Futurs ingénieurs : l’anglais est plus qu’une option !

ENGLISH FOR BUSINESS

Le problème de maîtrise de la langue anglaise est omniprésent chez l’ensemble des jeunes qui suivent des études supérieures. En effet, cette difficulté est plus observable chez les étudiants qui entreprennent des études d'ingénierie. Malheureusement, ce n’est que bien plus tard qu’ils prennent conscience que c’est un grand frein à l'aboutissement de leur vocation. La seule issue demeure donc de suivre des cours d'anglais professionnel pour rattraper le train de l’excellence et se faire un place prestigieuse dans un choix de carrière typiquement très concurrentiel.

Vous estimez-vous bon en anglais ?

Vous n’auriez jamais pensé qu'être bon en anglais ne suffit pas pour un ingénieur ! Dans cette vocation, même les jeunes qui ont un bon niveau d'anglais conversationnel se heurtent à des adversités multiples. Quand on parle d’anglais dans la communauté scientifique, la langue utilisée dans la vie quotidienne, apprise à l’école, à travers les séries ou des morceaux musicaux, n’est pas nécessairement ce qui est recherché, ou ce qui va vous aider à comprendre les multitudes des termes utilisés.

Durant sa carrière scientifique, l’étudiant se trouvera inéluctablement en présence de données qui seront disponibles exclusivement en anglais. Dans cette catégorie de contenu, on trouve les textes scientifiques, la documentation technique, et les spécifications technologiques. Le tout est souvent rédigé dans un registre très rigoureux, avec des termes intrinsèques au domaine.

Un futur lauréat est voué à s’intégrer dans le monde de l’entreprise, et doit s’attendre à exercer quelques tâches basiques : des réunions avec à un supérieur ou des collègues, rédiger du courrier ou des rapports ,etc. Bien qu’elles soient des activités de routine, ces dernières sont tenues de respecter un niveau de langue assez distinct. Utiliser un lexique de la vie courante dans ce genre de situation est inadéquat. C’est ainsi que malgré leur énorme potentiel technique, et leurs connaissances élaborées, vous allez trouver des jeunes qui pataugent dans l’échec professionnel.

Carrière en ingénierie : l'anglais vous attend au bout de l’impasse

La langue anglaise est un tremplin pour la carrière de tout ingénieur, et quand apprendre une quelconque langue pour les autres professionnels peut s’avérer très utile, pour les pratiquants d'ingénierie, perfectionner leur niveau de langue n’est pas un choix, c’est une obligation. Assurément, pour les jeunes souhaitant s'investir dans la recherche et développement, il est pratiquement impossible d'échapper à l'anglais pour forger une carrière réussie. Le fait est que les recherches d'envergure, et les matériaux de travail, les normes, les RFC, et toute la paperasse scientifique sont dans la langue de Shakespeare !



Pour un ingénieur d’applications, le paroxysme de l'épanouissement professionnel, est de pouvoir décrocher un poste de manager ou de chef d’équipe dans une société de renommée mondiale, ou dans une multinationale. Cependant, avec un niveau d’anglais basique, ce n’est point une simple affaire.

Il faut noter que les grands référentiels de bonnes pratiques en management, s’accordent tous à assurer qu’un manager passe la majorité de son temps, non pas dans la conception, ou la planification, ou même la supervision -qui sont de part et d’autre les principales aptitudes requises d’un chef de projet- mais dans la communication ! L’enjeu fait d'ailleurs que de nombreuses certifications qui peuvent faire valoir votre statut professionnel, accélérer votre promotion et élargir vos horizons professionnels, ne peuvent être passées qu’en anglais.

Comment améliorer votre anglais professionnel ?

Laissez-vous guider par ces quelques astuces qui vous aideront à aiguiser votre langue anglaise, à entreprendre dans votre vie de tous les jours :

1- Si vous êtes encore étudiant, documentez-vous en anglais

Cela va vous fournir plus tard de la lucidité linguistique, les mots auront plus de sens dans votre contexte professionnel, vous allez les apprendre plus vite, et vous allez savoir exactement où il faut les placer.

Lire des cours, des articles en ligne et aussi les sous-titres de vos films préférés est une bonne habitude pour enrichir votre vocabulaire en langue de Shakespeare. Commencez par les manuels scolaires pour apprendre les bases de la rédaction anglaise et finissez par de célèbres ouvrages anglais afin de développer votre niveau linguistique au niveau professionnel.

2- Utilisez moins d’abréviations

Cette option touche plus à l’aspect rédactionnel de votre anglais professionnel. Essayez de changer les mots que vous employez dans votre vie de tous les jours, cela va vous simplifier la tâche, en vous aidant à contracter de bons réflexes linguistiques.

De même, si vous chopez des acronymes que vous ne connaissez pas, allez vite taper ces lettres sur votre moteur de recherche, Google par exemple, et notez la signification de chaque lettre constituant cette expression. Par cette méthode, vous allez non seulement apprendre de nouveaux mots, mais vous serez en mesure de détecter les courantes appellations utilisées par les anglais natifs afin de les employer ultérieurement devant votre chef en toute confiance en soi.



