Travaux pratique sur la balance commerciale


Télécharger


Travaux pratique sur la balance commerciale

DOCUMENT 1 : La balance des paiement, instrument de mesure des échanges

« La balance des paiements est le document comptable qui retrace toutes les relations qu'entretiennent les résidents d'un pays avec des non résidents (agents économiques résidents hors du territoire national et agents dont l'activité sur le territoire national est d'une durée inférieure à



; 1 an). Elle mesure des échanges, c'est-à-dire des flux économiques et financiers dont le règlement entraîne des flux monétaires de sens inverse qui sont leur contrepartie. Tout flux est donc comptabilisé deux fois, comme flux réel (économique ou financier) et comme flux monétaire (le règlement), cela sous forme de crédit et de débit. La balance des paiements est principalement composée de trois éléments :

...

La balance des paiements est toujours « équilibrée » au sens comptable du terme: une opération donne toujours lieu à deux inscriptions comptables (l'une au crédit, l'autre au débit ; par exemple une exportation de biens se traduit par un chiffre positif au crédit du compte des transactions courantes, et par un montant équivalent au débit du compte financier). La somme des crédits est donc égale à celle des débits. Des problèmes méthodologiques font que ce n'est pas forcément le cas ; on ajoute alors une ligne « erreurs et omissions » pour équilibrer les deux colonnes »

D'après Dictionnaire d'économie et de sciences sociales, Nathan 2007, p 38

1) Quelle est la différence entre la balance commerciale et la balance des transactions courantes ? Quelle est celle qui intéresse le plus l'économiste lorsqu'il veut mesurer les échanges entre pays ?

2) Dans quelle situation le solde d'une balance commerciale peut-il être négatif ?

3) Pourquoi ajoute-t-on une ligne « erreurs et omissions » dans la balance des paiements » ?

...

en milliards d'euros

Source : « La balance des paiements de la France en Mars 2006 », Stat info, Mai 2006, Ministère des finances, de l'économie et de l'industrie

DOCUMENT 3 : L'évolution de la balance commerciale de la France

4) Que signifie « -13.8 » en 2004 ?

5) Quelles années les exportations de biens de la France ont-elles été supérieures aux importations de biens ?

6) Peut-on déduire de ce document qu'entre 2002 et 2004, le montant des exportations françaises à diminué ? Pourquoi ?

Quels peuvent être selon vous les facteurs expliquant l'évolution à la hausse ou à la baisse de la balance commerciale d'un pays ?

...

5) Augmenter les dépenses publiques G n’affecte pas la courbe LM si on regarde l’équation. En revanche, elle affecte la courbe IS en augmentant E et donc en augmentant l’ordonnée à l’origine de la droite. Elle ne change pas la pente donc la courbe IS se déplace vers la droite en restant parallèle à l’ancienne (notez que si on avait diminué les dépenses publiques elle se serait déplacée vers la gauche). Voir le graphique correspondant dans le pdf « Graphiques TD 7 ».

On remarque que l’effet final de la politique budgétaire est :

- Augmente le PIB d’équilibre qui passe de Y1 à Y2 - Augmente le taux d’intérêt d’équilibre de r1 à r2

Economiquement les effets décomposés sont :

  1. Relance de l’activité qui fait augmenter le PIB jusqu’à la valeur Y3 le taux d’intérêt restant identique pour le moment (c’est une politique qui commence sur le marché des biens et services).
  2. Mais la hausse du PIB augmente la demande de monnaie pour motif de transaction/précaution (L1) donc il y a un déséquilibre sur le marché monétaire : la demande devient plus grande que l’offre (qui est ici exogène donc est restée fixe). Le taux d’intérêt commence à remonter pour équilibrer le marché.
  3. Au fur et à mesure que le taux d’intérêt augmente, la demande de monnaie pour motif de transaction baisse donc le marché monétaire commence à s’équilibrer mais l’augmentation du taux d’intérêt fait diminuer l’investissement et donc fait diminuer la demande de biens et services. Le PIB commence donc lui aussi à baisser. C’est l’effet d’éviction de l’investissement public sur l’investissement privé.
  4. Le processus continue jusqu’à l’équilibre complet du marché monétaire, le PIB se stabilise à Y2 et le taux d’intérêt à r2.

~

6) Augmenter la masse monétaire M n’affecte pas la courbe IS si on regarde l’équation. En revanche, nouvelle droite est parallèle à l’ancienne. Voir le graphique correspondant dans le pdf « Graphiques TD 7 ».

On remarque que l’effet final de la politique budgétaire est :

- Augmente le PIB d’équilibre qui passe de

2