Cours android

Cours Développement sous Android pdf


Télécharger Cours Développement sous Android pdf

★★★★★★★★★★3.5 étoiles sur 5 basé sur 1 votes.
Votez ce document:

Télécharger aussi :


Cours Développement sous Android

Les éléments d'une application

Une application Android est composée des éléments suivants:

  • des activités (android.app.Activity): il s'agit d'une partie de l'application présentant une vue à l'utilisateur
  • des services (android.app.Service): il s'agit d'une activité tâche de fondsans vue associée
  • des fournisseurs de contenus (android.content.ContentProvider): permet le partage d'informations au sein ou entre applications
  • des widgets (android.appwidget.*): une vue accrochée au Bureau d'Android
  • des Intents (android.content.Intent): permet d'envoyer un message pour un composant externe sans le nommer explicitement
  • des récepteurs d'Intents (android.content.BroadcastReceiver): permet de déclarer être capable de répondre à des Intents
  • des notifications (android.app.Notifications): permet de notifier l'utilisateur de la survenue d'événements

Le Manifest de l'application

Le fichier AndroidManifest.xml déclare l'ensemble des éléments de l'application.

<?xml version="1.0" encoding="utf-8"?>

<manifest xmlns:android="http://schemas.android.com/apk/res/android" package="andro.jf"

android:versionCode="1"

android:versionName="1.0">

<application android:icon="@drawable/icon" android:label="@string/app_name">

<activity android:name=".Main"

android:label="@string/app_name">

<intent-filter>

<action android:name="android.intent.action.MAIN" />

<category android:name="android.intent.category.LAUNCHER" />

</intent-filter>

</activity>

<service>...</service> <receiver>...</receiver> <provider>...</provider>

</application> </manifest>

2.2 Les ressources

Les ressources de l'applications sont utilisées dans le code au travers de la classe statique R. ADT re-génère automatiquement la classe statique R à chaque changement dans le projet. Toutes les ressources sont accessibles au travers de R, dés qu'elles sont déclarées dans le fichier XML ou que le fichier associé est déposé dans le répertoire adéquat. Les ressources sont utilisées de la manière suivante:

android.R.type_ressource.nom_ressource

qui est de type int. Il s'agit en fait de l'identifiant de la ressource. On peut alors utiliser cet identifiant ou récupérer l'instance de la ressource en utilisant la classe Resources:

Resources res = getResources();

String hw = res.getString(R.string.hello); XXX o = res.getXXX(id);

Une méthode spécifique pour les objets graphiques permet de les récupérer à partir de leur id, ce qui permet d'agir sur ces instances même si elles ont été créées via leur définition XML:

TextView texte = (TextView)findViewById(R.id.le_texte); texte.setText("Here we go !");

Les chaines

Les chaines constantes de l'application sont situées dans res/values/strings.xml. L'externalisation des chaines permettra de réaliser l'internationalisation de l'application. Voici un exemple:

<?xml version="1.0" encoding="utf-8"?> <resources>

<string name="hello">Hello Hello JFL !</string> <string name="app_name">AndroJF</string> </resources>

La récupération de la chaine se fait via le code:

Resources res = getResources();

String hw = res.getString(R.string.hello);

 Internationalisation

Le système de ressources permet de gérer très facilement l'internationalisation d'une application. Il suffit de créer des répertoires values-XX où XX est le code de la langue que l'on souhaite implanter. On place alors dans ce sous répertoire le fichier xml strings.xml contenant les chaines traduites associées aux même clefs que dans values/strings.xml. On obtient par exemple pour les langues es et fr l'arborescence:

MyProject/

res/

values/

strings.xml values-es/

strings.xml values-fr/

strings.xml

Android chargera le fichier de resources approprié en fonction de la langue du système.

Autres valeurs simples

Plusieurs fichies xml peuvent être placés dans res/values. Cela permet de définit des chaines, des couleurs, des tableaux. L'assistant de création permet de créer de nouveaux fichiers de ressources contenant des valeurs simples, comme par exemple un tableau de chaines:

<?xml version="1.0" encoding="utf-8"?> <resources>

<string-array name="test"> <item>it1</item> <item>it2</item>

</string-array> </resources>

Autres ressources

D'autres ressources sont spécifiables dans res:

  • les menus
  • les images (R.drawable)
  • des dimensions (R.dimen)
  • des couleurs (R.color)

2.3 Les activités

Une application Android étant hebergée sur un système embarqué, le cycle de vie d'une application ressemble à celle d'une application Java ME. L'activité peut passer des états:

  • démarrage -> actif: détient le focus et est démarré (onStart invoqué)
  • actif -> suspendue: ne détient plus le focus (onPause invoqué)
  • suspendue -> actif: onResume invoqué
  • suspendue -> détruit: onDestroy invoqué

public class Main extends Activity {

public void onCreate(Bundle savedInstanceState) {

super.onCreate(savedInstanceState);

setContentView(R.layout.acceuil); }

protected void onDestroy() {

super.onDestroy(); }

protected void onPause() {

super.onPause(); }

protected void onResume() {

super.onResume(); }

protected void onStart() {

super.onStart(); }

protected void onStop() {

super.onStop(); } }

Sauvegarde des interfaces d'activité

L'objet Bundle passé en paramètre de la méthode onCreate permet de restaurer les valeurs des interfaces d'une activité qui a été déchargée de la mémoire. En effet, lorsque l'on appuie par exemple sur la touche Home, en revenant sur le bureau, Android peut-être amené à déchargé les éléments graphiques de la mémoire pour gagner des ressources. Si l'on rebascule sur l'application (appui long sur Home), l'application peut avoir perdu les valeurs saisis dans les zones de texte.

