




4 650 000 
Brevets, licences, logiciels, et droits similaires 
1 050 000 
2 000 000    
  
  
  
3 050 000 
Fonds commercial et droit au bail 
1 600 000    
  
0    
  
1 600 000 
IMMOBILISATIONS CORPORELLES 
551 435 323 
463 468 000 

43 500 000  45 992 979 

1 012 410 344 
Terrains 
35 173 950    
  
3 500 000    
  
38 673 950 
Bâtiments 
286 411 100 
430 000 000    
25 000 000    
  
741 411 100 
Aménagements, agencements et installations 
71 328 267 
0    
2 000 000    
  
73 328 267 
Matériel,  mobilier et actifs biologiques 
104 472 006 
21 468 000    
3 000 000  45 992 979    
82 947 027 
Matériel de transport 
54 050 000 
12 000 000    
10 000 000    
  
76 050 000 
AVANCES ET ACOMPTES VERSES SUR 
IMMOBILISATIONS 

  
25 000 000    
  
5 000 000    
20 000 000 
IMMOBILISATIONS FINANCIERES 
4 548 658 
601 175 


730 043 

4 419 790 
Autres immobilisations financières 
4 548 658 
601 175    
  
730 043    
4 419 790 
TOTAL GENERAL 
558 633 981 
491 069 175 

43 500 000  51 723 022 

1 041 480 134 
 
Commentaire :   
 
L’entité a bénéficié d'un logiciel qui a été subventionné par le groupe pour un meilleur suivi des stocks et des clients. 
Une réévaluation légale a été effectuée sur l'ensemble des biens corporels en date du 1/01/N. 
Un bâtiment neuf  a été acquis sur la route labas labas  à Kalala pour abriter l'usine et le siège social ainsi qu’un hangar de 5000 m2. 
Un inventaire des immobilisations en fin d'exercice a permis de mettre au rebut  et de vendre à la ferraille certains biens.  
Un acompte a été versé pour l'acquisition d'une machine qui permet de faire un calibrage automatique des produits.

361

NOTE 3C : IMMOBILISATIONS : AMORTISSEMENTS
Désignation entité : SYSTEME COMPTABLE OHADA                    Exercice clos le 31-12-N 
                                                Numéro d’identification :       GB 567 TE                                               Durée (en mois) 12
               SITUATIONS ET MOUVEMENTS 



D = A + B - C 
AMORTISSEMENTS  AUGMENTATIONS :  DIMINUTIONS : 
CUMUL DES  
Amortissements 
  
CUMULES 
DOTATIONS DE 
AMORTISSEMENTS 
relatifs 
A L'OUVERTURE 
L'EXERCICE 
aux éléments sortis 
A LA CLOTURE 
RUBRIQUES 
DE L'EXERCICE 
  
de l'actif 
DE L'EXERCICE 
  
  
  
  
  
Bâtiments 
150 313 959 
9 734 682 
  
160 048 641 
Aménagements, agencements et installations 
71 328 267 
  
  
71 328 267 
Matériel, mobilier et actifs biologiques 
72 385 970 
9 147 462 
45 992 979 
35 540 453 
Matériel de transport 
53 862 500 
377 500 
  
54 240 000 
TOTAL : IMMOBILISATIONS 
347 890 696 
19 259 644 
45 992 979 
321 157 361 
CORPORELLES 
 
Commentaire :  
 
les biens sont amortis suivant la durée d'utilité au taux de : 
•  5% pour le bâtiment 
•  10% pour les agencements et installations 
•  20 % pour le matériel  
•  33% pour le matériel de transport. 
 