3- Limitez votre exposition à l’anglais décontracté dans les réseaux sociaux

Pensez à suivre des pages et des flux qui traitent des sujets qui touchent à votre domaine d’expertise. Bien que cela s'avère fastidieux au début, mais l’exposition répétitive à ce genre de contenu est vraiment propice à votre immersion linguistique. Cela vous permettra également d’être à jour vis-à-vis de l’actualité, sans pour autant vous ennuyer.

Autre chose, si vous menez une discussion ou bien vous postez un commentaire, veuillez à ne pas utiliser le langage SMS. Ecrivez des mots complets, des phrases correctes et des paragraphes bien conçus. De cette manière, vous allez vous habituer à écrire juste. En retour, les gens vont automatiquement vous répondre par des phrases du même niveau de langage que vous avez employé. En conséquence, vous allez acquérir un nouveau lexique tout en vous amusant sur votre réseau social préféré. C’est ce qu’on appelle faire d’une pierre deux coups !

4- Visionnez les émissions d’informations en anglais

C’est un conseil plutôt classique. Toujours dans le cadre de l'enrichissement de votre lexique professionnel, regardez beaucoup d’émissions, même si vous n’y comprenez rien, servez-vous des flashs infos pour contextualiser ce que vous entendez, et laissez votre oreille et votre mémoire faire leurs effets.

De nos jours, toute personne passe en moyenne trois à quatre heures par jour devant l’écran de télévision ou d’ordinateur. Donc, au lieu de perdre du temps le soir à jouer des jeux vidéo, il faudrait mieux regarder une émission d’informations ou encore un documentaire en anglais. Cela vous aidera pleinement à capter de nouveaux termes professionnels et donc bâtir votre propre glossaire.

5- Faites-vous un carnet de notes

Peu importe le support que vous portez avec vous le plus et que vous amenez à tout endroit, que ce soit un carnet de notes réel ou votre bloc-notes intégré sur votre smartphone. L’essentiel est de prendre l’habitude de noter tous les mots qui vous paraissent pertinents ou intéressants. Révisez la liste chaque soir et apprenez par cœur les nouveaux termes inscrits. Si vous ne comprenez pas la signification d’un mot, référez-vous au dictionnaire et lisez aussi des exemples d’application afin de mieux percevoir le sens. Essayez ensuite de les utiliser dans votre discours quotidien et changez les mots fréquents par des synonymes d’une forte connotation.



Astuces de communication : comment vêtir sa coiffe de professionnel en langue anglaise ?

L’apprentissage d’un langage soutenu et d’autant plus d’une langue étrangère n’est pas une simple tache à réussir du jour au lendemain. Sachez bien que vous n’êtes pas le seul à rencontrer des difficultés et des blocages. Ne vous découragez surtout pas si vous commettez des erreurs au début, c’est tout à fait normal. En fur et à mesure de pratiquer, vous devenez conscients des erreurs courantes et donc leur correction deviendra pour vous si simple comme boire de l’eau.

Quand vous êtes dans une situation qui vous impose de communiquer devant un public ou un supérieur dans un milieu professionnel, il faut adopter certaines attitudes, qui vous aideront à faire valoir votre communication sans stresser :

1- Utilisez des phrases déclaratives courtes et claires

Essayez de rétrécir au maximum vos énoncés, ce qui vous évitera de tomber dans l'embarras de commettre des fautes ou des abus de langue. Cela facilitera bien évidemment la concentration de votre audience, qui va suivre avec vous jusqu’au bout sans perdre le fil conducteur de votre discours. Les interactions se dérouleront dans les meilleures conditions si chacun respecte la prise de parole de l’autre, l’écoute attentivement et formule la bonne réponse en utilisant des mots professionnels mais compréhensibles par tous les membres présents.

2- Ayez conscience de vos tics de langage

Répéter des mots devient par moment très gênant pour votre interlocuteur. S’en débarrasser vous demandera de l'entraînement et de l’engagement à respecter les règles élaborés ci-dessus. Veillez donc à construire un bon bagage de vocabulaire tout en s’armant des synonymes et des expressions qui disent la même chose mais en d’autres manières. N’oubliez surtout pas de maîtriser l’utilisation des pronoms afin de remplacer les mots qui se répètent souvent. Notez bien que les gens détestent les répétitions et d’autant plus dans les milieux professionnels !

3- Dites ce que vous voulez dire

N’essayez pas d’aller par quatre chemins. Concentrez-vous sur ce qui compte pour votre public, en étant spécifique dans les choix de vos termes et expressions. Soyez plutôt précis et allez droit au but. Lorsqu’une question vous est posée, ne tournez pas au rond mais organisez rapidement vos idées et formulez une réponse directe sans plus ni moins. L’idéal est de préparer les sujets qui pourront être abordés lors de cette conversation, qu’elle soit une entrevue, réunion ou autre. Il faut toujours anticiper et lister au préalable les grands points prévus.



Sachez bien qu’aux bureaux, on ne raconte pas des histoires et on ne récite pas des pages de romans. Le temps vaut cher, les mots sont décomptés et le bon choix de termes représente une valeur ajoutée de grande importance.