Pour forcer Android à décharger les valeurs, il est possible d'aller dans "Development tools > Development Settings" et de cocher "Immediately destroy activities".

Si une zone de texte n'a pas d'identifiant, Android ne pourra pas la sauver et elle ne pourra pas être restaurée à partir de l'objet Bundle.

Si l'application est complètement détruite (tuée), rien n'est restauré.

Le code suivant permet de visualiser le déclenchement des sauvegardes:

protected void onSaveInstanceState(Bundle outState) { super.onSaveInstanceState(outState);

Toast.makeText(this, "Sauvegarde !", Toast.LENGTH_LONG).show();

}

Démonstration

3.1 Vues et gabarits

Les élements graphiques héritent de la classe View. On peut regrouper des éléments graphiques dans une ViewGroup. Des ViewGroup particuliers sont prédéfinis: ce sont des gabarits (layout) qui proposent une prédispositions des objets graphiques:

  • LinearLayout: dispose les éléments de gauche à droite ou du haut vers le bas
  • RelativeLayout: les éléments enfants les uns par rapport aux autres
  • TableLayout: disposition matricielle
  • FrameLayout: disposition en haut à gauche en empilant les éléments Les déclarations se font principalement en XML, ce qui évite de passer par les instanciations Java.

Attributs des gabarits

Les attributs des gabarits permettent de spécifier des attributs supplémentaires. Les plus importants sont:

  • android:layout_width et android:layout_height:
  • ="fill_parent": l'élément remplit tout l'élément parent
  • ="wrap_content": prend la place nécessaire à l'affichage
  • android:orientation: définit l'orientation d'empilement
  • android:gravity: définit l'alignement des éléments Voici un exemple de LinearLayout:

<LinearLayout xmlns:android="http://schemas.android.com/apk/res/android"

android:orientation="vertical"

android:layout_width="fill_parent"

android:layout_height="fill_parent"

android:gravity="center"

android:id="@+id/accueilid"

</LinearLayout>

L'interface comme ressource

Une interface graphique définie en XML sera aussi générée comme une ressource dans la classe statique R. Le nom du fichier xml, par example accuefl.xml permet de retrouver le layout dans le code java au travers de R.layout.accueil.

Ainsi, pour associer la première vue graphique à l'activité principale de l'application, il faut faire:

public void onCreate(Bundle savedInstanceState) { super.onCreate(savedInstanceState); setContentView(R.layout.acceuil);

}

Le layout reste modifiable au travers du code, comme tous les autres objets graphiques. Pour cela, il est important de spécifier un id dans la définition XML du gabarit (android:id="@+id/accueilid"). Cette remarque est aussi valable pour tous les autres objets graphiques. Ainsi, on peut accéder à cet élément par son id et agir dessus au travers du code Java:

LinearLayout l = (LinearLayout)findViewById(R.id.accueilid); l.setBackgroundColor(Color.BLACK);

3.2 Les éléments graphiques

Un gabarit peut contenir des éléments graphiques, ou d'autres gabarits. On retrouve le même principe que les tableaux imbriqués de l'HTML.

Les interfaces peuvent aussi inclure d'autres interfaces, permettant de factoriser des morceaux d'interface. On utilise dans ce cas le mot clef include:

<?xml version="1.0" encoding="utf-8"?>

<LinearLayout xmlns:android=" "

android:orientation="vertical"

android:layout_width="fill_parent"

android:layout_height="fill_parent"

<include android:id="@+id/include01"

android:layout_width="wrap_content" android:layout_height="wrap_content" layout="@layout/acceuil"

></include>

</LinearLayout>

Les labels de texte

En XML:

<TextView

android:id="@+id/le_texte"

android:layout_width="wrap_content" android:layout_height="wrap_content" android:text="@string/hello" android:layout_gravity="center"

/>

Par la programmation:

public class Activity2 extends Activity {

public void onCreate(Bundle savedInstanceState) { super.onCreate(savedInstanceState);

LinearLayout gabarit = new LinearLayout(this);

gabarit.setGravity(Gravity.CENTER); // centrer les éléments graphiques gabarit.setOrientation(LinearLayout.VERTICAL); // empiler vers le bas !

TextView texte = new TextView(this);

texte.setText("Programming creation of interface !"); gabarit.addView(texte);

setContentView(gabarit);

} }

Les zones de texte

En XML:

<EditText android:text=""

android:id="@+id/EditText01"

android:layout_width="fill_parent" android:layout_height="wrap_content"> </EditText>

Par la programmation:

EditText edit = new EditText(this); edit.setText("Edit me"); gabarit.addView(edit);

Interception d'événements:

  Développement sous Android - J.-F. Lalande 11 / 118

edit.addTextChangedListener(new TextWatcher() { @Override

public void onTextChanged(CharSequence s, int start,

int before, int count) {

// do something here

}

);

Les images

En XML:

<ImageView

android:id="@+id/logoEnsi" android:src="@drawable/ensi" android:layout_width="100px" android:layout_height="wrap_content" android:layout_gravity="center_horizontal" ></ImageView>



Par la programmation:

ImageView image = new ImageView(this); image.setImageResource(R.drawable.ensi); gabarit.addView(image);

Les boutons

En XML:

<Button android:text="Go !" android:id="@+id/Button01" android:layout_width="wrap_content" android:layout_height="wrap_content">

</Button>

La gestion des événements de click se font par l'intermédiaire d'un listener:

Button b = (Button)findViewById(R.id.Button01); b.setOnClickListener(new OnClickListener() {

@Override

public void onClick(View v) {

Toast.makeText(v.getContext(), "Stop !", Toast.LENGTH_LONG).show();

}

});

}

Interface résultat

Ce screenshot montre une interface contenant des TextView, EditText, ImageView, et un bouton (cf. ANX_Interfaces-graphiques).