362


NOTE 3D : IMMOBILISATIONS : PLUS-VALUES ET MOINS VALUE DE CESSION
Désignation entité : SYSTEME COMPTABLE OHADA                    Exercice clos le 31-12-N 
                                                Numéro d’identification :       GB 567 TE                                               Durée (en mois) 12
  
MONTANT  AMORTISSEMENTS 
VALEUR 
PRIX  
PLUS-VALUE 
  
BRUT 
PRATIQUES 
COMPTABLE 
DE 
OU MOINS-VALUE 
  
  
  
NETTE 
CESSION 
  
  


C = A - B 

E = D - C 
  
  
  
  
  
  
Matériel, mobilier et actifs biologiques 
4 500 000 
4 500 000 

127 119 
127 119 
 SOUS TOTAL : IMMOBILISATIONS CORPORELLES 
4 500 000 
4 500 000 
  
  
  
  
  
  
  
  
  
TOTAL GENERAL 
4 500 000 
4 500 000    
  
  
 
Commentaire : 
  
 
Il s'agit de la vente en ferraille d'une motopompe hors usage. 

 
 
 
 
 
363


NOTE 3E : INFORMATIONS SUR LES REEVALUATIONS EFFECTUEES PAR L'ENTITE
Désignation entité : SYSTEME COMPTABLE OHADA                    Exercice clos le 31-12-N                                                                                                                                                        
Numéro d’identification :       GB 567 TE                                               Durée (en mois) 12               

Nature et date des réévaluations : 
        
  
  
  
         
Réévaluation libre effectuée en date du 31/12/N sur la totalité des biens corporels. 
  
  
  
         
Ecarts et 
Eléments réévalués par postes du bilan 
Montants 
provisions 
coûts 
spéciales de 
historiques 
réévaluation 
Terrains                                                                                                                              35 173 950 
3 500 000 
Bâtiments                                                                                                                         286 411 100 
25 000 000 
Agencements aménagements, installations                                                                       71 328 267 
2 000 000 
Matériel, mobilier, actifs biologiques                                                                              104 472 006 
3 000 000 
Matériel de transport 
    54 050 000 
10 000 000 
  
      
  
Total écarts de réévaluation 
  
3 500 000 
  
Total provisions spéciales de réévaluation 
     
40 000 000 
  
Méthode de réévaluation utilisée : 
        
  
Toutes les immobilisations corporelles ont fait l'objet d'une réévaluation sur la base d'un rapport de   
Monsieur VISITE expert industriel en date du  31/12/N. 
  
  
         
  
              
  
Traitement fiscal de l'écart de réévaluation et des amortissements supplémentaires : 
  
  
  
         
L'écart  de  réévaluation  a  été  imposé  au  taux  de  35%  sans  aucune  possibilité  de 
  
compensation avec les déficits antérieurs. 
         
  
 
         
L'écart de réévaluation n'est pas amortissable, il fait partie des capitaux propres et 
n'est pas distribuable. 
  
  
         
Les plus-values de réévaluation des immobilisations corporelles bénéficient d'une 
neutralité fiscale sauf les terrains imposable au taux de l’impôt sur les bénéfices.                 
  
Montant de l'écart incorporé au capital : 
        

364


NOTE 4 : IMMOBILISATIONS FINANCIERES
Désignation entité : SYSTEME COMPTABLE OHADA                    Exercice clos le 31-12-N                                                                                                                                                        
Numéro d’identification :       GB 567 TE                                               Durée (en mois) 12               

Créances 
Créances 
à plus 
Créances à 
Variation 
Libellés 
Année n 
Année n-1 
à un an 
d'un an et 
plus de 
en % 
au plus 
à deux ans 
deux ans 
au plus 
Prêt au personnel 
1 927 000 
1 927 000 
  
500 000 
200 000 
1 227 000 
Dépôts et cautionnements 
2 492 790 
2 621 658 
-5% 
2 492 790 
Dépréciations autres 


  
immobilisations 
  
  
  
  
TOTAL NET DE 
DEPRECIATION 
4 419 790 
4 548 658 
  
500 000 
200 000 
3 719 790 
 
Commentaire :  
Le remboursement de la caution versée pour une résiliation d'une ligne téléphonique du domicile d'un expatrié                         
explique la baisse du poste dépôts et cautionnement. 