Démonstration

3.3 Positionnement avancé

Pour obtenir une interface agréable, il est souvent nécessaire de réaliser correctement le positionnement des éléments graphiques. La difficulté est d'arriver à programmer un placement qui n'est pas dépendant de l'orientation ou de la taille de l'écran.

Dans [VL], on trouve une explication pour réaliser un placement simple: un texte à gauche et une image à droite de l'écran, alignée avec le texte. Cela peut être particulièrement utile si par exemple on réalise une liste d'item qui contienne à chaque fois un texte et une icone.

Le principe réside dans l'imbrication de LinearLayout:

  • Un premier layout contiendra l'ensemble des éléments. Son orientation doit être horizontal et sa gravité (gravity) center. On inclut ensuite le texte.
  • Puis, l'image étant censée être à droite, il faut créer un LinearLayout consécutif au texte et préciser que la gravité (gravity) est right. Pour aligner les éléments, il faut préciser que la gravité du layout (layout_gravity) est center.

Preview du positionnement

Le layout décrit ci-avant ressemble à:

<LinearLayout xmlns:android="http://schemas.android.com/apk/res/android" android:layout_height="fill_parent" android:orientation="horizontal" android:layout_width="fill_parent"

android:gravity="center">

<TextView ...></TextView>

<LinearLayout android:layout_height="wrap_content"

android:orientation="horizontal" android:layout_width="fill_parent" android:gravity="right"

android:layout_gravity="center"> <Image .../>

</LinearLayout></LinearLayout>

Ce qui produit dans l'interface de preview, en orientation portrait:

3.4 Les listes

Au sein d'un gabarit, on peut implanter une liste que l'on pourra dérouler si le nombre d'éléments est important. Si l'on souhaite faire une liste plein écran, il suffit juste de poser un layout linéaire et d'y implanter une ListView. Le XML du gabarit est donc:

<LinearLayout ...>

<ListView android:id="@+id/listView1" ...> </ListView></LinearLayout>

Etant donné qu'une liste peut contenir des éléments graphiques divers et variés, les éléments de la liste doivent être insérés dans un ListAdapter et il faut aussi définir le gabarit qui sera utilisé pour afficher chaque élément du ListAdapter. Prenons un exemple simple: une liste de chaine de caractères. Dans ce cas, on créé un nouveau gabarit montexte et on ajoute dynamiquement un ArrayAdapter à la liste listView1. Le gabarit suivant doit être placé dans montexte.xml:

<TextView ...> </TextView>

Le code de l'application qui créé la liste peut être:

ListView list = (ListView)findViewById(R.id.listView1); ArrayAdapter<String> tableau = new ArrayAdapter<String>(list.getContext(),

R.layout.montexte);

for (int i=0; i<40; i++) {

tableau.add("coucou " + i); }

list.setAdapter(tableau);

Démonstration

(cf ANX_Listes-pour-des-items-texte)

Liste de layouts plus complexes

Lorsque les listes contiennent un layout plus complexe qu'un texte, il faut utiliser un autre constructeur de ArrayAdapter (ci-dessous) où resource est l'id du layout à appliquer à chaque ligne et textViewResourceId est l'id de la zone de texte inclu dans ce layout complexe. A chaque entrée de la liste, la vue générée utilisera le layout complexe et la zone de texte contiendra la string passée en argument à la méthode add.

ArrayAdapter (Context context, int resource, int textViewResourceId)

Le code de l'exemple précédent doit être adapté comme ceci:

ListView list = (ListView)findViewById(R.id.maliste); ArrayAdapter<String> tableau = new ArrayAdapter<String>( list.getContext(), R.layout.ligne, R.id.monTexte); for (int i=0; i<40; i++) {

tableau.add("coucou " + i);

}

list.setAdapter(tableau);

Avec le layout de liste suivant (ligne.xml):

<LinearLayout ...>

<TextView ... android:id="@+id/monTexte"/> <LinearLayout> <ImageView /> </LinearLayout> </LinearLayout>

Interface résultat

(cf ANX_Listes-de-layouts-complexes)

3.5 Les onglets

La réalisation d'onglets permet de mieux utiliser l'espace réduit de l'écran. Pour réaliser les onglets, il faut suivre une structure très particulière pour le gabarit. Les différents onglets sont ensuite créé dynamiquement par le code, en associant à chaque onglet l'activité correspondante.