365

NOTE 5 : ACTIF CIRCULANT ET DETTES CIRCULANTES HAO
Désignation entité : SYSTEME COMPTABLE OHADA                    Exercice clos le 31-12-N                                                                                                                                                       
Numéro d’identification :       GB 567 TE                                               Durée (en mois) 12                

 
ACTIF CIRCULANT HAO 
Libellés 
Année n 
Année n-1 
Variation en % 
Créances sur cessions d'immobilisations 
140 000 
380 000 
-63% 
Autres créances HAO 
2 000 000 
  
 
 
Dépréciations des créances HAO 
 0 
 0 
 
  
 
TOTAL NET DE DEPRECIATION 
 
2 140 000 
 
380 000 
 
 
 
Commentaire :  
Les autres créances HAO sont constituées par un don de la Mairie de JOJO qui sera versé 
23/01/N+1. 

 
 
 
 
 
 
 
 
DETTES  CIRCULANTES HAO 
Libellés 
Année n 
Année n-1 
Variation en % 
Fournisseurs d'investissements 
156 250 000 
Fournisseurs d'invest. factures non 
 
 
parvenues 
399 942 
399 942 
0% 
  
TOTAL  
 
156 649 942 
 
399 942 
 
 
 
Commentaire :  
Le montant du poste fournisseur d'investissement correspond à un crédit accordé par le 
vendeur de la broyeuse. 

366


NOTE 6 : STOCKS ET ENCOURS
Désignation entité : SYSTEME COMPTABLE OHADA                    Exercice clos le 31-12-N                                                                                                                                                       
Numéro d’identification :       GB 567 TE                                               Durée (en mois) 12                

Variation 
de stock 
Variation 
Libellés 
Année n 
Année n-1 
en valeur 
en % 
absolue 
Marchandises 
5 000 000 
 
 
 
Matières premières et fournitures liées 
7 827 856 
7 721 440 
106 416 
1% 
Stock emballages 
5 732 282 
8 146 993 
-2 414 711 
-30% 
TOTAL STOCKS ET ENCOURS 
18 560 138 
15 868 433 
2 691 705 
 
  
 
 
 
 
Dépréciations des stocks 


 
 
  
 
 
 
 
TOTAL NET DE DEPRECIATION 
18 560 138 
15 868 433 
 
 
 
Commentaire :  
 
L'inventaire  a  été  effectué  le  1/01/N+1  conformément  à  la  procédure  décrite  dans  le  manuel  de 
procédures. 
La méthode de valorisation retenue est le coût moyen pondéré sur la durée moyenne de stockage.
 
La baisse du stock d'emballage est due à la politique de l'entité qui consiste à diminuer le stock. 

367


NOTE 7 : CLIENTS
Désignation entité : SYSTEME COMPTABLE OHADA                    Exercice clos le 31-12-N                                                                                                                                                        
Numéro d’identification :       GB 567 TE                                               Durée (en mois) 12               

Créances 
à plus 
Créances à 
d'un an  Créances à 
Libellés 
Année n 
Année n-1 
Variation 
un an au 
plus de 
en % 
plus 
et à deux 
deux ans 
ans au 
plus 
Clients (hors réserves de propriété 
136 261 301  140 683 833 
-3% 
et Groupe) 
136 261 301 
 
 
Créances litigieuses ou douteuses 
31 677 520 
31 677 520 
0% 
31 677 520 
 
 
TOTAL CLIENTS 
167 938 821  172 361 353 
136 261 301  31 677 520 

 
  
 
 
 
 
 
 
Dépréciations des comptes clients 
31 677 520 
31 677 520 
 
 
 
 
  
 
 
 
 
 
 
TOTAL NET DE 
136 261 301  140 683 833 
136 261 301  31 677 520 

DEPRECIATION 
 
 
Commentaire 
:  
L'amélioration du recouvrement des créances est due à une mise au comptant de certains clients qui ne respectent 
pas le délai de paiement qui leur a été accordé. 