La définition du gabarit doit être la suivante:

<TabHost android:id="@android:id/tabhost" android:layout_width="fill_parent" android:layout_height="fill_parent"

xmlns:android="http://schemas.android.com/apk/res/android"> <LinearLayout android:padding="5dp" android:layout_width="fill_parent" android:layout_height="fill_parent" android:orientation="vertical">

<TabWidget android:id="@android:id/tabs" android:layout_width="fill_parent" android:layout_height="wrap_content"/> <FrameLayout android:id="@android:id/tabcontent" android:layout_width="fill_parent" android:layout_height="fill_parent" android:padding="5dp"/>

</LinearLayout> </TabHost>

Certains ids sont imposés lorsqu'on utilise des onglets:

  • TabHost : android:id= "@android:id/tabhost"
  • TabWidget : android:id= "@android:id/tabs"
  • FrameLayout : android:id= "@android:id/tabcontent"

Activité et onglets

L'activité qui gère l'ensemble des onglets est une activité spéciale héritant de TabActivity. Le gabarit précédents est donc associé à une classe à définir héritant de TabActivity:

public class AndroTabs2Activity extends TabActivity { @Override

public void onCreate(Bundle savedInstanceState) { super.onCreate(savedInstanceState); setContentView(R.layout.main);

...

Chaque onglet contient, dans sa partie du bas, une activité qu'il convient de créer. Pour chaque activité, il faut donc définir une classe d'activité et lui associer son gabarit:

public class ActivityOnglet1 extends Activity { public void onCreate(Bundle savedInstanceState) { super.onCreate(savedInstanceState); setContentView(R.layout.onglet1); }}

<LinearLayout ...> <!-- onglet1.xml -->

<RatingBar android:id="@+id/ratingBar1" android:layout_width="wrap_content" android:layout_height="wrap_content"></RatingBar>

<SeekBar android:layout_height="wrap_content" android:id="@+id/seekBar1" android:layout_width="fill_parent"></SeekBar>

</LinearLayout>

Créer les onglets

Ensuite, dans l'activité principale héritant de TabActivity, il faut créer dynamiquement les onglets et les remplir:

TabHost tabHost = getTabHost(); TabHost.TabSpec spec; Intent intent;

// Création de l'intent lancant l'activité de l'onglet

intent = new Intent().setClass(this, ActivityOnglet1.class);

// Création dynamique d'une configuration pour l'onglet 1

spec = tabHost.newTabSpec("Onglet 1");

spec.setContent(intent); // Associer l'intent à l'onglet

spec.setIndicator("Onglet 1"); // Ajouter un texte dans l'onglet

tabHost.addTab(spec); // Ajout de l'onglet

...

// Choisir l'onglet par défaut tabHost.setCurrentTab(0);

Sans oublier de déclarer les activités dans le Manifest:

  Développement sous Android - J.-F. Lalande 17 / 118

<activity android:name="ActivityOnglet1"></activity> <activity android:name="ActivityOnglet2"></activity>

Démonstration

(cf ANX_Onglets)

4.1 Principe des Intents

Les Intents permettent de gérer l'envoi et la réception de messages afin de faire coopérer les applications. Le but des Intents est de déléguer une action à un autre composant, une autre application ou une autre activité de l'application courante.

Un objet Intent contient les information suivantes:

  • le nom du composant ciblé (facultatif)
  • l'action à réaliser, sous forme de chaine de caractères
  • les données: contenu MIME et URI
  • des données supplémentaires sous forme de paires de clef/valeur
  • une catégorie pour cibler un type d'application
  • des drapeaux (information supplémentaire)

On peut envoyer des Intents informatifs pour faire passer des messages. Mais on peut aussi envoyer des Intents servant à lancer une nouvelle activité.

4.2 Intents pour une nouvelle activité

Il y a plusieurs façons de créer l'objet de type Intent qui permettra de lancer une nouvelle activité. Si l'on passe la main à une activité interne à l'application, on peut créer l'Intent et passer la classe de l'activité ciblée par l'Intent:

Intent login = new Intent(this, GiveLogin.class); startActivity(login);

Le premier paramètre de construction de l'Intent est en fait le contexte de l'application. Dans certain cas, il ne faut pas mettre this mais faire appel à getApplicationContext().

S'il s'agit de passer la main à une autre application, on donne au constructeur de l'Intent les données et l'URI cible: l'OS est chargé de trouver une application pouvant répondre à l'Intent.

Button b = (Button)findViewById(R.id.Button01); b.setOnClickListener(new OnClickListener() {

@Override

public void onClick(View v) {

Uri telnumber = Uri.parse("tel:0248484000");

Intent call = new Intent(Intent.ACTION_DIAL, telnumber);

startActivity(call);

}

});

Sans oublier de déclarer la nouvelle activité dans le Manifest.

Retour d'une activité

Lorsque le bouton retour est pressé, l'activité courante prend fin et revient à l'activité précédente. Cela permet par exemple de terminer son appel téléphonique et de revenir à l'interface ayant initié l'appel.

Au sein d'une application, une activité peut vouloir récupérer un code de retour de l'activité "enfant". On utilise pour cela la méthode startActivityForResult qui envoie un code de retour à l'activité enfant. Lorsque l'activité parent reprend la main, il devient possible de filtrer le code de retour dans la méthode onActivityResult pour savoir si l'on revient ou pas de l'activité enfant.

L'appel d'un Intent devient donc:

public void onCreate(Bundle savedInstanceState) {

Intent login = new Intent(getApplicationContext(), GivePhoneNumber.class); startActivityForResult(login,48);

... }

Le filtrage dans la classe parente permet de savoir qui avait appelé cette activité enfant:

protected void onActivityResult(int requestCode, int resultCode, Intent data) {

if (requestCode == 48)

Toast.makeText(this, "Code de requête récupéré (je sais d'ou je viens)", Toast.LENGTH_LONG).show();

}

Résultat d'une activité

Il est aussi possible de définir un résultat d'activité, avant d'appeler explicitement la fin d'une activité avec la méthode finish(). Dans ce cas, la méthode setResult permet d'enregistrer un code de retour qu'il sera aussi possible de filtrer dans l'activité parente.

Dans l'activité enfant, on met donc:

Button finish = (Button)findViewById(R.id.finish); finish.setOnClickListener(new OnClickListener() {

@Override

public void onClick(View v) {

setResult(50);

finish();

}});

Et la classe parente peut filtrer ainsi:

protected void onActivityResult(int requestCode, int resultCode, Intent data)



{

if (requestCode == 48)

Toast.makeText(this, "Code de requête récupéré (je sais d'ou je viens)",

Toast.LENGTH_LONG).show();

if (resultCode == 50)

Toast.makeText(this, "Code de retour ok (on m'a renvoyé le bon code)",

Toast.LENGTH_LONG).show();

}

Principe de la Démonstration

(cf ANX_Intents)

Démonstration

4.3 Ajouter d'informations

Les Intent permettent de transporter des informations à destination de l'activité cible. On appelle ces informations des Extra: les méthodes permettant de les manipuler sont getExtra et putExtra. Lorsqu'on préparer un Intent et que l'on souhaite ajouter une information de type "clef -> valeur" on procéde ainsi:

Intent callactivity2 = new Intent(getApplicationContext(), Activity2.class); callactivity2.putExtra("login", "jfl"); startActivity(callactivity2);

Du côté de l'activité recevant l'Intent, on récupère l'information de la manière suivante:

Bundle extras = getIntent().getExtras();

String s = new String(extras.getString("login"));

4.4 Types d'Intent: actions

Le premier paramètre de construction de l'Intent est le type de l'action véhiculé par cet Intent. Ces types d'actions peuvent être les actions natives du système ou des actions définies par le développeur.

Plusieurs actions natives existent par défaut sur Android. La plus courante est l'action Intent.ACTION_VIEW qui permet d'appeler une application pour visualiser un contenu dont on donne l'URI.

Voici un exemple d'envoi d'email (issu de [E-mail]). Dans ce cas ou l'on utilise l'action native, il faut ajouter des informations supplémentaires à l'aide de putExtra:

Intent emailIntent = new Intent(android.content.Intent.ACTION_SEND); String[] recipients = new String[]{"[email protected]", "",}; emailIntent.putExtra(android.content.Intent.EXTRA_EMAIL, recipients);

emailIntent.putExtra(android.content.Intent.EXTRA_SUBJECT, "Test"); emailIntent.putExtra(android.content.Intent.EXTRA_TEXT, "Message"); emailIntent.setType("text/plain"); startActivity(Intent.createChooser(emailIntent, "Send mail...")); finish();

Pour définir une action personelle, il suffit de créer une chaine unique:

Intent monIntent = new Intent("andro.jf.nom_du_message");

Types d'Intent: catégories

Les catégories d'Intent permettent de grouper les applications par grands types de fonctionnalités (clients emails, navigateurs, players de musique, etc...). Par exemple, on trouve les catégories suivantes qui permettent de lancer:

  • DEFAULT: catégorie par défaut
  • BROWSABLE: une activité qui peut être invoquée depuis un clic sur un navigateur web, ce qui permet d'implémenter des nouveaux types de lien, e.g. foo://truc
  • APP_MARKET: une activité qui permet de parcourir le market de télécharger des applications
  • APP_MUSIC: une activité qui permet de parcourir et jouer de la musique

4.5 Broadcaster des informations

Il est aussi possible d'utiliser un objet Intent pour broadcaster un message à but informatif. Ainsi, toutes les applications pourront capturer ce message et récupérer l'information.

Intent broadcast = new Intent("andro.jf.broadcast"); broadcast.putExtra("extra", "test"); sendBroadcast(broadcast);

La méthode putExtra permet d'enregistrer un paire clef/valeur dans l'Intent. On peut récupérer les données à l'aide de la méthode getExtras dans l'objet Bundle qui est dans l'Intent:

Bundle extra = intent.getExtras();

String val = extra.getString("extra");

4.6 Recevoir et filtrer les Intents

Etant donné la multitude de message d'Intent, chaque application doit pouvoir facilement "écouter" les Intents dont elle a besoin. Android dispose d'un système de filtres déclaratifs permettant de définir dans le Manifest des filtres.

Un filtre peut utiliser plusieurs niveaux de filtrage:

  • action: identifie le nom de l'Intent. Pour éviter les collisions, il faut utiliser la convention de nommage de Java
  • category: permet de filtrer une catégorie d'action (DEFAULT, BROWSABLE, ...)
  • data: filtre sur les données du message par exemple en utilisant android:host pour filtrer un nom de domaine particulier

Filtrage d'un Intent par l'activité

En déclarant un filtre au niveau du tag activity, l'application déclare les types de messsage qu'elle sait gérer.

<activity android:name=".Main" android:label="@string/app_name"> <intent-filter>

<action android:name="andro.jf.nom_du_message" />

<category android:name="android.intent.category.DEFAULT" /> </intent-filter>

</activity>

Ainsi, l'application répond à la sollicitation des Intents envoyés par:

Button autoinvoc = (Button)findViewById(R.id.autoinvoc); autoinvoc.setOnClickListener(new OnClickListener() { @Override

public void onClick(View v) {

Intent intent = new Intent("andro.jf.nom_du_message"); startActivity(intent);

11);

Utilisation de catégories pour le filtrage

Les catégories d'Intent évoquées précédemment permettent de répondre à des évènements dans un contexte particulier. L'exemple le plus utilisé est l'interception d'un clic lors d'une navigation sur le web ou un protocole particulier est prévu. Par exemple, les liens vers le market sont de la forme market://.