368


NOTE 8 : AUTRES CREANCES
Désignation entité : SYSTEME COMPTABLE OHADA                    Exercice clos le 31-12-N                                                                                                                                                        
Numéro d’identification :       GB 567 TE                                               Durée (en mois) 12               

Créances à 
Créances 
Créances 
Variation 
plus d'un 
Libellés 
Année n 
Année n-1 
à un an 
an et à 
à plus de 
en % 
au plus 
deux ans 
deux ans 
au plus 
Personnel 
16 921 663  1 280 286 
1222%  16 921 663 

0  
Associés compte courant 
20 000 000 
 
  20 000 000 


Autres débiteurs divers 
450 000 
 
 


Charges constatées d'avance 
1 263 864  1 398 099 
-10%  1 263 864 

0  
TOTAL AUTRES CREANCES 
38 185 527  3 128 385 
38 185 527 

0  
 
  
 
 
 
Dépréciations des autres créances 




0  
 
  
 
 
 
TOTAL NET DE 
38 185 527  3 128 385 
DEPRECIATION 
  38 185 527 


 
Commentaire :  
 
L'augmentation importante du poste, personnel s'explique par une avance  exceptionnel le accordée  au personnel 
pour une fête religieuse. 
L'accroissement du poste, compte courant associé correspond à une mise à disposition des dividendes d'un 
actionnaire.  

369


NOTE 11 : DISPONIBILITES
Désignation entité : SYSTEME COMPTABLE OHADA                    Exercice clos le 31-12-N                                                                                                                                                        
Numéro d’identification :       GB 567 TE                                               Durée (en mois) 12               

Variation 
Libellés 
Année n 
Année n-1 
en % 
Banques locales 
121 152 991  69 123 976 
75%  
Caisse  
1 944 136 
5 460 181 
-64%  
Régies d'avances et accréditifs 
 
 
 
TOTAL DISPONIBILITES 
123 097 127  74 584 157 
 
  
 
 
 
Dépréciations 


 
  
 
 
 
TOTAL NET DE DEPRECIATION 
123 097 127  74 584 157 
 
 
Commentaire:  
Le rapprochement du compte bancaire du mois de décembre a été effectué le 15/01/N+ 
1. 
L'amélioration du compte bancaire est consécutive aux ventes au comptant des                          
marchandises et de la diminution du plafond de la caisse. 

370

NOTE 12 : ECARTS DE CONVERSION ET TRANFERTS DE CHARGES
Désignation entité : SYSTEME COMPTABLE OHADA                    Exercice clos le 31-12-N                                                                                                                                                       
Numéro d’identification :       GB 567 TE                                               Durée (en mois) 12                

 
ECARTS DE CONVERSION 
Cours UML  Cours 
Variation en 
Montant 
Libellés 
Devises 
Année 
UML 
valeur 
en devises  acquisition  31/12/N 
absolue 
Ecarts de conversion-actif :  
 
 
 
 
  
clients USA 

150 000 
550 
450 
15 000 000 
  
 
 
 
 
  
Ecart de conversion passif : 
 
 
 
 
  
Emprunts banque London city 
£ 
115 250 
800  778,30 
2 500 925 
 
Commentaire :   
 
La variation des cours n'appelle aucun commentaire.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
TRANSFERTS DE CHARGES 
Variation   
 
Libellés 
Année N 
Année N-1 
  
en % 
 
Transferts de charges d'exploitation :  
 
 
    
 
Transports 
3 233 550  5 817 880 
-44%    
 
 
Commentaire :   
 
Les refacturations des frais de transport aux clients ont baissé en raison du changement de la politique de 
livraison des produits.

371

 NOTE 13 : CAPITAL : VALEUR NOMINALE DES ACTIONS OU PARTS
Désignation entité : SYSTEME COMPTABLE OHADA                    Exercice clos le 31-12-N                                                                                                                                                        
Numéro d’identification :       GB 567 TE                                               Durée (en mois) 12               

CAPIT