Pour par exemple répondre à un clic sur un lien foo://ensi-bourges.fr/mapage, il faut construire un filtre d'Intent utilisant la catégorie définissant ce qui est "navigable" tout en combinant cette catégorie avec un type d'action signifiant que l'on souhaite "voir" la ressource. Il faut en plus utiliser le tag data dans la construction du filtre:

<intent-filter>

<action android:name="android.intent.action.VIEW" /> <category android:name="android.intent.category.DEFAULT" /> <category android:name="android.intent.category.BROWSABLE" /> <data android:scheme="foo" android:host="ensi-bourges.fr"/>

</intent-filter>

L'attribut host définit l'URI de l'autorité (on évite ainsi le fishing). L'attribut scheme définit la partie de gauche de l'URI. On peut ainsi lancer une activité lors d'un clic sur:

<a href="foo://ensi-bourges.fr/mapage">lien</a>

Réception par un BroadcastReceiver

Les messages broadcastés par les applications sont réceptionnées par une classe héritant de BroadcastReceiver. Cette classe doit surcharger la méthode onReceive. Dans le Manifest, un filtre doit être inséré dans un tag receiver qui pointe vers la classe se chargeant des messages. Dans le Manifest:

<application android:icon="@drawable/icon" android:label="@string/app_name">

<receiver android:name="MyBroadcastReceiver">

<intent-filter>

<action android:name="andro.jf.broadcast" />

<category android:name="android.intent.category.DEFAULT" />

</intent-filter>

</receiver>

</application>

La classe héritant de BroadcastReceiver:

public final class MyBroadcastReceiver extends BroadcastReceiver {

@Override

public void onReceive(Context context, Intent intent) {

Bundle extra = intent.getExtras();

if (extra != null)

{

String val = extra.getString("extra");

Toast.makeText(context, "Broadcast message received: " + val,

Toast.LENGTH_SHORT).show();

}}}

Récepteur d'Intent dynamique

Il est possible de créer un récepteur et d'installer le filtre correspondant dynamiquement.

private MyBroadcastReceiverDyn myreceiver;

public void onCreate(Bundle savedInstanceState) {

// Broadcast receiver dynamique

myreceiver = new MyBroadcastReceiverDyn();

IntentFilter filtre = new IntentFilter("andro.jf.broadcast");

registerReceiver(myreceiver, filtre);

}

Lorsque ce receiver n'est plus utile, il faut le désenregistrer pour ainsi libérer les ressources:

unregisterReceiver(myreceiver);

C'est particulièrement important puisque un filtre de réception reste actif même si l'application est éteinte (elle peut être relancée si un message la concernant survient).

Les messages natifs

Un certain nombre de messages sont diffusés par l'OS:

  • ACTION_BOOT_COMPLETED: diffusé lorsque le système a fini son boot
  • ACTION_SHUTDOWN: diffusé lorsque le système est en cours d'extinction
  • ACTION_SCREEN_ON / OFF: allumage / exctinction de l'écran
  • ACTION_POWER_CONNECTED / DISCONNECTED: connexion / perte de l'alimentation
  • ACTION_TIME_TICK: une notification envoyée toutes les minutes
  • ACTION_USER_PRESENT: notification recue lorsque l'utilisateur délock son téléphone
  • ...

Tous les messages de broadcast se trouvent dans la documentation des Intents.

D'autres actions permettent de lancer des applications tierces pour déléguer un traitement:

  • ACTION_CALL (ANSWER, DIAL): passer/réceptionner/afficher un appel
  • ACTION_SEND: envoyer des données par SMS ou E-mail
  • ACTION_WEB_SEARCH: rechercher sur internet

Principe de la Démonstration

Démonstration

(cf ANX_Receveur-de-broadcasts)

4.7 Contrôler les actions permises

Android propose un système de permissions, permettant au développeur de déclarer les permissions requises par son application. L'utilisateur peut ainsi savoir, au moment de l'installation, les permissions demandées par l'application, ce qui est particulièrement utile pour une application dans laquelle l'utilisateur n'a pas totalement confiance.

Pour déclarer une permission, il suffit de le préciser dans le Manifest:

<uses-permission android:name="android.permission.RECEIVE_SMS"/>

Attention, si vous n'avez pas précisé à la création de projet de numéro de version minimum, les permissions READ_PHONE_STATE et WRITE_EXTERNAL_STORAGE sont accordées par défaut [SO]. Pour avoir le nombre minimal de permissions, il faut ajouter au Manifest:

<uses-sdk android:minSdkVersion="4" android:targetSdkVersion="4" />

La liste complètes des permissions permet de contrôler finement les droits alloués à l'application.

Attention à ne pas confondre permissions et délégation: ne pas donner la permission de passer un appel n'empêche pas l'application de déléguer, via un Intent, le passage d'un appel. Par contre, un appel direct depuis l'application n'est pas possible.

Exemples de permissions

Ces exemples montrent deux applications n'ayant pas les mêmes permissions:

Echec de permissions

Sans aucun test utilisateur, ne pas donner une permission provoque la levée d'une exception dans l'application, comme pour la permission CALL_PHONE dans cet exemple:

5 Persistance des données

5.1 Différentes persistances 29

5.2 Préférences partagées 29

Représentation XML d'un menu de préférences 30

Activité d'édition de préférences 30

Attributs des préférences 31

Préférences: toggle et texte 31

Préférences: listes 32

Ecriture de préférences 32

Démonstration 32

5.3 Les fichiers 33

5.4 BDD SQLite 33

Lecture / Ecriture dans la BDD 34

5.5 XML 34

SAX parser 34

DOM parser 35

5.1 Différentes persistances

Android fournit plusieurs méthodes pour faire persister les données applicatives:

  • la persistance des données de l'activité (cf Le SDK Android)
  • un mécanisme de sauvegarde clé/valeur, utilisé pour les fichiers de préférences (appelé préférences partages)
  • des entrées sorties de type fichier
  • une base de donnée basé sur SQLite

La persistance des données des activités est géré par l'objet Bundle qui permet de restaurer les View qui possède un id. S'il est nécessaire de réaliser une sauvegarde plus personnalisée, il suffit de recoder les méthodes onSaveInstanceState et onCreate et d'utiliser les méthodes qui permettent de lire/écrire des données sur l'objet Bundle.

Android fournit aussi automatiquement, la persistance du chemin de navigation de l'utilisateur, ce qui le renvoie à la bonne activité lorsqu'il appuie sur la touche Retour.



5.2 Préférences partagées

La classe SharedPreferences permet de gérer des paires de clé/valeurs associées à une activité. On récupère un tel objet par l'appel à getPreferences:

SharedPreferences prefs = getPreferences(Context.MODE_PRIVATE); String nom = prefs.getString("login", null); Long nom = prefs.getLong("taille", null);

La méthode getPreferences(int) appelle en fait getPreferences(String, int) à partir du nom de la classe de l'activité courante. Le mode MODE_PRIVATE restreint l'accès au fichier créé à l'application. Les modes d'accès MODE_WORLD_READABLE et MODE_WORLD_WRITABLE permettent aux autres applications de lire/écrire ce fichier.

L'intérêt d'utiliser le système de préférences prévu par Android réside dans le fait que l'interface graphique associé à la modification des préférences est déjà programmé: pas besoin de créer l'interface de l'activité pour cela. L'interface sera générée automatiquement par Android et peut ressembler par exemple à cela:

Représentation XML d'un menu de préférences

Une activité spécifique a été programmée pour réaliser un écran d'édition de préférences. Il s'agit de PreferenceActivity. A partir d'une description XML des préférences, la classe permet d'afficher un écran composé de modificateurs pour chaque type de préférences déclarées.

Voici un exemple de déclarations de préférences XML, à stocker dans res/xml/preferences.xml:

<PreferenceScreen

xmlns:android="http://schemas.android.com/apk/res/android"

android:key="first_preferencescreen">

<CheckBoxPreference

android:key="wifi enabled"

android:title="WiFi" />

<PreferenceScreen

android:key="second_preferencescreen"

android:title="WiFi settings">

<CheckBoxPreference

android:key="prefer wifi"

android:title="Prefer WiFi" />

... other preferences here ...

</PreferenceScreen>

</PreferenceScreen>

Activité d'édition de préférences

Pour afficher l'écran d'édition des préférences correspondant à sa description XML, il faut créer une nouvelle activité qui hérite de PreferenceActivity et simplement appeler la méthode addPreferencesFromResource en donnant l'id de la description XML:

public class MyPrefs extends PreferenceActivity { public void onCreate(Bundle savedInstanceState) { super.onCreate(savedInstanceState);

addPreferencesFromResource(R.xml.preferences);

Pour lancer cette activité, on crée un bouton et un Intent correspondant.

  Développement sous Android - J.-F. Lalande 30 / 118

Attributs des préférences

Les attributs suivants sont utiles:

  • android:title: La string apparaissant comme nom de la préférence
  • android:summary: Une phrase permettant d'expliciter la préférence
  • android:key: La clef pour l'enregistrement de la préférence

Pour accéder aux valeurs des préférences, on utiliser la méthode getDefaultSharedPreferences sur la classe PreferenceManager. On revient alors à la lecture des préférences comme pour celles qui sont associées à une activité. C'est la clef spécifiée par l'attribut android:key qui est utilisée pour récupérer la valeur choisie par l'utilisateur.

SharedPreferences prefs = PreferenceManager.getDefaultSharedPreferences(getApplicationContext()); String login = prefs.getString("login","");

Des attributs spécifiques à certains types de préférences peuvent être utilisés, par exemple android:summaryOn pour les cases à cocher qui donne la chaine à afficher lorsque la préférence est cochée. On peut faire dépendre une préférence d'une autre, à l'aide de l'attribut android:dependency. Par exemple, on peut spécifier dans cet attribut le nom de la clef d'une préférence de type case à cocher:

<CheckBoxPreference android:key="wifi" ... /> <EditTextPreference android:dependency="wifi" ... />

Préférences: toggle et texte

Une case à cocher se fait à l'aide de CheckBoxPreference

<CheckBoxPreference android:key="wifi"

android:title="Utiliser le wifi"

android:summary="Synchronise l'application via le wifi." android:summaryOn="L'application se synchronise via le wifi." android:summaryOff="L'application ne se synchronise pas."

/>

Un champs texte est saisi via EditTextPreference:

<EditTextPreference android:key="login&" android:title="Login utilisateur" android:summary="Renseigner son login d'authentification." android:dialogTitle="Veuillez saisir votre login"

/>

Préférences: listes

Une entrée de préférence peut être liée à une liste de paires de clef-valeur dans les ressources:

<resources>

<array name="key"> <!-- Petite=1, Moyenne=5, Grande=20 -->

<item>"Petite"</item>

<item>"Moyenne"</item>

<item>"Grande"</item>

</array>

<array name="value">

<item>"1"</item>

<item>"5"</item>

<item>"20"</item>

</array>

</resources>

qui se déclare dans le menu de préférences:

<ListPreference android:title="Vitesse" android:key="vitesse" android:entries="@array/key" android:entryValues="@array/value" android:dialogTitle="Choisir la vitesse:" android:persistent="true">

</ListPreference>

Lorsque l'on choisit la préférence "Petite", la préférence vitesse est associée à "1".

Ecriture de préférences

Il est aussi possible d'écraser des préférences par le code, par exemple si une action fait changer le paramétrage de l'application ou si l'on recoit le paramétrage par le réseau.

L'écriture de préférences est plus complexe: elle passe au travers d'un éditeur qui doit réaliser un commit des modifications (commit atomique, pour éviter un mix entre plusieurs écritures simultanées):

SharedPreferences prefs = getPreferences(Context.MODE_PRIVATE); Editor editor = prefs.edit();

editor.putString("login", "jf");

editor.commit();

Il est même possible de réagir à un changement de préférences en installant un écouteur sur celles-ci:

prefs.registerOnSharedPreferenceChangeListener( new OnSharedPreferenceChanged () {

...

});

Démonstration

(cf ANX_Gestion-des-préférences)

5.3 Les fichiers

Android fournit aussi un accès classique au système de fichier pour tous les cas qui ne sont pas couverts par les préférences ou la persistance des activités, c'est à dire de nombreux cas. Le choix de Google est de s'appuyer sur les classes classiques de Java EE tout en simplifiant la gestion des permissions et des fichiers embarqués dans l'application.

Pour la gestion des permissions, on retrouve comme pour les préférences les constantes MODE__PRIVATE et MODE_WORLD_READABLE/WRITABLE à passer en paramètre de l'ouverture du fichier. En utilisant ces constantes comme un masque, on peut ajouter | MODE_APPEND pour ajouter des données.

try {

FileOutputStream out = openFileOutputStream("fichier", MODE_PRIVATE); ...

} catch (FileNotFoundException e) { ... }

Les ressources permettent aussi de récupérer un fichier embarqué dans l'application:

Resources res = getResources();

InputStream is = res.openRawResource(R.raw.fichier);

A noter: les fichier sont à éviter. Mieux vaut alléger l'application au maximum et prévoir le téléchargement de ressources nécessaires et l'utilisation de fournisseurs de contenu.

5.4 BDD SQLite

Android dispose d'une base de donnée relationelle basée sur SQLite. Même si la base doit être utilisée avec parcimonie, cela fournit un moyen efficace de gérer une petite quantité de donnée.

[DBSQL] présente un exemple de création de base de données, ce qui se fait en héritant de SQLiteOpenHelper:

public class DictionaryOpenRelper extends SQLiteOpenHelper {

private static final int DATABASE_VERSION = 2;

private static final String DICTIONARY_TABLE_NAME = "dictionary"; private static final String DICTIONARY_TABLE_CREATE =

"CREATE TABLE " + DICTIONARY_TABLE_NAME + " (" + KEY_WORD + " TEXT, " +

KEY_DEFINITION + " TEXT);";

DictionaryOpenHelper(Context context) {

super(context, DATABASE_NAME, null, DATABASE_VERSION);

}

@Override

public void onCreate(SQLiteDatabase db) { db.execSQL(DICTIONARY_TABLE_CREATE); }

}

Lecture / Ecriture dans la BDD

Pour réaliser des écritures ou lectures, on utilise les méthodes getWritableDatabase() et getReadableDatabase() qui renvoient une instance de SQLiteDatabase. Sur cet objet, une requête peut être exécutée au travers de la méthode query():

public Cursor query (boolean distinct, String table, String[] columns,

String selection, String[] selectionArgs, String groupBy, String having, String orderBy, String limit)

L'objet de type Cursor permet de traiter la réponse (en lecture ou écriture), par exemple:

  • getCount(): nombre de lignes de la réponse
  • moveToFirst(): déplace le curseur de réponse à la première ligne
  • getInt(int columnIndex): retourne la valeur (int) de la colonne passée en paramètre
  • getString(int columnIndex): retourne la valeur (String) de la colonne passée en paramètre
  • moveToNext(): avance à la ligne suivante
  • getColumnName(int): donne le nom de la colonne désignée par l'index
  • ...

5.5 XML

[XML] Sans surprise, Android fournit plusieurs parsers XML (Pull parser, Document parser, Push parser). SAX et DOM sont disponibles. L'API de streaming (StAX) n'est pas disponible (mais pourrait le devenir). Cependant, une librairie équivalente est disponible: XmlPullParser. Voici un exemple simple:

String s = new String("<plop><blup attr=\"45\">Coucou !</blup></plop>");

InputStream f = new ByteArrayInputStream(s.getBytes());

XmlPullParser parser = Xml.newPullParser();

try {

// auto-detect the encoding from the stream

parser.setInput(f, null);

parser.next();

Toast.makeText(this, parser.getName(), Toast.LENGTH_LONG).show(); parser.next();

Toast.makeText(this, parser.getName(), Toast.LENGTH_LONG).show(); Toast.makeText(this, parser.getAttributeValue(null, "attr"),

Toast.LENGTH_LONG).show();

parser.nextText();

Toast.makeText(this, parser.getText(), Toast.LENGTH_LONG).show();

} ...



1991